Publications liées au mot-clé : écriture

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => ecriture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 467
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ecriture
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 467
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => ecriture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 467
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ecriture
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 467
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 467
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 467
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => ecriture
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 467
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (467) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (467) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (467)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011371
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-29 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00
                    [post_content] => 

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011036 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00 [post_content] =>

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010986 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-30 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-30 06:00:00 [post_content] =>

Émilie Hamm a investi le théâtre de la Petite Loge pour une exceptionnelle en juin. Elle y jouait son nouveau spectacle, L'école de la vie. Hors de mes radars habituels, elle m’a pourtant convaincue de la découvrir…

Émilie Hamm : la première d’une artiste expérimentée

Que cache une description de spectacle ? Avec Émilie Hamm, la réponse ne coulait pas de source. Je n’avais même pas effectué de recherches sur internet, faisant confiance à ces quelques lignes et la Petite Loge. Je devinais un CV de comédienne bien fourni (c’est le cas), quelque chose qui allait changer des humoristes de plateau (toujours un grand oui).

Vous le savez, j’adore les balbutiements des débuts. Cependant, tout indiquait des mois de travail avant de proposer une œuvre qui donne déjà l’impression d’un aboutissement. Les professionnels de l’humour savent qu’une première est toujours un « travail en cours », mais pour le spectateur classique, les fondations sont déjà solides.

L’école de la vie : un drame poignant à la Petite Loge

Derrière ce titre, j’imaginais une pièce très enfantine, optimiste. Ma surprise était donc totale à la découverte du thème central : l’expérience d’un deuil parental bien trop tôt. Aude Alisque explorait déjà ce registre deux semaines plus tôt. Toujours une exceptionnelle, toujours à la Petite Loge. Hasard du calendrier ?

Si Aude Alisque y consacrait quelques minutes, Émilie Hamm construit toute son histoire autour de cet événement. Sa grande force ? Avec l’aide d’Aude Galliou à la mise en scène et l’écriture, elle propose une mise en scène immersive, à couper le souffle. Elle est d’une justesse immense, tant dans le propos que dans le jeu, les placements, la voix…

L’école de la vie est une œuvre complexe. Chaque pièce du puzzle semble éparpillée au début du spectacle, plongeant le spectateur dans une attention totale. Happé par la narration, il reste alerte tandis qu’Émilie Hamm assemble le résultat final entre drame et légèreté. La science, la NASA, les souvenirs d’enfance, les déplacements à travers le globe… Tous les sujets ont leur raison d’être.

Émilie Hamm : une comédienne de haut rang à l’écriture impeccable

J’oppose souvent les auteurs qui apprennent à jouer et les comédiens au texte plus faible. Émilie Hamm dispose des deux cordes à son arc et elle vise plus juste que n’importe quel tireur d’élite. L’histoire est prenante, difficile à encaisser. Pour autant, Émilie Hamm réussit à éviter l’écueil du pathos : elle ne tremble pas une seule fois, ne verse aucune larme et accompagne l’ensemble avec un optimisme à toute épreuve.

C’est saisissant de force, ça demande quelques temps pour reprendre ses esprits. Pour mieux comprendre, je vais vous situer L’école de la vie sur l’échelle comique. Il y a la bonhomie candide d’une Marina Rollman qui évoque la dépression. Également, il y a l’émotion d’une Marion Mezadorian qui développe sa galerie de personnages. Mais ce n’est pas tout : je rencontre une comédienne à la singularité déjà bien présente, qui ne peut finalement être comparée à personne.

En résumé

J’ai trouvé ce spectacle saisissant. Défini comme un one woman show, c’est bien davantage un seul-en-scène touchant et drôle. Touchant avant d’être drôle, car les pièces de ce type ne promettent pas un rire toutes les 15 secondes. Ça n’aurait pas de sens, ça dénaturerait le propos et la force de la proposition artistique.

Parfois, on souhaite rire à gorge déployée pour tout oublier, en toute légèreté. À d’autres moments, on cherche des spectacles qui font prendre de la distance sur la dureté de la vie, sur la capacité que chacun a en lui pour s’en sortir. Il fallait une porte de sortie positive, un message final qui accompagne et permet d’encaisser le drame tout juste conté. Il est bien au rendez-vous, profondément actuel et révélateur d’une société qui souffre, mais qui a toutes les armes pour se relever.

Depuis près d’un an et demi, Émilie Hamm devait jouer ce spectacle. Les confinements successifs décalaient ainsi l’échéance et permettaient une refonte totale du spectacle. Face à un gratin de professionnels qui ont suivi la création du spectacle (Clémence Bracq, Jessie Varin, Valentine Mabille…), elle a offert un spectacle remanié. Preuve s’il en est que les répétitions et la collaboration artistique peuvent aussi faire évoluer des spectacles sans tester des passages en plateau de stand-up.

Crédits photo

© Jody Carter

[post_title] => L’école de la vie, le spectacle captivant d’Émilie Hamm [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => emilie-hamm-spectacle-ecole-vie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-27 20:08:07 [post_modified_gmt] => 2021-06-27 18:08:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010986 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010167 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-24 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-24 07:00:00 [post_content] =>

Elsa Barrère, autrice établie en radio (OUI FM) et télévision (Canal+), monte sur scène depuis plusieurs années. Cela fait plusieurs années que je la croise sur les plateaux d’humour. À votre avis, pourquoi je vous en parle seulement maintenant ? La réponse va vous étonner…

Elsa Barrère ou comment retourner mon jugement pas à pas

La découverte humour que je vous présente aujourd’hui a en effet une particularité. Il s’agissait d’une humoriste que j’étais loin d’apprécier. Par ses prises de position sur les réseaux sociaux, elle ne me donnait pas envie de découvrir son univers.

Les mois ont passé, j’ai pu l’entendre dans un podcast parler de son histoire personnelle. J’ai écouté attentivement, car chez moi, la porte n’est jamais fermée. Une mauvaise impression ne perdure pas, surtout lorsque je découvre de nouveaux éléments qui me font changer d’avis.

Elsa Barrère est surtout connue pour sa plume. Or depuis deux ans, les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour souligner son talent sur scène. Plus récemment, elle a intégré le Laugh Steady Crew. Là, j’ai su que j’allais devoir la revoir, et possiblement revoir ma copie.

Car intégrer le Laugh Steady Crew, c’est faire preuve d’humilité. Surtout lorsqu’on est déjà un peu établi. Sur scène au Jardin Sauvage, je craignais un peu les moments où elle me regardait fixement, comme si je ressentais la lourdeur de mes jugements passés. Alors qu’en réalité, puisque nous étions dans l’obscurité en tant que public, elle ne me voyait pas. Mais ça fait son petit effet.

Elsa Barrère joue avec les polémiques, apporter des idées fortes et crée une expérience unique

Au niveau du contenu, j’ai découvert des idées très bien amenées, quelques maladresses dues aux difficultés dans lesquelles elle se met. En effet, elle n’hésite pas à aborder tous les sujets, les polémiques l’inspirent plus que quiconque. Les idées bien amenées étaient plus denses que les maladresses, ce qui m’a donné envie de réviser mon jugement.

Ça tombe bien, puisqu’Elsa a participé aux soirées Pasquinade. Vous pouvez d’ailleurs voir son passage sur la plateforme. Haroun, dont le talent n’est plus à prouver, a misé sur elle : une pression importante qui, au lieu de la faire sombrer, l’a révélée comme jamais auparavant. J’ai eu la chance d’être dans le public ce soir-là et tout est devenu limpide. Par ailleurs, on le ressent encore plus fortement en vrai qu’à travers un écran.

Passer de la maladresse à la maîtrise

Elsa Barrère, celle en qui je ne croyais pas, est devenue en quelques minutes seulement une découverte humour que j’avais envie de promouvoir sans équivoque. Point de maladresses cette fois-ci, mais une présence qui s’impose. Le rythme, l’expression de la colère et la sensibilité palpable… Tout rendait Elsa artiste à ce moment précis. Il y a aussi cette compréhension de l’image qu’elle renvoie, et qu’elle exploite avec beaucoup de justesse pour emmener le spectateur où elle veut. Ça, ça s’appelle de la maîtrise — plus du tout de la maladresse.

Crédits photo

Capture d’écran © Pasquinade

[post_title] => La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-barrere [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-24 16:22:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-24 15:22:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010167 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010104 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-14 17:45:31 [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31 [post_content] =>

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

Photo de couverture : © Simon Lefebvre

[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-10-16 12:14:37 [post_modified_gmt] => 2021-10-16 10:14:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1009534 [post_author] => 15 [post_date] => 2020-11-12 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-11-12 07:28:00 [post_content] =>

Après un rodage fructueux au Point Virgule, Panayotis a tenté à plusieurs reprises de jouer son spectacle Presque dans des salles plus vastes. Malgré les nombreux reports, nous avons pu assister à l’une de ses représentations au Grand Point Virgule. Découvrez la critique de Zelda Atlan !

Les années se sont écoulées et le grand public se demandait où était passé la tête à claque du Petit Journal. Finies les interviews de stagiaire pré-pubère, place à une plume mature et un Panayotis grandi. 

Dirigée par l’œil aiguisé de Fary, la mise en scène demeure fidèle à celle du stand-up traditionnel. Un plateau vide qui comporte uniquement un micro sur pied. Basique, mais cependant efficace, puisqu’il sert d’appui de jeu pour Panayotis.

Du haut de ses 22 ans, Panayotis Pascot s’est lancé le pari de nous faire rire. Comment y parvient-il ? Sa recette est simple : une pincée d’anecdotes gênantes, un soupçon d’introspection, le tout agrémenté d’un grain de folie. 

Presque de Panayotis : un voyage entre storytelling et introspection

Pendant près d’une heure et demie de spectacle, Panayotis nous ouvre la porte de son intimité en nous contant des épisodes de sa vie. Toujours avec humour et légèreté, il aborde des sujets qui, avec le recul, ne semblent pas si drôles. Dans un premier temps, Panayotis met l’accent sur cette question de la masculinité en se confrontant aux hommes de sa vie, notamment son père. Au cœur de ses vannes, Panayotis tire la corde entre humour et thèmes délicats : un père qui se jette dans des orties afin de prouver qu’un homme, ça ne pleure pas. Au vu des rires dans la salle, le succès est au rendez-vous.

Visiblement, cette injonction à « devenir un homme version 2.0 » a laissé à Panayotis quelques séquelles quant à l’expression de ses sentiments. Ainsi, il nous conte avec naïveté et gêne ses ratés auprès de la gente féminine. Par exemple, une envie de pisser totalement simulée car il est incapable d’embrasser le premier.

Des personnages interprétés avec brio

Côté jeu, là encore Panayotis réussit à marquer des points. Il n’hésite pas à incarner les personnages de sa vie. Notamment ce colocataire un peu dépressif et en pleine crise de la quarantaine que Panayotis n’hésite pas à rendre drôle et attachant.

Hormis la mise en lumière des acteurs de la vie de Panayotis, Presque est avant tout un spectacle introspectif. Ce spectacle questionne autant qu’il a questionné son créateur. Sur scène, Panayotis privilégie la sincérité à l’humour engagé. C’est d’ailleurs pourquoi il sort ému de son spectacle. Dans son interprétation comme à travers ses mots, Panayotis nous dévoile presque une partie de lui. 

Verdict : faut-il aller voir Presque, le spectacle de Panayotis ?

Si nous recommandons ce spectacle, il nous interroge sur les futurs angles artistiques de Payanotis. Certes, Presque est un spectacle bien écrit et authentique. Mais Panayotis s’est-il enfermé dans un personnage déjà trop dessiné, que le spectateur aurait déjà cerné ? Croisons les doigts pour que Panayotis reste aussi surprenant que drôle à l’avenir…

💬 Le mot de la rédac’ chef

Merci à Lisa pour cette belle critique du spectacle de Panayotis au Grand Point Virgule ! Une fois encore, le jeune prodige de l’humour fait mouche.

Une chose est sûre : ce genre de critique honore ceux qui sont allés au bout de leur proposition artistique à l’instant T, et la crainte de Lisa sera probablement levée dans son prochain spectacle. L’avantage, vu son jeune âge, c’est qu’il a tout le temps pour se développer, que ce soit sur scène ou dans ses projets de réalisation.

Pour l’heure, ce spectacle a encore de beaux jours devant lui ! Enfin, quand nous pourrons à nouveau sortir au théâtre… Ne nous faisons pas de souci, cela dit : tant que son producteur Jean-Marc Dumontet garde le même enthousiasme, l’espoir est de mise !

[post_title] => Panayotis dans Presque : un spectacle abouti ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => panayotis-presque-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-14 19:14:12 [post_modified_gmt] => 2021-02-14 18:14:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009534 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1009380 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-30 08:13:01 [post_date_gmt] => 2020-10-30 07:13:01 [post_content] =>

Depuis maintenant un an, C’était mieux maintenant est à l’affiche du plus petit théâtre de la capitale. À l’origine de ce titre nuancé, l’humoriste Avril aborde chaque représentation avec l’envie d’évoluer. Comment Avril parvient-il à construire son style d’humour ? Pourquoi, malgré les multiples changements, réussit-il à conserver de solides fondations comiques ?

Même si Avril n’a pas joué une année complète en raison du confinement, je vous propose un premier bilan. Pour ce faire, j’ai épluché les critiques sur un célèbre site de réservation de spectacles. Quatre grands volets émergent : originalité, ambiance, écriture et maîtrise.

Originalité : C’était mieux maintenant n’est pas un spectacle comme les autres

« Différent », « rafraîchissant », Avril emporte le public dans ses « folles réflexions ». Sa force se situe entre un « humour décalé » et une « personnalité intrigante ». La quête d’originalité d’Avril est d’abord un combat. Très compétitif envers lui-même, il a cette envie de développer une originalité et ne pas faire comme tout le monde.

Cela se traduit notamment par son besoin de développer une pensée critique distanciée de tous lieux communs. C’est le propre des curieux : ils ne prennent rien pour acquis, ne se satisfont pas des poncifs et questionnent tout. Il aurait pu être chercheur, mais il se serait doute ennuyé ferme dans cette vie-là.

Sa polyvalence l’amène donc à pouvoir évoquer de nombreux sujets. Cette envie de tout comprendre et de sortir des sujets habituels est forte chez lui. Mais contrairement à d’autres, il a compris qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air intéressant pour le devenir… À mon sens, les humoristes qui veulent délivrer des messages au détriment du rire se sont trompés de vocation. Ils devraient plutôt s’engager en politique et laisser la scène aux orfèvres de la vanne.

Expérience et ambiance : vous allez vous en souvenir !

Parce qu’avant toute chose, Avril aime provoquer les rires. Il veut avoir l’air agréable et amuser la galerie. Comment cela se traduit-il ? Selon les spectateurs, « on le suit comme une évidence » grâce à « son aisance déconcertante ». Pour cela, il « crée une atmosphère unique ». Nombreux sont ceux qui décrivent « un très bon moment » passé à la Petite Loge.

C’est peut-être le volet le moins connu d’Avril. Il parvient souvent à surprendre et se surprendre lui-même. Il nous amène ainsi à croire qu’il n’est pas perçu comme sympathique, prenant l’exemple d’un retour spectateur après une scène.

Au final, son heure est l’occasion de dégommer cette critique (dont vous ne trouverez aucune trace !) : les interactions créent un moment assez fort, surtout pour ceux qui interagissent. Outre les échanges, Avril mise sur une autodérision saine. Son désamour pour la victimisation fait qu’il s’amuse de lui-même et diffuse un rire communicatif dans toute la salle.

Chaque prestation devient unique, ce qui amène parfois Avril à lutter pour conserver son fil conducteur.

Finesse et qualité d’écriture : entre précision et bouillonnement

Heureusement, il mobilise une « écriture ciselée et intelligente ». Il propose ainsi « un texte réfléchi et personnel ». La perception des spectateurs prouve que ça fonctionne : Avril est « fin, drôle et subtil à souhait ».

Sur ce point, Avril a évolué. Il a certes toujours su et aimé écrire avec intelligence. Cependant, il avait du mal à se canaliser. C’est le propre de ceux qui ont longtemps contenu leur verbe et entendu des benêts mobiliser la parole. De fait, sa première prestation bouillonnait littéralement. Je la décrivais alors comme « un festival, un feu d'artifice et un gros bordel ultra-organisé ».

Contradictoire, n’est-ce pas ? Pas chez Avril, justement grâce à sa finesse et à la force de son écriture. Cette faculté à créer de la surprise dans le texte comme dans le jeu est rare. Il la propose de plus en plus, de mieux en mieux. Oscillant (hésitant ?) entre le seul-en-scène et le stand-up, Avril n’a peut-être pas encore saisi qu’il a trouvé le bon compromis entre l’efficacité et l’originalité comiques.

Car savoir écrire, c’est aussi créer un spectacle digeste pour le public. En un an, les progrès sont réels, même s’il reste quelques détails à fignoler. Cet automne, l’heure est beaucoup plus fluide, ponctuée de respirations rendant le tout agréable de bout en bout. Mais le 10 octobre dernier, il avait encore le désir d’en proposer toujours plus tout en respectant son temps de scène. Plutôt que de sacrifier un pan de son show, il a accéléré le rythme pour en sacrifier le moins possible. Avec plus d’expérience et une confiance accrue, il deviendra redoutable.

Maîtrise : C’était mieux maintenant, c’est toujours mieux à l’instant T !

Redoutable, c’est sûrement le bon adjectif pour rendre compte de la détermination d’Avril et de son envie de mettre tout le monde d’accord. Je parlais plus haut de l’efficacité comique. Très bon en storytelling, Avril est encore plus percutant sur une ou deux phrases. Mention spéciale à sa blague sur le risotto, l’un des nombreux exemples de ses trouvailles tout au long du spectacle. Pour les spectateurs, cela ne fait aucun doute : il propose de « très bonnes punchlines ».

En 2018-2019, Avril se reposait sur sa décontraction et son bagout sur scène. Il savait déjà occuper l’espace et créer une ambiance particulière. Mais il devait encore muscler son propos et son jeu. Le résultat est là : un « mélange d’univers et de procédés comiques différents » lui permettent de jouer sur de nombreux tableaux. Thierno Thioune doit prendre pas mal de plaisir à mettre en scène ce spectacle, et les deux forment un binôme très complémentaire.

Verdict : que vaut le spectacle C’était mieux maintenant d’Avril ?

Les spectateurs ne s’y trompent pas : ils ont affaire à « un talent de qualité promis à un bel avenir ». Ce type de critique n’est pas rare, bien sûr, sur les sites de réservation. En revanche, les conditions sont effectivement réunies pour que la prophétie devienne réalité.

Pour qu’un artiste émerge, il faut un savant mélange entre le talent et le travail. La force de travail d’Avril est indéniable : il le prouve chaque semaine au Laugh Steady Crew et il ne se repose jamais sur ses acquis. Question talent, en festival comme face aux observateurs, plus que de se frayer un chemin, il s’impose avec force.

Je l’ai toujours dit : à sa première scène, il m’a fallu quelques secondes pour percevoir qu’il allait marcher. Six mois plus tard, quand je l’ai revu, il avait à peine commencé à exprimer son potentiel et marquait déjà les esprits. La marge de progression, tous les artistes en bénéficient. Cependant, elle est plus ou moins vaste et prometteuse.

Vous l’avez compris : avec Avril, l’avantage, c’est que c’est toujours mieux maintenant. Chaque nouvelle représentation est un cran au-dessus de la précédente. Un artiste comme lui est en cela très intéressant à suivre. C’était mieux maintenant est donc un spectacle à voir et à revoir !

[post_title] => C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cetait-mieux-maintenant-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-16 10:26:01 [post_modified_gmt] => 2020-11-16 09:26:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1008547 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-01 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-09-01 06:27:00 [post_content] =>

Anissa Omri évolue dans le milieu de l’humour depuis déjà deux ans. Cette information m’étonne presque, tant j’ai mis du temps à la découvrir, finalement… Pour autant, son parcours en stand-up est déjà assez riche. Sa progression, quant à elle, ne fait que commencer !

Anissa Omri : une approche méticuleuse de l’humour

Si vous êtes fidèle lecteur, vous connaissez déjà son histoire. Elle a débarqué dans le stand-up en même temps qu’Elsa Bernard. Les deux amies, qui se préparaient depuis un an déjà, ont commencé par lancer un plateau d’humour. Le cercle du rire a tout de suite rencontré du succès pour devenir une adresse de référence. Vous savez, ce genre de lieu parisien « secret » qui n’a plus de secret pour ses habitués et les humoristes de terrain.

Mais cet article n’est pas là pour célébrer un lieu, ou un début de parcours. J’étais à la scène ouverte du Laugh Steady Crew qui définirait leur troupe 2019-2020 et je croisais les doigts pour qu’elle l’intègre. À cet instant, j’étais impatiente de la voir tester inlassablement. Je savais qu’elle pourrait imposer un stand-up « tranquille ». Sa discrétion et son côté espiègle se mariaient bien ensemble, il lui fallait simplement un peu de temps pour se trouver.

Anissa a ensuite trouvé sa place au Paname Art Café, où elle a décroché quelques PCC — un Graal pour tout nouveau venu qui se respecte. Au Cercle du rire, elle a continué de faire ses gammes rigoureusement. Cet été, j’ai eu l’occasion de la revoir assurer la chauffe et son passage. Parfois, ce type de configuration plus contraignant bride un humoriste. Plus de choses à penser, l’organisation du plateau…

L’enfant-prof du stand-up (sans être ni l’un, ni l’autre)

Je ne l’avais pas encore vue à pareille fête. Là où je peinais parfois à décrire ses forces, les mots me venaient naturellement en l’écoutant. Derrière l’humour d’Anissa Omri se cache un mélange d’enfant candide et de professeur à l’autorité particulière. Cette autorité, c’est un mélange entre un calme olympien et la capacité à museler toute tentative de rébellion.

Ça peut vous sembler abstrait, alors je vais vous traduire cela. Sans coup férir, elle balancera des punchlines assez étonnantes et originales. Tout cela de manière mesurée, alors qu’une sorte de fureur sommeille en elle. Ok, vous êtes encore intrigué à ce stade. Je comprends : c’est assez rare de voir un style et une plume comme ceux-là…

Vous voulez plus de concret ? Inspirée par des humoristes comme James Acaster, elle prend de nombreux sujets à bras le corps, dans une détermination légère. Résultat : au lieu d’avoir un seul passage iconique et réducteur retravaillé à l’extrême, Anissa Omri a désormais assez de matériel pour dégager quelques hits… Ces derniers déboucheront peut-être sur un spectacle, mais avant ça, elle risque de vous étonner sur de plus en plus de plateaux !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anissa-omri [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:17:34 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:17:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008547 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1008703 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-24 13:13:35 [post_date_gmt] => 2020-08-24 11:13:35 [post_content] =>

Comme chaque année, de nombreux spectacles à la Petite Loge vont reprendre à la rentrée. En 2020, on a envie d’assister à chacun d’entre eux. Cela dit, pour bien connaître le parcours des artistes à l’affiche, on peut déjà vous inciter à aller voir certains d’entre eux, preuves à l’appui. Tour d’horizon.

Spectacles à la Petite Loge : au moins 8 talents à découvrir

Certains poursuivent leur parcours dans le plus petit théâtre de la capitale, d’autres rejoignent l’aventure. Je note une particularité pour cet automne : les nouveaux visages ne sont plus des débutants. Soit leur spectacle a déjà une belle durée de vie, soit leur parcours humoristique est bien amorcé.

La Petite Loge a su proposer une programmation pleine de fraîcheur sans lorgner sur la qualité des spectacles, un tour de force dans des conditions sanitaires particulières.

Emma de Foucaud : enfin une programmation à Paris !

On l’attendait de pied ferme. Après avoir convaincu en plateaux d’humour, l’artiste toulousaine Emma de Foucaud exporte son spectacle Trop tard pour annuler dans la capitale.

On vous a déjà parlé de cette découverte humour, qu’on est impatient de découvrir sur une heure. Si vous lisez le pitch du spectacle, la promesse envoie du lourd : « une heure de stand-up élégant, surprenant et très efficace ».

Efficace, c’est en effet l’un des adjectifs qui caractérise généralement son stand-up. Élégant ? Disons que sa réflexion est fine, et qu’elle veut sans doute éviter qu’on la cantonne à la catégorie préférée des médias mainstream. Surprenant ? L’humour naît généralement de la surprise, donc on part sur des rires francs.

Peu importe les qualificatifs, l’envie est déjà là. Spectateur, vous pourrez vérifier tout cela et vous délecter de ce bon spectacle les mercredis à 21h30 dès le 14 octobre.

Certe Mathurin : humour, storytelling poétique et vrai pas en avant

Certe Mathurin est un forgeron du rire. Il a forgé plusieurs spectacles avant de dévoiler Une histoire d’argent. Des idées, une conviction et des idéaux artistiques : Certe avait déjà tout ça. Cependant, il lui manquait parfois un petit quelque chose pour mettre tout bout à bout.

Parce que quand vous maniez l’émotion, vous pouvez tomber dans le piège des lieux communs. Guidé par sa candeur et son enthousiasme débordant, il se perdait parfois. Mais sa détermination sans faille le maintenait à flot, lui donnant l’énergie de poursuivre ses projets et d’apprendre. En soi, c’est déjà une belle histoire.

J’ai pu voir un extrait de ce nouveau spectacle, où Certe collabore avec Réda Seddiki. L’association de ces deux rêveurs et amoureux du verbe : elle était là, l’étincelle. Estomaquée, je profitais enfin de ce que j’attendais depuis ma rencontre avec Certe.

Il ne fallait plus qu’un lieu pour contempler cette étincelle. Un lieu comme la Petite Loge, où les spectacles sont de véritables explosions artistiques : ne cherchez plus, tous les voyants sont au vert. Ça se passera les mercredis et jeudis à 20 heures dès le 2 septembre. Réservez vos places pour la suite du rodage, les samedis et dimanches à 17h30 au Café Oscar !

📦 Programmation terminée, mais le rodage continue au Café Oscar.

Pierre Metzger (ex-DuDza) ou l’art de remettre un spectacle sur des rails

Avant, le spectacle de Pierre Metzger (c’est son vrai nom, avant il avait un pseudo) s’appelait Post-it. Il misait toute sa communication sur des trous de mémoire. Or, les trous de mémoire, c’est un problème médical. Cela ne raconte rien sur l’homme que vous venez rencontrer. De quoi Pierre avait-il envie de parler ? La question méritait de s’y pencher.

Ses premières représentations dévoilaient un personnage au bord de la crise de nerfs malgré un calme olympien. De ce paradoxe naissait en réalité un artiste incroyablement attachant, dont le sourire taquin suffisait à neutraliser tous vos soucis.

Oui, vous ne pouvez pas juger Pierre Metzger au premier regard. Son spectacle n’a plus de nom, l’artiste se dévoile (enfin ?) en son nom propre. Sans fioriture, pleinement authentique, il parlera de son parcours de vie alambiqué. Vendue comme un spectacle sur un père célibataire, cette nouvelle mouture ira bien au-delà et vous surprendra. Parce que c’est ce que Pierre fait le mieux. Il jouera les mercredis à 21h30 dès septembre avant qu’Emma de Foucaud ne le relaie…

🛑 Programmation terminée

Ghislain Blique n’en a plus rien à branler ? Je ne crois pas…

A-t-on encore besoin de présenter Ghislain Blique ? Ce n’est pas un humoriste, c’est un comique. Récemment, j’ai retrouvé des écrits épistolaires de juillet 2019. Des choses que je n’envoie pas, parce que le XIXe siècle n’est plus d’actualité. Dedans, j’écrivais tout de même que j’écoutais Calme toi Bernard en rêvant d’assister à la naissance de cette heure de spectacle.

Maintenant, on l’a ! Et franchement, ça se fête toujours aujourd’hui. J’ai pu revoir ce spectacle cet été. Ghislain n’avait pas changé : il semblait au bord du gouffre. Mais en même temps, il était plus vivant que jamais. Il préparait la sortie de son podcast en solo, « Comique ! ». L’air de rien, c’est la preuve qu’il se trouve, qu’il amène des codes qui lui sont propres et qui révolutionnent le rapport entre le public et l’artiste en France.

Les vendredis à 20 heures, vous allez donc découvrir LE comique. Quelqu’un qui prétend crier Plus rien à branler, mais qui vous dit de vous bouger les fesses pour défendre vos meilleures années. On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une ode à la vie. Cependant, vous aurez devant vous un phénomène qui s’ignore. Et qui détestera sans doute que j’écrive de la sorte. Mais que voulez-vous, avec Ghislain, c’est comme ça que ça se passe.

Florence Mendez dans Délicate : à fleur de peau

Le spectacle de Florence Mendez m’a amenée à produire une critique élogieuse. Le découvrir était un événement touchant, assez magique, qui ne se produit pas systématiquement.

C’était un concentré d’émotion, une artiste qui se donnait dans toute sa vulnérabilité sur scène. Cependant, j’ai découvert cette humoriste belge sans nourrir d’attente. Ce serait donc vous trahir que de vous la livrer avec autant de superlatifs.

C’est un spectacle qui s’apprécie sans trop l’anticiper, le visualiser ou le fantasmer. Alors contentez-vous de réserver l’un de vos dimanches d’automne à 19 heures (vous pouvez lire son pitch, quand même).

C’était mieux maintenant : Avril continue à la Petite Loge !

Triturer le temps : Avril n’a eu de cesse de le faire à la Petite Loge. Je me disais que ça faisait longtemps qu’il jouait C’était mieux maintenant. Sur le plan du calendrier, cela s’avère juste. Mais toutes ces annulations et l’absence du festival d’Avignon rendaient ce temps scénique tout relatif.

Avant, il fallait prendre son mal en patience pour voir Avril. Les représentations complètes se succédaient. Plus de 150 critiques BilletRéduc plus tard, la validation des spectateurs se dessinait nettement. Si vous cherchez la pépite qui se tord le cerveau pour se démarquer de la masse, c’est lui.

Quelques minutes avant l’ouverture du rideau, vous vous demanderez alors si vous avez bien fait de vous laisser tenter. Cette appréhension fait partie du jeu, qui va vous amuser de plus en plus au fil des minutes… jusqu’aux applaudissements finaux, qui ne seront qu’un au revoir. Car vous reviendrez : ce sera toujours « mieux maintenant » que dans votre souvenir…

En effet, ce spectacle évolue régulièrement. Cependant, il conserve son caractère comme son horaire, les samedis à 21h30. La reprise, c’est le 12 septembre !

Mélodie Fontaine passe à l’introspection

Mélodie Fontaine revient sur le devant de la scène. Et c’est une métamorphose ! Avant, la comédienne incarnait la parole animale dans son spectacle On n’est pas des bêtes. Sauf qu’à la Comédie des 3 bornes, une salle à la programmation plus volontariste que sa promotion, les tentatives artistiques sont rarement couronnées de succès.

On avait envie de découvrir Mélodie Fontaine, mais on ne voulait peut-être pas l’applaudir dans ce cadre ou sur ce sujet. Elle l’a bien compris et a décidé de revenir à des choix plus introspectifs. Plutôt que de faire parler d’autres êtres vivants, elle s’incarnera elle-même dans le meilleur espace de développement artistique.

Ce spectacle a été annoncé très tôt. On sent que le travail a été dense pour produire une telle nouveauté, qu’on a l’impatience de découvrir. Si on avait attendu la fois précédente et manqué notre chance, on sera là dès la première de D’une manière plus générale, le samedi 12 septembre à 20 heures.

Tristan Lucas dans Entier : on parie sur lui

Humainement comme artistiquement, on a validé Tristan Lucas depuis longtemps. On l’a vu en spectacle, en plateau… Aller le voir est aujourd’hui une évidence.

Au fond, c’est peut-être un attachement envers le spectacle qui rendrait cette heure irrésistible. Son personnage, ses anecdotes : tout colle et forme un bon spectacle (vu au Théâtre du Marais). Mais à l’instar d’un Certe Mathurin, la finition va faire toute la différence et le tirer vers le haut.

Sur ce coup-là, on sent qu’il fallait une rencontre entre Tristan Lucas et la Petite Loge. Le destin nous l’offre : il ne tient qu’à vous d’en profiter ! Ça se passe les jeudis à 20 heures dès le 15 octobre.

Spectacles à la Petite Loge : découvrez-les tous !

On vous présente les spectacles sur lesquels on peut déjà se prononcer. Les autres sont des découvertes totales. Et découvrir un artiste de A à Z pendant une heure de spectacle reste un plaisir unique.

Vous pouvez donc tester n’importe quel spectacle de ce lieu, à n’importe quel moment. Tout au long de cet article, vous pouvez réserver via BilletRéduc les spectacles à prix réduit, mais avec des frais de gestion.

Sachez que vous pouvez également réserver directement sur le site du théâtre. Il n’y a pas de frais de gestion, et vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (les moins chers du marché) sous conditions.

Si vous avez envie de soutenir les artistes, vous pouvez aussi payer la place de spectacle sans réduction ou revenir plusieurs fois. Je préfère payer pour un spectacle et le voir, plutôt que de ne pas demander de remboursement suite à l’annulation d’un spectacle par « solidarité ».

En 2020, comme expliqué ci-dessous, la Petite Loge a préféré continuer à proposer des spectacles plutôt que de recourir à une cagnotte. Pensez-y lorsque vous aurez à choisir entre deux spectacles de découvertes humour

[post_title] => 8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-petite-loge-automne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-30 12:05:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-30 11:05:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008703 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1008594 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-07 07:44:00 [post_date_gmt] => 2020-08-07 05:44:00 [post_content] =>

Adrien Montowski a entamé une opération séduction du public en 2020. S’il a toujours été bon sur scène, il développe de nouvelles cordes à son arc pour asseoir sa posture d’humoriste efficace. Ainsi, Adrien Montowski est une découverte humour qui a attendu longtemps cette place, mais qui la mérite amplement.

Adrien Montowski, une découverte au style recherché

Adrien Montowski était déjà un original lorsqu’il jouait son spectacle à la Boîte à rires. Capable de faire rire avec des roulades et un jeu frôlant l’absurde, il pouvait encore faire mieux.

Quand d’autres stagnent dans leurs meilleures partitions, d’autres repoussent leurs limites. Adrien, qui commençait peut-être à sentir que les nouveaux venus progressaient très vite, a ainsi haussé son niveau de jeu.

Tel le footballeur professionnel qu’il aurait pu être, ce compétiteur né a ainsi pris son courage à deux mains. Toquer à la porte d’Antoinette Colin, jouer le jeu des messages pour être davantage présent en plateau d’humour, et bientôt revenir jouer son heure, peut-être ?

Un demi-spectacle au Point Virgule pour dynamiser sa carrière

Quelle que soit sa trajectoire scénique, elle passe cet été par un lieu mythique : le Point Virgule. Depuis le début du mois de juillet, Adrien Montowski partage une affiche atypique avec Nadim, un humoriste qui n’a pas peur d’être original.

Exister face à cette bête de scène pourrait en rebuter plus d’un. Mais pas Adrien Montowski. Sa force : pousser son personnage comique dans ses derniers retranchements, puis étirer les gags jusqu’à la limite ultime. Le spectateur, tenu en haleine, répond forcément par des éclats de rire.

Cyril Hives explique dans son interview qu’Adrien excelle dans les act out, ces moments où plusieurs personnages ou points de vue cohabitent. Au Point Virgule, la scène hilarante de la bagarre au cinéma en est un très bon exemple. Pour la voir, vous avez jusqu’à la fin de l’été ! Si Nadim s’absentera début août, Adrien sera toujours là et retrouvera son acolyte Sylvain Fergot.

Adrien Montowski, c’est aussi des vidéos incroyables

Justement, en parlant de Sylvain Fergot, impossible de passer outre les formats courts qui les réunissent ! Celui qui a rencontré le plus gros succès est sans aucun doute le « Championnat du monde du mime derrière le canapé ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Avant cela, il y a eu « EPAF ». Là encore, on est sur du beau jeu corporel (petit clin d’œil footballistique !).

Quand les deux hommes se retrouvent avec d’autres humoristes, cela donne « Les casses-couilles anonymes ». Encore une fois, le scénariste Sylvain Fergot mobilise toute sa créativité pour notre plus grand plaisir.

Seul, Adrien nous amène même aux tréfonds de son imagination. Avec son public, il est exigeant comme Yacine Belhousse. Et comme Yacine Belhousse, il veille toujours à le guider dans la plus grande humilité. Ce qui laisse présager un bel avenir pour ce footballeur devenu comédien puis comique.

Adrien Montowski découverte humour - En résumé

Adrien Montowski avait peut-être déjà trouvé son style bien avant l’été 2020. Ce qui a changé ? Sa proposition artistique plus solide l’amène aujourd’hui à plaire à un public en quête de nouvelles expériences comiques. La mission est donc accomplie sur le plan artistique. Maintenant, il ne reste plus pour vous qu’à le découvrir ! Si ce n’est pas déjà fait, bien entendu…

Crédits photo

© Marcela Barrios Hernández

[post_title] => La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-adrien-montowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-04 18:17:25 [post_modified_gmt] => 2020-08-04 16:17:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008594 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1008450 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-14 07:29:00 [post_date_gmt] => 2020-07-14 05:29:00 [post_content] =>

Julie Albertine pratique le stand-up depuis plusieurs années, et multiplie aujourd’hui sa présence en plateaux d’humour. L’occasion est donc parfaite pour vous faire découvrir cette puriste de la comédie !

Julie Albertine ou le stand-up dans le monde réel

Vous en saurez beaucoup plus sur Julie Albertine en la voyant jouer que sur le web. Elle ne perd pas son temps à créer des vidéos pour nourrir les algorithmes. Je ne désavoue pas une telle pratique, mais je crois que ceux qui s’affichent moins sur vos écrans gardent le mystère pour les véritables instants de stand-up.

En cela, Julie Albertine excelle : on la croise généralement sur les scènes underground de grande qualité, ou les podcasts du même genre. Elle est toujours là pour vous faire rire avec sa voix d’un calme olympien et son écriture habile. Rien d’étonnant quand on sait que son parcours ne se réduit pas au stand-up.

Un peu à la manière d’une Emma de Foucaud, elle pourra revisiter des sujets vus et revus en apportant sa patte. À ce sujet, j’aimerais faire un aparté. Certains essaient d’ériger un modèle de stand-up féminin. Julie Albertine et ses consœurs nous montrent au contraire qu’elles prennent le pouvoir sur scène en leur nom propre, sans exister via des comparaisons antérieures. Résultat : ces stand-uppeuses ne doivent plus forcément rentrer dans une case ou aborder des sujets attendus pour être entendues. Seule la réalité du terrain compte…

Le rire version puriste

Julie Albertine, je la considère donc comme une puriste. À chaque fois que son nom apparaît, je trouve cela rafraîchissant et enrichissant pour le milieu. J’ai rarement eu l’occasion de poser des mots sur son talent, préférant vivre l’expérience, en profiter, et me réjouir de sa prochaine apparition. Je vous encourage donc à en faire de même dès cet été !

[post_title] => La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julie-albertine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-13 13:56:18 [post_modified_gmt] => 2020-07-13 11:56:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008450 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 1006285 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-03 09:04:00 [post_date_gmt] => 2020-06-03 07:04:00 [post_content] =>

Classer Clément K en découverte humour, c’est quasiment un dû. Quand certaines de nos découvertes n’en sont qu’à un stade embryonnaire, Clément K figure parmi les nouveaux talents avérés du rire.

Clément K : découvrez l’itinéraire d’un outsider

Pourquoi maintenant, alors ? Tout d’abord, Clément K perdure parmi les artistes à suivre. Dès ses débuts, il réussit à convaincre le public et les professionnels. Ce journaliste de formation, habitué aux chroniques locales, s’essaye rapidement au stand-up avec un certain succès dans les plateaux, les festivals et autres concours.

Sans surprise, le théâtre de la Petite Loge lui offre un créneau pour son premier spectacle, Clément K ne croit en rien. Le succès est au rendez-vous, et Clément embraye logiquement sur le théâtre du Marais. Il se heurte à une difficulté supplémentaire : le remplissage.

Et c’est là qu’on intervient. Qu’est-ce qui distingue Clément K du reste des humoristes ? On est en droit de se poser la question, tant l’offre est pléthorique. Dans la catégorie des humoristes un brin provocateurs et irrévérencieux, Clément K a trouvé sa place. Cela dit, il serait dommageable de le considérer comme l’humoriste belge Pierre-Emmanuel alias PE. On n’est pas sur le même « trash ». Vérifiez-le avec ses interviews anonymes et autres chroniques sur Twitch, ses dernières prouesses comiques de qualité.

Douce finesse vs. humour piquant

Donc, Clément K propose autre chose. Avec une écriture très ciselée et une véritable finesse dans sa comédie, cet humoriste livre à demi-mot sa sensibilité et une fibre sociale… qui le rendent inévitablement attachant. Son propos est toujours très juste, sans tomber dans l’écueil de la conférence humoristique.

Clément K, c’est aussi l’art de vous emmener là où vous ne vous attendiez pas. Le spectateur que vous êtes feint alors l’indignation avant de libérer un rire franc. Il est davantage de l’héritage d’un Gaspard Proust que d’un Lamine Lezghad, très puissant au demeurant, mais pour qui nous ne développons un tel coup de cœur.

Pourquoi toutes ces comparaisons ? Parce que Clément K, comme nombre d’autres talents, passe juste à côté des écrans radars de certains critiques (malgré des exceptions). Comme un Harold Barbé, il lui faudrait juste un coup de pouce pour vous entraîner dans sa salle, et vous offrir une délicieuse surprise. Vous ne vous attendiez pas à le voir, vous serez enchanté de le découvrir.

Et à la sortie de la salle, vous vous demanderez avec plus ou moins de passion : « Mais pourquoi diable les médias ne parlent-ils pas de ma dernière découverte, Clément K ? ». Avis aux attachés de presse et producteurs de France et de Navarre : vous cherchez un talent enthousiasmant ? Nous vous le livrons sur un plateau. Faites vite avant que quelqu’un d’autre s’en rende compte…

[post_title] => La découverte du mois - juin 2020 - Clément K [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-clement-k [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-31 10:02:08 [post_modified_gmt] => 2020-05-31 08:02:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006285 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1007950 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-05-29 13:30:29 [post_date_gmt] => 2020-05-29 11:30:29 [post_content] =>

Les humoristes pourront bientôt revenir dans les théâtres et les comedy clubs après plus de deux mois sans scène. Antoine Richard a demandé aux humoristes Farah, Nordine Ganso, Klotilde et Levin Vaz de revenir sur cette période de télétravail humoristique. Vous allez le voir, chacun a su s’adapter à sa façon !

Nordine Ganso s’improvise scénariste en télétravail

Dans ce nouvel épisode, Yanis est prêt à tout pour se nourrir dans la villa et protéger ses friandises des autres habitants. Il est au cœur de tous les conflits.

Ce speech digne d’une télé-réalité, nous le devons à l’humoriste bordelais Nordine Ganso. Durant les 15 premiers jours du confinement, il propose à sa communauté une mini-série inédite« Quand tu fais du stand-up, ton seul moyen d’exister en dehors de la scène, c’est sur les réseaux sociaux. Au début, j’ai lancé une mini-série sur Instagram, car j’avais l’impression de vivre dans une télé-réalité. »

Un concept qui a ses failles. « J’ai vite réalisé que c’était difficile, car il se passait toujours les mêmes choses ». Nordine Ganso continue pourtant son télétravail humoristique. Il partage ainsi ses vannes et d’autres péripéties sur les réseaux sociaux.

Levin Vaz et Klotilde changent de rythme

C’est aussi le cas de Levin Vaz, un humoriste de 19 ans que j’ai eu l’occasion de croiser à Grenoble. Lors de son télétravail humoristique, il propose 5 sketches face caméra par semaine, contre une vidéo en temps normal.

« Même si c’est pesant en matière de boulot, faire ces vidéos me plaît. Elles marchent plus ou moins bien. Ce qui me gêne le plus, c’est qu’une fois que tu as posté, il n’y a pas de suite. »

Même constat pour Klotilde, humoriste parisienne confinée en Bourgogne. « Quand tu es sur scène, tu peux prendre ce qui est dans la salle, rebondir. En vidéo, le résultat est le même pour tout le monde, mais le côté positif c’est de pouvoir continuer de produire. »

Farah s’accorde une « parenthèse de calme obligatoire »

Contrairement aux trois humoristes précédents, la Bruxelloise Farah a fait le choix de ne pas se mettre en scène face caméra ou diffuser de sketch en ligne. « Je me suis refusée à le faire car je n’ai pas à me plaindre de ma situation. Je suis assez privilégiée de pouvoir rester chez moi », confie-t-elle.

Cependant, vous avez pu voir Farah participer au Téva Comedy Show, donner des chroniques ou répondre à des interviews en direct sur les réseaux sociaux. En effet, cette pratique est devenue virale chez les artistes en manque de scène.

Charlie Hebdo, Society et Spinoza 

Pour Farah, cette période de télétravail humoristique a constitué une « parenthèse de calme obligatoire. Depuis mes débuts en stand-up, je n’ai jamais eu deux mois entiers pour me poser. J’ai pu en profiter pour dormir comme je suis une grande dormeuse et pour me remettre à la lecture avec Charlie HebdoSociety et de la philosophie. Chaque jour, je lis un chapitre d’un livre sur cette discipline. Hier, c’était sur Spinoza. »

Si Farah lit autant, c’est parce qu’elle y trouve l’inspiration et la documentation nécessaires pour écrire ses vannes. Dans son spectacle, elle aborde les problèmes qui composent notre société comme la xénophobie ou le populisme.

« Je n’écris pas sur la Covid-19, mais il a mis en exergue certains sujets sur lesquels j’ai déjà fait des recherches comme le système de santé. La crise ne vient pas juste d’un pangolin et d’une chauve-souris, mais des gouvernements qui ont détricoté le système de santé au fil des années. »

Télétravail : un test de créativité humoristique pour tous les comiques

Ne pas écrire sur la Covid-19 alors que la pandémie domine l’actualité, ce n’est pas toujours évident. Or cela s’avère parfois inévitable pour proposer du neuf.

« Dans les sketches que j’ai écrits durant cette période, j’ai vraiment voulu m’éloigner de ce contexte actuel car ça vite se périmer. C’est intéressant pour des vidéos aujourd’hui, mais pas pour la scène dans quelques mois », affirme l’humoriste grenoblois Levin Vaz.

La créativité des humoristes a été tantôt mise à rude épreuve, tantôt stimulée. Ainsi, Klotilde a modifié son approche au fil des semaines. « Au début, j’étais partie dans l’idée d’écrire un deuxième spectacle. Avoir du temps m’a fait me dire : “Wow, c’est un signe !”. Mais finalement, ne pas avoir de perspective m’a bloquée. »

En plus de devoir lutter contre le syndrome de la page blanche, les humoristes évoluent sans pouvoir évaluer la qualité de leur travail. « Il n’y a pas de scène pour tester les vannes, les corriger. Comme tu ne testes pas, tu risques de partir dans un délire personnel. »

Fin du télétravail rime avec retrouver sa dose de scène, la “joke coke”

Pour ces humoristes, quel a été le bilan de ces derniers mois ? Pas de comedy clubs, des vannes sur la Covid-19 qui finissent sur les réseaux sociaux et surtout, l’envie de retrouver la scène.

« J’ai hâte de retrouver la scène, c’est comme une drogue. Quand on me la retire, on m’enlève une partie de moi », déplore Nordine Ganso. Entre la réouverture des lieux de spectacle et son dernier plateau au Rire et houblon (où notre confrère Louis Bolla joue un petit rôle), il s’est passé plus de deux mois. Nordine devait d’ailleurs jouer à domicile au Théâtre Trianon.

Souvenir de dernière scène

Tous se souviennent de leur dernière scène, notamment Farah et Klotilde, dont la dernière dose de scène remonte aux instants ultimes avant les fermetures.

« Le 14 mars, je jouais mon spectacle Élevée en plein air à Marseille. Cinq minutes avant de monter sur scène, la régisseuse vient me voir et me dit : “on va fermer après toi”. Je pense que ça m’a permis de jouer de façon plus intimiste. On évoluait comme dans une bulle, alors que dehors il y avait déjà des changements », raconte Klotilde.

Cette ambiance particulière contraste avec la soirée de Farah à La Rochelle. « La situation était particulière. En Belgique, tout était fini dès le 12 mars, mais en France il y a eu un moment de flottement pour les salles de moins de 100 personnes. On a pu jouer, mais la salle était presque vide et le public présent était assez stressé. »

Les conditions d’accueil du public restent encore floues pour la reprise, prévue le 2 ou le 22 juin en fonction des départements français. Néanmoins, tout un travail de communication va reprendre autour des dates reportées. Une chose est sûre : tous auront hâte de revenir sur scène… sauf s’ils souffrent du syndrome de la cabane, comme Farah : « Je suis un peu déjà nostalgique du confinement ! », s’amuse-t-elle.

Crédits photo

Farah : © Laïd Liazid

Klotilde : © KB Studios Paris / Stéphane Kerrad

[post_title] => Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => teletravail-humoristes-confinement [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-29 13:45:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-29 11:45:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1007950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1006038 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-28 08:21:00 [post_date_gmt] => 2020-05-28 06:21:00 [post_content] =>

« Un énorme dindon » : cette expression vous fait-elle rire ? Elle sort de nulle part, et pourtant, certaines personnes (comme moi) peuvent y être sensibles. Elle me donne l’occasion de décrypter quelques ficelles de la comédie… À ma façon !

Que se passe-t-il quand on provoque le rire ?

Ces dernières semaines, vous avez sans doute vu passer la vidéo de Scinéma sur la logique de l’humour. Évidemment, Télérama a pondu un papier sur le sujet. Pour ceux qui s’intéressent à la théorie de l’humour et qui veulent des vraies réponses, je vous invite à vous arrêter là.

Pour les autres, bienvenue dans la logique de mon humour ! On est déjà sur un problème : il n’y a pas trop de logique. Plus précisément, on entre dans ma logique. Mon vécu, mes références, tout le bordel qui fait que je ne suis pas comme le monsieur de Scinéma.

Un énorme dindon : quand le rire se matérialise en gallinacé

Parfois, de simples mots me font rire. J’avais déjà identifié trois éléments : les fourchettes, les saucisses et tout ce qui se rapportait à l’automobile. Un humoriste sur scène peut parler de pneus ou d’Austin Mini, et je vais sombrer dans l’hilarité. Jean-Luc Lemoine m’en a voulu, une fois, parce que j’ai ri trop fort à son jeu de mots, qu’il savait un peu faible.

Seulement voilà, le rire est un miracle. Sur Instagram, Anissa Omri a proposé à sa communauté un texte à trous à plusieurs entrées. Ses abonnés envoyaient ensuite leurs propositions, et elle compilait ses débuts de phrases aux chutes qu’elle recevait de manière aléatoire. Sans citer les auteurs, évidemment. On est dans un jeu à la Quiplash (que vous pouvez aussi retrouver les dimanches en VO avec Sebastian Marx), et ça ajoute un mystère digne d’auditions à l’aveugle. En haut de l’article, ce que vous lisez, c’est ce qui m’a fait le plus rire, avec au sommet de la chaîne zygomatique un énorme dindon.

Une histoire de connexions neuronales, d’association d’idées et de retour à un état primitif

D’habitude, quand je vois un humoriste sur scène, je sais de qui il s’agit. Je formule des attentes, qui sont plus ou moins couronnées de succès selon les scènes. Généralement, mon a priori positif ou négatif se confirme, comme si j’avais déjà jugé la prestation par anticipation.

Or avec ce jeu Instagram, je n’avais aucune idée de la provenance de la blague. L’humour, sans fioriture ou idée préconçue, m’a saisie et même embarquée dans une expérience unique. Je vous parie que vous n’avez pas pensé la même chose que moi. Heureusement, j’ai écrit cette pensée et je peux donc la retranscrire en un message :

Ça crée une ambiance sonore… « Dindon » : ce mot est horrible et il donne faim en même temps !

Suis-je atteinte de synesthésie ?

Là, mon interlocuteur perplexe m’a demandé si j’étais synesthète. Ciné-quoi ? Je n’ai pas tout compris, même en lisant Wikipédia. En somme, c’est un mélange entre deux sens ou éléments, généralement des lettres et des couleurs. De fait, je lierais le mot qui désigne un animal à l’envie de manger. En plus, comme il est énorme, ce dindon, je m’attends à me régaler !

Comme la synesthésie n’est pas pathologique (ouf !), je vais mettre de côté ce diagnostic. Je me concentrerai plutôt sur les associations d’idées propres à mon vécu. Ça, je pense que ça peut parler à tout le monde.

Toujours est-il que pour ce dindon, ça va encore plus loin. J’associe le dindon au mot « dindonneau », que j’entendais beaucoup pendant l’enfance. Et il se trouve que les adultes qui m’en parlaient confondaient l’animal « dindonneau » au cordon bleu (de ce bon vieux père Dodu). La lettre D est très importante dans cette histoire, quand on y pense…

Ai-je ri de manière si primitive car un comique m’a fait rire avec la sonorité de la lettre D (que j’ai entendue dans ma tête), et plus largement mes moments de plaisir d’enfance ? Certainement. Pour autant, il n’aurait jamais pu le prévoir.

Moralité : que faire d’un énorme dindon ?

La théorie des blagues, la grammaire comique, le rythme et ces ressorts qui favorisent le rire sont utiles. Mais personne ne peut mobiliser la magie du rire avec précision. Elle intervient tel un délicieux miracle, parfois sous la forme d’un énorme dindon.

Alors que la comédie s’inquiète pour son futur, je voulais rappeler avec cette histoire que le rire, c’est un réflexe qui continuera d’accompagner l’espèce humaine contre vents et marées. Indépendamment de qui occupe la scène ou le public, ou de ce que vous mettez dans votre assiette.

Crédits photo

Adaptation de la story d’Anissa Omri. Merci à tous les comiques qui contribuent à continuer de nous faire rire hors des scènes 🧡

Nb. : on a ajouté le terme « de » à la citation car cela sonnait trop bizarre, mais il n’apparaît pas dans l’original.

[post_title] => Un énorme dindon pour sauver la comédie [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => enorme-dindon-logique-blagues [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-27 15:50:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-27 13:50:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006038 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 9421 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-18 21:10:22 [post_date_gmt] => 2020-03-18 20:10:22 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le premier épisode revient sur ma rencontre avec le 33 comedy… Bonne lecture !


Ma première grange comique

En 2016, le 33 Comedy Club accueille l’une des soirées humour qui va devenir culte. C’est là que j’y rencontre les trois résidents du plateau. Les résidents, ce sont les humoristes qui jouent de manière récurrente sur la même scène de stand-up. Dans ce cas-ci, ce sont les créateurs et organisateurs des soirées. Toujours dans le 2e arrondissement, ils permettent à trois têtes d’affiche de leur montrer la voie.

Leur musique officielle est celle utilisée pour la série La fête à la maison. Elle faisait fureur dans les années 1990 et me comptait parmi ses spectateurs fidèles. Le titre de cette série fait écho à cette soirée, pour moi, car je m’y sens littéralement chez moi. Ce sentiment est généralement partagé par les humoristes, qui passent généralement un bon moment dans cette cave. Le mot « cave » avait, pour moi, une connotation un peu négative avant… qui aurait cru que m’y engouffrer si souvent conditionnerait mon bonheur de jeune adulte ?

À la rencontre des résidents

Très complémentaires, les organisateurs de la soirée m’ont vite acceptée à bras ouverts.

Jean-Patrick et son bonnet de lapin

Jean-Patrick m’a tout de suite fait rire avec son bonnet de lapin et sa présence étrange. J’étais très attirée par toutes les bizarreries du stand-up. Plus un humoriste jouait avec les névroses, plus je l’aimais. Sous ses airs de séducteur comique se cache une personne qui a une vraie analyse sur le monde qui l’entoure. Sa personnalité vaut le détour. Il ne se conforme pas vraiment à un idéal comique américain, contrairement à nombre de ses collègues. Son univers ne transparaît pas au premier coup d’œil, mais je sens chez lui quelque chose de vraiment positif.

Antek et ses lunettes rouges

Antek, c’est l’optimiste de la bande. Avec ses lunettes rouges et son sourire permanent, il accueille le public avec beaucoup d’enthousiasme. Cela fait de lui le meilleur des trois pour lancer les soirées. Sur scène comme dans la vie, il est très bienveillant avec ceux qui l’entourent. Également, il pousse les autres à s’améliorer et se dévoiler. Je l’ai découvert au fil des mois sur le plateau du 33 Comedy, mais pas seulement. À la Grange, il enregistrait son émission de radio avec les moyens du bord, toujours au même endroit. Il proposait d’y assister, et j’ai toujours été la seule personne du public.

C’est dans ce cadre que j’ai commencé à dialoguer avec les acteurs du stand-up. Parfois, ils m’interrogeaient même pendant l’émission, mais ma peur du micro faisait que je le maintenais loin de moi. Souvent, Mathias Fudala me tenait le micro pour sauver les meubles. Il assurait les chroniques ciné et qui allait reprendre le show quelques mois plus tard. C’est lourd, quand même, ce micro…

Ghislain et son harmonica

Ghislain, enfin, c’est l’humoriste qui se révèle le plus des trois. Pourtant, il n’a pas atteint le stade de proposer un spectacle au public (ce sera pour plus tard). Il peut faire rire en manipulant un harmonica comme un débutant. Sa force réside dans un personnage de scène « connard » (sic !) muri au fil des semaines. Et ça marche : cette facette cache une véritable sensibilité, palpable, et une facilité à rire avec les autres peu commune.

Quand Ghislain part en fou rire, c’est incontrôlable. Comme il fume pas mal, il a souvent une quinte de toux associée. C’est un peu lui qui a pris son envol grâce à un podcast inclassable, Sympa la vie. Chaque lundi matin, lui et Paul Dechavanne ont diverti les humoristes et le public. Grâce à ce podcast, il peut jouer un peu partout dans Paris et son style d’humour est clairement identifié.

33 Comedy : premier QG du rire

Au fil des mois, mon attachement au 33 Comedy s’affirme. Après un peu plus d’un an, je passe du côté des loges. Je n’ai plus à rester dans la salle où le public se tient. Cela me comble grandement. Faire la queue 30 minutes pour être assis avec tout le monde, ce n’est pas pareil que d’être en coulisses ! Je veux tout savoir sur ces âmes comiques qui me fascinent et qui me font lever le matin… Paradoxal, puisque je les vois le soir… Mais mon travail est un gagne-pain pour profiter après coup avec ceux qui vont devenir incontournables dans mon existence.

Même lorsque je me situais dans le public, je ramenais le plus de connaissances possibles. Parfois, ils ne se connaissaient pas, comme lorsque j’ai invité un rencard d’une application mobile que je n’utilise plus depuis. Petit à petit, je me sépare ainsi de mes connaissances passées. Je comprends en effet qu’elles ne sont pas viables sur le long terme. Souvent, elles s’intéressent à moi pour les mauvaises raisons. Leur intérêt n’est donc pas aussi sincère que le mien pour les humoristes. Elles veulent me parler de leurs problèmes, cracher sur un ancien patron commun… Ou essayer de me draguer en misant sur ma solitude qui deviendrait désespoir.

D’un cercle social à l’autre

Ainsi, rencontrer tant de nouvelles têtes de l’humour m’a permis de faire le ménage mais, paradoxalement, m’a isolé. Leur tempérament et le mien sont solitaires. De plus, beaucoup semblent avoir besoin de moments où ils se sentent aimés et entourés. On doit véritablement connecter sur ce point.

Pour la première fois, avec le 33 Comedy, je me suis sentie accueillie à Paris. Quelque chose sépare les bandes déjà établies des nouveaux venus. Pourtant, là-bas, je peux passer du temps avec les humoristes sans être toisée. Même l’expérience de commande de boissons au bar ne me semble plus traumatisante. Le personnel me connaît, me demande si ça va – ça change tout.

Trouver ma place : le 33 Comedy conditionnera la suite

Au fil des semaines, je commence à m’affirmer dans l’espace. Je pense d’abord gêner les humoristes en ne sachant pas où me mettre en loges. Puis, je réussis à me lever, comme eux. Je me fraye un chemin pour voir le spectacle. Ainsi, je ne perds pas une miette des infos croustillantes balancées en coulisses. Je veux tout savoir et connaitre le plus de gens possible, pour qu’ils me considèrent comme une des leurs. Encore ce fichu besoin d’appartenance… Or, sans lui, je n’écrirais sûrement pas pour eux. Cette motivation intrinsèque se joue sûrement à ce niveau-là. En m’acceptant et me confiant les secrets du milieu, ils me font gagner en confiance.

Un soir, l’humoriste Certe Mathurin m’a même dit que j’avais changé : je n’étais plus voutée, comme dans les débuts. Il faut dire que parmi les humoristes, parfois introvertis, on se sent moins seul dans ses névroses. On se rend compte que tout le monde est fou. De nombreuses personnes, dans les milieux artistiques, citent le tweet de Ricky Gervais. En somme, il conseille de ne pas trop s’inquiéter parce que personne ne sait vraiment ce qu’il fait. Tout le monde est perdu, et les humoristes savent en rire et permettent souvent d’aller de l’avant. Après une dure journée de travail, se retrouver dans un plateau comme le 33 Comedy est inévitablement salvateur. Cela confère un peu de bonheur aux citadins stressés qui s’engouffrent dans les caves comme celle de la Grange.

[post_title] => Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 16:47:52 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 15:47:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9421 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 9227 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-06 17:15:52 [post_date_gmt] => 2020-03-06 16:15:52 [post_content] =>

L’humoriste toulousaine Emma de Foucaud secoue la scène parisienne depuis son arrivée dans la capitale. Découvrez cette stand-uppeuse qui a de l’avenir !

Emma de Foucaud : portrait d’une humoriste efficace

Vous n’avez pas encore entendu parler d’Emma de Foucaud ? C’est clairement une anomalie. L’humoriste, qui a contribué à créer la Toulouse Comedy Night, fait déjà sensation. Puisque des preuves valent mieux que mille mots, voici un extrait récent qui va mettre tout le monde d’accord.

L’efficacité du phrasé et l’authenticité du propos sont indéniables. Pour la petite histoire, l’extrait ci-dessus est issu d’un 20 minutes qu’Emma a joué au Cercle du Rire. On y était, et c’était un excellent passage.

Emma de Foucaud est aussi une plume, comme le prouve son blog qui relate les coulisses de ses débuts à Paris. On dévore ses mots avec tant de facilité, la lecture est fluide comme rarement. Alors imaginez cela transposé sur scène. Le stand-up d’Emma de Foucaud est direct, implacable. Et les rires suivent.

Qu’en est-il du jeu ? Le mois dernier, nous vous présentions l’un des acolytes d’Emma à Toulouse : Arezki Chougar. Et la vidéo du Télé-Achat des comiques reste un classique (on vous le remet, pour la peine !).

Une humoriste plus originale qui n’y paraît

Emma de Foucaud aborde ainsi des thèmes assez classiques : le féminisme, les relations homme/femme, le célibat chez les trentenaires… Cependant, elle le fait avec une fraîcheur qui rend ses passages uniques. Parce que même les lieux communs peuvent encore générer du rire. Personne n’a blâmé Adib Alkhalidey lorsqu’il parle du métro, la preuve…

Pour revenir à Emma, elle va plus vite que d’autres car elle se connaît bien. Manier l’autodérision peut se révéler catastrophique quand un artiste se ment à lui-même… Ici, pas de souci à se faire !

Mieux connaître Emma de Foucaud

Grâce aux podcasts, les humoristes en devenir ont l’occasion de se présenter au public. Si vous l’avez manqué, nous vous recommandons chaudement l’émission Rebonds, diffusée sur une radio locale toulousaine.

[mixcloud https://www.mixcloud.com/CampusFM/rebonds06-emma-060120/ width=100% height=120 hide_cover=1]

Outre le choix musical inspiré, Emma de Foucaud est une invitée passionnante. Plus récemment, elle a longuement décrit la genèse de la Toulouse Comedy Night et son arrivée dans le stand-up.

En bonus, ses anecdotes peuplent de nombreux épisodes du Meilleur Podcast, comme le prouve sa dernière apparition avec Adrien Arnoux !

Je ne sais pas vous, mais l’envie de la suivre nous titillait déjà depuis longtemps. Après plusieurs passages scéniques, elle nous anime pleinement et nous pousse à la voir régulièrement. Quelque chose nous dit que cette curiosité restera intacte après plusieurs mois, puis années de scène. Alors programmez-la dans votre plateau ou votre théâtre : le public mérite de la découvrir !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => La découverte du mois – Mars 2020 – Emma de Foucaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-emma-de-foucaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:27:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:27:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9227 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011371 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-29 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00 [post_content] =>

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 30 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d512b45146e0e9730f1314e46e75880d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

écriture

Julien Doquin de Saint Preux, découverte humour sur Le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux

Elsa Bernard, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard

Affiche du spectacle d’Émilie Hamm, « L’école de la vie »

L’école de la vie, le spectacle captivant d’Émilie Hamm

Elsa Barrère, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère

Les voies parallèles : le premier roman d’Alexis Le Rossignol

Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol

Presque : affiche du spectacle de Panayotis

Panayotis dans Presque : un spectacle abouti !

C’était mieux maintenant : affiche du spectacle d’Avril à la Petite Loge

C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Anissa Omri, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri

Spectacles à la Petite Loge : notre sélection d’automne 2020

8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne

Adrien Montowski, découverte humour, stand-up et mime sur le spot du rire

La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski

Julie Albertine, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

Clément K, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - juin 2020 - Clément K

Humoristes en télétravail : Farah, Nordine Ganso, Klotilde, Levin Vaz

Télétravail humoristique : confessions de 4 comiques

Un énorme dindon : citation intégrale créée par la communauté d’Anissa Omri

Un énorme dindon pour sauver la comédie

33 Comedy : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy

Emma de Foucaud, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Mars 2020 – Emma de Foucaud