Catégorie : Actus et critiques spectacles

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => actu-critique-spectacle
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 162
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 162
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => actu-critique-spectacle
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 162
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 162
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => actu-critique-spectacle
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 162
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (162) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (162) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (162)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011522
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-10-16 10:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-10-16 08:00:00
                    [post_content] => 

Enfin ! J’ai vu Rémi Boyes jouer son spectacle au Barbès Comedy Club. Un moment tant attendu après l’avoir découvert sur scène il y a 5 ans. Issu de la génération 2014 (un grand cru), il a mis fin à une période de procrastination assez longue. Du moins pour les standards théâtreux !

Rémi Boyes lance son premier spectacle en toute décontraction

Évidemment, on retrouve toute la convivialité qu’on lui connaissait en plateau. Rémi Boyes est une bulle de légèreté dans un univers de stand-uppers névrosés. Aussi zen que sa mère, incapable de paniquer dans la vie, il assène toutes ses anecdotes les unes à la suite des autres.

Seul regret : la linéarité du spectacle, qui témoigne d’une compilation de ses meilleures vannes manquant de structure. Pas étonnant finalement pour une troisième prestation, cela dit. Cet écueil est largement compensé par les souvenirs d’enfance de Rémi. Il faut dire que depuis que je connais son répertoire scénique, il m’arrive souvent de répéter le prénom « Tony » toute seule chez moi quand je pense à un vélo.

Pour comprendre, il vous reste une date le vendredi 22 octobre, avant de découvrir d’autres artistes ! On vous conseille Louis Chappey en novembre, si jamais.

Stand-up attendu et travail acharné triomphent de tous les aléas possibles

Petite anecdote qui dépasse le cadre du spectacle : cette soirée a été catastrophique. En cause : un mauvais concours de circonstances au Barbès Comedy Club. Un placement à la pire place, sous la ventilation qui crachait du froid. La salle est petite, contrairement à la personne qui se situait juste devant moi. Je me retrouvais coincée avec la table se rapprochant dangereusement de moi. Rien de grave, mais niveau confort pour profiter d’un spectacle, on a vu beaucoup mieux. À noter que d’habitude au Barbès, tout se passe bien. Donc manque de chance.

Le reste, c’était une bonne vieille soirée parisienne avec un vieux gars qui éternue dans le métro et laisse sortir un filet intergalactique de miasmes. Il n’y a rien de pire que ça, à part peut-être assister au moment où le métro fait demi-tour au terminus. Ce genre de soirée qui te fait comprendre tous ces spectateurs qui préfèrent consommer de l’humour sur YouTube.

Vidéo : un passage culte de Rémi Boyes que vous ne retrouvez étrangement pas dans cette heure…

Pari réussi pour Rémi Boyes au Barbès Comedy Club : on veut une suite au théâtre !

Et c’est si dommage, parce que l’humour doit rester un moment de convivialité. Au moins Rémi Boyes remplissait cette mission, et c’est toujours mieux quand le comique est au rendez-vous. L’inverse est bien plus rageant : à quoi bon être bien installé pour écouter de la merde ?

En résumé, Rémi Boyes a bien fait de lancer sa première heure. Il m’avait prévenue : tu n’entendras pas de nouveautés, ce n’est pas prêt. C’était faux : si la trame était perfectible, Rémi Boyes a mérité de remplir aussi facilement cette salle. D’autres rêveraient d’attirer plus de 50 personnes à leur spectacle. Lui y parvient finalement avec la décontraction qui le caractérise !

Cela valait-il le coup d’attendre 7 ans ? Ça dépend : s’il en avait besoin pour être prêt, probablement. Finalement, peu de choses diffèrent de la concurrence. Rémi Boyes va simplement entamer le cycle de vie de son spectacle et roder, comme tout le monde.

[post_title] => Rémi Boyes au Barbès Comedy Club : rodage réussi ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => remi-boyes-spectacle-barbes-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-16 09:56:47 [post_modified_gmt] => 2021-10-16 07:56:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011469 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-11 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-11 06:00:00 [post_content] =>

Tout a commencé lorsque William Pilet a séduit un jury de professionnels à Tournon-sur-Rhône. Je rentrais de ce week-end hors du temps quand Mélissa Rojo, codirectrice de la Petite Loge, m’a sollicité pour joindre l’humoriste nantais. Elle avait alors un objectif : réaliser mon rêve. Faire jouer William Pilet à Paris sur une ou deux dates. Importer Normal n’existe pas, spectacle inclassable s’il en est, dans le plus petit théâtre de la capitale.

Voir William Pilet dans Normal n’existe pas : un rêve devenu réalité !

Ne me jugez pas, c’est un super rêve. Vu la réactivité de la salle, j’ai vite pris ma place pour l’une des fameuses dates. Le destin a voulu que ce soit la deuxième. L’attente a donc été insoutenable. Car si certains humoristes peuvent laisser planer un doute sur la qualité de leur marchandise, William Pilet joue dans une autre catégorie. Comment fait-il ? Il ne fait rien comme tout le monde. Un atout colossal, donc, dans une époque où l’on se conforme à des algorithmes, des tendances, etc.

Il y a bien des influences, bien sûr, mais elles sont loin de tout ce que vous consommez habituellement. Quand j’ai vu l’heure de William, c’était clair : ce spectacle doit devenir un succès retentissant au Fringe. Pas le Fridge, Kev Adams n’a rien à voir avec cette affaire. Mais le festival d’Édimbourg est un haut lieu pour l’humour qui repousse les limites de la comédie. Influencé par les British et les Monty Python, William Pilet a importé le comique d’accessoires et ambiance le public avec un synthétiseur dont je suis tombée amoureuse.

Qu’importe le flacon comique, pourvu qu’on ait l’ivresse des rires

Certains lui reprochent de faire dans le pipi-caca. Or à l’instar des jeux de mots, le problème n’est pas d’invoquer l’humour pipi-caca ou les calembours dans son art. Non, le problème est le manque de talent lorsqu’on manie le stand-up comme les jeux de mots. En l’espèce, William Pilet amène toujours une touche enfantine, burlesque ou ridicule qui transforme un type d’humour vu et revu en une ode à l’originalité…

Qu’est-ce qui a donné envie aux spectateurs de voir William Pilet à la Petite Loge ? L’amour du risque ? L’envie de jouer les anticonformistes ? Lors de la première date, seuls douze aventuriers du LOL ont franchi la porte du théâtre. Un score bien trop faible quand on connaît le potentiel du bonhomme. Oui mais voilà : encore faut-il savoir qui est William Pilet, ce qu’il fait, l’objet de sa présence à Paris… De nombreux obstacles rendent encore difficile une rencontre avec le public qui, pourtant, a très envie de renouveau.

William Pilet : l’humoriste que vous adorerez découvrir

J’en veux pour preuve les remerciements que l’on m’adresse : merci de m’avoir conseillé ce spectacle, c’était un moment incroyable. Évidemment, que diable ! Il faut faire quelque chose. J’ai réussi à ramener une bonne poignée de personnes. Comme à la belle époque où je tenais un registre de mes invités au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy.

Que fout la presse ? Parce que William Pilet n’est pas un petit nouveau, loin s’en faut ! Il n’a pas vraiment joué l’ermite, même s’il aurait pu se contenter de quelques diffusions en direct du One Shot Shit Show. Ces soirées en live avec des humoristes locaux donnent un premier aperçu de quelques gags du spectacle.

Normal n’existe pas : notre verdict

Le spectacle Normal n’existe pas est une expérience à vivre. Difficile à décrire, elle nécessite de garder au maximum l’effet de surprise. Connaître certains gags n’empêche pas de passer un bon moment. Cependant, plus vous serez étonné, plus vous prendrez votre pied. Quand le corps vous fait mal à force de rire, c’est bon signe. Étrangement, dans ce fourre-tout bien organisé de folie furieuse, les moments de respiration sont peut-être les plus jouissifs.

Nécessaires, ils permettent de furtivement se rendre compte de la générosité de William. Ce fou rêveur vous apaisera en quelques mots de transition. De véritables instants de poésie à saisir pour se rendre compte de l’absurdité du monde. Ce spectacle plaira tout particulièrement aux rêveurs, aux anticonformistes et à tous ceux qui n’ont pas sombré dans l’aigreur. Sauvera-t-il les autres ? Le meilleur moyen de s’en rendre compte, c’est de faire venir tout le monde dans les salles de William Pilet. Pourquoi ? Pourquoi pas ! Seuls les connaisseurs comprendront. Pour les autres, venez découvrir ce kiff vu nulle part ailleurs !

[post_title] => Avec Normal n’existe pas, William Pilet construit sa légende [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => normal-nexiste-pas-spectacle-william-pilet [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-27 20:37:37 [post_modified_gmt] => 2021-09-27 18:37:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011469 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011447 [post_author] => 10 [post_date] => 2021-09-27 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-27 06:00:00 [post_content] =>

Sylvain Morand, humoriste passé par Kandidator, joue son premier spectacle Circuit Court au Boui Boui. Shaïnèze Ghesli, notre nouvelle correspondante humour à Lyon, a pu y assister. Elle nous livre ses impressions.


Mercredi dernier, dans la cave voûtée du charmant café-théâtre lyonnais le Boui Boui, j’ai eu la chance de découvrir Circuit Court, un spectacle signé Sylvain Morand. Passé par Kandidator en 2019 où il a remporté la finale lyonnaise avant de s’incliner face à Guillaume Guisset, il a petit à petit attiré l’attention des professionnels.

Fort de cette première expérience, Sylvain Morand se confronte maintenant au public et apporte déjà tous les ingrédients du succès. D’abord, une écriture pointue qui ne laisse aucune place au hasard. Ensuite, un rythme tenu tout au long du spectacle. Enfin, une mise en scène réussie.

Circuit Court : un spectacle complet, original et bien ficelé

Après une entrée en matière déconcertante, l’humoriste déroule son fil conducteur. Il livre ainsi ses observations, ses questionnements, ses anecdotes cocasses. En prime, il accompagne le tout de portraits au vitriol des personnes qui l’entourent et l’inspirent.

Il mêle des thèmes assez courants, comme la famille, l’adolescence ou encore l’amitié… Mais aussi des sujets plus inhabituels comme la déscolarisation. La santé mentale étant un enjeu très actuel, Sylvain Morand aborde également l’influence des réseaux sociaux et la psychothérapie. Résultat : tout y passe ! 

Le spectacle est très écrit. Cependant, cela n’altère pas le naturel et la spontanéité dans l’interprétation. Résultat : Circuit Court est un spectacle très frais… N’en déplaise aux stand-uppers qui dénigrent le côté très théâtral que l’on retrouve ici. Bien ficelé, ce spectacle se présente aussi comme un exutoire. L’artiste s’y exprime avec lucidité sur la vie et ses contraintes.

Sylvain Morand ou l’art de jouer avec les silences et le malaise

Malgré la jeune expérience de Sylvain Morand, Circuit Court constitue déjà une heure de spectacle déjà bien rodée. Comme une certaine Fanny Ruwet, Sylvain Morand opte pour le malaise et les silences pour planter son univers. La petite touche d’absurde qu’il ajoute livre le tout dans un joli écrin, que je vous recommande chaudement ! 

Pour autant, on sent que ce sens de l’absurde pourrait encore aller plus loin. Par moments, on reste sur sa faim sur cet aspect. Mais cela n’a rien d’inquiétant dans le cycle de vie de ce spectacle naissant. À force de travail, nul doute que Sylvain Morand saura étirer son sens comique pour proposer une expérience véritablement trippante.

Circuit Court : notre verdict

Circuit Court est un spectacle efficace, intelligent et bien pensé, qui parlera assurément à toutes les générations. Vous aimez l’humour à la fois fin et percutant ? Vous souhaitez découvrir un artiste émergent ? Rendez-vous au Boui Boui les mardis et mercredis à 19h !

[post_title] => Dans Circuit Court, Sylvain Morand grandit vite au Boui Boui [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sylvain-morand-spectacle-circuit-court [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-27 08:54:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-27 06:54:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011447 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1011109 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-20 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Terminons ce voyage parmi les talents avec une catégorie un peu spéciale. Ces artistes, toujours présentés par ordre alphabétique, ont déjà démontré un certain potentiel. Pour certains, le déclic pourrait les propulser vers une belle carrière. Ils peuvent tous prétendre à la reconnaissance des professionnels et du public si leur progression et leur force de travail sont au rendez-vous. Vont-ils relever le défi et devenir de véritables espoirs de cette rentrée humour ?

Félix Dhjan, Nuances - Théâtre le Point Virgule

Félix Dhjan a toujours navigué dans les théâtres, festivals et plateaux. S’il n’a pas provoqué de vague médiatique, il a su plaire au public. J’aime beaucoup citer l’exemple d’une Moldue qui apprécie l’humour de manière occasionnelle. Pour elle, Félix Dhjan, c’est la crème de la crème de l’humour. Elle est fan, vraiment. Citer un humoriste émergent au-delà de tous les autres, malgré les dépenses folles en production artistique par exemple, ça fait réfléchir. Son humour corrosif débarque en tout cas au Point Virgule deux soirs par semaine… L’occasion de l’adouber pour de bon parmi les espoirs de cette rentrée humour ?

Ghislain Blique, Plus rien à branler - La Petite Loge

Parmi les talents bruts, Ghislain Blique est un peu le Ron Swanson du game. Rustre, à fleur de peau et diablement efficace, on ne sait jamais s’il va arrêter sa carrière le lendemain ou retourner frénétiquement les salles. C’est pour cette fragilité-là, ce pile-ou-face macabre du destin, qu’on aime parier sur les talents. Avec des hits qui fusillent la concurrence, Ghislain Blique a toutes les cartes en main pour marquer la comédie. Son indépendance extrême l’empêchera-t-il de prospérer ? Va-t-il faire une « de Tinguy » pour se lancer dans une autre passion dévorante ? Le suspense est haletant.

Guillaume Guisset, Cordialement - La Petite Loge

On change de registre, mais pas de théâtre avec Guillaume Guisset. Ce gendre idéal a envie de casser l’armure avec beaucoup d’ambition. Il se creuse les méninges pour transformer sa polyvalence artistique en spectacle marquant. Prêt à en découdre dans les festivals et plateaux humour, Guillaume Guisset pénètrera dans l’arène avec autant de questionnements que d’envie de mettre tout le monde d’accord. Quelles sont ses forces ? Son humour noir, son écriture ciselée, sa présence scénique frisant la folie et des nouveautés à venir… Avec tout ça, votre prochain coup de cœur humoristique, c’est peut-être lui.

Lucie Carbone, Badaboum - Théâtre du Marais (déprogrammé)*

Lucie Carbone a commencé, lentement mais sûrement, à tisser sa toile. À force de travail acharné et d’expertise sur le monde du travail, elle a monté un spectacle atypique. Une expérience théâtrale immersive qui a d’abord convaincu, même les sceptiques, à la Comédie des 3 Bornes. Le passage au Théâtre du Marais, puis à Avignon en 2021 (!) prouve qu’elle prend l’humour au sérieux. À votre tour de la prendre au sérieux en prenant vos places…

*Lucie Carbone était l’une des rares artistes produites de cette liste. Malheureusement, cette collaboration a cessé quelques semaines après cet article. Elle ne joue donc plus dans ce théâtre.

Mélodie Fontaine, De manière plus générale - La Petite Loge

Mélodie Fontaine s’est réinventée avec son spectacle De manière plus générale. On s’est pris la claque de plein fouet, sans s’y attendre. Depuis, on n’oublie pas l’effet jouissif que cela a eu. Pas besoin d’être maso pour apprécier… Mais si vous aimez l’humour noir et le jeu impeccable, Mélodie Fontaine vous ravira. La Petite Loge l’accueille de nouveau à la rentrée pour continuer de faire évoluer ce beau spectacle.

Nordine Ganso, Violet - Le Métropole

Il aurait pu se contenter de cumuler les plateaux d’humour comme nombre de ses pairs. S’engluer dans un set toujours un peu similaire, efficace pour jouer partout, pour stagner dans sa carrière. Nordine Ganso a choisi une autre stratégie : à force de travail, il a construit à l’abri des regards un spectacle coloré, qui va certainement vous éblouir. Ça s’appelle Violet, et ça va tellement loin qu’il semble avoir changé toute sa garde-robe pour du violet/lilas. Au-delà du style, Nordine Ganso suivra-t-il les traces d’un Fary en développant une présence scénique rare ? Les premiers signes sont positifs… En prime, sa collaboration avec Thierno Thioune donne l’eau à la bouche. Et si c’était la nouvelle pépite comique à suivre ?

Espoirs de la rentrée humour : le récapitulatif

ArtisteSpectacleSalleMaMeJVS
Félix DhjanNuancesLe Point Virgule21h1521h15   
Ghislain BliquePlus rien à branlerLa Petite Loge 20h   
Guillaume GuissetCordialementLa Petite Loge  20h  
Mélodie FontaineDe manière plus généraleLa Petite Loge    20h
Nordine GansoVioletLe Métropole 20h   

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : les espoirs du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-espoirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-10 15:55:01 [post_modified_gmt] => 2021-10-10 13:55:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011109 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1011107 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-13 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-13 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Continuons avec des artistes prêts à passer dans une autre dimension. Acclamés par la critique depuis peu ou en passe de l’être, ces artistes aux promesses alléchantes risquent de vous étonner ! De nouveau, vous découvrez les révélations de cette rentrée humour par ordre alphabétique… 

Avril, C’était mieux maintenant - Théâtre le Métropole

Après des débuts remarqués au Laugh Steady Crew et à la Petite Loge, Avril se prépare à transformer l’essai. Une étape toujours charnière dans une carrière artistique, qu’il a méticuleusement préparée. À force d’un travail acharné pour transformer son spectacle à la Petite Loge, il affirmera plus encore ses choix artistiques. Dans une salle plus vaste, sa nouvelle liberté de mouvement lui permettra de déployer son potentiel comme jamais… Un potentiel qu’il mobilise à l’envi : il vient d’achever la rédaction de son premier roman, déjà en précommande !

Emma de Foucaud, Trop tard pour annuler - La Petite Loge

Croire en un artiste est une démarche gratifiante. Emma de Foucaud, comme son ancien acolyte à la Petite Loge, est une acharnée de travail. À partir du moment où elle a décidé de faire de la scène, elle en a compris ses rouages comme peu d’autres à ce stade. En résulte une proposition artistique à la fois audacieuse et personnelle pour un premier spectacle. Après un rodage remarqué, elle consolidera l’ensemble pour continuer à marquer les esprits. Et elle aussi, elle sort son premier roman en précommande avec dédicace. Décidément !

Fanny Ruwet, Bon anniversaire Jean - La Scala

On parle souvent de Paul Mirabel comme une entrée fulgurante dans la comédie. Fanny Ruwet devrait sans doute embrayer le pas. Très vite remarquée, Fanny Ruwet saisit des opportunités folles, relève les défis et se retrouve rapidement avec un premier spectacle, sur les ondes de France Inter. Ne vous méprenez pas : cette ascension à toute vitesse s’accompagne d’un pilotage maîtrisé. Du stand-up sans fioriture, d’une précision chirurgicale et bien barré : cette recette du succès va continuer de faire des émules. Pas de premier roman mais deux podcasts qui dissèquent tour à tour les doutes et les titres de livres… On reste dans le thème !

Morgane Cadignan - Théâtre le Métropole

Le Métropole devient en quelque sorte la rampe de lancement des nouveaux talents reliés à Thierno Thioune. Morgane Cadignan, à l’instar d’une Alexandra Pizzagali, a semblé débarquer de nulle part. Pour autant, les deux artistes proposent des spectacles diamétralement différents. En narrant les péripéties de trentenaires parisiennes, Morgane Cadignan aurait pu tomber dans des clichés vus et revus. Son intelligence la met hors de danger et lui permet de poser sa patte, son ton, sur un sujet qui attire toujours autant.

Philippine Delaire, Télédrama - BO Saint Martin

Elle pourrait être notre découverte de la rentrée. C’est lorsque les Fous rires de Bordeaux la programme que je comprends l’attrait de la comédienne. Elle propose un spectacle sur la télévision qui a l’air très frais et prometteur. Pas mal pour un média qualifié de vieillissant… Hâte de la découvrir, puisqu’effectivement nous ne l’avons encore jamais vue.

Patrick Chanfray, D’accordiste* - Théâtre du Marais

Autre artiste qui a bonne presse parmi les professionnels et les initiés, Patrick Chanfray sera régulièrement au Théâtre du Marais. Depuis le temps que Perrine Blondel de la Petite Loge m’en parle… Je ne tiens plus : il va falloir juger sur pièces ! Le pitch du spectacle : que se passerait-il si vous disiez oui à tout ? Clairement, ça donne envie et on imagine déjà du rocambolesque en barres ! Suffisant pour faire partie des révélations de la rentrée humour ? On a envie de répondre… d’accord !

*Le titre vient de changer, avant c’était Pour moi, c’est un grand oui.

Paul Mirabel, Zèbre - Théâtre des Mathurins

Parler de Paul Mirabel est casse-gueule. L’aura qu’il a sur les professionnels a toujours été impressionnant. Autre tour de force : Paul Mirabel est à la fois un humoriste émergent et un humoriste connu. Ce record du monde de vitesse catégorie notoriété impose de proposer un spectacle de qualité. Une pression énorme que le jeune homme semble relever avec brio ! Si avec ça, vous n’avez pas envie de découvrir Zèbre, vous êtes officiellement un anticonformiste ermite. Je respecte, mais tentez le coup, juste pour voir.

Rémi Boyes, 50 minutes avec Rémi Boyes - Barbès Comedy Club

Il n’y a que le Barbès Comedy Club pour mener les humoristes « arnouïstes » vers leur spectacle. Rémi Boyes est l’une des valeurs sûres du stand-up depuis près d’une décennie déjà (si, si). Cet artiste efficace est l’un de ceux qui amènent le plus de convivialité dans une salle. Qu’il parle des souris, des conditions de travail des livreurs, de la weed… Rémi Boyes offre un moment de pur plaisir au public. Un investissement sans risque, même s’il se lance pour la première fois dans cet exercice après tant d’attente ! Rendez-vous les vendredis d’octobre à 21h15 pour en profiter…

Nouvelles révélations de la rentrée humour : le récapitulatif

ArtisteSpectacleSalleMaMeJVS
AvrilC’était mieux maintenantLe Métropole20h    
Emma de FoucaudTrop tard pour annulerLa Petite Loge  21h30  
Fanny RuwetBon anniversaire JeanLa Scala19h3019h30   
Morgane CadignanMorgane CadignanLe Métropole  20h1020h1020h10
Philippine DelaireTélédramaBO Saint Martin21h    
Patrick ChanfrayD’accordisteThéâtre du Marais20h    
Paul MirabelZèbreThéâtre des Mathurins 19h19h19h19h
Rémi Boyes50 minutes avec Rémi BoyesBarbès Comedy Club21h15

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : les futures révélations [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-revelations [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 12:42:11 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 10:42:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011107 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1011105 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-06 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-06 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Pour commencer, revenons sur les spectacles incontournables de cette rentrée humour. Découvrez nos 8 valeurs sûres humour de l’automne 2021 (par ordre alphabétique) !

Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête - Théâtre du Marais

Depuis sa naissance, le spectacle d’Alexandra Pizzagali est marquant. Ce seul-en-scène à l’humour noir efficace n’en finit plus d’émouvoir le public par sa profondeur. Il a tout de suite propulsé cette artiste dans de belles salles, et cela risque de durer encore longtemps. Fidèle au Théâtre du Marais, Alexandra Pizzagali continue donc sa route les mardis et mercredis à 21h30.

Ambroise et Xavier - Théâtre le Métropole

Dans un style plus absurde et survolté, Ambroise et Xavier continuent également leur chemin au Théâtre le Métropole. Cette salle à l’attraction étrange propose une programmation de plus en plus qualitative. Ambroise Carminati et Xavier Lacaille réussissent à construire un grand n’importe quoi avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité. Ce show risque encore de vous surprendre…

Charles Nouveau, Joie de vivre - Théâtre du Marais

On adore toujours autant l’écriture impeccable de Charles Nouveau. Ce diamant brut, qu’on devine toujours sur la corde raide, est pourtant un modèle de stabilité au Théâtre du Marais. Toujours prêt à inventer un nouveau concept, Charles Nouveau innovera peut-être encore cette année.

Karim Duval, Y - L’Européen

Parmi ceux qui savent saisir leur époque, Karim Duval figure aux avant-postes. Aussi charmeur que brillant, l’humoriste continuera de narrer une génération Y en quête de sens dans la start-up nation. Un spectacle bonbon, qui fait du bien et rappelle l’absurdité de nos vies avec beaucoup de finesse.

Marion Mezadorian, Pépites - Petit Palais des Glaces

Marion Mezadorian a certes cumulé plusieurs expériences cinématographiques, mais elle reste fidèle à la scène ! La comédienne et humoriste continuera d’émerveiller son public trois soirs par semaine au Petit Palais des Glaces. Sa particularité : proposer une galerie de personnages plutôt rare dans l’écosystème humoristique actuel. Encore un bonbon comique à consommer sans modération !

Pierre Thevenoux, Pierre Thevenoux est marrant, normalement - Le Point Virgule

Avec beaucoup d’abnégation, Pierre Thevenoux est discrètement devenu mon humoriste préféré. Sa recette : jouer partout, tout le temps et gagner en efficacité, en propos et en authenticité. Il continue de monter en puissance au Point Virgule, où il ravit les spectateurs depuis un petit moment, déjà. Vous pouvez aussi apprécier des extraits de son spectacle Pierre Thevenoux est marrant, normalement, sur sa chaîne YouTube. Avouez que parmi les incontournables de la rentrée humour, il vaut le détour !

Réda Seddiki, Ironie de l’histoire - La Nouvelle Seine

Comme Yacine Belhousse, Réda Seddiki est l’un des humoristes fidèles à la Nouvelle Seine. Dans cette salle qui vient de fêter ses 8 ans, l’un des artistes les plus grands de France (de taille… mais pas seulement !) propose un seul-en-scène bien à lui. Comme Ambroise et Xavier, Réda Seddiki met à contribution sa tête bien faite pour créer de l’humour en toute légèreté. Les spectateurs, déjà conquis, vont très certainement se ruer en salle !

Seb Mellia, Seb Mellia ne perd jamais - Le République

Parmi les valeurs sûres, Seb Mellia est un incontournable. Petit moment coup de vieux : dans cinq ans, Seb Mellia aura 20 ans de carrière. C’est d’autant plus choquant que Seb Mellia continue d’être pertinent et ancré dans son époque. Décontracté, tchatcheur invétéré, efficace et dévoué à son métier… Seb Mellia est bien parti pour durer !

Les incontournables de la rentrée humour : le récapitulatif des artistes à revoir

ArtisteSpectacleSalleLMaMeJVSD
Alexandra PizzagaliC’est dans la têteThéâtre du Marais 21h3021h30    
Ambroise et XavierAmbroise et XavierLe Métropole20h      
Charles NouveauJoie de vivreThéâtre du Marais  20h20h   
Karim DuvalYL’Européen   19h30  19h
Marion MezadorianPépitesPalais des Glaces   19h3019h3019h30 
Pierre ThevenouxPierre Thevenoux est marrant, normalementLe Point Virgule20h20h20h
Réda SeddikiIronie de l'histoireLa Nouvelle Seine   21h   
Seb MelliaSeb Mellia ne perd jamaisLe République   21h30 19h45
21h30
19h45

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : on veut les revoir ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-30 15:54:45 [post_modified_gmt] => 2021-08-30 13:54:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011105 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1011148 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-08-23 06:00:00 [post_content] =>

Cet été, le Théâtre Boulimie à Lausanne accueillait la pièce Les gens meurent. Après le succès de la série Bon ben voilà, la même bande d’humoristes suisses ravit à nouveau le public. Exit les sketches qui rappellent l’humour pointu des Nuls : la pièce est une réussite à la fois théâtrale, comique et dramatique. Retour sur la dernière avec Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux, Yacine Nemra, Blaise Bersinger et Yann Marguet.

Les gens meurent : une pièce sur la mort, sans la lourdeur du deuil

Voir une pièce de théâtre sur la mort ne me tente pas, d’ordinaire. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai fait confiance au club des 5. Pour tout vous dire, il existe deux scènes comiques suisses. Les artistes les plus en vue sont des génies de l’écriture et des encyclopédies comiques. Leur métier, ils savent le faire, et bien, en plus. Leur éthique de travail et leur capacité à mener de nombreux projets drôles de front sont bluffantes.

Plutôt que de parler de deuil, Les gens meurent est une sorte de sas entre la vie et la mort. Dès qu’une personne meurt, elle se retrouve dans cette pièce et doit passer le cap. Cinq parcours de vie distincts cohabitent le temps d’une heure et demie qu’on ne voit pas passer. L’intrigue, soignée, regorge de surprises que je ne vous dévoilerai pas, car elles valent le détour…

Yacine Nemra et Julien Doquin de Saint Preux se révèlent… mais pas seulement

Retrouver cette bande iconique a été un réel plaisir, d’autant plus qu’ils osaient le contre-emploi ou la prise de risque. Yacine Nemra, plutôt à l’aise dans l’improvisation, assurait quasiment le leadership de la pièce. Son enthousiasme sur scène se révélait très rafraîchissant et faisait oublier le côté lugubre de la mort.

Autre révélation : Julien Doquin de Saint Preux. Chroniqueur dans les Bras Cassés comme Blaise et Yacine, il se révèle dans un jeu d’acteur à couper le souffle. Il alterne avec une aisance remarquable entre la pitrerie pipi-caca et l’émotion brute. Je suis certaine qu’il a fait couler beaucoup de larmes d’émotion tant sa partition était juste.

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Blaise Bersinger démontre sa capacité à interpréter des personnages touchants, non sans dénoncer leurs travers. Ainsi, son personnage de vieillard misogyne ancré dans une autre époque est peint avec beaucoup de tendresse. Il s’offre même des passages absurdes, que les fidèles de ses gags téléphoniques apprécieront à coup sûr.

Valérie Paccaud joue le rôle d’une femme ambitieuse et manie la colère avec beaucoup de grâce. Son aversion pour les enfants dans la pièce a naturellement parlé à la mienne… Mais la réduire à cela, c’est passer à côté de l’évolution de son personnage. On y devine une générosité enfouie et une sacrée envie de se marrer.

Enfin, Yann Marguet est un peu à part. Il est sans doute le plus dans le déni dans sa manière de contourner la mort. Pour vous donner quelques billes sans tout vous dévoiler, c’est le genre de type qui aime bien les projets d’immortalité de la Silicon Valley… Si vous voyez cette pièce, vous adorerez la mise en scène de son trépas. Elle joue sur des longueurs jouissives qui vous tiendront en haleine.

Une belle réunion d’univers où chacun contribue au succès de la pièce Les gens meurent

À mon sens, la troupe de la pièce Les gens meurent est décidément capable faire rire avec tous les sujets, tous les formats… et de laisser libre cours à l’univers de chacun. Certes, on se tend à chaque reconstitution de ces 5 morts qui ont toutes leur part d’improbable. Et c’est dans l’improbable que la légèreté de la pièce ressort le plus. Le dosage est très fin entre les moments d’humour léger et d’instants poignants.

Autre part essentielle du succès de la pièce : la mise en scène de Tiphanie Bovay-Klameth. De l’aveu même des acteurs, elle a grandement contribué à ce niveau de qualité. On parle bien trop peu de ces regards extérieurs qui font vivre les pièces, mêmes celles sur la mort. Alors quand les acclamations sont unanimes, on savoure encore plus leur apport. J’ai également une pensée pour l’ambiance sonore très soignée et toujours inspirée de Charlotte Fernandez.

Les gens meurent était une réussite attendue, mais il fallait trouver les bons filons pour offrir ce beau résultat au public. L’équivalent de la France en football, mais qui ne manque pas sa cible. Je sais, cette analogie fera souffrir nombre de supporters français. Mais à y regarder de plus près, elle décrit bien la situation. La pression de délivrer le même niveau de qualité quand tout le monde vous attend… Mais aussi quand vous êtes la locomotive d’une scène locale restreinte et en quête de repères comiques… Rien n’était acquis et il était quasiment obligatoire de triompher.

Moralité : avant le trépas, profitons un maximum des réussites artistiques comme Les gens meurent. Il est bien trop commun de prendre pour acquis cette qualité, alors qu’à chaque fois, les artistes se démènent pour faire naître de nouveaux projets toujours aussi comiques. Jusqu’au prochain volet ? Avant cela, fort de ces 3 premières semaines fructueuses, la troupe prépare une tournée. Voilà qui devrait continuer à ravir le public !

[post_title] => Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-gens-meurent-boulimie-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-23 09:51:32 [post_modified_gmt] => 2021-08-23 07:51:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011148 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1011065 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-21 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00 [post_content] =>

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1011028 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-14 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-14 06:00:00 [post_content] =>

En juin et juillet, Cécile Marx a rodé son nouveau spectacle, Crue, au théâtre BO Saint Martin. Nous avons pu le voir avant sa programmation régulière dès la rentrée.

Cécile Marx, de comédienne à humoriste

Cécile Marx a l’expérience pour elle. Ce n’est pas son premier spectacle, puisque son premier one woman show Love Fiction remonte à 2016. Contrairement à cinq ans plus tôt, Cécile Marx assure à la fois l’interprétation et l’écriture. Ça, c’est uniquement la partie humoristique : son bagage de comédienne est également bien rempli avec de nombreuses comédies au théâtre, parmi lesquelles Couscous aux lardons. Avec Audrey Baldassare, elle a également coécrit et joué une comédie en tournée et à Paris avant le confinement.

L’humoriste doit donc continuer cette transition de comédienne à artiste-auteur dans un paysage où les talents sont nombreux. L’enjeu est de taille : mêler la maîtrise technique et l’originalité comique. Niveau technique, les bases sont là depuis longtemps. Cécile Marx a beaucoup d’assurance, sa présence scénique est au rendez-vous.

Niveau originalité, il reste une marge de progression. La première partie du spectacle est un peu poussive, comme en attestent les rires timides de l’assemblée. Heureusement, grâce à un jeu et un sens du mime impeccable, le spectacle prend une autre dimension pour finir en apothéose.

Crue : un spectacle à fort potentiel grâce à une polyvalence à toute épreuve

Cécile Marx se retrouve dans une situation où elle peut proposer beaucoup. Elle sait aborder de nombreux sujets, jouer sur de nombreux registres… Le micro-slam de fin apporte de l’émotion, le segment sur « parler avec les mains » marque les esprits, etc.

Le défaut de cette polyvalence, c’est qu’on a l’impression que Cécile Marx n’a pas encore décidé où elle voulait mener ce spectacle. Ce défaut est en réalité la preuve du potentiel de cette heure au BO Saint Martin. En effet, après quelques dates de rodage (et un changement de titre, déjà !), Cécile Marx a l’embarras du choix pour le construire.

Je vous conseille d’aller la voir deux fois : au début de l’automne pour vous faire une idée, puis lors des dernières pour exulter. Je vous garantis que vous verrez deux spectacles différents et que vous aimerez suivre ce talent. Difficile de pronostiquer jusqu’où elle pourra aller. Une chose est sûre, néanmoins : elle a toutes les cartes en main pour construire un spectacle mémorable. La balle est dans son camp !

[post_title] => Cécile Marx dans Crue : un nouveau spectacle en rodage [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cecile-marx-spectacle-crue [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-14 17:17:48 [post_modified_gmt] => 2021-07-14 15:17:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011028 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1011005 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-05 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-05 06:00:00 [post_content] =>

Alexis Tramoni a décroché une programmation à la Petite Loge pour son spectacle Que ta mère. Alexis Tramoni, Que ta mère. Oui, rien que ça. À l’époque, la nouvelle a beaucoup fait réagir : les standards de qualité de cette salle étaient-ils revus à la baisse ? Ou alors était-ce le pari fou d’un exhibitionniste du cul ?

Les gens avaient beau parler, ils n’étaient pas là le jour de l’audition. Moi-même, je ne sais pas ce qui se cache dans la tête d’Alexis Tramoni. Certains le résumeraient sans doute ainsi :

Les cons, ça ose tout. C'est même à ça qu’on les reconnaît.

Alexis Tramoni, politiquement incorrect ou incorrection crasse ?

Sexiste, misogyne, raciste, le garçon ? Faut-il séparer l’œuvre de l’artiste ? Pendant que ses collègues dissertaient sur le sujet, Alexis Tramoni le lançait, son spectacle. Quand d’autres annulent, Tramoni attire les foules convaincues par ses vidéos virales. Il pousse le curseur à l’extrême, abuse de la vulgarité et promet de « taper sur tout le monde ». Comme un Gaspard Proust, en somme, l’air propre sur lui en moins…

On retrouve ce besoin d’exutoire dans les salles de spectacles, surtout dans les époques où les discours sont scrutés de près. La portée du message, la responsabilité des propos, le fait d’amener tous les sujets intelligemment… Et si Alexis Tramoni n’en avait simplement rien à branler ?

S’en foutre ou combattre une époque puritaine

Le clin d’œil est tout trouvé avec son homologue du vendredi 20 heures, Ghislain Blique. Pour autant, les deux propositions n’ont pas grand-chose à voir. Le premier est nonchalant, le second provoque à l’extrême.

Par ailleurs, proposer un spectacle comme celui-ci, c’est en avoir quelque chose à branler. Combattre le puritanisme comme on combattrait le réchauffement climatique, ça compte comme message politique ?

Alexis Tramoni dénonce donc le politiquement correct de l’époque avec une folie et une imprécision jouissive. On n’est pas sur le meilleur match technique, mais tout le monde s’en fout. Le public est venu voir un grand n’importe quoi, il est servi. Il m’a rappelé Paul Currie, cet humoriste frappadingue croisé au festival d’Édimbourg qui forçait son public à se murger (entre autres).

Alexis Tramoni et son rire démoniaque à la Petite Loge

Pour le reste ? Il est difficile de décrire ce spectacle sans le dévoiler. Disons simplement que le garçon a (malgré les apparences) une éthique, même si vous en douterez quelquefois. Son rire démoniaque vous fera trembler. Étonnamment, les interactions ne sont pas si violentes que ça (même si vous pouvez recevoir des trucs sur vous au premier rang).

Ses désamorçages de fin de carrière sont aussi des preuves qu’il maîtrise un peu son destin. On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, mais on connaît au moins la recette pour ne pas intoxiquer le public, en résumé.

Certains craignaient un suicide artistique, finalement tout le monde va bien. Le public exultait de voir quelqu’un oser tout dézinguer. S’il faut des spectacles bienveillants, il faut aussi des spectacles comme ça. L’avantage, c’est que celui-ci est ouvert à tous, pas seulement aux « tontons racistes » de France et de Navarre.

Au terme du spectacle, Alexis Tramoni annonce qu’il a plein de projets et qu’il cherche un producteur. À ce stade prématuré, le pari semble fou. Mais un humoriste complètement ravagé et ravageur de salles pourrait bien faire chavirer un Ruquier en mal de réac’titude.

[post_title] => Alexis Tramoni dans Que ta mère : comique sans gêne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexis-tramoni-que-ta-mere-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-03 18:26:34 [post_modified_gmt] => 2021-07-03 16:26:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011005 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1010986 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-30 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-30 06:00:00 [post_content] =>

Émilie Hamm a investi le théâtre de la Petite Loge pour une exceptionnelle en juin. Elle y jouait son nouveau spectacle, L'école de la vie. Hors de mes radars habituels, elle m’a pourtant convaincue de la découvrir…

Émilie Hamm : la première d’une artiste expérimentée

Que cache une description de spectacle ? Avec Émilie Hamm, la réponse ne coulait pas de source. Je n’avais même pas effectué de recherches sur internet, faisant confiance à ces quelques lignes et la Petite Loge. Je devinais un CV de comédienne bien fourni (c’est le cas), quelque chose qui allait changer des humoristes de plateau (toujours un grand oui).

Vous le savez, j’adore les balbutiements des débuts. Cependant, tout indiquait des mois de travail avant de proposer une œuvre qui donne déjà l’impression d’un aboutissement. Les professionnels de l’humour savent qu’une première est toujours un « travail en cours », mais pour le spectateur classique, les fondations sont déjà solides.

L’école de la vie : un drame poignant à la Petite Loge

Derrière ce titre, j’imaginais une pièce très enfantine, optimiste. Ma surprise était donc totale à la découverte du thème central : l’expérience d’un deuil parental bien trop tôt. Aude Alisque explorait déjà ce registre deux semaines plus tôt. Toujours une exceptionnelle, toujours à la Petite Loge. Hasard du calendrier ?

Si Aude Alisque y consacrait quelques minutes, Émilie Hamm construit toute son histoire autour de cet événement. Sa grande force ? Avec l’aide d’Aude Galliou à la mise en scène et l’écriture, elle propose une mise en scène immersive, à couper le souffle. Elle est d’une justesse immense, tant dans le propos que dans le jeu, les placements, la voix…

L’école de la vie est une œuvre complexe. Chaque pièce du puzzle semble éparpillée au début du spectacle, plongeant le spectateur dans une attention totale. Happé par la narration, il reste alerte tandis qu’Émilie Hamm assemble le résultat final entre drame et légèreté. La science, la NASA, les souvenirs d’enfance, les déplacements à travers le globe… Tous les sujets ont leur raison d’être.

Émilie Hamm : une comédienne de haut rang à l’écriture impeccable

J’oppose souvent les auteurs qui apprennent à jouer et les comédiens au texte plus faible. Émilie Hamm dispose des deux cordes à son arc et elle vise plus juste que n’importe quel tireur d’élite. L’histoire est prenante, difficile à encaisser. Pour autant, Émilie Hamm réussit à éviter l’écueil du pathos : elle ne tremble pas une seule fois, ne verse aucune larme et accompagne l’ensemble avec un optimisme à toute épreuve.

C’est saisissant de force, ça demande quelques temps pour reprendre ses esprits. Pour mieux comprendre, je vais vous situer L’école de la vie sur l’échelle comique. Il y a la bonhomie candide d’une Marina Rollman qui évoque la dépression. Également, il y a l’émotion d’une Marion Mezadorian qui développe sa galerie de personnages. Mais ce n’est pas tout : je rencontre une comédienne à la singularité déjà bien présente, qui ne peut finalement être comparée à personne.

En résumé

J’ai trouvé ce spectacle saisissant. Défini comme un one woman show, c’est bien davantage un seul-en-scène touchant et drôle. Touchant avant d’être drôle, car les pièces de ce type ne promettent pas un rire toutes les 15 secondes. Ça n’aurait pas de sens, ça dénaturerait le propos et la force de la proposition artistique.

Parfois, on souhaite rire à gorge déployée pour tout oublier, en toute légèreté. À d’autres moments, on cherche des spectacles qui font prendre de la distance sur la dureté de la vie, sur la capacité que chacun a en lui pour s’en sortir. Il fallait une porte de sortie positive, un message final qui accompagne et permet d’encaisser le drame tout juste conté. Il est bien au rendez-vous, profondément actuel et révélateur d’une société qui souffre, mais qui a toutes les armes pour se relever.

Depuis près d’un an et demi, Émilie Hamm devait jouer ce spectacle. Les confinements successifs décalaient ainsi l’échéance et permettaient une refonte totale du spectacle. Face à un gratin de professionnels qui ont suivi la création du spectacle (Clémence Bracq, Jessie Varin, Valentine Mabille…), elle a offert un spectacle remanié. Preuve s’il en est que les répétitions et la collaboration artistique peuvent aussi faire évoluer des spectacles sans tester des passages en plateau de stand-up.

Crédits photo

© Jody Carter

[post_title] => L’école de la vie, le spectacle captivant d’Émilie Hamm [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => emilie-hamm-spectacle-ecole-vie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-27 20:08:07 [post_modified_gmt] => 2021-06-27 18:08:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010986 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1010849 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 19:47:14 [post_date_gmt] => 2021-06-05 17:47:14 [post_content] =>

Après tant de soirées passées à écumer les salles de stand-up, un humoriste résistait encore à notre venue : Urbain, actuellement au Point Virgule. Dans la file d’attente du théâtre, Simon Pintault me reconnaît. Le MC de la Topito Open Mic Night s’étonne que je n’aie jamais vu ce spectacle, Saison 1, Épisode 1. Je bredouille deux ou trois excuses, arguant qu’Urbain est trop connu.

Trop connu dans le microcosme comique parisien peut-être, mais toujours en route pour affirmer sa singularité ! Pour comprendre ce délai, il faut sûrement relire le portrait de mars dernier, où j’expliquais le processus qui m’a fait apprécier Urbain.

Saison 1, Épisode 1 : comme les séries cultes, Urbain se bonifie avec le temps

Pour paraphraser Ted Mosby, Urbain est complexe et requiert plusieurs écoutes. Il est Stairway to Heaven. Le voir en plateau ne donne d’ailleurs qu’un aperçu. Sur une heure, on se demande ce qu’il peut fournir, tant il mobilise ses talents dans les vidéos de Topito comme directeur créa et acteur et dans le podcast Plutôt caustique.

Deux formats très différents l’un de l’autre : des vidéos virales destinées au plus grand nombre, un podcast de niche ultra-référencé, ode éternelle à François Cluzet. Les deux rencontrent un beau succès populaire, le podcast étant largement plébiscité dans les awards 2020. Pour avoir pris le train en marche, je ne sais pas toujours où je mets les pieds.

Mais je reste. Et c’est ça la force d’Urbain. Peu importe ce qu’il vous raconte : vous vivrez une immersion. Une immersion dans quoi ? Une forme pure de stand-up, qui aborde les sujets les plus classiques sous des angles parfois surprenants. Les vannes fusent, tombent toujours juste. Résultat : un public comblé, cueilli par surprise et qui se retrouve à exploser de rire lors de ces moments décisifs.

Urbain au Point Virgule : verdict

Il y a ceux qui prétendent faire du stand-up et ceux qui le font vraiment. Au Point Virgule, Urbain mêle une maîtrise de la discipline et des références pop-culture qui traversent les époques. Sans révolutionner sa forme comique, il vient sublimer le stand-up dans une maîtrise indéniable et une originalité rassembleuse.

En bref, vous profiterez d’une heure de spectacle de qualité, qui s’améliore au fil des représentations et qui plait au plus grand nombre !

Crédits photo/affiche

© KB Studios Paris - Stéphane Kerrad

[post_title] => Urbain au Point Virgule : pilote validé ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => urbain-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-05 19:48:38 [post_modified_gmt] => 2021-06-05 17:48:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010849 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 1009607 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-27 08:04:00 [post_date_gmt] => 2020-11-27 07:04:00 [post_content] =>

Dans Pierre Thevenoux est marrant, normalement, le pensionnaire du Point Virgule parvient à rendre hilare des salles entières. Après un beau rodage à la Petite Loge, le Poitevin continue donc son ascension comique. J’ai pu voir ce spectacle plusieurs fois dans les deux salles… Je profite donc de ce confinement pour replonger dans mes souvenirs et vous livrer cette critique-portrait !

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : entre efficacité et simplicité

Début novembre, Antoinette Colin interviewait Pierre en direct sur Instagram. Fidèle à lui-même, l’humoriste ne se mettait pas en avant. Pourtant, la directrice artistique du Point Virgule lui en donnait largement l’occasion. Compliments sur sa discipline de travail, ses qualités d’humoriste… Pierre restait pourtant de marbre.

Il faut dire que Pierre Thevenoux a toujours été le marrant de la bande. Il fait partie de ces rares comiques capables de faire rire sur scène autant que dans la vie. Plaisantin dès son plus jeune âge, il s’est construit autour du rire.

Résultat : lorsqu’il arrive sur scène, la décontraction est de mise, les vannes sont d’une fluidité impeccable. Ceux qui l’ont déjà vu jouer savent que le rythme du spectacle est calibré : il l’a rôdé dans tous les plateaux de la capitale, à coups de quatre à six passages par soir lors des périodes les plus fastes. Pierre est donc à la fois un ordinateur comique d’une précision chirurgicale et un humoriste capable de divertir en toute simplicité. Voilà qui n’est pas donné à tout le monde !

Du rire de qualité pour gagner sa place au Point Virgule

Autre paradoxe, pour certains : Pierre Thevenoux parvient à s’engager dans ses textes sans tomber dans un humour pédant. Certains ont envie d’avoir l’air intéressant pour être intéressant sur scène, et c’est tout à fait louable.

Mais Pierre Thevenoux semble hermétique à une telle envie. Sans prise de tête, il préfère développer des réflexes instinctifs d’autodérision pour exister sur scène. Contrairement à d’autres, il ne court pas derrière un discours brillant pour se légitimer. Autrement dit, il livre ses blagues, sans prétention, et c’est tout.

Cela l’amène à aborder un humour engagé que j’ai toujours qualifié de « léger ». De nombreux critiques soulignent ses prises de position sur l’écologie, par exemple, comme si cela était essentiel pour s’implanter dans la scène. Je peux vous garantir qu’indépendamment des sujets abordés, Pierre est pleinement légitime sur scène. C’est ce gars « comme tout le monde » qui parle à tout le monde, qui profite ainsi d’une proximité rare et authentique avec le public.

Comment va-t-il donc chercher sa légitimité ? Il mobilise des méthodes comiques qui fonctionnent et une sincérité dans sa démarche. Résultat : il parvient à faire rire les salles de manière homogène, qu’il joue au Point Virgule ou en festival comme à Saint-Gervais. Il y a d’ailleurs reçu le prix Henri Salvad’Or, nouvelle preuve s’il en est de la reconnaissance de son talent.

Verdict

Dans son spectacle, les punchlines fusent. Pierre Thevenoux, c’est la mitraillette à vannes qui peut autant vous raconter des histoires, tenter une blague freestyle, interagir dans l’hilarité générale… Bref, c’est un moment de plaisir scénique partagé entre l’humoriste et le spectateur. Que demander de plus à un artiste ?

[post_title] => Pierre Thevenoux est marrant, évidemment ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-thevenoux-marrant-point-virgule [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-28 17:00:04 [post_modified_gmt] => 2020-12-28 16:00:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 18:29:39 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 16:29:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1009548 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-13 08:24:00 [post_date_gmt] => 2020-11-13 07:24:00 [post_content] =>

Juste avant le premier confinement, j’ai pu voir le spectacle d’Alexandre Kominek au Théâtre BO Saint Martin. Mes derniers souvenirs heureux en spectacle vivant m’accompagnent au cœur de cette nouvelle épreuve solitaire… Je vous invite donc à les partager, histoire que nous traversions cette épreuve tous ensemble, avant de renouer avec le plaisir de rire… et plus si affinités.

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : un plaisir coupable à consommer sans modération

J’ai toujours vu les heures d’Alexandre Kominek avec une dimension personnelle. Quand je l’ai découvert à la Petite Loge, j’avais proposé l’angle du rencard pour découvrir le « bâtard sensible » qui se produisait sur scène.

Au BO Saint Martin, il n’était plus question de « bâtard sensible », puisque le nom du spectacle avait disparu. En revanche, la démarche restait personnelle puisque je choisissais de voir ce spectacle le jour de mon anniversaire. On retrouvait cet angle de plaisir coupable, égoïste ou défendu, c’est selon.

Ces démarches ne sont pas anodines. Si nous voyageons dans l’histoire de la comédie, les artistes qui jouent sur l’angle de la séduction sont nombreux. Alors, comment innover quand on suit les traces d’un marronnier comique ? La seule carte à jouer, c’est celle de la sincérité. Parce que tout le monde séduit, que cela se termine avec perte et fracas ou succès et donzelles. Et cela, Alexandre Kominek l’a bien compris et le célèbre avec brio.

Kominek, la bête de scène

Certains la jouent martyrs romantiques, d’autres losers sentimentaux. Alexandre Kominek est plus une bête de scène : plus animal, plus graphique. En somme, c’est le pire cauchemar/homme providentiel de toutes les Madame de Tourvel de ce monde… En d’autres termes, celui qui réveille toutes celles qui se cachent derrière un puritanisme de façade.

Résultat : le rire est aussi animal que l’artiste sur scène. Oubliez la pudeur, Alexandre Kominek préfère la dévotion. Un jeu impeccable, des anecdotes plus folles les unes que les autres, et cette dérision teintée de sensibilité qui enrobe le tout.

Malheureusement, ce type d’œuvre culturelle laisse parfois certains critiques de marbre. Jugée pas assez sophistiquée ou recherchée, tombant dans de la vulgarité, parfois… Laissez-moi contredire ces bienpensants et autres coincés du rire. Au risque de les décevoir, il y a de la finesse dans cette débauche hilarante, du message sous-jacent derrière ces moments de vie à la gloire relative… Seuls ceux qui passent outre les préjugés peuvent en profiter, et je ne boude pas mon plaisir de faire partie de cette caste !

Je terminerai avec ce bonus : après le spectacle, Alexandre me confiait sa déception. Il venait de jouer en Suisse et sortait de plusieurs soirées très réussies. À Paris, dans la nuit de cette fin d’hiver, il semblait refroidi. Malgré une prestation que je trouvais bonne, les premiers effets de la crainte de la pandémie avaient raréfié les spectateurs dans la salle. Sa déception démontrait qu’il ne se reposait pas sur ses acquis et en voulait toujours plus. Le marqueur d’un futur grand du rire.

[post_title] => Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexandre-kominek-bo-saint-martin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 16:43:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 15:43:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009548 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 1009534 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-11-12 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-11-12 07:28:00 [post_content] =>

Après un rodage fructueux au Point Virgule, Panayotis a tenté à plusieurs reprises de jouer son spectacle Presque dans des salles plus vastes. Malgré les nombreux reports, nous avons pu assister à l’une de ses représentations au Grand Point Virgule. Découvrez la critique de Zelda Atlan !

Les années se sont écoulées et le grand public se demandait où était passé la tête à claque du Petit Journal. Finies les interviews de stagiaire pré-pubère, place à une plume mature et un Panayotis grandi. 

Dirigée par l’œil aiguisé de Fary, la mise en scène demeure fidèle à celle du stand-up traditionnel. Un plateau vide qui comporte uniquement un micro sur pied. Basique, mais cependant efficace, puisqu’il sert d’appui de jeu pour Panayotis.

Du haut de ses 22 ans, Panayotis Pascot s’est lancé le pari de nous faire rire. Comment y parvient-il ? Sa recette est simple : une pincée d’anecdotes gênantes, un soupçon d’introspection, le tout agrémenté d’un grain de folie. 

Presque de Panayotis : un voyage entre storytelling et introspection

Pendant près d’une heure et demie de spectacle, Panayotis nous ouvre la porte de son intimité en nous contant des épisodes de sa vie. Toujours avec humour et légèreté, il aborde des sujets qui, avec le recul, ne semblent pas si drôles. Dans un premier temps, Panayotis met l’accent sur cette question de la masculinité en se confrontant aux hommes de sa vie, notamment son père. Au cœur de ses vannes, Panayotis tire la corde entre humour et thèmes délicats : un père qui se jette dans des orties afin de prouver qu’un homme, ça ne pleure pas. Au vu des rires dans la salle, le succès est au rendez-vous.

Visiblement, cette injonction à « devenir un homme version 2.0 » a laissé à Panayotis quelques séquelles quant à l’expression de ses sentiments. Ainsi, il nous conte avec naïveté et gêne ses ratés auprès de la gente féminine. Par exemple, une envie de pisser totalement simulée car il est incapable d’embrasser le premier.

Des personnages interprétés avec brio

Côté jeu, là encore Panayotis réussit à marquer des points. Il n’hésite pas à incarner les personnages de sa vie. Notamment ce colocataire un peu dépressif et en pleine crise de la quarantaine que Panayotis n’hésite pas à rendre drôle et attachant.

Hormis la mise en lumière des acteurs de la vie de Panayotis, Presque est avant tout un spectacle introspectif. Ce spectacle questionne autant qu’il a questionné son créateur. Sur scène, Panayotis privilégie la sincérité à l’humour engagé. C’est d’ailleurs pourquoi il sort ému de son spectacle. Dans son interprétation comme à travers ses mots, Panayotis nous dévoile presque une partie de lui. 

Verdict : faut-il aller voir Presque, le spectacle de Panayotis ?

Si nous recommandons ce spectacle, il nous interroge sur les futurs angles artistiques de Payanotis. Certes, Presque est un spectacle bien écrit et authentique. Mais Panayotis s’est-il enfermé dans un personnage déjà trop dessiné, que le spectateur aurait déjà cerné ? Croisons les doigts pour que Panayotis reste aussi surprenant que drôle à l’avenir…

💬 Le mot de la rédac’ chef

Merci à Lisa pour cette belle critique du spectacle de Panayotis au Grand Point Virgule ! Une fois encore, le jeune prodige de l’humour fait mouche.

Une chose est sûre : ce genre de critique honore ceux qui sont allés au bout de leur proposition artistique à l’instant T, et la crainte de Lisa sera probablement levée dans son prochain spectacle. L’avantage, vu son jeune âge, c’est qu’il a tout le temps pour se développer, que ce soit sur scène ou dans ses projets de réalisation.

Pour l’heure, ce spectacle a encore de beaux jours devant lui ! Enfin, quand nous pourrons à nouveau sortir au théâtre… Ne nous faisons pas de souci, cela dit : tant que son producteur Jean-Marc Dumontet garde le même enthousiasme, l’espoir est de mise !

[post_title] => Panayotis dans Presque : un spectacle abouti ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => panayotis-presque-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:14:12 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:14:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009534 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 1009380 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-30 08:13:01 [post_date_gmt] => 2020-10-30 07:13:01 [post_content] =>

Depuis maintenant un an, C’était mieux maintenant est à l’affiche du plus petit théâtre de la capitale. À l’origine de ce titre nuancé, l’humoriste Avril aborde chaque représentation avec l’envie d’évoluer. Comment Avril parvient-il à construire son style d’humour ? Pourquoi, malgré les multiples changements, réussit-il à conserver de solides fondations comiques ?

Même si Avril n’a pas joué une année complète en raison du confinement, je vous propose un premier bilan. Pour ce faire, j’ai épluché les critiques sur un célèbre site de réservation de spectacles. Quatre grands volets émergent : originalité, ambiance, écriture et maîtrise.

Originalité : C’était mieux maintenant n’est pas un spectacle comme les autres

« Différent », « rafraîchissant », Avril emporte le public dans ses « folles réflexions ». Sa force se situe entre un « humour décalé » et une « personnalité intrigante ». La quête d’originalité d’Avril est d’abord un combat. Très compétitif envers lui-même, il a cette envie de développer une originalité et ne pas faire comme tout le monde.

Cela se traduit notamment par son besoin de développer une pensée critique distanciée de tous lieux communs. C’est le propre des curieux : ils ne prennent rien pour acquis, ne se satisfont pas des poncifs et questionnent tout. Il aurait pu être chercheur, mais il se serait doute ennuyé ferme dans cette vie-là.

Sa polyvalence l’amène donc à pouvoir évoquer de nombreux sujets. Cette envie de tout comprendre et de sortir des sujets habituels est forte chez lui. Mais contrairement à d’autres, il a compris qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air intéressant pour le devenir… À mon sens, les humoristes qui veulent délivrer des messages au détriment du rire se sont trompés de vocation. Ils devraient plutôt s’engager en politique et laisser la scène aux orfèvres de la vanne.

Expérience et ambiance : vous allez vous en souvenir !

Parce qu’avant toute chose, Avril aime provoquer les rires. Il veut avoir l’air agréable et amuser la galerie. Comment cela se traduit-il ? Selon les spectateurs, « on le suit comme une évidence » grâce à « son aisance déconcertante ». Pour cela, il « crée une atmosphère unique ». Nombreux sont ceux qui décrivent « un très bon moment » passé à la Petite Loge.

C’est peut-être le volet le moins connu d’Avril. Il parvient souvent à surprendre et se surprendre lui-même. Il nous amène ainsi à croire qu’il n’est pas perçu comme sympathique, prenant l’exemple d’un retour spectateur après une scène.

Au final, son heure est l’occasion de dégommer cette critique (dont vous ne trouverez aucune trace !) : les interactions créent un moment assez fort, surtout pour ceux qui interagissent. Outre les échanges, Avril mise sur une autodérision saine. Son désamour pour la victimisation fait qu’il s’amuse de lui-même et diffuse un rire communicatif dans toute la salle.

Chaque prestation devient unique, ce qui amène parfois Avril à lutter pour conserver son fil conducteur.

Finesse et qualité d’écriture : entre précision et bouillonnement

Heureusement, il mobilise une « écriture ciselée et intelligente ». Il propose ainsi « un texte réfléchi et personnel ». La perception des spectateurs prouve que ça fonctionne : Avril est « fin, drôle et subtil à souhait ».

Sur ce point, Avril a évolué. Il a certes toujours su et aimé écrire avec intelligence. Cependant, il avait du mal à se canaliser. C’est le propre de ceux qui ont longtemps contenu leur verbe et entendu des benêts mobiliser la parole. De fait, sa première prestation bouillonnait littéralement. Je la décrivais alors comme « un festival, un feu d'artifice et un gros bordel ultra-organisé ».

Contradictoire, n’est-ce pas ? Pas chez Avril, justement grâce à sa finesse et à la force de son écriture. Cette faculté à créer de la surprise dans le texte comme dans le jeu est rare. Il la propose de plus en plus, de mieux en mieux. Oscillant (hésitant ?) entre le seul-en-scène et le stand-up, Avril n’a peut-être pas encore saisi qu’il a trouvé le bon compromis entre l’efficacité et l’originalité comiques.

Car savoir écrire, c’est aussi créer un spectacle digeste pour le public. En un an, les progrès sont réels, même s’il reste quelques détails à fignoler. Cet automne, l’heure est beaucoup plus fluide, ponctuée de respirations rendant le tout agréable de bout en bout. Mais le 10 octobre dernier, il avait encore le désir d’en proposer toujours plus tout en respectant son temps de scène. Plutôt que de sacrifier un pan de son show, il a accéléré le rythme pour en sacrifier le moins possible. Avec plus d’expérience et une confiance accrue, il deviendra redoutable.

Maîtrise : C’était mieux maintenant, c’est toujours mieux à l’instant T !

Redoutable, c’est sûrement le bon adjectif pour rendre compte de la détermination d’Avril et de son envie de mettre tout le monde d’accord. Je parlais plus haut de l’efficacité comique. Très bon en storytelling, Avril est encore plus percutant sur une ou deux phrases. Mention spéciale à sa blague sur le risotto, l’un des nombreux exemples de ses trouvailles tout au long du spectacle. Pour les spectateurs, cela ne fait aucun doute : il propose de « très bonnes punchlines ».

En 2018-2019, Avril se reposait sur sa décontraction et son bagout sur scène. Il savait déjà occuper l’espace et créer une ambiance particulière. Mais il devait encore muscler son propos et son jeu. Le résultat est là : un « mélange d’univers et de procédés comiques différents » lui permettent de jouer sur de nombreux tableaux. Thierno Thioune doit prendre pas mal de plaisir à mettre en scène ce spectacle, et les deux forment un binôme très complémentaire.

Verdict : que vaut le spectacle C’était mieux maintenant d’Avril ?

Les spectateurs ne s’y trompent pas : ils ont affaire à « un talent de qualité promis à un bel avenir ». Ce type de critique n’est pas rare, bien sûr, sur les sites de réservation. En revanche, les conditions sont effectivement réunies pour que la prophétie devienne réalité.

Pour qu’un artiste émerge, il faut un savant mélange entre le talent et le travail. La force de travail d’Avril est indéniable : il le prouve chaque semaine au Laugh Steady Crew et il ne se repose jamais sur ses acquis. Question talent, en festival comme face aux observateurs, plus que de se frayer un chemin, il s’impose avec force.

Je l’ai toujours dit : à sa première scène, il m’a fallu quelques secondes pour percevoir qu’il allait marcher. Six mois plus tard, quand je l’ai revu, il avait à peine commencé à exprimer son potentiel et marquait déjà les esprits. La marge de progression, tous les artistes en bénéficient. Cependant, elle est plus ou moins vaste et prometteuse.

Vous l’avez compris : avec Avril, l’avantage, c’est que c’est toujours mieux maintenant. Chaque nouvelle représentation est un cran au-dessus de la précédente. Un artiste comme lui est en cela très intéressant à suivre. C’était mieux maintenant est donc un spectacle à voir et à revoir !

[post_title] => C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cetait-mieux-maintenant-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-16 10:26:01 [post_modified_gmt] => 2020-11-16 09:26:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011522 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-16 10:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-16 08:00:00 [post_content] =>

Enfin ! J’ai vu Rémi Boyes jouer son spectacle au Barbès Comedy Club. Un moment tant attendu après l’avoir découvert sur scène il y a 5 ans. Issu de la génération 2014 (un grand cru), il a mis fin à une période de procrastination assez longue. Du moins pour les standards théâtreux !

Rémi Boyes lance son premier spectacle en toute décontraction

Évidemment, on retrouve toute la convivialité qu’on lui connaissait en plateau. Rémi Boyes est une bulle de légèreté dans un univers de stand-uppers névrosés. Aussi zen que sa mère, incapable de paniquer dans la vie, il assène toutes ses anecdotes les unes à la suite des autres.

Seul regret : la linéarité du spectacle, qui témoigne d’une compilation de ses meilleures vannes manquant de structure. Pas étonnant finalement pour une troisième prestation, cela dit. Cet écueil est largement compensé par les souvenirs d’enfance de Rémi. Il faut dire que depuis que je connais son répertoire scénique, il m’arrive souvent de répéter le prénom « Tony » toute seule chez moi quand je pense à un vélo.

Pour comprendre, il vous reste une date le vendredi 22 octobre, avant de découvrir d’autres artistes ! On vous conseille Louis Chappey en novembre, si jamais.

Stand-up attendu et travail acharné triomphent de tous les aléas possibles

Petite anecdote qui dépasse le cadre du spectacle : cette soirée a été catastrophique. En cause : un mauvais concours de circonstances au Barbès Comedy Club. Un placement à la pire place, sous la ventilation qui crachait du froid. La salle est petite, contrairement à la personne qui se situait juste devant moi. Je me retrouvais coincée avec la table se rapprochant dangereusement de moi. Rien de grave, mais niveau confort pour profiter d’un spectacle, on a vu beaucoup mieux. À noter que d’habitude au Barbès, tout se passe bien. Donc manque de chance.

Le reste, c’était une bonne vieille soirée parisienne avec un vieux gars qui éternue dans le métro et laisse sortir un filet intergalactique de miasmes. Il n’y a rien de pire que ça, à part peut-être assister au moment où le métro fait demi-tour au terminus. Ce genre de soirée qui te fait comprendre tous ces spectateurs qui préfèrent consommer de l’humour sur YouTube.

Vidéo : un passage culte de Rémi Boyes que vous ne retrouvez étrangement pas dans cette heure…

Pari réussi pour Rémi Boyes au Barbès Comedy Club : on veut une suite au théâtre !

Et c’est si dommage, parce que l’humour doit rester un moment de convivialité. Au moins Rémi Boyes remplissait cette mission, et c’est toujours mieux quand le comique est au rendez-vous. L’inverse est bien plus rageant : à quoi bon être bien installé pour écouter de la merde ?

En résumé, Rémi Boyes a bien fait de lancer sa première heure. Il m’avait prévenue : tu n’entendras pas de nouveautés, ce n’est pas prêt. C’était faux : si la trame était perfectible, Rémi Boyes a mérité de remplir aussi facilement cette salle. D’autres rêveraient d’attirer plus de 50 personnes à leur spectacle. Lui y parvient finalement avec la décontraction qui le caractérise !

Cela valait-il le coup d’attendre 7 ans ? Ça dépend : s’il en avait besoin pour être prêt, probablement. Finalement, peu de choses diffèrent de la concurrence. Rémi Boyes va simplement entamer le cycle de vie de son spectacle et roder, comme tout le monde.

[post_title] => Rémi Boyes au Barbès Comedy Club : rodage réussi ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => remi-boyes-spectacle-barbes-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-16 09:56:47 [post_modified_gmt] => 2021-10-16 07:56:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 108 [max_num_pages] => 6 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => cf263872ae4aa1448109cd3f99f9cfd4 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Actus et critiques spectacles

Les spectacles à ne pas manquer, on en parle dans cette rubrique !

Rémi Boyes : affiche de son spectacle au Barbès Comedy Club

Rémi Boyes au Barbès Comedy Club : rodage réussi !

Normal n’existe pas : affiche du spectacle de William Pilet

Avec Normal n’existe pas, William Pilet construit sa légende

Affiche du spectacle de Sylvain Morand, Circuit Court

Dans Circuit Court, Sylvain Morand grandit vite au Boui Boui

Rentrée humour : nos spectacles espoirs

Rentrée humour : les espoirs du rire

Rentrée humour : nos spectacles de révélations comiques

Rentrée humour : les futures révélations

Rentrée humour : nos spectacles incontournables

Rentrée humour : on veut les revoir !

Les gens meurent : affiche de la pièce au Théâtre Boulimie (Lausanne)

Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ?

Affiche de Yacine Belhousse joue son spectacle à l’Européen

Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique

Cécile Marx : affiche du spectacle Crue au Théâtre BO Saint Martin

Cécile Marx dans Crue : un nouveau spectacle en rodage

Alexis Tramoni : affiche du spectacle Que ta mère à la Petite Loge

Alexis Tramoni dans Que ta mère : comique sans gêne

Affiche du spectacle d’Émilie Hamm, « L’école de la vie »

L’école de la vie, le spectacle captivant d’Émilie Hamm

Urbain en spectacle au Point Virgule : affiche de Saison 1, Épisode 1

Urbain au Point Virgule : pilote validé !

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : affiche du spectacle au Point Virgule

Pierre Thevenoux est marrant, évidemment !

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : affiche de son spectacle

Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin

Presque : affiche du spectacle de Panayotis

Panayotis dans Presque : un spectacle abouti !

C’était mieux maintenant : affiche du spectacle d’Avril à la Petite Loge

C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge