Publications liées au mot-clé : Harold Barbé

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => harold-barbe
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 701
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harold-barbe
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 701
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => harold-barbe
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 701
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harold-barbe
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 701
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => harold-barbe
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 701
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (701) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (701) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (701)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011282
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-08-31 15:41:10
                    [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10
                    [post_content] => 

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011275 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-29 17:49:01 [post_date_gmt] => 2021-08-29 15:49:01 [post_content] =>

Le spot du rire assistait pour la première fois à une institution du rire : le Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Un rendez-vous pris de longue date, qui a suscité beaucoup d’attentes… et de pression puisque nous figurions dans le jury.

Avant de vous livrer les coulisses dans un papier qui reviendra sur chaque prestation et les à-côtés du festival, faisons le point sur les primés.

William Pilet et Harold Barbé, artistes aguerris et trop longtemps ignorés, séduisent le jury du Festival National des Humoristes

L’humoriste William Pilet a remporté les faveurs du jury du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Cet humoriste absurde a déployé son comique d’accessoires pour surprendre tout en finesse un public en liesse.

Interview de William Pilet par la presse locale (source : le Dauphiné Libéré)

Harold Barbé a quant à lui remporté le second prix du jury grâce à un passage qui montait en puissance. Entre stand-up caustique et act-outs savoureux, l’artiste Caennais a confirmé son statut de vieux routard du rire.

Troisième artiste et meilleur des autres, Avril a été le dernier artiste largement cité par le panel de professionnels autour de la table. Le jury a récompensé ses choix scéniques originaux et son travail soigné de mise en scène. Prometteur, mais pas suffisant pour recevoir un Bouffon au contraire de William et Harold !

Envie de voir ces artistes à Paris ? William Pilet jouera à la Petite Loge les vendredis 17 et 24 septembre à 20h. Harold Barbé n’a actuellement pas de programmation parisienne, mais si vous êtes chauds, il sera à Lagny-sur-Marne (77) le samedi 6 novembre à 21h. Avril reprend son spectacle au Métropole tous les mardis à 20h à partir du 14 septembre.

Au Festival National des Humoristes, les Apollons restent les chouchous du public 

Entre le public des festivals et les Apollons, l’histoire d’amour continue. Ne vous fiez pas au nom de ce duo comique. Il donne l’impression de voir des artistes jouer la carte d’un humour 100% vieillot… Leur prestation techniquement très soignée séduira un public familial venu s’amuser sans prise de tête.

William Pilet terminait légèrement derrière ce duo, ce qui n’a rien d’étonnant. Lors de la première soirée de découvertes, il a largement creusé l’écart en matière de volume de rires.

Dans les coulisses d’un des festivals d’humour les plus cotés : zoom sur la programmation et le jury

Avec plus de 30 ans d’existence, le festival de Tournon est l’un des plus en vue. C’est l’un des rendez-vous phares pour découvrir de nouveaux talents. La recette : des talents triés sur le volet, jugés sur un passage de 30 minutes. Les ordres de passage et les mélanges d’univers sont savamment orchestrés.

Pour le comparer aux Best de l’Humour dans lequel j’étais également jury, l’approche est beaucoup plus professionnelle. Vous connaissez forcément le président du jury, Alexandre Pesle. Pas forcément de nom, mais si vous êtes déjà tombé sur Caméra Café, vous avez forcément aimé Sylvain de la compta. Alexandre Pesle est également un auteur aguerri, qui a notamment contribué à l’écriture de la série H

Un panel varié, aux sensibilités artistiques différentes mais animé de la même passion

J’ai croisé à de nombreuses reprises Amandine Guillot lorsqu’elle travaillait à l’Alhambra. Aujourd’hui, elle œuvre pour le festival Performance d’Acteur à Cannes et a récemment rejoint l’équipe du Montreux Comedy. Sa présence aussi soutenue était forcément un gage de qualité. Marion Monin-Iacono écrit pour le magazine We Love Comedy, rattaché au Paname Art Café. Depuis son arrivée, étrangement, les contenus de ce site web sont meilleurs. Elle a rejoint l’un des comedy clubs historiques de la capitale dans le cadre de son master en alternance en journalisme culturel. Sa curiosité et son regard artistique déjà bien affûté lui ont permis d’être tout de suite à l’aise dans l’exercice, bien loin d’être impressionnée par le cadre du festival.

Je vais également citer Nina Lamparski, la touche internationale du jury. Si elle travaille à l’AFP sur des questions internationales, elle a l’expérience de plusieurs festivals internationaux réputés en Écosse (oui, c’est le Fringe) et en Australie. Arrivée légèrement plus tard car supposée cas contact, l’humoriste Cécile Giroud apportait une vision d’artiste à ce jury, complétant ainsi celle du président Alexandre Pesle.

Il y avait aussi des amateurs d’humour plus populaire comme Thierry Roudil, à la tête d’une salle atypique et réputée, l’Appart Café. Capable d’apprécier un Harold Barbé à l’humour très soigné, il se défend aussi d’apprécier Julien Bing (nous y reviendrons). Vincent Pillet, responsable des programmes à l’antenne locale de France Bleu, avait lui aussi un regard plus rustique.

Des programmations à la pelle, la promesse de carrières qui décollent

Outre les prix, chaque artiste a bénéficié de la présence de professionnels francophones du spectacle vivant. Venus des quatre coins de la France mais aussi de la Belgique et la Suisse, ils venaient faire leur marché.

Plusieurs artistes ont reçu des propositions de programmation, tremplins humour et même des masterclass. Tout est bon dans l’accompagnement. Plus sérieusement, la réputation du festival apporte toujours un boost appréciable aux artistes qui marquent sur scène.

Cette année, la programmation était comme souvent très bonne. De l’aveu des organisateurs, elle était meilleure que précédemment car tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Pas un seul bide n’a été observé… Peut-être était-ce la présence d’une première partie quotidienne et malaisante qui explique à elle seule le désamour des jeux de mots. Vincent Roca arrivait chaque jour sur scène avec un PowerPoint d’images qu’il commentait avec des jeux de mots. Résultat des courses : le soulagement de voir un artiste faire autre chose, sous réserve qu’il ait bien travaillé, allait aider le public à se détendre.

Du génie festivalier ou une erreur de casting ? Je n’ai pas osé demander : après tout, ils prenaient en charge tous les frais sur place. Règle d’or de l’invité : on fait profil bas sur la critique sur place. Après, c’est autre chose…

Des jeux de mots, quand c’est bien fait, pourquoi pas. Sur un ton professoral et sans votre consentement, vous rigolez moins.

Il allait en chercher quelques-uns très loin, mais davantage pour montrer qu’il connaît le dictionnaire que pour apporter quelque chose de plus à la comédie. Il les annonçait avec un ton nonchalant, presque celui d’un professeur sans histoire qui jouit de voir son audience devoir écouter sans pouvoir s’échapper. Le fond et la forme rendaient ce moment généralement raté. Les petits rires, disparates et pas toujours homogènes, contenaient malgré tout cela de vrais mordus de son univers. Nous sommes en festival, tout est normal.

Tournon en bref : dans le prochain épisode

La retenue, c’est bientôt fini. Ce festival a été une expérience très intense. Je vous ai raconté mon expérience à Tournon-sur-Rhône de la manière la plus neutre possible… Sauf pour Vincent Roca, car c’est important de garder des bases « spotiennes ». Objectif : réduire l’influence de ces expériences qui contribuent au nivellement par le bas de la comédie.

Dans le prochain épisode, on passe à ce qu’on a vraiment pensé de tous les protagonistes. Nous avons traqué tout départ de feu menant à des injustices comiques, surveillé tout dérapage non contrôlé d’artistes ou de professionnels. Mais aussi chassé les anecdotes inédites au plus près des artistes (même s’ils ont tenté de nous séparer, ces petits malins de bénévoles). C’était épique, il y avait des larmes (je n’ai pas dormi) mais pas de sang, donc ça va. Impatients ? Moi aussi, car à l’heure où j’écris ces lignes, la suite n’est pas encore écrite et le mystère demeure sur la forme que cela va prendre…

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => 32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-national-humoristes-williampilet [to_ping] => [pinged] => http://www.welovecomedy.fr/actualites/quelle-est-la-situation-pour-les-petits-theatres-en-ce-debut-dannee?fbclid=IwAR2J5zCPYzREJDOIBCbKGliOcho04PW-0i7fdBUeuA-hPusmYV2rSZaYUhU [post_modified] => 2021-08-31 16:08:05 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:08:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011275 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010709 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-14 20:14:50 [post_date_gmt] => 2021-04-14 18:14:50 [post_content] =>

Aujourd’hui, Harold Barbé intègre la bande des Grosses Têtes, l’émission de Laurent Ruquier sur RTL. L’occasion est trop belle : j’ai envie de vous en parler dès maintenant et de mettre sur pause… ma pause, justement !

Harold Barbé, nouveau visage parmi les Grosses Têtes

Le 14 avril 2021 est l’une de ces journées atypiques. En plein après-midi, je me réjouis de lancer la radio RTL. Cette fois-ci, je n’écoute pas Isabelle Chataignier au micro de Flavie Flament pour apprendre à mieux m’exprimer. Non, le rendez-vous est pris un peu plus tard avec Laurent Ruquier et sa bande des Grosses Têtes.

C’est l’une des émissions que je suivais de près durant l’enfance. Un monument du PAF qu’animait alors le sautillant Philippe Bouvard. Je garde simplement en souvenir le plaisir de consommer ces émissions, à la radio ou à la télévision. Guy Montagné, Sim… Ils me faisaient tous hurler de rire sans qu’une scène ne les mette en lumière.

Cette journée du 14 avril est spéciale car Harold Barbé débarque dans la bande. Il y retrouve notamment Melha Bedia, autre figure de la nouvelle génération humour. Soutenue par Olympia Production, l’artiste et comédienne a déjà de la bouteille à ce poste.

Une institution qui compte encore

Laurent Ruquier n’est pas Philippe Bouvard. On ne lui demande pas de l’être, un peu comme Samuel Étienne ne remplacera jamais Julien Lepers. Comparer les époques n’a pas de sens car ma perception de l’émission diffère entre mes 8 ans et mes 30 ans… En revanche, je conserve ce respect de l’institution, de l’esprit de bande et du plaisir des Grosses Têtes qui se retrouvent. Tout ceci malgré des enquêtes, certes orientées mais bien fouillées, qui pointent le sexisme dans l’émission.

Point de polémique ici. Il y a un véritable plaisir à voir un humoriste atypique et talentueux validé par la profession. Passé dans On est en direct avec… Laurent Ruquier toujours, Harold a su saisir l’opportunité de briller. Comme il a su assurer les premières parties de Blanche Gardin. Peu importe la durée de son aventure autour de la table, l’artiste démontre qu’il ne lâche rien, qu’il s’adapte à de nombreux exercices tout en restant lui-même. Il fait partie de ceux qui humanisent cette profession et qui font rire pour ceux qu’ils sont.

En bref, ce 14 avril est décidément une belle journée. Puisse-t-elle en cacher de nombreuses autres, et bientôt au théâtre !

Crédits photo

© Kervin Portelli / RTL

Dans le rétro - Passions #7 spécial radio

[post_title] => Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-grosses-tetes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-14 20:33:39 [post_modified_gmt] => 2021-04-14 18:33:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010709 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1009108 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-13 08:48:40 [post_date_gmt] => 2020-10-13 06:48:40 [post_content] =>

Chaque année, le spot du rire se déplace hors de la capitale pour voir l’humour sur le terrain. Tournon-sur-Rhône sera notre prochaine destination, dans le cadre de leur 32e Festival National des Humoristes.

Mise à jour - En raison des confinements successifs, les organisateurs ont pris la décision de reporter le festival à plusieurs reprises. Nous nous rendrons donc à Tournon pour les soirées découvertes, du 26 au 28 août 2021 !

Festival de Tournon-sur-Rhône : entre tradition et modernité ?

L’avantage de ce festival : les 8 artistes des soirées découvertes ont 30 minutes pour se vendre. Pour cette édition 2021, initialement prévue en août, sauvée in extremis en novembre et finalement remportée, la programmation est prometteuse. Vous pouvez d’ailleurs réserver vos places sur ce site !

Je ne connais pas tous les humoristes qui seront en lice : les Apollons, Léa Crevon et Serine Ayari (qui remplace finalement Julie Geller !) seront des découvertes totales. J’ai déjà entendu parler des Apollons et vu des extraits : ils feront sans aucun doute partie du volet « tradition » de l’humour. Pour Léa, je conserverai donc la surprise… Sérine s’impose de plus en plus sur la scène francophone, hâte de la découvrir !

J’ai aussi hâte de revoir Inno JP. Comme vous l’avez sans doute lu lors des Best de l’Humour, l’originalité de sa prestation ne m’avait pas pleinement convaincue. Pour autant, sa technique et son aisance sur scène jouaient grandement en sa faveur (il avait remporté le tremplin, d’ailleurs). Ces éléments font de lui un client très sérieux pour plaire au public et au jury…

Et cela lui donne une autre chance de me séduire et me faire retourner ma veste ! Je lui souhaite, en tout cas. Tout comme Julien Bing, dont l’humour daté et déjà vu m’avait laissée, pour le coup, de marbre. Tant que ça fait rire et que ça marche, cela dit, où est le mal ?

William Pilet, Harold Barbé et Avril seront ceux que j’observerai le plus attentivement. Convaincants en spectacle comme en plateau d’humour, ils amènent tous les trois des prestations singulières et des univers marqués. William Pilet est un dandy du rire ultra-original qui ne se prend pas au sérieux. Harold Barbé, avec sa double-triple casquette professionnelle et son histoire, est aussi hilarant qu’attachant. Enfin, la polyvalence d’Avril et sa capacité à se réinventer pourraient aussi créer la surprise.

Tournon-sur-Rhône : le palmarès 2019

L’an dernier, les soirées découverte accueillaient du beau monde. 100% des primés 2019 ont su me convaincre :

  • Grand Prix du Jury, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : Thibaud Agoston
  • Prix du Jury Appellation Saint-Joseph / Christian Varini : Morgane Cadignan et Tristan Lucas
  • Prix du Public Villes de Tournon sur Rhône – Tain l’Hermitage : Tristan Lucas

Un mot sur ce festival

Pour la première fois, je serai invitée à un festival hors de Paris (au-delà des places de spectacle). Pour les précédents, je n’avais pas cherché à me faciliter la vie et mon expérience était plus restreinte.

Ce sera l’occasion pour moi de voir comment se passent ces événements au plus près de leur organisation. Rencontrer les décideurs qui traînent dans ces endroits particuliers, connaître leur point de vue sur la nouvelle génération, etc.

Je l’ai choisi pour sa renommée, son envie manifeste de brasser les styles d’humour et pour cette possibilité d’entrer dans les coulisses. Ça me tenait à cœur, malgré les difficultés liées à la situation sanitaire actuelle, de continuer à me déplacer.

J’ai hâte de vous raconter cette expérience, parce qu’on l’a attendue depuis longtemps !

[post_title] => Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-sur-rhone-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-21 09:56:01 [post_modified_gmt] => 2021-06-21 07:56:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7243 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-26 10:42:55 [post_date_gmt] => 2019-10-26 08:42:55 [post_content] =>

Harold Barbé vient de jouer la dernière date de son spectacle Sous pression à la Comédie des 3 Bornes. On a pris le temps de découvrir cet humoriste, et on a passé un excellent moment.

Pour voir l’humoriste normand sur scène, profitez de sa tournée : Noisy-le-Grand, Lille, Troyes, Dijon, Rouen et Bourg-lès-Valence. Il devrait également proposer deux exceptionnelles parisiennes à la Nouvelle Seine.

Harold Barbé propose un spectacle original et solide

Ce spectacle, vous pouvez passer aisément à côté. Certes, la combinaison humoriste-croquemort-commentateur sportif n’est pas banale. Bien sûr, Harold Barbé assure la première partie de Blanche Gardin. Mais voilà, le vendredi à 21h30, la Comédie des 3 Bornes ne figure pas en tête de mes activités préférées.

Je suis contente d’avoir franchi le pas, pourtant. Parce que ce spectacle est un concentré d’émotions. Il y a d’abord le rire, franc et massif, qu’on vit tout au long du spectacle. Mais ça ne s’arrête pas à cette base syndicale !

50 nuances de rire

Il y a ensuite le rire un peu graveleux, qui côtoie le rire lié à un certain dégoût sur des détails scabreux. Le tout fonctionne grâce à une intelligence dans le jeu et l’écriture. L’émotion nous emporte même quand la mort n’est plus détaillée de manière technique mais touche les proches, toutes générations confondues.

Et puis il y a la vie, les choses absurdes de ce monde décrites les unes à la suite des autres. Harold nous embarque dans des anecdotes sur des sujets très variés. Et pour cause : l’homme qui nous parle sur scène a du vécu. On le ressent tout au long de cette heure : il s’agit d’un spectacle très travaillé, solide.

Au-delà de la qualité comique et technique, ce spectacle est avant tout un bon moment. Il commence par une playlist d’avant spectacle sous le signe de l’eurodance des années 1990.

Sing Hallelujah, une autre chanson formidable… Je suis comme Ghislain Blique : la danse en public, ça n'a pas lieu. Même tout seul, d'ailleurs. N'est pas Hugh Grant qui veut (Jump!). Mais là, franchement, j'ai ressenti l'envie.

La force d’un bon spectacle, et la meilleure blague de l’année

Quand on sort du spectacle, on conserve cette légèreté, que j’expérimente rarement en stand-up. Ce bonheur d'avoir vu quelque chose de beau, c'est un peu comme lorsque vous voyez une pièce de théâtre dans un lieu impressionnant ou dans un cadre agréable. Florence Muller m’a provoqué ça, mais c’était un seul-en-scène bien plus théâtral.

On a complètement oublié ses tracas, Paris devient belle. Et ce n’était pas gagné, vu le nombre de merdes de chien dans la rue des 3 bornes ce soir-là. Je me suis même surprise à sourire à trois types à un passage piéton, qui me disaient : « Faut avancer, t'as peur de quoi ? » Le bonhomme rouge, mec.

Harold Barbé dans Sous pression : verdict

Je n'oublierai pas cette soirée, où j'ai entendu la meilleure blague de l'année. Apparemment, ce n'est pas la préférée de la majorité des gens — mais l'artiste en est fier. Il peut. Je ne vous dis pas laquelle c'est, ce serait gâcher votre plaisir… Un indice : trois doigts (rien à voir avec la chanson de Laurie Peret, mais ça mériterait de devenir culte !).

Crédits photo

© Annliz Bonin

[post_title] => Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => harold-barbe-spectacle-sous-pression [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 14:14:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 12:14:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7243 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 7 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011282 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-31 15:41:10 [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10 [post_content] =>

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 7 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d1bfead1586f4bd0de4f6e111ca04471 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Harold Barbé

Coulisses du Festival National des Humoristes : la remise des Bouffons

Tournon : les coulisses d’un festival humour

William Pilet, Grand Prix du Jury au Festival National des Humoristes à Tournon, et ses concurrents

32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet

Harold Barbé dans les Grosses Têtes

Harold Barbé : un grand comique aux Grosses Têtes

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Tournon-sur-Rhône : les découvertes du Festival des humoristes 2021

Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021

Harold Barbé en spectacle : Sous pression

Harold Barbé dans Sous pression : très, très bon !