WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => laurent-sciamma
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 547
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => laurent-sciamma
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 547
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => laurent-sciamma
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 547
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => laurent-sciamma
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 547
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 547
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 547
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => laurent-sciamma
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 547
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (547) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (547) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (547)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008869
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-09-23 08:45:00
                    [post_date_gmt] => 2020-09-23 06:45:00
                    [post_content] => 

Bonhomme, c’est le spectacle de Laurent Sciamma qui fait exulter la presse et son public conquis. Juste après avoir affronté la salle exigeante qu’est la Comédie des 3 bornes, Laurent évolue désormais au Café de la gare. Un QG idéal pour son art. Le spot du rire a voulu juger la qualité comique de ce spectacle à la réputation si belle.

La reprise de Bonhomme : les 2 heures de monologue d’un « allié »

Je ne connaissais pas le Café de la gare. Dix minutes avant la représentation, je découvre un théâtre niché dans une cour intérieure au plein cœur du Marais. À l’entrée, je vois une affiche de Laurent Sciamma avec un descriptif autour de la théorie du genre. Je résiste à l’envie de m’enfuir au courant, parce que j’ai promis à des humoristes engagées de donner une chance au produit.

Car Laurent Sciamma est un pur produit du féminisme. Il s’efface en tant qu’individu pour partager son témoignage d’allié. Les alliés, ce sont ces hommes qui se veulent à l’écoute des femmes, ceux qui dénoncent le patriarcat. Une noble cause, certes, mais qui accepte mal la contradiction.

Des longueurs qui diluent la puissance du message

Le début du spectacle se perd dans quelques longueurs. On se dit que c’est la reprise, et que Laurent veut partager sa joie de retrouver son public. C’est évidemment légitime après six mois de pause. Alors on patiente, on écoute ces premières digressions.

Au bout d’un quart d’heure (estimation, je ne regardais pas l’heure), le bonhomme sur scène entre dans le vif du sujet. La structure est assez simple : il prend un élément cher à la cause féministe (le harcèlement de rue, les injonctions, #MeToo…) pour en faire des blagues.

C’est là où la presse exulte : Bonhomme n’est pas une conférence TED sur le féminisme. Ouf, c’est effectivement vrai. Laurent Sciamma enchaîne avec des mimes, tourne en dérision les situations du quotidien comme la peur de faire peur aux femmes le soir, quitte à changer de trottoir.

Le problème, c’est que quand on connaît le discours féministe, on n’est pas étonné des chutes. Tout est téléphoné, convenu et manque d’originalité. Et comme la structure se répète (malgré de nombreux running gags), l’ennui guette celui qui aime la surprise, celle qui déclenche un rire authentique.

Autre problème : Laurent Sciamma utilise du storytelling pour incarner chaque message. Mais il emploie beaucoup trop de mots. Par exemple, pour l’anecdote en voiture à la fin de spectacle, il répète six fois que l’action a lieu à 2 heures du matin. Au lieu d’utiliser chaque mot de manière chirurgicale pour renforcer la puissance de son message, il la dilue dans des histoires interminables qui ne tiennent plus en haleine lorsque, enfin, elles arrivent à leur terme.

Pour en arriver à deux heures de spectacle, Laurent Sciamma joue sur la multiplication des anecdotes. C’est un exposé des arguments les plus classiques du féminisme, agrémenté de ces histoires et ces blagues.

Bonhomme est en guerre, ou comment se prétendre inclusif en excluant celui qui pense différemment

La salle rit, mais moi non. Laurent Sciamma utilise tellement de termes techniques et de références qui parlent aux militants que j’ai du mal à me sentir concernée. Dans ces rires, on retrouve le soulagement de ceux qui se battent dans les associations comme sur les réseaux sociaux. Ceux qui ne sont pas écoutés, ou compris, dénigrés pour leur discours jugé parfois trop « extrémiste » (sic !).

Quelqu’un m’a dit récemment : « Il n’y a pas qu’une manière d’être féministe ». Je trouve cela très juste. Quand j’entends Laurent Sciamma dire « seuls les vrais savent », je vois le gouffre entre son monde et le mien. J’ai ainsi le sentiment de vivre dans un monde parallèle.

À certains moments, je ressens un vrai malaise. À l’heure où la “cancel culture” connaît un pic de popularité, Laurent Sciamma dépose des noms de « masculinistes toxiques » les uns à la suite des autres. Quand il parle d’Alain Soral, je me dis qu’Eric Zemmour ne va pas tarder. Gagné. À chaque fois, c’est un nom posé dans le texte. À aucun moment, on ne vient leur répondre sur le terrain des idées.

Pourquoi le faire, quand votre salle est acquise à votre cause ? Après tout, vous avez soigné le marketing de votre spectacle pour faire fuir les gens qui écoutent ces Soral, Zemmour, Finkielkraut et consorts…

En soi, rien d’étonnant. Mais quand vint le tour pour Nicolas Bedos de prendre sa douille, mon impatience se transforme en nausée. Le public applaudit, et cette manifestation exprime une haine envers cet homme. Comme s’il était réduit à des petites phrases sur des plateaux télé, à une vision tronquée de son histoire. Un procès d’intention sans contextualisation.

C’est drôle, car la dernière fois que j’ai entendu parler de Nicolas Bedos, c’était en réponse à un billet de blog du Crif autour de la question « Peut-on rire de tout ? » par le prisme de l’antisémitisme. Et sa réponse, publiée le lendemain, était remplie d’empathie, de réflexion et d’écoute pour cette personne qui s’est sentie offensée. Un dialogue étayé, posé, bien loin de ce moment caricatural vécu au Café de la gare.

Uniformiser les hommes et leur rapport à la sensibilité

Nicolas Bedos capable d’empathie, voilà qui invaliderait presque le discours de Laurent Sciamma sur la sensibilité des hommes. Il part du constat qu’on apprend aux hommes à enfouir leurs émotions… Tandis que les femmes sont (toutes ?) encouragées à les exprimer dans des journaux intimes « avec des cœurs à la place du point sur les i ».

Je m’attendais à autre chose sur la question du genre. Au final, c’est une succession de lieux communs qui ne résout rien. Certes, on trouve une ou deux tentatives intéressantes pour évoquer le manque de confiance en soi des femmes (là encore, on les met toutes dans le même panier). Mais le reste est bien faible et attendu. Je ne nie pas les problèmes, mais je fustige leur simplification à outrance. Surtout devant une salle déjà convaincue !

De cette introduction à cette branche du féminisme, je suis restée sur ma faim. J’étais attristée de voir une absence de nuance et de recul pour au final ne faire émerger aucune véritable solution. Proposer d’écouter une musique de 1996 pour relier enfin les hommes à leurs émotions, c’est un peu faiblard.

Bonhomme : le spectacle de Laurent Sciamma vaut-il le déplacement ?

Le problème de Bonhomme, c’est que ce spectacle n’est pas abouti. Par ses longueurs et son storytelling imprécis, ce spectacle manque de force.

Par son idéologie et sa tendance à recourir aux généralités, Laurent Sciamma est finalement plus un porte-parole qu’un humoriste[1]. Certaines blagues m’ont fait sourire, mais l’ensemble m’a plutôt laissé de marbre.

Au Café de la gare, Laurent Sciamma a le luxe d’avoir le temps de parfaire Bonhomme face à un public acquis à sa cause. C’est un cadeau empoisonné : sorti de la Comédie des 3 bornes, l’artiste a encore besoin de consolider le tout. La presse, quant à elle, a passé sous silence les imperfections techniques du spectacle.

Et quand elle se réjouit qu’enfin, un homme se positionne sur le féminisme, elle occulte tant d’œuvres qui l’abordent autrement. Réduire les stand-uppers à des gens qui parlent de leur pénis, c’est la preuve que bien trop peu de journalistes se déplacent dans les salles de spectacle.

Laurent Sciamma n’a pas le monopole du féminisme, heureusement ! On ne l’a pas attendu pour questionner le monde, avec beaucoup de subtilité parfois. Marina Rollman aimerait bien attirer des gens qui ne pensent pas comme elle dans ses salles pour élever le débat. Laurent Sciamma ne semble pas courir après ce même objectif. Au fond, Bonhomme ne parle qu’à la France des tote-bags et échoue à marquer l’histoire.

[1] Pour que ce soit bien clair, Laurent Sciamma reste un humoriste. Simplement, son absence de recul l’empêche d’endosser pleinement cette casquette.

Crédits photo/affiche

© LouizArt Lou

[post_title] => Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bonhomme-laurent-sciamma-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-23 10:03:50 [post_modified_gmt] => 2020-09-23 08:03:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008869 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008869 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-23 08:45:00 [post_date_gmt] => 2020-09-23 06:45:00 [post_content] =>

Bonhomme, c’est le spectacle de Laurent Sciamma qui fait exulter la presse et son public conquis. Juste après avoir affronté la salle exigeante qu’est la Comédie des 3 bornes, Laurent évolue désormais au Café de la gare. Un QG idéal pour son art. Le spot du rire a voulu juger la qualité comique de ce spectacle à la réputation si belle.

La reprise de Bonhomme : les 2 heures de monologue d’un « allié »

Je ne connaissais pas le Café de la gare. Dix minutes avant la représentation, je découvre un théâtre niché dans une cour intérieure au plein cœur du Marais. À l’entrée, je vois une affiche de Laurent Sciamma avec un descriptif autour de la théorie du genre. Je résiste à l’envie de m’enfuir au courant, parce que j’ai promis à des humoristes engagées de donner une chance au produit.

Car Laurent Sciamma est un pur produit du féminisme. Il s’efface en tant qu’individu pour partager son témoignage d’allié. Les alliés, ce sont ces hommes qui se veulent à l’écoute des femmes, ceux qui dénoncent le patriarcat. Une noble cause, certes, mais qui accepte mal la contradiction.

Des longueurs qui diluent la puissance du message

Le début du spectacle se perd dans quelques longueurs. On se dit que c’est la reprise, et que Laurent veut partager sa joie de retrouver son public. C’est évidemment légitime après six mois de pause. Alors on patiente, on écoute ces premières digressions.

Au bout d’un quart d’heure (estimation, je ne regardais pas l’heure), le bonhomme sur scène entre dans le vif du sujet. La structure est assez simple : il prend un élément cher à la cause féministe (le harcèlement de rue, les injonctions, #MeToo…) pour en faire des blagues.

C’est là où la presse exulte : Bonhomme n’est pas une conférence TED sur le féminisme. Ouf, c’est effectivement vrai. Laurent Sciamma enchaîne avec des mimes, tourne en dérision les situations du quotidien comme la peur de faire peur aux femmes le soir, quitte à changer de trottoir.

Le problème, c’est que quand on connaît le discours féministe, on n’est pas étonné des chutes. Tout est téléphoné, convenu et manque d’originalité. Et comme la structure se répète (malgré de nombreux running gags), l’ennui guette celui qui aime la surprise, celle qui déclenche un rire authentique.

Autre problème : Laurent Sciamma utilise du storytelling pour incarner chaque message. Mais il emploie beaucoup trop de mots. Par exemple, pour l’anecdote en voiture à la fin de spectacle, il répète six fois que l’action a lieu à 2 heures du matin. Au lieu d’utiliser chaque mot de manière chirurgicale pour renforcer la puissance de son message, il la dilue dans des histoires interminables qui ne tiennent plus en haleine lorsque, enfin, elles arrivent à leur terme.

Pour en arriver à deux heures de spectacle, Laurent Sciamma joue sur la multiplication des anecdotes. C’est un exposé des arguments les plus classiques du féminisme, agrémenté de ces histoires et ces blagues.

Bonhomme est en guerre, ou comment se prétendre inclusif en excluant celui qui pense différemment

La salle rit, mais moi non. Laurent Sciamma utilise tellement de termes techniques et de références qui parlent aux militants que j’ai du mal à me sentir concernée. Dans ces rires, on retrouve le soulagement de ceux qui se battent dans les associations comme sur les réseaux sociaux. Ceux qui ne sont pas écoutés, ou compris, dénigrés pour leur discours jugé parfois trop « extrémiste » (sic !).

Quelqu’un m’a dit récemment : « Il n’y a pas qu’une manière d’être féministe ». Je trouve cela très juste. Quand j’entends Laurent Sciamma dire « seuls les vrais savent », je vois le gouffre entre son monde et le mien. J’ai ainsi le sentiment de vivre dans un monde parallèle.

À certains moments, je ressens un vrai malaise. À l’heure où la “cancel culture” connaît un pic de popularité, Laurent Sciamma dépose des noms de « masculinistes toxiques » les uns à la suite des autres. Quand il parle d’Alain Soral, je me dis qu’Eric Zemmour ne va pas tarder. Gagné. À chaque fois, c’est un nom posé dans le texte. À aucun moment, on ne vient leur répondre sur le terrain des idées.

Pourquoi le faire, quand votre salle est acquise à votre cause ? Après tout, vous avez soigné le marketing de votre spectacle pour faire fuir les gens qui écoutent ces Soral, Zemmour, Finkielkraut et consorts…

En soi, rien d’étonnant. Mais quand vint le tour pour Nicolas Bedos de prendre sa douille, mon impatience se transforme en nausée. Le public applaudit, et cette manifestation exprime une haine envers cet homme. Comme s’il était réduit à des petites phrases sur des plateaux télé, à une vision tronquée de son histoire. Un procès d’intention sans contextualisation.

C’est drôle, car la dernière fois que j’ai entendu parler de Nicolas Bedos, c’était en réponse à un billet de blog du Crif autour de la question « Peut-on rire de tout ? » par le prisme de l’antisémitisme. Et sa réponse, publiée le lendemain, était remplie d’empathie, de réflexion et d’écoute pour cette personne qui s’est sentie offensée. Un dialogue étayé, posé, bien loin de ce moment caricatural vécu au Café de la gare.

Uniformiser les hommes et leur rapport à la sensibilité

Nicolas Bedos capable d’empathie, voilà qui invaliderait presque le discours de Laurent Sciamma sur la sensibilité des hommes. Il part du constat qu’on apprend aux hommes à enfouir leurs émotions… Tandis que les femmes sont (toutes ?) encouragées à les exprimer dans des journaux intimes « avec des cœurs à la place du point sur les i ».

Je m’attendais à autre chose sur la question du genre. Au final, c’est une succession de lieux communs qui ne résout rien. Certes, on trouve une ou deux tentatives intéressantes pour évoquer le manque de confiance en soi des femmes (là encore, on les met toutes dans le même panier). Mais le reste est bien faible et attendu. Je ne nie pas les problèmes, mais je fustige leur simplification à outrance. Surtout devant une salle déjà convaincue !

De cette introduction à cette branche du féminisme, je suis restée sur ma faim. J’étais attristée de voir une absence de nuance et de recul pour au final ne faire émerger aucune véritable solution. Proposer d’écouter une musique de 1996 pour relier enfin les hommes à leurs émotions, c’est un peu faiblard.

Bonhomme : le spectacle de Laurent Sciamma vaut-il le déplacement ?

Le problème de Bonhomme, c’est que ce spectacle n’est pas abouti. Par ses longueurs et son storytelling imprécis, ce spectacle manque de force.

Par son idéologie et sa tendance à recourir aux généralités, Laurent Sciamma est finalement plus un porte-parole qu’un humoriste[1]. Certaines blagues m’ont fait sourire, mais l’ensemble m’a plutôt laissé de marbre.

Au Café de la gare, Laurent Sciamma a le luxe d’avoir le temps de parfaire Bonhomme face à un public acquis à sa cause. C’est un cadeau empoisonné : sorti de la Comédie des 3 bornes, l’artiste a encore besoin de consolider le tout. La presse, quant à elle, a passé sous silence les imperfections techniques du spectacle.

Et quand elle se réjouit qu’enfin, un homme se positionne sur le féminisme, elle occulte tant d’œuvres qui l’abordent autrement. Réduire les stand-uppers à des gens qui parlent de leur pénis, c’est la preuve que bien trop peu de journalistes se déplacent dans les salles de spectacle.

Laurent Sciamma n’a pas le monopole du féminisme, heureusement ! On ne l’a pas attendu pour questionner le monde, avec beaucoup de subtilité parfois. Marina Rollman aimerait bien attirer des gens qui ne pensent pas comme elle dans ses salles pour élever le débat. Laurent Sciamma ne semble pas courir après ce même objectif. Au fond, Bonhomme ne parle qu’à la France des tote-bags et échoue à marquer l’histoire.

[1] Pour que ce soit bien clair, Laurent Sciamma reste un humoriste. Simplement, son absence de recul l’empêche d’endosser pleinement cette casquette.

Crédits photo/affiche

© LouizArt Lou

[post_title] => Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bonhomme-laurent-sciamma-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-23 10:03:50 [post_modified_gmt] => 2020-09-23 08:03:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008869 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => a155e70d1dab8431f4a2c1bb5c72b8ab [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Laurent Sciamma

Bonhomme : affiche du spectacle de Laurent Sciamma

Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris