Publications liées au mot-clé : Thomas Wiesel

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => thomas-wiesel
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 473
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thomas-wiesel
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 473
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => thomas-wiesel
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 473
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thomas-wiesel
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 473
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 473
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 473
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => thomas-wiesel
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 473
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (473) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (473) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (473)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008924
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-10-05 08:36:00
                    [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00
                    [post_content] => 

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 8076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-08 11:30:09 [post_date_gmt] => 2020-01-08 10:30:09 [post_content] =>

Comme vous le savez, Thomas Wiesel joue au Point Virgule en janvier en dépit des grèves. L’humoriste suisse est aussi disponible pour les médias qui souhaitent le rencontrer. Assez motivée sur le principe, j’ai finalement décidé de laisser passer l’opportunité : voici pourquoi.

Internet sait déjà beaucoup sur Thomas Wiesel, une interview en plus ne vous apprendrait rien

Vous voulez tout connaître de Thomas Wiesel ? Oui, il vous suffit juste de cliquer sur la phrase : la Radio Télévision Suisse lui a posé des questions d’année en année. Cuisiné de toutes parts, il est donc passé « sur le grill » le 11 août 2013, par exemple.

C’est aussi en 2013 qu’il improvisait un stand-up devant Michel Boujenah. Je dois vous confesser que cette interview et ce passage stand-up, je les ai déjà regardés plusieurs fois.

Sept ans plus tard, voici ce qui sort des ondes côté français.

J’ai épluché internet en long et en large, même si YouTube m’a encore trouvé une interview complètement inutile du lausannois avant un match de foot, dans des tribunes. Même ça, je l’ai vu. Et le pire, c’est que je regardais des vidéos archives de Blaise Bersinger, qui est une autre personne. Je vous jure, j’ai rencontré les deux… Tout ça pour dire que YouTube avait encore de la ressource.

Une liste de questions hypothétique

Tout de même, Thomas Wiesel me rend curieuse, suffisamment pour trouver 12 questions. Alors, creusons-nous la tête. À un moment donné, j’aurais probablement voulu savoir…

QuestionRéponse dans…
Pourquoi avoir créé le spectacle « Ça va. » ?Les gens qui doutent, Fanny Ruwet
Anticipe-t-il de passer un meilleur moment à Paris en janvier ?L’invité de la matinale, RTS
Ce qu’il peut dire de son « mentor », Nathanaël Rochat, et vice versa ?Les bras cassés, Couleur3
Comment gère-t-il l’après-scène avec les fans ? Pourquoi cela engendre-t-il du malaise ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Dans la tête d’un timide, RTS, et probablement d’autres
Les raisons de sa pause après avoir présenté Mauvaise Langue ?L’invité du 12h30, RTS
Comment cohabite-t-il avec ses émotions ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
Quel est son processus d’écriture de blagues, en général et pour un spectacle en particulier ?L’invité de la matinale, RTS (pas le même jour que le précédent)
Pourquoi sait-on autant de choses sur lui, même sur des sujets moins drôles ?L’invité de la matinale, RTS (là, c’est le même entretien que le précédent), Entre nous soit dit
Pourquoi le cadre codifié d’un spectacle humour le rassure-t-il pour s’adresser au public ?L’invité de la matinale, RTS (toujours le même entretien que le précédent)
Comment est-il devenu humoriste, l’a-t-il vu venir ?Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
D’où provient son intérêt pour les causes et associations, et pourquoi son engagement va plus loin qu’un simple discours ?L’invité du 12h30 et Cœur à cœur
[La question fun-légère qui justifie ma demande d’interview et mon travail préalable de fourmi.] Peut-il commenter l’expression « casanier branleur », qui a déjà servi à le définir ?Thomas Wiesel rencontre l’écrivain-cycliste Claude Marthaler (vous saurez aussi si Michel Boujenah pleure pendant l’amour)

CQFD : toutes les réponses existent déjà.

Interview de Thomas Wiesel : profite de ton temps, on sait que tu es bon

Au final, la motivation de solliciter une interview devient purement égoïste. Bloquer un comique bankable pendant une heure juste pour soi, c’est quelque chose que je peux totalement faire pour mon propre plaisir. Par contre, il faut prétendre avoir encore des questions à poser. Je ne sais pas jouer cette carte juste pour faire genre, donc je vais le laisser profiter de Paris et vous informer peut-être mieux encore sans cette entrevue. En plus, si ça déclenche nos deux timidités en simultané

Avec tout cela, vous pouvez vous forger une opinion sur Thomas Wiesel. Ça vous prendra 3 heures devant votre écran. Vous pouvez aussi vous fier à moi, qui ai déjà tout vu et mouliné. Je valide que ça donne envie d’en savoir encore plus de la personne avec ses propres mots. Le mieux, c’est de le voir en spectacle (encore une fois, on vous encourage) !

Crédits photo

© Laurent Bleuze / RTS

[post_title] => Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => non-interview-thomas-wiesel [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-14 17:12:19 [post_modified_gmt] => 2020-12-14 16:12:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7218 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 15:52:00 [post_date_gmt] => 2019-10-24 13:52:00 [post_content] =>

Fanny Ruwet fait partie de la bande d’humoristes sur scène dans Derrière un micro. Le plateau filmé de Kyan Khojandi, passé par Montréal, revient aujourd’hui avec des talents français et belges sur Canal+. Parmi Baptiste Lecaplain, Doully ou Melha Bedia, on y retrouve la jeune humoriste belge. Vous trouvez ça bizarre ? Nous, on trouve ça logique.

Fanny Ruwet dans Derrière un micro : un record de précocité, pas une surprise

Comment ai-je découvert Fanny Ruwet ? C’était un dimanche après-midi, où je découvrais son podcast Les gens qui doutent. Son invité ? Thomas Wiesel.

Et ces deux-là se ressemblent de manière troublante. Leur personnalité et leur humour semblent se refléter. Ça m’offre une occasion en or de distinguer plagiat et appartenance au même style d’humour.

Le plagiat, ce n’est pas bien. Mais suivre le même style, ça le fait de ouf. Comme ça, des gens comme moi qui adorent ce style-là peuvent rire deux fois plus. Tant qu’on ne peut pas cloner Thomas Wiesel pour qu’il joue à Paris plus qu’en janvier 2020, je profite. Fin de la parenthèse.

Voir Fanny Ruwet dans Derrière un micro, c’est aussi un bon aperçu de ce qu’elle propose dans son spectacle Bon anniversaire Jean… On ira la découvrir à la Nouvelle Seine en décembre, et on a encore plus envie depuis l’avoir vue captiver la salle et ma télévision.

Fanny Ruwet sur scène, et l’atmosphère change

Vous le savez, il devient de plus en plus difficile de se concentrer sur quelque chose. Pourtant, quand Fanny Ruwet débarque sur mon écran, je me fige. Je suis bouleversée, pour tout vous dire.

Enfin une découverte — bon, ok, elle connaît peut-être les bonnes personnes pour saisir cette opportunité. Elle ne débarque plus vraiment, et elle rayonne en festival. Elle joue déjà en tournée, c’est dire… Sur le plan marketing, comme pour un Paul Mirabel, rien n’est laissé au hasard.

Par conséquent, dès la première seconde, on comprend immédiatement. Elle a sa place, peut-être plus que d’autres ce soir-là. On ne citera pas de noms, surtout qu’on attribue cette impression au fait d’avoir vu 500 fois le même passage de certains. C’est le jeu des galas de ce genre…

Sa manière de raconter des histoires est déjà forte. Avec peu d’énergie visible, elle frappe deux fois plus fort, juste avec ses mots et son rythme. Comme Thomas Wiesel le cerne lors de leur discussion, elle a déjà saisi les codes du stand-up et prouve qu’on peut arriver très fort, très vite. Mais tout de même, la prouesse est belle et me frappe de plein fouet.

Et maintenant ?

Tandis que j’écris ces lignes, le reste du spectacle Derrière un micro continue de défiler. La vie continue, et me rapproche de plus en plus de la découverte d’un spectacle complet d’une toute jeune artiste qui n’a pas de temps à perdre.

On lui souhaite de continuer à monter en puissance, parce que la promesse qu’elle nous fait à ses débuts est très belle. Désolée pour la pression, Fanny (on n’est visiblement pas les seuls à te l’infliger…).

On continuera d’être bienveillant et de garder des yeux d’enfant face à tes prochaines prestations ! Avant de découvrir le phénomène en vrai, au-delà du web, des podcasts et des réseaux sociaux…

[post_title] => Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fanny-ruwet-derriere-micro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:47 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7218 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6950 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-29 09:00:15 [post_date_gmt] => 2019-09-29 07:00:15 [post_content] =>

Thomas Wiesel jouait à l’Espace Gerson quatre soirs de suite en septembre. L’humoriste, qu’on ne présente plus en Suisse romande, se prépare à conquérir de nouveaux publics. Pour son premier passage à Lyon, il faisait preuve d’une belle assurance. De quoi lui donner une motivation supplémentaire à l’ancien animateur de Mauvaise Langue, alors que les billets se vendent bien.

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : ne lui demandez plus si ça va

Le nouveau spectacle de Thomas Wiesel s’appelle Ça va. (le point est essentiel). L’humoriste en a marre qu’on lui pose la question de et aborde sa croisade pour comprendre ses émotions.

D’ailleurs, le spectacle est même assez joyeux et léger. Exit la dictature de la névrose, bonjour l’envie de rire. L’autodérision reste un incontournable du spectacle, mais elle n’est pas « destructrice », pour reprendre la formule de Pierre Thevenoux.

Je savais que j’allais voir un humoriste expérimenté. C’était bon de le voir arriver sur scène avec son énergie si singulière. Très bon dans les interactions, il régalait le public avec des anecdotes de l’actualité chaude de la ville lyonnaise. Une spécialité pour celui qui gribouille ses dernières blagues juste avant de prendre le micro.

L’art des impressions plus personnelles

Thomas Wiesel n’est pas un humoriste comme les autres pour moi. Au-delà de son talent avéré, il y a aussi la connexion qui s’opère entre son histoire et celle de son public — quand son public, c’est moi.

J’adore son côté fana de sport ultime, sa capacité à connaître des tonnes de trucs sur les athlètes, toutes disciplines confondues ou presque. Et cette manière d’adorer ça, tout en sachant pertinemment que ça ne sert à rien. Pour socialiser, ça deviendrait presque contreproductif — c’est la magie du sport.

Après avoir vu des blagues sur Charles Leclerc, j’ai retrouvé cette sensation sans rien demander. Quelques blagues sur le tuning et la Formule 1 me faisaient frémir de plaisir. Encore un coup d’un soir réussi à l’Espace Gerson ! Ça n’était pas du tout une partie marquante du spectacle, mais elle a fait appel à toute mon attention.

Et que dire de son rappel sur la timidité ! Je me souviens à quel point l’article sur l’introversion dans le stand-up vous avait plu. C’est vraiment un sujet à creuser avec de la légèreté : ce qu’il a su faire, notamment dans un rappel. Je n’aime pas les rappels d’habitude, car ils s’éternisent ; mais là, le temps était maîtrisé.

Après l’Espace Gerson, Thomas Wiesel fera cap sur de nouvelles villes, dont Paris ?

Pour un spectacle en rodage, le spectacle semble réellement abouti. Parce que le rodage, ce n’est pas un truc à l’arrache. C’est juste une histoire de finitions. À l’Espace Gerson, Thomas Wiesel les assurait avec beaucoup de maîtrise. Ça valait vraiment le coup de se délocaliser dans une autre ville le temps d’un week-end.

Les quatre dates étaient par ailleurs complètes. Thomas Wiesel a semble-t-il apprécié son passage à Lyon, avant de repartir pour commenter du tennis. Et publier une story où il qualifiait Henri Lecomte d’humoriste, et lui-même d’expert. Sa capacité à connaître les moindres détails de ce qui le passionne nous convainc tout à fait là-dessus ! On lui souhaite le meilleur s’il revient jouer ce spectacle très agréable et vraiment marrant à Paris. Mieux : on sera sûrement de la partie. Pourquoi se priver des bonnes choses ?

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-espace-gerson-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-09 16:57:51 [post_modified_gmt] => 2020-11-09 15:57:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6950 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6637 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-03 10:00:55 [post_date_gmt] => 2019-09-03 08:00:55 [post_content] =>

Voir un artiste en rodage, c’est une prise de risque. Mais voir Thomas Wiesel en rodage, ça change tout ! En septembre et octobre, l’humoriste incontournable en Suisse est en tournée ! Il viendra ainsi jouer à Lyon pour quatre soirées pour vous donner plus de chance d’y assister…

Thomas Wiesel en rodage à l’Espace Gerson : le tour de force lyonnais

L’Espace Gerson… Ce café-théâtre est mon lieu de passage préféré. Le lieu est singulier. Y rentrer, c’est d’abord profiter d’une atmosphère spéciale. Là-bas, le public rit depuis longtemps. La trace des humoristes passés par-là reste d’ailleurs indélébile.

C’est un décor parfait pour offrir le meilleur cadre à Thomas Wiesel. Vous savez, celui qui trimballe toujours un carnet et note ses blagues jusqu’à la dernière minute. C’est probablement l’un des meilleurs pour prendre le pouls d’un lieu juste avant de jouer.

Thomas Wiesel fait partie de la poignée d’humoristes qui me pousse à l’achat compulsif. Le stimuli est si vif que je me sens obligée de le voir. Il fait partie de ces artistes un peu compliqués et généreux qui ont ça dans le sang. L’humour, c’est leur seconde nature et leur meilleur moyen d’expression. On peut aussi dire un exutoire dans lequel ils communiquent beaucoup à leur public. Si vous le pouvez, découvrez cet artiste. Après le rodage, vous aurez sans doute d’autres opportunités. Saisissez-les : le talent est brut, pur et sans fioriture.

Infos pratiques

Quand ?Du 18 au 21 septembre à Lyon.
Du 13/09 au 24/10 pour la tournée complète.
Où ?L’Espace Gerson (1er arrondissement lyonnais)
TarifÀ partir de 14 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Fabio Scorrano

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Thomas Wiesel en rodage [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => thomas-wiesel-rodage-espace-gerson [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-17 16:26:49 [post_modified_gmt] => 2019-08-17 14:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6637 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6158 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-20 16:07:26 [post_date_gmt] => 2019-04-20 14:07:26 [post_content] =>

Le dernier week-end de mars, j'ai décidé de partir à Lausanne sur un coup de tête. La raison : assister à Mauvaise Langue saison 2, enfin l'un des épisodes de cette année, et demander à Blaise Bersinger de jouer à Paris #prayforabsurde ! On vous raconte ce périple.

Mauvaise Langue saison 2 : ça aurait pu vraiment mal tourner

Il faut vraiment être passionné pour aller dans un bureau de change miteux à Gare de Lyon, se lever tôt un vendredi matin pour partir à Lausanne seule. S'inscrire sur un formulaire Google sans avoir reçu le mail de confirmation à l'heure du départ. Ne prévenir personne à la RTS de sa venue, et ne pas vraiment s'informer sur le lieu du tournage.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des boîtes de nuit qui servent de décor de talk-show accessibles dans une bouche de métro ? On était une bonne dizaine sur la place Chauderon 18, et non dessous. Tout cela jusqu'à ce qu'un technicien RTS nous disent que ce n'est pas là bien après l'heure limite.

On arrive donc bien après les présentations, et on est bien entendu derrière les caméras, contorsionnés pour voir une oreille de Blaise Bersinger ou Alexis Junod, les deux humoristes en plateau. Heureusement, dans le décor, je reconnais Yacine Nemra. Il sourit en permanence, et sa bonne humeur me rappelle que j'y suis : la CFF, la SNCF et TGV Lyria n'ont pas réussi à me priver de cet événement. Je vois l'émission 3 heures avant les téléspectateurs suisses, et un jour avant moi-même si j'étais restée en France, à regarder cela sur une tablette le samedi matin.

L'émission passe à toute vitesse : l'épisode 12, en l'occurrence, est aussi drôle que d'habitude. Blaise Bersinger est impeccable dans son rôle d'animateur : il me fait forte impression. La jeune génération humour suisse se lâche et mène des talk-shows en toute liberté (merci aux faibles audiences qui transforment cela en produit de niche). Je jubile. Comme quand j'ai vu un Grand Prix de Formule 1 pour la première fois, dans des conditions pas forcément idéales mais avec l'impression d'être au meilleur endroit qui soit. Et dire que Blaise Bersinger ne devait même pas animer ce numéro... Lui aussi revient de France, mais il a fait le trajet en voiture depuis Brest à la dernière minute ! Quelle histoire...

Rencontrer Yacine Nemra, suivre la bande de Jokers à son QG pizza

Dans ce studio improbable, toutes ces caméras m'intimident. Je mets un peu de temps, après l'émission, pour me présenter à cette bande. J'ai l'impression de connaître cette bande-là par cœur, et qu'ils ignorent tout de moi. Je me trompe : grâce à l'article de l'année dernière, certains connaissent même mon site !

Je mise tout sur la bonne bouille de Yacine Nemra, et c'est la bonne pioche ! L'humoriste, qui va sûrement percer très rapidement, va me mener à tout le monde et me faire oublier mon arrivée en retard... Je rencontrerai ensuite tout le monde, et suivrai Nathanaël Rochat et Sébastien Corthésy là où tous les humoristes de suisse se retrouvent : une pizzeria animée de Lausanne.

En immersion dans le service public suisse

Je rencontre Sébastien Corthésy, un homme essentiel au rouage de Jokers Comedy. Cette structure révèle pour nous la jeune génération suisse : Nathanaël Rochat, Alexandre Kominek, Thomas Wiesel, Blaise Bersinger, Charles Nouveau, Marina Rollman, Thibaud Agoston et j'en passe. En face de moi, je me remets à peine de mes émotions quand je comprends que la seule, l'unique Valérie Paccaud se trouve devant moi. Je pense immédiatement à son rire inimitable sur les antennes de Couleur 3, celles qui accueillent les humoristes suisses pour des chroniques très matinales. J'hallucine complètement, je m'exclame : « Mais oui, Valérie ! »

Je vais vous faire une confession. Je pense que je deviens suisse. J'écoute même des émissions d'une heure et demie sur la radio suisse, l'équivalent des Grandes Gueules en France. Quand je mentionne Suzette Sandoz à Nathanaël Rochat, il est impressionné que je connaisse tout cela à ce point. C'est une politicienne, et je trouve ça improbable qu'elle fasse des émissions avec ces fous d'humoristes tous les dimanches.

La Suisse sait valoriser ses talents

Les humoristes sont partout en Suisse. Sur les bus, on voit Yann Marguet. Les festivals d'humour dans tout le pays font l'objet d'affiches. Le vendredi du tournage, Genève accueille notamment Thomas Wiesel et Thibaud Agoston dans leur comedy club historique. Je ne peux pas être partout.

J'ai du mal à conceptualiser cet esprit de village. Ces talents-là ont rapidement accès à un média télé/radio. Mais la suisse-romande, comme Nathanaël Rochat me le confie, c'est deux millions de personnes et une poignée d'humoristes. Ma vision est décalée, mais pour moi, ce sont des superstars. Cette distorsion me fascine, et me fait aimer encore plus l'esprit de camaraderie que je constate.

Rochat, c'est le taulier de la bande. Il n'est pas de la même génération, mais il a émergé juste avant les jeunes loups du stand-up suisse. Son style nonchalant, c'est sa signature. Je lui voue un profond respect, juste parce que Thomas Wiesel semble le considérer comme son mentor. Tous ces gens sont les successeurs de Marie-Thérèse Porchet (vous allez voir, ce n'est pas le même genre). Charles Nouveau en parlait très bien dans Antek on R... Il/elle est d'ailleurs de passage à Paris pour plusieurs mois !

Épilogue : Blaise Bersinger à Paris, est-ce possible ?

Si vous êtes encore là, merci ! Je pourrais vous parler longuement de ces talents suisses, voire vous perdre avec tant de références obscures. Je baigne trop dedans, il faut se rendre à l'évidence... Au début, l'idée était quand même de rencontrer Blaise Bersinger, cette créature humoristique fascinante.

Ce linguiste de formation, pur produit d'une impro absurde, est complètement décalé, OVNI-esque. C'est comme si Monsieur Fraize animait un talk-show. Rendez-vous compte (même si Blaise me semble bien plus malléable aux divers exercices de l'humour) ! Je ne m'en remets toujours pas. Bref, je lui ai demandé si je pouvais espérer le voir à Paris. La réponse est oui, mais... il faut qu'un théâtre comprenne son univers, ait envie de le programmer. Un peu comme Thomas Wiesel en décembre dernier, au Point Virgule. Mais Wiesel avait largement déblayé le terrain avec France Inter et Quotidien. Aller à Paris pour aller à Paris, cela n'intéresse pas du tout Blaise. Je le comprends : il faut faire cela dans de bonnes conditions, sinon cela ne vaut pas la peine.

Blaise Bersinger, je l'aime car il ne semble pas faire de concession sur qui il est. Aucune télé, aucun théâtre ne devrait le formater pour des besoins de promotion. Je ne veux pas que ça arrive, et je pense que Paris a beaucoup à apprendre de ce qu'il se passe en Suisse. Franchement, il suffit de le voir 1 minute pour comprendre qu'il n'est pas comme les autres. J'espère que vous aurez cette chance sans devoir prendre un TGV Lyria. Je ne lâcherai pas le morceau, et j'attendrai que le miracle se produise... En attendant, je suis rentrée avec plein de souvenirs dans la tête, que je suis heureuse de vous partager !

Crédits photo

© RTS - Capture d'écran YouTube

[post_title] => Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-saison-2-bersinger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6158 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 5909 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-09 14:46:10 [post_date_gmt] => 2019-03-09 13:46:10 [post_content] =>

Dans l'émission Dans la tête d'un timide, l'humoriste Thomas Wiesel est formel : oui, vous pouvez faire de la scène en étant timide. Au spot du rire, on est au courant.

Mais personne n'a jamais vraiment expliqué pourquoi cela fonctionne. Pourquoi des artistes comme Paul Dechavanne triomphent-ils avec leur introversion ? Vous allez le découvrir très vite...

On me demande régulièrement comment les introvertis peuvent monter sur scène, surtout quand j'évoque mon expérience personnelle. C'est l'occasion d'en parler pour de bon ! En plus, en tant que timide, j'ai vraiment trouvé cette émission de qualité. Et j'ai quelques anecdotes d'empowerment en stock.

D’ailleurs, pour certains humoristes comme Miri, vaincre sa timidité par l’humour devient une composante du développement personnel…

Timide et humoriste : comment ça marche ?

Ce samedi, je profite encore une fois du service public... suisse. Le français, on voit ce que ça donne, mais l'heure n'est pas à la polémique. Après avoir regardé religieusement le dernier épisode de Mauvaise langue, je tombe sur le compte Instagram de Thomas Wiesel et sa dernière publication.

Ni une, ni deux, je commence à regarder. Il faut dire que l'humoriste suisse, passé par Paris la semaine dernière, n'a jamais caché son introversion. Dans ses blagues comme dans ses tenues, c'est une marque de fabrique qui attire la sympathie, l'affection et les rires.

A titre personnel, ça me fait du bien de voir des humoristes comme cela. Comme le soulignait Paul Dechavanne dans Sympa la vie, il y a un côté rassurant à voir des humoristes réservés. Il y a de tout, et on n'est pas obligé de parcourir l'équivalent de 12 stades de football en hurlant ses blagues vues et revues dans un spectacle comique (coucou Djal).

Les plus pour le public

Pour le spectateur, c'est aussi agréable : plus les humoristes sont différents, plus ils vont refléter la diversité des gens et permettre à des gens dans le public de se sentir bien dans la société.

Ça vous parait fou ? Je l'ai vécu, pourtant. D'ailleurs, c'est drôle que Thomas Wiesel en parle : ça me rappelle l'anxiété sociale ressentie au début, quand j'allais dans les plateaux d'humour. Quand je l'ai rencontré, j'ai vécu à nouveau ça (je vous le raconte ici).

Avant de lire la suite, petit spoiler : je vais surtout vous raconter ma vie dans les lignes qui suivent. Si vous voulez d'autres anecdotes sur l'humour, je vous conseille de parcourir le blog.

Timide, mais prête pour une confidence

Quand j'ai lancé ce site, je n'ai pas vu le regard des autres changer tout de suite. Certains savent que c'était une réaction d'orgueil : je ne voulais plus subir de regards accusateurs, à juger ce statut de groupie. J'ai mis un temps fou à faire la paix avec ces choses-là. Maintenant, dès que je croise Certe Mathurin, il me dit que je n'ai plus du tout le même comportement, et que je ne suis plus voutée. D'autres disent me craindre pour mes critiques cash. Ce n'est pas vraiment un retournement de situation, c'est juste que ça a fini par éclore.

Sans vous mentir, j'étais en flippe de l'acceptation des autres. J'avais peur au travail comme à la sortie des scènes ouvertes ; je trouvais que toute la société n'était pas tendre avec ceux qui n'ont pas d'aisance sociale. Dès que j'ai commencé à traîner à Paris, j'ai ressenti cette difficulté à m'intégrer à cette ville. L'humour était pour moi salvateur, une sorte de renaissance, mais ça a pris du temps et ça reste difficile.

De timide à sans-filtre

Pourquoi vous partager cela ? Là, je viens de quitter Koober - vous savez, la société pour laquelle j'ai failli arrêté le site. J'aurais eu l'air maligne. C'est là où les bienfaits du stand-up sur ma vie sociale ont le plus porté leurs fruits. Ce n'était pas gagné d'avance, mais tous ces gens ont accepté mes blagues (ils en pondaient une quantité astronomique), ma personnalité sans filtre et le reste.

Pour revenir à l'humour, même si je ne monte plus sur scène, c'est vraiment un environnement propice à la construction de soi-même. Vous croisez des gens qui regardent leurs névroses en face. Ils ne les cachent pas pour en tirer des bénéfices professionnels ou personnels. C'est un appel d'air dont on a vraiment besoin.

C'est pour ça que vendredi soir, j'ai vu le spectacle de Nadim avec un enthousiasme plus grand que jamais. Et samedi soir, je me rends encore à La petite loge pour m'extasier devant la prestation d'Aude Alisque (c'est complet !). Ces deux formes de folie sont d'une humanité et d'une sincérité remarquables.

Je continuerai à me battre pour les promouvoir, car c'est ce qui m'a sauvé il y a maintenant plus de deux ans. Et tant pis si le journaliste du Parisien n'avait attribué que 3 étoiles au spectacle de Jean-Philippe de Tinguy #genèse pour cause de « manque flagrant de confiance en lui » (sic !). C'était ça que je suis allée chercher, alors vous pouvez remballer vos critiques WTF, les gars.

Bonus : le témoignage de Panayotis Pascot

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => timide-introverti-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5909 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 4323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 14:54:06 [post_date_gmt] => 2018-05-13 12:54:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Comédie et talk-shows font bon ménage. On idolâtre volontiers David Letterman, Jimmy Fallon ou encore Stephen Colbert et John Oliver. Au spot du rire, on a cependant une préférence pour une création suisse : Mauvaise langue ! Depuis février, ce rendez-vous est devenu un incontournable. Je peux arrêter toute autre activité pour le regarder religieusement. Voici pourquoi.

France et talk shows : travail en cours

En France, Canal+ propose quelques concepts intéressants. Kevin Razy adapte très bien le concept de Last week tonight avec John Oliver. Dans Rendez-vous avec Kévin Razy, quelque chose me gêne néanmoins. Plus récemment, un autre Thomas s'est lancé dans un programme hybride : Thomas Ngijol et Selon Thomas. Au début, j'étais un peu gênée par les thèmes que je trouvais attendus. Oui, je suis devenue difficile, mais j'ai donné une deuxième chance et elle était salvatrice : je m'étais trompée, il m'a bien fermé le clapet. Bravo. Les acteurs du monde comique le savent : Gad Elmaleh a tenté un remake du SNL américain, raillé. Le Hanounight show n'a pas rencontré le succès escompté. Depuis quelques mois, Eric Judor et Bun Hay Mean parlent d'un projet de talk show. Ce talk show tant fantasmé a refait surface dans l'actualité, avec l'implication possible de Ramzy. Mais avec la troisième saison de Platane prévue pour 2019, on peut penser que tout cela prenne un peu de temps à s'installer. En tout cas, l'ambiance retrouvailles tourne à plein régime. On pourrait aussi vous parler du retour du Burger Quiz, mais ce serait voler la vedette à ceux dont on veut vous parler depuis le début !

Mauvaise langue : une tribune à la hauteur de la nouvelle génération suisse

Alors, qu'est-ce qui fonctionne en Suisse ? Comment se fait-il que même si leur politique locale m'est méconnue, je parviens à apprécier leur création ? La réponse : un casting aussi gratiné que sur un Ocean's Eleven. Appréciez ces noms : Charles Nouveau, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Alexandre Kominek, Nathanaël Rochat, Yoann Provenzano... Nombre d'entre eux participent à Mauvaise langue et se côtoient depuis longtemps. Pour résumer : la scène stand-up suisse est hype. On se l'arrache, ils sont tous excellents. Drôles, ils ont chacun leur univers propre. Bercés au stand-up américain, ces humoristes allient bien l'ensemble de leurs expériences pour proposer des créations exquises sur scène et à l'écran.

De Carac Attack à Mauvaise langue : une leçon de comédie

Leur rampe de lancement, c'est la chaîne hilarante Carac Attack. Voici par exemple ma vidéo préférée sur les commentateurs sportifs. La précision des imitations est millimétrée. Charles Nouveau commente même pour de vrai sur la RTS, et ce grâce à cette compétence d'imitation journalistique. On en profite pour vous rappeler son spectacle 100% foot le 15 mai au Théâtre de Dix Heures. Après quelques mois de rodage au Paname, ne manquez pas ce showcase. On vous rappelle qu'il est conçu pour les fans de football et ceux qui ne le sont pas.
Dans cette vidéo, vous avez sûrement reconnu Blaise Bersinger. La bizarrerie est sa normalité, une étrangeté maîtrisée pour notre plus grand plaisir. Plutôt que vous le décrire, on préfère vous donner un exemple supplémentaire. Dans cette vidéo, Blaise incarne un ingénieur du son et tout est sublime.
Dans Mauvaise langue, Blaise est le numéro 2. Ce véritable trublion vient interrompre le flow méticuleux du maître de cérémonie, Thomas Wiesel. Ses commentaires toujours à côté de la plaque ont un effet comique implacable. Thomas Wiesel en perd parfois même le fil. Le tout apporte de véritables pépites télévisuelles toutes les semaines. En France, vous avez sûrement vu Thomas Wiesel dans Quotidien. Je trouvais que cette émission lui allait mal. Elle lui donnait une étiquette un peu lisse où l'on ne voyait pas sa singularité. Thomas Wiesel ose beaucoup de choses, quitte à se retrouver dans quelques polémiques. Mais ce gars est réglo : il s'excuse quand il va trop loin et ne cède jamais à la censure. Forcément, on aime. Entre parenthèses, cela passe parce qu'il a de l'esprit et une vraie plume.

Mauvaise langue : la recette d'un succès

Poser des têtes d'affiches sur un programme, c'est un début. Prendre un concept qui marche (le talk-show) peut aussi amorcer quelque chose. Mais la qualité véritable est ailleurs. J'ai eu l'émission Mauvaise langue sous les yeux. J'ai regardé les vidéos sans me faire prier. La magie opère, et je répète l'opération. Cela devient une habitude. L'idée que les humoristes suisses sont vraiment bons s'ancre dans ma tête. Le processus d'addiction est désormais bien installé. Bravo, chapeau les gars ! Pour voir si l'alchimie opère pour vous aussi, c'est possible : la RTS, qui diffuse le talk-show, lui dédie une playlist YouTube. Installez-vous confortablement, et lancez le processus ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=YsSlWFnvASg&list=PLkDhl_ki3WcFldbU3GmcrkeSmnqI4-cjz" title="Mauvaise langue : toutes les vidéos"][vc_column_text]

L'équipe de Mauvaise langue sur scène

Le Gala de Mauvaise langue réunira tout ce beau monde au Théâtre de Beaulieu (Lausanne) le 9 juin à 20 heures. Je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie d'une virée helvétique le mois prochain...

Crédits photo

© Radio Télévision Suisse - Mauvaise langue / Capture d'écran vidéo[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-suisse-wiesel-talkshow [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:02 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 11 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 11 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 263ec2773b3221893629c5c0e442d98b [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Thomas Wiesel

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Interview de Thomas Wiesel

Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel

Fanny Ruwet dans Derrière un micro et en spectacle (Bon anniversaire Jean)

Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : portrait de l’humoriste lausannois

Thomas Wiesel à l’Espace Gerson : rodage maîtrisé

Thomas Wiesel en rodage : portrait de l’humoriste

1 jour, 1 reco : Thomas Wiesel en rodage

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

Mauvaise Langue Saison 2 - On a rencontré Blaise Bersigner !

Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne

Timide ou introverti, mais humoriste : la preuve en images avec Paul Dechavanne !

Timide ou introverti et humoriste stand-up : un avantage ?

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Mauvaise langue : le talk show de Thomas Wiesel

Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows