Publications liées au mot-clé : Jean-Philippe de Tinguy

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => jean-philippe-de-tinguy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 246
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jean-philippe-de-tinguy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 246
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => jean-philippe-de-tinguy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 246
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jean-philippe-de-tinguy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 246
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 246
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 246
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => jean-philippe-de-tinguy
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 246
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (246) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (246) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (246)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 10237
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-05-21 08:39:00
                    [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00
                    [post_content] => 

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7587 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 12:27:57 [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57 [post_content] =>

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7352 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-14 13:05:10 [post_date_gmt] => 2019-11-14 12:05:10 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Mercredi 13 novembre 2019, la comédie alternative arrivait de manière assumée en France dans un minuscule plateau du 11e arrondissement de Paris. À l’animation et la programmation, Humourman réalisait mon rêve.

Top départ pour la comédie alternative à l’Étage Comedy Club

Guilhem, alias Humourman, a eu la brillante idée de mêler la musique techno au délire. Écoutez-moi ces splendeurs de musique synthétique, que je connaissais absolument toutes, évidemment. Eh oui, on était sur un délire « alternative remix » pour présenter la différence des humoristes présents.

Il y avait des fous, des sacrément névrosés et des lunaires. Un alien a même pris le micro ! À ce stade, vous devez vous dire si je prends des produits illicites (poke Antek). Ok, je vous perds vraiment.

De quoi parle-t-on ?

La comédie alternative s’oppose par définition au courant dominant. Actuellement, le stand-up sur les parties génitales est le courant dominant. Il y a aussi un peu de métro, et de nouvelles masculinités/féminités. Les fêlures, tout ça. Et franchement, c’est très bien. Je caricature un peu, mais vous avez l’image.

Cependant, parfois, on a envie d’autre chose. C’est pour cela que Yacine Belhousse est aussi populaire auprès des humoristes, et a un public très engagé. C’est aussi pour ça que les soirées comme le Bunker Comedy Club affichent complet.

Est-ce un vrai truc ?

Paradoxalement, le public n’a pas encore intégré la culture stand-up partout. Ça confond encore stand-up et one-man, parce que globalement, les gens veulent se marrer. Il faut commencer à être vraiment spécialiste, comme pour ceux qui distinguent la techno ou EDM de l’eurodance, de la trance et de l’uplifting. En gros, chaque secteur culturel a son jargon, et personne n’y comprend rien.

Les humoristes ne se définissent pas encore comme alternatifs. La presse les qualifie volontiers d’OVNI du rire, et ça attire. La différence, ça plaît, parce que qui veut se définir comme étant dans la norme ? Pas grand monde…

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=i1EFZaoqZ_w"][vc_column_text]

Il y avait deux équipes hier soir : d’abord les amis de la névrose, Renaud Sanviti et Aude Alisque. Ensuite, les fous ou extraterrestres, dont font partie Bobbin et Jack Line. Les simples originaux, comme Léo Filipetti ou Pierre DuDza. Et enfin, ceux qui sont dans la mouvance de Monsieur Fraize ou Jean-Philippe de Tinguy : Humourman et Nadim.

La comédie alternative, ça donne quoi ?

Voici le line-up légèrement modifié qui a joué à L’Étage Comedy Club.

Il y avait une différence : Avril a dû annuler pour rester concentré sur le Laugh Steady Crew. De fait, Jack Line l’a remplacé : un choix terriblement nécessaire tant ce gars est à part. Et si Bobbin est là, Jack Line doit aussi venir !

L’ambiance était très agréable, intimiste et bon enfant. On sent qu’on est encore aux balbutiements du genre, mais chaque humoriste tente de belles choses. Beaucoup de test et d’idées ingénieuses viennent donner de la puissance aux rires. Bobbin a sans doute été le plus percutant de tous ce soir-là. Et c’est une belle prouesse quand on invite Nadim !

Humourman/Guilhem a dû composer avec une schizophrénie scénique. Son personnage est certes fidèle à ce qu’il est, mais heureusement pour Guilhem, il quitte son costume d’Humourman dans la vraie vie. Difficile d’être efficace dans le monde réel quand on évolue avec une telle naïveté !

L’écueil de la comédie alternative

L’erreur la plus fréquente lorsqu’on se frotte à de l’absurde, c’est la tentation de faire n’importe quoi. Penser que vous pouvez opposer des idées pour provoquer un rire sûr est une erreur monumentale.

L’absurde, et plus généralement ce qui sort de l’ordinaire, cela demande une maîtrise insoupçonnée. Vous pensez que le comique fait n’importe quoi, mais il a travaillé l’ensemble. Le mieux, c’est quand l’absurde a du sens sans en avoir l’air.

C’est pour ça que ce genre n’est pas pour tout le monde. Les symptômes d’un passage où le courant alternatif ne passe pas sont :

  • les malaises qui n’aboutissent à rien ;
  • le public qui se pose trop de questions et qui décroche ;
  • un amateurisme masqué derrière une étiquette absurde.

Verdict

Fort heureusement, personne n’a créé de telle ambiance. Des flottements, il y en avait par petites touches. Le public était parfois circonspect. Les humoristes et observateurs aguerris réagissaient beaucoup mieux. Il y avait une vraie cohésion entre tous les artistes. Ça, c’était beau.

Tous les voyants sont au vert pour une belle progression de la comédie alternative. Et ça, ça fait énormément de bien ! Alors venez découvrir la comédie alternative, vous passerez une soirée extraordinaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Comédie alternative : un remix signé Humourman [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedie-alternative-soiree-humourman [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:51 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7352 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6557 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-08-08 17:48:14 [post_date_gmt] => 2019-08-08 15:48:14 [post_content] =>

Le 7 août 2019, le Théâtre le Point Virgule nous offrait une exceptionnelle estivale comme il en a le secret. Nadim investissait la plus petite des grandes salles parisiennes et y proposait son spectacle Premier contact pour la première fois. Alors, ça donne quoi, Nadim au Point Virgule ? Soyez patient, je vous raconte tout !

👉 Tu as manqué ce spectacle ? Séance de rattrapage le vendredi 23 août à 21h15 !

Une nouvelle halte dans le Marais avec Nadim au Point Virgule

Pour moi, c’était tout un symbole. Le signe d’une victoire des humoristes différents, singuliers, qui sortent du cadre.

Comment ne pas avoir une pensée pour les représentations passées de Jean-Philippe de Tinguy, de ses exceptionnelles en 2016 jusqu’à atteindre six représentations par semaine l’année suivante ? Non, j’y pensais nettement, naturellement. À tel point que je me doutais bien que l’ancien Dernier Jean-Philippe répondrait présent.

Retour en 2019. J’arrive avec une avance de quarante minutes, parce que je sais que le public arrive de plus en plus tôt. Avant, j’étais en pole position pour les spectacles de Jean-Philippe avec cette marge — aujourd’hui, j’intègre difficilement le top 20. Je suis donc surprise de voir le jeune humoriste Mickael Pellé arriver en même temps que moi. Il me confie ne pas être rentré chez lui après le travail, et avoir attendu pendant trois heures ce moment. Je le comprends.

La file d’attente se remplit rapidement. Mickael fustige les humoristes de sa génération : ils ont créé un groupe Facebook pour cet événement… et n’ont pas eu le réflexe de prendre leur place. Résultat, ils pleuraient intérieurement de ne pas être présents. Tous ? Non, sauf un irréductible humoriste, Bobbin, qui avait eu la présence d’esprit de faire comme son collègue.

Le gratin est là ! À moins que ce ne soient les patates ?

Bobbin arrive juste avant le spectacle et prend place à l’extrême opposé de la file d’attente. Entretemps, je discute avec Mickael et lui confie être revenue exprès de vacances pour cela. J’avais manqué la fin du 33 Comedy à la Grange, je ne voulais plus vivre de telle déconvenue.

Pendant cette discussion intense, la tête de Jean-Philippe apparaît dans mon champ de vision. Je n’avais plus vu mon idole déchue depuis les derniers Dimanche Marrant où il avait joué. J’ai failli le recroiser en janvier, si mes souvenirs sont bons : il voulait voir Salomé Partouche, et j’avais décidé de revenir à la Comédie des 3 Bornes pour voir l’évolution de son spectacle. Au final, la représentation n’a pas eu lieu.

Il est comme ça, Jean-Philippe : il soutient ses pairs. Ceux qui ont une fibre un peu folle, un peu border, un peu cassée de manière authentique. Je ne serais pas surprise de le croiser quand Ghislain Blique aura son heure. Oui, c’est une subtile manière de lui montrer la voie vers un spectacle génial, même s’il n’a pas encore vu le jour…

Pas de DeLorean, mais une autre expérience temporelle

Entre 2016 et 2019, le gouffre est abyssal. Le paysage humoristique est bien plus vaste et fourni qu’auparavant. Côtoyer ces deux générations dans le même espace-temps me semble irréel. J’ai l’impression de ne plus me souvenir de l’heure de Jean-Philippe, comme si elle n’avait pas existé. Dans le même temps, prendre place au premier rang, à l’extrême-gauche de la salle ; j’ai l’impression que cela se jouait hier.

Cette place est stratégique, même si elle ne vend pas du rêve. Vous avez un petit escalier en face de vos jambes. Or, si vous vous placez en biais, personne n’a autant de place pour étendre ses membres inférieurs que vous. Face à vous, la scène remplace les bancs que subissent les rangs derrière vous. Vous pouvez même vous accouder sans gêner la vue de ceux derrière vous. Cela se révèle indispensable pour éviter le torticolis dû à la proximité.

Cette place, que j’ai tant prise grâce à mes pole positions, personne n’en veut pour le spectacle de Nadim. Résultat, qui se la coltine ? Bobbin ? Non, il était vraiment loin dans la file. Jean-Philippe ? Bingo. Le jeu des chaises musicales me fait sourire, tandis que j’espionne discrètement quelques réactions. Instinctivement, je cherche à savoir quel spectacle est le meilleur entre les deux, et si l’homme du passé pense comme moi.

Arrête de comparer les maîtres du rire, apprécie Nadim au Point Virgule !

À cet instant-là, je commets une erreur. Au début, les univers de Jean-Philippe et de Nadim se voulaient frontaliers. Or, on relève aujourd’hui un gouffre entre les deux. Nadim a même fait scission avec lui-même, grâce à une fusion habile avec un coauteur structurant.

La structure, la construction d’un récit : c’était ce qui manquait à la prestation de Nadim jusqu’ici. Très bon improvisateur, il se sortait des situations délicates avec beaucoup d’aisance. Tel un triathlète du rire, l’humoriste arrivait à pondre des histoires de colonel lors de sa première au Théâtre la Cible. Bluffant, mais la récréation joviale ne peut plus vraiment exister au Point Virgule.

On monte la difficulté d’un cran, et le spectacle se transforme au moins de moitié. Au début, généralement, l’artiste cherche des lieux communs pour rassurer son auditoire. Nadim ne joue pas dans cette cour. Son terrain de jeu, c’est la prise de risque. N’essayez pas cela chez vous, c’est dangereux : 90 % des humoristes en herbe s’y casseraient les dents.

Mais pas Nadim. Le triathlète se transforme en gourou du rire sympathique et nous tient en haleine. Il ne nous épargne rien : deux entractes en une dizaine de minutes, une fin de spectacle proclamée au bout de 20 petites minutes. Pour avoir vu Perceval de Grâce à la Petite Loge, je peux vous dire que ça arrive. Je serre des dents. Je jette des coups d’œil furtifs à Mickael, Jean-Philippe et les inconnus de la salle. Désolé Bobbin, à ce stade, j’ignore toujours ta localisation précise… Guette la moindre réaction de lassitude. Parfois, elle apparaît quelques secondes sur un visage isolé. Nadim rassemble donc l’essentiel de son audience, en perd un ou deux l’espace d’un instant, puis récupère tout le monde en continuant de nous infliger ses prises de risque. Sur une heure entière.

Verdict

Avec Nadim au Point Virgule, la magie opère donc. Les transitions sont généralement soignées, tandis qu’un coup de téléphone-running gag nous offre un repère pendant l’heure entière. À son terme, je suis épuisée, j’ai pleuré de rire à plusieurs reprises et j’applaudis avec ardeur. Que venons-nous tous de voir ? Un spectacle unique, sans aucun doute. Une leçon d’humour : vous pouvez tout faire si vous assumez vos choix artistiques. Un moment de bonheur humoristique, assurément. Connaissant Nadim, je peux vous assurer que ce n’est pas le dernier…

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nadim-au-point-virgule-contact [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:13:44 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:13:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6557 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4310 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 11:30:59 [post_date_gmt] => 2018-05-27 09:30:59 [post_content] => Il est l’heure d’ouvrir le second volet de la saga des humoristes qui ont compté pour moi cette année. Après les découvertes, je voulais revenir sur ma rencontre avec deux artistes que j’ai choisi de mettre en avant sur le site : Marion Mezadorian et Jean-Philippe de Tinguy. Je ne vous l’avais jamais raconté ; c’est donc l’occasion parfaite de relater ces rencontres !

Marion Mezadorian et ses pépites

Marion Mezadorian est une personnalité à part. Indéniablement celle qui m’a le plus plu humainement dans ce milieu humoristique. Oui, vous auriez peut-être pensé qu’un autre nom sortirait (mais soyez patients, ça va arriver). Je vous explique. Dans le métro parisien, je lève la tête et j’aperçois une collection de visages mornes. Je les imagine peut-être penser « c’était mieux avant » ou « je veux tuer mon boss ». Ce ne sont que des possibilités, aucune étude scientifique est venue entériner tout cela. Et puis je rencontre Marion, la pépite parmi toutes les pépites. Cette stakhanoviste de l’humour ne se ménage pas. Autoproduite, elle s’est démenée pour monter sa tournée. C’est pour cette raison que vous avez pu la voir aux quatre coins de la France (en dépit de la grève SNCF !). Je ne vous ai pas encore livré tous les détails de ce parcours, mais cela aurait pu faire un documentaire génialissime à capturer. Tiens, une idée en plus pour l’avenir.

La première fois que j’ai vu Marion…

J’ai eu une rencontre en deux temps avec Marion. D’abord, je l’ai découverte à Bobino, au Festival d’Humour de Paris le 17 janvier de l’année dernière. Le lendemain, j’allais la voir au bar les Ecuries pour l’enregistrement du deuxième Lève-toi et vanne, la scène-ouverte de Radio Nova (dont j’espère le retour un jour…). A l’époque, je n’étais pas vraiment intégrée au milieu de l’humour, donc on n’a pas discuté. Le 21 avril, j’ai sauté le pas pour la voir en spectacle d’une heure. J’ai retrouvé ce que j’avais aperçu en scène ouverte. Et comme tout le monde, j’ai failli craquer pendant le spectacle. Ce n’était pas triste, c’était beau. Après le spectacle, elle a l’habitude de faire le tour de tout le public resté et leur propose de prolonger l’expérience. Le style Mezadorian : bonne humeur toujours apparente, bonheur de voir les gens allés jusqu’à elle. Immédiatement, elle m’adopte, elle m’adoube. Sa manière d’entrer en contact avec les autres me fascine. Je l’envie de savoir le faire avec tant de naturel et de décontraction. C’est à elle que j’ai parlé du spot du rire en premier et c’est à elle que je parle de nombreux projets. Je lui fais totalement confiance pour me motiver et me rassurer quand j’ai une idée, parce que c’est la meilleure personne que je connaisse pour vous booster. Alors, j’essaie de lui rendre un peu cela, mais le fait de ne pas vivre la vie d’artiste me bride peut-être pour apporter un vrai soutien ? Enfin, elle prend avec beaucoup d’entrain tout soutien, donc une lèche-bottes comme moi en profite ! Récemment, je me suis dit qu’il fallait plus de spectacles comme celui-ci… Mais pour cela, il faut en parler ! Alors, les critiques abonnés à la culture ont intérêt de se sortir les doigts pour couvrir tout ça et tapoter des bons mots sur leur clavier. Sinon, je leur prends leur travail. Vous êtes prévenus.

Jean-Philippe de Tinguy, what else?

Si vous ne savez toujours pas qui est Jean-Philippe de Tinguy, je vous renvoie à sa biographie et son interview sur le site. Croyez-moi que si un jour, il a une page Wikipédia, j’en serai l’auteur initial. Je vais simplement faire comme pour Marion : vous raconter la première fois que je l’ai vu !

La première fois que j’ai vu Jean-Philippe…

J’ai mis un peu de temps entre la découverte de l’existence du spectacle de Jean-Philippe et l’achat de billets. De mémoire, deux semaines, mais ce n’est pas très daté. J’ai longuement hésité avant de sauter le pas. J’amenais une amie et je ne voulais pas qu’elle soit déçue. Après tout, c’est une prise de risque d’aller voir un humoriste méconnu, surtout quand on n’a jamais rien vu de lui. Même pas sa tête, simplement l’affiche illustrée. Vous savez, celle qui fait que l’on me dit toujours : « je ne l’imaginais pas du tout avec sa tête ». C’est peut-être de là d'où vient l'expression « trop bizarre d’avoir un visage »… C’était un samedi d’août, il faisait 35 degrés. Généralement, je ne suis plus vraiment consciente à partir de 29 degrés, donc il fallait s’accrocher. La régisseuse de la salle de spectacle nous a donné des éventails pour survivre à l’heure de spectacle. Je dois aussi dire que c’était la première fois que je découvrais La Petite Loge, qui a accueilli Gaspard Proust avant son explosion médiatique. Excusez du peu.

Conversations névrosées : acte I

Tickets jaunes en main, nous entrons. Pas de doute : il s’agit bien de la plus petite salle de la capitale ! Le rideau est troué, je suggère à mon amie Virginie de regarder à l’intérieur, ou d’y glisser le doigt – il s’agit là encore d’un souvenir vague. Evidemment, j’ai choisi le premier rang. Fayote un jour, fayote toujours. Quand il arrive sur scène, Jean-Philippe relève l’anecdote du rideau, et aujourd’hui, je n’ai plus aucune idée de ce que j’ai pu raconter d’autre avant le spectacle. Les éventails qui nous ont été exceptionnellement distribués le distraient peut-être, mais il semble hésiter. De mon côté, j’ai peur d’avoir déçu mon amie, alors, j’oublie de lâcher prise. Elle rit pourtant, et moi, je découvre de belles références : La cité de la peur, les Que sais-je ? sur les nouvelles technologies et bien sûr l’utilisation de ma chanson préférée de Daft Punk, avec mon fruit préféré, la banane. La machine est lancée, mais je reste sur ma faim. Plus tard, je comprendrais que comme la notion du temps est altérée dans le spectacle (on ne voit pas le temps passer), j’ai l’impression de voir seulement quinze minutes de création artistique alors que l’heure est bien remplie !

Conversations névrosées : acte II

Au terme du spectacle, Virginie n’est pas pressée, alors nous discutons dans la rue. Jean-Philippe déboule alors avec cette banane entamée lors du show. Ce qui suit est le premier moment d’une lignée de conversations étranges qui caractérisent nos échanges. L’incompréhension règne, je me suis réglée sur le mode « premier degré ». Je ne comprends pas tout, je ne sais pas s’il me faut livrer de bonnes ou de mauvaises réponses.
– Vous êtes venues comment ? – Euh… en métro ?
Le rire prend alors place. Je finis par expliquer que je vais découvrir des spectacles et que j’invite Virginie pour l’occasion. Le lundi suivant, la canicule a disparu. Je reprends donc le plein usage de mon esprit et je vois que Virginie a beaucoup plus apprécié que moi. Je me dis que quelque chose cloche dans mon jugement, donc je vais sur YouTube et je découvre Bien clair entre nous. Là, je comprends tout, alors je donne une deuxième chance le samedi suivant. Je reviendrai deux autres fois avant la fin de sa programmation dans cette salle. Après, j’ai arrêté de compter. « Ça vaut mieux pour tout le monde. »

Conclusion

Ainsi s’achève ce flashback. Comme vous pouvez le constater, je pourrais me rouler par terre assez longtemps pour que ces deux personnes puissent jouer leur spectacle devant un public averti, convaincu et nombreux. Heureusement, il s’agit d’une image : je crains que cette action soit même contreproductive. Bon, il faut que je l’avoue : je suis capable d’écrire à Emmanuel Macron et lui proposer de découvrir ces spectacles pour se détendre. J’aimerais vous dire que je n’ai pas eu l’idée… mais si, et j’étais même très convaincue ! Genre : « Tu te souviens, quand ton bon vieux pote Jean-Marc Dumontet t’a apporté un soutien, y a moyen de moyenner, mec ! » Comme Jean-Philippe a terminé son spectacle au Point Virgule l’été dernier, je peux même dater cette idée à juste après son élection… Encore une preuve que ce que vous lisez sur le spot du rire, vous ne le verrez nulle part ailleurs. Merci de votre fidélité cette année, c’était très agréable de partager cette passion avec vous !

Crédits photo

Marion, Jean-Philippe et David Bosteli © Marion Mezadorian / Le Point Virgule on the Road [post_title] => Vers les 1 an du spot du rire - Nos étoiles du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-rencontre-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:46:17 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:46:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4310 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 3706 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-01 14:15:27 [post_date_gmt] => 2018-04-01 12:15:27 [post_content] => Imaginez : vous êtes en plateau d'humour, l'humoriste sort une très bonne blague. La salle est en délire. Mais vous, vous n'avez pas compris. Parce que vous dormiez ou que n'aviez pas la référence... Le spot du rire vous vient en aide : voici comment réagir quand vous êtes le seul à ne pas comprendre une blague.

1. Rire quand même ? Oui, mais pas n'importe comment.

C'est le réflexe sûr. De nombreuses blagues sont accompagnées d'une musicalité : concentrez-vous sur le flux du son (si cela se dit ?) et repérez les chutes. Il est important de rire dans le même tempo. Idéalement, adopter la même intensité de rire que vos voisins dans le public. Vous pouvez rire moins fort, mais pas plus. Ce serait suspect. C'est comme simuler, ça ne fait jamais plaisir et on se fait griller...

2. Demander au voisin ? Non.

Vous êtes en mode survie : il ne faut donc pas prendre la confiance ! Restez dans la connivence avec l'artiste et prenez votre mal en patience. Sinon, vous risquez d'être pris à parti par l'artiste qui vous demandera peut-être si la blague précédente vous concerne. A moins d'avoir la répartie d'un stand-upper, on vous recommande de faire profil bas quelques temps. Il paraît, d'ailleurs, que la patience a des vertus. Alors, peut-être que vous l'apprécierez plus une heure plus tard, lorsque vous demanderez des explications à votre voisin. Ou alors, vous vous serez détaché émotionnellement du désir de comprendre, et vous laisserez couler plus sereinement. Vous êtes un sage, et c'est très bien comme ça.

3. Rester dans l'ignorance ? Libre à vous.

Vous avez suivi l'étape 1 et avez ri de bon cœur. Vous avez, semble-t-il, pris le même plaisir que les autres. Parfois, il vaut mieux ne pas savoir. Cela peut paraître étrange, mais vous pouvez rire pour d'autres raisons. Vous pouvez comprendre les blagues (et le monde) selon votre propre prisme ! Vous êtes éclectique, et c'est génial. Bon, je dis ça parce que j'aime me lancer des fleurs - je suis souvent dans cette catégorie d'incompréhension...

4. Complexer face à la blague ? Pas nécessaire.

Un jour, on s'est violemment moqué de moi car je ne savais pas qui était Jean-Baptiste Poquelin. Apparemment, toutes les écoles de France expliquent aux élèves qu'il s'agit de Molière. Eh bien, il se trouve qu'avec un bac + 5 de lettres en poche et un bac de la même couleur politique, je n'avais jamais entendu ce nom. Toujours est-il qu'on n'a pas la même culture. On se souvient avec émotion de la phrase de Jean-Pascal Lacoste : « un baryton, je pensais que c'était un poisson ». Remarquez, si je me souviens de cette citation, ça explique peut-être le pourquoi de mon ignorance littéraire. Je ne sais pas si c'est un truc franco-français, mais les gens aiment se vanner entre eux, ça a l'air de les divertir. Mais pour les blagues, vous ne pourrez pas tout comprendre. Avec cinq à sept humoristes par plateau, vous avez accès à autant de visions du monde ! Profitez-en pour récupérer un peu de culture générale...

Anecdotes de plateaux : 2 blagues que j'ai comprises après au moins un an

Vous culpabilisez encore ? Rassurez-vous : même avec des heures et des heures de présence dans le public, je passe encore à côté de blagues...

Lenny M'Bunga et la tectonique des plaques

Si vous allez au Paname Art Café, vous avez sûrement vu Lenny M'Bunga jouer quelques minutes. Quand il parle du rapprochement de l'Afrique de l'Europe de quelques centimètres par an, il évoque une référence que je n'avais pas. Pendant des mois, je me suis dit que j'allais demander à quelqu'un. Et je laissais faire, je riais et je trouvais la musicalité de la blague suffisamment drôle. Puis, j'ai craqué. Au travail, j'ai demandé à mes collègues s'ils connaissaient Coller la petite. C'était aussi évident pour eux que pour mes voisins au Paname Art Café. Il y en a même une qui s'est mis à chanter cette chanson. Quelques minutes plus tard, j'ai découvert la référence. Mon Dieu, ça m'a fait un vrai décalage par rapport à mon rire initial... Parce que même si je sais que cette chanson est très connue, elle ne correspond pas à ma réalité. C'est comme si tu parlais de Julie Lescaut à un Argentin : tu as beau expliquer le concept, difficile de l'apprécier de la même manière... Pourtant, elle est tellement intelligente cette blague étant donné la controverse autour de la chanson (censure au Cameroun).

Jean-Philippe de Tinguy, Bioman et le déverrouillage

J'ai beau avoir vu le spectacle Le dernier Jean-Philippe plus de 30 fois au moins (selon TNS Sofres, nous n'avons que les estimations...), je suis longtemps passée à côté de deux blagues. La première, c'est autour de Bioman, des fermiers respectueux de l'environnement. Bon, il se trouve que je n'ai jamais vu Bioman. J'ai deux secondes du générique en tête... Donc, pendant plus d'un an, j'ai vraiment cru que l'intrigue se passait dans une ferme. Le jour où j'ai découvert que le Père Noël... enfin, que Bioman ne parlait pas de ça, c'était quand j'ai voulu comprendre la blague. Je suis donc allée sur la page Wikipédia du programme... et j'ai enfin compris. La deuxième, c'est la métaphore entre draguer une fille et déverrouiller son téléphone. Il développe toute une explication autour du code pin. Systématiquement, je riais. Oui, c'est brillant, c'est bien écrit code pin sur mon téléphone. Je trouvais la blague pertinente par rapport à ma connaissance de mon Nokia et je riais en même temps que les autres... sauf qu'ils ne comprenaient pas la même chose que moi. Après avoir vu le spectacle au moins 20 fois, j'entends la blague et je comprends enfin le double sens entre pin et pine. Peut-être que c'est parce que ce soir-là, il y avait Chris Esquerre dans la salle... Mais promis, je ne lui ai rien demandé ! Figurez-vous que j'ai testé cette blague sur mes collègues d'open-space. Les mêmes qui m'ont dévoilé la blague Coller la petite. Elles ne connaissaient pas le mot pine, en fait. Le plus grave, dans cette histoire, c'est que je connais le mot mais que j'ai mis environ 9 mois avant que ça accouche dans mon cerveau. Vous le voyez, tout n'est pas perdu : les éclairs de génie peuvent vous frapper. [post_title] => Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-incomprise-public-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:07:47 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:07:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3687 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-31 13:03:14 [post_date_gmt] => 2018-03-31 11:03:14 [post_content] =>

Depuis que je suis montée sur scène, je raconte constamment que je n'ai pas envie d'y retourner. Pour le moment. Je n'aime pas la performance, le fait de jouer, simplement l'écriture. Et j'ai tenté une autre méthode : proposer une suite au sketch d'un humoriste.

Je viens de passer une semaine nulle. A base de remise en question de qualités habituellement reconnues. Je travaillais sur un projet de conception, j'écrivais un story-board. Ce n'est pas comme les story-boards de BD ou de cinéma, c'est à des fins de formation numérique. Dans le même temps, sur le spot du rire, j'ai constamment des compliments sur mon écriture. Ce mois-ci, malgré une audience encore restreinte, vous êtes nombreux à avoir lu au moins un article sur le site. Merci à vous pour ça, c'est encourageant pour la suite !

Comedy Club thérapie

Dans ce contexte de remise en cause ma personne et mon savoir-faire, je suis allée au Paname Art Café pour soigner mes maux. J'ai de la chance : depuis que Jean-Philippe de Tinguy remonte sur scène, j'ai accès au médecin le plus efficace. Même si ce sont des blagues et que ça n'a pas l'air thérapeutique. Je vous raconterai peut-être un jour pourquoi ça l'est. Si vous me croisez et que vous me demandez les détails, sachez juste que ça peut durer 90 minutes. Il y a tout une histoire de timing, d'effet papillon, je crois que personne n'a toute l'histoire. Bref.

Quelques jours ou semaines plus tôt, j'étais dans le métro. En ce moment, il y a le concours de poésie de la RATP, et voir cette affiche m'inspire. Ça m'a fait penser à ceux qui jouent avec les mots et aux nouvelles blagues de Jean-Philippe. Il arrive à nous faire rire sur l'alphabet, et j'ai trouvé une suite potentielle. Je l'ai écrite jusqu'à arriver à ma station. Alors que je marchais du métro à chez moi, j'avais encore des idées qui venaient et je riais toute seule sur le chemin. J'ai dû ressortir mon téléphone deux ou trois fois pour ne rien perdre de tout ça. Et j'ai laissé ce moment d'écriture de côté, j'attendais le bon moment pour lui proposer. En sachant aussi qu'il n'y aurait peut-être pas de bon moment.

Les 3 phases d'un plateau

Quand je vais à un plateau, il y a 3 temps :

  1. j'arrive dans le plateau et je cherche les têtes familières ;
  2. j'assiste au spectacle ;
  3. je parle quelques minutes avec les artistes que je connais.

Ce mardi-là n'était pas comme les autres. J'étais en retard. La faute à plusieurs facteurs : le métro avait un problème, j'ai découvert Ammoniacal... via Jean-Philippe et le plateau était assez tôt : 20 heures. Je suis plus habituée au 33 Comedy à 20h30, c'était un peu plus serré. Par conséquent, la première phase était plus courte. Je remercie quand même les serveurs du Paname qui connaissent par cœur ma commande : un jus de banane. En fait, j'ai une superstition : j'ingurgite une banane (ou du jus de banane, mais ça marche moins bien) chaque jour où Jean-Philippe joue quelque part. Vous imaginiez si je n'aimais pas ça ?... Un jour, j'ai fait un combo aubergine, banane et yaourt à la fraise de Plougastel. Les connaisseurs savent qu'il manquait le Kinder Bueno, mais ça fait beaucoup de sucre.

Avant l’écriture, le brouillon : une mauvaise blague m'envoie dans le décor

Le spectacle se passe bien, je n'ai pas trop l'habitude de parler aux autres humoristes mais j'apprécie leur humour. Pour tout vous dire, j'ai oublié qui jouait, il y avait peut-être Nick Mukoko à la présentation... Je prépare ma contribution au chapeau, et Jean-Philippe est dos à la cuisine du Paname, face aux gens qui sortent un par un de la cave du Paname. Et là, il me demande :

Ça roule ?

A ce moment précis, mon instinct prend le contrôle. Je m'apprête à dire la pire réponse que l'on puisse imaginer : en fait, j'ai pas de pneus, alors... En le disant, je me suis dit que c'était un terrain glissant. J'étais vraiment mortifiée de ma réponse, indigne du spectacle que je venais de voir. Il constate que l'écriture du spectacle va bon train, et je lui dis que je n'ai pas écrit une ligne en bougonnant.

Help yourself: un podcast pour cerner l'écriture de sketches

[audio src="http://media.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/s/content.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/YAPDP_26.mp3" /]

Voir sur le web - Podcast | Hadrien et Mathieu

Faire oublier la blague, vite

C'est à la fois une réponse non engageante et un pur mensonge. Je pars du Paname assez penaude, en me disant qu'il faut rectifier le tir. Je lui envoie un message bizarre, comme j'en ai l'habitude, dans lequel je confesse le mensonge et j'essaie d'analyser pourquoi j'ai menti. Un psy aurait adoré voir le côté tortueux. Mais ce qui est important, c'est que je me suis créé l'opportunité de parler de ce que j'ai écrit pour son sketch à lui.

Et comme je le connais un peu, je sais qu'il faut deux choses :

  • conserver du mystère autour du contenu plutôt que le dévoiler ;
  • ajouter la notion d'amusement et faire comme si j'avais pris cet exercice d'écriture à la légère, que c'est trois fois rien.

Bref, un savant mélange entre vulnérabilité, malice et génie. Dans le même temps, j'ai publié sur Facebook la blague avec les pneus. Le lendemain, je me réveille et je découvre la réaction de tous les comiques. On ne vit pas sur le même fuseau horaire, je suis une mamie qui se couche souvent à 22 heures. Pour une fois que j'évite le 0 like, je jubile un peu. Et Certe Mathurin me complimente sur mon écriture sur un autre contenu.

Adapter l'idée, l'écriture de l'autre à sa propre interprétation

Pendant ce temps, Jean-Philippe a mordu à l'hameçon et je lui balance le texte. J'y crois un peu, tout de même, mais j'entre dans une phase angoissante où j'espère ne pas avoir pondu de la semoule. C'est quand même difficile dans le monde dans lequel on vit. Je veux dire, ça n'a pas l'air très naturel comme méthode de ponte. Je m'enfonce ? Allez, on enchaîne !

Le mercredi soir, quelques heures après avoir pris connaissance du texte, il a tenté quelque chose. Je ne pouvais pas être là parce que j'étais au spectacle de Florent Mathey, une expérience particulière. Mais Jean-Philippe m'a dit qu'il me dirait comment ça s'est passé. Evidemment, c'est moi qui l'ai relancé en milieu de matinée le jeudi matin. Je ne pouvais pas rester dans un tel suspense, comprenez-moi !

Quand la magie opère…

Il m'envoie l'extrait audio, et là, j'ai compris un peu mieux encore le talent des humoristes. Ils savent vraiment adapter les idées à leur univers. Il reste l'idée de base, mais il a réécrit tous les exemples et a étiré mon idée de fin. J'avais écrit ce que je pensais être une chute ou une transition, en disant que ce que je venais d'écrire, ce n'était pas facile. Il l'a changé en un passage sur le travail et a développé d'autres idées avec du jus (suite à un passage sur une banane... Je jubilais). Tout cela sur une phrase qui me paraissait complètement anodine. Chapeau l'artiste. J'espère que le public du mercredi soir a été généreux en chapeau, d'ailleurs.

Un spectateur inspecte l'acteur*

Vendredi soir, Jean-Philippe est programmé à 19 heures. Je ne rate pas l'occasion de voir le résultat. Horaire plus compliqué, la salle n'affiche pas complet. Or, ça marche encore, et ça lui a donné envie de creuser d'autres trucs. Je lui dis que j'ai justement une idée. Quelques minutes plus tard, je le recroise, il ne comprend pas. Il pensait que je lui renverrai un texte, alors que là, je n'avais juste qu'une interprétation basique du rêve dont il parle sur scène.

C'est plus difficile pour moi de développer une idée qui parle de lui : ça me semble encore étrange de parler pour quelqu'un d'autre. Les vannes que j'ai initiées n'étaient pas dans l'introspection. J'ai l'impression que les auteurs commencent toujours par une discussion, prennent le temps. Donc, il faudrait prendre le temps de le faire...

Quand j'aurai l'occasion, j'aimerais bien tenter le coup, voir ce que je peux apporter. Il y a des volontaires parmi les comiques ?

*Ceci est le titre d'un des sketches du spectacle Eric Ké Ramzy. Je vous le conseille : Ramzy, membre du public, essaie de prendre le micro d'Eric qui joue un stand-upper raciste. Une parodie brillante qui est malheureusement méconnue.

Crédit photo : © Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange. [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coauteur-vanne-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:26:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:26:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3687 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3642 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-24 18:37:15 [post_date_gmt] => 2018-03-24 17:37:15 [post_content] => Le festival des Fous Rires de Bordeaux arrive à son terme. La deuxième édition s'est terminée par les tremplins découvertes. Le spot du rire était sur place lors des deux demi-finales. On vous raconte le parcours qui a mené François Guédon à la victoire !

Tremplins découvertes : un niveau hétérogène

Jeudi soir, le Café Théâtre des Chartrons est rempli. Et pour cause : le festival a concocté une programmation de grande qualité. Sur les cinq potentiels finalistes, quatre étaient à mon sens dans un mouchoir de poche.

Encouragements pour Marion et Barbara Laurent

C'est un duo qui ouvre le bal : Marion et Barbara Laurent. Deux personnalités antagonistes qui vont créer un rapport d'opposition, deux visions de la féminité. Barbara opte pour la fougue et la candeur, Marion est plus pragmatique et charrie sa consœur. La dynamique entre les deux femmes est quelque peu téléphonée, la thématique des ex déjà bien utilisée. Un instrument vient essayer de noyer le poisson, mais ça ne prend pas. Les deux humoristes obtiennent toutefois de nombreux rires : l'humour est quelque peu potache, passe assez bien. Pour l'innovation, on repassera. Elles ont ainsi ouvert la soirée en proposant toutefois un passage travaillé et correct, juste assez déjà vu pour que le public averti reparte bredouille.

David Voinson enflamme Bordeaux

Autre style, autre énergie : David Voinson arrive sur scène survolté. Il évolue presque à domicile et parle du bassin d'Arcachon et des personnes âgées qui le peuplent... et lui donnent envie de jouer à saute-mouton. Impeccable sur le rythme, il a bien compris comment on fait de la scène. J'ai apprécié la technique, le débit de parole, les idées parfois épatantes et les interactions malignes. La soirée a véritablement commencé à ce moment-là, le niveau est monté d'un gros cran.

Jean-Philippe de Tinguy ne joue plus

Jeudi, c'était jour de grève SNCF... Or, à l'inverse des cheminots aux abonnés absents, Jean-Philippe de Tinguy a fait une apparition dans la ville où il a grandi. Il n'en a pas parlé du tout, et n'a pas tenté d'amadouer le public pour les inciter à voter pour lui. Si vous avez écouté l'épisode d'Un café au lot7 avec Louis Dubourg, vous n'êtes sûrement pas surpris de l'apprendre. Sinon, on vous encourage à mieux cerner le personnage. En toute décontraction, il s'est donc amusé sur scène, sans fioriture et avec un medley des créations de ces dernières années. De la nouveauté en début de passage, et un mélange du reste, bien articulé. De quoi ravir ses parents, qui profitaient de son passage pour le voir jouer !

Entracte : un mot sur la présentation

Avant d'aborder les deux derniers humoristes, parlons de la présentation. Deux professionnels du spectacle vivant se sont prêté au jeu. L'an dernier, Aymeric Lompret et Jo Brami avaient réalisé le job. Et cela s'était mal passé. L'annonce d'un humoriste homme, annoncé comme « la troisième femme de la soirée », était plus que gênante. C'est donc un choix éditorial différent qui a conduit deux présentateurs pas vraiment à l'aise dans l'exercice à se donner en spectacle. Ils ont joué le jeu, mais c'était difficile pour eux. Une connaissance des artistes insuffisante les a embourbés dans l'erreur lors de la première soirée. Ils ont vanté la présence d'humoristes belges l'an passé, alors que le lendemain, ils en avaient 3,5 sur 5 d'origine belge ! Le pire était le lancement des humoristes. Quelques spoils du passage ruinaient les effets. Celle qui en a le plus pâti, c'est Tania Dutel. Celui qui s'en est le mieux sorti, c'est Jean-Philippe de Tinguy : une promotion lue mot pour mot, dictée par l'humoriste et jamais déviée car minimaliste.

Tania Dutel à la peine

Quand on a affaire à un talent du rire, on oublie parfois qu'il peut trébucher. Tania Dutel n'a donc pas été servie par sa promotion et semblait mal à l'aise. Elle m'a confié ne pas être une humoriste taillée pour les festivals, en dépit d'un véritable succès sur une heure. Je comprends tout à fait : c'est le genre d'humoriste qui se distingue sur une entrevue plus longue, on a besoin de la connaître vraiment pour l'apprécier pleinement. Au demeurant, Tania est très efficace en scène ouverte. Le samedi précédent, elle était à la finale du Campus Comedy Tour. En la voyant, je me suis dit qu'elle était redoutable, de plus en plus forte. Son style et son angle scénique la hissent régulièrement en tête de l'applaudimètre. Le texte est intelligent, le passage sait s'apprécier. Mais peut-être est-ce un peu trop moderne pour les festivals ? À méditer.

François Guédon, l'efficacité scénique

Le passage de François Guédon était millimétré. Avec un angle intéressant : insuffler de la littérature dans la télé-réalité. La fin du sketch, une équation sur la consanguinité, m'a moins plu. En fin de soirée, une telle complexité peut mettre KO le public, surtout s'il est de passage à Bordeaux et exténué par sa journée de marche. J'ai regardé avec curiosité le passage de François Guédon au Fieald. Le début, une séduction par une posture d'orateur, m'avait plu la première fois. Or, le revoir m'a semblé faux. Ce n'est pas un problème pour un concours axé sur les découvertes : l'effet de surprise marche à plein régime. Le problème, c'est connaître la chute, vulgaire et décalée par rapport à la beauté du moment précédent. Cela déclenche des rires, soit, mais on n'en garde pas un souvenir stupéfiant. La partie sur la télé-réalité était la plus convaincante. La musique dynamise le tout, l'interprétation et le texte sont au rendez-vous. C'était suffisant pour battre les 4 autres humoristes. L'organisation m'a confié que pour cette soirée, la victoire s'est jouée dans un mouchoir de poche. On veut bien la croire : quel niveau !

Catherine Demaiffe : aïe

Le lendemain, retour aux Chartrons. La salle est toujours aussi bondée. Les présentateurs sont beaucoup plus à l'aise que la veille. Aucun faux pas de leur côté, beaucoup moins d'hésitations. Il faut souligner la réactivité du festival d'apprendre de ses menus défauts. Il faut dire qu'ils ont été intelligents sur l'ordre de passage. J'ignore si c'était un hasard, mais chaque soirée s'est ouverte sur la prestation la moins aboutie. La veille, c'était difficile pour Marion et Barbara Laurent de tenir la comparaison, mais elles ont réussi à insuffler de vrais rires. Vendredi soir, Catherine Demaiffe n'y était pas. Maman cynique, Catherine Demaiffe débutait un passage sans élégance, assez vulgaire. Le bruitage de pet, vraiment ? Je regrette de voir cette humoriste proposer un angle qui ne lui sied pas. On peut faire de l'humour noir sans forcer le trait, avec de l'esprit. Là, les blagues étaient collées les unes aux autres, les rires quasiment inaudibles. Je n'ai pas compris la finalité de cet humour, qui manquait de justesse. La sauce n'a pas pris, mais son actualité était surtout liée à des courts et longs métrages... Peut-être qu'elle n'a pas trouvé la bonne discipline où évoluer.

Félix Radu change de registre

Favori de cette soirée, Félix Radu réalisait une prouesse. La victoire de cette demi-finale n'était pas garantie pour le Namurois. François Guédon utilise lui aussi la littérature pour sa prestation scénique. Je n'y croyais plus autant. Or, au fil de la soirée, j'ai constaté que le plateau était moins relevé que la veille, et assez homogène dans la vanne un peu grasse. Bref, Félix Radu avait carte blanche pour proposer une bouffée d'air frais. La prestation de haut vol lui a permis d'emporter le public avec lui. Tournant son jeune âge et sa vulnérabilité sur scène en avantage, il parvenait à conquérir la foule. Celui qui veut faire oublier sa comparaison avec Raymond Devos impose de plus en plus son clown. Il dit vouloir jouer avec les silences et emmener le public dans son monde poétique... Ça m'a alors frappé : il n'était plus aussi proche de la philosophie de François Guédon, mais de celle de Jean-Philippe de Tinguy ! Une bonne chose que la grève SNCF (probablement ?) l'ait dévié sur la deuxième journée...

Thomas Angelvy : du rythme et des clichés

Troisième humoriste à passer, Thomas Angelvy commence par des interactions avec le public. Un peu vaches, elles embarquent la salle dans de nombreux rires. Un humour efficace, mais que j'ai toujours trouvé frustrant. Opposer les hommes et les femmes sur des clichés (le nombre de gels douches multiplié par 30 quand une fille entre dans ta vie, les pieds froids)... C'est du réchauffé, mais ça a le mérite de fonctionner encore. Je le respecte en dépit de cette opinion assez personnelle et biaisée par tout le stand-up malin que j'ingurgite à longueur d'année. Thomas Angelvy a travaillé à la radio, chez Voltage. Ce bagage lui permet de connaître les travers des hommes et des femmes et de les vanner avec quelques clichés, certes, mais un vrai bagout. S'il s'essaye à un autre registre à l'avenir, je parie qu'il saura se réinventer pour le meilleur. Mais c'est lui le maître à bord, je lui donne carte blanche pour séduire le public !

Pierre-Emmanuel alias PE : une once de déception

J'ai découvert PE au Cactus Comedy, arène autoproclamée de l'humour piquant. Emballée par sa prestation, je regardais avec attention le passage. J'ai trouvé qu'il y avait quelques répétitions, sur son rappel de l'âge et l'anecdote de la poule. D'autres facilités liées à l'usage d'une trompette. En revanche, j'ai retrouvé les décalages audacieux qui font sa force. L'humour est un peu lourd, mais il arrive à ne pas tomber dans la vulgarité par un charisme et une bonne humeur indéniables. Ce n'était pas son meilleur passage, mais il y avait tout de même des moments bien pensés.

Biscotte et sa guitare

Présenté comme gagnant de plusieurs festivals par le présentateur, Biscotte se tirait une balle dans le pied. Avant de continuer, avertissement au lecteur : j'ai une opinion tranchée sur l'usage d'un instrument. Je trouve que c'est se cacher derrière un contenu pauvre et en tirer un avantage. La musique, c'est agréable. Sans elle, les mots pèsent plus lourd. Biscotte chante extrêmement bien, sa voix est faite pour la prise de parole. Bon orateur, il maîtrise la technique. La guitare est parfaite, mais le texte ne suit pas. J'ai apprécié la dernière partie avec les mots en allemand, j'ai ri malgré moi. Mais j'ai trouvé ça facile. Je reconnais que Biscotte a une décontraction et un charme sur scène qui l'aident à plaire à l'auditoire. Dommage d'être trop juste sur les paroles à mon goût.

Une affaire de goût : aparté sur les festivals

Les festivals d'humour sont un exercice difficile. Souvent injuste, mais agréable pour le gagnant. Peu représentatif, mais valorisant aussi. Le problème insoluble, c'est que l'humour est subjectif. Peu importe le gagnant, que l'on connaîtra dans quelques heures : rien ne remplace une découverte d'artistes personnelle. (MàJ : François Guédon a remporté les tremplins, bravo à lui !) Dans l'humour, il y a des injustices. Comment décerner des prix financiers ou symboliques ? Alors qu'on finit par trancher parmi des personnalités, sur des critères opaques car l'humour, c'est un rapport d'émotion. J'ai découvert plus récemment cette essence de l'humour qui rend ce milieu aussi attachant. Rire, ce n'est pas simplement faire travailler quelques organes et émettre des sons amusants. C'est l'acte de bouleverser l'autre avec ses tripes, sa vision du monde et ce petit truc qui rend chacun de nous unique. Ce n'est pas donné à tout le monde. Et il y a deux entités qui doivent s'engager dans ce dialogue : l'artiste et le spectateur. Alors, si vous n'avez pas vu l'artiste qui vous plaisait triompher, vous pouvez le soutenir en le suivant sur scène et les réseaux ! Comme ça, le public reprend le pouvoir et ce ne sont pas uniquement les producteurs qui décident de qui vous fera rire.

Crédits photo

© Aurélien Cadret & Loïc Cousin [post_title] => Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : on y était ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tremplins-fous-rires-bordeaux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:46 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3642 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 3636 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-20 19:47:44 [post_date_gmt] => 2018-03-20 18:47:44 [post_content] => De nombreux humoristes font leur promotion sur Facebook, mais un récent changement d'algorithme favoriserait désormais les publications de vos amis. Et toujours les personnes prêtes à payer pour apparaître avant les autres. Le Guardian s'est demandé si cela sonnait la mort de la comédie sur le web.

La FOMO, le digital detox et les plateaux

Il y a quelques mois, j'étais accrochée aux programmations des plateaux d'humour. Pour certains, je programmais même des notifications, pour avoir une information immédiate à parution. L'objectif : ne manquer aucun événement parmi l'offre pléthorique de la capitale. A un moment, je ne pouvais plus déconnecter. Trop d'informations, tant à relayer : ensevelie. J'ai opté pour une solution radicale : l'extension News feed eradicator for Facebook. En gros, quand je m'y connecte au travail, je n'ai plus le fil d'actualité. Le réseau social lui-même a reconnu que consulter passivement ce flux d'informations menait à des choses sympathiques : anxiété, dépression, addiction aux réseaux, à la notification. Ces derniers mois, j'ai ralenti le rythme : moins de plateaux d'humour et moins de relais d'information. J'ai assisté à moins de spectacles (désolée pour tous ceux qui m'ont généreusement invitée). En réalité, j'ai repris la même routine qu'avant : aller voir des choses parce que j'en ai envie, à un rythme plus raisonnable. Et j'ai surtout goulûment profité de quelques plateaux au 33 Comedy, encore et toujours mon lieu préféré pour rire.

Plateaux d'humour et turn-over : les nouveaux talents arrivent par fournées

Je suis tombée sur les nouvelles programmations du Paname Art Café ces derniers jours. Il y a de plus en plus de noms qui me sont étrangers : le roulement marche. Ça confirme une chose : alterner les plateaux d'humour de deux ou trois bandes d'humoristes qui ne se côtoient pas est la meilleure façon de voir ce qui se fait. Par contre, on ne pourra pas voir tout le monde. J'étais surprise de découvrir Djamil le Shlag au Bordel Club sans jamais l'avoir vu auparavant en plus d'un an passé dans ces lieux. A l'inverse, il m'arrive parfois qu'Adrien Arnoux et Rémi Boyes me manquent. Au One More Joke la semaine dernière, ça m'a frappée. J'ai parlé avec Cyril Hives pendant une bonne partie du temps, j'ai croisé Thomas de Laporte (rencontré au Cactus Comedy) et j'ai pas mal échangé avec Sylvain Fergot. Ces humoristes là, en retrait face aux habitués, ne sont pas encore stakhanovistes des plateaux ou sortent d'un accident de surf. Et aussi, je les ai rencontrés dans la vraie vie, pas sur le web. En parlant des habitués des plateaux, il y avait justement Rémi Boyes (évidemment Joseph Roussin n'était pas loin). Charles Nouveau, Jean-Philippe de Tinguy et ces deux-là ont aussi émergé en 2014-2015. J'ai littéralement vu l'écart, leur évolution dans une autre dimension.

Facebook et réseaux sociaux : les chiffres ne veulent-ils rien dire ?

Le succès d'une vidéo ne doit rien au hasard. Je ne sais plus dans quel podcast ou dans quelle vidéo je l'ai entendu. A l'inverse, on se plaint souvent que les contenus de niche ou alternatifs ne décollent pas. Ce n'est pas moi qui vais le dire le contraire : moins de 250 fans sur Facebook pour ce site. Une nerd qui fait des trucs dans son coin, qui parle à d'autres nerds. Ce n'est pas grave, mais parfois on se demande pourquoi on fait tout ça. Et on continue comme un réflexe, parce qu'on aime juste ça. Dans un article récent, je parlais du classement des humoristes en tête d'affiche. Quelques jours plus tard, je découvre Baptiste Lecaplain pour la première fois sur scène. Il ouvrait la finale du Campus Comedy Tour, remporté par Paul Mirabel (qui succède à Nordine Ganso). La salle a ri de bon cœur, mais je n'étais pas à la fête. Je ne sais pas si lié au style d'humour universel ou si j'avais l'impression d'avoir entendu 1000 fois la même idée, mais j'ai été déçue. Bim, 71000 fans sur Facebook. Je reprendrai une fournée d'alternative comedy. Précisons toutefois qu'il m'a déjà fait rire par écran interposé et que je suis persuadée qu'il a beaucoup de talent. Je ne juge qu'une prestation de quelques minutes. Ne l'oublions jamais : cela ne vaut pas le coup de déverser gratuitement de la mauvaise critique.

Judd Apatow vs. Philippe-Audrey Larrue St-Jacques

Pendant que Facebook et son algorithme viennent chambouler la portée des publications de pages, la vie continue. J'ai eu le droit à un anniversaire en retard, comme c'est la tradition dans l'open-space où j'évolue. On m'a offert Mes héros comiques de Judd Apatow, je suis en train de le dévorer et je vous raconterai sûrement tout ça. Surtout, en commençant la lecture, j'ai eu très envie de deux choses :
  • assister à la parution d'un livre d'entretiens avec les humoristes francophones d'aujourd'hui ;
  • voir une série à la Parks and Recreation ou Brooklyn Nine-Nine voir le jour avec des comiques francophones.
Pendant que je réfléchissais à mes fantasmes audiovisuels, l'une des artistes du spot du rire m'a interpellée... via Facebook. Betty Durieux faisait de la pub pour un artiste qui vient en France en avril pour 3 petites dates au Point Virgule. Apparaissait un nom obscur sur mon écran de smartphone : Philippe-Audrey Larrue St-Jacques. Tant de questions se bousculaient dans ma tête : c'est qui, pourquoi ce nom, quel genre d'humour, est-ce un néo-notaire notable ? Pourquoi me mentionner moi, ce jour-là ? La publication parlait de découvrir un humoriste sans prendre l'avion... et c'est vrai que parfois, je pars en train ou en avion pour en découvrir... Bref, allez voir celui qui est encore un peu énigmatique pour moi du 12 au 14 avril au Point Virgule ! Parce qu'il repart juste après... Vous pourrez ensuite le recroiser sur Facebook, probablement. Pour l'heure, la comédie se porte bien. Allez en plateau la voir en vrai. [post_title] => Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-facebook-comedie-invisible [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3636 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 3588 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-05 10:23:41 [post_date_gmt] => 2018-03-05 09:23:41 [post_content] => Imaginez : vous êtes dans le public d'un plateau d'humour au Paname Art Café. L'ambiance est bonne, les humoristes commencent à vanner et à parler au public. Comment gérer l'absence de quatrième mur en toute sérénité ? Après des heures et des heures sur les bancs publics de l'humour, je vous livre quelques astuces pour passer cette épreuve draconienne. Si vous avez lu mon guide pour assister à un spectacle humoristique, vous savez que je suis peu embêtée dans les salles de stand-up. Les humoristes s'adressent aux personnes juste à côté de moi. Malgré mon placement au premier rang, je passe entre les gouttes. Or, ça, c'était avant.

Au Paname Art Café, le quatrième mur passerait pour un gros mot

En plus, je commence à être connue des humoristes, donc on partage une sorte de pacte de non-agression. Je sais ce qui va être dit, ils savent qu'ils auront mieux à explorer ailleurs. Mais ce dimanche dernier, je suis allée au Paname Art Café avec la confiance, peut-être un peu trop. Comprenez-moi : les serveurs me connaissent tellement qu'ils m'apportent un verre de jus de banane sans prendre ma commande. J'ai l'impression d'être un félin qui a marqué son territoire sur les murs, en y déposant peaux de bananes et autres éclats de rires. A l'entrée, Betty Durieux est là et je savais que j'allais la trouver. Ghislain Blique, qui jouait à 17 heures (je le savais encore) surgit comme si j'avais écrit le scénario. Et Jean-Philippe de Tinguy, qui est revenu au Paname deux jours plus tôt, ne tarde pas à arriver. Les choses s'enchaînent bien, mais je sais qu'il y a un risque de voir ce plan sans accroc capoter.

Tareek, trublion du stand-up

Parmi les humoristes sur scène à 18 heures, il y a Tareek. Ne vous y méprenez pas : je l'aime bien. Je sais qu'il vanne beaucoup, et qu'on n'a pas trop eu l'occasion de se croiser. Je l'ai vu au premier plateau auquel j'ai assisté, Lève-toi et vanne aux Ecuries... un plateau de Radio Nova qui a intérêt à revenir parce que c'était bien. Oui, je pose ça là. Bref, quand j'ai vu Tareek, je n'avais pas encore bâti cet empire qu'est Le spot du rire. Il avait vanné le mec juste à côté de moi, le taxant de violeur de la Nièvre. Hors contexte, ça a l'air horrible, mais c'est très bienveillant. Je savais que ça pouvait partir en sucette. Arrivé au sous-sol, Tareek assure la chauffe. Ça veut dire qu'il passe deux fois : au début, et à la fin. A côté de moi, un groupe de réunionnais : je me dis qu'ils vont y passer. Pas immédiatement, mais il y travaille sûrement déjà dans ses pensées, en bon improvisateur. Au premier rang sur le côté droit, une fille visiblement timide se fait allumer. Il la vanne, lui demande si on peut parvenir à faire passer le teint de son visage du rouge au bleu. Après un long moment, il assène d'autres coups ci et là, et je passe outre, ça tape à côté de moi. Lorsqu'il fait la chauffe pour accueillir Julien Jaro, il s'interrompt sur moi. J'étais semble-t-il tellement immobile que j'avais l'air morte. Clairement, là, tu sers tous tes sphincters et tu es encore en train de prier, même athée. Ça rigole, mais ça n’appelle pas de réponse. Je me dis que ce n'est que le premier round.

Deuxième round : la démolition

Julien Jaro passe, ça rigole doucement mais plus salement sur les sujets de cul. Le public est un peu mou sauf quand on le titille. Jean-Philippe passe ensuite, il parvient à attirer une partie de la salle dans son délire. Puis Waly Dia entre en scène, taxe Jean-Philippe de mec chelou. Même s'il enfonce une porte ouverte, il en tire les bénéfices : les rires sont de plus en plus francs. Noman Hosni et Ayoub font aussi leurs passages, avec une mention spéciale à Noman qui repart sur l'impro et fait partir le public en fou rire sur les pets en couple. Ça ne manque jamais. Et Tareek revient sur scène et privilégie un passage d'improvisation. Il s'arrête sur moi, me demande comment je m'appelle, ce que je fais dans la vie, la routine. Je m'attends à quelques vannes bien senties. Mais il me demande si j'ai passé un bon moment et parmi les humoristes, lequel je trouve le plus beau gosse. Maintenant, il faut savoir que c'est la question à ne pas me poser. Mais il ne me connaît pas. Il ne sait pas que je sors de 20 ans à être bassinée sur cette question pour tout. J'ai appris à ne pas parler de ça en sports mécaniques, parce que quand tu es une nana dans ce monde-là, à un moment ou à un autre, tu vas vouloir de la teub. C'est ce que pensent les gens dans ce monde masculin-là. Bref, lourd. Mais je ne peux pas raconter ça. En plus, ça embête vraiment tout le monde dans ma vie : je n'aborde pas ce sujet. Mon ex n'était même pas sûr de savoir ce que j'en pensais. Donc, je lui ai répondu :
Non mais, je ne m'exprime pas sur le sujet.
Evidemment, il n'allait pas me lâcher. Je me suis dit : « ça va être sale ». Là, il a compris qu'il avait affaire à un être humain borderline, il m'a dit que je ressemblais à la fille dans The ring. Et il a cartonné, c'était cool et la dignité de tout le monde est restée intacte. Voici une partie des punchlines de Tareek, sans tout ce que je vous ai raconté. Une sorte de bonus.

Mon conseil pour bien gérer l'absence de quatrième mur

L'absence de quatrième mur est très intimidante pour le public, mais c'est aussi ce qui permet à un passage de décoller. Parfois, les humoristes vont vous faire vivre des choses débiles. Je me souviens du jour où Paco Perez nous a demandé de mettre notre pouce sur notre front pour faire un truc totalement insensé. Clairement, je n'ai pas fait ce truc, et il m'a forcée. Le relou. Mais tu te dois de jouer le jeu, même 3 secondes. Tu as le droit de soupirer un peu, mais pas trop. L'important, c'est de montrer modérément ta gêne. Elle est normale, elle va faire marrer tout le monde. Je conseillerais de ne pas fondre en larmes, ce qui pourrait générer un climat de malaise. Plus sérieusement, n'ayez pas peur, c'est juste pour rire.

Crédits photo

Tareek au Sentier des barres © Betty Durieux [post_title] => Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-quatrieme-mur-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:15:17 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:15:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3588 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3491 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-25 13:45:57 [post_date_gmt] => 2018-02-25 12:45:57 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]La 2e édition des Fous Rires de Bordeaux approche à grands pas ! Du 17 au 24 mars prochain, des artistes confirmés et découvertes humour vont se côtoyer dans la ville de Bordeaux. Comme l'an passé, la programmation est extrêmement bien pensée.

Demandez le programme : Haroun, Paul Taylor, Sugar Sammy, Chris Esquerre...

Lancé en 2017, le festival les Fous Rires de Bordeaux veut jouer dans la cour des grands. On retrouve le même principe que pour le festival d'Avignon : une programmation in, et une off (rebaptisée ouf). L'idée : apporter le rire au-delà des salles de spectacles. La programmation est à la fois intelligente et équilibrée : de nombreuses formes de spectacle vivant vont se côtoyer. Si vous avez envie de passer du stand-up au cabaret, en saupoudrant le tout de cirque, c'est possible ! Des concepts tels que les soirées où l'on peut rire dans le noir ont aussi leur place à Bordeaux. Le plus simple, c'est de composer votre programme parmi les nombreux spectacles proposés chaque jour. Et pour réserver, c'est par ici.

Tremplins découvertes : 2 soirées pour des artistes en devenir

Ce qui nous intéresse le plus, au spot du rire, ce sont les tremplins découvertes. Ça nous intéresse tellement qu'on va se déplacer pour les couvrir. Comme la programmation est de haut niveau, cela se répercute aussi sur les soirées tremplin. Vous connaissez le concept du groupe de la mort au football ? Eh bien là, c'est pareil. Dès la première soirée, le niveau va être très élevé. J'ai moins vu les protagonistes de la deuxième journée sur scène, mais j'en ai entendu de bons échos.* Et quand je suis allée à Lyon, c'est Biscotte qui a remporté le tremplin jeunes talents de l'Espace Gerson fait son festival... Voici le détail de chaque soirée jeunes talents :
Jeudi 22 mars Vendredi 23 mars
Tania Dutel Félix Radu
Jean-Philippe de Tinguy Catherine Demaiffe
François Guédon Thomas Angelvy
Marion et Barbara Laurent Pierre-Emmanuel alias PE
David Voinson Biscotte
*La programmation a quelque peu évolué depuis l'écriture de ces lignes, le tableau montre les derniers changements. Là encore, tous les styles d'humour vont être mis à l'honneur : rire musical, stand-up engagé, humour absurde, universel, noir ou poétique... Il y en aura pour tous les goûts. Autant vous dire qu'il sera très difficile de trancher et de départager tous ces talents singuliers ! Et pour la deuxième année consécutive, l'un des artistes sélectionnés par le spot du rire sera de la partie : Marion Mezadorian l'an passé, Jean-Philippe de Tinguy cette année. Les finalistes de ces soirées tremplin vont se départager le lendemain, lors du cabaret extraordinaire. Venez assister à ce bouquet final haletant, c'est tout ce que l'on peut vous conseiller.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=nayP2YbhYe8" title="Le programme IN et OUF des Fous Rires de Bordeaux"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fous-rires-bordeaux-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:28 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3491 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3447 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-11 17:53:02 [post_date_gmt] => 2018-02-11 16:53:02 [post_content] => Louis Dubourg a lancé son podcast Un café au lot7 il y a quelques mois. Depuis le début, il tient son rythme de publication : une interview par semaine. Résident au spot du rire, Louis Dubourg a invité d'autres artistes du spot du rire : Charles Nouveau et tout dernièrement Jean-Philippe de Tinguy. On vous fait revivre ces moments !

Un café au lot7 avec Jean-Philippe de Tinguy : un podcast imprévisible !

Louis Dubourg fait du stand-up depuis un certain temps. Aujourd'hui, il réfléchit plus que jamais à sa manière de jouer, d'aborder la comedy life qu'il aime appeler ainsi. Cette prise de recul nous offre un épisode un peu différent des autres, selon ses dires. En effet, il n'arrivait pas à savoir où la conversation dériverait. Sans surprise, dériver nous emmène en mer. Il y a quelques arbres dans l'épopée. Pour les habitués, on vous rassure : ça parle aussi de stand-up ! Moi qui ai retourné le web pour vous concocter la fiche artiste de Jean-Philippe de Tinguy et son interview, figurez-vous que j'ai appris des trucs. Par conséquent, je vous invite très, très chaudement à (ré)écouter cet épisode. Surtout si vous faites partie des gens qui m'ont parlé de Jean-Philippe en me demandant quand il reviendrait jouer ces derniers mois. Il va y avoir d'autres dates. Surveillez notamment le Business Class Comedy Club le mois prochain... Je n'en dis pas plus !

Les références du podcast

Ce podcast est truffé d'inspirations très variées : Tout ça va vous occuper un bon moment. Pratique : vous pouvez aussi vous abonner sur iTunes pour retrouver un nouvel épisode chaque samedi !

Bonus : quand Louis Dubourg invite Charles Nouveau

Jean-Philippe de Tinguy n'est pas le premier artiste du spot du rire à passer par Un café au lot7. Dans les débuts, Charles Nouveau parlait naturellement du football et de l'actualité du moment. Deux sujets qu'il a l'habitude de manier sur ses chroniques Les beaux parleurs et sa carte blanche sur Couleur 3. [post_title] => Podcast - Quand un café au lot7 réunit les artistes du spot du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louisdubourg-jeanphilippedetinguy-artistes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:36:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:36:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3447 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3157 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-29 10:56:48 [post_date_gmt] => 2017-12-29 09:56:48 [post_content] => Le spot du rire achève l'année 2017 avec de nombreuses satisfactions ! On espère que ce projet de promotion d'humour vous apporte des informations, de l'amusement aussi. Les contenus présentés ici sont les plus consultés de l'année. Quoi de mieux que la fin de l'année pour les redécouvrir ?

10. Jean-Philippe de Tinguy : une interview du spot du rire

L'interview avec Jean-Philippe, c'était la première du site internet. Si elle apparaît ici, c'est grâce à une promotion sur les réseaux sociaux et sûrement parce que je l'ai beaucoup lue. Cela a l'air tellement plus simple de parler de quelqu'un dont le parcours n'a plus de secret. En réalité, c'est difficile parce qu'on a envie d'orienter la parole de l'autre, on sent où il va aller. On veut juste le montrer et rendre compte de ce qu'on a découvert. J'espère que la mission a abouti à vous le faire connaître davantage !

9. Nadim : pourquoi le spot du rire le soutient

Ce billet présente ce qu'il s'est passé lorsque j'ai rencontré Nadim. Pour tout vous dire, ça m'a cassé un date qui n'a pas compris ma fascination pour les artistes et s'est senti délaissé. Bon, je pourrais avoir prononcé les mots salut ma poule... Ça peut jouer, aussi. Plus sérieusement, j'ai été bluffée de retrouver un humour sur le malaise et la folie. Lorsque je l'ai recroisé, le timing était parfait : je lançais le spot du rire, et je lui ai proposé de rejoindre l'aventure. Tout est parti de là.

8. Un café au lot7 : le podcast de Louis Dubourg garanti sans clash

On ressent le marketing incisif de Louis Dubourg dans cette position. L'humoriste a lancé un podcast où il rencontre des personnalités du milieu du stand-up. C'est axé sur l'actualité, ça questionne notre place dans la société. Autant le dire tout net : c'est parfois pompeux. Mais nous sommes à des années-lumière des blagues potaches, pourquoi pas élever le débat, après tout.

7. Dimanche Marrant : le plateau d'humour tendance à la Brasserie Barbès

Le plateau Dimanche Marrant est parfois victime de son succès. Il y a tellement de monde qu'il faut arriver assez tôt pour être bien installé. Parce que voir du stand-up à Barbès, c'est vraiment hype. Une ambiance cosy, une programmation efficace, Guilhem Malissen aux commandes. Il n'y a pas de secret pour attirer du monde. Généralement, le samedi et le dimanche, quelques personnes viennent consulter cette page. On est très fier de pouvoir les aider à se projeter dans leur sortie du dimanche soir !

6. Cactus Comedy : le plateau d'humour qui pique

Le Cactus Comedy est un plateau original. Il fonctionne sur un système de troupe. L'humour est volontairement corrosif, un peu engagé parfois. Des invités apportent une inspiration aux humoristes résidents, et toute la bande délocalise en province ou à l'étranger.

5. Plateaux d'humour et comedy clubs : les endroits où rire à Paris

L'une des missions du spot du rire, c'est de vous faire découvrir les plateaux d'humour. Sinon, comment pourriez-vous bien découvrir les nouveaux talents du rire ? Si vous vous contentez de BilletRéduc, vous aurez ceux qui ont déjà une heure de blagues. Avant d'en arriver là, il faut tester. Les plateaux sont faits pour ça. On en profite pour vous annoncer qu'on vous a concocté une liste de plateaux au-delà de Paris !

4. Louis Dubourg : artiste stand-up au spot du rire

Louis Dubourg est l'un de nos résidents. C'est le dernier que j'ai nommé à cette place pour sa connaissance de la culture du stand-up. Le jeune humoriste se met par ailleurs souvent en question. Il dégage aussi une assurance sur les réseaux sociaux qui l'amène notamment à remplir le One More Joke. Un marketeux drôle, en somme.

3. Jean-Patrick : découverte humour d'août

J'ai vu le spectacle de Jean-Patrick 2 fois. Ce mec a un truc spécial : on ne sait pas s'il va offusquer ou donner à réfléchir. A aucun moment, je ne sais où il va aller. Mais j'ai été suffisamment intriguée pour avoir envie de vous le faire découvrir.

2. One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !

Quand des plateaux iconiques de la capitale innovent, ils ne le font pas à moitié. Des humoristes qui s'enchaînent vitesse grand V pour proposer une soirée folle : tel est le concept développé l'été dernier. Cela a permis de donner sa chance à de tous jeunes humoristes. Ils ont pu apprendre de stand-uppers plus confirmés et profiter de l'émulation de la salle. Et le public était sûr d'aimer au moins une poignée d'entre eux !

1. Alexandra Pizzagali, découverte humour d'octobre

Largement en tête de notre classement, Alexandra Pizzagali sait mettre tout le monde d'accord. La jeune artiste et comédienne a impressionné les professionnels et reçu plusieurs distinctions cette année. On lui souhaite de continuer sur sa lancée l'année prochaine et les suivantes ! Et cela commence en beauté : elle sera à La petite loge tous les samedis à 21h30.

En route pour 2018 : quelles bonnes résolutions ?

Ainsi s'achève notre compilation des meilleurs contenus du spot du rire de l'année ! Pour 2018, on s'engage à tenir quelques unes de ces résolutions :
  • Parler des événements en dehors de Paris
  • Convaincre des rédacteurs invités de parler de sujets qui les passionnent
  • Se prendre un bide en scène ouverte et vous le raconter
  • Voir enfin La cité de la peur
  • Continuer de se laisser surprendre par des spectacles
  • Ne jamais se lasser et garder de la candeur en tant que public
A l'année prochaine ! [post_title] => Les 10 contenus les plus lus en 2017 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2017-contenus-humour-populaires [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:32:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:32:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3157 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3058 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-29 17:03:23 [post_date_gmt] => 2017-11-29 16:03:23 [post_content] => Le momentum, c'est le moment où l'humoriste atteint un état de grâce. Chaque punchline apporte une nouvelle élévation à la précédente. L'enchaînement est parfait, la salle pleinement réceptive. Ce moment de rayonnement est rare et fort. Le spot du rire en a vécu 4 en 2017. On vous raconte.

Le plus puissant : Lenny, passage au One More Joke

Les organisateurs du One More Joke aiment bien raconter que le public retourne le lieu. Quand on sait que ce sont des as de la communication, on peut froncer les sourcils de scepticisme. Or, j'ai vécu ce moment. Ils ne bluffaient pas. Je sortais du Start-up Comedy Club, délocalisé dans le 11e arrondissement à 2 pas de la rue de la Folie-Méricourt pour l'occasion. Rentrer chez soi ou faire un crochet par la salle bondée du One More ? J'ai opté pour la deuxième option. Le Détective Froussin livrait son compte-rendu d'enquête hebdomadaire. Et moi, j'avais l'impression de rentrer au bercail. Lenny enchaînait alors. Voix posée, attitude espiègle, envie de secouer le public de l'intérieur. Tous les voyants étaient au vert : un moment propice au momentum pour Lenny. L'un des humoristes les plus stylés de Paname a livré son texte, l'a bien interprété. Les applaudissements jaillissaient. Parce que le One More sait recevoir ses habitués, j'étais dans le carré VIP avec les autres humoristes. Leurs yeux rivés sur Lenny, ils n'en perdaient pas une miette. J'avais l'impression d'être dans une scène de la série I'm dying up here.

Le plus maîtrisé : Roman Frayssinet, passage à l'Amicale du Stand-Up

Depuis quelques mois, Roman Frayssinet semble dans une autre dimension. Lorsque j'ai imaginé vous écrire sur le momentum, je me suis demandée quelle scène je prendrais en exemple. Parce qu'en réalité, Roman Frayssinet a souvent l'air d'être en état de grâce. Son explication : un travail acharné, une formation de très grande qualité suivie au Canada. Mais le talent ne s'apprend pas, il est simplement sublimé par la technique. Roman a un univers particulier. Il faut y rentrer, et il nous inclut dans son délire avec une facilité déconcertante. On est comme happé par ce momentum, et il enchaîne avec ce ton si particulier, si efficace. Les pauses entre chaque mot, chaque rebondissement, sont calculés à la virgule près. Là encore, l'intensité augmente au fil des blagues. Il a conquis le public, qui titube un peu, l'air candide de celui qui n'a pas tout saisi.

Le momentum : l'impact de la salle

La première de l'Amicale du Stand-Up était un événement fort. Déjà, il était complet. Il montrait que le stand-up pouvait être hype. Au fond, les plateaux se divisent en 2 groupes. D'abord, les plateaux de nerds du stand-up intimistes, qui ne paient pas de mine et où l'on passe une bonne soirée. Et de l'autre côté, les plateaux où tu as l'impression d'être entouré par les beautiful people de tout Paris, des gens qui boivent des bières avec style. Tu passes aussi une bonne soirée, mais un peu plus serrée. La popularité autour du lieu, le Perchoir dans ce cas, crée une ambiance presque artificielle. Et pourtant, c'est bien : le stand-up s'ouvre aux influenceurs. Pour l'exprimer plus clairement, c'est comme quand mon ancienne collègue n'en a rien à faire des plateaux où je vais, mais qu'elle a été voir Louis C.K. comme s'il s'agissait d'un pèlerinage, the place to be. Cela avait eu lieu avant l'histoire qui l'a éloignée de la scène, rien ne dit qu'elle aurait tenu ce discours. Fin de la parenthèse.

Le plus émouvant : Alexandra Pizzagali, showcase au Kibélé

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu'Alexandra Pizzagali est l'une de nos dernières découvertes. Lors de son premier showcase au Kibélé, un petit café-théâtre à Strasbourg Saint-Denis, elle était très stressée avant de monter sur scène. Les proches et contacts venus pour l'occasion avaient hâte de voir son produit fini : le spectacle C'est dans la tête. Sur scène, on a l'impression d'avoir affaire à une autre personne. La peur ne paraît plus. Mis à part un trou, elle a livré une prestation sans faute. Au terme du spectacle, tout le travail accompli et les efforts pour en arriver là sont remontés. A deux doigts de craquer, elle était en train de vivre une standing ovation du plus bel effet. Le donnant-donnant dans toute sa splendeur. Et ça, ce n'était plus dans sa tête mais bien réel. Quand on a affaire à un talent brut, on sait qu'il se passe quelque chose de spécial. On a ce sentiment que la personne en face de soi ira très loin. Sans vouloir lui mettre la pression, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Le plus opportun : Jean-Philippe de Tinguy, passage au Festival d'Humour de Paris

Les festivals d'humour sont nombreux. Les humoristes viennent en nombre dans l'espoir de glaner un ou plusieurs prix. Ça passe ou ça casse : certains échouent et bident de manière inexpliquée, tandis que d'autres livrent leur meilleure bataille. En janvier dernier, lorsque je parlais du Festival d'Humour de Paris à mes proches pour les inciter à s'y rendre, je leur intimais qu'il allait se passer quelque chose de fort. 11 artistes se partageaient l'affiche, et à mon sens, il y en avait 3 au-dessus du lot. Quelqu'un m'avait dit que Jean-Philippe de Tinguy avait seulement 1 chance sur 11 de gagner. Je lui ai rétorqué que je savais qu'il le ferait. En mon for intérieur, je masquais un peu une inquiétude, parce que j'avais jugé qu'il avait 73% de chances de gagner. Je ne voyais que 3 sur 11 d'entre eux capables de remporter le festival. Et ce qui est fou, c'est que l'année suivante, Charles Nouveau, résident du spot du rire, a décroché le prix SACD pour son écriture de punchlines !

Réussir un festival : mode d'emploi

Pourquoi douter ? Jean-Philippe était sur une pente ascendante : rafle des prix du Grand Tremplin de l'Humour de Sélestat quelques mois plus tôt, 2 dates complètes en showcase au Point Virgule. Alors, au moment de la prestation, il n'y avait plus qu'à faire le travail. Autant vous dire que je n'ai jamais vu autant de maîtrise dans son jeu. Je l'ai vu bien jouer plein de fois, trouver le bon mot, la bonne improvisation, la bonne intonation dans son texte. Mais ce soir-là, chaque phrase prononcée élevait le niveau de la précédente. Comme dans le Get psyched mix de Barney Stinson. Pas de temps mort. Juste une ascension vers les prix. Les enchaînements parfaits ont continué pendant tout le passage. Pendant la délibération du jury, c'était l'humoriste-magicien Maxime Tabart qui divertissait la salle. Je n'étais pas d'humeur. C'était la première fois que je voyais un festival d'humour. Et j'étais aussi stressée qu'un supporter de football devant une séance de tirs au but de finale de coupe du monde. J'étais en mode prière alors que je suis athée. Alors quand Maxime Tabart m'a incité à claquer des doigts pour être dans l'ambiance avec le reste du public, j'avais juste envie de claquer tout court. Et au final, après une attente un peu insoutenable, le prix était pour lui. Pour découvrir qui sera son successeur, rendez-vous le 22 janvier prochain à Bobino.

Crédits photo

Betty Durieux [post_title] => Momentum - L'état de grâce sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => momentum-performance-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:42 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3058 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 10237 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-21 08:39:00 [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00 [post_content] =>

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 22 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 5dd1ca20aa527733d7a64801a9e01787 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Jean-Philippe de Tinguy

Interviews du spot du rire : une sélection des meilleures anecdotes

Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes

Contenus 2019 : les visages des artistes mis en lumière par le spot du rire

Les 10 contenus les plus lus de 2019

Comédie alternative en France : programmation du premier plateau d’Humourman

Comédie alternative : un remix signé Humourman

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Nadim au Point Virgule : un premier contact réussi

Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Jean-Philippe de Tinguy, Marion Mezadorian et David Bosteli

Vers les 1 an du spot du rire - Nos étoiles du rire

Blague incomprise : image d'illustration

Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre

Écriture : Jean Philippe de Tinguy au One More Joke

J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange.

Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : journée 1

Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : on y était !

Facebook et le stand-up : vers moins de comédie visible ?

Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ?

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?

Tareek et le quatrième mur

Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public

Festival Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition

Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars !

Un café au lot7, épisode 22 : Louis Dubourg reçoit Jean-Philippe de Tinguy, l'un des artistes du spot du rire

Podcast - Quand un café au lot7 réunit les artistes du spot du rire

2017 : des contenus riches sur l'humour sur le spot du rire !

Les 10 contenus les plus lus en 2017

Momentum : l'état de grâce de l'artiste - Lenny

Momentum - L'état de grâce sur scène