WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => harold-barbe
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 701
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harold-barbe
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 701
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => harold-barbe
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 701
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harold-barbe
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 701
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => harold-barbe
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (701) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (701) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (701)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010709
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-04-14 20:14:50
                    [post_date_gmt] => 2021-04-14 18:14:50
                    [post_content] => 

Aujourd’hui, Harold Barbé intègre la bande des Grosses Têtes, l’émission de Laurent Ruquier sur RTL. L’occasion est trop belle : j’ai envie de vous en parler dès maintenant et de mettre sur pause… ma pause, justement !

Harold Barbé, nouveau visage parmi les Grosses Têtes

Le 14 avril 2021 est l’une de ces journées atypiques. En plein après-midi, je me réjouis de lancer la radio RTL. Cette fois-ci, je n’écoute pas Isabelle Chataignier au micro de Flavie Flament pour apprendre à mieux m’exprimer. Non, le rendez-vous est pris un peu plus tard avec Laurent Ruquier et sa bande des Grosses Têtes.

C’est l’une des émissions que je suivais de près durant l’enfance. Un monument du PAF qu’animait alors le sautillant Philippe Bouvard. Je garde simplement en souvenir le plaisir de consommer ces émissions, à la radio ou à la télévision. Guy Montagné, Sim… Ils me faisaient tous hurler de rire sans qu’une scène ne les mette en lumière.

Cette journée du 14 avril est spéciale car Harold Barbé débarque dans la bande. Il y retrouve notamment Melha Bedia, autre figure de la nouvelle génération humour. Soutenue par Olympia Production, l’artiste et comédienne a déjà de la bouteille à ce poste.

Une institution qui compte encore

Laurent Ruquier n’est pas Philippe Bouvard. On ne lui demande pas de l’être, un peu comme Samuel Étienne ne remplacera jamais Julien Lepers. Comparer les époques n’a pas de sens car ma perception de l’émission diffère entre mes 8 ans et mes 30 ans… En revanche, je conserve ce respect de l’institution, de l’esprit de bande et du plaisir des Grosses Têtes qui se retrouvent. Tout ceci malgré des enquêtes, certes orientées mais bien fouillées, qui pointent le sexisme dans l’émission.

Point de polémique ici. Il y a un véritable plaisir à voir un humoriste atypique et talentueux validé par la profession. Passé dans On est en direct avec… Laurent Ruquier toujours, Harold a su saisir l’opportunité de briller. Comme il a su assurer les premières parties de Blanche Gardin. Peu importe la durée de son aventure autour de la table, l’artiste démontre qu’il ne lâche rien, qu’il s’adapte à de nombreux exercices tout en restant lui-même. Il fait partie de ceux qui humanisent cette profession et qui font rire pour ceux qu’ils sont.

En bref, ce 14 avril est décidément une belle journée. Puisse-t-elle en cacher de nombreuses autres, et bientôt au théâtre !

Crédits photo

© Kervin Portelli / RTL

Dans le rétro - Passions #7 spécial radio

[post_title] => Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-grosses-tetes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-14 20:33:39 [post_modified_gmt] => 2021-04-14 18:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010709 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1009108 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-13 08:48:40 [post_date_gmt] => 2020-10-13 06:48:40 [post_content] =>

Chaque année, le spot du rire se déplace hors de la capitale pour voir l’humour sur le terrain. Tournon-sur-Rhône sera notre prochaine destination, dans le cadre de leur 32e Festival National des Humoristes.

Mise à jour - En raison des confinements successifs, les organisateurs ont pris la décision de reporter le festival à plusieurs reprises. Nous nous rendrons donc à Tournon pour les soirées découvertes, du 26 au 28 août 2021 !

Festival de Tournon-sur-Rhône : entre tradition et modernité ?

L’avantage de ce festival : les 8 artistes des soirées découvertes ont 30 minutes pour se vendre. Pour cette édition 2021, initialement prévue en août, sauvée in extremis en novembre et finalement remportée, la programmation est prometteuse. Vous pouvez d’ailleurs réserver vos places sur ce site !

Je ne connais pas tous les humoristes qui seront en lice : les Apollons, Léa Crevon et Serine Ayari (qui remplace finalement Julie Geller !) seront des découvertes totales. J’ai déjà entendu parler des Apollons et vu des extraits : ils feront sans aucun doute partie du volet « tradition » de l’humour. Pour Léa, je conserverai donc la surprise… Sérine s’impose de plus en plus sur la scène francophone, hâte de la découvrir !

J’ai aussi hâte de revoir Inno JP. Comme vous l’avez sans doute lu lors des Best de l’Humour, l’originalité de sa prestation ne m’avait pas pleinement convaincue. Pour autant, sa technique et son aisance sur scène jouaient grandement en sa faveur (il avait remporté le tremplin, d’ailleurs). Ces éléments font de lui un client très sérieux pour plaire au public et au jury…

Et cela lui donne une autre chance de me séduire et me faire retourner ma veste ! Je lui souhaite, en tout cas. Tout comme Julien Bing, dont l’humour daté et déjà vu m’avait laissée, pour le coup, de marbre. Tant que ça fait rire et que ça marche, cela dit, où est le mal ?

William Pilet, Harold Barbé et Avril seront ceux que j’observerai le plus attentivement. Convaincants en spectacle comme en plateau d’humour, ils amènent tous les trois des prestations singulières et des univers marqués. William Pilet est un dandy du rire ultra-original qui ne se prend pas au sérieux. Harold Barbé, avec sa double-triple casquette professionnelle et son histoire, est aussi hilarant qu’attachant. Enfin, la polyvalence d’Avril et sa capacité à se réinventer pourraient aussi créer la surprise.

Tournon-sur-Rhône : le palmarès 2019

L’an dernier, les soirées découverte accueillaient du beau monde. 100% des primés 2019 ont su me convaincre :

  • Grand Prix du Jury, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : Thibaud Agoston
  • Prix du Jury Appellation Saint-Joseph / Christian Varini : Morgane Cadignan et Tristan Lucas
  • Prix du Public Villes de Tournon sur Rhône – Tain l’Hermitage : Tristan Lucas

Un mot sur ce festival

Pour la première fois, je serai invitée à un festival hors de Paris (au-delà des places de spectacle). Pour les précédents, je n’avais pas cherché à me faciliter la vie et mon expérience était plus restreinte.

Ce sera l’occasion pour moi de voir comment se passent ces événements au plus près de leur organisation. Rencontrer les décideurs qui traînent dans ces endroits particuliers, connaître leur point de vue sur la nouvelle génération, etc.

Je l’ai choisi pour sa renommée, son envie manifeste de brasser les styles d’humour et pour cette possibilité d’entrer dans les coulisses. Ça me tenait à cœur, malgré les difficultés liées à la situation sanitaire actuelle, de continuer à me déplacer.

J’ai hâte de vous raconter cette expérience, parce qu’on l’a attendue depuis longtemps !

[post_title] => Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-sur-rhone-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-21 09:56:01 [post_modified_gmt] => 2021-06-21 07:56:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7243 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-26 10:42:55 [post_date_gmt] => 2019-10-26 08:42:55 [post_content] =>

Harold Barbé vient de jouer la dernière date de son spectacle Sous pression à la Comédie des 3 Bornes. On a pris le temps de découvrir cet humoriste, et on a passé un excellent moment.

Pour voir l’humoriste normand sur scène, profitez de sa tournée : Noisy-le-Grand, Lille, Troyes, Dijon, Rouen et Bourg-lès-Valence. Il devrait également proposer deux exceptionnelles parisiennes à la Nouvelle Seine.

Harold Barbé propose un spectacle original et solide

Ce spectacle, vous pouvez passer aisément à côté. Certes, la combinaison humoriste-croquemort-commentateur sportif n’est pas banale. Bien sûr, Harold Barbé assure la première partie de Blanche Gardin. Mais voilà, le vendredi à 21h30, la Comédie des 3 Bornes ne figure pas en tête de mes activités préférées.

Je suis contente d’avoir franchi le pas, pourtant. Parce que ce spectacle est un concentré d’émotions. Il y a d’abord le rire, franc et massif, qu’on vit tout au long du spectacle. Mais ça ne s’arrête pas à cette base syndicale !

50 nuances de rire

Il y a ensuite le rire un peu graveleux, qui côtoie le rire lié à un certain dégoût sur des détails scabreux. Le tout fonctionne grâce à une intelligence dans le jeu et l’écriture. L’émotion nous emporte même quand la mort n’est plus détaillée de manière technique mais touche les proches, toutes générations confondues.

Et puis il y a la vie, les choses absurdes de ce monde décrites les unes à la suite des autres. Harold nous embarque dans des anecdotes sur des sujets très variés. Et pour cause : l’homme qui nous parle sur scène a du vécu. On le ressent tout au long de cette heure : il s’agit d’un spectacle très travaillé, solide.

Au-delà de la qualité comique et technique, ce spectacle est avant tout un bon moment. Il commence par une playlist d’avant spectacle sous le signe de l’eurodance des années 1990.

Sing Hallelujah, une autre chanson formidable… Je suis comme Ghislain Blique : la danse en public, ça n'a pas lieu. Même tout seul, d'ailleurs. N'est pas Hugh Grant qui veut (Jump!). Mais là, franchement, j'ai ressenti l'envie.

La force d’un bon spectacle, et la meilleure blague de l’année

Quand on sort du spectacle, on conserve cette légèreté, que j’expérimente rarement en stand-up. Ce bonheur d'avoir vu quelque chose de beau, c'est un peu comme lorsque vous voyez une pièce de théâtre dans un lieu impressionnant ou dans un cadre agréable. Florence Muller m’a provoqué ça, mais c’était un seul-en-scène bien plus théâtral.

On a complètement oublié ses tracas, Paris devient belle. Et ce n’était pas gagné, vu le nombre de merdes de chien dans la rue des 3 bornes ce soir-là. Je me suis même surprise à sourire à trois types à un passage piéton, qui me disaient : « Faut avancer, t'as peur de quoi ? » Le bonhomme rouge, mec.

Harold Barbé dans Sous pression : verdict

Je n'oublierai pas cette soirée, où j'ai entendu la meilleure blague de l'année. Apparemment, ce n'est pas la préférée de la majorité des gens — mais l'artiste en est fier. Il peut. Je ne vous dis pas laquelle c'est, ce serait gâcher votre plaisir… Un indice : trois doigts (rien à voir avec la chanson de Laurie Peret, mais ça mériterait de devenir culte !).

Crédits photo

© Annliz Bonin

[post_title] => Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-spectacle-sous-pression [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 14:14:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 12:14:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7243 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010709 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-14 20:14:50 [post_date_gmt] => 2021-04-14 18:14:50 [post_content] =>

Aujourd’hui, Harold Barbé intègre la bande des Grosses Têtes, l’émission de Laurent Ruquier sur RTL. L’occasion est trop belle : j’ai envie de vous en parler dès maintenant et de mettre sur pause… ma pause, justement !

Harold Barbé, nouveau visage parmi les Grosses Têtes

Le 14 avril 2021 est l’une de ces journées atypiques. En plein après-midi, je me réjouis de lancer la radio RTL. Cette fois-ci, je n’écoute pas Isabelle Chataignier au micro de Flavie Flament pour apprendre à mieux m’exprimer. Non, le rendez-vous est pris un peu plus tard avec Laurent Ruquier et sa bande des Grosses Têtes.

C’est l’une des émissions que je suivais de près durant l’enfance. Un monument du PAF qu’animait alors le sautillant Philippe Bouvard. Je garde simplement en souvenir le plaisir de consommer ces émissions, à la radio ou à la télévision. Guy Montagné, Sim… Ils me faisaient tous hurler de rire sans qu’une scène ne les mette en lumière.

Cette journée du 14 avril est spéciale car Harold Barbé débarque dans la bande. Il y retrouve notamment Melha Bedia, autre figure de la nouvelle génération humour. Soutenue par Olympia Production, l’artiste et comédienne a déjà de la bouteille à ce poste.

Une institution qui compte encore

Laurent Ruquier n’est pas Philippe Bouvard. On ne lui demande pas de l’être, un peu comme Samuel Étienne ne remplacera jamais Julien Lepers. Comparer les époques n’a pas de sens car ma perception de l’émission diffère entre mes 8 ans et mes 30 ans… En revanche, je conserve ce respect de l’institution, de l’esprit de bande et du plaisir des Grosses Têtes qui se retrouvent. Tout ceci malgré des enquêtes, certes orientées mais bien fouillées, qui pointent le sexisme dans l’émission.

Point de polémique ici. Il y a un véritable plaisir à voir un humoriste atypique et talentueux validé par la profession. Passé dans On est en direct avec… Laurent Ruquier toujours, Harold a su saisir l’opportunité de briller. Comme il a su assurer les premières parties de Blanche Gardin. Peu importe la durée de son aventure autour de la table, l’artiste démontre qu’il ne lâche rien, qu’il s’adapte à de nombreux exercices tout en restant lui-même. Il fait partie de ceux qui humanisent cette profession et qui font rire pour ceux qu’ils sont.

En bref, ce 14 avril est décidément une belle journée. Puisse-t-elle en cacher de nombreuses autres, et bientôt au théâtre !

Crédits photo

© Kervin Portelli / RTL

Dans le rétro - Passions #7 spécial radio

[post_title] => Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-grosses-tetes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-14 20:33:39 [post_modified_gmt] => 2021-04-14 18:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010709 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d1bfead1586f4bd0de4f6e111ca04471 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Harold Barbé

Harold Barbé dans les Grosses Têtes

Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Tournon-sur-Rhône : les découvertes du Festival des humoristes 2021

Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021

Harold Barbé en spectacle : Sous pression

Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon !