WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => kev-adams
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 439
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => kev-adams
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 439
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => kev-adams
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 439
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => kev-adams
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 439
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 439
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 439
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => kev-adams
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 439
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (439) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (439) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (439)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010128
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-03 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00
                    [post_content] => 

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 3788 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-15 19:28:16 [post_date_gmt] => 2018-04-15 17:28:16 [post_content] => Depuis mercredi dernier, les cinémas projettent Taxi 5, nouvel opus de la saga. Sans Samy Nacéri et Frédéric Diefenthal, mais avec de nombreux clins d’œil aux précédentes moutures. Voici la réponse à la question que tout le monde se pose : faut-il se déplacer ? Les fans de la saga ont crié au sacrilège, alors...

Taxi 5 : vous écoutez Nostalgie, ça peut paraître ringard...

Donc, on a affaire à une nouvelle équipe : Franck Gastambide et Malik Bentalha remplacent le duo mythique. Autant vous le dire, au début du film, je me suis demandée pourquoi je ne profitais pas du beau temps. Les gros plans sur Franck Gastambide sont insupportables, comme si l'on était des demeurés incapables de comprendre qu'il était le héros charismatique. Un écueil dont le cinéma français et ses comédies potaches ont le secret. Regardez les films avec Kev Adams et vous trouverez ce procédé copié-collé. Nous avons donc un héros au-dessus des missions d'une police municipale, qui va se retrouver avec des bras cassés névrosés et finir par les aimer. Genre, comme tous les films populaires. Bien sûr, il va finir par draguer une jolie fille avec du caractère qui s'y connaît en voitures, Sabrina Ouazani... Ce qui est par ailleurs un stéréotype parmi tant d'autres dans le film, qui reprend en partie la bande qu'on voit dans les films comme Babysitting ou Pattaya. Les répliques et scènes similaires aux quatre films précédents se bousculent. Le personnage de la petite amie de Malik Bentalha est aussi caricatural, tout comme la policière avide de malbouffe et de nymphomanie. Je vous passe les répliques sur le vomi parce qu'une voiture de sport, Ô surprise, ça va vite... De toute façon, un film français sans effet vomi, j'ai l'impression que ça n'existe pas.

Et pourtant, on se laisse surprendre

S'il n'y a pas d'innovation notable dans le film, il y a aussi des choses à sauver. Les vingt premières minutes où l'on explique qui sont les protagonistes, leurs valeurs, qualités et défauts, sont certes lourdes... mais une fois cela passé, on finit par s'amuser. J'ai adoré les méchants, avant de comprendre qu'il s'agissait de pilotes. Des pilotes qui ne ressemblent pas vraiment à des pilotes, à la rigueur de stock-car brésilien. Mais bon, ils ont de belles voitures alors ça passe. J'ai aussi zappé les gros plans sur le compteur : ça ressemble trop à pourquoi je ne regarde plus Automoto depuis le départ de Marc Minari. Montrer, lorsqu'on touche le rupteur, un mec qui hurle... vraiment ? Bon, dans tout ça, je ne vous parle toujours pas des bons côtés. Bernard Farcy aurait pu être ringard, mais ses envolées lyriques artistiques sont géniales. Il y a de la finesse dans l'écriture de certains personnages : l'émotivité de Malik Bentalha, le rôle de Michel dans son ensemble et Edouard Montoute, toujours aussi bon... La présence de Redouane Bougheraba m'a émue parce qu'il traîne au Paname et que le grand public doit découvrir la nouvelle scène humour qui n'a plus de secret pour nous. Le bonheur de voir Ramzy apparaître dans une saga qui a marqué mon adolescence... Tous les clins d’œil ont fini par m'émouvoir moi aussi, me rappeler le bonheur d'avoir découvert les précédents opus. Les adeptes du c'était mieux avant peuvent y aller sans hésiter. Au Box Office, il y a mieux, mais ce n'est pas un raté non plus. Le genre veut peut-être ça !

Taxi 5 : quelques images pour vous donner l'eau à la bouche

Crédits photo : © John Waxxx [post_title] => On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => critique-film-taxi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:41:57 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:41:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3788 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3432 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-14 08:20:39 [post_date_gmt] => 2018-02-14 07:20:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Au spot du rire, on a déjà évoqué le Kev Adams bashing. Ce phénomène consiste à discréditer le travail de l’humoriste pour ses choix artistiques ou, plus rarement, sur sa popularité et la communauté de fans qui va avec. L’effet Justin Bieber. En ce jour de Saint-Valentin, il nous semble important de faire une mise au point : oui, on aime Kev Adams !

I love Kev Adams : de la genèse de l'humoriste marketé à une propulsion de carrière fulgurante

Et si on l’aime, c’est depuis le début. Enfin, dès qu’il est apparu dans On n’demande qu’à en rire. Ce télé-crochet, on m’en parle souvent pour me dire qu’il manque à la télévision un tremplin d’humoristes. Certes, il avait ses défauts : les défauts d’un format télévisé sur le service public. Le cadrage créatif qui a marginalisé certains types d’humour au profit d’autres. Ce que pensent les producteurs n'est pas forcément ce que veut le public, ou les publics... Et voilà : Kev Adams était le produit le plus populaire. On oublie souvent que derrière ce qu’on décrit comme un produit, il y a juste un mec qui a été propulsé en haut de l’affiche. Récemment, Kev Adams a répondu de la meilleure des manières à ceux qui s’amusaient à le discréditer en scène ouverte.

Des tapis rouges aux caves en scène ouverte

Il est apparu au Fieald déguisé en humoriste débutant. Barbe désordonnée, cheveux longs, casquette qui le faisait ressembler au bénévole dans l’école du film Hibou. Voix qui zozote. Et il commence à faire du Kev Adams bashing. Ce qui, à la longue, discrédite le personnage sur scène. Il le fait tellement que ça me met la puce à l’oreille. Mais pas suffisamment pour être certaine qu’il s’agisse bien de Kev Adams.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DiEcWq8NcuM" title="Kev Adams incognito au Fieald"][vc_column_text]A la fin du passage, il enlève sa casquette, puis son déguisement, et tout devient limpide : l’autodérision laisse place à un moment de jouissance scénique. Effusion de joie dans la salle. Tout le monde a adoré se faire avoir, un peu ou passionnément pour ceux qui n’ont rien vu venir. On ne va pas se mentir : je ne suis pas en admiration devant tous ses projets. Je n’en ai pas vu beaucoup, surtout récemment. J’ai vu des tonnes d’épisodes de la série Soda, et bien sûr les sketches sur France 2. Et le spectacle Voilà voilà qui est passé à la télévision. J’ai dû voir The Profs 2 quand il est passé sur Canal+… Au final, pas mal de choses qui m’ont divertie à dose raisonnable. Enfin, je n'ai pas vu le spectacle de Kev et Gad suite aux retours catastrophiques qui ont suivi sa diffusion. Quoi qu'il en soit, ce type est partout. Il ne laisse pas indifférent : c’est la marque des grands, alors que sa carrière et sa vie ne font que commencer ! Donc, quand il y a eu la polémique Gangsterdam sur le « viol cool » (sic !), ça a mis de l’huile sur le feu. Nous sommes alors en mars 2017.

L'aura de Kev Adams et la perception des autres humoristes

Près d’un an plus tard, donc, Kev Adams s’est mis en risque dans les lieux où ça ricane sur lui. Et pour autant, les gens étaient contents de le voir là. Cela a valorisé le lieu (le Paname Art Café, en l’occurrence) et légitimé les plateaux d'humour comme lieux de création incontournables. Si vous voulez comprendre, Sympa la vie en a parlé. C’est très bien résumé (à partir de 11:55). En synthèse, on ne va pas pousser jusqu'à lui envoyer la vidéo de Solange te parle. Mais on attend de voir comment il va évoluer. Ses fans vont grandir, aussi. Pour info, Kev Adams a le même âge que moi. Vous irez voir si vous êtes curieux. Mais c'est l'âge du bordel où tu deviens adulte. Alors Kev, c'est quoi la suite ? ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=7K1B--wjasI" title="La parenthèse inattendue - Kev Adams se confie dans un cadre atypique (2014)"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=mEkSXAiPe_0" title="Kev Adams dans On n'est pas couché (2019)"][vc_column_text]

Crédits photo

© France 2 / Adenium TV France - Capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kev-adams-bashing [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:33:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 2519 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-28 19:58:50 [post_date_gmt] => 2017-08-28 17:58:50 [post_content] => Les mauvaises critiques font mal à lire pour les artistes et le public qui a aimé le spectacle. Enquête sur un phénomène encore trop répandu. Il arrive que certaines personnes se rendent à un spectacle. Ils s'assoient plus ou moins confortablement, puis repartent chez eux. En fonction de leur humeur et de leur compagnie, ils peuvent enchaîner en grimpant sur leur partenaire, et un roupillon plus tard, ils s'agrippent à leur téléphone portable. Hop : une nouvelle notification apparaît. C'est l'heure de critiquer le spectacle. Pendant ce laps de temps, tout peut se passer dans la tête de Mireille (le prénom, le sexe, le code génétique et l'espèce ont été changés). Mireille Grognon, comme Franklin la tortue, sait compter 2 par 2, lacer ses chaussures, et a vaguement appris à lire et écrire il y a un demi-siècle. Son usage approximatif des nouvelles technologies lui permet de l'ouvrir avec un pseudonyme bien camouflé, MireilleLaGrozeille. Faisons le point sur le profilage de Mireille. Ses gros doigts tremblent sur un clavier déjà moite d'écrits inutiles sur le rôle des courgettes dans son dernier régime raté, mais Mireille se sent forte pour la première fois de sa vie. Elle va dégainer du verbe et descendre un parfait inconnu, sous prétexte qu'il ne lui a pas fait suffisamment oublier ses errances personnelles. Là, le couperet tombe :
Je me suis endormie C'était tellement long que j'ai vu ma vie défiler. Artiste surcoté, même Kev Adams ferait mieux. On se demande ce que les programmateurs ont fumé pour faire jouer ce péquenot-là.
Mireille pratique, comme nombre de ses semblables, le Kev Adams bashing. Ce sport est désormais plus populaire encore que la zumba. La distanciation nulle que Mireille est capable de prendre avec le monde qui l'entoure l'a naturellement conduite à le pratiquer.

La reine des mauvaises critiques : qui est Mireille ?

Il existe de nombreuses Mireille (ou Jean-Yves) dans le monde du spectacle vivant. Décortiquons ensemble les profils de mauvais critiqueurs. Élaborons des solutions pour passer à autre chose.

Celui qui veut imposer son sens de l'analyse

Après avoir écumé les fauteuils des scènes parisiennes, notre fan d'humour du dimanche commence à avoir une vision claire de qui fait quoi en matière d'humour. À un moment, Jean-Yves a perdu sa joie de vivre, sa candeur de rire. Il a commencé à côtoyer des humoristes moyennement connus, a peut-être sympathisé avec certains, aussi. Aujourd'hui, Jean-Yves n'est plus un spectateur comme les autres. Il se fait mousser, on l'écoute vaguement car il est toujours dans le coin. Il doit donc affûter son sens de la critique ; une manière un peu balourde de faire est d'accentuer la déception et cracher son venin comme il convient. Le membre du jury de The Voice Stand-Up est chaud patate (pas comme le spectacle de Norbert de Top Chef, qu'il a naturellement adoré car Norbert passe à la télévision publique nationale). Il est en roue libre, en confiance totale devant son statut autoproclamé de leader d'opinion. Que faire pour satisfaire Jean-Yves et réduire votre pourcentage de mauvaises critiques ? Dire que vous êtes d'accord avec son analyse après le spectacle et avant qu'il ne retrouve une connexion internet. Lui proposer de vous donner un conseil que vous oublierez aussitôt, sauf le jour où il décide de revenir vous voir.

Celui qui a vu sa copine draguée par l'humoriste

Attention : guerre territoriale en cours. Le mâle alpha de la salle, faisant fi du quatrième mur, s'est amusé avec un couple. Madame a un peu trop ri et monsieur a eu la haine. Le soir-même, après le spectacle, il a joué à guichet fermé son seul-en-scène maison, C'est qui le patron. Toujours un peu remonté, il a ensuite voulu se venger par clavier interposé avec un pseudo toujours aussi prévisible : Rocco le chien fou. Peu de choses à dire sur Rocco, à part une pensée pour les humoristes qui sont les sous-traitants des préliminaires du XXIe siècle. La prochaine fois, Rocco, n'oublie pas cela avant d'opérer une bifle sur ton clavier. Tu économiseras ton engin pour ton passage en scène ouverte sur l'hélicoptère. Pour éviter les mauvaises critiques, faites en sorte que Rocco soit trouvé sublime par sa partenaire, ou qu'elle soit très douée au lit. Vous pourrez ainsi éviter de passer un sale quart d'heure sur les sites de critiques.

Celui qui n'assume pas d'avoir oublié de se renseigner

L'humour, c'est subjectif. Avec tous les styles existants, il devient important de lire les descriptions de spectacle avant de faire un choix, surtout si l'on est radin. Le spectateur déçu n'aime pas les mauvaises surprises, l'imprévu, la prise de risque. Il a confondu Kevin Razy avec Ramzy, alors forcément, il n'a pas retrouvé les grands bras maigres de Gennevilliers. Se tromper, ça arrive à tout le monde. Il est temps d'assumer et non plus de balancer sa frustration sur un site de critiques. Une nouvelle fois, pas grand-chose à faire pour vous en sortir. L'ego de cette personne a été profondément touché. La blessure n'étant pas superficielle, laissez passer la tornade des mauvaises critiques.

Celui qui rate un match de foot

Voilà, la coupe est pleine : Jean-Yves n'a pas entendu The Final Countdown, signe des derniers moments d'attente avant le derby Nancy-Metz. Sa femme Brigitte voulait absolument voir Gaspard Proust, et il la soupçonne de fantasmer un peu. Jean-Yves est encore plus au bout de sa vie que Rocco le chien fou. Donc, n'espérez pas une critique indulgente. En plus, si vous arrivez à vous le mettre dans la poche, Brigitte pourrait le prendre mal. Vous êtes foutu.

La morale de l'histoire : comment faire fi des mauvaises critiques ?

Mireille et Jean-Yves ont raté leur vie, tandis qu'ils aperçoivent un humoriste faire le mariole sur scène. Piqués au vif par cette liberté d'entreprendre un spectacle comique, ils en perdent leur sang-froid. La mauvaise critique, c'est au fond le ricochet de leur frustration d'êtres humains moyennement satisfaits de leur condition. On a tendance à davantage considérer les critiques négatives que les positives. Rien de plus normal : les gens viennent en général pour rire, se détendre, passer un bon moment. Ils n'ont a priori pas envie d'incarner un chien fou frustré une fois rentrés dans le cagibi qui leur sert de lieu de vie. La quantité de critiques positives est telle qu'on ne les dissocie plus vraiment, sauf s'il y a un trait d'humour dedans. Cela ressemble vaguement à une déferlante de Beliebers, ces fans de Justin Bieber qui semblent avoir perdu la raison face à leur idole (C'est juste une phase, ok ?!). Attention, si vous cliquez sur le lien, préparez-vous à avoir mal aux yeux. Parmi les critiques positives, on trouve même des ultras qui ont critiqué plusieurs fois le spectacle malgré l'interdiction formelle de le faire (astuce : c'est techniquement possible dès qu'il y a un changement de salle, je pose ça là). Or, quand une critique positive est émise, il faut y inclure 10 fois plus de force et de puissance émotionnelle pour compenser une mauvaise critique. Le fanatique finit en PLS/burn-out assez rapidement face à la connerie humaine. Si cela peut aider à relativiser, le spot du rire aura essayé. Oui, vous avez le droit de vous plaindre si vous voyez une critique négative sur le site, car ce n'est pas dans l'ADN du spot ! [post_title] => Les mauvaises critiques : enquête sur un phénomène galopant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaises-critiques-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:27:43 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:27:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2519 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7c4553ba68b8806b9e8f891f7ef1f9a2 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Kev Adams

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Taxi 5 : le nouveau duo Franck Gastambide et Malik Bentalha

On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite

Kev Adams dans La Parenthèse Inattendue

Saint-Valentin : et si on disait « je t'aime » à Kev Adams ?

Mauvaises critiques des spectacles humour : photo d'illustration spectatrice en colère

Les mauvaises critiques : enquête sur un phénomène galopant