WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => urbain
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 553
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => urbain
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 553
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => urbain
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 553
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => urbain
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 553
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 553
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 553
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => urbain
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 553
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (553) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (553) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (553)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010849
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-05 19:47:14
                    [post_date_gmt] => 2021-06-05 17:47:14
                    [post_content] => 

Après tant de soirées passées à écumer les salles de stand-up, un humoriste résistait encore à notre venue : Urbain, actuellement au Point Virgule. Dans la file d’attente du théâtre, Simon Pintault me reconnaît. Le MC de la Topito Open Mic Night s’étonne que je n’aie jamais vu ce spectacle, Saison 1, Épisode 1. Je bredouille deux ou trois excuses, arguant qu’Urbain est trop connu.

Trop connu dans le microcosme comique parisien peut-être, mais toujours en route pour affirmer sa singularité ! Pour comprendre ce délai, il faut sûrement relire le portrait de mars dernier, où j’expliquais le processus qui m’a fait apprécier Urbain.

Saison 1, Épisode 1 : comme les séries cultes, Urbain se bonifie avec le temps

Pour paraphraser Ted Mosby, Urbain est complexe et requiert plusieurs écoutes. Il est Stairway to Heaven. Le voir en plateau ne donne d’ailleurs qu’un aperçu. Sur une heure, on se demande ce qu’il peut fournir, tant il mobilise ses talents dans les vidéos de Topito comme directeur créa et acteur et dans le podcast Plutôt caustique.

Deux formats très différents l’un de l’autre : des vidéos virales destinées au plus grand nombre, un podcast de niche ultra-référencé, ode éternelle à François Cluzet. Les deux rencontrent un beau succès populaire, le podcast étant largement plébiscité dans les awards 2020. Pour avoir pris le train en marche, je ne sais pas toujours où je mets les pieds.

Mais je reste. Et c’est ça la force d’Urbain. Peu importe ce qu’il vous raconte : vous vivrez une immersion. Une immersion dans quoi ? Une forme pure de stand-up, qui aborde les sujets les plus classiques sous des angles parfois surprenants. Les vannes fusent, tombent toujours juste. Résultat : un public comblé, cueilli par surprise et qui se retrouve à exploser de rire lors de ces moments décisifs.

Urbain au Point Virgule : verdict

Il y a ceux qui prétendent faire du stand-up et ceux qui le font vraiment. Au Point Virgule, Urbain mêle une maîtrise de la discipline et des références pop-culture qui traversent les époques. Sans révolutionner sa forme comique, il vient sublimer le stand-up dans une maîtrise indéniable et une originalité rassembleuse.

En bref, vous profiterez d’une heure de spectacle de qualité, qui s’améliore au fil des représentations et qui plait au plus grand nombre !

Crédits photo/affiche

© KB Studios Paris - Stéphane Kerrad

[post_title] => Urbain au Point Virgule : pilote validé ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => urbain-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-05 19:48:38 [post_modified_gmt] => 2021-06-05 17:48:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010849 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010726 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-21 09:30:58 [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58 [post_content] =>

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010172 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-03-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-03-10 07:00:00 [post_content] =>

Urbain est l’une des personnes les plus connues du microcosme du stand-up. C’est aussi « le gars de Topito », 50% du podcast Plutôt caustique et bien d’autres choses encore. On fait le point sur ce talent que vous connaissez déjà probablement, mais qui fait rarement l’objet de portraits…

Urbain ou celui qui a l’air de faire du mainstream

Quand il jouait sur scène sous son nom complet, Urbain représentait le stand-upper pur et dur. Physique passe-partout, caractère prononcé, blagues sur le fait de devenir parisien qui va dans un bar pour prendre une bière… C’était sympa, bien construit mais cela ne sortait pas du lot. Juste agréable. Mais nous étions alors en 2015 et tout paraissait un peu plus original que maintenant.

Si vous êtes un habitué des vidéos de Topito, vous l’avez forcément vu sans le savoir. Aussi habile pour produire de la qualité que de la quantité, Urbain semble ni plus ni moins vouer sa vie à l’humour. Avec comme particularité de capter les aspirations de sa génération avec beaucoup de justesse.

…mais qui se révèle plus fin qu’il n’y paraît !

Au delà de répondre aux attentes de son public, Urbain est aussi capable d’être radical, caustique… tout en conservant ce grain qui parle à une génération habituée aux codes (de) Netflix.

Avec sa nouvelle affiche qui rappelle visuellement les séries TV et le stand-up à l’américaine, le décor est planté. Ça rode comme aux States, et en prime, ça se passe au BO Saint-Martin. Là-bas, il côtoie les Alexandre Kominek et autres Clément K. Avant eux, il y avait Seb Mellia (qui troquait la bière contre l’Ice Tea) ou encore Jonathan O’Donnell.

Bref, des mecs efficaces, qui font rire un public varié et qui, pour certains, n’hésitent pas à s’engager sans trop en faire. Parce que c’est l’humour qui prime, ces artistes sont des amuseurs qui ne se prennent pas au sérieux… Mais, s’il faut le faire, ils le peuvent.

C’est notamment un passage sur Internet qui m’a fait aimer davantage Urbain. Je l’ai vu aux Écuries (encore un lieu génial pour le stand-up) à une soirée de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Quelques temps plus tard, il le jouait à son premier Montreux.

Que voit-on ? Un stand-upper expérimenté, qui comme Rémi Boyes, a appris à monter sur scène comme s’il parlait simplement au public. En d’autres termes : amuser avec le plus de naturel possible, sur tous les sujets possibles et imaginables.

Bonus : avec Plutôt caustique, Urbain change d’univers et offre une expérience loufoque

Avec son acolyte Clément, Urbain partage ses péripéties très régulièrement. Les deux compères se vouvoient avec beaucoup de complicité, parlent aussi intensément de François Cluzet et de périples à risque en Suède… Un podcast de copains sans queue ni tête hyper-référencé, dans lequel vous rentrez pour ne plus jamais en sortir.

Au premier abord, cela ressemble un peu à Sympa la vie — et quelque part, je ne pouvais pas écouter les deux en même temps. Sympa la vie a dû s’éclipser pour me laisser voguer vers Plutôt caustique. Comme Plutôt caustique, j’ai parfois du mal à décrire Urbain. Parce que cet humoriste scrute tout, analyse tout comme un ordinateur. Comme un Thomas Wiesel, il roaste et ironise plus vite que son ombre. Quelque part, cela peut amener le public à le craindre, à faire un pas de côté avant de le découvrir. Et tout à coup, car il est partout, on finit par écouter Urbain.

Au fil de ses apparitions en vidéo ou en podcast, il convainc méthodiquement le public, spectateur par spectateur. Là où d’autres sont plus clivants et provoquent soit l’adhésion ou l’aversion immédiate, Urbain peut plaire au plus grand nombre sans être lisse. Et si c’était ça, le secret pour être un humoriste reconnu ?

Crédits photo

Urbain à la Cigale © Thomas O’Brien / Paname Art Café

[post_title] => La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-urbain-topito [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-23 15:32:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-23 14:32:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010172 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5166 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-20 21:20:08 [post_date_gmt] => 2018-09-20 19:20:08 [post_content] => La Topito Open Mic Night était le moment phare de mon Debout Paris Festival. Comment mieux rendre un hommage au stand-up qu’avec une scène ouverte ? Le discours d’ouverture d’Urbain était juste  : aller à ce type d’événements, c’est ce qui fait tourner la machine. Voir aussi : Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane Les scènes ouvertes sont une épreuve. Chaque humoriste va prendre le micro quelques minutes, 3 ce soir-là. Le contrat initial est identique, mais les artistes ne vont pas tous vivre la même soirée !

Topito Open Mic Night : les têtes d’affiche des découvertes

Il y a ceux qui jouent partout et qui apprennent sans relâche, comme Brahms. La prestation est alors impeccable. Autre humoriste à avoir bien travaillé ces derniers temps : Paul Mirabel. Selon Urbain, c’était le meilleur de la soirée. Il gagne donc le droit de jouer une nouvelle fois pour Topito le 26 septembre. Ce mec est drôle, mais ses thèmes pourraient être plus originaux. La différence  : il les traite avec des angles inattendus et un jeu impeccable.

Les outsiders : Anne Dupin et Cyril Hives

Dans un autre style, Anne Dupin et Cyril Hives provoquent les rires facilement. Il font sans nul doute partie de la nouvelle génération d’humoristes. Anne m’épate de plus en plus. Avec le Laugh Steady Crew, elle a fait un sacré pas en avant depuis les tremplins Jeunes Talents Cible, remportés par Nadim. Elle avait déjà ce grain de folie qui la distinguait des autres nouveaux. Depuis, elle a gagné en précision et en originalité. Cyril Hives maîtrise son stand-up. J’aime beaucoup ses prestations inattendues, même si parler de YouPorn devient assez récurrent. Je l'ai trouvé meilleur lors de la première partie d'Adrien Montowski. La raison : la limite de temps corse les jeux habituels...

Les bides (plus ou moins cruels)

Les passages manqués étaient de différentes natures. Parfois, le public ne comprenait pas où l'humoriste voulait en venir. Autre cas : l'une des humoristes tentait sa première scène. Une épreuve très difficile pour elle : elle a malheureusement perdu pied, l'émotion la submergeant. J'espère qu'elle y retournera pour comprendre que le public ne la rejetait pas en tant que personne. En réalité, il n'arrivait pas à rentrer dans son univers par manque de détail et de profondeur dans les thématiques. En plus, avec 30 humoristes sur scène, les humoristes qui passaient vers la fin vivaient des minutes très difficiles. Les derniers ont été même réduits à jouer 2 minutes. Un rien ! À chaque fois, la sentence était la même : une chanson de Patrick Sébastien. Elle me faisait sursauter à chaque fois, c'est toujours un vecteur de tension. Les enseignements de la soirée, c'est que les vannes clichés ne prennent plus. Certaines exagérations trop grandes (une femme ment sur son poids : multipliez-le par 7 pour avoir le vrai chiffre...) n'ont pas fait mouche. Les filles sur scène étaient généralement célibataires, les garçons ghostés sur les sites de rencontre. Cherchez l'erreur !

Topito Open Mic Night : le mot de la fin

Urbain a passé la soirée à nous inciter à applaudir et soutenir. Le public oublie ou ignore à quel point la scène est un saut dans le vide. Le bide, c'est ce qu'il se passe quand le parachute ne fonctionne pas comme prévu. Très formateur, cela dit : il purge ainsi les mauvaises vannes au profit d'un succès futur. Shirley Souagnon, initiatrice du festival, est venue soutenir les artistes de la scène ouverte de Topito en coulisses. Preuve que cette soirée n'était en rien anecdotique. [post_title] => Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-topito-open-mic [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5166 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010849 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 19:47:14 [post_date_gmt] => 2021-06-05 17:47:14 [post_content] =>

Après tant de soirées passées à écumer les salles de stand-up, un humoriste résistait encore à notre venue : Urbain, actuellement au Point Virgule. Dans la file d’attente du théâtre, Simon Pintault me reconnaît. Le MC de la Topito Open Mic Night s’étonne que je n’aie jamais vu ce spectacle, Saison 1, Épisode 1. Je bredouille deux ou trois excuses, arguant qu’Urbain est trop connu.

Trop connu dans le microcosme comique parisien peut-être, mais toujours en route pour affirmer sa singularité ! Pour comprendre ce délai, il faut sûrement relire le portrait de mars dernier, où j’expliquais le processus qui m’a fait apprécier Urbain.

Saison 1, Épisode 1 : comme les séries cultes, Urbain se bonifie avec le temps

Pour paraphraser Ted Mosby, Urbain est complexe et requiert plusieurs écoutes. Il est Stairway to Heaven. Le voir en plateau ne donne d’ailleurs qu’un aperçu. Sur une heure, on se demande ce qu’il peut fournir, tant il mobilise ses talents dans les vidéos de Topito comme directeur créa et acteur et dans le podcast Plutôt caustique.

Deux formats très différents l’un de l’autre : des vidéos virales destinées au plus grand nombre, un podcast de niche ultra-référencé, ode éternelle à François Cluzet. Les deux rencontrent un beau succès populaire, le podcast étant largement plébiscité dans les awards 2020. Pour avoir pris le train en marche, je ne sais pas toujours où je mets les pieds.

Mais je reste. Et c’est ça la force d’Urbain. Peu importe ce qu’il vous raconte : vous vivrez une immersion. Une immersion dans quoi ? Une forme pure de stand-up, qui aborde les sujets les plus classiques sous des angles parfois surprenants. Les vannes fusent, tombent toujours juste. Résultat : un public comblé, cueilli par surprise et qui se retrouve à exploser de rire lors de ces moments décisifs.

Urbain au Point Virgule : verdict

Il y a ceux qui prétendent faire du stand-up et ceux qui le font vraiment. Au Point Virgule, Urbain mêle une maîtrise de la discipline et des références pop-culture qui traversent les époques. Sans révolutionner sa forme comique, il vient sublimer le stand-up dans une maîtrise indéniable et une originalité rassembleuse.

En bref, vous profiterez d’une heure de spectacle de qualité, qui s’améliore au fil des représentations et qui plait au plus grand nombre !

Crédits photo/affiche

© KB Studios Paris - Stéphane Kerrad

[post_title] => Urbain au Point Virgule : pilote validé ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => urbain-point-virgule-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-05 19:48:38 [post_modified_gmt] => 2021-06-05 17:48:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010849 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 113fd6ec2f6649e3c6fe18d4d0bc5b29 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Urbain

Urbain en spectacle au Point Virgule : affiche de Saison 1, Épisode 1

Urbain au Point Virgule : pilote validé !

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Kémil Le Comique : documentaire sur 1 semaine stand-up à Paris

Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien

Urbain Courty (Topito), découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Topito Open Mic Night : la scène ouverte du Debout Paris Festival

Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night