Publications liées au mot-clé : Haroun

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => haroun
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 275
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => haroun
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 275
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => haroun
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 275
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => haroun
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 275
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 275
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 275
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => haroun
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 275
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (275) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (275) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (275)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009311
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-10-23 08:23:04
                    [post_date_gmt] => 2020-10-23 06:23:04
                    [post_content] => 

Haroun revient en spectacle avec Seuls. Le spot du rire a assisté au rodage de ce nouvel opus énigmatique au théâtre le Métropole. Comment l’un des patrons du rire francophone prépare-t-il son nouveau succès au théâtre Édouard VII en 2021 ? Retour sur une troisième représentation de qualité.

Seuls : Haroun envoie du lourd en vidéo… mais quel spectacle allez-vous voir ?

Paris, 3 octobre 2020. Je me retrouve devant le théâtre le Métropole par hasard. J’y découvre l’affiche du nouveau spectacle Seuls. Coup de chance : si la place est à 30 euros pour un rodage, il suffit d’une annonce pour que tout affiche complet en un temps record. J’ai réservé la veille in extremis, le jour J tout était quasiment complet en dépit du couvre-feu…

Plutôt que de vendre son spectacle via un pitch, Haroun préfère une bande-annonce qui envoie du lourd. En vidéo comme dans tout son art, Haroun est diablement efficace. Cela l’aide à amener les spectateurs derrière l’écran au théâtre.

Sans un mot, Haroun frappe fort. Quel spectacle un stand-upper silencieux va-t-il bien pouvoir offrir au public ? Le défi est de taille : la bande-annonce nous amène à nous projeter. J’aurais juré avoir lu un descriptif de spectacle, tant je l’avais imaginé. J’avais anticipé la thématique, je me projetais déjà. Trop ?

En effet, je voyais Haroun aborder l’effondrement du débat d’idées, celui qui nous isole dans des bulles sociales ou idéologiques au détriment du lien social. Je pensais qu’il mélangerait ses deux côtés « Dr Jekyll » et « Mr Hyde » pour démontrer que tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Dr Jekyll et Mr Hyde : quand un personnage désabusé prend le contrôle

En réalité, le traitement m’a surpris. Au lieu de mélanger les genres et jouer sur des nuances, Haroun introduit un personnage radicalement différent. Dépressif, cynique et complètement désabusé… Il m’a un peu fait penser à Ghislain Blique, lors des premiers instants. Surtout quand il soupirait : c’était à s’y méprendre ! Cela dit, il ne ressemble pas tellement au (faux) « connard » que Ghislain aime incarner. On vous laisse la surprise… Même si vous pouvez vous attendre à un brin de cruauté !

Haroun : toujours efficace, malgré une prise de risque limitée

Pour le reste, on retrouve la « patte » Haroun : parler d’actualité avec beaucoup de réflexion, tout en apposant des moments d’humour pur, bien plus primaire. Le contraste fonctionne comme toujours, même si la forme est répétitive à la longue.

En cela, ce personnage vient rythmer le spectacle sans trop innover. Rien de surprenant : Haroun se repose sur une maîtrise supérieure à la moyenne. Il apporte de petites touches pour combler son public habituel. Pour le reste, son approche est un peu celle d’un Niki Lauda, celui qui s’accorde un pourcentage de risque limité. On aurait aimé un zeste de folie d’un James Hunt pour aller encore plus loin. Peut-être que cela viendra au fil de l’eau et des représentations. (Si vous n’avez pas la référence, regardez Rush. Retenez simplement que, guidé par cette philosophie, le gars a été un grand champion influent toute sa vie…)

Seuls, un spectacle évolutif, rodé en plateau : conseils pour garder l’effet de surprise devant Haroun

Haroun a d’ailleurs pour habitude d’adapter son spectacle au gré de l’actualité. Il écume les plateaux d’humour avec une discipline de fer que l’on retrouve chez un Roman Frayssinet. Mon conseil pour apprécier ces deux humoristes, et plus largement les ténors du rire : allez les voir en spectacle. Dans la mesure du possible, et surtout avant la représentation, évitez-les en plateau.

Vous conserverez ainsi l’effet de surprise de la première fois. Comme j’étais à la captation du plateau Pasquinade, j’ai vu certains passages que j’avais adorés. À la seconde écoute, je savais ce qui allait arriver et je riais plus mécaniquement, moins fortement. J’ai eu le même phénomène en découvrant Roman Frayssinet à l’Européen quelques années plus tôt…

La qualité toujours au rendez-vous

Ne vous méprenez pas : le spectacle Seuls de l’humoriste Haroun sera bon. Je l’ai découvert à la troisième date de son rodage. Précis, efficace, Haroun n’était en rien hésitant. On a affaire à un professionnel. Voir un rodage d’un comique déjà au point n’a rien à voir avec un rodage d’un nouveau venu à la Petite Loge, par exemple. Un premier spectacle, c’est un laboratoire. Tout est à construire ! L’univers, l’efficacité, l’originalité, le style…

En revanche, le nouveau spectacle d’un artiste validé et acclamé par la critique suppose des normes élevées de qualité. Une pression colossale qui impose de continuer d’évoluer au plus haut niveau. On ne le regarde pas avec le même prisme de lecture. Dans le viseur d’un critique, c’est moins jouissif, plus analytique. Pour l’artiste, le rapport au risque et à l’échec diffère…

Pour mieux vous projeter, voici divers cas de figure. Quand on adore Haroun et qu’on le suit depuis ses débuts, j’imagine que c’est un pur plaisir de retrouver les gimmicks, sa marque de fabrique, etc.

Quand on suit Haroun de temps en temps, on a déjà vu le tour de magie, ce qui n’empêche pas l’émerveillement. Tout dépend ensuite si vous aimez l’humour politique, efficace et taquin. Si oui, Haroun vous ravira amplement.

Si vous préférez l’humour absurde, par exemple, et que vous voulez découvrir une pointure du rire, c’est une autre histoire. Haroun saura vous plaire, bien sûr… Mais ce sera peut-être juste un bon spectacle pour vous. Toutefois, beaucoup en rêvent sans jamais y parvenir. En définitive, lui le réalise une nouvelle fois. Quand on voit un Ricky Gervais s’essouffler, là est peut-être la prouesse…

[post_title] => Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => seuls-spectacle-haroun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-22 18:38:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-22 16:38:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009311 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7587 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 12:27:57 [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57 [post_content] =>

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7224 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 17:03:43 [post_date_gmt] => 2019-10-24 15:03:43 [post_content] =>

Dimanche dernier, un rendez-vous nous tendait les bras : le Bunker Comedy Club aux Écuries. Aux manettes de ce nouveau plateau : Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Des comiques qui se font rares, pour lesquels leur fanbase s’extasie sur deux syllabes : DAVA.

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : d’où vient cette hype ?

Pour être honnête, on n’a pas compris, au début. On a bien saisi le phénomène de rareté : deux gars qui semblent désinvoltes, au talent fou, qui se font désirer. On s’est interrogé : sont-ce des humoristes de bobos ? Aucune foutue idée.

Pour paraphraser un Gaspard Proust, les médias branchés comme Les Inrocks se branlent littéralement sur le phénomène. Avec cette manière si habituelle de les annoncer comme les futurs grands de je ne sais quoi. Mon cher petit journaliste, pourrais-tu m’expliquer pourquoi au lieu de m’exclure du délire Paris-intramuros ? Tu ne m’entends pas, je suis au-delà du périph’ alors bon.

Sauf qu’on est en train de tomber dans le piège à notre tour. Des gens très, très différents citent Augustin Shackelpopoulos (ça a l’air d’être le plus attendu des deux*) comme une référence… Il leur a donné envie de faire du stand-up, parfois. Il y a des gens comme Anne Dupin, Bobbin, Humourman… La liste n’est clairement pas exhaustive.

*Après vérification, les fans apprécient les deux de la même manière. La force de Sacha serait le texte, celle d’Augustin, le clown. Si Augustin paraissait plus attendu, c’était pour son absence des plateaux depuis longtemps. Reprenons l’enquête…

Lors de leur plateau, Haroun a joué. Et il a commencé son set par une déclaration d’amour à leur humour. Un truc d’admiration qu’on attendrait d’un petit nouveau, mais pas d’un mec aussi capé que Haroun. Je le regardais pendant le passage d’Augustin : non seulement, il écoutait, mais il était mort de rire tout le long.

Leur arme fatale : la technique

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos sont là pour performer. Techniquement, c’est parfait : ils nous amènent là où ils veulent, quand ils le veulent, et nous font atterrir à un endroit que l’on n’aurait jamais imaginé. Et cela, ils y parviennent à chaque blague.

Il leur en faut, de la technique, en vrai. Parce que vu leur attrait pour les blagues qui font référence aux nazis, on pourrait vraiment tomber dans de la grosse daube. Je ne sais pas si c’est la méfiance face à une foule de fanatiques ou l’énergie de la salle qui me contaminait, mais j’étais un peu perdue. D’habitude, soit j’aime, soit je n’aime pas. Là, je tombe dans le même écueil que Les Inrocks et je me mets à regarder ça comme de l’art.

Un lieu propice au stand-up de qualité : les Écuries

Il y a près de trois ans, je me rendais aux Écuries pour la première fois. C’était le premier vrai plateau que je voyais. Je suis même dans l’émission de radio, c’est vous dire que le spot du rire était en train de naître.

À l’époque, je découvrais Rémi Boyes. Il était encore là le soir du Bunker Comedy Club, et il y rejouait quelques passages sur Batman et les souris. Ça m’a mis un coup de vieux, et ça m’a aussi rassurée. Les bonnes choses restent les mêmes. Tant qu’il y a de l’humour aux Écuries, tout va bien.

Il est de bon ton d’aller aux Écuries. En cela, le Bunker Comedy Club a de quoi devenir le nouveau Dimanche Marrant. Ça fonctionne pareil : il faut arriver bien en avance, parce que la communauté répond toujours présente et que c’est blindé. Des gens debout, il y en a au-delà de la scène.

Sur scène, ce n’est plus Guilhem, ce sont Sacha et Augustin. Ça reste un peu le même cercle, il ne manque plus que Jean-Philippe de Tinguy. Pardon, mes tocs me reprennent. Mais tout est lié, car c’est grâce à Jean-Philippe que j’ai découvert un fait d’armes de Sacha Béhar.

À la fin de la soirée, Bobbin m’a demandé pourquoi je n’interviewais pas ces deux compères. Je lui répondais que c’était un peu comme pour Yacine Belhousse. Face à tant de fans autour de moi, j’avais peur de poser des questions bêtes ou de ressentir un syndrome de l’imposteur.

Deux minutes plus tard, on s’approchait de Haroun et Augustin avec Humourman. Et j’ai enchaîné sur une discussion sur la Formule 1 surréaliste avec Augustin. Elle durait, elle durait. Je ne comprenais pas, et je compris encore moins ensuite : peut-être qu’il ironise sur le fait d’être intéressé et qu’il est dans son personnage. What the… Le mec avait l’air normal, j’ai sans doute encore loupé un truc. Ou bien suis-je la seule à conserver un brin de lucidité ? Je suis, plus que jamais, perplexe.

Mais c’est aussi une occasion en or de vulgariser un humour pour le faire comprendre au grand public. Une question subsiste : veut-on aller sur cette pente, ou ces deux compères doivent-ils continuer d’appartenir à leur communauté ? Je ne veux pas y répondre pour le moment, semble-t-il. Il va falloir attendre. Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos aiment faire languir les gens, ils le comprendront très bien.

En résumé

Je suis rentrée bien, et bien rentrée, après cette première aux Écuries. Je n’ai toujours pas compris la différence entre les plateaux DAVA et Bunker Comedy Club**, vu que ça se passe aux Écuries à chaque fois. Peu importe, il y avait du beau monde dans le public — et on n’était pas au Barbès Comedy Club. Il y avait même, selon mes interlocuteurs, Babor. Encore une référence ultra-conne pour certains, absolument inconnue pour d’autres.

**Apparemment, DAVA c’est un truc à deux, tandis que Sacha Béhar organise le plateau…

Trois ans après ce premier plateau aux Écuries où je ne connaissais et parlais à personne, la scène humoristique a bien évolué. On regrette l’absence de femmes sur la première du plateau, mais je crois que ce soir-là, tout le monde s’en cognait. Les deux stars de la soirée étaient bien Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, ou Augustin Shackelpopoulos et Sacha Béhar. Faut-il les citer dans un sens prédéfini ? Si vous êtes fans et que vous me détestez de cette interrogation, expliquez-moi, ça aidera tout le monde.

[post_title] => Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sacha-behar-augustin-shackelpopoulos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-25 09:21:14 [post_modified_gmt] => 2019-10-25 07:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7224 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5725 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-06 17:32:54 [post_date_gmt] => 2019-03-06 16:32:54 [post_content] =>

Mêler censure et humour, c'est avoir le goût du risque, surtout si on ajoute France 2 et le CSA. Le spot du rire relève le défi en vous invitant à y réfléchir !

Je vais vous épargner la question « Peut-on rire de tout ? », car plus personne n'a envie d'y répondre. Je veux simplement vous rappeler certains événements, et vous inviter à y réfléchir et forger votre propre opinion.

Censure et humour : quand France 2 passe l'humour au scalpel

Généralement, les affaires qui font parler les médias pendant 48 heures passent par la télévision. Les médias vont ensuite se précipiter sur un sujet facile à évoquer, car ils ont des images prêtes à montrer.

Haroun coupé au montage

En 2017, Haroun diffusait une vidéo pour expliquer que France 2 a coupé une partie de son passage sur scène dans l'émission Le grand show de l'humour.

Forcément, la France est un pays où les défenseurs de la liberté d'expression rappliquent immédiatement. Bande de censeurs ! J'avoue adorer cela, et on va en reparler ensuite... mais cette vidéo est surtout intéressante parce que le format télévisuel travestit l'humour.

C'est un peu comme les débats politiques en télévision : au meilleur moment, on coupe, parce qu'il y a la pub. Pendant ce temps-là, personne n'a rien dit pour faire avancer la chose.

Laura Laune zappée d'antenne

En février dernier, Laura Laune devait apparaître dans l'émission Le grand oral sur France 2. On lui a demandé d'interpréter une chanson en hommage à la France à sa sauce. Vous le devinez, les téléspectateurs n'en ont pas vu la couleur. Par contre, Laurent Ruquier, remarquable dans son stand-up chez ONPC (sic !), animait bien la soirée.

Encore une fois, c'est grâce à un extrait sur scène et diffusé sur internet que vous pouvez savourer cette création artistique. Vous ne m'en voudrez pas si je pense que la question à se poser n'est plus la même. Maintenant, demandons-nous que (ou qui) peut-on encore entendre ?

Censure et humour : effets d'aubaine

Connaissez-vous l'expression « le gendarme de l'audiovisuel » ? C'est la définition que les médias aiment attribuer au CSA. Chacun peut saisir l'institution pour signaler un dérapage à l'antenne. C'est après cela que France 2 a trouvé un moyen habile de se séparer de Tex. Une vieille blague sur les violences conjugales, c'est sûr que ça ne fait pas très XXIe siècle.

Récemment, dans l'émission de Cyril Hanouna, Jean-Marie Bigard a ressorti l'un de ses classiques. Une blague de mauvais goût sur le viol, ça allait certainement se terminer en censure, non ? On peut le voir comme ça, mais je vous propose un autre prisme.

Je ne savais pas que Jean-Marie Bigard était sur Twitter. Le jour de mon anniversaire, il a enregistré une vidéo en selfie pour s'indigner. Privé de tournée estivale, il a rétorqué qu'il viendrait quand même jouer pour 5 euros la place. Il nique le système, Bigard. Mais au moins, si vous l'aimez, il vous coûtera moins cher #buzzman.

J'ai un côté polémiste qui commence à se chauffer. Moi qui aime autant entendre Charles Consigny, Gilles-William Goldnadel et Yassine Belattar (ça fait mon quatre heures, leurs joutes verbales), je suis ravie. Je me remets sur RMC, je regarde leur analyse où chacun dit ce qu'il pense, et la vie continue.

L'humour inclusif : une recette pour ne plus offenser personne ?

Pour éviter ces problèmes de dérapages ou de signalements, certains lieux font attention lorsqu'ils sélectionnent les humoristes. Dans la nouvelle génération, une conscience commence à monter : faire attention à ne blesser personne quand on essaie de faire rire.

Vous les lisez sur les médias modernes, et effectivement, cela semble séduisant sur le papier. La seule réserve, c'est que quand on commence à intellectualiser l'humour et tenter de le limiter, on peut l'appauvrir.

Revenons à Laura Laune. Comme le souligne le blogueur H16, cette histoire fait suite à un reportage où France 2 avait intégré une blague de Laura Laune qui avait fait polémique. On vous en avait déjà parlé puisque France 2 avançait tranquillement que les humoristes femmes étaient trash.

J'en profite pour reproduire une partie de cet article, avant que l'UE ne nous interdise de faire ça au nom d'un article 13 qui risque de foutre un bordel monstre sur YouTube et les médias internet... Je pense que l'auteur s'en fout, il est libéral, alors ça ira.

En pratique, la façon dont l’humour est maintenant « géré » par les médias officiels (à commencer par le service public) reflète surtout le décalage entre l’intelligentsia franco-parisienne et le reste de la population qui s’est, elle, habituée à piocher ses informations, ses interactions et ses humoristes sur Internet et ses réseaux sociaux, au grand dam des jacassants qui n’ont pas de réels moyens pratiques ni de la faire revenir sur les canaux qu’ils contrôlent, ni d’exercer vraiment une emprise durable sur le réseau mondial.

Hashtable, 22/02/2019 - Source

Censure et humour : un malaise sociétal

Je vous l'avoue, je suis mal à l'aise et en même temps très contente. Ces histoires qui s'enchaînent montrent surtout l'écart abyssal entre ce que certains pensent bon pour le plus grand nombre et les attentes d'un public loin d'être homogène. N'oublions pas que l'enfer est pavé de bonnes intentions...

Et si on essayait de laisser le choix au public ? Si c'était à lui de décider s'il veut voir (ou non) un type parce qu'il est blanc et qu'il porte des dreadlocks, et non pas à un plateau de le bannir pour lui ? Le militantisme, ça va cinq minutes.

Qu'on le veuille ou non, le grand public se moque du plagiat, des débats sur l'humour et autres discussions stériles. Il veut rire, et si possible gratuitement sans sortir de son canap'. Au passage, niveau plagiat, je vous invite à voir cette vidéo toute fraîche. C'est fin et brillant, et c'est encore signé Mauvaise langue (à partir de 10:47) !

Crédits photo

© Laura Laune, prise par Laura Gilli

[post_title] => Censure et humour : à qui profite le crime ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => censure-humour-csa-france2 [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-10-09 16:10:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5725 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4361 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 15:55:41 [post_date_gmt] => 2018-05-27 13:55:41 [post_content] =>

Doit-on encore présenter Haroun ? Quand je me pose cette question, je ne saurai pas comment le qualifier. La presse a écrit tant de belles choses écrites sur ce futur très grand de l'humour, déjà bien grand par ailleurs. Ses collègues humoristes l'adorent, le public est tout aussi enthousiaste... L'une des raisons : la prise de risque.

Haroun : des spectacles en 2 mois chrono

En plus de son spectacle régulier au République, Haroun s'est déjà lancé 2 gros défis. Lors des élections présidentielles, il propose ainsi un spectacle spécial élections. Quelques mois seulement pour écrire, jouer et parfaire tout en restant concentré sur l'actualité. Lors des élections, on a été gâté avec les scandales divers et habituels du monde politique.

Pour y parvenir, la discipline d'Haroun est militaire. Passer par tous les plateaux d'humour de Paris et tester, tester sans relâche. Lunettes vissées sur la tête, Haroun ne laisse rien au hasard. La prise de risque semble être son moteur. C'est ainsi que pendant un certain temps, il a lancé l'opération Ta blague. Le principe : les internautes proposent des sujets, il en prend un au hasard et doit le traiter la semaine suivante. Pour la première, il a dû se débrouiller avec la gravitation quantique à boucles. Défi accepté et relevé... avec brio !

Internet etc. : Haroun récidive

En 2018, Haroun reprend le même mode opératoire. Le sujet, internet, lui permet de poser les bases du spectacle avec plus de latitude. Pas de calendrier électoral cette fois-ci, mais un sujet plutôt difficile. Si tout le monde connaît internet, il y a tant à en dire et tant d'angles possibles. Le sujet est d'ailleurs technique lorsqu'on touche à des choses comme les données personnelles et la protection de la vie privée.

Internet est aussi un sujet sur lequel les humoristes doivent se positionner. Pas tous, évidemment, mais cette technologie impacte tellement l'évolution du monde actuel que l'observer est nécessaire. Ça touche tout : la guerre, la drague, les rapports humains, l'évolution du travail. Et ne me lancez pas sur l'intelligence artificielle et les robots sexuels... Cela devient compliqué et un peu creepy.

Verdict

Après un rodage en plateaux puis en spectacle d'une heure, Haroun a proposé ce spectacle au Théâtre de l'Atelier pour 3 dates mi-mai. Pour la dernière, le spectacle a été diffusé en direct... Ils ont choisi de le diffuser indépendamment de YouTube, un parti-pris en phase avec la volonté de garder une parole et une diffusion indépendantes - bien joué.

Mis à part un passage sur les Kardashian qui ne m'a pas emballée, j'ai trouvé ce spectacle truffé de punchlines bien pensées. La raison de ce désintérêt provient plus de ma méconnaissance de la thématique qu'autre chose, donc il n'y a pas mort d'homme. La qualité est encore au rendez-vous, et on salue le travail effectué sur un sujet aussi complexe ! Je pense qu'on le vit toutefois mieux dans la salle que dans son salon. Mais c'est comme tout. S'il fallait choisir, je préférais le spectacle spécial élections... mais je ne saurai pas vous dire si c'est parce que je l'ai vécu dans la salle. (Et que le rire emblématique de Jean-Philippe de Tinguy a pu porter mon appréciation...)

Au début, le site a été victime de son succès... mais ils n'ont rien lâché à la technique et on a pu voir l'ensemble du spectacle avec un léger délai. Inférieur au délai de la fausse alerte de missile à Hawaï, ce qui est plutôt très bien, n'est-ce pas ? Pour comprendre la référence, on vous invite à regarder le spectacle en entier !

Le spectacle est diffusé en live avec une participation au chapeau numérique. Encore une innovation dont Haroun a le secret. Chapeau l'artiste et chapeau la production aussi. Sans mauvais jeu de mot.

L’avis de la concurrence : podcast Driss te parle

Pasquinade : une révolution

En septembre 2019, Haroun rempile après avoir joué En vrac dans des théâtres tenus secrets. Visionnez le spectacle dès le 20 septembre sur pasquinade.fr !

En juillet 2020, Pasquinade devient une plateforme où vous pouvez retrouver les contenus de plusieurs artistes. Le moment est historique : enfin du stand-up indépendant à la sauce francophone. On aime et on adhère !

Crédits photo

© Capture d'écran Onrigolebien.fr - Jean-Philippe Bouchard

[post_title] => Haroun et ses spectacles express : taille patron [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => haroun-spectacles-internet-elections [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:02 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4361 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3491 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-25 13:45:57 [post_date_gmt] => 2018-02-25 12:45:57 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]La 2e édition des Fous Rires de Bordeaux approche à grands pas ! Du 17 au 24 mars prochain, des artistes confirmés et découvertes humour vont se côtoyer dans la ville de Bordeaux. Comme l'an passé, la programmation est extrêmement bien pensée.

Demandez le programme : Haroun, Paul Taylor, Sugar Sammy, Chris Esquerre...

Lancé en 2017, le festival les Fous Rires de Bordeaux veut jouer dans la cour des grands. On retrouve le même principe que pour le festival d'Avignon : une programmation in, et une off (rebaptisée ouf). L'idée : apporter le rire au-delà des salles de spectacles. La programmation est à la fois intelligente et équilibrée : de nombreuses formes de spectacle vivant vont se côtoyer. Si vous avez envie de passer du stand-up au cabaret, en saupoudrant le tout de cirque, c'est possible ! Des concepts tels que les soirées où l'on peut rire dans le noir ont aussi leur place à Bordeaux. Le plus simple, c'est de composer votre programme parmi les nombreux spectacles proposés chaque jour. Et pour réserver, c'est par ici.

Tremplins découvertes : 2 soirées pour des artistes en devenir

Ce qui nous intéresse le plus, au spot du rire, ce sont les tremplins découvertes. Ça nous intéresse tellement qu'on va se déplacer pour les couvrir. Comme la programmation est de haut niveau, cela se répercute aussi sur les soirées tremplin. Vous connaissez le concept du groupe de la mort au football ? Eh bien là, c'est pareil. Dès la première soirée, le niveau va être très élevé. J'ai moins vu les protagonistes de la deuxième journée sur scène, mais j'en ai entendu de bons échos.* Et quand je suis allée à Lyon, c'est Biscotte qui a remporté le tremplin jeunes talents de l'Espace Gerson fait son festival... Voici le détail de chaque soirée jeunes talents :
Jeudi 22 mars Vendredi 23 mars
Tania Dutel Félix Radu
Jean-Philippe de Tinguy Catherine Demaiffe
François Guédon Thomas Angelvy
Marion et Barbara Laurent Pierre-Emmanuel alias PE
David Voinson Biscotte
*La programmation a quelque peu évolué depuis l'écriture de ces lignes, le tableau montre les derniers changements. Là encore, tous les styles d'humour vont être mis à l'honneur : rire musical, stand-up engagé, humour absurde, universel, noir ou poétique... Il y en aura pour tous les goûts. Autant vous dire qu'il sera très difficile de trancher et de départager tous ces talents singuliers ! Et pour la deuxième année consécutive, l'un des artistes sélectionnés par le spot du rire sera de la partie : Marion Mezadorian l'an passé, Jean-Philippe de Tinguy cette année. Les finalistes de ces soirées tremplin vont se départager le lendemain, lors du cabaret extraordinaire. Venez assister à ce bouquet final haletant, c'est tout ce que l'on peut vous conseiller.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=nayP2YbhYe8" title="Le programme IN et OUF des Fous Rires de Bordeaux"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fous-rires-bordeaux-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:28 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3491 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 2573 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-04 09:45:28 [post_date_gmt] => 2017-09-04 07:45:28 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Félix tout court, Jean-Patrick, Alexandre Kominek, Haroun et un type qui fait des vlogs vont vous faire rire aux éclats ! L'occasion de prolonger encore un peu les vacances... [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=bGDPreKF_qY" title="Félix tout court - Mes vacances à Paris"][vc_column_text]L'humoriste porteur de joie Félix Djhan nous rappelle que tout le monde n'a pas le privilège de partir en vacances. Mais rester à Paris peut se révéler une aventure digne d'une émission de télé-réalité dédiée à la survie en milieu sauvage.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=adNBZYt8pzU" title="Jean-Patrick / Je Suis Lapin : de Bourges au Théâtre Le Lieu"][vc_column_text]Notre découverte humoristique du mois dernier, Jean-Patrick, nous propose un teaser étrange pour son spectacle au Théâtre Le Lieu. Pour rappel, la première est prévue le lundi 11 septembre. Découvrez le phénomène ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_7TmUHOb1eI" title="Alexandre Kominek - le métier d'imprésario parodié"][vc_column_text]Alexandre Kominek et Carac Attack ont encore frappé. Les victimes du moment, ce sont les imprésarios ! Une parodie efficace et très bien montée, comme d'habitude pour cet excellent collectif humoristique suisse.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=qvVOIsd0NcU" title="Haroun - Tournée des barbeuks, édition Bretagne"][vc_column_text]Haroun a frappé fort après sa petite blague sur les barbecues lors de son spectacle élections. L'humoriste stand-up a ensuite lancé un processus participatif : le principe était de permettre au public de l'inviter à un barbecue. En contrepartie, quelques sketches étaient joués dans une ambiance intimiste. Si vous l'avez manqué, voici le passage d'Haroun en Bretagne.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=rfJ1zz4u3lM" title="Le Fringe à Edimbourg - Et le prix du vlog le moins raté revient à..."][vc_column_text]Le Fringe festival à Edimbourg est à peine terminé que les vlogs commencent à s'installer sur YouTube. Le spot du rire a visionné certains d'entre eux et vous a sélectionné le vlog le moins raté trouvé sur YouTube pour cette édition 2017 ! Parce que regarder des gens manger de la nourriture écossaise ou découvrir une chambre d'hôtel, c'est une perte de temps que l'on souhaite vous épargner. De rien. Fait intéressant : chaque visiteur du Fringe a sans doute vécu une expérience différente tant les spectacles, stand-up ou autres formes d'humour, étaient nombreux et différents.[/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J’espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-ete [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:27:58 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:27:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2573 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1771 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-03 09:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-03 07:00:00 [post_content] => Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection vidéo. Préparez-vous à rire à 25 images par seconde avec Tristan Lucas, Arnaud Demanche, Alex et sa Guitare, Haroun et... des fans médusés à la sortie d'un spectacle d'un de nos artistes maison !

Tristan Lucas - on peut rire de tout !

Tristan Lucas se livre en interview avant de descendre à Avignon. Une interview vérité qui nous est proposée par bonsoirbonsoir.

Roman Frayssinet a le pouvoir de vie ou de mort

Roman Frayssinet, c'est ce mec hilarant qui manque à la France et qui ravit le Québec de sa présence. Il vient tout juste de terminer une série de vidéos sur la mort, un petit bijou de comédie à consommer sans modération.

Alex et sa guitare ont besoin de vous pour vous faire rire en chanson !

Alex et sa guitare, c'est un mec qui fait passer des messages très actuels et très concrets. Les habitués du Café Oscar le connaissent très bien, puisqu'il vient de terminer son spectacle Moi, moche, j'ai mes chances. Pour continuer à nous faire rire en chanson, Alex et sa guitare sollicite votre bon vouloir : un crowdfunding presque terminé lui permettra de sortir un album, alors on partage.

Haroun se plie aux thèmes de ses fans dans Ta blague

Si Haroun rencontre actuellement le succès, ce n'est pas un hasard. L'humoriste se lance depuis peu le défi de proposer à ses fans des thèmes, qu'il reprend pour faire des blagues dans son spectacle. Très rapidement, le sujet se retrouve sur YouTube et c'est un carton. On dit bravo à cette prise de risque qui lui permet de sortir facilement de sa zone de confort... un exercice qu'il aime tout particulièrement puisqu'il a monté il y a peu un spectacle spécial élections en un temps record. Celui-ci était d'ailleurs retransmis en direct sur YouTube, le fait d'ajouter de nouvelles dates ne suffisant pas à contenir tout le public dans le Théâtre du Gymnase !

Comment c'est, au fait, un spectacle de Jean-Philippe de Tinguy ?

En chaque spectateur du "Dernier Jean-Philippe" bas un petit cœur qui doute et qui jubile >> bientôt la vidéo complète ! #microtrottoir

Une publication partagée par Jean-Philippe de Tinguy (@jeanphilippedetinguy) le

Quand on découvre notre artiste maison, Jean-Philippe de Tinguy, pour la première fois en spectacle, les mots manquent. Comme s'il nous transmettait sa prédilection pour faire comprendre les choses autrement. C'est en tout cas ce que révèle cette vidéo de teasing : un micro-trottoir où des volontaires ont accepté de dire ce qu'ils pensaient de son spectacle, avant de manquer de mots pour décrire le phénomène quasi-paranormal qu'ils venaient de vivre. Impressionnant. Et en prime, vous pouvez voir la vidéo complète de ce micro-trottoir !

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J'espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ! [post_title] => La sélection de la semaine - La mort, la liberté d'expression, l'humour en chanson [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-semaine-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:23:46 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:23:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1771 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 12 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009311 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-23 08:23:04 [post_date_gmt] => 2020-10-23 06:23:04 [post_content] =>

Haroun revient en spectacle avec Seuls. Le spot du rire a assisté au rodage de ce nouvel opus énigmatique au théâtre le Métropole. Comment l’un des patrons du rire francophone prépare-t-il son nouveau succès au théâtre Édouard VII en 2021 ? Retour sur une troisième représentation de qualité.

Seuls : Haroun envoie du lourd en vidéo… mais quel spectacle allez-vous voir ?

Paris, 3 octobre 2020. Je me retrouve devant le théâtre le Métropole par hasard. J’y découvre l’affiche du nouveau spectacle Seuls. Coup de chance : si la place est à 30 euros pour un rodage, il suffit d’une annonce pour que tout affiche complet en un temps record. J’ai réservé la veille in extremis, le jour J tout était quasiment complet en dépit du couvre-feu…

Plutôt que de vendre son spectacle via un pitch, Haroun préfère une bande-annonce qui envoie du lourd. En vidéo comme dans tout son art, Haroun est diablement efficace. Cela l’aide à amener les spectateurs derrière l’écran au théâtre.

Sans un mot, Haroun frappe fort. Quel spectacle un stand-upper silencieux va-t-il bien pouvoir offrir au public ? Le défi est de taille : la bande-annonce nous amène à nous projeter. J’aurais juré avoir lu un descriptif de spectacle, tant je l’avais imaginé. J’avais anticipé la thématique, je me projetais déjà. Trop ?

En effet, je voyais Haroun aborder l’effondrement du débat d’idées, celui qui nous isole dans des bulles sociales ou idéologiques au détriment du lien social. Je pensais qu’il mélangerait ses deux côtés « Dr Jekyll » et « Mr Hyde » pour démontrer que tout n’est jamais tout blanc ou tout noir.

Dr Jekyll et Mr Hyde : quand un personnage désabusé prend le contrôle

En réalité, le traitement m’a surpris. Au lieu de mélanger les genres et jouer sur des nuances, Haroun introduit un personnage radicalement différent. Dépressif, cynique et complètement désabusé… Il m’a un peu fait penser à Ghislain Blique, lors des premiers instants. Surtout quand il soupirait : c’était à s’y méprendre ! Cela dit, il ne ressemble pas tellement au (faux) « connard » que Ghislain aime incarner. On vous laisse la surprise… Même si vous pouvez vous attendre à un brin de cruauté !

Haroun : toujours efficace, malgré une prise de risque limitée

Pour le reste, on retrouve la « patte » Haroun : parler d’actualité avec beaucoup de réflexion, tout en apposant des moments d’humour pur, bien plus primaire. Le contraste fonctionne comme toujours, même si la forme est répétitive à la longue.

En cela, ce personnage vient rythmer le spectacle sans trop innover. Rien de surprenant : Haroun se repose sur une maîtrise supérieure à la moyenne. Il apporte de petites touches pour combler son public habituel. Pour le reste, son approche est un peu celle d’un Niki Lauda, celui qui s’accorde un pourcentage de risque limité. On aurait aimé un zeste de folie d’un James Hunt pour aller encore plus loin. Peut-être que cela viendra au fil de l’eau et des représentations. (Si vous n’avez pas la référence, regardez Rush. Retenez simplement que, guidé par cette philosophie, le gars a été un grand champion influent toute sa vie…)

Seuls, un spectacle évolutif, rodé en plateau : conseils pour garder l’effet de surprise devant Haroun

Haroun a d’ailleurs pour habitude d’adapter son spectacle au gré de l’actualité. Il écume les plateaux d’humour avec une discipline de fer que l’on retrouve chez un Roman Frayssinet. Mon conseil pour apprécier ces deux humoristes, et plus largement les ténors du rire : allez les voir en spectacle. Dans la mesure du possible, et surtout avant la représentation, évitez-les en plateau.

Vous conserverez ainsi l’effet de surprise de la première fois. Comme j’étais à la captation du plateau Pasquinade, j’ai vu certains passages que j’avais adorés. À la seconde écoute, je savais ce qui allait arriver et je riais plus mécaniquement, moins fortement. J’ai eu le même phénomène en découvrant Roman Frayssinet à l’Européen quelques années plus tôt…

La qualité toujours au rendez-vous

Ne vous méprenez pas : le spectacle Seuls de l’humoriste Haroun sera bon. Je l’ai découvert à la troisième date de son rodage. Précis, efficace, Haroun n’était en rien hésitant. On a affaire à un professionnel. Voir un rodage d’un comique déjà au point n’a rien à voir avec un rodage d’un nouveau venu à la Petite Loge, par exemple. Un premier spectacle, c’est un laboratoire. Tout est à construire ! L’univers, l’efficacité, l’originalité, le style…

En revanche, le nouveau spectacle d’un artiste validé et acclamé par la critique suppose des normes élevées de qualité. Une pression colossale qui impose de continuer d’évoluer au plus haut niveau. On ne le regarde pas avec le même prisme de lecture. Dans le viseur d’un critique, c’est moins jouissif, plus analytique. Pour l’artiste, le rapport au risque et à l’échec diffère…

Pour mieux vous projeter, voici divers cas de figure. Quand on adore Haroun et qu’on le suit depuis ses débuts, j’imagine que c’est un pur plaisir de retrouver les gimmicks, sa marque de fabrique, etc.

Quand on suit Haroun de temps en temps, on a déjà vu le tour de magie, ce qui n’empêche pas l’émerveillement. Tout dépend ensuite si vous aimez l’humour politique, efficace et taquin. Si oui, Haroun vous ravira amplement.

Si vous préférez l’humour absurde, par exemple, et que vous voulez découvrir une pointure du rire, c’est une autre histoire. Haroun saura vous plaire, bien sûr… Mais ce sera peut-être juste un bon spectacle pour vous. Toutefois, beaucoup en rêvent sans jamais y parvenir. En définitive, lui le réalise une nouvelle fois. Quand on voit un Ricky Gervais s’essouffler, là est peut-être la prouesse…

[post_title] => Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => seuls-spectacle-haroun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-22 18:38:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-22 16:38:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009311 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 12 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d95ab524e0884c96782bfb7a12ec3ae8 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Haroun

Seuls : affiche du nouveau spectacle de l’humoriste Haroun

Seuls : on a vu le rodage du nouveau spectacle d’Haroun

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Contenus 2019 : les visages des artistes mis en lumière par le spot du rire

Les 10 contenus les plus lus de 2019

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos : affiche du premier Bunker Comedy Club

Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Censure et humour : Laura Laune passée sous silence par France 2

Censure et humour : à qui profite le crime ?

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Haroun dans le spectacle Internet etc.

Haroun et ses spectacles express : taille patron

Festival Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition

Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars !

La sélection vidéo humour été : photo d'illustration

La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout

La sélection vidéo humour de la semaine

La sélection de la semaine - La mort, la liberté d'expression, l'humour en chanson