Publications liées au mot-clé : Kyan Khojandi

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => kyan-khojandi
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 406
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => kyan-khojandi
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 406
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => kyan-khojandi
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 406
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => kyan-khojandi
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 406
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 406
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 406
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => kyan-khojandi
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 406
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (406) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (406) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (406)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010726
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-04-21 09:30:58
                    [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58
                    [post_content] => 

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010184 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 14:06:46 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 13:06:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7587 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 12:27:57 [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57 [post_content] =>

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 7218 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 15:52:00 [post_date_gmt] => 2019-10-24 13:52:00 [post_content] =>

Fanny Ruwet fait partie de la bande d’humoristes sur scène dans Derrière un micro. Le plateau filmé de Kyan Khojandi, passé par Montréal, revient aujourd’hui avec des talents français et belges sur Canal+. Parmi Baptiste Lecaplain, Doully ou Melha Bedia, on y retrouve la jeune humoriste belge. Vous trouvez ça bizarre ? Nous, on trouve ça logique.

Fanny Ruwet dans Derrière un micro : un record de précocité, pas une surprise

Comment ai-je découvert Fanny Ruwet ? C’était un dimanche après-midi, où je découvrais son podcast Les gens qui doutent. Son invité ? Thomas Wiesel.

Et ces deux-là se ressemblent de manière troublante. Leur personnalité et leur humour semblent se refléter. Ça m’offre une occasion en or de distinguer plagiat et appartenance au même style d’humour.

Le plagiat, ce n’est pas bien. Mais suivre le même style, ça le fait de ouf. Comme ça, des gens comme moi qui adorent ce style-là peuvent rire deux fois plus. Tant qu’on ne peut pas cloner Thomas Wiesel pour qu’il joue à Paris plus qu’en janvier 2020, je profite. Fin de la parenthèse.

Voir Fanny Ruwet dans Derrière un micro, c’est aussi un bon aperçu de ce qu’elle propose dans son spectacle Bon anniversaire Jean… On ira la découvrir à la Nouvelle Seine en décembre, et on a encore plus envie depuis l’avoir vue captiver la salle et ma télévision.

Fanny Ruwet sur scène, et l’atmosphère change

Vous le savez, il devient de plus en plus difficile de se concentrer sur quelque chose. Pourtant, quand Fanny Ruwet débarque sur mon écran, je me fige. Je suis bouleversée, pour tout vous dire.

Enfin une découverte — bon, ok, elle connaît peut-être les bonnes personnes pour saisir cette opportunité. Elle ne débarque plus vraiment, et elle rayonne en festival. Elle joue déjà en tournée, c’est dire… Sur le plan marketing, comme pour un Paul Mirabel, rien n’est laissé au hasard.

Par conséquent, dès la première seconde, on comprend immédiatement. Elle a sa place, peut-être plus que d’autres ce soir-là. On ne citera pas de noms, surtout qu’on attribue cette impression au fait d’avoir vu 500 fois le même passage de certains. C’est le jeu des galas de ce genre…

Sa manière de raconter des histoires est déjà forte. Avec peu d’énergie visible, elle frappe deux fois plus fort, juste avec ses mots et son rythme. Comme Thomas Wiesel le cerne lors de leur discussion, elle a déjà saisi les codes du stand-up et prouve qu’on peut arriver très fort, très vite. Mais tout de même, la prouesse est belle et me frappe de plein fouet.

Et maintenant ?

Tandis que j’écris ces lignes, le reste du spectacle Derrière un micro continue de défiler. La vie continue, et me rapproche de plus en plus de la découverte d’un spectacle complet d’une toute jeune artiste qui n’a pas de temps à perdre.

On lui souhaite de continuer à monter en puissance, parce que la promesse qu’elle nous fait à ses débuts est très belle. Désolée pour la pression, Fanny (on n’est visiblement pas les seuls à te l’infliger…).

On continuera d’être bienveillant et de garder des yeux d’enfant face à tes prochaines prestations ! Avant de découvrir le phénomène en vrai, au-delà du web, des podcasts et des réseaux sociaux…

[post_title] => Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fanny-ruwet-derriere-micro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:47 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7218 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5163 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-09-20 19:04:29 [post_date_gmt] => 2018-09-20 17:04:29 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Imaginé par la polyvalente humoriste et productrice Shirley Souagnon, le 1er festival 100% stand-up en France a vu le jour le week-end du 14 au 16 septembre. On retrouve également Jessie Varin, directrice artistique de la Nouvelle Seine, à l’organisation. Le tout pour nous permettre de passer ces 3 jours sous le signe du rire, il n’y a pas mieux en astrologie. Voir aussi : Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night 3 jours, 3 péniches (le Flow, la Nouvelle Seine, le Jardin Sauvage), plus d’une vingtaine de shows, documentaires, ateliers-rencontres et expos. Tout ça avec du beau temps de la bonne humeur… et un peu d’alcool comme dans tout festival qui se respecte, et le départ est donné.

Premiers pas à Debout Paris

Sur les quais de Seine règne une ambiance légère. Les touristes prennent des photos, se pressent près de Notre-Dame, mais j’ai le sentiment que tous rateront l’essentiel. Malgré un drapeau « Debout Paris » planté devant l’entrée de la Nouvelle Seine tout le week-end, la plupart y adresseront un regard furtif avant de retourner à leurs selfies. Je peine à y croire. C’est comme ouvrir un vieux placard, fouiller dans les vieux manteaux, sentir la fraîcheur de la neige… et le refermer sans se rendre compte qu’au bout il y a Narnia. Blague à part, aujourd’hui je tâte toujours le fond des armoires… on ne sait jamais ! Le festival débute par un atelier-rencontre sur le thème de la professionnalisation du « stand-up » en partenariat avec la SACEM. Un public jeune, amateur de stand-up et en quête d’informations s’y rend. On ne se connait pas mais on partage tous la même passion. J’ai l’impression de rencontrer une famille éloignée que je n’aurais jamais vu. La conférence, animée par des professionnels du milieu, portera sur des zones d’ombres du métier d’humoriste. Droits d’auteur et gestion de la communication sont ainsi au centre du débat. On écoute, on apprend, on sourit, on échange. Le décor est ainsi planté : discussions intéressantes, ambiance bienveillante, du partage et du rire. Le premier événement sera donc à l’image du festival : drôle, sympathique et chaleureux.

Les documentaires : du stand-up sur grand écran

Quand on aime le stand-up, on aime en voir, parfois en faire, mais on aime aussi tout le contenu qui l’entoure : podcasts, interviews, documentaires. À ce niveau-là, le Debout Paris Festival va nous combler. Samedi 15 septembre, c’est séance ciné. 5 euros le documentaire. L’occasion de payer pour du contenu gratuit que j’avais déjà vu. Stupide à première vue, mais j’avais l’impression de soutenir les artistes de cette façon. Du coup, 15 euros pour les 3 documentaires, soit le même prix que pour un nouveau Star Wars en 3D... sauf que là, il y a un scénario. Cependant, on n’a pas la 3D. Mieux : on a la 4D : les humoristes/réalisateurs sont disponibles pour des questions à la fin des projections. Ambiance conviviale et intimiste. Pas de salle comble, à croire que tout le monde préfère manger du pâté au festival de la bouffe du sud-ouest en face sur les quais. Festival où François Hollande (l'Andy Kaufman français), pourtant un des meilleurs stand-uppers actuels, a préféré passer. Personnellement le programme des documentaires me faisait plus saliver : On vous conseille naturellement d’aller regarder chaque documentaire. Chacun est bien différent des autres et aborde le stand-up sous différents angles.

Visionnez les documentaires stand-up !

Dans le premier, Shirley Souagnon explique ce qu’est le stand-up pour un public non initié et nous parle de son évolution en France lors de ses dernières années, notamment à travers ses échanges avec ses collègues humoristes. On pourra apprécier les vidéos en backstage avec le ressenti des artistes pris sur le vif.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU"][vc_column_text]Le deuxième nous fait voyager et découvrir le stand-up dans de nombreux pays (Russie, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, Belgique, Canada…). Yacine Belhousse parcourt le monde et à travers des entretiens avec des humoristes locaux, on découvre l’aspect universel de l’humour. On pourra apprécier la découverte des différentes cultures de l’humour, selon les pays, qui parviennent toutefois à se réunir autour du stand-up. Swann Perissé part à la recherche de l’humour engagé dans le troisième. A l’instar d’autres humoristes dont elle croise le chemin, elle cherche à mettre dans son texte ses convictions personnelles. Elle rencontrera des comédiens qui, parfois malgré les risques liés aux contraintes politiques ou religieuses, prennent position ou dénoncent, toujours avec humour. On pourra apprécier l'observation des réflexions de Swann et son évolution au fil du documentaire.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=NFrbfwqRvuQ"][vc_column_text]

Le podcast, pour entendre parler stand-up, en live

Le podcast c’est ce format que j’aime tant pour sa capacité à être écouté n’importe quand : en courant, en faisant les courses, dans les transports, en travaillant… Alors assister à un podcast en live ça peut paraître absurde, mais quand c’est pour « Donc Voilà Quoi » on n’hésite pas et on vient. « Donc Voilà Quoi », c’est le podcast de Sebastian Marx. Un humoriste américain qui reçoit à chaque épisode ses « potes comiques » pour parler notamment de leur parcours, leurs actualités et évidemment pour parler stand-up. Ce dimanche 14h, nous ne sommes que peu dans la salle, pourtant la liste des invités est élogieuse, ils sont 3 et demi pour l’occasion : Marina Rollman, Yacine Belhousse ainsi que Jason Brokerss et sa fille, qui déjà jeune, manie mieux le micro que le hochet. [audio src="http://traffic.libsyn.com/doncvoilaquoi/Podcast_Debout_Paris_Final.mp3" /] L’épisode a fini par sortir à la mi-novembre et je vous conseille fortement de l’écouter. La discussion a porté sur la manière donc chacun aborde le stand-up, l’écriture des blagues ou encore une partie sur la créativité qui était plus qu’intéressante. Parsemés de petites touches d’absurde, dont la présence de Yacine Belhousse n’a rien d’innocente, les échanges étaient vraiment instructifs. J’ai hâte de pouvoir le réécouter. De plus, la valeur ajoutée du live a permis une partie « questions du public » qui réserve quelques pépites.

La crème des plateaux d’humour

L’objectif du festival était notamment de montrer en un week-end ce qu’est le stand-up. Pour ça, le meilleur des plateaux de Paris était réuni. Je n’ai pas pu tous les faire, mais ceux auxquels j’ai assisté étaient au top. Les artistes, de haut niveau, ont fait un sans faute sur scène, et le public pas toujours constitué d’habitué fut à chaque fois conquis. Tout ça pour finir en apothéose au gala de clôture. Dans une ambiance pétillante et posée que Shirley Souagnon sait installer à la perfection, la salle comble sera la dernière vague de rire du week-end dans ce raz-de-marée de stand-up. Vagues sur lesquelles les humoristes de talent ont surfé et éclaboussé les spectateurs. Les blagues ont ricoché pour ne jamais nous retirer ce rire qui a inondé les salles à en faire couler les péniches.

Un gros merci et à l’année prochaine

Un condensé de rire, d’émotions et de partage en un week-end. On n’en attendait pas tant pour une première édition. La disponibilité et la simplicité des artistes ont créé une atmosphère chaleureuse et magique lors de ce festival. Il ne manquait plus qu’un camping pour pouvoir accueillir, à l’instar de certains festivals musicaux, des provinciaux plus facilement. Enfin, je voulais remercier Shirley Souagnon, Jessie Varin ainsi que tout ceux qui ont participé à l’organisation et à la bonne tenue de ce festival. J’avais prévu de faire un tour au festival de l’huma pendant le week-end… je n’ai pas pu. L’ambiance de Debout Paris m’a poussé à rester. Merci également à la Nouvelle Seine, que j’ai squattée tout le week-end, et toute son équipe pour leur accueil bienveillant. Je vous conseille par ailleurs d’y faire un tour, les spectacles sont souvent de qualité et la scène est magnifique. De plus, l’expérience « péniche » qui tangue et vous berce durant les shows offre des sensations atypiques. J’ai peut-être l’écriture optimiste sur cet article mais c'est tel que je suis. Et il n’y a objectivement pas grand-chose à redire sur ce festival. C’est mieux que Narnia en fait. Du coup, la seule pensée qui me vient en partant c’est : vivement l’année prochaine !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / La croisière s'amuse au Jardin sauvage[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-festival-succes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5163 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3470 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-21 14:46:42 [post_date_gmt] => 2018-02-21 13:46:42 [post_content] => Ça y est, je suis montée sur scène ! Le 33 Comedy m'accueillait aux côtés de pointures du stand-up. Une voie royale pour réussir ce passage. Voilà comment cette première scène s'est passée. Vous pouvez aussi relire les épisodes précédents : l'annonce et la préparation.

L'avant-show : don't stress

18h45, je pars de chez moi pour aller au 33 Comedy. Il y a 45 minutes de trajet, qui s'allongent pour une raison indéterminée. Mais j'ai décidé que le métro ne me perturberait pas. J'arrive enfin à bon port une heure plus tard, l'une de mes amies est arrivée. Téléphone en main, elle me filme d'entrée de jeu, me demande un autographe sur son billet du 33 Comedy. Elle est encore plus perchée que moi, alors je lui livre un autographe à ma sauce. C'est graveleux. Antek et Jean-Patrick sont là aussi : ils surgissent du sous-sol. Les deux me demandent comment je vais. Pour le moment, bien. Ils déterminent ensuite l'ordre de passage et j'apprends que Kyan Khojandi sera là. Il remplace Jason Brokerss, visiblement coincé chez lui. La poche de glace collée à son visage sur ses story Instagram confirme l'hypothèse. Satanés dentistes ! J'apprends l'ordre de passage : je passe troisième entre Antek et Jean-Patrick. Kyan ouvre la soirée, j'ai un spot confortable entre les résidents. Ça tombe bien, je remplace Ghislain. Et je porte les chaussettes que j'ai gagnées en évaluant le podcast Sympa la vie. La seule superstition que je me suis autorisée.

Bienvenue au 33 Comedy Club

Le 33 Comedy Club, c'est un peu devenu mon QG. La raison de cette première scène ici, c'est parce que j'ai passé beaucoup de temps dans le public. J'ai soutenu tous les projets personnels des trois résidents Antek, Jean-Patrick et Ghislain : spectacles, podcasts, émissions de radio... Il n'existe pas de plateau où je me sens le plus à la maison. Aucun autre ne m'a donné cette impression, et c'est sûrement ça qui a conditionné la suite de la soirée. D'habitude, les loges du 33 Comedy sont blindées d'humoristes, mais lorsque Antek fait entrer le public, j'ai tout l'espace pour moi. Les autres n'arriveront qu'un peu après 20h30 après avoir visiblement discuté en haut. Kyan se présente et moi aussi, mais on se connaît un peu. Je l'ai mentionné sur une publication Facebook, donc il connaît le spot du rire. Et moi, je suis comme tout le monde : Kyan Khojandi est une pointure. Si bien que depuis plusieurs mois, je n'ai aucun souci à écrire son nom sans faute. Et que je sais qu'il est bien plus que le mec de Bref.

Transmission

Ce soir, il y a donc des pointures : Lenny, Seb Mellia et Kyan Khojandi. J'ai l'impression qu'ils font du stand-up comme ils mettent un pied devant l'autre : la maîtrise. Voir mon nom au milieu de tous ceux-là plus Antek et Jean-Patrick, c'est un truc de dingue. Le stress ne s'installe pas trop encore. Comme je l'ai dit, depuis que mon texte est su, il s'est évaporé. Mais il va revenir. Kyan monte sur scène ; son passage est dingue. Lorsque je l'ai vu en spectacle à Choisy-le-Roi en décembre dernier, son co-auteur Navo faisait la première partie. Ce jour-là, il s'amusait à jouer avec nos nerfs sur le rythme de son stand-up. Va-t-on savoir la suite ? Au 33 Comedy, Kyan a repris un procédé similaire en faisant semblant de quitter la scène au beau milieu de son histoire. Deux fois de suite ! Un mécanisme qui donne évidemment envie de connaître la suite. C'est comme poser un paquet de bonbons devant soi. Ou le compte-à-rebours Netflix que Rémi Boyes adore mentionner dans son stand-up. En terminant son passage, il dit aux autres qu'il suffit de parler au public : il est très bienveillant ce soir. Ça tombe bien pour moi. Antek enchaîne. C'est le dernier rempart avant mon passage. Là, le stress est là.

Plongeon

Pour rester calme, j'écoute ce que les autres font et je ris comme si j'étais spectatrice. Mais cela ne suffit pas. Heureusement, le small talk de Seb Mellia va arranger ça. Je ne sais plus comment Jean-Philippe de Tinguy est arrivé dans la conversation... il faut dire que cela arrive souvent. Mais là, Seb me demande de confirmer qu'au début, j'allais le voir un peu partout. Je ne comprends pas la question, je crois qu'il me demande si je parle de Jean-Philippe dans le sketch. Donc, je réponds non. Alors que clairement, la réponse était affirmative. Du coup, je corrige, on blague sur le fait que je savais son adresse avant son déménagement et que c'est sûrement pour ça qu'il a eu lieu... Toute la conversation a le mérite de détourner mon attention. Antek continue ses blagues avec quelques nouveautés, et je sens qu'il termine son passage. Les applaudissements confirment mon intuition. Comme il me l'avait dit avant la soirée, Antek me concocte une introduction aux petits oignons. Je vais dans les scènes ouvertes en permanence, j'ai décidé de faire ma première scène au 33 Comedy, c'est un moment d'émotion. Tout le pathos est réuni pour me faire éviter le bide. Et ça a marché !

Instantanés de scène au 33 Comedy avec Jean-Patrick et Kyan Khojandi

Ma première scène au 33 Comedy

Lors de cette première scène, je demande aux gens s'ils vont bien. Je leur réponds ensuite que moi, c'est moyen Parkinson. En fait, je partage l'information suivante : oui, je tremble, je sais, et je m'en fiche. Donc on peut se concentrer sur les blagues. Mon sketch, je l'ai pratiquement appris à la virgule près, mais j'ai fait de nombreuses modifications. Les différentes versions se mélangent un peu, mais grâce à la concision du passage, l'ensemble conserve de la cohérence. Je remarque un phénomène auquel je ne m'attendais pas. Là où j'ai parié sur des rires, je les ai obtenus. J'avais l'impression d'avoir à appuyer sur un bouton qui déclencherait des rires enregistrés. Sur scène, on entend une masse de rire comme des rires enregistrés. J'enchaîne mon texte, je trébuche sur quelques mots mais j'essaie de me tenir à ce que ce soit clair. J'ai réduit considérablement mon débit de parole par rapport aux répétitions, mais ceux qui n'avaient rien vu estiment que c'est encore trop rapide. Un défaut récurrent chez les nouveaux venus, qui ont envie de s'échapper de la situation plutôt que de la vivre.

Plutôt que les pneus hiver, la séquence émotion

La toute fin de mon sketch n'a pas été apprise. J'avais un jeu de mots sur les niches (passions de niche vs. la niche du chien), le chien Beethoven et le fait d'être aux abois... Et je ne savais pas comment finir. J'avais initialement beaucoup plus de texte et je voulais faire l'analogie entre la communication avec les autres êtres humains et le fait d'être doté de pneus hiver. J'avais tout un fil rouge sur les garages qui n'en sont pas, ça partait dans tous les sens. Bref, ça a été jeté. C'est grâce au livre de Christine Berrou que je n'ai pas eu de quartier pour ces tentatives-là. A la place, j'ai dit que ma niche, c'était le stand-up, que les lieux comme le 33 avaient changé ma vie. Je m'étais dit qu'avec ça, je pouvais me mettre le public dans la poche assez facilement. Or, faire vivre un moment d'émotion n'est pas facile car on dévoile beaucoup de soi. On se rend compte qu'on dit à des inconnus quelque chose qui fait ce qu'on est. On touche un peu à l'intime, mine de rien. Ma voix s'est tordue, j'ai pensé : « Je ne vais pas pleurer, là, quand même ? ». C'était tendu, mais c'est passé. Ça devait être vrai. Prends ça, Marc Levy !

L'après-première scène : feedback et mal au dos

Quand je termine mon passage, je vois Antek dans les loges avec son sourire et ses lunettes rouges de mec heureux. J'attends que les applaudissements cessent pour annoncer Jean-Patrick, tandis qu'Antek gère la régie. Je fais une petite blague sur le fait que même les végétariens peuvent l'aimer, car c'est un lapin. Et je sors de cette première scène. Seb Mellia me dit que j'ai bien géré cette première : je n'ai pas fait trop long. Lenny me dira ensuite qu'il a bien aimé le moment d'émotion. Et Antek a apprécié l'une de mes punchlines. Mission accomplie, dans une ambiance très bienveillante et propice à la chance du débutant. Je m'assois ensuite, histoire de décompresser. Mais ça ne se passe pas ainsi : un mal de dos de dingue s'installe, j'ai l'impression d'être une mamie et qu'un rouleau compresseur est venu me broyer. J'ai aussi mal dormi avant de monter sur scène qu'après. C'est très physique, mine de rien. Il paraît que c'est l'adrénaline. J'en saurais probablement plus si je remonte sur scène, mais...

Envie de remonter sur scène ?

Je ne sais pas ce qui pousse les gens à me voir réitérer cette première scène. J'ai passé un bon moment, bien apprécié que les gens rient. C'était sympa pour la confiance en soi, mais je ne me suis pas dit que c'était magique. Ce que je préfère, c'est voir les autres sur scène. Si j'ai fait cette expérience, c'était pour mieux les comprendre. Leur montrer une marque de respect en me jetant dans l'arène. Mais il semblerait que les gens ont envie que je revienne. Affaire à suivre. Pour l'heure, un grand merci à tous les humoristes qui m'ont soutenue avant, pendant et après cette épreuve émotionnelle. C'était un vrai défi, et je suis contente de l'avoir relevé ! Maintenant, rendez-moi mon sommeil, merci.

Crédits photo

© Seb Mellia / Antek [post_title] => Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-scene-33-comedy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3262 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-23 16:12:34 [post_date_gmt] => 2018-01-23 15:12:34 [post_content] =>

C’est fou, ce qu’on apprend des autres. Depuis que j’ai commencé Le spot du rire, j’ai aimé compulsivement les humoristes. Enfin, leurs pages et publications. C’est évidemment de cela dont on parle.

Fournisseurs de contenus 2.0

Tout ce qu’ils partagent me tombe sous les yeux. C’est très pratique : ils sont nombreux à être obsédés par la culture stand-up américaine. Heureusement, pas comme Tomer Sisley… qui va continuer à prendre cher en scène ouverte pendant un sacré moment !

J’en parlais récemment, à la sortie d’un plateau : je n’y connais pas grand-chose. Je n’ai pas Netflix, et jusqu’à récemment, je pensais que Dave Chappelle avait le physique de Bill Gates. Ce qu’un cerveau peut vous tromper… Mes références anglophones sont Bobby Mair et Damien Power, vus à Londres et Édimbourg. Le temps d'en rencontrer d'autres ?

Canal+ me sauve, j’ai pu voir la série I’m dying up here. On peut discuter… Enfin, pas tant que ça : beaucoup n’ont pas Canal et n’ont pas vu la série. Je me disais : « c’est quoi, leur foutue pop-culture ? » Tant que tu ne montes pas sur scène, tu as l’impression d’être de l’autre côté. Et puis, si moi, j’ai Canal, c’est pour le sport plus que pour la culture.

Bon, cette histoire de culture sur des plaques tectoniques distinctes, ce n’est rien de grave. Je peux toujours relayer, et a priori, on parle la même langue. Mes yeux sont souvent exposés au fil des stories Instagram de Louis DubourgSeb Mellia ou Roman Frayssinet. Et il arrive aussi que je tombe sur des choses telles que cet article. Rien de surprenant : Sarah Silverman apparaît souvent sur les réseaux.

Sarah Silverman relayée par Els

Il faut que je vous dise d’où ça vient, quand même. Enfin, de qui, surtout. C’est l’humoriste barrée et loufoque Els - Lost in France, que j’adore, qui vient régulièrement m’abreuver de cette culture-là. Et cet article, je l’ai trouvé beau.

En substance, Sarah Silverman a accompli un acte humain tout aussi vertueux que désintéressé. L’un de ces événements qui rend, à un petit niveau, le monde un peu plus respirable. Et le terrain de jeu sur lequel ça s’est joué est encore plus dingue : Twitter. Castagne-land pour les intimes. L’émission Les grandes gueules, à côté, c’est Oui-oui.

Un troll publie le tweet expéditif « C*nt ». Vous cliquerez pour la signification, si elle vous échappe. Et elle répond à ce gars qu’elle croit en lui, qu’elle voit la rage qu’il traîne. Qu’il peut s’en sortir, se faire aider. En prime, elle lui trouve les bons interlocuteurs pour l’aider. Comme le dit Kyan Khojandi, la dernière chose qu’un mec en détresse a envie d’entendre, c’est de se bouger le cul. La paralysie semble imparable. J'aimerais vous communiquer la source exacte, mais j'ai écouté beaucoup trop de podcasts avec Kyan Khojandi pendant les fêtes pour la retracer. Ecoutez-les tous, ça peut aider.

Et l'Oscar des vrais super-héros est décerné à...

Je vais vous dire mon intuition profonde. Les humoristes sont des super-héros. Mais des vrais, pas Superman qui troque ses lunettes de journaleux contre un slip rouge. Ils ont cet autre regard sur le monde, et ils arrivent à te l’apporter et t’élever, te faire aller mieux.

Et le meilleur, c’est qu’ils peuvent le faire en te parlant de coloscopie. De Brahm's Ouloulou à Chris Esquerre. Non, le vrai meilleur, c’est qu’ils t’apportent tous un petit truc. Même ceux qui, la première fois que tu les vois, ne te font pas rire. Ils sont juste sur le chemin. Si l’on assemble toutes les pièces du puzzle, ça peut potentiellement remettre sur pied tout un chacun. C'est égoïste d'être le public.

Cette histoire a l’air un peu grisante. En tant que public, que peut-on bien leur apporter ? Est-ce que leur adresser 3 éclats de rire, c’est leur offrir 12 cacahuètes ? J’en suis à ce stade de la réflexion. S’il y a des lanternes parmi vous qui peuvent m’éclairer, ça pourrait me servir !

[post_title] => Sarah Silverman et l'humour désintéressé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sarah-silverman-contenus-standup-us [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:35:18 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:35:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3262 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) ) [post_count] => 17 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010726 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-21 09:30:58 [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58 [post_content] =>

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 17 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 8d7ddbfcb1cd351f3237a56b9b5600eb [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Kyan Khojandi

Kémil Le Comique : documentaire sur 1 semaine stand-up à Paris

Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 2/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

Contenus 2019 : les visages des artistes mis en lumière par le spot du rire

Les 10 contenus les plus lus de 2019

Fanny Ruwet dans Derrière un micro et en spectacle (Bon anniversaire Jean)

Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

Debout Paris Festival : résumé de la première édition au Jardin Sauvage et ailleurs

Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion

Sarah Silverman

Sarah Silverman et l'humour désintéressé