Publications liées au mot-clé : Eric Judor

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => eric-judor
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 170
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => eric-judor
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 170
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => eric-judor
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 170
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => eric-judor
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 170
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 170
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 170
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => eric-judor
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 170
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (170) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (170) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (170)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 10229
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-05-14 08:28:00
                    [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00
                    [post_content] => 

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 9436 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-19 16:32:00 [post_date_gmt] => 2020-03-19 15:32:00 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_gutenberg]

Pendant que tout le monde reste chez soi, j’ai décidé de vous livrer des écrits que je n’ai jamais publiés. Bien gardés au chaud, ils relatent mes premières impressions et motivations dans le monde de l’humour. Le troisième et dernier épisode revient sur ma rencontre inattendue avec Adrien Montowski… En réalité, celui-ci est inédit, mais cela faisait longtemps qu’il me trottait dans la tête. Bonne lecture !


Nous sommes le 25 février 2017, et je m’apprête à traverser la petite couronne pour voir Éric Judor. L’événement se passe à Saint-Denis, au cinéma L’écran.

[/vc_gutenberg][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=DxjmQf7hdsQ"][vc_column_text]

Pour moi, cela me semble absurde. L’événement est gratuit, sans inscription, dans une ville moins attractive que la capitale. Éric Judor propose une masterclass devant des fans ravis de le voir. Il est une légende, le respect de l’assemblée est palpable. L’émeute potentielle, qui accueille généralement Kev Adams, laisse place à un public averti.

Ce rassemblement d’initiés crée un lien particulier entre chacun d’entre nous. Nous ne nous connaissons pas, mais nous partageons la même passion. Nous sommes une équipe soudée face à notre leader, Monsieur Judor.

Adrien Montowski était dans la salle…

Je ne le sais pas encore, mais je suis sur le point de rencontrer un comique. Adrien Montowski est là, il porte un badge du Beach Comedy Club, son plateau. Dans la salle, je ne sais pas où il est. Comme d’habitude, je me suis nichée au premier rang, volant la vedette à deux fans d’Éric Judor de la première heure. Je leur vole leur place, parce que ma jeunesse m’a privée de ces moments.

Je me souviens aussi d’une longue session de questions-réponses, immortalisée dans la vidéo ci-dessus. Quelques extraits, aussi, et des fidèles qui écoutent religieusement. Étrangement, mes souvenirs sont flous, car mon monologue intérieur s’apprête à débuter.

…mais je l’ai remarqué dans le métro

Dans le métro, les comédiens de stand-up ont longtemps remarqué des trucs. Or, en ce samedi soir, c’est moi qui remarque les choses. Je ne sais pas pourquoi ça me fascine autant de croiser des humoristes dans le métro. Je vous l’ai déjà raconté pour Lenny et Antek. Il m’arrive aussi, de temps en temps, de croiser Pierre Thevenoux sur ma ligne.

Mais par rapport à ce soir de février, cela n’a rien à voir. En effet, je commets l’affront de ne pas savoir qui est Adrien Montowski. Je connais juste son plateau, que je reconnais grâce à ce fameux badge. Je me dis : « non seulement, ce type m’a l’air important, mais en plus, il a bon goût ! ».

Qui es-tu, comique mystère ?

Mon cerveau accélère son remue-méninges. Où va-t-il ? Rentre-t-il chez lui ? J’ai vraiment un problème avec le traçage des êtres humains. À aucun moment je me dis que je vais aller lui parler, bien sûr. Parler, c’est pour les faibles. Inventer la vie de l’autre, c’est bien plus captivant. Quant à s’inventer une vie avec sa cible visuelle ? Mon imagination a les pleins pouvoirs : elle s’amuse à dégainer les 49.3 à la chaîne.

Contrairement au côté psychotique des lignes précédentes, je reste raisonnable à cet instant. Cependant, mon instinct est formel : je vais revoir cet homme. Il a l’air formidable : ça se voit à sa manière de regarder droit devant lui, à son badge et à nos calendriers momentanément communs.

Malheureusement, le trajet d’Adrien et le mien finissent par se séparer. Sans un mot, le lien s’était créé par un seul canal : la comédie. Peut-être revenait-il de New York ? Allait-il rejoindre Léopold ou Jean-Patrick ? Ces questions, je ne pouvais pas encore me les poser. Je ne suis même pas sûre qu’à ce stade, je connaissais Jean-Patrick. Mais j’avais une certitude : ces gens-là, je voulais tous les connaître.

Par la suite, j’ai revu Adrien au 33 Comedy, puis au Beach et dans de nombreux autres lieux. Je l’ai vu proposer ses premiers showcases, inviter Cyril Hives à ouvrir son premier spectacle d’une heure. Je ne savais pas que j’allais créer mon site, puis parler de son premier spectacle et le convier à une interview.

Interview Adrien Montowski – « Je suis l’outsider du stand-up »

Cette rencontre quasi-hypnotique n’était donc pas un hasard, finalement…

Crédits photo

© Marcela Barrios / Hans Lucas

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => montowski-adrien-rencontre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-19 17:51:55 [post_modified_gmt] => 2020-03-19 16:51:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9436 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 5248 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-30 14:16:36 [post_date_gmt] => 2018-09-30 12:16:36 [post_content] => Lost in Frenchlation organise des projections de films français avec des sous-titres en anglais... Mieux : lorsqu'il s'agit de comédies, plusieurs humoristes anglophones jouent 15 minutes ! Pour vivre ces soirées, rendez-vous au cinéma Club de l'Etoile à CDG Etoile. Retrouvez la prochaine soirée comique le 21 octobre.

Lost in Frenchlation : stand-up + cinéma français sous-titré

Je découvre tous les événements anglophones de comédie grâce à Els - Lost in France. Grâce à elle, j'ai pu revoir le film Roulez jeunesse avec Eric Judor et les humoristes Luke Thompson et Amber Minogue. La thématique : ça fait quoi, d'être parent ? En effet, dans le film, Eric Judor se retrouve en père de famille nombreuse et découvre la violence du quotidien lorsque les parents sont absents. Côté comédie, l'ambiance est beaucoup plus légère : Luke Thompson et Amber Minogue sont tous deux parents.

Luke Thompson, le prof d'anglais le plus cool de France

Je connaissais déjà Luke Thompson grâce à son podcast d'apprentissage de l'anglais. Il y parle de tout : du Brexit, d'humour (the Fringe, la comédie britannique...). Il y retrouve aussi les humoristes Paul Taylor et Amber Minogue. Amber était d'ailleurs à ses côtés lors de la soirée, elle jouait juste après lui. Je me suis revue sur les bancs de la fac d'anglais. On avait des cours avec des lecteurs, comprenez assistants d'anglais. C'était des expatriés qui nous faisaient parler anglais une heure par semaine. Bref, c'était top et drôle. Même très formateur. C'est sûrement pour ça que l'atmosphère d'une telle soirée me plaît autant. Tu arrives dans un cinéma classe

Amber Minogue, mère d'un enfant bilingue

Amber Minogue monte sur scène avec une autre comique anglophone, Sarah Donnelly. Chaque jeudi soir à 20h15, elles se retrouvent au BO St Martin dans le spectacle Becoming Maman. Sur scène, je suis frappée par sa voix. Non seulement, cette humoriste est drôle, mais elle est super agréable à écouter. Cela donne presque envie de s'appliquer sur son accent, c'est dire !

Un mot sur Roulez jeunesse et Eric Judor

J'ai vu le film Roulez jeunesse deux fois au cinéma. La première, j'ai versé ma petite larme. J'ai retrouvé l'Eric Judor que je connais. Celui qui vous emmène dans des univers où vous ne seriez pas allé sans lui. L'artiste pur qui prend des risques avec beaucoup de générosité. Eric Judor fait ainsi monter de nouveaux noms. Récemment, Monsieur Fraize était l'invité de l'émission Quotidien. Présenté comme l'humoriste incontournable du moment (et inclassable, évidemment), il se retrouve ainsi propulsé dans la lumière. Son talent fait beaucoup, mais Yann Barthès a cité le film Problemos. Sans cesse, Eric a rappelé que le scénario était de Blanche Gardin et que Monsieur Fraize était formidable. Pas besoin d'explication de texte pour adopter ce personnage, tant son jeu est marquant. D'ailleurs, quand j'ai regardé Quotidien, j'ai adoré voir Monsieur Fraize captiver l'audience. Le public alternait entre silence religieux et rires incontrôlés. C'était un pur bonheur de voir le public interloqué, puis, hébété, se mettre à réfléchir sur ce qu'on lui proposait. Pour Roulez jeunesse, c'est pareil. Le film est très différent, mais Eric Judor soulève les autres acteurs pour proposer une comédie marquante. A part le rôle de la petite amie pas-petite amie d'Eric, un peu facile, l'ensemble est d'une justesse pleine de simplicité. On sort léger de ce film, apaisé malgré la dureté du rebondissement.

Lost in Frenchlation : verdict

J'ai découvert Lost in Frenchlation le 14 septembre. La date n'est pas anodine : c'était l'ouverture du Debout Paris Festival. J'étais heureuse, ce soir-là, d'être loin de l'agitation autour de ces plateaux délocalisés. J'avais besoin de cette bouffée d'air frais. Cet événement est à la fois différent et complet. Ce n'est pas juste un plateau, c'est un vrai ensemble culturel où les gens se rencontrent, échangent. Les ambiances d'expatriés me rappellent bien sûr ma vie étudiante en Normandie et cela peut jouer. C'est comme si j'avais délaissé un aspect de mon bonheur pour le retrouver en une soirée. Ça fait du bien et je vous le conseille à tous. [post_title] => Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lost-in-frenchlation-cinema-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:26 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5248 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3687 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-31 13:03:14 [post_date_gmt] => 2018-03-31 11:03:14 [post_content] =>

Depuis que je suis montée sur scène, je raconte constamment que je n'ai pas envie d'y retourner. Pour le moment. Je n'aime pas la performance, le fait de jouer, simplement l'écriture. Et j'ai tenté une autre méthode : proposer une suite au sketch d'un humoriste.

Je viens de passer une semaine nulle. A base de remise en question de qualités habituellement reconnues. Je travaillais sur un projet de conception, j'écrivais un story-board. Ce n'est pas comme les story-boards de BD ou de cinéma, c'est à des fins de formation numérique. Dans le même temps, sur le spot du rire, j'ai constamment des compliments sur mon écriture. Ce mois-ci, malgré une audience encore restreinte, vous êtes nombreux à avoir lu au moins un article sur le site. Merci à vous pour ça, c'est encourageant pour la suite !

Comedy Club thérapie

Dans ce contexte de remise en cause ma personne et mon savoir-faire, je suis allée au Paname Art Café pour soigner mes maux. J'ai de la chance : depuis que Jean-Philippe de Tinguy remonte sur scène, j'ai accès au médecin le plus efficace. Même si ce sont des blagues et que ça n'a pas l'air thérapeutique. Je vous raconterai peut-être un jour pourquoi ça l'est. Si vous me croisez et que vous me demandez les détails, sachez juste que ça peut durer 90 minutes. Il y a tout une histoire de timing, d'effet papillon, je crois que personne n'a toute l'histoire. Bref.

Quelques jours ou semaines plus tôt, j'étais dans le métro. En ce moment, il y a le concours de poésie de la RATP, et voir cette affiche m'inspire. Ça m'a fait penser à ceux qui jouent avec les mots et aux nouvelles blagues de Jean-Philippe. Il arrive à nous faire rire sur l'alphabet, et j'ai trouvé une suite potentielle. Je l'ai écrite jusqu'à arriver à ma station. Alors que je marchais du métro à chez moi, j'avais encore des idées qui venaient et je riais toute seule sur le chemin. J'ai dû ressortir mon téléphone deux ou trois fois pour ne rien perdre de tout ça. Et j'ai laissé ce moment d'écriture de côté, j'attendais le bon moment pour lui proposer. En sachant aussi qu'il n'y aurait peut-être pas de bon moment.

Les 3 phases d'un plateau

Quand je vais à un plateau, il y a 3 temps :

  1. j'arrive dans le plateau et je cherche les têtes familières ;
  2. j'assiste au spectacle ;
  3. je parle quelques minutes avec les artistes que je connais.

Ce mardi-là n'était pas comme les autres. J'étais en retard. La faute à plusieurs facteurs : le métro avait un problème, j'ai découvert Ammoniacal... via Jean-Philippe et le plateau était assez tôt : 20 heures. Je suis plus habituée au 33 Comedy à 20h30, c'était un peu plus serré. Par conséquent, la première phase était plus courte. Je remercie quand même les serveurs du Paname qui connaissent par cœur ma commande : un jus de banane. En fait, j'ai une superstition : j'ingurgite une banane (ou du jus de banane, mais ça marche moins bien) chaque jour où Jean-Philippe joue quelque part. Vous imaginiez si je n'aimais pas ça ?... Un jour, j'ai fait un combo aubergine, banane et yaourt à la fraise de Plougastel. Les connaisseurs savent qu'il manquait le Kinder Bueno, mais ça fait beaucoup de sucre.

Avant l’écriture, le brouillon : une mauvaise blague m'envoie dans le décor

Le spectacle se passe bien, je n'ai pas trop l'habitude de parler aux autres humoristes mais j'apprécie leur humour. Pour tout vous dire, j'ai oublié qui jouait, il y avait peut-être Nick Mukoko à la présentation... Je prépare ma contribution au chapeau, et Jean-Philippe est dos à la cuisine du Paname, face aux gens qui sortent un par un de la cave du Paname. Et là, il me demande :

Ça roule ?

A ce moment précis, mon instinct prend le contrôle. Je m'apprête à dire la pire réponse que l'on puisse imaginer : en fait, j'ai pas de pneus, alors... En le disant, je me suis dit que c'était un terrain glissant. J'étais vraiment mortifiée de ma réponse, indigne du spectacle que je venais de voir. Il constate que l'écriture du spectacle va bon train, et je lui dis que je n'ai pas écrit une ligne en bougonnant.

Help yourself: un podcast pour cerner l'écriture de sketches

[audio src="http://media.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/s/content.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/YAPDP_26.mp3" /]

Voir sur le web - Podcast | Hadrien et Mathieu

Faire oublier la blague, vite

C'est à la fois une réponse non engageante et un pur mensonge. Je pars du Paname assez penaude, en me disant qu'il faut rectifier le tir. Je lui envoie un message bizarre, comme j'en ai l'habitude, dans lequel je confesse le mensonge et j'essaie d'analyser pourquoi j'ai menti. Un psy aurait adoré voir le côté tortueux. Mais ce qui est important, c'est que je me suis créé l'opportunité de parler de ce que j'ai écrit pour son sketch à lui.

Et comme je le connais un peu, je sais qu'il faut deux choses :

  • conserver du mystère autour du contenu plutôt que le dévoiler ;
  • ajouter la notion d'amusement et faire comme si j'avais pris cet exercice d'écriture à la légère, que c'est trois fois rien.

Bref, un savant mélange entre vulnérabilité, malice et génie. Dans le même temps, j'ai publié sur Facebook la blague avec les pneus. Le lendemain, je me réveille et je découvre la réaction de tous les comiques. On ne vit pas sur le même fuseau horaire, je suis une mamie qui se couche souvent à 22 heures. Pour une fois que j'évite le 0 like, je jubile un peu. Et Certe Mathurin me complimente sur mon écriture sur un autre contenu.

Adapter l'idée, l'écriture de l'autre à sa propre interprétation

Pendant ce temps, Jean-Philippe a mordu à l'hameçon et je lui balance le texte. J'y crois un peu, tout de même, mais j'entre dans une phase angoissante où j'espère ne pas avoir pondu de la semoule. C'est quand même difficile dans le monde dans lequel on vit. Je veux dire, ça n'a pas l'air très naturel comme méthode de ponte. Je m'enfonce ? Allez, on enchaîne !

Le mercredi soir, quelques heures après avoir pris connaissance du texte, il a tenté quelque chose. Je ne pouvais pas être là parce que j'étais au spectacle de Florent Mathey, une expérience particulière. Mais Jean-Philippe m'a dit qu'il me dirait comment ça s'est passé. Evidemment, c'est moi qui l'ai relancé en milieu de matinée le jeudi matin. Je ne pouvais pas rester dans un tel suspense, comprenez-moi !

Quand la magie opère…

Il m'envoie l'extrait audio, et là, j'ai compris un peu mieux encore le talent des humoristes. Ils savent vraiment adapter les idées à leur univers. Il reste l'idée de base, mais il a réécrit tous les exemples et a étiré mon idée de fin. J'avais écrit ce que je pensais être une chute ou une transition, en disant que ce que je venais d'écrire, ce n'était pas facile. Il l'a changé en un passage sur le travail et a développé d'autres idées avec du jus (suite à un passage sur une banane... Je jubilais). Tout cela sur une phrase qui me paraissait complètement anodine. Chapeau l'artiste. J'espère que le public du mercredi soir a été généreux en chapeau, d'ailleurs.

Un spectateur inspecte l'acteur*

Vendredi soir, Jean-Philippe est programmé à 19 heures. Je ne rate pas l'occasion de voir le résultat. Horaire plus compliqué, la salle n'affiche pas complet. Or, ça marche encore, et ça lui a donné envie de creuser d'autres trucs. Je lui dis que j'ai justement une idée. Quelques minutes plus tard, je le recroise, il ne comprend pas. Il pensait que je lui renverrai un texte, alors que là, je n'avais juste qu'une interprétation basique du rêve dont il parle sur scène.

C'est plus difficile pour moi de développer une idée qui parle de lui : ça me semble encore étrange de parler pour quelqu'un d'autre. Les vannes que j'ai initiées n'étaient pas dans l'introspection. J'ai l'impression que les auteurs commencent toujours par une discussion, prennent le temps. Donc, il faudrait prendre le temps de le faire...

Quand j'aurai l'occasion, j'aimerais bien tenter le coup, voir ce que je peux apporter. Il y a des volontaires parmi les comiques ?

*Ceci est le titre d'un des sketches du spectacle Eric Ké Ramzy. Je vous le conseille : Ramzy, membre du public, essaie de prendre le micro d'Eric qui joue un stand-upper raciste. Une parodie brillante qui est malheureusement méconnue.

Crédit photo : © Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange. [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coauteur-vanne-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:26:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:26:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3687 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 3625 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-14 17:18:43 [post_date_gmt] => 2018-03-14 16:18:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Avant de lancer Le spot du rire, j'avais déjà un avis tranché sur l'humour. Mon combat d'enfant et d'adolescente aura été d'essayer de convaincre mon entourage : « Non, Éric et Ramzy ne sont pas des débiles profonds ! » Autant vous dire que j'ai ramé. Je voulais partager avec vous une archive que j'ai écrite quand j'avais 20 ans. Parce qu'à cet âge, tu es foufou, tu prends encore moins de distance qu'à ton âge actuel et tu évolues sur le fil du rasoir de tes émotions. Enfin, je crois. Bonne lecture !

Éric et Ramzy : génies de l’humour

Septembre 2, 2011 par Juliette A l’occasion du démarrage de la série Platane lundi prochain, je souhaitais aborder un sujet qui me tient à cœur, à savoir Éric et Ramzy. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne comprenaient pas la quintessence de leur humour, biaisés par des préjugés. J’ai lu des tas de descriptions de ces artistes (car oui, c’est le mot qui convient pour les désigner) où du vocabulaire péjoratif se retrouvait là, en guise de descriptif de leur humour. Il y avait l’humour « niais », l’humour « pipi-caca », les « crétineries » (celui-là rencontre une forte popularité). Mais j’estime qu’il est très complexe d’arriver à leur niveau comique. J’ai naturellement une préférence dans le duo comique, et mon choix se tourne vers Éric Judor. Cet homme manie l’autodérision comme personne, et pour avoir essayé de le faire, il y a toujours un moment où l’on ne supporte plus de se faire vanner. Mais lui, il y arrive. Il en joue dans tous ses spectacles, films, mêmes dessins animés ; en somme, vraiment tout ce qu’il fait. Et j’identifie cela comme une véritable prouesse très risquée. La preuve, dans les descriptions que j’évoquais plus haut, lorsqu’on lit celles destinées à Ramzy seul, on a l’impression que les gens l’estiment davantage qu’Éric et qu’ils voient en ce dernier un fardeau pour Ramzy. Sans lui, en d’autres termes, il aurait pu avoir une belle carrière.

Mais c’est sans compter leur duo comique.

Ils peuvent fonctionner seuls comme en duo. Pourtant, pourquoi les gens s’obstinent-ils à vouloir les séparer ? Leur amitié nourrit leurs projets et leur a permis de se faire connaître. Je terminerai cet article sur une note un peu plus positive pour la critique (quoi que) : celle-ci est en train d’encenser Platane, le nouveau bébé d’Éric Judor. Et ce avant même que le grand public ait vu les premiers épisodes. Oui, Platane est prometteur. Mais comme le souligne souvent le duo, le public constitue leur véritable test. C’est pour eux qu’ils osent affronter tous les genres, quitte à en dérouter certains, mais quitte à en séduire d’autres. Le public d’Éric et Ramzy n’est ni abruti, ni analphabète. Il constitue un panel diversifié, et le duo comique a bien fait d’aller fouiller dans tous les genres. Peut-être qu’il constitue un duo audacieux, qui veut faire tomber les frontières comiques en apportant quelque chose de méconnu. On aurait tort de les brider, ou pire de les cataloguer. Éric et Ramzy, c’est un style comique bien défini qui se lance dans une multitude de projets divers et variés. Le risque de décevoir fait partie de leur métier, et leur grandeur comique les pousse à le titiller pour en tirer, au final, le meilleur. Platane sera diffusé dès le 5 septembre en prime time sur Canal +. Si comme moi, vous n’êtes pas abonné, le DVD sortira fin septembre.

Le mot de la fin

Regardez Platane. Et les autres créations du duo comique qui a marqué mon enfance.

Crédits photo

Capture d'écran Facebook : bande-annonce du film La tour 2 contrôle infernale.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_KVDDXT5gYk" title="Éric Judor, Gogol ou Auteur ? (CulturePorn)"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avis-eric-ramzy-platane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 2331 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-31 09:32:58 [post_date_gmt] => 2017-07-31 07:32:58 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Marion Mezadorian, Seb Mellia, Sebastian Marx, Bun Hay Mean, Eric Judor et Marc-Antoine Le Bret vont vous faire rire aux éclats ! [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=zjeHCvUb600" title="Marion Mezadorian - Les rencontres et Blablacar"][vc_column_text]Notre résidente Marion Mezadorian vient de pondre sa première chronique pour Europe 1 ! La comédienne, habituée aux personnages, s'en est tirée avec les honneurs. Au final, on retrouve sa patte d'humoriste inchangée. Ce naturel fait du bien vis-à-vis du format des chroniques où il faut aligner du texte dans un laps de temps très court.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_9VlxSOwcu0" title="Sebastian Marx - Le coach de Macron"][vc_column_text]Sebastian Marx, c'est le New-Yorkais qui fait rire Paris depuis un petit temps. A l'instar de Robert Hoehn qui a évoqué la venue de Donald Trump à Paris, l'humoriste anglophone joue sur le terrain du politique. Il briefe ainsi Emmanuel Macron, interprété par la nuque d'Adrien Arnoux. En cette fin juillet, c'est l'heure du bilan.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=OIiyYPgPl1k" title="Marc-Antoine Le Bret - l'imitation, ce n'est pas que la voix !"][vc_column_text]Marc-Antoine Le Bret est connu pour ses imitations bluffantes de personnalités en tous genres. Ce mois-ci, l'humoriste-imitateur s'est attaqué à des mastodontes de YouTube. Une faculté d'imitation du youtubeur tout simplement réussie.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=uu9gaP39Hns" title="Seb Mellia - Les chauves font leur come-back"][vc_column_text]Seb Mellia a encore frappé : après l'apparition de son double des années 1970, il revient dans sa forme actuelle pour parler de Bruce Willis et Frank Leboeuf ! Et si Frank Leboeuf se reconvertissait en chirurgien, après le théâtre ? Seb Mellia a imaginé la scène, et c'est assez drôle.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=BqsbyhFBVco" title="Bun Hay Mean et Eric Judor : la rencontre artistique hilarante"][vc_column_text]On se replonge au mois de mai. Le spot du rire n'était même pas né, mais le film Problemos jouissait d'une belle tournée médiatique. Vous avez sûrement vu l'interview de Bun Hay Mean, aka Chinois Marrant, et Eric Judor dans le Gros Journal. Mais vous avez peut-être loupé ces presque 20 minutes de promotion dans la GuestRoom de Virgin Radio. Un moment de fou rire, d'improvisation et de franche camaraderie qu'on aime voir lors de ses pauses au travail, ou ailleurs ! [/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J'espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection de la semaine - Blablacar, come-backs et imitations ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-selection-semaine-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-18 14:06:36 [post_modified_gmt] => 2019-09-18 12:06:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2331 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1774 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-13 10:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-13 08:00:00 [post_content] => Le spot du rire vous propose de redécouvrir des archives radio d'Eric Judor et Ramzy Bedia, les génies de l'humour absurde. L'occasion de redécouvrir le cœur de leur humour, parfois bien moins infantile qu'ils voulaient nous le faire croire.

The Eric et Ramzy Show : la libre antenne revisitée

C'était il y a 20 ans. Eric et Ramzy prenaient le contrôle d'une émission sur Fun Radio : The Eric et Ramzy Show. De David Charvet en passant par Roméo Sarfati et la motocrotte d'Olivier Jacque, ils ne s'interdisaient rien. La libre antenne les guidaient vers un absurde absolu, sous l’œil bienveillant du dieu de l'absurde, Absurdos. Profitez des archives radio d'Eric et Ramzy sur Fun Radio tant qu'il est encore temps ! Pour les plus téméraires, d'autres archives radio sont disponibles par ici. Quelqu'un a même compilé 20 heures des émissions sur Fun Radio depuis ses cassettes audio de l'époque.

Le Zyva Show, sur NRJ

Retour sur les ondes en 2002, avec la grosse voix de la radio NRJ qui faisait les jingles. J'ai passé mon adolescence à écouter et réécouter ces émissions sans fin. C'est dans ces émissions que, à mon sens, la meilleure improvisation de Ramzy demeure. Lorsqu'Eric lui demandait de rebondir sur sa vanne, il déplorait l'absence de trampoline dans l'équation. ROFL, comme disent les ados anglophones. Ça veut dire à se rouler par terre. Le tout était saupoudré de la musique pop absolument immonde de l'époque. Cela donne un côté carte postale qui portait leurs railleries sur l'industrie musicale d'alors.

Réécoutez la toute première émission du Zyva Show

[audio src="http://zyvalabo.gehmu.com/download/Le%20Zyva%20Show%20-%2020021012%20-%20Emission%20du%2012.10.2002.mp3" /]

Eric et Ramzy Online : le jour où j'ai failli faire une syncope

Vous connaissiez le site Ericetramzy.fr.st ? Moi, je le consommais sans modération, c'était ma bible. Un jour, l'adresse n'était plus accessible. Le drame. Un drame à mettre en perspective sur ce qui se passe dans le monde, mais quand même. Bon, la bonne nouvelle, c'est que la bible des 2 fans d'Eric et Ramzy, des mecs qui s'appellent Flo et Dan et que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, n'est pas morte. Certes, il manque des images ici et là, mais ça donne un petit côté boîte surprise non négligeable. On se retrouve à naviguer sur un site fantôme dans lequel regorgent des perles précieuses d'humour no limit. On y retrouve des interviews, une biographie de chaque membre du duo, des informations sur les spectacles et passages télé du duo... bref tout ce qui faisait le charme de l'internet d'avant, celui qui est cher à Edward Snowden.

Retrouvez l’improvisation du duo chez Michel Drucker

[audio src="http://flo57.free.fr/pageweb/tele/impro.mp3" /]

Quand Radio Nova ressort des archives à son tour

On y ajoute Omar Sy et Jamel Debbouze. La scène se passe en 1998, une période de liesse si vous voulez l'avis de Louis Dubourg. Une demi-heure de folie à quatre, une orgie de rire qui s'écoute sans fin. Avec ça, vous êtes occupé jusqu'à la fin de l'année. Ne me remerciez pas. [post_title] => Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retro-spot-3-eric-ramzy-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:24:20 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1774 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1779 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-10 13:42:11 [post_date_gmt] => 2017-06-10 11:42:11 [post_content] => France Culture s'est amusée à réfléchir sur le rire à travers 5 émissions de radio que vous pouvez réécouter ici. Une initiative rondement menée par Maylis Besserie dans l'émission Les Nouvelles vagues, avec en bouquet final une intervention d'Eric Judor qu'on ne présente plus et qui a toujours su mettre en valeur des choses que le grand public n'explore pas assez. Si vous n'avez pas trop de temps devant vous, privilégiez l'écoute de ce cinquième et dernier épisode. Les émissions restent un peu sérieuses et tombent parfois dans des lieux communs éditoriaux. Taper sur Cyril Hanouna et la télé-réalité, c'est une chose, mais pourrait-on un peu parler d'autre chose quand on s'attaque à des sujets comme ça ? ;-)

Episode 1 : Aux frontières du rire

Episode 2 : Mécaniques du stand-up

Episode 3 : Humour viral

Episode 4 : Mon lapin quotidien, une revue qui secoue

Episode 5 : Carte blanche cinéma « Comedy »

[post_title] => France Culture place le rire sous les projecteurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => carte-blanche-rire-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:18:58 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:18:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1779 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1506 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-03 10:39:57 [post_date_gmt] => 2017-06-03 08:39:57 [post_content] => Le stand-up français, et l'humour plus généralement, bénéficient d'un vivier de gens prêts à tester leurs vannes. Pour Alex Nguyen, il est possible d'améliorer les choses et d'aller plus loin. Je vous laisse le soin de regarder sa vidéo. Sachez qu'elle est volontairement provocatrice et qu'il a nuancé ses propos dans sa description. Il aurait pu tout englober dans sa vidéo pour plus de clarté. Au moins cela donne l'occasion de reprendre ses arguments et nourrir le débat !

Les humoristes français peu enclins à tester leurs vannes ?

Tout d'abord, Alex Nguyen oppose les humoristes français aux anglophones. C'est amusant, ce complexe d'infériorité qu'on traînerait comme un boulet. D'ailleurs, de nombreux humoristes, voire peut-être tous, se nourrissent de la culture anglo-saxonne pour ensuite prendre ce qu'ils en ont appris et l'adapter à l'humour made in France. Pour être honnête, je suis assez en désaccord sur l'absence de culture de test des vannes. Les humoristes, en tout cas pour les pointures, se reposeraient sur leurs acquis ? C'est vrai : tout le monde ne vient pas forcément tester et se confronter à un public averti. Mais des gens comme Fary, par exemple, tiennent à revenir se mesurer à ces scènes-là et à mettre en lumière de nombreux jeunes talents. Il n'est véritablement pas le seul dans cette mouvance. C'est aussi ça, la diversité de l'humour. Gad Elmaleh, qui est plutôt connu quand même, s'est par ailleurs lancé un défi dans ce sens. Il a tenté de faire rire et convaincre le public aux Etats-Unis, sans le matelas confortable de sa carrière en France.

...et une culture de la prise de risque trop timide ?

Tout de même, je comprends d'où vient cet argument. Après tout, dans le documentaire de Canal+, Jamel lui demande pourquoi il se complique la vie avec un tel défi alors que le public est acquis à sa cause en France. En effet, cela rejoint aussi ce que disait Eric Judor dans sa masterclass de février au cinéma l'Ecran (à partir de 1h13) :
L'endroit où va Jamel aujourd'hui ne me fascine pas spécialement. On avait une position, Ramzy, Jamel, Gad et moi, qui nous imposait de prendre des risques dans la comédie. [Cela permettait d']emmener le public ailleurs : les gens nous écoutaient, nous aimaient et on avait vraiment un public, une grosse base qu'il fallait qu'on viole un peu (sic !), qu'on emmène ailleurs - dans des directions comiques moins confortables. Je trouve, malheureusement, que Jamel n'a pas pris ce [virage]. Il a un gros pouvoir comique, ce mec : on l'écoute, on le regarde, il a une qualité de jeu, une intensité de jeu, qui peuvent lui permettre d'amener les gens vachement loin. S'il s'autorisait à faire des trucs moins consensuels, le public irait et s'ouvrirait à un autre genre. Et on s'enrichirait tous en suivant Jamel dans une autre direction, [mais] je trouve qu'il reste dans sa zone de confort, à refaire les trucs qu'on connaît. Il est très drôle, ultra doué et je reste fan de lui, mais il ne me surprend pas, malheureusement.
Rendons à César ce qui lui appartient. Jamel continue de donner sa chance à des jeunes talents du stand-up français dans le Jamel Comedy Club. L'émission bénéficie d'une notoriété énorme auprès d'un public qui ne se dirige pas vraiment vers les autres plateaux. De nombreux formats sont déclinés pour les faire découvrir (tournée de la troupe de Melun à Biarritz, la Debjam du mardi soir, etc.). Et puis, question risque, certains humoristes répondent tout de même présent !

La culture du copinage dans le stand-up français

Franchement, du point de vue du public du stand-up français, on s'en fout. Je n'ai pas eu l'impression de voir cela. Il y a tellement de lieux où s'exprimer, entre les scènes ouvertes et les petits comedy clubs qui se font et se défont. Au final, si des petits groupes de copains se retrouvent entre eux ici où là, il restera toujours un autre refuge ailleurs. Encore une fois, tout est en train de se développer. Nous bénéficions d'une proximité culturelle avec les autres pratiques d'humour dans le monde entier. Merci, internet. Vous êtes humoriste et vous avez envie de faire part de votre expérience sur la perception du stand-up français ? Vous êtes bienvenus dans l'espace commentaires ;-) [post_title] => Snob, le stand-up français, vraiment ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => snob-stand-up-francais-vraiment [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:18:43 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:18:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 10 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 10 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2a81e991200ce0418d012a3e964ecb7b [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Eric Judor

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Adrien Montowski : notre rencontre avec le plateau

Rétro spot 3/3 - Comment j’ai rencontré Adrien Montowski

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Lost in Frenchlation : soirée cinéma et stand-up au Club de l'Etoile

Lost in Frenchlation : cinéma français, sous-titres et stand-up en anglais

Écriture : Jean Philippe de Tinguy au One More Joke

J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange.

Éric et Ramzy au cinéma

Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans

Image d'illustration : vidéo humour

La sélection de la semaine - Blablacar, come-backs et imitations !

Image d'illustration : archives radio

Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio

Carte blanche au rire

France Culture place le rire sous les projecteurs

Photo d'illustration du stand-up français : gorille, banane et ordinateur portable

Snob, le stand-up français, vraiment ?