Publications liées au mot-clé : Jean-Patrick Bettini

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => jean-patrick-bettini
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 309
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jean-patrick-bettini
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 309
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => jean-patrick-bettini
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 309
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => jean-patrick-bettini
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 309
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 309
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 309
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => jean-patrick-bettini
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 309
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (309) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (309) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (309)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010189
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-12 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 9421 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-18 21:10:22 [post_date_gmt] => 2020-03-18 20:10:22 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le premier épisode revient sur ma rencontre avec le 33 comedy… Bonne lecture !


Ma première grange comique

En 2016, le 33 Comedy Club accueille l’une des soirées humour qui va devenir culte. C’est là que j’y rencontre les trois résidents du plateau. Les résidents, ce sont les humoristes qui jouent de manière récurrente sur la même scène de stand-up. Dans ce cas-ci, ce sont les créateurs et organisateurs des soirées. Toujours dans le 2e arrondissement, ils permettent à trois têtes d’affiche de leur montrer la voie.

Leur musique officielle est celle utilisée pour la série La fête à la maison. Elle faisait fureur dans les années 1990 et me comptait parmi ses spectateurs fidèles. Le titre de cette série fait écho à cette soirée, pour moi, car je m’y sens littéralement chez moi. Ce sentiment est généralement partagé par les humoristes, qui passent généralement un bon moment dans cette cave. Le mot « cave » avait, pour moi, une connotation un peu négative avant… qui aurait cru que m’y engouffrer si souvent conditionnerait mon bonheur de jeune adulte ?

À la rencontre des résidents

Très complémentaires, les organisateurs de la soirée m’ont vite acceptée à bras ouverts.

Jean-Patrick et son bonnet de lapin

Jean-Patrick m’a tout de suite fait rire avec son bonnet de lapin et sa présence étrange. J’étais très attirée par toutes les bizarreries du stand-up. Plus un humoriste jouait avec les névroses, plus je l’aimais. Sous ses airs de séducteur comique se cache une personne qui a une vraie analyse sur le monde qui l’entoure. Sa personnalité vaut le détour. Il ne se conforme pas vraiment à un idéal comique américain, contrairement à nombre de ses collègues. Son univers ne transparaît pas au premier coup d’œil, mais je sens chez lui quelque chose de vraiment positif.

Antek et ses lunettes rouges

Antek, c’est l’optimiste de la bande. Avec ses lunettes rouges et son sourire permanent, il accueille le public avec beaucoup d’enthousiasme. Cela fait de lui le meilleur des trois pour lancer les soirées. Sur scène comme dans la vie, il est très bienveillant avec ceux qui l’entourent. Également, il pousse les autres à s’améliorer et se dévoiler. Je l’ai découvert au fil des mois sur le plateau du 33 Comedy, mais pas seulement. À la Grange, il enregistrait son émission de radio avec les moyens du bord, toujours au même endroit. Il proposait d’y assister, et j’ai toujours été la seule personne du public.

C’est dans ce cadre que j’ai commencé à dialoguer avec les acteurs du stand-up. Parfois, ils m’interrogeaient même pendant l’émission, mais ma peur du micro faisait que je le maintenais loin de moi. Souvent, Mathias Fudala me tenait le micro pour sauver les meubles. Il assurait les chroniques ciné et qui allait reprendre le show quelques mois plus tard. C’est lourd, quand même, ce micro…

Ghislain et son harmonica

Ghislain, enfin, c’est l’humoriste qui se révèle le plus des trois. Pourtant, il n’a pas atteint le stade de proposer un spectacle au public (ce sera pour plus tard). Il peut faire rire en manipulant un harmonica comme un débutant. Sa force réside dans un personnage de scène « connard » (sic !) muri au fil des semaines. Et ça marche : cette facette cache une véritable sensibilité, palpable, et une facilité à rire avec les autres peu commune.

Quand Ghislain part en fou rire, c’est incontrôlable. Comme il fume pas mal, il a souvent une quinte de toux associée. C’est un peu lui qui a pris son envol grâce à un podcast inclassable, Sympa la vie. Chaque lundi matin, lui et Paul Dechavanne ont diverti les humoristes et le public. Grâce à ce podcast, il peut jouer un peu partout dans Paris et son style d’humour est clairement identifié.

33 Comedy : premier QG du rire

Au fil des mois, mon attachement au 33 Comedy s’affirme. Après un peu plus d’un an, je passe du côté des loges. Je n’ai plus à rester dans la salle où le public se tient. Cela me comble grandement. Faire la queue 30 minutes pour être assis avec tout le monde, ce n’est pas pareil que d’être en coulisses ! Je veux tout savoir sur ces âmes comiques qui me fascinent et qui me font lever le matin… Paradoxal, puisque je les vois le soir… Mais mon travail est un gagne-pain pour profiter après coup avec ceux qui vont devenir incontournables dans mon existence.

Même lorsque je me situais dans le public, je ramenais le plus de connaissances possibles. Parfois, ils ne se connaissaient pas, comme lorsque j’ai invité un rencard d’une application mobile que je n’utilise plus depuis. Petit à petit, je me sépare ainsi de mes connaissances passées. Je comprends en effet qu’elles ne sont pas viables sur le long terme. Souvent, elles s’intéressent à moi pour les mauvaises raisons. Leur intérêt n’est donc pas aussi sincère que le mien pour les humoristes. Elles veulent me parler de leurs problèmes, cracher sur un ancien patron commun… Ou essayer de me draguer en misant sur ma solitude qui deviendrait désespoir.

D’un cercle social à l’autre

Ainsi, rencontrer tant de nouvelles têtes de l’humour m’a permis de faire le ménage mais, paradoxalement, m’a isolé. Leur tempérament et le mien sont solitaires. De plus, beaucoup semblent avoir besoin de moments où ils se sentent aimés et entourés. On doit véritablement connecter sur ce point.

Pour la première fois, avec le 33 Comedy, je me suis sentie accueillie à Paris. Quelque chose sépare les bandes déjà établies des nouveaux venus. Pourtant, là-bas, je peux passer du temps avec les humoristes sans être toisée. Même l’expérience de commande de boissons au bar ne me semble plus traumatisante. Le personnel me connaît, me demande si ça va – ça change tout.

Trouver ma place : le 33 Comedy conditionnera la suite

Au fil des semaines, je commence à m’affirmer dans l’espace. Je pense d’abord gêner les humoristes en ne sachant pas où me mettre en loges. Puis, je réussis à me lever, comme eux. Je me fraye un chemin pour voir le spectacle. Ainsi, je ne perds pas une miette des infos croustillantes balancées en coulisses. Je veux tout savoir et connaitre le plus de gens possible, pour qu’ils me considèrent comme une des leurs. Encore ce fichu besoin d’appartenance… Or, sans lui, je n’écrirais sûrement pas pour eux. Cette motivation intrinsèque se joue sûrement à ce niveau-là. En m’acceptant et me confiant les secrets du milieu, ils me font gagner en confiance.

Un soir, l’humoriste Certe Mathurin m’a même dit que j’avais changé : je n’étais plus voutée, comme dans les débuts. Il faut dire que parmi les humoristes, parfois introvertis, on se sent moins seul dans ses névroses. On se rend compte que tout le monde est fou. De nombreuses personnes, dans les milieux artistiques, citent le tweet de Ricky Gervais. En somme, il conseille de ne pas trop s’inquiéter parce que personne ne sait vraiment ce qu’il fait. Tout le monde est perdu, et les humoristes savent en rire et permettent souvent d’aller de l’avant. Après une dure journée de travail, se retrouver dans un plateau comme le 33 Comedy est inévitablement salvateur. Cela confère un peu de bonheur aux citadins stressés qui s’engouffrent dans les caves comme celle de la Grange.

[post_title] => Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 16:47:52 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 15:47:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9421 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7281 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-03 10:09:01 [post_date_gmt] => 2019-11-03 09:09:01 [post_content] =>

Samedi 2 novembre, Louis Bolla enregistrait son podcast le Journal de la Guebla, que nous relayons depuis les débuts. Avec une différence capitale : il le faisait en live au Barbès Comedy Club aux côtés d’humoristes reconnus.

Soyez au rendez-vous pour la deuxième édition de ce podcast ! On vous le recommande, les discussions était très intéressantes et Shirley Souagnon a une repartie inégalable !

Le Journal de la Guebla spécial MC

Imaginez un podcast qui débute avec la bande du 33 Comedy, et qui s’achève avec une nouvelle fracassante pour le stand-up. Je n’avais pas du tout idée que cela serait aussi fourni en invités. En cela, l’émission était semblable au podcast live de Shirley Souagnon, Vivement dimanche avec Michelle Drucké. Entre parenthèses, ce podcast revient le 21 décembre !

En attendant la sortie du podcast, je voulais ainsi saluer la performance de Louis. Quand Shirley Souagnon lui a proposé de faire son podcast, sur un live Instagram, ça s’est fait très rapidement. Il a su s’adapter à la programmation, proposer un concept inédit en interrogeant les MC, ceux qui font la chauffe et gèrent les plateaux d’humour.

Mieux encore : son stress initial s’est vite évaporé pour laisser place à des questions intéressantes. Je suis ravie de l’avoir vu se révéler à ce moment-là et tenir un show deux heures durant, avec des humoristes de tous niveaux. Interviewer Ghislain Blique, puis Redouanne Harjane et Sebastian Marx n’est pas chose aisée ; solliciter le public pour des questions était aussi couillu, donc bravo Louis.

Mention spéciale à son audace : commencer son interview des gars du 33 Comedy par le bonnet de Jean-Patrick, aka Je suis lapin. J’étais en PLS, c’est un peu comme dire Voldemort, c’est ultra-transgressif ! Je n’aurai pas osé, voilà, c’est dit. Et revenir à l’ambiance de la Grange, qui me manque beaucoup aussi, c’était nécessaire.

PS : Antek reviendra bien au 33 Comedy dès qu’il aura terminé de jouer dans cette pièce de théâtre. S’il vous manque, allez là-bas !

L’invité surprise, Joseph Roussin, surprend tout le monde

Joseph Roussin, vous le connaissez peut-être mieux comme Détective Froussin. En fin de podcast, il prenait donc le micro et la première question a failli me faire tomber de ma chaise.

Les gars, Joseph Roussin… C’est difficile, asseyez-vous. Joseph… Roussin… Oh, je ne vais jamais y arriver. Bon, allez, courage !

Joseph Roussin arrête le stand-up.

La bonne nouvelle, c’est qu’il va proposer de nouveaux projets ! Vous en saurez plus en écoutant le podcast. En attendant, vous pouvez vous rassasier avec le retour de Calme-toi Bernard (Ghislain n’y est plus, mais il explique pourquoi dans le Journal de la Guebla et ça peut évoluer). Vous avez aussi le podcast de Seb Mellia, dont le prochain épisode sort aujourd’hui !

[post_title] => Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-guebla-podcast-live-louis-bolla [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-05 10:03:24 [post_modified_gmt] => 2019-11-05 09:03:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7281 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6472 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-07-22 15:46:59 [post_date_gmt] => 2019-07-22 13:46:59 [post_content] =>

Que l’on soit doté d’un cœur d’artichaut ou que l’on soit constitué de fibres de kevlar, les fins nous procurent toujours la même sensation. Proche de la tristesse, il n’est pas rare de déverser d’énormes sanglots nostalgiques…

Clap de fin pour le stand-up à La Grange

La fin. C’est ce qu’annonce le 33 Comedy Club. Dans la petite cave du bar La Grange, l’aventure telle que nous la connaissons s’arrête pour les 3 résidents et leurs invités. Fondée il y a trois ans par les humoristes Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick, cette salle de spectacle fait partie des plateaux d’humour en vogue de Paris.

Le lieu a reçu bon nombre de ceux qui parcourent les scènes parisiennes, nationales ou internationales. Il accueillait aussi les jeunes humoristes émergents. Or, cet été, la vente du bar La Grange contraint les artistes à déménager. Comme le One More Joke, en effet. J’y étais le 16 juillet pour l’antépénultième édition, avec Pierre Thevenoux comme invité.

Un accueil plus que rôdé

Un physio un peu particulier m’accueillait sur les coups de 20h30. Antek, l’homme aux lunettes rouges, circulait ainsi au milieu de la foule pour gérer les réservations. Première étape : choisir la boisson qui nous sied. Ensuite, tels de bons élèves, nous gagnions le sous-sol de l’établissement.

Quelques minutes plus tard, le public prenait place dans cette salle comble. Antek, le premier humoriste gagnait la scène pour assurer la chauffe et expliquer le concept de la soirée. Jean-Patrick, Ghislain Blique, Antek puis Pierre Thevenoux se succédaient devant un public néophyte et parfois un peu distrait.

Dans leurs prestations, des blagues déjà solides côtoyaient certaines nouveautés. Persuadé qu’ils ne ressortiraient pas convaincus de leurs passages, je les voyais pourtant satisfaits. Je trouvais le public peu réceptif, mais ils me confiaient qu’en été, le public n’est pas le même que le reste de l’année. Les vacances, les terrasses, le soleil : les gens ne s’enferment pas dans une salle mais passent leur temps dehors.

Dernières chances pour apprécier le 33 Comedy à Bourse

Si l’avenir du 33 Comedy n’est pas encore fixé, les deux dernières dates sont précieuses pour la scène parisienne. Elles se dérouleront mardi 23 juillet – avec Yacine Belhousse en invité – et mardi 30 juillet à 20h30. Pensez à réserver !

C’est donc l’occasion d’y rire une dernière fois ou d’y découvrir ces scientifiques de la blague pour la première fois. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?

L’auteur

Louis Bolla, ou SRGIO pour les fans d’art numérique, baigne dans le monde du stand-up depuis quelques temps. Il a découvert Le spot du rire pour préparer ses chroniques radio, et a eu envie de contribuer au projet. Il découvre désormais le milieu parisien avec des yeux émerveillés… et vous le fait partager !

Crédits photo

© Antek - 33 Comedy

[post_title] => Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-la-grange-clap-fin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-07 17:04:43 [post_modified_gmt] => 2019-08-07 15:04:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6472 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6290 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-22 10:43:16 [post_date_gmt] => 2019-06-22 08:43:16 [post_content] =>

La fin de saison des plateaux humour approche. Pour autant, les organismes ne sont pas éreintés. Vous avez toujours la pêche pour rire ? Ils sont fidèles au poste, et je les ai vus se démener pour vous faire rire !

After Work Comédie

Lucie Carbone monte en puissance : showcase à la Petite loge d’un côté, création d’une scène ouverte un peu spéciale. En résumé, c’est le Laugh Steady Crew des artistes par les artistes.

Comment ça marche ? Chaque semaine, Lucie propose une série de thèmes sur l’actualité dans un groupe d’humoristes qui ont les crocs. Au début, c’était premier arrivé, premier servi. Alors évidemment, les abus allaient bon train. Si je parlais comme Tania Dutel, ça donnerait ça :

V’là ti pas qu’ils postent un commentaire pour être premiers de la liste, et ils le modifient pour avoir le thème de leur choix…

Depuis, les humoristes doivent proposer une punchline et Lucie sélectionne les meilleures pour décider qui joue. C’est grosse logistique pour offrir un spectacle de qualité par la toute nouvelle génération du rire en plateaux humour. Le format est très convivial et oscille entre talk-show et sketches inédits.

Qui participe ?

Hugo Gertner, Audrey Baldassarre, Julie-Albertine Lona Jackson, Mahaut, Mathias Fudala, Thibaud Agoston… ou encore Arezki Chougar et Rémi Lufuta ! Plein de monde s’alterne ainsi chaque mardi à 19h45 au Jardin Sauvage.

Ça dit quoi ? Comedy Club

La Boîte à rire continue de se faire une réputation. Ce théâtre ouvre ses portes à de jeunes humoristes. Oui, il faut faire le tri — mais c’est à ça qu’on sert au spot du rire ! On y avait déjà apprécié Adrien Montowski et Fabien Guilbaud, et aussi les plateaux Laughing Box Comedy et Cap ou pas cap comedy.

Depuis plusieurs semaines, le Ça dit quoi ? Comedy Club investit la salle. Aux commandes, Mathieu Polo et Alexis Tramoni. Le mode est très petit, parce que j’ai travaillé avec le frère de Mathieu Polo pendant un certain temps. Vu comment il citait sans aucune difficulté le répertoire entier de Kad et Olivier sur Comédie, je me disais que ça allait être assez beau de voir un autre membre de la famille amuser la galerie.

Zoom sur les maîtres de cérémonie, Mathieu Polo et Alexis Tramoni

Mathieu Polo a un style très tranquille. Pas tranquille comme Djimo, mais mesuré et posé. Il monte sur scène depuis moins de six mois, et sa formation au conservatoire l’aide à avoir une certaine prestance.

Au début, je croyais qu’il tombait dans des lieux communs, mais il nous a vraiment surpris avec des retournements de situation très appréciables. Il commence tout juste à montrer sa bouille sur les programmations de plateau, et j’ai hâte de voir son évolution !

Alexis Tramoni, c’est autre chose. Il est complètement dingue, presque dans un état second. Au début, j’ai vraiment cru que c’était un ringard fini. Il hurlait dans le micro et se foutait de lui-même avec une désinvolture inédite.

En réalité, le rire vient de là. Il nous arrive aussi violemment qu’avec un Florent Mathey ou un Monsieur Fraize. Ou mieux encore, un Timothé Poissonnet : ils jouent sur la même corde. Comment fait-il pour nous proposer un tel truc ? On finit par craquer et pleurer de rire. Un peu comme pour Yacine Belhousse, ne résistez pas à l’univers de ces artistes, ou vous allez saigner du nez. C’est la règle n°1 des plateaux d’humour, ça va de soi.

Qui participe ?

Parmi les premiers invités, vous pouvez découvrir plusieurs noms sympathiques. Alexandre Di Mambro, par exemple, mais aussi Timothé Poissonnet (l’association avec Tramoni est cocasse). J’étais là quand ils ont essayé de récupérer Pierre Thevenoux. Ça commence à être lourd.

Le Cercle du Rire

Mon histoire avec le Cercle du Rire a mal commencé. Le premier organisateur a accompli un travail formidable pour hisser son plateau vers la notoriété. Mais avec le spot du rire, ça s’est mal passé. Harcèlement pour parler du plateau, puis pour venir. On ne va pas se mentir, il y a eu clash.

Heureusement, aujourd’hui ce sont deux filles extrêmement drôles qui mènent la danse : Elsa Bernard et Anissa Omri. La dynamique a complètement changé, le lieu aussi : Alf, dans le 11e arrondissement.

C’est au Cercle que j’ai rencontré Alexis Tramoni. Et je l’ai revu en juin, quelques jours après le Ça dit quoi ? Comedy club. Il ne hurlait plus dans le micro, et restait drôle. J’étais étonnée de cette palette.

Karim chauffait la salle et Anissa gérait le tout tandis qu’Elsa se prélassait probablement en Corse. Ce plateau d’humour est cosy, tranquille. Tu es aussi bien installé qu’à Dimanche Marrant à la Brasserie Barbès, sans la sensation d’être dans la ligne 13 !

Qui participe ?

Encore du beau monde, décidément ! Là, on avait carrément Yacine Belhousse. Mais aussi Pierre Thevenoux (Il est partout, ou alors je le suis ? Je vous laisse juge.), Adrien Montowski… et le revenant Julien Chapel. Ça faisait longtemps, depuis la fin de son spectacle à la Cible ! Si vous l’aimez, sachez qu’il revient en plateau…

Les Ouais Ouais Ouais

Un point super rapide sur ce nouveau podcast. Les deux recrues du Laugh Steady Crew ont joué à Nantes. Qui dit Nantes dit Tocards (on y vient).

Et du coup, ils enregistrent un podcast commun ce dimanche. Et bientôt, je vais sûrement m’incruster. Voilà comment on se sent quand on sait ça :

Fin du mois en apothéose

Le mois de juin est déjà bien rempli ? Je ne vous parle pas trop du Point Virgule fait l’Olympia : c’était une soirée assez classique avec des blagues déjà entendues ici et là. Le genre de soirées essentielle pour le grand public, mais qui n’a pas grand intérêt si vous savez déjà trouver vos soirées stand-up en toute autonomie.

La programmation était de meilleure qualité que quand j’y suis allée il y a deux ans. Or, j’ai quand même entendu des gens du public dire qu’il y avait deux-trois personnes à chier. Si c’est eux qui le disent, je ne suis pas responsable. En réalité, les soirées du groupe JMD sont un panorama pour plaire au plus grand nombre. Chacun prend l’humoriste qui lui convient et il y a peu d’entre-soi comme en plateaux humour.

Et là, comme c’était Antoinette Colin et le Point Virgule aux commandes, c’était mieux que d’habitude. Arnaud Tsamère était meilleur dans l’exercice du maître de cérémonie que Nicole Ferroni au FUP. Fin de la parenthèse, je pensais déjà à la fin de mon mois. Je vous la présente, histoire que vous puissiez la vivre aussi !

Antoine Sentenac et les 2 tocards

La distance entre Paris et Nantes se réduit de minute en minute. On connaît bien les 2 tocards font du stand-up. On connaît moins Antoine Sentenac, mais ça va changer ! En effet, Antoine Sentenac fera sa première date parisienne à la fin du mois.

Ce sera encore une fois au Théâtre la Cible. Si vous n’avez qu’un spectacle à aller voir, c’est peut-être celui-là. Antoine Sentenac, c’est le Blaise Bersinger nantais. Comprenez : ses collègues humoristiques l’érigent souvent en exemple, ou du moins en name dropping. On en entend parler, le bouche-à-oreille artistique fonctionne bien.

Parce que des images valent mieux qu’une description fleuve, je vous invite à aller voir son profil Instagram. Cela devrait suffire à vous convaincre de prendre votre place pour cette date unique du 29 juin à 19 heures.

Ensuite, vous pourrez continuer avec les 2 tocards, Kévin Robin et Maxime Stockner. Pas d’excuse, ils jouent au même endroit à 21 heures !

Léopold

Léopold est aussi un fou. Je vous ai sûrement déjà parlé de sa chaîne Twitch à demi-mot : il propose des talks avec d’autres humoristes (coucou le Meilleur Podcast) et de nombreuses autres choses.

En juin et juillet, il joue ses dernières dates à la Comédie des 3 bornes. Le vendredi ou le samedi, vous avez le choix, mais soyez là à 20 heures. Je sens que ça va être un bon moment, alors je vous recommande déjà de tenter l’expérience. Si vous l’avez vu dans des plateaux humour, vous connaissez déjà son univers et vous savez que vous rirez.

Ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, mais j’y vais en toute confiance pour lui.

Bonus : la fin d’une ère

Ce matin, avant d’écrire ces lignes, je regardais le dernière épisode de Mauvaise Langue. J’espère que ça continuera, mais je voulais saluer la prouesse de 22 épisodes pour cette saison 2 !

Autre fin à prévoir : le 33 Comedy ne se tiendra plus à la Grange après ce mois de juillet. Il vous reste, à l’heure où j’écris, six chances de (re)vivre une belle soirée de stand-up à la Grange. Je vous copie le message des organisateurs :

Ça y est ! Elle était plus ou moins annoncée par les bookmakers du monde entier, c'est la fin. La fin du 33 Comedy à La Grange.

Loin de nous l'idée de vous dire que parce que c'est les dernières, il faut absolument venir. Mais c'est les dernières donc il faut absolument venir.
Pour les 6 derniers épisodes de la série 33 Comedy, on a décidé d'inviter 1 humoriste chaque mardi qui a marqué notre petite histoire.

Le premier de cette série, c'est Haroun. Il a été le tout premier à poser ses pieds sur la scène du 33. Il avait à peine 8 ans et il faisait des blagues sur le fait qu'il avait pas une tête d'humoriste.

Aujourd'hui, il fait partie des figures du stand up en France.

Dépêche-toi de réserver !

Tu peux aussi déjà réserver tous tes mardis de juillet. On va te dire au revoir proprement.

Bisous,
Antek, Ghislain Blique, Jean-Patrick / Je Suis Lapin

33 Comedy Winterfell

Mon 33 Comedy

Le 33 et moi, c’est une putain d’histoire d’amour. J’y ai rencontré tellement d’humoristes. J’ai joué là-bas, les gars. Ça ne s’oublie pas dans l’écosystème des plateaux humour. J’ai raconté trop d’anecdotes personnelles dans ces loges. J’ai même amené un rendez-vous Once une fois (c’est comme Tinder, mais dans le déni de Tinder). C’est n’importe quoi.

J’ai vu Nadim et Jean-Philippe de Tinguy dans la même soirée, cette même soirée où j’ai rencontré Florent Mathey. J’ai rencontré Antonin, qui écrit pour moi aujourd’hui sur de l’improvisation. Il était avec Els - Lost in France, quoi !

C’est là où j’ai gagné les chaussettes que Ghislain offrait dans Sympa la vie. Effectivement, vu qu’elles étaient à ma taille, je sens qu’il s’est bien fait arnaquer par Lidl. Réécoutez tous les épisodes pour comprendre !

J’ai amené des gaufres. J’ai vu Odah et Dako deux fois et ils ne doivent plus se souvenir de moi. Putain, c’est la famille, quoi. Mieux que France 98. Aussi bien qu’un Fifa chez Manu Bibard où je perds lamentablement en ayant dit que j’étais trop douée.

J’ai vu Louis Dubourg parler de son coloc en tailleur. J’étais là quand ils faisaient Antek on R. Je ne sais pas quoi vous dire, allez-y pour vous recueillir. Le Lourdes du stand-up. Je suis en plein craquage, mais c’est trop grave ! Je m’enflamme. Pardon. Allez-y, c’est tout.

Merci les gars. Merci les plateaux humour.

[post_title] => 5 expériences marquantes de juin 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-juin-19 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-22 12:30:49 [post_modified_gmt] => 2019-06-22 10:30:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6290 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4108 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-03 20:40:43 [post_date_gmt] => 2018-05-03 18:40:43 [post_content] => Le 22 mai prochain, le 33 Comedy Club fête un bel anniversaire : 2 ans déjà ! Avant d'en savoir plus sur l'événement de folie en prévision, petit rappel sur le plateau d'Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick. Pour moi, le mois de mai est synonyme de nombreux divertissements atypiques. Les 500 miles d'Indianapolis, le Grand Prix de Monaco, l'Eurovision... mais aussi l'anniversaire du 33 Comedy !

Anniversaire 33 Comedy : pourquoi ce plateau est le meilleur de Paris

Sous ce titre un peu provocant pour le One More Joke se cache un bonheur renouvelé de visite en visite. Parfois, je me dis que ça fait longtemps que je ne suis pas allée au 33 Comedy. Généralement, mon expérience des plateaux répond à ce même schéma : plusieurs questions s'enchaînent alors.
  • Qui joue ?
  • Ai-je suffisamment de temps de sommeil pour enchaîner sur mon vrai travail journalier sans dégrader ma productivité ?
  • Y a-t-il du jus de banane ?
  • Les gens me mettent-ils mal à l'aise ?
Au 33 Comedy, on se sent à la maison. Comme nulle part ailleurs. Jean-Patrick travaille au bar la Grange, et habitait pendant un temps non loin de ce lieu prisé du quartier de Bourse. Mon nouveau statut d'Inspecteur Follin* n'a rien à voir dans cette découverte : il en a parlé dans son podcast L'humour vous va si bien. Cette ambiance familiale digne des bons restaurants italiens (?) me donne l'impression d'avoir une famille ici. C'est très bête et cucu écrit comme ça, mais voilà, il m'est impossible de le décrire autrement. Ghislain, c'est un peu comme si j'avais eu un frère original qui voue un culte à la mayonnaise et aux chaussettes. Antek, c'est le gars rigolo à qui j'ai envie de parler à chaque fois que je le vois. Il est à fond, avec sa playlist éclectique des tubes qui ont marqué plusieurs générations. Et que dire de Jean-Patrick... Tout passe dans le regard avec lui : il te met mal à l'aise et super bien dans la même seconde. Tu sens qu'il est sympa, mais tu ne peux t'empêcher d'être sur tes gardes.

33 Comedy : des vidéos promotionnelles hilarantes

Mais alors, qu'est-ce que le 33 Comedy spirit ? Je vous laisse d'abord le déterminer. Je vous défie d'ailleurs de ne pas rire pendant le visionnage. Même au boulot, je craque à chaque fois.
Comment font-ils pour rendre un teaser autoproclamé pourri aussi fort que le génie de Lilian Thuram à la coupe du monde 1998 ? Je suis dépassée, lessivée par le rire, en bien-être total. Non, ce n'est pas une secte. Autre exemple : le teaser de l'anniversaire de l'an dernier.
J'y étais : il y avait effectivement un gâteau. Jean-Patrick a bravé tous les dangers pour descendre les escaliers avec ce délice gustatif à la main. On a passé une pure soirée, avec les mêmes gars que l'année d'avant. Cette année, que nous réservent-ils ? Nous le saurons bientôt et vous tiendrons évidemment informés. Pour l'heure, vous pouvez réserver vos places sur Eventbrite !

Inspecteur Follin, c'est quoi ça ?

Il faut qu'on en parle. Depuis ma visite au All in Comedy Club, j'ai un alias. Seb Mellia m'a vu descendre les escaliers et m'a appelé Inspecteur Follin. Parfois, dans la vie, j'ai l'impression de résoudre des enquêtes ou d'avoir le sens de l'observation. Or, depuis que Seb Mellia m'appelle ainsi, j'ai perdu tout talent dans cette entreprise. Je suis donc comme le Détective Froussin, l'humour désopilant en moins. En tout cas, merci Seb pour ce vrai moment de rire. Ce mec est très fort en impro et en répartie, on ne le répète pas assez ! [post_title] => Save the date - Le 22 mai, le 33 Comedy fête ses 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => evenement-33-comedy-anniversaire [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:42:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:42:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3582 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-03 10:48:42 [post_date_gmt] => 2018-03-03 09:48:42 [post_content] => Dernier né des podcasts humour, L'humour vous va si bien réunit deux copains du stand-up : Jean-Patrick et Adrien Laurent Montowski. Ecoutez-le de toute urgence !

L'humour vous va si bien : stand-up, paranormal ou paralysie du sommeil

Les résidents du 33 Comedy sont décidément phonogéniques. Antek a commencé avec son émission de radio, Antek on R. Depuis qu'il joue son spectacle au Sonart, il a refilé le bébé à Mathias Fudala et Ha Ha, l'émission marrante. Quant à Ghislain et Jean-Patrick, ils ont tour à tour lancé leur podcast. Sympa la Vie, avec Ghislain et Paul Dechavanne, est cet ovni de baladodiffusion qui commence à exploser. Jean-Patrick m'a confié il y a peu qu'il préparait un podcast similaire avec son pote Adrien Laurent Montowski... Et voici donc le premier épisode, qui aborde l'humour et le paranormal... mais pas que !

L'humour vous va si bien, c'est l'histoire de 2 potes qui parlent

Après Louis Dubourg et un café au lot7, le Berry a donc un autre podcasteur stand-up à son actif. Quand j'ai commencé à écouter, je me suis demandée s'ils allaient réussir à faire quelque chose d'aussi qualitatif que l'existant. J'ai eu un peu peur, parce que leurs collègues font déjà du très bon boulot. Or, j'ai passé un très bon moment et j'ai beaucoup ri. J'ai même appris des choses. Bref, le meilleur cocktail généré par des artistes stand-up ! Jean-Patrick et Adrien se connaissent depuis longtemps. Le spectacle de Jean-Patrick, au début, c'était Adrien qui le mettait en scène. Au Beach Comedy Club, le plateau tenu par Adrien et quelques autres artistes, ils ont fait un 30-30 l'an dernier pour prendre leurs marques. Tout cela, je le savais. Mais j'ignorais comment ils s'étaient rencontrés, et que le Beach Comedy Club avait donné envie à Jean-Patrick de se lancer.

Abonnez-vous au podcast L'humour vous va si bien !

On ne va pas tout vous dévoiler du premier épisode, sorti jeudi dernier. Le mieux, c'est que vous écoutiez vous-même et que vous mettiez 5 étoiles ! [post_title] => L'humour vous va si bien : le podcast de Jean-Patrick et Al Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-podcast-jeanpatrick-almontowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:38:10 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:38:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3470 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-21 14:46:42 [post_date_gmt] => 2018-02-21 13:46:42 [post_content] => Ça y est, je suis montée sur scène ! Le 33 Comedy m'accueillait aux côtés de pointures du stand-up. Une voie royale pour réussir ce passage. Voilà comment cette première scène s'est passée. Vous pouvez aussi relire les épisodes précédents : l'annonce et la préparation.

L'avant-show : don't stress

18h45, je pars de chez moi pour aller au 33 Comedy. Il y a 45 minutes de trajet, qui s'allongent pour une raison indéterminée. Mais j'ai décidé que le métro ne me perturberait pas. J'arrive enfin à bon port une heure plus tard, l'une de mes amies est arrivée. Téléphone en main, elle me filme d'entrée de jeu, me demande un autographe sur son billet du 33 Comedy. Elle est encore plus perchée que moi, alors je lui livre un autographe à ma sauce. C'est graveleux. Antek et Jean-Patrick sont là aussi : ils surgissent du sous-sol. Les deux me demandent comment je vais. Pour le moment, bien. Ils déterminent ensuite l'ordre de passage et j'apprends que Kyan Khojandi sera là. Il remplace Jason Brokerss, visiblement coincé chez lui. La poche de glace collée à son visage sur ses story Instagram confirme l'hypothèse. Satanés dentistes ! J'apprends l'ordre de passage : je passe troisième entre Antek et Jean-Patrick. Kyan ouvre la soirée, j'ai un spot confortable entre les résidents. Ça tombe bien, je remplace Ghislain. Et je porte les chaussettes que j'ai gagnées en évaluant le podcast Sympa la vie. La seule superstition que je me suis autorisée.

Bienvenue au 33 Comedy Club

Le 33 Comedy Club, c'est un peu devenu mon QG. La raison de cette première scène ici, c'est parce que j'ai passé beaucoup de temps dans le public. J'ai soutenu tous les projets personnels des trois résidents Antek, Jean-Patrick et Ghislain : spectacles, podcasts, émissions de radio... Il n'existe pas de plateau où je me sens le plus à la maison. Aucun autre ne m'a donné cette impression, et c'est sûrement ça qui a conditionné la suite de la soirée. D'habitude, les loges du 33 Comedy sont blindées d'humoristes, mais lorsque Antek fait entrer le public, j'ai tout l'espace pour moi. Les autres n'arriveront qu'un peu après 20h30 après avoir visiblement discuté en haut. Kyan se présente et moi aussi, mais on se connaît un peu. Je l'ai mentionné sur une publication Facebook, donc il connaît le spot du rire. Et moi, je suis comme tout le monde : Kyan Khojandi est une pointure. Si bien que depuis plusieurs mois, je n'ai aucun souci à écrire son nom sans faute. Et que je sais qu'il est bien plus que le mec de Bref.

Transmission

Ce soir, il y a donc des pointures : Lenny, Seb Mellia et Kyan Khojandi. J'ai l'impression qu'ils font du stand-up comme ils mettent un pied devant l'autre : la maîtrise. Voir mon nom au milieu de tous ceux-là plus Antek et Jean-Patrick, c'est un truc de dingue. Le stress ne s'installe pas trop encore. Comme je l'ai dit, depuis que mon texte est su, il s'est évaporé. Mais il va revenir. Kyan monte sur scène ; son passage est dingue. Lorsque je l'ai vu en spectacle à Choisy-le-Roi en décembre dernier, son co-auteur Navo faisait la première partie. Ce jour-là, il s'amusait à jouer avec nos nerfs sur le rythme de son stand-up. Va-t-on savoir la suite ? Au 33 Comedy, Kyan a repris un procédé similaire en faisant semblant de quitter la scène au beau milieu de son histoire. Deux fois de suite ! Un mécanisme qui donne évidemment envie de connaître la suite. C'est comme poser un paquet de bonbons devant soi. Ou le compte-à-rebours Netflix que Rémi Boyes adore mentionner dans son stand-up. En terminant son passage, il dit aux autres qu'il suffit de parler au public : il est très bienveillant ce soir. Ça tombe bien pour moi. Antek enchaîne. C'est le dernier rempart avant mon passage. Là, le stress est là.

Plongeon

Pour rester calme, j'écoute ce que les autres font et je ris comme si j'étais spectatrice. Mais cela ne suffit pas. Heureusement, le small talk de Seb Mellia va arranger ça. Je ne sais plus comment Jean-Philippe de Tinguy est arrivé dans la conversation... il faut dire que cela arrive souvent. Mais là, Seb me demande de confirmer qu'au début, j'allais le voir un peu partout. Je ne comprends pas la question, je crois qu'il me demande si je parle de Jean-Philippe dans le sketch. Donc, je réponds non. Alors que clairement, la réponse était affirmative. Du coup, je corrige, on blague sur le fait que je savais son adresse avant son déménagement et que c'est sûrement pour ça qu'il a eu lieu... Toute la conversation a le mérite de détourner mon attention. Antek continue ses blagues avec quelques nouveautés, et je sens qu'il termine son passage. Les applaudissements confirment mon intuition. Comme il me l'avait dit avant la soirée, Antek me concocte une introduction aux petits oignons. Je vais dans les scènes ouvertes en permanence, j'ai décidé de faire ma première scène au 33 Comedy, c'est un moment d'émotion. Tout le pathos est réuni pour me faire éviter le bide. Et ça a marché !

Instantanés de scène au 33 Comedy avec Jean-Patrick et Kyan Khojandi

Ma première scène au 33 Comedy

Lors de cette première scène, je demande aux gens s'ils vont bien. Je leur réponds ensuite que moi, c'est moyen Parkinson. En fait, je partage l'information suivante : oui, je tremble, je sais, et je m'en fiche. Donc on peut se concentrer sur les blagues. Mon sketch, je l'ai pratiquement appris à la virgule près, mais j'ai fait de nombreuses modifications. Les différentes versions se mélangent un peu, mais grâce à la concision du passage, l'ensemble conserve de la cohérence. Je remarque un phénomène auquel je ne m'attendais pas. Là où j'ai parié sur des rires, je les ai obtenus. J'avais l'impression d'avoir à appuyer sur un bouton qui déclencherait des rires enregistrés. Sur scène, on entend une masse de rire comme des rires enregistrés. J'enchaîne mon texte, je trébuche sur quelques mots mais j'essaie de me tenir à ce que ce soit clair. J'ai réduit considérablement mon débit de parole par rapport aux répétitions, mais ceux qui n'avaient rien vu estiment que c'est encore trop rapide. Un défaut récurrent chez les nouveaux venus, qui ont envie de s'échapper de la situation plutôt que de la vivre.

Plutôt que les pneus hiver, la séquence émotion

La toute fin de mon sketch n'a pas été apprise. J'avais un jeu de mots sur les niches (passions de niche vs. la niche du chien), le chien Beethoven et le fait d'être aux abois... Et je ne savais pas comment finir. J'avais initialement beaucoup plus de texte et je voulais faire l'analogie entre la communication avec les autres êtres humains et le fait d'être doté de pneus hiver. J'avais tout un fil rouge sur les garages qui n'en sont pas, ça partait dans tous les sens. Bref, ça a été jeté. C'est grâce au livre de Christine Berrou que je n'ai pas eu de quartier pour ces tentatives-là. A la place, j'ai dit que ma niche, c'était le stand-up, que les lieux comme le 33 avaient changé ma vie. Je m'étais dit qu'avec ça, je pouvais me mettre le public dans la poche assez facilement. Or, faire vivre un moment d'émotion n'est pas facile car on dévoile beaucoup de soi. On se rend compte qu'on dit à des inconnus quelque chose qui fait ce qu'on est. On touche un peu à l'intime, mine de rien. Ma voix s'est tordue, j'ai pensé : « Je ne vais pas pleurer, là, quand même ? ». C'était tendu, mais c'est passé. Ça devait être vrai. Prends ça, Marc Levy !

L'après-première scène : feedback et mal au dos

Quand je termine mon passage, je vois Antek dans les loges avec son sourire et ses lunettes rouges de mec heureux. J'attends que les applaudissements cessent pour annoncer Jean-Patrick, tandis qu'Antek gère la régie. Je fais une petite blague sur le fait que même les végétariens peuvent l'aimer, car c'est un lapin. Et je sors de cette première scène. Seb Mellia me dit que j'ai bien géré cette première : je n'ai pas fait trop long. Lenny me dira ensuite qu'il a bien aimé le moment d'émotion. Et Antek a apprécié l'une de mes punchlines. Mission accomplie, dans une ambiance très bienveillante et propice à la chance du débutant. Je m'assois ensuite, histoire de décompresser. Mais ça ne se passe pas ainsi : un mal de dos de dingue s'installe, j'ai l'impression d'être une mamie et qu'un rouleau compresseur est venu me broyer. J'ai aussi mal dormi avant de monter sur scène qu'après. C'est très physique, mine de rien. Il paraît que c'est l'adrénaline. J'en saurais probablement plus si je remonte sur scène, mais...

Envie de remonter sur scène ?

Je ne sais pas ce qui pousse les gens à me voir réitérer cette première scène. J'ai passé un bon moment, bien apprécié que les gens rient. C'était sympa pour la confiance en soi, mais je ne me suis pas dit que c'était magique. Ce que je préfère, c'est voir les autres sur scène. Si j'ai fait cette expérience, c'était pour mieux les comprendre. Leur montrer une marque de respect en me jetant dans l'arène. Mais il semblerait que les gens ont envie que je revienne. Affaire à suivre. Pour l'heure, un grand merci à tous les humoristes qui m'ont soutenue avant, pendant et après cette épreuve émotionnelle. C'était un vrai défi, et je suis contente de l'avoir relevé ! Maintenant, rendez-moi mon sommeil, merci.

Crédits photo

© Seb Mellia / Antek [post_title] => Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-scene-33-comedy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 3460 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-15 17:12:38 [post_date_gmt] => 2018-02-15 16:12:38 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Dans quelques jours, le 33 Comedy m'accueille sur scène pour un passage hors line-up. Je me prépare donc activement à monter sur scène, avec toutes les activités physiques, intellectuelles et mentales qui en découlent. Je vous raconte tout cela sans filtre pour être au plus près du processus de monter sur scène pour la première fois. [/vc_column_text][vc_message icon_fontawesome="fa fa-microphone"]Rappel : le 20 février, rendez-vous au 33 Comedy pour me voir jouer 5 minutes. Il y aura Seb Mellia, Jason Brokerss et Lenny pour assurer un niveau très satisfaisant du plateau, malgré ma présence si je bide. Réservez gratuitement pour pouvoir assister à la soirée. Et il y aussi BilletReduc pour ça.[/vc_message][vc_column_text]

Apprendre un texte et l'éditer

Quand j'écris un texte, je l'écris d'une traite. Je le relis rapidement, et je balance. Mais écrire un texte pour le jouer sur scène, c'est tellement différent. Là où je me détache complètement de ma création écrite, le sketch est très différent. Je le modifie en permanence. Quand je marche jusqu'au métro, je regrette d'avoir délaissé un passage. Je le réintègre, je réorganise. A chaque fois, mes apprentissages passés se fragilisent. En plus, lors des premiers jours, ils ne se sont pas figés dans mon cerveau.

Fatigue accumulée

Chez moi, j'apprends mon texte à voix haute. J'essaie d'intégrer l'entrée et la sortie, segmenter chaque action. Cinq minutes de passage, puis une pause de cinq minutes, puis cinq minutes de passage, etc. Au bout de 4 ou 5 tentatives, je suis déjà épuisée. Après, je sors d'une journée de travail... mais ça n'a rien d'exceptionnel. De nombreux comédiens accumulent les deux, et ma charge de travail n'est pas bien méchante. L'organisme travaille beaucoup, les résultats ne se font pas trop sentir. Quand je me suis enregistrée en audio, j'ai entendu d'innombrables "euh" d'hésitation. Parfois, le contenu est trop perché. Difficile à suivre, mais j'ai envie de voir, de comprendre. Je veux créer quelque chose que j'assume, et après, il faudra juste maîtriser le micro. Et bien entendu, segmenter chaque action pour les isoler, les maîtriser cérébralement.

Ego boost

J'ai évalué que je pourrais jouer à partir d'une certaine date. Rapidement, j'ai eu la date de passage. Avoir un délai court entre les deux me permet de gérer le stress sur une période assez courte. Si à un moment, ce texte rentre dans mon cerveau, il n'aura pas à y rester bien longtemps. La rigueur n'est pas mon amie. Quand j'ai annoncé ce passage au 33 Comedy, j'ai vu une partie de l'envers du décor. Le regard des gens semble altéré, ils te calculent davantage. Ils espionnent peut-être passivement d'habitude, mais les réactions sur les réseaux sociaux ont probablement été multipliées par 30. Et quelle institution pour faire un one-shot !

Cohabiter avec la peur et se retrouver

Quand on sort de sa zone de confort pour un projet très prenant, il est difficile de se détacher. Prendre le temps de respirer, de vivre, de laisser au corps et au cerveau de quoi s'oxygéner. Monter sur scène a l'air bien plus prenant qu'une tâche lambda. Même une tâche stressante telle qu'un meetup. Un meetup, c'est une conférence en entreprise où l'on évoque un sujet devant une trentaine de personnes. A part un PowerPoint et l'absence de blagues, le reste semble assez similaire. Mais cela n'a rien à voir. Monter sur scène, j'ai l'impression que cela change une personne en un temps record. Je ressens le besoin de me retrouver, de décrocher un peu. C'est décidé, le jeudi soir de la semaine d'avant, je regarderai Top Gear. Plaisir solitaire ultime. A Bruce Jouanny, tu as intérêt de prendre le volant d'une voiture jaune cette semaine. Laissons vivre le texte dans mes circuits neuronaux.

Le micro, ce symbole phallique qui peut me manger

Pour le moment, j'ai transformé le micro en une bouteille d'eau. Il n'y a pas de fil, mais je ne suis pas très bricolage pour recréer les conditions de scène. Je mets bien la lumière tamisée et je joue devant ma forêt de flyers, mais cela reste artificiel. J'ai joué le sketch devant mes collègues à J-5. Les tremblements sont plus faibles que d'habitude, mais le débit de parole est toujours trop rapide. L'articulation laisse à désirer. Mais il y a quelques rires... On verra la suite !

Décompression : le calme avant la tempête ?

Après quelques jours, j'ai fini par me détendre. C'est suspect. De samedi à lundi, lorsque j'écris cette section supplémentaire, la pression est retombée et le texte me paraît su. J'ai même regardé une flopée d'épisodes de Parks and Recreation, une sorte de récompense-chill (je parle brièvement de cette série ici). On verra demain ?

Monter sur scène : mais pourquoi ?

Si j'avais dit 10 ans plus tôt que je prendrais le micro, on m'aurait sans doute ri au nez. Très bizarre de prendre la parole quand on ne sait pas parler. Après avoir dit que je n'étais pas intéressée pendant des mois, j'ai fini par me faire convaincre. Mais rassurez-vous : je suis d'accord, et j'ai des conditions idéales pour le faire. Je dois être à un moment de ma vie où je vais tenter des trucs. Ne vous inquiétez pas, je ne vais pas devenir cascadeuse (si tant est que ça vous affolerait...). Le saut en parachute reste une impossibilité, tout comme boire une goutte d'alcool. Mais alors, s'agirait-il de prouver quelque chose aux autres ou à soi ? D'exister autrement ? De toute façon, ce ne sont que 5 minutes. Pas de quoi éponger l'univers.

Crédits photo

Jean-Patrick / Je suis lapin © 33 Comedy[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Monter sur scène : les états d'esprit avant le show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cours-standup-scene-psychologie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:36:46 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:36:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3460 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 3157 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-29 10:56:48 [post_date_gmt] => 2017-12-29 09:56:48 [post_content] => Le spot du rire achève l'année 2017 avec de nombreuses satisfactions ! On espère que ce projet de promotion d'humour vous apporte des informations, de l'amusement aussi. Les contenus présentés ici sont les plus consultés de l'année. Quoi de mieux que la fin de l'année pour les redécouvrir ?

10. Jean-Philippe de Tinguy : une interview du spot du rire

L'interview avec Jean-Philippe, c'était la première du site internet. Si elle apparaît ici, c'est grâce à une promotion sur les réseaux sociaux et sûrement parce que je l'ai beaucoup lue. Cela a l'air tellement plus simple de parler de quelqu'un dont le parcours n'a plus de secret. En réalité, c'est difficile parce qu'on a envie d'orienter la parole de l'autre, on sent où il va aller. On veut juste le montrer et rendre compte de ce qu'on a découvert. J'espère que la mission a abouti à vous le faire connaître davantage !

9. Nadim : pourquoi le spot du rire le soutient

Ce billet présente ce qu'il s'est passé lorsque j'ai rencontré Nadim. Pour tout vous dire, ça m'a cassé un date qui n'a pas compris ma fascination pour les artistes et s'est senti délaissé. Bon, je pourrais avoir prononcé les mots salut ma poule... Ça peut jouer, aussi. Plus sérieusement, j'ai été bluffée de retrouver un humour sur le malaise et la folie. Lorsque je l'ai recroisé, le timing était parfait : je lançais le spot du rire, et je lui ai proposé de rejoindre l'aventure. Tout est parti de là.

8. Un café au lot7 : le podcast de Louis Dubourg garanti sans clash

On ressent le marketing incisif de Louis Dubourg dans cette position. L'humoriste a lancé un podcast où il rencontre des personnalités du milieu du stand-up. C'est axé sur l'actualité, ça questionne notre place dans la société. Autant le dire tout net : c'est parfois pompeux. Mais nous sommes à des années-lumière des blagues potaches, pourquoi pas élever le débat, après tout.

7. Dimanche Marrant : le plateau d'humour tendance à la Brasserie Barbès

Le plateau Dimanche Marrant est parfois victime de son succès. Il y a tellement de monde qu'il faut arriver assez tôt pour être bien installé. Parce que voir du stand-up à Barbès, c'est vraiment hype. Une ambiance cosy, une programmation efficace, Guilhem Malissen aux commandes. Il n'y a pas de secret pour attirer du monde. Généralement, le samedi et le dimanche, quelques personnes viennent consulter cette page. On est très fier de pouvoir les aider à se projeter dans leur sortie du dimanche soir !

6. Cactus Comedy : le plateau d'humour qui pique

Le Cactus Comedy est un plateau original. Il fonctionne sur un système de troupe. L'humour est volontairement corrosif, un peu engagé parfois. Des invités apportent une inspiration aux humoristes résidents, et toute la bande délocalise en province ou à l'étranger.

5. Plateaux d'humour et comedy clubs : les endroits où rire à Paris

L'une des missions du spot du rire, c'est de vous faire découvrir les plateaux d'humour. Sinon, comment pourriez-vous bien découvrir les nouveaux talents du rire ? Si vous vous contentez de BilletRéduc, vous aurez ceux qui ont déjà une heure de blagues. Avant d'en arriver là, il faut tester. Les plateaux sont faits pour ça. On en profite pour vous annoncer qu'on vous a concocté une liste de plateaux au-delà de Paris !

4. Louis Dubourg : artiste stand-up au spot du rire

Louis Dubourg est l'un de nos résidents. C'est le dernier que j'ai nommé à cette place pour sa connaissance de la culture du stand-up. Le jeune humoriste se met par ailleurs souvent en question. Il dégage aussi une assurance sur les réseaux sociaux qui l'amène notamment à remplir le One More Joke. Un marketeux drôle, en somme.

3. Jean-Patrick : découverte humour d'août

J'ai vu le spectacle de Jean-Patrick 2 fois. Ce mec a un truc spécial : on ne sait pas s'il va offusquer ou donner à réfléchir. A aucun moment, je ne sais où il va aller. Mais j'ai été suffisamment intriguée pour avoir envie de vous le faire découvrir.

2. One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !

Quand des plateaux iconiques de la capitale innovent, ils ne le font pas à moitié. Des humoristes qui s'enchaînent vitesse grand V pour proposer une soirée folle : tel est le concept développé l'été dernier. Cela a permis de donner sa chance à de tous jeunes humoristes. Ils ont pu apprendre de stand-uppers plus confirmés et profiter de l'émulation de la salle. Et le public était sûr d'aimer au moins une poignée d'entre eux !

1. Alexandra Pizzagali, découverte humour d'octobre

Largement en tête de notre classement, Alexandra Pizzagali sait mettre tout le monde d'accord. La jeune artiste et comédienne a impressionné les professionnels et reçu plusieurs distinctions cette année. On lui souhaite de continuer sur sa lancée l'année prochaine et les suivantes ! Et cela commence en beauté : elle sera à La petite loge tous les samedis à 21h30.

En route pour 2018 : quelles bonnes résolutions ?

Ainsi s'achève notre compilation des meilleurs contenus du spot du rire de l'année ! Pour 2018, on s'engage à tenir quelques unes de ces résolutions :
  • Parler des événements en dehors de Paris
  • Convaincre des rédacteurs invités de parler de sujets qui les passionnent
  • Se prendre un bide en scène ouverte et vous le raconter
  • Voir enfin La cité de la peur
  • Continuer de se laisser surprendre par des spectacles
  • Ne jamais se lasser et garder de la candeur en tant que public
A l'année prochaine ! [post_title] => Les 10 contenus les plus lus en 2017 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2017-contenus-humour-populaires [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:32:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:32:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3157 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 2573 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-04 09:45:28 [post_date_gmt] => 2017-09-04 07:45:28 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Félix tout court, Jean-Patrick, Alexandre Kominek, Haroun et un type qui fait des vlogs vont vous faire rire aux éclats ! L'occasion de prolonger encore un peu les vacances... [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=bGDPreKF_qY" title="Félix tout court - Mes vacances à Paris"][vc_column_text]L'humoriste porteur de joie Félix Djhan nous rappelle que tout le monde n'a pas le privilège de partir en vacances. Mais rester à Paris peut se révéler une aventure digne d'une émission de télé-réalité dédiée à la survie en milieu sauvage.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=adNBZYt8pzU" title="Jean-Patrick / Je Suis Lapin : de Bourges au Théâtre Le Lieu"][vc_column_text]Notre découverte humoristique du mois dernier, Jean-Patrick, nous propose un teaser étrange pour son spectacle au Théâtre Le Lieu. Pour rappel, la première est prévue le lundi 11 septembre. Découvrez le phénomène ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_7TmUHOb1eI" title="Alexandre Kominek - le métier d'imprésario parodié"][vc_column_text]Alexandre Kominek et Carac Attack ont encore frappé. Les victimes du moment, ce sont les imprésarios ! Une parodie efficace et très bien montée, comme d'habitude pour cet excellent collectif humoristique suisse.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=qvVOIsd0NcU" title="Haroun - Tournée des barbeuks, édition Bretagne"][vc_column_text]Haroun a frappé fort après sa petite blague sur les barbecues lors de son spectacle élections. L'humoriste stand-up a ensuite lancé un processus participatif : le principe était de permettre au public de l'inviter à un barbecue. En contrepartie, quelques sketches étaient joués dans une ambiance intimiste. Si vous l'avez manqué, voici le passage d'Haroun en Bretagne.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=rfJ1zz4u3lM" title="Le Fringe à Edimbourg - Et le prix du vlog le moins raté revient à..."][vc_column_text]Le Fringe festival à Edimbourg est à peine terminé que les vlogs commencent à s'installer sur YouTube. Le spot du rire a visionné certains d'entre eux et vous a sélectionné le vlog le moins raté trouvé sur YouTube pour cette édition 2017 ! Parce que regarder des gens manger de la nourriture écossaise ou découvrir une chambre d'hôtel, c'est une perte de temps que l'on souhaite vous épargner. De rien. Fait intéressant : chaque visiteur du Fringe a sans doute vécu une expérience différente tant les spectacles, stand-up ou autres formes d'humour, étaient nombreux et différents.[/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J’espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-ete [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:27:58 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:27:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2573 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 2193 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-26 10:00:00 [post_date_gmt] => 2017-08-26 08:00:00 [post_content] =>

Jean-Patrick, c'est un humoriste qui a un bonnet de lapin et un mal fou à comprendre le monde dans lequel on vit. Il lance son spectacle d'une heure dès le 11 septembre au Théâtre le Lieu après de nombreux 30-30 et un travail dans la pénombre de la cave du 33 Comedy.

C'est un mec qui fait du stand-up d'une manière un peu... mystérieuse. A chaque fois que j'en parle avec d'autres, pour savoir s'ils ont compris où il voulait en venir, ils répondent pas vraiment. Là, je suis intriguée. J'aime aimer les gens sans savoir pourquoi, et c'est typiquement pour cela que Jean-Patrick est notre découverte du mois.
https://www.facebook.com/JEANPATRICKSTANDUP/videos/482811841927764/

Jean-Patrick : un lapin fin observateur du monde

Jean-Pat', pour les intimes, a des trucs à dire. Il cherche à nous bousculer, nous faire réfléchir, sans être moralisateur. Il est un peu comme nous tous, car il ne comprend pas toujours le monde qui l'entoure. Pourquoi les gens se font la guerre, ou pourquoi il ne peut pas dealer son propre terroir berrichon à Barbès.

Stand-upper dans l'âme, Jean-Patrick sait interagir avec son public. Il laisse souvent son interlocuteur un peu perdu, presque mal à l'aise... mais si l'on parle de bon stress, on peut aussi vivre un bon malaise. Si vous n'avez pas compris mais que vous êtes curieux de voir le phénomène en vrai, c'est que vous êtes fait pour être dans son public.

En spectacle d'une heure au Lieu dès septembre

L'humoriste, qui nous vient de Bourges, jouera son spectacle d'une heure pour la première fois le 11 septembre au Théâtre le Lieu. L'air nonchalant avec lequel il énonce son actualité fait mouche. Le spot du rire a envie de creuser, de partir en expédition dans l'univers mystérieux de Jean-Patrick, et de vous y emporter aussi. Parce que les expériences, c'est toujours plus drôle de les vivre à plusieurs. Pour vous aider, on vous propose un petit extrait de l'émission d'Antek on R où Jean-Patrick était l'invité.

[post_title] => La découverte du mois - Août 2017 - Jean-Patrick [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-standup-jean-patrick [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 17:11:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 16:11:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 2339 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-02 19:31:40 [post_date_gmt] => 2017-08-02 17:31:40 [post_content] => Cet été, 2 plateaux ont fait un pari. Les comedy clubs perdent mathématiquement leur public parti en vacances. Pour attirer un public conséquent, ils sortent donc l'artillerie lourde de l'humour parisien. Amener 20 humoristes et plus dans la même soirée, les faire jouer 3 minutes chrono. Le public vient plus nombreux, l'ambiance monte et les risques d'annulation de plateau... s'annulent. Le spot du rire y était pour savoir ce que vaut un tel format !

En immersion dans l'humour parisien

On m’a déjà dit que je pourrais être détective privée. Figurez-vous qu’il existe des gens qui prennent des trains pour lire au-dessus des épaules de Business Executive et écouter des conversations privées. Parce que les gens signent des clauses de confidentialité, mais ils restent humains et finissent parfois par dévoiler des détails qui n’auraient pas dû fuiter. Mais je ne suis pas détective privée. Par contre, je me suis infiltrée dans 2 plateaux d’humoristes un peu spéciaux en cet été 2017. 20 humoristes au One More Joke, 33 humoristes au 33 Comedy (enfin 34, mais ça a été vendu avec 33 protagonistes initialement)… j’étais donc parée pour une vraie aventure. En voici les détails… pas très confidentiels.

Plateaux géants : une kermesse du rire

Ambiance mariage, métro japonais... cela ne fait aucun doute : dans les deux cas, nous sommes dans une salle bondée. L'idée initiale vient de Louis Dubourg, il la lâche en off lors de l'enregistrement de l'émission d'Antek, Antek on R'. Plutôt que de faire venir 3 humoristes pour leur laisser 20 minutes de parole, inversons les chiffres : 20 humoristes plutôt que 3 garantit de brasser une fanbase plus dense ! Premier rendez-vous pris le jeudi 27 juillet, avec des humoristes sur le point de partir en vacances. Chacun dispose de 3 minutes, et Louis veille au grain. Le videur du One More peut être réquisitionné à tout moment pour déloger l'humoriste de scène. Mais s'ils aiment pousser l'humour et le comique pour obtenir des rires, ils sont beaux joueurs et aucun ne fera de sitting ou de grève de la faim pour terminer sa blague. Dans le public, on grince des dents. L'angoisse du temps qui défile se vit avec l'humoriste. Si on lui coupe la parole, c'est la catastrophe ! On a tous envie qu'il réussisse. L'événement permet, plus que jamais, d'aller dans le même sens, pour la beauté du geste technique. Voilà un échantillon du stand-up à l'état brut, il n'y a plus du tout de quatrième mur.

Faire rire en 3 minutes : plusieurs écoles se côtoient

Antek au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Il y a ceux qui ont préparé une prestation spéciale, comme Antek qui réserve un hommage convaincant au chanteur Chester Bennington. La thématique : s'il avait été bobo, mangé du quinoa, il serait peut-être encore de ce monde. D'autres commencent tranquillement leur passage habituel. Cela fonctionne également : comme le stand-up peut se passer de transition, on peut l'arrêter à tout moment. David Azencot et Guilhem Malissen, par exemple, ont un univers bien à eux. L'ambiance s'en retrouve toujours altérée, et les rires fusent. Il en va de même pour les one-liners. Joseph Roussin, qui a mis de côté son personnage de détective pour l'occasion, retourne à ses premières amours et lance plusieurs répliques pour rebondir sur l'affaire du petit Grégory. Joseph Roussin et Rémi Boyes au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Certains tentent de mélanger leurs passages habituels avec de légères nouveautés. Par exemple, Rémi Boyes en a profité pour introduire sa nouvelle punchline sur Pompéi. Si vous l'avez manquée, elle a fonctionné comme jamais ce soir-là. Déjà testée au 33 Comedy dans un plateau plus classique, elle faisait déjà rire. Là, le One More était vraiment retourné, comme aiment le dire Certe Mathurin et Louis Dubourg.

Comment le public accueille-t-il ce format ?

Le One More Joke propose traditionnellement un entracte. 20 humoristes, cela se divise hyper bien par 2. Mes études littéraires me permettent d'être autonome sur cette opération. Ainsi, pas de fatigue à déplorer. En revanche, le 33 Comedy a davantage patiné : les 33 humoristes s'enchaînaient sans interruption. Et pour inaugurer le mois d'août, il fallait attirer des humoristes présents et disponibles. Quand on atteint le chiffre 33, cela devient difficile de proposer une qualité homogène. Le ventre mou n'a pas été simple à affronter, malgré un glissement sporadique d'humoristes confirmés çà et là. Marina Cars a fait partie de celles qui ont ranimé la flamme et fait oublier la fatigue de la journée.

Débutants, confirmés, nouveaux départs : une chance de briller pour tous !

On pourrait croire que le 33 Comedy a manqué le coche. Il n'en est rien : pour la première fois, j'ai assisté à un vrai panorama de stand-up. Tous les styles et niveaux se côtoyaient. Il y avait ceux qui avaient besoin de reprendre confiance après un ou deux bides. Le public n'est pas toujours tendre/bienveillant, et il n'est pas simple de rebondir, parfois. Difficile d'établir un classement entre les bons et les moins bons. Je note juste que Mathias Fudala et Paul de Saint-Sernin m'ont agréablement surprise lors de leurs passages respectifs. Mathias prend le risque des jeux de mots. Il pourrait tomber dans les blagues Carambar, mais il tient un univers qui lui est propre. Il tourne en dérision son image de mec timide et peu sûr de lui en disant qu'il incarne un personnage. En fait, sa personnalité tourne plutôt autour d'un grand black ultra baraqué. La salle explose de rire, s'attache. On ne perçoit aucun jugement de valeur sur sa personne, juste un élan d'humanité face à cette sincérité dans le jeu. Quant à Paul, il joue dans un registre similaire à Charles Nouveau en revisitant les commentaires sportifs. Comme je connais ce milieu, je suis complètement happée dans le sketch et pleinement convaincue de la prestation. Jean-Philippe de Tinguy au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Bien entendu, on n'oublie pas la présence des artistes du spot du rire, représentés ce soir-là par Jean-Philippe et Nadim. Leur univers parallèle a encore fait mouche. Les deux cohabitent dans ce même espace-temps sans jamais empiéter sur le jeu de scène de l'autre. Ils se croisent de plus en plus sur les mêmes plateaux, riant allègrement de la prestation de leur quasi-double. Les fans du genre aimeraient fortement les voir partager 30 minutes de scène chacun. Je pose cet argument ici, advienne que pourra.

Les bars comme lieux d'accueil de l'humour parisien

Il s'appelle Jérôme, et c'est le big boss de la Grange, le bar qui accueille le 33 Comedy depuis un peu plus d'un an. Les gens comme Jérôme, ce sont eux qui donnent leur première chance aux artistes de s'exprimer. Ils offrent un espace de liberté, et cela bénéficie à tout le monde : public, artistes. C'est grâce à des gens comme Jérôme qu'on assiste à une émulation qui stimule la créativité des figures du stand-up, de plus en plus nombreuses et affûtées. Pour ces lieux, aménager un espace pour le stand-up est un bon moyen d'attirer du monde, d'apporter de la convivialité dans une société sclérosée par les apparences, bref de permettre aux gens de péter un coup face au destin qui l'attend. En vérité, pour accueillir le 33 Comedy et ses 33 humoristes, il a fallu faire preuve d'ingéniosité. Le spectacle est passé du sous-sol au rez-de-chaussée. Les artistes n'étaient pas aussi isolés que d'habitude. Situés juste derrière le public, ils se tenaient fin prêts à passer chacun leur tour. Le bar a gracieusement prêté du matériel son pour cette organisation inédite, qui s'est déroulée en un temps record : annonce le dimanche sur les réseaux sociaux, événement le mardi. Et le public était au rendez-vous. La Grange, c'est aussi le lieu de prédilection de l'enregistrement de l'émission d'Antek, donc en matière de QG pour ses 3 résidents (Jean-Patrick et Ghislain, accompagnés d'Antek), on est plutôt dans du lourd. Si vous voulez en savoir plus sur ce lieu, on lui a consacré une petite fiche explicative avec le plan et le plateau dédié.

En résumé

Honnêtement, j'étais sceptique sur la réussite d'un passage de nombreux humoristes en 3 minutes. Je comprenais le modèle économique de l'idée sans difficulté, mais j'avais du mal à me projeter en tant que public. Au final, la découverte est facilitée par ce type de format. La curiosité est attisée : on a encore faim. Seul bémol : difficile pour un artiste de faire son actualité sur ces événements, mais on peut se dire que le public sera au rendez-vous au prochain plateau pour les revoir ! Enfin, il est temps de vous livrer une anecdote. J'ai aussi croisé quelqu'un du public qui venait seul et découvrait les plateaux français pour la première fois. Le Français est sa langue maternelle mais il a découvert les comedy clubs à travers Erasmus et ses voyages à l'étranger. Son premier contact avec les scènes parisiennes, c'est l'un des plateaux anglophones de la capitale : la stand-up comedy night au Tennessee, un bar parisien de Saint-Germain des Prés. Je ne sais pas s'il a passé une bonne soirée, mais il s'est resservi en bière 3 fois. Une enquête rondement menée par le spot du rire, comme vous pouvez le voir !

Crédits photo

Dans les humoristes présents à ces petites kermesses du rire, on trouve Fabrice Mawule Houessou. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est le photographe de l'Underground Comedy Club. Si vous voulez jeter un œil à son art, une page dédiée répertorie toutes les photos prises lors de ce plateau d'humoristes. Autant vous dire qu'elles sont extrêmement bien prises et que c'est un régal pour les yeux ! Merci à lui pour l'aimable autorisation de reproduction de ces clichés ! [post_title] => One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-33-comedy-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => https://radio-r.fr/blog/2017/05/02/decouvrez-antek/ [post_modified] => 2020-10-09 15:27:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2339 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) ) [post_count] => 16 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 16 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => cfe27865a36c5ed879fcb4560ee9b775 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Jean-Patrick Bettini

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

33 Comedy : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla spécial MC : Louis Bolla invite le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re

Fin du 33 Comedy club : merci pour 3 ans de rires à La Grange !

Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini !

Plateaux humour : la fin du 33 comedy à la Grange !

5 expériences marquantes de juin 2019

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Monter sur scène : Jean-Patrick au 33 Comedy

Save the date - Le 22 mai, le 33 Comedy fête ses 2 ans !

L'humour vous va si bien : podcast stand-up et paranormal avec Jean-Patrick et Al Montowski

L'humour vous va si bien : le podcast de Jean-Patrick et Al Montowski

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy

Monter sur scène : Jean-Patrick au 33 Comedy

Monter sur scène : les états d'esprit avant le show

2017 : des contenus riches sur l'humour sur le spot du rire !

Les 10 contenus les plus lus en 2017

La sélection vidéo humour été : photo d'illustration

La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout

Jean-Patrick, je suis lapin : portrait de notre nouvelle découverte humour

La découverte du mois - Août 2017 - Jean-Patrick

Humour parisien : 20 artistes humour au One More Joke

One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !