Publications liées au mot-clé : Marion Mezadorian

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => marion-mezadorian
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 265
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => marion-mezadorian
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 265
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => marion-mezadorian
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 265
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => marion-mezadorian
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 265
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 265
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 265
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => marion-mezadorian
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 265
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (265) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (265) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (265)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011385
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-16 20:30:11
                    [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11
                    [post_content] => 

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011105 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-06 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-06 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Pour commencer, revenons sur les spectacles incontournables de cette rentrée humour. Découvrez nos 8 valeurs sûres humour de l’automne 2021 (par ordre alphabétique) !

Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête - Théâtre du Marais

Depuis sa naissance, le spectacle d’Alexandra Pizzagali est marquant. Ce seul-en-scène à l’humour noir efficace n’en finit plus d’émouvoir le public par sa profondeur. Il a tout de suite propulsé cette artiste dans de belles salles, et cela risque de durer encore longtemps. Fidèle au Théâtre du Marais, Alexandra Pizzagali continue donc sa route les mardis et mercredis à 21h30.

Ambroise et Xavier - Théâtre le Métropole

Dans un style plus absurde et survolté, Ambroise et Xavier continuent également leur chemin au Théâtre le Métropole. Cette salle à l’attraction étrange propose une programmation de plus en plus qualitative. Ambroise Carminati et Xavier Lacaille réussissent à construire un grand n’importe quoi avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité. Ce show risque encore de vous surprendre…

Charles Nouveau, Joie de vivre - Théâtre du Marais

On adore toujours autant l’écriture impeccable de Charles Nouveau. Ce diamant brut, qu’on devine toujours sur la corde raide, est pourtant un modèle de stabilité au Théâtre du Marais. Toujours prêt à inventer un nouveau concept, Charles Nouveau innovera peut-être encore cette année.

Karim Duval, Y - L’Européen

Parmi ceux qui savent saisir leur époque, Karim Duval figure aux avant-postes. Aussi charmeur que brillant, l’humoriste continuera de narrer une génération Y en quête de sens dans la start-up nation. Un spectacle bonbon, qui fait du bien et rappelle l’absurdité de nos vies avec beaucoup de finesse.

Marion Mezadorian, Pépites - Petit Palais des Glaces

Marion Mezadorian a certes cumulé plusieurs expériences cinématographiques, mais elle reste fidèle à la scène ! La comédienne et humoriste continuera d’émerveiller son public trois soirs par semaine au Petit Palais des Glaces. Sa particularité : proposer une galerie de personnages plutôt rare dans l’écosystème humoristique actuel. Encore un bonbon comique à consommer sans modération !

Pierre Thevenoux, Pierre Thevenoux est marrant, normalement - Le Point Virgule

Avec beaucoup d’abnégation, Pierre Thevenoux est discrètement devenu mon humoriste préféré. Sa recette : jouer partout, tout le temps et gagner en efficacité, en propos et en authenticité. Il continue de monter en puissance au Point Virgule, où il ravit les spectateurs depuis un petit moment, déjà. Vous pouvez aussi apprécier des extraits de son spectacle Pierre Thevenoux est marrant, normalement, sur sa chaîne YouTube. Avouez que parmi les incontournables de la rentrée humour, il vaut le détour !

Réda Seddiki, Ironie de l’histoire - La Nouvelle Seine

Comme Yacine Belhousse, Réda Seddiki est l’un des humoristes fidèles à la Nouvelle Seine. Dans cette salle qui vient de fêter ses 8 ans, l’un des artistes les plus grands de France (de taille… mais pas seulement !) propose un seul-en-scène bien à lui. Comme Ambroise et Xavier, Réda Seddiki met à contribution sa tête bien faite pour créer de l’humour en toute légèreté. Les spectateurs, déjà conquis, vont très certainement se ruer en salle !

Seb Mellia, Seb Mellia ne perd jamais - Le République

Parmi les valeurs sûres, Seb Mellia est un incontournable. Petit moment coup de vieux : dans cinq ans, Seb Mellia aura 20 ans de carrière. C’est d’autant plus choquant que Seb Mellia continue d’être pertinent et ancré dans son époque. Décontracté, tchatcheur invétéré, efficace et dévoué à son métier… Seb Mellia est bien parti pour durer !

Les incontournables de la rentrée humour : le récapitulatif des artistes à revoir

ArtisteSpectacleSalleLMaMeJVSD
Alexandra PizzagaliC’est dans la têteThéâtre du Marais 21h3021h30    
Ambroise et XavierAmbroise et XavierLe Métropole20h      
Charles NouveauJoie de vivreThéâtre du Marais  20h20h   
Karim DuvalYL’Européen   19h30  19h
Marion MezadorianPépitesPalais des Glaces   19h3019h3019h30 
Pierre ThevenouxPierre Thevenoux est marrant, normalementLe Point Virgule20h20h20h
Réda SeddikiIronie de l'histoireLa Nouvelle Seine   21h   
Seb MelliaSeb Mellia ne perd jamaisLe République   21h30 19h45
21h30
19h45

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : on veut les revoir ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-30 15:54:45 [post_modified_gmt] => 2021-08-30 13:54:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011105 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008905 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 18:05:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 16:05:00 [post_content] =>

Comme chaque année, le line-up de la soirée Étoiles Espoir humour du Parisien rassemble une sélection de la nouvelle génération humour. Qui sont les heureux élus pour cette édition 2020 à l’Européen ? Portraits.

En raison du deuxième confinement, cette soirée est annulée. Elle a tout de même eu lieu à la date prévue et sera diffusée le 4 janvier sur Comédie+ et MyCanal.

Étoiles Espoir humour du Parisien : le line-up en détail

En un coup d’œil, on découvre un line-up soigné pour les Étoiles Espoir humour à l’Européen. Homogène, cette programmation réunit plusieurs familles de la nouvelle génération humour. Qui succèdera à la promotion 2019, déjà de grande qualité ?

Fanny Ruwet

L’ascension fulgurante de Fanny Ruwet la place dans une posture particulière. Elle effectuait déjà ses débuts sous les feux des projecteurs. Grandir vite ne semble pas lui faire peur, et cette nomination en est d’autant plus légitime.

À Paris, en Belgique ou ailleurs, Fanny Ruwet prouve que l’humour francophone fonctionne sur tous les terrains. Dans son spectacle Bon anniversaire Jean, la jeune belge propose un univers autour du malaise en société, l’envie de socialiser et autres réjouissances.

Alexis Le Rossignol

Révélé par le Festival d’Humour de Paris, Alexis le Rossignol côtoie aussi Fanny Ruwet sur le plateau de France Inter. Son écriture ciselée et son vécu riche d’anecdotes ravissent le public depuis plusieurs années.

Au Point Virgule comme sur les ondes, celui qui narre le monde du travail comme personne a trouvé son public. Plus qu’un espoir, il confirme en 2020 son talent déjà avéré.

Jérémy Demay

Jérémy Demay est, en quelque sorte, le résident du Parisien. Déjà présent au festival Paris Paradis, ce parisien d’origine parti conquérir le Québec profite ainsi d’un beau coup de projecteur dans sa ville natale.

Charismatique sur scène, il devra ainsi ravir le public face à des têtes plus familières pour le public amateur de découvertes humour.

Marion Mezadorian

Valeur sûre de l’humour, Marion Mezadorian a émergé parmi les nouveaux artistes grâce à son spectacle Pépites. Comme Alexandra Pizzagali l’an passé, la comédienne a construit son spectacle comme une marathonienne.

Écriture d’une traite, construction dans plusieurs salles… Marion ne lâche rien et continue son bonhomme de chemin au Point Virgule. Ce statut fait d’elle une prétendante solide pour marquer l’histoire de l’humour.

Rosa Bursztein

Comme Marion Mezadorian, Rosa Bursztein a conquis l’une des attachées de presse les plus en vue en humour, Léo Domboy. Cette comédienne devenue humoriste de stand-up a trouvé sa place dans la kyrielle de talents disponibles sur le marché du rire.

Récemment, elle a exporté son spectacle (solidement rodé à la Petite Loge) au Point Virgule. Fidèle, elle continue de travailler sous l’œil bienveillant et exigeant de sa metteuse en scène, Adrienne Ollé. Si elle continue sur cette lancée, elle deviendra une véritable révélation humoristique.

Alexandre Kominek

Depuis le temps qu’on veut le voir émerger, Alexandre Kominek décroche une belle chance de se montrer à Paris. Celui qui se décrivait comme un « bâtard sensible » est bien subtil qu’il n’y paraît.

Faussement provocateur, l’humoriste genevois est, à l’instar d’un Clément K, un sous-coté bourré de talent. Pariez sur lui, c’est le cheval comique le plus racé que vous pouvez observer !

Edgar-Yves

Une carrière est loin d’être linéaire. Edgar-Yves est l’humoriste pour qui cet adage se vérifie le plus. Il s’accroche des années durant, mais malgré sa maîtrise, les observateurs ne croient pas tout de suite en lui.

Si ses démonstrations de force sont indéniables, il est contraint de reprendre à la base : les auditions du Point Virgule. Et là, les planètes s’alignent enfin. Il est à la fois découverte et vieux briscard. Une double casquette qui en imposera certainement sur la scène de l’Européen.

Morgane Cadignan

Forte d’une ascension rapide mais maîtrisée, Morgane Cadignan est la révélation de la rentrée médiatique sur France Inter. La comédienne et humoriste s’est rapidement fait un nom dans le microcosme des artistes à suivre.

Le Laugh Steady Crew, la Petite Loge puis la Comédie des Boulevards (maintenant le Métropole), lui accordent sa confiance. Elle attire l’œil d’un Gérard Sibelle, celui que l’on connaît pour sa découverte des plus grands, Florence Foresti en tête. Passée par Avignon, elle est désormais incontournable sur scène comme en chronique radio ou télé.

Nordine Ganso

On aurait presque oublié que Nordine Ganso fait partie des lauréats du Campus Comedy Tour. À l’instar d’un Paul Mirabel, le jeune humoriste bordelais s’est construit sur les plateaux, sautant de Ouigo en bus et autres moyens de transport inconfortables.

Les débuts sont difficiles, longs mais Nordine Ganso s’accroche. Il se construit une petite notoriété mais semble alors stagner. Plus récemment, il trouve l’antidote via une programmation à la Petite Loge. C’est sûrement sa première rampe de lancement. Espérons qu’il capitalise sur cette nouvelle opportunité pour asseoir son statut de comique émergent !

Line-up Étoiles Espoir humour du Parisien : où et quand voir les artistes de 2020 ?

Cette année, vous deviez avoir deux fois plus de chances de découvrir ces humoristes sous l’œil bienveillant d’Alex Vizorek et de Djimo, têtes d’affiche de la soirée.

Mais le couvre-feu a bousculé le programme, comme vous pouvez vous en douter. À l’heure actuelle, il reste donc une représentation avancée à 18h45. Rendez-vous le mardi 17 novembre à l’Européen lors de cette séance, si tout va bien. Si vous ne pouvez pas être présent, la soirée passera peu après sur Comédie+ et probablement en 2021 sur CSTAR. Cela fait pas mal de probabilités, mais croisons les doigts pour le maintien de cette soirée !

[post_title] => Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => line-up-etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-25 13:35:42 [post_modified_gmt] => 2020-11-25 12:35:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008905 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 9432 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 15:18:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 14:18:00 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le second épisode revient sur ma rencontre avec Marion Mezadorian… Bonne lecture !


Mon premier festival comique

Pour faire émerger les artistes et me permettre de les découvrir, des personnes remuent ciel et terre. Certaines soirées, comme le Festival d’Humour de Paris (FUP), leur offrent une tribune assez tôt dans leur carrière. Derrière ces projecteurs, vous découvrez une femme très respectée dans le milieu : Antoinette Colin.

Lorsque j’ai entendu parler d’elle pour la première fois, j’imaginais une personne âgée – dans ma famille, l’Antoinette que je connais est arrière-grand-mère. Inévitablement, j’étais surprise de découvrir une femme qui n’avait pas encore 40 ans lors du premier FUP. Elle se qualifie d’autodidacte, ce qui me parle énormément. Je préfère même ce type de success stories à une ascension avec la lutte des classes comme toile de fond. Plus concret, moins romanesque.

Antoinette Colin voit de nombreux jeunes humoristes passer. Elle organise régulièrement les auditions du Point Virgule, le théâtre dont elle assure la direction artistique. Sélectionner les artistes, c’est prendre position. Au départ, je trouvais très déroutant de décider qui est bon artiste et qui ne l’est pas. L’analyse des sports de haut niveau me permet d’avoir du concret : des chiffres, des chronomètres, des résultats.

Ici, la part de subjectivité est indéniable. L’artiste est une machine qui oscille entre charme et névroses ou petits travers mignons, sans oublier son ego qui fera toujours parler. Lorsque j’assiste au Trempoint, le plateau d’humour du Point Virgule, je vois le résultat de cette sélection. Le Trempoint n’est pas à la pointe des talents humour : aucun lieu ne peut s’en vanter, à mon sens. La différence, c’est la précision des retours d’Antoinette Colin, celle qui construit sa renommée dans le milieu.

2017 : quand Antoinette Colin attendait de voir Marion Mezadorian révéler son potentiel

Cela étant dit, il existe un cas où j’aurais aimé qu’elle aille plus loin. Dans une vidéo promotionnelle de la tournée du Point Virgule, le Point Virgule on the Road, elle parle de Marion Mezadorian. Un peu gênée, elle parle des différences de niveaux entre les jeunes artistes qu’elle promeut. En coulisses, on murmure qu’elle a eu un coup de cœur pour Jean-Philippe de Tinguy, quitte à le propulser trop tôt sur les planches du Point Virgule. C’est une opinion que je rapporte, elle n’est pas mienne.

A contrario, elle résiste face à la machine de guerre motivationnelle qu’est Marion Mezadorian. Pour ces deux-là, je rêve de connaître les mécanismes qui ont forgé son opinion. Marion aimait profondément cette salle et nourrissait une véritable envie d’y jouer. Pour autant, elle n’a pas décroché de showcase.

Sur le même plan, Solène Rossignol a obtenu ce même dû un peu plus tard malgré une expérience bien moindre. Bien sûr, le talent de Solène est certain et a évolué dans le bon sens, mais j’aurais dit que c’est un peu tôt. Comme je ne comprends pas le succès de certains humoristes – même lorsque je constate que les salles s’abandonnent au rire. Je m’avoue vaincue, en réalité, face à ce qui pousse les producteurs à sélectionner des talents. Je ne parle même pas de ceux qui plagient, je n’ai aucune clémence pour ce type de passe-droit.

Marion Mezadorian, Antoinette Colin : une question de feeling

En synthèse, ce qui me lie à Antoinette Colin, c’est cet intérêt pour le feeling. En effet, considérer la subjectivité comme inévitable force à trancher et se dévoiler dans ses préférences. Le spectacle vivant a, en quelque sorte, permis à mes émotions de revenir en tête d’affiche. Plus jeune, je les voyais comme une faiblesse que je voulais cacher à tout prix. Aujourd’hui, elles me servent de guide. Depuis que je traîne dans ces milieux-là, j’ose pleurer au cinéma ou devant un bon film, rire aux éclats et ne plus me juger pour ça.

En matière de ressenti, Marion Mezadorian est bouleversante. J’ignore si elle fera le spectacle le plus grandiose ou si elle donnera la réplique la plus marquante dans les dix ans à venir. Je connais, en revanche, la singularité de cette personne. J’aime son optimisme véritablement sincère et jamais larmoyant, sa finesse d’esprit et sa capacité à ne pas se prendre la tête.

J’admire sa capacité à toujours paraître d’humeur impeccable, à aider son prochain à tout instant. Elle confie ses angoisses après coup, mais je peine toujours à y croire. Parfois touchée, jamais abattue : oui, elle me fascine, et je n’ai pas honte de le dire – je pourrais hurler cela à Jean-Jacques Bourdin sur RMC, si j’étais un homme politique, bien entendu. Et depuis, elle est devenue vraiment plus forte. Si bien qu’Antoinette Colin confiait sa fierté lors de la première de Pépites au Point Virgule. Le rêve de Marion s’exauçait, et c’était diablement mérité.

Retour en 2017

Au FUP, Marion Mezadorian avait très peur. Sur scène, le public n’a pas pu le voir : le sourire et le texte étaient là. Le problème, c’était son retour en coulisses où elle a lâché quelques mots pour confier son stress. Son micro n’était pas encore coupé : rire général. Pour moi, c’est l’un des moments les plus généreux et authentiques que j’ai pu vivre dans un théâtre, le fait de voir une personne se surpasser pour réaliser ce qu’elle souhaite, avec un mélange parfait entre force et fragilité.

Marion n’a pas obtenu de prix ce soir-là, mais elle a certainement retenu mon attention. Immédiatement après, Radio Nova l’invitait pour le dernier numéro en date de Lève-toi en vanne. J’ai évidemment revu le même numéro, mais avec une proximité bien différente. L’image de sa micro-interaction sur « l’astuce pour repérer les céli-bâtards » reste gravée dans ma mémoire. Elle désigne tour-à-tour chaque femme dans le public avec son auriculaire. Au-delà de ça, il y a son regard toujours chaleureux qui nous emmène dans son univers.

Encore une fois, je me suis sentie pleinement dans le spectacle. Cela ressemble à une sorte de flatterie qui vous ferait rougir malgré vous d’être au centre de l’action, un court instant. Pendant une milliseconde, vous vous retrouvez à avoir envie d’être en haut de l’affiche – pas parce que vous en avez envie, mais parce que vous avez envie d’être la star de votre existence. Une sorte de développement personnel sans lire de livres et se faire arnaquer par quelques gourous. Dans ce moment, tout est vrai, et c’est aussi jouissif qu’addictif.

Les premiers pas des Pépites de Marion Mezadorian

Quelques mois passent avant que j’achète un billet pour son spectacle. Elle joue alors à la Comédie des 3 Bornes, un lieu auquel je suis attachée même si on est plutôt mal assis. Je retrouve son optimisme dès les premières secondes. Elle manie un humour assez léger, une belle écriture et surtout une capacité à vous émouvoir aux larmes.

Le spectacle vivant vous fait beaucoup moins vivre cela que le cinéma. Au cinéma, tout est orchestré pour vous faire pleurer. Au théâtre, les artistes se donnent pour être vrais. Ils ne répondent pas à un cahier des charges aussi normé que le 7e art. Il existe beaucoup plus de cinéphiles que de chroniqueurs de spectacle vivant.

Cela ne signifie pas que l’art est moins noble. En réalité, le spectacle vivant est toujours différent d’une soirée à l’autre. Il se nourrit des émotions avec le public à l’instant T, sans calcul et mois de montage. C’est l’affaire d’une poignée de personnes : la personne en régie, le metteur en scène ou encore les coauteurs. Et bien sûr, du spectateur, qui cherche à s’évader de son quotidien.

Une parenthèse d’émotion

Avec tout ça, Marion Mezadorian arrive à en faire pleurer pas mal, des spectateurs. Pour ma part, j’étais encore en mesure de résister, mais sa manière d’incarner sa grand-mère qui parle d’amour m’a véritablement troublée la première fois. En fin de spectacle, elle promet de saluer le public à la sortie. La dévotion qu’elle met dans ce moment est telle que je n’ai pas vu d’équivalent. Elle vous accueille à bras ouverts, encore une fois sans trop en faire. Depuis, nous sommes devenues amies et chacune d’entre nous arrive à se confier tout en écoutant l’autre. Elle m’a beaucoup appris, notamment à prendre du recul sur mes émotions et à croire en moi. C’est naturellement à elle que j’ai confié en premier ma volonté d’écrire sur l’humour.

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mezadorian-marion-antoinette-colin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:52:19 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:52:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9432 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 8732 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-11 09:02:04 [post_date_gmt] => 2020-02-11 08:02:04 [post_content] =>

Chaque année, la Saint-Valentin est l’occasion pour les théâtres d’attirer un peu plus le public. Et aussi de rapprocher des gens qui assistent à un spectacle, probablement. Vous avez envie de faire rire votre moitié, mais vous voulez sélectionner une expérience unique et personnalisée ? Ne cherchez plus !

Un spectacle pour la Saint-Valentin : dans cette forêt de descriptions, trouvez votre match scénique

Rire le 14 février n’est pas réservé aux couples. Le mode d’emploi est simple : parcourez cet article, identifiez votre profil et réservez !

Pour célébrer « le vrai amour »

La Saint-Valentin pour vous, c’est une fête et non pas un artifice commercial. Vous aves des idéaux, et vous voulez trouver une artiste qui sait les mettre en valeur ?

Le spectacle Saint-Valentin pour vous, c’est Pépites de Marion Mezadorian. Guettez le passage sur sa grand-mère, et prenez des mouchoirs si vous avez les larmes aussi faciles que le rire.

Pour regarder un archétype de mec moderne version décontracté-sympa-beau gosse-anciennement du terroir

Oui, ça fait beaucoup de catégories. Quoi de plus normal, cela dit… Vous mettriez des êtres humains dans une seule case, vous ?

Lorsque sa carrière était encore à ses débuts, j’ai testé le spectacle de Maxime Gasteuil avec un pote que j’ai voulu séduire. La soirée était très bonne, j’ai profité de la vanne sur la table basse pour lui faire comprendre deux-trois trucs… Si elle est toujours dans le spectacle, vous comprendrez.

Sinon, Maxime Gasteuil a beaucoup plus d’expérience aujourd’hui et il vous fera probablement beaucoup rire, seul(e) ou à plusieurs.

Pour lui rappeler que le love n’est pas un long fleuve tranquille, mais que vous gérerez ça

Un spectacle qui s’appelle Amour pour la Saint-Valentin, est-ce trop ? Au moins, vous savez où vous mettez les pieds.

Bérengère Krief propose un spectacle où elle livre sa vision de l’amour. On sent qu’elle est allée au bout de son envie artistique. Et apparemment, ça parle téléfilms de Noël et écart entre idéal et réalité. Oui, je n’ai pas vu ce spectacle, mais j’ai des informateurs qui m’ont raconté tout ça.

Ne vous prenez pas trop la tête, amusez-vous et riez. Si ça fait briller vos yeux, ce sera du bonus.

Pour ceux en instance de pécho #nopressure

Pour cette recommandation, je vais fouiller dans mes archives personnelles. Il y a deux ans, j’avais deux invitations pour le spectacle de Djimo au Point Virgule le 14 février. Je ne voulais pas perdre la face auprès de cet humoriste, alors je n’ai pas osé lui dire que je viendrais sans doute accompagnée.

Ensuite, j’ai trouvé ça pratique d’inviter un +1 qui était peut-être un date, peut-être une connaissance. Dans sa tête, c’était un autre délire et il a converti l’essai au date suivant. Il peut dire merci à Djimo.

Djimo jouant au Splendid le 14 février, vous pouvez vous rabattre sur un artiste qui joue au Point Virgule ce même jour. Alexis le Rossignol, dans un style également nonchalant, ne brusquera pas votre futur crush/moitié/peu importe.

Pour se détendre et se marrer le temps d’un spectacle le jour de la Saint-Valentin #coïncidence

Seul(e) ou accompagné(e), je vous orienterai vers trois spectacles ou plateaux d’humour pour profiter du moment. Le rire ne sera pas parasité par un lyrisme ambiant dans les plans suivants :

Morgane Cadignan à la Comédie des Boulevards. Le cachet du lieu vous donnera l’impression d’une belle soirée, et Morgane est drôle. Double bon plan.

Micro Rigolo Comedy Club au Kibélé. Il n’y aura que des comiques mecs, mais il y en a un qui a la dalle et qui le dit sur scène. Un autre a tapé dans l’œil d’anciennes collègues qui ne juraient que par ses yeux. Le troisième est très jeune mais déjà hilarant. Sans oublier le MC un peu déjanté, Nadim, qui ajoutera une touche de folie à la soirée.

Comedy Pop au Jardin Sauvage. Gabriel Francès a le flow du stand-upper percutant, et si Romuald Maufras ramène sa guitare, ça créera une ambiance sympa. D’autres humoristes complèteront ce nouveau plateau bien sympa.

Pour ceux qui ont des enfants et qui ont peur qu’ils leur manquent

Aimer jouer à chat avec sa descendance, ça peut arriver à n’importe quel daron à la street crédibilité avérée. Pierre DuDza le prouvera dans Post-it, un spectacle que vous n’oublierez pas de sitôt.

Si vous préférez les têtes d’affiche, je ne vous juge pas. Vous êtes parents, vous sortez peu et vous avez envie de rentabiliser… Même si on a testé et approuvé Pierre DuDza, vous auriez pu vous rabattre sur Olivier de Benoist et son spectacle Le petit dernier. Là, c’est l’objet même du spectacle plus qu’une section… Cela dit, c’est déjà complet.

Vous avez aussi l’option Norman au Casino de Paris. On avait vu son premier spectacle, avec Noman Hosni en première partie (il était déjà partout). Maintenant, ça devrait être encore mieux.

Pour (vraiment) prendre le contrepied de l’ambiance générale

Les confessions d’un ex-taulard feront l’affaire à coup sûr ! David Desclos se livre dans Écroué de rire. C’est le genre de spectacle original qui se joue d’année en année, car personne ne pourra lui piquer ses anecdotes.

Vous êtes en quête d’originalité ? Vous avez envie de troller la Saint-Valentin ? C’est probablement le meilleur spectacle pour ça.

Votre spectacle idéal pour la Saint-Valentin : un avis sur la question ?

Je n’ai sans doute pas couvert toutes les possibilités, mais vous devez être mieux équipé pour aborder cette soirée. Que vous souhaitiez rire, oublier la solitude ou faire rire bobonne, il y aura sans doute une solution dans cette article. Sinon, proposez vos suggestions en commentaire, battez-vous pour votre conception du couple « amour-rire ».

[post_title] => Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-saint-valentin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-11 13:00:40 [post_modified_gmt] => 2020-08-11 11:00:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8732 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7512 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-27 16:01:14 [post_date_gmt] => 2019-11-27 15:01:14 [post_content] =>

Les plateaux d’humour peuplent mon agenda tout au long de l’année. Cela faisait longtemps que je ne vous avais pas décrit ces soirées dans l’ordre chronologique. Prêt à vivre un beau moment d’improvisation, à découvrir l’ouverture de Montreux, fêter la cinquantième du Blague à Part et terminer par un plateau alternatif ?

La vérité des plateaux d’humour : vous préférez notre version ou celle de Binge Audio ?

En cette dernière semaine de novembre, un podcast signé Binge Audio entend vous présenter le stand-up. Programme B commence ainsi avec une présentation larmoyante des débuts sur scène, puis la galère des humoristes qui parviennent à en vivre. Ce récit digne des Misérables nous semble quelque peu fataliste. Alors qu’au fond, cela ressemblerait plus à Jacques le Fataliste et son maître.

C’est un très bon aperçu si on survole le sujet. Mais ici, on va plus loin. Embarquez dans un périple qui vous fera découvrir le vrai stand-up ! Ça commence maintenant…

PS : on vous raconte d’autres moments de la semaine dans d’autres articles, suivez les liens ! Ça commence par lundi et l’exceptionnelle de Nicolas Fabié

Dans les plateaux d’humour, ce mardi : Jardin Sauvage, Gérémy Crédeville offre une Tournée générale…

J’avais entendu parler de cet événement d’improvisation, et je me réjouissais de le voir enfin. Gérémy Crédeville est un artiste complet, capable d’être drôle sur le petit écran comme sur les planches.

Il plaisait déjà au public avec son spectacle G, parfait et modeste. Aujourd’hui, alors qu’il prépare un nouveau spectacle, il accumule également les événements d’improvisation dans l’Hexagone.

La Tournée Générale repose sur un concept simple : un tableau, vos mots et de l’impro. Le public du Jardin Sauvage était au rendez-vous : devant une salle comble, l’interaction a pu atteindre des sommets.

Au début, le flottement était palpable. Gérémy Crédeville vient seul improviser toute une soirée, et le public sadique rédige les mots les plus improbables sur le tableau. Il ne sera pas en reste : chaque micro-improvisation mobilise un ou plusieurs de ses membres.

Pour relever le défi et utiliser tous les mots, Gérémy doit ainsi imaginer une galerie de personnages et prendre de nombreux risques. Pour cela, il peut compter sur sa capacité à jouer avec les mots. Après les premières minutes, où il feint de tricher avec de la facilité, il nous convainc de plus en plus. Il improvise même une chanson sur la lettre P, encore une fois un sujet choisi par le public…

C’est très drôle, car Gérémy et le public qui monte sur scène avec lui font voir leur difficulté à pédaler dans la semoule, puis leur victoire à chaque mot effacé. C’était donc une soirée atypique, où Gérémy n’a pas eu à payer de tournée générale. Telle est la règle : s’il utilise tous les mots, celui qui a inscrit le dernier mot du tableau remporte une consommation. Sinon, tout le monde boit à la santé du comédien.

Jeudi : Gala d’ouverture de Montreux sur Comédie+

Parfois, l’humour s’invite dans votre salon. Jeudi constituait ma seule soirée libre de la semaine. Je venais de découvrir Humourman et revoir Mahaut jouer 30 minutes de blagues chacun. J’allais voir l’une des artistes que j’apprécie le plus vivre un moment peut-être charnière dans sa carrière.

Montreux, ça fait rêver. Je préfère cette escale suisse au Marrakech du rire. D’abord, il y a l’humour suisse qui occupe une place (heureusement !). Faire Montreux, pour moi, ça veut dire beaucoup. Alors quand j’ai appris que Marion Mezadorian allait y prendre part, c’était un grand moment.

Peut-être me suis-je enflammée, cela dit… La soirée d’ouverture m’amusait si peu que j’ai interrompu mon périple à mi-parcours. La télécommande me libérait ainsi après le passage de Marion Mezadorian. Hormis Gérémy Crédeville qui m’a étonnamment fait rire sur une parodie de vie de couple morose, tout tombait à plat. Je sentais le stress de Marion à travers mon poste et ne comprenais pas les réactions du public, hilare ou applaudissant des humoristes à la ramasse et soudainement plus discret. Rageant de voir un passage ne pas exprimer toute la quintessence d’un talent.

La caméra sauve la mise

Le lendemain matin, j’envoyais un message à Marion pour recueillir ses ressentis. L’encourageais à repartir au charbon, parce que je savais qu’elle pouvait rectifier le tir. Il se trouve qu’à Montreux, les soirées ont lieu plusieurs fois. Vendredi soir, donc, Marion revenait sur scène pour la Radio Télévision Suisse (qu’on aime, Ndlr.).

Et elle l’a fait. 24 heures changent beaucoup de choses, et MyCanal a décidé de conserver cette version du gala d’ouverture pour les rediffusions et le replay. Quand les planètes s’alignent et que l’artiste garde la tête froide, voilà le miracle qui peut se produire… Et une contact en Suisse m’a permis de voir cette prestation et l’envoyer à l’intéressée pour la postérité. Double alignement des planètes.

Vendredi, je passais aussi par la Petite Loge (comment passer une semaine sans ce théâtre ? Impossible !). Au programme : Aude Alisque, qui a bien remanié son spectacle qu’on adorait déjà.

Samedi : le Blague à Part Comedy Club, c’est la Baze

La cinquantième du Blague à Part Comedy Club était une date exceptionnelle. Elle accueillait Baptiste Lecaplain, Adrien Arnoux, Maryvonne Beaune, Marouane Sista et le MC, Grégory Robet.

C’était l’occasion de découvrir ce plateau en tant que spectateur, car étrangement, j’y ai joué avant de vivre cette expérience. Grégory m’a proposé de nouveau de passer, mais je laisse la place à ceux qui ont vraiment envie de monter sur scène

Honnêtement, j’étais épuisée. Pour la première fois depuis des mois, j’ai vu le soleil se lever pour assister à un stage de clown (juste regarder). Je vous raconte ça ici, car c’était assez marquant comme expérience. Mais j’ai tout de même gardé de l’énergie pour vivre cette soirée au Blague à part Comedy Club…

Les forces en présence : une question de subjectivité

Cette soirée était l’occasion de comprendre la différence entre les humoristes expérimentés et les espoirs du rire. Elle se résume en un mot : efficacité. Ils arrivent avec une autre confiance, un personnage scénique assumé et une précision chirurgicale dans leur jeu et leur texte.

Ainsi, Baptiste Lecaplain et Adrien Arnoux retournaient la salle avec une facilité apparente. Car on sait tous qu’il faut conquérir le public quel que soit son nom ou son standing. Et être connu ne change rien, même quand vous êtes une légende… Baptiste Lecaplain livrait même un clin d’œil aux gens comme moi : « si vous n’aimez pas les mimes ou les mecs qui parlent trop fort, ne venez pas voir Baptiste Lecaplain ! ». Cette conscience de son côté clivant malgré son expérience et son assurance scénique m’ont laissée pantoise. Bravo, respect.

Maryvonne Beaune apportait un angle original et un jeu très personnel pour nous alerter : la fin du monde approche à cause du capitalisme. Un sujet dont je n’ai pas envie d’entendre parler sur scène, mais sa manière de l’amener m’a permis d’en rire. Le reste de la salle était conquis. On ne peut pas plaire à tout le monde quand on livre quelque chose de très personnel, et ça, ça se respecte.

Au final, Adrien Arnoux me faisait le plus rire et j’étais agréablement surprise par la progression de Grégory Robet. La première fois que je l’ai vu jouer, je n’étais pas encore convaincue. Mais comme le dit Shirley Souagnon, il faut attendre… Car un déclic, ça change tout, et Grégory est sur la voie. Marouane Sista, je n’ai vraiment pas adhéré : son ton de voix m’a rappelé Gad Elmaleh, et malgré quelques blagues bien senties, ça sentait le déjà vu. Encore une fois, on laisse le bénéfice du doute et on n’oublie pas le line-up exceptionnel de la soirée !

Dimanche : un Cap ou pas Cap Comedy pour la forme

Le dimanche, c’est le jour où on est totalement libre. Pour certains, c’est une célébration religieuse. Moi, c’est plus un truc de bagnoles comme vous avez pu le voir sur Twitch.

Pour fêter la fin de la saison de Formule 1, j’ai donc décidé de rire. Parce que le rire ne me laisse pas tomber six mois durant l’année, contrairement aux vrombissements des moteurs.

J’avais tout de même une bonne raison de bouger. Emma de Foucaud, je la vois trop peu souvent sur scène. Et j’adore sa manière d’aborder la comédie. Elle me fait penser un peu aux nantais, avec ce ton si unique de parler du bide. Elle dénonce beaucoup, elle observe et critique l’univers du LOL qui la passionne. Cet esprit critique va sans doute l’aider à progresser plus vite. Elle a la bonne approche, et sa progression me semble prometteuse. Ce soir-là, elle allait encore me convaincre grâce à un bon set… traditionnel vis-à-vis de ce qui allait se jouer dans la soirée !

Le spectacle commence avant le spectacle

Avant d’arriver au théâtre, le spectacle commençait déjà. Je croisais une artiste, Cerisette, dans le métro. Elle tient à la main une pochette avec son CV. Une femme l’interpelle dans le métro pour lui donner des pièces, elle la prend pour une mendiante… Enfin, en vérité, elle lui disait : « J’ai vu votre CV, j’ai cru que vous pointiez à l’ANPE ! ». Vous ne rêvez pas, la scène se passe en 2019 sur la ligne 5 du métro parisien…

Moi, j’avais repéré Cerisette sur le quai du métro et j’avais décidé de la suivre discrètement dans le métro. Je ne m’attendais pas à assister à ça… Une heure plus tard, cette artiste atypique arborait un costume de l’espace et nous faisait tous rire en proposant un sketch complètement barré de robot de l’espace. Ce n’est pas exactement le même sketch ou costume que sur YouTube, mais vous avez l’idée. Barge et incroyable.

Le Cap ou pas Cap, c’est pile la soirée d’humour à laquelle tu ne t’attends pas. Tu viens et tu ne connais peut-être aucun artiste, tu n’attends aucun miracle et une folie heureuse vient rendre la soirée burlesque. Le MC amène des bières, il a l’air un peu trop décontracté… Les artistes tentent aussi des choses parce que le plateau a un côté confidentiel. On est dans la back-story de la back-story, et au final, la soirée recharge les batteries de tout le monde. Un délice improbable, qui déménagerait vers Ledru-Rollin dans un endroit dédié au comics — les organisateurs font tout pour !

Entre défis et morceaux choisis

Le Cap ou pas Cap, ce sont aussi des défis : l’applaudimètre désigne des artistes qui vont rejouer sur scène quelques minutes. Le verdict : Cerisette et Avril ont été sélectionnés, alors qu’il y avait quand même une égalité avec Humourman.

Le hasard a voulu qu’une personne du public tire le défi « replay » pour Avril. Il devait rejouer le sketch d’un des autres artistes… Dans la pénombre, il murmurait déjà : « Je sais exactement qui je vais prendre » alors qu’il se jetait sur la cape de son poto Humourman. La vidéo existe, et on espère qu’ils pourront la vendre à quelqu’un. Avril avait déjà fait fort en montant sur scène avec quelques phrases résumant la soirée, il continuait sur sa lancée.

Cerisette a dû rejouer son sketch, elle aussi, mais version sexy. Cela devenait n’importe quoi, et le public a dû jouir en même temps que le robot sur scène. J’arrive à peine à croire que j’écris ces lignes… Mais c’était mémorable, inattendu, incomparable et incroyable ! Même les reprises d'À Corps Renversés m’embarquaient, alors que ça n’avait rien de classique…

Plateaux d’humour : verdict

Les plateaux d’humour restent une expérience ultra-fun. Vous pouvez bien sûr opter pour des valeurs sûres comme le Barbès Comedy Club, le Paname Art Café ou encore Madame Sarfati. Et bientôt Freedge, d’ailleurs…

Mais il existe bien d’autres lieux, qui apparaissent et disparaissent. Certains abritent de très belles soirées pendant quelques mois. Profitez-en, ce n’est pas un mirage : les rires sont à portée de consommation.

Crédits photo

© Christophe Castejon / Kobayashi Photography

[post_title] => Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-tournee-generale-credeville-montreux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-03 11:45:23 [post_modified_gmt] => 2019-12-03 10:45:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7512 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6737 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-17 10:00:00 [post_date_gmt] => 2019-09-17 08:00:00 [post_content] =>

Pépites, le spectacle de Marion Mezadorian, reprend à la rentrée à Paris. Après de nombreuses représentations au Théâtre du Marais, la comédienne change de rive et jouera donc son spectacle à la Nouvelle Seine.

Si vous vivez hors de Paris, vous pourrez aussi voir Marion Mezadorian à Lille le 27 septembre et à Valence le 10 novembre.

Avec le spectacle Pépites, Marion Mezadorian livre une écriture et une interprétation personnelles

Doit-on encore vous présenter Pépites ? La genèse de ce spectacle est similaire à celle d’Alexandra Pizzagali. Marion nous expliquait ainsi, il y a deux ans, avoir écrit Pépites comme un écrivain aurait pu le faire. Disciplinée, elle se rendait donc au Paname Art Café et écrivait des heures durant. Tôt le matin, alors que d’autres comiques dormaient encore, elle posait les fondations de ce premier succès scénique.

Pépites : la nouvelle affiche du spectacle de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine

Au-delà de l’écriture, c’est une manière de vous réconcilier avec les personnages. Parce que sur les plateaux d’humour, les personnages sont parfois honnis. Comme s’il existait uniquement du bon stand-up et des mauvais personnages.

Une évolution du spectacle Pépites grâce aux collaborations artistiques

Si vous avez vu Pépites à la Comédie des 3 Bornes, vous pourriez découvrir un spectacle diamétralement différent. En cause : bien sûr, la progression de Marion, mais ce n’est pas tout ! Elle a en effet su collaborer avec de nombreuses personnes, qui avaient tous une sensibilité différente. L’histoire qu’elle raconte avec générosité est déjà très émouvante, mais ces multiples collaborations ont toutes été bénéfiques.

Francis Magnin lui a d’abord apporté un regard plus stand-up. Ensuite, Alexis Gobé lui a permis de réorganiser le tout et changer notamment l’introduction. Alexandra Roth a été encore plus loin… et ce n’est pas fini ! Aujourd’hui, le metteur en scène, c’est Mikael Chirinian. Son CV très fourni laisse présager d’une nouvelle amélioration pour un spectacle qui est déjà bien au niveau. Jusqu’où ira Marion ? Venez le découvrir à la Nouvelle Seine !

Infos pratiques

Quand ?Les mardis et mercredis à 20 h, du 17/09 au 18/12
Où ?La Nouvelle Seine (Saint-Michel / Maubert Mutualité)
TarifÀ partir de 16,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Svend Andersen (photo de l’article)

© Piergab Pichon (photo de l’affiche)

[post_title] => 1 jour, 1 reco : les Pépites de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pepites-spectacle-marion-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-22 17:33:08 [post_modified_gmt] => 2020-01-22 16:33:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6737 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6440 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-19 09:09:21 [post_date_gmt] => 2019-07-19 07:09:21 [post_content] =>

Avignon, je venais vers toi à reculons. On m’a parlé de toi comme un four, un rouleau-compresseur d’artiste. Alors je suis venue en coup de vent en Avignon, sans conviction. Du 16 au 18 juillet, j’ai suivi Marion Mezadorian dans sa quête de spectateurs, de rires et d’émotions.

Arriver dans la cité des Papes était étrangement agréable. La ville semblait belle et calme. Au loin, je voyais bien les lignées d’affiches, mais je restais épargnée par le karcher de Denise et la pluie de flyers au loin.

Marcher dans les rues, au milieu de tous ces saltimbanques qui ne rêvent pas de stand-up, a d’abord été un problème. Le mal du pays me gagnait déjà. Je partais à la recherche d’une zone de confort, de visages habituels. Faire revivre Paris là-bas devenait une priorité urgente.

J’étais tellement perdue que je calquais tous mes choix de boisson sur ceux de mon hôte. Réflexe de survie ? Peur de choisir sans voir de carte ? Aucune idée, mais la transition, c’était le sirop d’orgeat. Ce truc de dingue me faisait signer un traité de paix avec le cagnard du sud de la France.

Rencontre avec un serial photographe en Avignon

Après un premier repas entouré d’abeilles, direction le Théâtre le Paris pour un cocktail VIP... qu’on a vécu en 30 secondes chrono. Entre les Chevaliers du Fiel et l’un des spectateurs, Cyril, on a choisi la deuxième option.

Qui est Cyril ? Fan d’Elie Kakou et Mado la Niçoise, il arpente les sorties de théâtres et de plateaux télé pour faire des photos avec les célébrités. 20 ans qu’il traque les stars pour des photos. Et là, il choisissait Marion avant de passer à un name-dropping impressionnant.

Ensuite, il m’a demandé pourquoi je ne faisais pas ça, ça suffisait pour faire la promotion de spectacles, non ? En vérité, j’ai choisi l’autre camp depuis bien longtemps. Faire des photos, ça dévalue l’expérience à mon sens. Après, pour lui, ça devient une compétition, un défi, une prouesse sportive en quelque sorte !

Une bonne dose d’humilité

Paris et Avignon, ça n’a rien à voir. Tout est à refaire. Les canaux médiatiques sont différents, l’écosystème n’a rien à voir. Ils ne sont pas restés 20 ans de retard, mais ils connaissent la nouvelle génération par la télévision. Quand je demandais à Cyril qui il appréciait dans la nouvelle génération, le silence s’imposait. Puis un long soupir, et enfin un nom lâché : Tom Villa.

Je lui parle ensuite de Pierre Thevenoux : inconnu au bataillon. J’hésite à parler de Ghislain Blique... La fracture culturelle est béante. Il reste beaucoup de travail, même pour moi. Je dois présenter plus que jamais mon travail face à une audience qui fait sa vie sans moi, sans les saltimbanques des caves parisiennes.

En Avignon, vivez des récits d’artistes

J’ai décidé de voir deux spectacles le mercredi. J’ai tout décidé sur le web une semaine plus tôt. J’aurais pu en voir un de plus, mais je n’en ai pas eu envie. Malgré la carte de presse qui m’ouvrait gracieusement les portes des théâtres.

Je voulais une expérience 100 % qualitative et sur-mesure. J’ai choisi de passer une heure (de plus !) avec Marion et une autre avec Karim Duval et son spectacle Y.

Ces deux artistes ont des parcours bien distincts. Pourtant, ils jouent à quelques pas l’un de l’autre. Ils partagent même l’art de dresser un récit palpitant. Marion émerveille avec ses Pépites.

L’heure du coup de gueule

Pourquoi les professionnels regardent ces spectacles et créations poétiques de haut ? Avant de venir en Avignon par le train, j’ai décidé de télécharger des épisodes de Moot-Moot. Je découvre le nom du réalisateur, François Reczulski, et son œuvre : les Ratz, Platane, Oggy et les Cafards... et Hibou. Le bonheur de mes quinze dernières années résumé en une bio.

Après une recherche rapide sur le web, je tombe sur une critique du film Hibou. Là, je lis que ça manque de, ce n’est pas assez... mais pourquoi ? Pourquoi ce genre a-t-il si mauvaise presse, est-il jugé si durement ?

Pour Marion, j’ai déjà lu des critiques allant dans le même sens. Il manque quelque chose. Probablement du trash, si à la mode en ce moment ? Quoi qu’il en soit, ce que j’ai vu, c’est Laura Calu dans la salle, à la fin du spectacle. Elle était debout et applaudissait avec la ferveur d’une convaincue. Émue par l’histoire et l’univers de Marion, elle lui montrait toute sa reconnaissance. Toute la reconnaissance que la profession ne sait pas encore lui délivrer — à tort !

Je vois ce spectacle depuis une dizaine de fois. Si l’émotion ne m’emporte plus comme la première fois, l’émerveillement persiste. Son parcours est captivant. Vous pourriez me trouver des circonstances atténuantes. Moi aussi, je valorise les gens que je croise avec des mots, des portraits où je verse tout le trop-plein d’émotion. Le lien qui existe entre Marion et moi (et son public !) n’émane pas du hasard. Il est juste, sincère, authentique. Un appel d’air dans la chaleur ou la tension ambiante. Si cela ne parvient pas à émouvoir les professionnels du festival, c’est qu’ils sont un peu morts à l’intérieur !

De retour à Paris, en toute nostalgie

Malgré la chaleur, Avignon a tout de même été une expérience très positive. Je me faisais une joie de revenir à Paris pour des 30-30 au Jardin Sauvage, mais la soirée ne s’est pas passée comme prévu. L’ambiance était différente, étrangement plus compétitive et franchement désagréable. J’étais épuisée, certes, mais le contraste était tel que j’avais juste une envie : y retourner ! Si on m’avait dit cela avant de partir, j’aurais ri au nez de mon interlocuteur… Bravo Avignon !

Crédits illustration

© SRGIO

[post_title] => Première fois en Avignon : des artistes et des histoires [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-fois-en-avignon-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:19 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6440 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6408 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 15:20:52 [post_date_gmt] => 2019-07-12 13:20:52 [post_content] =>

En juillet, le festival d’Avignon 2019 accueille plus de 1 500 spectacles dans le OFF. Face à cette immensité, il y a forcément une prise de risque. Pour l’édition en cours, voici une sélection en fonction de vos objectifs !

Festival d’Avignon 2019 OFF : qui allez-vous découvrir ?

L’humour, c’est subjectif. La meilleure façon de passer un bon moment, c’est de savoir ce que vous voulez. Ensuite, demandez-vous jusqu’où vous pouvez sortir de votre zone de confort.

Là, vous êtes prêt ! Faites votre choix parmi les horaires et les lieux présentés. Parfois, il peut arriver que l’horaire change ou qu’il y ait une relâche. Vérifiez sur le lien que nous vous fournissons pour chaque spectacle (et guettez le mot-clé « Climatisation » !).

Je veux voir l’avenir de la comédie au festival d’Avignon 2019

Alexis le Rossignol - Théâtre le Paris - 5-14 juillet, 19h30

Alexis le Rossignol est un humoriste assez atypique. Une fois rentré dans son univers, vous ne pourrez plus vous en passer ! Prix SACD du Festival d’Humour de Paris 2017, il officie également sur France Inter.

Alors, Alexis, c’est quoi ? Un certain sens du malaise, des anecdotes bien senties et une personne aussi attachante que fascinante. Foncez : la dernière, c’est le 14 juillet !

Marion Mezadorian - Théâtre le Paris - 5-27 juillet, 13h30

Marion Mezadorian joue son spectacle Pépites depuis plusieurs années. Aujourd’hui, son talent émerge sur scène et bientôt au cinéma. Si vous nous lisez souvent, vous savez que nous la sur-validons depuis longtemps ! Son spectacle est poétique, fidèle à sa personnalité ultra-attachante et à sa bienveillance permanente. Le meilleur remède à la morosité, c’est Marion Mezadorian ! Prenez votre place et vivez cette expérience feel good !

Morgane Cadignan - Le Clash Théâtre - 5-28 juillet, 18h

Morgane Cadignan, c’est assez émouvant de la voir au festival cette année. À son arrivée, on a vu venir son talent tout de suite. Depuis ce passage en découverte humour, elle a émerveillé la superbe salle de la Petite loge. Son écriture, également primée au Festival d’Humour de Paris, va égayer votre journée !

Réda Seddiki - Théâtre Barretta - 5-28 juillet, 17h30

Également parmi nos découvertes humour, Réda Seddiki a lui aussi un univers assez poétique. Rêveur intello, il évite certains écueils de la bien-pensance. Dans l’air flotte un peu de légèreté quand Réda Seddiki nous parle de liberté. Ça philosophe calmement, et c’est drôlement agréable ! Tentez l’expérience.

Roman Doduik - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Roman Doduik joue son nouveau spectacle, ADOrable, depuis quelques temps à Lyon. Cet angle n’est pas surprenant : ses débuts remontent à bien avant le début de votre vie professionnelle. Oui, genre avant le baccalauréat. Vous imaginez ? Si ça vous intrigue, c’est le moment de le découvrir !

J’y vais mais j’ai peur : je l’ai croisé une fois, je veux savoir si c’est bien

Jo Brami - Théâtre le Palace - 5-28 juillet, 18h10

Jo Brami, je l’ai vu en remplaçant de la superbe pièce Ben-Hur. Étonnant, puisque son truc, c’est plus la scène humoristique pure ! Son spectacle a un peu de bouteille, en plus, alors vous pouvez y aller en toute confiance !

Kenny - Théâtre l’autre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Kenny, c’est un mec recommandé par Léopold. Vous savez, monsieur Twitch. C’est sur cette base que je vous le recommande. L’ami d’un bon ami, n’est-ce pas là la meilleure recommandation possible ?

Klotilde - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 19h30

Dans Élevée en plein air, Klotilde livre un univers assez singulier. Entre passion des châteaux et performance assumée, elle fait son chemin dans le milieu de l’humour. On a vu son spectacle à la Comédie des 3 Bornes quelques mois avant Avignon. Il était alors en chantier, pour offrir la meilleure expérience possible aux spectateurs sudistes. C’est le moment d’en profiter et de voir le résultat de ce dur labeur !

J’ai envie d’un spectacle survitaminé

Nous vous proposons deux spectacles ultra énergiques, et deux autres plus axés sur l’humour noir ou l’absence du politiquement correct.

Vous aimez les interactions ? Kevin et Tom vont vous ravir. Timothé Poissonet ose tout, et amène même beaucoup d’autodérision depuis quelques mois. L’an dernier, jamais je ne vous l’aurais recommandé. Mais le travail paie — c’est le moment de vous lancer.

Côté humour sans limite, vous avez le choix entre Pierre-Emmanuel alias PE ou Lamine Lezghad. On les a vus en plateau, et on les valide sur leur prestation au format court. À vous d’oser prendre un peu plus de temps pour vous plonger dans leur univers !

Je veux un dépaysement

Le Festival d’Avignon, ce n’est pas le lieu rêvé pour le stand-up. Alors quand vous pouvez découvrir plusieurs visages sur un format de plateau d’humour, il faut le faire ! Ça s’appelle Best OFF, et on vous recommande de regarder qui joue avant de vous y aventurer. En effet, les programmations sont très diversifiées et variées chaque jour.

L’affiche de Photographe en liberté attire l’attention dans la catégorie humour. C’est à la fois de l’humour et une exposition qui incite au voyage.

Vous l’avez adorée comme nous à Paris ? Sophie Imbeaux joue sa pièce Le monde merveilleux du colibri avec la magnifique mise en scène de Patrice Soufflard. Pour vous donner une idée, il travaille aussi avec les célèbres Décaféinés ! C’est assez poétique, très étonnant… Pour vous donner une idée, voici notre critique du spectacle !

Félix Radu joue son spectacle Les mots s’improsent depuis un certain temps. Passé par un nombre incalculable de salles à Paris, ce passionné du bon mot se cherche un peu, mais émerveille généralement son auditoire. Normal pour un jeune et doux rêveur, cela dit !

Olivier Stephan, c’est un choix éditorial orienté. Il a toujours soutenu Le spot du rire avec beaucoup de bienveillance. Objectivement, on n’a aucune idée de ce que ça donne, mais ça attise suffisamment notre curiosité pour vous emmener dans sa salle !

Je veux une valeur sûre, adoubée par la presse ou le public

Max Bird, ou le Jamy de l’humour, sera en Avignon pour parler d’oiseaux, et surtout vous faire rire ! Notre chroniqueur sudiste Fabien avait vu son spectacle, et vous pouvez lire sa critique avant de vous laisser convaincre !

Cécile Djunga, on a envie de la voir. Le pitch de son spectacle est moderne. Très bien vendue par la presse et sa team, elle n’a plus qu’à rayonner sur scène ! Allez vérifier les dires des pros dans sa salle ! ;)

Laura Calu fait partie de nos découvertes humour les plus célèbres. Très populaire sur les réseaux sociaux, elle a un charisme assez bluffant sur scène. Si vous aimez ce genre de personnalité déterminée et passionnée, allez la voir cet été au festival d’Avignon 2019 !

Jérémy Charbonnel, on l’avait interviewé et vu en spectacle. Notre impression, à chaque fois : excellente. Ce troll gentil, et jamais clivant, a un vrai sens de l’humour validé. C’est un professionnel de la scène avec lequel vous passerez un excellent moment !

Karim Duval, vous l’avez sans doute vu passer au Jamel Comedy Club. Cet ami éloigné de l’humour, on a envie de vous le conseiller, car c’est toujours sympa de renouer avec de vieilles connaissances. Vous vous direz : « C’est vrai qu’il était drôle ! ». Ne manquez pas ça au festival d’Avignon 2019 !

Je veux un humoriste clivant au festival d’Avignon 2019

Julien Santini, soit on aime, soit on déteste. Honnêtement, on n’est jamais rentré dans son délire. Mais si vous en parlez aux autres, vous comprendrez juste que son talent ne plaît juste pas à tout le monde. Il apparaît dans la chaîne des 2 tocards et dans de nombreuses publications de Nicolas Fabié. Ces mecs-là ne traîneraient pas avec lui s’il n’était pas drôle. Nous en sommes donc arrivés à la conclusion suivante : si vous regardez une vidéo de cet humoriste, et que vous trouvez ça drôle, vous devez le découvrir. C’est aussi simple que ça !

Vous avez tous entendu parler de la blague de Tex. Comme toutes les personnalités de ce type, il existe un public qui a envie de rire et de ne pas se prendre la tête. Si c’est votre cas, alors profitez-en !

[post_title] => Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-2019-selection-off [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-12 15:51:02 [post_modified_gmt] => 2019-07-12 13:51:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6408 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4310 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 11:30:59 [post_date_gmt] => 2018-05-27 09:30:59 [post_content] => Il est l’heure d’ouvrir le second volet de la saga des humoristes qui ont compté pour moi cette année. Après les découvertes, je voulais revenir sur ma rencontre avec deux artistes que j’ai choisi de mettre en avant sur le site : Marion Mezadorian et Jean-Philippe de Tinguy. Je ne vous l’avais jamais raconté ; c’est donc l’occasion parfaite de relater ces rencontres !

Marion Mezadorian et ses pépites

Marion Mezadorian est une personnalité à part. Indéniablement celle qui m’a le plus plu humainement dans ce milieu humoristique. Oui, vous auriez peut-être pensé qu’un autre nom sortirait (mais soyez patients, ça va arriver). Je vous explique. Dans le métro parisien, je lève la tête et j’aperçois une collection de visages mornes. Je les imagine peut-être penser « c’était mieux avant » ou « je veux tuer mon boss ». Ce ne sont que des possibilités, aucune étude scientifique est venue entériner tout cela. Et puis je rencontre Marion, la pépite parmi toutes les pépites. Cette stakhanoviste de l’humour ne se ménage pas. Autoproduite, elle s’est démenée pour monter sa tournée. C’est pour cette raison que vous avez pu la voir aux quatre coins de la France (en dépit de la grève SNCF !). Je ne vous ai pas encore livré tous les détails de ce parcours, mais cela aurait pu faire un documentaire génialissime à capturer. Tiens, une idée en plus pour l’avenir.

La première fois que j’ai vu Marion…

J’ai eu une rencontre en deux temps avec Marion. D’abord, je l’ai découverte à Bobino, au Festival d’Humour de Paris le 17 janvier de l’année dernière. Le lendemain, j’allais la voir au bar les Ecuries pour l’enregistrement du deuxième Lève-toi et vanne, la scène-ouverte de Radio Nova (dont j’espère le retour un jour…). A l’époque, je n’étais pas vraiment intégrée au milieu de l’humour, donc on n’a pas discuté. Le 21 avril, j’ai sauté le pas pour la voir en spectacle d’une heure. J’ai retrouvé ce que j’avais aperçu en scène ouverte. Et comme tout le monde, j’ai failli craquer pendant le spectacle. Ce n’était pas triste, c’était beau. Après le spectacle, elle a l’habitude de faire le tour de tout le public resté et leur propose de prolonger l’expérience. Le style Mezadorian : bonne humeur toujours apparente, bonheur de voir les gens allés jusqu’à elle. Immédiatement, elle m’adopte, elle m’adoube. Sa manière d’entrer en contact avec les autres me fascine. Je l’envie de savoir le faire avec tant de naturel et de décontraction. C’est à elle que j’ai parlé du spot du rire en premier et c’est à elle que je parle de nombreux projets. Je lui fais totalement confiance pour me motiver et me rassurer quand j’ai une idée, parce que c’est la meilleure personne que je connaisse pour vous booster. Alors, j’essaie de lui rendre un peu cela, mais le fait de ne pas vivre la vie d’artiste me bride peut-être pour apporter un vrai soutien ? Enfin, elle prend avec beaucoup d’entrain tout soutien, donc une lèche-bottes comme moi en profite ! Récemment, je me suis dit qu’il fallait plus de spectacles comme celui-ci… Mais pour cela, il faut en parler ! Alors, les critiques abonnés à la culture ont intérêt de se sortir les doigts pour couvrir tout ça et tapoter des bons mots sur leur clavier. Sinon, je leur prends leur travail. Vous êtes prévenus.

Jean-Philippe de Tinguy, what else?

Si vous ne savez toujours pas qui est Jean-Philippe de Tinguy, je vous renvoie à sa biographie et son interview sur le site. Croyez-moi que si un jour, il a une page Wikipédia, j’en serai l’auteur initial. Je vais simplement faire comme pour Marion : vous raconter la première fois que je l’ai vu !

La première fois que j’ai vu Jean-Philippe…

J’ai mis un peu de temps entre la découverte de l’existence du spectacle de Jean-Philippe et l’achat de billets. De mémoire, deux semaines, mais ce n’est pas très daté. J’ai longuement hésité avant de sauter le pas. J’amenais une amie et je ne voulais pas qu’elle soit déçue. Après tout, c’est une prise de risque d’aller voir un humoriste méconnu, surtout quand on n’a jamais rien vu de lui. Même pas sa tête, simplement l’affiche illustrée. Vous savez, celle qui fait que l’on me dit toujours : « je ne l’imaginais pas du tout avec sa tête ». C’est peut-être de là d'où vient l'expression « trop bizarre d’avoir un visage »… C’était un samedi d’août, il faisait 35 degrés. Généralement, je ne suis plus vraiment consciente à partir de 29 degrés, donc il fallait s’accrocher. La régisseuse de la salle de spectacle nous a donné des éventails pour survivre à l’heure de spectacle. Je dois aussi dire que c’était la première fois que je découvrais La Petite Loge, qui a accueilli Gaspard Proust avant son explosion médiatique. Excusez du peu.

Conversations névrosées : acte I

Tickets jaunes en main, nous entrons. Pas de doute : il s’agit bien de la plus petite salle de la capitale ! Le rideau est troué, je suggère à mon amie Virginie de regarder à l’intérieur, ou d’y glisser le doigt – il s’agit là encore d’un souvenir vague. Evidemment, j’ai choisi le premier rang. Fayote un jour, fayote toujours. Quand il arrive sur scène, Jean-Philippe relève l’anecdote du rideau, et aujourd’hui, je n’ai plus aucune idée de ce que j’ai pu raconter d’autre avant le spectacle. Les éventails qui nous ont été exceptionnellement distribués le distraient peut-être, mais il semble hésiter. De mon côté, j’ai peur d’avoir déçu mon amie, alors, j’oublie de lâcher prise. Elle rit pourtant, et moi, je découvre de belles références : La cité de la peur, les Que sais-je ? sur les nouvelles technologies et bien sûr l’utilisation de ma chanson préférée de Daft Punk, avec mon fruit préféré, la banane. La machine est lancée, mais je reste sur ma faim. Plus tard, je comprendrais que comme la notion du temps est altérée dans le spectacle (on ne voit pas le temps passer), j’ai l’impression de voir seulement quinze minutes de création artistique alors que l’heure est bien remplie !

Conversations névrosées : acte II

Au terme du spectacle, Virginie n’est pas pressée, alors nous discutons dans la rue. Jean-Philippe déboule alors avec cette banane entamée lors du show. Ce qui suit est le premier moment d’une lignée de conversations étranges qui caractérisent nos échanges. L’incompréhension règne, je me suis réglée sur le mode « premier degré ». Je ne comprends pas tout, je ne sais pas s’il me faut livrer de bonnes ou de mauvaises réponses.
– Vous êtes venues comment ? – Euh… en métro ?
Le rire prend alors place. Je finis par expliquer que je vais découvrir des spectacles et que j’invite Virginie pour l’occasion. Le lundi suivant, la canicule a disparu. Je reprends donc le plein usage de mon esprit et je vois que Virginie a beaucoup plus apprécié que moi. Je me dis que quelque chose cloche dans mon jugement, donc je vais sur YouTube et je découvre Bien clair entre nous. Là, je comprends tout, alors je donne une deuxième chance le samedi suivant. Je reviendrai deux autres fois avant la fin de sa programmation dans cette salle. Après, j’ai arrêté de compter. « Ça vaut mieux pour tout le monde. »

Conclusion

Ainsi s’achève ce flashback. Comme vous pouvez le constater, je pourrais me rouler par terre assez longtemps pour que ces deux personnes puissent jouer leur spectacle devant un public averti, convaincu et nombreux. Heureusement, il s’agit d’une image : je crains que cette action soit même contreproductive. Bon, il faut que je l’avoue : je suis capable d’écrire à Emmanuel Macron et lui proposer de découvrir ces spectacles pour se détendre. J’aimerais vous dire que je n’ai pas eu l’idée… mais si, et j’étais même très convaincue ! Genre : « Tu te souviens, quand ton bon vieux pote Jean-Marc Dumontet t’a apporté un soutien, y a moyen de moyenner, mec ! » Comme Jean-Philippe a terminé son spectacle au Point Virgule l’été dernier, je peux même dater cette idée à juste après son élection… Encore une preuve que ce que vous lisez sur le spot du rire, vous ne le verrez nulle part ailleurs. Merci de votre fidélité cette année, c’était très agréable de partager cette passion avec vous !

Crédits photo

Marion, Jean-Philippe et David Bosteli © Marion Mezadorian / Le Point Virgule on the Road [post_title] => Vers les 1 an du spot du rire - Nos étoiles du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-rencontre-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:46:17 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:46:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4310 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011385 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-16 20:30:11 [post_date_gmt] => 2021-09-16 18:30:11 [post_content] =>

Un article un peu spécial aujourd’hui : je vais vous livrer les dernières nouvelles de cette rentrée. Pour ceux qui ne nous suivent pas sur Instagram, vous avez manqué une information importante sur mon emploi du temps : ma nouvelle prise de poste. Toujours dans un emploi hors humour, ce qui me garantit une véritable indépendance sur mes prises de parole.

Fidèle à mon amour de l’organisation, les contenus que vous lisez en cette rentrée (hormis cet article) sont anciens. J’ai ajouté quelques artistes en catastrophe à ma dernière sélection de spectacles, mais Adrien Arnoux est arrivé un jour trop tard avec son heure au Point Virgule. C’est l’une des actualités phares de cette rentrée. J’ai plaisanté en parlant de procrastination sur Instagram, mais en réalité, le stand-upper pur se lance une fois qu’il est totalement prêt, satisfait de son œuvre.

Une nouvelle plume sur Le spot du rire, entre Lyon et la Picardie !

Autre nouvelle importante : l’arrivée dans l’équipe du spot du rire d’une nouvelle plume bénévole, Shaïneze Ghesli. Pour l’heure, elle a assisté au spectacle de Sylvain Morand au Boui Boui, à Lyon. Gérard Sibelle, qui rôde toujours à la recherche de talents brillants, bien élevés et originaux (genre Réda Seddiki), a ainsi pu livrer ses conseils à Shaïneze comme il sait si bien le faire.

Pour rappel, toutes les voix sont les bienvenues sur Le spot du rire. Les critiques en herbe qui ont envie d’affûter leur œil artistique sont les bienvenues en cette rentrée, même si elles seront sans doute surprises de voir tant de retours pour pousser leur argumentation. Raconter un spectacle est une chose, le critiquer en est une autre. Cependant, ce processus prend quelques années pour livrer des critiques réellement inspirées, vraiment utiles pour les lecteurs, à la fois justes et intransigeantes. Le critique a le droit de se tromper, mais quoi qu’il en soit, il faut apprendre à s’engager, sortir du prisme du spectateur pour mettre en perspective, etc. Quitte à déplaire, ce qui n’est pas une mince affaire.

Prochain arrêt en cette rentrée : Comiqueland. Attention aux fous rires en prenant place.

Revenons aux actualités importantes à venir. Demain, c’est la reprise de Marion Mezadorian au Petit Palais des Glaces. Cette salle est un peu complexe : autant le Palais des Glaces est connu, mais il règne une ambiance très particulière en haut de ces escaliers. Je me réjouis donc de revoir Marion sur scène après avoir tant muri Pépites. Ce n’était pas prévu, mais quand Marion envoie un message toujours aussi enthousiaste à chaque reprise, c’est bien simple : je ne résiste jamais à l’appel.

Cette date coïncidera avec la venue de William Pilet à la Petite Loge. William Pilet, vainqueur du Grand Prix du Jury à Tournon en août dernier. Enfin, il fait escale à Paris lors de sa tournée et je me réjouis de le voir la semaine suivante. Il n’y aura que deux dates ; la salle étant petite, je vous conseille de réserver (s’il est encore temps…).

Focus Suisse et francophonie : et c’est pas fini !

Vous avez sans doute vu passer quelques interviews d’humoristes suisses. Bien entendu, vous les connaissez moins car ils ne jouent pas vraiment en France. Pour autant, je mets un point d’honneur pour vous les présenter car leur art m’inspire depuis des années.

À l’heure actuelle, vous avez ainsi accès à deux interviews d’improvisateurs et artistes polyvalents. On a commencé par Yacine Nemra, qui, au fil des soirées à écouter Couleur 3, est devenu l’un de mes chouchous.

Remaniements de calendrier

Je devais enchaîner avec Valérie Paccaud, l’animatrice du talk-show humour radiophonique Les bras cassés. Des difficultés de calendrier m’ont poussée à légèrement reporter la sortie de l’interview, mais sachez qu’elle est déjà prête et que j’ai très hâte de vous la présenter ! Sa sortie est prévue le 6 octobre.

À la place, vous avez pu découvrir le Yacine Belhousse suisse (pour schématiser grossièrement) pour son originalité et sa comédie alternative. Cet homme, c’est Blaise Bersinger, et je vous en ai déjà beaucoup parlé entre son spectacle Peinture sur chevaux 2 et Mauvaise Langue !

La semaine prochaine, vous découvrirez un autre jeune talent suisse, Renaud de Vargas. La semaine suivante, petite trêve pour vous présenter une découverte humour… Sera-t-elle dans le thème ? (Oui, autant vous l’avouer…). Par la suite, je vous proposerai l’interview de la Belge Serine Ayari, enregistrée lors du festival de Tournon en août dernier. Je m’excuse pour le long délai entre l’enregistrement et la sortie, qui ne sera que d’un mois tout au plus : la sortie est prévue le 13 octobre.

Autre nouvelle : je retourne en Suisse pour le Couleur 3 Comedy Club. C’est un événement pour lequel je me bats pour des accréditations afin d’amortir les frais sur place. Rappelez-vous, le spot du rire est un site de niche fait par des passionnés, donc l’argent doit provenir d’autres sources (exemple : un travail). Cela fera donc deux festivals de suite après Paris Paradis (j’y viens plus bas, car cet ajout à mon calendrier comique est récent !).

Programmation du festival Couleur 3 Comedy Club : spectacles humour à Lausanne
La programmation du Couleur 3 Comedy Club

Festival Paris Paradis : un mot sur la belle sélection du Parisien en cette rentrée

La semaine suivante marquera le retour d’un festival qui mêlera les passionnés et le grand public. Le festival Paris Paradis, c’est le fourre-tout culturel qualitatif du Parisien. Entre musique et humour, il y en a pour tous les goûts pour ravir le public. La programmation humour, prévue le dimanche 26 septembre, est pointue. Ce festival n’a plus lieu à Longchamp mais la Villette, au Cabaret Sauvage. Plus proche de la vie culturelle, il devrait attirer encore plus de public en cette édition 2021 !

En cette rentrée, je vous recommande les plateaux de 14 heures et 18 heures. Celui de 16 heures regroupe de très beaux noms, mais c’est vraiment une affaire de goût ! Quant au show de 20 heures, on apprécie l’originalité, mais la curiosité est-elle suffisante pour sacrifier un dimanche soir et rentrer tard ? Oui, je me fais vieille et mon sens de l’organisation me rend dictatoriale en matière de gestion des priorités. Vous l’aurez compris, avec ce festival, vous aurez l’embarras du choix ! Faites selon vos goûts…

SpectacleProgrammation
14h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Paul Mirabel
- Donel Jack’sman
- Rosa Bursztein
- Tristan Lopin
- Fanny Ruwet
- Nordine Ganso
16h - 100% stand-up- Shirley Souagnon (MC)
- Amelle Chahbi
- Mathieu Madénian
- Tania Dutel
- Guillermo Guiz
- Jason Brokerss
- Marine Baousson
18h - Plateau Pasquinade (sans Haroun ?)- Thomas Wiesel
- Yacine Belhousse
- Dedo
- Certe Mathurin
- Christine Berrou
- Pierre Thevenoux
- Tristan Lucas
- Eux
- Wary Nichen
20h - Cabaret les nouvelles années folles- Calixte de Nigremont (MC)
- Jonathan Lambert
- Éric et Quentin
- Redouanne Harjane
- Noémie de Lattre
- Viktor Vincent
- Doully
- Lola Dubini
- Les Coquettes
- Matthieu Penchinat
- Fills Monkey
- Chanelle De Mai

Un dernier mot

Même si mon emploi du temps est plus chargé, il me semblait important de vous parler à l’instant T. Toute cette organisation demande de l’énergie, et pour l’heure, je concilie bien les deux pour vous parler. C’est toujours indispensable à mon équilibre et je suis ravie de continuer à vous partager ma passion. Ce sera peut-être moins réactif qu’à l’habitude, je dois faire des concessions sur les spectacles à voir mais je continue de rôder, de conseiller des sorties culturelles à mes nouveaux collègues… L’aventure continue alors que l’actualité s’emballe. C’est la rentrée, quoi !

Rendez-vous lundi pour vous présenter 6 espoirs de l’humour et clôturer la présentation de la fin d’année 2021 culturelle ! En attendant, retrouvez nos valeurs sûres en spectacle et continuez de naviguer sur le site… Il reste ouvert en permanence, lui ! Et si vous en voulez encore, ce mois-ci, France Bleu consacre sa rentrée aux nouveaux talents humour. Vous pouvez même voter les samedis à 19 heures !

[post_title] => Quelques annonces de rentrée [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => annonces-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-16 20:48:07 [post_modified_gmt] => 2021-09-16 18:48:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011385 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 24 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d12bcf05694a4115e766548517dc372d [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Marion Mezadorian

Nouvelles de la rentrée humour 2021

Quelques annonces de rentrée

Rentrée humour : nos spectacles incontournables

Rentrée humour : on veut les revoir !

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Étoiles espoir humour du Parisien : line-up et affiche de la soirée à l'Européen

Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien

Marion Mezadorian : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 2/3 - Comment j’ai rencontré Marion Mezadorian

Spectacle Saint-Valentin 2020 : notre sélection

Saint-Valentin : quel sera votre spectacle idéal ?

Portrait de Gérémy Crédeville : découvrez-le en plateaux d’humour

Récit d’une semaine ordinaire en plateaux d’humour

Pépites : le spectacle de Marion Mezadorian - portrait de l’artiste

1 jour, 1 reco : les Pépites de Marion Mezadorian à la Nouvelle Seine

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

Carte postale en Avignon du Festival OFF - illustration d’un artiste sur scène

Première fois en Avignon : des artistes et des histoires

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles - OFF

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Jean-Philippe de Tinguy, Marion Mezadorian et David Bosteli

Vers les 1 an du spot du rire - Nos étoiles du rire

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?