Publications liées au mot-clé : Alexandra Pizzagali

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => alexandra-pizzagali
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 269
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexandra-pizzagali
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 269
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => alexandra-pizzagali
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 269
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexandra-pizzagali
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 269
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 269
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 269
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => alexandra-pizzagali
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 269
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (269) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (269) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (269)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010193
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-15 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6718 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 10:00:51 [post_date_gmt] => 2019-09-12 08:00:51 [post_content] =>

C’est dans la tête d’Alexandra Pizzagali que son spectacle est né. La comédienne a construit son heure d’une traite. Un peu à la manière d’Alexandre Astier, elle a ainsi construit seule une base solide pour atteindre ses premiers succès.

C’est dans la tête : depuis le Kibélé, tant de chemin parcouru !

Suivre Alexandra Pizzagali a toujours une saveur particulière pour moi. Mis à part son passage à Kandidator, j’ai suivi ses débuts, du rodage au Kibélé jusqu’à aujourd’hui. Comme pour Clément K, je la vois moins souvent aujourd’hui mais je garde un œil sur ses nombreuses dates.

Elle est vraiment un talent à part : quand on la voit évoluer sur scène, on sait qu’elle est au bon endroit. En plateau d’humour, elle apporte un personnage que vous découvrez dans son heure complète. Cela l’a parfois desservie, car malheureusement certaines personnes qui commentent sur les réseaux sociaux ne cherchent pas à comprendre ce dont il est question.

C’est aussi la rançon du succès, puisqu’Alexandra a fait un tabac avec son sketch sur les femmes enceintes. Le fameux sketch des millions de vues n’est en effet qu’un petit extrait de ce qu’elle propose. Ce qui lui ouvre des portes de nombreux festivals, comme Concarneau en octobre prochain

Avez-vous déjà été au cinéma pour regarder un film de la minute 25 à la minute 38 ? Non, ce serait absurde ! Hors contexte, vous ne comprendriez donc rien. Eh bien pourtant, c’est ce que vous faites quand vous la regardez sur le web.

Il est temps de rectifier le tir et de découvrir C’est dans la tête en intégralité. Sinon, vous passez à côté du phénomène ! Qu’attendez-vous ? Ça va se remplir vite… Et si vous ne me croyez pas, faites donc confiance à Claire Chazal !

Infos pratiques

Quand ?Les vendredis et samedis à 21h30, le dimanche à 19 h jusqu’au 05/01/20 (Paris)
Où ?Théâtre du Marais (Paris / Arts et Métiers)
En tournée dans plusieurs villes de France
TarifÀ partir de 12,50 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête… d’affiche ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cest-dans-la-tete-alexandra-pizzagali-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-21 11:25:23 [post_modified_gmt] => 2019-08-21 09:25:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6718 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6171 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 14:57:23 [post_date_gmt] => 2019-04-21 12:57:23 [post_content] =>

Comme Alexandra Pizzagali, Tahnee rode au Kibélé lorsque je l'érige en découverte humour. Pour autant, je connais déjà sa valeur depuis plusieurs mois. Il était donc temps de vous la présenter formellement !

Tahnee : une confirmation plus qu'une découverte

Ce qui m'a fait basculer, c'est de la revoir au plateau Comédie Paradiso. Quand je me réjouis d'avance de voir une humoriste sur scène, c'est qu'elle a déjà gagné la moitié de la bataille. Pour conclure, il faut ensuite assurer, montrer de la singularité et donner envie de l'écouter. Tahnee a ainsi réuni tous ces points sans difficulté.

Tout d'abord, son stand-up est très fluide : elle m'a toujours semblé à l'aise. C'est vraiment l'une des figures que tu as envie de revoir sur scène. Un peu comme Marie Desroles, elle partage un enthousiasme communicatif. Elle fait passer des messages sans assommer pour autant l'auditoire. C'est cette légèreté, et une certaine finesse dans la performance, qui me fait l'apprécier sans difficulté.

Son côté virtuose de la blague va certainement vous conquérir à l'avenir, quand elle sera davantage connue. Pour l'heure, elle joue déjà un peu partout et elle apparaît même dans des podcasts à succès avec Shirley Souagnon. Bonus caché, elle a une belle plume qu'elle aiguise dans des billets bien pensés !

Comme Alexandra Pizzagali, Tahnee était l'invitée des Témoins d'Outremer

Première rencontre

Je me remémore la première fois que j'ai vu Tahnee. Ce n'était pas n'importe où : au plateau Dimanche Marrant ! Cela lui fait un point commun avec Roman Doduik, que j'avais vu traverser la salle pour aller fumer sur la terrasse de la Brasserie Barbès avec les yeux écarquillés.

Ce genre d'artiste me fait généralement forte impression. J'espère que ce n'est pas à cause des cheveux, qu'ils utilisent tous deux pour faire une ou deux blagues. Ça désamorce tout de suite les sujets superficiels des premières rencontres. Quand on passe au-delà de cette couche d'apparence, on découvre de quoi avoir envie de profondément les admirer.

J'espère donc que cette impression sera communicative, et je vous invite très fortement à suivre Tahnee sur sa page Facebook pour connaître ses actualités !

[post_title] => La découverte du mois - Avril 2019 - Tahnee [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-tahnee [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:51:15 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:51:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6171 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5470 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 20:34:52 [post_date_gmt] => 2019-01-01 19:34:52 [post_content] =>

Comme l'an passé, les professionnels de l'humour se mettent en marche pour dénicher les jeunes talents du rire. Depuis novembre, ils s'activent pour mettre en lumière ces futures pépites lors des Best de l'Humour 2.

Les Best de l'Humour récidivent donc après une première un peu longue mais très enrichissante. J'avais vécu cette soirée avec beaucoup de passion. Par exemple, j'avais fortement réagi en voyant que Nicolas Fabié ne figurait pas parmi les sélectionnés, oubliant un peu l'essentiel.

Best de l'Humour 2 : une antichambre du rire qui en veut

Pour avoir vu la plupart des finalistes de l'époque, le résultat était finalement homogène et j'ai fini par être agréablement surprise par des humoristes comme Farah et Jessica Anneet. D'autres, comme Alexandra Pizzagali et Bruno Peki, ont immédiatement su me plaire.

Les sélections sont encore en cours et vous avez la possibilité d'y assister à Paris les 10 et 14 janvier au Théâtre du Marais. Quant à la grande finale, elle aura lieu à l'Alhambra le 29 janvier.

Le calendrier est plus clément pour les Best de l'Humour 2, car la soirée découvertes du Festival d'Humour de Paris a lieu cette année le 26 février. Je le précise car la puissance d'un Jean-Marc Dumontet et d'une Antoinette Colin (Le Point Virgule et leur razzia récente de théâtres montre leur influence dans le game...) aurait pu vous détourner d'une soirée avec des moyens réduits sur la même semaine.

Notre conseil : ne manquez pas ces présélections, les jeunes artistes ont besoin de votre soutien ! Sait-on jamais, certains feront peut-être l'Olympia ou l'un des gros théâtres de Jean-Marc Dumontet d'ici 5 à 10 ans... En plus, le spectacle sera un peu moins long que la grande finale ;)

Crédits photo

© Les Best de l'Humour. La photo remonte aux présélections de la première édition à Nantes, dans un lieu emblématique de l'humour. Si vous souhaitez faire un tour de France du stand-up, c'est au West Side Comedy Club que vous devez vous rendre en priorité ! Et oui, vous y reconnaissez peut-être Nicolas Fabié, que je n'ai pas oublié depuis l'an dernier...

[post_title] => Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2-selections-finale [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:05 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4458 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-25 15:59:59 [post_date_gmt] => 2018-06-25 13:59:59 [post_content] => Chaque année en juillet au Festival d'Avignon, des humoristes s'endettent pour vous faire rire. Ils affrontent le cagnard de la cuvette d'Avignon et tentent leur chance. Voici notre sélection des spectacles humour pour cette édition 2018 du festival off !

Festival d'Avignon 2018 : les incontournables

Dans cette liste, vous trouverez des humoristes originaux à voir au Festival d'Avignon. Des plus confirmés aux moins connus, on est ainsi quasiment sûr que vous allez passer un bon moment avec eux !

Laura Laune : entre grâce et humour noir

La gagnante de la France a un incroyable talent cartonne partout où elle passe. Son humour acéré ne laisse personne indifférent. Soit on aime, soit on déteste. Laura Laune a donc le mérite d'aller au bout des choses. Si vous aimez les têtes d'affiche, vous vous ruerez là-bas !

David Desclos : prisonnier repenti

David Desclos propose un spectacle original. Ecroué de rire retrace le destin d'un homme pas banal. Passé par la case prison, il se livre avec émotion. Le public le découvre donc souvent par hasard et sort régulièrement conquis. Tentez l'expérience !

Marina Cars : pointure du rire en rodage

Marina Cars prépare un nouveau spectacle qu'elle rodera en Avignon. Très expérimentée, l'habituée des comedy clubs travaille d'arrache-pied depuis plusieurs mois pour être prête. Elle risque de vous faire rire.

Noir : une expérience intimiste avec 4 humoristes

Noir est un plateau d'humour pas comme les autres. Et pour cause : la salle est plongée dans le noir ! Après une longue journée sous le soleil estival, cela risque donc d'être dépaysant. Il y aura Baptiste Lecaplain, Pierre-Emmanuel Barré (également en spectacle), Navo (coauteur de Kyan Khojandi...) et Yacine Belhousse. Ce spectacle est proposé du 11 au 14 juillet.

Didou : bonne humeur de rigueur !

Didou est un humoriste généreux et survolté. Je l'ai déjà vu plusieurs fois au Trempoint, où sa bonne humeur contaminait le public. Embarquée dans son univers, je ne peux donc que vous le conseiller pour cet été !

Roman Doduik prend sa revanche

Avec son spectacle La revanche des crevettes, Roman Doduik propose un spectacle bourré d'autodérision et très original. Il l'a d'ailleurs longuement joué à Paris, puis Lyon... le périple continue donc en Avignon pour ce jeune humoriste !

Best Off : le plateau d'humour de la nouvelle scène

Chaque année, Avignon accueille un plateau d'humour. On y retrouve certains acteurs du Cactus Comedy, mais pas seulement. Certains humoristes non programmés en spectacle peuvent ainsi faire leur première expérience dans ce lieu emblématique. Vous pourrez dire que vous les avez découverts avant tout le monde !

Laura Elko : virtuose du rire

Une voix étonnante, une artiste touchante. Laura Elko propose quelque chose de vraiment originale. Je l'avais découverte au Festival d'Humour de Paris 2017. Trop atypique pour être récompensée, elle avait toute sa place. Laissez-vous tenter !

Chris Esquerre : l'absurde a ses lettres de noblesse

Les 8 et 9 juillet, Chris Esquerre jouera son spectacle en Avignon. L'humoriste est habitué à se greffer aux festivals. Il l'avait déjà fait aux Fous Rires de Bordeaux avec un réel succès. Ne manquez pas cette nouvelle occasion de rire en décalé !

Alexandra Pizzagali : l'étoile montante de l'humour

Il y a un an, elle dévoilait timidement ses premières créations. L'humoriste est aussi une comédienne hors-pair dotée d'une plume admirable. Laissez-vous envoûter par ce spectacle qui séduit le public et les professionnels de l'humour ! Une seule date est prévue le 23 juillet à 22 heures ; ne manquez pas cette occasion !

Félix Radu : mieux que le nouveau Devos

Entre le charme des mots d'antan et la modernité de son jeune âge, Félix Radu sera au festival d'Avignon cette année. Le jeune humoriste namurois conquiert ainsi les salles depuis quelques années. Très précoce, il a commencé à écrire son spectacle dès 15 ans et l'a parfait en même temps qu'il prenait de l'expérience dans la vie. Qu'il parle du temps, de la mort ou de l'amour, il fouille dans les thématiques pour en tirer un beau moment de poésie. S'il n'y en a qu'un à découvrir au Festival d'Avignon, c'est bien lui !

Tatiana Djordjevic : entre cours d'histoire, absurde et questionnements

C'est l'une de mes découvertes de l'année. Tatiana Djordjevic travaille avec François Rollin pour proposer un spectacle... différent ! On vous en avait déjà parlé, d'ailleurs lors de ses dates au Théâtre du Marais. Il s'agit donc d'un spectacle ni complètement intellectuel, ni complètement déjanté, ni complètement pédagogique. Le mieux, c'est de s'y rendre !

Festival d'Avignon 2018 : à tenter

La liste qui suit comprend des spectacles que je n'ai pas tous vus. Je ne peux donc pas m'exprimer sur leur potentiel, mais je sais qu'ils ont tous connu un certain succès dans leurs milieux respectifs. Le mieux, c'est de voir au cas par cas, en fonction des descriptions de spectacle. Il n'y a rien de mieux que de se laisser surprendre. Voici la liste de ces artistes : [post_title] => Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-off-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:37 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4458 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4306 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 13:14:04 [post_date_gmt] => 2018-05-13 11:14:04 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Parmi les humoristes qui comptent, on a pris beaucoup de plaisir à vous en faire découvrir certains. On a souhaité aller plus loin que les tendances humour autoproclamées pour évoquer ce qui nous parlait. On commence avec 3 de nos découvertes humour, au talent déjà bien prononcé.

Salomé Partouche et sa fusée

Salomé Partouche : cette femme est à part. On ressent la fragilité de l’artiste et humoriste dans toute sa splendeur. Et en même temps, une énergie et un dynamisme pour transformer l’ensemble en force. En se concentrant sur des personnages habituellement éloignés des projecteurs, elle atteint son but. Incroyable de justesse et de passion sur scène, elle incarne des personnages situés entre la peur d’avancer et l’espoir d’un monde meilleur. On en est sûr, elle est bien aux commandes de sa fusée. On a vraiment envie de la voir toucher les étoiles. Je vous ai déjà raconté ma rencontre avec Salomé, c’était lors de son 30-30 avec Christo Ntaka. L’une des meilleures soirées humour que j’ai passées, bien underground comme il faut.

Alexandra Pizzagali et sa tête

Sortie de quasi-nulle part, l'humoriste Alexandra Pizzagali a rapidement mis tout le monde d’accord. C’est souvent avec pudeur que la jeune femme vous fera part de son travail. Sur scène, la transformation s’opère : elle devient alors une machine de guerre, très touchante et en phase avec le moment. Alexandra Pizzagali, c’est déjà une plume marquante. Cette voix « de radio » a ainsi surpris Rémi Boyes lorsqu’ils ont joué sur la même scène pour la première fois. Adoubée par ses pairs et la critique, Alexandra Pizzagali gravit les échelons avec un spectacle un peu atypique. On peut donc faire de l’humour irrévérencieux avec classe et maîtrise, et Alexandra Pizzagali est de celles qui le prouvent chaque semaine.

Axel Cormont, humoriste et comédien taille patron

J’ai peu parlé de cet artiste, sûrement en raison de son absence des scènes ouvertes. Après tout, l’homme est davantage dans un humour absurde pur, avec beaucoup d’émotion et de messages. Des messages qu’il fait encore mieux passer face caméra. Premier fait d’arme d'Axel Cormont : Je suis moi, un court-métrage de Tom Barta dans lequel Axel Cormont tente de braver l’impossible à la quête d’un rêve. On préfère ne pas tout vous dévoiler et d’apprécier cette pastille comme elle le mérite. Tout autre registre : Axel vient d’apparaître dans un nouveau court-métrage de Tom Barta pour sensibiliser à la collecte des données personnelles. Encore une fois, une belle réalisation, qui montre qu’on a affaire à une équipe extrêmement talentueuse. En tant que public, j’ai vu le spectacle d’Axel Cormont en 2016. Historiquement, c’est le premier spectacle que je suis allée chercher dans les tréfonds de BilletRéduc. J’ai enchaîné avec David Azencot, Maxime Gasteuil et Jean-Philippe de Tinguy… vous connaissez la suite ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z4drD7x1Xqo"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Vers les 1 an du spot du rire - Des humoristes, de l'émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-humour-emotion [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:13 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4306 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 3334 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-20 10:48:44 [post_date_gmt] => 2018-01-20 09:48:44 [post_content] => Vendredi soir, le JT de France 2 a décidé de consacrer un sujet aux femmes humoristes. Le titre, Femmes humoristes : elles osent tout !, en regroupe quelques unes dans le même sac : l'humour trash.

Marion Mezadorian et Melha font de l'humour trash ? Première nouvelle !

A ce stade, il faut rappeler que l'humour trash est un genre d'humour parmi tant d'autres. Cela semble évident, mais pour ceux, chez France 2, qui ne côtoient que les têtes d'affiche, ça va se corser rapidement. Caméra en main, l'équipe de tournage va se placer devant le Théâtre du Marais et filmer les affiches de Marion Mezadorian et Melha. Alors, effectivement, ce sont des femmes humoristes, mais pour l'humour trash, on repassera ! Par honnêteté intellectuelle, je vais confesser que je n'ai pas encore pris le temps de voir Melha sur une heure. Je répare ça sous peu, promis. Il faut dire qu'elle fait un tel carton ; l'an dernier, c'était vraiment dur de la voir jouer ! Il n'empêche : je l'ai vue plusieurs fois en plateau, dans le film Hibou que tout le monde a ignoré. Pas assez trash, sans doute. Les joies du marketing... Toujours est-il que, si je me base sur cela et que je prends 2 minutes pour lire les critiques BilletRéduc, je ne trouve pas la mention d'humour trash. La parole est libre, pour reprendre les mots de Jean-Marc Dumontet dans le reportage. C'est frais, il y a de l'improvisation, c'est différent. Mais pas trash. Maintenant qu'on a traité le cas Melha, passons à Marion Mezadorian. Pour le coup, j'ai vu son spectacle plusieurs fois. Au moins 6, dans 2 salles différentes. Sans compter les passages en plateau. Et à aucun moment, il n'y a du trash. Marion a écrit et joue un spectacle touchant, poétique et bourré d'optimisme. Je pense que certains journalistes ont fait l'impasse de certains spectacles !

L'humour trash, c'est tendance en ce moment...

Pour autant, on peut dire qu'en matière de trash, on est servi en ce moment. Le reportage cite Blanche Gardin ou encore Laura Laune. Il aurait pu évoquer Laurie Peret, Farah (gagnante des Best de l'Humour) et bien d'autres. Le trash peut aussi exister sous d'autres formes, comme pour incarner un personnage spécifique. C'est ce que fait actuellement Alexandra Pizzagali, à la Petite Loge. Dans le reportage, il est aussi dit que cela existe car on se calque sur ce qu'il se passe dans la société. Les temps sont durs, offrons de l'irrévérence ! Le problème, c'est que ce n'est pas une vérité générale : c'est un positionnement marketing sur le marché du spectacle vivant. C'est une stratégie que certains chasseurs de talents suivent car ils l'estiment en adéquation avec la société. Ce n'est pas la même chose.

...mais les talents ont 1000 visages !

Une question revient sans cesse : peut-on rire de tout ? Ce que j'ai découvert, en allant dans les scènes ouvertes (France 2, on t'y attend !), c'est qu'on peut surtout faire rire de 1000 manières. Le reportage de France 2 est une anomalie journalistique. Ils ont pris un angle et l'ont tourné à leur sauce. Ils ont fini par raconter n'importe quoi. Je vais vous raconter une anecdote de ma vie d'avant. J'ai été envoyée sur une compétition de sports mécaniques, en Belgique. On m'a dit de faire un sujet sur les femmes pilotes qui essaient de grimper les échelons vers la Formule 1. Pour le buzz. En fait, il y avait 2 mannequins-pilotes, et une pilote qui essayait juste de s'en sortir comme ses acolytes masculins. Les 2 mannequins-pilotes étaient très, très mauvaises.

Du buzz journalistique au détriment de l'investigation ?

J'ai dû parler d'elles car il s'agissait de femmes, histoire que le lectorat à 90% masculin lise les torchons que j'allais produire. Parce que je n'avais rien à leur demander, et la moins bonne de toutes s'est pointée avec un mépris total et un retard de 15 minutes parce qu'elle traînait dans la zone VIP du circuit. Cette mannequin pense aussi qu'il faut créer un championnat 100% féminin, ce qui a suscité un tollé chez les pilotes femmes qui ont vraiment leur place. C'est pour cette raison que je déteste les plateaux 100% féminins. Certes, certaines avancent que cela leur évite des blagues sexistes lors de leur lancement par un humoriste homme. D'autres disent que cela leur permet de plus jouer. Certains plateaux, selon elles, pratiqueraient un quota d'une fille par soir. C'est donc une bonne chose d'avoir plus de facilités à jouer. J'espère juste qu'on pourra se permettre de mixer les talents en fonction de leur niveau comique sans avoir à recourir à de tels artifices. Résumer les artistes ou sportifs en fonction de leur sexe ne devrait plus arriver. J'aimerais qu'on traite les femmes humoristes trash, pas trash, en fonction de ce qu'elles racontent. Parce que je n'ai jamais vu un seul article titrer Charles Nouveau : comment faire de l'humour caustique avec des yeux de biche. Pourtant, on pourrait. En somme, dans le reportage, France 2 avance qu'on peut être jolie et dire des choses horribles. Le service public commence bien 2018...

Analyse à froid : France 2, c'est aussi ça

Au fond, le vrai problème du reportage, c'est le temps alloué à un sujet aussi important. L'idée de ce droit de réponse, c'est davantage d'ouvrir le débat que de tirer à boulets rouges sur un média d'information. Parce que l'information sur France 2, c'est aussi ça :
Et pour le coup, le service public a fait son travail cette fois-ci. L'erreur est humaine, les cadreurs feront mieux la prochaine fois !

Pendant ce temps, ce qui a vraiment fait polémique

L'affaire de Tex reste toujours dans les esprits...

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => femmes-humoristes-france2-humour-trash [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3334 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3157 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-12-29 10:56:48 [post_date_gmt] => 2017-12-29 09:56:48 [post_content] => Le spot du rire achève l'année 2017 avec de nombreuses satisfactions ! On espère que ce projet de promotion d'humour vous apporte des informations, de l'amusement aussi. Les contenus présentés ici sont les plus consultés de l'année. Quoi de mieux que la fin de l'année pour les redécouvrir ?

10. Jean-Philippe de Tinguy : une interview du spot du rire

L'interview avec Jean-Philippe, c'était la première du site internet. Si elle apparaît ici, c'est grâce à une promotion sur les réseaux sociaux et sûrement parce que je l'ai beaucoup lue. Cela a l'air tellement plus simple de parler de quelqu'un dont le parcours n'a plus de secret. En réalité, c'est difficile parce qu'on a envie d'orienter la parole de l'autre, on sent où il va aller. On veut juste le montrer et rendre compte de ce qu'on a découvert. J'espère que la mission a abouti à vous le faire connaître davantage !

9. Nadim : pourquoi le spot du rire le soutient

Ce billet présente ce qu'il s'est passé lorsque j'ai rencontré Nadim. Pour tout vous dire, ça m'a cassé un date qui n'a pas compris ma fascination pour les artistes et s'est senti délaissé. Bon, je pourrais avoir prononcé les mots salut ma poule... Ça peut jouer, aussi. Plus sérieusement, j'ai été bluffée de retrouver un humour sur le malaise et la folie. Lorsque je l'ai recroisé, le timing était parfait : je lançais le spot du rire, et je lui ai proposé de rejoindre l'aventure. Tout est parti de là.

8. Un café au lot7 : le podcast de Louis Dubourg garanti sans clash

On ressent le marketing incisif de Louis Dubourg dans cette position. L'humoriste a lancé un podcast où il rencontre des personnalités du milieu du stand-up. C'est axé sur l'actualité, ça questionne notre place dans la société. Autant le dire tout net : c'est parfois pompeux. Mais nous sommes à des années-lumière des blagues potaches, pourquoi pas élever le débat, après tout.

7. Dimanche Marrant : le plateau d'humour tendance à la Brasserie Barbès

Le plateau Dimanche Marrant est parfois victime de son succès. Il y a tellement de monde qu'il faut arriver assez tôt pour être bien installé. Parce que voir du stand-up à Barbès, c'est vraiment hype. Une ambiance cosy, une programmation efficace, Guilhem Malissen aux commandes. Il n'y a pas de secret pour attirer du monde. Généralement, le samedi et le dimanche, quelques personnes viennent consulter cette page. On est très fier de pouvoir les aider à se projeter dans leur sortie du dimanche soir !

6. Cactus Comedy : le plateau d'humour qui pique

Le Cactus Comedy est un plateau original. Il fonctionne sur un système de troupe. L'humour est volontairement corrosif, un peu engagé parfois. Des invités apportent une inspiration aux humoristes résidents, et toute la bande délocalise en province ou à l'étranger.

5. Plateaux d'humour et comedy clubs : les endroits où rire à Paris

L'une des missions du spot du rire, c'est de vous faire découvrir les plateaux d'humour. Sinon, comment pourriez-vous bien découvrir les nouveaux talents du rire ? Si vous vous contentez de BilletRéduc, vous aurez ceux qui ont déjà une heure de blagues. Avant d'en arriver là, il faut tester. Les plateaux sont faits pour ça. On en profite pour vous annoncer qu'on vous a concocté une liste de plateaux au-delà de Paris !

4. Louis Dubourg : artiste stand-up au spot du rire

Louis Dubourg est l'un de nos résidents. C'est le dernier que j'ai nommé à cette place pour sa connaissance de la culture du stand-up. Le jeune humoriste se met par ailleurs souvent en question. Il dégage aussi une assurance sur les réseaux sociaux qui l'amène notamment à remplir le One More Joke. Un marketeux drôle, en somme.

3. Jean-Patrick : découverte humour d'août

J'ai vu le spectacle de Jean-Patrick 2 fois. Ce mec a un truc spécial : on ne sait pas s'il va offusquer ou donner à réfléchir. A aucun moment, je ne sais où il va aller. Mais j'ai été suffisamment intriguée pour avoir envie de vous le faire découvrir.

2. One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !

Quand des plateaux iconiques de la capitale innovent, ils ne le font pas à moitié. Des humoristes qui s'enchaînent vitesse grand V pour proposer une soirée folle : tel est le concept développé l'été dernier. Cela a permis de donner sa chance à de tous jeunes humoristes. Ils ont pu apprendre de stand-uppers plus confirmés et profiter de l'émulation de la salle. Et le public était sûr d'aimer au moins une poignée d'entre eux !

1. Alexandra Pizzagali, découverte humour d'octobre

Largement en tête de notre classement, Alexandra Pizzagali sait mettre tout le monde d'accord. La jeune artiste et comédienne a impressionné les professionnels et reçu plusieurs distinctions cette année. On lui souhaite de continuer sur sa lancée l'année prochaine et les suivantes ! Et cela commence en beauté : elle sera à La petite loge tous les samedis à 21h30.

En route pour 2018 : quelles bonnes résolutions ?

Ainsi s'achève notre compilation des meilleurs contenus du spot du rire de l'année ! Pour 2018, on s'engage à tenir quelques unes de ces résolutions :
  • Parler des événements en dehors de Paris
  • Convaincre des rédacteurs invités de parler de sujets qui les passionnent
  • Se prendre un bide en scène ouverte et vous le raconter
  • Voir enfin La cité de la peur
  • Continuer de se laisser surprendre par des spectacles
  • Ne jamais se lasser et garder de la candeur en tant que public
A l'année prochaine ! [post_title] => Les 10 contenus les plus lus en 2017 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2017-contenus-humour-populaires [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:32:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:32:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3157 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3058 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-29 17:03:23 [post_date_gmt] => 2017-11-29 16:03:23 [post_content] => Le momentum, c'est le moment où l'humoriste atteint un état de grâce. Chaque punchline apporte une nouvelle élévation à la précédente. L'enchaînement est parfait, la salle pleinement réceptive. Ce moment de rayonnement est rare et fort. Le spot du rire en a vécu 4 en 2017. On vous raconte.

Le plus puissant : Lenny, passage au One More Joke

Les organisateurs du One More Joke aiment bien raconter que le public retourne le lieu. Quand on sait que ce sont des as de la communication, on peut froncer les sourcils de scepticisme. Or, j'ai vécu ce moment. Ils ne bluffaient pas. Je sortais du Start-up Comedy Club, délocalisé dans le 11e arrondissement à 2 pas de la rue de la Folie-Méricourt pour l'occasion. Rentrer chez soi ou faire un crochet par la salle bondée du One More ? J'ai opté pour la deuxième option. Le Détective Froussin livrait son compte-rendu d'enquête hebdomadaire. Et moi, j'avais l'impression de rentrer au bercail. Lenny enchaînait alors. Voix posée, attitude espiègle, envie de secouer le public de l'intérieur. Tous les voyants étaient au vert : un moment propice au momentum pour Lenny. L'un des humoristes les plus stylés de Paname a livré son texte, l'a bien interprété. Les applaudissements jaillissaient. Parce que le One More sait recevoir ses habitués, j'étais dans le carré VIP avec les autres humoristes. Leurs yeux rivés sur Lenny, ils n'en perdaient pas une miette. J'avais l'impression d'être dans une scène de la série I'm dying up here.

Le plus maîtrisé : Roman Frayssinet, passage à l'Amicale du Stand-Up

Depuis quelques mois, Roman Frayssinet semble dans une autre dimension. Lorsque j'ai imaginé vous écrire sur le momentum, je me suis demandée quelle scène je prendrais en exemple. Parce qu'en réalité, Roman Frayssinet a souvent l'air d'être en état de grâce. Son explication : un travail acharné, une formation de très grande qualité suivie au Canada. Mais le talent ne s'apprend pas, il est simplement sublimé par la technique. Roman a un univers particulier. Il faut y rentrer, et il nous inclut dans son délire avec une facilité déconcertante. On est comme happé par ce momentum, et il enchaîne avec ce ton si particulier, si efficace. Les pauses entre chaque mot, chaque rebondissement, sont calculés à la virgule près. Là encore, l'intensité augmente au fil des blagues. Il a conquis le public, qui titube un peu, l'air candide de celui qui n'a pas tout saisi.

Le momentum : l'impact de la salle

La première de l'Amicale du Stand-Up était un événement fort. Déjà, il était complet. Il montrait que le stand-up pouvait être hype. Au fond, les plateaux se divisent en 2 groupes. D'abord, les plateaux de nerds du stand-up intimistes, qui ne paient pas de mine et où l'on passe une bonne soirée. Et de l'autre côté, les plateaux où tu as l'impression d'être entouré par les beautiful people de tout Paris, des gens qui boivent des bières avec style. Tu passes aussi une bonne soirée, mais un peu plus serrée. La popularité autour du lieu, le Perchoir dans ce cas, crée une ambiance presque artificielle. Et pourtant, c'est bien : le stand-up s'ouvre aux influenceurs. Pour l'exprimer plus clairement, c'est comme quand mon ancienne collègue n'en a rien à faire des plateaux où je vais, mais qu'elle a été voir Louis C.K. comme s'il s'agissait d'un pèlerinage, the place to be. Cela avait eu lieu avant l'histoire qui l'a éloignée de la scène, rien ne dit qu'elle aurait tenu ce discours. Fin de la parenthèse.

Le plus émouvant : Alexandra Pizzagali, showcase au Kibélé

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu'Alexandra Pizzagali est l'une de nos dernières découvertes. Lors de son premier showcase au Kibélé, un petit café-théâtre à Strasbourg Saint-Denis, elle était très stressée avant de monter sur scène. Les proches et contacts venus pour l'occasion avaient hâte de voir son produit fini : le spectacle C'est dans la tête. Sur scène, on a l'impression d'avoir affaire à une autre personne. La peur ne paraît plus. Mis à part un trou, elle a livré une prestation sans faute. Au terme du spectacle, tout le travail accompli et les efforts pour en arriver là sont remontés. A deux doigts de craquer, elle était en train de vivre une standing ovation du plus bel effet. Le donnant-donnant dans toute sa splendeur. Et ça, ce n'était plus dans sa tête mais bien réel. Quand on a affaire à un talent brut, on sait qu'il se passe quelque chose de spécial. On a ce sentiment que la personne en face de soi ira très loin. Sans vouloir lui mettre la pression, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Le plus opportun : Jean-Philippe de Tinguy, passage au Festival d'Humour de Paris

Les festivals d'humour sont nombreux. Les humoristes viennent en nombre dans l'espoir de glaner un ou plusieurs prix. Ça passe ou ça casse : certains échouent et bident de manière inexpliquée, tandis que d'autres livrent leur meilleure bataille. En janvier dernier, lorsque je parlais du Festival d'Humour de Paris à mes proches pour les inciter à s'y rendre, je leur intimais qu'il allait se passer quelque chose de fort. 11 artistes se partageaient l'affiche, et à mon sens, il y en avait 3 au-dessus du lot. Quelqu'un m'avait dit que Jean-Philippe de Tinguy avait seulement 1 chance sur 11 de gagner. Je lui ai rétorqué que je savais qu'il le ferait. En mon for intérieur, je masquais un peu une inquiétude, parce que j'avais jugé qu'il avait 73% de chances de gagner. Je ne voyais que 3 sur 11 d'entre eux capables de remporter le festival. Et ce qui est fou, c'est que l'année suivante, Charles Nouveau, résident du spot du rire, a décroché le prix SACD pour son écriture de punchlines !

Réussir un festival : mode d'emploi

Pourquoi douter ? Jean-Philippe était sur une pente ascendante : rafle des prix du Grand Tremplin de l'Humour de Sélestat quelques mois plus tôt, 2 dates complètes en showcase au Point Virgule. Alors, au moment de la prestation, il n'y avait plus qu'à faire le travail. Autant vous dire que je n'ai jamais vu autant de maîtrise dans son jeu. Je l'ai vu bien jouer plein de fois, trouver le bon mot, la bonne improvisation, la bonne intonation dans son texte. Mais ce soir-là, chaque phrase prononcée élevait le niveau de la précédente. Comme dans le Get psyched mix de Barney Stinson. Pas de temps mort. Juste une ascension vers les prix. Les enchaînements parfaits ont continué pendant tout le passage. Pendant la délibération du jury, c'était l'humoriste-magicien Maxime Tabart qui divertissait la salle. Je n'étais pas d'humeur. C'était la première fois que je voyais un festival d'humour. Et j'étais aussi stressée qu'un supporter de football devant une séance de tirs au but de finale de coupe du monde. J'étais en mode prière alors que je suis athée. Alors quand Maxime Tabart m'a incité à claquer des doigts pour être dans l'ambiance avec le reste du public, j'avais juste envie de claquer tout court. Et au final, après une attente un peu insoutenable, le prix était pour lui. Pour découvrir qui sera son successeur, rendez-vous le 22 janvier prochain à Bobino.

Crédits photo

Betty Durieux [post_title] => Momentum - L'état de grâce sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => momentum-performance-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:42 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3058 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 2851 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-22 10:28:29 [post_date_gmt] => 2017-10-22 08:28:29 [post_content] =>

Alexandra Pizzagali a débuté la scène par le concours Kandidator. Sans savoir où elle s'aventurait, elle sortait de son disque dur un personnage et un spectacle déjà bien avancés. Fin 2017, elle joue ses premiers showcases avec un certain succès. Raison pour laquelle La petite loge l'a accueillie dès janvier 2018, les samedis à 21h30. Et désormais, c'est le Théâtre du Marais qui prend la relève dès la mi-avril, les vendredis à 19 heures !

Alexandra Pizzagali met KO le politiquement correct

Quand on parle de casser le politiquement correct en humour, on va peut-être penser à Blanche Gardin. Les habitués des plateaux d'humour auront en tête le Cactus Comedy. Dans ce plateau, Alexandra fait partie de la troupe et c'est là que je l'ai rencontrée l'été dernier.

Elle était encore abasourdie d'avoir obtenu le prix du public après seulement quelques scènes au Kandidator. Comme si elle avait l'impression d'avoir volé quelque chose en arrivant comme un cheveu sur la soupe. Il n'en est rien.

En réalité, elle avait pris le temps. Avec toute l'indépendance qu'un clavier peut offrir, elle s'est lancée dans la création d'un personnage incroyablement fou, voire choquant, et complètement inadapté au monde qui l'entoure. Aujourd'hui, elle le dévoile dans le spectacle C'est dans la tête.

Il n'y avait que 2 dates au Kibélé (un café-théâtre niché à Strasbourg Saint-Denis), puis 3, puis 4. Le public est ainsi rapidement venu, curieux de la découvrir. Résultat : de nouvelles dates sont régulièrement ajoutées. La cinquième et dernière au Kibélé, ce sera le 5 décembre à 20 heures. Retrouvez toutes les infos utiles pour réserver sur la page Facebook des événements précédents !

Du trac à la standing ovation

Avant la première, Alexandra ne tenait pas en place. Elle saluait les spectateurs et ne cachait pas son stress. Je ne sais pas si je me suis transformée en coach de vie à ce moment là, mais je lui ai intimé de se mettre dans sa bulle pour baisser la tension d'un cran. Je l'ai encore vue déambuler quelques minutes, puis elle a bien disparu des écrans radars.

Quand elle est réapparue sur scène, la machine était lancée. Le personnage était là, sans fausse note. Aucun tremblement dans la voix : la comédienne avait pris le contrôle. Si elle a pu avoir un trou dans le spectacle, elle s'est rapidement remis sur les rails pour continuer à délivrer un peu plus d'une heure de spectacle.

Les rires, parlons-en : ils étaient nombreux, ces rires véhiculant du sens. Il y avait le rire indigné, puis le rire empathique. Celui-là, c'est mon préféré. C'est le rire de la connivence, qui se déclenche sans contrôle dès que j'ai affaire à un déglingué de la scène face à moi.

Le spectacle s'achève sur une touche d'émotion. Un moment vraiment fort où le souvenir de la fille qui avait le trac s'entrechoque avec celui de la comédienne soulagée d'avoir relevé son défi, d'avoir franchi son premier sommet. L'Everest, ce n'est qu'une question de temps. Pour l'heure, Alexandra a les larmes aux yeux et prend en pleine face une standing ovation qu'elle n'est pas prête d'oublier. Nous non plus.

Vidéo : Alexandra Pizzagali @ la scène Voici

Crédits photo

© Christophe Rassat

[post_title] => La découverte du mois - Octobre 2017 - Alexandra Pizzagali [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-mois-octobre-2017-alexandra-pizzagali [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:46:50 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:46:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2851 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 2015 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-25 17:34:54 [post_date_gmt] => 2017-06-25 15:34:54 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Les habitués du spot du rire connaissent le plateau d'humour Cactus Comedy, à redécouvrir pour une date exceptionnelle le 5 août au Grand Point Virgule. Le Cactus se revendique pas comme les autres : on ne cherche pas à titiller les limites de la liberté d'expression. On l'envisage sans limite, pure et totale. Le spot du rire a été convié dans les coulisses du Cactus Comedy de juin avec BenH à l'animation. L'occasion idéale pour prendre la température avant et après le show. Ce soir-là, on retrouvait également Alexandra Bialy, Alexandra Pizzagali, Félix Djhan, Ghislain et Nadim. Rendez-vous pris au Théâtre de la Contrescarpe avec un peu d'avance...

Un before Cactus Comedy au bar

Comme tous les humoristes ne se connaissent pas forcément, on se donne rendez-vous un peu plus de deux heures avant le plateau Cactus Comedy.

Les deux Alexandra sont les plus ponctuelles, mais ce n'est pas pour cela que les autres sont sérieux. Ghislain se dédouble entre le 33 Comedy Club et le Cactus, doté d'un Vélib de fortune en pleine canicule. Nadim sort du boulot, doté de sa trottinette et de son T-shirt iconique, celui qui nous interroge : « Être ? », ça veut dire quoi, au fond ? Perché bien comme il faut, ce Nadim ;-)

BenH, qui anime, se retrouve donc à attendre que l'équipe soit au complet pour régler les détails de régie : comment les lumières doivent-elles s'actionner, à quel moment ? Combien de minutes tout ce beau monde va-t-il devoir passer ? Alexandra Bialy, surprise de passer 10 minutes au lieu de 5 comme elle le pensait, jongle entre sa panoplie de personnages pour incruster un passage en plus de dernière minute. Félix Djhan doit trancher sur sa fin de passage, mais il finit par trouver la parade : il saluera à la fin, comme ça il pourra jongler entre ses 2 sketches comme il le sentira sur le moment. Après tout, on s'adapte toujours au public en mode agile. Les as de la gestion de projet comprendront. Pour les autres, c'est comme improviser à la dernière minute.

Cactus Comedy : prise de risque

Le Théâtre de la Contrescarpe, c'est un lieu atypique. D'aucuns trouvaient la programmation élitiste auparavant, mais aujourd'hui, ce lieu du très huppé 5e arrondissement de Paris joue des coudes avec d'autres endroiits, sans trop se prendre au sérieux finalement. J'avais déjà vu un autre spectacle là-bas, appelé l'Exercice. Le principe, c'était qu'une troupe se retrouvait sur scène avec un thème précis. Chacun des spectateurs avait la certitude de voir un spectacle unique, jamais rejoué. Un mélange d'improvisation et d'humour rondement mené, qui colle bien avec l'image du lieu : l'art théâtral, sans ôter l'humour et sans prétention.

Cactus Comedy : des artistes aux univers multiples

Alexandra Bialy ne joue pas dans les codes du stand-up : elle se revendique d'abord comédienne. Elle fait vivre ses personnages d'une manière très théâtrale. L'humour est alors un prétexte pour jouer sur la corde sensible, l'émotion. Elle semble presque gênée de ce positionnement hors de ce qui se fait en ce moment... Mais c'est là tout l'intérêt : ne pas se conformer bêtement à une mode, assumer ce qu'on est. Le point est pour Alexandra. En bonus, on lui joindra cette interview de Jérémy Ferrari et son opinion sur la catégorisation des spectacles en stand-up.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/0S64MLE1luY?t=9m16s"][vc_column_text]BenH est rodé, habitué à l'animation. Cela lui donnera la force de revenir sur scène, à chaque nouveau lancement, en ôtant un vêtement. Un beau pied de nez à la canicule. Merci au rideau d'avoir été là pour cacher certaines parties.

Alexandra Pizzagali joue la carte de la folie en incarnant un personnage extrêmement cassant, quitte à être dépourvu d'humanité. Rassurez-vous : elle nous livre en exclusivité un portrait humain, voire attachant, de ce personnage...

Alors que Ghislain se prépare, les autres discutent de son cas : pour eux, ce mec ose tout. L'air de rien, il est profondément drôle. Ce portrait semble un peu évasif, mais quand on connaît bien le personnage, on comprend subitement tout.

Nadim passe un temps fou à essayer de caler son sac à dos derrière sa trottinette. La scène est tellement drôle qu'il pourrait la faire sur scène, mais j'imagine qu'il a déjà beaucoup de matériel.

Félix Djhan parle avec une charmante jeune femme avant de rejoindre la troupe, mais on ne saura pas de qui il s'agit. Cela ne semble pas étonner son camarade BenH, hilare.

Cactus Comedy : un plateau d'humour à l'identité forte

Au Cactus, on revendique la présence d'une troupe, où ça ne se tire pas dans les pattes. L'esprit de groupe prévaut sur les egos et autres individualités, enfin c'est ainsi que les membres du Cactus aiment se décrire. Au final, on sent que l'esprit de compétition, c'est entre ce plateau et tous les autres. Il y a une véritable volonté de créer un ADN spécifique, des valeurs fortes autour de la promotion de ces artistes.

On sent la présence visionnaire du taulier du game, Mo Hadji. Si vous ne le connaissez pas, c'est que vous n'êtes pas artiste. Mo gère de nombreux artistes dont BenH, Félix Djhan ou encore notre résident humour Nadim. Il programme et produit des spectacles. Enfin, il ne s'en sort vraiment pas mal du côté de la communication - on s'en serait douté, en même temps.

Humour acéré : humour politisé ?

On pourrait s'attendre à quelque chose d'engagé, politisé. En fait, cela n'a rien à voir. Si vous vous attendez à voir des humoristes altermondialistes fustiger le monde de la publicité et le capitalisme sanguinaire, ce n'est pas le concept. Le Cactus est beaucoup plus ouvert que cette image-là : d'ailleurs, de nombreux humoristes non-résidents viennent s'y greffer. Au final, le Cactus est assez pluridisciplinaire et bon enfant. Au plus grand plaisir du public.

Les coulisses du Cactus Comedy de juin 2017 en images

Programmation du Théâtre de la Contrescarpe : avec le Cactus ComedyBenH prépare le Cactus ComedyAlexandra Bialy et Alexandra Pizzagali au Cactus ComedyNadim et Félix Djhan au Cactus ComedyLes coulisses du Cactus Comedy : sur scèneBenH et Alexandra Bialy au Cactus Comedy[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Infiltrée au Cactus Comedy : les coulisses d'un plateau d'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cactus-comedy-plateau-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:27:30 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2015 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 3 [filter] => raw ) ) [post_count] => 13 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010193 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-15 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 30 à 40

L’expérimentation continuera de happer le public avec la singularité d’un Jihef (30). Sa présence particulière ne manquera pas d’interroger le public, sceptique puis forcément hilare. En mal d’humour engagé ? Audrey Jésus (31) proposera ensuite une transition logique entre étrangeté, sensibilité et propos éclairé.

Du pur stand-up tentera alors la foule, rassasiée d’originalité et qui voudrait bien reprendre ses esprits ! Basile (32) assurera son rôle comme un chef avec son charisme scénique et son affection pour le stand-up. L’expérience reviendra ensuite à la charge avec le couple Alexandra Pizzagali et Clément K (33), dont l’union dans la vie se transposera naturellement.

Des plumes pouvant en cacher une autre, Gabriel Francès (34) viendra faire perdurer les saillies verbales avec un humour à la fois politique et noir. L’auteur de Walter (entre autres) bénéficiera ainsi d’un beau coup de projecteur ! Projecteurs qu’Agnès Hurstel (35) est habituée à voir. À l’aise sur scène, sur France Inter comme en TEDx, elle apportera une touche à la fois névrotique et osée qui lui est propre.

Du névrotique au poétique, il n’y a qu’un pas ?

Pas toujours, mais Romain Barreda (36) viendra adoucir l’atmosphère et récupérer une frange puritaine du public ? Son expérience au Grand Rex l’aidera grandement à être à l’aise et à se distinguer.

Viendra ensuite une humoriste anglophone que les amateurs de stand-up underground connaissent bien : Els (37) ! Une nouvelle tête de l’humour en cachera ainsi une autre : le calme et posé Sylvain DK (38). Il laissera la place à une Mahaut (39) dont l’excentricité n’est plus à prouver. Cette drama queen fera ainsi forte impression et redonnera un coup de fouet au public… Si certains se retrouvent avec le mal de mer à ce stade, Arezki Chougar (40) viendra rétablir tout cela avec son charisme légendaire et son sens du dialogue…

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 17 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:49:29 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:49:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010193 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 13 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => a7b0aebbb06b77b39b4eecc94610d7de [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Alexandra Pizzagali

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 4/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 4/6

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

C’est dans la tête : Alexandra Pizzagali sur scène

1 jour, 1 reco : Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête… d’affiche !

Tahnee, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Avril 2019 - Tahnee

Best de l'Humour 2 : les sélections des nouveaux talents

Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Festival d'Avignon 2018 : du 6 au 29 juillet

Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles

Alexandra Pizzagali : découverte humour

Vers les 1 an du spot du rire - Des humoristes, de l'émotion

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Epic fail : quand France 2 classe toutes les humoristes dans la catégorie trash

2017 : des contenus riches sur l'humour sur le spot du rire !

Les 10 contenus les plus lus en 2017

Momentum : l'état de grâce de l'artiste - Lenny

Momentum - L'état de grâce sur scène

C’est dans la tête : Alexandra Pizzagali sur scène

La découverte du mois - Octobre 2017 - Alexandra Pizzagali

Coulisses Cactus Comedy plateau humour

Infiltrée au Cactus Comedy : les coulisses d'un plateau d'humour