Publications liées au mot-clé : Marina Rollman

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => marina-rollman
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 475
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => marina-rollman
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 475
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => marina-rollman
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 475
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => marina-rollman
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 475
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 475
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 475
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => marina-rollman
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 475
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (475) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (475) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (475)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 8042
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-01-07 15:25:15
                    [post_date_gmt] => 2020-01-07 14:25:15
                    [post_content] => 

Le 6 janvier, le Barbès Comedy Club a accueilli la première Caustic Comedy Night. Retour sur cette édition inaugurale de l’un des plateaux les plus célèbres de Suisse.

Cet article est le premier d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents. Retrouvez le second volet ici.

Caustic Comedy Night : Charles Nouveau joue les intermédiaires

Il était temps de vivre cette soirée qu’on n’attendait pas. On n’osait pas en rêver, puisque d’habitude, la France humoristique a plus l’habitude de sucer le Québec et de singer les Belges.

Mais d’un côté, Marina Rollman a habitué les auditeurs de France Inter à l’humour suisse, bien plus léger qu’une fondue.

Arrêtons-nous un instant sur les sempiternelles comparaisons culturelles de voisinage. Revenons au deuxième événement qui nous a offert cette percée suisse à Paris : la programmation de Thomas Wiesel pendant un mois au Point Virgule !

Thomas Wiesel, en matière de popularité, c’est le n°1 ex-æquo du rire suisse-romand avec Nathanaël Rochat. Ce classement n’est pas scientifique, un peu chronologique… et tous s’accordent à dire là-bas qu’il bénéficie d’un public large. Et c’est sur cette base que le Caustic Comedy Club a pu s’exporter.

Retour au Barbès Comedy Club

Entrer au Barbès Comedy Club avait une saveur particulière ce soir-là. Déjà, je n’allais nulle part depuis bien longtemps. À cette abstinence comique depuis le 15 décembre s’ajoutait une interruption des Bras Cassés sur Couleur3. Il s’agit de l’un des programmes où les humoristes suisses romands ont voix au chapitre, et la dernière remontait au 12 décembre.

Et comme d’autres qui ont passé Noël avec des générations plus avancées, nos compagnons de fin d’année ne comprenaient rien à la diction rapide des humoristes du Jamel Comedy Club. Mais le virtuel, ça ne nous branche pas trop.

En entrant, donc, je tombe sur Clément K, venu escorter Bruno Peki, qu’il héberge par la même occasion. Ce soir-là, Clément K a joué le rôle un ami très généreux pour lui comme pour moi, d’ailleurs, mais nous y reviendrons plus tard.

À l’heure du récit, Clément discute avec des Suisses, des vrais. J’entame un marathon de citations de personnalités suisses pour dire que j’ai trop mangé d’audiovisuel suisse en 2019. Cet enthousiasme suspect me met vraiment à l’aise, paradoxalement. Euphorique, je plane déjà alors que le spectacle n’a pas commencé.

Le spectacle n’a pas encore commencé, mais l’instant est déjà décisif

Je vois au loin Fabien, l’un de mes rédacteurs, et Jean Paul, comique en formation. Je glisse au régisseur Tanguy de les placer à proximité. On se retrouve à côté de Julie, une ancienne habituée du One More Joke qui vient en repérage pour inviter ses potes au Barbès Comedy Club. Je lui vends le lieu, elle me répond qu’elle sait tout ça car elle s’est renseignée.

Je l’aime déjà.

Face au boîtier qui permet de commander, elle me dit que ce serait drôle de l’utiliser pour interagir avec le comique. Le bouton “Cancel” signifierait que la blague ne passe pas, le bouton “Call” permettrait de faciliter l’interaction et le bouton “Pay”, disons, un pourboire pour le comique en cours ? Je sais, il y aurait des effets pervers. Mais juste pour toutes les fois où ça nous a irrité de mettre de l’argent dans un chapeau, en sachant qu’il y avait un comique qu’on n’aimait pas qui aurait la même part que les autres… Ok, c’est vache. Ça restera un fantasme. Merci Julie d’avoir stimulé mon imagination et dépassé ma créativité !

Les temps forts de la Caustic Comedy Night

Passons au spectacle en lui-même. Charles Nouveau assure une chauffe avec du très sûr. Comme d’habitude, il est impeccable dans son rôle. Thibaud Agoston débute la soirée avec un passage que je qualifierais de carton. Lui aussi fait du sûr, et je retrouve tout ce que j’avais aimé chez lui, avec un an d’expérience en plus.

Suivent peut-être dans le désordre, le souvenir est déjà flou, Bruno Peki, Cinzia Cattaneo, Kévin Eyer, Nadim… Oui, comme notre Nadim, mais pas du tout dans le genre psychopathe. Si tout le monde marche, Nadim retourne la salle et lance pleinement les applaudissements spontanés.

Quand le croustillant rompt la neutralité suisse

Kévin Eyer se frotte à un public en quête de bienveillance. Une blague assez bien exécutée, mais qui évoque le poids de sa compagne, lui vaut un « fils de p*te » soufflé dans le public. Malheureusement pour cette personne, elle l’a chuchoté dans un moment de silence. Grillée, Céleste (le prénom n’a pas été changé) a instinctivement placé les mains devant sa bouche. Un geste d’excuse ultra-mignon qui rappelle pourtant que la blague et sa réaction étaient les bienvenues.

Parce qu’une fausse polémique ne vient jamais seule, Fanny Ruwet a pu s’incruster dans la programmation. L’humoriste belge faisait sa première au Barbès Comedy Club ce soir-là et elle a saisi l’occasion pour prendre le micro. Un passage toujours aussi soigné, comme à la TV, qui fait encore oublier sa jeune expérience. Mais nous y reviendrons avec la critique de son spectacle…

Marina Rollman en test : merci la vie

Quand j’ai vu Fanny monter sur scène, j’ai pris un peu peur. Où diable se trouvait Marina Rollman ? En plus, Charles Nouveau nous resservait un deuxième passage, qui me rappelait d’où venait cette chanson des diplodocus que je fredonnais seule, chez moi, pendant la grève. Le souvenir m’est enfin revenu, après des mois d’interrogation. Bienvenue dans ma vie.

Du rab de Charles Nouveau, on en prend volontiers, mais ça commençait à devenir long pour mon organisme. Alors quand Marina montait sur scène, à 50 cm de moi, et que ma vessie réclamait que tout cela cesse, la perspective de blagues de test me faisait tenir… et craindre le pire.

Pour autant, Marina m’a arraché les rires les plus naturels de la soirée. Ce lâcher-prise a soudainement calmé mon impatience… et même suscité mon intérêt jusqu’à la dernière seconde ! Merci à elle d’avoir osé faire du test alors qu’elle a vu tous ses copains délivrer leur sûr.

Caustic Comedy Night : fin de la démonstration de force

Ils sont rares, ces plateaux qui affichent complet pendant la grève. Ou pour lesquels personne ne bide ou ne performe moyennement… Et la Caustic Comedy Night du 6 janvier a réussi à rentrer dans cette rareté.

S’il n’y avait pas eu la grève, j’aurais aussi goûté à la soirée du 7 janvier. Vous imaginez ? Alexandre Kominek et Charles Nouveau en maîtres de cérémonie, avec Thomas Wiesel dans le line-up ! Ça a de la gueule… La Suisse n’est peut-être pas la nation la plus belliqueuse, mais elle nous offre des démonstrations de force qui feraient fantasmer tout syndicat.

Construire le stand-up francophone, c’est donc en cours des deux (trois, merci Fanny !) côtés de la frontière. 2020 commence décidément très bien, et ce n’est pas un hasard si cela débute au Barbès Comedy Club. Merci énormément à Shirley Souagnon, sans qui tout ça n’aurait pas été possible. La francophonie va se porter plutôt que s’affronter, et c’est dans l’ordre des choses…

Épilogue pour Bruno Peki

Évidemment, je n’ai pas pu résister face à Bruno Peki pour le féliciter pour ses chroniques dans les Bras Cassés. Je ne peux pas en dire plus, mais nous préparons quelque chose de top secret en coulisses… Bruno, tu as reçu ce 7 janvier le paquet secret contenant les informations classées secret défense. Je compte sur toi. Yacine Nemra a commencé l’année sur des chapeaux de roues, il faudra être à la hauteur… et tu le seras. Bon courage pour ta mission !

[post_title] => Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => caustic-comedy-night-barbes-humour-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:16:57 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:16:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8042 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6710 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-10 08:00:20 [post_date_gmt] => 2019-09-10 06:00:20 [post_content] =>

Marina Rollman : doit-on encore la présenter ? L’humoriste suisse, révélée sur France Inter mais pas que, joue Un spectacle drôle depuis 2017. Aujourd’hui, elle évolue au Théâtre de l’Œuvre et les places se vendent vite.

Pour ne rien vous cacher, j’avais vu son rodage à la Petite Loge et ça ne s’était pas passé comme prévu. Mais ce n’était pas la faute de Marina, c’était celle du destin.

Un spectacle drôle : Marina Rollman, figure du stand-up moderne

Revenons à cette soirée du 13 septembre 2017. Pour aller à la Petite Loge, cela me prend une heure. Une heure pour croiser des personnes que l’on connaît malgré les métros blindés. Ce soir-là, je croisais mon ex. Et mon réflexe, c’était de lui dire bonjour et perdre quelques points d’estime de soi.

Il n’y avait vraiment pas d’incident à déplorer. Mis à part qu’à l’époque, je pensais qu’il avait gagné la rupture. Heureusement, Saint-Georges arrivait et je pouvais me préparer à voir Marina. Ce que je n’avais pas anticipé, c’est qu’elle abordait notamment une rupture douloureuse et une dépression pendant le spectacle. Mauvais timing pour un spectacle qu’elle avait réalisé avec beaucoup de talent. Je lui avais même attribué la note de 9/10 sur BilletRéduc malgré cette impression de mauvaise soirée. Ce soir-là, je passais donc à côté d’un talent par un concours de circonstances.

Les jours sans ne dépendent pas toujours de l’artiste… Et c’est dommage : Marina a beaucoup d’esprit, et c’est juste agréable de passer une heure avec elle. Il y a beaucoup de légèreté dans son ton, une vraie classe qui rend folle la presse. Marina Rollman, c’est le stand-up moderne, élégant. Je me croirais à la Fashion Week, même si je ne sais pas comment ça marche.

Le rodage de Marina Rollman, les ex… de l’histoire ancienne !

Deux ans plus tard, Marina Rollman a fait du chemin. Je pense notamment aux nombreuses chroniques sur France Inter et la présentation du festival de Montreux avec Roman Frayssinet. Je n’oublie pas ses passages dans les médias suisses — car Marina fait partie de la dream team de l’humour suisse. Et le spectacle a bien évolué depuis ce rodage et ma critique d’antan, que vous pouvez retrouver ci-dessous :

Même si tu as croisé ton ex dans le métro avant de venir, qu'il y avait aussi un autre type bizarre dans ton parcours vers Marina, et qu'il pleut des cordes quand tu attends devant la salle... le spectacle est très drôle car l'humoriste sur scène t'apprend à faire abstraction de ces moments gênants de vie en racontant les siens. Du pur stand-up thérapeutique, avec du niveau. C'est bientôt l'équivalent d'un chef-d'oeuvre littérature qu'il faut aller voir pour frimer sur sa culture humoristique perso !

Critique de JulietteLespotdurire, 14/09/2017

Infos pratiques

Quand ?Les 20-21 septembre à 20 h (Marseille)
Les mardis et mercredis à 21 h, du 24/09 au 18/12 (Paris)
Où ?L’Art Dû (Marseille)
Théâtre de l’Œuvre (Paris / Place de Clichy-Liège)
TarifÀ partir de 18 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© 33 Comedy (janvier 2017)

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Marina Rollman et son spectacle drôle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => marina-rollman-spectacle-drole-theatre-oeuvre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-11 13:03:31 [post_modified_gmt] => 2020-08-11 11:03:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6710 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5163 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-09-20 19:04:29 [post_date_gmt] => 2018-09-20 17:04:29 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Imaginé par la polyvalente humoriste et productrice Shirley Souagnon, le 1er festival 100% stand-up en France a vu le jour le week-end du 14 au 16 septembre. On retrouve également Jessie Varin, directrice artistique de la Nouvelle Seine, à l’organisation. Le tout pour nous permettre de passer ces 3 jours sous le signe du rire, il n’y a pas mieux en astrologie. Voir aussi : Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night 3 jours, 3 péniches (le Flow, la Nouvelle Seine, le Jardin Sauvage), plus d’une vingtaine de shows, documentaires, ateliers-rencontres et expos. Tout ça avec du beau temps de la bonne humeur… et un peu d’alcool comme dans tout festival qui se respecte, et le départ est donné.

Premiers pas à Debout Paris

Sur les quais de Seine règne une ambiance légère. Les touristes prennent des photos, se pressent près de Notre-Dame, mais j’ai le sentiment que tous rateront l’essentiel. Malgré un drapeau « Debout Paris » planté devant l’entrée de la Nouvelle Seine tout le week-end, la plupart y adresseront un regard furtif avant de retourner à leurs selfies. Je peine à y croire. C’est comme ouvrir un vieux placard, fouiller dans les vieux manteaux, sentir la fraîcheur de la neige… et le refermer sans se rendre compte qu’au bout il y a Narnia. Blague à part, aujourd’hui je tâte toujours le fond des armoires… on ne sait jamais ! Le festival débute par un atelier-rencontre sur le thème de la professionnalisation du « stand-up » en partenariat avec la SACEM. Un public jeune, amateur de stand-up et en quête d’informations s’y rend. On ne se connait pas mais on partage tous la même passion. J’ai l’impression de rencontrer une famille éloignée que je n’aurais jamais vu. La conférence, animée par des professionnels du milieu, portera sur des zones d’ombres du métier d’humoriste. Droits d’auteur et gestion de la communication sont ainsi au centre du débat. On écoute, on apprend, on sourit, on échange. Le décor est ainsi planté : discussions intéressantes, ambiance bienveillante, du partage et du rire. Le premier événement sera donc à l’image du festival : drôle, sympathique et chaleureux.

Les documentaires : du stand-up sur grand écran

Quand on aime le stand-up, on aime en voir, parfois en faire, mais on aime aussi tout le contenu qui l’entoure : podcasts, interviews, documentaires. À ce niveau-là, le Debout Paris Festival va nous combler. Samedi 15 septembre, c’est séance ciné. 5 euros le documentaire. L’occasion de payer pour du contenu gratuit que j’avais déjà vu. Stupide à première vue, mais j’avais l’impression de soutenir les artistes de cette façon. Du coup, 15 euros pour les 3 documentaires, soit le même prix que pour un nouveau Star Wars en 3D... sauf que là, il y a un scénario. Cependant, on n’a pas la 3D. Mieux : on a la 4D : les humoristes/réalisateurs sont disponibles pour des questions à la fin des projections. Ambiance conviviale et intimiste. Pas de salle comble, à croire que tout le monde préfère manger du pâté au festival de la bouffe du sud-ouest en face sur les quais. Festival où François Hollande (l'Andy Kaufman français), pourtant un des meilleurs stand-uppers actuels, a préféré passer. Personnellement le programme des documentaires me faisait plus saliver : On vous conseille naturellement d’aller regarder chaque documentaire. Chacun est bien différent des autres et aborde le stand-up sous différents angles.

Visionnez les documentaires stand-up !

Dans le premier, Shirley Souagnon explique ce qu’est le stand-up pour un public non initié et nous parle de son évolution en France lors de ses dernières années, notamment à travers ses échanges avec ses collègues humoristes. On pourra apprécier les vidéos en backstage avec le ressenti des artistes pris sur le vif.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU"][vc_column_text]Le deuxième nous fait voyager et découvrir le stand-up dans de nombreux pays (Russie, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, Belgique, Canada…). Yacine Belhousse parcourt le monde et à travers des entretiens avec des humoristes locaux, on découvre l’aspect universel de l’humour. On pourra apprécier la découverte des différentes cultures de l’humour, selon les pays, qui parviennent toutefois à se réunir autour du stand-up. Swann Perissé part à la recherche de l’humour engagé dans le troisième. A l’instar d’autres humoristes dont elle croise le chemin, elle cherche à mettre dans son texte ses convictions personnelles. Elle rencontrera des comédiens qui, parfois malgré les risques liés aux contraintes politiques ou religieuses, prennent position ou dénoncent, toujours avec humour. On pourra apprécier l'observation des réflexions de Swann et son évolution au fil du documentaire.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=NFrbfwqRvuQ"][vc_column_text]

Le podcast, pour entendre parler stand-up, en live

Le podcast c’est ce format que j’aime tant pour sa capacité à être écouté n’importe quand : en courant, en faisant les courses, dans les transports, en travaillant… Alors assister à un podcast en live ça peut paraître absurde, mais quand c’est pour « Donc Voilà Quoi » on n’hésite pas et on vient. « Donc Voilà Quoi », c’est le podcast de Sebastian Marx. Un humoriste américain qui reçoit à chaque épisode ses « potes comiques » pour parler notamment de leur parcours, leurs actualités et évidemment pour parler stand-up. Ce dimanche 14h, nous ne sommes que peu dans la salle, pourtant la liste des invités est élogieuse, ils sont 3 et demi pour l’occasion : Marina Rollman, Yacine Belhousse ainsi que Jason Brokerss et sa fille, qui déjà jeune, manie mieux le micro que le hochet. [audio src="http://traffic.libsyn.com/doncvoilaquoi/Podcast_Debout_Paris_Final.mp3" /] L’épisode a fini par sortir à la mi-novembre et je vous conseille fortement de l’écouter. La discussion a porté sur la manière donc chacun aborde le stand-up, l’écriture des blagues ou encore une partie sur la créativité qui était plus qu’intéressante. Parsemés de petites touches d’absurde, dont la présence de Yacine Belhousse n’a rien d’innocente, les échanges étaient vraiment instructifs. J’ai hâte de pouvoir le réécouter. De plus, la valeur ajoutée du live a permis une partie « questions du public » qui réserve quelques pépites.

La crème des plateaux d’humour

L’objectif du festival était notamment de montrer en un week-end ce qu’est le stand-up. Pour ça, le meilleur des plateaux de Paris était réuni. Je n’ai pas pu tous les faire, mais ceux auxquels j’ai assisté étaient au top. Les artistes, de haut niveau, ont fait un sans faute sur scène, et le public pas toujours constitué d’habitué fut à chaque fois conquis. Tout ça pour finir en apothéose au gala de clôture. Dans une ambiance pétillante et posée que Shirley Souagnon sait installer à la perfection, la salle comble sera la dernière vague de rire du week-end dans ce raz-de-marée de stand-up. Vagues sur lesquelles les humoristes de talent ont surfé et éclaboussé les spectateurs. Les blagues ont ricoché pour ne jamais nous retirer ce rire qui a inondé les salles à en faire couler les péniches.

Un gros merci et à l’année prochaine

Un condensé de rire, d’émotions et de partage en un week-end. On n’en attendait pas tant pour une première édition. La disponibilité et la simplicité des artistes ont créé une atmosphère chaleureuse et magique lors de ce festival. Il ne manquait plus qu’un camping pour pouvoir accueillir, à l’instar de certains festivals musicaux, des provinciaux plus facilement. Enfin, je voulais remercier Shirley Souagnon, Jessie Varin ainsi que tout ceux qui ont participé à l’organisation et à la bonne tenue de ce festival. J’avais prévu de faire un tour au festival de l’huma pendant le week-end… je n’ai pas pu. L’ambiance de Debout Paris m’a poussé à rester. Merci également à la Nouvelle Seine, que j’ai squattée tout le week-end, et toute son équipe pour leur accueil bienveillant. Je vous conseille par ailleurs d’y faire un tour, les spectacles sont souvent de qualité et la scène est magnifique. De plus, l’expérience « péniche » qui tangue et vous berce durant les shows offre des sensations atypiques. J’ai peut-être l’écriture optimiste sur cet article mais c'est tel que je suis. Et il n’y a objectivement pas grand-chose à redire sur ce festival. C’est mieux que Narnia en fait. Du coup, la seule pensée qui me vient en partant c’est : vivement l’année prochaine !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / La croisière s'amuse au Jardin sauvage[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-festival-succes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5163 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 14:54:06 [post_date_gmt] => 2018-05-13 12:54:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Comédie et talk-shows font bon ménage. On idolâtre volontiers David Letterman, Jimmy Fallon ou encore Stephen Colbert et John Oliver. Au spot du rire, on a cependant une préférence pour une création suisse : Mauvaise langue ! Depuis février, ce rendez-vous est devenu un incontournable. Je peux arrêter toute autre activité pour le regarder religieusement. Voici pourquoi.

France et talk shows : travail en cours

En France, Canal+ propose quelques concepts intéressants. Kevin Razy adapte très bien le concept de Last week tonight avec John Oliver. Dans Rendez-vous avec Kévin Razy, quelque chose me gêne néanmoins. Plus récemment, un autre Thomas s'est lancé dans un programme hybride : Thomas Ngijol et Selon Thomas. Au début, j'étais un peu gênée par les thèmes que je trouvais attendus. Oui, je suis devenue difficile, mais j'ai donné une deuxième chance et elle était salvatrice : je m'étais trompée, il m'a bien fermé le clapet. Bravo. Les acteurs du monde comique le savent : Gad Elmaleh a tenté un remake du SNL américain, raillé. Le Hanounight show n'a pas rencontré le succès escompté. Depuis quelques mois, Eric Judor et Bun Hay Mean parlent d'un projet de talk show. Ce talk show tant fantasmé a refait surface dans l'actualité, avec l'implication possible de Ramzy. Mais avec la troisième saison de Platane prévue pour 2019, on peut penser que tout cela prenne un peu de temps à s'installer. En tout cas, l'ambiance retrouvailles tourne à plein régime. On pourrait aussi vous parler du retour du Burger Quiz, mais ce serait voler la vedette à ceux dont on veut vous parler depuis le début !

Mauvaise langue : une tribune à la hauteur de la nouvelle génération suisse

Alors, qu'est-ce qui fonctionne en Suisse ? Comment se fait-il que même si leur politique locale m'est méconnue, je parviens à apprécier leur création ? La réponse : un casting aussi gratiné que sur un Ocean's Eleven. Appréciez ces noms : Charles Nouveau, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Alexandre Kominek, Nathanaël Rochat, Yoann Provenzano... Nombre d'entre eux participent à Mauvaise langue et se côtoient depuis longtemps. Pour résumer : la scène stand-up suisse est hype. On se l'arrache, ils sont tous excellents. Drôles, ils ont chacun leur univers propre. Bercés au stand-up américain, ces humoristes allient bien l'ensemble de leurs expériences pour proposer des créations exquises sur scène et à l'écran.

De Carac Attack à Mauvaise langue : une leçon de comédie

Leur rampe de lancement, c'est la chaîne hilarante Carac Attack. Voici par exemple ma vidéo préférée sur les commentateurs sportifs. La précision des imitations est millimétrée. Charles Nouveau commente même pour de vrai sur la RTS, et ce grâce à cette compétence d'imitation journalistique. On en profite pour vous rappeler son spectacle 100% foot le 15 mai au Théâtre de Dix Heures. Après quelques mois de rodage au Paname, ne manquez pas ce showcase. On vous rappelle qu'il est conçu pour les fans de football et ceux qui ne le sont pas.
Dans cette vidéo, vous avez sûrement reconnu Blaise Bersinger. La bizarrerie est sa normalité, une étrangeté maîtrisée pour notre plus grand plaisir. Plutôt que vous le décrire, on préfère vous donner un exemple supplémentaire. Dans cette vidéo, Blaise incarne un ingénieur du son et tout est sublime.
Dans Mauvaise langue, Blaise est le numéro 2. Ce véritable trublion vient interrompre le flow méticuleux du maître de cérémonie, Thomas Wiesel. Ses commentaires toujours à côté de la plaque ont un effet comique implacable. Thomas Wiesel en perd parfois même le fil. Le tout apporte de véritables pépites télévisuelles toutes les semaines. En France, vous avez sûrement vu Thomas Wiesel dans Quotidien. Je trouvais que cette émission lui allait mal. Elle lui donnait une étiquette un peu lisse où l'on ne voyait pas sa singularité. Thomas Wiesel ose beaucoup de choses, quitte à se retrouver dans quelques polémiques. Mais ce gars est réglo : il s'excuse quand il va trop loin et ne cède jamais à la censure. Forcément, on aime. Entre parenthèses, cela passe parce qu'il a de l'esprit et une vraie plume.

Mauvaise langue : la recette d'un succès

Poser des têtes d'affiches sur un programme, c'est un début. Prendre un concept qui marche (le talk-show) peut aussi amorcer quelque chose. Mais la qualité véritable est ailleurs. J'ai eu l'émission Mauvaise langue sous les yeux. J'ai regardé les vidéos sans me faire prier. La magie opère, et je répète l'opération. Cela devient une habitude. L'idée que les humoristes suisses sont vraiment bons s'ancre dans ma tête. Le processus d'addiction est désormais bien installé. Bravo, chapeau les gars ! Pour voir si l'alchimie opère pour vous aussi, c'est possible : la RTS, qui diffuse le talk-show, lui dédie une playlist YouTube. Installez-vous confortablement, et lancez le processus ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=YsSlWFnvASg&list=PLkDhl_ki3WcFldbU3GmcrkeSmnqI4-cjz" title="Mauvaise langue : toutes les vidéos"][vc_column_text]

L'équipe de Mauvaise langue sur scène

Le Gala de Mauvaise langue réunira tout ce beau monde au Théâtre de Beaulieu (Lausanne) le 9 juin à 20 heures. Je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie d'une virée helvétique le mois prochain...

Crédits photo

© Radio Télévision Suisse - Mauvaise langue / Capture d'écran vidéo[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-suisse-wiesel-talkshow [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:02 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 3393 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-01 16:48:38 [post_date_gmt] => 2018-02-01 15:48:38 [post_content] => Le spot du rire vous parle régulièrement des podcasts humour qui fleurissent sur le web. L'objectif, c'est de vous les faire découvrir le mieux possible. Voilà pourquoi nous débarquons sur SoundCloud !

Des playlists avec les meilleurs contenus SoundCloud sur l'humour

Des archives de 7 sur scène de Radio Nova en passant par des conseils sur le stand-up, on vous propose une sélection à dévorer des oreilles. Nous proposons ni plus ni moins de créer ce concept. Vous retrouverez aussi de nombreuses interviews de Sebastian Marx. Quelques semaines plus tôt, nous vous proposions déjà de découvrir l'interview avec Tania Dutel. Ainsi, vous verrez qu'il y en a plein d'autres !

8 playlists thématiques pour toutes vos envies auditives !

Vous proposer du contenu, c'est bien. Or, le sélectionner et le classer, c'est mieux. Après avoir englouti des heures de contenus et cherché ce qui existait ailleurs, nous vous proposons de fouiller dans ces 8 thématiques : Si vous aussi, vous entendez quelque chose qui vous plaît, vous pouvez aussi nous en faire part. En 2018, partageons l'humour plus que jamais !

Mise à jour 28 février 2018

Voici de nouveaux contenus audio sur l'humour, anciens et récents. Concrètement, ces contenus proviennent de sources diverses et parlent d'artistes très variés :
  1. Le concept du marché-parlé de Navo, repris par Marina Rollman il y a deux ans vous embarquera dans un moment lointain. 10 minutes de dépaysement garanties.
  2. L'épisode du Floodcast de FloBer avec Solange te parle, qui a été un bonheur à écouter. Une vraie belle interview.
  3. Deux épisodes supplémentaires de Nouvelle Ecole avec Kyan Khojandi et Sophie-Marie Larrouy. On a failli la voir à Dimanche Marrant la semaine dernière, elle a donc amplement sa place ici.
On vous invite à proposer d'autres contenus SoundCloud en commentaires. Ensuite, on les écoutera et on les ajoutera à nos listes de lecture humoristiques !

Aller plus loin

Le spot du rire sur SoundCloud : retrouvez les meilleurs contenus audio ! [post_title] => Le spot du rire débarque sur SoundCloud ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soundcloud-podcasts-contenus [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:35:55 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:35:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3393 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 8042 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 15:25:15 [post_date_gmt] => 2020-01-07 14:25:15 [post_content] =>

Le 6 janvier, le Barbès Comedy Club a accueilli la première Caustic Comedy Night. Retour sur cette édition inaugurale de l’un des plateaux les plus célèbres de Suisse.

Cet article est le premier d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents. Retrouvez le second volet ici.

Caustic Comedy Night : Charles Nouveau joue les intermédiaires

Il était temps de vivre cette soirée qu’on n’attendait pas. On n’osait pas en rêver, puisque d’habitude, la France humoristique a plus l’habitude de sucer le Québec et de singer les Belges.

Mais d’un côté, Marina Rollman a habitué les auditeurs de France Inter à l’humour suisse, bien plus léger qu’une fondue.

Arrêtons-nous un instant sur les sempiternelles comparaisons culturelles de voisinage. Revenons au deuxième événement qui nous a offert cette percée suisse à Paris : la programmation de Thomas Wiesel pendant un mois au Point Virgule !

Thomas Wiesel, en matière de popularité, c’est le n°1 ex-æquo du rire suisse-romand avec Nathanaël Rochat. Ce classement n’est pas scientifique, un peu chronologique… et tous s’accordent à dire là-bas qu’il bénéficie d’un public large. Et c’est sur cette base que le Caustic Comedy Club a pu s’exporter.

Retour au Barbès Comedy Club

Entrer au Barbès Comedy Club avait une saveur particulière ce soir-là. Déjà, je n’allais nulle part depuis bien longtemps. À cette abstinence comique depuis le 15 décembre s’ajoutait une interruption des Bras Cassés sur Couleur3. Il s’agit de l’un des programmes où les humoristes suisses romands ont voix au chapitre, et la dernière remontait au 12 décembre.

Et comme d’autres qui ont passé Noël avec des générations plus avancées, nos compagnons de fin d’année ne comprenaient rien à la diction rapide des humoristes du Jamel Comedy Club. Mais le virtuel, ça ne nous branche pas trop.

En entrant, donc, je tombe sur Clément K, venu escorter Bruno Peki, qu’il héberge par la même occasion. Ce soir-là, Clément K a joué le rôle un ami très généreux pour lui comme pour moi, d’ailleurs, mais nous y reviendrons plus tard.

À l’heure du récit, Clément discute avec des Suisses, des vrais. J’entame un marathon de citations de personnalités suisses pour dire que j’ai trop mangé d’audiovisuel suisse en 2019. Cet enthousiasme suspect me met vraiment à l’aise, paradoxalement. Euphorique, je plane déjà alors que le spectacle n’a pas commencé.

Le spectacle n’a pas encore commencé, mais l’instant est déjà décisif

Je vois au loin Fabien, l’un de mes rédacteurs, et Jean Paul, comique en formation. Je glisse au régisseur Tanguy de les placer à proximité. On se retrouve à côté de Julie, une ancienne habituée du One More Joke qui vient en repérage pour inviter ses potes au Barbès Comedy Club. Je lui vends le lieu, elle me répond qu’elle sait tout ça car elle s’est renseignée.

Je l’aime déjà.

Face au boîtier qui permet de commander, elle me dit que ce serait drôle de l’utiliser pour interagir avec le comique. Le bouton “Cancel” signifierait que la blague ne passe pas, le bouton “Call” permettrait de faciliter l’interaction et le bouton “Pay”, disons, un pourboire pour le comique en cours ? Je sais, il y aurait des effets pervers. Mais juste pour toutes les fois où ça nous a irrité de mettre de l’argent dans un chapeau, en sachant qu’il y avait un comique qu’on n’aimait pas qui aurait la même part que les autres… Ok, c’est vache. Ça restera un fantasme. Merci Julie d’avoir stimulé mon imagination et dépassé ma créativité !

Les temps forts de la Caustic Comedy Night

Passons au spectacle en lui-même. Charles Nouveau assure une chauffe avec du très sûr. Comme d’habitude, il est impeccable dans son rôle. Thibaud Agoston débute la soirée avec un passage que je qualifierais de carton. Lui aussi fait du sûr, et je retrouve tout ce que j’avais aimé chez lui, avec un an d’expérience en plus.

Suivent peut-être dans le désordre, le souvenir est déjà flou, Bruno Peki, Cinzia Cattaneo, Kévin Eyer, Nadim… Oui, comme notre Nadim, mais pas du tout dans le genre psychopathe. Si tout le monde marche, Nadim retourne la salle et lance pleinement les applaudissements spontanés.

Quand le croustillant rompt la neutralité suisse

Kévin Eyer se frotte à un public en quête de bienveillance. Une blague assez bien exécutée, mais qui évoque le poids de sa compagne, lui vaut un « fils de p*te » soufflé dans le public. Malheureusement pour cette personne, elle l’a chuchoté dans un moment de silence. Grillée, Céleste (le prénom n’a pas été changé) a instinctivement placé les mains devant sa bouche. Un geste d’excuse ultra-mignon qui rappelle pourtant que la blague et sa réaction étaient les bienvenues.

Parce qu’une fausse polémique ne vient jamais seule, Fanny Ruwet a pu s’incruster dans la programmation. L’humoriste belge faisait sa première au Barbès Comedy Club ce soir-là et elle a saisi l’occasion pour prendre le micro. Un passage toujours aussi soigné, comme à la TV, qui fait encore oublier sa jeune expérience. Mais nous y reviendrons avec la critique de son spectacle…

Marina Rollman en test : merci la vie

Quand j’ai vu Fanny monter sur scène, j’ai pris un peu peur. Où diable se trouvait Marina Rollman ? En plus, Charles Nouveau nous resservait un deuxième passage, qui me rappelait d’où venait cette chanson des diplodocus que je fredonnais seule, chez moi, pendant la grève. Le souvenir m’est enfin revenu, après des mois d’interrogation. Bienvenue dans ma vie.

Du rab de Charles Nouveau, on en prend volontiers, mais ça commençait à devenir long pour mon organisme. Alors quand Marina montait sur scène, à 50 cm de moi, et que ma vessie réclamait que tout cela cesse, la perspective de blagues de test me faisait tenir… et craindre le pire.

Pour autant, Marina m’a arraché les rires les plus naturels de la soirée. Ce lâcher-prise a soudainement calmé mon impatience… et même suscité mon intérêt jusqu’à la dernière seconde ! Merci à elle d’avoir osé faire du test alors qu’elle a vu tous ses copains délivrer leur sûr.

Caustic Comedy Night : fin de la démonstration de force

Ils sont rares, ces plateaux qui affichent complet pendant la grève. Ou pour lesquels personne ne bide ou ne performe moyennement… Et la Caustic Comedy Night du 6 janvier a réussi à rentrer dans cette rareté.

S’il n’y avait pas eu la grève, j’aurais aussi goûté à la soirée du 7 janvier. Vous imaginez ? Alexandre Kominek et Charles Nouveau en maîtres de cérémonie, avec Thomas Wiesel dans le line-up ! Ça a de la gueule… La Suisse n’est peut-être pas la nation la plus belliqueuse, mais elle nous offre des démonstrations de force qui feraient fantasmer tout syndicat.

Construire le stand-up francophone, c’est donc en cours des deux (trois, merci Fanny !) côtés de la frontière. 2020 commence décidément très bien, et ce n’est pas un hasard si cela débute au Barbès Comedy Club. Merci énormément à Shirley Souagnon, sans qui tout ça n’aurait pas été possible. La francophonie va se porter plutôt que s’affronter, et c’est dans l’ordre des choses…

Épilogue pour Bruno Peki

Évidemment, je n’ai pas pu résister face à Bruno Peki pour le féliciter pour ses chroniques dans les Bras Cassés. Je ne peux pas en dire plus, mais nous préparons quelque chose de top secret en coulisses… Bruno, tu as reçu ce 7 janvier le paquet secret contenant les informations classées secret défense. Je compte sur toi. Yacine Nemra a commencé l’année sur des chapeaux de roues, il faudra être à la hauteur… et tu le seras. Bon courage pour ta mission !

[post_title] => Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => caustic-comedy-night-barbes-humour-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:16:57 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:16:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8042 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 027344bf0408d03ca171f6b5b1c7957c [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Marina Rollman

Bruno Peki - Caustic Comedy Night

Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

Marina Rollman sur scène au 33 Comedy

1 jour, 1 reco : Marina Rollman et son spectacle drôle

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Debout Paris Festival : résumé de la première édition au Jardin Sauvage et ailleurs

Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Mauvaise langue : le talk show de Thomas Wiesel

Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !

Le spot du rire débarque sur SoundCloud !