Publications liées au mot-clé : reportage

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => reportage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 823
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => reportage
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 823
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => reportage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 823
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => reportage
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 823
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => reportage
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (823) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (823) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (823)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011092
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-23 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00
                    [post_content] => 

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010921 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 19:34:47 [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47 [post_content] =>

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 8343 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-21 14:56:41 [post_date_gmt] => 2020-01-21 13:56:41 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Aymeric Carrez a remporté les prix du public et du jury du Hold-up Comedy à l’Européen. Sa prestation était impeccable ce soir-là, sa victoire a donc été nette.

Aymeric Carrez répond présent

Aymeric Carrez trimballe ses blagues de plateau en plateau, de tremplin en tremplin, depuis plusieurs années. L’humoriste ne lâche rien, est toujours dans le coin et finit par convaincre.

Ce n’est pas forcément un talent brut, mais s’il met tout bout à bout, il devient redoutable. Ses textes sont bien tournés, même s’il aborde des sujets classiques. Sa vraie force, c’est sa capacité à jouer différemment. Dans son monde, loin du réel, il parvient pourtant à emporter le public avec lui.

Comme je l’avais souligné dans la présentation du concours, je l’attendais au tournant. Il a répondu présent à l’Européen, lorsque cela comptait. Maintenant, j’attends plus de régularité de sa part. Ce n’est pas une exigence pour emmerder le monde, mais c’est sa chance pour se faire un nom.

Performer dans la durée : le plus gros défi des humoristes

L’humour, c’est un marathon. Les comiques s’entraînent chaque jour pour proposer le meilleur au public. À l’Européen, il y avait donc Aymeric Carrez le marathonien, quelques sprinters au talent brut… et d’autres artistes qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir.

Il y a ceux qui soignent leur communication, mais qui doivent encore se trouver sur scène. Youri Garfinkiel donne l’impression d’être bon sur le papier, mais son passage était symptomatique d’un humour d’un autre temps. Étrangement, juste après qu’il vide une bouteille d’eau sur scène à l’aide de ses pieds (pas compris), le mot “Comedy” s’est effondré de la scène. Les fantômes de la comédie l’ont intimé de changer les choses, semble-t-il…

Il y a aussi ceux qui se remettent en question… à peu près tous les autres. Kevin Ozgoz est peut-être un peu trop jeune pour cela, mais sinon… Nicolas Fabié, Maxime Stockner et Brahms traversent une période charnière de leur parcours artistique.

Pour rappel, les artistes sont faillibles

Nicolas Fabié a ouvert la soirée, et on le sait, c’est difficile. Selon nos indiscrétions, le choix de son début de passage (le même qu’aux Best de l’humour) vient de ce que le Jamel Comedy Club lui demande de développer.

Quand j’ai su ça, j’ai compris. L’histoire se base sur les relations hommes/femmes. Simple, accessible, elle n’est pas forcément ce que je préfère voir chez lui. Heureusement, il a pu faire son doublage génial, qui m’avait énormément plu à la Plage du rire et dans son spectacle. À la manière d’Ambroise et Xavier, il doit trouver le truc qui emportera l’adhésion dans les tremplins de ce style… Et là, il les gagnera haut la main.

Maxime Stockner ne proposait pas son meilleur set. Les anecdotes étaient bien là, mais il craignait le bide avant de monter sur scène et finissait insatisfait de sa performance. Cela restait correct, mais pas assez fort. Rien d’inquiétant, c’est le métier qui rentre.

Brahms a été moins bon qu’à son habitude, lui aussi. Son passage sur la grossophobie ne fonctionnait pas, comme une bonne intention qui passe mal. Quelques blagues sur le métro (récurrentes dans les passages, cela reviendrait-il à la mode ?) finissaient de le classer dans le ventre mou des prestations. Remonté contre lui-même, il jurait de se rattraper à la prochaine occasion.

Quant à Kevin Ozgoz, il avait la fraîcheur de l’inexpérience avec lui… Mais cette inexpérience le reléguait également loin du vainqueur. Il avait toutefois envie d’en découdre et il deviendra meilleur avec plus d’expérience.

Verdict : Aymeric Carrez et les autres

En résumé, Aymeric Carrez a été le seul à proposer une prestation solide de bout en bout. Pour tout le monde, la soirée a été riche en enseignements. Le Hold-up Comedy est un concours qui aide les artistes à grandir. Parfois, cela passe par des prestations qui montrent le chemin à parcourir. Parce que quand tout semble simple, la chute arrive violemment.

Là, au contraire, chaque artiste part avec une liste de choses à améliorer. Cela leur permettra de ne plus jamais trembler face à des soirées à enjeu. J’ai hâte de voir les réactions scéniques des uns et des autres : elles conditionneront leur réussite future… pour les amener à être aussi fort que leur parrain d’un soir, Baptiste Lecaplain ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Crédits photo

Aymeric Carrez au Fieald © Kobayashi Photography[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=ihKdNTuySzc" title="Reportage au Hold Up Comedy - VL."][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-aymeric-carrez [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8343 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 8184 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-15 09:50:13 [post_date_gmt] => 2020-01-15 08:50:13 [post_content] =>

Inno JP a remporté la troisième édition des Best de l’Humour 2020. Le candidat belge a devancé les deux vainqueurs de la sélection parisienne, Cyril Hives et Yazid Assoumani. Ensuite, les choix du jury ont hissé Yassir, Bedou et Julien Bing dans le top 6 des finalistes.

Inno JP : une victoire logique…

Face à un panel d’une vingtaine de professionnels, la prestation d’Inno JP a convaincu tout le monde. Précise, rodée : elle laissait peu de place au hasard et offrait à la profession de rester dans sa zone de confort.

Pourquoi je n’exulte pas, me direz-vous ? J’ai effectivement trouvé Inno JP efficace et un poil original pour retenir mon attention, mais l’ensemble m’a laissé de marbre. Au final, comment juger les deux candidats belges, qui ont tous les deux eu accès à des galas TV, face aux autres ? Je craignais que le déséquilibre rende l’équité discutable, et j’ai eu raison.

Je félicite néanmoins Inno JP, qui a livré une assez belle prestation. Si vous l’avez manquée, elle est à peu près identique à celle du gala Derrière un micro Paris-Bruxelles.

Premier temps fort de la soirée : Basile démarre en trombe

À l’Alhambra, l’humoriste nantais Basile débutait la soirée. Une place ingrate, qui pousse souvent à livrer une prestation moyenne. Or Basile a pris le micro pour offrir une prestation parfaite au public.

Une prestation qui, à mon sens, le qualifiait d’office dans le groupe des six humoristes retenus pour la tournée. Il fallait être aveugle pour passer à côté, mais le reste du jury a semble-t-il vécu un syndrome foudroyant d’Alzheimer…

Ok, je suis en colère et dure, j’en conviens. Je comprends que le choix d’un passage sur le métro n’était pas le plus heureux, mais on peut évoquer des lieux communs et rester drôle et original ! Comme il y a deux ans avec Nicolas Fabié, un nantais passe donc hors des écrans radars des professionnels. À titre personnel, j’appelle cela un scandale, mais ce sont sans doute les circonstances qui ont eu raison de Basile.

Cyril Hives vainqueur moral ?

Je reviendrai sur les deux prestations suivantes dans mon classement final, mais passons à Cyril Hives. Avec Inno JP, quelque chose de classique s’est passé à l’Alhambra… Mais avec Cyril, c’était un moment magique.

Fort d’une prestation déjà solide deux jours plus tôt, Cyril apprenait de ses erreurs et modifiait son set pour offrir son meilleur. Je ne l’ai jamais vu aussi fort. Il aurait pu s’effondrer face à 600 personnes, devenir insignifiant comme d’autres. Mais non : il a su être touchant, différent, original — marcher sur l’eau, quoi.

Ce soir-là, Cyril Hives symbolisait le renouveau. Et son passage me donnait l’espoir que les choses changent dans la tête des professionnels. Alors oui, ils ont compris qu’il s’était passé quelque chose, mais ils n’ont pas été au bout du raisonnement. Moi, dans les applaudissements finaux, j’entendais une seule chose : le public le désignait vainqueur.

On comprenait qu’il avait tout donné, vaincu les démons qui auraient pu le faire trébucher. À partir de là, j’ai commencé à rêver d’une révolution dans le microcosme des détecteurs de talents. Et en écrivant ces lignes, j’enrage de mon impuissance : je ne pouvais rien, je n’avais pas l’influence pour ouvrir les yeux des professionnels et leur intimer de changer de disque. Il reste du travail pour propulser les talents du rire plus vite… Alors on va continuer, que voulez-vous que je vous dise !

Le vrai classement et mon classement

Il est temps de vous livrer deux classements : l’officiel, la synthèse des professionnels, et le nôtre.

Classement juryClassement Le spot du rire
1Inno JPCyril Hives
2Cyril HivesBasile
3Yazid AssoumaniYazid Assoumani
4YassirInno JP
5BedouYanisse Kebbab
6Julien BingDoug

Puisque je viens de vous en parler, je ne vais pas revenir sur Cyril Hives, même si je suis ravie de le voir deuxième au classement final. En-dessous, ç’aurait été abusé. Ni sur Basile, passé bien trop tôt.

Yazid Assoumani a (un peu) manqué son rendez-vous

Yazid Assoumani a beaucoup de talent, et on a envie de le voir cartonner. Malheureusement, Yazid n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Le début poussif de son passage m’a fait comprendre que ce n’était pas son jour.

Malgré tout, son talent reprenait le contrôle au fil du passage. Sa sympathie naturelle et son texte loué par de nombreux professionnels lui ont permis de convaincre. Il lui manquait juste l’étincelle de magie pour remporter une adhésion plus nette.

Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra compter sur lui pour la suite ! Manquer un rendez-vous, ça ne ralentit pas un vrai talent. Vous entendrez parler de Yazid.

Inno JP : très bien, mais pas exceptionnel

Ma première impression lors du passage d’Inno JP, c’était de me dire que ça passait bien. Il trouvait un bon équilibre entre de l’humour déjà vu et une pointe d’originalité. Son expérience transparaissait.

En revanche, j’ai trouvé qu’Inno JP manquait d’innovation. Il ne renouvelait pas le genre. Alors que je formulais cette analyse, Inno JP a utilisé le gimmick de Bref dans son texte. C’était éliminatoire pour le faire gagner selon moi : on ne gagne pas un concours en recyclant la marque de fabrique de Kyan Khojandi. J’attends beaucoup mieux.

Yanisse Kebbab et Doug : une fin de top 6 peu inspirée

À part mes quatre premiers, le reste des candidats évoluait dans deux catégories pour moi : « pourquoi pas », ou « c’est mort ».

J’ai décidé d’inclure Yanisse Kebbab et Doug parce qu’ils jouaient juste assez avec l’émotion. Ils ne m’ont pas vraiment fait rire, mais ils ont su me toucher derrière un potentiel plutôt caché. Yanisse Kebbab tombait dans les clichés et les sujets faciles, mais il le faisait avec un certain naturel. Je trouvais ça limité et jeune, mais suffisamment intéressant pour retenir mon attention.

Quant à Doug, j’ai regretté que les blagues ne soient pas assez fortes. Effectivement, il a essayé d’émouvoir le public, mais encore une fois, il l’a fait avec une certaine innocence. D’autres ont bien plus forcé le trait et l’ont dépassé. Bref, pour Yanisse et Doug, je voulais donner une chance de progresser et de comprendre les deux-trois trucs qui leur manquent.

Carton rouge : Funky Fab et les accents

On croyait que l’humour à la sauce Michel Leeb était mort. Faux : il reste des humoristes qui imitent des accents chinois et se plantent dans leurs intentions. En première lecture, on s’étonne que ces gars puissent jouer à Montreux.

Je ne sais pas comment on en arrive encore là en 2020, alors je formule simplement le vœu que tous ces gens regardent la série En rire de l’humoriste Haroun. Cette pastille explique pourquoi il ne faut plus faire d’accents. Surtout en quantité industrielle comme Funky Fab l’a fait à l’Alhambra. Croyez-le ou non, j’ai entendu un membre du jury le mettre dans son top 6…

Mise à jour du 15 mai 2020 : la réponse de Funky Fab

Suite à cette critique virulente de ma part, Funky Fab a réagi dans un podcast pour se justifier et livrer son point de vue.

Très sincèrement, ça m’a fait réfléchir. Déjà, ça ne m’a absolument pas blessé : l’insulte ne m’atteint pas. J’y étais allé vraiment fort. J’ai légèrement modifié mes propos ci-dessus pour livrer une analyse un peu plus distanciée. En effet, j’avais qualifié sa prestation de « consternante » alors que je la réduisais aux accents.

En revanche, l’opinion de Funky Fab sur la censure en humour est intéressante. Et je suis d’accord avec lui sur le danger que représente la censure. Il y a un décalage entre ce que le microcosme progressiste ne veut plus tolérer et ce qui fait rire certaines personnes. Clairement, l’intention de Funky Fab n’était pas raciste, et on le comprend encore mieux avec son complément d’information. Maintenant, l’exécution était maladroite et mon choc concernait plus le fait de ne pas sanctionner une pratique désuète dans le cadre d’un festival tourné vers l’avenir et les découvertes humour.

Pour autant, je fais partie de ceux qui préfèrent une liberté d’expression totale, quitte à offenser, se tromper et dépasser des limites. Censurer, c’est nier l’existence de certains courants de pensée. C’est vouloir construire le monde autour d’un idéal qui ne colle pas à la réalité et à l’opinion des uns et des autres. Tout le monde devrait s’interroger sur ces changements de mentalité, et faire preuve de clémence face à ceux qui rient encore de certaines choses. Plutôt que de condamner toute pensée qui dérange aujourd’hui au nom de la pensée dite « acceptable », il faudrait comprendre ce qu’il se passe vraiment et ne pas fustiger l’autre.

Concernant Funky Fab, je n’aurais peut-être pas dû être aussi virulente et je m’excuse de ne pas lui en avoir parlé directement. C’est ni plus ni moins de la lâcheté, et si l’événement peut nous faire progresser lui comme moi, nous en sortirons meilleurs.

Best de l’Humour 2020 : une belle édition malgré les fantômes du passé

Globalement, j’ai passé une bonne soirée. Elle n’a pas duré quatre heures et le niveau restait globalement bon.

Je continuerai d’avoir des désaccords avec les conclusions des festivals, l’injustice de comparer des talents et propositions artistiques très différentes.

Cela dit, tant qu’on comprendra le pourquoi du comment, on saura mieux se repérer dans les talents qu’on propose. On aurait tort de penser que ces choix sont anodins : ils conditionnent l’accès aux médias des talents. En tant que jury, on a une responsabilité, et la mienne est de juger des découvertes. Une découverte apprendra, progressera… Si elle change la donne, elle aura mon soutien. Et ce sera ma ligne de conduite à chaque concours.

C’est aussi pour ça qu’il me faut très peu de temps pour trancher : je connais ma ligne de conduite, et je vais vraiment dénicher les artistes. Si seulement tout le monde pouvait le faire plutôt que de se reposer sur ce qu’ils connaissent… Le combat continue.

[post_title] => Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => inno-jp-best-humour-2020 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:20 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 8161 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-13 12:39:12 [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12 [post_content] =>

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7559 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-05 14:51:20 [post_date_gmt] => 2019-12-05 13:51:20 [post_content] =>

Aujourd’hui, je devais vous parler d’un (mauvais) spectacle pour lequel j’ai reçu une invitation presse. Au final, je vais vous parler du doute et épargner ce comédien qui est étrangement produit… Oui, si j’avais les rênes, je mettrai mon argent ailleurs, mais ce n’est pas le sujet !

Doute sur les ondes et dans les salles

Ce spectacle, je ne l’ai pas trouvé à mon goût. J’avais perdu mon temps, mais je m’en doutais. Je me disais : « comment aurais-je pu occuper mon temps à meilleur escient ? », ce qui revient à répondre à la question qui nous taraude tous en ce moment.

Yacine Nemra, l’une de nos dernières découvertes humour, signait la même semaine un magnifique papier sur le doute (ou le fait de le cacher) sur Couleur3. Vous pouvez le réécouter ici :

La même semaine, j’entendais de nombreux humoristes autour de moi douter. Comment s’améliorer, saisir les bonnes opportunités et trouver ma place dans ce milieu de fous ? Quand on pense à ces questions, il est si simple de baisser les bras. Choisir l’artistique, c’est subir les interrogations constantes, voir tant d’autres avoir l’air de vivre leur meilleure vie… Et ne pas comprendre comment on en arrive là !

Et on s’oublie même un peu, on néglige ses contacts ou son bien-être, parce qu’il faut toujours prouver sa valeur jour après jour. Aussi, on regarde des gens qu’on trouve peu ou pas talentueux prendre des raccourcis, comme dans un Mario Kart bien réel.

Accepter d’être perdu pour créer et se réinventer ? Jette donc ce pamphlet de développement personnel…

Je croisais un humoriste, cette fois pas produit ou entouré d’une équipe, mais sérieusement en proie au doute. Il avait l’air dépité, à mille lieues de ce qu’il propose sur scène avec si peu d’expérience.

Pour tout vous dire, je comprends tout à fait ce qu’il traverse. Au final, je fais comme ces jeunes artistes : je débarque encore dans ce milieu, et j’expérimente la même impatience. On a passé deux-trois bonnes premières années ensemble, en proposant des critiques et articles par instinct. Même le choix de mes spectacles se joue à l’instinct, à l’affect ou l’émotionnel.

La vérité, c’est que la quête de légitimité est un combat de tous les jours. Les professionnels établis, j’ai pu les croiser ou les observer parfois de près. Ils ont la trouille. Cette année, j’ai compris que tout le monde était fragile dans ce milieu, surtout ceux qui roulaient le plus des mécaniques.

Loin de m’en réjouir, je me demande pourquoi les choses ne sont pas plus simples. J’ai aussi trouvé un programme régional signé France 3 : Les nouveaux talents du rire. Dedans, je connaissais surtout Thibaud Agoston et certains autres noms m’étaient familiers.

La si difficile vulgarisation des talents

Vous vous rappelez de cette critique de spectacle que je ne vous ferai pas ? L’artiste en question a, selon moi, le profil parfait pour exporter son spectacle. C’est bien présenté et mis en scène : le marketing est solide, la proposition artistique extrêmement claire pour le spectateur. Vous voyez les blagues arriver bien avant, vous êtes dans une zone de confort car vous avez vu ça mille fois.

Le contraste est saisissant avec mon expérience : j’enrage quand je vois ça. Tout comme j’enrage quand je vois la manière dont France 3 présente les humoristes : par des clichés ou des ficelles faciles. On n’est pas passé loin du classique : « Peut-on rire de tout ? », alors que la question de base, c’était : « Qui sont les nouveaux talents du rire ? ».

Je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire

J’ai une idée précise et vague du visage des nouveaux talents du rire. Précise d’abord, car je comprends ce que je cherche. L’originalité, le petit truc en plus qui m’embarque, la sincérité dans la proposition artistique. Quand j’y pense, il y a aussi une certaine humilité face à l’exercice, qui laisse échapper une forte envie d’apprendre.

Vague ensuite, car l’offre est si dense que la résumer est une tâche drastique. C’est pourtant la mission du spot du rire, parce que j’aime me compliquer la vie, sans doute ?

Finalement, choisir les nouveaux talents du rire revient-il à faire confiance à une poignée de professionnels ? Ceux qui vont voir les spectacles et consacrent leur temps à une poignée de personnes ? Et on les découvrirait cinq par cinq, dans les méandres des plateformes de vidéo à la demande, les rediffusions télévisées ou radio, YouTube ? On n’a à peine le temps de se poser la question qu’une vidéo virale de discours politique ou féministe dévie notre cheminement de pensée.

Bref, je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire, car on se heurte toujours au même problème. L’humour est subjectif. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les algorithmes nous éloignent déjà des artistes, alors qu’on cherche encore plus à ajouter de la personnalisation ou de l’intelligence artificielle dans la recette.

Vous reprendrez bien un peu de hasard ? Tout est une question de confiance

Parfois, je suis nostalgique de cette époque où je ne connaissais personne. Cet œil neuf était prêt à se perdre dans n’importe quelle salle de spectacle ! Axel Cormont, le Théâtre le Bout… Personne ne me l’a suggéré : j’ai tout lu sur un site de billetterie bien connu. Comprenez toutes les descriptions de spectacles, les fiches et même les avis spectateurs.

J’ai donné du temps aux artistes pour les découvrir, et ils me l’ont rendu au centuple derrière le micro et sous les projecteurs. Aujourd’hui, je vendrais ma confiance les yeux fermés à certains lieux ou artistes. D’autres n’auront pas ma clémence… Pour garder l’œil ouvert sur certains talents, il me reste tout de même une arme secrète : le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille est magique : là où vous ne saviez pas si un spectacle vous plairait, vous pouvez vous tourner vers une connaissance. Comme cette personne vous connaît, et si elle a vu le spectacle que vous voulez voir, vous allez y aller en levant vos freins habituels.

En résumé, le bouche-à-oreille continue de marcher, parce qu’on lui fait bien plus confiance qu’à un marketing bien ficelé. Vous pouvez pondre tous les mots que vous voulez, vous ne parlerez jamais aux plus hermétiques des publics…

La recette du succès artistique n’existe pas

Depuis plusieurs mois, Inès Reg ferait donc sensation grâce à « une vidéo » ? Comme d’habitude, c’est la partie émergée de l’iceberg que vous connaissez. Vous n’avez pas vu les multiples scènes ouvertes du Jamel Comedy Club, ou les premières scènes, ou les premiers doutes !

Je crois qu’il faut simplement accepter de laisser la place au doute et au hasard. Faire de son mieux tous les jours, se ménager quand on sature ou qu’on ne le sent pas… Et profiter de ces moments où on n’est pas là où on veut être (95 % du temps, sans doute) pour souffler et repartir avec l’insouciance du désespoir. Désolée si ça sonne « développement personnel », on commence tous à être intoxiqués par cette folie d’optimisation humaine.

[post_title] => Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doute-milieu-artistique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 7535 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-01 11:15:21 [post_date_gmt] => 2019-12-01 10:15:21 [post_content] =>

Le Laugh Steady Crew propose certains week-ends un stage de clown animé par Hervé Langlois. Thierno Thioune, metteur en scène de la troupe, n’est apparemment jamais bien loin. Même par SMS, il parvient en effet à chapeauter ces instants où les futurs comiques parfont leur art. On a pu assister à l’une des séances, et c’était particulier.

Stage de clown d’Hervé Langlois : les artistes et le reste du monde

Autant, j’étais très curieuse de voir ce qui allait se passer. Mais j’étais assez mal à l’aise et j’espérais qu’on allait m’oublier. J’ai décidé de me caler tout au fond de la salle, mais le formateur avait les yeux partout. « Elle vient pas, celle-là ? »

Non, vraiment, oubliez-moi. Présentée comme une journaliste, je me sentais défaillir et je voyais son regard un peu perplexe. « Elle peut participer au début, c’est juste un truc de présentation, l’harmonisation… »

Ça sentait le piège. Heureusement, Florencia, la femme de l’ombre du Laugh Steady Crew, refusait aussi cette « harmonisation » et m’aidait à formuler ce « non » qui me sauvait vraiment la mise.

Parce que dans les formations classiques, il y a un temps de brise-glace. Où on va s’assurer que les gens sont bien engagés. Un peu comme un dentiste qui t’informe des soins qu’il va prodiguer avant de se mettre au travail. Là, non. Tous les artistes jouent le jeu et obéissent à la moindre requête. J’aurais fait 3 AVC à leur place. Le lâcher-prise, le fait d’oublier le regard des autres pour revenir à une forme d’animalité, occupera ainsi la première heure. J’ose à peine regarder ce qu’il se passe et je ne regarde plus personne dans les yeux. Alors qu’en réalité, tout le monde s’en fiche qu’on les regarde faire des bruits gênants ou « faire du poney ». Je ne vous le raconterai pas, cela se vit.

Les stand-uppers sont des comédiens

L’objectif de ce stage de clown, c’est de savoir utiliser son corps à bon escient sur scène. Il y a aussi le lâcher prise qui permet de stimuler sa créativité et de développer l’écriture automatique. Même moi, j’apprends des choses et je vois que les conseils d’Hervé Langlois sont véridiques. Le langage corporel en dit beaucoup.

Au fil de la journée, les exercices se rapprochent de l’expérience scénique. Un exercice en particulier les pousse à sortir de leur coquille. Hervé Langlois ne connaît pas forcément les élèves présents, mais il comprend ce qui les bloque ou ce qui pourrait les rendre meilleurs. Il va provoquer ou désinhiber les introvertis et globalement sortir tout le monde de sa zone de confort. Ou alors sublimer leur art…

J’ai pris cher…

Heureusement, j’étais toujours à l’écart de l’exercice. Jusqu’à ce que Mamari reçoive l’ordre de se mettre en colère. Louis Chappey a commencé à prendre cher, c’était puissant. Et elle partait en furie avant de se rapprocher dangereusement de la zone où j’observais ce manège.

Si Pierre DuDza a promis de m’offrir un roast après son interview, Mamari a pris les devants. J’étais déjà prostrée, et j’allais ressentir le besoin de me mettre en boule et de disparaître loin, très loin.

Si aujourd’hui, je vous écris en ayant survécu, c’est dû à une chose essentielle. Mamari a un sens de l’observation très fort. En prime (et merci), elle est une lectrice fidèle, donc elle savait exactement où taper. Sans préparation, elle tournait en dérision ma manière de faire des critiques stand-up. En 5 phrases, elle me renvoyait toute la crainte que certains humoristes ont à mon égard, celle de tomber sur une mauvaise critique rédigée par mes soins.

Momentum au stage de clown d’Hervé Langlois

Ça aurait pu tourner au vinaigre, mais non. Pourquoi ? Parce que soudainement, je recevais les coups, de plus en plus justes, et Mamari et moi partagions la vulnérabilité de l’instant. Ce flottement où on risque d’offenser, mais où ça n’arrive pas. La limite de ce que je peux encaisser n’est pas franchie, parce que Mamari utilise son intelligence pour comprendre ce qu’elle peut dire ou non. J’ai pris une claque artistique et mon ego est resté intact. Ça, les amis, c’est un bon roast. Bien joué, Mamari.

Bon, j’ai flippé comme jamais et je suis restée en boule de peur d’entendre un truc litigieux face à cette bande d’humoristes. Les 20 minutes suivantes, je n’arrivais pas à respirer normalement et j’en tremblais encore. J’ai même perçu que j’étais en infériorité numérique face à ces artistes, et qu’ils auraient bien pu me tuer. Me faire taire pour toujours, me couper les mains, que sais-je encore ? Paranoïa, quand tu nous tiens… Si tu ne comprends pas, reste assise sur un banc à regarder des artistes devenir des clowns. Tu ne seras pas déçu du voyage.

Verdict

On dit souvent que le stand-up, c’est simplement venir sur scène et parler dans un micro. Ce stage vient contredire ce mythe. Bien sûr, on peut s’en tenir là, mais on passe à côté de tellement de choses. Aude Alisque le décrivait finement dans son interview :

Ça m’a vraiment aidé à me libérer de la peur de proposer certaines choses sur scène. Par exemple, j’avais fait un stage d’une semaine avec Hervé Langlois. Tu commences à adopter un comportement et il te pousse à aller au bout. Au terme du stage, je n’avais plus peur de rien : me mettre à hurler, aller dans l’étrange, lécher un mur. Depuis, les limitations sont parfois revenues. Dans l’ensemble, j’ai réalisé que je n’allais pas mourir si je proposais quelque chose de vraiment bizarre sur scène. Tout passe si tu assumes jusqu’au bout. Ça a tout libéré, et le corps notamment.

Là, le stage était plus court et il y avait un peu trop de monde. Mais ils promettent que la prochaine fois, ça ira mieux. Espérons qu’ils puissent proposer des stages avec 12 participants maximum. Pour avoir formé des gens dans ma vie précédente, c’est la limite à ne pas dépasser pour une expérience personnalisée et percutante.

Et d’ailleurs, même si nous avons choisi d’illustrer l’article avec Monsieur Fraize, nul besoin de se réclamer dans sa mouvance pour faire du clown… Aude Alisque en est le meilleur exemple, et elle a vraiment progressé avec ce stage. Je l’ai remarqué au fil de ses scènes, alors que je la suivais à son premier Dimanche Marrant notamment. Ajoutez à ça le Laugh Steady Crew, et vous obtenez une présence scénique augmentée…

Crédits photo

Monsieur Fraize © Christine Coquilleau

[post_title] => Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stage-clown-herve-langlois-lsc [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:09 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7535 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 6796 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-15 10:00:59 [post_date_gmt] => 2019-09-15 08:00:59 [post_content] =>

Monter sur scène, c’est demander à jouer dans un plateau, puis produire quelques minutes de rire, répéter. Ensuite, il faut se présenter à l’adresse du plateau, prendre le micro et se jeter à l’eau. Enfin, partir et tendre le micro à son successeur, avec un hi-five encourageant en bonus. Parce que c’est ton « poto ».

👉 Lu ailleurs : « Pour apprendre à être drôle, j’ai fait l’école du rire » — NEON

Si l’on se tient à cette liste objective, il n’y a rien de bien méchant. Mais alors, qu’est-ce qui rend ce rapport à la scène aussi unique pour un humoriste ? Quand passe-t-on d’un hobby à une vraie envie de faire rire dans la durée ?

La scène est-elle vraiment ce qui fait le plus peur ?

Je l’avais martelé : je devais raccrocher le micro pour de bon après deux scènes… Poule mouillée ? Oui, et fière de l’être ! Et puis non : hier soir, j’ai joué au Blague à Part Comedy Club. Évidemment, je ne peux pas en dire grand-chose car j’écris ces lignes une semaine avant.

Parce qu’honnêtement, on se contrefiche de savoir comment ça s’est passé. Tant de paramètres subjectifs peuvent rendre la soirée excellente comme cauchemardesque.

Déjà, tout commence par la programmation. Elle compte pour moi à chaque instant, car je ne fais pas du stand-up pour moi-même. Si je parle assez régulièrement à tous les comiques sur scène, je suis dans un meilleur état d’esprit. Je n’ai aucune ambition professionnelle (ou alors je suis dans le déni). En 2018, je voulais comprendre ce que c’était. J’ai partiellement compris, puisque je n’ai pas connu le bide. Peut-être la semaine prochaine, ou hier ? Peu importe, encore une fois.

Changement de perspective

Aujourd’hui, mon état d’esprit est différent. J’ai compris que je voulais monter sur scène pour faire partie de la bande des comiques. Et c’est tout. Ceux qui parlent de monter sur scène comme une drogue, je les regarde avec beaucoup d’admiration et d’incrédulité. Ma drogue à moi, elle consiste à parler des gens qui font des blagues et à rire de ces mêmes punchlines. Rien ne me satisfait plus au monde que de voir un talent potentiel cartonner et se révéler.

Si je reviens, c’est pour que le public découvre le spot du rire. Parce que je veux partager ces talents potentiels, puis avérés. Et c’est ce moteur-là qui me pousse à y aller et à rompre le silence. Dans ma tête, je le fais pour eux.

D’ailleurs, chaque passage est un prétexte pour lancer une private joke à l’un des membres de la bande. Mais dans ce contexte, a-t-on vraiment peur ? Et si oui, de la scène ou d’autre chose ?

Le feeling des répétitions

Gabriel Francès l’explique très bien : certains répètent leur texte pendant plusieurs semaines, tandis que d’autres s’entraînent différemment.

Je fais partie de la bande qui s’entraîne une heure par jour à déclamer son texte (alors qu’elle a envie d’y passer deux heures). Qui s’insulte après la treizième répétition et s’encense après la vingt-deuxième. Avec cette peur d’oublier ce texte, comme si je n’étais plus capable de dire ce que j’avais dans la tête.

Bon sang, c’est pas compliqué, il s’agit tout de même de mon histoire. J’écris les mots-clés comme Ghislain et mille autres, après l’avoir tant vu le faire au 33 Comedy.

Être sur scène : une préparation mentale personnelle

Avant de monter sur scène, les humoristes ont leurs habitudes. Certains ont l’air complètement détente, à l’instar de Pierre Thevenoux. Par habitude, sans doute, ils parviennent à déconner et masquer l’enjeu.

D’autres, au contraire, s’isolent. Tirent la tronche. Et dès qu’ils prennent le micro, la magie opère. Je trouve ça fou. À chaque fois que j’essaie de monter sur scène, je m’amuse à construire une playlist. Cette fois-ci, par procrastination, sans doute, j’ai décidé de lui donner vie sur Deezer.

Une voix qui motive comme un gourou, suivie de chansons qui rappellent quelque chose de positif ou délivrent des messages qui soignent ton ego. “We don’t even care about what they say, cos it's ja ja ja, blah blah blah.” On dirait une citation Instagram qui dit : « les autres sont des jaloux » ou « rageux », si elle provient de Skyblog.

Et pourtant, on s’en fiche. L’important, c’est de trouver la superstition qui marche pour soi-même et d’avancer. De retravailler plus sérieusement le passage, pour éviter… Pour éviter quoi, au juste ?

En quête de légitimité : pourquoi le regard de ses pairs compte autant

Une semaine avant ce fameux passage, j’essaie de me donner du courage. Cette fois-ci, je ne voulais pas attirer l’attention comme les fois précédentes. Je choisissais les personnes que je souhaitais voir. Exit certains comiques, bonjour des connaissances à qui je racontais des blagues au boulot. Celles qui rient à si peu, parce que c’est quelqu’un qu’ils connaissent qui sort la blague. Je le vois comme une forme de triche, mais je ne sais pas si d’autres partagent ce point de vue.

Je me dis : « Tu te rends compte, tu vas dévoiler ça sur toi… ». Même si en réalité, le lendemain, tout le monde aura oublié, tu croiseras le regard de ces gens en sachant qu’ils savent. Et comme dans un épisode de Suits, tu auras peur qu’un acteur-avocat vienne te faire chanter avec ta faiblesse (coucou Katrina Bennett).

À chaque comique sa méthode

Si cette partie est personnelle, c’est parce que chacun a sa manière de gérer cela. Cyril Hives se concentre sur la scène suivante pour imposer une nouvelle dynamique :

Quand tu vis un mauvais passage, c’est de ta faute. Effectivement, je suis moins loquace et moins heureux après. Mais demain est un autre jour. Tu peux te planter, et dans l’absolu personne ne t’en tient rigueur. Tout le monde a déjà connu un bide, donc… On se raconte bien plus facilement ses bides que ses cartons. Ce sont des histoires plus drôles à raconter. Raconte un bide aux autres humoristes, tu verras : les gens sont morts de rire ! Quand tu racontes un carton, ils s’en fichent.

Aude Alisque a appris avec le temps à dompter sa « terreur » scénique grâce à la visualisation :

La peur sur scène… J’étais terrifiée au début ! Même aujourd’hui, d’ailleurs, même si je commence à vivre de plus en plus de moments où dès que je monte sur scène, je suis prise d’une énergie positive qui surpasse ma terreur. Mon problème, c’est que je rougis très facilement. S’il se passe quelque chose d’inattendu sur scène, ma réaction est immédiate. Au début, ça m’arrivait tout le temps de rougir ! J’ai dû acheter du fond de teint couvrant pour essayer de cacher ça, ce que je ne faisais pas avant. (...)

Certains sont naturellement à l’aise, ce qui n’est pas mon cas. Ça a peut-être mis plus de temps, mais j’ai réussi à me visualiser sur scène dépasser cette peur. Il fallait juste attendre qu’elle disparaisse petit à petit.

Bon, on ne va pas aller jusqu’à dire que la visualisation est une méthode miracle à coup de musique de suspense… Mais à toutes fins utiles, lui, il le fait.

Seul, tu atteindras vite tes limites

Quelques jours avant le passage, je prends confiance sur le texte. En revanche, je laisse tomber le jeu. Je viens de discuter avec Perrine Blondel et Mélissa Rojo, qui gèrent la Petite Loge. Elle m’avertissent : ne suis pas tous les conseils que tu reçois ! Je réponds que je n’écoute personne.

Leur attitude change du tout au tout : faut quand même le faire, parfois, sinon c’est dangereux… Et c’est une évidence, bien sûr ! Quelques heures plus tard, je comprends un peu plus cela. Ok, le texte peut passer, mais tu es à la rue sur le jeu. Si tu le sais, pourquoi tu refuses qu’Anissa Omri t’aide à répéter ?

On en revient toujours à l’ambition. Si j’avais vraiment envie de le faire, je me donnerais les moyens. Là, je veux juste obtenir la mention « passable ». Je vois bien l’apport d’un Thierno Thioune : s’il voyait mon texte, il aurait envie de me pousser à jouer chaque ligne, l’amener plus loin.

Je me dis souvent : « ce serait super si on allait dans cette folie-là, ou cette direction-là, mais on ne peut pas ». Thierno (ou qui que ce soit d’autre) m’aurait certainement ri au nez avant de me pousser dans mes derniers retranchements. Mais la perspective de dévoiler son texte devant un fucking metteur en scène et d’autres apprentis comiques ? Il faudrait le faire, évidemment. Toujours ce fameux « évidemment » qui trahit le manque d’ambition. Le fait de ne pas avoir vraiment passé le cap et de ne toujours pas se sentir humoriste.

C’est le cap le plus dur à passer, celui qui te mène sans doute à jouer sur scène régulièrement. Après ça, la machine est lancée et tu te bats pour des dates.

Un dernier mot avant de monter sur scène

Le stand-up est aussi un bon refuge pour comprendre qui tu es et dépasser tes propres limites. Je trouve que c’est un exercice rigolo pour préparer les autres êtres humains à entendre pourquoi tu es bizarre. Tu es jugé avec le rire, et au pire, un silence de plomb t’assomme.

Enfin, je crois. Je vais essayer d’éviter que de nouvelles peurs émergent, surtout que parfois, je me dis que ce ne sont que des blagues. Il n’y a pas mort d’homme, ça dure une dizaine de minutes tout au plus, et les autres font ça jusqu'à 4 ou 5 fois par jour. Qui suis-je pour en parler ? Le moment est venu de prendre ce foutu micro.

Je ne vais pas vous laisser comme ça… Voilà ce qu’il s’est passé !

Au final, j’ai ressenti du stress à partir du passage de Manu Bibard. Il jouait juste avant moi, et comme je savais quand il terminerait son texte, la tension montait vite ! Ghislain me regardait en souriant pour me détendre, alors que je croyais qu’il s’amusait à faire une story de ma panique. Mais comme il m’a regardé avec un sourire un peu creepy, ça nous a rapprochés.

J’ai été surprise de laisser tomber le texte pour devenir mon propre directeur artistique. Avant de reprendre un micro-segment, je me disais : « là, tu vas faire ça » et ça se passait. Moins de calcul, juste un ordre normal envoyé par le cerveau à ma personne.

J’ai improvisé à certains moments, apparemment j’ai même fait des act out. C’était un bon passage, le premier où je me suis sentie légitime sur scène. Je fais partie du gang, même si j’ai encore la chance du débutant. Et puis j’ai tellement lutté pour décrocher le micro que Manu avait soigneusement remis à sa place. Il m’a dit : « désolé, j’ai peut-être mis un peu trop de force ! » #testostérone.

À refaire ? Je devrais complètement, mais là, je profite du fait de ne plus avoir à penser à jouer sur scène. Même si l’expérience était positive. Grégory Robet est, comme de nombreux comiques le disent, un mec génial et un super MC. Son plateau, le Blague à Part, propose une super expérience de stand-up. C’est convivial, carré, et il est aux petits soins pour que tout se passe bien. Je savais que le Blague à Part c’était bien, maintenant, je l’ai vécu !

Un mot sur la photo

Bun Hay Mean, qui en connaît un rayon sur le sujet. Son passage au Marrakech du Rire 2019, on en parle bien sûr pour ses blagues, mais aussi pour la manière dont il a su traverser des épreuves difficiles pour atteindre le succès.

Crédits photo : © Christine Coquilleau

[post_title] => Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-mental [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/a-lecole-nationale-de-lhumour-jai-appris-a-etre-drole-492620.html [post_modified] => 2020-10-09 16:08:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:08:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6796 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 6440 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-19 09:09:21 [post_date_gmt] => 2019-07-19 07:09:21 [post_content] =>

Avignon, je venais vers toi à reculons. On m’a parlé de toi comme un four, un rouleau-compresseur d’artiste. Alors je suis venue en coup de vent en Avignon, sans conviction. Du 16 au 18 juillet, j’ai suivi Marion Mezadorian dans sa quête de spectateurs, de rires et d’émotions.

Arriver dans la cité des Papes était étrangement agréable. La ville semblait belle et calme. Au loin, je voyais bien les lignées d’affiches, mais je restais épargnée par le karcher de Denise et la pluie de flyers au loin.

Marcher dans les rues, au milieu de tous ces saltimbanques qui ne rêvent pas de stand-up, a d’abord été un problème. Le mal du pays me gagnait déjà. Je partais à la recherche d’une zone de confort, de visages habituels. Faire revivre Paris là-bas devenait une priorité urgente.

J’étais tellement perdue que je calquais tous mes choix de boisson sur ceux de mon hôte. Réflexe de survie ? Peur de choisir sans voir de carte ? Aucune idée, mais la transition, c’était le sirop d’orgeat. Ce truc de dingue me faisait signer un traité de paix avec le cagnard du sud de la France.

Rencontre avec un serial photographe en Avignon

Après un premier repas entouré d’abeilles, direction le Théâtre le Paris pour un cocktail VIP... qu’on a vécu en 30 secondes chrono. Entre les Chevaliers du Fiel et l’un des spectateurs, Cyril, on a choisi la deuxième option.

Qui est Cyril ? Fan d’Elie Kakou et Mado la Niçoise, il arpente les sorties de théâtres et de plateaux télé pour faire des photos avec les célébrités. 20 ans qu’il traque les stars pour des photos. Et là, il choisissait Marion avant de passer à un name-dropping impressionnant.

Ensuite, il m’a demandé pourquoi je ne faisais pas ça, ça suffisait pour faire la promotion de spectacles, non ? En vérité, j’ai choisi l’autre camp depuis bien longtemps. Faire des photos, ça dévalue l’expérience à mon sens. Après, pour lui, ça devient une compétition, un défi, une prouesse sportive en quelque sorte !

Une bonne dose d’humilité

Paris et Avignon, ça n’a rien à voir. Tout est à refaire. Les canaux médiatiques sont différents, l’écosystème n’a rien à voir. Ils ne sont pas restés 20 ans de retard, mais ils connaissent la nouvelle génération par la télévision. Quand je demandais à Cyril qui il appréciait dans la nouvelle génération, le silence s’imposait. Puis un long soupir, et enfin un nom lâché : Tom Villa.

Je lui parle ensuite de Pierre Thevenoux : inconnu au bataillon. J’hésite à parler de Ghislain Blique... La fracture culturelle est béante. Il reste beaucoup de travail, même pour moi. Je dois présenter plus que jamais mon travail face à une audience qui fait sa vie sans moi, sans les saltimbanques des caves parisiennes.

En Avignon, vivez des récits d’artistes

J’ai décidé de voir deux spectacles le mercredi. J’ai tout décidé sur le web une semaine plus tôt. J’aurais pu en voir un de plus, mais je n’en ai pas eu envie. Malgré la carte de presse qui m’ouvrait gracieusement les portes des théâtres.

Je voulais une expérience 100 % qualitative et sur-mesure. J’ai choisi de passer une heure (de plus !) avec Marion et une autre avec Karim Duval et son spectacle Y.

Ces deux artistes ont des parcours bien distincts. Pourtant, ils jouent à quelques pas l’un de l’autre. Ils partagent même l’art de dresser un récit palpitant. Marion émerveille avec ses Pépites.

L’heure du coup de gueule

Pourquoi les professionnels regardent ces spectacles et créations poétiques de haut ? Avant de venir en Avignon par le train, j’ai décidé de télécharger des épisodes de Moot-Moot. Je découvre le nom du réalisateur, François Reczulski, et son œuvre : les Ratz, Platane, Oggy et les Cafards... et Hibou. Le bonheur de mes quinze dernières années résumé en une bio.

Après une recherche rapide sur le web, je tombe sur une critique du film Hibou. Là, je lis que ça manque de, ce n’est pas assez... mais pourquoi ? Pourquoi ce genre a-t-il si mauvaise presse, est-il jugé si durement ?

Pour Marion, j’ai déjà lu des critiques allant dans le même sens. Il manque quelque chose. Probablement du trash, si à la mode en ce moment ? Quoi qu’il en soit, ce que j’ai vu, c’est Laura Calu dans la salle, à la fin du spectacle. Elle était debout et applaudissait avec la ferveur d’une convaincue. Émue par l’histoire et l’univers de Marion, elle lui montrait toute sa reconnaissance. Toute la reconnaissance que la profession ne sait pas encore lui délivrer — à tort !

Je vois ce spectacle depuis une dizaine de fois. Si l’émotion ne m’emporte plus comme la première fois, l’émerveillement persiste. Son parcours est captivant. Vous pourriez me trouver des circonstances atténuantes. Moi aussi, je valorise les gens que je croise avec des mots, des portraits où je verse tout le trop-plein d’émotion. Le lien qui existe entre Marion et moi (et son public !) n’émane pas du hasard. Il est juste, sincère, authentique. Un appel d’air dans la chaleur ou la tension ambiante. Si cela ne parvient pas à émouvoir les professionnels du festival, c’est qu’ils sont un peu morts à l’intérieur !

De retour à Paris, en toute nostalgie

Malgré la chaleur, Avignon a tout de même été une expérience très positive. Je me faisais une joie de revenir à Paris pour des 30-30 au Jardin Sauvage, mais la soirée ne s’est pas passée comme prévu. L’ambiance était différente, étrangement plus compétitive et franchement désagréable. J’étais épuisée, certes, mais le contraste était tel que j’avais juste une envie : y retourner ! Si on m’avait dit cela avant de partir, j’aurais ri au nez de mon interlocuteur… Bravo Avignon !

Crédits illustration

© SRGIO

[post_title] => Première fois en Avignon : des artistes et des histoires [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-fois-en-avignon-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:19 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6440 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 6193 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-05-11 09:32:42 [post_date_gmt] => 2019-05-11 07:32:42 [post_content] =>

Face au jour sans, et plus généralement aux revers, je voulais écrire à quelqu’un. L’humoriste concerné aurait pu en être un autre, tant ils partagent ces moments-là. Même lors d’actes manqués et manques de réussite, il subsiste une expérience forte.


Je ne voulais plus venir ce soir-là. Tard. Malade. Rien dans le ventre. J’étais avec un autre, je n’imaginais pas te voir en spectacle dans une poignée de minutes, mon assise était trop confortable. Je sentais que pour moi, ça allait devenir un jour sans.

En plus, j’avais envie de suivre mon acolyte et ne pas me retrouver seule. L’autre bout de Paris ? J’ai une petite marge. Quand je m’aperçois que je ne suis pas si loin de ta salle de spectacle, je jubile. Je me mets en état de marche, il se met à pleuvoir fort. Le métro aérien rejoint, je regarde les quelques stations qui nous séparent. Sereine, heureuse de calibrer un emploi du temps de ministre. Pour la première fois, je m’accorde le temps de souffler.

Le sourire au lèvres, je m’approche de mon endroit préféré. Ton spectacle, je l’ai vu ailleurs. Dans de plus grandes salles, mais plus méconnues. Ici, l’ambiance promet d’être différente.

La pluie a cessé, elle reprendra quand Mélissa nous fera rentrer. 21h32. Tout s’enchaîne à une vitesse folle, j’ai à peine le temps de me dévêtir. La première bande son lancée, je ris déjà de connivence. Je connais cette voix — celle de ton acolyte de baladodiffusion, à de maintes reprises. Sera-t-il en première partie ?

Eh non, tu émerges de la minuscule scène, tirant le rideau par tes propres moyens. Bienvenue dans le début de ta carrière. Même si toi aussi, tu souris, tu caches un léger malaise.

Pilote automatique 

Le débit de parole est trop rapide et les enchaînements mécaniques. Je sens d’emblée que cela cloche, comme si nous avions répété les mouvements du comique pendant tant d’heures. Je ris beaucoup, même si je suis en décalage complet avec le public.

C’est qu’il ne te connaît pas. Il est timide face à l’enjeu. Une première fois, dans cette promiscuité : les interrogations se multiplient sans doute dans leurs esprits, alors qu’il faudrait lâcher prise.

Moi, je sais. Je sais ce que tu vaux, tu m’as fait l’humour exactement comme il le fallait, avec le bon rythme et les bonnes punches. Je me sens lésée, mais je ne me l’avoue pas tout de suite. Quand on adule, on commence par pardonner un peu, panser la plaie, faire le dos rond pour mieux traverser l’instant.

Mais le problème, justement, c’est que je sais. J’ai déjà connu tout ce cirque, et j’ai désiré autre chose dans ce nouveau cadre. Également, j’ai imaginé la scène, telle un fantasme. J’ai pris la température du lieu, et l’ambiance était simplement en décalage.

Bien sûr, une fois l’acte de cette pièce terminé, je t’ai remercié pour ce moment. Je n’ai pas su trouver les mots, car quand on éprouve un attachement scénique, on est perdu. La critique immédiate est proscrite, mais j’avais tant d’attentes non formulées. Le problème était là : si je t’avais dit que je voulais une autre méthode ce soir-là, tout aurait été plus fluide.

De l’expression d’attentes pour combattre un jour sans

Mais non, je me suis tue. J’ai nié, enfoui, mon désir de spectatrice, jusqu’à ce qu’il me revienne en pleine figure. Je voulais foutre en l’air ton autodérision, tes complexes de comique. Ce soir-là, je t’ai adoubé comme l’homme de la situation, je voulais simplement te voir passer un cap. Plus émotionnel, moins dans l’excuse de ta personne, un peu plus premier degré et dans une forme d’intensité dramatique.

Je voulais une autre mise en scène, mais j’ai aimé quand même. C’est sincère, même si c’est dit maladroitement. Maudit jour sans. Tu as été sans doute plus dur avec toi-même, car tu officiais sur l’échelle « ai-je été bon ou non ? ». Tu n’as juste pas fait le pas de côté que j’anticipais. J’étais venue pour oublier une douleur, une peine indicible. Parce qu’en spectacle vivant, on rit, mais on vit aussi et on prend parfois des coups au moral. Plus on ressent les choses intensément, plus on cherche à compenser un manque, comme un patchwork émotionnel.

Tu ne comprendras peut-être pas tout le sous-texte, ou tu as de quoi extrapoler vers une mauvaise interprétation. Tout ce que je voulais dire, c’est que je sais que tu vas revenir plus fort. À l’heure où j’écris ces lignes, tu es là où tu dois être, là où j’aurais dû te voir. Mais je suis ravie de t’avoir vu dans de mauvaises conditions, car je t’ai compris et regardé comme jamais. J’ai entr’aperçu ton prochain spectacle ou ton prochain style comique. Merci de m’avoir offert ça : c’est à ça que servent les soirées d’apparence en demi-teinte. Construis sur ça et rien ne pourra plus t’arrêter.

[post_title] => Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lettre-humoriste-jour-sans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:45 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011092 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00 [post_content] =>

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 50 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 3ed43ffde7cf6acef39927e1613b2861 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

reportage

Stand-up à Melun : affiche fictive de la soirée Jacques-a-Rit

Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit

Christine Berrou sur scène

À propos du courage : ode à la liberté des humoristes

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Aymeric Carrez au Fieald

Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Hold-up Comedy : affiche du casse du siècle à l’Européen

Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques

Doute de l’artiste : un dessinateur travaille à reproduire un visage inachevé

Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles

Stage de clown d’Hervé Langlois : pour tous les Monsieur Fraize en herbe

Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Bun Hay Mean sur scène au Bordel Club

Monter sur scène 3 : ton adversaire, c’est toi-même

Carte postale en Avignon du Festival OFF - illustration d’un artiste sur scène

Première fois en Avignon : des artistes et des histoires

Lettre à un humoriste après son jour sans - photo d'illustration

Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !