Publications liées au mot-clé : Yacine Belhousse

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => yacine-belhousse
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 364
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => yacine-belhousse
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 364
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => yacine-belhousse
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 364
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => yacine-belhousse
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 364
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 364
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 364
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => yacine-belhousse
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 364
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (364) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (364) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (364)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011065
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-21 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00
                    [post_content] => 

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010914 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 11:48:23 [post_date_gmt] => 2021-06-18 09:48:23 [post_content] =>

Le dernier épisode du podcast Stand Up France avec Yacine Belhousse est une pépite pour tous les amateurs de comédie. Comme souvent dans cet exercice, il livre de nombreuses anecdotes qui vont forcément vous ravir !

Yacine Belhousse en podcast : la meilleure excuse pour découvrir l’humour estonien

En tant que fan de l’Eurovision, je ne peux qu’admirer le travail de Yacine Belhousse. Cette phrase semble improbable, mais restez, on parle de comédie juste après ! Sans transition, donc… (sic !) Avec ses propositions scéniques originales, rien d’étonnant de le voir aller à la rencontre des artistes de stand-up à travers le monde.

Sa curiosité comique est littéralement contagieuse. Pour tout vous dire, j’ai même essayé de regarder de l’humour en estonien pour voir si je comprenais quelque chose. Ou simplement percevais. Pas trop, mais la bonne nouvelle, c’est que les Estoniens jouent en anglais…

Tout le monde n’a en effet pas la chance d’avoir un pays densément peuplé ou d’une scène stand-up dynamique. C’est toujours une piqûre de rappel appréciable, surtout quand on a la tête dans le guidon. On prend parfois trop notre dynamisme artistique pour acquis, savourons donc notre chance !

Découvrez Ari Matti Mustonen, un Estonien à Vancouver

Yacine Belhousse digresse donc sur le côté nerd du podcast Stand Up France. Ces spécialistes du rire se retrouvent à se demander s’il existe des podcasts estoniens. La réponse est oui : Louis Zezeran propose même un podcast en anglais.

Quelques recherches plus tard, je tombe sur ce site web et quelques sketches en anglais. Celui-ci m’a bien fait rire, alors je vous le partage :

This Just In: Yacine Belhousse lance sa masterclass

Deux autres informations essentielles (et plus locales) vous intéresseront sûrement davantage. Tout d’abord, dans la lignée des nouvelles formations humour, il proposera une masterclass orientée mise en pratique. La promesse : à la fin de la formation, vous repartez avec du matériel utilisable sur scène.

Loin des conférences inspirantes, vous bénéficiez donc de l’expertise d’un des humoristes les plus respectés de son milieu. C’est aussi un rappel important : tout savoir-faire transmis apporte de la valeur et mérite d’être rémunéré. Je souhaite donc le meilleur à Yacine dans cette entreprise !

Autre anecdote qui fait réfléchir : l’art de ne pas s’entourer. Les professionnels de l’ombre répètent à l’envi que pour se développer, il faut s’entourer. C’est intéressant d’avoir le point de vue d’un indépendant. Bien sûr, il s’entoure et collabore avec d’autres artistes pour monter des projets. Mais ce son de cloche alternatif (tout comme son humour) trotte dans la tête de nombreux autres humoristes.

Comme quoi, il n’y a pas de science exacte ou de vérité générale. Écoutez cela en contexte pour parfaire votre opinion, ce podcast avec Yacine Belhousse est une pépite pour cela !

Crédits photo

Yacine Belhousse © Christine Coquilleau

[post_title] => Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-podcast-estonie [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-18 11:53:26 [post_modified_gmt] => 2021-06-18 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010914 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6723 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 10:00:56 [post_date_gmt] => 2019-09-13 08:00:56 [post_content] =>

Yacine Belhousse joue son spectacle d’octobre à décembre à la Nouvelle Seine. Habitué de la péniche, il avait en effet proposé au public son spectacle précédent, Révolutions. C’est aussi là-bas qu’il organisait les soirées Premières fois, qui vont reprendre bientôt.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un titre en toute simplicité

L’humoriste Yacine Belhousse a de nombreuses années de scène dans les pattes. Aujourd’hui, il est une référence pour de nombreux humoristes, dont Shirley Souagnon. Shirley le désigne en effet comme son humoriste préféré, que ce soit en interview chez nous ou ailleurs…

En cause : un positionnement entre absurde et surréaliste, qui le rend unique. Humainement, le personnage est aussi d’une sympathie avérée. Enfin, il a su imposer son univers et s’y tenir, à une époque où le stand-up en France n’était pas aussi répandu.

Je n’ai pas envie de vous le survendre. C’est ce que j’ai vécu avant de le découvrir sur une heure, et il m’a fallu quelques sessions en plateau pour me faire un avis. J’aime beaucoup son passage sur les ninjas et sa manière de revisiter l’hymne national. Son segment sur les commentateurs sportifs me parle beaucoup, mais cela n’a rien d’étonnant pour une fan de Footaises comme moi. Il l’avait rodé au 33 Comedy juste avant son passage dans Soixante, si vous voulez vous faire une idée.

Bref, vous le voyez : Yacine Belhousse est donc à l’aise sur de nombreux sujets. Si vous voulez voir quelque chose de différent, son spectacle est pour vous !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis et samedis à 20 h, jusqu’au 14/12
Où ?La Nouvelle Seine (Saint-Michel / Maubert Mutualité)
TarifÀ partir de 18,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle-nouvelle-seine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:02 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6723 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6472 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-07-22 15:46:59 [post_date_gmt] => 2019-07-22 13:46:59 [post_content] =>

Que l’on soit doté d’un cœur d’artichaut ou que l’on soit constitué de fibres de kevlar, les fins nous procurent toujours la même sensation. Proche de la tristesse, il n’est pas rare de déverser d’énormes sanglots nostalgiques…

Clap de fin pour le stand-up à La Grange

La fin. C’est ce qu’annonce le 33 Comedy Club. Dans la petite cave du bar La Grange, l’aventure telle que nous la connaissons s’arrête pour les 3 résidents et leurs invités. Fondée il y a trois ans par les humoristes Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick, cette salle de spectacle fait partie des plateaux d’humour en vogue de Paris.

Le lieu a reçu bon nombre de ceux qui parcourent les scènes parisiennes, nationales ou internationales. Il accueillait aussi les jeunes humoristes émergents. Or, cet été, la vente du bar La Grange contraint les artistes à déménager. Comme le One More Joke, en effet. J’y étais le 16 juillet pour l’antépénultième édition, avec Pierre Thevenoux comme invité.

Un accueil plus que rôdé

Un physio un peu particulier m’accueillait sur les coups de 20h30. Antek, l’homme aux lunettes rouges, circulait ainsi au milieu de la foule pour gérer les réservations. Première étape : choisir la boisson qui nous sied. Ensuite, tels de bons élèves, nous gagnions le sous-sol de l’établissement.

Quelques minutes plus tard, le public prenait place dans cette salle comble. Antek, le premier humoriste gagnait la scène pour assurer la chauffe et expliquer le concept de la soirée. Jean-Patrick, Ghislain Blique, Antek puis Pierre Thevenoux se succédaient devant un public néophyte et parfois un peu distrait.

Dans leurs prestations, des blagues déjà solides côtoyaient certaines nouveautés. Persuadé qu’ils ne ressortiraient pas convaincus de leurs passages, je les voyais pourtant satisfaits. Je trouvais le public peu réceptif, mais ils me confiaient qu’en été, le public n’est pas le même que le reste de l’année. Les vacances, les terrasses, le soleil : les gens ne s’enferment pas dans une salle mais passent leur temps dehors.

Dernières chances pour apprécier le 33 Comedy à Bourse

Si l’avenir du 33 Comedy n’est pas encore fixé, les deux dernières dates sont précieuses pour la scène parisienne. Elles se dérouleront mardi 23 juillet – avec Yacine Belhousse en invité – et mardi 30 juillet à 20h30. Pensez à réserver !

C’est donc l’occasion d’y rire une dernière fois ou d’y découvrir ces scientifiques de la blague pour la première fois. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?

L’auteur

Louis Bolla, ou SRGIO pour les fans d’art numérique, baigne dans le monde du stand-up depuis quelques temps. Il a découvert Le spot du rire pour préparer ses chroniques radio, et a eu envie de contribuer au projet. Il découvre désormais le milieu parisien avec des yeux émerveillés… et vous le fait partager !

Crédits photo

© Antek - 33 Comedy

[post_title] => Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-la-grange-clap-fin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-07 17:04:43 [post_modified_gmt] => 2019-08-07 15:04:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6472 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5163 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-09-20 19:04:29 [post_date_gmt] => 2018-09-20 17:04:29 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Imaginé par la polyvalente humoriste et productrice Shirley Souagnon, le 1er festival 100% stand-up en France a vu le jour le week-end du 14 au 16 septembre. On retrouve également Jessie Varin, directrice artistique de la Nouvelle Seine, à l’organisation. Le tout pour nous permettre de passer ces 3 jours sous le signe du rire, il n’y a pas mieux en astrologie. Voir aussi : Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night 3 jours, 3 péniches (le Flow, la Nouvelle Seine, le Jardin Sauvage), plus d’une vingtaine de shows, documentaires, ateliers-rencontres et expos. Tout ça avec du beau temps de la bonne humeur… et un peu d’alcool comme dans tout festival qui se respecte, et le départ est donné.

Premiers pas à Debout Paris

Sur les quais de Seine règne une ambiance légère. Les touristes prennent des photos, se pressent près de Notre-Dame, mais j’ai le sentiment que tous rateront l’essentiel. Malgré un drapeau « Debout Paris » planté devant l’entrée de la Nouvelle Seine tout le week-end, la plupart y adresseront un regard furtif avant de retourner à leurs selfies. Je peine à y croire. C’est comme ouvrir un vieux placard, fouiller dans les vieux manteaux, sentir la fraîcheur de la neige… et le refermer sans se rendre compte qu’au bout il y a Narnia. Blague à part, aujourd’hui je tâte toujours le fond des armoires… on ne sait jamais ! Le festival débute par un atelier-rencontre sur le thème de la professionnalisation du « stand-up » en partenariat avec la SACEM. Un public jeune, amateur de stand-up et en quête d’informations s’y rend. On ne se connait pas mais on partage tous la même passion. J’ai l’impression de rencontrer une famille éloignée que je n’aurais jamais vu. La conférence, animée par des professionnels du milieu, portera sur des zones d’ombres du métier d’humoriste. Droits d’auteur et gestion de la communication sont ainsi au centre du débat. On écoute, on apprend, on sourit, on échange. Le décor est ainsi planté : discussions intéressantes, ambiance bienveillante, du partage et du rire. Le premier événement sera donc à l’image du festival : drôle, sympathique et chaleureux.

Les documentaires : du stand-up sur grand écran

Quand on aime le stand-up, on aime en voir, parfois en faire, mais on aime aussi tout le contenu qui l’entoure : podcasts, interviews, documentaires. À ce niveau-là, le Debout Paris Festival va nous combler. Samedi 15 septembre, c’est séance ciné. 5 euros le documentaire. L’occasion de payer pour du contenu gratuit que j’avais déjà vu. Stupide à première vue, mais j’avais l’impression de soutenir les artistes de cette façon. Du coup, 15 euros pour les 3 documentaires, soit le même prix que pour un nouveau Star Wars en 3D... sauf que là, il y a un scénario. Cependant, on n’a pas la 3D. Mieux : on a la 4D : les humoristes/réalisateurs sont disponibles pour des questions à la fin des projections. Ambiance conviviale et intimiste. Pas de salle comble, à croire que tout le monde préfère manger du pâté au festival de la bouffe du sud-ouest en face sur les quais. Festival où François Hollande (l'Andy Kaufman français), pourtant un des meilleurs stand-uppers actuels, a préféré passer. Personnellement le programme des documentaires me faisait plus saliver : On vous conseille naturellement d’aller regarder chaque documentaire. Chacun est bien différent des autres et aborde le stand-up sous différents angles.

Visionnez les documentaires stand-up !

Dans le premier, Shirley Souagnon explique ce qu’est le stand-up pour un public non initié et nous parle de son évolution en France lors de ses dernières années, notamment à travers ses échanges avec ses collègues humoristes. On pourra apprécier les vidéos en backstage avec le ressenti des artistes pris sur le vif.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU"][vc_column_text]Le deuxième nous fait voyager et découvrir le stand-up dans de nombreux pays (Russie, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, Belgique, Canada…). Yacine Belhousse parcourt le monde et à travers des entretiens avec des humoristes locaux, on découvre l’aspect universel de l’humour. On pourra apprécier la découverte des différentes cultures de l’humour, selon les pays, qui parviennent toutefois à se réunir autour du stand-up. Swann Perissé part à la recherche de l’humour engagé dans le troisième. A l’instar d’autres humoristes dont elle croise le chemin, elle cherche à mettre dans son texte ses convictions personnelles. Elle rencontrera des comédiens qui, parfois malgré les risques liés aux contraintes politiques ou religieuses, prennent position ou dénoncent, toujours avec humour. On pourra apprécier l'observation des réflexions de Swann et son évolution au fil du documentaire.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=NFrbfwqRvuQ"][vc_column_text]

Le podcast, pour entendre parler stand-up, en live

Le podcast c’est ce format que j’aime tant pour sa capacité à être écouté n’importe quand : en courant, en faisant les courses, dans les transports, en travaillant… Alors assister à un podcast en live ça peut paraître absurde, mais quand c’est pour « Donc Voilà Quoi » on n’hésite pas et on vient. « Donc Voilà Quoi », c’est le podcast de Sebastian Marx. Un humoriste américain qui reçoit à chaque épisode ses « potes comiques » pour parler notamment de leur parcours, leurs actualités et évidemment pour parler stand-up. Ce dimanche 14h, nous ne sommes que peu dans la salle, pourtant la liste des invités est élogieuse, ils sont 3 et demi pour l’occasion : Marina Rollman, Yacine Belhousse ainsi que Jason Brokerss et sa fille, qui déjà jeune, manie mieux le micro que le hochet. [audio src="http://traffic.libsyn.com/doncvoilaquoi/Podcast_Debout_Paris_Final.mp3" /] L’épisode a fini par sortir à la mi-novembre et je vous conseille fortement de l’écouter. La discussion a porté sur la manière donc chacun aborde le stand-up, l’écriture des blagues ou encore une partie sur la créativité qui était plus qu’intéressante. Parsemés de petites touches d’absurde, dont la présence de Yacine Belhousse n’a rien d’innocente, les échanges étaient vraiment instructifs. J’ai hâte de pouvoir le réécouter. De plus, la valeur ajoutée du live a permis une partie « questions du public » qui réserve quelques pépites.

La crème des plateaux d’humour

L’objectif du festival était notamment de montrer en un week-end ce qu’est le stand-up. Pour ça, le meilleur des plateaux de Paris était réuni. Je n’ai pas pu tous les faire, mais ceux auxquels j’ai assisté étaient au top. Les artistes, de haut niveau, ont fait un sans faute sur scène, et le public pas toujours constitué d’habitué fut à chaque fois conquis. Tout ça pour finir en apothéose au gala de clôture. Dans une ambiance pétillante et posée que Shirley Souagnon sait installer à la perfection, la salle comble sera la dernière vague de rire du week-end dans ce raz-de-marée de stand-up. Vagues sur lesquelles les humoristes de talent ont surfé et éclaboussé les spectateurs. Les blagues ont ricoché pour ne jamais nous retirer ce rire qui a inondé les salles à en faire couler les péniches.

Un gros merci et à l’année prochaine

Un condensé de rire, d’émotions et de partage en un week-end. On n’en attendait pas tant pour une première édition. La disponibilité et la simplicité des artistes ont créé une atmosphère chaleureuse et magique lors de ce festival. Il ne manquait plus qu’un camping pour pouvoir accueillir, à l’instar de certains festivals musicaux, des provinciaux plus facilement. Enfin, je voulais remercier Shirley Souagnon, Jessie Varin ainsi que tout ceux qui ont participé à l’organisation et à la bonne tenue de ce festival. J’avais prévu de faire un tour au festival de l’huma pendant le week-end… je n’ai pas pu. L’ambiance de Debout Paris m’a poussé à rester. Merci également à la Nouvelle Seine, que j’ai squattée tout le week-end, et toute son équipe pour leur accueil bienveillant. Je vous conseille par ailleurs d’y faire un tour, les spectacles sont souvent de qualité et la scène est magnifique. De plus, l’expérience « péniche » qui tangue et vous berce durant les shows offre des sensations atypiques. J’ai peut-être l’écriture optimiste sur cet article mais c'est tel que je suis. Et il n’y a objectivement pas grand-chose à redire sur ce festival. C’est mieux que Narnia en fait. Du coup, la seule pensée qui me vient en partant c’est : vivement l’année prochaine !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / La croisière s'amuse au Jardin sauvage[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-festival-succes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5163 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4458 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-25 15:59:59 [post_date_gmt] => 2018-06-25 13:59:59 [post_content] => Chaque année en juillet au Festival d'Avignon, des humoristes s'endettent pour vous faire rire. Ils affrontent le cagnard de la cuvette d'Avignon et tentent leur chance. Voici notre sélection des spectacles humour pour cette édition 2018 du festival off !

Festival d'Avignon 2018 : les incontournables

Dans cette liste, vous trouverez des humoristes originaux à voir au Festival d'Avignon. Des plus confirmés aux moins connus, on est ainsi quasiment sûr que vous allez passer un bon moment avec eux !

Laura Laune : entre grâce et humour noir

La gagnante de la France a un incroyable talent cartonne partout où elle passe. Son humour acéré ne laisse personne indifférent. Soit on aime, soit on déteste. Laura Laune a donc le mérite d'aller au bout des choses. Si vous aimez les têtes d'affiche, vous vous ruerez là-bas !

David Desclos : prisonnier repenti

David Desclos propose un spectacle original. Ecroué de rire retrace le destin d'un homme pas banal. Passé par la case prison, il se livre avec émotion. Le public le découvre donc souvent par hasard et sort régulièrement conquis. Tentez l'expérience !

Marina Cars : pointure du rire en rodage

Marina Cars prépare un nouveau spectacle qu'elle rodera en Avignon. Très expérimentée, l'habituée des comedy clubs travaille d'arrache-pied depuis plusieurs mois pour être prête. Elle risque de vous faire rire.

Noir : une expérience intimiste avec 4 humoristes

Noir est un plateau d'humour pas comme les autres. Et pour cause : la salle est plongée dans le noir ! Après une longue journée sous le soleil estival, cela risque donc d'être dépaysant. Il y aura Baptiste Lecaplain, Pierre-Emmanuel Barré (également en spectacle), Navo (coauteur de Kyan Khojandi...) et Yacine Belhousse. Ce spectacle est proposé du 11 au 14 juillet.

Didou : bonne humeur de rigueur !

Didou est un humoriste généreux et survolté. Je l'ai déjà vu plusieurs fois au Trempoint, où sa bonne humeur contaminait le public. Embarquée dans son univers, je ne peux donc que vous le conseiller pour cet été !

Roman Doduik prend sa revanche

Avec son spectacle La revanche des crevettes, Roman Doduik propose un spectacle bourré d'autodérision et très original. Il l'a d'ailleurs longuement joué à Paris, puis Lyon... le périple continue donc en Avignon pour ce jeune humoriste !

Best Off : le plateau d'humour de la nouvelle scène

Chaque année, Avignon accueille un plateau d'humour. On y retrouve certains acteurs du Cactus Comedy, mais pas seulement. Certains humoristes non programmés en spectacle peuvent ainsi faire leur première expérience dans ce lieu emblématique. Vous pourrez dire que vous les avez découverts avant tout le monde !

Laura Elko : virtuose du rire

Une voix étonnante, une artiste touchante. Laura Elko propose quelque chose de vraiment originale. Je l'avais découverte au Festival d'Humour de Paris 2017. Trop atypique pour être récompensée, elle avait toute sa place. Laissez-vous tenter !

Chris Esquerre : l'absurde a ses lettres de noblesse

Les 8 et 9 juillet, Chris Esquerre jouera son spectacle en Avignon. L'humoriste est habitué à se greffer aux festivals. Il l'avait déjà fait aux Fous Rires de Bordeaux avec un réel succès. Ne manquez pas cette nouvelle occasion de rire en décalé !

Alexandra Pizzagali : l'étoile montante de l'humour

Il y a un an, elle dévoilait timidement ses premières créations. L'humoriste est aussi une comédienne hors-pair dotée d'une plume admirable. Laissez-vous envoûter par ce spectacle qui séduit le public et les professionnels de l'humour ! Une seule date est prévue le 23 juillet à 22 heures ; ne manquez pas cette occasion !

Félix Radu : mieux que le nouveau Devos

Entre le charme des mots d'antan et la modernité de son jeune âge, Félix Radu sera au festival d'Avignon cette année. Le jeune humoriste namurois conquiert ainsi les salles depuis quelques années. Très précoce, il a commencé à écrire son spectacle dès 15 ans et l'a parfait en même temps qu'il prenait de l'expérience dans la vie. Qu'il parle du temps, de la mort ou de l'amour, il fouille dans les thématiques pour en tirer un beau moment de poésie. S'il n'y en a qu'un à découvrir au Festival d'Avignon, c'est bien lui !

Tatiana Djordjevic : entre cours d'histoire, absurde et questionnements

C'est l'une de mes découvertes de l'année. Tatiana Djordjevic travaille avec François Rollin pour proposer un spectacle... différent ! On vous en avait déjà parlé, d'ailleurs lors de ses dates au Théâtre du Marais. Il s'agit donc d'un spectacle ni complètement intellectuel, ni complètement déjanté, ni complètement pédagogique. Le mieux, c'est de s'y rendre !

Festival d'Avignon 2018 : à tenter

La liste qui suit comprend des spectacles que je n'ai pas tous vus. Je ne peux donc pas m'exprimer sur leur potentiel, mais je sais qu'ils ont tous connu un certain succès dans leurs milieux respectifs. Le mieux, c'est de voir au cas par cas, en fonction des descriptions de spectacle. Il n'y a rien de mieux que de se laisser surprendre. Voici la liste de ces artistes : [post_title] => Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-off-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:37 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4458 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3117 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-12 14:34:02 [post_date_gmt] => 2017-12-12 13:34:02 [post_content] => Le spot du rire a été voir le spectacle de Yacine Belhousse, Révolutions. On voulait comprendre ce qui se cachait derrière les éloges assez unanimes entendues ici et là. Il reste 2 représentations vendredi et samedi soir. Un dicton disait que quand on regarde Arte la nuit, on y voit la vérité. C'était un groupe Facebook, et ça faisait bien de le rejoindre à côté de celui sur le sarcasme. Quand tu es en première année de fac et que tu ne connais rien de la vie, ça te donne un genre. Mais quel rapport avec Yacine Belhousse, me direz-vous ? Le discours assez récurrent autour de lui, parmi les humoristes. En substance : c'est le meilleur d'entre nous. Ça fait bien d'aimer ce qu'il fait. Alors, j'ai essayé de comprendre. Pourquoi des humoristes, qui ont vocation à être au meilleur de leur forme sur scène, vont-ils adouber avec tant de force l'un des leurs ? Et comment peuvent-ils dire que, malgré ça, le public a du mal à comprendre son génie ? Qu'il méconnaissait ce que le stand-up était à ses débuts ? Ne dit-on pas que si le public ne comprend pas, c'est comme un plat à la piscine ? Rien à faire : il fallait le voir par moi-même. Avant que ce discours dithyrambique vienne ruiner l'opinion que je pourrais m'en faire.

L'univers absurde de Yacine Belhousse : n'en ratez pas une miette !

Sur le papier, les voyants sont au vert. L'humour est absurde, voire anglais. Le voir en plateau d'humour m'avait plu. Pas enthousiasmé, mais m'avait suffisamment fait rire pour me dire que la place n'était pas volée. Là-bas, il est souvent présenté comme l'attraction. Cela pourrait mettre la pression, mais aujourd'hui, il doit être habitué. Le spectacle commence. L'énergie est là, et rapidement, l'avertissement vient. Attention : vous allez saigner du nez si vous ne me suivez pas dans mon univers. De fait, je me dis que j'ai reçu assez d'avertissements comme ça à ce stade, je me dis que ça aurait pu être optionnel. Mais je ne suis pas quelqu'un qui découvre Yacine Belhousse. Je veux découvrir son style, sans explication de texte.
Je retrouve quelques passages vus en scène ouverte, je ne suis pas dépaysée. Mais, enfin, je saisis le style de Yacine. Des dialogues qui emmènent dans l'imagination de l'artiste. Il ne faut pas en perdre une miette sous peine de perdre complètement le fil. Dehors, c'est la nuit, le froid hivernal. Le chauffage de la Nouvelle Seine tourne à fond les ballons, les conditions sont réunies pour décrocher. Bref, j'ai perdu le fil, parfois. Mais rassurez-vous : ce n'est pas grave. Les situations s'enchaînent, donc vous pouvez simplement reprendre le train à l'arrêt suivant. Ce n'est pas une envie d'être indulgent, juste une manière de dire : voilà, j'ai décroché, c'est ma faute. Suis-je contaminée par une indulgence belhoussienne ?

Verdict

On rit souvent très fort des tours de force dans le texte et l'interprétation. Parfois, on décroche car ce spectacle est perché. Pas comme j'en ai l'habitude, où je ne rencontre aucune difficulté de compréhension ou d'évasion. Or, si l'on accepte que cela fait partie du jeu, ça se passe bien. En revanche, je ne peux cautionner d'entendre que c'est le meilleur du game. Pas parce qu'il y a mieux, mais parce que ça n'a rien d'objectif. Quand un humoriste est bon, je pense qu'il est essentiel de savoir expliquer pourquoi on le pense. Comme dit cette semaine dans Sympa la vie, les gens qui ne sont pas connus font parfois plus rire que ceux dont les gens aiment parler. C'est à chacun de se faire une opinion. Si je le trouve bon, c'est parce qu'il sait pousser ses situations imaginaires au bout. C'est parce qu'il va savoir surprendre et donner envie de se faire emmener loin de la salle du spectacle, du moment présent. D'oublier qu'on est sur son siège, dans un cadre précis, venu pour rire. Mais dans mon expérience de spectatrice, j'ai passé de bien meilleurs moments au spectacle. Parce que je cherche plus des choses dans l'introspection ou l'émotion. En résumé : allez-y sans pression. Il y a très peu de mauvaises critiques sur les archives de Billetreduc. Et la majorité d'entre elles fustigent le fait qu'il ait été encensé, presque sur-vendu. Ne vous posez donc pas trop de questions, faites confiance à votre interlocuteur sur scène. Pour mémoire, personne n'a saigné du nez.

Crédits photo

© Betty Durieux : reportage à la Nouvelle Seine [post_title] => Yacine Belhousse à la Nouvelle Seine : une révolution ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-yacine-belhousse-revolutions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-02-23 13:53:21 [post_modified_gmt] => 2018-02-23 12:53:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3117 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 2823 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-07 20:04:43 [post_date_gmt] => 2017-10-07 18:04:43 [post_content] => Il y a peu, on a vérifié s'il y avait trop d'humoristes. On a aussi enquêté sur les mauvaises critiques humour et la réception parfois hasardeuse des spectacles comiques. Aujourd'hui, a-t-on trop de lieux où écouter, consommer de l'humour ? Une nouvelle enquête du spot du rire sur les nouveautés humour. Les amateurs de l'adage c'était mieux avant n'ont qu'à bien se tenir. Il se passe quelque chose... apparemment. Jugez plutôt :

Ne rien manquer des nouveautés humour, possible ?

Fred Cham a lancé avec Nathan Bensoussan le Court-Circuit Comedy Club, un plateau d'humour dans le 20e arrondissement. Il a livré ses impressions sur l'écosystème actuel de l'humour vis-à-vis du spot du rire :
Tout le monde est en train de créer, dans son coin, quelque chose sur l'humour. Tu connais Avek Brio, par exemple ? Ce qui serait bien, c'est que tu puisses relayer sur ton site l'ensemble des initiatives pour les rendre plus fortes, et rendre ton site plus fort aussi.
Je suis tellement fan de leur travail, notamment le Farce Club : les vidéos sont bien montées, les interviews sont intéressantes. Et puis, il y a aussi l'émission de radio Antek on R qu'on adore et qu'on relaie à foison. Dans les résidents du spot du rire, Nadim y est passé, Charles Nouveau aussi... Evidemment, l'humour ne se cantonne pas qu'à la poignée de résidents du spot du rire. Les soirées découverte sont toujours aussi prisées, comme en témoigne le festival d'humour de l'espace Gerson ou les plateaux tels que le Trempoint, qui a changé sa formule.

On reçoit des trucs sans arrêt, c'est viral

J'ai un ami qui m'a envoyé les vidéos de Monsieur Flap. Inconnu au bataillon pour moi qui traîne dans les scènes ouvertes... Sa dernière vidéo m'a fait penser à la parodie de télévision de Chris Esquerre, Télé Oléron. Or, la chaîne Studio 4 qui diffuse ces vidéos a plus de 100000 abonnés sur YouTube. Il s'étonnait que je ne connaisse pas, s'étouffant presque devant son assiette à ce moment-là. Le dialogue se passait dans un restaurant, car il aime manger. Chacun ses trucs. Quand cet ami me parle de Paul Taylor, il ne me parle pas du spectacle #Franglais. Il n'est pas allé au Sentier des Halles comme moi, ou dans d'autres salles comme l'Européen par exemple. Par contre, il est tellement fan de WTF France qu'il a eu du mal à se faire à l'idée du changement avec What's up France. C'est seulement sur la quatrième vidéo qu'il a retrouvé ce qu'il aimait dans la version passée. Il m'a dit qu'il a commenté pour dire à Paul Taylor et à toutes les petites mains de la série qu'ils devaient continuer comme ça. J'ai souri intérieurement : le public est décidément roi et challenge en continu toutes ces créations humoristiques.

Que va faire le spot du rire, dans toutes ces nouveautés ?

Continuer les découvertes humoristiques, des plus jeunes pousses jusqu'aux confirmations encore méconnues. Ecouter les humoristes qui nous disent que Yacine Belhousse est à découvrir de toute urgence, parce que bon nombre d'entre eux estiment que c'est le meilleur stand-upper francophone. Essayer d'aller chercher le rire plus loin, comme au festival Fringe à Edimbourg l'été dernier par exemple. Relayer ce qui se fait de bien, soit ici, soit sur nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram. Et si vous avez une idée, un contenu à relayer comme a pu le faire Louis Dubourg, vous pouvez rejoindre le mouvement ou nous proposer un petit quelque chose. Crédit photo : Seb Mellia - Capture d'écran YouTube [post_title] => Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveautes-podcasts-humour-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:29:33 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:29:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 12 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011065 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-21 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-21 06:00:00 [post_content] =>

Des mois après le passage de Yacine Belhousse à l’Européen, j’ai regardé Yacine Belhousse joue son spectacle en replay (disponible sur MyCanal et Comédie+). Comme l’humoriste ne m’avait pas autant convaincu dans Révolutions et qu’il n’avait pas besoin de moi pour l’aider à remplir, j’ai passé mon chemin. Aujourd’hui, je reconnais solennellement mon erreur.

Yacine Belhousse joue son spectacle : un aboutissement artistique ?

Ça y est, j’ai donc compris le génie de Yacine Belhousse. L’ancienne moi, sceptique face à tant de fanatisme chez ses pairs, retourne donc aujourd’hui sa veste avec un plaisir non dissimulé.

La première chose à comprendre, c’est qu’on peut créer un spectacle original sans perdre son public. Tant de spectacles commencent avec des débuts rassurants, sans prise de risque. Oubliez cela avec Yacine Belhousse. Dès les premières secondes, le spectacle déborde de créativité. L’univers est planté sans aucune préparation édulcorée. Les bruitages, histoires et situations ubuesques se succèdent.

Résultat : même derrière mon écran, j’éclate de rire. Cela devient rare, à force de voir des spectacles… Il faut vraiment y aller pour me provoquer quelque chose.

Pas que pour les puristes : une originalité accessible

Je ne connais pas bien le début de carrière de Yacine Belhousse. En revanche, en regardant son spectacle, j’ai le sentiment d’un aboutissement. Vu mon attrait pour l’originalité, il était finalement étrange que je ne soutienne pas tant que ça cet artiste. Je suis simplement passée à côté, pour des raisons qui m’échappent. Adrien Montowski, j’ai compris tout de suite. Jean-Philippe de Tinguy, idem. Je ne vous parle même pas de William Pilet : vu en coup de vent sur scène, je sais déjà que j’aime.

Alors, quelles raisons expliquent mes œillères d’antan ? Je connais bien sûr la première : mon attrait pour les artistes qui commencent à éclore. Comme si je jouais les devins, j’aime me projeter dans la suite fructueuse, parier sur un cheval qui vient de commencer à trotter. Quand la personne a déjà construit sa légitimité, j’ai plus de mal à la conter. Et c’est donc un plaisir bien plus jouissif, a posteriori, de faire ce chemin et de comprendre un artiste… après la tempête.

Mais il y a plus que ça. Je trouve ce spectacle si bien ficelé que Yacine Belhousse n’a pas à ramer pour embarquer le public. Cela semble naturel : comme souvent dans ce cas de figure, c’est la preuve d’un travail acharné. À peaufiner dans les plateaux, mais pas seulement. Pour l’avoir souvent vu dans les caves parisiennes, j’ai retrouvé certains passages. Mais contrairement à d’autres artistes, les passages en plateau ne divulgâchent pas l’ensemble. L’atmosphère du spectacle complet est unique, envoûtante.

Bref, c’est la grande classe et ça prouve que ceux que je trouvais fanatiques avaient simplement compris. Je vous souhaite que le même constat vous saute à la gueule quand vous regarderez ce spectacle.

[post_title] => Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => yacine-belhousse-joue-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-20 13:45:08 [post_modified_gmt] => 2021-07-20 11:45:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011065 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 12 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 711decc0367fe61109e2c77b8ae0b827 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Yacine Belhousse

Affiche de Yacine Belhousse joue son spectacle à l’Européen

Yacine Belhousse joue son spectacle : une claque artistique

Yacine Belhousse et Ari Matti Mustonen : portraits d’humoristes français et estonien

Quand Yacine Belhousse parle de podcast estonien

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Yacine Belhousse joue son spectacle : photographie du comédien sur scène

1 jour, 1 reco : Yacine Belhousse joue son spectacle

Fin du 33 Comedy club : merci pour 3 ans de rires à La Grange !

Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini !

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Debout Paris Festival : résumé de la première édition au Jardin Sauvage et ailleurs

Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane

Festival d'Avignon 2018 : du 6 au 29 juillet

Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion

Yacine Belhousse

Yacine Belhousse à la Nouvelle Seine : une révolution ?

Le podcast humour de Seb Mellia, l'une des nouveautés de la rentrée 2017

Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ?