WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => guillaume-guisset
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 817
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => guillaume-guisset
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 817
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => guillaume-guisset
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 817
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => guillaume-guisset
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 817
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 817
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 817
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => guillaume-guisset
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 817
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (817) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (817) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (817)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011640
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-11-16 10:30:00
                    [post_date_gmt] => 2021-11-16 09:30:00
                    [post_content] => 

Guillaume Guisset joue son spectacle Cordialement à la Petite Loge depuis octobre 2020. Une première année tronquée, sans possibilité de tester pendant un long moment, qui l’a pourtant galvanisé. Retour en arrière.

Cet article est le deuxième de la série « Comment un artiste se construit à la Petite Loge ».

Guillaume Guisset dans Cordialement : le titre reste, le contenu et l’affiche mutent

Un spectacle d’humour évolue comme un variant : il mute pour s’adapter de plus en plus au public. Dans la première version du spectacle Cordialement à la Petite Loge, Guillaume Guisset restait englué dans une comparaison possible avec Gaspard Proust. Le mec de droite, un peu réac, un peu beau gosse, qui provoque avec intelligence et malice.

Pourtant, il semblait y avoir plusieurs nuances de Guisset. Le faux gendre idéal allait rapidement disparaître, à l’instar du côté bad boy de Brian Kinney dans la série Queer as Folk. Lors de ma première fois dans la salle, j’étais hilare. Lors de la seconde, j’étais davantage transportée, mais je ne savais pas encore où il m’amenait.

Des mois plus tard, Guillaume Guisset m’annonçait que dans Cordialement, tout changerait. Il y aurait des accessoires. Pour avoir adoré et adulé le comique d’accessoires de William Pilet, je me devais de revenir rapidement. Cependant, les deux expériences n’ont rien à voir. Les accessoires ne sont pas au centre du spectacle : le jeu l’est.

L’art de trouver un fil rouge

Autre véritable nouveauté : le fil rouge du spectacle, qui clarifie sa ligne artistique. Dans Cordialement, Guillaume Guisset proposait en ce début d’automne une interprétation moderne de la réac-attitude. Truffée de naïveté, la vision du monde de son personnage interroge habilement la bien-pensance et les consciences éveillées.

Ce n’est pas une attaque, frontale ou déviée, qui le hisserait dans les pas du baron du Medef, mais bien un autre regard sur notre société. Il se révèle tout aussi pertinent que celui de ses homologues à gauche de l’échiquier comique, parce que barré et bourré d’autodérision. La nouvelle affiche reflète ce glissement : le gendre idéal n’est plus, le rire faussement sardonique triomphe.

Qui dit glissement ne signifie pas glissement de terrain. Avec ce nouveau fil rouge, il serait aisé de tomber dans la facilité ou le cliché de l’humour de droite. Oui, mais… Encenser François Fillon tout en l’enterrant politiquement, sexualiser Angela Merkel et son partenaire de vie tout en renversant les rapports de force attendus… Voilà une manière hilarante de tourner en dérision les plus puissants de ce monde autrement qu’Usul (dont j’apprécie beaucoup l’humour caustique).

Dans Cordialement, Guillaume Guisset singe « le babtou de Neuilly »

En octobre dernier, Guillaume Guisset participait au gala télévisuel d’Alex Vizorek. Il proposait un sketch, « le babtou de Neuilly », qui raconte sa rencontre avec les causes des minorités. Comment celui qui a grandi dans un hôtel particulier découvre-t-il le vécu de ceux qui vivent de l’autre côté du périphérique ?

Il confie son rêve de banlieue plutôt que sa jeunesse dans les beaux quartiers, cherche à provoquer les forces de l’ordre pour se prendre un coup de taser… Cet angle là m’électrifie, je vous l’avoue. À l’heure où certains veulent segmenter le rire, où chaque communauté se contente d’aborder son pré carré, Guillaume Guisset s’improvise conquérant du LOL.

Autant je comprends le besoin de comédie alternative comme refuge aux lieux ou aux artistes toxiques. Autant quand c’est bien fait, on aurait tort de s’en priver. Guillaume Guisset propose ici un seul-en-scène brillant, vendeur aux yeux des pros de l’humour et qui conquiert aisément le public. Tous les voyants sont au vert pour la suite de sa carrière. Reste à savoir ce que l’avenir réserve à ce comédien à la plume affûtée et à l’espièglerie jouissive.

[post_title] => Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guillaume-guisset-cordialement-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:00 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011640 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011662 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-11-14 14:46:14 [post_date_gmt] => 2021-11-14 13:46:14 [post_content] =>

Le samedi 6 novembre matin, j’achève une semaine lourde. La grisaille de novembre, une invitation au spectacle d’Anne Roumanoff et une actualité médiatique sordide dictée par TPMP : rien ne va. Mais à ce moment-là, il fait beau et le week-end suivant sera prolongé. L’opportunité est trop belle pour ne pas profiter d’une escapade humoristique au festival Soyaux Fou d’Humour.

D’habitude, je pèse et sous-pèse chaque déplacement avant de m’y rendre. Et là, en une heure, je jette mon dévolu sur ce petit festival : Soyaux Fou d’Humour. Oui, il y a un jeu de mot (enfin, je crois). Tournon-sur-Rhône était intense ; je me disais que ce serait probablement le dernier gros déplacement de l’année. Entretemps, il y a eu Lausanne, cela dit.

Soirées découverte de Soyaux Fou d’Humour : priorité à la parité

Le festival s’appelle Soyaux Fou d’Humour. Il a lieu non loin d’Angoulême. La ville me rappelle l’anecdote de la bagarre bourrée de Pierre Thevenoux. La ville est fort heureusement plus connue pour son festival de bande-dessinée, et à cet instant-là, je veux en être.

L’affiche de la soirée jeunes talents a le mérite d’être mixte. Aucun artiste ne me débecte : ils ne sont que quatre et je suis les avancées de deux d’entre eux : Avril et Guillaume Guisset. Il manquerait Adrien Montowski, William Pilet ou des femmes éloignées du circuit des festivals qui dépoussièreraient le genre pour que ce soit parfait. Mais c’est un bon début. Les organisateurs m’ont confié sur place qu’ils veulent éviter l’humour vulgaire et fustigent avec vigueur Jean-Marie Bigard. Ils cherchent du poétique, ont de réelles convictions de programmation et les appliquent.

Mais quand je planifie ce week-end, je ne le sais pas encore. Officiellement, je m’y prépare pour prendre des vacances. Je ne suis donc pas en croisade pour sauver l’humour. J’ajoute simplement ce festival à mon programme pour partager deux repas avec le staff, vivre une quasi-nuit blanche et classer quatre talents sur un petit bulletin. Je dois comprendre comment ça se passe, un festival moins en vue.

Le contact avec le président du festival est chaleureux. Il accueille sans ciller ma demande d’invitation et d’immersion, veille à s’assurer que ça ne dérangera pas les artistes. Je lui promets que je sais m’éclipser quand c’est nécessaire. L’affaire est entendue : je vais en profiter et revivre pour la dernière fois en 2021 l’ambiance de festival.

Soyaux Fou d’Humour : Julie Geller sort largement victorieuse, 4 artistes dévoilent leur talent

Julie Geller est une humoriste belge déjà habituée du circuit des festivals. Je ne connaissais que l’affiche de son spectacle, On ne sait jamais… Ce simple argument marketing m’a conduit à la sous-estimer.

Quand je l’ai vue en chair et en os, je l’ai trouvée d’emblée plus intéressante. Il suffisait de la regarder pour comprendre, sans savoir pourquoi. Mais à ce stade, je ne savais toujours pas ce qu’elle faisait sur scène.

Son passage était le plus efficace et le plus apprécié de la soirée, sans aucun doute possible. Je n’étais pas tout à fait convaincue car je chasse les clichés de manière dictatoriale. Avant, cela me semblait couler de source. Pourtant, Julie Geller m’a ouvert les yeux sur mes œillères. Et a raflé sans difficulté le prix du public !

Julie Geller : le jeu et la présence scénique portent un humour audacieux

Parler de femmes épilées en décembre, jouer sur les stéréotypes sur les hommes et les femmes… Ce refrain, on le connaît déjà. Mais quand Julie joue la fille éméchée qui souffle dans un éthylotest, la comédienne se révèle chirurgicale.

Derrière ces ficelles qui paraissent grossières se cache pourtant des angles surprenants et une interprétation singulière. L’art de concilier les publics les plus pointus et les plus vierges de comédie. Ce passage était perturbant pour moi, qui recherche l’originalité de manière tout aussi dictatoriale que je fuis les clichés. Il y avait les deux, et les clichés étaient utilisés à bon escient.

Julie m’a donné une leçon d’humour avec des choses que je déteste. Et je lui tire mon chapeau, car il faut savoir défendre des propositions artistiques aussi audacieuses ! Dans ce théâtre de 600 places, j’ai aussi senti à quel point elle avait pris la mesure de la scène, à quel point elle était dans son élément. C’est peut-être pour ça que certains la comparent à Florence Foresti. Alors même si on préfère l’expérimental au populaire, on s’incline.

À Ruelle-sur-Touvre, une soirée découvertes immunisée contre les bides

Il est rare de voir 100 % des prestations fonctionner. Bien sûr, certaines choses fonctionnent un peu moins bien dans le feu de l’action. Mis à part quelques imperfections rapidement balayées par le reste, les quatre artistes sur scène démontraient tous leur talent.

Avril et Guillaume Guisset livrent de belles prestations, mais ce n’était pas leur meilleur soir

Il y avait d’abord Avril, qui composait entre la chauffe et son tempérament naissant de bête de concours. Certaines armes scéniques faisaient mouchent, d’autres un peu moins. J’ai apprécié retrouver la prise de risque qui le fait souvent avancer tel un funambule. Son passage en trois temps, un résumé de son spectacle C’était mieux maintenant, était bien servi par une mise en scène et un travail d’orfèvre sur les lumières. Quand la rigueur du timing côtoie la folie artistique, c’est toujours intéressant à observer.

Guillaume Guisset confirme qu’il fera parler de lui avec le passage qui m’a fait le plus rire de la soirée. C’est un peu une affaire de goût, aussi une maîtrise dans l’art de proposer un personnage naïvement fou. J’ai regretté de ne pas pleinement voir le Guillaume Guisset authentique que j’ai vu récemment à la Petite Loge. Comme s’il manquait une vision complète de l’artiste et que ses forces sont tronquées. Le dosage était presque parfait, tout s’est joué sur des points de détail.

Amandine Lourdel se révèle dans 30 minutes chargées de promesses

Enfin, Amandine Lourdel est la véritable découverte de ce festival. Elle a commencé la scène pendant la pandémie. Et à peine un an après, elle arrive en festival avec 30 minutes à présenter. Pas n’importe quelles minutes : elle enchaîne les sujets telle une métronome. Le début était assez intéressant, mais pas encore si percutant. Or à plusieurs reprises, elle surprend, innove et déclenche des rires de plus en plus denses.

C’est une prouesse que de réussir un truc pareil en si peu de temps. Avril et Guillaume ont aussi commencé fort leur carrière, mais il leur a fallu plus d’encadrement pour se forger. Quand Amandine aura un metteur en scène, elle saura encore plus rythmer son passage et deviendra imbattable en festival.

[post_title] => Festival - À Soyaux Fou d’Humour, Julie Geller l’emporte [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-soyaux-fou-humour-julie-geller [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:34 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011662 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011109 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-20 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Terminons ce voyage parmi les talents avec une catégorie un peu spéciale. Ces artistes, toujours présentés par ordre alphabétique, ont déjà démontré un certain potentiel. Pour certains, le déclic pourrait les propulser vers une belle carrière. Ils peuvent tous prétendre à la reconnaissance des professionnels et du public si leur progression et leur force de travail sont au rendez-vous. Vont-ils relever le défi et devenir de véritables espoirs de cette rentrée humour ?

Félix Dhjan, Nuances - Théâtre le Point Virgule

Félix Dhjan a toujours navigué dans les théâtres, festivals et plateaux. S’il n’a pas provoqué de vague médiatique, il a su plaire au public. J’aime beaucoup citer l’exemple d’une Moldue qui apprécie l’humour de manière occasionnelle. Pour elle, Félix Dhjan, c’est la crème de la crème de l’humour. Elle est fan, vraiment. Citer un humoriste émergent au-delà de tous les autres, malgré les dépenses folles en production artistique par exemple, ça fait réfléchir. Son humour corrosif débarque en tout cas au Point Virgule deux soirs par semaine… L’occasion de l’adouber pour de bon parmi les espoirs de cette rentrée humour ?

Ghislain Blique, Plus rien à branler - La Petite Loge

Parmi les talents bruts, Ghislain Blique est un peu le Ron Swanson du game. Rustre, à fleur de peau et diablement efficace, on ne sait jamais s’il va arrêter sa carrière le lendemain ou retourner frénétiquement les salles. C’est pour cette fragilité-là, ce pile-ou-face macabre du destin, qu’on aime parier sur les talents. Avec des hits qui fusillent la concurrence, Ghislain Blique a toutes les cartes en main pour marquer la comédie. Son indépendance extrême l’empêchera-t-il de prospérer ? Va-t-il faire une « de Tinguy » pour se lancer dans une autre passion dévorante ? Le suspense est haletant.

Guillaume Guisset, Cordialement - La Petite Loge

On change de registre, mais pas de théâtre avec Guillaume Guisset. Ce gendre idéal a envie de casser l’armure avec beaucoup d’ambition. Il se creuse les méninges pour transformer sa polyvalence artistique en spectacle marquant. Prêt à en découdre dans les festivals et plateaux humour, Guillaume Guisset pénètrera dans l’arène avec autant de questionnements que d’envie de mettre tout le monde d’accord. Quelles sont ses forces ? Son humour noir, son écriture ciselée, sa présence scénique frisant la folie et des nouveautés à venir… Avec tout ça, votre prochain coup de cœur humoristique, c’est peut-être lui.

Lucie Carbone, Badaboum - Théâtre du Marais (déprogrammé)*

Lucie Carbone a commencé, lentement mais sûrement, à tisser sa toile. À force de travail acharné et d’expertise sur le monde du travail, elle a monté un spectacle atypique. Une expérience théâtrale immersive qui a d’abord convaincu, même les sceptiques, à la Comédie des 3 Bornes. Le passage au Théâtre du Marais, puis à Avignon en 2021 (!) prouve qu’elle prend l’humour au sérieux. À votre tour de la prendre au sérieux en prenant vos places…

*Lucie Carbone était l’une des rares artistes produites de cette liste. Malheureusement, cette collaboration a cessé quelques semaines après cet article. Elle ne joue donc plus dans ce théâtre.

Mélodie Fontaine, De manière plus générale - La Petite Loge

Mélodie Fontaine s’est réinventée avec son spectacle De manière plus générale. On s’est pris la claque de plein fouet, sans s’y attendre. Depuis, on n’oublie pas l’effet jouissif que cela a eu. Pas besoin d’être maso pour apprécier… Mais si vous aimez l’humour noir et le jeu impeccable, Mélodie Fontaine vous ravira. La Petite Loge l’accueille de nouveau à la rentrée pour continuer de faire évoluer ce beau spectacle.

Nordine Ganso, Violet - Le Métropole

Il aurait pu se contenter de cumuler les plateaux d’humour comme nombre de ses pairs. S’engluer dans un set toujours un peu similaire, efficace pour jouer partout, pour stagner dans sa carrière. Nordine Ganso a choisi une autre stratégie : à force de travail, il a construit à l’abri des regards un spectacle coloré, qui va certainement vous éblouir. Ça s’appelle Violet, et ça va tellement loin qu’il semble avoir changé toute sa garde-robe pour du violet/lilas. Au-delà du style, Nordine Ganso suivra-t-il les traces d’un Fary en développant une présence scénique rare ? Les premiers signes sont positifs… En prime, sa collaboration avec Thierno Thioune donne l’eau à la bouche. Et si c’était la nouvelle pépite comique à suivre ?

Espoirs de la rentrée humour : le récapitulatif

ArtisteSpectacleSalleMaMeJVS
Félix DhjanNuancesLe Point Virgule21h1521h15   
Ghislain BliquePlus rien à branlerLa Petite Loge 20h   
Guillaume GuissetCordialementLa Petite Loge  20h  
Mélodie FontaineDe manière plus généraleLa Petite Loge    20h
Nordine GansoVioletLe Métropole 20h   

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : les espoirs du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-espoirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-10 15:55:01 [post_modified_gmt] => 2021-10-10 13:55:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011109 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1009089 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-06 12:54:00 [post_date_gmt] => 2020-10-06 10:54:00 [post_content] =>

Guillaume Guisset a pris ses quartiers à la Petite Loge, le théâtre qui accumule les découvertes artistiques depuis plus de 10 ans. De l’avis de certains, cette pépinière aurait découvert à nouveau un humoriste à la sauce Gaspard Proust.

Sans aller jusqu’à cette comparaison qui vaut presque obligation de résultat, je vous confirme que la Petite Loge vient de flairer un talent rare.

Guillaume Guisset : ni agitateur, ni provocateur, mais…

Le spectacle de Guillaume Guisset, Cordialement, a pour affiche un portrait de l’artiste en pleine étreinte avec une batte de baseball. Et ce n’est pas tout : en bas à droite, un chaton « photobombe » le tout.

https://www.instagram.com/p/CEHfd69qtti/

En si peu de détails, presque tout est dit. Cependant, on ne peut pas anticiper ce qu’il va se passer dans la salle. Par respect pour votre expérience future de spectateur, j’essaierai d’en divulgâcher le moins.

Une mise en scène audacieuse, un personnage jubilatoire

À chaque fois que je rentre dans la Petite Loge, l’artiste se cache derrière le rideau. Guillaume Guisset n’a pas envie de suivre cette tendance. Ce premier contact immédiat dérouterait presque et fixe notre attention dès les premières secondes.

Perrine et Mélissa, qui dirigent le lieu, me confiaient que même dans un petit espace, on peut proposer des mises en scène audacieuses. Guillaume Guisset n’a rien à voir avec Marie Kondo, mais il sait utiliser l’espace avec beaucoup d’intelligence.

Celui qui veut se libérer de la tendance stand-up s’en donne ainsi les moyens. Et ce n’est pas un hasard : contrairement à d’autres débutants, il a l’humilité de s’entourer et d’apprendre sans se voir déjà en haut de l’affiche. Sur scène, cette humilité se transforme en don de soi et en grande générosité pour le spectateur.

Autre détail important pour l’artiste, donc : l’art de tenir le spectateur en haleine. Il le confiait dans son interview, suite à sa victoire au concours Kandidator. Un concours qui, malgré ses étrangetés, révèle parfois des pépites phénoménales. C’était le cas d’Alexandra Pizzagali, dont le talent de comédienne et d’humoriste n’est plus à prouver.

Quid de son personnage ? Guillaume Guisset le décrit comme un misanthrope émouvant, assez cynique. Un être qui manie l’humour noir, qui a des avis arrêtés sur le monde, mais des fêlures. Car Guillaume Guisset ne veut pas tomber dans la facilité et faire de l’humour noir gratuitement.

Si on le compare volontiers à Gaspard Proust, ce comédien formé au Cours Florent précise qu’il s’inspire également d’un Rodrigo García. On devine déjà son ambition et son envie de marquer l’histoire…

Guillaume Guisset : technique irréprochable, originalité véritable

Ne pas céder à la facilité, c’est sans doute ce qui le distingue des autres. Même si, bien sûr, ceux qui manient l’humour noir le font souvent avec intelligence. Parfois, on se demande quel est la part du personnage ou de l’homme qui se tient devant nous. Un plaisir coupable du spectateur avec lequel Guillaume Guisset joue de la première à la dernière seconde.

Son clown est parfaitement maîtrisé. Rien qu’en modifiant ses mimiques, il fait naître des atmosphères diamétralement différentes en quelques secondes. C’est très fort, très fin, et l’ensemble ne laisse aucun répit au spectateur. J’ai pris tellement de plaisir que j’ai ressenti le besoin d’être pudique et de convulser au lieu d’exulter. Je retenais mes rires, car ça devenait presque indécent. J’avais presque envie de lui demander d’arrêter, sur la fin, histoire de reprendre mes esprits (et mon souffle).

Ça, c’est l’effet Guillaume Guisset. Et c’est à découvrir absolument !

Crédits photo

© Alex Delamadeleine

[post_title] => La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-guillaume-guisset [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-08 13:01:01 [post_modified_gmt] => 2021-05-08 11:01:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009089 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011640 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-11-16 10:30:00 [post_date_gmt] => 2021-11-16 09:30:00 [post_content] =>

Guillaume Guisset joue son spectacle Cordialement à la Petite Loge depuis octobre 2020. Une première année tronquée, sans possibilité de tester pendant un long moment, qui l’a pourtant galvanisé. Retour en arrière.

Cet article est le deuxième de la série « Comment un artiste se construit à la Petite Loge ».

Guillaume Guisset dans Cordialement : le titre reste, le contenu et l’affiche mutent

Un spectacle d’humour évolue comme un variant : il mute pour s’adapter de plus en plus au public. Dans la première version du spectacle Cordialement à la Petite Loge, Guillaume Guisset restait englué dans une comparaison possible avec Gaspard Proust. Le mec de droite, un peu réac, un peu beau gosse, qui provoque avec intelligence et malice.

Pourtant, il semblait y avoir plusieurs nuances de Guisset. Le faux gendre idéal allait rapidement disparaître, à l’instar du côté bad boy de Brian Kinney dans la série Queer as Folk. Lors de ma première fois dans la salle, j’étais hilare. Lors de la seconde, j’étais davantage transportée, mais je ne savais pas encore où il m’amenait.

Des mois plus tard, Guillaume Guisset m’annonçait que dans Cordialement, tout changerait. Il y aurait des accessoires. Pour avoir adoré et adulé le comique d’accessoires de William Pilet, je me devais de revenir rapidement. Cependant, les deux expériences n’ont rien à voir. Les accessoires ne sont pas au centre du spectacle : le jeu l’est.

L’art de trouver un fil rouge

Autre véritable nouveauté : le fil rouge du spectacle, qui clarifie sa ligne artistique. Dans Cordialement, Guillaume Guisset proposait en ce début d’automne une interprétation moderne de la réac-attitude. Truffée de naïveté, la vision du monde de son personnage interroge habilement la bien-pensance et les consciences éveillées.

Ce n’est pas une attaque, frontale ou déviée, qui le hisserait dans les pas du baron du Medef, mais bien un autre regard sur notre société. Il se révèle tout aussi pertinent que celui de ses homologues à gauche de l’échiquier comique, parce que barré et bourré d’autodérision. La nouvelle affiche reflète ce glissement : le gendre idéal n’est plus, le rire faussement sardonique triomphe.

Qui dit glissement ne signifie pas glissement de terrain. Avec ce nouveau fil rouge, il serait aisé de tomber dans la facilité ou le cliché de l’humour de droite. Oui, mais… Encenser François Fillon tout en l’enterrant politiquement, sexualiser Angela Merkel et son partenaire de vie tout en renversant les rapports de force attendus… Voilà une manière hilarante de tourner en dérision les plus puissants de ce monde autrement qu’Usul (dont j’apprécie beaucoup l’humour caustique).

Dans Cordialement, Guillaume Guisset singe « le babtou de Neuilly »

En octobre dernier, Guillaume Guisset participait au gala télévisuel d’Alex Vizorek. Il proposait un sketch, « le babtou de Neuilly », qui raconte sa rencontre avec les causes des minorités. Comment celui qui a grandi dans un hôtel particulier découvre-t-il le vécu de ceux qui vivent de l’autre côté du périphérique ?

Il confie son rêve de banlieue plutôt que sa jeunesse dans les beaux quartiers, cherche à provoquer les forces de l’ordre pour se prendre un coup de taser… Cet angle là m’électrifie, je vous l’avoue. À l’heure où certains veulent segmenter le rire, où chaque communauté se contente d’aborder son pré carré, Guillaume Guisset s’improvise conquérant du LOL.

Autant je comprends le besoin de comédie alternative comme refuge aux lieux ou aux artistes toxiques. Autant quand c’est bien fait, on aurait tort de s’en priver. Guillaume Guisset propose ici un seul-en-scène brillant, vendeur aux yeux des pros de l’humour et qui conquiert aisément le public. Tous les voyants sont au vert pour la suite de sa carrière. Reste à savoir ce que l’avenir réserve à ce comédien à la plume affûtée et à l’espièglerie jouissive.

[post_title] => Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guillaume-guisset-cordialement-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:00 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011640 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 60ad7f6f035384a8184ab4970dc6c8db [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Guillaume Guisset

Guillaume Guisset : affiche du spectacle Cordialement à la Petite Loge

Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge

Soyaux Fou d’Humour 2021 : Julie Geller remporte la soirée découvertes

Festival - À Soyaux Fou d’Humour, Julie Geller l’emporte

Rentrée humour : nos spectacles espoirs

Rentrée humour : les espoirs du rire

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Guillaume Guisset, découverte humour du spot du rire en spectacle à la Petite Loge

La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset