Publications liées au mot-clé : Monter sur scène

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => monter-sur-scene
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 440
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => monter-sur-scene
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 440
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => monter-sur-scene
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 440
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => monter-sur-scene
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 440
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 440
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 440
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => monter-sur-scene
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 440
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (440) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (440) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (440)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011033
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-28 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-28 06:00:00
                    [post_content] => 

Début juillet, l’Académie d’Humour organisait sa première session d’auditions. Pour préparer sa première rentrée, l’Académie a investi la Nouvelle Seine pour convier 15 prétendants à l’admission. C’était la première fois que j’assistais à des auditions. Découvrez les coulisses de ces instants redoutés, mais finalement bien plus bienveillants que des plateaux ou festivals.

Auditions : mode d’emploi

Le principe est simple : il faut d’abord postuler à l’Académie d’Humour via un formulaire. Assez complet, il écrème réellement les candidatures fantaisistes. Il ne suffit pas de laisser ses coordonnées : chaque personne doit fournir une lettre de motivation, une vidéo et partager son projet artistique.

Dès le départ, les postulants sont acteurs de leur réussite. Cette première étape donne le ton sur ce qui les attend. Ainsi, il n’y a quasiment pas eu de surprise et j’ai été étonnée de voir la qualité des candidatures.

Une fois conviés sur scène, ils commencent par jouer quelques minutes devant un parterre de professionnels émérites. Directrices de théâtre, artistes de stand-up confirmés, professionnels de la production… De quoi impressionner une personne mal préparée à l’échéance.

Une préparation aux petits oignons

Indépendamment du niveau, chaque artiste avait bien préparé son audition, notamment son passage. Les questions qui succédaient leur prestation les déstabilisaient parfois. Révélatrices, elles montraient de véritables différences entre les projets plus axés théâtre et ceux plus liés au stand-up.

Certaines personnes étaient très étonnantes. Des parcours de vie originaux, des besoins de créer artistiquement et de faire rire très divers se manifestaient tour à tour. On a vu de la singularité, du propos, des influences artistiques récurrentes… Les noms de Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain et Roman Frayssinet revenaient souvent dans les artistes cités.

J’ai trouvé cette expérience bien plus agréable que le jugement en festival. Je n’ai pas ressenti de compétition mais de la solidarité entre les postulants. Le public incitait chaque personne à se révéler, les poussant dans leurs meilleurs retranchements… On était bien loin de la Nouvelle Star ou d’Incroyable Talent.

Objectif des auditions : réunir les 12 premiers talents de l’Académie d’Humour

Tous ne seront pas retenus, bien entendu. Il y aura 12 places finales et une nouvelle session d’auditions à la rentrée. Il reste de la place pour former une troupe de talents prêts à travailler pour leur réussite. Certains font déjà office de favoris, tandis que d’autres sont bien partis pour en être. Mais aucun nom ne fuitera avant l’annonce officielle… Ne cherchez pas, je n’ai aucune information formelle… Tout ce que je peux vous dire, c’est que je connaissais une seule personne et que bien plus d’une m’a fait rire !

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[post_title] => Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => auditions-academie-humour-coulisses [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:33 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011033 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010914 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 11:48:23 [post_date_gmt] => 2021-06-18 09:48:23 [post_content] =>

Le dernier épisode du podcast Stand Up France avec Yacine Belhousse est une pépite pour tous les amateurs de comédie. Comme souvent dans cet exercice, il livre de nombreuses anecdotes qui vont forcément vous ravir !

Yacine Belhousse en podcast : la meilleure excuse pour découvrir l’humour estonien

En tant que fan de l’Eurovision, je ne peux qu’admirer le travail de Yacine Belhousse. Cette phrase semble improbable, mais restez, on parle de comédie juste après ! Sans transition, donc… (sic !) Avec ses propositions scéniques originales, rien d’étonnant de le voir aller à la rencontre des artistes de stand-up à travers le monde.

Sa curiosité comique est littéralement contagieuse. Pour tout vous dire, j’ai même essayé de regarder de l’humour en estonien pour voir si je comprenais quelque chose. Ou simplement percevais. Pas trop, mais la bonne nouvelle, c’est que les Estoniens jouent en anglais…

Tout le monde n’a en effet pas la chance d’avoir un pays densément peuplé ou d’une scène stand-up dynamique. C’est toujours une piqûre de rappel appréciable, surtout quand on a la tête dans le guidon. On prend parfois trop notre dynamisme artistique pour acquis, savourons donc notre chance !

Découvrez Ari Matti Mustonen, un Estonien à Vancouver

Yacine Belhousse digresse donc sur le côté nerd du podcast Stand Up France. Ces spécialistes du rire se retrouvent à se demander s’il existe des podcasts estoniens. La réponse est oui : Louis Zezeran propose même un podcast en anglais.

Quelques recherches plus tard, je tombe sur ce site web et quelques sketches en anglais. Celui-ci m’a bien fait rire, alors je vous le partage :

This Just In: Yacine Belhousse lance sa masterclass

Deux autres informations essentielles (et plus locales) vous intéresseront sûrement davantage. Tout d’abord, dans la lignée des nouvelles formations humour, il proposera une masterclass orientée mise en pratique. La promesse : à la fin de la formation, vous repartez avec du matériel utilisable sur scène.

Loin des conférences inspirantes, vous bénéficiez donc de l’expertise d’un des humoristes les plus respectés de son milieu. C’est aussi un rappel important : tout savoir-faire transmis apporte de la valeur et mérite d’être rémunéré. Je souhaite donc le meilleur à Yacine dans cette entreprise !

Autre anecdote qui fait réfléchir : l’art de ne pas s’entourer. Les professionnels de l’ombre répètent à l’envi que pour se développer, il faut s’entourer. C’est intéressant d’avoir le point de vue d’un indépendant. Bien sûr, il s’entoure et collabore avec d’autres artistes pour monter des projets. Mais ce son de cloche alternatif (tout comme son humour) trotte dans la tête de nombreux autres humoristes.

Comme quoi, il n’y a pas de science exacte ou de vérité générale. Écoutez cela en contexte pour parfaire votre opinion, ce podcast avec Yacine Belhousse est une pépite pour cela !

Crédits photo

Yacine Belhousse © Christine Coquilleau

[post_title] => Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-podcast-estonie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-18 11:53:26 [post_modified_gmt] => 2021-06-18 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010914 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009347 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-04 08:36:04 [post_date_gmt] => 2020-11-04 07:36:04 [post_content] =>

En matière de conseil artistique, comment venir en aide aux talents de demain ? Pour répondre à cette problématique, complétons la phrase : « Il y a deux types d’humoriste : (…) ». D’une part, l’humoriste qui tente de créer de la singularité, mais pour lequel la magie n’opère pas (encore ?). D’autre part, l’humoriste qui virevolte de petits succès en petits succès, mais qui se la coule douce.

Commençons par le premier cas de figure. Dans sa tête, c’est le désordre. Un flou artistique, pour être plus précise.

Sortir du flou artistique

On développe évidemment une tendresse pour ceux qui tentent mais qui manquent leur cible. En effet, on peut deviner leur potentiel. On comprend qu’ils ont quelque chose à défendre.

Cependant, un obstacle vient empêcher la belle rencontre avec le public. Comment faire, surtout quand il vous regarde avec un désarroi qui vous fend le cœur ? Oui, j’ai mis la dose de pathos. Mais cette cause le mérite bien.

Mon conseil artistique : sortir de la panique par une approche méthodique

Sans vouloir vivre dans un monde à la Dany Boon (« Je vais bien, tout va bien »), il convient de dédramatiser. On ne cherche pas à se cacher derrière un « il faut 10 ans pour être bon en stand-up parce que les Américains l’ont dit ». En revanche, trouver son style suppose de s’accorder du temps et de faire preuve d’endurance.

Certains vont plus vite que d’autres, pour des raisons très variées, d’ailleurs. Il y a ceux qui font mine d’arriver, mais qui sortent de 3 ans de Cours Florent. D’autres, véritables artisans un peu moins armés, suivent une filiation artistique. Tous ces artistes ont des repères. C’est un peu comme dans un jeu de course : il y a l’entraînement, les aides au pilotage, les facteurs externes comme les intempéries ou le niveau de l’équipe…

Quel conseil artistique apporter, dans ce cas ? Venons-en aux méthodes. Elles sont injustes, parce qu’elles ne fonctionnent pas pour tout le monde. J’ai gribouillé moult fiches bristol pour le baccalauréat. La note n’était pourtant pas glorieuse. Je connaissais le mot « moult », mais apparemment le placer dans chaque phrase ne rapportait pas de points bonus.

À la comparaison, préférer l’endurance et les avis éclairés

Plus sérieusement, l’important n’est pas de suivre la même méthode qu’un humoriste inspirant, car ça vous rassure et ça marche à coup sûr. Non. Il faut tester, point par point et progresser à votre rythme. Parfois, vous aurez envie de tout jeter et recommencer.

Ça vous semblera logique, mais aux premières difficultés succèderont le doute. Là, attention au piège : difficulté ne signifie pas échec. Vous devez comprendre ce qui n’a pas marché. Plusieurs avis extérieurs peuvent servir (mais pas trop, parce que vous êtes déjà embrouillé dans votre tête…).

D’où l’importance d’assumer vos choix, de savoir ce qui les a motivés et d’arbitrer. Vous tromper une ou deux fois, ce n’est pas très grave. C’est être dans le déni ou ne jamais vous remettre en question qui amènera les pires conséquences. Car tôt ou tard, même les plus forts du circuit sortent de la piste.

Se nourrir des autres sans se goinfrer

Je parlais plus haut de la comparaison entre artistes. Comparer le rythme d’avancement n’est pas très pertinent, mais observer les choix artistiques des autres, ça nourrit. D’ailleurs, les moyens d’expression sont de plus en plus nombreux, ce qui élargit grandement le champ des possibles.

Les artistes ont peur de copier quelque chose qu’ils auraient entendu en regardant leurs collègues. Cette peur ne peut être une excuse : dans le pire des cas, surtout si l’artiste est de bonne foi, il perd une blague en crée d’autres. Je crois que Réda Seddiki (corrigez-moi si je me trompe de personne !) disait ne pas être embêté qu’on lui pique une blague. Il en inventera d’autres, car il sait comment faire. Celui qui l’a copié devra défendre la blague d’un autre et ne saura pas pérenniser son art… En matière de conseil artistique, celui-ci vaut de l’or.

Outre les spectacles, plongez-vous dans les interviews, les podcasts et tous les lieux d’expression des artistes. Voir ce que font les autres, ça débloque la créativité, ça aère le cerveau. Et Dieu sait que vous autres, les comiques, vous en avez besoin…

En résumé

Même si ce cas de figure est frustrant, le travail artistique permet bien souvent de renaître des cendres d’un set ou d’un spectacle qui n’a pas fonctionné. Réalisé avec méthode et sans trop de pression ou de questionnements incessants, il apportera sans doute de meilleurs résultats.

Vous ne vous sentez pas concerné ? Malgré tout, vous pouvez avoir un rôle à jouer. En effet, si vous rencontrez un artiste qui se cherche et que vous avez une idée de génie pour l’aider, ne l’imposez pas trop vite. Pas sûre qu’elle marche, déjà, et puis l’artiste en face de vous est un animal blessé. La discussion, l’écoute… Cette forme de conseil artistique marche beaucoup mieux pour guérir et se remettre sur pied. Soyez plus un ami-psy qu’un dictateur artistique, d’accord ?

Sortir de la flemme artistique

Venons-en maintenant à cet humoriste qui ne se débrouille pas trop mal. Comme il est sympathique, les gens du milieu l’ont à la bonne. Ils en oublieraient presque qu’à chaque fois qu’ils voient son spectacle, c’est de la bouillie artistique.

J’ai un cas en tête et je n’arrive pas à accepter que sa performance n’est pas satisfaisante. Impossible, car je vois quelque chose en lui. Je vois un univers singulier, un truc qui marche. Mais ça ne se renouvelle jamais. Ça maquille ça dans un packaging de nouveau spectacle, mais les blagues sont toujours les mêmes ou datées, déjà entendues mille fois.

Ça me fait penser à Chloe, la fille aux “crazy eyes” qui séduit Marshall après sa rupture avec Lily dans la saison 2 de How I Met Your Mother. À chaque fois qu’ils se voient, Marshall lui raconte la même blague et elle éclate de rire. Ted Mosby, fort de ses années de recherche de l’amour, explique à Marshall pourquoi Chloe rit à chaque fois. Soit c’est la première blague qu’elle n’ait jamais entendue, soit il lui plaît. Sans surprise, c’était la réponse B. En humour, c’est pareil. On ne va pas rire toujours aux mêmes blagues, sauf si…

Mon conseil artistique : trouvez quelqu’un qui vous secoue pour vous renouveler

Vous êtes un artiste englué dans une zone de confort. Ça marche, et comme vous êtes sympa, personne ne vous en veut de ne pas trop bosser. Jusqu’au jour où un critique un peu plus consciencieux que la moyenne vient déposer un sac de merde devant votre palier.

« Bonjour, voici ma critique. Un mouchoir pour oublier ? Désolé, il fallait qu’un lanceur d’alerte intervienne ! » Vous inondez le palier de vos larmes de seum, alors que vous savez que vous obtenez là ce que vous méritez.

La bonne nouvelle, c’est que plein de gens adorent donner leur avis. Des directeurs artistiques, gérants de théâtre, metteurs en scène, comiques, critiques… Ils ont envie de porter la star de demain. Et vous, en tant qu’artiste, avez justement un bagout qui fait plaisir à un petit public. Cela fait de vous un bon client.

Ne jetez pas tout, n’écoutez pas les gourous du minimalisme…

Maintenant, reste à savoir où vous vous situez. Travaillez-vous suffisamment ? Quel est votre rapport au doute ? Pensez-vous être brillant alors que vos idées ne valent pas mieux qu’un contenu tiède de magazine lifestyle ? Il est temps de sortir de l’imposture et de vous mettre en danger.

Ne vous braquez pas face à ces questions délicates. En réalité, votre problème est similaire à celui de votre collègue. Vous ne savez simplement pas par où commencer. Si ça marche sur un malentendu, alors ça va passer indéfiniment, pas vrai ? Jusqu’au jour où ça ne fonctionne plus et qu’il faut tout recommencer. Si c’est rageant, c’est loin d’être une fatalité.

En effet, inutile de retourner à la case départ ! Vous avez réussi à construire quelque chose, c’est déjà bien. Avoir un univers, c’est un luxe. Il faut juste travailler sur les éléments où votre originalité pêche. Là encore, point par point, en testant et vérifiant vos progrès.

En résumé

Être un tire-au-flanc, ça se comprend. On l’est tous un peu sur certains aspects, même si on veut croire qu’on est toujours à fond. La procrastination, le déni… Tout cela fait partie de la vie. Il y a toujours une bonne raison de ne pas agir et de continuer à s’embourber dans un marasme total. Mais vous êtes un artiste, vous devez aller de l’avant. Pour dédramatiser, souvenez-vous que même les plus talentueux procrastinent !

J’ai été un peu dure vis-à-vis de ceux qui « se la coulent douce ». Ce n’est pas pour dire que votre cas est pire de celui de l’humoriste perdu. En réalité, en général, on a moins de compassion pour les flemmards. Ceux qui se battent, même s’ils n’obtiennent pas mieux et sombrent parfois dans l’oubli, ont le panache de leur côté.

Vous, vous vous prélassez dans un filet de sauvetage assez confortable, il faut le dire. Ce qui vous facilite la vie au premier abord, mais qui vous piège bien plus que celui qui a compris qu’il faut se sortir d’affaire. Reste à savoir quand vous vous en extirperez, et comment…

Conseil artistique : cet article ne résoudra rien, mais…

Bien sûr, ce type de conseil artistique rédigé par un non-professionnel de la vanne sont comme tous les tutoriels d’internet. Une série de bonnes idées qui a (je l’espère) du sens, mais qui est bien plus complexe à appliquer. Je ne suis pas vous, donc cet article ne pourra être personnalisé à vos besoins. Vous pouvez aussi vous plonger dans les podcasts qui appuient le contenu de l’article. Pour poursuivre, il faudrait en discuter, poser les bonnes questions… Bref, on en revient encore à cette histoire d’ami-psy qui vous aiguillera au lieu de vous mâcher le travail.

Il faut comprendre que cet article n’a vocation qu’à inspirer et remettre en marche la machine pour un artiste. On ne résout pas les problèmes en un clic, une tentative ou quelques contenus trouvés via une recherche internet. Parfois, on constate le fruit de ses efforts bien après avoir enclenché le processus, alors… Les success stories sont trompeuses, et l’époque en assène des milliers. C’est pour ça qu’on a tous l’impression, collectivement, de stagner.

Je me rends compte que ces deux artistes, à deux doigts de basculer dans l’aigreur, ont tous les deux leur charme. Et qu’ils peuvent être « sauvés ». La bonne nouvelle, c’est qu’ils ont toutes les cartes en main. Si l’une d’entre elles n’est pas la bonne, il y a toujours la possibilité d’en tirer une autre… Ou de recommencer la partie.

Crédits photo

© Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => conseil-artistique-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-04 08:32:43 [post_modified_gmt] => 2020-11-04 07:32:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009347 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-03 18:48:03 [post_date_gmt] => 2020-02-03 17:48:03 [post_content] =>

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show, c’est l’ouvrage d’Étienne de Balasy qui aide les jeunes humoristes à construire leur carrière ! Avant sa sortie le 20 février, nous avons pu vérifier qu’il était bien utile pour la nouvelle génération du rire.

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : derrière ce long titre, de la qualité ?

Oui, nous étions sceptiques. Les professionnels ne sont en effet pas tous connus par leur générosité ou leur altruisme. Beaucoup se font mousser, et le parcours de l’auteur, Étienne de Balasy, avait de quoi donner le tournis. En plus, il avait un cours de stand-up à promouvoir…

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show aurait pu être une coquille vide purement marketing. Et les trois points d’exclamation à la fin du titre à rallonge finissaient de nous inquiéter.

Rassurez-vous ! Au final, il faut voir cet ouvrage comme un recueil de conseils très utiles prodigués par un sage du rire. Il en a vu, des talents. Certains se sont plantés, d’autres ont su déjouer les pièges pour construire leur carrière.

Un guide truffé de conseils et de témoignages…

Ma première impression, c’était que l’auteur se sentait contraint de broder de belles phrases pour commencer. Comme on poserait un sujet dans une dissertation à l’école. La langue française exige une forme de respect, de réflexion fleuve, que voulez-vous…

Heureusement, en relisant une deuxième fois, j’ai vu l’attachement de l’auteur aux rires, les vrais, dans toute leur diversité. Étienne de Balasy a une conscience assez fine des problématiques des artistes. Il propose d’ailleurs des portraits de personnalités clés tout au long du livre. Ceux de Roman Frayssinet et Christine Berrou sont très percutants.

Cet ouvrage est une pépite. En effet, chaque humoriste trouvera un conseil qui lui redonnera la hargne pour se battre. Il accompagne et prend en compte les doutes, tout en livrant quelques informations de base. Ces informations de base, cependant, personne ne les avait collectées au même endroit !

On a montré quelques passages à plusieurs humoristes de la nouvelle génération. Ils les ont dévorés avec enthousiasme, pressés de lire la suite !

Anecdotes et concepts-clés : attention, ça vaut de l’or !

La force de ce livre, c’est d’abord d’inclure un questionnaire personnel de motivation. Pour avoir travaillé dans la formation, je peux vous dire qu’il est très efficace. Cela peut paraître fastidieux, de répondre à quelques questions… Quand on apprend, on a cette envie d’aller tout de suite au but, mais ce temps d’introspection fait avancer à pas de géant.

Vous êtes humoriste et vous vous sentez perdu ? Vous avez l’impression de stagner ou de ne pas savoir comment progresser ? Le truc, dans ce métier, c’est qu’on peut se retrouver enseveli sous une tonne de conseils. Je renvoie tous les lecteurs au passage sur le concept d’indivisualisation (chapitre 5, page 97).

L’avis de nos collègues chez Stand Up France

Pourquoi un guide (presque) complet ?

Le format du livre est contraignant. Étienne de Balasy, ou son éditeur, a eu l’idée de communiquer sur « les plateaux d’humour près de chez vous ». Au début, je me suis dit que ça allait être compliqué. On les recense inlassablement, apportant ou prévoyant plusieurs modifications chaque semaine.

Et pourtant, oui, en lisant ce livre, vous saurez comment connaître les plateaux d’humour près de chez vous ! Spoiler alert: ils renvoient sur notre site #StreetCred. Ils font bien, parce que la liste des plateaux en annexe est très courte, et déjà obsolète. Le One More Joke n’est plus au 44 rue de la Folie-Méricourt

La partie sur l’écriture de sketch ou de la création d’un personnage est peut-être le point faible du livre. Il y a des choses intéressantes, mais la littérature sur le sujet est meilleure ailleurs. Le livre de Christine Berrou, Écrire un one man show et monter sur scène, est plus pratique encore. Quoi de plus normal : Christine Berrou l’a fait, Étienne de Balasy est davantage un metteur en scène. Les deux livres sont, de fait, très complémentaires — et l’auteur le souligne, d’ailleurs.

Dernier point où le livre atteint ses limites : le côté pratique du guide. Même si l’auteur fait l’effort de se déplacer sur le terrain, les humoristes pourront rester bloqués sur certains problèmes. Ça tombe bien, c’est là que le spot du rire va entrer en jeu cette année.

Un guide exhaustif avec Étienne de Balasy, Christine Berrou et Le spot du rire ?

Depuis plusieurs mois, le spot du rire travaille en coulisses sur un guide orienté « terrain », avec de nombreuses ressources complémentaires. La sortie de ce guide aurait pu tuer dans l’os notre projet.

Mais finalement, il réorientera simplement nos efforts. Déjà, on prévoit une FAQ évolutive, où vous pourrez poser vos questions. Monter sur scène, préparer son premier spectacle, jouer un peu plus loin, se promouvoir sur internet avec des outils et tutoriels concrets… Il existe 1000 sujets à aborder, et on pourra le faire pleinement si les efforts sont partagés !

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : complétons-le !

Au début, en voyant la couverture et les nombreuses interrogations qui me venaient, je voulais vous déconseiller d’acheter ce livre. Pourtant, après une lecture plus approfondie, je révise mon jugement.

Dans le pire des cas, mettez en commun un chapeau ou deux, et passez ce livre de main en main ! 17 euros, à 2 ou 3, ça devient plus raisonnable quand on débute.

Étienne de Balasy vous offre un cadre pour vous développer en tant qu’artiste. Christine Berrou vous aide à monter votre premier spectacle, des premières blagues au produit fini. Et le spot du rire connaît de plus en plus les pièges du milieu. Avec ces trois entités, on vous garantit que vous allez accélérer votre carrière ! Les planètes s’alignent donc grâce à tous ces mots, anecdotes et conseils croisés…

Ainsi, pour ce dernier volet, on construira la meilleure expérience en apprenant ensemble. Restez donc connecté, ça va arriver très vite, même si ça nous ajoute encore du travail. C’est le nerf de la guerre, mais le résultat sera bien meilleur grâce à la sortie de ce guide au format papier…

[post_title] => Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-complet-standup-onemanshow-livre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-03 12:10:10 [post_modified_gmt] => 2020-03-03 11:10:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6796 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-15 10:00:59 [post_date_gmt] => 2019-09-15 08:00:59 [post_content] =>

Monter sur scène, c’est demander à jouer dans un plateau, puis produire quelques minutes de rire, répéter. Ensuite, il faut se présenter à l’adresse du plateau, prendre le micro et se jeter à l’eau. Enfin, partir et tendre le micro à son successeur, avec un hi-five encourageant en bonus. Parce que c’est ton « poto ».

👉 Lu ailleurs : « Pour apprendre à être drôle, j’ai fait l’école du rire » — NEON

Si l’on se tient à cette liste objective, il n’y a rien de bien méchant. Mais alors, qu’est-ce qui rend ce rapport à la scène aussi unique pour un humoriste ? Quand passe-t-on d’un hobby à une vraie envie de faire rire dans la durée ?

La scène est-elle vraiment ce qui fait le plus peur ?

Je l’avais martelé : je devais raccrocher le micro pour de bon après deux scènes… Poule mouillée ? Oui, et fière de l’être ! Et puis non : hier soir, j’ai joué au Blague à Part Comedy Club. Évidemment, je ne peux pas en dire grand-chose car j’écris ces lignes une semaine avant.

Parce qu’honnêtement, on se contrefiche de savoir comment ça s’est passé. Tant de paramètres subjectifs peuvent rendre la soirée excellente comme cauchemardesque.

Déjà, tout commence par la programmation. Elle compte pour moi à chaque instant, car je ne fais pas du stand-up pour moi-même. Si je parle assez régulièrement à tous les comiques sur scène, je suis dans un meilleur état d’esprit. Je n’ai aucune ambition professionnelle (ou alors je suis dans le déni). En 2018, je voulais comprendre ce que c’était. J’ai partiellement compris, puisque je n’ai pas connu le bide. Peut-être la semaine prochaine, ou hier ? Peu importe, encore une fois.

Changement de perspective

Aujourd’hui, mon état d’esprit est différent. J’ai compris que je voulais monter sur scène pour faire partie de la bande des comiques. Et c’est tout. Ceux qui parlent de monter sur scène comme une drogue, je les regarde avec beaucoup d’admiration et d’incrédulité. Ma drogue à moi, elle consiste à parler des gens qui font des blagues et à rire de ces mêmes punchlines. Rien ne me satisfait plus au monde que de voir un talent potentiel cartonner et se révéler.

Si je reviens, c’est pour que le public découvre le spot du rire. Parce que je veux partager ces talents potentiels, puis avérés. Et c’est ce moteur-là qui me pousse à y aller et à rompre le silence. Dans ma tête, je le fais pour eux.

D’ailleurs, chaque passage est un prétexte pour lancer une private joke à l’un des membres de la bande. Mais dans ce contexte, a-t-on vraiment peur ? Et si oui, de la scène ou d’autre chose ?

Le feeling des répétitions

Gabriel Francès l’explique très bien : certains répètent leur texte pendant plusieurs semaines, tandis que d’autres s’entraînent différemment.

Je fais partie de la bande qui s’entraîne une heure par jour à déclamer son texte (alors qu’elle a envie d’y passer deux heures). Qui s’insulte après la treizième répétition et s’encense après la vingt-deuxième. Avec cette peur d’oublier ce texte, comme si je n’étais plus capable de dire ce que j’avais dans la tête.

Bon sang, c’est pas compliqué, il s’agit tout de même de mon histoire. J’écris les mots-clés comme Ghislain et mille autres, après l’avoir tant vu le faire au 33 Comedy.

Être sur scène : une préparation mentale personnelle

Avant de monter sur scène, les humoristes ont leurs habitudes. Certains ont l’air complètement détente, à l’instar de Pierre Thevenoux. Par habitude, sans doute, ils parviennent à déconner et masquer l’enjeu.

D’autres, au contraire, s’isolent. Tirent la tronche. Et dès qu’ils prennent le micro, la magie opère. Je trouve ça fou. À chaque fois que j’essaie de monter sur scène, je m’amuse à construire une playlist. Cette fois-ci, par procrastination, sans doute, j’ai décidé de lui donner vie sur Deezer.

Une voix qui motive comme un gourou, suivie de chansons qui rappellent quelque chose de positif ou délivrent des messages qui soignent ton ego. “We don’t even care about what they say, cos it's ja ja ja, blah blah blah.” On dirait une citation Instagram qui dit : « les autres sont des jaloux » ou « rageux », si elle provient de Skyblog.

Et pourtant, on s’en fiche. L’important, c’est de trouver la superstition qui marche pour soi-même et d’avancer. De retravailler plus sérieusement le passage, pour éviter… Pour éviter quoi, au juste ?

En quête de légitimité : pourquoi le regard de ses pairs compte autant

Une semaine avant ce fameux passage, j’essaie de me donner du courage. Cette fois-ci, je ne voulais pas attirer l’attention comme les fois précédentes. Je choisissais les personnes que je souhaitais voir. Exit certains comiques, bonjour des connaissances à qui je racontais des blagues au boulot. Celles qui rient à si peu, parce que c’est quelqu’un qu’ils connaissent qui sort la blague. Je le vois comme une forme de triche, mais je ne sais pas si d’autres partagent ce point de vue.

Je me dis : « Tu te rends compte, tu vas dévoiler ça sur toi… ». Même si en réalité, le lendemain, tout le monde aura oublié, tu croiseras le regard de ces gens en sachant qu’ils savent. Et comme dans un épisode de Suits, tu auras peur qu’un acteur-avocat vienne te faire chanter avec ta faiblesse (coucou Katrina Bennett).

À chaque comique sa méthode

Si cette partie est personnelle, c’est parce que chacun a sa manière de gérer cela. Cyril Hives se concentre sur la scène suivante pour imposer une nouvelle dynamique :

Quand tu vis un mauvais passage, c’est de ta faute. Effectivement, je suis moins loquace et moins heureux après. Mais demain est un autre jour. Tu peux te planter, et dans l’absolu personne ne t’en tient rigueur. Tout le monde a déjà connu un bide, donc… On se raconte bien plus facilement ses bides que ses cartons. Ce sont des histoires plus drôles à raconter. Raconte un bide aux autres humoristes, tu verras : les gens sont morts de rire ! Quand tu racontes un carton, ils s’en fichent.

Aude Alisque a appris avec le temps à dompter sa « terreur » scénique grâce à la visualisation :

La peur sur scène… J’étais terrifiée au début ! Même aujourd’hui, d’ailleurs, même si je commence à vivre de plus en plus de moments où dès que je monte sur scène, je suis prise d’une énergie positive qui surpasse ma terreur. Mon problème, c’est que je rougis très facilement. S’il se passe quelque chose d’inattendu sur scène, ma réaction est immédiate. Au début, ça m’arrivait tout le temps de rougir ! J’ai dû acheter du fond de teint couvrant pour essayer de cacher ça, ce que je ne faisais pas avant. (...)

Certains sont naturellement à l’aise, ce qui n’est pas mon cas. Ça a peut-être mis plus de temps, mais j’ai réussi à me visualiser sur scène dépasser cette peur. Il fallait juste attendre qu’elle disparaisse petit à petit.

Bon, on ne va pas aller jusqu’à dire que la visualisation est une méthode miracle à coup de musique de suspense… Mais à toutes fins utiles, lui, il le fait.

Seul, tu atteindras vite tes limites

Quelques jours avant le passage, je prends confiance sur le texte. En revanche, je laisse tomber le jeu. Je viens de discuter avec Perrine Blondel et Mélissa Rojo, qui gèrent la Petite Loge. Elle m’avertissent : ne suis pas tous les conseils que tu reçois ! Je réponds que je n’écoute personne.

Leur attitude change du tout au tout : faut quand même le faire, parfois, sinon c’est dangereux… Et c’est une évidence, bien sûr ! Quelques heures plus tard, je comprends un peu plus cela. Ok, le texte peut passer, mais tu es à la rue sur le jeu. Si tu le sais, pourquoi tu refuses qu’Anissa Omri t’aide à répéter ?

On en revient toujours à l’ambition. Si j’avais vraiment envie de le faire, je me donnerais les moyens. Là, je veux juste obtenir la mention « passable ». Je vois bien l’apport d’un Thierno Thioune : s’il voyait mon texte, il aurait envie de me pousser à jouer chaque ligne, l’amener plus loin.

Je me dis souvent : « ce serait super si on allait dans cette folie-là, ou cette direction-là, mais on ne peut pas ». Thierno (ou qui que ce soit d’autre) m’aurait certainement ri au nez avant de me pousser dans mes derniers retranchements. Mais la perspective de dévoiler son texte devant un fucking metteur en scène et d’autres apprentis comiques ? Il faudrait le faire, évidemment. Toujours ce fameux « évidemment » qui trahit le manque d’ambition. Le fait de ne pas avoir vraiment passé le cap et de ne toujours pas se sentir humoriste.

C’est le cap le plus dur à passer, celui qui te mène sans doute à jouer sur scène régulièrement. Après ça, la machine est lancée et tu te bats pour des dates.

Un dernier mot avant de monter sur scène

Le stand-up est aussi un bon refuge pour comprendre qui tu es et dépasser tes propres limites. Je trouve que c’est un exercice rigolo pour préparer les autres êtres humains à entendre pourquoi tu es bizarre. Tu es jugé avec le rire, et au pire, un silence de plomb t’assomme.

Enfin, je crois. Je vais essayer d’éviter que de nouvelles peurs émergent, surtout que parfois, je me dis que ce ne sont que des blagues. Il n’y a pas mort d’homme, ça dure une dizaine de minutes tout au plus, et les autres font ça jusqu'à 4 ou 5 fois par jour. Qui suis-je pour en parler ? Le moment est venu de prendre ce foutu micro.

Je ne vais pas vous laisser comme ça… Voilà ce qu’il s’est passé !

Au final, j’ai ressenti du stress à partir du passage de Manu Bibard. Il jouait juste avant moi, et comme je savais quand il terminerait son texte, la tension montait vite ! Ghislain me regardait en souriant pour me détendre, alors que je croyais qu’il s’amusait à faire une story de ma panique. Mais comme il m’a regardé avec un sourire un peu creepy, ça nous a rapprochés.

J’ai été surprise de laisser tomber le texte pour devenir mon propre directeur artistique. Avant de reprendre un micro-segment, je me disais : « là, tu vas faire ça » et ça se passait. Moins de calcul, juste un ordre normal envoyé par le cerveau à ma personne.

J’ai improvisé à certains moments, apparemment j’ai même fait des act out. C’était un bon passage, le premier où je me suis sentie légitime sur scène. Je fais partie du gang, même si j’ai encore la chance du débutant. Et puis j’ai tellement lutté pour décrocher le micro que Manu avait soigneusement remis à sa place. Il m’a dit : « désolé, j’ai peut-être mis un peu trop de force ! » #testostérone.

À refaire ? Je devrais complètement, mais là, je profite du fait de ne plus avoir à penser à jouer sur scène. Même si l’expérience était positive. Grégory Robet est, comme de nombreux comiques le disent, un mec génial et un super MC. Son plateau, le Blague à Part, propose une super expérience de stand-up. C’est convivial, carré, et il est aux petits soins pour que tout se passe bien. Je savais que le Blague à Part c’était bien, maintenant, je l’ai vécu !

Un mot sur la photo

Bun Hay Mean, qui en connaît un rayon sur le sujet. Son passage au Marrakech du Rire 2019, on en parle bien sûr pour ses blagues, mais aussi pour la manière dont il a su traverser des épreuves difficiles pour atteindre le succès.

Crédits photo : © Christine Coquilleau

[post_title] => Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-mental [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/a-lecole-nationale-de-lhumour-jai-appris-a-etre-drole-492620.html [post_modified] => 2020-10-09 16:08:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:08:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6796 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5080 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 12:30:04 [post_date_gmt] => 2018-08-31 10:30:04 [post_content] => Matka, humoriste en devenir, se confie dans le podcast A plus dans le bus : journal de bord d'une apprentie humoriste. Sur le modèle de Marché Parlé de Navo, elle décrit les débuts d'une humoriste stand-up.

Journal de bord d'une apprentie humoriste : un récit-vérité à l'image du stand-up

Entre espoirs et interrogations, Matka parle avec beaucoup de justesse des premiers pas sur scène. Ses interrogations touchent tous les débutants. Faut-il prendre des cours de stand-up ? Que se passe-t-il quand un autre humoriste te file des blagues : est-ce bien généreux de sa part ? Comment affronter le premier bide ? Pour le savoir, écoutez les six podcasts existants à ce jour dans notre playlist Apprendre le stand-up sur SoundCloud. Il y a des moments qui font penser à Sympa la vie, notamment quand Matka parle des pigeons. C'est très drôle, car elle exprime sa frustration de ne pas trouver de nouveaux sujets. En vérité, elle le tient au fil de sa narration. Je sais qu'elle peut parler de sa phobie des pigeons morts. J'ignore si elle en parle sur scène, mais j'aimerais trop.

L'esprit de communauté du stand-up

Matka découvre au fil des mois les bandes établies dans le milieu du stand-up. Elle rencontre Alex Nguyen en découvrant les plateaux d'humour. Elle parle notamment du Wishing Light Comedy Club ou du Bootleg bar comedy club. J'adore son passage sur le détective du One More Joke. Elle peine à se souvenir de son nom, puis elle le retrouve dans un épisode suivant. Je trouve ça génial : notre première découverte humour sur le spot du rire, c'était le Détective Froussin ! Elle décrit très bien l'esprit de communauté du stand-up. Il y a quelque chose de fort dans ces humoristes qui se retrouvent. Chacun rend hommage à cette alchimie si spéciale, comme Seb Mellia dans une vidéo très soignée. On l'a même choisie pour la page d'accueil du site !

S'abonner au podcast de Matka

Retrouvez tous les épisodes du podcast Matka sur iTunes, SoundCloud et Player.fm. [post_title] => Podcast - L'humoriste Matka raconte ses débuts sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-apprentie-humoriste-matka [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:54:44 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5080 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4427 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-20 10:13:29 [post_date_gmt] => 2018-06-20 08:13:29 [post_content] => Lundi 18 juin, je suis revenue sur scène au Jardin S’enjaille. Ce nouveau plateau accueille autant de découvertes que de confirmés. Betty Durieux m’a proposé d’y jouer, ce à quoi j’ai répondu oui. Retour sur une expérience intense.

Cinq minutes ? Top chrono !

J’ai tellement changé d’avis sur le texte. L’idée de conserver la même chose que pour ma première fois au 33 Comedy ne me tentait pas. Alors, changeons la fin. Après tout, je l’ai brodée sur scène au dernier moment. J’avais une idée : dire que passer du temps dans le public des plateaux m’a changé la vie. Et puis, il y avait cette anecdote, passée peut-être inaperçue : je ne suis pas les humoristes jusqu’à chez eux. Je ne sais pas, c’est sorti un peu comme ça. Après la première, je voulais aussi faire table rase de ce qui a dérouté. Exit la kryptonite, Philippe Stark et les marques de céréales. Que mettre ? Le documentaire Get up stand up m’offre une réponse. Dedans, j’y vois Pierre Thevenoux. Ni une, ni deux, je crie en m’adressant à l’écran plat : « c’est Pierre Thevenoux ! ». Bonheur de voir que je suis la seule à avoir ce comportement, je pars là-dessus. Difficile de réitérer mon apostrophe à un meuble hors contexte, mais je reste sur mon cap.

Changement de cap

Un événement m’en fera dévier. L’Underground Comedy Club, samedi soir. Je parle vite fait du sketch à mon guide spirituel malgré lui, mon phare parmi les humoristes : Jean-Philippe de Tinguy. Il me dit que ce n’est pas forcément compréhensible cette histoire de télévision. Je ne l’écoute pas, la soirée passe. Puis je repense à la soirée. Au moment où je lui dis que je prends le même trajet que lui parce que j’ai de gros mollets. Bingo, personne ne peut faire ça. J’ai donc fini par orienter ce cinq minutes sur Jean-Philippe, sans le citer explicitement. Après tout, n’était-ce pas le conseil initial de Fred Cham ? Et puis, on s’en fout. Je ne m’en foutais pas. Je me disais : « Tu vas vraiment faire ça ? Et si on remonte à la source, et si les sous-entendus ? » Foutaises, ils n’ont pas attendu mon cinq minutes pour exister, ces pourparlers. Puis il reste trois jours, tu ne peux plus reculer.

Le jour J

Motivations floues, expérience scénique inexistante, frustration face au travail d’apprentissage et à l’inexpérience. L’envie me quitte, me fait glisser vers une torpeur face à l’exercice. Vivement le 18 juin, vers 22 heures, que cette plaisanterie cesse.
Je passe en deuxième. Rey Mendes finit son passage et m’appelle sur scène. Je suis incapable de savoir si je vais me rater. Ghislain et Nadim me soutiennent comme des damnés. Le premier a même refusé une scène parce qu’il m’a promis sa présence. Pour rappel, c’est lui qui m’a fait jouer pour la première fois. Ghislain est mon fan le plus actif, en quelque sorte ! J’arrive sur cette scène, les mots sortent vite. Trop de texte. Un rire. Je commence à prendre la confiance. Trop : je pars sur un truc sur le prénom Marthe que j’ai trouvé au dernier moment. Ça ne sert à rien, mais c’est si frais que je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir. C’est forcément génial. En vrai, personne n’a compris. Quand le silence s’installe, c’est comme si je prends un coup sur le ring. Je titube, approximation des transitions. Ça devient n’importe quoi, j’ai l’impression de me faire manger sur place et de ne pas pouvoir répliquer. Je raconte n’importe quoi, quelle idée de prendre un spot comme ça, sur un plateau ? Sauvez-moi.

Instinct de survie

Et puis zut. Il faut tenir : j’ai encore une pelleteuse de mots en chemin et deux minutes trente. Il faut embrayer sur les mollets. Oups, j’en parle dans le désordre. Au moins, ils ont ri quand j’ai dit qu’ils étaient gros. Mes approximations s’expriment par l’expression « grosso modo ». Je le dis à chaque phrase, mais je n’en sais rien. Mode survie. Je crois que les gens ont compris que je suis un peu dérangée, ça ricane un peu. Je veux partir. Mais la chute, je l’ai réécrite huit fois. J’y tiens. En vérité, dès que j’y ai tenu, ça s’est bien passé. Même si j’ai tenu le micro avec deux mains, comme un enfant enlacerait son doudou. Mode survie, ça rend mal sur les photos. On s’en moque, c’est presque fini. Il faudra revenir sur scène pour les « actualités ». Moi qui adore ce moment, je n’ai aucune envie de le vivre aujourd’hui. Je suis fébrile, je parle de mon site où je parle de tous les autres humoristes sauf moi. Aveu de faiblesse : je ne fais pas partie du gang, ce sera la dernière.

Pourquoi monter sur scène, déjà ?

La première scène, c’était pour voir. Faire comme les humoristes. La deuxième scène, c’était plus sérieux. Mais je la refusais. Cette question me hante : le fais-tu pour les bonnes raisons ? Et d’ailleurs, c’est quoi la raison ? Parce que le couplet sur le dépassement de soi, ça va cinq minutes. C’est dur, mais ça n’a rien à voir avec Koh Lanta. J’ai trouvé la vraie raison. Exister aux yeux des autres humoristes. Cette hantise de disparaître du milieu et qu’on ne me calcule plus est bien là. Cette peur panique d’être jugée utile juste parce que je parle des gens, mais qu’en vrai, ils n’en aient rien à faire. En tout cas, c’est une raison que je jugeais insuffisante. Puis des humoristes ont insisté. Ils avaient trop envie de me voir jouer. C’est très bizarre comme sensation, moi, j’ai envie de les voir jouer. Donc, une manière d’exister pour eux serait de jouer ? Ai-je envie de le faire ou de faire plaisir à ceux qui le veulent ? Suis-je comme Terry dans Brooklyn Nine-Nine, avec son fétichisme des yaourts et son envie que tout le monde l'aime ?

Des excuses et du blabla

Je vous l’avoue : les excuses que j’ai trouvées pour ne plus le faire sont trop faibles. Trop de travail ? Mauvaise foi : tu as passé ton week-end à regarder les 24 heures du Mans et la coupe du monde. Je ne sais pas jouer ? Ben apprends. Pas de plaisir ? Tu as cru que la scène est un parc d’attractions ?! En plus, les gens ont ri, alors calme-toi. Je te soupçonne même d’avoir dit que c’était nul pour que les gens te disent que c’était bien. Ton ego en a redemandé, c’était sale. Ne dis pas que tu ne vas plus jouer parce que tu finiras par le refaire. Tu as juste la flemme mondiale de tenter un truc pour de vrai. Problème de babtou fragile, juste, tais-toi, fais tes vacances vivifiantes et on en reparlera au retour. Comme vous le voyez, je m’aime bien. On a tendance à être la personne la plus critique envers soi-même et en même temps à ne pas accepter les critiques. Surtout celles que l’on ne s’est pas adressées à soi-même. J’ai reçu tellement de messages de soutien et comme à chaque fois, je suis intriguée. Pour le moment, il faut que je rattrape mon retard sur les articles du site, et on reprendra cette réflexion scénique au moment voulu.

Monter sur scène : en résumé

Monter sur scène, c’est grisant. Il est facile de décrocher un spot non rémunéré. Les découvertes au Jardin S’enjaille ne touchent rien. Par contre, affronter la peur du bide et des silences gênés est très difficile. On a tendance à vouloir s’en protéger. C’est pour ça que chaque bide passe par un renoncement de l’artiste sur scène. Souvent, le ressenti est faussé. D’où l’écart entre ce qu’on ressent et ce que le public vit. Je ne sais pas si la scène est viscérale pour moi. Beaucoup décrivent ça comme une évidence. Une drogue. Je n’en prends pas, je ne peux pas le savoir. Tout ce que je sais, c’est que quand la pression est retombée, ça allait beaucoup mieux. Ce sentiment de liberté face à l’absence d’obligation de jouer… Cette idée de retrouver ma vie normale m’a séduite. Mais j’entends les encouragements des autres de continuer. Le fait de ne pas parler gynécologie sur scène me galvanise, je me sens différente. Et voir la tête de Malik Bentalha partout me rappelle que lui ne se pose pas de questions. Il ne se dit pas qu’il n’est pas pertinent sur scène ou grand écran, il prend la place, sans gêne face à son plagiat. Ainsi, il profite des gens comme moi qui se disent qu’être honnête ou ne pas jouer les jeux politiques ne mène à rien. Il se nourrit de mon découragement et de ceux des autres, mais il ne devrait pas. Peut-être que ça me fera revenir. Affaire à suivre ! [post_title] => Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-jardin-senjaille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4427 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4372 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-02 15:45:05 [post_date_gmt] => 2018-06-02 13:45:05 [post_content] => Le 18 juin prochain, je vais à nouveau monter sur scène. Après une première expérience sans encombre au 33 Comedy, je me relance dans l'aventure au Jardin s'enjaille.

Pourquoi remonter sur scène ?

Autant vous le dire tout net, je pars sans aucune ambition. Je n'ai vraiment pas cherché à le faire, mais après plusieurs propositions déclinées, j'ai craqué. Je sais à quel point il est difficile de commencer, et je me sens un peu privilégiée d'avoir un accès à des scènes très qualitatives sans effort. Bien sûr, il ne s'accompagne pas de chapeau, mais je ne peux que m'estimer chanceuse de n'avoir pas eu à lever le petit doigt. Et même à avoir un peu résisté...

Où cela se passera-t-il ?

On dit souvent qu'il suffit d'être généreux pour que vos bonnes actions paient et vous apportent quelque chose. Je dois vous avouer, quand je me fais renifler par un mec qui ne s'est pas lavé dans la queue au supermarché ou qu'on m'ignore, je doute un peu du délire. Force est de constater, pourtant, que parler d'artistes humour et stand-up m'a ouvert la porte de la scène la plus prisée du moment : le Jardin s'enjaille. Grâce à Betty Durieux, j'y serai donc le 18 juin prochain à 20h15. Lorsqu'elle m'a contactée, j'étais tellement mal vis-à-vis de ce que je vivais ce jour-là que je n'ai pas réfléchi. Le oui est sorti. Ça pourrait être rigolo. Je ne panique pas encore. J'ai choisi une date, sans savoir qui jouerait en même temps. On verra, de toute façon, ce n'est pas mon rôle de faire la fine bouche, juste faire de mon mieux. Et ça commence par-là : si vous voulez vous assurer une place assise, je vous invite à réserver !

Y aura-t-il du nouveau ?

Ceux qui sont venus au 33 Comedy en février dernier voudront peut-être m'entendre dire autre chose. Et je dois dire que j'ai envie de changer deux-trois trucs. Je suis actuellement dans la phase où je m'interroge encore sur ce que je vais faire. J'ai eu une idée, puis je l'ai mal présentée et on m'a dit que ça n'allait peut-être pas être clair. J'aurais bien envie de parler de 98 choses telles que les gens sur les forums de météo ou mon enterrement de vie de jeune fille idéal. Il commencerait avec un petit-déjeuner avec un présentateur météo (c'est une thématique puissante chez moi) et il n'y aurait aucune fille dans la bande et plein d'autres trucs dont personne ne veut, ce qui rendrait l'entreprise impossible. Bon, ça, c'était tiré d'une conversation d'il y a quelques temps. Pour tout vous dire, j'ai constaté que les gens ne comprenaient pas mon raisonnement sur des choses très banales. Ainsi, peu importe ce que je leur racontais, ils riaient de mon décalage. Si seulement je maîtrisais un peu plus ce paramètre, ça pourrait faire quelque chose. J'en suis à ce stade où l'intention est là... Or, dès que l'écriture intervient, ça se dégrade un peu. J'ai entendu cela par de nombreux humoristes et podcasts, cela me semble plausible et absolument pas inquiétant. J'ai cru trouver la bonne idée, mais en le tentant plusieurs fois, je ne suis pas sûre que ma diction suive. Alors j'ai encore écrit autre chose suite aux conseils prodigués ici et là. Bref, je pars dans tous les sens sans aborder le cœur de ce qui esquisserait un début de style. Pour éviter le drame, je vais arrêter ce manège 2 semaines avant mon passage. C'est lundi. Le 4 juin. Ok, je n'ai plus le temps pour hésiter. Ce sera mieux ensuite. Mais en vrai, je vous jure, je suis détendue. Par rapport à mon niveau d'anxiété habituel, en somme. [post_title] => Monter sur scène : la récidive [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-la-recidive [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4372 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3559 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-01 14:00:06 [post_date_gmt] => 2018-03-01 13:00:06 [post_content] => Juste après être montée sur scène, mon discours était unanime : je n'y retournerai pas. Or, je suis désormais détentrice d'un abonnement Netflix et d'une liste de spectacles américains en attente de visionnage. Et puis, il y a le retour à la réalité qui te visse bien au sol. Soudain, l'envie de s'exprimer te sectionne de l'intérieur.

Le stand-up et la vie réelle

Quand je vous ai raconté mon passage, j'ai omis un point. La perception de mon entourage et des humoristes stand-up. Les humoristes m'encourageaient à continuer et soulignaient les points positifs. Les autres étaient focalisés sur les défauts. Tu parles trop vite, on ne comprend pas tout, arrête de trembler, etc. Mais surtout, on veut te revoir sur scène, reviens vite. Le truc, c'est que chaque groupe veut dire la même chose : c'est en faisant qu'on apprend et qu'on progresse. Simplement, la manière est complètement différente et je sais exactement pourquoi. La scène peut t'apprendre l'humilité. Par ailleurs, quand on monte sur scène, c'est qu'on a appris à observer, explorer les situations. La différence entre les gens de la vie réelle et les stand-uppers semble donc être leur sens de l'observation. Justement, ce sens de l'observation va dicter leur philosophie de vie.

Tout n'est pas tout blanc ou tout noir

Plein de gens (détracteurs) pensent que les artistes sont des gauchistes, formés du même moule uniforme et progressistes par défaut. Il m'est arrivé un truc drôle en découvrant vraiment ce monde : j'ai vu que ces gens étaient bien plus riches de leurs différences et qu'ils voyaient le monde autrement. Alors que mon entourage est plus sur un réglage bichromique. C'est pour cela que ce monde du stand-up est si riche et passionnant. Observer, c'est développer son sens de l'empathie. Je ne dis pas que tous les artistes en sont dotés ou que tous les Moldus du rire en sont dépourvus. Tout ce que je sais, c'est que lorsque je suis avec des humoristes et avec des connaissances, le plaisir d'être là est très, très différent.

Retour sur terre

Je ne sais pas s'il s'agit d'une période de lune de miel, parce que cela fait 2 ans que ce monde fait partie intégrante de ma vie. Récemment, je me suis retrouvée dans une soirée avec une majorité d'artistes. D'habitude, ce sont plus des gens qui bossent dans l'informatique. Dans cette soirée, j'ai rencontré une fille qui a dit qu'il fallait que je garde ma singularité, parce qu'elle la trouvait cool et que ce n'était pas donné à tout le monde. Ok, c'est un peu lune de miel comme discours. Avec les cracheurs de code, l'ambiance est différente. Je vous passe les détails, mais à un moment donné la discussion dérive sur un rêve dans lequel j'apparais sans trop de vêtements, et heureusement que je n'ai pas l'image. Bref, j'aurais certainement beaucoup à dire si je faisais ce que m'a dit Lenny. A savoir : pousser mon sketch sur mes difficultés relationnelles avec les chats, le ski et les êtres humains que je viens de rencontrer.

Envie de parler et inspirations

Je parle en permanence du film Hibou, parfois dans le vide. Ce film, c'était le pire démarrage au cinéma en 2017 : tout le monde est passé à côté. Fait intéressant : le personnage principal, Ramzy, est tellement invisible qu'il en vient à mettre un costume de hibou pour tenter de se faire remarquer. Faire du stand-up, c'est exactement la même chose. C'est traverser la vie en voyant que les gens ne t'écoutent pas ou ne te comprennent pas, parce que tu n'es pas comme eux. Il arrive un point où tu te réveilles (souvent après une rupture amoureuse ou une dépression, ou les deux...) et tu te dis que ce n'est pas aux autres de raconter ton histoire. Donc, tu prends le micro. Tu reprends le contrôle du récit. Après ce passage au 33 Comedy, j'ai vécu plusieurs situations nulles où l'envie de parler s'est faite ressentir. Mon entourage du monde de l'informatique m'a dit qu'il n'avait pas le temps, était injoignable, m'a posé un lapin sous la neige. Alors, j'ai pris un abonnement Netflix pour me plonger encore plus dans le monde du stand-up. J'ai finalement reconsidéré l'idée de remonter sur scène. En plus, j'ai vu quelqu'un qui débarquait sur scène avec des blagues très datées en me disant que j'avais peut-être un peu plus ma place que lui. Est-ce pour moi ? Rien n'est moins sûr. Mais, quand tu ignores la réponse, seuls le voyage et l'apprentissage te permettent de le découvrir. [post_title] => Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-scene-netflix [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3470 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-21 14:46:42 [post_date_gmt] => 2018-02-21 13:46:42 [post_content] => Ça y est, je suis montée sur scène ! Le 33 Comedy m'accueillait aux côtés de pointures du stand-up. Une voie royale pour réussir ce passage. Voilà comment cette première scène s'est passée. Vous pouvez aussi relire les épisodes précédents : l'annonce et la préparation.

L'avant-show : don't stress

18h45, je pars de chez moi pour aller au 33 Comedy. Il y a 45 minutes de trajet, qui s'allongent pour une raison indéterminée. Mais j'ai décidé que le métro ne me perturberait pas. J'arrive enfin à bon port une heure plus tard, l'une de mes amies est arrivée. Téléphone en main, elle me filme d'entrée de jeu, me demande un autographe sur son billet du 33 Comedy. Elle est encore plus perchée que moi, alors je lui livre un autographe à ma sauce. C'est graveleux. Antek et Jean-Patrick sont là aussi : ils surgissent du sous-sol. Les deux me demandent comment je vais. Pour le moment, bien. Ils déterminent ensuite l'ordre de passage et j'apprends que Kyan Khojandi sera là. Il remplace Jason Brokerss, visiblement coincé chez lui. La poche de glace collée à son visage sur ses story Instagram confirme l'hypothèse. Satanés dentistes ! J'apprends l'ordre de passage : je passe troisième entre Antek et Jean-Patrick. Kyan ouvre la soirée, j'ai un spot confortable entre les résidents. Ça tombe bien, je remplace Ghislain. Et je porte les chaussettes que j'ai gagnées en évaluant le podcast Sympa la vie. La seule superstition que je me suis autorisée.

Bienvenue au 33 Comedy Club

Le 33 Comedy Club, c'est un peu devenu mon QG. La raison de cette première scène ici, c'est parce que j'ai passé beaucoup de temps dans le public. J'ai soutenu tous les projets personnels des trois résidents Antek, Jean-Patrick et Ghislain : spectacles, podcasts, émissions de radio... Il n'existe pas de plateau où je me sens le plus à la maison. Aucun autre ne m'a donné cette impression, et c'est sûrement ça qui a conditionné la suite de la soirée. D'habitude, les loges du 33 Comedy sont blindées d'humoristes, mais lorsque Antek fait entrer le public, j'ai tout l'espace pour moi. Les autres n'arriveront qu'un peu après 20h30 après avoir visiblement discuté en haut. Kyan se présente et moi aussi, mais on se connaît un peu. Je l'ai mentionné sur une publication Facebook, donc il connaît le spot du rire. Et moi, je suis comme tout le monde : Kyan Khojandi est une pointure. Si bien que depuis plusieurs mois, je n'ai aucun souci à écrire son nom sans faute. Et que je sais qu'il est bien plus que le mec de Bref.

Transmission

Ce soir, il y a donc des pointures : Lenny, Seb Mellia et Kyan Khojandi. J'ai l'impression qu'ils font du stand-up comme ils mettent un pied devant l'autre : la maîtrise. Voir mon nom au milieu de tous ceux-là plus Antek et Jean-Patrick, c'est un truc de dingue. Le stress ne s'installe pas trop encore. Comme je l'ai dit, depuis que mon texte est su, il s'est évaporé. Mais il va revenir. Kyan monte sur scène ; son passage est dingue. Lorsque je l'ai vu en spectacle à Choisy-le-Roi en décembre dernier, son co-auteur Navo faisait la première partie. Ce jour-là, il s'amusait à jouer avec nos nerfs sur le rythme de son stand-up. Va-t-on savoir la suite ? Au 33 Comedy, Kyan a repris un procédé similaire en faisant semblant de quitter la scène au beau milieu de son histoire. Deux fois de suite ! Un mécanisme qui donne évidemment envie de connaître la suite. C'est comme poser un paquet de bonbons devant soi. Ou le compte-à-rebours Netflix que Rémi Boyes adore mentionner dans son stand-up. En terminant son passage, il dit aux autres qu'il suffit de parler au public : il est très bienveillant ce soir. Ça tombe bien pour moi. Antek enchaîne. C'est le dernier rempart avant mon passage. Là, le stress est là.

Plongeon

Pour rester calme, j'écoute ce que les autres font et je ris comme si j'étais spectatrice. Mais cela ne suffit pas. Heureusement, le small talk de Seb Mellia va arranger ça. Je ne sais plus comment Jean-Philippe de Tinguy est arrivé dans la conversation... il faut dire que cela arrive souvent. Mais là, Seb me demande de confirmer qu'au début, j'allais le voir un peu partout. Je ne comprends pas la question, je crois qu'il me demande si je parle de Jean-Philippe dans le sketch. Donc, je réponds non. Alors que clairement, la réponse était affirmative. Du coup, je corrige, on blague sur le fait que je savais son adresse avant son déménagement et que c'est sûrement pour ça qu'il a eu lieu... Toute la conversation a le mérite de détourner mon attention. Antek continue ses blagues avec quelques nouveautés, et je sens qu'il termine son passage. Les applaudissements confirment mon intuition. Comme il me l'avait dit avant la soirée, Antek me concocte une introduction aux petits oignons. Je vais dans les scènes ouvertes en permanence, j'ai décidé de faire ma première scène au 33 Comedy, c'est un moment d'émotion. Tout le pathos est réuni pour me faire éviter le bide. Et ça a marché !

Instantanés de scène au 33 Comedy avec Jean-Patrick et Kyan Khojandi

Ma première scène au 33 Comedy

Lors de cette première scène, je demande aux gens s'ils vont bien. Je leur réponds ensuite que moi, c'est moyen Parkinson. En fait, je partage l'information suivante : oui, je tremble, je sais, et je m'en fiche. Donc on peut se concentrer sur les blagues. Mon sketch, je l'ai pratiquement appris à la virgule près, mais j'ai fait de nombreuses modifications. Les différentes versions se mélangent un peu, mais grâce à la concision du passage, l'ensemble conserve de la cohérence. Je remarque un phénomène auquel je ne m'attendais pas. Là où j'ai parié sur des rires, je les ai obtenus. J'avais l'impression d'avoir à appuyer sur un bouton qui déclencherait des rires enregistrés. Sur scène, on entend une masse de rire comme des rires enregistrés. J'enchaîne mon texte, je trébuche sur quelques mots mais j'essaie de me tenir à ce que ce soit clair. J'ai réduit considérablement mon débit de parole par rapport aux répétitions, mais ceux qui n'avaient rien vu estiment que c'est encore trop rapide. Un défaut récurrent chez les nouveaux venus, qui ont envie de s'échapper de la situation plutôt que de la vivre.

Plutôt que les pneus hiver, la séquence émotion

La toute fin de mon sketch n'a pas été apprise. J'avais un jeu de mots sur les niches (passions de niche vs. la niche du chien), le chien Beethoven et le fait d'être aux abois... Et je ne savais pas comment finir. J'avais initialement beaucoup plus de texte et je voulais faire l'analogie entre la communication avec les autres êtres humains et le fait d'être doté de pneus hiver. J'avais tout un fil rouge sur les garages qui n'en sont pas, ça partait dans tous les sens. Bref, ça a été jeté. C'est grâce au livre de Christine Berrou que je n'ai pas eu de quartier pour ces tentatives-là. A la place, j'ai dit que ma niche, c'était le stand-up, que les lieux comme le 33 avaient changé ma vie. Je m'étais dit qu'avec ça, je pouvais me mettre le public dans la poche assez facilement. Or, faire vivre un moment d'émotion n'est pas facile car on dévoile beaucoup de soi. On se rend compte qu'on dit à des inconnus quelque chose qui fait ce qu'on est. On touche un peu à l'intime, mine de rien. Ma voix s'est tordue, j'ai pensé : « Je ne vais pas pleurer, là, quand même ? ». C'était tendu, mais c'est passé. Ça devait être vrai. Prends ça, Marc Levy !

L'après-première scène : feedback et mal au dos

Quand je termine mon passage, je vois Antek dans les loges avec son sourire et ses lunettes rouges de mec heureux. J'attends que les applaudissements cessent pour annoncer Jean-Patrick, tandis qu'Antek gère la régie. Je fais une petite blague sur le fait que même les végétariens peuvent l'aimer, car c'est un lapin. Et je sors de cette première scène. Seb Mellia me dit que j'ai bien géré cette première : je n'ai pas fait trop long. Lenny me dira ensuite qu'il a bien aimé le moment d'émotion. Et Antek a apprécié l'une de mes punchlines. Mission accomplie, dans une ambiance très bienveillante et propice à la chance du débutant. Je m'assois ensuite, histoire de décompresser. Mais ça ne se passe pas ainsi : un mal de dos de dingue s'installe, j'ai l'impression d'être une mamie et qu'un rouleau compresseur est venu me broyer. J'ai aussi mal dormi avant de monter sur scène qu'après. C'est très physique, mine de rien. Il paraît que c'est l'adrénaline. J'en saurais probablement plus si je remonte sur scène, mais...

Envie de remonter sur scène ?

Je ne sais pas ce qui pousse les gens à me voir réitérer cette première scène. J'ai passé un bon moment, bien apprécié que les gens rient. C'était sympa pour la confiance en soi, mais je ne me suis pas dit que c'était magique. Ce que je préfère, c'est voir les autres sur scène. Si j'ai fait cette expérience, c'était pour mieux les comprendre. Leur montrer une marque de respect en me jetant dans l'arène. Mais il semblerait que les gens ont envie que je revienne. Affaire à suivre. Pour l'heure, un grand merci à tous les humoristes qui m'ont soutenue avant, pendant et après cette épreuve émotionnelle. C'était un vrai défi, et je suis contente de l'avoir relevé ! Maintenant, rendez-moi mon sommeil, merci.

Crédits photo

© Seb Mellia / Antek [post_title] => Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-scene-33-comedy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 3460 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-15 17:12:38 [post_date_gmt] => 2018-02-15 16:12:38 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Dans quelques jours, le 33 Comedy m'accueille sur scène pour un passage hors line-up. Je me prépare donc activement à monter sur scène, avec toutes les activités physiques, intellectuelles et mentales qui en découlent. Je vous raconte tout cela sans filtre pour être au plus près du processus de monter sur scène pour la première fois. [/vc_column_text][vc_message icon_fontawesome="fa fa-microphone"]Rappel : le 20 février, rendez-vous au 33 Comedy pour me voir jouer 5 minutes. Il y aura Seb Mellia, Jason Brokerss et Lenny pour assurer un niveau très satisfaisant du plateau, malgré ma présence si je bide. Réservez gratuitement pour pouvoir assister à la soirée. Et il y aussi BilletReduc pour ça.[/vc_message][vc_column_text]

Apprendre un texte et l'éditer

Quand j'écris un texte, je l'écris d'une traite. Je le relis rapidement, et je balance. Mais écrire un texte pour le jouer sur scène, c'est tellement différent. Là où je me détache complètement de ma création écrite, le sketch est très différent. Je le modifie en permanence. Quand je marche jusqu'au métro, je regrette d'avoir délaissé un passage. Je le réintègre, je réorganise. A chaque fois, mes apprentissages passés se fragilisent. En plus, lors des premiers jours, ils ne se sont pas figés dans mon cerveau.

Fatigue accumulée

Chez moi, j'apprends mon texte à voix haute. J'essaie d'intégrer l'entrée et la sortie, segmenter chaque action. Cinq minutes de passage, puis une pause de cinq minutes, puis cinq minutes de passage, etc. Au bout de 4 ou 5 tentatives, je suis déjà épuisée. Après, je sors d'une journée de travail... mais ça n'a rien d'exceptionnel. De nombreux comédiens accumulent les deux, et ma charge de travail n'est pas bien méchante. L'organisme travaille beaucoup, les résultats ne se font pas trop sentir. Quand je me suis enregistrée en audio, j'ai entendu d'innombrables "euh" d'hésitation. Parfois, le contenu est trop perché. Difficile à suivre, mais j'ai envie de voir, de comprendre. Je veux créer quelque chose que j'assume, et après, il faudra juste maîtriser le micro. Et bien entendu, segmenter chaque action pour les isoler, les maîtriser cérébralement.

Ego boost

J'ai évalué que je pourrais jouer à partir d'une certaine date. Rapidement, j'ai eu la date de passage. Avoir un délai court entre les deux me permet de gérer le stress sur une période assez courte. Si à un moment, ce texte rentre dans mon cerveau, il n'aura pas à y rester bien longtemps. La rigueur n'est pas mon amie. Quand j'ai annoncé ce passage au 33 Comedy, j'ai vu une partie de l'envers du décor. Le regard des gens semble altéré, ils te calculent davantage. Ils espionnent peut-être passivement d'habitude, mais les réactions sur les réseaux sociaux ont probablement été multipliées par 30. Et quelle institution pour faire un one-shot !

Cohabiter avec la peur et se retrouver

Quand on sort de sa zone de confort pour un projet très prenant, il est difficile de se détacher. Prendre le temps de respirer, de vivre, de laisser au corps et au cerveau de quoi s'oxygéner. Monter sur scène a l'air bien plus prenant qu'une tâche lambda. Même une tâche stressante telle qu'un meetup. Un meetup, c'est une conférence en entreprise où l'on évoque un sujet devant une trentaine de personnes. A part un PowerPoint et l'absence de blagues, le reste semble assez similaire. Mais cela n'a rien à voir. Monter sur scène, j'ai l'impression que cela change une personne en un temps record. Je ressens le besoin de me retrouver, de décrocher un peu. C'est décidé, le jeudi soir de la semaine d'avant, je regarderai Top Gear. Plaisir solitaire ultime. A Bruce Jouanny, tu as intérêt de prendre le volant d'une voiture jaune cette semaine. Laissons vivre le texte dans mes circuits neuronaux.

Le micro, ce symbole phallique qui peut me manger

Pour le moment, j'ai transformé le micro en une bouteille d'eau. Il n'y a pas de fil, mais je ne suis pas très bricolage pour recréer les conditions de scène. Je mets bien la lumière tamisée et je joue devant ma forêt de flyers, mais cela reste artificiel. J'ai joué le sketch devant mes collègues à J-5. Les tremblements sont plus faibles que d'habitude, mais le débit de parole est toujours trop rapide. L'articulation laisse à désirer. Mais il y a quelques rires... On verra la suite !

Décompression : le calme avant la tempête ?

Après quelques jours, j'ai fini par me détendre. C'est suspect. De samedi à lundi, lorsque j'écris cette section supplémentaire, la pression est retombée et le texte me paraît su. J'ai même regardé une flopée d'épisodes de Parks and Recreation, une sorte de récompense-chill (je parle brièvement de cette série ici). On verra demain ?

Monter sur scène : mais pourquoi ?

Si j'avais dit 10 ans plus tôt que je prendrais le micro, on m'aurait sans doute ri au nez. Très bizarre de prendre la parole quand on ne sait pas parler. Après avoir dit que je n'étais pas intéressée pendant des mois, j'ai fini par me faire convaincre. Mais rassurez-vous : je suis d'accord, et j'ai des conditions idéales pour le faire. Je dois être à un moment de ma vie où je vais tenter des trucs. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas devenir cascadeuse (si tant est que ça vous affolerait...). Le saut en parachute reste une impossibilité, tout comme boire une goutte d'alcool. Mais alors, s'agirait-il de prouver quelque chose aux autres ou à soi ? D'exister autrement ? De toute façon, ce ne sont que 5 minutes. Pas de quoi éponger l'univers.

Crédits photo

Jean-Patrick / Je suis lapin © 33 Comedy[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Monter sur scène : les états d'esprit avant le show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cours-standup-scene-psychologie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:36:46 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:36:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3460 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 3366 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-27 21:22:10 [post_date_gmt] => 2018-01-27 20:22:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Si vous avez lu la rétrospective des contenus les plus lus de 2017, vous avez découvert l'une de mes bonnes résolutions. Sinon, laissez-moi vous la rappeler : se prendre un bide en scène ouverte et vous le raconter. A un moment, il va falloir assumer mes conneries... [/vc_column_text][vc_message icon_fontawesome="fa fa-microphone"]SAVE THE DATE ! Le 20 février, je serai au 33 Comedy pour jouer 5 minutes. Je vous y attends nombreux, et les vrais comédiens sur scène seront des têtes d'affiche... Merci à Antek, Ghislain et Jean-Patrick de leur confiance pour ce qui promet d'être... imprévisible ! Réservez gratuitement pour pouvoir assister à la soirée.[/vc_message][vc_column_text]

Mon premier sketch était du plagiat

Si j'écris comme je respire aujourd'hui, cela n'a pas toujours été le cas. A l'école primaire, je faisais un blocage terrible pour m'exprimer. Mais mon ego était déjà là. Chaque samedi matin, la personne qui écrivait le meilleur texte allait au tableau pour que tout le monde le relise, le commente. Et ce n'était jamais moi. Un jour, l'opportunisme m'a poussée à voler la vedette. J'avais tout pour tricher. L'instituteur était alors un remplaçant, qui n'était pas encore familier avec tout le monde. Lors du vote à main levée, j'ai donc voté pour moi pour maximiser mes chances. Une petite triche. Mais ce n'était pas la pire : mon texte n'était pas de moi, mais de Coluche. Je ne sais plus duquel il s'agissait, mais cela commençait par « C'est l'histoire d'un mec ». Un plagiat bien sale, très détectable, que j'avais accompli en retranscrivant ce que j'avais enregistré sur une VHS. Si j'ai gagné le droit de passer au tableau, on m'a dénoncée quelques jours plus tard. Je ne remercierai jamais cette personne de l'avoir fait, ça m'a appris l'honnêteté intellectuelle. Le seul avantage de cette péripétie, à l'époque, c'est que ça m'a débloquée sur le moment.

Pour éviter le plagiat : un podcast pour cerner l'écriture de sketches

[audio src="http://media.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/p/content.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/YAPDP_26.mp3" /] Voir sur le web - Podcast | Hadrien et Mathieu

Rite initiatique : au contact des plateaux d'humour

Aujourd'hui, j'écris beaucoup pour mon travail, pour ce site et surtout pour informer. L'écriture est mon seul moyen d'expression. Par contre, pour l'interprétation ou la scène, je suis nulle part. J'avais une peur panique de tout ce qui était artistique, enfant. Je rejette l'idée de faire du théâtre, dans ma tête ça me paraît vraiment bizarre de jouer un rôle. Surtout quand il est dicté par quelqu'un, et qu'il y a d'autres gens dans la même pièce. Névroses, quand elles nous tiennent... Mais depuis que, dans le podcast de Louis Dubourg, j'ai appris que des humoristes stand-up ne sont pas passés par cette case avant de se lancer... J'ai perdu une excuse de plus ! Apparemment, je suis dans la phase où je me noie dans les plateaux. Je suis une véritable nerd de stand-up. Pour des gens comme Adrien Arnoux ou Fred Cham, ça ne fait aucun doute : je vais passer de l'autre côté du micro.

Rire en entreprise ?

J'ai tout de même joué deux sketches devant mes collègues de bureau, à un an d'intervalle. Le premier, je ne l'aime pas, mais c'était davantage un règlement de comptes pour faire passer des messages à certains collègues masculins. J'y ai découvert que j'ai l'air bourrée quand je raconte des blagues. Je ne tiens pas en place, ça donne le mal de mer. J'ai un peu honte d'avoir montré la vidéo à des humoristes. On m'a même dit que c'était catastrophique (la même personne m'a aussi dit bravo quelques mois plus tôt sur cette même vidéo, allez comprendre). Après, je saisis l'idée, j'ai prononcé les mots Ryan Gosling et David Beckham. Je vaux mieux que ça. La deuxième fois, je me suis adossée au frigo de la cantine devant mon public. Oui, la scène est pittoresque. Je n'avais pas appris mon texte, je le lisais sur ma tablette. Mais je tremblais tellement que je perdais le fil. Ce deuxième sketch a été créé sur-mesure avec 3 mots que j'ai demandés à l'un de mes collègues. Les mots : Espagne, vacances, ping-pong. J'ai créé un scénario avec certains de mes collègues dans les personnages, qui leur a plu au niveau de l'écriture. Ils ont regretté que je ne sache pas par cœur mon texte. Maintenant, c'est malin, je dois créer un nouveau sketch chaque mois. Autant vous dire que pour le prochain, avec le triptyque chat, ski, rencontre, ça me semble difficile d'incorporer mes collègues en protagonistes !

L'envie de monter sur scène ? Les preuves sont accablantes !

Je pourrais vous dire que je n'ai pas envie de monter sur scène. Mais les preuves sont accablantes : j'ai déjà 40 pages de texte. Il y a certes du matériel jetable, mais tant que ce n'est pas testé, on ne sait pas ce que ça vaut. Avec tout ça, j'ai même trouvé un fil conducteur, un titre. Si je dois jouer un spectacle, l'affiche est déjà prête ! C'est de la folie de se dire que j'ai fait tout à l'envers, repoussant l'échéance. Parce que subir le stress décrit par les humoristes me semble inhumain. Ce n'est pas pour rien que je les appelle super-héros. Alors, à votre avis, je fais quoi ? J'ai bien vu des conseils comme celui ci-dessous, mais je ne suis pas un poney, alors...

Crédits illustration

Je remercie mon ami Alexandre Lachaize pour m'avoir tiré le portrait, il y a plusieurs années. J'ai adapté son illustration initiale pour changer quelques couleurs, mais le crédit du travail de l'artiste lui revient ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Pas prête pour la scène, j'ai pourtant écrit un spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-scene-passage-bide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:35:16 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:35:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3366 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 13 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011033 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-28 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-28 06:00:00 [post_content] =>

Début juillet, l’Académie d’Humour organisait sa première session d’auditions. Pour préparer sa première rentrée, l’Académie a investi la Nouvelle Seine pour convier 15 prétendants à l’admission. C’était la première fois que j’assistais à des auditions. Découvrez les coulisses de ces instants redoutés, mais finalement bien plus bienveillants que des plateaux ou festivals.

Auditions : mode d’emploi

Le principe est simple : il faut d’abord postuler à l’Académie d’Humour via un formulaire. Assez complet, il écrème réellement les candidatures fantaisistes. Il ne suffit pas de laisser ses coordonnées : chaque personne doit fournir une lettre de motivation, une vidéo et partager son projet artistique.

Dès le départ, les postulants sont acteurs de leur réussite. Cette première étape donne le ton sur ce qui les attend. Ainsi, il n’y a quasiment pas eu de surprise et j’ai été étonnée de voir la qualité des candidatures.

Une fois conviés sur scène, ils commencent par jouer quelques minutes devant un parterre de professionnels émérites. Directrices de théâtre, artistes de stand-up confirmés, professionnels de la production… De quoi impressionner une personne mal préparée à l’échéance.

Une préparation aux petits oignons

Indépendamment du niveau, chaque artiste avait bien préparé son audition, notamment son passage. Les questions qui succédaient leur prestation les déstabilisaient parfois. Révélatrices, elles montraient de véritables différences entre les projets plus axés théâtre et ceux plus liés au stand-up.

Certaines personnes étaient très étonnantes. Des parcours de vie originaux, des besoins de créer artistiquement et de faire rire très divers se manifestaient tour à tour. On a vu de la singularité, du propos, des influences artistiques récurrentes… Les noms de Blanche Gardin, Baptiste Lecaplain et Roman Frayssinet revenaient souvent dans les artistes cités.

J’ai trouvé cette expérience bien plus agréable que le jugement en festival. Je n’ai pas ressenti de compétition mais de la solidarité entre les postulants. Le public incitait chaque personne à se révéler, les poussant dans leurs meilleurs retranchements… On était bien loin de la Nouvelle Star ou d’Incroyable Talent.

Objectif des auditions : réunir les 12 premiers talents de l’Académie d’Humour

Tous ne seront pas retenus, bien entendu. Il y aura 12 places finales et une nouvelle session d’auditions à la rentrée. Il reste de la place pour former une troupe de talents prêts à travailler pour leur réussite. Certains font déjà office de favoris, tandis que d’autres sont bien partis pour en être. Mais aucun nom ne fuitera avant l’annonce officielle… Ne cherchez pas, je n’ai aucune information formelle… Tout ce que je peux vous dire, c’est que je connaissais une seule personne et que bien plus d’une m’a fait rire !

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[post_title] => Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => auditions-academie-humour-coulisses [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:33 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011033 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 13 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 0afad47eb2a19c26e8223c935fce372d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Monter sur scène

Vous avez toujours rêvé de monter sur scène ? Le spot du rire a testé et approuvé l'expérience pour vous. Tentez l'aventure à votre tour en découvrant notre périple et les conseils que nous avons glané auprès des nouveaux acteurs du rire.

Auditions à l’Académie d’Humour : photo de groupe des intervenants

Coulisses - Des auditions, ça se passe comment ?

Yacine Belhousse et Ari Matti Mustonen : portraits d’humoristes français et estonien

Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien

Conseil artistique : image d’illustration d’une caméra qui capture une performance scénique

Conseil artistique : passer de talent prometteur à humoriste de qualité

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

Le guide presque complet du presque parfait stand-up et one man show : couverture du livre d'Étienne de Balasy

Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show

Bun Hay Mean sur scène au Bordel Club

Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même

Podcast de Matka : journal de bord d'une apprentie humoriste

Podcast - L'humoriste Matka raconte ses débuts sur scène

Juliette - illustration affiche spectacle - monter sur scène

Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu !

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène : la récidive

Chelsea Peretti sur Netflix

Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix)

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy

Monter sur scène : Jean-Patrick au 33 Comedy

Monter sur scène : les états d'esprit avant le show

Juliette - illustration affiche spectacle - monter sur scène

Pas prête pour la scène, j'ai pourtant écrit un spectacle