Publications liées au mot-clé : Ghislain Blique

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => ghislain-blique
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 245
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ghislain-blique
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 245
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => ghislain-blique
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 245
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ghislain-blique
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 245
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 245
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 245
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => ghislain-blique
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 245
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (245) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (245) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (245)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010181
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-08 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009506 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-23 08:02:00 [post_date_gmt] => 2020-11-23 07:02:00 [post_content] =>

Avec son podcast « Comique ! », Ghislain Blique crée une expérience unique pour les personnes qui le soutiennent financièrement. Zoom sur le futur de la relation entre artiste et fan.

Podcasts premium : Ghislain n’est pas le premier à s’y mettre, mais…

Le public fidèle de Ghislain Blique l’est en partie grâce à son expérience en podcast. Il y a eu « Sympa la vie » avec Paul Dechavanne, puis « Calme-toi Bernard » avec Pierre Thevenoux et ses amis… Mais partager le micro avec d’autres bridait quelque peu Ghislain.

Quand « Comique ! » a intégré le catalogue des podcasts humour, cela a ouvert le champ des possibles. Ghislain le confie souvent, c’est un grand consommateur de podcasts. Il a donc une très bonne culture de ce format, qui lui confère un regard exigeant.

Fort de plusieurs années sur scène en plateau, il avance également bien avec son spectacle Plus rien à branler à la Petite Loge. Le tout offre à son public une très bonne expérience comique.

Maintenant, il faut l’augmenter. Comment s’y est-il pris, et dans quelle mesure cela fonctionne-t-il ?

Une communication multicanale : avec son podcast Comique !, Ghislain est partout

Quand de nombreux artistes se cantonnent à créer des vidéos pour qu’elles deviennent virales, oubliant leur singularité au passage, Ghislain opère autrement. Fidèle à ses convictions, il part de son art et le diffuse sur les canaux adéquats.

L’expérience va bien plus loin qu’une simple écoute. Sur Tumult, une plateforme prometteuse, vous pouvez commenter chaque épisode. C’est un premier pas vers une communauté. Mais il y a plus.

Comme d’autres artistes, Ghislain permet à ses auditeurs de financer son podcast via Tipeee ou via Patreon. Cependant, les contreparties sont réelles. En tant que contributrice, j’ai donc accès à deux épisodes inédits par mois, des passages de stand-up et un espace de discussion sur Discord. Et je ne suis pas seule : les échanges continuent grâce à des fans très mobilisés. Des liens se créent entre l’artiste et son public comme entre les membres du public.

J’en ai profité pour partager la liste de mes moments préférés de « Sympa la vie » (car on retrouve là-bas des fans des podcasts cités plus haut). On peut aussi poser toutes les questions qui nous passent par la tête (il y répond dans l’un des épisodes bonus du mois). En bref, les promesses de Ghislain sont non seulement belles mais également tenues !

Cette expérience est un bon exemple de lien privilégié entre l’artiste et ses fans. Déjà, elle est fidèle à l’ADN de l’humoriste. Ensuite, elle emprunte des codes qui ont fait le succès de nombreuses communautés. Enfin, cela privilégie l’indépendance. Reste à pérenniser la démarche, car si je devais soutenir tous les humoristes, cela me coûterait un bras. Et malgré cela, ils seraient loin de l’indépendance financière… Attendons de voir ce que l’avenir nous réserve, mais cette introduction est prometteuse.

Mise à jour janvier 2021

Ghislain a modifié le fonctionnement de son podcast : désormais, les contributeurs financent son podcast par épisode. Cela signifie que si jamais il produit moins de podcasts, cela coûte moins cher à ses soutiens. À l’inverse, il est possible de fixer un budget limite si Ghislain est plus productif que d’habitude ! Pas de mauvaise surprise, donc…

Avec le recul, il a constaté que certaines contreparties n’étaient pas nécessaires. Par exemple, l’épisode de questions-réponses n’avait plus lieu d’être car les fans n’avaient plus de questions ! C’est la preuve que ces formats innovants pour la France ne sont pas encore habituels. Cela va venir… Arezki Chougar s’y met aussi, à voir s’il arrive à créer de véritables rendez-vous sur le long terme !

Bonus : Ghislain Blique et Pierre Thevenoux invités du podcast « Passions »

[post_title] => Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-comique-premium-ghislain [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-06 15:35:34 [post_modified_gmt] => 2021-01-06 14:35:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008703 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-24 13:13:35 [post_date_gmt] => 2020-08-24 11:13:35 [post_content] =>

Comme chaque année, de nombreux spectacles à la Petite Loge vont reprendre à la rentrée. En 2020, on a envie d’assister à chacun d’entre eux. Cela dit, pour bien connaître le parcours des artistes à l’affiche, on peut déjà vous inciter à aller voir certains d’entre eux, preuves à l’appui. Tour d’horizon.

Spectacles à la Petite Loge : au moins 8 talents à découvrir

Certains poursuivent leur parcours dans le plus petit théâtre de la capitale, d’autres rejoignent l’aventure. Je note une particularité pour cet automne : les nouveaux visages ne sont plus des débutants. Soit leur spectacle a déjà une belle durée de vie, soit leur parcours humoristique est bien amorcé.

La Petite Loge a su proposer une programmation pleine de fraîcheur sans lorgner sur la qualité des spectacles, un tour de force dans des conditions sanitaires particulières.

Emma de Foucaud : enfin une programmation à Paris !

On l’attendait de pied ferme. Après avoir convaincu en plateaux d’humour, l’artiste toulousaine Emma de Foucaud exporte son spectacle Trop tard pour annuler dans la capitale.

On vous a déjà parlé de cette découverte humour, qu’on est impatient de découvrir sur une heure. Si vous lisez le pitch du spectacle, la promesse envoie du lourd : « une heure de stand-up élégant, surprenant et très efficace ».

Efficace, c’est en effet l’un des adjectifs qui caractérise généralement son stand-up. Élégant ? Disons que sa réflexion est fine, et qu’elle veut sans doute éviter qu’on la cantonne à la catégorie préférée des médias mainstream. Surprenant ? L’humour naît généralement de la surprise, donc on part sur des rires francs.

Peu importe les qualificatifs, l’envie est déjà là. Spectateur, vous pourrez vérifier tout cela et vous délecter de ce bon spectacle les mercredis à 21h30 dès le 14 octobre.

Certe Mathurin : humour, storytelling poétique et vrai pas en avant

Certe Mathurin est un forgeron du rire. Il a forgé plusieurs spectacles avant de dévoiler Une histoire d’argent. Des idées, une conviction et des idéaux artistiques : Certe avait déjà tout ça. Cependant, il lui manquait parfois un petit quelque chose pour mettre tout bout à bout.

Parce que quand vous maniez l’émotion, vous pouvez tomber dans le piège des lieux communs. Guidé par sa candeur et son enthousiasme débordant, il se perdait parfois. Mais sa détermination sans faille le maintenait à flot, lui donnant l’énergie de poursuivre ses projets et d’apprendre. En soi, c’est déjà une belle histoire.

J’ai pu voir un extrait de ce nouveau spectacle, où Certe collabore avec Réda Seddiki. L’association de ces deux rêveurs et amoureux du verbe : elle était là, l’étincelle. Estomaquée, je profitais enfin de ce que j’attendais depuis ma rencontre avec Certe.

Il ne fallait plus qu’un lieu pour contempler cette étincelle. Un lieu comme la Petite Loge, où les spectacles sont de véritables explosions artistiques : ne cherchez plus, tous les voyants sont au vert. Ça se passera les mercredis et jeudis à 20 heures dès le 2 septembre. Réservez vos places pour la suite du rodage, les samedis et dimanches à 17h30 au Café Oscar !

📦 Programmation terminée, mais le rodage continue au Café Oscar.

Pierre Metzger (ex-DuDza) ou l’art de remettre un spectacle sur des rails

Avant, le spectacle de Pierre Metzger (c’est son vrai nom, avant il avait un pseudo) s’appelait Post-it. Il misait toute sa communication sur des trous de mémoire. Or, les trous de mémoire, c’est un problème médical. Cela ne raconte rien sur l’homme que vous venez rencontrer. De quoi Pierre avait-il envie de parler ? La question méritait de s’y pencher.

Ses premières représentations dévoilaient un personnage au bord de la crise de nerfs malgré un calme olympien. De ce paradoxe naissait en réalité un artiste incroyablement attachant, dont le sourire taquin suffisait à neutraliser tous vos soucis.

Oui, vous ne pouvez pas juger Pierre Metzger au premier regard. Son spectacle n’a plus de nom, l’artiste se dévoile (enfin ?) en son nom propre. Sans fioriture, pleinement authentique, il parlera de son parcours de vie alambiqué. Vendue comme un spectacle sur un père célibataire, cette nouvelle mouture ira bien au-delà et vous surprendra. Parce que c’est ce que Pierre fait le mieux. Il jouera les mercredis à 21h30 dès septembre avant qu’Emma de Foucaud ne le relaie…

🛑 Programmation terminée

Ghislain Blique n’en a plus rien à branler ? Je ne crois pas…

A-t-on encore besoin de présenter Ghislain Blique ? Ce n’est pas un humoriste, c’est un comique. Récemment, j’ai retrouvé des écrits épistolaires de juillet 2019. Des choses que je n’envoie pas, parce que le XIXe siècle n’est plus d’actualité. Dedans, j’écrivais tout de même que j’écoutais Calme toi Bernard en rêvant d’assister à la naissance de cette heure de spectacle.

Maintenant, on l’a ! Et franchement, ça se fête toujours aujourd’hui. J’ai pu revoir ce spectacle cet été. Ghislain n’avait pas changé : il semblait au bord du gouffre. Mais en même temps, il était plus vivant que jamais. Il préparait la sortie de son podcast en solo, « Comique ! ». L’air de rien, c’est la preuve qu’il se trouve, qu’il amène des codes qui lui sont propres et qui révolutionnent le rapport entre le public et l’artiste en France.

Les vendredis à 20 heures, vous allez donc découvrir LE comique. Quelqu’un qui prétend crier Plus rien à branler, mais qui vous dit de vous bouger les fesses pour défendre vos meilleures années. On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une ode à la vie. Cependant, vous aurez devant vous un phénomène qui s’ignore. Et qui détestera sans doute que j’écrive de la sorte. Mais que voulez-vous, avec Ghislain, c’est comme ça que ça se passe.

Florence Mendez dans Délicate : à fleur de peau

Le spectacle de Florence Mendez m’a amenée à produire une critique élogieuse. Le découvrir était un événement touchant, assez magique, qui ne se produit pas systématiquement.

C’était un concentré d’émotion, une artiste qui se donnait dans toute sa vulnérabilité sur scène. Cependant, j’ai découvert cette humoriste belge sans nourrir d’attente. Ce serait donc vous trahir que de vous la livrer avec autant de superlatifs.

C’est un spectacle qui s’apprécie sans trop l’anticiper, le visualiser ou le fantasmer. Alors contentez-vous de réserver l’un de vos dimanches d’automne à 19 heures (vous pouvez lire son pitch, quand même).

C’était mieux maintenant : Avril continue à la Petite Loge !

Triturer le temps : Avril n’a eu de cesse de le faire à la Petite Loge. Je me disais que ça faisait longtemps qu’il jouait C’était mieux maintenant. Sur le plan du calendrier, cela s’avère juste. Mais toutes ces annulations et l’absence du festival d’Avignon rendaient ce temps scénique tout relatif.

Avant, il fallait prendre son mal en patience pour voir Avril. Les représentations complètes se succédaient. Plus de 150 critiques BilletRéduc plus tard, la validation des spectateurs se dessinait nettement. Si vous cherchez la pépite qui se tord le cerveau pour se démarquer de la masse, c’est lui.

Quelques minutes avant l’ouverture du rideau, vous vous demanderez alors si vous avez bien fait de vous laisser tenter. Cette appréhension fait partie du jeu, qui va vous amuser de plus en plus au fil des minutes… jusqu’aux applaudissements finaux, qui ne seront qu’un au revoir. Car vous reviendrez : ce sera toujours « mieux maintenant » que dans votre souvenir…

En effet, ce spectacle évolue régulièrement. Cependant, il conserve son caractère comme son horaire, les samedis à 21h30. La reprise, c’est le 12 septembre !

Mélodie Fontaine passe à l’introspection

Mélodie Fontaine revient sur le devant de la scène. Et c’est une métamorphose ! Avant, la comédienne incarnait la parole animale dans son spectacle On n’est pas des bêtes. Sauf qu’à la Comédie des 3 bornes, une salle à la programmation plus volontariste que sa promotion, les tentatives artistiques sont rarement couronnées de succès.

On avait envie de découvrir Mélodie Fontaine, mais on ne voulait peut-être pas l’applaudir dans ce cadre ou sur ce sujet. Elle l’a bien compris et a décidé de revenir à des choix plus introspectifs. Plutôt que de faire parler d’autres êtres vivants, elle s’incarnera elle-même dans le meilleur espace de développement artistique.

Ce spectacle a été annoncé très tôt. On sent que le travail a été dense pour produire une telle nouveauté, qu’on a l’impatience de découvrir. Si on avait attendu la fois précédente et manqué notre chance, on sera là dès la première de D’une manière plus générale, le samedi 12 septembre à 20 heures.

Tristan Lucas dans Entier : on parie sur lui

Humainement comme artistiquement, on a validé Tristan Lucas depuis longtemps. On l’a vu en spectacle, en plateau… Aller le voir est aujourd’hui une évidence.

Au fond, c’est peut-être un attachement envers le spectacle qui rendrait cette heure irrésistible. Son personnage, ses anecdotes : tout colle et forme un bon spectacle (vu au Théâtre du Marais). Mais à l’instar d’un Certe Mathurin, la finition va faire toute la différence et le tirer vers le haut.

Sur ce coup-là, on sent qu’il fallait une rencontre entre Tristan Lucas et la Petite Loge. Le destin nous l’offre : il ne tient qu’à vous d’en profiter ! Ça se passe les jeudis à 20 heures dès le 15 octobre.

Spectacles à la Petite Loge : découvrez-les tous !

On vous présente les spectacles sur lesquels on peut déjà se prononcer. Les autres sont des découvertes totales. Et découvrir un artiste de A à Z pendant une heure de spectacle reste un plaisir unique.

Vous pouvez donc tester n’importe quel spectacle de ce lieu, à n’importe quel moment. Tout au long de cet article, vous pouvez réserver via BilletRéduc les spectacles à prix réduit, mais avec des frais de gestion.

Sachez que vous pouvez également réserver directement sur le site du théâtre. Il n’y a pas de frais de gestion, et vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (les moins chers du marché) sous conditions.

Si vous avez envie de soutenir les artistes, vous pouvez aussi payer la place de spectacle sans réduction ou revenir plusieurs fois. Je préfère payer pour un spectacle et le voir, plutôt que de ne pas demander de remboursement suite à l’annulation d’un spectacle par « solidarité ».

En 2020, comme expliqué ci-dessous, la Petite Loge a préféré continuer à proposer des spectacles plutôt que de recourir à une cagnotte. Pensez-y lorsque vous aurez à choisir entre deux spectacles de découvertes humour

[post_title] => 8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-petite-loge-automne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-30 12:05:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-30 11:05:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008703 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1006044 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-24 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-06-24 06:27:00 [post_content] =>

Vous le savez peut-être, j’ai foulé la scène du Blague à part Comedy Club avant de prendre ma retraite d’apprentie comique. Aujourd’hui, pour tous ceux qui n’étaient pas là, je vous propose le script de ce que j’ai joué ce soir-là. Histoire de vous proposer un quatrième volet à la saga Retro Spot !

Il y a eu quelques modifications entre le texte et le jeu final, mais globalement, le rendu est fidèle. Les intertitres, c’étaient les mots-clés qui me permettaient de retenir ce que je devais dire !

PS : Le Blague à part Comedy Club reprend ce samedi avec un 3x20 minutes où Grégory Robet invite Jean-Patrick / Je Suis Lapin et Ghislain Blique ! Réservez votre place gratuitement pour la reprise du plateau.

PS2 : j’ai perdu les 30 premières secondes de mon temps parce que Manu Bibard a de la force et qu’il m’a fallu me surpasser pour décrocher le micro. Maintenant vous pouvez découvrir ce sketch à peu près dans les conditions du réel. Merci encore à Grégory Robet pour l’invitation au Blague à part !

Mon sketch au Blague à part

Salut, ça va ? Moi ça va, même si je suis un peu nostalgique en ce moment.

Hobby particulier

Je me souviens, à 18 ans, j’avais un hobby original. Un truc qui me rend unique, mais pas pour les bonnes raisons.

Je mettais mon réveil à 5h du matin et j’écoutais deux émissions de radio anglaise sur Virgin Radio et la BBC.

J’étais une vraie geek de 2 animateurs de radios, Greg James et Robin Burke. Ça ne vous dit rien ?

Nouvelle famille / webcam

C’était ma nouvelle famille. Je voyais Greg et Robin tous les matins, du lundi au vendredi, c’était mon 5 à 7 à 3.

Je les regardais grâce aux webcams des radios. J’étais donc en pyjama, je regardais par exemple Robin manger des céréales pendant les chansons. Pendant sa pause, quoi, mais Robin, la webcam n’est jamais en pause... 😈

Et Greg, je lui ai envoyé un mail un matin : j’arrive pas à croire que tu as parlé à Anthony Davidson ! Un pilote de course, j’aime les bagnoles... et là consécration, Greg m’a citée à l’antenne 🥰

Le spot du rire / radio

Dix ans plus tard, forte de ce succès, j’ai transformé ce hobby en une activité semble-t-il légale. J’ai créé un média, Le spot du rire.

Je parle de la nouvelle génération d’humoristes. Et mon but, c’est de les rendre connus. Pour ça, j’ai un plan diabolique : grâce à moi, ils vont faire de la radio et je pourrais les regarder sur des webcams, sur YouTube, à la télé sur un écran 4K ! La réalité virtuelle... Comme si j’étais tout près.

Permis de groupie

J’ai pas besoin d’attendre ces avancées technologiques, car je suis déjà carrément dans des loges avec eux, on me file des tours de cou avec mon nom, c’est écrit « Rédactrice en chef ». Incroyable.

Humour touchant

J’aurais pu faire comme tout le monde, passer l’examen d’entrée pour devenir groupie. Première épreuve : faire des selfies, je l’ai ratée. Deuxième épreuve : être la groupie émue aux larmes parce que : « il m’a touché la main »… encore raté... mais pas grave, car... Je préfère que les humoristes me touchent... mais avec leurs blagues, tu vois. Et eux aussi, ils préfèrent qu’on en reste au toucher mental.

Un crédit immobilier pour Fary et Blanche Gardin

Plus sérieusement, tout ce que je veux, c’est que vous alliez les voir sur scène avant qu’ils deviennent Fary ou Blanche Gardin et que ça vous coûte un crédit immobilier de les voir. Je vais vous faire gagner de l’argent ! Pour un public venu gratuitement, ça me semble un bon plan !

Philippe Manœuvre

C’est beaucoup de travail, mais en retour les comiques me reconnaissent, je suis la Philippe Manœuvre de la scène stand-up méconnue, c’est le rêve ! Philippe Manœuvre pour ceux qui savent pas c’est un célèbre critique de musique qui vénère les Stones à la TV avec des lunettes noires.

Ghislain Blique

Moi, je fais pareil. Tiens on va prendre un humoriste présent ce soir, ça donnerait ça : « c’est dingue ! Ghislain Blique va jouer à la Petite Loge les mercredis à 21h30 c’est l’événement de la décennie, vous allez pas vous en remettre... » il ne savait pas que j’allais faire sa promo d’ailleurs, car je pense qu’il m’aurait dit : “j’ai peur que tu me considères comme un membre de ta famille.” Mais c’est trop tard, Ghislain. On part en vacances ensemble l’été prochain. J’ai tout réservé déjà !

Et je vais vous laisser là-dessus parce que j’ai hâte de découvrir sa réaction en coulisses 😂

[Moment où le public applaudit et où je peux respirer de nouveau…]

Et je vous laisse avec le prochain humoriste avec qui je partirais en vacances en 2021, [ici j’ai dû adapter parce que bien sûr, je devais annoncer Ghislain…] !

Crédits photo

© Grégory Robet

[post_title] => Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-a-part-sketch [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-23 18:24:03 [post_modified_gmt] => 2020-06-23 16:24:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006044 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 9421 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-18 21:10:22 [post_date_gmt] => 2020-03-18 20:10:22 [post_content] =>

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le premier épisode revient sur ma rencontre avec le 33 comedy… Bonne lecture !


Ma première grange comique

En 2016, le 33 Comedy Club accueille l’une des soirées humour qui va devenir culte. C’est là que j’y rencontre les trois résidents du plateau. Les résidents, ce sont les humoristes qui jouent de manière récurrente sur la même scène de stand-up. Dans ce cas-ci, ce sont les créateurs et organisateurs des soirées. Toujours dans le 2e arrondissement, ils permettent à trois têtes d’affiche de leur montrer la voie.

Leur musique officielle est celle utilisée pour la série La fête à la maison. Elle faisait fureur dans les années 1990 et me comptait parmi ses spectateurs fidèles. Le titre de cette série fait écho à cette soirée, pour moi, car je m’y sens littéralement chez moi. Ce sentiment est généralement partagé par les humoristes, qui passent généralement un bon moment dans cette cave. Le mot « cave » avait, pour moi, une connotation un peu négative avant… qui aurait cru que m’y engouffrer si souvent conditionnerait mon bonheur de jeune adulte ?

À la rencontre des résidents

Très complémentaires, les organisateurs de la soirée m’ont vite acceptée à bras ouverts.

Jean-Patrick et son bonnet de lapin

Jean-Patrick m’a tout de suite fait rire avec son bonnet de lapin et sa présence étrange. J’étais très attirée par toutes les bizarreries du stand-up. Plus un humoriste jouait avec les névroses, plus je l’aimais. Sous ses airs de séducteur comique se cache une personne qui a une vraie analyse sur le monde qui l’entoure. Sa personnalité vaut le détour. Il ne se conforme pas vraiment à un idéal comique américain, contrairement à nombre de ses collègues. Son univers ne transparaît pas au premier coup d’œil, mais je sens chez lui quelque chose de vraiment positif.

Antek et ses lunettes rouges

Antek, c’est l’optimiste de la bande. Avec ses lunettes rouges et son sourire permanent, il accueille le public avec beaucoup d’enthousiasme. Cela fait de lui le meilleur des trois pour lancer les soirées. Sur scène comme dans la vie, il est très bienveillant avec ceux qui l’entourent. Également, il pousse les autres à s’améliorer et se dévoiler. Je l’ai découvert au fil des mois sur le plateau du 33 Comedy, mais pas seulement. À la Grange, il enregistrait son émission de radio avec les moyens du bord, toujours au même endroit. Il proposait d’y assister, et j’ai toujours été la seule personne du public.

C’est dans ce cadre que j’ai commencé à dialoguer avec les acteurs du stand-up. Parfois, ils m’interrogeaient même pendant l’émission, mais ma peur du micro faisait que je le maintenais loin de moi. Souvent, Mathias Fudala me tenait le micro pour sauver les meubles. Il assurait les chroniques ciné et qui allait reprendre le show quelques mois plus tard. C’est lourd, quand même, ce micro…

Ghislain et son harmonica

Ghislain, enfin, c’est l’humoriste qui se révèle le plus des trois. Pourtant, il n’a pas atteint le stade de proposer un spectacle au public (ce sera pour plus tard). Il peut faire rire en manipulant un harmonica comme un débutant. Sa force réside dans un personnage de scène « connard » (sic !) muri au fil des semaines. Et ça marche : cette facette cache une véritable sensibilité, palpable, et une facilité à rire avec les autres peu commune.

Quand Ghislain part en fou rire, c’est incontrôlable. Comme il fume pas mal, il a souvent une quinte de toux associée. C’est un peu lui qui a pris son envol grâce à un podcast inclassable, Sympa la vie. Chaque lundi matin, lui et Paul Dechavanne ont diverti les humoristes et le public. Grâce à ce podcast, il peut jouer un peu partout dans Paris et son style d’humour est clairement identifié.

33 Comedy : premier QG du rire

Au fil des mois, mon attachement au 33 Comedy s’affirme. Après un peu plus d’un an, je passe du côté des loges. Je n’ai plus à rester dans la salle où le public se tient. Cela me comble grandement. Faire la queue 30 minutes pour être assis avec tout le monde, ce n’est pas pareil que d’être en coulisses ! Je veux tout savoir sur ces âmes comiques qui me fascinent et qui me font lever le matin… Paradoxal, puisque je les vois le soir… Mais mon travail est un gagne-pain pour profiter après coup avec ceux qui vont devenir incontournables dans mon existence.

Même lorsque je me situais dans le public, je ramenais le plus de connaissances possibles. Parfois, ils ne se connaissaient pas, comme lorsque j’ai invité un rencard d’une application mobile que je n’utilise plus depuis. Petit à petit, je me sépare ainsi de mes connaissances passées. Je comprends en effet qu’elles ne sont pas viables sur le long terme. Souvent, elles s’intéressent à moi pour les mauvaises raisons. Leur intérêt n’est donc pas aussi sincère que le mien pour les humoristes. Elles veulent me parler de leurs problèmes, cracher sur un ancien patron commun… Ou essayer de me draguer en misant sur ma solitude qui deviendrait désespoir.

D’un cercle social à l’autre

Ainsi, rencontrer tant de nouvelles têtes de l’humour m’a permis de faire le ménage mais, paradoxalement, m’a isolé. Leur tempérament et le mien sont solitaires. De plus, beaucoup semblent avoir besoin de moments où ils se sentent aimés et entourés. On doit véritablement connecter sur ce point.

Pour la première fois, avec le 33 Comedy, je me suis sentie accueillie à Paris. Quelque chose sépare les bandes déjà établies des nouveaux venus. Pourtant, là-bas, je peux passer du temps avec les humoristes sans être toisée. Même l’expérience de commande de boissons au bar ne me semble plus traumatisante. Le personnel me connaît, me demande si ça va – ça change tout.

Trouver ma place : le 33 Comedy conditionnera la suite

Au fil des semaines, je commence à m’affirmer dans l’espace. Je pense d’abord gêner les humoristes en ne sachant pas où me mettre en loges. Puis, je réussis à me lever, comme eux. Je me fraye un chemin pour voir le spectacle. Ainsi, je ne perds pas une miette des infos croustillantes balancées en coulisses. Je veux tout savoir et connaitre le plus de gens possible, pour qu’ils me considèrent comme une des leurs. Encore ce fichu besoin d’appartenance… Or, sans lui, je n’écrirais sûrement pas pour eux. Cette motivation intrinsèque se joue sûrement à ce niveau-là. En m’acceptant et me confiant les secrets du milieu, ils me font gagner en confiance.

Un soir, l’humoriste Certe Mathurin m’a même dit que j’avais changé : je n’étais plus voutée, comme dans les débuts. Il faut dire que parmi les humoristes, parfois introvertis, on se sent moins seul dans ses névroses. On se rend compte que tout le monde est fou. De nombreuses personnes, dans les milieux artistiques, citent le tweet de Ricky Gervais. En somme, il conseille de ne pas trop s’inquiéter parce que personne ne sait vraiment ce qu’il fait. Tout le monde est perdu, et les humoristes savent en rire et permettent souvent d’aller de l’avant. Après une dure journée de travail, se retrouver dans un plateau comme le 33 Comedy est inévitablement salvateur. Cela confère un peu de bonheur aux citadins stressés qui s’engouffrent dans les caves comme celle de la Grange.

[post_title] => Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 16:47:52 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 15:47:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9421 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7281 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-03 10:09:01 [post_date_gmt] => 2019-11-03 09:09:01 [post_content] =>

Samedi 2 novembre, Louis Bolla enregistrait son podcast le Journal de la Guebla, que nous relayons depuis les débuts. Avec une différence capitale : il le faisait en live au Barbès Comedy Club aux côtés d’humoristes reconnus.

Soyez au rendez-vous pour la deuxième édition de ce podcast ! On vous le recommande, les discussions était très intéressantes et Shirley Souagnon a une repartie inégalable !

Le Journal de la Guebla spécial MC

Imaginez un podcast qui débute avec la bande du 33 Comedy, et qui s’achève avec une nouvelle fracassante pour le stand-up. Je n’avais pas du tout idée que cela serait aussi fourni en invités. En cela, l’émission était semblable au podcast live de Shirley Souagnon, Vivement dimanche avec Michelle Drucké. Entre parenthèses, ce podcast revient le 21 décembre !

En attendant la sortie du podcast, je voulais ainsi saluer la performance de Louis. Quand Shirley Souagnon lui a proposé de faire son podcast, sur un live Instagram, ça s’est fait très rapidement. Il a su s’adapter à la programmation, proposer un concept inédit en interrogeant les MC, ceux qui font la chauffe et gèrent les plateaux d’humour.

Mieux encore : son stress initial s’est vite évaporé pour laisser place à des questions intéressantes. Je suis ravie de l’avoir vu se révéler à ce moment-là et tenir un show deux heures durant, avec des humoristes de tous niveaux. Interviewer Ghislain Blique, puis Redouanne Harjane et Sebastian Marx n’est pas chose aisée ; solliciter le public pour des questions était aussi couillu, donc bravo Louis.

Mention spéciale à son audace : commencer son interview des gars du 33 Comedy par le bonnet de Jean-Patrick, aka Je suis lapin. J’étais en PLS, c’est un peu comme dire Voldemort, c’est ultra-transgressif ! Je n’aurai pas osé, voilà, c’est dit. Et revenir à l’ambiance de la Grange, qui me manque beaucoup aussi, c’était nécessaire.

PS : Antek reviendra bien au 33 Comedy dès qu’il aura terminé de jouer dans cette pièce de théâtre. S’il vous manque, allez là-bas !

L’invité surprise, Joseph Roussin, surprend tout le monde

Joseph Roussin, vous le connaissez peut-être mieux comme Détective Froussin. En fin de podcast, il prenait donc le micro et la première question a failli me faire tomber de ma chaise.

Les gars, Joseph Roussin… C’est difficile, asseyez-vous. Joseph… Roussin… Oh, je ne vais jamais y arriver. Bon, allez, courage !

Joseph Roussin arrête le stand-up.

La bonne nouvelle, c’est qu’il va proposer de nouveaux projets ! Vous en saurez plus en écoutant le podcast. En attendant, vous pouvez vous rassasier avec le retour de Calme-toi Bernard (Ghislain n’y est plus, mais il explique pourquoi dans le Journal de la Guebla et ça peut évoluer). Vous avez aussi le podcast de Seb Mellia, dont le prochain épisode sort aujourd’hui !

[post_title] => Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-guebla-podcast-live-louis-bolla [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-05 10:03:24 [post_modified_gmt] => 2019-11-05 09:03:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7281 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6649 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-05 10:00:03 [post_date_gmt] => 2019-09-05 08:00:03 [post_content] =>

Quand j’ai appris que Ghislain jouait son heure Plus rien à branler à la Petite Loge, j’avais vraiment envie de cracher le morceau. Ce spectacle, les nerds des plateaux d’humour le réclamaient, le fantasmaient aussi. Mais on murmurait cette envie, parce qu’on ne voulait surtout pas mettre la pression à Ghislain avant l’annonce officielle et les premières dates.

Mais au fond, si Ghislain n’en a Plus rien à branler, on ne va pas se censurer pour masquer tout enthousiasme !

Ghislain Blique n'en a plus rien à branler : affiche du spectacle

Plus rien à branler : l’occasion de voir le talent brut de Ghislain

Je vis dans l’espoir secret que la presse comprenne Ghislain, et s’amuse ensuite à écrire sur lui. Jusqu’à un point raisonnable, entendons-nous : il ne faudrait pas le propulser en icône. Parce que ce qu’il fait sur scène, c’est très simple.

Son talent, c’est donc de vous emmener à des endroits où vous n’auriez jamais pensé atterrir. Certains disent que c’est du génie, d’autres préfèrent en rire et ne pas intellectualiser le truc. Depuis plus de 3 ans, il a construit son personnage scénique au 33 Comedy et dans de nombreux plateaux de Paris. Depuis quelques mois, vous le savez, les nouveaux humoristes parlent de « la blague de Ghislain ». Peut-être allons-nous la découvrir dans son spectacle, peut-être pas. Ce qui est sûr, c’est qu’il en aura au moins plus d’une blague pour vous !

Au final, tout est là : on n’a aucune idée de ce qu’il va se passer, mais on est simplement heureux que ça arrive. Quoi qu’il advienne, on soutiendra cet artiste parce qu’on croit en lui. Alors allez voir ce phénomène en construction sans rien attendre, sans idée préconçue. Lisez simplement le flyer, regardez l’affiche et prenez votre place. Ça se tente, point barre.

Infos pratiques

Quand ?Les mercredis à 21h30 (octobre-décembre)
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Ghislain Blique n’en a plus rien à branler [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plus-rien-branler-ghislain-blique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-18 11:15:05 [post_modified_gmt] => 2019-08-18 09:15:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6649 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6472 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-07-22 15:46:59 [post_date_gmt] => 2019-07-22 13:46:59 [post_content] =>

Que l’on soit doté d’un cœur d’artichaut ou que l’on soit constitué de fibres de kevlar, les fins nous procurent toujours la même sensation. Proche de la tristesse, il n’est pas rare de déverser d’énormes sanglots nostalgiques…

Clap de fin pour le stand-up à La Grange

La fin. C’est ce qu’annonce le 33 Comedy Club. Dans la petite cave du bar La Grange, l’aventure telle que nous la connaissons s’arrête pour les 3 résidents et leurs invités. Fondée il y a trois ans par les humoristes Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick, cette salle de spectacle fait partie des plateaux d’humour en vogue de Paris.

Le lieu a reçu bon nombre de ceux qui parcourent les scènes parisiennes, nationales ou internationales. Il accueillait aussi les jeunes humoristes émergents. Or, cet été, la vente du bar La Grange contraint les artistes à déménager. Comme le One More Joke, en effet. J’y étais le 16 juillet pour l’antépénultième édition, avec Pierre Thevenoux comme invité.

Un accueil plus que rôdé

Un physio un peu particulier m’accueillait sur les coups de 20h30. Antek, l’homme aux lunettes rouges, circulait ainsi au milieu de la foule pour gérer les réservations. Première étape : choisir la boisson qui nous sied. Ensuite, tels de bons élèves, nous gagnions le sous-sol de l’établissement.

Quelques minutes plus tard, le public prenait place dans cette salle comble. Antek, le premier humoriste gagnait la scène pour assurer la chauffe et expliquer le concept de la soirée. Jean-Patrick, Ghislain Blique, Antek puis Pierre Thevenoux se succédaient devant un public néophyte et parfois un peu distrait.

Dans leurs prestations, des blagues déjà solides côtoyaient certaines nouveautés. Persuadé qu’ils ne ressortiraient pas convaincus de leurs passages, je les voyais pourtant satisfaits. Je trouvais le public peu réceptif, mais ils me confiaient qu’en été, le public n’est pas le même que le reste de l’année. Les vacances, les terrasses, le soleil : les gens ne s’enferment pas dans une salle mais passent leur temps dehors.

Dernières chances pour apprécier le 33 Comedy à Bourse

Si l’avenir du 33 Comedy n’est pas encore fixé, les deux dernières dates sont précieuses pour la scène parisienne. Elles se dérouleront mardi 23 juillet – avec Yacine Belhousse en invité – et mardi 30 juillet à 20h30. Pensez à réserver !

C’est donc l’occasion d’y rire une dernière fois ou d’y découvrir ces scientifiques de la blague pour la première fois. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?

L’auteur

Louis Bolla, ou SRGIO pour les fans d’art numérique, baigne dans le monde du stand-up depuis quelques temps. Il a découvert Le spot du rire pour préparer ses chroniques radio, et a eu envie de contribuer au projet. Il découvre désormais le milieu parisien avec des yeux émerveillés… et vous le fait partager !

Crédits photo

© Antek - 33 Comedy

[post_title] => Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-la-grange-clap-fin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-07 17:04:43 [post_modified_gmt] => 2019-08-07 15:04:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6472 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6387 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-08 21:10:22 [post_date_gmt] => 2019-07-08 19:10:22 [post_content] =>

Après les scènes de stand-up, j’ai parfois la chance de rentrer en métro escortée, le temps de quelques stations, avec les humoristes de demain. Ce soir-là, j’étais avec Jean-Paul et Renaud Sanviti. Je sortais alors d’un 30-30 confidentiel qui officialisait l’arrivée d’une comédie alternative en France.

Niveau chance, j’étais au sommet. Renaud menait légitimement la conversation : il aime le stand-up, ça se voit. Il me confie sa fascination des parcours de chaque humoriste. Il me pose mille questions, et j’essaie d’être la première de la classe en glissant le plus d’informations possibles.

Ghislain Blique, idole des plateaux

Naturellement, la conversation glisse sur Ghislain Blique. Pourquoi ? Parce que la jeune génération adule Ghislain, sans qu’il ne le veuille. Les humoristes qui me confient être groupies de Ghislain se multiplient. Il leur a fait forte impression lors de leur rencontre, surtout s’ils estimaient ne pas avoir marché ce soir-là.

Renaud Sanviti me quitte et me dit qu’il ira au Fringe à Édimbourg. Un festival plus respirable qu’Avignon, et plus prestigieux pour le stand-up. Même si j’en avais parlé avec Els, et qu’elle m’avait envoyé cette analyse.

Entre Renaud et moi, un respect mutuel s’installe à cet instant car j’y suis allée en 2017.

Renaud Sanviti, future idole des plateaux ?

Seule, je repense alors à son rapport à Ghislain. S’il savait que dans deux ans, les nouveaux loueront son talent de la même sorte. Il glanera des groupies de son art, grâce à son amour du stand-up et ce goût d’être vrai sur scène.

Merci Renaud pour ces vingt minutes bien trop courtes. Je dois admettre que je traîne dans le milieu juste pour ces moments-là. À très vite sur les scènes, monsieur le puriste. On a la même passion pour l’échange et ça enrichit vraiment le game. Tu vas en retourner, des salles, et Ghislain le saluera sans doute dans une note partagée sur sa page Facebook légendaire.

Crédits photo

© Cap ou pas cap Comedy - Page Facebook

[post_title] => Humour instantané - Renaud Sanviti, le puriste [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => renaud-sanviti-humour-instantane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:18:56 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:18:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6387 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 6290 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-22 10:43:16 [post_date_gmt] => 2019-06-22 08:43:16 [post_content] =>

La fin de saison des plateaux humour approche. Pour autant, les organismes ne sont pas éreintés. Vous avez toujours la pêche pour rire ? Ils sont fidèles au poste, et je les ai vus se démener pour vous faire rire !

After Work Comédie

Lucie Carbone monte en puissance : showcase à la Petite loge d’un côté, création d’une scène ouverte un peu spéciale. En résumé, c’est le Laugh Steady Crew des artistes par les artistes.

Comment ça marche ? Chaque semaine, Lucie propose une série de thèmes sur l’actualité dans un groupe d’humoristes qui ont les crocs. Au début, c’était premier arrivé, premier servi. Alors évidemment, les abus allaient bon train. Si je parlais comme Tania Dutel, ça donnerait ça :

V’là ti pas qu’ils postent un commentaire pour être premiers de la liste, et ils le modifient pour avoir le thème de leur choix…

Depuis, les humoristes doivent proposer une punchline et Lucie sélectionne les meilleures pour décider qui joue. C’est grosse logistique pour offrir un spectacle de qualité par la toute nouvelle génération du rire en plateaux humour. Le format est très convivial et oscille entre talk-show et sketches inédits.

Qui participe ?

Hugo Gertner, Audrey Baldassarre, Julie-Albertine Lona Jackson, Mahaut, Mathias Fudala, Thibaud Agoston… ou encore Arezki Chougar et Rémi Lufuta ! Plein de monde s’alterne ainsi chaque mardi à 19h45 au Jardin Sauvage.

Ça dit quoi ? Comedy Club

La Boîte à rire continue de se faire une réputation. Ce théâtre ouvre ses portes à de jeunes humoristes. Oui, il faut faire le tri — mais c’est à ça qu’on sert au spot du rire ! On y avait déjà apprécié Adrien Montowski et Fabien Guilbaud, et aussi les plateaux Laughing Box Comedy et Cap ou pas cap comedy.

Depuis plusieurs semaines, le Ça dit quoi ? Comedy Club investit la salle. Aux commandes, Mathieu Polo et Alexis Tramoni. Le mode est très petit, parce que j’ai travaillé avec le frère de Mathieu Polo pendant un certain temps. Vu comment il citait sans aucune difficulté le répertoire entier de Kad et Olivier sur Comédie, je me disais que ça allait être assez beau de voir un autre membre de la famille amuser la galerie.

Zoom sur les maîtres de cérémonie, Mathieu Polo et Alexis Tramoni

Mathieu Polo a un style très tranquille. Pas tranquille comme Djimo, mais mesuré et posé. Il monte sur scène depuis moins de six mois, et sa formation au conservatoire l’aide à avoir une certaine prestance.

Au début, je croyais qu’il tombait dans des lieux communs, mais il nous a vraiment surpris avec des retournements de situation très appréciables. Il commence tout juste à montrer sa bouille sur les programmations de plateau, et j’ai hâte de voir son évolution !

Alexis Tramoni, c’est autre chose. Il est complètement dingue, presque dans un état second. Au début, j’ai vraiment cru que c’était un ringard fini. Il hurlait dans le micro et se foutait de lui-même avec une désinvolture inédite.

En réalité, le rire vient de là. Il nous arrive aussi violemment qu’avec un Florent Mathey ou un Monsieur Fraize. Ou mieux encore, un Timothé Poissonnet : ils jouent sur la même corde. Comment fait-il pour nous proposer un tel truc ? On finit par craquer et pleurer de rire. Un peu comme pour Yacine Belhousse, ne résistez pas à l’univers de ces artistes, ou vous allez saigner du nez. C’est la règle n°1 des plateaux d’humour, ça va de soi.

Qui participe ?

Parmi les premiers invités, vous pouvez découvrir plusieurs noms sympathiques. Alexandre Di Mambro, par exemple, mais aussi Timothé Poissonnet (l’association avec Tramoni est cocasse). J’étais là quand ils ont essayé de récupérer Pierre Thevenoux. Ça commence à être lourd.

Le Cercle du Rire

Mon histoire avec le Cercle du Rire a mal commencé. Le premier organisateur a accompli un travail formidable pour hisser son plateau vers la notoriété. Mais avec le spot du rire, ça s’est mal passé. Harcèlement pour parler du plateau, puis pour venir. On ne va pas se mentir, il y a eu clash.

Heureusement, aujourd’hui ce sont deux filles extrêmement drôles qui mènent la danse : Elsa Bernard et Anissa Omri. La dynamique a complètement changé, le lieu aussi : Alf, dans le 11e arrondissement.

C’est au Cercle que j’ai rencontré Alexis Tramoni. Et je l’ai revu en juin, quelques jours après le Ça dit quoi ? Comedy club. Il ne hurlait plus dans le micro, et restait drôle. J’étais étonnée de cette palette.

Karim chauffait la salle et Anissa gérait le tout tandis qu’Elsa se prélassait probablement en Corse. Ce plateau d’humour est cosy, tranquille. Tu es aussi bien installé qu’à Dimanche Marrant à la Brasserie Barbès, sans la sensation d’être dans la ligne 13 !

Qui participe ?

Encore du beau monde, décidément ! Là, on avait carrément Yacine Belhousse. Mais aussi Pierre Thevenoux (Il est partout, ou alors je le suis ? Je vous laisse juge.), Adrien Montowski… et le revenant Julien Chapel. Ça faisait longtemps, depuis la fin de son spectacle à la Cible ! Si vous l’aimez, sachez qu’il revient en plateau…

Les Ouais Ouais Ouais

Un point super rapide sur ce nouveau podcast. Les deux recrues du Laugh Steady Crew ont joué à Nantes. Qui dit Nantes dit Tocards (on y vient).

Et du coup, ils enregistrent un podcast commun ce dimanche. Et bientôt, je vais sûrement m’incruster. Voilà comment on se sent quand on sait ça :

Fin du mois en apothéose

Le mois de juin est déjà bien rempli ? Je ne vous parle pas trop du Point Virgule fait l’Olympia : c’était une soirée assez classique avec des blagues déjà entendues ici et là. Le genre de soirées essentielle pour le grand public, mais qui n’a pas grand intérêt si vous savez déjà trouver vos soirées stand-up en toute autonomie.

La programmation était de meilleure qualité que quand j’y suis allée il y a deux ans. Or, j’ai quand même entendu des gens du public dire qu’il y avait deux-trois personnes à chier. Si c’est eux qui le disent, je ne suis pas responsable. En réalité, les soirées du groupe JMD sont un panorama pour plaire au plus grand nombre. Chacun prend l’humoriste qui lui convient et il y a peu d’entre-soi comme en plateaux humour.

Et là, comme c’était Antoinette Colin et le Point Virgule aux commandes, c’était mieux que d’habitude. Arnaud Tsamère était meilleur dans l’exercice du maître de cérémonie que Nicole Ferroni au FUP. Fin de la parenthèse, je pensais déjà à la fin de mon mois. Je vous la présente, histoire que vous puissiez la vivre aussi !

Antoine Sentenac et les 2 tocards

La distance entre Paris et Nantes se réduit de minute en minute. On connaît bien les 2 tocards font du stand-up. On connaît moins Antoine Sentenac, mais ça va changer ! En effet, Antoine Sentenac fera sa première date parisienne à la fin du mois.

Ce sera encore une fois au Théâtre la Cible. Si vous n’avez qu’un spectacle à aller voir, c’est peut-être celui-là. Antoine Sentenac, c’est le Blaise Bersinger nantais. Comprenez : ses collègues humoristiques l’érigent souvent en exemple, ou du moins en name dropping. On en entend parler, le bouche-à-oreille artistique fonctionne bien.

Parce que des images valent mieux qu’une description fleuve, je vous invite à aller voir son profil Instagram. Cela devrait suffire à vous convaincre de prendre votre place pour cette date unique du 29 juin à 19 heures.

Ensuite, vous pourrez continuer avec les 2 tocards, Kévin Robin et Maxime Stockner. Pas d’excuse, ils jouent au même endroit à 21 heures !

Léopold

Léopold est aussi un fou. Je vous ai sûrement déjà parlé de sa chaîne Twitch à demi-mot : il propose des talks avec d’autres humoristes (coucou le Meilleur Podcast) et de nombreuses autres choses.

En juin et juillet, il joue ses dernières dates à la Comédie des 3 bornes. Le vendredi ou le samedi, vous avez le choix, mais soyez là à 20 heures. Je sens que ça va être un bon moment, alors je vous recommande déjà de tenter l’expérience. Si vous l’avez vu dans des plateaux humour, vous connaissez déjà son univers et vous savez que vous rirez.

Ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, mais j’y vais en toute confiance pour lui.

Bonus : la fin d’une ère

Ce matin, avant d’écrire ces lignes, je regardais le dernière épisode de Mauvaise Langue. J’espère que ça continuera, mais je voulais saluer la prouesse de 22 épisodes pour cette saison 2 !

Autre fin à prévoir : le 33 Comedy ne se tiendra plus à la Grange après ce mois de juillet. Il vous reste, à l’heure où j’écris, six chances de (re)vivre une belle soirée de stand-up à la Grange. Je vous copie le message des organisateurs :

Ça y est ! Elle était plus ou moins annoncée par les bookmakers du monde entier, c'est la fin. La fin du 33 Comedy à La Grange.

Loin de nous l'idée de vous dire que parce que c'est les dernières, il faut absolument venir. Mais c'est les dernières donc il faut absolument venir.
Pour les 6 derniers épisodes de la série 33 Comedy, on a décidé d'inviter 1 humoriste chaque mardi qui a marqué notre petite histoire.

Le premier de cette série, c'est Haroun. Il a été le tout premier à poser ses pieds sur la scène du 33. Il avait à peine 8 ans et il faisait des blagues sur le fait qu'il avait pas une tête d'humoriste.

Aujourd'hui, il fait partie des figures du stand up en France.

Dépêche-toi de réserver !

Tu peux aussi déjà réserver tous tes mardis de juillet. On va te dire au revoir proprement.

Bisous,
Antek, Ghislain Blique, Jean-Patrick / Je Suis Lapin

33 Comedy Winterfell

Mon 33 Comedy

Le 33 et moi, c’est une putain d’histoire d’amour. J’y ai rencontré tellement d’humoristes. J’ai joué là-bas, les gars. Ça ne s’oublie pas dans l’écosystème des plateaux humour. J’ai raconté trop d’anecdotes personnelles dans ces loges. J’ai même amené un rendez-vous Once une fois (c’est comme Tinder, mais dans le déni de Tinder). C’est n’importe quoi.

J’ai vu Nadim et Jean-Philippe de Tinguy dans la même soirée, cette même soirée où j’ai rencontré Florent Mathey. J’ai rencontré Antonin, qui écrit pour moi aujourd’hui sur de l’improvisation. Il était avec Els - Lost in France, quoi !

C’est là où j’ai gagné les chaussettes que Ghislain offrait dans Sympa la vie. Effectivement, vu qu’elles étaient à ma taille, je sens qu’il s’est bien fait arnaquer par Lidl. Réécoutez tous les épisodes pour comprendre !

J’ai amené des gaufres. J’ai vu Odah et Dako deux fois et ils ne doivent plus se souvenir de moi. Putain, c’est la famille, quoi. Mieux que France 98. Aussi bien qu’un Fifa chez Manu Bibard où je perds lamentablement en ayant dit que j’étais trop douée.

J’ai vu Louis Dubourg parler de son coloc en tailleur. J’étais là quand ils faisaient Antek on R. Je ne sais pas quoi vous dire, allez-y pour vous recueillir. Le Lourdes du stand-up. Je suis en plein craquage, mais c’est trop grave ! Je m’enflamme. Pardon. Allez-y, c’est tout.

Merci les gars. Merci les plateaux humour.

[post_title] => 5 expériences marquantes de juin 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-juin-19 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-22 12:30:49 [post_modified_gmt] => 2019-06-22 10:30:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6290 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 6257 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 15:57:11 [post_date_gmt] => 2019-06-02 13:57:11 [post_content] =>

Le spot du rire fête déjà ses deux premières années. C’est un nouveau palier franchi pour votre média web humour, et il reste encore beaucoup à faire. Cette année, j’ai ouvert les portes à de nouveaux rédacteurs ponctuels : Antonin, Fabien et Noé.

Pas encore de filles, mais je n’ai pas encore eu de demandes. Je fais un coucou à Harlem Dallas, qui devait nous raconter son parcours à Montréal — ça change du Labo du rire ;) Des illustrateurs et YouTubeurs pourraient également suivre…

C’est tellement bénéfique pour moi d’avoir ce sang neuf ! Parce qu’en réalité, le temps se fait rare et bloguer sur son temps libre reste un exercice d’équilibriste. J’ai fait le calcul : 100 spectacles ou plateaux d’humour par an, 20 heures par semaine (écoute de podcasts et autres contenus humour compris, sinon ce serait difficile…).

En contrepartie, les avantages sont nombreux. Déjà, les invitations pleuvent : il y en a même beaucoup trop. Le mieux, c’est les échanges quotidiens avec les humoristes en devenir. Je ne connais pas d’activité plus nourrissante que d’être au milieu de ces champions de la vanne. Les rencontres de l’année passée et la reconnaissance des professionnels du spectacle vivant : voilà ce que je retiens principalement.

Votre média web humour : quel est le programme pour l’année qui vient ?

Toujours plus d’immersion, d’anecdotes de premières scènes et de découvertes humour. La carte des plateaux va continuer à s’enrichir. Pour vous dire la vérité, si les publications sont moins nombreuses que l’année dernière, le travail en coulisses continue.

Ce qui m’en apprend le plus sur le milieu, c’est échanger avec les nouvelles têtes de l’humour. Il y a eu un creux en 2018, mais la génération qui émerge en 2019 a déjà tous les codes. Bien sûr, je ne parle pas de tout le monde. Mais je pense à des Elsa Bernard et autres Arezki Chougar… Déjà, ils étaient sur le Twitch de Léopold (vous en avez entendu parler dans notre dernière newsletter si vous faites partie des 40 heureux élus).

De nouvelles têtes, partout !

Cela fait bizarre d’avoir fait un pas de côté et de ne plus tellement voir les Ghislain Blique ou Rémi Boyes, que j'idolâtrais dès le début. Maintenant, il y a tout un folklore sur les Tocards ou Audrey Jésus… C’est simple : mes derniers coups de cœur, je les ai d’abord connus sur le web (YouTube ou podcasts) avant de les voir sur scène. J’avais déjà validé leur talent avant de les voir faire du stand-up. C’est bizarre, mais cela marche aussi, alors…

Je ne vais pas vous annoncer de programme précis, car je n’aurais jamais pensé que ces derniers mois prendraient une telle tournure. Le plus gros choc, c’est le changement de registre. Jamais au début du site je n’aurais écrit ainsi, ou comme ça, ou encore comme ça (no limit). Et puis, tant qu’on y est, comme ça aussi (pardon). Cette liberté, ces tests qui parfois étonnent ou irritent, c’est avant tout un jeu, un prétexte pour écrire et laisser libre cours à ma créativité. Si cela sert au spectacle vivant, tant mieux. Je sais juste que j’étais au plus près de ce que je voulais faire, car j’aurais été incapable de faire autrement. Si ça va trop loin, on corrige, on s’excuse. Accepter de faire des erreurs m’a beaucoup aidée cette année.

Je vous promets de continuer sur cette ligne d'honnêteté, en plus c'est à la mode. Et je souhaite à tous les humoristes d’être eux aussi fidèles à eux-mêmes : cela les aidera grandement dans leurs succès futurs.

Bon, on repart pour vous offrir le meilleur média web humour ? :)

Crédits photo

© Mo Hadji, qui est le premier des pros à m’avoir fait confiance… comme l’atteste cette photo de mon premier reportage. Je le remercie infiniment de m’avoir laissée rentrer dans ses événements, même si j’ai clairement toujours été dure dans mes analyses. Trop proche des artistes, j’ai parfois eu du mal à faire la part des choses. La réalité, c’est que je crois en leur amélioration, sinon je m’abstiendrai.

Il fait partie des innombrables personnes qui se démènent pour le spectacle vivant, mais qui n’obtiennent pas forcément de récompense pour les efforts entrepris. Pourtant, il en faut de la générosité pour démarcher les théâtres et faire vivre la nouvelle scène humoristique. Ils sont peu à faire confiance aux nouveaux talents, et il est nécessaire de les respecter coûte que coûte.

Je pense que la clémence que nous avons eue l’un pour l’autre vient de là. Aujourd’hui, je veux lui dire merci et bravo d’avoir déniché des Alexandra Pizzagali, Clément K ou encore Nadim !

[post_title] => Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => media-web-humour-2ans [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-02 16:51:07 [post_modified_gmt] => 2019-06-02 14:51:07 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6257 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 31 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 23e899c929b5ab6ab9503bb07fa3576f [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Ghislain Blique

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Podcast Comique ! de Ghislain Blique - image d’illustration

Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Spectacles à la Petite Loge : notre sélection d’automne 2020

8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

Blague à part : photo souvenir de ma troisième scène

Voici le sketch que j’ai joué au Blague à part

33 Comedy : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 1/3 - Comment j’ai rencontré le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla spécial MC : Louis Bolla invite le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Ghislain Blique dans Plus rien à branler

1 jour, 1 reco : Ghislain Blique n’en a plus rien à branler

Fin du 33 Comedy club : merci pour 3 ans de rires à La Grange !

Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini !

Renaud Sanviti, humoriste primé au Cap ou pas cap Comedy

Humour instantané - Renaud Sanviti, le puriste

Plateaux humour : la fin du 33 comedy à la Grange !

5 expériences marquantes de juin 2019

Le spot du rire : votre guide humoristique indispensable

Votre média web humour, le spot du rire, a 2 ans !

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris