Publications liées au mot-clé : Making of

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => making-of
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 181
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => making-of
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 181
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => making-of
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 181
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => making-of
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 181
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 181
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 181
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => making-of
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 181
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (181) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (181) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (181)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011385
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-16 20:30:11
                    [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11
                    [post_content] => 

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010417 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-03-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-03-15 07:00:00 [post_content] =>

Aujourd’hui, j’aimerais vous donner quelques nouvelles et vous délivrer plusieurs annonces pour les prochains mois.

Ceux qui reçoivent ma newsletter le savent déjà, elle sera désormais trimestrielle car l’actualité se raréfie. Mais ce n’est pas la seule raison : les théâtres sont fermés depuis des mois… Pourtant, vous avez lu des contenus inédits jusqu’à ce que l’inspiration se délite un peu trop.

Mieux promouvoir les artistes

L’autre raison, c’est que comme nombre d’entre vous, il me faut assurer mes arrières et travailler ailleurs que dans notre beau secteur. Du moins pendant un temps. Tout le monde n’est pas intermittent et le plan B s’impose à moi.

De mars à mai, je me forme au growth hacking. Au quoi, me direz-vous ? C’est juste un terme de start-uppers qui se croient cool et qui ne parlent plus de webmarketing… Bon, il y a quelques nuances à cela… Si je la suis, c’est parce que pour promouvoir les artistes, je sais les décrire et les mettre en valeur… Mais comme eux, je n’ai pas encore trouvé mon public !

J’écrivais d’abord pour expliquer au public qui étaient les talents de demain. J’ai vite réalisé que si ce public curieux existe, il n’est pas vraiment en mesure de me trouver aujourd’hui. En revanche, les jeunes artistes me connaissent et j’ai appris à les conseiller.

Or tout ceci ne vous permet pas de toucher de nouveaux publics. Le growth hacking, c’est ça : cibler les personnes qui vont vous aimer par tous les moyens possibles. Et ça, j’ai besoin de savoir le faire pour enfin mettre en lumière ceux qui le méritent.

Je bricole des scénarios alambiqués (vous n’avez pas idée) pour continuer ce projet qui m’anime plus que tout. Le monde de l’humour a rendu tout le reste terne à mes yeux.

Lever le pied (pendant un temps)

J’ai beaucoup donné à la comédie ces dernières années, au risque de m’épuiser à la tâche. D’ordinaire, ce n’est pas un problème, mais comme cette formation me prend le plus clair de mon temps, je suis temporairement moins disponible pour ce site.

J’ai créé des contenus à l’avance pour combiner le professionnel et l’humoristique. Par exemple, ce que vous avez lu en février sur Soixante Junior date de novembre 2020 ! Pendant ce temps, l’actualité avance et les contenus très anticipés périment vite. Je salue notamment la récente victoire d’Adrien Montowski au Printemps du rire, au passage !

Les découvertes humour continuent

Le moment est venu de me ménager pour me concentrer sur chaque étape une à la fois. Pour cette raison, le rendez-vous que je maintiens pour les prochains mois est celui des découvertes humour. Tout est prévu jusqu’en mai, et pour la suite, j’ai déjà les noms en tête.

Je vous le confesse, je suis épuisée (un peu plus moralement que physiquement). Il est aujourd’hui important pour moi de baisser mes exigences de régularité et de ne pas simplement vivre pour le travail. Pour autant, je mettrai à jour autant que possible les podcasts humoristiques qui apparaissent.

Aidez-moi à vous promouvoir

En échange, j’ai besoin de vous. Si vous avez envie que je parle de votre nouveau podcast, prévenez-moi pour que je traite la demande et fournissez-moi les visuels, par exemple. J’aurai un peu moins de temps à vous consacrer. Donc si vous me facilitez la vie, les délais seront plus courts. J’insiste sur ce point car sur ce début d’année 2021, j’ajoute régulièrement deux à trois podcasts par semaine et je peux en oublier certains.

J’espère pouvoir rapidement vous raconter de nouvelles histoires (il faut ouvrir les théâtres pour ça) et vous abreuver de nouveaux contenus.

D’ici là, je mets la comédie en mode veille : je la suis religieusement, j’en parlerai mieux demain. Merci à vous de rester fidèles au spot du rire malgré l’absence de vie culturelle dans les lieux qui la font rayonner. Votre soutien est très important pour moi et je sais que vous comprendrez que cette semi-pause m’est nécessaire pour revenir gonflée à bloc.

À très vite,

Juliette du Spot du rire

[post_title] => L’art de se faire plus rare [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pause-growth-hacking [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-03-13 13:58:03 [post_modified_gmt] => 2021-03-13 12:58:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010417 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1006113 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-10 07:12:00 [post_date_gmt] => 2020-06-10 05:12:00 [post_content] =>

Ça y est, on a 3 ans ! On n’imaginait pas fêter ce nouvel anniversaire du spot du rire dans ces circonstances. Le flou artistique autour du sort du spectacle vivant est indéniable. Cependant, je voulais vous offrir un peu d’espoir pour la suite.

3 ans : trop tôt pour prédire le futur des nouveaux talents

Vous le savez, Le spot du rire est mon deuxième projet autour des jeunes talents. Après 3 ans à gérer ChequeredFlags, je me préparais encore à rencontrer Carlos Sainz, un jeune prodige de la discipline. Sa pointe de vitesse était indéniable. Son nom était si mythique qu’il accolait un « Junior » à la fin de son patronyme. Car son père n’était autre que la légende Carlos Sainz, un double champion du monde des rallyes.

Il aurait été simple pour Carlito de suivre la trajectoire de son père. Mais il a préféré l’asphalte des circuits à la terre et aux routes étroites des rallyes. Un choix que je trouvais à l’époque audacieux, et qui me faisait admirer grandement celui que je voyais déjà capable de faire partie intégrante de son sport. Nous sommes alors en 2013, et il me faudra encore attendre un an pour adresser la parole à ce garçon.

La rencontre

Mai 2014. La scène se passe en Belgique, et Carlos, malgré ses 19 ans, en impose déjà. Je savoure l’opportunité de dialoguer avec un homme en construction, à l’héritage familial conséquent. Une fille me dit que j’ai de la chance : Carlos Sainz est plutôt beau gosse. Il faut croire que nous ne partageons pas les mêmes priorités.

Au fil des années, Carlos a continué sa route. Pourtant, elle était sacrément mal indiquée. Au début, tout se passe bien : il gagne le championnat, dont les deux courses que je couvre en Belgique. Cela le propulse dans la catégorie reine.

Ensuite, ça commence à se corser. À son arrivée dans la catégorie reine, les observateurs l’attendent au tournant, dégainant une pluie de critiques. Jacques Villeneuve, consultant Canal+ et ancien champion du monde, passe son temps à singer sa jeunesse et sa fougue. Il est vrai que Carlos est parfois brouillon, sanguin. Or moi, j’y crois encore. Je sais ce que j’ai vu sur le terrain, quand Jacques jouait probablement à l’une de ses nombreuses consoles de rétro-gaming.

Après deux ans dans une équipe de jeunes pilotes, il voit l’un de ses camarades lui ôter son volant des mains. Il rebondit dans une équipe jaune (nous ne sommes pas dans Koh Lanta, mais je simplifie pour vous). Or l’équipe jaune, en quête d’un nouveau souffle et d’un leader charismatique, arrive à voler à l’équipe bleue un pilote d’envergure, un vainqueur de Grand Prix, qui force Carlos à prendre la porte. Son avenir dans la discipline est alors menacé…

En quête du bon coloris

Il se retrouve donc à la fin des soldes à devoir renouveler sa garde-robe, et il ne reste plus beaucoup de belles pièces à dénicher. Il chine une combinaison orange dont personne ne voulait, abandonnée négligemment par un influenceur de chez Desigual.

Étrangement, le vêtement lui va comme un gant, et il permet à sa crémerie de retrouver des couleurs. Appliqué, plus mature et expérimenté, Carlos révèle son meilleur profil. Les critiques et froncements de sourcils sont vite oubliés : le monde entier le découvre vraiment pour la première fois. Il était celui que les caméras de télévision ne filmaient plus. Or sur internet, avec son coéquipier, il devenait un Meme Lord que les plus grandes structures ne pouvaient plus ignorer.

Son nom revenait en haut de l’affiche à un moment qui semblait inutile. La crise du coronavirus passée par là, il devait prendre son mal en patience dans sa combinaison orange qui lui seyait toujours bien. Mais il faut savoir que de nombreux jeunes garçons rêvent d’une couleur : le rouge.

Le rouge, c’est le luxe, c’est la passion — il n’y a rien de plus prestigieux. On promet le rouge à ces jeunes loups assoiffés de victoire, mais peu réussissent à en acquérir.

Carlos, lui, a saisi l’occasion en or qui se présentait. En mai 2020, le monde entier apprenait que le gamin que j’avais interviewé 6 ans plus tôt allait courir chez Ferrari. J’avais gagné mon pari en donnant la parole à un talent en qui je croyais déjà, mais ignoré par le reste du monde.

Que se passera-t-il dans 3 à 6 ans ?

Si je vous raconte cette histoire, c’est parce que je me réjouis de l’avenir. Je sais qu’aujourd’hui, les gens que je mets en lumière n’intéressent pas grand-monde. Peut-être que certains ne croient pas en eux. Eux-mêmes doutent en permanence, et se demandent même s’ils veulent arrêter.

J’ai même vu l’un de ces humoristes rédiger une lettre pour annoncer sa retraite de comique, datée à 2021. Pensez-vous que Carlos Sainz Jr aurait perdu son temps à écrire cela sur son mur Facebook pour gratter deux-trois « J’aime » ? Non, bien sûr que non. Et pendant que cet humoriste perdait des minutes précieuses, Carlos, lui, continuait à s’entraîner. Il rongeait son frein sans se morfondre, prêt à saisir l’opportunité du siècle.

Si je parle des jeunes comiques depuis 3 ans, c’est parce que je crois que certains d’entre eux vont réussir à percer ou devenir professionnel. D’autres n’y parviendront peut-être pas, mais ils apprendront énormément et trouveront le chemin qui leur correspond. Peu importe s’il est plein de terre, et s’il faut un peu plus d’efforts pour le pratiquer. L’important, c’est de garder espoir et d’éviter de se retrouver dans une merde internationale. Il faudra être attentif à ceux qui ont vraiment besoin d’aide pendant cette période, bien sûr. Mais rien n’est joué, il ne faut pas baisser les bras avant de livrer bataille.

J’espère que l’histoire de Carlos vous donnera du baume au cœur. Parce que pour vous comme pour moi, ce n’est que le début.

[post_title] => Le spot du rire fête ses 3 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 3-ans-generation-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-14 16:58:01 [post_modified_gmt] => 2020-05-14 14:58:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006113 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 9436 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 16:32:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 9432 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 15:18:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 14:18:00 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le second épisode revient sur ma rencontre avec Marion Mezadorian… Bonne lecture !


Mon premier festival comique

Pour faire émerger les artistes et me permettre de les découvrir, des personnes remuent ciel et terre. Certaines soirées, comme le Festival d’Humour de Paris (FUP), leur offrent une tribune assez tôt dans leur carrière. Derrière ces projecteurs, vous découvrez une femme très respectée dans le milieu : Antoinette Colin.

Lorsque j’ai entendu parler d’elle pour la première fois, j’imaginais une personne âgée – dans ma famille, l’Antoinette que je connais est arrière-grand-mère. Inévitablement, j’étais surprise de découvrir une femme qui n’avait pas encore 40 ans lors du premier FUP. Elle se qualifie d’autodidacte, ce qui me parle énormément. Je préfère même ce type de success stories à une ascension avec la lutte des classes comme toile de fond. Plus concret, moins romanesque.

Antoinette Colin voit de nombreux jeunes humoristes passer. Elle organise régulièrement les auditions du Point Virgule, le théâtre dont elle assure la direction artistique. Sélectionner les artistes, c’est prendre position. Au départ, je trouvais très déroutant de décider qui est bon artiste et qui ne l’est pas. L’analyse des sports de haut niveau me permet d’avoir du concret : des chiffres, des chronomètres, des résultats.

Ici, la part de subjectivité est indéniable. L’artiste est une machine qui oscille entre charme et névroses ou petits travers mignons, sans oublier son ego qui fera toujours parler. Lorsque j’assiste au Trempoint, le plateau d’humour du Point Virgule, je vois le résultat de cette sélection. Le Trempoint n’est pas à la pointe des talents humour : aucun lieu ne peut s’en vanter, à mon sens. La différence, c’est la précision des retours d’Antoinette Colin, celle qui construit sa renommée dans le milieu.

2017 : quand Antoinette Colin attendait de voir Marion Mezadorian révéler son potentiel

Cela étant dit, il existe un cas où j’aurais aimé qu’elle aille plus loin. Dans une vidéo promotionnelle de la tournée du Point Virgule, le Point Virgule on the Road, elle parle de Marion Mezadorian. Un peu gênée, elle parle des différences de niveaux entre les jeunes artistes qu’elle promeut. En coulisses, on murmure qu’elle a eu un coup de cœur pour Jean-Philippe de Tinguy, quitte à le propulser trop tôt sur les planches du Point Virgule. C’est une opinion que je rapporte, elle n’est pas mienne.

A contrario, elle résiste face à la machine de guerre motivationnelle qu’est Marion Mezadorian. Pour ces deux-là, je rêve de connaître les mécanismes qui ont forgé son opinion. Marion aimait profondément cette salle et nourrissait une véritable envie d’y jouer. Pour autant, elle n’a pas décroché de showcase.

Sur le même plan, Solène Rossignol a obtenu ce même dû un peu plus tard malgré une expérience bien moindre. Bien sûr, le talent de Solène est certain et a évolué dans le bon sens, mais j’aurais dit que c’est un peu tôt. Comme je ne comprends pas le succès de certains humoristes – même lorsque je constate que les salles s’abandonnent au rire. Je m’avoue vaincue, en réalité, face à ce qui pousse les producteurs à sélectionner des talents. Je ne parle même pas de ceux qui plagient, je n’ai aucune clémence pour ce type de passe-droit.

Marion Mezadorian, Antoinette Colin : une question de feeling

En synthèse, ce qui me lie à Antoinette Colin, c’est cet intérêt pour le feeling. En effet, considérer la subjectivité comme inévitable force à trancher et se dévoiler dans ses préférences. Le spectacle vivant a, en quelque sorte, permis à mes émotions de revenir en tête d’affiche. Plus jeune, je les voyais comme une faiblesse que je voulais cacher à tout prix. Aujourd’hui, elles me servent de guide. Depuis que je traîne dans ces milieux-là, j’ose pleurer au cinéma ou devant un bon film, rire aux éclats et ne plus me juger pour ça.

En matière de ressenti, Marion Mezadorian est bouleversante. J’ignore si elle fera le spectacle le plus grandiose ou si elle donnera la réplique la plus marquante dans les dix ans à venir. Je connais, en revanche, la singularité de cette personne. J’aime son optimisme véritablement sincère et jamais larmoyant, sa finesse d’esprit et sa capacité à ne pas se prendre la tête.

J’admire sa capacité à toujours paraître d’humeur impeccable, à aider son prochain à tout instant. Elle confie ses angoisses après coup, mais je peine toujours à y croire. Parfois touchée, jamais abattue : oui, elle me fascine, et je n’ai pas honte de le dire – je pourrais hurler cela à Jean-Jacques Bourdin sur RMC, si j’étais un homme politique, bien entendu. Et depuis, elle est devenue vraiment plus forte. Si bien qu’Antoinette Colin confiait sa fierté lors de la première de Pépites au Point Virgule. Le rêve de Marion s’exauçait, et c’était diablement mérité.

Retour en 2017

Au FUP, Marion Mezadorian avait très peur. Sur scène, le public n’a pas pu le voir : le sourire et le texte étaient là. Le problème, c’était son retour en coulisses où elle a lâché quelques mots pour confier son stress. Son micro n’était pas encore coupé : rire général. Pour moi, c’est l’un des moments les plus généreux et authentiques que j’ai pu vivre dans un théâtre, le fait de voir une personne se surpasser pour réaliser ce qu’elle souhaite, avec un mélange parfait entre force et fragilité.

Marion n’a pas obtenu de prix ce soir-là, mais elle a certainement retenu mon attention. Immédiatement après, Radio Nova l’invitait pour le dernier numéro en date de Lève-toi en vanne. J’ai évidemment revu le même numéro, mais avec une proximité bien différente. L’image de sa micro-interaction sur « l’astuce pour repérer les céli-bâtards » reste gravée dans ma mémoire. Elle désigne tour-à-tour chaque femme dans le public avec son auriculaire. Au-delà de ça, il y a son regard toujours chaleureux qui nous emmène dans son univers.

Encore une fois, je me suis sentie pleinement dans le spectacle. Cela ressemble à une sorte de flatterie qui vous ferait rougir malgré vous d’être au centre de l’action, un court instant. Pendant une milliseconde, vous vous retrouvez à avoir envie d’être en haut de l’affiche – pas parce que vous en avez envie, mais parce que vous avez envie d’être la star de votre existence. Une sorte de développement personnel sans lire de livres et se faire arnaquer par quelques gourous. Dans ce moment, tout est vrai, et c’est aussi jouissif qu’addictif.

Les premiers pas des Pépites de Marion Mezadorian

Quelques mois passent avant que j’achète un billet pour son spectacle. Elle joue alors à la Comédie des 3 Bornes, un lieu auquel je suis attachée même si on est plutôt mal assis. Je retrouve son optimisme dès les premières secondes. Elle manie un humour assez léger, une belle écriture et surtout une capacité à vous émouvoir aux larmes.

Le spectacle vivant vous fait beaucoup moins vivre cela que le cinéma. Au cinéma, tout est orchestré pour vous faire pleurer. Au théâtre, les artistes se donnent pour être vrais. Ils ne répondent pas à un cahier des charges aussi normé que le 7e art. Il existe beaucoup plus de cinéphiles que de chroniqueurs de spectacle vivant.

Cela ne signifie pas que l’art est moins noble. En réalité, le spectacle vivant est toujours différent d’une soirée à l’autre. Il se nourrit des émotions avec le public à l’instant T, sans calcul et mois de montage. C’est l’affaire d’une poignée de personnes : la personne en régie, le metteur en scène ou encore les coauteurs. Et bien sûr, du spectateur, qui cherche à s’évader de son quotidien.

Une parenthèse d’émotion

Avec tout ça, Marion Mezadorian arrive à en faire pleurer pas mal, des spectateurs. Pour ma part, j’étais encore en mesure de résister, mais sa manière d’incarner sa grand-mère qui parle d’amour m’a véritablement troublée la première fois. En fin de spectacle, elle promet de saluer le public à la sortie. La dévotion qu’elle met dans ce moment est telle que je n’ai pas vu d’équivalent. Elle vous accueille à bras ouverts, encore une fois sans trop en faire. Depuis, nous sommes devenues amies et chacune d’entre nous arrive à se confier tout en écoutant l’autre. Elle m’a beaucoup appris, notamment à prendre du recul sur mes émotions et à croire en moi. C’est naturellement à elle que j’ai confié en premier ma volonté d’écrire sur l’humour.

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mezadorian-marion-antoinette-colin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:52:19 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:52:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 9421 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-18 21:10:22 [post_date_gmt] => 2020-03-18 20:10:22 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le premier épisode revient sur ma rencontre avec le 33 comedy… Bonne lecture !


Ma première grange comique

En 2016, le 33 Comedy Club accueille l’une des soirées humour qui va devenir culte. C’est là que j’y rencontre les trois résidents du plateau. Les résidents, ce sont les humoristes qui jouent de manière récurrente sur la même scène de stand-up. Dans ce cas-ci, ce sont les créateurs et organisateurs des soirées. Toujours dans le 2e arrondissement, ils permettent à trois têtes d’affiche de leur montrer la voie.

Leur musique officielle est celle utilisée pour la série La fête à la maison. Elle faisait fureur dans les années 1990 et me comptait parmi ses spectateurs fidèles. Le titre de cette série fait écho à cette soirée, pour moi, car je m’y sens littéralement chez moi. Ce sentiment est généralement partagé par les humoristes, qui passent généralement un bon moment dans cette cave. Le mot « cave » avait, pour moi, une connotation un peu négative avant… qui aurait cru que m’y engouffrer si souvent conditionnerait mon bonheur de jeune adulte ?

À la rencontre des résidents

Très complémentaires, les organisateurs de la soirée m’ont vite acceptée à bras ouverts.

Jean-Patrick et son bonnet de lapin

Jean-Patrick m’a tout de suite fait rire avec son bonnet de lapin et sa présence étrange. J’étais très attirée par toutes les bizarreries du stand-up. Plus un humoriste jouait avec les névroses, plus je l’aimais. Sous ses airs de séducteur comique se cache une personne qui a une vraie analyse sur le monde qui l’entoure. Sa personnalité vaut le détour. Il ne se conforme pas vraiment à un idéal comique américain, contrairement à nombre de ses collègues. Son univers ne transparaît pas au premier coup d’œil, mais je sens chez lui quelque chose de vraiment positif.

Antek et ses lunettes rouges

Antek, c’est l’optimiste de la bande. Avec ses lunettes rouges et son sourire permanent, il accueille le public avec beaucoup d’enthousiasme. Cela fait de lui le meilleur des trois pour lancer les soirées. Sur scène comme dans la vie, il est très bienveillant avec ceux qui l’entourent. Également, il pousse les autres à s’améliorer et se dévoiler. Je l’ai découvert au fil des mois sur le plateau du 33 Comedy, mais pas seulement. À la Grange, il enregistrait son émission de radio avec les moyens du bord, toujours au même endroit. Il proposait d’y assister, et j’ai toujours été la seule personne du public.

C’est dans ce cadre que j’ai commencé à dialoguer avec les acteurs du stand-up. Parfois, ils m’interrogeaient même pendant l’émission, mais ma peur du micro faisait que je le maintenais loin de moi. Souvent, Mathias Fudala me tenait le micro pour sauver les meubles. Il assurait les chroniques ciné et qui allait reprendre le show quelques mois plus tard. C’est lourd, quand même, ce micro…

Ghislain et son harmonica

Ghislain, enfin, c’est l’humoriste qui se révèle le plus des trois. Pourtant, il n’a pas atteint le stade de proposer un spectacle au public (ce sera pour plus tard). Il peut faire rire en manipulant un harmonica comme un débutant. Sa force réside dans un personnage de scène « connard » (sic !) muri au fil des semaines. Et ça marche : cette facette cache une véritable sensibilité, palpable, et une facilité à rire avec les autres peu commune.

Quand Ghislain part en fou rire, c’est incontrôlable. Comme il fume pas mal, il a souvent une quinte de toux associée. C’est un peu lui qui a pris son envol grâce à un podcast inclassable, Sympa la vie. Chaque lundi matin, lui et Paul Dechavanne ont diverti les humoristes et le public. Grâce à ce podcast, il peut jouer un peu partout dans Paris et son style d’humour est clairement identifié.

33 Comedy : premier QG du rire

Au fil des mois, mon attachement au 33 Comedy s’affirme. Après un peu plus d’un an, je passe du côté des loges. Je n’ai plus à rester dans la salle où le public se tient. Cela me comble grandement. Faire la queue 30 minutes pour être assis avec tout le monde, ce n’est pas pareil que d’être en coulisses ! Je veux tout savoir sur ces âmes comiques qui me fascinent et qui me font lever le matin… Paradoxal, puisque je les vois le soir… Mais mon travail est un gagne-pain pour profiter après coup avec ceux qui vont devenir incontournables dans mon existence.

Même lorsque je me situais dans le public, je ramenais le plus de connaissances possibles. Parfois, ils ne se connaissaient pas, comme lorsque j’ai invité un rencard d’une application mobile que je n’utilise plus depuis. Petit à petit, je me sépare ainsi de mes connaissances passées. Je comprends en effet qu’elles ne sont pas viables sur le long terme. Souvent, elles s’intéressent à moi pour les mauvaises raisons. Leur intérêt n’est donc pas aussi sincère que le mien pour les humoristes. Elles veulent me parler de leurs problèmes, cracher sur un ancien patron commun… Ou essayer de me draguer en misant sur ma solitude qui deviendrait désespoir.

D’un cercle social à l’autre

Ainsi, rencontrer tant de nouvelles têtes de l’humour m’a permis de faire le ménage mais, paradoxalement, m’a isolé. Leur tempérament et le mien sont solitaires. De plus, beaucoup semblent avoir besoin de moments où ils se sentent aimés et entourés. On doit véritablement connecter sur ce point.

Pour la première fois, avec le 33 Comedy, je me suis sentie accueillie à Paris. Quelque chose sépare les bandes déjà établies des nouveaux venus. Pourtant, là-bas, je peux passer du temps avec les humoristes sans être toisée. Même l’expérience de commande de boissons au bar ne me semble plus traumatisante. Le personnel me connaît, me demande si ça va – ça change tout.

Trouver ma place : le 33 Comedy conditionnera la suite

Au fil des semaines, je commence à m’affirmer dans l’espace. Je pense d’abord gêner les humoristes en ne sachant pas où me mettre en loges. Puis, je réussis à me lever, comme eux. Je me fraye un chemin pour voir le spectacle. Ainsi, je ne perds pas une miette des infos croustillantes balancées en coulisses. Je veux tout savoir et connaitre le plus de gens possible, pour qu’ils me considèrent comme une des leurs. Encore ce fichu besoin d’appartenance… Or, sans lui, je n’écrirais sûrement pas pour eux. Cette motivation intrinsèque se joue sûrement à ce niveau-là. En m’acceptant et me confiant les secrets du milieu, ils me font gagner en confiance.

Un soir, l’humoriste Certe Mathurin m’a même dit que j’avais changé : je n’étais plus voutée, comme dans les débuts. Il faut dire que parmi les humoristes, parfois introvertis, on se sent moins seul dans ses névroses. On se rend compte que tout le monde est fou. De nombreuses personnes, dans les milieux artistiques, citent le tweet de Ricky Gervais. En somme, il conseille de ne pas trop s’inquiéter parce que personne ne sait vraiment ce qu’il fait. Tout le monde est perdu, et les humoristes savent en rire et permettent souvent d’aller de l’avant. Après une dure journée de travail, se retrouver dans un plateau comme le 33 Comedy est inévitablement salvateur. Cela confère un peu de bonheur aux citadins stressés qui s’engouffrent dans les caves comme celle de la Grange.

[post_title] => Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 16:47:52 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 15:47:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9421 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6440 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-19 09:09:21 [post_date_gmt] => 2019-07-19 07:09:21 [post_content] =>

Avignon, je venais vers toi à reculons. On m’a parlé de toi comme un four, un rouleau-compresseur d’artiste. Alors je suis venue en coup de vent en Avignon, sans conviction. Du 16 au 18 juillet, j’ai suivi Marion Mezadorian dans sa quête de spectateurs, de rires et d’émotions.

Arriver dans la cité des Papes était étrangement agréable. La ville semblait belle et calme. Au loin, je voyais bien les lignées d’affiches, mais je restais épargnée par le karcher de Denise et la pluie de flyers au loin.

Marcher dans les rues, au milieu de tous ces saltimbanques qui ne rêvent pas de stand-up, a d’abord été un problème. Le mal du pays me gagnait déjà. Je partais à la recherche d’une zone de confort, de visages habituels. Faire revivre Paris là-bas devenait une priorité urgente.

J’étais tellement perdue que je calquais tous mes choix de boisson sur ceux de mon hôte. Réflexe de survie ? Peur de choisir sans voir de carte ? Aucune idée, mais la transition, c’était le sirop d’orgeat. Ce truc de dingue me faisait signer un traité de paix avec le cagnard du sud de la France.

Rencontre avec un serial photographe en Avignon

Après un premier repas entouré d’abeilles, direction le Théâtre le Paris pour un cocktail VIP... qu’on a vécu en 30 secondes chrono. Entre les Chevaliers du Fiel et l’un des spectateurs, Cyril, on a choisi la deuxième option.

Qui est Cyril ? Fan d’Elie Kakou et Mado la Niçoise, il arpente les sorties de théâtres et de plateaux télé pour faire des photos avec les célébrités. 20 ans qu’il traque les stars pour des photos. Et là, il choisissait Marion avant de passer à un name-dropping impressionnant.

Ensuite, il m’a demandé pourquoi je ne faisais pas ça, ça suffisait pour faire la promotion de spectacles, non ? En vérité, j’ai choisi l’autre camp depuis bien longtemps. Faire des photos, ça dévalue l’expérience à mon sens. Après, pour lui, ça devient une compétition, un défi, une prouesse sportive en quelque sorte !

Une bonne dose d’humilité

Paris et Avignon, ça n’a rien à voir. Tout est à refaire. Les canaux médiatiques sont différents, l’écosystème n’a rien à voir. Ils ne sont pas restés 20 ans de retard, mais ils connaissent la nouvelle génération par la télévision. Quand je demandais à Cyril qui il appréciait dans la nouvelle génération, le silence s’imposait. Puis un long soupir, et enfin un nom lâché : Tom Villa.

Je lui parle ensuite de Pierre Thevenoux : inconnu au bataillon. J’hésite à parler de Ghislain Blique... La fracture culturelle est béante. Il reste beaucoup de travail, même pour moi. Je dois présenter plus que jamais mon travail face à une audience qui fait sa vie sans moi, sans les saltimbanques des caves parisiennes.

En Avignon, vivez des récits d’artistes

J’ai décidé de voir deux spectacles le mercredi. J’ai tout décidé sur le web une semaine plus tôt. J’aurais pu en voir un de plus, mais je n’en ai pas eu envie. Malgré la carte de presse qui m’ouvrait gracieusement les portes des théâtres.

Je voulais une expérience 100 % qualitative et sur-mesure. J’ai choisi de passer une heure (de plus !) avec Marion et une autre avec Karim Duval et son spectacle Y.

Ces deux artistes ont des parcours bien distincts. Pourtant, ils jouent à quelques pas l’un de l’autre. Ils partagent même l’art de dresser un récit palpitant. Marion émerveille avec ses Pépites.

L’heure du coup de gueule

Pourquoi les professionnels regardent ces spectacles et créations poétiques de haut ? Avant de venir en Avignon par le train, j’ai décidé de télécharger des épisodes de Moot-Moot. Je découvre le nom du réalisateur, François Reczulski, et son œuvre : les Ratz, Platane, Oggy et les Cafards... et Hibou. Le bonheur de mes quinze dernières années résumé en une bio.

Après une recherche rapide sur le web, je tombe sur une critique du film Hibou. Là, je lis que ça manque de, ce n’est pas assez... mais pourquoi ? Pourquoi ce genre a-t-il si mauvaise presse, est-il jugé si durement ?

Pour Marion, j’ai déjà lu des critiques allant dans le même sens. Il manque quelque chose. Probablement du trash, si à la mode en ce moment ? Quoi qu’il en soit, ce que j’ai vu, c’est Laura Calu dans la salle, à la fin du spectacle. Elle était debout et applaudissait avec la ferveur d’une convaincue. Émue par l’histoire et l’univers de Marion, elle lui montrait toute sa reconnaissance. Toute la reconnaissance que la profession ne sait pas encore lui délivrer — à tort !

Je vois ce spectacle depuis une dizaine de fois. Si l’émotion ne m’emporte plus comme la première fois, l’émerveillement persiste. Son parcours est captivant. Vous pourriez me trouver des circonstances atténuantes. Moi aussi, je valorise les gens que je croise avec des mots, des portraits où je verse tout le trop-plein d’émotion. Le lien qui existe entre Marion et moi (et son public !) n’émane pas du hasard. Il est juste, sincère, authentique. Un appel d’air dans la chaleur ou la tension ambiante. Si cela ne parvient pas à émouvoir les professionnels du festival, c’est qu’ils sont un peu morts à l’intérieur !

De retour à Paris, en toute nostalgie

Malgré la chaleur, Avignon a tout de même été une expérience très positive. Je me faisais une joie de revenir à Paris pour des 30-30 au Jardin Sauvage, mais la soirée ne s’est pas passée comme prévu. L’ambiance était différente, étrangement plus compétitive et franchement désagréable. J’étais épuisée, certes, mais le contraste était tel que j’avais juste une envie : y retourner ! Si on m’avait dit cela avant de partir, j’aurais ri au nez de mon interlocuteur… Bravo Avignon !

Crédits illustration

© SRGIO

[post_title] => Première fois en Avignon : des artistes et des histoires [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-fois-en-avignon-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:19 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6440 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6257 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 15:57:11 [post_date_gmt] => 2019-06-02 13:57:11 [post_content] =>

Le spot du rire fête déjà ses deux premières années. C’est un nouveau palier franchi pour votre média web humour, et il reste encore beaucoup à faire. Cette année, j’ai ouvert les portes à de nouveaux rédacteurs ponctuels : Antonin, Fabien et Noé.

Pas encore de filles, mais je n’ai pas encore eu de demandes. Je fais un coucou à Harlem Dallas, qui devait nous raconter son parcours à Montréal — ça change du Labo du rire ;) Des illustrateurs et YouTubeurs pourraient également suivre…

C’est tellement bénéfique pour moi d’avoir ce sang neuf ! Parce qu’en réalité, le temps se fait rare et bloguer sur son temps libre reste un exercice d’équilibriste. J’ai fait le calcul : 100 spectacles ou plateaux d’humour par an, 20 heures par semaine (écoute de podcasts et autres contenus humour compris, sinon ce serait difficile…).

En contrepartie, les avantages sont nombreux. Déjà, les invitations pleuvent : il y en a même beaucoup trop. Le mieux, c’est les échanges quotidiens avec les humoristes en devenir. Je ne connais pas d’activité plus nourrissante que d’être au milieu de ces champions de la vanne. Les rencontres de l’année passée et la reconnaissance des professionnels du spectacle vivant : voilà ce que je retiens principalement.

Votre média web humour : quel est le programme pour l’année qui vient ?

Toujours plus d’immersion, d’anecdotes de premières scènes et de découvertes humour. La carte des plateaux va continuer à s’enrichir. Pour vous dire la vérité, si les publications sont moins nombreuses que l’année dernière, le travail en coulisses continue.

Ce qui m’en apprend le plus sur le milieu, c’est échanger avec les nouvelles têtes de l’humour. Il y a eu un creux en 2018, mais la génération qui émerge en 2019 a déjà tous les codes. Bien sûr, je ne parle pas de tout le monde. Mais je pense à des Elsa Bernard et autres Arezki Chougar… Déjà, ils étaient sur le Twitch de Léopold (vous en avez entendu parler dans notre dernière newsletter si vous faites partie des 40 heureux élus).

De nouvelles têtes, partout !

Cela fait bizarre d’avoir fait un pas de côté et de ne plus tellement voir les Ghislain Blique ou Rémi Boyes, que j'idolâtrais dès le début. Maintenant, il y a tout un folklore sur les Tocards ou Audrey Jésus… C’est simple : mes derniers coups de cœur, je les ai d’abord connus sur le web (YouTube ou podcasts) avant de les voir sur scène. J’avais déjà validé leur talent avant de les voir faire du stand-up. C’est bizarre, mais cela marche aussi, alors…

Je ne vais pas vous annoncer de programme précis, car je n’aurais jamais pensé que ces derniers mois prendraient une telle tournure. Le plus gros choc, c’est le changement de registre. Jamais au début du site je n’aurais écrit ainsi, ou comme ça, ou encore comme ça (no limit). Et puis, tant qu’on y est, comme ça aussi (pardon). Cette liberté, ces tests qui parfois étonnent ou irritent, c’est avant tout un jeu, un prétexte pour écrire et laisser libre cours à ma créativité. Si cela sert au spectacle vivant, tant mieux. Je sais juste que j’étais au plus près de ce que je voulais faire, car j’aurais été incapable de faire autrement. Si ça va trop loin, on corrige, on s’excuse. Accepter de faire des erreurs m’a beaucoup aidée cette année.

Je vous promets de continuer sur cette ligne d'honnêteté, en plus c'est à la mode. Et je souhaite à tous les humoristes d’être eux aussi fidèles à eux-mêmes : cela les aidera grandement dans leurs succès futurs.

Bon, on repart pour vous offrir le meilleur média web humour ? :)

Crédits photo

© Mo Hadji, qui est le premier des pros à m’avoir fait confiance… comme l’atteste cette photo de mon premier reportage. Je le remercie infiniment de m’avoir laissée rentrer dans ses événements, même si j’ai clairement toujours été dure dans mes analyses. Trop proche des artistes, j’ai parfois eu du mal à faire la part des choses. La réalité, c’est que je crois en leur amélioration, sinon je m’abstiendrai.

Il fait partie des innombrables personnes qui se démènent pour le spectacle vivant, mais qui n’obtiennent pas forcément de récompense pour les efforts entrepris. Pourtant, il en faut de la générosité pour démarcher les théâtres et faire vivre la nouvelle scène humoristique. Ils sont peu à faire confiance aux nouveaux talents, et il est nécessaire de les respecter coûte que coûte.

Je pense que la clémence que nous avons eue l’un pour l’autre vient de là. Aujourd’hui, je veux lui dire merci et bravo d’avoir déniché des Alexandra Pizzagali, Clément K ou encore Nadim !

[post_title] => Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => media-web-humour-2ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-02 16:51:07 [post_modified_gmt] => 2019-06-02 14:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6257 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6193 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-05-11 09:32:42 [post_date_gmt] => 2019-05-11 07:32:42 [post_content] =>

Face au jour sans, et plus généralement aux revers, je voulais écrire à quelqu’un. L’humoriste concerné aurait pu en être un autre, tant ils partagent ces moments-là. Même lors d’actes manqués et manques de réussite, il subsiste une expérience forte.


Je ne voulais plus venir ce soir-là. Tard. Malade. Rien dans le ventre. J’étais avec un autre, je n’imaginais pas te voir en spectacle dans une poignée de minutes, mon assise était trop confortable. Je sentais que pour moi, ça allait devenir un jour sans.

En plus, j’avais envie de suivre mon acolyte et ne pas me retrouver seule. L’autre bout de Paris ? J’ai une petite marge. Quand je m’aperçois que je ne suis pas si loin de ta salle de spectacle, je jubile. Je me mets en état de marche, il se met à pleuvoir fort. Le métro aérien rejoint, je regarde les quelques stations qui nous séparent. Sereine, heureuse de calibrer un emploi du temps de ministre. Pour la première fois, je m’accorde le temps de souffler.

Le sourire au lèvres, je m’approche de mon endroit préféré. Ton spectacle, je l’ai vu ailleurs. Dans de plus grandes salles, mais plus méconnues. Ici, l’ambiance promet d’être différente.

La pluie a cessé, elle reprendra quand Mélissa nous fera rentrer. 21h32. Tout s’enchaîne à une vitesse folle, j’ai à peine le temps de me dévêtir. La première bande son lancée, je ris déjà de connivence. Je connais cette voix — celle de ton acolyte de baladodiffusion, à de maintes reprises. Sera-t-il en première partie ?

Eh non, tu émerges de la minuscule scène, tirant le rideau par tes propres moyens. Bienvenue dans le début de ta carrière. Même si toi aussi, tu souris, tu caches un léger malaise.

Pilote automatique 

Le débit de parole est trop rapide et les enchaînements mécaniques. Je sens d’emblée que cela cloche, comme si nous avions répété les mouvements du comique pendant tant d’heures. Je ris beaucoup, même si je suis en décalage complet avec le public.

C’est qu’il ne te connaît pas. Il est timide face à l’enjeu. Une première fois, dans cette promiscuité : les interrogations se multiplient sans doute dans leurs esprits, alors qu’il faudrait lâcher prise.

Moi, je sais. Je sais ce que tu vaux, tu m’as fait l’humour exactement comme il le fallait, avec le bon rythme et les bonnes punches. Je me sens lésée, mais je ne me l’avoue pas tout de suite. Quand on adule, on commence par pardonner un peu, panser la plaie, faire le dos rond pour mieux traverser l’instant.

Mais le problème, justement, c’est que je sais. J’ai déjà connu tout ce cirque, et j’ai désiré autre chose dans ce nouveau cadre. Également, j’ai imaginé la scène, telle un fantasme. J’ai pris la température du lieu, et l’ambiance était simplement en décalage.

Bien sûr, une fois l’acte de cette pièce terminé, je t’ai remercié pour ce moment. Je n’ai pas su trouver les mots, car quand on éprouve un attachement scénique, on est perdu. La critique immédiate est proscrite, mais j’avais tant d’attentes non formulées. Le problème était là : si je t’avais dit que je voulais une autre méthode ce soir-là, tout aurait été plus fluide.

De l’expression d’attentes pour combattre un jour sans

Mais non, je me suis tue. J’ai nié, enfoui, mon désir de spectatrice, jusqu’à ce qu’il me revienne en pleine figure. Je voulais foutre en l’air ton autodérision, tes complexes de comique. Ce soir-là, je t’ai adoubé comme l’homme de la situation, je voulais simplement te voir passer un cap. Plus émotionnel, moins dans l’excuse de ta personne, un peu plus premier degré et dans une forme d’intensité dramatique.

Je voulais une autre mise en scène, mais j’ai aimé quand même. C’est sincère, même si c’est dit maladroitement. Maudit jour sans. Tu as été sans doute plus dur avec toi-même, car tu officiais sur l’échelle « ai-je été bon ou non ? ». Tu n’as juste pas fait le pas de côté que j’anticipais. J’étais venue pour oublier une douleur, une peine indicible. Parce qu’en spectacle vivant, on rit, mais on vit aussi et on prend parfois des coups au moral. Plus on ressent les choses intensément, plus on cherche à compenser un manque, comme un patchwork émotionnel.

Tu ne comprendras peut-être pas tout le sous-texte, ou tu as de quoi extrapoler vers une mauvaise interprétation. Tout ce que je voulais dire, c’est que je sais que tu vas revenir plus fort. À l’heure où j’écris ces lignes, tu es là où tu dois être, là où j’aurais dû te voir. Mais je suis ravie de t’avoir vu dans de mauvaises conditions, car je t’ai compris et regardé comme jamais. J’ai entr’aperçu ton prochain spectacle ou ton prochain style comique. Merci de m’avoir offert ça : c’est à ça que servent les soirées d’apparence en demi-teinte. Construis sur ça et rien ne pourra plus t’arrêter.

[post_title] => Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lettre-humoriste-jour-sans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:45 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5909 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-09 14:46:10 [post_date_gmt] => 2019-03-09 13:46:10 [post_content] =>

Dans l'émission Dans la tête d'un timide, l'humoriste Thomas Wiesel est formel : oui, vous pouvez faire de la scène en étant timide. Au spot du rire, on est au courant.

Mais personne n'a jamais vraiment expliqué pourquoi cela fonctionne. Pourquoi des artistes comme Paul Dechavanne triomphent-ils avec leur introversion ? Vous allez le découvrir très vite...

On me demande régulièrement comment les introvertis peuvent monter sur scène, surtout quand j'évoque mon expérience personnelle. C'est l'occasion d'en parler pour de bon ! En plus, en tant que timide, j'ai vraiment trouvé cette émission de qualité. Et j'ai quelques anecdotes d'empowerment en stock.

D’ailleurs, pour certains humoristes comme Miri, vaincre sa timidité par l’humour devient une composante du développement personnel…

Timide et humoriste : comment ça marche ?

Ce samedi, je profite encore une fois du service public... suisse. Le français, on voit ce que ça donne, mais l'heure n'est pas à la polémique. Après avoir regardé religieusement le dernier épisode de Mauvaise langue, je tombe sur le compte Instagram de Thomas Wiesel et sa dernière publication.

Ni une, ni deux, je commence à regarder. Il faut dire que l'humoriste suisse, passé par Paris la semaine dernière, n'a jamais caché son introversion. Dans ses blagues comme dans ses tenues, c'est une marque de fabrique qui attire la sympathie, l'affection et les rires.

A titre personnel, ça me fait du bien de voir des humoristes comme cela. Comme le soulignait Paul Dechavanne dans Sympa la vie, il y a un côté rassurant à voir des humoristes réservés. Il y a de tout, et on n'est pas obligé de parcourir l'équivalent de 12 stades de football en hurlant ses blagues vues et revues dans un spectacle comique (coucou Djal).

Les plus pour le public

Pour le spectateur, c'est aussi agréable : plus les humoristes sont différents, plus ils vont refléter la diversité des gens et permettre à des gens dans le public de se sentir bien dans la société.

Ça vous parait fou ? Je l'ai vécu, pourtant. D'ailleurs, c'est drôle que Thomas Wiesel en parle : ça me rappelle l'anxiété sociale ressentie au début, quand j'allais dans les plateaux d'humour. Quand je l'ai rencontré, j'ai vécu à nouveau ça (je vous le raconte ici).

Avant de lire la suite, petit spoiler : je vais surtout vous raconter ma vie dans les lignes qui suivent. Si vous voulez d'autres anecdotes sur l'humour, je vous conseille de parcourir le blog.

Timide, mais prête pour une confidence

Quand j'ai lancé ce site, je n'ai pas vu le regard des autres changer tout de suite. Certains savent que c'était une réaction d'orgueil : je ne voulais plus subir de regards accusateurs, à juger ce statut de groupie. J'ai mis un temps fou à faire la paix avec ces choses-là. Maintenant, dès que je croise Certe Mathurin, il me dit que je n'ai plus du tout le même comportement, et que je ne suis plus voutée. D'autres disent me craindre pour mes critiques cash. Ce n'est pas vraiment un retournement de situation, c'est juste que ça a fini par éclore.

Sans vous mentir, j'étais en flippe de l'acceptation des autres. J'avais peur au travail comme à la sortie des scènes ouvertes ; je trouvais que toute la société n'était pas tendre avec ceux qui n'ont pas d'aisance sociale. Dès que j'ai commencé à traîner à Paris, j'ai ressenti cette difficulté à m'intégrer à cette ville. L'humour était pour moi salvateur, une sorte de renaissance, mais ça a pris du temps et ça reste difficile.

De timide à sans-filtre

Pourquoi vous partager cela ? Là, je viens de quitter Koober - vous savez, la société pour laquelle j'ai failli arrêté le site. J'aurais eu l'air maligne. C'est là où les bienfaits du stand-up sur ma vie sociale ont le plus porté leurs fruits. Ce n'était pas gagné d'avance, mais tous ces gens ont accepté mes blagues (ils en pondaient une quantité astronomique), ma personnalité sans filtre et le reste.

Pour revenir à l'humour, même si je ne monte plus sur scène, c'est vraiment un environnement propice à la construction de soi-même. Vous croisez des gens qui regardent leurs névroses en face. Ils ne les cachent pas pour en tirer des bénéfices professionnels ou personnels. C'est un appel d'air dont on a vraiment besoin.

C'est pour ça que vendredi soir, j'ai vu le spectacle de Nadim avec un enthousiasme plus grand que jamais. Et samedi soir, je me rends encore à La petite loge pour m'extasier devant la prestation d'Aude Alisque (c'est complet !). Ces deux formes de folie sont d'une humanité et d'une sincérité remarquables.

Je continuerai à me battre pour les promouvoir, car c'est ce qui m'a sauvé il y a maintenant plus de deux ans. Et tant pis si le journaliste du Parisien n'avait attribué que 3 étoiles au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy #genèse pour cause de « manque flagrant de confiance en lui » (sic !). C'était ça que je suis allée chercher, alors vous pouvez remballer vos critiques WTF, les gars.

Bonus : le témoignage de Panayotis Pascot

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => timide-introverti-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5909 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5153 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-16 16:19:21 [post_date_gmt] => 2018-09-16 14:19:21 [post_content] => François Bellefeuille a joué à Paris en ce début septembre. Un test grandeur nature pour la star de l'humour québécoise, qu'il a réussi haut la main. Retour sur une semaine effrénée.

François Bellefeuille à Paris : jeudi, One More Joke

Rentrée du One More Joke. Tania Dutel remplace Louis Dubourg à la présentation. La tension est très forte : Certe Mathurin n'est pas là. Il vient de jouer en Espagne et, au moment du retour, il subit un retard en raison des intempéries. Pour sa première officielle, Tania doit assurer la chauffe. La programmation est de haut niveau : elle comprend notamment Blanche Gardin, Jason Brokerss... et François Bellefeuille. Je le vois arriver, téléphone portable à la main, visiblement un peu perdu. Personne ne réagit ; j'imagine qu'au Québec, la scène serait surréaliste. Même si je programme encore le One More Joke, je n'ose pas trop le guider à l'intérieur. C'est un peu mon premier jour aussi, je ne voudrais pas faire de gaffe. En coulisses, carnet à la main, François Bellefeuille se fond dans la masse. Il peut compter sur la présence de Jason Brokerss, récemment passé au Canada pour la captation Netflix. Les deux humoristes ne se quitteront pas tout au long du périple.

François Bellefeuille sur scène

J'écoute le podcast de Mike Ward depuis peu. D'habitude, je privilégie les épisodes avec des humoristes français ou suisses. Traduction : ceux qui n'ont pas l'accent québécois. Même si du vocabulaire m'échappe, je comprends ce qui se dit. À titre de comparaison, écouter un podcast avec des québécois est à peu près identique qu'en anglais. Je comprends tout, mais j'ai besoin de beaucoup plus de concentration. Aussi, j'aime bien voir du stand-up en live plutôt que sur YouTube. En effet, la connexion et la compréhension fonctionnent mieux par le regard. Ce ne sera pas le cas ce soir-là. En fait, je n'ai pas regardé le passage. J'étais trop concentrée à l'enregistrer. Je le faisais pour Dalila, que je n'arrête pas de suivre décidément ! C'est elle qui m'informe sur l'humour québécois. Elle est incollable, et je la consulte car je suis complètement dépassée. Heureusement, le public ne partage pas ma difficulté. La salle rit de bon cœur et mesure l'importance d'avoir un humoriste de cette trempe ce soir-là.

François Bellefeuille à Paris : dimanche, Le Point Virgule

François Bellefeuille est venu jouer à Paris de manière soutenue. Il ne se contente pas des plateaux : le Point Virgule lui offre deux showcases dimanche et lundi à 19 heures. Après Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, la plus petite des grandes salles ne manque donc pas le coche. Le public répond nombreux, et comme pour Philippe-Audrey, je manque le coche.
Cette fois-ci, je ne suis pas bloquée en province lors de la grève SNCF. J'ai un autre programme : l'anniversaire de Maoulé, qui nous offre de nombreuses photos de stand-up sur le spot du rire. Je me retrouve donc à prendre la ligne 8 de bout en bout pour aller à la Javelle. Le QG actuel du Why so serious comedy club se transforme en goûter géant à 16 heures. J'offre le livre de Blanche Gardin à l'humoriste-star de la soirée. Ses collègues du Why so serious et du Laugh steady crew jouent quelques minutes. Un événement intime, loin de la frénésie du Point Virgule. Après le gâteau, je fonce au Point Virgule pour retrouver mon envoyée spéciale. Elle ne le sait pas encore, mais elle m'aidera beaucoup dans l'écriture de cet article ! Elle sort du spectacle très satisfaite de la prestation de son humoriste phare. En somme, elle l'attend pour lui expliquer tout : sa passion pour l'humour québécois, son envie d'aller au Bordel Comédie Club à Montréal, Mike Ward, Simon Gouache, etc. François Bellefeuille, touché, lui propose de l'aider à obtenir des tickets quand elle viendra.

François Bellefeuille à Paris : mercredi, Café Oscar

Jamais 2 sans 3 : je vois passer la programmation du Café Oscar. Pierre Thevenoux l'a partagée. Je ne sais pas si j'informe Dalila : elle travaille normalement le soir, je ne voudrais pas la frustrer de ne pas y aller après le One More. En fait, elle est disponible. Nous nous retrouvons donc au Café Oscar ; la salle est presque remplie. La scène est similaire au One More Joke : François Bellefeuille arrive, se met en retrait, téléphone à la main. Dalila, après la discussion du Point Virgule, tient à le remercier de son geste pour le Bordel Comédie Club. Elle ne sait pas si elle doit aller lui donner maintenant, moi non plus. Par peur qu'il s'en aille pour un autre plateau, elle ose. Ce qui est sûr, c'est que François Bellefeuille n'est pas prêt de l'oublier ! Ça tombe bien : il partira pendant le show, prenant son acolyte Jason Brokerss sous le bras. La soirée est bizarre : Jason démarre en trombe. La salle rit aux éclats. Les blagues sont percutantes, le passage est long mais jamais ennuyeux. Une grosse soirée en perspective ! François Bellefeuille continue. Cette fois, j'écoute attentivement le passage. Je ris et je comprends enfin. Ce n'est peut-être pas mon style, mais cela fonctionne très bien. Je soupçonne Monika Oscar, la patronne du lieu, de surjouer son rire. J'hésite entre le bruit d'un animal à l'agonie ou un orgasme. C'est très dérangeant tant elle rit. Avec les tableaux troublants du Café Oscar, l'atmosphère est définitivement spéciale.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé...

François Bellefeuille sort de scène après avoir précisé qu'il prenait l'avion demain. Tout le monde se regroupe dans les coulisses. Jason et François vont s'éclipser. Christophe Ntaka est seul, l'ambiance change du tout au tout. Tout devient difficile, les humoristes bident les uns après les autres. La magie est retombée. Pierre Thevenoux s'en sort quand même. Nick Mukoko, qui clôture la soirée, va vivre un sacré bide. Pour ne rien arranger, il m'engueule car je ris. Camille Lavabre m'avait fait le même coup à la Nouvelle Seine pour son spectacle. Je riais alors qu'il discutait avec un groupe précis, et il fustigeait mon attitude bizarre. Quelle erreur, mec, tu m'as braquée. Je t'ai détesté sur le moment. Peut-être que cela a eu une incidence sur les autres. Je ne sais pas à quel point François Bellefeuille est drôle. Je veux dire, scientifiquement. Tout ce que je sais, c'est qu'on avait affaire à un phénomène paranormal. Ses successeurs n'avaient plus la niaque pour nous faire rire. Comme si son charisme les avait foudroyés. C'est sûrement ça, la marque des très grands.

Crédits photo

© Louis Dubourg [post_title] => François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => francois-bellefeuille-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:14 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5153 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5136 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-11 19:10:50 [post_date_gmt] => 2018-09-11 17:10:50 [post_content] =>

Après être montée sur scène, j'ai eu à programmer un comedy club pendant quelques semaines... avant de me résigner. Vous programmez un plateau d'humour ? Voici quelques astuces pour y parvenir sans encombre. Vous voulez connaître les coulisses de la programmation de comedy clubs ? Vous êtes au bon endroit !

Comment j'ai commencé à programmer un comedy club

Cet été, je croise Certe Mathurin par hasard. De but en blanc, il me propose de programmer le One More Joke avec lui. Qui dit grosse responsabilité dit panique, et parfois même échec. Là, ce fut le cas.

Plutôt que de cracher dans la soupe, je veux vous livrer mes conseils. Voici tout ce que j’aurais voulu savoir avant de m’y mettre !

Programmer un comedy club : le guide pour ne pas foirer

1. Aimer son plateau d’humour

C’est la base. Si vous aimez votre plateau, vous partagez cette affection avec le public. Ainsi, vous pouvez le satisfaire au mieux : vous êtes en phase avec leurs aspirations. Par exemple, je ne traînais pas vraiment au One More Joke, ce qui ne facilitait pas la tâche !

2. Se sentir valorisé

Programmer peut être un pur bonheur comme une tâche ingrate. Pour réussir, il faut donc se sentir en confiance avec le reste de l’équipe. Garder une communication ouverte avec les animateurs et organisateurs me semble essentiel. C’est pour cela que les gens qui ont des plateaux sont amis ou assez proches.

3. Avoir du temps, la tchatche et un carnet d’adresses

Il faut savoir contacter les bonnes personnes au bon moment. Un humoriste peut vous conduire à six autres. Cette statistique n’est pas scientifique mais elle a le mérite de parler à tout le monde. Ne faites pas la même erreur que moi : parlez aux artistes et non aux boîtes de production. Cela me semblait plus facile comme je n'avais pas de contacts, mais cela pose d'autres problèmes. Vous aurez des refus ou on vous demandera de l'argent.

Pour programmer un comedy club, il faut donc être présent sur les plateaux concurrents au quotidien. Gare à vos autres engagements, car programmer prend du temps. Et si vous êtes un peu introverti comme moi, vous allez vous confronter à quelques angoisses. Forcez-vous un peu, même si c'est dur (ça l'est).

4. Être reconnu ou rémunéré à sa juste valeur

C’est évident : vous ne toucherez pas de gros chèque. Plutôt qu’une rémunération, cherchez plutôt à obtenir un avantage : rencontrer les personnes qui comptent, avoir à boire et à manger gratuitement, toucher un pourcentage du chapeau, jouer de temps en temps… Pas de secret : plus les avantages vous sembleront justes, plus vous vous investirez.

5. Connaître son périmètre

Sachez quand et comment prendre des initiatives. Vous devez recevoir des directives claires. Pour avoir l’esprit tranquille, vos choix ne doivent pas être remis en cause. Si vous travaillez à plusieurs sur la programmation, sachez en permanence où l’autre va. Sinon, vous risquez de vous retrouver avec trop d’humoristes sur les bras sur une même soirée. C’est assez lourd, comme vous pouvez l’imaginer.

6. Commencer petit

Vous programmez pour la première fois ? Faites-vous la main sur un petit plateau. Bon, si vous recevez l’opportunité du siècle, soyez transparent sur vos difficultés. Exigez une passation ou une formation dans les règles de l’art. Votre interlocuteur n'a pas forcément l'habitude non plus de faire une passation. Soyez tolérant et patient :)

7. Être organisé

C’est du bon sens : vous allez gérer une sorte de planning démoniaque. Vous avez trop de noms à caser et vous devez penser aux indisponibilités (spectacle, tournée, plateau concurrent...). Tout cela en temps limité et en créant des plateaux homogènes : niveaux, styles d’humour... À plusieurs, tout le monde doit partager la même organisation.

Épilogue : les conseils que je ne vous donnerai pas

Sur le copinage

Je ne vous conseille rien sur les amitiés que vous entretenez avec les autres comiques. On m’a dit de ne privilégier personne, or certaines personnes sont privilégiées par amitié sur le One More Joke. Le public n’est pas contrarié pour autant, comme le phénomène est très marginal.

Pour moi, c’est humain : la programmation du One More Joke reste assez juste. Je n’ai rien vu de bien choquant. Tout le monde le fait plus ou moins, sinon on aurait affaire à des comedy clubs stériles. Laissons donc les sensibilités s'exprimer ! Si j'avais réussi mon coup, j'aurais eu la possibilité de faire jouer les copains, aussi.

Sur les aspirations personnelles

Personnellement, j’ai trouvé frustrant de m’occuper des têtes d’affiche. Ma spécialité, ce sont les découvertes et les humoristes qui jouent depuis 2014. Pour eux, j’aurais volontiers sacrifié mon temps libre. Mais pour des gros qui ont les moyens de jouer, d’être en vedette dans le métro, etc., je ne vois pas ma valeur ajoutée. C’est dans mon ADN, et je suis trop indépendante pour me plier à des consignes comme celles-ci.

C'est donc le moment de se remettre en question : pour toute nouvelle fonction, il faut s'adapter et faire des compromis. Je précise que je n'ai pas d'animosité envers Certe. Il m'a fait confiance et a tenté de m'amener dans le game, c'était un risque à prendre. J'aurais préféré un peu plus de guidage, mais il faut être réaliste : le One More Joke était trop gros pour moi. Je suis persuadée qu'il se portera mieux sans moi. Bon courage à Certe pour programmer sans Louis Dubourg cette saison ! Je lui fais confiance : ce plateau tourne à plein régime avec de nombreuses têtes d'affiche et un public conquis !

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Programmer un comedy club pour les nuls [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => programmer-comedy-club-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5136 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4589 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-04 16:55:12 [post_date_gmt] => 2018-08-04 14:55:12 [post_content] => Le spot du rire, c'est un média web humour qui vous révèle la nouvelle génération de talents. Depuis juin dernier, je travaille sur ce projet avec le soutien de la communauté humour. Or, de temps en temps, il est important de réfléchir au futur de son site, surtout en cas de changements. Je me permets donc de vous parler de tout ça au lieu des contenus habituels. Vous les retrouvez partout ailleurs, pas d'inquiétude ;) Vous aimez le spot du rire ? Donnez votre avis pour contribuer à son avenir !

Le spot du rire continue !

Tout d'abord, je m'excuse auprès de mes amis Facebook pour l'éventuelle frayeur occasionnée. J'ai commencé une publication avec le titre Arrêter le spot du rire ?. Autant vous dire qu'il y a peut-être eu une ou deux personnes en PLS. Désolée. En vérité, je vais bientôt intégrer une nouvelle entreprise, ou tribu. Il paraît qu'on appelle ça comme ça s'il s'agit d'une start-up. Après une demi-décennie à faire un peu la même chose, je vais donc rejoindre Koober. Sans vous pitcher toute la société, ces personnes résument des livres de non-fiction pour aider les personnes en reconversion ou évolution professionnelle. Comme ça, les gens perdent moins de temps à lire, apprennent plus... et ont encore de l'énergie pour venir sur mon site, par exemple ! Avouez que c'est plutôt utile.

Futur du spot du rire : quelques changements, de grands projets

Concrètement, le futur verra moins de contenus sur Le spot du rire. L'idée est de conserver la qualité des publications. On va juste alléger le calendrier éditorial. Pour autant, voici les projets qui verront peut-être le jour.

Un podcast ? J'ai l'idée, si ça vous chauffe, on y va !

Rémi Boyes m'a gentiment suggéré de lancer un podcast. J'ai réfléchi, et j'ai trouvé cette idée. J'invite un ou une humoriste pour lui parler d'une thématique. Pour rendre cela original, la thématique est une névrose ou une limitation que j'ai et que j'aimerais soigner. Je me suis aperçue que je parle beaucoup de ce genre de choses. Pour être honnête, c'est sûrement les sujets où j'ai le plus de créativité en moi. Voici un échantillon non contractuel, j'ai une liste bien plus conséquente en stock. Cela s'appellerait sûrement Faut-il s'inquiéter ? et l'humoriste viendrait trouver des choses rigolotes là-dedans. A chaque fois, je choisis un humoriste lié de près ou de loin au sujet.
Sujet Artiste
J'ai peur de l'eau Ghislain Blique, ancien pêcheur au large de l'Australie.
Je suis hypocondriaque, j'ai la peur du dentiste Seb Mellia, refuse actuellement qu'on lui arrache une dent.
J'ai peur des enfants en bas-âge Alexandra Pizzagali, humoriste leader sur le discours autour des femmes enceintes.
J'ai la phobie des bouilloires et je n'ai jamais mangé d'huîtres (liste non exhaustive autour des fruits de mer et de l'électrocution) Jean-Philippe de Tinguy, qui a déclaré avoir la phobie des arêtes une fois malgré une passion pour les huîtres.

Un festival d'humour international ? A vous de choisir !

Depuis le début du site, je suis allée voir des festivals d'humour. Je ne suis pas partie bien loin, hormis en Ecosse pour le Fringe. Là encore, voici une liste de festivals. En fonction du lieu, cela pourra peut-être prendre plus de temps. Le budget n'est pas le même pour l'Australie que pour l'Angleterre, on est d'accord.
  1. Décembre : Montreux, Suisse
  2. Février : Leicester, Angleterre - juste avant le Brexit, ça pourrait être la bonne idée
  3. Mars : Melbourne, Australie - j'en profiterai pour aller au Grand Prix de Formule 1, histoire d'amortir la chute du compte en banque avec des frais en plus
  4. Mai : Kilkenny, Irlande
  5. Juillet : Montréal, Canada
Si vous avez des suggestions, vous pouvez les préciser en commentaire. J'ai vu quelque chose à Brooklyn en septembre, mais c'est trop court pour cette année. Après tout, j'irai là-bas pour que vous fassiez les meilleurs choix de périples humoristiques ! [post_title] => Le futur du spot du rire [Message personnel] [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => futur-blog-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:59 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:59 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4589 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 4430 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-21 16:32:27 [post_date_gmt] => 2018-06-21 14:32:27 [post_content] =>

Laura Gilli, photographe de nombreux événements humour, était l’invitée du podcast d’Antonin Archer, Nouvelle École. Il fallait saisir l’instant, profiter de ce moment intimiste pour découvrir l’une des cadors discrètes du milieu.

Laura Gilli : découvrez-la en interview intimiste

Les photographes me fascinent au point que je ne sais pas vraiment communiquer avec eux. Ils me surpassent complètement sur l’esthétisme. Mettre des mots sur l’instant est un tout autre exercice. On a eu le temps de pondérer nos propos. On a pu revenir en arrière avant de s’exprimer. Alors que Laura Gilli fait ça à l’instant T.

Le mieux, c’est qu’elle le fait bien. Combien de fois je me suis arrêtée sur ses clichés. Il s’en dégage quelque chose. Cela ne faisait aucun doute. Avec le podcast, je comprends enfin. Cette voix, un peu étouffée derrière une pudeur et une humilité indéniables, nous en apprend des choses.

Trouver sa voie

Laura Gilli s’est réinventée et a trouvé sa voie. En un sens, son destin est profondément lié à celui des artistes. Comme elle, ils poursuivent cette quête de devenir quelqu’un en adéquation avec leurs passions et envies. Elle dit, à juste titre, que nous sommes chanceux de pouvoir nous réinventer, plaquer des boulots un peu décevants pour poursuivre ce qui nous meut vraiment. Ce qui est plus inédit, c’est de le voir comme un devoir à accomplir pour ceux qui n’en ont pas la chance. Tellement pragmatique, mais si inédit pour moi.

De Kyan Khojandi à Charles Nouveau, elle sait tirer le meilleur des humains qu’elle photographie. Chapeau l’artiste ! Le cliché que je trouve dingue, c’est celui de Thomas Wiesel ci-dessous :

L'intégrité avant tout

Pour finir, un mot sur l’intégrité de la personne. Gaspard Proust ne se sentait pas à l’aise avec un cliché, elle s’en est séparée sur-le-champ. Faire attention à ne pas froisser quelqu’un par ses actes n’est pas inné chez tout le monde. En son for intérieur, elle savait que le cliché était bon, j’en suis sûre.

Quand je faisais les interviews, j’ai tenu à vérifier avec les humoristes que tout leur convenait. Ils ont changé des choses, cela a pris du temps. On pourrait penser que cela manque d’authenticité. Je ne suis pas d’accord : si le propos est en phase avec ce qu’ils ressentent, alors la version en est améliorée. Le respect de l’autre est peut-être l’une des choses les plus complexes à conserver. On a une vraie responsabilité là-dessus, n’en déplaise aux amateurs de publications pauvres pullulant sur les réseaux sociaux.

Crédits photo

© Laura Gilli - Capture d'écran du volet scène de son site web / photo de profil Instagram

[post_title] => Laura Gilli est une légende : découvrez-la en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laura-gilli-photographe-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-15 16:20:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-15 14:20:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4430 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011385 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-16 20:30:11 [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11 [post_content] =>

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 25 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 25dfaba4b7753456b1c8b1278a9edab6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Making of

Nouvelles de la rentrée humour 2021

Quelques annonces de rentrée

Reprise : illustration d’artistes humour dans un bloc-notes

L’art de se faire plus rare

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

3 ans du spot du rire : gâteau d’anniversaire

Le spot du rire fête ses 3 ans !

Adrien Montowski : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski

Marion Mezadorian : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian

33 Comedy : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy

Carte postale en Avignon du Festival OFF - illustration d’un artiste sur scène

Première fois en Avignon : des artistes et des histoires

Le spot du rire : votre guide humoristique indispensable

Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans !

Lettre à un humoriste après son jour sans - photo d'illustration

Humour instantané - Lettre à un humoriste, pour son jour sans

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Timide ou introverti, mais humoriste : la preuve en images avec Paul Dechavanne !

Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ?

François Bellefeuille invité de Louis Dubourg dans Un café au lot7

François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre

Programmer un comedy club : One More Joke à la Nouvelle Seine - Photo par Betty Durieux

Programmer un comedy club pour les nuls

Voyage : couverture de festival d'humour sur le blog dans le futur

Le futur du spot du rire [Message personnel]

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Laura Gilli, photographe humour

Laura Gilli est une légende : découvrez-la en podcast !