Publications liées au mot-clé : Betty Durieux

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => betty-durieux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 448
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => betty-durieux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 448
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => betty-durieux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 448
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => betty-durieux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 448
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 448
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 448
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => betty-durieux
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 448
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (448) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (448) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (448)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 4427
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2018-06-20 10:13:29
                    [post_date_gmt] => 2018-06-20 08:13:29
                    [post_content] => Lundi 18 juin, je suis revenue sur scène au Jardin S’enjaille. Ce nouveau plateau accueille autant de découvertes que de confirmés. Betty Durieux m’a proposé d’y jouer, ce à quoi j’ai répondu oui. Retour sur une expérience intense.


Cinq minutes ? Top chrono !

J’ai tellement changé d’avis sur le texte. L’idée de conserver la même chose que pour ma première fois au 33 Comedy ne me tentait pas. Alors, changeons la fin. Après tout, je l’ai brodée sur scène au dernier moment. J’avais une idée : dire que passer du temps dans le public des plateaux m’a changé la vie. Et puis, il y avait cette anecdote, passée peut-être inaperçue : je ne suis pas les humoristes jusqu’à chez eux. Je ne sais pas, c’est sorti un peu comme ça. Après la première, je voulais aussi faire table rase de ce qui a dérouté. Exit la kryptonite, Philippe Stark et les marques de céréales. Que mettre ? Le documentaire Get up stand up m’offre une réponse. Dedans, j’y vois Pierre Thevenoux. Ni une, ni deux, je crie en m’adressant à l’écran plat : « c’est Pierre Thevenoux ! ». Bonheur de voir que je suis la seule à avoir ce comportement, je pars là-dessus. Difficile de réitérer mon apostrophe à un meuble hors contexte, mais je reste sur mon cap.

Changement de cap

Un événement m’en fera dévier. L’Underground Comedy Club, samedi soir. Je parle vite fait du sketch à mon guide spirituel malgré lui, mon phare parmi les humoristes : Jean-Philippe de Tinguy. Il me dit que ce n’est pas forcément compréhensible cette histoire de télévision. Je ne l’écoute pas, la soirée passe. Puis je repense à la soirée. Au moment où je lui dis que je prends le même trajet que lui parce que j’ai de gros mollets. Bingo, personne ne peut faire ça. J’ai donc fini par orienter ce cinq minutes sur Jean-Philippe, sans le citer explicitement. Après tout, n’était-ce pas le conseil initial de Fred Cham ? Et puis, on s’en fout. Je ne m’en foutais pas. Je me disais : « Tu vas vraiment faire ça ? Et si on remonte à la source, et si les sous-entendus ? » Foutaises, ils n’ont pas attendu mon cinq minutes pour exister, ces pourparlers. Puis il reste trois jours, tu ne peux plus reculer.

Le jour J

Motivations floues, expérience scénique inexistante, frustration face au travail d’apprentissage et à l’inexpérience. L’envie me quitte, me fait glisser vers une torpeur face à l’exercice. Vivement le 18 juin, vers 22 heures, que cette plaisanterie cesse.
Je passe en deuxième. Rey Mendes finit son passage et m’appelle sur scène. Je suis incapable de savoir si je vais me rater. Ghislain et Nadim me soutiennent comme des damnés. Le premier a même refusé une scène parce qu’il m’a promis sa présence. Pour rappel, c’est lui qui m’a fait jouer pour la première fois. Ghislain est mon fan le plus actif, en quelque sorte ! J’arrive sur cette scène, les mots sortent vite. Trop de texte. Un rire. Je commence à prendre la confiance. Trop : je pars sur un truc sur le prénom Marthe que j’ai trouvé au dernier moment. Ça ne sert à rien, mais c’est si frais que je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir. C’est forcément génial. En vrai, personne n’a compris. Quand le silence s’installe, c’est comme si je prends un coup sur le ring. Je titube, approximation des transitions. Ça devient n’importe quoi, j’ai l’impression de me faire manger sur place et de ne pas pouvoir répliquer. Je raconte n’importe quoi, quelle idée de prendre un spot comme ça, sur un plateau ? Sauvez-moi.

Instinct de survie

Et puis zut. Il faut tenir : j’ai encore une pelleteuse de mots en chemin et deux minutes trente. Il faut embrayer sur les mollets. Oups, j’en parle dans le désordre. Au moins, ils ont ri quand j’ai dit qu’ils étaient gros. Mes approximations s’expriment par l’expression « grosso modo ». Je le dis à chaque phrase, mais je n’en sais rien. Mode survie. Je crois que les gens ont compris que je suis un peu dérangée, ça ricane un peu. Je veux partir. Mais la chute, je l’ai réécrite huit fois. J’y tiens. En vérité, dès que j’y ai tenu, ça s’est bien passé. Même si j’ai tenu le micro avec deux mains, comme un enfant enlacerait son doudou. Mode survie, ça rend mal sur les photos. On s’en moque, c’est presque fini. Il faudra revenir sur scène pour les « actualités ». Moi qui adore ce moment, je n’ai aucune envie de le vivre aujourd’hui. Je suis fébrile, je parle de mon site où je parle de tous les autres humoristes sauf moi. Aveu de faiblesse : je ne fais pas partie du gang, ce sera la dernière.

Pourquoi monter sur scène, déjà ?

La première scène, c’était pour voir. Faire comme les humoristes. La deuxième scène, c’était plus sérieux. Mais je la refusais. Cette question me hante : le fais-tu pour les bonnes raisons ? Et d’ailleurs, c’est quoi la raison ? Parce que le couplet sur le dépassement de soi, ça va cinq minutes. C’est dur, mais ça n’a rien à voir avec Koh Lanta. J’ai trouvé la vraie raison. Exister aux yeux des autres humoristes. Cette hantise de disparaître du milieu et qu’on ne me calcule plus est bien là. Cette peur panique d’être jugée utile juste parce que je parle des gens, mais qu’en vrai, ils n’en aient rien à faire. En tout cas, c’est une raison que je jugeais insuffisante. Puis des humoristes ont insisté. Ils avaient trop envie de me voir jouer. C’est très bizarre comme sensation, moi, j’ai envie de les voir jouer. Donc, une manière d’exister pour eux serait de jouer ? Ai-je envie de le faire ou de faire plaisir à ceux qui le veulent ? Suis-je comme Terry dans Brooklyn Nine-Nine, avec son fétichisme des yaourts et son envie que tout le monde l'aime ?

Des excuses et du blabla

Je vous l’avoue : les excuses que j’ai trouvées pour ne plus le faire sont trop faibles. Trop de travail ? Mauvaise foi : tu as passé ton week-end à regarder les 24 heures du Mans et la coupe du monde. Je ne sais pas jouer ? Ben apprends. Pas de plaisir ? Tu as cru que la scène est un parc d’attractions ?! En plus, les gens ont ri, alors calme-toi. Je te soupçonne même d’avoir dit que c’était nul pour que les gens te disent que c’était bien. Ton ego en a redemandé, c’était sale. Ne dis pas que tu ne vas plus jouer parce que tu finiras par le refaire. Tu as juste la flemme mondiale de tenter un truc pour de vrai. Problème de babtou fragile, juste, tais-toi, fais tes vacances vivifiantes et on en reparlera au retour. Comme vous le voyez, je m’aime bien. On a tendance à être la personne la plus critique envers soi-même et en même temps à ne pas accepter les critiques. Surtout celles que l’on ne s’est pas adressées à soi-même. J’ai reçu tellement de messages de soutien et comme à chaque fois, je suis intriguée. Pour le moment, il faut que je rattrape mon retard sur les articles du site, et on reprendra cette réflexion scénique au moment voulu.

Monter sur scène : en résumé

Monter sur scène, c’est grisant. Il est facile de décrocher un spot non rémunéré. Les découvertes au Jardin S’enjaille ne touchent rien. Par contre, affronter la peur du bide et des silences gênés est très difficile. On a tendance à vouloir s’en protéger. C’est pour ça que chaque bide passe par un renoncement de l’artiste sur scène. Souvent, le ressenti est faussé. D’où l’écart entre ce qu’on ressent et ce que le public vit. Je ne sais pas si la scène est viscérale pour moi. Beaucoup décrivent ça comme une évidence. Une drogue. Je n’en prends pas, je ne peux pas le savoir. Tout ce que je sais, c’est que quand la pression est retombée, ça allait beaucoup mieux. Ce sentiment de liberté face à l’absence d’obligation de jouer… Cette idée de retrouver ma vie normale m’a séduite. Mais j’entends les encouragements des autres de continuer. Le fait de ne pas parler gynécologie sur scène me galvanise, je me sens différente. Et voir la tête de Malik Bentalha partout me rappelle que lui ne se pose pas de questions. Il ne se dit pas qu’il n’est pas pertinent sur scène ou grand écran, il prend la place, sans gêne face à son plagiat. Ainsi, il profite des gens comme moi qui se disent qu’être honnête ou ne pas jouer les jeux politiques ne mène à rien. Il se nourrit de mon découragement et de ceux des autres, mais il ne devrait pas. Peut-être que ça me fera revenir. Affaire à suivre ! [post_title] => Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-jardin-senjaille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4427 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 4372 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-02 15:45:05 [post_date_gmt] => 2018-06-02 13:45:05 [post_content] => Le 18 juin prochain, je vais à nouveau monter sur scène. Après une première expérience sans encombre au 33 Comedy, je me relance dans l'aventure au Jardin s'enjaille.

Pourquoi remonter sur scène ?

Autant vous le dire tout net, je pars sans aucune ambition. Je n'ai vraiment pas cherché à le faire, mais après plusieurs propositions déclinées, j'ai craqué. Je sais à quel point il est difficile de commencer, et je me sens un peu privilégiée d'avoir un accès à des scènes très qualitatives sans effort. Bien sûr, il ne s'accompagne pas de chapeau, mais je ne peux que m'estimer chanceuse de n'avoir pas eu à lever le petit doigt. Et même à avoir un peu résisté...

Où cela se passera-t-il ?

On dit souvent qu'il suffit d'être généreux pour que vos bonnes actions paient et vous apportent quelque chose. Je dois vous avouer, quand je me fais renifler par un mec qui ne s'est pas lavé dans la queue au supermarché ou qu'on m'ignore, je doute un peu du délire. Force est de constater, pourtant, que parler d'artistes humour et stand-up m'a ouvert la porte de la scène la plus prisée du moment : le Jardin s'enjaille. Grâce à Betty Durieux, j'y serai donc le 18 juin prochain à 20h15. Lorsqu'elle m'a contactée, j'étais tellement mal vis-à-vis de ce que je vivais ce jour-là que je n'ai pas réfléchi. Le oui est sorti. Ça pourrait être rigolo. Je ne panique pas encore. J'ai choisi une date, sans savoir qui jouerait en même temps. On verra, de toute façon, ce n'est pas mon rôle de faire la fine bouche, juste faire de mon mieux. Et ça commence par-là : si vous voulez vous assurer une place assise, je vous invite à réserver !

Y aura-t-il du nouveau ?

Ceux qui sont venus au 33 Comedy en février dernier voudront peut-être m'entendre dire autre chose. Et je dois dire que j'ai envie de changer deux-trois trucs. Je suis actuellement dans la phase où je m'interroge encore sur ce que je vais faire. J'ai eu une idée, puis je l'ai mal présentée et on m'a dit que ça n'allait peut-être pas être clair. J'aurais bien envie de parler de 98 choses telles que les gens sur les forums de météo ou mon enterrement de vie de jeune fille idéal. Il commencerait avec un petit-déjeuner avec un présentateur météo (c'est une thématique puissante chez moi) et il n'y aurait aucune fille dans la bande et plein d'autres trucs dont personne ne veut, ce qui rendrait l'entreprise impossible. Bon, ça, c'était tiré d'une conversation d'il y a quelques temps. Pour tout vous dire, j'ai constaté que les gens ne comprenaient pas mon raisonnement sur des choses très banales. Ainsi, peu importe ce que je leur racontais, ils riaient de mon décalage. Si seulement je maîtrisais un peu plus ce paramètre, ça pourrait faire quelque chose. J'en suis à ce stade où l'intention est là... Or, dès que l'écriture intervient, ça se dégrade un peu. J'ai entendu cela par de nombreux humoristes et podcasts, cela me semble plausible et absolument pas inquiétant. J'ai cru trouver la bonne idée, mais en le tentant plusieurs fois, je ne suis pas sûre que ma diction suive. Alors j'ai encore écrit autre chose suite aux conseils prodigués ici et là. Bref, je pars dans tous les sens sans aborder le cœur de ce qui esquisserait un début de style. Pour éviter le drame, je vais arrêter ce manège 2 semaines avant mon passage. C'est lundi. Le 4 juin. Ok, je n'ai plus le temps pour hésiter. Ce sera mieux ensuite. Mais en vrai, je vous jure, je suis détendue. Par rapport à mon niveau d'anxiété habituel, en somme. [post_title] => Monter sur scène : la récidive [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-la-recidive [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:39 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4372 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 4356 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 13:35:03 [post_date_gmt] => 2018-05-27 11:35:03 [post_content] => Cette semaine, Le spot du rire était en mode stand-up underground ! J'en ai profité pour revenir aux sources avec les meilleurs comedy clubs de la capitale... et mon petit écran.

Lundi : Paname Comedy Club et retour sur scène

Si vous êtes habitués du stand-up, vous connaissez bien les plateaux Paname Comedy Club. Au Paname Art Café, ils réunissent le meilleur du stand-up sélectionné par le lieu. Pour rappel si vous nous avez lu cette semaine, nous y avons retrouvé un rire emblématique du public parisien. Lundi, j'ai aussi reçu un message de Betty Durieux. Notre résidente humour tient deux plateaux, dont Le jardin s'enjaille. Pour resituer, les artistes se passent le mot pour jouer là-bas. Certains estiment que c'est la meilleure scène de Paris. Le spot du rire l'a hissée parmi les scènes incontournables dès sa première, c'est dire. La recette du succès ? Une scène hyper qualitative pour les humoristes et le public. Des lumières qui mettent en valeur pendant le passage et produisent de belles photos. On est super bien accueillis et assis. Dans le milieu, c'est un coup de maître. Dans ce contexte, j'ai le privilège de vous annoncer mon retour sur scène. Betty m'a demandé, je n'ai même pas réfléchi. J'avais envie de dire oui sur le moment, et depuis je le vis bien. Ça sent le bide, mais visiblement cela n'a pas l'air de me faire peur. Pour ceux qui m'ont vue au 33 Comedy, je vais adapter un peu le passage avec une autre fin et deux-trois changements. Ce sera donc le 18 juin à 20 heures et vous pouvez pré-réserver ! Un gros merci à Betty pour l'invitation, j'ai beaucoup de chance par rapport à d'autres qui débutent et qui doivent faire leur trou dans la douleur.

Mardi : 2 ans du 33 Comedy

Cette soirée, je l'attendais. Je vous avais parlé du gâteau, et diable qu'il était bon. Au niveau de la soirée, les humoristes présents ont assuré le show. C'était l'occasion pour moi de mieux découvrir Pierre Thevenoux. Je veux dire, je connais bien ses passages mais cette semaine, il était un peu partout. Celui qu'on appelle le poto d'Alban Ivanov, tel qu'esquissé dans Sympa la vie, est vraiment un mec cool. Ça fait toujours plaisir de découvrir humainement les humoristes. On peut s'en faire une idée en voyant un passage, mais je trouve que discuter avec eux permet de trier parmi les mecs bien des... moins bien. J'ai aussi revu Harlem Dallas, une fille qui est montée à l'improviste au 33 Comedy. Elle portait un T-shirt Bordel Comédie Club (le plateau québécois). Au fil des interactions, elle révèle être comédienne et Antek lui propose de monter sur scène.
Ni une, ni deux, elle s'exécute. Elle venait d'écrire le texte mais ne l'avait pas appris. Elle a réalisé une belle prouesse. Je peux vous dire que j'ai passé deux semaines intensives à apprendre mon texte et que j'ai raté des trucs. Bravo à elle ! D'ailleurs, elle a réalisé sa première scène plus conventionnelle au Sept comedy, un plateau dans un bar à chicha. Il faut savoir que les chichas, c'est compliqué. Il faut que je lui demande comment ça s'est passé ce jeudi... Mais cette fille a déjà un enthousiasme débordant, je ne me fais aucun souci pour elle.

Mercredi : Parlez-vous stand-up ?

Autre ambiance, le mercredi : rendez-vous au Théâtre du Rond-Point. L'endroit est tellement décalé par rapport aux scènes stand-up underground. Déjà, le théâtre jouxte le Grand Palais et de nombreux autres monuments parisiens. On n'est pas loin des bateaux mouches et du Private Joke, le plateau avec vue sur la Tour Eiffel. J'ai mis je ne sais combien de temps à trouver un lieu où boire un verre avant le spectacle sans avoir l'impression d'être une pièce rapportée du tiers-monde. Bon, j'exagère un peu, mais j'étais un peu mal à l'aise dans le 8e arrondissement de Paris. Après, je me suis rendue compte que j'aurais pu boire ce verre dans le théâtre. Or, tant qu'on n'entre pas dans un lieu, on n'est pas encore à l'aise. Avant de juger, sachez que je n'étais pas toute seule. Dans le public, il y avait un couple qui était arrivé tôt comme moi. La fille a imprimé les billets chez elle depuis le site du théâtre, et son copain s'inquiétait : fallait-il échanger la contremarque ? Telle Superman au féminin, je suis arrivée avec ma cape et je leur ai dit de ne pas s'en faire. Avec un code-barre, c'est bon. Sans code-barre et avec Billetréduc, il aurait fallu faire ça. Toujours avant le spectacle, un sosie de Jean Rochefort lit le flyer sur le spectacle : jamais il n'aurait mis les pieds dans un plateau.

Une ambiance stand-up millimétrée

Une fois dans la salle, je me réjouis. La visibilité est excellente. En plus, comme j'ai une invitation, je ne sais pas trop où l'on m'a placée. Je ne sais pas si c'est lié à mon arrivée anticipée, mais je suis au quatrième rang, pile au milieu et en face du micro. Les lumières sont braquées sur le tabouret et le micro. Ambiance stand-up à l'américaine.
Chaque prestation des humoristes était de qualité. Ils ont tous été bons et professionnels dans leur passage. J'ai redécouvert Fadily Camara, qui progresse toujours plus. Les thèmes qu'elle aborde ne sont pas toujours ma tasse de thé, mais elle le fait avec beaucoup de talent. Sa présence scénique fait la différence. Encore une fois, c'est une affaire de goût puisqu'elle fait preuve d'une belle originalité et d'une énergie indéniable. Elle m'a impressionnée sur des sujets comme l'esclavage. Il est facile de tomber dans du pathos ou du militantisme artistique pour public parisien. Non : Fadily Camara joue la carte de l'étonnement et de la candeur pour amener les sujets avec beaucoup d'intelligence. Vous pouvez vous aussi en profiter : elle joue toujours au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15... Allez, je balance quand même ma vanne mauvais esprit. Le nom du festival, Parlez-vous stand-up, est un copier-coller du nom d'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La ressemblance s'arrête là puisque les 4 soirées de Kader Aoun sont plus underground que celles de Jean-Marc Dumontet. On aurait pu regretter de voir les mêmes têtes... mais sur quatre jours, le grand public en aura fait, des découvertes. Je laisse cette critique à la soirée stand-up à l'Européen début juin. Ça va être très bien, mais ce sera sans moi. J'ai déjà vu tout le monde, sauf Gad Elmaleh mais je le loupe à chaque fois, c'est la vie.

Jeudi et vendredi : soirées off, mais pas de déconnexion !

Pour jongler entre un sommeil de qualité, une semaine de travail chargée et des plateaux vécus à 100%, il faut savoir dire stop. Oui, Gad Elmaleh était de sortie et je l'ai encore loupé... tant pis. Oui, le Comedy Street Bastille avait un line-up qui me faisait vraiment envie... Voir Fred Cham sur scène me manque beaucoup. Voilà, c'est dit. Rassurez-vous : j'en ai profité pour rattraper mon retard. Lundi soir, France 4 diffusait le Gala Fary Wiesel au Montreux Comedy Festival. J'avais été déçue de l'édition précédente... mais ils se sont vraiment rattrapés. J'ai même découvert des gens ! Thomas Wiesel m'impressionnant de plus en plus... cela n'est pas étonnant. L'un des moments marquants, c'était lorsque Thomas Wiesel et Fary se sont déguisés en l'autre. On voit qu'on a affaire à des cadors de l'humour et de très bons comédiens et maîtres de cérémonie. Bravo, encore une fois !

Get up stand up : de la scène au documentaire

Mercredi soir, il y avait un reportage sur le monde du stand-up. Canal+ diffusait ainsi Get up stand up, un documentaire centré autour de l'émergence du stand-up du Jamel Comedy Club. J'ai trouvé le début sur le parallèle entre les banlieues qui s'embrasent les nouvelles voix de l'humour ennuyeux. Disons que j'en avais déjà eu marre quand France Inter avait lié les sujets. La thématique n'est pas inintéressante, mais qu'on nous la resserve à toutes les sauces. Déjà qu'on a une ligne éditoriale marquée dès qu'on regarde une émission Canal comme Clique... Encore une fois, j'aime beaucoup l'émission, mais c'est parfois agaçant de voir toujours le même angle journalistique trituré. D'ailleurs, le documentaire fustige le traitement médiatique, qui a exacerbé un phénomène qui dépassait l'idée initiale : faire rire et s'exprimer. Dans l'ensemble, c'est vraiment un document de qualité. On retrouve les conseils de Gad Elmaleh, déjà prodigués dans Un café au lot7. Les commentaires de Roman Frayssinet et les autres m'ont intéressée... Bon, je vous avoue aussi que le plébiscite masturbatoire du stand-up m'a un peu agacée, à la longue. Oui, cet art est sympa, mais cela reste un genre humoristique. On verra s'il est abordé de la même manière dans quelques années.

Samedi : Underground Comedy Club dans un nouveau lieu

Samedi soir, 21h30 : rendez-vous au Théâtre de Dix Heures. Je suis déjà allée à l'Underground Comedy Club au Sentier des halles. Le décor du Théâtre de Dix Heures fait moins plateau d'humour, mais tant d'humoristes ont débuté là-bas, cela fait sens. La salle n'est pas comble. En ce moment, le temps donne envie aux parisiens de déserter les théâtres. Le plateau rencontre toutefois un vrai succès car les gens commencent à arriver par groupes. La formule est identique au théâtre précédent. J'ai trouvé la soirée mieux gérée au niveau du timing et la programmation de qualité. Les interactions étaient moins systématiques que dans mon souvenir, le signe que les deux animateurs de la soirée avaient de nombreuses blagues à tester. Le test s'est d'ailleurs révélé tantôt concluant, tantôt moins concluant. Le tout dans une ambiance très chaleureuse. Bravo à l'Underground Comedy Club, vous avez fait le job. Et comme d'habitude, les photos de Christine Coquilleau immortalisent la soirée avec brio.

Dimanche : séance d'écriture

Nous voilà aujourd'hui, dimanche. Je regarde vite fait la programmation du Paname Art Café. De toute façon, je ne pourrai pas m'y rendre. Aujourd'hui, c'est rideau : vous pensez vraiment que je peux bouger lors du week-end le plus important de l'année en matière de sports mécaniques ? Bon, je divague. En tout cas, je vais en profiter pour vous concocter le plus de contenus possibles. Cette semaine, j'ai eu du mal à vous alimenter en partages sur les réseaux sociaux. On fait de son mieux quand on jongle avec sa vie professionnelle... Je retiens que cette semaine a été extrêmement agréable en matière de stand-up en plateau et dans les médias. Une semaine parfaite, en somme ! Allez, rideau.

Crédits photo

© Underground Comedy Club / Christine Coquilleau [post_title] => L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => actu-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4356 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3636 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-20 19:47:44 [post_date_gmt] => 2018-03-20 18:47:44 [post_content] => De nombreux humoristes font leur promotion sur Facebook, mais un récent changement d'algorithme favoriserait désormais les publications de vos amis. Et toujours les personnes prêtes à payer pour apparaître avant les autres. Le Guardian s'est demandé si cela sonnait la mort de la comédie sur le web.

La FOMO, le digital detox et les plateaux

Il y a quelques mois, j'étais accrochée aux programmations des plateaux d'humour. Pour certains, je programmais même des notifications, pour avoir une information immédiate à parution. L'objectif : ne manquer aucun événement parmi l'offre pléthorique de la capitale. A un moment, je ne pouvais plus déconnecter. Trop d'informations, tant à relayer : ensevelie. J'ai opté pour une solution radicale : l'extension News feed eradicator for Facebook. En gros, quand je m'y connecte au travail, je n'ai plus le fil d'actualité. Le réseau social lui-même a reconnu que consulter passivement ce flux d'informations menait à des choses sympathiques : anxiété, dépression, addiction aux réseaux, à la notification. Ces derniers mois, j'ai ralenti le rythme : moins de plateaux d'humour et moins de relais d'information. J'ai assisté à moins de spectacles (désolée pour tous ceux qui m'ont généreusement invitée). En réalité, j'ai repris la même routine qu'avant : aller voir des choses parce que j'en ai envie, à un rythme plus raisonnable. Et j'ai surtout goulûment profité de quelques plateaux au 33 Comedy, encore et toujours mon lieu préféré pour rire.

Plateaux d'humour et turn-over : les nouveaux talents arrivent par fournées

Je suis tombée sur les nouvelles programmations du Paname Art Café ces derniers jours. Il y a de plus en plus de noms qui me sont étrangers : le roulement marche. Ça confirme une chose : alterner les plateaux d'humour de deux ou trois bandes d'humoristes qui ne se côtoient pas est la meilleure façon de voir ce qui se fait. Par contre, on ne pourra pas voir tout le monde. J'étais surprise de découvrir Djamil le Shlag au Bordel Club sans jamais l'avoir vu auparavant en plus d'un an passé dans ces lieux. A l'inverse, il m'arrive parfois qu'Adrien Arnoux et Rémi Boyes me manquent. Au One More Joke la semaine dernière, ça m'a frappée. J'ai parlé avec Cyril Hives pendant une bonne partie du temps, j'ai croisé Thomas de Laporte (rencontré au Cactus Comedy) et j'ai pas mal échangé avec Sylvain Fergot. Ces humoristes là, en retrait face aux habitués, ne sont pas encore stakhanovistes des plateaux ou sortent d'un accident de surf. Et aussi, je les ai rencontrés dans la vraie vie, pas sur le web. En parlant des habitués des plateaux, il y avait justement Rémi Boyes (évidemment Joseph Roussin n'était pas loin). Charles Nouveau, Jean-Philippe de Tinguy et ces deux-là ont aussi émergé en 2014-2015. J'ai littéralement vu l'écart, leur évolution dans une autre dimension.

Facebook et réseaux sociaux : les chiffres ne veulent-ils rien dire ?

Le succès d'une vidéo ne doit rien au hasard. Je ne sais plus dans quel podcast ou dans quelle vidéo je l'ai entendu. A l'inverse, on se plaint souvent que les contenus de niche ou alternatifs ne décollent pas. Ce n'est pas moi qui vais le dire le contraire : moins de 250 fans sur Facebook pour ce site. Une nerd qui fait des trucs dans son coin, qui parle à d'autres nerds. Ce n'est pas grave, mais parfois on se demande pourquoi on fait tout ça. Et on continue comme un réflexe, parce qu'on aime juste ça. Dans un article récent, je parlais du classement des humoristes en tête d'affiche. Quelques jours plus tard, je découvre Baptiste Lecaplain pour la première fois sur scène. Il ouvrait la finale du Campus Comedy Tour, remporté par Paul Mirabel (qui succède à Nordine Ganso). La salle a ri de bon cœur, mais je n'étais pas à la fête. Je ne sais pas si lié au style d'humour universel ou si j'avais l'impression d'avoir entendu 1000 fois la même idée, mais j'ai été déçue. Bim, 71000 fans sur Facebook. Je reprendrai une fournée d'alternative comedy. Précisons toutefois qu'il m'a déjà fait rire par écran interposé et que je suis persuadée qu'il a beaucoup de talent. Je ne juge qu'une prestation de quelques minutes. Ne l'oublions jamais : cela ne vaut pas le coup de déverser gratuitement de la mauvaise critique.

Judd Apatow vs. Philippe-Audrey Larrue St-Jacques

Pendant que Facebook et son algorithme viennent chambouler la portée des publications de pages, la vie continue. J'ai eu le droit à un anniversaire en retard, comme c'est la tradition dans l'open-space où j'évolue. On m'a offert Mes héros comiques de Judd Apatow, je suis en train de le dévorer et je vous raconterai sûrement tout ça. Surtout, en commençant la lecture, j'ai eu très envie de deux choses :
  • assister à la parution d'un livre d'entretiens avec les humoristes francophones d'aujourd'hui ;
  • voir une série à la Parks and Recreation ou Brooklyn Nine-Nine voir le jour avec des comiques francophones.
Pendant que je réfléchissais à mes fantasmes audiovisuels, l'une des artistes du spot du rire m'a interpellée... via Facebook. Betty Durieux faisait de la pub pour un artiste qui vient en France en avril pour 3 petites dates au Point Virgule. Apparaissait un nom obscur sur mon écran de smartphone : Philippe-Audrey Larrue St-Jacques. Tant de questions se bousculaient dans ma tête : c'est qui, pourquoi ce nom, quel genre d'humour, est-ce un néo-notaire notable ? Pourquoi me mentionner moi, ce jour-là ? La publication parlait de découvrir un humoriste sans prendre l'avion... et c'est vrai que parfois, je pars en train ou en avion pour en découvrir... Bref, allez voir celui qui est encore un peu énigmatique pour moi du 12 au 14 avril au Point Virgule ! Parce qu'il repart juste après... Vous pourrez ensuite le recroiser sur Facebook, probablement. Pour l'heure, la comédie se porte bien. Allez en plateau la voir en vrai. [post_title] => Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-facebook-comedie-invisible [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3636 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3588 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-05 10:23:41 [post_date_gmt] => 2018-03-05 09:23:41 [post_content] => Imaginez : vous êtes dans le public d'un plateau d'humour au Paname Art Café. L'ambiance est bonne, les humoristes commencent à vanner et à parler au public. Comment gérer l'absence de quatrième mur en toute sérénité ? Après des heures et des heures sur les bancs publics de l'humour, je vous livre quelques astuces pour passer cette épreuve draconienne. Si vous avez lu mon guide pour assister à un spectacle humoristique, vous savez que je suis peu embêtée dans les salles de stand-up. Les humoristes s'adressent aux personnes juste à côté de moi. Malgré mon placement au premier rang, je passe entre les gouttes. Or, ça, c'était avant.

Au Paname Art Café, le quatrième mur passerait pour un gros mot

En plus, je commence à être connue des humoristes, donc on partage une sorte de pacte de non-agression. Je sais ce qui va être dit, ils savent qu'ils auront mieux à explorer ailleurs. Mais ce dimanche dernier, je suis allée au Paname Art Café avec la confiance, peut-être un peu trop. Comprenez-moi : les serveurs me connaissent tellement qu'ils m'apportent un verre de jus de banane sans prendre ma commande. J'ai l'impression d'être un félin qui a marqué son territoire sur les murs, en y déposant peaux de bananes et autres éclats de rires. A l'entrée, Betty Durieux est là et je savais que j'allais la trouver. Ghislain Blique, qui jouait à 17 heures (je le savais encore) surgit comme si j'avais écrit le scénario. Et Jean-Philippe de Tinguy, qui est revenu au Paname deux jours plus tôt, ne tarde pas à arriver. Les choses s'enchaînent bien, mais je sais qu'il y a un risque de voir ce plan sans accroc capoter.

Tareek, trublion du stand-up

Parmi les humoristes sur scène à 18 heures, il y a Tareek. Ne vous y méprenez pas : je l'aime bien. Je sais qu'il vanne beaucoup, et qu'on n'a pas trop eu l'occasion de se croiser. Je l'ai vu au premier plateau auquel j'ai assisté, Lève-toi et vanne aux Ecuries... un plateau de Radio Nova qui a intérêt à revenir parce que c'était bien. Oui, je pose ça là. Bref, quand j'ai vu Tareek, je n'avais pas encore bâti cet empire qu'est Le spot du rire. Il avait vanné le mec juste à côté de moi, le taxant de violeur de la Nièvre. Hors contexte, ça a l'air horrible, mais c'est très bienveillant. Je savais que ça pouvait partir en sucette. Arrivé au sous-sol, Tareek assure la chauffe. Ça veut dire qu'il passe deux fois : au début, et à la fin. A côté de moi, un groupe de réunionnais : je me dis qu'ils vont y passer. Pas immédiatement, mais il y travaille sûrement déjà dans ses pensées, en bon improvisateur. Au premier rang sur le côté droit, une fille visiblement timide se fait allumer. Il la vanne, lui demande si on peut parvenir à faire passer le teint de son visage du rouge au bleu. Après un long moment, il assène d'autres coups ci et là, et je passe outre, ça tape à côté de moi. Lorsqu'il fait la chauffe pour accueillir Julien Jaro, il s'interrompt sur moi. J'étais semble-t-il tellement immobile que j'avais l'air morte. Clairement, là, tu sers tous tes sphincters et tu es encore en train de prier, même athée. Ça rigole, mais ça n’appelle pas de réponse. Je me dis que ce n'est que le premier round.

Deuxième round : la démolition

Julien Jaro passe, ça rigole doucement mais plus salement sur les sujets de cul. Le public est un peu mou sauf quand on le titille. Jean-Philippe passe ensuite, il parvient à attirer une partie de la salle dans son délire. Puis Waly Dia entre en scène, taxe Jean-Philippe de mec chelou. Même s'il enfonce une porte ouverte, il en tire les bénéfices : les rires sont de plus en plus francs. Noman Hosni et Ayoub font aussi leurs passages, avec une mention spéciale à Noman qui repart sur l'impro et fait partir le public en fou rire sur les pets en couple. Ça ne manque jamais. Et Tareek revient sur scène et privilégie un passage d'improvisation. Il s'arrête sur moi, me demande comment je m'appelle, ce que je fais dans la vie, la routine. Je m'attends à quelques vannes bien senties. Mais il me demande si j'ai passé un bon moment et parmi les humoristes, lequel je trouve le plus beau gosse. Maintenant, il faut savoir que c'est la question à ne pas me poser. Mais il ne me connaît pas. Il ne sait pas que je sors de 20 ans à être bassinée sur cette question pour tout. J'ai appris à ne pas parler de ça en sports mécaniques, parce que quand tu es une nana dans ce monde-là, à un moment ou à un autre, tu vas vouloir de la teub. C'est ce que pensent les gens dans ce monde masculin-là. Bref, lourd. Mais je ne peux pas raconter ça. En plus, ça embête vraiment tout le monde dans ma vie : je n'aborde pas ce sujet. Mon ex n'était même pas sûr de savoir ce que j'en pensais. Donc, je lui ai répondu :
Non mais, je ne m'exprime pas sur le sujet.
Evidemment, il n'allait pas me lâcher. Je me suis dit : « ça va être sale ». Là, il a compris qu'il avait affaire à un être humain borderline, il m'a dit que je ressemblais à la fille dans The ring. Et il a cartonné, c'était cool et la dignité de tout le monde est restée intacte. Voici une partie des punchlines de Tareek, sans tout ce que je vous ai raconté. Une sorte de bonus.

Mon conseil pour bien gérer l'absence de quatrième mur

L'absence de quatrième mur est très intimidante pour le public, mais c'est aussi ce qui permet à un passage de décoller. Parfois, les humoristes vont vous faire vivre des choses débiles. Je me souviens du jour où Paco Perez nous a demandé de mettre notre pouce sur notre front pour faire un truc totalement insensé. Clairement, je n'ai pas fait ce truc, et il m'a forcée. Le relou. Mais tu te dois de jouer le jeu, même 3 secondes. Tu as le droit de soupirer un peu, mais pas trop. L'important, c'est de montrer modérément ta gêne. Elle est normale, elle va faire marrer tout le monde. Je conseillerais de ne pas fondre en larmes, ce qui pourrait générer un climat de malaise. Plus sérieusement, n'ayez pas peur, c'est juste pour rire.

Crédits photo

Tareek au Sentier des barres © Betty Durieux [post_title] => Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-quatrieme-mur-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:15:17 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:15:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3588 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 3578 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-03 10:10:24 [post_date_gmt] => 2018-03-03 09:10:24 [post_content] => C'est bientôt la journée de la femme, et le monde du spectacle l'a compris ! Voici quelques soirées et initiatives en faveur des femmes à ne pas manquer en ce mois de mars.

Festival Drôles de Dames au Point Virgule : demandez le programme !

Du 8 au 11 mars, les salles de Jean-Marc Dumontet s'animent en faveur des femmes, avec des humoristes hommes et femmes !

Journée de la femme : 2 plateaux le 8 mars

Le coup d'envoi du festival se tiendra le 8 mars au Grand Point Virgule à 19h30. Vous pourrez retrouver Kallagan, Djimo, Guillermo Guiz, Noman Hosni ou encore François Martinez dans la soirée Parce qu'elles méritent plus qu'une journée. Si vous préférez une soirée 100% féminine, rendez-vous deux heures plus tard au Point Virgule : Les pépites de l'humour vous y attendent pour une soirée découverte. La programmation de cette soirée nous donne vraiment envie d'y aller. Outre la présence de Marion Mezadorian dont on ne se lasse pas de vous parler, on retrouve d'autres talents à suivre. On a adoré découvrir Marie Desroles en spectacle au Point Virgule, elle sera là ! Solène Rossignol, qui a participé au FUP cette année, sera également de la partie. Actuellement à la Petite Loge, l'hilarante Charlotte Creyx sera également présente. Agnès Hurstel, qui cartonne au Sentier des Halles, est bien entendu présente. Pour compléter ce line-up de compétition, on retrouvera également Ombeline de Tarragon.

Du 9 au 11 mars : entre spectacles et plateaux d'humour

Pour aller voir des humoristes qui cartonnent sur YouTube, on vous conseille la soirée Du web à la scène. Le 9 mars, les inséparables Laura Calu et Marina Cars se partageront la scène aux côtés de Nino Arial ou encore Lola Dubini. Autre grande soirée à réserver dès maintenant : la Fadily Party. Fadily Camara, qui joue son spectacle du jeudi au samedi au Point Virgule, sera au Grand Point Virgule le 10 mars. Elle sera accompagnée d'artistes déjà bien implantés sur la scène parisienne : Tania Dutel, Christine Berrou ou encore Melha Bedia et Lenny M'Bunga. Quoi ? Nous n'avons pas encore cité Shirley Souagnon, Laura Domenge ou encore Marine Baousson ? Pas d'inquiétude : elles seront, parmi d'autres, à la soirée Yes she can! au Grand Point Virgule le 11 mars. Voilà pour notre sélection ; vous pouvez retrouver toute la programmation et réserver sur la billetterie officielle.

Plateau alternatif : les Ladies Commandements invitent !

Si vous voulez donner de la chance à des artistes moins en lumière mais tout aussi intéressants, nous avons un autre plan pour vous. Les Ladies Commandements, c'est un plateau très créatif. A l'image du Laugh Steady Crew, cette troupe d'humoristes écrit chaque semaine des sketches inédits. Aux côtés des habituées Lucie Carbone et Els - Lost in France, on retrouvera notre artiste maison Betty Durieux, Anne Dupin et plein d'autres figures du stand-up. Ce plateau se tient au Sonart, un vivier de jeunes talents qui a fait débuter nombre d'entre eux.

Entre le rire et l'action : ces humoristes s'engagent pour la Fondation des Femmes

Pour terminer, le monde du stand-up ne déroge pas à la libération de la parole. Concrètement, de nombreux humoristes se sont engagés pour soutenir la Fondation des Femmes. Un appel aux dons est en cours. Parmi les personnalités engagées, on retrouve Shirley Souagnon, Agnès Hurstel ou encore Muriel Robin et Mouloud Achour. Allez voir la liste pour vous faire une idée et renseignez-vous sur les actions de l'association si vous souhaitez faire un don. [post_title] => Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-droles-dames-journee-femme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:38:00 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:38:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3578 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 6 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 4427 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-20 10:13:29 [post_date_gmt] => 2018-06-20 08:13:29 [post_content] => Lundi 18 juin, je suis revenue sur scène au Jardin S’enjaille. Ce nouveau plateau accueille autant de découvertes que de confirmés. Betty Durieux m’a proposé d’y jouer, ce à quoi j’ai répondu oui. Retour sur une expérience intense.

Cinq minutes ? Top chrono !

J’ai tellement changé d’avis sur le texte. L’idée de conserver la même chose que pour ma première fois au 33 Comedy ne me tentait pas. Alors, changeons la fin. Après tout, je l’ai brodée sur scène au dernier moment. J’avais une idée : dire que passer du temps dans le public des plateaux m’a changé la vie. Et puis, il y avait cette anecdote, passée peut-être inaperçue : je ne suis pas les humoristes jusqu’à chez eux. Je ne sais pas, c’est sorti un peu comme ça. Après la première, je voulais aussi faire table rase de ce qui a dérouté. Exit la kryptonite, Philippe Stark et les marques de céréales. Que mettre ? Le documentaire Get up stand up m’offre une réponse. Dedans, j’y vois Pierre Thevenoux. Ni une, ni deux, je crie en m’adressant à l’écran plat : « c’est Pierre Thevenoux ! ». Bonheur de voir que je suis la seule à avoir ce comportement, je pars là-dessus. Difficile de réitérer mon apostrophe à un meuble hors contexte, mais je reste sur mon cap.

Changement de cap

Un événement m’en fera dévier. L’Underground Comedy Club, samedi soir. Je parle vite fait du sketch à mon guide spirituel malgré lui, mon phare parmi les humoristes : Jean-Philippe de Tinguy. Il me dit que ce n’est pas forcément compréhensible cette histoire de télévision. Je ne l’écoute pas, la soirée passe. Puis je repense à la soirée. Au moment où je lui dis que je prends le même trajet que lui parce que j’ai de gros mollets. Bingo, personne ne peut faire ça. J’ai donc fini par orienter ce cinq minutes sur Jean-Philippe, sans le citer explicitement. Après tout, n’était-ce pas le conseil initial de Fred Cham ? Et puis, on s’en fout. Je ne m’en foutais pas. Je me disais : « Tu vas vraiment faire ça ? Et si on remonte à la source, et si les sous-entendus ? » Foutaises, ils n’ont pas attendu mon cinq minutes pour exister, ces pourparlers. Puis il reste trois jours, tu ne peux plus reculer.

Le jour J

Motivations floues, expérience scénique inexistante, frustration face au travail d’apprentissage et à l’inexpérience. L’envie me quitte, me fait glisser vers une torpeur face à l’exercice. Vivement le 18 juin, vers 22 heures, que cette plaisanterie cesse.
Je passe en deuxième. Rey Mendes finit son passage et m’appelle sur scène. Je suis incapable de savoir si je vais me rater. Ghislain et Nadim me soutiennent comme des damnés. Le premier a même refusé une scène parce qu’il m’a promis sa présence. Pour rappel, c’est lui qui m’a fait jouer pour la première fois. Ghislain est mon fan le plus actif, en quelque sorte ! J’arrive sur cette scène, les mots sortent vite. Trop de texte. Un rire. Je commence à prendre la confiance. Trop : je pars sur un truc sur le prénom Marthe que j’ai trouvé au dernier moment. Ça ne sert à rien, mais c’est si frais que je n’ai pas eu le temps d’y réfléchir. C’est forcément génial. En vrai, personne n’a compris. Quand le silence s’installe, c’est comme si je prends un coup sur le ring. Je titube, approximation des transitions. Ça devient n’importe quoi, j’ai l’impression de me faire manger sur place et de ne pas pouvoir répliquer. Je raconte n’importe quoi, quelle idée de prendre un spot comme ça, sur un plateau ? Sauvez-moi.

Instinct de survie

Et puis zut. Il faut tenir : j’ai encore une pelleteuse de mots en chemin et deux minutes trente. Il faut embrayer sur les mollets. Oups, j’en parle dans le désordre. Au moins, ils ont ri quand j’ai dit qu’ils étaient gros. Mes approximations s’expriment par l’expression « grosso modo ». Je le dis à chaque phrase, mais je n’en sais rien. Mode survie. Je crois que les gens ont compris que je suis un peu dérangée, ça ricane un peu. Je veux partir. Mais la chute, je l’ai réécrite huit fois. J’y tiens. En vérité, dès que j’y ai tenu, ça s’est bien passé. Même si j’ai tenu le micro avec deux mains, comme un enfant enlacerait son doudou. Mode survie, ça rend mal sur les photos. On s’en moque, c’est presque fini. Il faudra revenir sur scène pour les « actualités ». Moi qui adore ce moment, je n’ai aucune envie de le vivre aujourd’hui. Je suis fébrile, je parle de mon site où je parle de tous les autres humoristes sauf moi. Aveu de faiblesse : je ne fais pas partie du gang, ce sera la dernière.

Pourquoi monter sur scène, déjà ?

La première scène, c’était pour voir. Faire comme les humoristes. La deuxième scène, c’était plus sérieux. Mais je la refusais. Cette question me hante : le fais-tu pour les bonnes raisons ? Et d’ailleurs, c’est quoi la raison ? Parce que le couplet sur le dépassement de soi, ça va cinq minutes. C’est dur, mais ça n’a rien à voir avec Koh Lanta. J’ai trouvé la vraie raison. Exister aux yeux des autres humoristes. Cette hantise de disparaître du milieu et qu’on ne me calcule plus est bien là. Cette peur panique d’être jugée utile juste parce que je parle des gens, mais qu’en vrai, ils n’en aient rien à faire. En tout cas, c’est une raison que je jugeais insuffisante. Puis des humoristes ont insisté. Ils avaient trop envie de me voir jouer. C’est très bizarre comme sensation, moi, j’ai envie de les voir jouer. Donc, une manière d’exister pour eux serait de jouer ? Ai-je envie de le faire ou de faire plaisir à ceux qui le veulent ? Suis-je comme Terry dans Brooklyn Nine-Nine, avec son fétichisme des yaourts et son envie que tout le monde l'aime ?

Des excuses et du blabla

Je vous l’avoue : les excuses que j’ai trouvées pour ne plus le faire sont trop faibles. Trop de travail ? Mauvaise foi : tu as passé ton week-end à regarder les 24 heures du Mans et la coupe du monde. Je ne sais pas jouer ? Ben apprends. Pas de plaisir ? Tu as cru que la scène est un parc d’attractions ?! En plus, les gens ont ri, alors calme-toi. Je te soupçonne même d’avoir dit que c’était nul pour que les gens te disent que c’était bien. Ton ego en a redemandé, c’était sale. Ne dis pas que tu ne vas plus jouer parce que tu finiras par le refaire. Tu as juste la flemme mondiale de tenter un truc pour de vrai. Problème de babtou fragile, juste, tais-toi, fais tes vacances vivifiantes et on en reparlera au retour. Comme vous le voyez, je m’aime bien. On a tendance à être la personne la plus critique envers soi-même et en même temps à ne pas accepter les critiques. Surtout celles que l’on ne s’est pas adressées à soi-même. J’ai reçu tellement de messages de soutien et comme à chaque fois, je suis intriguée. Pour le moment, il faut que je rattrape mon retard sur les articles du site, et on reprendra cette réflexion scénique au moment voulu.

Monter sur scène : en résumé

Monter sur scène, c’est grisant. Il est facile de décrocher un spot non rémunéré. Les découvertes au Jardin S’enjaille ne touchent rien. Par contre, affronter la peur du bide et des silences gênés est très difficile. On a tendance à vouloir s’en protéger. C’est pour ça que chaque bide passe par un renoncement de l’artiste sur scène. Souvent, le ressenti est faussé. D’où l’écart entre ce qu’on ressent et ce que le public vit. Je ne sais pas si la scène est viscérale pour moi. Beaucoup décrivent ça comme une évidence. Une drogue. Je n’en prends pas, je ne peux pas le savoir. Tout ce que je sais, c’est que quand la pression est retombée, ça allait beaucoup mieux. Ce sentiment de liberté face à l’absence d’obligation de jouer… Cette idée de retrouver ma vie normale m’a séduite. Mais j’entends les encouragements des autres de continuer. Le fait de ne pas parler gynécologie sur scène me galvanise, je me sens différente. Et voir la tête de Malik Bentalha partout me rappelle que lui ne se pose pas de questions. Il ne se dit pas qu’il n’est pas pertinent sur scène ou grand écran, il prend la place, sans gêne face à son plagiat. Ainsi, il profite des gens comme moi qui se disent qu’être honnête ou ne pas jouer les jeux politiques ne mène à rien. Il se nourrit de mon découragement et de ceux des autres, mais il ne devrait pas. Peut-être que ça me fera revenir. Affaire à suivre ! [post_title] => Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => monter-sur-scene-jardin-senjaille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:43:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:43:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4427 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 6 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 37035d00c2bd88e239e4a1ff502d8086 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Betty Durieux

Juliette - illustration affiche spectacle - monter sur scène

Monter sur scène 2 : plus dur que lors du baptême du feu !

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène : la récidive

Underground Comedy Club : l'actu des plateaux humour

L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène

Facebook et le stand-up : vers moins de comédie visible ?

Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ?

Tareek et le quatrième mur

Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public

Festival Drôles de Dames - Le Point Virgule

Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars !