WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => lenny
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 352
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => lenny
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 352
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => lenny
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 352
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => lenny
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 352
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 352
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 352
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => lenny
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 352
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (352) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (352) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (352)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 4315
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2018-06-10 09:58:30
                    [post_date_gmt] => 2018-06-10 07:58:30
                    [post_content] => Depuis juin dernier, Le spot du rire vous offre une immersion dans les plateaux stand-up de Paris. Un an à œuvrer pour l’humour qui monte, qui crée et qui nous fait bien marrer. Retour sur les moments marquants de cette première année !


Détecter les nouveaux talents de l’humour

Le spot du rire, c’est d’abord référencer les plateaux humour. Au bout d’un an, on vous propose une trentaine de lieux à Paris, plus ou moins animés. Il en reste encore beaucoup à référencer. Il nous arrive de partager les événements de plateaux non référencés sur le site ; le mieux, c’est de suivre l’actualité de la page Facebook en plus de vérifier la liste des plateaux. Aller dans les comedy clubs, c’est bien ; déceler qui vous fera rire demain, c’est mieux. Plutôt que de tester tous les spectacles d’humour à Paris, on a décidé de se concentrer sur l’évolution de certains. Pour cela, nous vous proposons chaque mois une nouvelle découverte de l'humour. Autre concept auquel on tient beaucoup : mettre en avant des artistes et expliquer pourquoi ils sont intéressants à suivre.

Se mettre dans la peau d’un humoriste

Autre moment phare de l’année : une séquence Vis ma vie d’humoriste. Quand on passe du temps en plateau d’humour, l’envie d’écrire et de faire rire monte crescendo. On ne peut donc pas éviter le phénomène. On est vivement sollicité : Fred Cham ou Ghislain Blique ont fait beaucoup pour que cela arrive. C’était intéressant d’écrire sur la difficulté à monter sur scène alors qu’on a déjà beaucoup de matériel (comprenez : de texte). Cette période de déni, de préparation à se jeter dans le vide. Bien sûr, raconter comment cela se passe pendant et après. S’interroger : faut-il remonter sur scène ? La bonne nouvelle pour vous, c'est que c'est prévu le 18 juin au Jardin s'enjaille !

Comprendre le mécanisme des festivals d’humour

Depuis le lancement du spot du rire, on n’a pas chômé. Entre Édimbourg, Lyon ou encore Bordeaux et bien sûr Paris, on a assisté à de nombreux festivals d’humour. Et donc de concours d’humoristes. Vivre ces moments de l’intérieur avec les impressions des humoristes était très enrichissant. Les voir poussés dans leurs derniers retranchements, englués dans des systèmes parfois injustes et difficilement objectifs nous a donné envie de leur rendre justice, parfois, et de relativiser sur les résultats. Après, on ne va pas se mentir… Quand on était d’accord avec le verdict, on a fanfaronné comme tout le monde !

Vous immerger dans le monde du stand-up

La différence entre le spot du rire et les autres sites d’humour, c’est l’envie de vous faire partager le monde de l’humour de manière intimiste. Cela passe donc par beaucoup d’expérimentation dans les sujets, des articles que vous ne verrez nulle part ailleurs. Dans ce domaine, on retrouve un moment anecdotique : croiser un humoriste dans le métro, le trublion Lenny M’Bunga. On trouve que ce qualificatif lui sied à ravir. Passer d’une seconde banale à la présentation d’un humoriste qui compte de manière originale. Il y a aussi des prises de risque, comme vivre un moment « gênant » avec Tareek. L’improvisateur hors-pair aime sortir le public de sa zone de confort, et il le fait avec brio, sachant toucher juste en une fraction de seconde.

Le spot du rire demain

L’année qui s’ouvre sera l’occasion de promouvoir les nouveaux plateaux. Je vais travailler à dénicher de nouveaux talents. Or, j’ai encore du mal à trouver quelqu’un qui se détache dans la toute nouvelle génération. On n’est pas bon immédiatement en stand-up, moi la première, donc je suis persuadée que cela va venir ! [post_title] => Le spot du rire a 1 an - Rétrospective [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-media-humour-retrospective [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:44:25 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:44:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 3706 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-01 14:15:27 [post_date_gmt] => 2018-04-01 12:15:27 [post_content] => Imaginez : vous êtes en plateau d'humour, l'humoriste sort une très bonne blague. La salle est en délire. Mais vous, vous n'avez pas compris. Parce que vous dormiez ou que n'aviez pas la référence... Le spot du rire vous vient en aide : voici comment réagir quand vous êtes le seul à ne pas comprendre une blague.

1. Rire quand même ? Oui, mais pas n'importe comment.

C'est le réflexe sûr. De nombreuses blagues sont accompagnées d'une musicalité : concentrez-vous sur le flux du son (si cela se dit ?) et repérez les chutes. Il est important de rire dans le même tempo. Idéalement, adopter la même intensité de rire que vos voisins dans le public. Vous pouvez rire moins fort, mais pas plus. Ce serait suspect. C'est comme simuler, ça ne fait jamais plaisir et on se fait griller...

2. Demander au voisin ? Non.

Vous êtes en mode survie : il ne faut donc pas prendre la confiance ! Restez dans la connivence avec l'artiste et prenez votre mal en patience. Sinon, vous risquez d'être pris à parti par l'artiste qui vous demandera peut-être si la blague précédente vous concerne. A moins d'avoir la répartie d'un stand-upper, on vous recommande de faire profil bas quelques temps. Il paraît, d'ailleurs, que la patience a des vertus. Alors, peut-être que vous l'apprécierez plus une heure plus tard, lorsque vous demanderez des explications à votre voisin. Ou alors, vous vous serez détaché émotionnellement du désir de comprendre, et vous laisserez couler plus sereinement. Vous êtes un sage, et c'est très bien comme ça.

3. Rester dans l'ignorance ? Libre à vous.

Vous avez suivi l'étape 1 et avez ri de bon cœur. Vous avez, semble-t-il, pris le même plaisir que les autres. Parfois, il vaut mieux ne pas savoir. Cela peut paraître étrange, mais vous pouvez rire pour d'autres raisons. Vous pouvez comprendre les blagues (et le monde) selon votre propre prisme ! Vous êtes éclectique, et c'est génial. Bon, je dis ça parce que j'aime me lancer des fleurs - je suis souvent dans cette catégorie d'incompréhension...

4. Complexer face à la blague ? Pas nécessaire.

Un jour, on s'est violemment moqué de moi car je ne savais pas qui était Jean-Baptiste Poquelin. Apparemment, toutes les écoles de France expliquent aux élèves qu'il s'agit de Molière. Eh bien, il se trouve qu'avec un bac + 5 de lettres en poche et un bac de la même couleur politique, je n'avais jamais entendu ce nom. Toujours est-il qu'on n'a pas la même culture. On se souvient avec émotion de la phrase de Jean-Pascal Lacoste : « un baryton, je pensais que c'était un poisson ». Remarquez, si je me souviens de cette citation, ça explique peut-être le pourquoi de mon ignorance littéraire. Je ne sais pas si c'est un truc franco-français, mais les gens aiment se vanner entre eux, ça a l'air de les divertir. Mais pour les blagues, vous ne pourrez pas tout comprendre. Avec cinq à sept humoristes par plateau, vous avez accès à autant de visions du monde ! Profitez-en pour récupérer un peu de culture générale...

Anecdotes de plateaux : 2 blagues que j'ai comprises après au moins un an

Vous culpabilisez encore ? Rassurez-vous : même avec des heures et des heures de présence dans le public, je passe encore à côté de blagues...

Lenny M'Bunga et la tectonique des plaques

Si vous allez au Paname Art Café, vous avez sûrement vu Lenny M'Bunga jouer quelques minutes. Quand il parle du rapprochement de l'Afrique de l'Europe de quelques centimètres par an, il évoque une référence que je n'avais pas. Pendant des mois, je me suis dit que j'allais demander à quelqu'un. Et je laissais faire, je riais et je trouvais la musicalité de la blague suffisamment drôle. Puis, j'ai craqué. Au travail, j'ai demandé à mes collègues s'ils connaissaient Coller la petite. C'était aussi évident pour eux que pour mes voisins au Paname Art Café. Il y en a même une qui s'est mis à chanter cette chanson. Quelques minutes plus tard, j'ai découvert la référence. Mon Dieu, ça m'a fait un vrai décalage par rapport à mon rire initial... Parce que même si je sais que cette chanson est très connue, elle ne correspond pas à ma réalité. C'est comme si tu parlais de Julie Lescaut à un Argentin : tu as beau expliquer le concept, difficile de l'apprécier de la même manière... Pourtant, elle est tellement intelligente cette blague étant donné la controverse autour de la chanson (censure au Cameroun).

Jean-Philippe de Tinguy, Bioman et le déverrouillage

J'ai beau avoir vu le spectacle Le dernier Jean-Philippe plus de 30 fois au moins (selon TNS Sofres, nous n'avons que les estimations...), je suis longtemps passée à côté de deux blagues. La première, c'est autour de Bioman, des fermiers respectueux de l'environnement. Bon, il se trouve que je n'ai jamais vu Bioman. J'ai deux secondes du générique en tête... Donc, pendant plus d'un an, j'ai vraiment cru que l'intrigue se passait dans une ferme. Le jour où j'ai découvert que le Père Noël... enfin, que Bioman ne parlait pas de ça, c'était quand j'ai voulu comprendre la blague. Je suis donc allée sur la page Wikipédia du programme... et j'ai enfin compris. La deuxième, c'est la métaphore entre draguer une fille et déverrouiller son téléphone. Il développe toute une explication autour du code pin. Systématiquement, je riais. Oui, c'est brillant, c'est bien écrit code pin sur mon téléphone. Je trouvais la blague pertinente par rapport à ma connaissance de mon Nokia et je riais en même temps que les autres... sauf qu'ils ne comprenaient pas la même chose que moi. Après avoir vu le spectacle au moins 20 fois, j'entends la blague et je comprends enfin le double sens entre pin et pine. Peut-être que c'est parce que ce soir-là, il y avait Chris Esquerre dans la salle... Mais promis, je ne lui ai rien demandé ! Figurez-vous que j'ai testé cette blague sur mes collègues d'open-space. Les mêmes qui m'ont dévoilé la blague Coller la petite. Elles ne connaissaient pas le mot pine, en fait. Le plus grave, dans cette histoire, c'est que je connais le mot mais que j'ai mis environ 9 mois avant que ça accouche dans mon cerveau. Vous le voyez, tout n'est pas perdu : les éclairs de génie peuvent vous frapper. [post_title] => Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-incomprise-public-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:07:47 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:07:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 3578 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-03 10:10:24 [post_date_gmt] => 2018-03-03 09:10:24 [post_content] => C'est bientôt la journée de la femme, et le monde du spectacle l'a compris ! Voici quelques soirées et initiatives en faveur des femmes à ne pas manquer en ce mois de mars.

Festival Drôles de Dames au Point Virgule : demandez le programme !

Du 8 au 11 mars, les salles de Jean-Marc Dumontet s'animent en faveur des femmes, avec des humoristes hommes et femmes !

Journée de la femme : 2 plateaux le 8 mars

Le coup d'envoi du festival se tiendra le 8 mars au Grand Point Virgule à 19h30. Vous pourrez retrouver Kallagan, Djimo, Guillermo Guiz, Noman Hosni ou encore François Martinez dans la soirée Parce qu'elles méritent plus qu'une journée. Si vous préférez une soirée 100% féminine, rendez-vous deux heures plus tard au Point Virgule : Les pépites de l'humour vous y attendent pour une soirée découverte. La programmation de cette soirée nous donne vraiment envie d'y aller. Outre la présence de Marion Mezadorian dont on ne se lasse pas de vous parler, on retrouve d'autres talents à suivre. On a adoré découvrir Marie Desroles en spectacle au Point Virgule, elle sera là ! Solène Rossignol, qui a participé au FUP cette année, sera également de la partie. Actuellement à la Petite Loge, l'hilarante Charlotte Creyx sera également présente. Agnès Hurstel, qui cartonne au Sentier des Halles, est bien entendu présente. Pour compléter ce line-up de compétition, on retrouvera également Ombeline de Tarragon.

Du 9 au 11 mars : entre spectacles et plateaux d'humour

Pour aller voir des humoristes qui cartonnent sur YouTube, on vous conseille la soirée Du web à la scène. Le 9 mars, les inséparables Laura Calu et Marina Cars se partageront la scène aux côtés de Nino Arial ou encore Lola Dubini. Autre grande soirée à réserver dès maintenant : la Fadily Party. Fadily Camara, qui joue son spectacle du jeudi au samedi au Point Virgule, sera au Grand Point Virgule le 10 mars. Elle sera accompagnée d'artistes déjà bien implantés sur la scène parisienne : Tania Dutel, Christine Berrou ou encore Melha Bedia et Lenny M'Bunga. Quoi ? Nous n'avons pas encore cité Shirley Souagnon, Laura Domenge ou encore Marine Baousson ? Pas d'inquiétude : elles seront, parmi d'autres, à la soirée Yes she can! au Grand Point Virgule le 11 mars. Voilà pour notre sélection ; vous pouvez retrouver toute la programmation et réserver sur la billetterie officielle.

Plateau alternatif : les Ladies Commandements invitent !

Si vous voulez donner de la chance à des artistes moins en lumière mais tout aussi intéressants, nous avons un autre plan pour vous. Les Ladies Commandements, c'est un plateau très créatif. A l'image du Laugh Steady Crew, cette troupe d'humoristes écrit chaque semaine des sketches inédits. Aux côtés des habituées Lucie Carbone et Els - Lost in France, on retrouvera notre artiste maison Betty Durieux, Anne Dupin et plein d'autres figures du stand-up. Ce plateau se tient au Sonart, un vivier de jeunes talents qui a fait débuter nombre d'entre eux.

Entre le rire et l'action : ces humoristes s'engagent pour la Fondation des Femmes

Pour terminer, le monde du stand-up ne déroge pas à la libération de la parole. Concrètement, de nombreux humoristes se sont engagés pour soutenir la Fondation des Femmes. Un appel aux dons est en cours. Parmi les personnalités engagées, on retrouve Shirley Souagnon, Agnès Hurstel ou encore Muriel Robin et Mouloud Achour. Allez voir la liste pour vous faire une idée et renseignez-vous sur les actions de l'association si vous souhaitez faire un don. [post_title] => Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-droles-dames-journee-femme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:38:00 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:38:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3578 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3470 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-21 14:46:42 [post_date_gmt] => 2018-02-21 13:46:42 [post_content] => Ça y est, je suis montée sur scène ! Le 33 Comedy m'accueillait aux côtés de pointures du stand-up. Une voie royale pour réussir ce passage. Voilà comment cette première scène s'est passée. Vous pouvez aussi relire les épisodes précédents : l'annonce et la préparation.

L'avant-show : don't stress

18h45, je pars de chez moi pour aller au 33 Comedy. Il y a 45 minutes de trajet, qui s'allongent pour une raison indéterminée. Mais j'ai décidé que le métro ne me perturberait pas. J'arrive enfin à bon port une heure plus tard, l'une de mes amies est arrivée. Téléphone en main, elle me filme d'entrée de jeu, me demande un autographe sur son billet du 33 Comedy. Elle est encore plus perchée que moi, alors je lui livre un autographe à ma sauce. C'est graveleux. Antek et Jean-Patrick sont là aussi : ils surgissent du sous-sol. Les deux me demandent comment je vais. Pour le moment, bien. Ils déterminent ensuite l'ordre de passage et j'apprends que Kyan Khojandi sera là. Il remplace Jason Brokerss, visiblement coincé chez lui. La poche de glace collée à son visage sur ses story Instagram confirme l'hypothèse. Satanés dentistes ! J'apprends l'ordre de passage : je passe troisième entre Antek et Jean-Patrick. Kyan ouvre la soirée, j'ai un spot confortable entre les résidents. Ça tombe bien, je remplace Ghislain. Et je porte les chaussettes que j'ai gagnées en évaluant le podcast Sympa la vie. La seule superstition que je me suis autorisée.

Bienvenue au 33 Comedy Club

Le 33 Comedy Club, c'est un peu devenu mon QG. La raison de cette première scène ici, c'est parce que j'ai passé beaucoup de temps dans le public. J'ai soutenu tous les projets personnels des trois résidents Antek, Jean-Patrick et Ghislain : spectacles, podcasts, émissions de radio... Il n'existe pas de plateau où je me sens le plus à la maison. Aucun autre ne m'a donné cette impression, et c'est sûrement ça qui a conditionné la suite de la soirée. D'habitude, les loges du 33 Comedy sont blindées d'humoristes, mais lorsque Antek fait entrer le public, j'ai tout l'espace pour moi. Les autres n'arriveront qu'un peu après 20h30 après avoir visiblement discuté en haut. Kyan se présente et moi aussi, mais on se connaît un peu. Je l'ai mentionné sur une publication Facebook, donc il connaît le spot du rire. Et moi, je suis comme tout le monde : Kyan Khojandi est une pointure. Si bien que depuis plusieurs mois, je n'ai aucun souci à écrire son nom sans faute. Et que je sais qu'il est bien plus que le mec de Bref.

Transmission

Ce soir, il y a donc des pointures : Lenny, Seb Mellia et Kyan Khojandi. J'ai l'impression qu'ils font du stand-up comme ils mettent un pied devant l'autre : la maîtrise. Voir mon nom au milieu de tous ceux-là plus Antek et Jean-Patrick, c'est un truc de dingue. Le stress ne s'installe pas trop encore. Comme je l'ai dit, depuis que mon texte est su, il s'est évaporé. Mais il va revenir. Kyan monte sur scène ; son passage est dingue. Lorsque je l'ai vu en spectacle à Choisy-le-Roi en décembre dernier, son co-auteur Navo faisait la première partie. Ce jour-là, il s'amusait à jouer avec nos nerfs sur le rythme de son stand-up. Va-t-on savoir la suite ? Au 33 Comedy, Kyan a repris un procédé similaire en faisant semblant de quitter la scène au beau milieu de son histoire. Deux fois de suite ! Un mécanisme qui donne évidemment envie de connaître la suite. C'est comme poser un paquet de bonbons devant soi. Ou le compte-à-rebours Netflix que Rémi Boyes adore mentionner dans son stand-up. En terminant son passage, il dit aux autres qu'il suffit de parler au public : il est très bienveillant ce soir. Ça tombe bien pour moi. Antek enchaîne. C'est le dernier rempart avant mon passage. Là, le stress est là.

Plongeon

Pour rester calme, j'écoute ce que les autres font et je ris comme si j'étais spectatrice. Mais cela ne suffit pas. Heureusement, le small talk de Seb Mellia va arranger ça. Je ne sais plus comment Jean-Philippe de Tinguy est arrivé dans la conversation... il faut dire que cela arrive souvent. Mais là, Seb me demande de confirmer qu'au début, j'allais le voir un peu partout. Je ne comprends pas la question, je crois qu'il me demande si je parle de Jean-Philippe dans le sketch. Donc, je réponds non. Alors que clairement, la réponse était affirmative. Du coup, je corrige, on blague sur le fait que je savais son adresse avant son déménagement et que c'est sûrement pour ça qu'il a eu lieu... Toute la conversation a le mérite de détourner mon attention. Antek continue ses blagues avec quelques nouveautés, et je sens qu'il termine son passage. Les applaudissements confirment mon intuition. Comme il me l'avait dit avant la soirée, Antek me concocte une introduction aux petits oignons. Je vais dans les scènes ouvertes en permanence, j'ai décidé de faire ma première scène au 33 Comedy, c'est un moment d'émotion. Tout le pathos est réuni pour me faire éviter le bide. Et ça a marché !

Instantanés de scène au 33 Comedy avec Jean-Patrick et Kyan Khojandi

Ma première scène au 33 Comedy

Lors de cette première scène, je demande aux gens s'ils vont bien. Je leur réponds ensuite que moi, c'est moyen Parkinson. En fait, je partage l'information suivante : oui, je tremble, je sais, et je m'en fiche. Donc on peut se concentrer sur les blagues. Mon sketch, je l'ai pratiquement appris à la virgule près, mais j'ai fait de nombreuses modifications. Les différentes versions se mélangent un peu, mais grâce à la concision du passage, l'ensemble conserve de la cohérence. Je remarque un phénomène auquel je ne m'attendais pas. Là où j'ai parié sur des rires, je les ai obtenus. J'avais l'impression d'avoir à appuyer sur un bouton qui déclencherait des rires enregistrés. Sur scène, on entend une masse de rire comme des rires enregistrés. J'enchaîne mon texte, je trébuche sur quelques mots mais j'essaie de me tenir à ce que ce soit clair. J'ai réduit considérablement mon débit de parole par rapport aux répétitions, mais ceux qui n'avaient rien vu estiment que c'est encore trop rapide. Un défaut récurrent chez les nouveaux venus, qui ont envie de s'échapper de la situation plutôt que de la vivre.

Plutôt que les pneus hiver, la séquence émotion

La toute fin de mon sketch n'a pas été apprise. J'avais un jeu de mots sur les niches (passions de niche vs. la niche du chien), le chien Beethoven et le fait d'être aux abois... Et je ne savais pas comment finir. J'avais initialement beaucoup plus de texte et je voulais faire l'analogie entre la communication avec les autres êtres humains et le fait d'être doté de pneus hiver. J'avais tout un fil rouge sur les garages qui n'en sont pas, ça partait dans tous les sens. Bref, ça a été jeté. C'est grâce au livre de Christine Berrou que je n'ai pas eu de quartier pour ces tentatives-là. A la place, j'ai dit que ma niche, c'était le stand-up, que les lieux comme le 33 avaient changé ma vie. Je m'étais dit qu'avec ça, je pouvais me mettre le public dans la poche assez facilement. Or, faire vivre un moment d'émotion n'est pas facile car on dévoile beaucoup de soi. On se rend compte qu'on dit à des inconnus quelque chose qui fait ce qu'on est. On touche un peu à l'intime, mine de rien. Ma voix s'est tordue, j'ai pensé : « Je ne vais pas pleurer, là, quand même ? ». C'était tendu, mais c'est passé. Ça devait être vrai. Prends ça, Marc Levy !

L'après-première scène : feedback et mal au dos

Quand je termine mon passage, je vois Antek dans les loges avec son sourire et ses lunettes rouges de mec heureux. J'attends que les applaudissements cessent pour annoncer Jean-Patrick, tandis qu'Antek gère la régie. Je fais une petite blague sur le fait que même les végétariens peuvent l'aimer, car c'est un lapin. Et je sors de cette première scène. Seb Mellia me dit que j'ai bien géré cette première : je n'ai pas fait trop long. Lenny me dira ensuite qu'il a bien aimé le moment d'émotion. Et Antek a apprécié l'une de mes punchlines. Mission accomplie, dans une ambiance très bienveillante et propice à la chance du débutant. Je m'assois ensuite, histoire de décompresser. Mais ça ne se passe pas ainsi : un mal de dos de dingue s'installe, j'ai l'impression d'être une mamie et qu'un rouleau compresseur est venu me broyer. J'ai aussi mal dormi avant de monter sur scène qu'après. C'est très physique, mine de rien. Il paraît que c'est l'adrénaline. J'en saurais probablement plus si je remonte sur scène, mais...

Envie de remonter sur scène ?

Je ne sais pas ce qui pousse les gens à me voir réitérer cette première scène. J'ai passé un bon moment, bien apprécié que les gens rient. C'était sympa pour la confiance en soi, mais je ne me suis pas dit que c'était magique. Ce que je préfère, c'est voir les autres sur scène. Si j'ai fait cette expérience, c'était pour mieux les comprendre. Leur montrer une marque de respect en me jetant dans l'arène. Mais il semblerait que les gens ont envie que je revienne. Affaire à suivre. Pour l'heure, un grand merci à tous les humoristes qui m'ont soutenue avant, pendant et après cette épreuve émotionnelle. C'était un vrai défi, et je suis contente de l'avoir relevé ! Maintenant, rendez-moi mon sommeil, merci.

Crédits photo

© Seb Mellia / Antek [post_title] => Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-scene-33-comedy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3058 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-29 17:03:23 [post_date_gmt] => 2017-11-29 16:03:23 [post_content] => Le momentum, c'est le moment où l'humoriste atteint un état de grâce. Chaque punchline apporte une nouvelle élévation à la précédente. L'enchaînement est parfait, la salle pleinement réceptive. Ce moment de rayonnement est rare et fort. Le spot du rire en a vécu 4 en 2017. On vous raconte.

Le plus puissant : Lenny, passage au One More Joke

Les organisateurs du One More Joke aiment bien raconter que le public retourne le lieu. Quand on sait que ce sont des as de la communication, on peut froncer les sourcils de scepticisme. Or, j'ai vécu ce moment. Ils ne bluffaient pas. Je sortais du Start-up Comedy Club, délocalisé dans le 11e arrondissement à 2 pas de la rue de la Folie-Méricourt pour l'occasion. Rentrer chez soi ou faire un crochet par la salle bondée du One More ? J'ai opté pour la deuxième option. Le Détective Froussin livrait son compte-rendu d'enquête hebdomadaire. Et moi, j'avais l'impression de rentrer au bercail. Lenny enchaînait alors. Voix posée, attitude espiègle, envie de secouer le public de l'intérieur. Tous les voyants étaient au vert : un moment propice au momentum pour Lenny. L'un des humoristes les plus stylés de Paname a livré son texte, l'a bien interprété. Les applaudissements jaillissaient. Parce que le One More sait recevoir ses habitués, j'étais dans le carré VIP avec les autres humoristes. Leurs yeux rivés sur Lenny, ils n'en perdaient pas une miette. J'avais l'impression d'être dans une scène de la série I'm dying up here.

Le plus maîtrisé : Roman Frayssinet, passage à l'Amicale du Stand-Up

Depuis quelques mois, Roman Frayssinet semble dans une autre dimension. Lorsque j'ai imaginé vous écrire sur le momentum, je me suis demandée quelle scène je prendrais en exemple. Parce qu'en réalité, Roman Frayssinet a souvent l'air d'être en état de grâce. Son explication : un travail acharné, une formation de très grande qualité suivie au Canada. Mais le talent ne s'apprend pas, il est simplement sublimé par la technique. Roman a un univers particulier. Il faut y rentrer, et il nous inclut dans son délire avec une facilité déconcertante. On est comme happé par ce momentum, et il enchaîne avec ce ton si particulier, si efficace. Les pauses entre chaque mot, chaque rebondissement, sont calculés à la virgule près. Là encore, l'intensité augmente au fil des blagues. Il a conquis le public, qui titube un peu, l'air candide de celui qui n'a pas tout saisi.

Le momentum : l'impact de la salle

La première de l'Amicale du Stand-Up était un événement fort. Déjà, il était complet. Il montrait que le stand-up pouvait être hype. Au fond, les plateaux se divisent en 2 groupes. D'abord, les plateaux de nerds du stand-up intimistes, qui ne paient pas de mine et où l'on passe une bonne soirée. Et de l'autre côté, les plateaux où tu as l'impression d'être entouré par les beautiful people de tout Paris, des gens qui boivent des bières avec style. Tu passes aussi une bonne soirée, mais un peu plus serrée. La popularité autour du lieu, le Perchoir dans ce cas, crée une ambiance presque artificielle. Et pourtant, c'est bien : le stand-up s'ouvre aux influenceurs. Pour l'exprimer plus clairement, c'est comme quand mon ancienne collègue n'en a rien à faire des plateaux où je vais, mais qu'elle a été voir Louis C.K. comme s'il s'agissait d'un pèlerinage, the place to be. Cela avait eu lieu avant l'histoire qui l'a éloignée de la scène, rien ne dit qu'elle aurait tenu ce discours. Fin de la parenthèse.

Le plus émouvant : Alexandra Pizzagali, showcase au Kibélé

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu'Alexandra Pizzagali est l'une de nos dernières découvertes. Lors de son premier showcase au Kibélé, un petit café-théâtre à Strasbourg Saint-Denis, elle était très stressée avant de monter sur scène. Les proches et contacts venus pour l'occasion avaient hâte de voir son produit fini : le spectacle C'est dans la tête. Sur scène, on a l'impression d'avoir affaire à une autre personne. La peur ne paraît plus. Mis à part un trou, elle a livré une prestation sans faute. Au terme du spectacle, tout le travail accompli et les efforts pour en arriver là sont remontés. A deux doigts de craquer, elle était en train de vivre une standing ovation du plus bel effet. Le donnant-donnant dans toute sa splendeur. Et ça, ce n'était plus dans sa tête mais bien réel. Quand on a affaire à un talent brut, on sait qu'il se passe quelque chose de spécial. On a ce sentiment que la personne en face de soi ira très loin. Sans vouloir lui mettre la pression, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Le plus opportun : Jean-Philippe de Tinguy, passage au Festival d'Humour de Paris

Les festivals d'humour sont nombreux. Les humoristes viennent en nombre dans l'espoir de glaner un ou plusieurs prix. Ça passe ou ça casse : certains échouent et bident de manière inexpliquée, tandis que d'autres livrent leur meilleure bataille. En janvier dernier, lorsque je parlais du Festival d'Humour de Paris à mes proches pour les inciter à s'y rendre, je leur intimais qu'il allait se passer quelque chose de fort. 11 artistes se partageaient l'affiche, et à mon sens, il y en avait 3 au-dessus du lot. Quelqu'un m'avait dit que Jean-Philippe de Tinguy avait seulement 1 chance sur 11 de gagner. Je lui ai rétorqué que je savais qu'il le ferait. En mon for intérieur, je masquais un peu une inquiétude, parce que j'avais jugé qu'il avait 73% de chances de gagner. Je ne voyais que 3 sur 11 d'entre eux capables de remporter le festival. Et ce qui est fou, c'est que l'année suivante, Charles Nouveau, résident du spot du rire, a décroché le prix SACD pour son écriture de punchlines !

Réussir un festival : mode d'emploi

Pourquoi douter ? Jean-Philippe était sur une pente ascendante : rafle des prix du Grand Tremplin de l'Humour de Sélestat quelques mois plus tôt, 2 dates complètes en showcase au Point Virgule. Alors, au moment de la prestation, il n'y avait plus qu'à faire le travail. Autant vous dire que je n'ai jamais vu autant de maîtrise dans son jeu. Je l'ai vu bien jouer plein de fois, trouver le bon mot, la bonne improvisation, la bonne intonation dans son texte. Mais ce soir-là, chaque phrase prononcée élevait le niveau de la précédente. Comme dans le Get psyched mix de Barney Stinson. Pas de temps mort. Juste une ascension vers les prix. Les enchaînements parfaits ont continué pendant tout le passage. Pendant la délibération du jury, c'était l'humoriste-magicien Maxime Tabart qui divertissait la salle. Je n'étais pas d'humeur. C'était la première fois que je voyais un festival d'humour. Et j'étais aussi stressée qu'un supporter de football devant une séance de tirs au but de finale de coupe du monde. J'étais en mode prière alors que je suis athée. Alors quand Maxime Tabart m'a incité à claquer des doigts pour être dans l'ambiance avec le reste du public, j'avais juste envie de claquer tout court. Et au final, après une attente un peu insoutenable, le prix était pour lui. Pour découvrir qui sera son successeur, rendez-vous le 22 janvier prochain à Bobino.

Crédits photo

Betty Durieux [post_title] => Momentum - L'état de grâce sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => momentum-performance-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:42 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3058 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 2749 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-19 22:19:15 [post_date_gmt] => 2017-09-19 20:19:15 [post_content] =>

Croiser Lenny dans le métro parisien, ce n’était pas du tout prévu. Je devais me délecter devant des humoristes sur un plateau, mais l’événement a été annulé. Je croisais l’un des humoristes qui essayait de rentrer dans le lieu. Quand je lui ai dit que c’était annulé, il n’a pas voulu me croire. Dégoûtés et peu habitués à traîner dans ces quartiers, nous avons saisi nos téléphones en quête d’un signal GPS pour localiser le métro le plus proche et pratique pour rentrer au bercail.

Mais en ce mardi soir, j’avais l’intuition que la journée n’était pas achevée. Les mauvaises langues diraient que c’est parce qu’une journée s’achève à 23h59, mais ils ne se concentrent que sur les chiffres, sans savoir ce qu’il se passe vraiment sur le terrain. Une manie bien commune...

Bref, je me tâtais à me rendre in extremis au 33 Comedy, mais c’était trop tard. Je me disais que j’aurais pu surprendre Nadim après sa première de la rentrée au Théâtre La Cible, mais il restait 45 minutes avant la fin de son spectacle. Je venais d’interviewer Marion Mezadorian et Rémi Boyes coup sur coup… et décidais qu’il était plutôt temps de dormir.

Lenny : histoire d'un stand-upper aguerri

Retour à l’action. Si vous êtes un habitué du Paname Art Café, vous connaissez bien Lenny M'bunga/Harvey (c'est le même, si vous vous demandez encore). J’ai souri, parce qu’on s’est croisé, il a joué pour moi (et d’autres gens d’un groupe qui s’appellerait « le public » selon les médias les plus obscurs). Connivence.

Lui, il n’a pas eu besoin de sourire. Lenny sourit, semble-t-il, en permanence. Il se balade avec la même dégaine assurée sur des quais puants comme sur scène, empli de légèreté d’aller jouer. Comme s’il allait se mettre à glousser de rire en sous-sol de métropolitain comme il le fait dans une cave après une bonne création, une bonne réaction de son auditoire.

Quoi ? Lenny prendrait le métro ? Le spot du rire semble mener l'enquête, on n'a rien à envier à Closer*

Comme c’était à République, je me suis dit que c’était pour jouer au Paname… Vu l’heure, 20h37 ou quelque chose du genre, il était soit très en retard pour le show de 20 heures, soit très en avance sur celui de 22h30. Parce que celui de 21h15, c’est celui en anglais. De mémoire, il ne s’y invite pas.

En rentrant chez moi, j'ai vu que Lenny n'était finalement pas programmé. Espérons que je n'aie pas rêvé ce moment, ce qui serait assez inquiétant.

Je n’ai rien dit, car la seule phrase que j’ai prononcée à Lenny, c’était : « Louis est encore en bas ? » et j’étais embarrassée de ne pas en avoir fait plus face à un mastodonte de la scène de son calibre. Pardon, Lenny, je ne sais pas quoi te dire. Je pourrais te raconter que je t’ai vu exulter au One More Joke. Je ne devais pas venir, parce que j’étais au Start Up Comedy Club pour une spéciale délocalisée dans le 11e. Mais entendre la dernière enquête de Détective Froussin était trop tentant. J’étais rentrée au One More pendant cette enquête, là où tout le monde était médusé de découvrir Coréenne, la nouvelle équipière chinoise de Froussin.

C’est bien simple, Lenny sait enflammer une salle et je n’ai jamais saisi le mécanisme. Parce que cela lui semble inné, naturel. On se laisse porter par son charisme, son flot de blagues. Je le vois souvent réaliser la même performance avec une consistance assez bluffante. Moralité : les humoristes sont endurants. Pensez-y à votre prochain choix de carrière sentimentale si c’est ce qui vous branche.

*Le spot du rire exècre les magazine people et respectera toujours la vie privée des humoristes. Quand on déconne, on déconne, mais pas là.

Crédit photo : Betty Durieux

Voir Lenny sur scène

Si vous n'êtes pas du genre stalker étrange, vous pouvez aller voir Lenny de manière conventionnelle. Il joue un spectacle au One More à partir du 15 octobre (réservez vos places sur Billetreduc, il y a une petite ristourne !). Cela se passe les dimanches à 19 heures.

[post_title] => Humour instantané - J’ai croisé Lenny dans le métro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lenny-mbunga-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:39:06 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:39:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2749 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 4315 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 09:58:30 [post_date_gmt] => 2018-06-10 07:58:30 [post_content] => Depuis juin dernier, Le spot du rire vous offre une immersion dans les plateaux stand-up de Paris. Un an à œuvrer pour l’humour qui monte, qui crée et qui nous fait bien marrer. Retour sur les moments marquants de cette première année !

Détecter les nouveaux talents de l’humour

Le spot du rire, c’est d’abord référencer les plateaux humour. Au bout d’un an, on vous propose une trentaine de lieux à Paris, plus ou moins animés. Il en reste encore beaucoup à référencer. Il nous arrive de partager les événements de plateaux non référencés sur le site ; le mieux, c’est de suivre l’actualité de la page Facebook en plus de vérifier la liste des plateaux. Aller dans les comedy clubs, c’est bien ; déceler qui vous fera rire demain, c’est mieux. Plutôt que de tester tous les spectacles d’humour à Paris, on a décidé de se concentrer sur l’évolution de certains. Pour cela, nous vous proposons chaque mois une nouvelle découverte de l'humour. Autre concept auquel on tient beaucoup : mettre en avant des artistes et expliquer pourquoi ils sont intéressants à suivre.

Se mettre dans la peau d’un humoriste

Autre moment phare de l’année : une séquence Vis ma vie d’humoriste. Quand on passe du temps en plateau d’humour, l’envie d’écrire et de faire rire monte crescendo. On ne peut donc pas éviter le phénomène. On est vivement sollicité : Fred Cham ou Ghislain Blique ont fait beaucoup pour que cela arrive. C’était intéressant d’écrire sur la difficulté à monter sur scène alors qu’on a déjà beaucoup de matériel (comprenez : de texte). Cette période de déni, de préparation à se jeter dans le vide. Bien sûr, raconter comment cela se passe pendant et après. S’interroger : faut-il remonter sur scène ? La bonne nouvelle pour vous, c'est que c'est prévu le 18 juin au Jardin s'enjaille !

Comprendre le mécanisme des festivals d’humour

Depuis le lancement du spot du rire, on n’a pas chômé. Entre Édimbourg, Lyon ou encore Bordeaux et bien sûr Paris, on a assisté à de nombreux festivals d’humour. Et donc de concours d’humoristes. Vivre ces moments de l’intérieur avec les impressions des humoristes était très enrichissant. Les voir poussés dans leurs derniers retranchements, englués dans des systèmes parfois injustes et difficilement objectifs nous a donné envie de leur rendre justice, parfois, et de relativiser sur les résultats. Après, on ne va pas se mentir… Quand on était d’accord avec le verdict, on a fanfaronné comme tout le monde !

Vous immerger dans le monde du stand-up

La différence entre le spot du rire et les autres sites d’humour, c’est l’envie de vous faire partager le monde de l’humour de manière intimiste. Cela passe donc par beaucoup d’expérimentation dans les sujets, des articles que vous ne verrez nulle part ailleurs. Dans ce domaine, on retrouve un moment anecdotique : croiser un humoriste dans le métro, le trublion Lenny M’Bunga. On trouve que ce qualificatif lui sied à ravir. Passer d’une seconde banale à la présentation d’un humoriste qui compte de manière originale. Il y a aussi des prises de risque, comme vivre un moment « gênant » avec Tareek. L’improvisateur hors-pair aime sortir le public de sa zone de confort, et il le fait avec brio, sachant toucher juste en une fraction de seconde.

Le spot du rire demain

L’année qui s’ouvre sera l’occasion de promouvoir les nouveaux plateaux. Je vais travailler à dénicher de nouveaux talents. Or, j’ai encore du mal à trouver quelqu’un qui se détache dans la toute nouvelle génération. On n’est pas bon immédiatement en stand-up, moi la première, donc je suis persuadée que cela va venir ! [post_title] => Le spot du rire a 1 an - Rétrospective [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-media-humour-retrospective [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:44:25 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:44:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d83cf68afca37edbee1e07367320c5f2 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Lenny

Le spot du rire - Rétrospective - 33 Comedy

Le spot du rire a 1 an - Rétrospective

Blague incomprise : image d'illustration

Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre

Festival Drôles de Dames - Le Point Virgule

Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars !

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy

Momentum : l'état de grâce de l'artiste - Lenny

Momentum - L'état de grâce sur scène

Lenny : humoriste stand-up

Humour instantané - J’ai croisé Lenny dans le métro