Publications liées au mot-clé : Pierre Thevenoux

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => pierre-thevenoux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 494
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => pierre-thevenoux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 494
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => pierre-thevenoux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 494
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => pierre-thevenoux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 494
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 494
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 494
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => pierre-thevenoux
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 494
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (494) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (494) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (494)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009893
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-12-21 07:42:00
                    [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00
                    [post_content] => 

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009607 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-27 08:04:00 [post_date_gmt] => 2020-11-27 07:04:00 [post_content] =>

Dans Pierre Thevenoux est marrant, normalement, le pensionnaire du Point Virgule parvient à rendre hilare des salles entières. Après un beau rodage à la Petite Loge, le Poitevin continue donc son ascension comique. J’ai pu voir ce spectacle plusieurs fois dans les deux salles… Je profite donc de ce confinement pour replonger dans mes souvenirs et vous livrer cette critique-portrait !

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : entre efficacité et simplicité

Début novembre, Antoinette Colin interviewait Pierre en direct sur Instagram. Fidèle à lui-même, l’humoriste ne se mettait pas en avant. Pourtant, la directrice artistique du Point Virgule lui en donnait largement l’occasion. Compliments sur sa discipline de travail, ses qualités d’humoriste… Pierre restait pourtant de marbre.

Il faut dire que Pierre Thevenoux a toujours été le marrant de la bande. Il fait partie de ces rares comiques capables de faire rire sur scène autant que dans la vie. Plaisantin dès son plus jeune âge, il s’est construit autour du rire.

Résultat : lorsqu’il arrive sur scène, la décontraction est de mise, les vannes sont d’une fluidité impeccable. Ceux qui l’ont déjà vu jouer savent que le rythme du spectacle est calibré : il l’a rôdé dans tous les plateaux de la capitale, à coups de quatre à six passages par soir lors des périodes les plus fastes. Pierre est donc à la fois un ordinateur comique d’une précision chirurgicale et un humoriste capable de divertir en toute simplicité. Voilà qui n’est pas donné à tout le monde !

Du rire de qualité pour gagner sa place au Point Virgule

Autre paradoxe, pour certains : Pierre Thevenoux parvient à s’engager dans ses textes sans tomber dans un humour pédant. Certains ont envie d’avoir l’air intéressant pour être intéressant sur scène, et c’est tout à fait louable.

Mais Pierre Thevenoux semble hermétique à une telle envie. Sans prise de tête, il préfère développer des réflexes instinctifs d’autodérision pour exister sur scène. Contrairement à d’autres, il ne court pas derrière un discours brillant pour se légitimer. Autrement dit, il livre ses blagues, sans prétention, et c’est tout.

Cela l’amène à aborder un humour engagé que j’ai toujours qualifié de « léger ». De nombreux critiques soulignent ses prises de position sur l’écologie, par exemple, comme si cela était essentiel pour s’implanter dans la scène. Je peux vous garantir qu’indépendamment des sujets abordés, Pierre est pleinement légitime sur scène. C’est ce gars « comme tout le monde » qui parle à tout le monde, qui profite ainsi d’une proximité rare et authentique avec le public.

Comment va-t-il donc chercher sa légitimité ? Il mobilise des méthodes comiques qui fonctionnent et une sincérité dans sa démarche. Résultat : il parvient à faire rire les salles de manière homogène, qu’il joue au Point Virgule ou en festival comme à Saint-Gervais. Il y a d’ailleurs reçu le prix Henri Salvad’Or, nouvelle preuve s’il en est de la reconnaissance de son talent.

Verdict

Dans son spectacle, les punchlines fusent. Pierre Thevenoux, c’est la mitraillette à vannes qui peut autant vous raconter des histoires, tenter une blague freestyle, interagir dans l’hilarité générale… Bref, c’est un moment de plaisir scénique partagé entre l’humoriste et le spectateur. Que demander de plus à un artiste ?

[post_title] => Pierre Thevenoux est marrant, évidemment ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-thevenoux-marrant-point-virgule [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-28 17:00:04 [post_modified_gmt] => 2020-12-28 16:00:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009506 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-23 08:02:00 [post_date_gmt] => 2020-11-23 07:02:00 [post_content] =>

Avec son podcast « Comique ! », Ghislain Blique crée une expérience unique pour les personnes qui le soutiennent financièrement. Zoom sur le futur de la relation entre artiste et fan.

Podcasts premium : Ghislain n’est pas le premier à s’y mettre, mais…

Le public fidèle de Ghislain Blique l’est en partie grâce à son expérience en podcast. Il y a eu « Sympa la vie » avec Paul Dechavanne, puis « Calme-toi Bernard » avec Pierre Thevenoux et ses amis… Mais partager le micro avec d’autres bridait quelque peu Ghislain.

Quand « Comique ! » a intégré le catalogue des podcasts humour, cela a ouvert le champ des possibles. Ghislain le confie souvent, c’est un grand consommateur de podcasts. Il a donc une très bonne culture de ce format, qui lui confère un regard exigeant.

Fort de plusieurs années sur scène en plateau, il avance également bien avec son spectacle Plus rien à branler à la Petite Loge. Le tout offre à son public une très bonne expérience comique.

Maintenant, il faut l’augmenter. Comment s’y est-il pris, et dans quelle mesure cela fonctionne-t-il ?

Une communication multicanale : avec son podcast Comique !, Ghislain est partout

Quand de nombreux artistes se cantonnent à créer des vidéos pour qu’elles deviennent virales, oubliant leur singularité au passage, Ghislain opère autrement. Fidèle à ses convictions, il part de son art et le diffuse sur les canaux adéquats.

L’expérience va bien plus loin qu’une simple écoute. Sur Tumult, une plateforme prometteuse, vous pouvez commenter chaque épisode. C’est un premier pas vers une communauté. Mais il y a plus.

Comme d’autres artistes, Ghislain permet à ses auditeurs de financer son podcast via Tipeee ou via Patreon. Cependant, les contreparties sont réelles. En tant que contributrice, j’ai donc accès à deux épisodes inédits par mois, des passages de stand-up et un espace de discussion sur Discord. Et je ne suis pas seule : les échanges continuent grâce à des fans très mobilisés. Des liens se créent entre l’artiste et son public comme entre les membres du public.

J’en ai profité pour partager la liste de mes moments préférés de « Sympa la vie » (car on retrouve là-bas des fans des podcasts cités plus haut). On peut aussi poser toutes les questions qui nous passent par la tête (il y répond dans l’un des épisodes bonus du mois). En bref, les promesses de Ghislain sont non seulement belles mais également tenues !

Cette expérience est un bon exemple de lien privilégié entre l’artiste et ses fans. Déjà, elle est fidèle à l’ADN de l’humoriste. Ensuite, elle emprunte des codes qui ont fait le succès de nombreuses communautés. Enfin, cela privilégie l’indépendance. Reste à pérenniser la démarche, car si je devais soutenir tous les humoristes, cela me coûterait un bras. Et malgré cela, ils seraient loin de l’indépendance financière… Attendons de voir ce que l’avenir nous réserve, mais cette introduction est prometteuse.

Mise à jour janvier 2021

Ghislain a modifié le fonctionnement de son podcast : désormais, les contributeurs financent son podcast par épisode. Cela signifie que si jamais il produit moins de podcasts, cela coûte moins cher à ses soutiens. À l’inverse, il est possible de fixer un budget limite si Ghislain est plus productif que d’habitude ! Pas de mauvaise surprise, donc…

Avec le recul, il a constaté que certaines contreparties n’étaient pas nécessaires. Par exemple, l’épisode de questions-réponses n’avait plus lieu d’être car les fans n’avaient plus de questions ! C’est la preuve que ces formats innovants pour la France ne sont pas encore habituels. Cela va venir… Arezki Chougar s’y met aussi, à voir s’il arrive à créer de véritables rendez-vous sur le long terme !

Bonus : Ghislain Blique et Pierre Thevenoux invités du podcast « Passions »

[post_title] => Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-comique-premium-ghislain [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-06 15:35:34 [post_modified_gmt] => 2021-01-06 14:35:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009506 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 10237 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-21 08:39:00 [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00 [post_content] =>

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

https://player.acast.com/calme-toi-bernard/episodes/confine-toi-bernard-jour-34-nos-conseils-seduction

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6472 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-07-22 15:46:59 [post_date_gmt] => 2019-07-22 13:46:59 [post_content] =>

Que l’on soit doté d’un cœur d’artichaut ou que l’on soit constitué de fibres de kevlar, les fins nous procurent toujours la même sensation. Proche de la tristesse, il n’est pas rare de déverser d’énormes sanglots nostalgiques…

Clap de fin pour le stand-up à La Grange

La fin. C’est ce qu’annonce le 33 Comedy Club. Dans la petite cave du bar La Grange, l’aventure telle que nous la connaissons s’arrête pour les 3 résidents et leurs invités. Fondée il y a trois ans par les humoristes Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick, cette salle de spectacle fait partie des plateaux d’humour en vogue de Paris.

Le lieu a reçu bon nombre de ceux qui parcourent les scènes parisiennes, nationales ou internationales. Il accueillait aussi les jeunes humoristes émergents. Or, cet été, la vente du bar La Grange contraint les artistes à déménager. Comme le One More Joke, en effet. J’y étais le 16 juillet pour l’antépénultième édition, avec Pierre Thevenoux comme invité.

Un accueil plus que rôdé

Un physio un peu particulier m’accueillait sur les coups de 20h30. Antek, l’homme aux lunettes rouges, circulait ainsi au milieu de la foule pour gérer les réservations. Première étape : choisir la boisson qui nous sied. Ensuite, tels de bons élèves, nous gagnions le sous-sol de l’établissement.

Quelques minutes plus tard, le public prenait place dans cette salle comble. Antek, le premier humoriste gagnait la scène pour assurer la chauffe et expliquer le concept de la soirée. Jean-Patrick, Ghislain Blique, Antek puis Pierre Thevenoux se succédaient devant un public néophyte et parfois un peu distrait.

Dans leurs prestations, des blagues déjà solides côtoyaient certaines nouveautés. Persuadé qu’ils ne ressortiraient pas convaincus de leurs passages, je les voyais pourtant satisfaits. Je trouvais le public peu réceptif, mais ils me confiaient qu’en été, le public n’est pas le même que le reste de l’année. Les vacances, les terrasses, le soleil : les gens ne s’enferment pas dans une salle mais passent leur temps dehors.

Dernières chances pour apprécier le 33 Comedy à Bourse

Si l’avenir du 33 Comedy n’est pas encore fixé, les deux dernières dates sont précieuses pour la scène parisienne. Elles se dérouleront mardi 23 juillet – avec Yacine Belhousse en invité – et mardi 30 juillet à 20h30. Pensez à réserver !

C’est donc l’occasion d’y rire une dernière fois ou d’y découvrir ces scientifiques de la blague pour la première fois. Mieux vaut tard que jamais, n’est-ce pas ?

L’auteur

Louis Bolla, ou SRGIO pour les fans d’art numérique, baigne dans le monde du stand-up depuis quelques temps. Il a découvert Le spot du rire pour préparer ses chroniques radio, et a eu envie de contribuer au projet. Il découvre désormais le milieu parisien avec des yeux émerveillés… et vous le fait partager !

Crédits photo

© Antek - 33 Comedy

[post_title] => Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 33-comedy-la-grange-clap-fin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-07 17:04:43 [post_modified_gmt] => 2019-08-07 15:04:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6472 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6264 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 16:02:37 [post_date_gmt] => 2019-06-02 14:02:37 [post_content] =>

Cela vous est-il déjà arrivé de sentir que vous deviez être ailleurs ? Plusieurs choix s’offrent à vous : rester sans rien dire, ou partir sans se retourner. J’ai choisi la même voie que les 2be3 un mardi soir pour voir d’autres humoristes. Il faisait beau, j’avais réservé dans un nouveau plateau et j’étais un peu contrariée de son changement d’horaire.

Composition d’équipes

Et puis j’ai vu les humoristes arriver un à un. Faire leur inventaire et échanger quelques mots m’a fait rapidement comprendre que j’avais été trop vite en besogne. J’ai lu en diagonale une programmation, puis une autre, avant de réaliser que les deux correspondaient à celles de la semaine d’avant et celle d’après.

Fébrile, je pars à la trace de l’annonce des humoristes présents ce jour-là. Le couperet tombe : rien ne m’emballe outre-mesure. Deux noms me sont sympathiques, mais le cœur n’y est plus. En plus, d’autres événements me font tourner la tête. Je prétexte en mentant avec les pieds que j’ai réservé autre part. Rien n’est plus faux.

La réalité, c’était que mes 2 interlocuteurs sont assez drôles. Je ne voulais pas les froisser, surtout à une demi-heure de leur passage sur scène. Il y avait suffisamment de réservations pour ne pas me sentir coupable. Alors, où vais-je ?

Perdue parmi les humoristes et les comedy clubs

J’ai annoncé fièrement que j’irai au 33 Comedy. Pourtant, arrivée au métro, je me souviens que la Cave à Vannes a aussi lieu ce soir. Chouette, c’est dans dix minutes à deux stations de métro. Plus près de chez moi, cette soirée remporte la course d’orientation que j’ai organisée toute seule. Je laisse le Jardin Sauvage derrière moi, même si j’adore l’atmosphère du plateau. J’enverrai un mot d’excuse à l’organisatrice et lui promettrai de revenir la semaine suivante. Là, j’ai bien le line-up en tête !

Je cours, et je me trompe d’adresse. Au loin, je vois les humoristes qui attirent du public. Mince, cet événement va-t-il être annulé comme tant d’autres en ce moment ? Après un retard d’une demi-heure (je n’en attendais pas moins), le show démarre.

Le destin va logiquement me punir de ma fugue originelle. Certes, le line-up sera respecté. Adrien Arnoux, hilare dans l’escalier en attendant son tour, livrera de nouvelles blagues (je vous jure !). Cyril Hives fera le job. Pierre Thevenoux, si souvent annoncé, et pourtant excusé en raison d’un calendrier de ministre, assurera une performance béton. Même une quinte de toux persistante ne l’a pas attiré vers le bide. C’était pourtant difficile de revenir à son niveau de forme, mais il était imperturbable. Le métier est rentré.

Soirées imparfaites

Bon, quel était le problème de cette soirée, imparfaite comme tant d’autres ? Une durée de deux heures, déjà. Avec l’expérience, j’aurais dû le prévoir puisqu’il y avait au moins 8 humoristes annoncés. C’est trop. Et malheureusement, parmi des passages de qualité, une sorte de trou noir.

On peut commencer la scène et ne pas être drôle. C’est excusable, voire logique. En revanche, imiter du stand-up avec un patchwork de sujets exécuté avec les pieds, ça me contrarie plus. Surtout quand on s’accroche au micro pendant 20 minutes à la fin de la soirée. On organise, on se met bien dans l’ordre de passage, mais on n’est pas au rendez-vous.

Dommage, cela manquait juste d’aller chercher du contenu plus authentique. Rien d’insurmontable, mais il faut accepter que l’on se plante d’angle. Ne pas se décourager par la critique, l’ignorer et faire son trou. Si vous perdez confiance parce que vous lisez ces lignes, vous commettez une énorme erreur. Encore une fois, je me répète mais ce message doit passer : cela ne dure qu’un temps. Vous finirez par trouver le truc, mais si vous arrêtez, ce ne sera pas à cause de moi. Tâtonnez, d’accord, mais pensez au public.

Résultat des courses : j’ai encore filé à l’anglaise au moment des actualités. Je mets encore de l’argent dans le chapeau même si je suis invitée partout, mais là, c’était au-dessus de mes forces. J’ai dit à certains humoristes que j’ai aimés que je leur paierai un coup. L’équilibre se fera ici.

Crédits photo

Yacine Belhousse et Fadily Camara à la Nouvelle Seine © Betty Durieux. Pour information, cette photo et les personnes qui y posent n’ont rien à voir avec ce récit.

[post_title] => La fois où j’ai filé à l’anglaise pour d’autres humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => filer-anglaise-humoristes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:35 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6264 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 5706 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-28 11:58:28 [post_date_gmt] => 2019-02-28 10:58:28 [post_content] =>

Comme chaque année, le Festival d'Humour de Paris (FUP) s'achève sur une soirée réservée aux nouveaux humoristes. Retour sur la clôture du FUP 2019 et la performance des 9 finalistes et des 2 vainqueurs à Bobino, Paul Mirabel et Morgane Cadignan !

FUP 2019 : Bobino, entre sauna et passages enflammés

Cette année, Le spot du rire a eu le privilège d'être invité en Carré or. Merci Laura Lozano, rencontrée dans le jury des Best de l'Humour et qui dynamise les Trempoint ! On en a profité pour choisir un +1 hors du circuit, mais qui connaît Alexis le Rossignol. Ça tombe bien, deux ans plus tôt, l'artiste recevait le prix SACD...

En arrivant à Bobino, c'était l'occasion pour moi de me vanter auprès de cet invité et de lui montrer que je connaissais plein de gens inconnus du grand public. Dans cinq ans, il réalisera l'ampleur du truc, mais vous, vous savez déjà #LesVrais.

Je ne sais pas si c'était le réchauffement climatique ou quoi, mais le chauffage tournait en plein régime. J'ai même cru me sentir mal à la fin du spectacle. Organiser le festival un mois plus tard, c'est bien, mais changez le thermostat les gars.

La présentation de Nicole Ferroni tranchait avec la chaleur ambiante. Je l'ai trouvée vraiment inégale, et même molle au début. Malgré deux ou trois coups d'éclat, elle a été en-dessous du niveau de Vérino l'an dernier. Après, je ne fais pas partie des fans de cet artiste, cela peut aussi jouer !

Après, l'essentiel du FUP 2019 était de mettre en lumière les jeunes artistes. Revenons sur chaque prestation !

Pierre Thevenoux

Autant vous le dire tout net, j'étais dégoûtée de voir Pierre Thevenoux en premier. Sans surprise, il faisait partie de mes favoris pour la soirée et la chauffe de Nicole Ferroni ne l'aidait pas à lancer la soirée.

Son passage était bon, mis à part peut-être une blague qui n'a pas fonctionné comme d'habitude. Pas d'applaudissements, mais les rires tombaient là où il fallait.

Maryvonne Beaune

J'ai découvert cette humoriste la semaine précédente, lors du Trempoint. Elle faisait partie de la brochette d'humoristes qui joue au Sentier des Halles, lors d'une exceptionnelle. Cette salle, c'est la dernière acquisition de Jean-Marc Dumontet, le big boss du Festival (et de la majorité de l'humour parisien...).

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle m'impressionne autant. J'avais lu la description de son spectacle de l'époque, et je n'avais pas été convaincue par le pitch. Et pourtant, lors du Trempoint, elle a assuré. J'ai même cru, comme Félix d'ailleurs, qu'elle pouvait cartonner.

Malheureusement, la prestation n'était pas aussi forte que prévu. Je ne l'ai pas trouvée mauvaise en soi : la folie fonctionnait, mais cela ne portait simplement pas. Si vous étiez à Bobino, ne la jugez pas simplement sur ces quelques minutes : elle peut vraiment mieux faire !

Certe Mathurin

Certe Mathurin est rodé. Comme au Trempoint samedi, il a demandé qui a été voir son premier spectacle. Il le jouait à La Nouvelle Seine, ce qui n'est pas rien... Et pourtant, au Point Virgule comme à Bobino, j'étais la seule à avoir fait le déplacement et à applaudir...

Habitué des plateaux et de la scène, Certe a réalisé une prestation correcte. Il a mis de côté les soucis de diction de son début de carrière. Ses idées sont sympathiques, son passage fonctionne mais cela plafonne toujours un peu. Il manque le petit plus pour éclore véritablement, mais sa détermination le lui offrira sûrement...

Félix

À l'applaudimètre, Félix a cartonné. C'est lui qui a sorti le public de sa torpeur. Les premiers applaudissements, les rires incontrôlés de celle qui a un rire bizarre et qui est toujours dans les salles de spectacle. Je me suis dit qu'il allait le gagner, ce foutu concours.

Félix, c'est quelqu'un que je vois jouer depuis longtemps. Et contrairement à Certe, il a débloqué quelque chose. C'est un performer qui a su, petit à petit, attirer la sympathie. Ses thèmes se sont aussi modernisés. Au lieu de chercher à se placer sur le bon filon marketing, il aborde les sujets qui le tiennent à coeur et dénonce avec beaucoup plus de finesse que les années précédentes. Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'impressionne, et il l'a fait.

De l'aveu de tous les humoristes présents, c'est lui qui a été le plus efficace. Ce qui lui a manqué, c'est de devoir se confronter au mec le plus bankable du moment...

Paul Mirabel : Grand Prix du FUP 2019

Certains humoristes m'ont dit qu'ils ne voulaient pas s'aligner au FUP 2019. La raison : Paul Mirabel. Vainqueur du Campus Comedy Tour en 2018, puis des Best de l'Humour le mois dernier, Paul plie les festivals.

Comment s'y prend-il ? Il y a quelque chose de spécial dans l'air quand il monte sur scène. Une présence immédiate vient cueillir les spectateurs. Il semble qu'il n'ait qu'à dire bonsoir pour faire rire. C'est vraiment très fort. Dès cette première seconde, j'ai compris que le prix était pour lui.

On rit pour l'homme plus que pour le texte, même s'il est déclamé avec beaucoup de talent. C'est une sorte de bulldozer de l'humour qui reprend les codes de l'autodérision pour mieux la disrupter. Si ses camarades ont choisi cet angle depuis des lustres, il l'incarne comme personne.

La seule chose qui me faisait douter, c'est qu'il a moins de bouteille que les autres. Un peu comme Djimo l'an dernier : on doutait de sa capacité à jouer une heure... et il a réalisé ce défi sans broncher ! Mais les grandes salles deviennent son terrain de jeu (La Cigale...). Ne vous y méprenez pas : il doit gérer le trac, mais il a une manière de se mettre dans sa bulle et de faire abstraction de l'extérieur. S'il continue ainsi, il s'offrira une belle ascension humoristique ! On espère qu'il sera bien entouré et qu'il ne se brûlera pas les ailes.

Ambroise et Xavier

Si vous êtes fidèle au spot du rire, vous connaissez Ambroise et Xavier. Au Sonart, ils enchantaient et bluffaient les foules. Je me suis pris une claque à cette occasion, et je m'excuse pour tous ceux qui ont développé des attentes trop élevées sur ce duo.

Le problème, c'est qu'en plateau, ils ne sont pas aussi efficaces. Avez-vous déjà voulu manger dans un étoilé pour manger le pain et des cacahuètes ? Non, certainement pas.

Je ne sais pas si c'est le choix de l'extrait ou simplement si leur univers demande un peu d'immersion, mais ça ne fonctionne pas autant. C'est d'autant plus cruel que ce talent, je l'ai vu, je vous le certifie. Là, c'est drôle, mais pas transcendant. Et comme ça s'est vérifié au Point Virgule et à Bobino, il y a des correctifs à faire.

Dommage, parce que le duo a fait des efforts pour adapter sa prestation à Bobino. Xavier est toujours aussi efficace, mais le public n'a simplement pas le temps de s'attacher à Ambroise. Je pense qu'ils vont rapidement rectifier le tir, parce que je suis intimement convaincue de leur talent. Ils écrivent et jouent comme personne dans un bon cadre : à eux de le trouver !

Morgane Cadignan : prix SACD au FUP 2019

Quel bonheur de voir Morgane Cadignan récompensée. Un peu comme Paul Mirabel, elle a un truc bien à elle. Sa plume, certes, mais aussi une personnalité. On l'aperçoit timidement derrière un texte en béton armé, mais cette fille a l'air vraiment dingue.

C'est un peu le genre de rebelle qui n'explose pas tout de suite, qui sait s'indigner quand il faut. Elle observe le monde comme peu de gens et livre un portrait poétique de la société. Et elle n'est pas du genre à vouloir se faire emmerder. Quand Nicole Ferroni lui a posé une question complètement à côté de la plaque, je l'ai vue fidèle à elle-même. Elle m'a rappelé tous ces gens qui montrent à l'interviewer qu'il est à côté de la plaque, et je vous avoue que c'est son pêché mignon. N'y voyez pas là de l'arrogance, mais une réaction humaine et sincère, sans fioriture.

Par contre, je dois mettre un carton rouge à tous ceux qui ont dit qu'elle a eu le prix SACD parce que c'était une fille. Quelle connerie. Franchement, j'en ai vu des quotas louches. Mais là, ce prix est logique. Comme Charles Nouveau, vainqueur de ce prix en 2018, Morgane Cadignan a évolué dans le monde de la pub. Oui, ce lieu plein de créatifs qui deviennent humoristes ou écrivains (coucou Beigbeder).

Si vous ne parvenez pas à voir son talent, vous avez un sérieux problème. Après, on aime ou on n'aime pas, mais quand même, on peut reconnaître objectivement les belles performances.

Lisa Raduszynski

C'est la prestation en-dessous de la soirée. Si cela passait au Point Virgule, Bobino l'a accueillie très froidement. Pourquoi cela n'a pas marché ?

Déjà, je la trouve plus drôle lorsqu'elle joue en anglais. Elle joue moins avec les clichés et les blagues à l'ancienne. Les juifs, le fait d'évaluer son physique... On attend plus original en 2019.

Après, cela peut tout à fait marcher. Mis à part devant un public très averti, une personne comme Lisa peut fonctionner dans un festival. À mon sens, on l'a envoyée au casse-pipe en la choisissant pour Bobino. L'année prochaine, avec plus de préparation et un jeu en français dans de nombreux lieux, cela aurait pu marcher.

Je l'ai croisée ensuite et je l'ai réconfortée, parce que je pense qu'elle a sa place. Pour certains humoristes, j'estime qu'ils n'ont aucun avenir. Ce n'est pas le cas de Lisa. Il faut simplement travailler et trouver son truc, ce qui la différencie. Ensuite, le reste suivra logiquement ! Au Sentier des Halles, devenu un laboratoire pour Jean-Marc Dumontet et ses équipes, c'est l'endroit idéal...

Didou

Didou a réalisé une prestation dans la lignée de Félix, sauf qu'il avait le défaut de Lisa. L'originalité que j'ai pu voir dans certains plateaux, il ne l'avait pas. L'humour était un peu à l'ancienne.

Pour autant, si ça marche, c'est une question de présence. Didou a de l'énergie et mise sur le côté bon copain. Il y a encore de la place sur le créneau parce que les gens veulent continuer à rire sans se prendre la tête.

Je vous avoue que j'aime beaucoup trop l'originalité pour apprécier pleinement son humour. Au moment où il parlait du doigt d'entrée dans le Marais, j'ai arrêté d'écouter. (Nous avons corrigé la formulation suite à une demande de son manager, qui rappelle que Didou n'est pas un humoriste vulgaire. On est d'accord avec ça, mais c'est important que vous sachiez les coulisses derrière la rédaction d'articles, NDLR). Déjà, j'étais fatiguée de la soirée (il passait en dernier) et la chaleur me faisait littéralement me sentir mal.

J'attendais un peu mieux de Didou, mais je savais que son angle vu et revu ne suffirait pas pour se distinguer.

FUP 2019 : verdict

La soirée des humoristes de demain (ils ont changé le titre, c'est beaucoup plus clair) a réussi son pari. Cette année, je trouvais cela difficile de choisir un vainqueur : les univers étaient très différents, et les observateurs ont noté deux groupes de niveau.

L'un des membres du jury nous a confié que Paul Mirabel se détachait nettement pour eux. Il serait intéressant de voir la réception du public : au-delà des applaudissements et des rires, cela donnerait un indicateur pour la suite de sa carrière. Je ne me fais pas de souci particulier ; en revanche, je suis extrêmement curieuse des prochains mois.

On verra plus que ses passages ultra-rodés - même si j'ai découvert de nouveaux textes. Il me confie sans cesse qu'il a envie de me montrer autre chose, et effectivement, c'était très appréciable.

Le casting du FUP 2019 aurait pu être plus fort, mais on était loin du niveau très, très hétérogène des Best de l'Humour. Chaque festival répond à des codes très précis, mais rien ne remplace le fait d'être dans le public des plateaux pour se faire une véritable idée des forces en présence. Avec autant d'humoristes, personne ne peut prétendre pouvoir offrir un condensé d'une dizaine de personnes...

Crédits photo

© Festival d'Humour de Paris / JMD Production

[post_title] => FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fup-2019-paul-mirabel-morgane-cadignan [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:55:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:55:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 5561 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-18 21:45:53 [post_date_gmt] => 2019-01-18 20:45:53 [post_content] =>

Les Best de l’Humour organisent des présélections pour la finale du 29 janvier dans de nombreux lieux. À Paris, j’ai assisté aux 2 soirées pour départager 38 humoristes en 2 finalistes. Retour sur cette expérience qui m’a beaucoup appris.

Lire aussi - Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélection Paris Best de l'Humour, acte I : Clément K et le reste du monde

Au début, je savais que Clément K tentait sa chance. Pour moi, connaissant le fonctionnement du concours, il allait gagner cette première soirée et ma présence ne serait pas utile. En voyant les sélectionnés, j’ai pensé que Marc Tourneboeuf avait aussi ses chances. Son expérience (entre cours Florent, théâtre, cinéma...) le plaçait dans la catégorie des pros.

Ensuite, j’ai appris qu’il se lance dans le seul-en-scène. C’est sûrement pour ça qu’il jouait la carte du mec à découvrir. Avant de le voir sur scène, j’espérais qu’il en avait plus à offrir qu’un joli minois et un positionnement marketing sur la poésie. Been there, bro.

Enfin, j'estimais que Klotilde allait se distinguer. Deuxième selon mon classement, elle termine finalement troisième derrière Marc. Le reste, mis à part Maxime qui semblait un peu original, on aurait pu s’en passer. Je dis cela comme un professeur avait dit à Roman Frayssinet :

Tu m'as fait perdre mon temps.

Evidemment, aujourd'hui, Roman est une rock-star de l'humour. Je souhaite que les personnes qui participaient aux sélections s'en souviennent et ne prennent pas pour vérité générale ce que j'avance. Je peux me tromper, je livre simplement mon opinion. J'aspire à ce qu'ils me prouvent le contraire et me fassent fermer mon clapet. Continuons.

Bien sûr, il y avait Thomas Angelvy. Mais c’est le genre de talents qui apparaît dans de nombreux tremplins sans qu’on ait envie de l’aider. Il est très bon niveau jeu et interactions… mais ses sujets sont vus et revus. Les rapports homme-femme avec supplément clichés, sérieusement ? Au moins, il a eu la jugeote d’enlever la partie sur le Philippin.

Sans surprise, Clément K a remporté cette manche haut-la-main devant quelques adversaires et figurants. Je les juge surtout sur l'originalité, certains n'apportaient rien de nouveau ou n'avaient pas le niveau. Le lendemain, j’étais à l’anniversaire d’Alexandra Pizzagali et Mo Hadji, qui gère les Best de l'Humour, m’a invité à proposer des gens pour la soirée suivante. Il m’expliquait alors que le Théâtre du Marais n’avait que ce show-là le lundi suivant. Il pourrait donc prendre son temps et proposer de nombreux artistes.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte II : infiltrer Pierre Thevenoux comme un ninja

Au départ, je n’ai pas trop réfléchi à qui je pouvais suggérer. J’avais dit que je ferais un retour le samedi, mais j’étais trop occupée à migrer les adresses des plateaux sur Mapstr. Le dimanche matin, je me réveillais enfin : j’avais deux idées. J’hésitais entre Pierre Thevenoux et Morgane Cadignan. J’ai opté pour le premier choix, parce que je pense qu’il peut plaire au-delà de Paris. Le spectacle de Morgane est trop axé sur la génération Y parisienne.

Je lui ai donc proposé en lui vendant l’expérience au mieux. Voici un extrait :

Je pense que tu me permettrais de passer une meilleure soirée en tant que jury et que ça te permettrait de gratter des dates pépouze en province.

J’ai le sens de la formule, que voulez-vous.

Pierre accepte, je soumets donc l’idée à Mo. Et là, patatras ! Mo estime que cela serait injuste pour les personnes qui ont passé le processus de sélection. Je lui explique que je ne savais pas qui l’avait fait. En somme, j’avais vraiment envie de relever le niveau du concours. Mo a beau faire beaucoup de communication, les candidatures sont souvent bien en-deçà du niveau minimum requis à mes yeux.

Le circuit du Paname contre le reste du monde ?

Déjà, vis-à-vis de la scène stand-up actuelle, la proportion de participants est très faible. Vous ne verrez jamais des Fadily Camara, Paul Dechavanne ou même Louis Dubourg dans ce type de concours. Et Mo semble même s’en désoler. Quand je lui explique que Pierre n’a peut-être pas eu connaissance de l’événement, il me rétorque qu’il fait partie de ceux qui ne jurent que par le Paname Art Café.

Pierre, je t’ai défendu. Je lui ai répondu que tu étais prêt à faire des scènes pétées en banlieue. Bon, dans l’exemple que j’avais en tête, je parlais d’une soirée à Saint-Maur des Fossés où tu étais programmé. En réalité, c’est Ghislain Blique qui t’a remplacé, car tu étais malade ce soir-là. Pour de vrai, tu n’as pas fait semblant.

Tout ça pour dire que Pierre est un stakhanoviste des plateaux et qu’il aurait pu jouer les premiers rôles dans une sorte de hold-up. Là encore, je ne savais pas qui était présent au deuxième round.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte III : 26 comiques, 4 heures de show, les nerfs à vif

Contrairement au premier soir, j’ai décidé de me rendre au théâtre un peu plus tôt. Mo est déjà là, avec deux humoristes que je n’ai jamais rencontré et Thibaud Agoston. Je me dis qu’il est suisse et ne comprends pas trop ce qu’il fait là. Il ne pouvait pas jouer à la sélection suisse, alors il passe ce soir. Désolé Pierre, comme quoi, il y avait peut-être de la place…

Bon, je suis cynique. Surtout que Thibaud Agoston, s’il fait honneur à la réputation des humoristes suisses, va sûrement offrir un très beau passage au public. Je ne l’ai jamais vu, je sais juste qu’il joue son spectacle à La Petite Loge, un bon signe. Un branquignole de moins : c’est exactement le flot de mes pensées à cet instant.

On accède finalement au théâtre par l’entrée des artistes. A cet instant, Marion Mezadorian répète la nouvelle version de son spectacle Pépites qu’elle reprendra le lendemain. Les humoristes vont donc tous se retrouver les uns après les autres dans cet espace confiné. L’un d’entre eux me confie que ça va être dur, parce que Paul Mirabel est là. Ma réaction, pour les autres, est immédiate : « Ah, merde... ».

Paul Mirabel, en ce moment, dézingue absolument tout. L’étudiant le plus drôle de France en titre ferait même oublier qu’il a succédé à Nordine Ganso… J’ai de la peine pour mon interlocuteur, car je sais que c’est probablement plié.

Pourtant, Paul n'est pas serein. Il se démène pour mettre en place le kakemono France Bleu sur la scène, et personne ne lui vient en aide. Certains ricanent même dans une ambiance de colonie de vacances. Ensuite, je l'aperçois en prise à un véritable stress. Quand tout le monde vous attend et que vous n'êtes pas dans le circuit depuis longtemps, délivrer à chaque fois n'est pas simple. Je sais que c'est une posture et qu'au fond, il sait qu'il est capable de gagner ce truc, mais il ne le montrera jamais.

Sans langue de bois : levons les suspicions de conflit d'intérêts

Un autre me dit qu’Agoston aura les faveurs du jury, car Mo le soutiendrait. Je ne peux rien en dire, comme je ne le connais pas. Encore une fois, Mo n’officie pas dans le jury.

Après tout, on en revient encore à ce déficit de candidatures. Les humoristes peuvent se dire qu’ils n’ont aucune chance car ils suspectent un conflit d’intérêts. Or, si en festival, les dés sont parfois pipés (coucou Top In Humour, un peu), il existe un précédent qui prouve le contraire. Mauves de Rire 2017 : la troupe de Mo Hadji est presque au complet, accompagnée notamment de Marion Mezadorian. A l’époque, elle était étonnée de gagner, parce qu’elle pensait (comme beaucoup, sans doute), que Félix Radu était vainqueur d’office. Or, Marion a remporté ce festival émergent.

Selon un autre humoriste qui travaille avec Mo, ce dernier se révèle intransigeant avec ses poulains lorsqu’ils ne font pas le job. Mon interprétation : Mo gère avec passion un certain pool d’artistes et un festival d’envergure internationale (le Liban est dans la place, les gars…). Il peut avoir un biais pour ses artistes, c’est humain, mais il ne les favorisera jamais d’office. Je n’ai pas vu la moindre trace d’influence pour untel ou untel lors des deux soirées.

Le niveau est anormalement bas

Par contre, pour l’année prochaine, j’ai une requête. Je comprends l’envie de donner sa chance à de nombreux artistes. Il avait déjà établi une présélection, mais parmi les 26 présents ce soir-là, j’en aurai retenu 3 ou 4 max. Au global, il aurait pu se contenter d’une soirée d’une heure avec 6 ou 7 humoristes.

Bon, je dis ça, mais j’ai vu quelque chose d’incroyable. Pierrick Vidal, un humoriste qui a quelques scènes dans les pattes, a terminé deuxième du concours entre Paul Mirabel et Thibaud Agoston. Son passage évoquait son rôle d’éducateur d’élèves en SEGPA. Les blagues sur ce type de population étaient lourdes et peu originales à mon goût, mais le reste du jury semblait bluffé. Il a habilement joué le moment d’émotion à la fin, pour rendre son passage humain. Cela pourrait n’être qu’une affaire de goût, mais lors de la première soirée, Maxime Garcia a plu grâce à son originalité mais le jury ne l’a pas vraiment bien placé, faute d’expérience. Cela manque de consistance, mais ce n’est pas évident.

D’autant plus que ces derniers jours, le festival des Fous Rires de Bordeaux a dévoilé la programmation de ses tremplins. L’impression que le niveau a baissé en 2018 se confirme. Il y a en effet un creux, même si de nombreux talents émergents sont malheureusement aux abonnés absents. Remettons aussi cela en contexte : en 2018, certains humoristes étaient décevants dans ces tremplins. Et je n'ai toujours pas compris la victoire de François Guédon. Les goûts et les couleurs...

Jury : gare à l'influence du groupe

La soirée a duré quatre heures. Elle était si longue que je n’ai pas vu le jury délibérer jusqu’au bout (merci le dernier métro). J’ai laissé mon papier avec mon tiercé gagnant : Paul Mirabel, Thibaud Agoston et Brahms. En réalité, je pense que j’ai préféré Thibaud, mais j’ai appris là une chose essentielle sur le rôle de jury. Quand vous hésitez, vous vous ralliez naturellement au groupe. C’est un biais cognitif du cerveau.

Le cerveau aimant la répétition, entendre sans cesse des louanges sur Paul et le voir passer en dernier alors que tout le monde était épuisé a augmenté mon appréciation. Dans le jury, il y avait une spectatrice qui a un rire… reconnaissable. Elle n’en pouvait plus de s’esclaffer, et a confessé par la suite qu’elle ne riait pas vraiment pour la prestation, mais pour l’ambiance d’alors.

Entendons-nous. Paul Mirabel a été très bon. Ce moment a sublimé sa prestation, qui allait de toute façon être correcte. Ajoutez à un bon tirage le fait de passer après une dizaine de mecs pas au niveau et vous obtenez un triomphe. Je les aurais objectivement mis ex-aequo, Paul et Thibaud.

Même si j’ai trouvé sa voix différente sur scène et dans la vie, j’ai adoré le passage de Thibaud. Il y avait le talent du comédien, une fougue dans le jeu et un texte ciselé au plus près de la justesse. La fin, c’était juste un moment de grâce. Marc Tourneboeuf, qui a une fin similaire, pourrait en prendre de la graine car c’était encore un cran au-dessus !

Sélection Paris Best de l'Humour, acte IV : apprentissages

J’ai appris beaucoup dans ces soirées. La compétition entre humoristes a révélé que dans le milieu, les stand-uppers du circuit classique sous-estiment Clément K. La raison principale, c’est qu’il joue un peu moins qu’eux. Après, connaissant le garçon, je sais qu’il a de quoi plaire au public – à la Petite Loge, c’est déjà le cas. Mo le décrit en off comme le futur Guillermo Guiz, une analyse évidemment prématurée qui le dessert.

D’ailleurs, Clément a tout du type modeste. Je vois dans les commentaires de ses adversaires la peur d’être mis de côté pour des raisons partisanes. Certains humoristes présents dans ces soirées-là travaillent d’arrache-pied. Ils en veulent, ils ne trichent pas et ils n’ont souvent personne pour gérer leur carrière. Comme Clément, ils travaillent à côté car ils ne vivent pas encore de leur art. Je peux comprendre leur réaction, même si elle n’est pas recevable. En tout cas, j’aimerais vraiment que pour 2019, le niveau s’élève. Je veux que la décision soit difficile, et les talents plus nombreux.

Je formule donc ce conseil aux humoristes : dépassez vos préjugés et postulez pour l’année prochaine. Parce que si je suis encore jury, je ne tolérerai plus de blagues d’humoristes de foire avec des faux poils pubiens apparents. Je sortirai de la salle si je suis témoin d’un ajustement de sous-vêtements qui dure plus de trois minutes. A l'inverse, j'ai eu de la peine pour Tatiana Djordjevic, qui était au mauvais endroit pour prouver son talent. Pour finir, je vous avouerai que contre toute attente, le jury a fait preuve de justesse sur Paris. Qu’il en soit ainsi lors de la finale ! Je n ’y serai pas, et ça va durer longtemps, alors allez-y avec un thermos et des pantoufles.

Mise à jour : Paul Mirabel a, sans surprise, remporté la finale. Dauphin, Clément K démontre que les sélections parisiennes ont révélé les meilleurs talents dans le cadre de ce festival.

Crédits photo

© Laura Gilli, photo prise lors du Campus Comedy Tour

[post_title] => Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-paris-best-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5561 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5153 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-16 16:19:21 [post_date_gmt] => 2018-09-16 14:19:21 [post_content] => François Bellefeuille a joué à Paris en ce début septembre. Un test grandeur nature pour la star de l'humour québécoise, qu'il a réussi haut la main. Retour sur une semaine effrénée.

François Bellefeuille à Paris : jeudi, One More Joke

Rentrée du One More Joke. Tania Dutel remplace Louis Dubourg à la présentation. La tension est très forte : Certe Mathurin n'est pas là. Il vient de jouer en Espagne et, au moment du retour, il subit un retard en raison des intempéries. Pour sa première officielle, Tania doit assurer la chauffe. La programmation est de haut niveau : elle comprend notamment Blanche Gardin, Jason Brokerss... et François Bellefeuille. Je le vois arriver, téléphone portable à la main, visiblement un peu perdu. Personne ne réagit ; j'imagine qu'au Québec, la scène serait surréaliste. Même si je programme encore le One More Joke, je n'ose pas trop le guider à l'intérieur. C'est un peu mon premier jour aussi, je ne voudrais pas faire de gaffe. En coulisses, carnet à la main, François Bellefeuille se fond dans la masse. Il peut compter sur la présence de Jason Brokerss, récemment passé au Canada pour la captation Netflix. Les deux humoristes ne se quitteront pas tout au long du périple.

François Bellefeuille sur scène

J'écoute le podcast de Mike Ward depuis peu. D'habitude, je privilégie les épisodes avec des humoristes français ou suisses. Traduction : ceux qui n'ont pas l'accent québécois. Même si du vocabulaire m'échappe, je comprends ce qui se dit. À titre de comparaison, écouter un podcast avec des québécois est à peu près identique qu'en anglais. Je comprends tout, mais j'ai besoin de beaucoup plus de concentration. Aussi, j'aime bien voir du stand-up en live plutôt que sur YouTube. En effet, la connexion et la compréhension fonctionnent mieux par le regard. Ce ne sera pas le cas ce soir-là. En fait, je n'ai pas regardé le passage. J'étais trop concentrée à l'enregistrer. Je le faisais pour Dalila, que je n'arrête pas de suivre décidément ! C'est elle qui m'informe sur l'humour québécois. Elle est incollable, et je la consulte car je suis complètement dépassée. Heureusement, le public ne partage pas ma difficulté. La salle rit de bon cœur et mesure l'importance d'avoir un humoriste de cette trempe ce soir-là.

François Bellefeuille à Paris : dimanche, Le Point Virgule

François Bellefeuille est venu jouer à Paris de manière soutenue. Il ne se contente pas des plateaux : le Point Virgule lui offre deux showcases dimanche et lundi à 19 heures. Après Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, la plus petite des grandes salles ne manque donc pas le coche. Le public répond nombreux, et comme pour Philippe-Audrey, je manque le coche.
Cette fois-ci, je ne suis pas bloquée en province lors de la grève SNCF. J'ai un autre programme : l'anniversaire de Maoulé, qui nous offre de nombreuses photos de stand-up sur le spot du rire. Je me retrouve donc à prendre la ligne 8 de bout en bout pour aller à la Javelle. Le QG actuel du Why so serious comedy club se transforme en goûter géant à 16 heures. J'offre le livre de Blanche Gardin à l'humoriste-star de la soirée. Ses collègues du Why so serious et du Laugh steady crew jouent quelques minutes. Un événement intime, loin de la frénésie du Point Virgule. Après le gâteau, je fonce au Point Virgule pour retrouver mon envoyée spéciale. Elle ne le sait pas encore, mais elle m'aidera beaucoup dans l'écriture de cet article ! Elle sort du spectacle très satisfaite de la prestation de son humoriste phare. En somme, elle l'attend pour lui expliquer tout : sa passion pour l'humour québécois, son envie d'aller au Bordel Comédie Club à Montréal, Mike Ward, Simon Gouache, etc. François Bellefeuille, touché, lui propose de l'aider à obtenir des tickets quand elle viendra.

François Bellefeuille à Paris : mercredi, Café Oscar

Jamais 2 sans 3 : je vois passer la programmation du Café Oscar. Pierre Thevenoux l'a partagée. Je ne sais pas si j'informe Dalila : elle travaille normalement le soir, je ne voudrais pas la frustrer de ne pas y aller après le One More. En fait, elle est disponible. Nous nous retrouvons donc au Café Oscar ; la salle est presque remplie. La scène est similaire au One More Joke : François Bellefeuille arrive, se met en retrait, téléphone à la main. Dalila, après la discussion du Point Virgule, tient à le remercier de son geste pour le Bordel Comédie Club. Elle ne sait pas si elle doit aller lui donner maintenant, moi non plus. Par peur qu'il s'en aille pour un autre plateau, elle ose. Ce qui est sûr, c'est que François Bellefeuille n'est pas prêt de l'oublier ! Ça tombe bien : il partira pendant le show, prenant son acolyte Jason Brokerss sous le bras. La soirée est bizarre : Jason démarre en trombe. La salle rit aux éclats. Les blagues sont percutantes, le passage est long mais jamais ennuyeux. Une grosse soirée en perspective ! François Bellefeuille continue. Cette fois, j'écoute attentivement le passage. Je ris et je comprends enfin. Ce n'est peut-être pas mon style, mais cela fonctionne très bien. Je soupçonne Monika Oscar, la patronne du lieu, de surjouer son rire. J'hésite entre le bruit d'un animal à l'agonie ou un orgasme. C'est très dérangeant tant elle rit. Avec les tableaux troublants du Café Oscar, l'atmosphère est définitivement spéciale.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé...

François Bellefeuille sort de scène après avoir précisé qu'il prenait l'avion demain. Tout le monde se regroupe dans les coulisses. Jason et François vont s'éclipser. Christophe Ntaka est seul, l'ambiance change du tout au tout. Tout devient difficile, les humoristes bident les uns après les autres. La magie est retombée. Pierre Thevenoux s'en sort quand même. Nick Mukoko, qui clôture la soirée, va vivre un sacré bide. Pour ne rien arranger, il m'engueule car je ris. Camille Lavabre m'avait fait le même coup à la Nouvelle Seine pour son spectacle. Je riais alors qu'il discutait avec un groupe précis, et il fustigeait mon attitude bizarre. Quelle erreur, mec, tu m'as braquée. Je t'ai détesté sur le moment. Peut-être que cela a eu une incidence sur les autres. Je ne sais pas à quel point François Bellefeuille est drôle. Je veux dire, scientifiquement. Tout ce que je sais, c'est qu'on avait affaire à un phénomène paranormal. Ses successeurs n'avaient plus la niaque pour nous faire rire. Comme si son charisme les avait foudroyés. C'est sûrement ça, la marque des très grands.

Crédits photo

© Louis Dubourg [post_title] => François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => francois-bellefeuille-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:14 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5153 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 4442 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-24 13:35:11 [post_date_gmt] => 2018-06-24 11:35:11 [post_content] =>

Pierre Thevenoux a fait le Jamel Comedy Club, joue régulièrement au Paname Art Café et fait rire les salles depuis plusieurs années déjà. Or, pourquoi n'y prêtons-nous pas suffisamment attention ? C'est l'heure du mea culpa.

Pierre Thevenoux : de l'énigme au génie

Décrit par certains comme néo-beauf intelligent (sic !) ou poto d'Alban Ivanov, Pierre Thevenoux trace son chemin parmi les scènes stand-up. Les autres humoristes disent de lui que c'est le plus sain de tous. Sportif, écolo, généreux... En somme, le genre de gars que Denis Brogniart aurait plaisir à décrire dans un portrait de l'émission Koh Lanta.

À défaut d'être un aventurier pour la télé-réalité, Pierre Thevenoux bénéficie d'une belle réputation. On aime le voir, on rit à ses blagues ; il est toujours un peu là. On l'annonce sur scène, il parle d'écologie, d'avions, de plein de sujets. La prestation est toujours solide, il monte en puissance discrètement.

Le jour où tout a basculé

Le 24 novembre 2017, je me rends au Start-up Comedy Club. Cela fait des mois que Nam-Nam me harcèle pour que je vienne, et je trouve enfin le temps. Ce soir-là, Pierre Thevenoux plie les gens en deux. On en discute avec je ne sais plus qui, il est vraiment monté en gamme. Je discute une à deux minutes après le show avec lui, en lui parlant de Cambodge. Il me dit sûrement qu'il flippe de tomber malade ou un truc sur les vaccins avant d'y aller. J'ai vraiment oublié, mais j'ai dû lui dire que c'était vachement bien de jouer aussi loin et de progresser comme ça.

Dans mon article sur le plateau, je cite naturellement Pierre Thevenoux parmi les humoristes passés par le plateau. Or, je n'ai jamais pris le temps d'en parler vraiment. Au fil des mois, je continue d'apprécier les passages de Pierre et Sympa la Vie continue de peindre un portrait très positif. Ensuite, tout va devenir subliminal. Ce n'est que tout récemment que je me suis réveillée.

Je n'en avais pas suffisamment parlé. Alors, que s'est-il passé ?

Les réseaux sociaux, le nerf de la guerre

Le 22 mai dernier, je me rends aux 2 ans du 33 Comedy. Comme pour les précédents anniversaires du plateau, Pierre Thevenoux est encore au rendez-vous. Le soldat fidèle ne parlera pas d'avions ce soir-là, mais on discute davantage. Je ne sais plus qui a dit quoi, mais on a fini par parler du manque d'exposition. Il me dit que lui et les réseaux sociaux, ça fait deux.

Je me vois déjà lui créer des meme pour faire le buzz. Un buzz que je n'ai jamais vraiment su créer pour mes propres contenus, mais là, je lui assure que je pourrais trouver quelque chose. Dans ma tête, il me manque simplement quelqu'un que les gens aiment déjà bien pour pouvoir publier des choses plus virales. J'ai quand même un peu peur de le décevoir, à ce stade, parce que je n'ai jamais fait ça plus de quatre jours. Et c'était pour un championnat de voitures. Je n'ose rien promettre, donc.

Moralité : parlez à Pierre Thevenoux !

J'ai mis un temps fou à découvrir Pierre Thevenoux. Il aura fallu quelques conversations pour comprendre que non seulement, ce mec était drôle, mais il a l'air assez génial. Je culpabilise aujourd'hui d'être restée dans cette torpeur. D'avoir su que cet humoriste est vraiment à suivre sans le partager. Alors que petit à petit, je me suis mise à aller le voir assez régulièrement au Paname Art Café. Pour vous dire, c'est le seul humoriste que j'aime bien pour lequel j'ai emmené mes parents le voir...

Maintenant, je promets de davantage creuser sur cette personne. Car oui, il reste un peu mystérieux, avec ce mode de vie sain que Ghislain n'a de cesse de complimenter !

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => À la découverte de l'humoriste stand-up Pierre Thevenoux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-thevenoux-portrait [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:29:19 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:29:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4442 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 15 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 15 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => e9e8222bd22f9d2e1eb4ac77bc31f6b0 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Pierre Thevenoux

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Pierre Thevenoux est marrant, normalement : affiche du spectacle au Point Virgule

Pierre Thevenoux est marrant, évidemment !

Podcast Comique ! de Ghislain Blique - image d’illustration

Podcasts premium : l’expérience « Comique ! » avec Ghislain Blique

Interviews du spot du rire : une sélection des meilleures anecdotes

Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

Fin du 33 Comedy club : merci pour 3 ans de rires à La Grange !

Le 33 Comedy à la Grange, c’est presque fini !

Deux humoristes à la Nouvelle Seine : Yacine Belhousse et Fadily Camara

La fois où j’ai filé à l’anglaise pour d’autres humoristes

FUP 2019 : retour sur la soirée de clôture

FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs

Sélections Paris Best de l'Humour : Paul Mirabel, l'un des finalistes à Paris

Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury !

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

François Bellefeuille invité de Louis Dubourg dans Un café au lot7

François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Pierre Thevenoux, humoriste stand-up

À la découverte de l'humoriste stand-up Pierre Thevenoux