Publications liées au mot-clé : opinion

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => opinion
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 169
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => opinion
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 169
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => opinion
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 169
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => opinion
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 169
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 169
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 169
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => opinion
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 169
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (169) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (169) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (169)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011475
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-20 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-20 06:00:00
                    [post_content] => 

Le 26 septembre dernier, j’ai assisté au festival Paris Paradis. Quatre plateaux d’humour avaient lieu au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette. Pour la troisième édition, exit l’hippodrome de Longchamp, bienvenue dans le XIXe arrondissement de Paris.

J’avais choisi les plateaux de 14 heures (pour Fanny Ruwet, principalement) et de 18 heures (meilleur line-up). Cependant, je savais que je n’allais pas passer la meilleure après-midi de ma vie. En effet, comme je vous le décrivais avant le festival, cet événement vise le grand public. Les amateurs d’humour, qui connaissent très bien les artistes et leurs passages « sûrs », connaissent déjà la musique.

En quête d’originalité au festival Paris Paradis

Le problème avec les artistes établis en représentation, c’est que leur renouvellement ne passe pas toujours par une prise de risque. Bien sûr, il est très complexe de garder un niveau élevé tout au long de son parcours. En revanche, dans certains cas, il est dommage de voir des renoncements artistiques, sur le plan de l’originalité notamment. Le public appréciait le moment, il n’y a pas eu de drame. En revanche, je n’ai pas réussi à apprécier le passage de Tristan Lopin. Il y a longtemps, j’ai écrit une critique positive de son spectacle. J’ai même parlé d’originalité à son égard…

Or trois ans plus tard, je vois ce passage où Tristan Lopin enchaîne les sujets de société. Le propos est d’une grande faiblesse, les clichés pleuvent et le passage est moralisateur. D’autres artistes présents livraient des performances moins clichées, mais quelque peu aseptisées.

Remplir des salles : regarder la prise de risque d’un autre prisme

Je commençais à perdre patience. Mais l’émotion avait-elle pris le pouvoir ? D’une part, j’allais à ce festival parce que c’est un événement médiatique d’ampleur. Organisé par le Parisien, le festival Paris Paradis est un endroit où il faut être pour asseoir sa légitimité. Qu’on soit artiste ou professionnel, d’ailleurs.

Du reste, je l’interprétais comme cela. Pour cet événement, je sacrifiais donc le visionnage d’un Grand Prix de Formule 1. Cet élément a pesé dans la balance de ma déception, on ne va pas se mentir.

Mais ce n’était pas tout ! Cela faisait quelques temps qu’une musique envahissante occupait mon esprit. J’ai réalisé que j’ai lancé un lobbying pro-originalité, à contre-courant des statistiques de buzz et d’influence.

Je passe à côté de tous les phénomènes d’ampleur qui m’ennuient ferme. Je cherche à reprogrammer le monde pour faire aimer des artistes méconnus, obscurs… Mais qui font rire les rares âmes qui tombent sur eux, souvent par hasard. Tout cela fait écho à l’un des points du lundi matin d’Harold Barbé, jugez plutôt la divine promotion de son spectacle à la toute fin de cet épisode… Il sortait le lendemain du festival. Coïncidence ?

À force de voir un bal d’humoristes formatés dans les principaux comedy clubs et dans les médias… À force de ne pas comprendre pourquoi la comédie alternative n’est pas aussi populaire que McFly et Carlito. Et à force de voir toujours les mêmes interviewés dans des podcasts pour la soixantième fois… J’ai dû vriller, à un moment donné.

Course à l’audience vs. choix artistiques au festival Paris Paradis

La course à l’audience dilue-t-elle véritablement les choix artistiques ? Le festival Paris Paradis offre une synthèse assez intéressante, même si je reste sur ma faim. Parce qu’il faut aussi analyser l’envers du décor : Léo Domboy et le Parisien sont copains, et ça se ressent dans tous les événements humour du Parisien. L’attachée de presse vedette case ses poulains, et c’est bien normal. Grégory Plouviez fait le taf, mais il ne peut pas être partout et il s’appuie naturellement sur cette aide bienvenue et confortable.

Mais face à cette influence, les places sont chères pour diversifier les noms à l’affiche. Donc peu de renouvellement dans les personnes mises en avant. Alors quand Grégory Plouviez, le monsieur humour du Parisien, a glissé à Avril qu’il y serait peut-être l’année prochaine, je croise simplement les doigts pour qu’il tienne cette promesse.

Le Métropole, l’un des théâtres qui montent à Paris via les nouveaux talents

Après tout, sur scène il y avait deux artistes également à l’affiche du même théâtre, le Métropole : Nordine Ganso et Sebastian Marx. Si Sebastian Marx a beaucoup de métier, niveau expérience, Nordine Ganso est moins avancé qu’Avril. Mais qui est son attachée de presse ? Léo Domboy. CQFD. Regardez son nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux : il n’y a pas de comparaison.

J’aurais d’ailleurs pu prendre un autre exemple (comme William Pilet). Mais quitte à manquer un Grand Prix de Formule 1 épique, autant essayer de jouer aux Léo Domboy du dimanche et dire : « coucou, voici les talents que je veux trimballer partout ». Ça tombe bien, ce festival avait lieu un dimanche. Rendez-vous en 2022 ? Suspense…

Des têtes d’affiche qu’on a manquées : session de rattrapage au Cabaret Sauvage

Dans le même temps, je n’avais jamais eu le privilège de voir Dedo sur scène. Je ne saurais vous dire pourquoi… Ça ne s’était jamais fait. Évidemment, j’ai pris une claque. Sans ce festival, ce moment n’aurait pas eu lieu. Il faut croire qu’il m’arrive parfois d’avoir le regard naïf d’un public non initié. Si les tous nouveaux humoristes n’ont généralement plus de secret pour moi, je demeure moins familière avec la génération précédente.

Et que dire de Yacine Belhousse, que j’avais manqué lorsque je l’ai découvert pour la première fois en spectacle ? Cela ne fait pas bien longtemps que son talent m’a sauté au visage. Par hasard, d’ailleurs : la captation de son dernier spectacle à l’Européen était miraculeusement disponible. Il m’avait dit de venir, pourtant, et j’ai commis la pire erreur possible. Adopter la politique de l’autruche. Prendre le train en retard. Je peux donner des leçons aux journalistes, je fais juste la même chose avec les gens les plus connus… Chacun son rôle ? La question mérite réflexion.

Parce qu’il faut toujours terminer un mea culpa par un sursaut d’orgueil, j’aimerais avoir une pensée pour mon humoriste préféré pour conclure. Oui, je fais mon coming out comique. Par pitié, arrêtez d’envoyer Pierre Thevenoux en premier dans un plateau d’humour ! Mesurez-vous son efficacité dans ses punchlines ? Il arrive même à générer des vues sur YouTube. Il perce demain ; allez, on le met en clôture et on satisfait les gens comme moi qui s’ennuient quand il sort de scène. Enfin, sauf pour Yacine, Dedo et les autres…

[post_title] => Retour sur le festival Paris Paradis 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-paris-paradis-programmation [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-29 20:20:48 [post_modified_gmt] => 2021-09-29 18:20:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011475 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011385 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-16 20:30:11 [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11 [post_content] =>

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010184 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1010050 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-18 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-18 07:00:00 [post_content] =>

Créer et mobiliser son talent artistique est essentiel : voilà l’enseignement que je tire de l’année écoulée. Aujourd’hui, sans avoir d’idée précise sur ce que je vais vous raconter, je souhaite reprendre en douceur avec ce thème qui trotte dans toutes les têtes.

Nb. Cet article n’est finalement pas le premier de l’année. Je voulais être réactive sur la sortie du livre d’Alexis Le Rossignol le 14 janvier. Mais cet article a été rédigé antérieurement, il reste techniquement le premier de l’année ;-)

La création artistique déménage sur le web… mais pas que

Jusqu’ici, l’humour de 2021 se résume globalement à la création de contenus numériques. Les artistes se réapproprient l’espace public comme ils peuvent. Après Josquin Chapatte et ses visites guidées humoristiques de Montmartre, Matthieu Penchinat en a fait de même à Antibes pendant les fêtes… Peut-on parler de fêtes, d’ailleurs ? Ceux qui ont vu leurs proches ont parfois déchanté en apprenant qu’ils devenaient complotistes. Même si, comme vous le savez sans doute, le complotisme peut être très, très drôle si on décide de ne plus le prendre au sérieux.

Repos forcé

Pour ma part, j’ai passé plus de deux mois seule avec un kit de survie : mes souvenirs comiques. Le dernier spectacle que j’ai vu, c’était Haroun en rodage le 21 octobre 2020. Le dernier jeune humoriste que j’ai vu, c’est Humourman. Un taulier et un superhéros, puis une course effrénée pour respecter le couvre-feu. À 20h58 ce soir-là, j’ignorais à quel point l’attente allait être longue et incertaine. Pendant ces « fêtes », j’ai donc essayé de couper au maximum, ce qui signifiait d’arrêter d’écrire. Il fallait souffler après une année à produire malgré les mesures gouvernementales en réaction à la pandémie.

Mais comment souffler dans les circonstances actuelles ? Le destin m’a livré une réponse désagréable : mon corps a décidé de tomber malade. Pour oublier, j’ai surtout consommé des podcasts. Ils prennent plus de temps à écouter et sont plus agréables qu’une brève vidéo. Plus c’est long, plus c’est bon (enfin, dans ce cas de figure surtout…).

Un podcast bien-être pour aborder 2021

Réda Seddiki est un sage. Et pour tous les artistes qui intègrent des personnages dans leurs sketches, allez voir sa recommandation, StoryTANK.

Une nuit d’insomnie, donc, je me raccroche à ce qui me semble le plus vital : entendre ou voir des comiques. Arezki Chougar a enfin lancé son Patreon : je reçois une notification dès sa publication et je m’abonne sur-le-champ. Il n’y avait rien en ligne, encore, et je me disais qu’au pire, si je meurs, d’ici à ce que ma banque ferme les vannes, Arezki Chougar et ses invités pourraient prospérer.

Créer, continuer à écrire…

Autre élément vital, que cette interruption de travail me révèle : arrêter de stimuler sa créativité ou de faire ce que l’on aime est délétère. À l’inverse, c’est fou de sentir à quel point une passion peut animer, occuper l’âme et mener à une progression. J’aillais très bien quand j’écrivais, que je consommais et compilais des informations en masse.

Même sans lieu de représentation, la culture subsiste

Sans vie sociale ou lieu d’accueil des artistes, il demeure encore possible de créer. J’ajoute une précision importante : créer et produire sont deux choses différentes. Ainsi, j’imagine que profiter de cette période pour créer à son rythme, sans se mettre de pression pour publier régulièrement ou s’offrir en représentation à tout prix, sera bénéfique.

Pour cette reprise plus incertaine que jamais, je vais ainsi préférer la qualité à la régularité. Sans théâtres ouverts, l’inspiration reste limitée, mais elle est bien là. Je ne pourrais sans doute plus préparer mes contenus à l’avance bien longtemps… Pas grave, je gagnerais en spontanéité. Dans la même veine, les artistes ont démontré leur capacité d’adaptation l’an passé. Je sais qu’ils trouveront de nombreuses solutions pour continuer à s’exprimer.

Nous allons contourner les obstacles de Bachelot & co. J’y crois vraiment car il me reste le plus essentiel : mon besoin irrépressible de parler des artistes. C’est ce qui me meut, c’est mon antidote à l’anxiété et à mon rapport au vide. S’il existait un Questions pour un champion spécial humour, je candidaterais d’emblée. Ça tombe bien, le Barbès Comedy Club trouve aussi ce concept génial et propose un nouveau jeu dès ce mois de janvier ! Je pense aussi à HebdomadaireTV, la chaîne Twitch d’Alexandra Pizzagali et de Clément K…

Moralité : continuez à créer des contenus fun en 2021 !

Lorsqu’on lève le pied, on n’a qu’une envie : repartir. Je suis heureuse de vous retrouver par écrans interposés. J’ai hâte de découvrir de nouvelles péripéties, de nouvelles histoires à vous raconter. Plutôt que de vous lancer un « bonne année » sans conviction, voici ce que je préfère vous dire : bonne création artistique à tous !

Crédits photo

Capture d’écran du podcast Chougar Free (épisode 21 avec Louis Chappey et Morgane Cadignan)

[post_title] => Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => creer-artiste-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-18 13:05:31 [post_modified_gmt] => 2021-01-18 12:05:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010050 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1008453 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-15 08:48:00 [post_date_gmt] => 2020-07-15 06:48:00 [post_content] =>

Depuis la réouverture de certains théâtres et plateaux d’humour, j’éprouve encore une certaine réticence à me déplacer. J’aimerais beaucoup consommer de la comédie comme avant. Les injonctions multiples sur les règles sanitaires (masques…*) divergeant de lieu en lieu, j’avoue être un peu perdue.

Dans ce plateau d’humour où le masque est obligatoire selon un écriteau que personne ne voit, je fronce les sourcils. Il me suffit de jeter un rapide coup d’œil aux alentours pour voir que personne n’en porte. J’adresse un 2673e vent à un humoriste qui tente une bise. J’entame alors un dialogue interne avec mon moi hypocondriaque. C’est pas possible, ils savent que se tripoter entre eux, ces comiques, ou quoi ?

Les masques tombent

Dans un théâtre assez connu cette fois-ci, le port du masque est effectivement obligatoire. Mais le préposé à la billetterie nous confie que chacun fait ce qu’il veut une fois dans la salle.

« Responsabilité individuelle » est un gros mot en France, je crois.

Au bout de 2 minutes, 80 % des gens passent en mode « visage naturiste ». J’ai l’impression de déborder de courage 30 minutes. 30 minutes à résister au laxisme de mes voisins… Or je suis la dernière personne à imiter l’autre irréductible qui finit par céder à la pression populaire. Avec cette impression d’avoir l’air stupide quand j’en porte, puis quand je n’en porte pas.

Vous la vivez aussi, cette schizophrénie ? Ou alors mon angoisse a pris le contrôle ? J’enrage toute seule face à un pays qui a besoin d’interdictions ou d’amendes pour se responsabiliser. Pardonnez-moi cet égarement… J’écoute un peu trop RMC chez moi. Alors que j’aimerais tant profiter de la vie et gérer ma partie de cache-cache avec un virus mondial.

J’essaie ensuite de me convaincre que de toute façon, ils ne protègent pas à 100 %, ces masques. Que la vie, c’est déjà un risque en soi, alors autant sortir de son appartement. Mon dialogue interne s’arrête face à mon flux d’actualité. Dans cet enfer de pixels et de masques sociaux, une ribambelle d’artistes taille la nouvelle ministre de la culture. Ils demandent encore de l’argent, toujours de l’argent. Tout cela au nom de la création ou l’exception culturelle. Mais commençons par la familiariser à la nouveauté

En résumé, je me fais chier. Je me demande si je ne vais pas rester cloîtrée chez moi 14 jours. Vous savez, histoire de maintenir mes parents en sécurité avant de leur rendre visite. Dans mes rares entraves à mon auto-assignation à résidence, je croise des nouveaux humoristes que je ne connais pas. J’aimerais bien les voir… Mais je me limite à 3 sorties par semaine (et encore, quand je suis vraiment dévergondée !). Celles-ci se font de préférence dans la même bulle… Alors imaginez croiser 73 open-micers qui se disent bonjour avec le poing (vous avez des coudes, bande de boloss ?)…

En quelques mois, je suis devenue esclave de l’entre-soi. Alors si vous sortez à ma place, racontez-le en contribuant au site ! Pendant ce temps, je vais dompter mon hypocondrie au mieux…

Un dernier mot

*Maintenant, on sait qu’en août, les masques seront obligatoires en lieu clos.

Mais cet article est surtout un billet d’humeur qui vous partage mes angoisses à l’instant T. Je suis clairement frustrée de ne pas profiter autant de la reprise, en tant que spectatrice, que les humoristes. Ces derniers sont en réalité obligés de jouer un maximum de peur d’être de nouveau confinés et de voir leurs revenus disparaître.

Si je ressens ça, j’imagine que d’autres amateurs d’humour peuvent se dire la même chose… Alors je le partage !

[post_title] => Humour instantané - Bas les masques ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => masques-covid-spectacle-vivant [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-15 10:13:28 [post_modified_gmt] => 2020-07-15 08:13:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008453 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1006113 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-10 07:12:00 [post_date_gmt] => 2020-06-10 05:12:00 [post_content] =>

Ça y est, on a 3 ans ! On n’imaginait pas fêter ce nouvel anniversaire du spot du rire dans ces circonstances. Le flou artistique autour du sort du spectacle vivant est indéniable. Cependant, je voulais vous offrir un peu d’espoir pour la suite.

3 ans : trop tôt pour prédire le futur des nouveaux talents

Vous le savez, Le spot du rire est mon deuxième projet autour des jeunes talents. Après 3 ans à gérer ChequeredFlags, je me préparais encore à rencontrer Carlos Sainz, un jeune prodige de la discipline. Sa pointe de vitesse était indéniable. Son nom était si mythique qu’il accolait un « Junior » à la fin de son patronyme. Car son père n’était autre que la légende Carlos Sainz, un double champion du monde des rallyes.

Il aurait été simple pour Carlito de suivre la trajectoire de son père. Mais il a préféré l’asphalte des circuits à la terre et aux routes étroites des rallyes. Un choix que je trouvais à l’époque audacieux, et qui me faisait admirer grandement celui que je voyais déjà capable de faire partie intégrante de son sport. Nous sommes alors en 2013, et il me faudra encore attendre un an pour adresser la parole à ce garçon.

La rencontre

Mai 2014. La scène se passe en Belgique, et Carlos, malgré ses 19 ans, en impose déjà. Je savoure l’opportunité de dialoguer avec un homme en construction, à l’héritage familial conséquent. Une fille me dit que j’ai de la chance : Carlos Sainz est plutôt beau gosse. Il faut croire que nous ne partageons pas les mêmes priorités.

Au fil des années, Carlos a continué sa route. Pourtant, elle était sacrément mal indiquée. Au début, tout se passe bien : il gagne le championnat, dont les deux courses que je couvre en Belgique. Cela le propulse dans la catégorie reine.

Ensuite, ça commence à se corser. À son arrivée dans la catégorie reine, les observateurs l’attendent au tournant, dégainant une pluie de critiques. Jacques Villeneuve, consultant Canal+ et ancien champion du monde, passe son temps à singer sa jeunesse et sa fougue. Il est vrai que Carlos est parfois brouillon, sanguin. Or moi, j’y crois encore. Je sais ce que j’ai vu sur le terrain, quand Jacques jouait probablement à l’une de ses nombreuses consoles de rétro-gaming.

Après deux ans dans une équipe de jeunes pilotes, il voit l’un de ses camarades lui ôter son volant des mains. Il rebondit dans une équipe jaune (nous ne sommes pas dans Koh Lanta, mais je simplifie pour vous). Or l’équipe jaune, en quête d’un nouveau souffle et d’un leader charismatique, arrive à voler à l’équipe bleue un pilote d’envergure, un vainqueur de Grand Prix, qui force Carlos à prendre la porte. Son avenir dans la discipline est alors menacé…

En quête du bon coloris

Il se retrouve donc à la fin des soldes à devoir renouveler sa garde-robe, et il ne reste plus beaucoup de belles pièces à dénicher. Il chine une combinaison orange dont personne ne voulait, abandonnée négligemment par un influenceur de chez Desigual.

Étrangement, le vêtement lui va comme un gant, et il permet à sa crémerie de retrouver des couleurs. Appliqué, plus mature et expérimenté, Carlos révèle son meilleur profil. Les critiques et froncements de sourcils sont vite oubliés : le monde entier le découvre vraiment pour la première fois. Il était celui que les caméras de télévision ne filmaient plus. Or sur internet, avec son coéquipier, il devenait un Meme Lord que les plus grandes structures ne pouvaient plus ignorer.

Son nom revenait en haut de l’affiche à un moment qui semblait inutile. La crise du coronavirus passée par là, il devait prendre son mal en patience dans sa combinaison orange qui lui seyait toujours bien. Mais il faut savoir que de nombreux jeunes garçons rêvent d’une couleur : le rouge.

Le rouge, c’est le luxe, c’est la passion — il n’y a rien de plus prestigieux. On promet le rouge à ces jeunes loups assoiffés de victoire, mais peu réussissent à en acquérir.

Carlos, lui, a saisi l’occasion en or qui se présentait. En mai 2020, le monde entier apprenait que le gamin que j’avais interviewé 6 ans plus tôt allait courir chez Ferrari. J’avais gagné mon pari en donnant la parole à un talent en qui je croyais déjà, mais ignoré par le reste du monde.

Que se passera-t-il dans 3 à 6 ans ?

Si je vous raconte cette histoire, c’est parce que je me réjouis de l’avenir. Je sais qu’aujourd’hui, les gens que je mets en lumière n’intéressent pas grand-monde. Peut-être que certains ne croient pas en eux. Eux-mêmes doutent en permanence, et se demandent même s’ils veulent arrêter.

J’ai même vu l’un de ces humoristes rédiger une lettre pour annoncer sa retraite de comique, datée à 2021. Pensez-vous que Carlos Sainz Jr aurait perdu son temps à écrire cela sur son mur Facebook pour gratter deux-trois « J’aime » ? Non, bien sûr que non. Et pendant que cet humoriste perdait des minutes précieuses, Carlos, lui, continuait à s’entraîner. Il rongeait son frein sans se morfondre, prêt à saisir l’opportunité du siècle.

Si je parle des jeunes comiques depuis 3 ans, c’est parce que je crois que certains d’entre eux vont réussir à percer ou devenir professionnel. D’autres n’y parviendront peut-être pas, mais ils apprendront énormément et trouveront le chemin qui leur correspond. Peu importe s’il est plein de terre, et s’il faut un peu plus d’efforts pour le pratiquer. L’important, c’est de garder espoir et d’éviter de se retrouver dans une merde internationale. Il faudra être attentif à ceux qui ont vraiment besoin d’aide pendant cette période, bien sûr. Mais rien n’est joué, il ne faut pas baisser les bras avant de livrer bataille.

J’espère que l’histoire de Carlos vous donnera du baume au cœur. Parce que pour vous comme pour moi, ce n’est que le début.

[post_title] => Le spot du rire fête ses 3 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 3-ans-generation-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-14 16:58:01 [post_modified_gmt] => 2020-05-14 14:58:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006113 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 9379 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-17 19:13:43 [post_date_gmt] => 2020-03-17 18:13:43 [post_content] =>

Ces derniers mois, nous avons assisté aux spectacles de Josquin Chapatte et Jack Line. Ces deux humoristes atypiques ne nous ont pas permis d’écrire de critiques à proprement parler. Pourquoi certains spectacles ne se racontent-ils pas encore ? Et l’exercice de la critique est-il le bon pour parler de ces artistes ?

Jack Line et Josquin Chapatte : ne les mettez pas dans des cases !

Jack Line est un humoriste surréaliste, qui veut nettement se distinguer du reste du monde. Tout est particulier dans son humour, même si vous retrouvez des éléments auxquels vous raccrocher. Ce qu’on appelle un OVNI de l’humour utilise les mêmes procédés comiques, mais il le fait autrement.

Jack Line : des ressorts comiques reconnaissables, mais transformés pour une originalité inégalée

Commencer un spectacle par une lecture de la biographie de Mike Tyson, hacker les blagues de Toto et proposer une ambiance poétique… Tous ces ressorts participent à créer quelque chose de différent. Mais la qualité suit-elle ?

Lorsque la proposition artistique est audacieuse, elle est plus difficilement accessible. Elle ne se consomme pas comme un hamburger dans votre fast-food de quartier. Elle est nébuleuse, insaisissable… Parfois, certains trouveront cela aussi inutile que l’art contemporain, tandis que d’autres s’extasieront devant tant d’audace.

Josquin Chapatte : quelques fulgurances, un pas de côté dans l’humour qui déroute parfois

Josquin Chapatte avait un spectacle qui s’appelait Femme qui rit il y a encore quelques mois. Cela, couplé à une affiche peu engageante, donnait envie de tourner les talons.

Mais Josquin a changé de fusil d’épaule. Il a mis en avant son côté « professeur » et dégainé un titre qui n’avait rien à voir. Il est donc passé d’un titre à sonorités beauf à « Les enseignements aléatoires et incongrus du professeur Mass ». Ce n’est plus un virage à 180°, ce sont toutes les figures du jeu Coolboarders 3 combinées ! Oui, en cette période de confinement, les références vont être obscures…

Revenons à notre sujet. Alexis le Rossignol contribue à la mise en scène, et ça se ressent un peu dans la performance. Dans ce spectacle, il y a de tout : des chorégraphies, des jeux de mots audacieux sur des airs de samba et un rapport de séduction perturbant avec le public. C’est bizarre, parfois brillant, parfois plus compliqué à suivre… En somme, le spectateur vit une expérience très peu commune.

La critique traditionnelle meurt sous ces performances artistiques

Comment juger ? Aucune idée. Recommanderais-je ces spectacles à un ami ? Pas n’importe lequel, sans doute. Encore que… Je reste indécise. Rien à voir en apparence, dans quelques jours, vous pourrez écouter l’épisode du podcast Sur un plateau consacré aux blogs sur l’humour. Tristan Lucas a eu la gentillesse de nous y convier avec un expert ès critique humoristique, Criticomique.

Avant de vous en parler en détail dans un prochain article, sachez que pour moi, critiquer Jack Line et Josquin Chapatte n’est pas évident.

Il n’y a parfois pas de mot assez juste pour rendre compte de telles expériences. Est-ce bon ou mauvais ? Personne ne peut l’affirmer avec certitude, et cela me pose problème. Comment trancher ? Distinguer le chef d’œuvre d’un raté ? Je caricature, mais là, je trouve que vous êtes les mieux placés pour décider.

La meilleure manière de vivre ces spectacles, c’est de prendre la responsabilité d’aller les voir. Établir un contrat de confiance entre vous et l’artiste qui vous livre le pitch de son spectacle. Laissez-vous tenter, venez sans arrière-pensée et vous serez surpris d’adorer ! L’histoire dira si vous aimerez l’ensemble ou quelques perles disséminées ici et là…

Soyez courageux, audacieux dans vos choix : ils vous le rendront, et vous donnerez un signal fort à l’industrie. Oui, on peut être clivant et iconoclaste en humour, il y a un public pour cela. Vous serez à la hauteur de l’enjeu, et ces artistes atypiques s’élèveront avec votre curiosité. Merci de les soutenir, et rendez-leur rapidement visite après le confinement !

[post_title] => Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => josquin-chapatte-jack-line-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-20 12:53:17 [post_modified_gmt] => 2020-03-20 11:53:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9379 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 6796 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-15 10:00:59 [post_date_gmt] => 2019-09-15 08:00:59 [post_content] =>

Monter sur scène, c’est demander à jouer dans un plateau, puis produire quelques minutes de rire, répéter. Ensuite, il faut se présenter à l’adresse du plateau, prendre le micro et se jeter à l’eau. Enfin, partir et tendre le micro à son successeur, avec un hi-five encourageant en bonus. Parce que c’est ton « poto ».

👉 Lu ailleurs : « Pour apprendre à être drôle, j’ai fait l’école du rire » — NEON

Si l’on se tient à cette liste objective, il n’y a rien de bien méchant. Mais alors, qu’est-ce qui rend ce rapport à la scène aussi unique pour un humoriste ? Quand passe-t-on d’un hobby à une vraie envie de faire rire dans la durée ?

La scène est-elle vraiment ce qui fait le plus peur ?

Je l’avais martelé : je devais raccrocher le micro pour de bon après deux scènes… Poule mouillée ? Oui, et fière de l’être ! Et puis non : hier soir, j’ai joué au Blague à Part Comedy Club. Évidemment, je ne peux pas en dire grand-chose car j’écris ces lignes une semaine avant.

Parce qu’honnêtement, on se contrefiche de savoir comment ça s’est passé. Tant de paramètres subjectifs peuvent rendre la soirée excellente comme cauchemardesque.

Déjà, tout commence par la programmation. Elle compte pour moi à chaque instant, car je ne fais pas du stand-up pour moi-même. Si je parle assez régulièrement à tous les comiques sur scène, je suis dans un meilleur état d’esprit. Je n’ai aucune ambition professionnelle (ou alors je suis dans le déni). En 2018, je voulais comprendre ce que c’était. J’ai partiellement compris, puisque je n’ai pas connu le bide. Peut-être la semaine prochaine, ou hier ? Peu importe, encore une fois.

Changement de perspective

Aujourd’hui, mon état d’esprit est différent. J’ai compris que je voulais monter sur scène pour faire partie de la bande des comiques. Et c’est tout. Ceux qui parlent de monter sur scène comme une drogue, je les regarde avec beaucoup d’admiration et d’incrédulité. Ma drogue à moi, elle consiste à parler des gens qui font des blagues et à rire de ces mêmes punchlines. Rien ne me satisfait plus au monde que de voir un talent potentiel cartonner et se révéler.

Si je reviens, c’est pour que le public découvre le spot du rire. Parce que je veux partager ces talents potentiels, puis avérés. Et c’est ce moteur-là qui me pousse à y aller et à rompre le silence. Dans ma tête, je le fais pour eux.

D’ailleurs, chaque passage est un prétexte pour lancer une private joke à l’un des membres de la bande. Mais dans ce contexte, a-t-on vraiment peur ? Et si oui, de la scène ou d’autre chose ?

Le feeling des répétitions

Gabriel Francès l’explique très bien : certains répètent leur texte pendant plusieurs semaines, tandis que d’autres s’entraînent différemment.

Je fais partie de la bande qui s’entraîne une heure par jour à déclamer son texte (alors qu’elle a envie d’y passer deux heures). Qui s’insulte après la treizième répétition et s’encense après la vingt-deuxième. Avec cette peur d’oublier ce texte, comme si je n’étais plus capable de dire ce que j’avais dans la tête.

Bon sang, c’est pas compliqué, il s’agit tout de même de mon histoire. J’écris les mots-clés comme Ghislain et mille autres, après l’avoir tant vu le faire au 33 Comedy.

Être sur scène : une préparation mentale personnelle

Avant de monter sur scène, les humoristes ont leurs habitudes. Certains ont l’air complètement détente, à l’instar de Pierre Thevenoux. Par habitude, sans doute, ils parviennent à déconner et masquer l’enjeu.

D’autres, au contraire, s’isolent. Tirent la tronche. Et dès qu’ils prennent le micro, la magie opère. Je trouve ça fou. À chaque fois que j’essaie de monter sur scène, je m’amuse à construire une playlist. Cette fois-ci, par procrastination, sans doute, j’ai décidé de lui donner vie sur Deezer.

Une voix qui motive comme un gourou, suivie de chansons qui rappellent quelque chose de positif ou délivrent des messages qui soignent ton ego. “We don’t even care about what they say, cos it's ja ja ja, blah blah blah.” On dirait une citation Instagram qui dit : « les autres sont des jaloux » ou « rageux », si elle provient de Skyblog.

Et pourtant, on s’en fiche. L’important, c’est de trouver la superstition qui marche pour soi-même et d’avancer. De retravailler plus sérieusement le passage, pour éviter… Pour éviter quoi, au juste ?

En quête de légitimité : pourquoi le regard de ses pairs compte autant

Une semaine avant ce fameux passage, j’essaie de me donner du courage. Cette fois-ci, je ne voulais pas attirer l’attention comme les fois précédentes. Je choisissais les personnes que je souhaitais voir. Exit certains comiques, bonjour des connaissances à qui je racontais des blagues au boulot. Celles qui rient à si peu, parce que c’est quelqu’un qu’ils connaissent qui sort la blague. Je le vois comme une forme de triche, mais je ne sais pas si d’autres partagent ce point de vue.

Je me dis : « Tu te rends compte, tu vas dévoiler ça sur toi… ». Même si en réalité, le lendemain, tout le monde aura oublié, tu croiseras le regard de ces gens en sachant qu’ils savent. Et comme dans un épisode de Suits, tu auras peur qu’un acteur-avocat vienne te faire chanter avec ta faiblesse (coucou Katrina Bennett).

À chaque comique sa méthode

Si cette partie est personnelle, c’est parce que chacun a sa manière de gérer cela. Cyril Hives se concentre sur la scène suivante pour imposer une nouvelle dynamique :

Quand tu vis un mauvais passage, c’est de ta faute. Effectivement, je suis moins loquace et moins heureux après. Mais demain est un autre jour. Tu peux te planter, et dans l’absolu personne ne t’en tient rigueur. Tout le monde a déjà connu un bide, donc… On se raconte bien plus facilement ses bides que ses cartons. Ce sont des histoires plus drôles à raconter. Raconte un bide aux autres humoristes, tu verras : les gens sont morts de rire ! Quand tu racontes un carton, ils s’en fichent.

Aude Alisque a appris avec le temps à dompter sa « terreur » scénique grâce à la visualisation :

La peur sur scène… J’étais terrifiée au début ! Même aujourd’hui, d’ailleurs, même si je commence à vivre de plus en plus de moments où dès que je monte sur scène, je suis prise d’une énergie positive qui surpasse ma terreur. Mon problème, c’est que je rougis très facilement. S’il se passe quelque chose d’inattendu sur scène, ma réaction est immédiate. Au début, ça m’arrivait tout le temps de rougir ! J’ai dû acheter du fond de teint couvrant pour essayer de cacher ça, ce que je ne faisais pas avant. (...)

Certains sont naturellement à l’aise, ce qui n’est pas mon cas. Ça a peut-être mis plus de temps, mais j’ai réussi à me visualiser sur scène dépasser cette peur. Il fallait juste attendre qu’elle disparaisse petit à petit.

Bon, on ne va pas aller jusqu’à dire que la visualisation est une méthode miracle à coup de musique de suspense… Mais à toutes fins utiles, lui, il le fait.

Seul, tu atteindras vite tes limites

Quelques jours avant le passage, je prends confiance sur le texte. En revanche, je laisse tomber le jeu. Je viens de discuter avec Perrine Blondel et Mélissa Rojo, qui gèrent la Petite Loge. Elle m’avertissent : ne suis pas tous les conseils que tu reçois ! Je réponds que je n’écoute personne.

Leur attitude change du tout au tout : faut quand même le faire, parfois, sinon c’est dangereux… Et c’est une évidence, bien sûr ! Quelques heures plus tard, je comprends un peu plus cela. Ok, le texte peut passer, mais tu es à la rue sur le jeu. Si tu le sais, pourquoi tu refuses qu’Anissa Omri t’aide à répéter ?

On en revient toujours à l’ambition. Si j’avais vraiment envie de le faire, je me donnerais les moyens. Là, je veux juste obtenir la mention « passable ». Je vois bien l’apport d’un Thierno Thioune : s’il voyait mon texte, il aurait envie de me pousser à jouer chaque ligne, l’amener plus loin.

Je me dis souvent : « ce serait super si on allait dans cette folie-là, ou cette direction-là, mais on ne peut pas ». Thierno (ou qui que ce soit d’autre) m’aurait certainement ri au nez avant de me pousser dans mes derniers retranchements. Mais la perspective de dévoiler son texte devant un fucking metteur en scène et d’autres apprentis comiques ? Il faudrait le faire, évidemment. Toujours ce fameux « évidemment » qui trahit le manque d’ambition. Le fait de ne pas avoir vraiment passé le cap et de ne toujours pas se sentir humoriste.

C’est le cap le plus dur à passer, celui qui te mène sans doute à jouer sur scène régulièrement. Après ça, la machine est lancée et tu te bats pour des dates.

Un dernier mot avant de monter sur scène

Le stand-up est aussi un bon refuge pour comprendre qui tu es et dépasser tes propres limites. Je trouve que c’est un exercice rigolo pour préparer les autres êtres humains à entendre pourquoi tu es bizarre. Tu es jugé avec le rire, et au pire, un silence de plomb t’assomme.

Enfin, je crois. Je vais essayer d’éviter que de nouvelles peurs émergent, surtout que parfois, je me dis que ce ne sont que des blagues. Il n’y a pas mort d’homme, ça dure une dizaine de minutes tout au plus, et les autres font ça jusqu'à 4 ou 5 fois par jour. Qui suis-je pour en parler ? Le moment est venu de prendre ce foutu micro.

Je ne vais pas vous laisser comme ça… Voilà ce qu’il s’est passé !

Au final, j’ai ressenti du stress à partir du passage de Manu Bibard. Il jouait juste avant moi, et comme je savais quand il terminerait son texte, la tension montait vite ! Ghislain me regardait en souriant pour me détendre, alors que je croyais qu’il s’amusait à faire une story de ma panique. Mais comme il m’a regardé avec un sourire un peu creepy, ça nous a rapprochés.

J’ai été surprise de laisser tomber le texte pour devenir mon propre directeur artistique. Avant de reprendre un micro-segment, je me disais : « là, tu vas faire ça » et ça se passait. Moins de calcul, juste un ordre normal envoyé par le cerveau à ma personne.

J’ai improvisé à certains moments, apparemment j’ai même fait des act out. C’était un bon passage, le premier où je me suis sentie légitime sur scène. Je fais partie du gang, même si j’ai encore la chance du débutant. Et puis j’ai tellement lutté pour décrocher le micro que Manu avait soigneusement remis à sa place. Il m’a dit : « désolé, j’ai peut-être mis un peu trop de force ! » #testostérone.

À refaire ? Je devrais complètement, mais là, je profite du fait de ne plus avoir à penser à jouer sur scène. Même si l’expérience était positive. Grégory Robet est, comme de nombreux comiques le disent, un mec génial et un super MC. Son plateau, le Blague à Part, propose une super expérience de stand-up. C’est convivial, carré, et il est aux petits soins pour que tout se passe bien. Je savais que le Blague à Part c’était bien, maintenant, je l’ai vécu !

Un mot sur la photo

Bun Hay Mean, qui en connaît un rayon sur le sujet. Son passage au Marrakech du Rire 2019, on en parle bien sûr pour ses blagues, mais aussi pour la manière dont il a su traverser des épreuves difficiles pour atteindre le succès.

Crédits photo : © Christine Coquilleau

[post_title] => Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-mental [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/a-lecole-nationale-de-lhumour-jai-appris-a-etre-drole-492620.html [post_modified] => 2020-10-09 16:08:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:08:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6796 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 6264 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 16:02:37 [post_date_gmt] => 2019-06-02 14:02:37 [post_content] =>

Cela vous est-il déjà arrivé de sentir que vous deviez être ailleurs ? Plusieurs choix s’offrent à vous : rester sans rien dire, ou partir sans se retourner. J’ai choisi la même voie que les 2be3 un mardi soir pour voir d’autres humoristes. Il faisait beau, j’avais réservé dans un nouveau plateau et j’étais un peu contrariée de son changement d’horaire.

Composition d’équipes

Et puis j’ai vu les humoristes arriver un à un. Faire leur inventaire et échanger quelques mots m’a fait rapidement comprendre que j’avais été trop vite en besogne. J’ai lu en diagonale une programmation, puis une autre, avant de réaliser que les deux correspondaient à celles de la semaine d’avant et celle d’après.

Fébrile, je pars à la trace de l’annonce des humoristes présents ce jour-là. Le couperet tombe : rien ne m’emballe outre-mesure. Deux noms me sont sympathiques, mais le cœur n’y est plus. En plus, d’autres événements me font tourner la tête. Je prétexte en mentant avec les pieds que j’ai réservé autre part. Rien n’est plus faux.

La réalité, c’était que mes 2 interlocuteurs sont assez drôles. Je ne voulais pas les froisser, surtout à une demi-heure de leur passage sur scène. Il y avait suffisamment de réservations pour ne pas me sentir coupable. Alors, où vais-je ?

Perdue parmi les humoristes et les comedy clubs

J’ai annoncé fièrement que j’irai au 33 Comedy. Pourtant, arrivée au métro, je me souviens que la Cave à Vannes a aussi lieu ce soir. Chouette, c’est dans dix minutes à deux stations de métro. Plus près de chez moi, cette soirée remporte la course d’orientation que j’ai organisée toute seule. Je laisse le Jardin Sauvage derrière moi, même si j’adore l’atmosphère du plateau. J’enverrai un mot d’excuse à l’organisatrice et lui promettrai de revenir la semaine suivante. Là, j’ai bien le line-up en tête !

Je cours, et je me trompe d’adresse. Au loin, je vois les humoristes qui attirent du public. Mince, cet événement va-t-il être annulé comme tant d’autres en ce moment ? Après un retard d’une demi-heure (je n’en attendais pas moins), le show démarre.

Le destin va logiquement me punir de ma fugue originelle. Certes, le line-up sera respecté. Adrien Arnoux, hilare dans l’escalier en attendant son tour, livrera de nouvelles blagues (je vous jure !). Cyril Hives fera le job. Pierre Thevenoux, si souvent annoncé, et pourtant excusé en raison d’un calendrier de ministre, assurera une performance béton. Même une quinte de toux persistante ne l’a pas attiré vers le bide. C’était pourtant difficile de revenir à son niveau de forme, mais il était imperturbable. Le métier est rentré.

Soirées imparfaites

Bon, quel était le problème de cette soirée, imparfaite comme tant d’autres ? Une durée de deux heures, déjà. Avec l’expérience, j’aurais dû le prévoir puisqu’il y avait au moins 8 humoristes annoncés. C’est trop. Et malheureusement, parmi des passages de qualité, une sorte de trou noir.

On peut commencer la scène et ne pas être drôle. C’est excusable, voire logique. En revanche, imiter du stand-up avec un patchwork de sujets exécuté avec les pieds, ça me contrarie plus. Surtout quand on s’accroche au micro pendant 20 minutes à la fin de la soirée. On organise, on se met bien dans l’ordre de passage, mais on n’est pas au rendez-vous.

Dommage, cela manquait juste d’aller chercher du contenu plus authentique. Rien d’insurmontable, mais il faut accepter que l’on se plante d’angle. Ne pas se décourager par la critique, l’ignorer et faire son trou. Si vous perdez confiance parce que vous lisez ces lignes, vous commettez une énorme erreur. Encore une fois, je me répète mais ce message doit passer : cela ne dure qu’un temps. Vous finirez par trouver le truc, mais si vous arrêtez, ce ne sera pas à cause de moi. Tâtonnez, d’accord, mais pensez au public.

Résultat des courses : j’ai encore filé à l’anglaise au moment des actualités. Je mets encore de l’argent dans le chapeau même si je suis invitée partout, mais là, c’était au-dessus de mes forces. J’ai dit à certains humoristes que j’ai aimés que je leur paierai un coup. L’équilibre se fera ici.

Crédits photo

Yacine Belhousse et Fadily Camara à la Nouvelle Seine © Betty Durieux. Pour information, cette photo et les personnes qui y posent n’ont rien à voir avec ce récit.

[post_title] => La fois où j’ai filé à l’anglaise pour d’autres humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => filer-anglaise-humoristes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:35 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6264 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 6193 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-05-11 09:32:42 [post_date_gmt] => 2019-05-11 07:32:42 [post_content] =>

Face au jour sans, et plus généralement aux revers, je voulais écrire à quelqu’un. L’humoriste concerné aurait pu en être un autre, tant ils partagent ces moments-là. Même lors d’actes manqués et manques de réussite, il subsiste une expérience forte.


Je ne voulais plus venir ce soir-là. Tard. Malade. Rien dans le ventre. J’étais avec un autre, je n’imaginais pas te voir en spectacle dans une poignée de minutes, mon assise était trop confortable. Je sentais que pour moi, ça allait devenir un jour sans.

En plus, j’avais envie de suivre mon acolyte et ne pas me retrouver seule. L’autre bout de Paris ? J’ai une petite marge. Quand je m’aperçois que je ne suis pas si loin de ta salle de spectacle, je jubile. Je me mets en état de marche, il se met à pleuvoir fort. Le métro aérien rejoint, je regarde les quelques stations qui nous séparent. Sereine, heureuse de calibrer un emploi du temps de ministre. Pour la première fois, je m’accorde le temps de souffler.

Le sourire au lèvres, je m’approche de mon endroit préféré. Ton spectacle, je l’ai vu ailleurs. Dans de plus grandes salles, mais plus méconnues. Ici, l’ambiance promet d’être différente.

La pluie a cessé, elle reprendra quand Mélissa nous fera rentrer. 21h32. Tout s’enchaîne à une vitesse folle, j’ai à peine le temps de me dévêtir. La première bande son lancée, je ris déjà de connivence. Je connais cette voix — celle de ton acolyte de baladodiffusion, à de maintes reprises. Sera-t-il en première partie ?

Eh non, tu émerges de la minuscule scène, tirant le rideau par tes propres moyens. Bienvenue dans le début de ta carrière. Même si toi aussi, tu souris, tu caches un léger malaise.

Pilote automatique 

Le débit de parole est trop rapide et les enchaînements mécaniques. Je sens d’emblée que cela cloche, comme si nous avions répété les mouvements du comique pendant tant d’heures. Je ris beaucoup, même si je suis en décalage complet avec le public.

C’est qu’il ne te connaît pas. Il est timide face à l’enjeu. Une première fois, dans cette promiscuité : les interrogations se multiplient sans doute dans leurs esprits, alors qu’il faudrait lâcher prise.

Moi, je sais. Je sais ce que tu vaux, tu m’as fait l’humour exactement comme il le fallait, avec le bon rythme et les bonnes punches. Je me sens lésée, mais je ne me l’avoue pas tout de suite. Quand on adule, on commence par pardonner un peu, panser la plaie, faire le dos rond pour mieux traverser l’instant.

Mais le problème, justement, c’est que je sais. J’ai déjà connu tout ce cirque, et j’ai désiré autre chose dans ce nouveau cadre. Également, j’ai imaginé la scène, telle un fantasme. J’ai pris la température du lieu, et l’ambiance était simplement en décalage.

Bien sûr, une fois l’acte de cette pièce terminé, je t’ai remercié pour ce moment. Je n’ai pas su trouver les mots, car quand on éprouve un attachement scénique, on est perdu. La critique immédiate est proscrite, mais j’avais tant d’attentes non formulées. Le problème était là : si je t’avais dit que je voulais une autre méthode ce soir-là, tout aurait été plus fluide.

De l’expression d’attentes pour combattre un jour sans

Mais non, je me suis tue. J’ai nié, enfoui, mon désir de spectatrice, jusqu’à ce qu’il me revienne en pleine figure. Je voulais foutre en l’air ton autodérision, tes complexes de comique. Ce soir-là, je t’ai adoubé comme l’homme de la situation, je voulais simplement te voir passer un cap. Plus émotionnel, moins dans l’excuse de ta personne, un peu plus premier degré et dans une forme d’intensité dramatique.

Je voulais une autre mise en scène, mais j’ai aimé quand même. C’est sincère, même si c’est dit maladroitement. Maudit jour sans. Tu as été sans doute plus dur avec toi-même, car tu officiais sur l’échelle « ai-je été bon ou non ? ». Tu n’as juste pas fait le pas de côté que j’anticipais. J’étais venue pour oublier une douleur, une peine indicible. Parce qu’en spectacle vivant, on rit, mais on vit aussi et on prend parfois des coups au moral. Plus on ressent les choses intensément, plus on cherche à compenser un manque, comme un patchwork émotionnel.

Tu ne comprendras peut-être pas tout le sous-texte, ou tu as de quoi extrapoler vers une mauvaise interprétation. Tout ce que je voulais dire, c’est que je sais que tu vas revenir plus fort. À l’heure où j’écris ces lignes, tu es là où tu dois être, là où j’aurais dû te voir. Mais je suis ravie de t’avoir vu dans de mauvaises conditions, car je t’ai compris et regardé comme jamais. J’ai entr’aperçu ton prochain spectacle ou ton prochain style comique. Merci de m’avoir offert ça : c’est à ça que servent les soirées d’apparence en demi-teinte. Construis sur ça et rien ne pourra plus t’arrêter.

[post_title] => Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lettre-humoriste-jour-sans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:45 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 5909 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-09 14:46:10 [post_date_gmt] => 2019-03-09 13:46:10 [post_content] =>

Dans l'émission Dans la tête d'un timide, l'humoriste Thomas Wiesel est formel : oui, vous pouvez faire de la scène en étant timide. Au spot du rire, on est au courant.

Mais personne n'a jamais vraiment expliqué pourquoi cela fonctionne. Pourquoi des artistes comme Paul Dechavanne triomphent-ils avec leur introversion ? Vous allez le découvrir très vite...

On me demande régulièrement comment les introvertis peuvent monter sur scène, surtout quand j'évoque mon expérience personnelle. C'est l'occasion d'en parler pour de bon ! En plus, en tant que timide, j'ai vraiment trouvé cette émission de qualité. Et j'ai quelques anecdotes d'empowerment en stock.

D’ailleurs, pour certains humoristes comme Miri, vaincre sa timidité par l’humour devient une composante du développement personnel…

Timide et humoriste : comment ça marche ?

Ce samedi, je profite encore une fois du service public... suisse. Le français, on voit ce que ça donne, mais l'heure n'est pas à la polémique. Après avoir regardé religieusement le dernier épisode de Mauvaise langue, je tombe sur le compte Instagram de Thomas Wiesel et sa dernière publication.

Ni une, ni deux, je commence à regarder. Il faut dire que l'humoriste suisse, passé par Paris la semaine dernière, n'a jamais caché son introversion. Dans ses blagues comme dans ses tenues, c'est une marque de fabrique qui attire la sympathie, l'affection et les rires.

A titre personnel, ça me fait du bien de voir des humoristes comme cela. Comme le soulignait Paul Dechavanne dans Sympa la vie, il y a un côté rassurant à voir des humoristes réservés. Il y a de tout, et on n'est pas obligé de parcourir l'équivalent de 12 stades de football en hurlant ses blagues vues et revues dans un spectacle comique (coucou Djal).

Les plus pour le public

Pour le spectateur, c'est aussi agréable : plus les humoristes sont différents, plus ils vont refléter la diversité des gens et permettre à des gens dans le public de se sentir bien dans la société.

Ça vous parait fou ? Je l'ai vécu, pourtant. D'ailleurs, c'est drôle que Thomas Wiesel en parle : ça me rappelle l'anxiété sociale ressentie au début, quand j'allais dans les plateaux d'humour. Quand je l'ai rencontré, j'ai vécu à nouveau ça (je vous le raconte ici).

Avant de lire la suite, petit spoiler : je vais surtout vous raconter ma vie dans les lignes qui suivent. Si vous voulez d'autres anecdotes sur l'humour, je vous conseille de parcourir le blog.

Timide, mais prête pour une confidence

Quand j'ai lancé ce site, je n'ai pas vu le regard des autres changer tout de suite. Certains savent que c'était une réaction d'orgueil : je ne voulais plus subir de regards accusateurs, à juger ce statut de groupie. J'ai mis un temps fou à faire la paix avec ces choses-là. Maintenant, dès que je croise Certe Mathurin, il me dit que je n'ai plus du tout le même comportement, et que je ne suis plus voutée. D'autres disent me craindre pour mes critiques cash. Ce n'est pas vraiment un retournement de situation, c'est juste que ça a fini par éclore.

Sans vous mentir, j'étais en flippe de l'acceptation des autres. J'avais peur au travail comme à la sortie des scènes ouvertes ; je trouvais que toute la société n'était pas tendre avec ceux qui n'ont pas d'aisance sociale. Dès que j'ai commencé à traîner à Paris, j'ai ressenti cette difficulté à m'intégrer à cette ville. L'humour était pour moi salvateur, une sorte de renaissance, mais ça a pris du temps et ça reste difficile.

De timide à sans-filtre

Pourquoi vous partager cela ? Là, je viens de quitter Koober - vous savez, la société pour laquelle j'ai failli arrêté le site. J'aurais eu l'air maligne. C'est là où les bienfaits du stand-up sur ma vie sociale ont le plus porté leurs fruits. Ce n'était pas gagné d'avance, mais tous ces gens ont accepté mes blagues (ils en pondaient une quantité astronomique), ma personnalité sans filtre et le reste.

Pour revenir à l'humour, même si je ne monte plus sur scène, c'est vraiment un environnement propice à la construction de soi-même. Vous croisez des gens qui regardent leurs névroses en face. Ils ne les cachent pas pour en tirer des bénéfices professionnels ou personnels. C'est un appel d'air dont on a vraiment besoin.

C'est pour ça que vendredi soir, j'ai vu le spectacle de Nadim avec un enthousiasme plus grand que jamais. Et samedi soir, je me rends encore à La petite loge pour m'extasier devant la prestation d'Aude Alisque (c'est complet !). Ces deux formes de folie sont d'une humanité et d'une sincérité remarquables.

Je continuerai à me battre pour les promouvoir, car c'est ce qui m'a sauvé il y a maintenant plus de deux ans. Et tant pis si le journaliste du Parisien n'avait attribué que 3 étoiles au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy #genèse pour cause de « manque flagrant de confiance en lui » (sic !). C'était ça que je suis allée chercher, alors vous pouvez remballer vos critiques WTF, les gars.

Bonus : le témoignage de Panayotis Pascot

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => timide-introverti-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5909 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011475 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-20 06:00:00 [post_content] =>

Le 26 septembre dernier, j’ai assisté au festival Paris Paradis. Quatre plateaux d’humour avaient lieu au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette. Pour la troisième édition, exit l’hippodrome de Longchamp, bienvenue dans le XIXe arrondissement de Paris.

J’avais choisi les plateaux de 14 heures (pour Fanny Ruwet, principalement) et de 18 heures (meilleur line-up). Cependant, je savais que je n’allais pas passer la meilleure après-midi de ma vie. En effet, comme je vous le décrivais avant le festival, cet événement vise le grand public. Les amateurs d’humour, qui connaissent très bien les artistes et leurs passages « sûrs », connaissent déjà la musique.

En quête d’originalité au festival Paris Paradis

Le problème avec les artistes établis en représentation, c’est que leur renouvellement ne passe pas toujours par une prise de risque. Bien sûr, il est très complexe de garder un niveau élevé tout au long de son parcours. En revanche, dans certains cas, il est dommage de voir des renoncements artistiques, sur le plan de l’originalité notamment. Le public appréciait le moment, il n’y a pas eu de drame. En revanche, je n’ai pas réussi à apprécier le passage de Tristan Lopin. Il y a longtemps, j’ai écrit une critique positive de son spectacle. J’ai même parlé d’originalité à son égard…

Or trois ans plus tard, je vois ce passage où Tristan Lopin enchaîne les sujets de société. Le propos est d’une grande faiblesse, les clichés pleuvent et le passage est moralisateur. D’autres artistes présents livraient des performances moins clichées, mais quelque peu aseptisées.

Remplir des salles : regarder la prise de risque d’un autre prisme

Je commençais à perdre patience. Mais l’émotion avait-elle pris le pouvoir ? D’une part, j’allais à ce festival parce que c’est un événement médiatique d’ampleur. Organisé par le Parisien, le festival Paris Paradis est un endroit où il faut être pour asseoir sa légitimité. Qu’on soit artiste ou professionnel, d’ailleurs.

Du reste, je l’interprétais comme cela. Pour cet événement, je sacrifiais donc le visionnage d’un Grand Prix de Formule 1. Cet élément a pesé dans la balance de ma déception, on ne va pas se mentir.

Mais ce n’était pas tout ! Cela faisait quelques temps qu’une musique envahissante occupait mon esprit. J’ai réalisé que j’ai lancé un lobbying pro-originalité, à contre-courant des statistiques de buzz et d’influence.

Je passe à côté de tous les phénomènes d’ampleur qui m’ennuient ferme. Je cherche à reprogrammer le monde pour faire aimer des artistes méconnus, obscurs… Mais qui font rire les rares âmes qui tombent sur eux, souvent par hasard. Tout cela fait écho à l’un des points du lundi matin d’Harold Barbé, jugez plutôt la divine promotion de son spectacle à la toute fin de cet épisode… Il sortait le lendemain du festival. Coïncidence ?

À force de voir un bal d’humoristes formatés dans les principaux comedy clubs et dans les médias… À force de ne pas comprendre pourquoi la comédie alternative n’est pas aussi populaire que McFly et Carlito. Et à force de voir toujours les mêmes interviewés dans des podcasts pour la soixantième fois… J’ai dû vriller, à un moment donné.

Course à l’audience vs. choix artistiques au festival Paris Paradis

La course à l’audience dilue-t-elle véritablement les choix artistiques ? Le festival Paris Paradis offre une synthèse assez intéressante, même si je reste sur ma faim. Parce qu’il faut aussi analyser l’envers du décor : Léo Domboy et le Parisien sont copains, et ça se ressent dans tous les événements humour du Parisien. L’attachée de presse vedette case ses poulains, et c’est bien normal. Grégory Plouviez fait le taf, mais il ne peut pas être partout et il s’appuie naturellement sur cette aide bienvenue et confortable.

Mais face à cette influence, les places sont chères pour diversifier les noms à l’affiche. Donc peu de renouvellement dans les personnes mises en avant. Alors quand Grégory Plouviez, le monsieur humour du Parisien, a glissé à Avril qu’il y serait peut-être l’année prochaine, je croise simplement les doigts pour qu’il tienne cette promesse.

Le Métropole, l’un des théâtres qui montent à Paris via les nouveaux talents

Après tout, sur scène il y avait deux artistes également à l’affiche du même théâtre, le Métropole : Nordine Ganso et Sebastian Marx. Si Sebastian Marx a beaucoup de métier, niveau expérience, Nordine Ganso est moins avancé qu’Avril. Mais qui est son attachée de presse ? Léo Domboy. CQFD. Regardez son nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux : il n’y a pas de comparaison.

J’aurais d’ailleurs pu prendre un autre exemple (comme William Pilet). Mais quitte à manquer un Grand Prix de Formule 1 épique, autant essayer de jouer aux Léo Domboy du dimanche et dire : « coucou, voici les talents que je veux trimballer partout ». Ça tombe bien, ce festival avait lieu un dimanche. Rendez-vous en 2022 ? Suspense…

Des têtes d’affiche qu’on a manquées : session de rattrapage au Cabaret Sauvage

Dans le même temps, je n’avais jamais eu le privilège de voir Dedo sur scène. Je ne saurais vous dire pourquoi… Ça ne s’était jamais fait. Évidemment, j’ai pris une claque. Sans ce festival, ce moment n’aurait pas eu lieu. Il faut croire qu’il m’arrive parfois d’avoir le regard naïf d’un public non initié. Si les tous nouveaux humoristes n’ont généralement plus de secret pour moi, je demeure moins familière avec la génération précédente.

Et que dire de Yacine Belhousse, que j’avais manqué lorsque je l’ai découvert pour la première fois en spectacle ? Cela ne fait pas bien longtemps que son talent m’a sauté au visage. Par hasard, d’ailleurs : la captation de son dernier spectacle à l’Européen était miraculeusement disponible. Il m’avait dit de venir, pourtant, et j’ai commis la pire erreur possible. Adopter la politique de l’autruche. Prendre le train en retard. Je peux donner des leçons aux journalistes, je fais juste la même chose avec les gens les plus connus… Chacun son rôle ? La question mérite réflexion.

Parce qu’il faut toujours terminer un mea culpa par un sursaut d’orgueil, j’aimerais avoir une pensée pour mon humoriste préféré pour conclure. Oui, je fais mon coming out comique. Par pitié, arrêtez d’envoyer Pierre Thevenoux en premier dans un plateau d’humour ! Mesurez-vous son efficacité dans ses punchlines ? Il arrive même à générer des vues sur YouTube. Il perce demain ; allez, on le met en clôture et on satisfait les gens comme moi qui s’ennuient quand il sort de scène. Enfin, sauf pour Yacine, Dedo et les autres…

[post_title] => Retour sur le festival Paris Paradis 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-paris-paradis-programmation [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-29 20:20:48 [post_modified_gmt] => 2021-09-29 18:20:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011475 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 53 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 5077684c9fecb73873b14a5af7fd7c05 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

opinion

Programmation : affiche du festival Paris Paradis 2021

Retour sur le festival Paris Paradis 2021

Nouvelles de la rentrée humour 2021

Quelques annonces de rentrée

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 2/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Créer des podcasts : capture d'écran du podcast Chougar Free (Arezki Chougar)

Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021

Masques : quand est-ce qu’on rit comme avant ?

Humour instantané - Bas les masques !

3 ans du spot du rire : gâteau d’anniversaire

Le spot du rire fête ses 3 ans !

Josquin Chapatte et Jack Line : comiques hors du cadre (photo d’illustration)

Jack Line et Josquin Chapatte : ça ne se raconte pas (encore)

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Bun Hay Mean sur scène au Bordel Club

Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

Deux humoristes à la Nouvelle Seine : Yacine Belhousse et Fadily Camara

La fois où j’ai filé à l’anglaise pour d’autres humoristes

Lettre à un humoriste après son jour sans - photo d'illustration

Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans

Timide ou introverti, mais humoriste : la preuve en images avec Paul Dechavanne !

Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ?