Publications liées au mot-clé : reportage

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => reportage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 823
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => reportage
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 823
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => reportage
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 823
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => reportage
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 823
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => reportage
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 823
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (823) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (823) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (823)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011640
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-11-16 10:30:00
                    [post_date_gmt] => 2021-11-16 09:30:00
                    [post_content] => 

Guillaume Guisset joue son spectacle Cordialement à la Petite Loge depuis octobre 2020. Une première année tronquée, sans possibilité de tester pendant un long moment, qui l’a pourtant galvanisé. Retour en arrière.

Cet article est le deuxième de la série « Comment un artiste se construit à la Petite Loge ».

Guillaume Guisset dans Cordialement : le titre reste, le contenu et l’affiche mutent

Un spectacle d’humour évolue comme un variant : il mute pour s’adapter de plus en plus au public. Dans la première version du spectacle Cordialement à la Petite Loge, Guillaume Guisset restait englué dans une comparaison possible avec Gaspard Proust. Le mec de droite, un peu réac, un peu beau gosse, qui provoque avec intelligence et malice.

Pourtant, il semblait y avoir plusieurs nuances de Guisset. Le faux gendre idéal allait rapidement disparaître, à l’instar du côté bad boy de Brian Kinney dans la série Queer as Folk. Lors de ma première fois dans la salle, j’étais hilare. Lors de la seconde, j’étais davantage transportée, mais je ne savais pas encore où il m’amenait.

Des mois plus tard, Guillaume Guisset m’annonçait que dans Cordialement, tout changerait. Il y aurait des accessoires. Pour avoir adoré et adulé le comique d’accessoires de William Pilet, je me devais de revenir rapidement. Cependant, les deux expériences n’ont rien à voir. Les accessoires ne sont pas au centre du spectacle : le jeu l’est.

L’art de trouver un fil rouge

Autre véritable nouveauté : le fil rouge du spectacle, qui clarifie sa ligne artistique. Dans Cordialement, Guillaume Guisset proposait en ce début d’automne une interprétation moderne de la réac-attitude. Truffée de naïveté, la vision du monde de son personnage interroge habilement la bien-pensance et les consciences éveillées.

Ce n’est pas une attaque, frontale ou déviée, qui le hisserait dans les pas du baron du Medef, mais bien un autre regard sur notre société. Il se révèle tout aussi pertinent que celui de ses homologues à gauche de l’échiquier comique, parce que barré et bourré d’autodérision. La nouvelle affiche reflète ce glissement : le gendre idéal n’est plus, le rire faussement sardonique triomphe.

Qui dit glissement ne signifie pas glissement de terrain. Avec ce nouveau fil rouge, il serait aisé de tomber dans la facilité ou le cliché de l’humour de droite. Oui, mais… Encenser François Fillon tout en l’enterrant politiquement, sexualiser Angela Merkel et son partenaire de vie tout en renversant les rapports de force attendus… Voilà une manière hilarante de tourner en dérision les plus puissants de ce monde autrement qu’Usul (dont j’apprécie beaucoup l’humour caustique).

Dans Cordialement, Guillaume Guisset singe « le babtou de Neuilly »

En octobre dernier, Guillaume Guisset participait au gala télévisuel d’Alex Vizorek. Il proposait un sketch, « le babtou de Neuilly », qui raconte sa rencontre avec les causes des minorités. Comment celui qui a grandi dans un hôtel particulier découvre-t-il le vécu de ceux qui vivent de l’autre côté du périphérique ?

Il confie son rêve de banlieue plutôt que sa jeunesse dans les beaux quartiers, cherche à provoquer les forces de l’ordre pour se prendre un coup de taser… Cet angle là m’électrifie, je vous l’avoue. À l’heure où certains veulent segmenter le rire, où chaque communauté se contente d’aborder son pré carré, Guillaume Guisset s’improvise conquérant du LOL.

Autant je comprends le besoin de comédie alternative comme refuge aux lieux ou aux artistes toxiques. Autant quand c’est bien fait, on aurait tort de s’en priver. Guillaume Guisset propose ici un seul-en-scène brillant, vendeur aux yeux des pros de l’humour et qui conquiert aisément le public. Tous les voyants sont au vert pour la suite de sa carrière. Reste à savoir ce que l’avenir réserve à ce comédien à la plume affûtée et à l’espièglerie jouissive.

[post_title] => Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guillaume-guisset-cordialement-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:00 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011640 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011662 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-11-14 14:46:14 [post_date_gmt] => 2021-11-14 13:46:14 [post_content] =>

Le samedi 6 novembre matin, j’achève une semaine lourde. La grisaille de novembre, une invitation au spectacle d’Anne Roumanoff et une actualité médiatique sordide dictée par TPMP : rien ne va. Mais à ce moment-là, il fait beau et le week-end suivant sera prolongé. L’opportunité est trop belle pour ne pas profiter d’une escapade humoristique au festival Soyaux Fou d’Humour.

D’habitude, je pèse et sous-pèse chaque déplacement avant de m’y rendre. Et là, en une heure, je jette mon dévolu sur ce petit festival : Soyaux Fou d’Humour. Oui, il y a un jeu de mot (enfin, je crois). Tournon-sur-Rhône était intense ; je me disais que ce serait probablement le dernier gros déplacement de l’année. Entretemps, il y a eu Lausanne, cela dit.

Soirées découverte de Soyaux Fou d’Humour : priorité à la parité

Le festival s’appelle Soyaux Fou d’Humour. Il a lieu non loin d’Angoulême. La ville me rappelle l’anecdote de la bagarre bourrée de Pierre Thevenoux. La ville est fort heureusement plus connue pour son festival de bande-dessinée, et à cet instant-là, je veux en être.

L’affiche de la soirée jeunes talents a le mérite d’être mixte. Aucun artiste ne me débecte : ils ne sont que quatre et je suis les avancées de deux d’entre eux : Avril et Guillaume Guisset. Il manquerait Adrien Montowski, William Pilet ou des femmes éloignées du circuit des festivals qui dépoussièreraient le genre pour que ce soit parfait. Mais c’est un bon début. Les organisateurs m’ont confié sur place qu’ils veulent éviter l’humour vulgaire et fustigent avec vigueur Jean-Marie Bigard. Ils cherchent du poétique, ont de réelles convictions de programmation et les appliquent.

Mais quand je planifie ce week-end, je ne le sais pas encore. Officiellement, je m’y prépare pour prendre des vacances. Je ne suis donc pas en croisade pour sauver l’humour. J’ajoute simplement ce festival à mon programme pour partager deux repas avec le staff, vivre une quasi-nuit blanche et classer quatre talents sur un petit bulletin. Je dois comprendre comment ça se passe, un festival moins en vue.

Le contact avec le président du festival est chaleureux. Il accueille sans ciller ma demande d’invitation et d’immersion, veille à s’assurer que ça ne dérangera pas les artistes. Je lui promets que je sais m’éclipser quand c’est nécessaire. L’affaire est entendue : je vais en profiter et revivre pour la dernière fois en 2021 l’ambiance de festival.

Soyaux Fou d’Humour : Julie Geller sort largement victorieuse, 4 artistes dévoilent leur talent

Julie Geller est une humoriste belge déjà habituée du circuit des festivals. Je ne connaissais que l’affiche de son spectacle, On ne sait jamais… Ce simple argument marketing m’a conduit à la sous-estimer.

Quand je l’ai vue en chair et en os, je l’ai trouvée d’emblée plus intéressante. Il suffisait de la regarder pour comprendre, sans savoir pourquoi. Mais à ce stade, je ne savais toujours pas ce qu’elle faisait sur scène.

Son passage était le plus efficace et le plus apprécié de la soirée, sans aucun doute possible. Je n’étais pas tout à fait convaincue car je chasse les clichés de manière dictatoriale. Avant, cela me semblait couler de source. Pourtant, Julie Geller m’a ouvert les yeux sur mes œillères. Et a raflé sans difficulté le prix du public !

Julie Geller : le jeu et la présence scénique portent un humour audacieux

Parler de femmes épilées en décembre, jouer sur les stéréotypes sur les hommes et les femmes… Ce refrain, on le connaît déjà. Mais quand Julie joue la fille éméchée qui souffle dans un éthylotest, la comédienne se révèle chirurgicale.

Derrière ces ficelles qui paraissent grossières se cache pourtant des angles surprenants et une interprétation singulière. L’art de concilier les publics les plus pointus et les plus vierges de comédie. Ce passage était perturbant pour moi, qui recherche l’originalité de manière tout aussi dictatoriale que je fuis les clichés. Il y avait les deux, et les clichés étaient utilisés à bon escient.

Julie m’a donné une leçon d’humour avec des choses que je déteste. Et je lui tire mon chapeau, car il faut savoir défendre des propositions artistiques aussi audacieuses ! Dans ce théâtre de 600 places, j’ai aussi senti à quel point elle avait pris la mesure de la scène, à quel point elle était dans son élément. C’est peut-être pour ça que certains la comparent à Florence Foresti. Alors même si on préfère l’expérimental au populaire, on s’incline.

À Ruelle-sur-Touvre, une soirée découvertes immunisée contre les bides

Il est rare de voir 100 % des prestations fonctionner. Bien sûr, certaines choses fonctionnent un peu moins bien dans le feu de l’action. Mis à part quelques imperfections rapidement balayées par le reste, les quatre artistes sur scène démontraient tous leur talent.

Avril et Guillaume Guisset livrent de belles prestations, mais ce n’était pas leur meilleur soir

Il y avait d’abord Avril, qui composait entre la chauffe et son tempérament naissant de bête de concours. Certaines armes scéniques faisaient mouchent, d’autres un peu moins. J’ai apprécié retrouver la prise de risque qui le fait souvent avancer tel un funambule. Son passage en trois temps, un résumé de son spectacle C’était mieux maintenant, était bien servi par une mise en scène et un travail d’orfèvre sur les lumières. Quand la rigueur du timing côtoie la folie artistique, c’est toujours intéressant à observer.

Guillaume Guisset confirme qu’il fera parler de lui avec le passage qui m’a fait le plus rire de la soirée. C’est un peu une affaire de goût, aussi une maîtrise dans l’art de proposer un personnage naïvement fou. J’ai regretté de ne pas pleinement voir le Guillaume Guisset authentique que j’ai vu récemment à la Petite Loge. Comme s’il manquait une vision complète de l’artiste et que ses forces sont tronquées. Le dosage était presque parfait, tout s’est joué sur des points de détail.

Amandine Lourdel se révèle dans 30 minutes chargées de promesses

Enfin, Amandine Lourdel est la véritable découverte de ce festival. Elle a commencé la scène pendant la pandémie. Et à peine un an après, elle arrive en festival avec 30 minutes à présenter. Pas n’importe quelles minutes : elle enchaîne les sujets telle une métronome. Le début était assez intéressant, mais pas encore si percutant. Or à plusieurs reprises, elle surprend, innove et déclenche des rires de plus en plus denses.

C’est une prouesse que de réussir un truc pareil en si peu de temps. Avril et Guillaume ont aussi commencé fort leur carrière, mais il leur a fallu plus d’encadrement pour se forger. Quand Amandine aura un metteur en scène, elle saura encore plus rythmer son passage et deviendra imbattable en festival.

[post_title] => Festival - À Soyaux Fou d’Humour, Julie Geller l’emporte [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-soyaux-fou-humour-julie-geller [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:34 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011662 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011475 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-20 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-10-20 06:00:00 [post_content] =>

Le 26 septembre dernier, j’ai assisté au festival Paris Paradis. Quatre plateaux d’humour avaient lieu au Cabaret Sauvage, dans le parc de la Villette. Pour la troisième édition, exit l’hippodrome de Longchamp, bienvenue dans le XIXe arrondissement de Paris.

J’avais choisi les plateaux de 14 heures (pour Fanny Ruwet, principalement) et de 18 heures (meilleur line-up). Cependant, je savais que je n’allais pas passer la meilleure après-midi de ma vie. En effet, comme je vous le décrivais avant le festival, cet événement vise le grand public. Les amateurs d’humour, qui connaissent très bien les artistes et leurs passages « sûrs », connaissent déjà la musique.

En quête d’originalité au festival Paris Paradis

Le problème avec les artistes établis en représentation, c’est que leur renouvellement ne passe pas toujours par une prise de risque. Bien sûr, il est très complexe de garder un niveau élevé tout au long de son parcours. En revanche, dans certains cas, il est dommage de voir des renoncements artistiques, sur le plan de l’originalité notamment. Le public appréciait le moment, il n’y a pas eu de drame. En revanche, je n’ai pas réussi à apprécier le passage de Tristan Lopin. Il y a longtemps, j’ai écrit une critique positive de son spectacle. J’ai même parlé d’originalité à son égard…

Or trois ans plus tard, je vois ce passage où Tristan Lopin enchaîne les sujets de société. Le propos est d’une grande faiblesse, les clichés pleuvent et le passage est moralisateur. D’autres artistes présents livraient des performances moins clichées, mais quelque peu aseptisées.

Remplir des salles : regarder la prise de risque d’un autre prisme

Je commençais à perdre patience. Mais l’émotion avait-elle pris le pouvoir ? D’une part, j’allais à ce festival parce que c’est un événement médiatique d’ampleur. Organisé par le Parisien, le festival Paris Paradis est un endroit où il faut être pour asseoir sa légitimité. Qu’on soit artiste ou professionnel, d’ailleurs.

Du reste, je l’interprétais comme cela. Pour cet événement, je sacrifiais donc le visionnage d’un Grand Prix de Formule 1. Cet élément a pesé dans la balance de ma déception, on ne va pas se mentir.

Mais ce n’était pas tout ! Cela faisait quelques temps qu’une musique envahissante occupait mon esprit. J’ai réalisé que j’ai lancé un lobbying pro-originalité, à contre-courant des statistiques de buzz et d’influence.

Je passe à côté de tous les phénomènes d’ampleur qui m’ennuient ferme. Je cherche à reprogrammer le monde pour faire aimer des artistes méconnus, obscurs… Mais qui font rire les rares âmes qui tombent sur eux, souvent par hasard. Tout cela fait écho à l’un des points du lundi matin d’Harold Barbé, jugez plutôt la divine promotion de son spectacle à la toute fin de cet épisode… Il sortait le lendemain du festival. Coïncidence ?

À force de voir un bal d’humoristes formatés dans les principaux comedy clubs et dans les médias… À force de ne pas comprendre pourquoi la comédie alternative n’est pas aussi populaire que McFly et Carlito. Et à force de voir toujours les mêmes interviewés dans des podcasts pour la soixantième fois… J’ai dû vriller, à un moment donné.

Course à l’audience vs. choix artistiques au festival Paris Paradis

La course à l’audience dilue-t-elle véritablement les choix artistiques ? Le festival Paris Paradis offre une synthèse assez intéressante, même si je reste sur ma faim. Parce qu’il faut aussi analyser l’envers du décor : Léo Domboy et le Parisien sont copains, et ça se ressent dans tous les événements humour du Parisien. L’attachée de presse vedette case ses poulains, et c’est bien normal. Grégory Plouviez fait le taf, mais il ne peut pas être partout et il s’appuie naturellement sur cette aide bienvenue et confortable.

Mais face à cette influence, les places sont chères pour diversifier les noms à l’affiche. Donc peu de renouvellement dans les personnes mises en avant. Alors quand Grégory Plouviez, le monsieur humour du Parisien, a glissé à Avril qu’il y serait peut-être l’année prochaine, je croise simplement les doigts pour qu’il tienne cette promesse.

Le Métropole, l’un des théâtres qui montent à Paris via les nouveaux talents

Après tout, sur scène il y avait deux artistes également à l’affiche du même théâtre, le Métropole : Nordine Ganso et Sebastian Marx. Si Sebastian Marx a beaucoup de métier, niveau expérience de spectacle, Nordine Ganso est moins avancé qu’Avril. Mais qui est son attachée de presse ? Léo Domboy. CQFD. Regardez son nombre d’abonnés sur les réseaux sociaux : il n’y a pas de comparaison. N’oublions pas l’exposition dans Stand-up vie et le soutien de Shirley Souagnon en début de carrière.

J’aurais d’ailleurs pu prendre un autre exemple (comme William Pilet). Mais quitte à manquer un Grand Prix de Formule 1 épique, autant essayer de jouer aux Léo Domboy du dimanche et dire : « coucou, voici les talents que je veux trimballer partout ». Ça tombe bien, ce festival avait lieu un dimanche. Rendez-vous en 2022 ? Suspense…

Des têtes d’affiche qu’on a manquées : session de rattrapage au Cabaret Sauvage

Dans le même temps, je n’avais jamais eu le privilège de voir Dedo sur scène. Je ne saurais vous dire pourquoi… Ça ne s’était jamais fait. Évidemment, j’ai pris une claque. Sans ce festival, ce moment n’aurait pas eu lieu. Il faut croire qu’il m’arrive parfois d’avoir le regard naïf d’un public non initié. Si les tous nouveaux humoristes n’ont généralement plus de secret pour moi, je demeure moins familière avec la génération précédente.

Et que dire de Yacine Belhousse, que j’avais manqué lorsque je l’ai découvert pour la première fois en spectacle ? Cela ne fait pas bien longtemps que son talent m’a sauté au visage. Par hasard, d’ailleurs : la captation de son dernier spectacle à l’Européen était miraculeusement disponible. Il m’avait dit de venir, pourtant, et j’ai commis la pire erreur possible. Adopter la politique de l’autruche. Prendre le train en retard. Je peux donner des leçons aux journalistes, je fais juste la même chose avec les gens les plus connus… Chacun son rôle ? La question mérite réflexion.

Parce qu’il faut toujours terminer un mea culpa par un sursaut d’orgueil, j’aimerais avoir une pensée pour mon humoriste préféré pour conclure. Oui, je fais mon coming out comique. Par pitié, arrêtez d’envoyer Pierre Thevenoux en premier dans un plateau d’humour ! Mesurez-vous son efficacité dans ses punchlines ? Il arrive même à générer des vues sur YouTube. Il perce demain ; allez, on le met en clôture et on satisfait les gens comme moi qui s’ennuient quand il sort de scène. Enfin, sauf pour Yacine, Dedo et les autres…

[post_title] => Retour sur le festival Paris Paradis 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-paris-paradis-programmation [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-24 10:13:14 [post_modified_gmt] => 2021-10-24 08:13:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011475 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1011494 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-10-04 19:40:00 [post_date_gmt] => 2021-10-04 17:40:00 [post_content] =>

Les festivals d’humour se suivent et ne se ressemblent pas. Une semaine après le festival Paris Paradis, qui regroupait des têtes d’affiche du stand-up francophone, Lausanne rivalisait avec la ville lumière. Au D! Club, le Couleur 3 Comedy Club a pris ses quartiers le temps d’un week-end de 3 jours. Outre les plateaux d’humour regroupant des têtes locales et des têtes d’affiche, deux scènes attiraient particulièrement mon attention.

Samedi et dimanche, une grande partie de la bande des Bras Cassés a réalisé sa première scène. Oubliez tout ce que vous savez sur les premières scènes : celle-ci ne ressemblait à aucune autre. D’une part, leur première scène faisait l’objet d’une captation. Cela veut dire qu’en cas de bide, des caméras immortaliseraient cette douloureuse expérience.

Couleur 3 Comedy Club : une première scène des Bras Cassés sous la houlette d’un metteur en scène émérite, Étienne de Balasy

Mais pour ne pas bider face à un parterre d’auditeurs fidèles, la bande radiophonique a pris ses dispositions. Chaque artiste pouvait faire appel à l’expertise d’Étienne de Balasy. Si vous ne le connaissez pas, c’est un metteur en scène très en vue… Et également l’auteur d’un guide pour les nouveaux humoristes. Pour rappel, ça s’appelle Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show !!! et vous pouvez en lire notre critique sur le blog. Cette figure locale bien implantée a également mis en scène le prestigieux Montreux Comedy Club.

Vous vous dites sûrement : mais comment puis-je profiter de l’expertise d’un homme qui transforme les premières scènes en moments d’anthologie ? Vous avez de la chance : il a adapté la partie historique son livre en spectacle à la Nouvelle Seine (Paris). Notez donc l’une de ces deux dates : les dimanches 7 novembre et 5 décembre à 17 heures.

Quasiment tous les Bras Cassés conviés à la fête ont profité de son expertise. Victoria Turrian, adepte de la chronique et usant habilement de sa voix suave, a préféré miser sur son verbe chaleureux. Stéphane Laurenceau a préféré miser sur Yann Marguet, un autre humoriste de la scène locale.

Couleur 3 Comedy Club : un show survolté dans un cadre idyllique

Le Couleur 3 Comedy Club, c’est un peu cet événement où les planètes s’alignent. Habituellement, les plateaux d’humour regroupent une brochette d’artistes. Il en faut pour tous les goûts ; par conséquent vous allez picorer certains artistes et en délaisser d’autres.

Là, quand vous avez accès à une bande dirigée par la talentueuse Valérie Paccaud, tout diffère. Le tout est plus homogène, tous vivent une expérience unique avec beaucoup de stress. Un stress galvanisant, visiblement, puisqu’il les a portés vers des très belles prestations. Certains se distinguaient tout particulièrement, comme le réalisateur et chroniqueur Paul Walther.

Une plume hyper créative et une bonne dose d’absurde amenaient à Paul Walther à survoler son sujet. Yacine Nemra, vainqueur net à l’applaudimètre, profitait d’un public qui lui lançait des rires qui sonnaient comme des « je t’aime ».

Valérie Paccaud, maîtresse de cérémonie d’exception

J’ignore si le dépaysement me faisait planer, mais je passais l’une des meilleures après-midis de ma vie. Car oui : le festival avait lieu dès 16h30. À l’heure du goûter, c’est l’irrésistible et charismatique Valérie Paccaud qui ouvrait la soirée.

Habituée à pondre plusieurs chroniques par semaine et des émissions de deux heures hilarantes, l’animatrice au rire célèbre était touchante et en pleine maîtrise dans cet exercice inédit. Évidemment, elle a évoqué son rire légendaire et a matérialisé son univers comme à son habitude.

Un ADN comique, un style palpable et des prestations de haut vol

Car le succès de chaque prestation tenait à cela : des univers et des personnalités marquants. Laura Chaignat et ses origines jurassiennes, Yannick Neveu et son ode à la curiosité… Mais aussi Philippe Battaglia et Victoria Turrian, dont l’élégance et le charisme étaient intacts.

https://twitter.com/therealphilbat/status/1369901975534456833

Même sur des sujets tellement poncés qu’ils sont défigurés, les Bras Cassés parvenaient à faire preuve d’originalité. Yacine Nemra parvenait ainsi à surprendre en parlant de Tinder. On retrouvait l’absurde de ses chroniques « Le saviez-vous ? ». Pour ceux qui ne les connaissent pas, c’est une série d’anecdotes absolument fausses (et de surcroît hilarantes). Comme à son habitude à l’antenne, Yacine Nemra peinait à réfréner des rires pendant son passage. Le genre de détails qu’on pardonnera toujours aux grands enfants turbulents mais attachants comme lui.

Avec un public enthousiaste face à la prise de risque de la bande, le spectacle était tout simplement génial. Ce type d’ambiance, vous pourriez le retrouver chez Yacine Belhousse, dans les soirées « Premières fois ». Le principe, pour rappel : des artistes de renom viennent jouer pour la première fois quelque chose de 100 % nouveau. Là encore, la prise de risque force le respect et tout se passe mieux qu’à l’accoutumée…

Un passage express à Lausanne qui valait le coup

Quelques heures après ce baptême du feu, Blaise Bersinger animait un plateau d’humour avec Cinzia Cattaneo, Alexandre Kominek, Charles Nouveau et Nathanaël Rochat. Cinzia est l’un des nouveaux visages de l’humour suisse romand et elle continue de progresser à l’antenne comme sur scène. Revoir Alexandre Kominek et Charles Nouveau, inséparable duo des soirées Fifty Fifty, était forcément agréable. Malgré un écueil dont je ne peux plus me passer : je connais la majorité de leurs passages…

Ce n’était pas le cas pour Nathanaël Rochat. Le taulier et précurseur du stand-up suisse est un mélange de Droopy, le pilote de F1 Kimi Räikkönen et Ghislain Blique. On ne sait pas s’il en a encore quelque chose à foutre, mais il retourne sans aucune difficulté le public qui lui fait face ! Tristan Lucas, également dans la salle, n’était pas d’accord avec moi quand je lui disais qu’il était un Ghislain puissance mille.

Mais moi, je n’en démords pas. Moralité : Ghislain Blique a le pouvoir de devenir une icône comique si le public le rencontre en nombre. Avis aux producteurs : pariez sur lui. En plus, comme il le confiait récemment dans son podcast « Comique ! », il se donne pour avoir une place sur l’échiquier humoristique…

Un dernier mot

J’ignore ce qui rend cette scène suisse aussi attractive à mes yeux. J’ai bien sûr une piste : la neutralité et l’envie de creuser les sujets avant de s’exprimer. Une autre caractéristique locale, c’est le faible nombre d’artistes. Leur exposition permanente les pousse à toujours donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils sont régulièrement sans filet, exposés au public. L’ambiance familiale éclipse sans doute la concurrence qui, entre les lignes, existe peut-être… Mais on ne la sent pas aussi palpable, comme Renaud de Vargas l’expliquait dans son interview.

Une autre motivation qui me pousse à parler d‘eux, c’est leur faible exposition. Même s’ils font partie des meubles de l’audiovisuel public, on ne se bouscule pas au portillon pour leur donner une tribune. C’est peut-être ce temps davantage passé à créer plutôt qu’à faire tourner la machine médiatique qui les rend spéciaux… Ou le dépaysement dû à la beauté des paysages. Ou encore leur rareté ? Quelle que soit la recette, le repas est délicieux. Que cela continue ainsi, et je reviendrai encore et encore…

Je n’ai pas cité tout le monde, mais sachez que de Valérie Paccaud à l’improvisatrice Donatienne Amann, tous valaient le détour. Citons également Julien Doquin de Saint Preux, Stéphane Laurenceau et Robin Chessex, tous trois très précis dans leur écriture et leur interprétation. En somme, le pari de Couleur 3 et du théâtre Boulimie, qu’on a visité en août, est donc réussi ! Le festival était mémorable, j’espère ne jamais oublier ces moments.

Crédits photo

© Kenza Wadimoff

[post_title] => Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => couleur3-comedy-club-bras-casses-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-05 15:20:04 [post_modified_gmt] => 2021-10-05 13:20:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011494 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1011282 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-31 15:41:10 [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10 [post_content] =>

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1011275 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-29 17:49:01 [post_date_gmt] => 2021-08-29 15:49:01 [post_content] =>

Le spot du rire assistait pour la première fois à une institution du rire : le Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Un rendez-vous pris de longue date, qui a suscité beaucoup d’attentes… et de pression puisque nous figurions dans le jury.

Avant de vous livrer les coulisses dans un papier qui reviendra sur chaque prestation et les à-côtés du festival, faisons le point sur les primés.

William Pilet et Harold Barbé, artistes aguerris et trop longtemps ignorés, séduisent le jury du Festival National des Humoristes

L’humoriste William Pilet a remporté les faveurs du jury du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Cet humoriste absurde a déployé son comique d’accessoires pour surprendre tout en finesse un public en liesse.

Interview de William Pilet par la presse locale (source : le Dauphiné Libéré)

Harold Barbé a quant à lui remporté le second prix du jury grâce à un passage qui montait en puissance. Entre stand-up caustique et act-outs savoureux, l’artiste Caennais a confirmé son statut de vieux routard du rire.

Troisième artiste et meilleur des autres, Avril a été le dernier artiste largement cité par le panel de professionnels autour de la table. Le jury a récompensé ses choix scéniques originaux et son travail soigné de mise en scène. Prometteur, mais pas suffisant pour recevoir un Bouffon au contraire de William et Harold !

Envie de voir ces artistes à Paris ? William Pilet jouera à la Petite Loge les vendredis 17 et 24 septembre à 20h. Harold Barbé n’a actuellement pas de programmation parisienne, mais si vous êtes chauds, il sera à Lagny-sur-Marne (77) le samedi 6 novembre à 21h. Avril reprend son spectacle au Métropole tous les mardis à 20h à partir du 14 septembre.

Au Festival National des Humoristes, les Apollons restent les chouchous du public 

Entre le public des festivals et les Apollons, l’histoire d’amour continue. Ne vous fiez pas au nom de ce duo comique. Il donne l’impression de voir des artistes jouer la carte d’un humour 100% vieillot… Leur prestation techniquement très soignée séduira un public familial venu s’amuser sans prise de tête.

William Pilet terminait légèrement derrière ce duo, ce qui n’a rien d’étonnant. Lors de la première soirée de découvertes, il a largement creusé l’écart en matière de volume de rires.

Dans les coulisses d’un des festivals d’humour les plus cotés : zoom sur la programmation et le jury

Avec plus de 30 ans d’existence, le festival de Tournon est l’un des plus en vue. C’est l’un des rendez-vous phares pour découvrir de nouveaux talents. La recette : des talents triés sur le volet, jugés sur un passage de 30 minutes. Les ordres de passage et les mélanges d’univers sont savamment orchestrés.

Pour le comparer aux Best de l’Humour dans lequel j’étais également jury, l’approche est beaucoup plus professionnelle. Vous connaissez forcément le président du jury, Alexandre Pesle. Pas forcément de nom, mais si vous êtes déjà tombé sur Caméra Café, vous avez forcément aimé Sylvain de la compta. Alexandre Pesle est également un auteur aguerri, qui a notamment contribué à l’écriture de la série H

Un panel varié, aux sensibilités artistiques différentes mais animé de la même passion

J’ai croisé à de nombreuses reprises Amandine Guillot lorsqu’elle travaillait à l’Alhambra. Aujourd’hui, elle œuvre pour le festival Performance d’Acteur à Cannes et a récemment rejoint l’équipe du Montreux Comedy. Sa présence aussi soutenue était forcément un gage de qualité. Marion Monin-Iacono écrit pour le magazine We Love Comedy, rattaché au Paname Art Café. Depuis son arrivée, étrangement, les contenus de ce site web sont meilleurs. Elle a rejoint l’un des comedy clubs historiques de la capitale dans le cadre de son master en alternance en journalisme culturel. Sa curiosité et son regard artistique déjà bien affûté lui ont permis d’être tout de suite à l’aise dans l’exercice, bien loin d’être impressionnée par le cadre du festival.

Je vais également citer Nina Lamparski, la touche internationale du jury. Si elle travaille à l’AFP sur des questions internationales, elle a l’expérience de plusieurs festivals internationaux réputés en Écosse (oui, c’est le Fringe) et en Australie. Arrivée légèrement plus tard car supposée cas contact, l’humoriste Cécile Giroud apportait une vision d’artiste à ce jury, complétant ainsi celle du président Alexandre Pesle.

Il y avait aussi des amateurs d’humour plus populaire comme Thierry Roudil, à la tête d’une salle atypique et réputée, l’Appart Café. Capable d’apprécier un Harold Barbé à l’humour très soigné, il se défend aussi d’apprécier Julien Bing (nous y reviendrons). Vincent Pillet, responsable des programmes à l’antenne locale de France Bleu, avait lui aussi un regard plus rustique.

Des programmations à la pelle, la promesse de carrières qui décollent

Outre les prix, chaque artiste a bénéficié de la présence de professionnels francophones du spectacle vivant. Venus des quatre coins de la France mais aussi de la Belgique et la Suisse, ils venaient faire leur marché.

Plusieurs artistes ont reçu des propositions de programmation, tremplins humour et même des masterclass. Tout est bon dans l’accompagnement. Plus sérieusement, la réputation du festival apporte toujours un boost appréciable aux artistes qui marquent sur scène.

Cette année, la programmation était comme souvent très bonne. De l’aveu des organisateurs, elle était meilleure que précédemment car tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Pas un seul bide n’a été observé… Peut-être était-ce la présence d’une première partie quotidienne et malaisante qui explique à elle seule le désamour des jeux de mots. Vincent Roca arrivait chaque jour sur scène avec un PowerPoint d’images qu’il commentait avec des jeux de mots. Résultat des courses : le soulagement de voir un artiste faire autre chose, sous réserve qu’il ait bien travaillé, allait aider le public à se détendre.

Du génie festivalier ou une erreur de casting ? Je n’ai pas osé demander : après tout, ils prenaient en charge tous les frais sur place. Règle d’or de l’invité : on fait profil bas sur la critique sur place. Après, c’est autre chose…

Des jeux de mots, quand c’est bien fait, pourquoi pas. Sur un ton professoral et sans votre consentement, vous rigolez moins.

Il allait en chercher quelques-uns très loin, mais davantage pour montrer qu’il connaît le dictionnaire que pour apporter quelque chose de plus à la comédie. Il les annonçait avec un ton nonchalant, presque celui d’un professeur sans histoire qui jouit de voir son audience devoir écouter sans pouvoir s’échapper. Le fond et la forme rendaient ce moment généralement raté. Les petits rires, disparates et pas toujours homogènes, contenaient malgré tout cela de vrais mordus de son univers. Nous sommes en festival, tout est normal.

Tournon en bref : dans le prochain épisode

La retenue, c’est bientôt fini. Ce festival a été une expérience très intense. Je vous ai raconté mon expérience à Tournon-sur-Rhône de la manière la plus neutre possible… Sauf pour Vincent Roca, car c’est important de garder des bases « spotiennes ». Objectif : réduire l’influence de ces expériences qui contribuent au nivellement par le bas de la comédie.

Dans le prochain épisode, on passe à ce qu’on a vraiment pensé de tous les protagonistes. Nous avons traqué tout départ de feu menant à des injustices comiques, surveillé tout dérapage non contrôlé d’artistes ou de professionnels. Mais aussi chassé les anecdotes inédites au plus près des artistes (même s’ils ont tenté de nous séparer, ces petits malins de bénévoles). C’était épique, il y avait des larmes (je n’ai pas dormi) mais pas de sang, donc ça va. Impatients ? Moi aussi, car à l’heure où j’écris ces lignes, la suite n’est pas encore écrite et le mystère demeure sur la forme que cela va prendre…

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => 32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-national-humoristes-williampilet [to_ping] => [pinged] =>
Quelle situation pour les petits théâtres en ce début d’année ?
[post_modified] => 2021-08-31 16:08:05 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:08:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011275 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1011148 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-08-23 06:00:00 [post_content] =>

Cet été, le Théâtre Boulimie à Lausanne accueillait la pièce Les gens meurent. Après le succès de la série Bon ben voilà, la même bande d’humoristes suisses ravit à nouveau le public. Exit les sketches qui rappellent l’humour pointu des Nuls : la pièce est une réussite à la fois théâtrale, comique et dramatique. Retour sur la dernière avec Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux, Yacine Nemra, Blaise Bersinger et Yann Marguet.

Les gens meurent : une pièce sur la mort, sans la lourdeur du deuil

Voir une pièce de théâtre sur la mort ne me tente pas, d’ordinaire. Comme beaucoup, j’imagine, j’ai fait confiance au club des 5. Pour tout vous dire, il existe deux scènes comiques suisses. Les artistes les plus en vue sont des génies de l’écriture et des encyclopédies comiques. Leur métier, ils savent le faire, et bien, en plus. Leur éthique de travail et leur capacité à mener de nombreux projets drôles de front sont bluffantes.

Plutôt que de parler de deuil, Les gens meurent est une sorte de sas entre la vie et la mort. Dès qu’une personne meurt, elle se retrouve dans cette pièce et doit passer le cap. Cinq parcours de vie distincts cohabitent le temps d’une heure et demie qu’on ne voit pas passer. L’intrigue, soignée, regorge de surprises que je ne vous dévoilerai pas, car elles valent le détour…

Yacine Nemra et Julien Doquin de Saint Preux se révèlent… mais pas seulement

Retrouver cette bande iconique a été un réel plaisir, d’autant plus qu’ils osaient le contre-emploi ou la prise de risque. Yacine Nemra, plutôt à l’aise dans l’improvisation, assurait quasiment le leadership de la pièce. Son enthousiasme sur scène se révélait très rafraîchissant et faisait oublier le côté lugubre de la mort.

Autre révélation : Julien Doquin de Saint Preux. Chroniqueur dans les Bras Cassés comme Blaise et Yacine, il se révèle dans un jeu d’acteur à couper le souffle. Il alterne avec une aisance remarquable entre la pitrerie pipi-caca et l’émotion brute. Je suis certaine qu’il a fait couler beaucoup de larmes d’émotion tant sa partition était juste.

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Blaise Bersinger démontre sa capacité à interpréter des personnages touchants, non sans dénoncer leurs travers. Ainsi, son personnage de vieillard misogyne ancré dans une autre époque est peint avec beaucoup de tendresse. Il s’offre même des passages absurdes, que les fidèles de ses gags téléphoniques apprécieront à coup sûr.

Valérie Paccaud joue le rôle d’une femme ambitieuse et manie la colère avec beaucoup de grâce. Son aversion pour les enfants dans la pièce a naturellement parlé à la mienne… Mais la réduire à cela, c’est passer à côté de l’évolution de son personnage. On y devine une générosité enfouie et une sacrée envie de se marrer.

Enfin, Yann Marguet est un peu à part. Il est sans doute le plus dans le déni dans sa manière de contourner la mort. Pour vous donner quelques billes sans tout vous dévoiler, c’est le genre de type qui aime bien les projets d’immortalité de la Silicon Valley… Si vous voyez cette pièce, vous adorerez la mise en scène de son trépas. Elle joue sur des longueurs jouissives qui vous tiendront en haleine.

Une belle réunion d’univers où chacun contribue au succès de la pièce Les gens meurent

À mon sens, la troupe de la pièce Les gens meurent est décidément capable faire rire avec tous les sujets, tous les formats… et de laisser libre cours à l’univers de chacun. Certes, on se tend à chaque reconstitution de ces 5 morts qui ont toutes leur part d’improbable. Et c’est dans l’improbable que la légèreté de la pièce ressort le plus. Le dosage est très fin entre les moments d’humour léger et d’instants poignants.

Autre part essentielle du succès de la pièce : la mise en scène de Tiphanie Bovay-Klameth. De l’aveu même des acteurs, elle a grandement contribué à ce niveau de qualité. On parle bien trop peu de ces regards extérieurs qui font vivre les pièces, mêmes celles sur la mort. Alors quand les acclamations sont unanimes, on savoure encore plus leur apport. J’ai également une pensée pour l’ambiance sonore très soignée et toujours inspirée de Charlotte Fernandez.

Les gens meurent était une réussite attendue, mais il fallait trouver les bons filons pour offrir ce beau résultat au public. L’équivalent de la France en football, mais qui ne manque pas sa cible. Je sais, cette analogie fera souffrir nombre de supporters français. Mais à y regarder de plus près, elle décrit bien la situation. La pression de délivrer le même niveau de qualité quand tout le monde vous attend… Mais aussi quand vous êtes la locomotive d’une scène locale restreinte et en quête de repères comiques… Rien n’était acquis et il était quasiment obligatoire de triompher.

Moralité : avant le trépas, profitons un maximum des réussites artistiques comme Les gens meurent. Il est bien trop commun de prendre pour acquis cette qualité, alors qu’à chaque fois, les artistes se démènent pour faire naître de nouveaux projets toujours aussi comiques. Jusqu’au prochain volet ? Avant cela, fort de ces 3 premières semaines fructueuses, la troupe prépare une tournée. Voilà qui devrait continuer à ravir le public !

[post_title] => Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => les-gens-meurent-boulimie-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-23 09:51:32 [post_modified_gmt] => 2021-08-23 07:51:32 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011148 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1011092 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00 [post_content] =>

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1010921 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 19:34:47 [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47 [post_content] =>

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 8343 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-21 14:56:41 [post_date_gmt] => 2020-01-21 13:56:41 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Aymeric Carrez a remporté les prix du public et du jury du Hold-up Comedy à l’Européen. Sa prestation était impeccable ce soir-là, sa victoire a donc été nette.

Aymeric Carrez répond présent

Aymeric Carrez trimballe ses blagues de plateau en plateau, de tremplin en tremplin, depuis plusieurs années. L’humoriste ne lâche rien, est toujours dans le coin et finit par convaincre.

Ce n’est pas forcément un talent brut, mais s’il met tout bout à bout, il devient redoutable. Ses textes sont bien tournés, même s’il aborde des sujets classiques. Sa vraie force, c’est sa capacité à jouer différemment. Dans son monde, loin du réel, il parvient pourtant à emporter le public avec lui.

Comme je l’avais souligné dans la présentation du concours, je l’attendais au tournant. Il a répondu présent à l’Européen, lorsque cela comptait. Maintenant, j’attends plus de régularité de sa part. Ce n’est pas une exigence pour emmerder le monde, mais c’est sa chance pour se faire un nom.

Performer dans la durée : le plus gros défi des humoristes

L’humour, c’est un marathon. Les comiques s’entraînent chaque jour pour proposer le meilleur au public. À l’Européen, il y avait donc Aymeric Carrez le marathonien, quelques sprinters au talent brut… et d’autres artistes qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir.

Il y a ceux qui soignent leur communication, mais qui doivent encore se trouver sur scène. Youri Garfinkiel donne l’impression d’être bon sur le papier, mais son passage était symptomatique d’un humour d’un autre temps. Étrangement, juste après qu’il vide une bouteille d’eau sur scène à l’aide de ses pieds (pas compris), le mot “Comedy” s’est effondré de la scène. Les fantômes de la comédie l’ont intimé de changer les choses, semble-t-il…

Il y a aussi ceux qui se remettent en question… à peu près tous les autres. Kevin Ozgoz est peut-être un peu trop jeune pour cela, mais sinon… Nicolas Fabié, Maxime Stockner et Brahms traversent une période charnière de leur parcours artistique.

Pour rappel, les artistes sont faillibles

Nicolas Fabié a ouvert la soirée, et on le sait, c’est difficile. Selon nos indiscrétions, le choix de son début de passage (le même qu’aux Best de l’humour) vient de ce que le Jamel Comedy Club lui demande de développer.

Quand j’ai su ça, j’ai compris. L’histoire se base sur les relations hommes/femmes. Simple, accessible, elle n’est pas forcément ce que je préfère voir chez lui. Heureusement, il a pu faire son doublage génial, qui m’avait énormément plu à la Plage du rire et dans son spectacle. À la manière d’Ambroise et Xavier, il doit trouver le truc qui emportera l’adhésion dans les tremplins de ce style… Et là, il les gagnera haut la main.

Maxime Stockner ne proposait pas son meilleur set. Les anecdotes étaient bien là, mais il craignait le bide avant de monter sur scène et finissait insatisfait de sa performance. Cela restait correct, mais pas assez fort. Rien d’inquiétant, c’est le métier qui rentre.

Brahms a été moins bon qu’à son habitude, lui aussi. Son passage sur la grossophobie ne fonctionnait pas, comme une bonne intention qui passe mal. Quelques blagues sur le métro (récurrentes dans les passages, cela reviendrait-il à la mode ?) finissaient de le classer dans le ventre mou des prestations. Remonté contre lui-même, il jurait de se rattraper à la prochaine occasion.

Quant à Kevin Ozgoz, il avait la fraîcheur de l’inexpérience avec lui… Mais cette inexpérience le reléguait également loin du vainqueur. Il avait toutefois envie d’en découdre et il deviendra meilleur avec plus d’expérience.

Verdict : Aymeric Carrez et les autres

En résumé, Aymeric Carrez a été le seul à proposer une prestation solide de bout en bout. Pour tout le monde, la soirée a été riche en enseignements. Le Hold-up Comedy est un concours qui aide les artistes à grandir. Parfois, cela passe par des prestations qui montrent le chemin à parcourir. Parce que quand tout semble simple, la chute arrive violemment.

Là, au contraire, chaque artiste part avec une liste de choses à améliorer. Cela leur permettra de ne plus jamais trembler face à des soirées à enjeu. J’ai hâte de voir les réactions scéniques des uns et des autres : elles conditionneront leur réussite future… pour les amener à être aussi fort que leur parrain d’un soir, Baptiste Lecaplain ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Crédits photo

Aymeric Carrez au Fieald © Kobayashi Photography[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=ihKdNTuySzc" title="Reportage au Hold Up Comedy - VL."][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-aymeric-carrez [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8343 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 8184 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-15 09:50:13 [post_date_gmt] => 2020-01-15 08:50:13 [post_content] =>

Inno JP a remporté la troisième édition des Best de l’Humour 2020. Le candidat belge a devancé les deux vainqueurs de la sélection parisienne, Cyril Hives et Yazid Assoumani. Ensuite, les choix du jury ont hissé Yassir, Bedou et Julien Bing dans le top 6 des finalistes.

Inno JP : une victoire logique…

Face à un panel d’une vingtaine de professionnels, la prestation d’Inno JP a convaincu tout le monde. Précise, rodée : elle laissait peu de place au hasard et offrait à la profession de rester dans sa zone de confort.

Pourquoi je n’exulte pas, me direz-vous ? J’ai effectivement trouvé Inno JP efficace et un poil original pour retenir mon attention, mais l’ensemble m’a laissé de marbre. Au final, comment juger les deux candidats belges, qui ont tous les deux eu accès à des galas TV, face aux autres ? Je craignais que le déséquilibre rende l’équité discutable, et j’ai eu raison.

Je félicite néanmoins Inno JP, qui a livré une assez belle prestation. Si vous l’avez manquée, elle est à peu près identique à celle du gala Derrière un micro Paris-Bruxelles.

Premier temps fort de la soirée : Basile démarre en trombe

À l’Alhambra, l’humoriste nantais Basile débutait la soirée. Une place ingrate, qui pousse souvent à livrer une prestation moyenne. Or Basile a pris le micro pour offrir une prestation parfaite au public.

Une prestation qui, à mon sens, le qualifiait d’office dans le groupe des six humoristes retenus pour la tournée. Il fallait être aveugle pour passer à côté, mais le reste du jury a semble-t-il vécu un syndrome foudroyant d’Alzheimer…

Ok, je suis en colère et dure, j’en conviens. Je comprends que le choix d’un passage sur le métro n’était pas le plus heureux, mais on peut évoquer des lieux communs et rester drôle et original ! Comme il y a deux ans avec Nicolas Fabié, un nantais passe donc hors des écrans radars des professionnels. À titre personnel, j’appelle cela un scandale, mais ce sont sans doute les circonstances qui ont eu raison de Basile.

Cyril Hives vainqueur moral ?

Je reviendrai sur les deux prestations suivantes dans mon classement final, mais passons à Cyril Hives. Avec Inno JP, quelque chose de classique s’est passé à l’Alhambra… Mais avec Cyril, c’était un moment magique.

Fort d’une prestation déjà solide deux jours plus tôt, Cyril apprenait de ses erreurs et modifiait son set pour offrir son meilleur. Je ne l’ai jamais vu aussi fort. Il aurait pu s’effondrer face à 600 personnes, devenir insignifiant comme d’autres. Mais non : il a su être touchant, différent, original — marcher sur l’eau, quoi.

Ce soir-là, Cyril Hives symbolisait le renouveau. Et son passage me donnait l’espoir que les choses changent dans la tête des professionnels. Alors oui, ils ont compris qu’il s’était passé quelque chose, mais ils n’ont pas été au bout du raisonnement. Moi, dans les applaudissements finaux, j’entendais une seule chose : le public le désignait vainqueur.

On comprenait qu’il avait tout donné, vaincu les démons qui auraient pu le faire trébucher. À partir de là, j’ai commencé à rêver d’une révolution dans le microcosme des détecteurs de talents. Et en écrivant ces lignes, j’enrage de mon impuissance : je ne pouvais rien, je n’avais pas l’influence pour ouvrir les yeux des professionnels et leur intimer de changer de disque. Il reste du travail pour propulser les talents du rire plus vite… Alors on va continuer, que voulez-vous que je vous dise !

Le vrai classement et mon classement

Il est temps de vous livrer deux classements : l’officiel, la synthèse des professionnels, et le nôtre.

Classement juryClassement Le spot du rire
1Inno JPCyril Hives
2Cyril HivesBasile
3Yazid AssoumaniYazid Assoumani
4YassirInno JP
5BedouYanisse Kebbab
6Julien BingDoug

Puisque je viens de vous en parler, je ne vais pas revenir sur Cyril Hives, même si je suis ravie de le voir deuxième au classement final. En-dessous, ç’aurait été abusé. Ni sur Basile, passé bien trop tôt.

Yazid Assoumani a (un peu) manqué son rendez-vous

Yazid Assoumani a beaucoup de talent, et on a envie de le voir cartonner. Malheureusement, Yazid n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Le début poussif de son passage m’a fait comprendre que ce n’était pas son jour.

Malgré tout, son talent reprenait le contrôle au fil du passage. Sa sympathie naturelle et son texte loué par de nombreux professionnels lui ont permis de convaincre. Il lui manquait juste l’étincelle de magie pour remporter une adhésion plus nette.

Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra compter sur lui pour la suite ! Manquer un rendez-vous, ça ne ralentit pas un vrai talent. Vous entendrez parler de Yazid.

Inno JP : très bien, mais pas exceptionnel

Ma première impression lors du passage d’Inno JP, c’était de me dire que ça passait bien. Il trouvait un bon équilibre entre de l’humour déjà vu et une pointe d’originalité. Son expérience transparaissait.

En revanche, j’ai trouvé qu’Inno JP manquait d’innovation. Il ne renouvelait pas le genre. Alors que je formulais cette analyse, Inno JP a utilisé le gimmick de Bref dans son texte. C’était éliminatoire pour le faire gagner selon moi : on ne gagne pas un concours en recyclant la marque de fabrique de Kyan Khojandi. J’attends beaucoup mieux.

Yanisse Kebbab et Doug : une fin de top 6 peu inspirée

À part mes quatre premiers, le reste des candidats évoluait dans deux catégories pour moi : « pourquoi pas », ou « c’est mort ».

J’ai décidé d’inclure Yanisse Kebbab et Doug parce qu’ils jouaient juste assez avec l’émotion. Ils ne m’ont pas vraiment fait rire, mais ils ont su me toucher derrière un potentiel plutôt caché. Yanisse Kebbab tombait dans les clichés et les sujets faciles, mais il le faisait avec un certain naturel. Je trouvais ça limité et jeune, mais suffisamment intéressant pour retenir mon attention.

Quant à Doug, j’ai regretté que les blagues ne soient pas assez fortes. Effectivement, il a essayé d’émouvoir le public, mais encore une fois, il l’a fait avec une certaine innocence. D’autres ont bien plus forcé le trait et l’ont dépassé. Bref, pour Yanisse et Doug, je voulais donner une chance de progresser et de comprendre les deux-trois trucs qui leur manquent.

Carton rouge : Funky Fab et les accents

On croyait que l’humour à la sauce Michel Leeb était mort. Faux : il reste des humoristes qui imitent des accents chinois et se plantent dans leurs intentions. En première lecture, on s’étonne que ces gars puissent jouer à Montreux.

Je ne sais pas comment on en arrive encore là en 2020, alors je formule simplement le vœu que tous ces gens regardent la série En rire de l’humoriste Haroun. Cette pastille explique pourquoi il ne faut plus faire d’accents. Surtout en quantité industrielle comme Funky Fab l’a fait à l’Alhambra. Croyez-le ou non, j’ai entendu un membre du jury le mettre dans son top 6…

Mise à jour du 15 mai 2020 : la réponse de Funky Fab

Suite à cette critique virulente de ma part, Funky Fab a réagi dans un podcast pour se justifier et livrer son point de vue.

Très sincèrement, ça m’a fait réfléchir. Déjà, ça ne m’a absolument pas blessé : l’insulte ne m’atteint pas. J’y étais allé vraiment fort. J’ai légèrement modifié mes propos ci-dessus pour livrer une analyse un peu plus distanciée. En effet, j’avais qualifié sa prestation de « consternante » alors que je la réduisais aux accents.

En revanche, l’opinion de Funky Fab sur la censure en humour est intéressante. Et je suis d’accord avec lui sur le danger que représente la censure. Il y a un décalage entre ce que le microcosme progressiste ne veut plus tolérer et ce qui fait rire certaines personnes. Clairement, l’intention de Funky Fab n’était pas raciste, et on le comprend encore mieux avec son complément d’information. Maintenant, l’exécution était maladroite et mon choc concernait plus le fait de ne pas sanctionner une pratique désuète dans le cadre d’un festival tourné vers l’avenir et les découvertes humour.

Pour autant, je fais partie de ceux qui préfèrent une liberté d’expression totale, quitte à offenser, se tromper et dépasser des limites. Censurer, c’est nier l’existence de certains courants de pensée. C’est vouloir construire le monde autour d’un idéal qui ne colle pas à la réalité et à l’opinion des uns et des autres. Tout le monde devrait s’interroger sur ces changements de mentalité, et faire preuve de clémence face à ceux qui rient encore de certaines choses. Plutôt que de condamner toute pensée qui dérange aujourd’hui au nom de la pensée dite « acceptable », il faudrait comprendre ce qu’il se passe vraiment et ne pas fustiger l’autre.

Concernant Funky Fab, je n’aurais peut-être pas dû être aussi virulente et je m’excuse de ne pas lui en avoir parlé directement. C’est ni plus ni moins de la lâcheté, et si l’événement peut nous faire progresser lui comme moi, nous en sortirons meilleurs.

Best de l’Humour 2020 : une belle édition malgré les fantômes du passé

Globalement, j’ai passé une bonne soirée. Elle n’a pas duré quatre heures et le niveau restait globalement bon.

Je continuerai d’avoir des désaccords avec les conclusions des festivals, l’injustice de comparer des talents et propositions artistiques très différentes.

Cela dit, tant qu’on comprendra le pourquoi du comment, on saura mieux se repérer dans les talents qu’on propose. On aurait tort de penser que ces choix sont anodins : ils conditionnent l’accès aux médias des talents. En tant que jury, on a une responsabilité, et la mienne est de juger des découvertes. Une découverte apprendra, progressera… Si elle change la donne, elle aura mon soutien. Et ce sera ma ligne de conduite à chaque concours.

C’est aussi pour ça qu’il me faut très peu de temps pour trancher : je connais ma ligne de conduite, et je vais vraiment dénicher les artistes. Si seulement tout le monde pouvait le faire plutôt que de se reposer sur ce qu’ils connaissent… Le combat continue.

[post_title] => Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => inno-jp-best-humour-2020 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:20 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 8161 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-13 12:39:12 [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12 [post_content] =>

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 7559 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-05 14:51:20 [post_date_gmt] => 2019-12-05 13:51:20 [post_content] =>

Aujourd’hui, je devais vous parler d’un (mauvais) spectacle pour lequel j’ai reçu une invitation presse. Au final, je vais vous parler du doute et épargner ce comédien qui est étrangement produit… Oui, si j’avais les rênes, je mettrai mon argent ailleurs, mais ce n’est pas le sujet !

Doute sur les ondes et dans les salles

Ce spectacle, je ne l’ai pas trouvé à mon goût. J’avais perdu mon temps, mais je m’en doutais. Je me disais : « comment aurais-je pu occuper mon temps à meilleur escient ? », ce qui revient à répondre à la question qui nous taraude tous en ce moment.

Yacine Nemra, l’une de nos dernières découvertes humour, signait la même semaine un magnifique papier sur le doute (ou le fait de le cacher) sur Couleur3. Vous pouvez le réécouter ici :

La même semaine, j’entendais de nombreux humoristes autour de moi douter. Comment s’améliorer, saisir les bonnes opportunités et trouver ma place dans ce milieu de fous ? Quand on pense à ces questions, il est si simple de baisser les bras. Choisir l’artistique, c’est subir les interrogations constantes, voir tant d’autres avoir l’air de vivre leur meilleure vie… Et ne pas comprendre comment on en arrive là !

Et on s’oublie même un peu, on néglige ses contacts ou son bien-être, parce qu’il faut toujours prouver sa valeur jour après jour. Aussi, on regarde des gens qu’on trouve peu ou pas talentueux prendre des raccourcis, comme dans un Mario Kart bien réel.

Accepter d’être perdu pour créer et se réinventer ? Jette donc ce pamphlet de développement personnel…

Je croisais un humoriste, cette fois pas produit ou entouré d’une équipe, mais sérieusement en proie au doute. Il avait l’air dépité, à mille lieues de ce qu’il propose sur scène avec si peu d’expérience.

Pour tout vous dire, je comprends tout à fait ce qu’il traverse. Au final, je fais comme ces jeunes artistes : je débarque encore dans ce milieu, et j’expérimente la même impatience. On a passé deux-trois bonnes premières années ensemble, en proposant des critiques et articles par instinct. Même le choix de mes spectacles se joue à l’instinct, à l’affect ou l’émotionnel.

La vérité, c’est que la quête de légitimité est un combat de tous les jours. Les professionnels établis, j’ai pu les croiser ou les observer parfois de près. Ils ont la trouille. Cette année, j’ai compris que tout le monde était fragile dans ce milieu, surtout ceux qui roulaient le plus des mécaniques.

Loin de m’en réjouir, je me demande pourquoi les choses ne sont pas plus simples. J’ai aussi trouvé un programme régional signé France 3 : Les nouveaux talents du rire. Dedans, je connaissais surtout Thibaud Agoston et certains autres noms m’étaient familiers.

La si difficile vulgarisation des talents

Vous vous rappelez de cette critique de spectacle que je ne vous ferai pas ? L’artiste en question a, selon moi, le profil parfait pour exporter son spectacle. C’est bien présenté et mis en scène : le marketing est solide, la proposition artistique extrêmement claire pour le spectateur. Vous voyez les blagues arriver bien avant, vous êtes dans une zone de confort car vous avez vu ça mille fois.

Le contraste est saisissant avec mon expérience : j’enrage quand je vois ça. Tout comme j’enrage quand je vois la manière dont France 3 présente les humoristes : par des clichés ou des ficelles faciles. On n’est pas passé loin du classique : « Peut-on rire de tout ? », alors que la question de base, c’était : « Qui sont les nouveaux talents du rire ? ».

Je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire

J’ai une idée précise et vague du visage des nouveaux talents du rire. Précise d’abord, car je comprends ce que je cherche. L’originalité, le petit truc en plus qui m’embarque, la sincérité dans la proposition artistique. Quand j’y pense, il y a aussi une certaine humilité face à l’exercice, qui laisse échapper une forte envie d’apprendre.

Vague ensuite, car l’offre est si dense que la résumer est une tâche drastique. C’est pourtant la mission du spot du rire, parce que j’aime me compliquer la vie, sans doute ?

Finalement, choisir les nouveaux talents du rire revient-il à faire confiance à une poignée de professionnels ? Ceux qui vont voir les spectacles et consacrent leur temps à une poignée de personnes ? Et on les découvrirait cinq par cinq, dans les méandres des plateformes de vidéo à la demande, les rediffusions télévisées ou radio, YouTube ? On n’a à peine le temps de se poser la question qu’une vidéo virale de discours politique ou féministe dévie notre cheminement de pensée.

Bref, je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire, car on se heurte toujours au même problème. L’humour est subjectif. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les algorithmes nous éloignent déjà des artistes, alors qu’on cherche encore plus à ajouter de la personnalisation ou de l’intelligence artificielle dans la recette.

Vous reprendrez bien un peu de hasard ? Tout est une question de confiance

Parfois, je suis nostalgique de cette époque où je ne connaissais personne. Cet œil neuf était prêt à se perdre dans n’importe quelle salle de spectacle ! Axel Cormont, le Théâtre le Bout… Personne ne me l’a suggéré : j’ai tout lu sur un site de billetterie bien connu. Comprenez toutes les descriptions de spectacles, les fiches et même les avis spectateurs.

J’ai donné du temps aux artistes pour les découvrir, et ils me l’ont rendu au centuple derrière le micro et sous les projecteurs. Aujourd’hui, je vendrais ma confiance les yeux fermés à certains lieux ou artistes. D’autres n’auront pas ma clémence… Pour garder l’œil ouvert sur certains talents, il me reste tout de même une arme secrète : le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille est magique : là où vous ne saviez pas si un spectacle vous plairait, vous pouvez vous tourner vers une connaissance. Comme cette personne vous connaît, et si elle a vu le spectacle que vous voulez voir, vous allez y aller en levant vos freins habituels.

En résumé, le bouche-à-oreille continue de marcher, parce qu’on lui fait bien plus confiance qu’à un marketing bien ficelé. Vous pouvez pondre tous les mots que vous voulez, vous ne parlerez jamais aux plus hermétiques des publics…

La recette du succès artistique n’existe pas

Depuis plusieurs mois, Inès Reg ferait donc sensation grâce à « une vidéo » ? Comme d’habitude, c’est la partie émergée de l’iceberg que vous connaissez. Vous n’avez pas vu les multiples scènes ouvertes du Jamel Comedy Club, ou les premières scènes, ou les premiers doutes !

Je crois qu’il faut simplement accepter de laisser la place au doute et au hasard. Faire de son mieux tous les jours, se ménager quand on sature ou qu’on ne le sent pas… Et profiter de ces moments où on n’est pas là où on veut être (95 % du temps, sans doute) pour souffler et repartir avec l’insouciance du désespoir. Désolée si ça sonne « développement personnel », on commence tous à être intoxiqués par cette folie d’optimisation humaine.

[post_title] => Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doute-milieu-artistique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 7535 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-01 11:15:21 [post_date_gmt] => 2019-12-01 10:15:21 [post_content] =>

Le Laugh Steady Crew propose certains week-ends un stage de clown animé par Hervé Langlois. Thierno Thioune, metteur en scène de la troupe, n’est apparemment jamais bien loin. Même par SMS, il parvient en effet à chapeauter ces instants où les futurs comiques parfont leur art. On a pu assister à l’une des séances, et c’était particulier.

Stage de clown d’Hervé Langlois : les artistes et le reste du monde

Autant, j’étais très curieuse de voir ce qui allait se passer. Mais j’étais assez mal à l’aise et j’espérais qu’on allait m’oublier. J’ai décidé de me caler tout au fond de la salle, mais le formateur avait les yeux partout. « Elle vient pas, celle-là ? »

Non, vraiment, oubliez-moi. Présentée comme une journaliste, je me sentais défaillir et je voyais son regard un peu perplexe. « Elle peut participer au début, c’est juste un truc de présentation, l’harmonisation… »

Ça sentait le piège. Heureusement, Florencia, la femme de l’ombre du Laugh Steady Crew, refusait aussi cette « harmonisation » et m’aidait à formuler ce « non » qui me sauvait vraiment la mise.

Parce que dans les formations classiques, il y a un temps de brise-glace. Où on va s’assurer que les gens sont bien engagés. Un peu comme un dentiste qui t’informe des soins qu’il va prodiguer avant de se mettre au travail. Là, non. Tous les artistes jouent le jeu et obéissent à la moindre requête. J’aurais fait 3 AVC à leur place. Le lâcher-prise, le fait d’oublier le regard des autres pour revenir à une forme d’animalité, occupera ainsi la première heure. J’ose à peine regarder ce qu’il se passe et je ne regarde plus personne dans les yeux. Alors qu’en réalité, tout le monde s’en fiche qu’on les regarde faire des bruits gênants ou « faire du poney ». Je ne vous le raconterai pas, cela se vit.

Les stand-uppers sont des comédiens

L’objectif de ce stage de clown, c’est de savoir utiliser son corps à bon escient sur scène. Il y a aussi le lâcher prise qui permet de stimuler sa créativité et de développer l’écriture automatique. Même moi, j’apprends des choses et je vois que les conseils d’Hervé Langlois sont véridiques. Le langage corporel en dit beaucoup.

Au fil de la journée, les exercices se rapprochent de l’expérience scénique. Un exercice en particulier les pousse à sortir de leur coquille. Hervé Langlois ne connaît pas forcément les élèves présents, mais il comprend ce qui les bloque ou ce qui pourrait les rendre meilleurs. Il va provoquer ou désinhiber les introvertis et globalement sortir tout le monde de sa zone de confort. Ou alors sublimer leur art…

J’ai pris cher…

Heureusement, j’étais toujours à l’écart de l’exercice. Jusqu’à ce que Mamari reçoive l’ordre de se mettre en colère. Louis Chappey a commencé à prendre cher, c’était puissant. Et elle partait en furie avant de se rapprocher dangereusement de la zone où j’observais ce manège.

Si Pierre DuDza a promis de m’offrir un roast après son interview, Mamari a pris les devants. J’étais déjà prostrée, et j’allais ressentir le besoin de me mettre en boule et de disparaître loin, très loin.

Si aujourd’hui, je vous écris en ayant survécu, c’est dû à une chose essentielle. Mamari a un sens de l’observation très fort. En prime (et merci), elle est une lectrice fidèle, donc elle savait exactement où taper. Sans préparation, elle tournait en dérision ma manière de faire des critiques stand-up. En 5 phrases, elle me renvoyait toute la crainte que certains humoristes ont à mon égard, celle de tomber sur une mauvaise critique rédigée par mes soins.

Momentum au stage de clown d’Hervé Langlois

Ça aurait pu tourner au vinaigre, mais non. Pourquoi ? Parce que soudainement, je recevais les coups, de plus en plus justes, et Mamari et moi partagions la vulnérabilité de l’instant. Ce flottement où on risque d’offenser, mais où ça n’arrive pas. La limite de ce que je peux encaisser n’est pas franchie, parce que Mamari utilise son intelligence pour comprendre ce qu’elle peut dire ou non. J’ai pris une claque artistique et mon ego est resté intact. Ça, les amis, c’est un bon roast. Bien joué, Mamari.

Bon, j’ai flippé comme jamais et je suis restée en boule de peur d’entendre un truc litigieux face à cette bande d’humoristes. Les 20 minutes suivantes, je n’arrivais pas à respirer normalement et j’en tremblais encore. J’ai même perçu que j’étais en infériorité numérique face à ces artistes, et qu’ils auraient bien pu me tuer. Me faire taire pour toujours, me couper les mains, que sais-je encore ? Paranoïa, quand tu nous tiens… Si tu ne comprends pas, reste assise sur un banc à regarder des artistes devenir des clowns. Tu ne seras pas déçu du voyage.

Verdict

On dit souvent que le stand-up, c’est simplement venir sur scène et parler dans un micro. Ce stage vient contredire ce mythe. Bien sûr, on peut s’en tenir là, mais on passe à côté de tellement de choses. Aude Alisque le décrivait finement dans son interview :

Ça m’a vraiment aidé à me libérer de la peur de proposer certaines choses sur scène. Par exemple, j’avais fait un stage d’une semaine avec Hervé Langlois. Tu commences à adopter un comportement et il te pousse à aller au bout. Au terme du stage, je n’avais plus peur de rien : me mettre à hurler, aller dans l’étrange, lécher un mur. Depuis, les limitations sont parfois revenues. Dans l’ensemble, j’ai réalisé que je n’allais pas mourir si je proposais quelque chose de vraiment bizarre sur scène. Tout passe si tu assumes jusqu’au bout. Ça a tout libéré, et le corps notamment.

Là, le stage était plus court et il y avait un peu trop de monde. Mais ils promettent que la prochaine fois, ça ira mieux. Espérons qu’ils puissent proposer des stages avec 12 participants maximum. Pour avoir formé des gens dans ma vie précédente, c’est la limite à ne pas dépasser pour une expérience personnalisée et percutante.

Et d’ailleurs, même si nous avons choisi d’illustrer l’article avec Monsieur Fraize, nul besoin de se réclamer dans sa mouvance pour faire du clown… Aude Alisque en est le meilleur exemple, et elle a vraiment progressé avec ce stage. Je l’ai remarqué au fil de ses scènes, alors que je la suivais à son premier Dimanche Marrant notamment. Ajoutez à ça le Laugh Steady Crew, et vous obtenez une présence scénique augmentée…

Crédits photo

Monsieur Fraize © Christine Coquilleau

[post_title] => Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stage-clown-herve-langlois-lsc [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:09 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7535 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011640 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-11-16 10:30:00 [post_date_gmt] => 2021-11-16 09:30:00 [post_content] =>

Guillaume Guisset joue son spectacle Cordialement à la Petite Loge depuis octobre 2020. Une première année tronquée, sans possibilité de tester pendant un long moment, qui l’a pourtant galvanisé. Retour en arrière.

Cet article est le deuxième de la série « Comment un artiste se construit à la Petite Loge ».

Guillaume Guisset dans Cordialement : le titre reste, le contenu et l’affiche mutent

Un spectacle d’humour évolue comme un variant : il mute pour s’adapter de plus en plus au public. Dans la première version du spectacle Cordialement à la Petite Loge, Guillaume Guisset restait englué dans une comparaison possible avec Gaspard Proust. Le mec de droite, un peu réac, un peu beau gosse, qui provoque avec intelligence et malice.

Pourtant, il semblait y avoir plusieurs nuances de Guisset. Le faux gendre idéal allait rapidement disparaître, à l’instar du côté bad boy de Brian Kinney dans la série Queer as Folk. Lors de ma première fois dans la salle, j’étais hilare. Lors de la seconde, j’étais davantage transportée, mais je ne savais pas encore où il m’amenait.

Des mois plus tard, Guillaume Guisset m’annonçait que dans Cordialement, tout changerait. Il y aurait des accessoires. Pour avoir adoré et adulé le comique d’accessoires de William Pilet, je me devais de revenir rapidement. Cependant, les deux expériences n’ont rien à voir. Les accessoires ne sont pas au centre du spectacle : le jeu l’est.

L’art de trouver un fil rouge

Autre véritable nouveauté : le fil rouge du spectacle, qui clarifie sa ligne artistique. Dans Cordialement, Guillaume Guisset proposait en ce début d’automne une interprétation moderne de la réac-attitude. Truffée de naïveté, la vision du monde de son personnage interroge habilement la bien-pensance et les consciences éveillées.

Ce n’est pas une attaque, frontale ou déviée, qui le hisserait dans les pas du baron du Medef, mais bien un autre regard sur notre société. Il se révèle tout aussi pertinent que celui de ses homologues à gauche de l’échiquier comique, parce que barré et bourré d’autodérision. La nouvelle affiche reflète ce glissement : le gendre idéal n’est plus, le rire faussement sardonique triomphe.

Qui dit glissement ne signifie pas glissement de terrain. Avec ce nouveau fil rouge, il serait aisé de tomber dans la facilité ou le cliché de l’humour de droite. Oui, mais… Encenser François Fillon tout en l’enterrant politiquement, sexualiser Angela Merkel et son partenaire de vie tout en renversant les rapports de force attendus… Voilà une manière hilarante de tourner en dérision les plus puissants de ce monde autrement qu’Usul (dont j’apprécie beaucoup l’humour caustique).

Dans Cordialement, Guillaume Guisset singe « le babtou de Neuilly »

En octobre dernier, Guillaume Guisset participait au gala télévisuel d’Alex Vizorek. Il proposait un sketch, « le babtou de Neuilly », qui raconte sa rencontre avec les causes des minorités. Comment celui qui a grandi dans un hôtel particulier découvre-t-il le vécu de ceux qui vivent de l’autre côté du périphérique ?

Il confie son rêve de banlieue plutôt que sa jeunesse dans les beaux quartiers, cherche à provoquer les forces de l’ordre pour se prendre un coup de taser… Cet angle là m’électrifie, je vous l’avoue. À l’heure où certains veulent segmenter le rire, où chaque communauté se contente d’aborder son pré carré, Guillaume Guisset s’improvise conquérant du LOL.

Autant je comprends le besoin de comédie alternative comme refuge aux lieux ou aux artistes toxiques. Autant quand c’est bien fait, on aurait tort de s’en priver. Guillaume Guisset propose ici un seul-en-scène brillant, vendeur aux yeux des pros de l’humour et qui conquiert aisément le public. Tous les voyants sont au vert pour la suite de sa carrière. Reste à savoir ce que l’avenir réserve à ce comédien à la plume affûtée et à l’espièglerie jouissive.

[post_title] => Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guillaume-guisset-cordialement-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-11-16 10:37:00 [post_modified_gmt] => 2021-11-16 09:37:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011640 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 57 [max_num_pages] => 4 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 3ed43ffde7cf6acef39927e1613b2861 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

reportage

Guillaume Guisset : affiche du spectacle Cordialement à la Petite Loge

Cordialement : comment Guillaume Guisset se construit à la Petite Loge

Soyaux Fou d’Humour 2021 : Julie Geller remporte la soirée découvertes

Festival - À Soyaux Fou d’Humour, Julie Geller l’emporte

Programmation : affiche du festival Paris Paradis 2021

Retour sur le festival Paris Paradis 2021

Couleur 3 Comedy Club : souvenir du premier festival avec les Bras Cassés

Couleur 3 Comedy Club : retour sur la 1re scène des Bras Cassés

Coulisses du Festival National des Humoristes : la remise des Bouffons

Tournon : les coulisses d’un festival humour

William Pilet, Grand Prix du Jury au Festival National des Humoristes à Tournon, et ses concurrents

32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet

Les gens meurent : affiche de la pièce au Théâtre Boulimie (Lausanne)

Après avoir vu Les gens meurent, peut-on mourir tranquille ?

Stand-up à Melun : affiche fictive de la soirée Jacques-a-Rit

Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit

Christine Berrou sur scène

À propos du courage : ode à la liberté des humoristes

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Aymeric Carrez au Fieald

Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Hold-up Comedy : affiche du casse du siècle à l’Européen

Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques

Doute de l’artiste : un dessinateur travaille à reproduire un visage inachevé

Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles

Stage de clown d’Hervé Langlois : pour tous les Monsieur Fraize en herbe

Stage de clown d’Hervé Langlois : en immersion