Publications liées au mot-clé : Nadim

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => nadim
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 260
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => nadim
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 260
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => nadim
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 260
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => nadim
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 260
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 260
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 260
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => nadim
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 260
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (260) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (260) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (260)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010197
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-17 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008594 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-07 07:44:00 [post_date_gmt] => 2020-08-07 05:44:00 [post_content] =>

Adrien Montowski a entamé une opération séduction du public en 2020. S’il a toujours été bon sur scène, il développe de nouvelles cordes à son arc pour asseoir sa posture d’humoriste efficace. Ainsi, Adrien Montowski est une découverte humour qui a attendu longtemps cette place, mais qui la mérite amplement.

Adrien Montowski, une découverte au style recherché

Adrien Montowski était déjà un original lorsqu’il jouait son spectacle à la Boîte à rires. Capable de faire rire avec des roulades et un jeu frôlant l’absurde, il pouvait encore faire mieux.

Quand d’autres stagnent dans leurs meilleures partitions, d’autres repoussent leurs limites. Adrien, qui commençait peut-être à sentir que les nouveaux venus progressaient très vite, a ainsi haussé son niveau de jeu.

Tel le footballeur professionnel qu’il aurait pu être, ce compétiteur né a ainsi pris son courage à deux mains. Toquer à la porte d’Antoinette Colin, jouer le jeu des messages pour être davantage présent en plateau d’humour, et bientôt revenir jouer son heure, peut-être ?

Un demi-spectacle au Point Virgule pour dynamiser sa carrière

Quelle que soit sa trajectoire scénique, elle passe cet été par un lieu mythique : le Point Virgule. Depuis le début du mois de juillet, Adrien Montowski partage une affiche atypique avec Nadim, un humoriste qui n’a pas peur d’être original.

Exister face à cette bête de scène pourrait en rebuter plus d’un. Mais pas Adrien Montowski. Sa force : pousser son personnage comique dans ses derniers retranchements, puis étirer les gags jusqu’à la limite ultime. Le spectateur, tenu en haleine, répond forcément par des éclats de rire.

Cyril Hives explique dans son interview qu’Adrien excelle dans les act out, ces moments où plusieurs personnages ou points de vue cohabitent. Au Point Virgule, la scène hilarante de la bagarre au cinéma en est un très bon exemple. Pour la voir, vous avez jusqu’à la fin de l’été ! Si Nadim s’absentera début août, Adrien sera toujours là et retrouvera son acolyte Sylvain Fergot.

Adrien Montowski, c’est aussi des vidéos incroyables

Justement, en parlant de Sylvain Fergot, impossible de passer outre les formats courts qui les réunissent ! Celui qui a rencontré le plus gros succès est sans aucun doute le « Championnat du monde du mime derrière le canapé ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Avant cela, il y a eu « EPAF ». Là encore, on est sur du beau jeu corporel (petit clin d’œil footballistique !).

Quand les deux hommes se retrouvent avec d’autres humoristes, cela donne « Les casses-couilles anonymes ». Encore une fois, le scénariste Sylvain Fergot mobilise toute sa créativité pour notre plus grand plaisir.

Seul, Adrien nous amène même aux tréfonds de son imagination. Avec son public, il est exigeant comme Yacine Belhousse. Et comme Yacine Belhousse, il veille toujours à le guider dans la plus grande humilité. Ce qui laisse présager un bel avenir pour ce footballeur devenu comédien puis comique.

Adrien Montowski découverte humour - En résumé

Adrien Montowski avait peut-être déjà trouvé son style bien avant l’été 2020. Ce qui a changé ? Sa proposition artistique plus solide l’amène aujourd’hui à plaire à un public en quête de nouvelles expériences comiques. La mission est donc accomplie sur le plan artistique. Maintenant, il ne reste plus pour vous qu’à le découvrir ! Si ce n’est pas déjà fait, bien entendu…

Crédits photo

© Marcela Barrios Hernández

[post_title] => La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-adrien-montowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-04 18:17:25 [post_modified_gmt] => 2020-08-04 16:17:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008594 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1006076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-26 10:14:00 [post_date_gmt] => 2020-06-26 08:14:00 [post_content] =>

Le Festival d’Humour de Paris, ou FUP 2020, devait se tenir en mars dernier. Au Grand Rex, les soirées annulées ont pu trouver de nouvelles dates. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, l’annulation tardive des soirées restantes ne leur a pas offert le même sort.

Pendant le confinement, Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, parlait d’une annulation de la soirée jeunes talents lors d’un live du Trempoint. Elle s’empressait d’ajouter qu’elle ne voulait pas laisser les artistes comme cela, et qu’elle trouverait un moyen d’organiser quelque chose.

FUP 2020 : il y a plein d’humoristes pour demain !

On a envie de la soutenir. Chaque année, Bobino ouvre ses portes à des jeunes talents. Alexis le Rossignol vous ferait-il rire sur France Inter sans cette soirée, qui l’a sacré prix SACD pour ses talents d’écriture et son originalité ? Djimo aurait-il fait rire le public de Clique ou attiré l’attention des Inrocks ou de France 5 sans le FUP ?

Permettez-moi d’en douter, ou bien de me dire que ça leur aurait pris un peu plus de temps. Le problème, maintes et maintes fois scandé par les jeunes artistes, c’est que sans attaché de presse, il est bien plus difficile d’attirer l’attention.

D’ailleurs, entretemps, Rosa Bursztein a trouvé une attachée de presse plutôt bien implantée dans le milieu (excusez du peu !), Léo Domboy. Elle va jouer au Point Virgule à la rentrée. Les planètes s’alignent pour elle, et c’est tant mieux. Mais quid des autres ?

Grâce au Point Virgule, au Trempoint et au FUP à Bobino, les artistes bénéficient d’une rampe de lancement qui a très souvent fait ses preuves. Ce modèle de détection est vertueux. D’autant plus que même si certains sont plus ou moins favoris sur le papier, ce qui fait la différence, c’est en grande partie la prestation le jour J. Les artistes jouent dans des conditions idéales, devant une salle très garnie. Le public, qui sait qu’il découvre de nouveaux talents, les accueille avec plus de bienveillance que d’habitude.

La soirée des humoristes de demain, pour nous, c’est l’événement de l’année !

Pour le spot du rire, la soirée des humoristes de demain, c’est l’événement de l’année. J’éprouve un stress absolument épouvantable à l’annonce des résultats, et j’adore ça. En prime, cette année, j’avais bien de la peine à mettre le doigt sur un vainqueur potentiel. Bien sûr, j’avais quelques favoris. Lors de mon dernier plateau d’humour au Batignolles Comedy, le sujet de conversation, c’était le FUP. Les humoristes présents savent donc quel était mon pronostic…

Je le garderai pour moi, parce que je ne suis pas devin. En plus, quand le pronostic ne se transforme pas en réalité, je suis dégoûtée. Je reconnais ensuite, à tête reposée, que les vainqueurs méritent leur place. Mais sur le moment, vous pourriez découvrir à quel point cette foutue comédie peut jouer avec les nerfs. Je ne me priverai de cette torture pour rien au monde. Même pas une pandémie mondiale. Alors, on fait quoi, Antoinette ?

[post_title] => FUP 2020 - Il faut sauver les découvertes ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fup-2020-decouvertes-humoristes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-26 12:36:58 [post_modified_gmt] => 2020-06-26 10:36:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 10237 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-21 08:39:00 [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00 [post_content] =>

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

https://player.acast.com/calme-toi-bernard/episodes/confine-toi-bernard-jour-34-nos-conseils-seduction

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 8732 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-11 09:02:04 [post_date_gmt] => 2020-02-11 08:02:04 [post_content] =>

Chaque année, la Saint-Valentin est l’occasion pour les théâtres d’attirer un peu plus le public. Et aussi de rapprocher des gens qui assistent à un spectacle, probablement. Vous avez envie de faire rire votre moitié, mais vous voulez sélectionner une expérience unique et personnalisée ? Ne cherchez plus !

Un spectacle pour la Saint-Valentin : dans cette forêt de descriptions, trouvez votre match scénique

Rire le 14 février n’est pas réservé aux couples. Le mode d’emploi est simple : parcourez cet article, identifiez votre profil et réservez !

Pour célébrer « le vrai amour »

La Saint-Valentin pour vous, c’est une fête et non pas un artifice commercial. Vous aves des idéaux, et vous voulez trouver une artiste qui sait les mettre en valeur ?

Le spectacle Saint-Valentin pour vous, c’est Pépites de Marion Mezadorian. Guettez le passage sur sa grand-mère, et prenez des mouchoirs si vous avez les larmes aussi faciles que le rire.

Pour regarder un archétype de mec moderne version décontracté-sympa-beau gosse-anciennement du terroir

Oui, ça fait beaucoup de catégories. Quoi de plus normal, cela dit… Vous mettriez des êtres humains dans une seule case, vous ?

Lorsque sa carrière était encore à ses débuts, j’ai testé le spectacle de Maxime Gasteuil avec un pote que j’ai voulu séduire. La soirée était très bonne, j’ai profité de la vanne sur la table basse pour lui faire comprendre deux-trois trucs… Si elle est toujours dans le spectacle, vous comprendrez.

Sinon, Maxime Gasteuil a beaucoup plus d’expérience aujourd’hui et il vous fera probablement beaucoup rire, seul(e) ou à plusieurs.

Pour lui rappeler que le love n’est pas un long fleuve tranquille, mais que vous gérerez ça

Un spectacle qui s’appelle Amour pour la Saint-Valentin, est-ce trop ? Au moins, vous savez où vous mettez les pieds.

Bérengère Krief propose un spectacle où elle livre sa vision de l’amour. On sent qu’elle est allée au bout de son envie artistique. Et apparemment, ça parle téléfilms de Noël et écart entre idéal et réalité. Oui, je n’ai pas vu ce spectacle, mais j’ai des informateurs qui m’ont raconté tout ça.

Ne vous prenez pas trop la tête, amusez-vous et riez. Si ça fait briller vos yeux, ce sera du bonus.

Pour ceux en instance de pécho #nopressure

Pour cette recommandation, je vais fouiller dans mes archives personnelles. Il y a deux ans, j’avais deux invitations pour le spectacle de Djimo au Point Virgule le 14 février. Je ne voulais pas perdre la face auprès de cet humoriste, alors je n’ai pas osé lui dire que je viendrais sans doute accompagnée.

Ensuite, j’ai trouvé ça pratique d’inviter un +1 qui était peut-être un date, peut-être une connaissance. Dans sa tête, c’était un autre délire et il a converti l’essai au date suivant. Il peut dire merci à Djimo.

Djimo jouant au Splendid le 14 février, vous pouvez vous rabattre sur un artiste qui joue au Point Virgule ce même jour. Alexis le Rossignol, dans un style également nonchalant, ne brusquera pas votre futur crush/moitié/peu importe.

Pour se détendre et se marrer le temps d’un spectacle le jour de la Saint-Valentin #coïncidence

Seul(e) ou accompagné(e), je vous orienterai vers trois spectacles ou plateaux d’humour pour profiter du moment. Le rire ne sera pas parasité par un lyrisme ambiant dans les plans suivants :

Morgane Cadignan à la Comédie des Boulevards. Le cachet du lieu vous donnera l’impression d’une belle soirée, et Morgane est drôle. Double bon plan.

Micro Rigolo Comedy Club au Kibélé. Il n’y aura que des comiques mecs, mais il y en a un qui a la dalle et qui le dit sur scène. Un autre a tapé dans l’œil d’anciennes collègues qui ne juraient que par ses yeux. Le troisième est très jeune mais déjà hilarant. Sans oublier le MC un peu déjanté, Nadim, qui ajoutera une touche de folie à la soirée.

Comedy Pop au Jardin Sauvage. Gabriel Francès a le flow du stand-upper percutant, et si Romuald Maufras ramène sa guitare, ça créera une ambiance sympa. D’autres humoristes complèteront ce nouveau plateau bien sympa.

Pour ceux qui ont des enfants et qui ont peur qu’ils leur manquent

Aimer jouer à chat avec sa descendance, ça peut arriver à n’importe quel daron à la street crédibilité avérée. Pierre DuDza le prouvera dans Post-it, un spectacle que vous n’oublierez pas de sitôt.

Si vous préférez les têtes d’affiche, je ne vous juge pas. Vous êtes parents, vous sortez peu et vous avez envie de rentabiliser… Même si on a testé et approuvé Pierre DuDza, vous auriez pu vous rabattre sur Olivier de Benoist et son spectacle Le petit dernier. Là, c’est l’objet même du spectacle plus qu’une section… Cela dit, c’est déjà complet.

Vous avez aussi l’option Norman au Casino de Paris. On avait vu son premier spectacle, avec Noman Hosni en première partie (il était déjà partout). Maintenant, ça devrait être encore mieux.

Pour (vraiment) prendre le contrepied de l’ambiance générale

Les confessions d’un ex-taulard feront l’affaire à coup sûr ! David Desclos se livre dans Écroué de rire. C’est le genre de spectacle original qui se joue d’année en année, car personne ne pourra lui piquer ses anecdotes.

Vous êtes en quête d’originalité ? Vous avez envie de troller la Saint-Valentin ? C’est probablement le meilleur spectacle pour ça.

Votre spectacle idéal pour la Saint-Valentin : un avis sur la question ?

Je n’ai sans doute pas couvert toutes les possibilités, mais vous devez être mieux équipé pour aborder cette soirée. Que vous souhaitiez rire, oublier la solitude ou faire rire bobonne, il y aura sans doute une solution dans cette article. Sinon, proposez vos suggestions en commentaire, battez-vous pour votre conception du couple « amour-rire ».

[post_title] => Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-saint-valentin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-11 13:00:40 [post_modified_gmt] => 2020-08-11 11:00:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8732 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7521 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-28 13:45:43 [post_date_gmt] => 2019-11-28 12:45:43 [post_content] =>

Mahaut et Humourman sont deux humoristes en devenir. Le Laugh Steady Crew les accueillait pour un 30-30 inédit. Retour sur une expérience unique !

Mahaut ne jouait pas « à domicile »

Quasiment toute la salle était venue pour Humourman, ce qui rendait le début du 30-30 difficile pour Mahaut. Contrairement à la Petite Loge, l’humoriste devait conquérir le public. Et c’est là que tout se joue ! Quand on a un univers très fort, il ne faut pas défaillir face à une audience qui n’est pas la nôtre.

Mahaut a bel et bien tenu bon, avec toute la ténacité qui la caractérise. Si sa prestation ne prenait pas autant qu’elle l’espérait, elle n’a rien lâché et en tirera de nombreuses leçons. Car ce n’est pas cette soirée qui résume son talent… Les mêmes blagues emportaient en effet le plus petit théâtre de la capitale à la première : le travail paiera et la fera gagner en efficacité.

Humourman livre ses premières promesses

Je vous ai déjà dit que Jean-Philippe de Tinguy manquait à la scène humoristique ? Au moins 84 fois, je crois ! La bonne nouvelle, c’est que ce style d’humour vit à travers de nombreux humoristes.

Leur singularité s’exprime toujours malgré les similitudes. Andy Kaufman a inspiré Monsieur Fraize et Jean-Philippe de Tinguy. Monsieur Fraize a inspiré Humourman et Jean-Philippe de Tinguy. Nadim a toujours aimé le délire de Jean-Philippe de Tinguy. Et si vous pouviez mettre les quatre dans la même pièce, vous vivriez sûrement la meilleure soirée de votre vie !

Ceci étant dit, on n’embête pas les 80 % de stand-uppers qui s’inspirent des codes du stand-up cool à la ricaine (qui sont nuls au possible). Il m’arrive fréquemment qu’on vienne m’embêter sur le fait que chacun copierait Monsieur Fraize. Vous copiez tous Louis C. K. et vous parlez tous d’écologie ou de pénis, est-ce qu’on vient vous embêter avec ça ? Non, alors ça suffit. Je suis courroucée les amis. Fin du courroux, il ne vaut pas la peine.

Mahaut et Humourman en 30-30 : retour à la critique

Humourman est le seul, à ma connaissance, à proposer un super-héros qui porte une cape et un collier de nouilles. Je l’imagine à peine confectionner son costume pour la première fois. Guilhem, de son véritable prénom, a aussi une particule comme « de » Tinguy. Il n’est pas vicomte, mais il partage la même candeur qui m’a emportée deux ans plus tôt.

Le type ose tout : interpréter de l’eurodance a cappella, reprendre les codes du stand-up pour les casser un à un, s’encourager… « Humourman, allez, Humourman ! »

Passé par le stage de clown du Laugh Steady Crew comme Aude Alisque, Guilhem a aussi un bagage de comédien à son actif. Ultra-créatif, ultra-dans les codes des internets, il livre un humour très personnel et presque sans limite. Dès son arrivée sur scène avec Sandstorm, Humourman a encore beaucoup à apprendre mais déjà tant à donner. On y croit dur comme fer et on ne le lâchera pas, parce qu’il va vraiment nous faire rire et nous émouvoir. On est prêt à parier très cher, et vous allez perdre beaucoup d’argent si vous nous contredisez.

Parce qu’on oublierait vite qu’il reste un débutant, qui va progresser avec son plateau d’humour alternatif ! La prochaine se passera le 4 décembre, venez nombreux, ce sera bien.

Mahaut et Humourman : verdict

Quand on a promu cet événement, on a décrété que Mahaut et Humourman représentaient le futur de l’humour. Complémentaires, ils ont proposé une belle heure de stand-up, sous les yeux de Queen Camille, Avril et Nadim qui jouaient un 20-20-20 l’heure suivante. Tous les trois ont réalisé une belle performance (surtout Nadim qui a retourné la salle et a consolidé son art).

Si vous aimez les 20-20-20, le Laugh Steady Crew en prépare un… Comme le Cercle du Rire qui accueillera deux recrues du LSC, Anissa Omri et Avril, ainsi que Rodrigue le jeudi 12 décembre… Mais ça, ce sera seulement si vous venez ! Sans public, pas de 20-20-20… Réfléchissez (ou pas) et venez (surtout).

[post_title] => Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-humourman-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 11:09:30 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 10:09:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7521 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7352 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-14 13:05:10 [post_date_gmt] => 2019-11-14 12:05:10 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Mercredi 13 novembre 2019, la comédie alternative arrivait de manière assumée en France dans un minuscule plateau du 11e arrondissement de Paris. À l’animation et la programmation, Humourman réalisait mon rêve.

Top départ pour la comédie alternative à l’Étage Comedy Club

Guilhem, alias Humourman, a eu la brillante idée de mêler la musique techno au délire. Écoutez-moi ces splendeurs de musique synthétique, que je connaissais absolument toutes, évidemment. Eh oui, on était sur un délire « alternative remix » pour présenter la différence des humoristes présents.

Il y avait des fous, des sacrément névrosés et des lunaires. Un alien a même pris le micro ! À ce stade, vous devez vous dire si je prends des produits illicites (poke Antek). Ok, je vous perds vraiment.

De quoi parle-t-on ?

La comédie alternative s’oppose par définition au courant dominant. Actuellement, le stand-up sur les parties génitales est le courant dominant. Il y a aussi un peu de métro, et de nouvelles masculinités/féminités. Les fêlures, tout ça. Et franchement, c’est très bien. Je caricature un peu, mais vous avez l’image.

Cependant, parfois, on a envie d’autre chose. C’est pour cela que Yacine Belhousse est aussi populaire auprès des humoristes, et a un public très engagé. C’est aussi pour ça que les soirées comme le Bunker Comedy Club affichent complet.

Est-ce un vrai truc ?

Paradoxalement, le public n’a pas encore intégré la culture stand-up partout. Ça confond encore stand-up et one-man, parce que globalement, les gens veulent se marrer. Il faut commencer à être vraiment spécialiste, comme pour ceux qui distinguent la techno ou EDM de l’eurodance, de la trance et de l’uplifting. En gros, chaque secteur culturel a son jargon, et personne n’y comprend rien.

Les humoristes ne se définissent pas encore comme alternatifs. La presse les qualifie volontiers d’OVNI du rire, et ça attire. La différence, ça plaît, parce que qui veut se définir comme étant dans la norme ? Pas grand monde…

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=i1EFZaoqZ_w"][vc_column_text]

Il y avait deux équipes hier soir : d’abord les amis de la névrose, Renaud Sanviti et Aude Alisque. Ensuite, les fous ou extraterrestres, dont font partie Bobbin et Jack Line. Les simples originaux, comme Léo Filipetti ou Pierre DuDza. Et enfin, ceux qui sont dans la mouvance de Monsieur Fraize ou Jean-Philippe de Tinguy : Humourman et Nadim.

La comédie alternative, ça donne quoi ?

Voici le line-up légèrement modifié qui a joué à L’Étage Comedy Club.

Il y avait une différence : Avril a dû annuler pour rester concentré sur le Laugh Steady Crew. De fait, Jack Line l’a remplacé : un choix terriblement nécessaire tant ce gars est à part. Et si Bobbin est là, Jack Line doit aussi venir !

L’ambiance était très agréable, intimiste et bon enfant. On sent qu’on est encore aux balbutiements du genre, mais chaque humoriste tente de belles choses. Beaucoup de test et d’idées ingénieuses viennent donner de la puissance aux rires. Bobbin a sans doute été le plus percutant de tous ce soir-là. Et c’est une belle prouesse quand on invite Nadim !

Humourman/Guilhem a dû composer avec une schizophrénie scénique. Son personnage est certes fidèle à ce qu’il est, mais heureusement pour Guilhem, il quitte son costume d’Humourman dans la vraie vie. Difficile d’être efficace dans le monde réel quand on évolue avec une telle naïveté !

L’écueil de la comédie alternative

L’erreur la plus fréquente lorsqu’on se frotte à de l’absurde, c’est la tentation de faire n’importe quoi. Penser que vous pouvez opposer des idées pour provoquer un rire sûr est une erreur monumentale.

L’absurde, et plus généralement ce qui sort de l’ordinaire, cela demande une maîtrise insoupçonnée. Vous pensez que le comique fait n’importe quoi, mais il a travaillé l’ensemble. Le mieux, c’est quand l’absurde a du sens sans en avoir l’air.

C’est pour ça que ce genre n’est pas pour tout le monde. Les symptômes d’un passage où le courant alternatif ne passe pas sont :

  • les malaises qui n’aboutissent à rien ;
  • le public qui se pose trop de questions et qui décroche ;
  • un amateurisme masqué derrière une étiquette absurde.

Verdict

Fort heureusement, personne n’a créé de telle ambiance. Des flottements, il y en avait par petites touches. Le public était parfois circonspect. Les humoristes et observateurs aguerris réagissaient beaucoup mieux. Il y avait une vraie cohésion entre tous les artistes. Ça, c’était beau.

Tous les voyants sont au vert pour une belle progression de la comédie alternative. Et ça, ça fait énormément de bien ! Alors venez découvrir la comédie alternative, vous passerez une soirée extraordinaire.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Comédie alternative : un remix signé Humourman [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedie-alternative-soiree-humourman [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:51 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7352 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6557 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-08-08 17:48:14 [post_date_gmt] => 2019-08-08 15:48:14 [post_content] =>

Le 7 août 2019, le Théâtre le Point Virgule nous offrait une exceptionnelle estivale comme il en a le secret. Nadim investissait la plus petite des grandes salles parisiennes et y proposait son spectacle Premier contact pour la première fois. Alors, ça donne quoi, Nadim au Point Virgule ? Soyez patient, je vous raconte tout !

👉 Tu as manqué ce spectacle ? Séance de rattrapage le vendredi 23 août à 21h15 !

Une nouvelle halte dans le Marais avec Nadim au Point Virgule

Pour moi, c’était tout un symbole. Le signe d’une victoire des humoristes différents, singuliers, qui sortent du cadre.

Comment ne pas avoir une pensée pour les représentations passées de Jean-Philippe de Tinguy, de ses exceptionnelles en 2016 jusqu’à atteindre six représentations par semaine l’année suivante ? Non, j’y pensais nettement, naturellement. À tel point que je me doutais bien que l’ancien Dernier Jean-Philippe répondrait présent.

Retour en 2019. J’arrive avec une avance de quarante minutes, parce que je sais que le public arrive de plus en plus tôt. Avant, j’étais en pole position pour les spectacles de Jean-Philippe avec cette marge — aujourd’hui, j’intègre difficilement le top 20. Je suis donc surprise de voir le jeune humoriste Mickael Pellé arriver en même temps que moi. Il me confie ne pas être rentré chez lui après le travail, et avoir attendu pendant trois heures ce moment. Je le comprends.

La file d’attente se remplit rapidement. Mickael fustige les humoristes de sa génération : ils ont créé un groupe Facebook pour cet événement… et n’ont pas eu le réflexe de prendre leur place. Résultat, ils pleuraient intérieurement de ne pas être présents. Tous ? Non, sauf un irréductible humoriste, Bobbin, qui avait eu la présence d’esprit de faire comme son collègue.

Le gratin est là ! À moins que ce ne soient les patates ?

Bobbin arrive juste avant le spectacle et prend place à l’extrême opposé de la file d’attente. Entretemps, je discute avec Mickael et lui confie être revenue exprès de vacances pour cela. J’avais manqué la fin du 33 Comedy à la Grange, je ne voulais plus vivre de telle déconvenue.

Pendant cette discussion intense, la tête de Jean-Philippe apparaît dans mon champ de vision. Je n’avais plus vu mon idole déchue depuis les derniers Dimanche Marrant où il avait joué. J’ai failli le recroiser en janvier, si mes souvenirs sont bons : il voulait voir Salomé Partouche, et j’avais décidé de revenir à la Comédie des 3 Bornes pour voir l’évolution de son spectacle. Au final, la représentation n’a pas eu lieu.

Il est comme ça, Jean-Philippe : il soutient ses pairs. Ceux qui ont une fibre un peu folle, un peu border, un peu cassée de manière authentique. Je ne serais pas surprise de le croiser quand Ghislain Blique aura son heure. Oui, c’est une subtile manière de lui montrer la voie vers un spectacle génial, même s’il n’a pas encore vu le jour…

Pas de DeLorean, mais une autre expérience temporelle

Entre 2016 et 2019, le gouffre est abyssal. Le paysage humoristique est bien plus vaste et fourni qu’auparavant. Côtoyer ces deux générations dans le même espace-temps me semble irréel. J’ai l’impression de ne plus me souvenir de l’heure de Jean-Philippe, comme si elle n’avait pas existé. Dans le même temps, prendre place au premier rang, à l’extrême-gauche de la salle ; j’ai l’impression que cela se jouait hier.

Cette place est stratégique, même si elle ne vend pas du rêve. Vous avez un petit escalier en face de vos jambes. Or, si vous vous placez en biais, personne n’a autant de place pour étendre ses membres inférieurs que vous. Face à vous, la scène remplace les bancs que subissent les rangs derrière vous. Vous pouvez même vous accouder sans gêner la vue de ceux derrière vous. Cela se révèle indispensable pour éviter le torticolis dû à la proximité.

Cette place, que j’ai tant prise grâce à mes pole positions, personne n’en veut pour le spectacle de Nadim. Résultat, qui se la coltine ? Bobbin ? Non, il était vraiment loin dans la file. Jean-Philippe ? Bingo. Le jeu des chaises musicales me fait sourire, tandis que j’espionne discrètement quelques réactions. Instinctivement, je cherche à savoir quel spectacle est le meilleur entre les deux, et si l’homme du passé pense comme moi.

Arrête de comparer les maîtres du rire, apprécie Nadim au Point Virgule !

À cet instant-là, je commets une erreur. Au début, les univers de Jean-Philippe et de Nadim se voulaient frontaliers. Or, on relève aujourd’hui un gouffre entre les deux. Nadim a même fait scission avec lui-même, grâce à une fusion habile avec un coauteur structurant.

La structure, la construction d’un récit : c’était ce qui manquait à la prestation de Nadim jusqu’ici. Très bon improvisateur, il se sortait des situations délicates avec beaucoup d’aisance. Tel un triathlète du rire, l’humoriste arrivait à pondre des histoires de colonel lors de sa première au Théâtre la Cible. Bluffant, mais la récréation joviale ne peut plus vraiment exister au Point Virgule.

On monte la difficulté d’un cran, et le spectacle se transforme au moins de moitié. Au début, généralement, l’artiste cherche des lieux communs pour rassurer son auditoire. Nadim ne joue pas dans cette cour. Son terrain de jeu, c’est la prise de risque. N’essayez pas cela chez vous, c’est dangereux : 90 % des humoristes en herbe s’y casseraient les dents.

Mais pas Nadim. Le triathlète se transforme en gourou du rire sympathique et nous tient en haleine. Il ne nous épargne rien : deux entractes en une dizaine de minutes, une fin de spectacle proclamée au bout de 20 petites minutes. Pour avoir vu Perceval de Grâce à la Petite Loge, je peux vous dire que ça arrive. Je serre des dents. Je jette des coups d’œil furtifs à Mickael, Jean-Philippe et les inconnus de la salle. Désolé Bobbin, à ce stade, j’ignore toujours ta localisation précise… Guette la moindre réaction de lassitude. Parfois, elle apparaît quelques secondes sur un visage isolé. Nadim rassemble donc l’essentiel de son audience, en perd un ou deux l’espace d’un instant, puis récupère tout le monde en continuant de nous infliger ses prises de risque. Sur une heure entière.

Verdict

Avec Nadim au Point Virgule, la magie opère donc. Les transitions sont généralement soignées, tandis qu’un coup de téléphone-running gag nous offre un repère pendant l’heure entière. À son terme, je suis épuisée, j’ai pleuré de rire à plusieurs reprises et j’applaudis avec ardeur. Que venons-nous tous de voir ? Un spectacle unique, sans aucun doute. Une leçon d’humour : vous pouvez tout faire si vous assumez vos choix artistiques. Un moment de bonheur humoristique, assurément. Connaissant Nadim, je peux vous assurer que ce n’est pas le dernier…

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nadim-au-point-virgule-contact [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:13:44 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:13:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6557 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6257 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 15:57:11 [post_date_gmt] => 2019-06-02 13:57:11 [post_content] =>

Le spot du rire fête déjà ses deux premières années. C’est un nouveau palier franchi pour votre média web humour, et il reste encore beaucoup à faire. Cette année, j’ai ouvert les portes à de nouveaux rédacteurs ponctuels : Antonin, Fabien et Noé.

Pas encore de filles, mais je n’ai pas encore eu de demandes. Je fais un coucou à Harlem Dallas, qui devait nous raconter son parcours à Montréal — ça change du Labo du rire ;) Des illustrateurs et YouTubeurs pourraient également suivre…

C’est tellement bénéfique pour moi d’avoir ce sang neuf ! Parce qu’en réalité, le temps se fait rare et bloguer sur son temps libre reste un exercice d’équilibriste. J’ai fait le calcul : 100 spectacles ou plateaux d’humour par an, 20 heures par semaine (écoute de podcasts et autres contenus humour compris, sinon ce serait difficile…).

En contrepartie, les avantages sont nombreux. Déjà, les invitations pleuvent : il y en a même beaucoup trop. Le mieux, c’est les échanges quotidiens avec les humoristes en devenir. Je ne connais pas d’activité plus nourrissante que d’être au milieu de ces champions de la vanne. Les rencontres de l’année passée et la reconnaissance des professionnels du spectacle vivant : voilà ce que je retiens principalement.

Votre média web humour : quel est le programme pour l’année qui vient ?

Toujours plus d’immersion, d’anecdotes de premières scènes et de découvertes humour. La carte des plateaux va continuer à s’enrichir. Pour vous dire la vérité, si les publications sont moins nombreuses que l’année dernière, le travail en coulisses continue.

Ce qui m’en apprend le plus sur le milieu, c’est échanger avec les nouvelles têtes de l’humour. Il y a eu un creux en 2018, mais la génération qui émerge en 2019 a déjà tous les codes. Bien sûr, je ne parle pas de tout le monde. Mais je pense à des Elsa Bernard et autres Arezki Chougar… Déjà, ils étaient sur le Twitch de Léopold (vous en avez entendu parler dans notre dernière newsletter si vous faites partie des 40 heureux élus).

De nouvelles têtes, partout !

Cela fait bizarre d’avoir fait un pas de côté et de ne plus tellement voir les Ghislain Blique ou Rémi Boyes, que j'idolâtrais dès le début. Maintenant, il y a tout un folklore sur les Tocards ou Audrey Jésus… C’est simple : mes derniers coups de cœur, je les ai d’abord connus sur le web (YouTube ou podcasts) avant de les voir sur scène. J’avais déjà validé leur talent avant de les voir faire du stand-up. C’est bizarre, mais cela marche aussi, alors…

Je ne vais pas vous annoncer de programme précis, car je n’aurais jamais pensé que ces derniers mois prendraient une telle tournure. Le plus gros choc, c’est le changement de registre. Jamais au début du site je n’aurais écrit ainsi, ou comme ça, ou encore comme ça (no limit). Et puis, tant qu’on y est, comme ça aussi (pardon). Cette liberté, ces tests qui parfois étonnent ou irritent, c’est avant tout un jeu, un prétexte pour écrire et laisser libre cours à ma créativité. Si cela sert au spectacle vivant, tant mieux. Je sais juste que j’étais au plus près de ce que je voulais faire, car j’aurais été incapable de faire autrement. Si ça va trop loin, on corrige, on s’excuse. Accepter de faire des erreurs m’a beaucoup aidée cette année.

Je vous promets de continuer sur cette ligne d'honnêteté, en plus c'est à la mode. Et je souhaite à tous les humoristes d’être eux aussi fidèles à eux-mêmes : cela les aidera grandement dans leurs succès futurs.

Bon, on repart pour vous offrir le meilleur média web humour ? :)

Crédits photo

© Mo Hadji, qui est le premier des pros à m’avoir fait confiance… comme l’atteste cette photo de mon premier reportage. Je le remercie infiniment de m’avoir laissée rentrer dans ses événements, même si j’ai clairement toujours été dure dans mes analyses. Trop proche des artistes, j’ai parfois eu du mal à faire la part des choses. La réalité, c’est que je crois en leur amélioration, sinon je m’abstiendrai.

Il fait partie des innombrables personnes qui se démènent pour le spectacle vivant, mais qui n’obtiennent pas forcément de récompense pour les efforts entrepris. Pourtant, il en faut de la générosité pour démarcher les théâtres et faire vivre la nouvelle scène humoristique. Ils sont peu à faire confiance aux nouveaux talents, et il est nécessaire de les respecter coûte que coûte.

Je pense que la clémence que nous avons eue l’un pour l’autre vient de là. Aujourd’hui, je veux lui dire merci et bravo d’avoir déniché des Alexandra Pizzagali, Clément K ou encore Nadim !

[post_title] => Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => media-web-humour-2ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-02 16:51:07 [post_modified_gmt] => 2019-06-02 14:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6257 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 5719 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-05 16:33:31 [post_date_gmt] => 2019-03-05 15:33:31 [post_content] =>

A Paris ou ailleurs, les plateaux d'humour se multiplient comme des petits pains. Ces comedy clubs se créent surtout pour permettre à de nouveaux humoristes de jouer lorsqu'ils sont refusés ailleurs.

Comment fonctionnent-ils ? Le spot du rire vous aide à décrypter le phénomène ! On fait découvrir deux nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy et le Bonasse Comedy Club.

Nouveaux plateaux d'humour : Cap ou pas cap Comedy

Imparfait, excentré et innovant, le Cap ou pas cap Comedy est un plateau d'humour qui en veut. De prime abord, il ne paie pas de mine. Vous ne connaissez probablement pas les maîtres de cérémonie, à moins d'aller vraiment partout, de nous lire ou d'écouter Need Radio. Vous y retrouvez Mickael Pellé et Déelle, vue à l'Open Mic de Topito lors du Debout Paris Festival.

Pour autant, la programmation est éclectique : l'amateurisme se passe ailleurs. Et surtout, cela se passe à la Boîte à rire. Ce théâtre qui monte à Belleville (métro Pyrénées) assure une programmation volontariste. Vous retrouverez évidemment des brebis égarées que vous n'avez jamais envie de croiser, mais aussi de belles découvertes : Adrien Montowski, Fabien Guilbaud...

Si ce théâtre marche aussi bien, c'est aussi grâce à son directeur - le fameux Gérard ! C'est bien simple, les jeunes artistes ne jurent que par lui. On m'a dit le plus grand bien de la régisseuse, aussi. Bref, c'est à valoriser !

Les défis du Cap ou pas cap Comedy

Au-delà des défis lancés aux deux meilleurs humoristes (désignés à l’applaudimètre), ce plateau permet découvrir de nouvelles têtes. Le principe est simple : ils doivent improviser une ou deux minutes à partir de thèmes imposés. Ce soir-là, Alex di Mambro a créé un sketch sur l'escalade de l'horreur, tandis que Radia a dû réinterpréter à sa sauce le sketch de Clément Gaucher...

C'était un excellent exercice : Alex avait une fâcheuse tendance à jouer comme Roman Frayssinet, tandis que Radia a chanté La vie en rose. Bref, pour voir du vrai, de l'authentique, il fallait gratter un peu. Curieusement, ils ont tous les deux réussi à relever le défi. Preuve que pour le moment, ils ont encore du travail à accomplir, mais qu'ils n'ont pas volé leurs premiers spots.

Quand le Cap ou pas cap Comedy fait sauter les plombs

J'en ai vu des plateaux étranges. J'ai déjà vu Ghislain Blique apporter des pizzas au public à Saint-Maur des Fossés, alors qu'il remplaçait un Pierre Thevenoux malade. J'ai vu un type bourré au plateau la Comédie Passagère, désormais disparu. J'ai vu un gars qui s'appelle Johnson porter en moins de deux Melha Bedia à Dimanche Marrant. Mais là, j'allais expérimenter quelque chose de tout à fait nouveau.

Le point de bascule, c'était en milieu de spectacle. Le défi était complètement imprévu, et mystérieusement calibré pour tomber pile au moment où la régie aurait pu faire une blague. J'ai vraiment cru que c'était prévu. Jugez plutôt :

Cette coupure de courant de dix à quinze minutes a changé l'ambiance. C'était tout de suite plus intimiste, cosy et mémorable. On avait envie de porter ces jeunes artistes, et les éclairer avec des lampe-torche de smartphones.

Avec ou sans plombs, le courant est définitivement passé. Et je m'excuse pour ce jeu de mots ! Nadim a clôturé la soirée par un carton. En plus, pour un nouveau plateau dans un théâtre, les organisateurs font l'effort de donner un chapeau à de tous jeunes artistes. Si vous saviez comme ce n'est pas systématique (le Labo du rire du Paname Art Café...). Alors merci à eux !

Nouveaux plateaux d'humour : le Bonasse Comedy Club

Un plateau d'humour le dimanche à 15 heures, ça vous tente ? Et si on vous disait qu'il était 100% féminin, ça vous tente encore ? Rendez-vous au Bonasse Comedy Club !

Je vous avoue que sur le papier, je n'étais pas au taquet. Mais ce jour-là, je voulais absolument voir Audrey Jésus. Comme à 15 heures, il n'y a pas de concurrence, je n'avais pas à regretter manquer un truc bien ailleurs.

Rendez-vous à l'Improvi'bar, un lieu sans surprise dédié à l'improvisation. Le plateau ne comportait pas de filles misandres a priori, donc j'étais même heureuse d'y aller.

En arrivant, vous découvrez que ça ne commence pas à 15 heures puisque le lieu ouvre à 15 heures. La queue avance lentement pour récupérer sa boisson. Je me demande combien de temps cela va durer. En plus, le dimanche après-midi, les nouveaux plateaux d'humour commencent de plus en plus tôt, souvent vers 17h30 !

Heureusement, le spectacle (plus ou moins bon selon les prestations) s'est terminé à 16h11. Oui, j'ai vérifié. Pourquoi était-ce aussi court ? Je vous dévoile ça tout de suite !

Le syndrome de l'imposteur

Quand cela parle des femmes dans l'humour, l'atmosphère se tend quelque peu. On a peur du dérapage : le sujet est sensible. Enfin, pas tant que cela, en fait.

En découvrant le plateau, j'ai vu que les femmes humoristes étaient soit très douées, soit complètement à la masse. Les hommes humoristes sont dans la même dynamique. Seule différence, et de taille : les mecs humoristes qui ne sont pas drôles n'en ont rien à faire. Ils attendent de devenir bons sans complexe, et sont mêmes agressifs quand ça ne prend pas. Ils vont alors gratter des applaudissements ou se plaindre de la qualité du public.

Les femmes humoristes qui débutent, dans les nouveaux plateaux d'humour généralement, vont avoir tendance à ne pas avoir confiance en elles ou en leur passage. Elles vont alors partir bien avant la fin de leur temps réglementaire, s'excusant d'avoir osé prendre le micro.

Bien entendu, j'avance des tendances : chacun est unique. D'ailleurs, vous savez ce qu'on pense de la presse qui essaie de rentrer les femmes dans un même moule, l'humour trash. Pour rappel, on n'est pas sur une idylle.

Vaincre les stéréotypes commence par balayer devant sa porte

J'ai de moins en moins ce défaut, mais j'ai parfois encore tendance à m'attendre à ce qu'une fille soit moins drôle. J'excuse moins leur échec, alors que je suis habituée par la clique d'innombrables humoristes mecs qui imposent leur présence dans des plateaux, parfois en bande organisée.

Avec le temps, j'ai fini par comprendre et m'habituer. Maintenant, je suis presque dans l'excès inverse : quand une fille est drôle, j'y vais à fond sur le rire. Je lui pardonne en revanche peu un manque d'originalité ou une blague lourde. Autant qu'à un garçon, je dirais. Deux d'entre elles étaient à la masse, et l'une évoquait la taille du sexe des blacks en parlant du chocolat. Je ne sais plus exactement ce dont il était question, mais cela a fait un four et elle a tout de suite quitté la scène.

Je crois que je suis en attente d'un autre angle féministe. La drague de rue, c'est important d'en parler, mais on sature. Je ne suis pas venue voir un cours féministe, parce que j'ai l'habitude. Elles ont pris le pouvoir des podcasts, sauf en stand-up ironiquement. Maintenant, j'ai envie qu'on me surprenne. Qu'on explique comment on se sent, quand on drague ouvertement en tant que femme. Plutôt de dire que c'est relou, pourquoi ne pas donner quelques astuces ? Oui, j'aimerais bien en faire bon usage.

Le rapport de séduction artiste/public

Je ne suis pas sociologue, donc prenez ce qui suit avec des pincettes. C'est simplement un témoignage sincère, et quand j'écris ces lignes, j'ai un peu peur de ce qui va sortir.

J'aime vraiment être séduite sur scène, et je suis habituée à l'être par les garçons. J'attends ça avec impatience, parfois. Avec le temps, j'apprends à ressentir une connivence pour les filles sur scène.

Je vous donne un exemple : Aude Alisque. Plus ça va, plus je m'identifie à sa folie. Elle tente des trucs, je jubile. Et j'aime vraiment la retrouver sur scène. Pourtant, le rapport de séduction classique à la Stéphane Rousseau ou Franck Dubosc (donc un tantinet ringard) est absent.

J'ai même eu la surprise d'être emportée dans l'univers de Lucie Carbone ! Jusqu'ici, elle n'avait pas vraiment réussi à délivrer un bon passage en ma présence. C'est une fille qui bosse, qui est d'une sympathie indéniable et que je n'avais pas envie d'enterrer trop tôt.

Ça a du bon d'attendre. Non seulement, elle a fait un jeu de mot qui a provoqué mon hilarité (si, je vous assure). En plus, j'ai enfin découvert son style. Au début, je me demandais pourquoi elle parlait avec autant d'énergie, de manière parfois étrange. Et là, j'ai saisi : elle était en phase avec elle-même, et j'ai compris, j'ai ri, la machine était lancée.

En bref, rapport de séduction ou pas, l'humour est un terrain de jeu mixte. Si vous préférez les hommes humoristes, vous pouvez vivre cela sans culpabilité. Mais écoutez ce que les femmes ont à dire. Elles vous surprendront à vous faire jubiler.

Nouveaux plateaux d'humour : des lieux expérimentaux à découvrir !

Sur notre nouvelle carte de comedy clubs en France, on vous propose près de 150 plateaux d'humour. Les prestations sont différentes, et peu sont incontournables. Pour le moment, c'est de l'ordre de 10%.

Mais cela va venir : les moins bons plateaux vont disparaître, tandis que les autres apporteront de l'innovation. Cette innovation-là, les plus gros plateaux vont la copier quand elle sera mature. C'est un peu le même délire qu'un grand groupe qui rachète une start-up.

Que peut-on vous conseiller ? Si vous en avez marre de voir toujours le même set moyen de Tony Saint-Laurent au Paname Art Café, fouillez ailleurs dans le onzième arrondissement. Il y a un plateau dans toutes les rues ou presque...

[post_title] => Le charme des nouveaux plateaux d'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-plateaux-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:27:48 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:27:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5719 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 4448 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-25 11:32:29 [post_date_gmt] => 2018-06-25 09:32:29 [post_content] => Repéré à Nice par Mo Hadji, Clément K construit son ascension dans les soirées stand-up parisiennes depuis plusieurs mois. Intégré à la troupe du Cactus Comedy, il anime ce plateau et accumule de l’expérience.

Clément K : ce n’est que le début !

Quelques jours avant de recevoir le prix Elie Kakou au M Rire Festival, Clément K jouait son 30-30 au Sonart. Plume acérée, punchlines inattendues : l’ancien journaliste et chroniqueur radio maîtrise déjà. S’il paraît encore un peu hésitant, il est déjà bien plus efficace sur scène qu’il ne le pense. La marque de ceux qui se remettent en cause dans le bon sens et qui ne transmettent pas leur stress pour autant. L’humour noir ou irrévérencieux est très prisé par les observateurs et jurys. Les humoristes s’engouffrent de plus en plus dans cette brèche. Or, elle ne marche pas pour tout le monde. J’ai remarqué un dénominateur commun qui distingue les meilleurs d’entre eux. Une sympathie ou une légèreté dans la vie, une volonté de ne jamais blesser. Et même un véritable brin de générosité. Je pense notamment à Charles Nouveau, dont les mimiques attachantes contrastent avec son propos. D'ailleurs, la SACD récompensait son talent d'écriture en début d'année. Coïncidence ? Je ne pense pas. Face à des habitués de festival comme Nordine Ganso, Nadim ou encore Pierre-Emmanuel alias PE, Clément K partait dans le pool des favoris. J’en avais discuté avec Nadim qui voyait davantage PE ou Hassan de Monaco. Je ne croyais pas trop à ce dernier. Certes, il se donne sur la scène, mais je trouve son angle scénique peu original. Pour un festival comme le M Rire, je voyais davantage l’originalité à l’honneur. Ce petit grain de folie, d’espièglerie et de talent en plus a été récompensé ; on ne peut que s’en réjouir.

Les primés du M Rire Festival

Le prix Elie Kakou est décerné par le jury du festival. Ce prix, le plus prestigieux, donne le droit de jouer au gala de clôture le 30 juin prochain. Clément va donc rester un peu plus longtemps dans le sud de la France ! D'autres prix existent, comme le prix du public et le prix des partenaires, décernés à Chrystelle Canals. Betty Lou remporte quant à elle le coup de cœur du jury.

Crédits photo

© Mo Hadji - Clément K au M Rire Festival de Marseille [post_title] => Clément K, prix Elie Kakou au M Rire Festival de Marseille [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => clement-k-mrire-festival-marseille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4448 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 4427 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-20 10:13:29 [post_date_gmt] => 2018-06-20 08:13:29 [post_content] => Lundi 18 juin, je suis revenue sur scène au Jardin S’enjaille. Ce nouveau plateau accueille autant de découvertes que de confirmés. Betty Durieux m’a proposé d’y jouer, ce à quoi j’ai répondu oui. Retour sur une expérience intense.

Cinq minutes ? Top chrono !

J’ai tellement changé d’avis sur le texte. L’idée de conserver la même chose que pour ma première fois au 33 Comedy ne me tentait pas. Alors, changeons la fin. Après tout, je l’ai brodée sur scène au dernier moment. J’avais une idée : dire que passer du temps dans le public des plateaux m’a changé la vie. Et puis, il y avait cette anecdote, passée peut-être inaperçue : je ne suis pas les humoristes jusqu’à chez eux. Je ne sais pas, c’est sorti un peu comme ça. Après la première, je voulais aussi faire table rase de ce qui a dérouté. Exit la kryptonite, Philippe Stark et les marques de céréales. Que mettre ? Le documentaire Get up stand up m’offre une réponse. Dedans, j’y vois Pierre Thevenoux. Ni une, ni deux, je crie en m’adressant à l’écran plat : « c’est Pierre Thevenoux ! ». Bonheur de voir que je suis la seule à avoir ce comportement, je pars là-dessus. Difficile de réitérer mon apostrophe à un meuble hors contexte, mais je reste sur mon cap.

Changement de cap

Un événement m’en fera dévier. L’Underground Comedy Club, samedi soir. Je parle vite fait du sketch à mon guide spirituel malgré lui, mon phare parmi les humoristes : Jean-Philippe de Tinguy. Il me dit que ce n’est pas forcément compréhensible cette histoire de télévision. Je ne l’écoute pas, la soirée passe. Puis je repense à la soirée. Au moment où je lui dis que je prends le même trajet que lui parce que j’ai de gros mollets. Bingo, personne ne peut faire ça. J’ai donc fini par orienter ce cinq minutes sur Jean-Philippe, sans le citer explicitement. Après tout, n’était-ce pas le conseil initial de Fred Cham ? Et puis, on s’en fout. Je ne m’en foutais pas. Je me disais : « Tu vas vraiment faire ça ? Et si on remonte à la source, et si les sous-entendus ? » Foutaises, ils n’ont pas attendu mon cinq minutes pour exister, ces pourparlers. Puis il reste trois jours, tu ne peux plus reculer.

Le jour J

Motivations floues, expérience scénique inexistante, frustration face au travail d’apprentissage et à l’inexpérience. L’envie me quitte, me fait glisser vers une torpeur face à l’exercice. Vivement le 18 juin, vers 22 heures, que cette plaisanterie cesse.
Je passe en deuxième. Rey Mendes finit son passage et m’appelle sur scène. Je suis incapable de savoir si je vais me rater. Ghislain et Nadim me soutiennent comme des damnés. Le premier a même refusé une scène parce qu’il m’a promis sa présence. Pour rappel, c’est lui qui m’a fait jouer pour la première fois. Ghislain est mon fan le plus actif, en quelque sorte ! J’arrive sur cette scène, les mots sortent vite. Trop de texte. Un rire. Je commence à prendre la confiance. Trop : je pars sur un truc sur le prénom Marthe que j’ai trouvé au dernier moment. Ça ne sert à rien, mais c’est si frais que je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir. C’est forcément génial. En vrai, personne n’a compris. Quand le silence s’installe, c’est comme si je prends un coup sur le ring. Je titube, approximation des transitions. Ça devient n’importe quoi, j’ai l’impression de me faire manger sur place et de ne pas pouvoir répliquer. Je raconte n’importe quoi, quelle idée de prendre un spot comme ça, sur un plateau ? Sauvez-moi.

Instinct de survie

Et puis zut. Il faut tenir : j’ai encore une pelleteuse de mots en chemin et deux minutes trente. Il faut embrayer sur les mollets. Oups, j’en parle dans le désordre. Au moins, ils ont ri quand j’ai dit qu’ils étaient gros. Mes approximations s’expriment par l’expression « grosso modo ». Je le dis à chaque phrase, mais je n’en sais rien. Mode survie. Je crois que les gens ont compris que je suis un peu dérangée, ça ricane un peu. Je veux partir. Mais la chute, je l’ai réécrite huit fois. J’y tiens. En vérité, dès que j’y ai tenu, ça s’est bien passé. Même si j’ai tenu le micro avec deux mains, comme un enfant enlacerait son doudou. Mode survie, ça rend mal sur les photos. On s’en moque, c’est presque fini. Il faudra revenir sur scène pour les « actualités ». Moi qui adore ce moment, je n’ai aucune envie de le vivre aujourd’hui. Je suis fébrile, je parle de mon site où je parle de tous les autres humoristes sauf moi. Aveu de faiblesse : je ne fais pas partie du gang, ce sera la dernière.

Pourquoi monter sur scène, déjà ?

La première scène, c’était pour voir. Faire comme les humoristes. La deuxième scène, c’était plus sérieux. Mais je la refusais. Cette question me hante : le fais-tu pour les bonnes raisons ? Et d’ailleurs, c’est quoi la raison ? Parce que le couplet sur le dépassement de soi, ça va cinq minutes. C’est dur, mais ça n’a rien à voir avec Koh Lanta. J’ai trouvé la vraie raison. Exister aux yeux des autres humoristes. Cette hantise de disparaître du milieu et qu’on ne me calcule plus est bien là. Cette peur panique d’être jugée utile juste parce que je parle des gens, mais qu’en vrai, ils n’en aient rien à faire. En tout cas, c’est une raison que je jugeais insuffisante. Puis des humoristes ont insisté. Ils avaient trop envie de me voir jouer. C’est très bizarre comme sensation, moi, j’ai envie de les voir jouer. Donc, une manière d’exister pour eux serait de jouer ? Ai-je envie de le faire ou de faire plaisir à ceux qui le veulent ? Suis-je comme Terry dans Brooklyn Nine-Nine, avec son fétichisme des yaourts et son envie que tout le monde l'aime ?

Des excuses et du blabla

Je vous l’avoue : les excuses que j’ai trouvées pour ne plus le faire sont trop faibles. Trop de travail ? Mauvaise foi : tu as passé ton week-end à regarder les 24 heures du Mans et la coupe du monde. Je ne sais pas jouer ? Ben apprends. Pas de plaisir ? Tu as cru que la scène est un parc d’attractions ?! En plus, les gens ont ri, alors calme-toi. Je te soupçonne même d’avoir dit que c’était nul pour que les gens te disent que c’était bien. Ton ego en a redemandé, c’était sale. Ne dis pas que tu ne vas plus jouer parce que tu finiras par le refaire. Tu as juste la flemme mondiale de tenter un truc pour de vrai. Problème de babtou fragile, juste, tais-toi, fais tes vacances vivifiantes et on en reparlera au retour. Comme vous le voyez, je m’aime bien. On a tendance à être la personne la plus critique envers soi-même et en même temps à ne pas accepter les critiques. Surtout celles que l’on ne s’est pas adressées à soi-même. J’ai reçu tellement de messages de soutien et comme à chaque fois, je suis intriguée. Pour le moment, il faut que je rattrape mon retard sur les articles du site, et on reprendra cette réflexion scénique au moment voulu.

Monter sur scène : en résumé

Monter sur scène, c’est grisant. Il est facile de décrocher un spot non rémunéré. Les découvertes au Jardin S’enjaille ne touchent rien. Par contre, affronter la peur du bide et des silences gênés est très difficile. On a tendance à vouloir s’en protéger. C’est pour ça que chaque bide passe par un renoncement de l’artiste sur scène. Souvent, le ressenti est faussé. D’où l’écart entre ce qu’on ressent et ce que le public vit. Je ne sais pas si la scène est viscérale pour moi. Beaucoup décrivent ça comme une évidence. Une drogue. Je n’en prends pas, je ne peux pas le savoir. Tout ce que je sais, c’est que quand la pression est retombée, ça allait beaucoup mieux. Ce sentiment de liberté face à l’absence d’obligation de jouer… Cette idée de retrouver ma vie normale m’a séduite. Mais j’entends les encouragements des autres de continuer. Le fait de ne pas parler gynécologie sur scène me galvanise, je me sens différente. Et voir la tête de Malik Bentalha partout me rappelle que lui ne se pose pas de questions. Il ne se dit pas qu’il n’est pas pertinent sur scène ou grand écran, il prend la place, sans gêne face à son plagiat. Ainsi, il profite des gens comme moi qui se disent qu’être honnête ou ne pas jouer les jeux politiques ne mène à rien. Il se nourrit de mon découragement et de ceux des autres, mais il ne devrait pas. Peut-être que ça me fera revenir. Affaire à suivre ! [post_title] => Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-jardin-senjaille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4427 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3157 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-29 10:56:48 [post_date_gmt] => 2017-12-29 09:56:48 [post_content] => Le spot du rire achève l'année 2017 avec de nombreuses satisfactions ! On espère que ce projet de promotion d'humour vous apporte des informations, de l'amusement aussi. Les contenus présentés ici sont les plus consultés de l'année. Quoi de mieux que la fin de l'année pour les redécouvrir ?

10. Jean-Philippe de Tinguy : une interview du spot du rire

L'interview avec Jean-Philippe, c'était la première du site internet. Si elle apparaît ici, c'est grâce à une promotion sur les réseaux sociaux et sûrement parce que je l'ai beaucoup lue. Cela a l'air tellement plus simple de parler de quelqu'un dont le parcours n'a plus de secret. En réalité, c'est difficile parce qu'on a envie d'orienter la parole de l'autre, on sent où il va aller. On veut juste le montrer et rendre compte de ce qu'on a découvert. J'espère que la mission a abouti à vous le faire connaître davantage !

9. Nadim : pourquoi le spot du rire le soutient

Ce billet présente ce qu'il s'est passé lorsque j'ai rencontré Nadim. Pour tout vous dire, ça m'a cassé un date qui n'a pas compris ma fascination pour les artistes et s'est senti délaissé. Bon, je pourrais avoir prononcé les mots salut ma poule... Ça peut jouer, aussi. Plus sérieusement, j'ai été bluffée de retrouver un humour sur le malaise et la folie. Lorsque je l'ai recroisé, le timing était parfait : je lançais le spot du rire, et je lui ai proposé de rejoindre l'aventure. Tout est parti de là.

8. Un café au lot7 : le podcast de Louis Dubourg garanti sans clash

On ressent le marketing incisif de Louis Dubourg dans cette position. L'humoriste a lancé un podcast où il rencontre des personnalités du milieu du stand-up. C'est axé sur l'actualité, ça questionne notre place dans la société. Autant le dire tout net : c'est parfois pompeux. Mais nous sommes à des années-lumière des blagues potaches, pourquoi pas élever le débat, après tout.

7. Dimanche Marrant : le plateau d'humour tendance à la Brasserie Barbès

Le plateau Dimanche Marrant est parfois victime de son succès. Il y a tellement de monde qu'il faut arriver assez tôt pour être bien installé. Parce que voir du stand-up à Barbès, c'est vraiment hype. Une ambiance cosy, une programmation efficace, Guilhem Malissen aux commandes. Il n'y a pas de secret pour attirer du monde. Généralement, le samedi et le dimanche, quelques personnes viennent consulter cette page. On est très fier de pouvoir les aider à se projeter dans leur sortie du dimanche soir !

6. Cactus Comedy : le plateau d'humour qui pique

Le Cactus Comedy est un plateau original. Il fonctionne sur un système de troupe. L'humour est volontairement corrosif, un peu engagé parfois. Des invités apportent une inspiration aux humoristes résidents, et toute la bande délocalise en province ou à l'étranger.

5. Plateaux d'humour et comedy clubs : les endroits où rire à Paris

L'une des missions du spot du rire, c'est de vous faire découvrir les plateaux d'humour. Sinon, comment pourriez-vous bien découvrir les nouveaux talents du rire ? Si vous vous contentez de BilletRéduc, vous aurez ceux qui ont déjà une heure de blagues. Avant d'en arriver là, il faut tester. Les plateaux sont faits pour ça. On en profite pour vous annoncer qu'on vous a concocté une liste de plateaux au-delà de Paris !

4. Louis Dubourg : artiste stand-up au spot du rire

Louis Dubourg est l'un de nos résidents. C'est le dernier que j'ai nommé à cette place pour sa connaissance de la culture du stand-up. Le jeune humoriste se met par ailleurs souvent en question. Il dégage aussi une assurance sur les réseaux sociaux qui l'amène notamment à remplir le One More Joke. Un marketeux drôle, en somme.

3. Jean-Patrick : découverte humour d'août

J'ai vu le spectacle de Jean-Patrick 2 fois. Ce mec a un truc spécial : on ne sait pas s'il va offusquer ou donner à réfléchir. A aucun moment, je ne sais où il va aller. Mais j'ai été suffisamment intriguée pour avoir envie de vous le faire découvrir.

2. One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !

Quand des plateaux iconiques de la capitale innovent, ils ne le font pas à moitié. Des humoristes qui s'enchaînent vitesse grand V pour proposer une soirée folle : tel est le concept développé l'été dernier. Cela a permis de donner sa chance à de tous jeunes humoristes. Ils ont pu apprendre de stand-uppers plus confirmés et profiter de l'émulation de la salle. Et le public était sûr d'aimer au moins une poignée d'entre eux !

1. Alexandra Pizzagali, découverte humour d'octobre

Largement en tête de notre classement, Alexandra Pizzagali sait mettre tout le monde d'accord. La jeune artiste et comédienne a impressionné les professionnels et reçu plusieurs distinctions cette année. On lui souhaite de continuer sur sa lancée l'année prochaine et les suivantes ! Et cela commence en beauté : elle sera à La petite loge tous les samedis à 21h30.

En route pour 2018 : quelles bonnes résolutions ?

Ainsi s'achève notre compilation des meilleurs contenus du spot du rire de l'année ! Pour 2018, on s'engage à tenir quelques unes de ces résolutions :
  • Parler des événements en dehors de Paris
  • Convaincre des rédacteurs invités de parler de sujets qui les passionnent
  • Se prendre un bide en scène ouverte et vous le raconter
  • Voir enfin La cité de la peur
  • Continuer de se laisser surprendre par des spectacles
  • Ne jamais se lasser et garder de la candeur en tant que public
A l'année prochaine ! [post_title] => Les 10 contenus les plus lus en 2017 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2017-contenus-humour-populaires [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:32:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:32:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3157 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3056 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-28 14:55:11 [post_date_gmt] => 2017-11-28 13:55:11 [post_content] => Nous sommes le 28 novembre, une sorte de calme avant la tempête sur la planète comedy club. Ce soir, vous allez peut-être vous rendre à un plateau d'humour. Leur nombre est assez classique. On retrouve notamment des soirées comme la Topito Comedy Night, les plateaux habituels du Paname ou du 33 Comedy Club. On n'est pas trop perdu, et on profite même d'une soirée sympa dans le cadre du Campus Comedy Tour.

Mercredi 29 novembre : tous les plateaux d'humour où vous pourrez rire

Mais demain, c'est de la folie. Jugez plutôt : Le spot du rire peut seulement vous conseiller d'aller où vous en avez envie : à vous d'avoir le courage de faire un choix ! Et vive la concurrence. Bon courage à tous les plateaux, demain comme chaque jour où ce n'est pas toujours facile d'attirer du monde. Et vous, public, gardez-en un peu pour le chapeau.

Crédits photo

Louis Dubourg, par Betty Durieux [post_title] => Le 29 novembre, la journée nationale des plateaux d'humour ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journee-nationale-plateaux-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:31:44 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:31:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3056 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 2823 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-07 20:04:43 [post_date_gmt] => 2017-10-07 18:04:43 [post_content] => Il y a peu, on a vérifié s'il y avait trop d'humoristes. On a aussi enquêté sur les mauvaises critiques humour et la réception parfois hasardeuse des spectacles comiques. Aujourd'hui, a-t-on trop de lieux où écouter, consommer de l'humour ? Une nouvelle enquête du spot du rire sur les nouveautés humour. Les amateurs de l'adage c'était mieux avant n'ont qu'à bien se tenir. Il se passe quelque chose... apparemment. Jugez plutôt :

Ne rien manquer des nouveautés humour, possible ?

Fred Cham a lancé avec Nathan Bensoussan le Court-Circuit Comedy Club, un plateau d'humour dans le 20e arrondissement. Il a livré ses impressions sur l'écosystème actuel de l'humour vis-à-vis du spot du rire :
Tout le monde est en train de créer, dans son coin, quelque chose sur l'humour. Tu connais Avek Brio, par exemple ? Ce qui serait bien, c'est que tu puisses relayer sur ton site l'ensemble des initiatives pour les rendre plus fortes, et rendre ton site plus fort aussi.
Je suis tellement fan de leur travail, notamment le Farce Club : les vidéos sont bien montées, les interviews sont intéressantes. Et puis, il y a aussi l'émission de radio Antek on R qu'on adore et qu'on relaie à foison. Dans les résidents du spot du rire, Nadim y est passé, Charles Nouveau aussi... Evidemment, l'humour ne se cantonne pas qu'à la poignée de résidents du spot du rire. Les soirées découverte sont toujours aussi prisées, comme en témoigne le festival d'humour de l'espace Gerson ou les plateaux tels que le Trempoint, qui a changé sa formule.

On reçoit des trucs sans arrêt, c'est viral

J'ai un ami qui m'a envoyé les vidéos de Monsieur Flap. Inconnu au bataillon pour moi qui traîne dans les scènes ouvertes... Sa dernière vidéo m'a fait penser à la parodie de télévision de Chris Esquerre, Télé Oléron. Or, la chaîne Studio 4 qui diffuse ces vidéos a plus de 100000 abonnés sur YouTube. Il s'étonnait que je ne connaisse pas, s'étouffant presque devant son assiette à ce moment-là. Le dialogue se passait dans un restaurant, car il aime manger. Chacun ses trucs. Quand cet ami me parle de Paul Taylor, il ne me parle pas du spectacle #Franglais. Il n'est pas allé au Sentier des Halles comme moi, ou dans d'autres salles comme l'Européen par exemple. Par contre, il est tellement fan de WTF France qu'il a eu du mal à se faire à l'idée du changement avec What's up France. C'est seulement sur la quatrième vidéo qu'il a retrouvé ce qu'il aimait dans la version passée. Il m'a dit qu'il a commenté pour dire à Paul Taylor et à toutes les petites mains de la série qu'ils devaient continuer comme ça. J'ai souri intérieurement : le public est décidément roi et challenge en continu toutes ces créations humoristiques.

Que va faire le spot du rire, dans toutes ces nouveautés ?

Continuer les découvertes humoristiques, des plus jeunes pousses jusqu'aux confirmations encore méconnues. Ecouter les humoristes qui nous disent que Yacine Belhousse est à découvrir de toute urgence, parce que bon nombre d'entre eux estiment que c'est le meilleur stand-upper francophone. Essayer d'aller chercher le rire plus loin, comme au festival Fringe à Edimbourg l'été dernier par exemple. Relayer ce qui se fait de bien, soit ici, soit sur nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram. Et si vous avez une idée, un contenu à relayer comme a pu le faire Louis Dubourg, vous pouvez rejoindre le mouvement ou nous proposer un petit quelque chose. Crédit photo : Seb Mellia - Capture d'écran YouTube [post_title] => Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveautes-podcasts-humour-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:29:33 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:29:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 2339 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-02 19:31:40 [post_date_gmt] => 2017-08-02 17:31:40 [post_content] => Cet été, 2 plateaux ont fait un pari. Les comedy clubs perdent mathématiquement leur public parti en vacances. Pour attirer un public conséquent, ils sortent donc l'artillerie lourde de l'humour parisien. Amener 20 humoristes et plus dans la même soirée, les faire jouer 3 minutes chrono. Le public vient plus nombreux, l'ambiance monte et les risques d'annulation de plateau... s'annulent. Le spot du rire y était pour savoir ce que vaut un tel format !

En immersion dans l'humour parisien

On m’a déjà dit que je pourrais être détective privée. Figurez-vous qu’il existe des gens qui prennent des trains pour lire au-dessus des épaules de Business Executive et écouter des conversations privées. Parce que les gens signent des clauses de confidentialité, mais ils restent humains et finissent parfois par dévoiler des détails qui n’auraient pas dû fuiter. Mais je ne suis pas détective privée. Par contre, je me suis infiltrée dans 2 plateaux d’humoristes un peu spéciaux en cet été 2017. 20 humoristes au One More Joke, 33 humoristes au 33 Comedy (enfin 34, mais ça a été vendu avec 33 protagonistes initialement)… j’étais donc parée pour une vraie aventure. En voici les détails… pas très confidentiels.

Plateaux géants : une kermesse du rire

Ambiance mariage, métro japonais... cela ne fait aucun doute : dans les deux cas, nous sommes dans une salle bondée. L'idée initiale vient de Louis Dubourg, il la lâche en off lors de l'enregistrement de l'émission d'Antek, Antek on R'. Plutôt que de faire venir 3 humoristes pour leur laisser 20 minutes de parole, inversons les chiffres : 20 humoristes plutôt que 3 garantit de brasser une fanbase plus dense ! Premier rendez-vous pris le jeudi 27 juillet, avec des humoristes sur le point de partir en vacances. Chacun dispose de 3 minutes, et Louis veille au grain. Le videur du One More peut être réquisitionné à tout moment pour déloger l'humoriste de scène. Mais s'ils aiment pousser l'humour et le comique pour obtenir des rires, ils sont beaux joueurs et aucun ne fera de sitting ou de grève de la faim pour terminer sa blague. Dans le public, on grince des dents. L'angoisse du temps qui défile se vit avec l'humoriste. Si on lui coupe la parole, c'est la catastrophe ! On a tous envie qu'il réussisse. L'événement permet, plus que jamais, d'aller dans le même sens, pour la beauté du geste technique. Voilà un échantillon du stand-up à l'état brut, il n'y a plus du tout de quatrième mur.

Faire rire en 3 minutes : plusieurs écoles se côtoient

Antek au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Il y a ceux qui ont préparé une prestation spéciale, comme Antek qui réserve un hommage convaincant au chanteur Chester Bennington. La thématique : s'il avait été bobo, mangé du quinoa, il serait peut-être encore de ce monde. D'autres commencent tranquillement leur passage habituel. Cela fonctionne également : comme le stand-up peut se passer de transition, on peut l'arrêter à tout moment. David Azencot et Guilhem Malissen, par exemple, ont un univers bien à eux. L'ambiance s'en retrouve toujours altérée, et les rires fusent. Il en va de même pour les one-liners. Joseph Roussin, qui a mis de côté son personnage de détective pour l'occasion, retourne à ses premières amours et lance plusieurs répliques pour rebondir sur l'affaire du petit Grégory. Joseph Roussin et Rémi Boyes au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Certains tentent de mélanger leurs passages habituels avec de légères nouveautés. Par exemple, Rémi Boyes en a profité pour introduire sa nouvelle punchline sur Pompéi. Si vous l'avez manquée, elle a fonctionné comme jamais ce soir-là. Déjà testée au 33 Comedy dans un plateau plus classique, elle faisait déjà rire. Là, le One More était vraiment retourné, comme aiment le dire Certe Mathurin et Louis Dubourg.

Comment le public accueille-t-il ce format ?

Le One More Joke propose traditionnellement un entracte. 20 humoristes, cela se divise hyper bien par 2. Mes études littéraires me permettent d'être autonome sur cette opération. Ainsi, pas de fatigue à déplorer. En revanche, le 33 Comedy a davantage patiné : les 33 humoristes s'enchaînaient sans interruption. Et pour inaugurer le mois d'août, il fallait attirer des humoristes présents et disponibles. Quand on atteint le chiffre 33, cela devient difficile de proposer une qualité homogène. Le ventre mou n'a pas été simple à affronter, malgré un glissement sporadique d'humoristes confirmés çà et là. Marina Cars a fait partie de celles qui ont ranimé la flamme et fait oublier la fatigue de la journée.

Débutants, confirmés, nouveaux départs : une chance de briller pour tous !

On pourrait croire que le 33 Comedy a manqué le coche. Il n'en est rien : pour la première fois, j'ai assisté à un vrai panorama de stand-up. Tous les styles et niveaux se côtoyaient. Il y avait ceux qui avaient besoin de reprendre confiance après un ou deux bides. Le public n'est pas toujours tendre/bienveillant, et il n'est pas simple de rebondir, parfois. Difficile d'établir un classement entre les bons et les moins bons. Je note juste que Mathias Fudala et Paul de Saint-Sernin m'ont agréablement surprise lors de leurs passages respectifs. Mathias prend le risque des jeux de mots. Il pourrait tomber dans les blagues Carambar, mais il tient un univers qui lui est propre. Il tourne en dérision son image de mec timide et peu sûr de lui en disant qu'il incarne un personnage. En fait, sa personnalité tourne plutôt autour d'un grand black ultra baraqué. La salle explose de rire, s'attache. On ne perçoit aucun jugement de valeur sur sa personne, juste un élan d'humanité face à cette sincérité dans le jeu. Quant à Paul, il joue dans un registre similaire à Charles Nouveau en revisitant les commentaires sportifs. Comme je connais ce milieu, je suis complètement happée dans le sketch et pleinement convaincue de la prestation. Jean-Philippe de Tinguy au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Bien entendu, on n'oublie pas la présence des artistes du spot du rire, représentés ce soir-là par Jean-Philippe et Nadim. Leur univers parallèle a encore fait mouche. Les deux cohabitent dans ce même espace-temps sans jamais empiéter sur le jeu de scène de l'autre. Ils se croisent de plus en plus sur les mêmes plateaux, riant allègrement de la prestation de leur quasi-double. Les fans du genre aimeraient fortement les voir partager 30 minutes de scène chacun. Je pose cet argument ici, advienne que pourra.

Les bars comme lieux d'accueil de l'humour parisien

Il s'appelle Jérôme, et c'est le big boss de la Grange, le bar qui accueille le 33 Comedy depuis un peu plus d'un an. Les gens comme Jérôme, ce sont eux qui donnent leur première chance aux artistes de s'exprimer. Ils offrent un espace de liberté, et cela bénéficie à tout le monde : public, artistes. C'est grâce à des gens comme Jérôme qu'on assiste à une émulation qui stimule la créativité des figures du stand-up, de plus en plus nombreuses et affûtées. Pour ces lieux, aménager un espace pour le stand-up est un bon moyen d'attirer du monde, d'apporter de la convivialité dans une société sclérosée par les apparences, bref de permettre aux gens de péter un coup face au destin qui l'attend. En vérité, pour accueillir le 33 Comedy et ses 33 humoristes, il a fallu faire preuve d'ingéniosité. Le spectacle est passé du sous-sol au rez-de-chaussée. Les artistes n'étaient pas aussi isolés que d'habitude. Situés juste derrière le public, ils se tenaient fin prêts à passer chacun leur tour. Le bar a gracieusement prêté du matériel son pour cette organisation inédite, qui s'est déroulée en un temps record : annonce le dimanche sur les réseaux sociaux, événement le mardi. Et le public était au rendez-vous. La Grange, c'est aussi le lieu de prédilection de l'enregistrement de l'émission d'Antek, donc en matière de QG pour ses 3 résidents (Jean-Patrick et Ghislain, accompagnés d'Antek), on est plutôt dans du lourd. Si vous voulez en savoir plus sur ce lieu, on lui a consacré une petite fiche explicative avec le plan et le plateau dédié.

En résumé

Honnêtement, j'étais sceptique sur la réussite d'un passage de nombreux humoristes en 3 minutes. Je comprenais le modèle économique de l'idée sans difficulté, mais j'avais du mal à me projeter en tant que public. Au final, la découverte est facilitée par ce type de format. La curiosité est attisée : on a encore faim. Seul bémol : difficile pour un artiste de faire son actualité sur ces événements, mais on peut se dire que le public sera au rendez-vous au prochain plateau pour les revoir ! Enfin, il est temps de vous livrer une anecdote. J'ai aussi croisé quelqu'un du public qui venait seul et découvrait les plateaux français pour la première fois. Le Français est sa langue maternelle mais il a découvert les comedy clubs à travers Erasmus et ses voyages à l'étranger. Son premier contact avec les scènes parisiennes, c'est l'un des plateaux anglophones de la capitale : la stand-up comedy night au Tennessee, un bar parisien de Saint-Germain des Prés. Je ne sais pas s'il a passé une bonne soirée, mais il s'est resservi en bière 3 fois. Une enquête rondement menée par le spot du rire, comme vous pouvez le voir !

Crédits photo

Dans les humoristes présents à ces petites kermesses du rire, on trouve Fabrice Mawule Houessou. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est le photographe de l'Underground Comedy Club. Si vous voulez jeter un œil à son art, une page dédiée répertorie toutes les photos prises lors de ce plateau d'humoristes. Autant vous dire qu'elles sont extrêmement bien prises et que c'est un régal pour les yeux ! Merci à lui pour l'aimable autorisation de reproduction de ces clichés ! [post_title] => One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-33-comedy-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => https://radio-r.fr/blog/2017/05/02/decouvrez-antek/ [post_modified] => 2020-10-09 15:27:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2339 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 20 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 3c72be6158dc3146732a60d1ec720405 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Nadim

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

Adrien Montowski, découverte humour, stand-up et mime sur le spot du rire

La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

FUP 2020 - La soirée des humoristes de demain annulée

FUP 2020 - Il faut sauver les découvertes !

Interviews du spot du rire : une sélection des meilleures anecdotes

Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes

Spectacle Saint-Valentin 2020 : notre sélection

Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ?

Mahaut et Humourman en 30-30 au Laugh Steady Crew

Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche

Comédie alternative en France : programmation du premier plateau d’Humourman

Comédie alternative : un remix signé Humourman

Nadim au Point Virgule : un premier contact réussi

Nadim au Point Virgule : premier contact et voyage temporel

Le spot du rire : votre guide humoristique indispensable

Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans !

Nouveaux plateaux d'humour : le Cap ou pas cap Comedy

Le charme des nouveaux plateaux d'humour

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Clément K primé au M Rire Festival de Marseille

Clément K, prix Elie Kakou au M Rire Festival de Marseille

Juliette - illustration affiche spectacle - monter sur scène

Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu !

2017 : des contenus riches sur l'humour sur le spot du rire !

Les 10 contenus les plus lus en 2017

Louis Dubourg sur scène en plateau d'humour

Le 29 novembre, la journée nationale des plateaux d'humour ?

Le podcast humour de Seb Mellia, l'une des nouveautés de la rentrée 2017

Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ?

Humour parisien : 20 artistes humour au One More Joke

One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !