Publications liées au mot-clé : Ramzy Bedia

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => ramzy-bedia
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 278
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ramzy-bedia
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 278
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => ramzy-bedia
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 278
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => ramzy-bedia
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 278
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 278
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 278
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => ramzy-bedia
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 278
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (278) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (278) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (278)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 10229
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-05-14 08:28:00
                    [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00
                    [post_content] => 

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 3788 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-15 19:28:16 [post_date_gmt] => 2018-04-15 17:28:16 [post_content] => Depuis mercredi dernier, les cinémas projettent Taxi 5, nouvel opus de la saga. Sans Samy Nacéri et Frédéric Diefenthal, mais avec de nombreux clins d’œil aux précédentes moutures. Voici la réponse à la question que tout le monde se pose : faut-il se déplacer ? Les fans de la saga ont crié au sacrilège, alors...

Taxi 5 : vous écoutez Nostalgie, ça peut paraître ringard...

Donc, on a affaire à une nouvelle équipe : Franck Gastambide et Malik Bentalha remplacent le duo mythique. Autant vous le dire, au début du film, je me suis demandée pourquoi je ne profitais pas du beau temps. Les gros plans sur Franck Gastambide sont insupportables, comme si l'on était des demeurés incapables de comprendre qu'il était le héros charismatique. Un écueil dont le cinéma français et ses comédies potaches ont le secret. Regardez les films avec Kev Adams et vous trouverez ce procédé copié-collé. Nous avons donc un héros au-dessus des missions d'une police municipale, qui va se retrouver avec des bras cassés névrosés et finir par les aimer. Genre, comme tous les films populaires. Bien sûr, il va finir par draguer une jolie fille avec du caractère qui s'y connaît en voitures, Sabrina Ouazani... Ce qui est par ailleurs un stéréotype parmi tant d'autres dans le film, qui reprend en partie la bande qu'on voit dans les films comme Babysitting ou Pattaya. Les répliques et scènes similaires aux quatre films précédents se bousculent. Le personnage de la petite amie de Malik Bentalha est aussi caricatural, tout comme la policière avide de malbouffe et de nymphomanie. Je vous passe les répliques sur le vomi parce qu'une voiture de sport, Ô surprise, ça va vite... De toute façon, un film français sans effet vomi, j'ai l'impression que ça n'existe pas.

Et pourtant, on se laisse surprendre

S'il n'y a pas d'innovation notable dans le film, il y a aussi des choses à sauver. Les vingt premières minutes où l'on explique qui sont les protagonistes, leurs valeurs, qualités et défauts, sont certes lourdes... mais une fois cela passé, on finit par s'amuser. J'ai adoré les méchants, avant de comprendre qu'il s'agissait de pilotes. Des pilotes qui ne ressemblent pas vraiment à des pilotes, à la rigueur de stock-car brésilien. Mais bon, ils ont de belles voitures alors ça passe. J'ai aussi zappé les gros plans sur le compteur : ça ressemble trop à pourquoi je ne regarde plus Automoto depuis le départ de Marc Minari. Montrer, lorsqu'on touche le rupteur, un mec qui hurle... vraiment ? Bon, dans tout ça, je ne vous parle toujours pas des bons côtés. Bernard Farcy aurait pu être ringard, mais ses envolées lyriques artistiques sont géniales. Il y a de la finesse dans l'écriture de certains personnages : l'émotivité de Malik Bentalha, le rôle de Michel dans son ensemble et Edouard Montoute, toujours aussi bon... La présence de Redouane Bougheraba m'a émue parce qu'il traîne au Paname et que le grand public doit découvrir la nouvelle scène humour qui n'a plus de secret pour nous. Le bonheur de voir Ramzy apparaître dans une saga qui a marqué mon adolescence... Tous les clins d’œil ont fini par m'émouvoir moi aussi, me rappeler le bonheur d'avoir découvert les précédents opus. Les adeptes du c'était mieux avant peuvent y aller sans hésiter. Au Box Office, il y a mieux, mais ce n'est pas un raté non plus. Le genre veut peut-être ça !

Taxi 5 : quelques images pour vous donner l'eau à la bouche

Crédits photo : © John Waxxx [post_title] => On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => critique-film-taxi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:41:57 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:41:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3788 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3687 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-31 13:03:14 [post_date_gmt] => 2018-03-31 11:03:14 [post_content] =>

Depuis que je suis montée sur scène, je raconte constamment que je n'ai pas envie d'y retourner. Pour le moment. Je n'aime pas la performance, le fait de jouer, simplement l'écriture. Et j'ai tenté une autre méthode : proposer une suite au sketch d'un humoriste.

Je viens de passer une semaine nulle. A base de remise en question de qualités habituellement reconnues. Je travaillais sur un projet de conception, j'écrivais un story-board. Ce n'est pas comme les story-boards de BD ou de cinéma, c'est à des fins de formation numérique. Dans le même temps, sur le spot du rire, j'ai constamment des compliments sur mon écriture. Ce mois-ci, malgré une audience encore restreinte, vous êtes nombreux à avoir lu au moins un article sur le site. Merci à vous pour ça, c'est encourageant pour la suite !

Comedy Club thérapie

Dans ce contexte de remise en cause ma personne et mon savoir-faire, je suis allée au Paname Art Café pour soigner mes maux. J'ai de la chance : depuis que Jean-Philippe de Tinguy remonte sur scène, j'ai accès au médecin le plus efficace. Même si ce sont des blagues et que ça n'a pas l'air thérapeutique. Je vous raconterai peut-être un jour pourquoi ça l'est. Si vous me croisez et que vous me demandez les détails, sachez juste que ça peut durer 90 minutes. Il y a tout une histoire de timing, d'effet papillon, je crois que personne n'a toute l'histoire. Bref.

Quelques jours ou semaines plus tôt, j'étais dans le métro. En ce moment, il y a le concours de poésie de la RATP, et voir cette affiche m'inspire. Ça m'a fait penser à ceux qui jouent avec les mots et aux nouvelles blagues de Jean-Philippe. Il arrive à nous faire rire sur l'alphabet, et j'ai trouvé une suite potentielle. Je l'ai écrite jusqu'à arriver à ma station. Alors que je marchais du métro à chez moi, j'avais encore des idées qui venaient et je riais toute seule sur le chemin. J'ai dû ressortir mon téléphone deux ou trois fois pour ne rien perdre de tout ça. Et j'ai laissé ce moment d'écriture de côté, j'attendais le bon moment pour lui proposer. En sachant aussi qu'il n'y aurait peut-être pas de bon moment.

Les 3 phases d'un plateau

Quand je vais à un plateau, il y a 3 temps :

  1. j'arrive dans le plateau et je cherche les têtes familières ;
  2. j'assiste au spectacle ;
  3. je parle quelques minutes avec les artistes que je connais.

Ce mardi-là n'était pas comme les autres. J'étais en retard. La faute à plusieurs facteurs : le métro avait un problème, j'ai découvert Ammoniacal... via Jean-Philippe et le plateau était assez tôt : 20 heures. Je suis plus habituée au 33 Comedy à 20h30, c'était un peu plus serré. Par conséquent, la première phase était plus courte. Je remercie quand même les serveurs du Paname qui connaissent par cœur ma commande : un jus de banane. En fait, j'ai une superstition : j'ingurgite une banane (ou du jus de banane, mais ça marche moins bien) chaque jour où Jean-Philippe joue quelque part. Vous imaginiez si je n'aimais pas ça ?... Un jour, j'ai fait un combo aubergine, banane et yaourt à la fraise de Plougastel. Les connaisseurs savent qu'il manquait le Kinder Bueno, mais ça fait beaucoup de sucre.

Avant l’écriture, le brouillon : une mauvaise blague m'envoie dans le décor

Le spectacle se passe bien, je n'ai pas trop l'habitude de parler aux autres humoristes mais j'apprécie leur humour. Pour tout vous dire, j'ai oublié qui jouait, il y avait peut-être Nick Mukoko à la présentation... Je prépare ma contribution au chapeau, et Jean-Philippe est dos à la cuisine du Paname, face aux gens qui sortent un par un de la cave du Paname. Et là, il me demande :

Ça roule ?

A ce moment précis, mon instinct prend le contrôle. Je m'apprête à dire la pire réponse que l'on puisse imaginer : en fait, j'ai pas de pneus, alors... En le disant, je me suis dit que c'était un terrain glissant. J'étais vraiment mortifiée de ma réponse, indigne du spectacle que je venais de voir. Il constate que l'écriture du spectacle va bon train, et je lui dis que je n'ai pas écrit une ligne en bougonnant.

Help yourself: un podcast pour cerner l'écriture de sketches

[audio src="http://media.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/s/content.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/YAPDP_26.mp3" /]

Voir sur le web - Podcast | Hadrien et Mathieu

Faire oublier la blague, vite

C'est à la fois une réponse non engageante et un pur mensonge. Je pars du Paname assez penaude, en me disant qu'il faut rectifier le tir. Je lui envoie un message bizarre, comme j'en ai l'habitude, dans lequel je confesse le mensonge et j'essaie d'analyser pourquoi j'ai menti. Un psy aurait adoré voir le côté tortueux. Mais ce qui est important, c'est que je me suis créé l'opportunité de parler de ce que j'ai écrit pour son sketch à lui.

Et comme je le connais un peu, je sais qu'il faut deux choses :

  • conserver du mystère autour du contenu plutôt que le dévoiler ;
  • ajouter la notion d'amusement et faire comme si j'avais pris cet exercice d'écriture à la légère, que c'est trois fois rien.

Bref, un savant mélange entre vulnérabilité, malice et génie. Dans le même temps, j'ai publié sur Facebook la blague avec les pneus. Le lendemain, je me réveille et je découvre la réaction de tous les comiques. On ne vit pas sur le même fuseau horaire, je suis une mamie qui se couche souvent à 22 heures. Pour une fois que j'évite le 0 like, je jubile un peu. Et Certe Mathurin me complimente sur mon écriture sur un autre contenu.

Adapter l'idée, l'écriture de l'autre à sa propre interprétation

Pendant ce temps, Jean-Philippe a mordu à l'hameçon et je lui balance le texte. J'y crois un peu, tout de même, mais j'entre dans une phase angoissante où j'espère ne pas avoir pondu de la semoule. C'est quand même difficile dans le monde dans lequel on vit. Je veux dire, ça n'a pas l'air très naturel comme méthode de ponte. Je m'enfonce ? Allez, on enchaîne !

Le mercredi soir, quelques heures après avoir pris connaissance du texte, il a tenté quelque chose. Je ne pouvais pas être là parce que j'étais au spectacle de Florent Mathey, une expérience particulière. Mais Jean-Philippe m'a dit qu'il me dirait comment ça s'est passé. Evidemment, c'est moi qui l'ai relancé en milieu de matinée le jeudi matin. Je ne pouvais pas rester dans un tel suspense, comprenez-moi !

Quand la magie opère…

Il m'envoie l'extrait audio, et là, j'ai compris un peu mieux encore le talent des humoristes. Ils savent vraiment adapter les idées à leur univers. Il reste l'idée de base, mais il a réécrit tous les exemples et a étiré mon idée de fin. J'avais écrit ce que je pensais être une chute ou une transition, en disant que ce que je venais d'écrire, ce n'était pas facile. Il l'a changé en un passage sur le travail et a développé d'autres idées avec du jus (suite à un passage sur une banane... Je jubilais). Tout cela sur une phrase qui me paraissait complètement anodine. Chapeau l'artiste. J'espère que le public du mercredi soir a été généreux en chapeau, d'ailleurs.

Un spectateur inspecte l'acteur*

Vendredi soir, Jean-Philippe est programmé à 19 heures. Je ne rate pas l'occasion de voir le résultat. Horaire plus compliqué, la salle n'affiche pas complet. Or, ça marche encore, et ça lui a donné envie de creuser d'autres trucs. Je lui dis que j'ai justement une idée. Quelques minutes plus tard, je le recroise, il ne comprend pas. Il pensait que je lui renverrai un texte, alors que là, je n'avais juste qu'une interprétation basique du rêve dont il parle sur scène.

C'est plus difficile pour moi de développer une idée qui parle de lui : ça me semble encore étrange de parler pour quelqu'un d'autre. Les vannes que j'ai initiées n'étaient pas dans l'introspection. J'ai l'impression que les auteurs commencent toujours par une discussion, prennent le temps. Donc, il faudrait prendre le temps de le faire...

Quand j'aurai l'occasion, j'aimerais bien tenter le coup, voir ce que je peux apporter. Il y a des volontaires parmi les comiques ?

*Ceci est le titre d'un des sketches du spectacle Eric Ké Ramzy. Je vous le conseille : Ramzy, membre du public, essaie de prendre le micro d'Eric qui joue un stand-upper raciste. Une parodie brillante qui est malheureusement méconnue.

Crédit photo : © Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange. [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coauteur-vanne-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:26:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:26:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3687 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3625 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-14 17:18:43 [post_date_gmt] => 2018-03-14 16:18:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Avant de lancer Le spot du rire, j'avais déjà un avis tranché sur l'humour. Mon combat d'enfant et d'adolescente aura été d'essayer de convaincre mon entourage : « Non, Éric et Ramzy ne sont pas des débiles profonds ! » Autant vous dire que j'ai ramé. Je voulais partager avec vous une archive que j'ai écrite quand j'avais 20 ans. Parce qu'à cet âge, tu es foufou, tu prends encore moins de distance qu'à ton âge actuel et tu évolues sur le fil du rasoir de tes émotions. Enfin, je crois. Bonne lecture !

Éric et Ramzy : génies de l’humour

Septembre 2, 2011 par Juliette A l’occasion du démarrage de la série Platane lundi prochain, je souhaitais aborder un sujet qui me tient à cœur, à savoir Éric et Ramzy. J’ai rencontré beaucoup de gens qui ne comprenaient pas la quintessence de leur humour, biaisés par des préjugés. J’ai lu des tas de descriptions de ces artistes (car oui, c’est le mot qui convient pour les désigner) où du vocabulaire péjoratif se retrouvait là, en guise de descriptif de leur humour. Il y avait l’humour « niais », l’humour « pipi-caca », les « crétineries » (celui-là rencontre une forte popularité). Mais j’estime qu’il est très complexe d’arriver à leur niveau comique. J’ai naturellement une préférence dans le duo comique, et mon choix se tourne vers Éric Judor. Cet homme manie l’autodérision comme personne, et pour avoir essayé de le faire, il y a toujours un moment où l’on ne supporte plus de se faire vanner. Mais lui, il y arrive. Il en joue dans tous ses spectacles, films, mêmes dessins animés ; en somme, vraiment tout ce qu’il fait. Et j’identifie cela comme une véritable prouesse très risquée. La preuve, dans les descriptions que j’évoquais plus haut, lorsqu’on lit celles destinées à Ramzy seul, on a l’impression que les gens l’estiment davantage qu’Éric et qu’ils voient en ce dernier un fardeau pour Ramzy. Sans lui, en d’autres termes, il aurait pu avoir une belle carrière.

Mais c’est sans compter leur duo comique.

Ils peuvent fonctionner seuls comme en duo. Pourtant, pourquoi les gens s’obstinent-ils à vouloir les séparer ? Leur amitié nourrit leurs projets et leur a permis de se faire connaître. Je terminerai cet article sur une note un peu plus positive pour la critique (quoi que) : celle-ci est en train d’encenser Platane, le nouveau bébé d’Éric Judor. Et ce avant même que le grand public ait vu les premiers épisodes. Oui, Platane est prometteur. Mais comme le souligne souvent le duo, le public constitue leur véritable test. C’est pour eux qu’ils osent affronter tous les genres, quitte à en dérouter certains, mais quitte à en séduire d’autres. Le public d’Éric et Ramzy n’est ni abruti, ni analphabète. Il constitue un panel diversifié, et le duo comique a bien fait d’aller fouiller dans tous les genres. Peut-être qu’il constitue un duo audacieux, qui veut faire tomber les frontières comiques en apportant quelque chose de méconnu. On aurait tort de les brider, ou pire de les cataloguer. Éric et Ramzy, c’est un style comique bien défini qui se lance dans une multitude de projets divers et variés. Le risque de décevoir fait partie de leur métier, et leur grandeur comique les pousse à le titiller pour en tirer, au final, le meilleur. Platane sera diffusé dès le 5 septembre en prime time sur Canal +. Si comme moi, vous n’êtes pas abonné, le DVD sortira fin septembre.

Le mot de la fin

Regardez Platane. Et les autres créations du duo comique qui a marqué mon enfance.

Crédits photo

Capture d'écran Facebook : bande-annonce du film La tour 2 contrôle infernale.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_KVDDXT5gYk" title="Éric Judor, Gogol ou Auteur ? (CulturePorn)"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avis-eric-ramzy-platane [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:21:54 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:21:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 3559 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-01 14:00:06 [post_date_gmt] => 2018-03-01 13:00:06 [post_content] => Juste après être montée sur scène, mon discours était unanime : je n'y retournerai pas. Or, je suis désormais détentrice d'un abonnement Netflix et d'une liste de spectacles américains en attente de visionnage. Et puis, il y a le retour à la réalité qui te visse bien au sol. Soudain, l'envie de s'exprimer te sectionne de l'intérieur.

Le stand-up et la vie réelle

Quand je vous ai raconté mon passage, j'ai omis un point. La perception de mon entourage et des humoristes stand-up. Les humoristes m'encourageaient à continuer et soulignaient les points positifs. Les autres étaient focalisés sur les défauts. Tu parles trop vite, on ne comprend pas tout, arrête de trembler, etc. Mais surtout, on veut te revoir sur scène, reviens vite. Le truc, c'est que chaque groupe veut dire la même chose : c'est en faisant qu'on apprend et qu'on progresse. Simplement, la manière est complètement différente et je sais exactement pourquoi. La scène peut t'apprendre l'humilité. Par ailleurs, quand on monte sur scène, c'est qu'on a appris à observer, explorer les situations. La différence entre les gens de la vie réelle et les stand-uppers semble donc être leur sens de l'observation. Justement, ce sens de l'observation va dicter leur philosophie de vie.

Tout n'est pas tout blanc ou tout noir

Plein de gens (détracteurs) pensent que les artistes sont des gauchistes, formés du même moule uniforme et progressistes par défaut. Il m'est arrivé un truc drôle en découvrant vraiment ce monde : j'ai vu que ces gens étaient bien plus riches de leurs différences et qu'ils voyaient le monde autrement. Alors que mon entourage est plus sur un réglage bichromique. C'est pour cela que ce monde du stand-up est si riche et passionnant. Observer, c'est développer son sens de l'empathie. Je ne dis pas que tous les artistes en sont dotés ou que tous les Moldus du rire en sont dépourvus. Tout ce que je sais, c'est que lorsque je suis avec des humoristes et avec des connaissances, le plaisir d'être là est très, très différent.

Retour sur terre

Je ne sais pas s'il s'agit d'une période de lune de miel, parce que cela fait 2 ans que ce monde fait partie intégrante de ma vie. Récemment, je me suis retrouvée dans une soirée avec une majorité d'artistes. D'habitude, ce sont plus des gens qui bossent dans l'informatique. Dans cette soirée, j'ai rencontré une fille qui a dit qu'il fallait que je garde ma singularité, parce qu'elle la trouvait cool et que ce n'était pas donné à tout le monde. Ok, c'est un peu lune de miel comme discours. Avec les cracheurs de code, l'ambiance est différente. Je vous passe les détails, mais à un moment donné la discussion dérive sur un rêve dans lequel j'apparais sans trop de vêtements, et heureusement que je n'ai pas l'image. Bref, j'aurais certainement beaucoup à dire si je faisais ce que m'a dit Lenny. A savoir : pousser mon sketch sur mes difficultés relationnelles avec les chats, le ski et les êtres humains que je viens de rencontrer.

Envie de parler et inspirations

Je parle en permanence du film Hibou, parfois dans le vide. Ce film, c'était le pire démarrage au cinéma en 2017 : tout le monde est passé à côté. Fait intéressant : le personnage principal, Ramzy, est tellement invisible qu'il en vient à mettre un costume de hibou pour tenter de se faire remarquer. Faire du stand-up, c'est exactement la même chose. C'est traverser la vie en voyant que les gens ne t'écoutent pas ou ne te comprennent pas, parce que tu n'es pas comme eux. Il arrive un point où tu te réveilles (souvent après une rupture amoureuse ou une dépression, ou les deux...) et tu te dis que ce n'est pas aux autres de raconter ton histoire. Donc, tu prends le micro. Tu reprends le contrôle du récit. Après ce passage au 33 Comedy, j'ai vécu plusieurs situations nulles où l'envie de parler s'est faite ressentir. Mon entourage du monde de l'informatique m'a dit qu'il n'avait pas le temps, était injoignable, m'a posé un lapin sous la neige. Alors, j'ai pris un abonnement Netflix pour me plonger encore plus dans le monde du stand-up. J'ai finalement reconsidéré l'idée de remonter sur scène. En plus, j'ai vu quelqu'un qui débarquait sur scène avec des blagues très datées en me disant que j'avais peut-être un peu plus ma place que lui. Est-ce pour moi ? Rien n'est moins sûr. Mais, quand tu ignores la réponse, seuls le voyage et l'apprentissage te permettent de le découvrir. [post_title] => Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix) [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-scene-netflix [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 2519 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-28 19:58:50 [post_date_gmt] => 2017-08-28 17:58:50 [post_content] => Les mauvaises critiques font mal à lire pour les artistes et le public qui a aimé le spectacle. Enquête sur un phénomène encore trop répandu. Il arrive que certaines personnes se rendent à un spectacle. Ils s'assoient plus ou moins confortablement, puis repartent chez eux. En fonction de leur humeur et de leur compagnie, ils peuvent enchaîner en grimpant sur leur partenaire, et un roupillon plus tard, ils s'agrippent à leur téléphone portable. Hop : une nouvelle notification apparaît. C'est l'heure de critiquer le spectacle. Pendant ce laps de temps, tout peut se passer dans la tête de Mireille (le prénom, le sexe, le code génétique et l'espèce ont été changés). Mireille Grognon, comme Franklin la tortue, sait compter 2 par 2, lacer ses chaussures, et a vaguement appris à lire et écrire il y a un demi-siècle. Son usage approximatif des nouvelles technologies lui permet de l'ouvrir avec un pseudonyme bien camouflé, MireilleLaGrozeille. Faisons le point sur le profilage de Mireille. Ses gros doigts tremblent sur un clavier déjà moite d'écrits inutiles sur le rôle des courgettes dans son dernier régime raté, mais Mireille se sent forte pour la première fois de sa vie. Elle va dégainer du verbe et descendre un parfait inconnu, sous prétexte qu'il ne lui a pas fait suffisamment oublier ses errances personnelles. Là, le couperet tombe :
Je me suis endormie C'était tellement long que j'ai vu ma vie défiler. Artiste surcoté, même Kev Adams ferait mieux. On se demande ce que les programmateurs ont fumé pour faire jouer ce péquenot-là.
Mireille pratique, comme nombre de ses semblables, le Kev Adams bashing. Ce sport est désormais plus populaire encore que la zumba. La distanciation nulle que Mireille est capable de prendre avec le monde qui l'entoure l'a naturellement conduite à le pratiquer.

La reine des mauvaises critiques : qui est Mireille ?

Il existe de nombreuses Mireille (ou Jean-Yves) dans le monde du spectacle vivant. Décortiquons ensemble les profils de mauvais critiqueurs. Élaborons des solutions pour passer à autre chose.

Celui qui veut imposer son sens de l'analyse

Après avoir écumé les fauteuils des scènes parisiennes, notre fan d'humour du dimanche commence à avoir une vision claire de qui fait quoi en matière d'humour. À un moment, Jean-Yves a perdu sa joie de vivre, sa candeur de rire. Il a commencé à côtoyer des humoristes moyennement connus, a peut-être sympathisé avec certains, aussi. Aujourd'hui, Jean-Yves n'est plus un spectateur comme les autres. Il se fait mousser, on l'écoute vaguement car il est toujours dans le coin. Il doit donc affûter son sens de la critique ; une manière un peu balourde de faire est d'accentuer la déception et cracher son venin comme il convient. Le membre du jury de The Voice Stand-Up est chaud patate (pas comme le spectacle de Norbert de Top Chef, qu'il a naturellement adoré car Norbert passe à la télévision publique nationale). Il est en roue libre, en confiance totale devant son statut autoproclamé de leader d'opinion. Que faire pour satisfaire Jean-Yves et réduire votre pourcentage de mauvaises critiques ? Dire que vous êtes d'accord avec son analyse après le spectacle et avant qu'il ne retrouve une connexion internet. Lui proposer de vous donner un conseil que vous oublierez aussitôt, sauf le jour où il décide de revenir vous voir.

Celui qui a vu sa copine draguée par l'humoriste

Attention : guerre territoriale en cours. Le mâle alpha de la salle, faisant fi du quatrième mur, s'est amusé avec un couple. Madame a un peu trop ri et monsieur a eu la haine. Le soir-même, après le spectacle, il a joué à guichet fermé son seul-en-scène maison, C'est qui le patron. Toujours un peu remonté, il a ensuite voulu se venger par clavier interposé avec un pseudo toujours aussi prévisible : Rocco le chien fou. Peu de choses à dire sur Rocco, à part une pensée pour les humoristes qui sont les sous-traitants des préliminaires du XXIe siècle. La prochaine fois, Rocco, n'oublie pas cela avant d'opérer une bifle sur ton clavier. Tu économiseras ton engin pour ton passage en scène ouverte sur l'hélicoptère. Pour éviter les mauvaises critiques, faites en sorte que Rocco soit trouvé sublime par sa partenaire, ou qu'elle soit très douée au lit. Vous pourrez ainsi éviter de passer un sale quart d'heure sur les sites de critiques.

Celui qui n'assume pas d'avoir oublié de se renseigner

L'humour, c'est subjectif. Avec tous les styles existants, il devient important de lire les descriptions de spectacle avant de faire un choix, surtout si l'on est radin. Le spectateur déçu n'aime pas les mauvaises surprises, l'imprévu, la prise de risque. Il a confondu Kevin Razy avec Ramzy, alors forcément, il n'a pas retrouvé les grands bras maigres de Gennevilliers. Se tromper, ça arrive à tout le monde. Il est temps d'assumer et non plus de balancer sa frustration sur un site de critiques. Une nouvelle fois, pas grand-chose à faire pour vous en sortir. L'ego de cette personne a été profondément touché. La blessure n'étant pas superficielle, laissez passer la tornade des mauvaises critiques.

Celui qui rate un match de foot

Voilà, la coupe est pleine : Jean-Yves n'a pas entendu The Final Countdown, signe des derniers moments d'attente avant le derby Nancy-Metz. Sa femme Brigitte voulait absolument voir Gaspard Proust, et il la soupçonne de fantasmer un peu. Jean-Yves est encore plus au bout de sa vie que Rocco le chien fou. Donc, n'espérez pas une critique indulgente. En plus, si vous arrivez à vous le mettre dans la poche, Brigitte pourrait le prendre mal. Vous êtes foutu.

La morale de l'histoire : comment faire fi des mauvaises critiques ?

Mireille et Jean-Yves ont raté leur vie, tandis qu'ils aperçoivent un humoriste faire le mariole sur scène. Piqués au vif par cette liberté d'entreprendre un spectacle comique, ils en perdent leur sang-froid. La mauvaise critique, c'est au fond le ricochet de leur frustration d'êtres humains moyennement satisfaits de leur condition. On a tendance à davantage considérer les critiques négatives que les positives. Rien de plus normal : les gens viennent en général pour rire, se détendre, passer un bon moment. Ils n'ont a priori pas envie d'incarner un chien fou frustré une fois rentrés dans le cagibi qui leur sert de lieu de vie. La quantité de critiques positives est telle qu'on ne les dissocie plus vraiment, sauf s'il y a un trait d'humour dedans. Cela ressemble vaguement à une déferlante de Beliebers, ces fans de Justin Bieber qui semblent avoir perdu la raison face à leur idole (C'est juste une phase, ok ?!). Attention, si vous cliquez sur le lien, préparez-vous à avoir mal aux yeux. Parmi les critiques positives, on trouve même des ultras qui ont critiqué plusieurs fois le spectacle malgré l'interdiction formelle de le faire (astuce : c'est techniquement possible dès qu'il y a un changement de salle, je pose ça là). Or, quand une critique positive est émise, il faut y inclure 10 fois plus de force et de puissance émotionnelle pour compenser une mauvaise critique. Le fanatique finit en PLS/burn-out assez rapidement face à la connerie humaine. Si cela peut aider à relativiser, le spot du rire aura essayé. Oui, vous avez le droit de vous plaindre si vous voyez une critique négative sur le site, car ce n'est pas dans l'ADN du spot ! [post_title] => Les mauvaises critiques : enquête sur un phénomène galopant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaises-critiques-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:27:43 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:27:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2519 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1774 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-13 10:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-13 08:00:00 [post_content] => Le spot du rire vous propose de redécouvrir des archives radio d'Eric Judor et Ramzy Bedia, les génies de l'humour absurde. L'occasion de redécouvrir le cœur de leur humour, parfois bien moins infantile qu'ils voulaient nous le faire croire.

The Eric et Ramzy Show : la libre antenne revisitée

C'était il y a 20 ans. Eric et Ramzy prenaient le contrôle d'une émission sur Fun Radio : The Eric et Ramzy Show. De David Charvet en passant par Roméo Sarfati et la motocrotte d'Olivier Jacque, ils ne s'interdisaient rien. La libre antenne les guidaient vers un absurde absolu, sous l’œil bienveillant du dieu de l'absurde, Absurdos. Profitez des archives radio d'Eric et Ramzy sur Fun Radio tant qu'il est encore temps ! Pour les plus téméraires, d'autres archives radio sont disponibles par ici. Quelqu'un a même compilé 20 heures des émissions sur Fun Radio depuis ses cassettes audio de l'époque.

Le Zyva Show, sur NRJ

Retour sur les ondes en 2002, avec la grosse voix de la radio NRJ qui faisait les jingles. J'ai passé mon adolescence à écouter et réécouter ces émissions sans fin. C'est dans ces émissions que, à mon sens, la meilleure improvisation de Ramzy demeure. Lorsqu'Eric lui demandait de rebondir sur sa vanne, il déplorait l'absence de trampoline dans l'équation. ROFL, comme disent les ados anglophones. Ça veut dire à se rouler par terre. Le tout était saupoudré de la musique pop absolument immonde de l'époque. Cela donne un côté carte postale qui portait leurs railleries sur l'industrie musicale d'alors.

Réécoutez la toute première émission du Zyva Show

[audio src="http://zyvalabo.gehmu.com/download/Le%20Zyva%20Show%20-%2020021012%20-%20Emission%20du%2012.10.2002.mp3" /]

Eric et Ramzy Online : le jour où j'ai failli faire une syncope

Vous connaissiez le site Ericetramzy.fr.st ? Moi, je le consommais sans modération, c'était ma bible. Un jour, l'adresse n'était plus accessible. Le drame. Un drame à mettre en perspective sur ce qui se passe dans le monde, mais quand même. Bon, la bonne nouvelle, c'est que la bible des 2 fans d'Eric et Ramzy, des mecs qui s'appellent Flo et Dan et que je ne connais ni d'Eve ni d'Adam, n'est pas morte. Certes, il manque des images ici et là, mais ça donne un petit côté boîte surprise non négligeable. On se retrouve à naviguer sur un site fantôme dans lequel regorgent des perles précieuses d'humour no limit. On y retrouve des interviews, une biographie de chaque membre du duo, des informations sur les spectacles et passages télé du duo... bref tout ce qui faisait le charme de l'internet d'avant, celui qui est cher à Edward Snowden.

Retrouvez l’improvisation du duo chez Michel Drucker

[audio src="http://flo57.free.fr/pageweb/tele/impro.mp3" /]

Quand Radio Nova ressort des archives à son tour

On y ajoute Omar Sy et Jamel Debbouze. La scène se passe en 1998, une période de liesse si vous voulez l'avis de Louis Dubourg. Une demi-heure de folie à quatre, une orgie de rire qui s'écoute sans fin. Avec ça, vous êtes occupé jusqu'à la fin de l'année. Ne me remerciez pas. [post_title] => Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retro-spot-3-eric-ramzy-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:24:20 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1774 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 8 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 8 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => df292557e50dd94d71b7a3d212271f91 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Ramzy Bedia

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Taxi 5 : le nouveau duo Franck Gastambide et Malik Bentalha

On a vu le film Taxi 5, et on a évité le délit de fuite

Écriture : Jean Philippe de Tinguy au One More Joke

J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange.

Éric et Ramzy au cinéma

Retro spot #6 - Ce que j'écrivais sur Éric et Ramzy à 20 ans

Chelsea Peretti sur Netflix

Monter sur scène : ce qu'il se passe après (Netflix)

Mauvaises critiques des spectacles humour : photo d'illustration spectatrice en colère

Les mauvaises critiques : enquête sur un phénomène galopant

Image d'illustration : archives radio

Retro spot #3 - Quand Eric et Ramzy pétaradaient la radio