Publications liées au mot-clé : Charles Nouveau

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => charles-nouveau
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 200
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => charles-nouveau
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 200
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => charles-nouveau
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 200
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => charles-nouveau
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 200
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 200
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 200
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => charles-nouveau
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 200
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (200) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (200) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (200)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011105
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-06 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-09-06 06:00:00
                    [post_content] => 

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Pour commencer, revenons sur les spectacles incontournables de cette rentrée humour. Découvrez nos 8 valeurs sûres humour de l’automne 2021 (par ordre alphabétique) !

Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête - Théâtre du Marais

Depuis sa naissance, le spectacle d’Alexandra Pizzagali est marquant. Ce seul-en-scène à l’humour noir efficace n’en finit plus d’émouvoir le public par sa profondeur. Il a tout de suite propulsé cette artiste dans de belles salles, et cela risque de durer encore longtemps. Fidèle au Théâtre du Marais, Alexandra Pizzagali continue donc sa route les mardis et mercredis à 21h30.

Ambroise et Xavier - Théâtre le Métropole

Dans un style plus absurde et survolté, Ambroise et Xavier continuent également leur chemin au Théâtre le Métropole. Cette salle à l’attraction étrange propose une programmation de plus en plus qualitative. Ambroise Carminati et Xavier Lacaille réussissent à construire un grand n’importe quoi avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité. Ce show risque encore de vous surprendre…

Charles Nouveau, Joie de vivre - Théâtre du Marais

On adore toujours autant l’écriture impeccable de Charles Nouveau. Ce diamant brut, qu’on devine toujours sur la corde raide, est pourtant un modèle de stabilité au Théâtre du Marais. Toujours prêt à inventer un nouveau concept, Charles Nouveau innovera peut-être encore cette année.

Karim Duval, Y - L’Européen

Parmi ceux qui savent saisir leur époque, Karim Duval figure aux avant-postes. Aussi charmeur que brillant, l’humoriste continuera de narrer une génération Y en quête de sens dans la start-up nation. Un spectacle bonbon, qui fait du bien et rappelle l’absurdité de nos vies avec beaucoup de finesse.

Marion Mezadorian, Pépites - Petit Palais des Glaces

Marion Mezadorian a certes cumulé plusieurs expériences cinématographiques, mais elle reste fidèle à la scène ! La comédienne et humoriste continuera d’émerveiller son public trois soirs par semaine au Petit Palais des Glaces. Sa particularité : proposer une galerie de personnages plutôt rare dans l’écosystème humoristique actuel. Encore un bonbon comique à consommer sans modération !

Pierre Thevenoux, Pierre Thevenoux est marrant, normalement - Le Point Virgule

Avec beaucoup d’abnégation, Pierre Thevenoux est discrètement devenu mon humoriste préféré. Sa recette : jouer partout, tout le temps et gagner en efficacité, en propos et en authenticité. Il continue de monter en puissance au Point Virgule, où il ravit les spectateurs depuis un petit moment, déjà. Vous pouvez aussi apprécier des extraits de son spectacle Pierre Thevenoux est marrant, normalement, sur sa chaîne YouTube. Avouez que parmi les incontournables de la rentrée humour, il vaut le détour !

Réda Seddiki, Ironie de l’histoire - La Nouvelle Seine

Comme Yacine Belhousse, Réda Seddiki est l’un des humoristes fidèles à la Nouvelle Seine. Dans cette salle qui vient de fêter ses 8 ans, l’un des artistes les plus grands de France (de taille… mais pas seulement !) propose un seul-en-scène bien à lui. Comme Ambroise et Xavier, Réda Seddiki met à contribution sa tête bien faite pour créer de l’humour en toute légèreté. Les spectateurs, déjà conquis, vont très certainement se ruer en salle !

Seb Mellia, Seb Mellia ne perd jamais - Le République

Parmi les valeurs sûres, Seb Mellia est un incontournable. Petit moment coup de vieux : dans cinq ans, Seb Mellia aura 20 ans de carrière. C’est d’autant plus choquant que Seb Mellia continue d’être pertinent et ancré dans son époque. Décontracté, tchatcheur invétéré, efficace et dévoué à son métier… Seb Mellia est bien parti pour durer !

Les incontournables de la rentrée humour : le récapitulatif des artistes à revoir

ArtisteSpectacleSalleLMaMeJVSD
Alexandra PizzagaliC’est dans la têteThéâtre du Marais 21h3021h30    
Ambroise et XavierAmbroise et XavierLe Métropole20h      
Charles NouveauJoie de vivreThéâtre du Marais  20h20h   
Karim DuvalYL’Européen   19h30  19h
Marion MezadorianPépitesPalais des Glaces   19h3019h3019h30 
Pierre ThevenouxPierre Thevenoux est marrant, normalementLe Point Virgule20h20h20h
Réda SeddikiIronie de l'histoireLa Nouvelle Seine   21h   
Seb MelliaSeb Mellia ne perd jamaisLe République   21h30 19h45
21h30
19h45

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : on veut les revoir ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-30 15:54:45 [post_modified_gmt] => 2021-08-30 13:54:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011105 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 14:06:46 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 13:06:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8042 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 15:25:15 [post_date_gmt] => 2020-01-07 14:25:15 [post_content] =>

Le 6 janvier, le Barbès Comedy Club a accueilli la première Caustic Comedy Night. Retour sur cette édition inaugurale de l’un des plateaux les plus célèbres de Suisse.

Cet article est le premier d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents. Retrouvez le second volet ici.

Caustic Comedy Night : Charles Nouveau joue les intermédiaires

Il était temps de vivre cette soirée qu’on n’attendait pas. On n’osait pas en rêver, puisque d’habitude, la France humoristique a plus l’habitude de sucer le Québec et de singer les Belges.

Mais d’un côté, Marina Rollman a habitué les auditeurs de France Inter à l’humour suisse, bien plus léger qu’une fondue.

Arrêtons-nous un instant sur les sempiternelles comparaisons culturelles de voisinage. Revenons au deuxième événement qui nous a offert cette percée suisse à Paris : la programmation de Thomas Wiesel pendant un mois au Point Virgule !

Thomas Wiesel, en matière de popularité, c’est le n°1 ex-æquo du rire suisse-romand avec Nathanaël Rochat. Ce classement n’est pas scientifique, un peu chronologique… et tous s’accordent à dire là-bas qu’il bénéficie d’un public large. Et c’est sur cette base que le Caustic Comedy Club a pu s’exporter.

Retour au Barbès Comedy Club

Entrer au Barbès Comedy Club avait une saveur particulière ce soir-là. Déjà, je n’allais nulle part depuis bien longtemps. À cette abstinence comique depuis le 15 décembre s’ajoutait une interruption des Bras Cassés sur Couleur3. Il s’agit de l’un des programmes où les humoristes suisses romands ont voix au chapitre, et la dernière remontait au 12 décembre.

Et comme d’autres qui ont passé Noël avec des générations plus avancées, nos compagnons de fin d’année ne comprenaient rien à la diction rapide des humoristes du Jamel Comedy Club. Mais le virtuel, ça ne nous branche pas trop.

En entrant, donc, je tombe sur Clément K, venu escorter Bruno Peki, qu’il héberge par la même occasion. Ce soir-là, Clément K a joué le rôle un ami très généreux pour lui comme pour moi, d’ailleurs, mais nous y reviendrons plus tard.

À l’heure du récit, Clément discute avec des Suisses, des vrais. J’entame un marathon de citations de personnalités suisses pour dire que j’ai trop mangé d’audiovisuel suisse en 2019. Cet enthousiasme suspect me met vraiment à l’aise, paradoxalement. Euphorique, je plane déjà alors que le spectacle n’a pas commencé.

Le spectacle n’a pas encore commencé, mais l’instant est déjà décisif

Je vois au loin Fabien, l’un de mes rédacteurs, et Jean Paul, comique en formation. Je glisse au régisseur Tanguy de les placer à proximité. On se retrouve à côté de Julie, une ancienne habituée du One More Joke qui vient en repérage pour inviter ses potes au Barbès Comedy Club. Je lui vends le lieu, elle me répond qu’elle sait tout ça car elle s’est renseignée.

Je l’aime déjà.

Face au boîtier qui permet de commander, elle me dit que ce serait drôle de l’utiliser pour interagir avec le comique. Le bouton “Cancel” signifierait que la blague ne passe pas, le bouton “Call” permettrait de faciliter l’interaction et le bouton “Pay”, disons, un pourboire pour le comique en cours ? Je sais, il y aurait des effets pervers. Mais juste pour toutes les fois où ça nous a irrité de mettre de l’argent dans un chapeau, en sachant qu’il y avait un comique qu’on n’aimait pas qui aurait la même part que les autres… Ok, c’est vache. Ça restera un fantasme. Merci Julie d’avoir stimulé mon imagination et dépassé ma créativité !

Les temps forts de la Caustic Comedy Night

Passons au spectacle en lui-même. Charles Nouveau assure une chauffe avec du très sûr. Comme d’habitude, il est impeccable dans son rôle. Thibaud Agoston débute la soirée avec un passage que je qualifierais de carton. Lui aussi fait du sûr, et je retrouve tout ce que j’avais aimé chez lui, avec un an d’expérience en plus.

Suivent peut-être dans le désordre, le souvenir est déjà flou, Bruno Peki, Cinzia Cattaneo, Kévin Eyer, Nadim… Oui, comme notre Nadim, mais pas du tout dans le genre psychopathe. Si tout le monde marche, Nadim retourne la salle et lance pleinement les applaudissements spontanés.

Quand le croustillant rompt la neutralité suisse

Kévin Eyer se frotte à un public en quête de bienveillance. Une blague assez bien exécutée, mais qui évoque le poids de sa compagne, lui vaut un « fils de p*te » soufflé dans le public. Malheureusement pour cette personne, elle l’a chuchoté dans un moment de silence. Grillée, Céleste (le prénom n’a pas été changé) a instinctivement placé les mains devant sa bouche. Un geste d’excuse ultra-mignon qui rappelle pourtant que la blague et sa réaction étaient les bienvenues.

Parce qu’une fausse polémique ne vient jamais seule, Fanny Ruwet a pu s’incruster dans la programmation. L’humoriste belge faisait sa première au Barbès Comedy Club ce soir-là et elle a saisi l’occasion pour prendre le micro. Un passage toujours aussi soigné, comme à la TV, qui fait encore oublier sa jeune expérience. Mais nous y reviendrons avec la critique de son spectacle…

Marina Rollman en test : merci la vie

Quand j’ai vu Fanny monter sur scène, j’ai pris un peu peur. Où diable se trouvait Marina Rollman ? En plus, Charles Nouveau nous resservait un deuxième passage, qui me rappelait d’où venait cette chanson des diplodocus que je fredonnais seule, chez moi, pendant la grève. Le souvenir m’est enfin revenu, après des mois d’interrogation. Bienvenue dans ma vie.

Du rab de Charles Nouveau, on en prend volontiers, mais ça commençait à devenir long pour mon organisme. Alors quand Marina montait sur scène, à 50 cm de moi, et que ma vessie réclamait que tout cela cesse, la perspective de blagues de test me faisait tenir… et craindre le pire.

Pour autant, Marina m’a arraché les rires les plus naturels de la soirée. Ce lâcher-prise a soudainement calmé mon impatience… et même suscité mon intérêt jusqu’à la dernière seconde ! Merci à elle d’avoir osé faire du test alors qu’elle a vu tous ses copains délivrer leur sûr.

Caustic Comedy Night : fin de la démonstration de force

Ils sont rares, ces plateaux qui affichent complet pendant la grève. Ou pour lesquels personne ne bide ou ne performe moyennement… Et la Caustic Comedy Night du 6 janvier a réussi à rentrer dans cette rareté.

S’il n’y avait pas eu la grève, j’aurais aussi goûté à la soirée du 7 janvier. Vous imaginez ? Alexandre Kominek et Charles Nouveau en maîtres de cérémonie, avec Thomas Wiesel dans le line-up ! Ça a de la gueule… La Suisse n’est peut-être pas la nation la plus belliqueuse, mais elle nous offre des démonstrations de force qui feraient fantasmer tout syndicat.

Construire le stand-up francophone, c’est donc en cours des deux (trois, merci Fanny !) côtés de la frontière. 2020 commence décidément très bien, et ce n’est pas un hasard si cela débute au Barbès Comedy Club. Merci énormément à Shirley Souagnon, sans qui tout ça n’aurait pas été possible. La francophonie va se porter plutôt que s’affronter, et c’est dans l’ordre des choses…

Épilogue pour Bruno Peki

Évidemment, je n’ai pas pu résister face à Bruno Peki pour le féliciter pour ses chroniques dans les Bras Cassés. Je ne peux pas en dire plus, mais nous préparons quelque chose de top secret en coulisses… Bruno, tu as reçu ce 7 janvier le paquet secret contenant les informations classées secret défense. Je compte sur toi. Yacine Nemra a commencé l’année sur des chapeaux de roues, il faudra être à la hauteur… et tu le seras. Bon courage pour ta mission !

[post_title] => Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => caustic-comedy-night-barbes-humour-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:16:57 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:16:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8042 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5463 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 12:59:29 [post_date_gmt] => 2019-01-01 11:59:29 [post_content] =>

Salut à tous et bienvenue dans cette nouvelle année ! J'espère vraiment qu'elle vous apportera beaucoup de rires (et à moi aussi). J'ai envie de lui attribuer un mot : croire. Plus que jamais, pour continuer à aimer l'humour, l'enjeu est de parier sur de nouveaux artistes et profiter de leur éclosion.

Vous souvenez-vous de la newsletter HAHA ? Avant de vous quitter pour les fêtes, j'ai rapidement répondu à leur demande de #TOPHAHA2018. Le concept : se souvenir des événements marquants de l'année passée.

L'occasion est parfaite pour revenir sur certains de ces moments marquants de l'année passée et me recentrer sur ce quoi me plaît le plus en humour.

Artistes humour : le(s) 30-30 de Ghislain Blique et Pierre Thevenoux

Alors qu'au moment de l'écriture de cet article, j'ai la prestation de Tania Dutel sur Netflix qui tourne en arrière-plan, je me remémore avec beaucoup de plaisir ces 30-30 de tous jeunes humoristes. En réalité, j'entends toujours les mêmes blagues.

Et quand on y pense, ce n'est pas étonnant. Si vous voulez entendre des blagues pour la première fois, allez voir les plateaux ! Pour revenir à Ghislain Blique et Pierre Thevenoux, 2018 a été une année importante pour eux. Ils ont préparé leur heure. Pierre va d'ailleurs se lancer en janvier à la Petite Loge. Nous y reviendrons un peu plus tard dans l'article.

Le plus grand test, c'était de remplir le One More. Ce bar, l'an dernier, est devenu un sacré spot pour le stand-up. Une sorte de refuge pour ceux qui en ont marre de l'usine du Paname Art Café ? Pas tant que ça : il s'agit plus d'un endroit complémentaire, où Gad Elmaleh passe de temps en temps et n'est pas si drôle que ça. Oui, en 2018, je suis passée par-là pour découvrir Thomas Wiesel en vrai.

Un bon 30-30, c'est un moment où l'on retrouve deux gars bien complémentaires. Pour ceux-là (aussi organisés au 33 Comedy), j'avais envie d'être à chaque fois. Plutôt que de vous en dire plus, je vous encourage à aller les voir en spectacle. Ghislain, on t'attend ;)

La programmation du théâtre La petite loge

J'ai toujours eu une bonne opinion de La petite loge. Or, au fil du temps, ce petit théâtre ne cesse de m'étonner. Le proverbe L'exception qui confirme la règle lui va bien. En effet, je n'ai été déçue qu'une seule fois. C'était en voyant la prestation de Rosa Bursztein.

Pourtant, j'avais besoin de voir cette fille sur scène. Je savais que je n'allais pas aimer. Cela ne veut pas dire que c'est une mauvaise chose qu'elle joue. Et c'est là où La petite loge sait varier sa programmation. Elle met sur scène Rosa Bursztein car elle fait partie d'une mouvance de pseudo-féminisme trash qui émerge.

Rosa produit un spectacle névrosé et se met en risque. Au-delà du fait que ce n'était pas ma came, je l'ai sentie sincère. Avec le recul, je me dis qu'elle peut faire beaucoup mieux, et qu'elle a ce potentiel. C'est pour ça que je pense que La petite loge a eu raison de l'intégrer à son théâtre.

Le bon pari 2019 : intégrer Jean-Patrick à la programmation

Globalement, je suis tellement contente de voir les choix du théâtre pour ce début d'année. Ils ont choisi Jean-Patrick, par exemple. Je ne m'y attendais pas, et je pense que ce choix est intelligent. Pour comprendre Jean-Patrick, il faut entrer dans son univers. Dans le paysage du stand-up, il est à part.

Ceux qui assisteront à son spectacle verront sa générosité et ses convictions. Dans une salle comme celle-là, la configuration est idéale pour créer un lien. Je sais qu'il a à cœur de bien faire et j'ai pleinement confiance. Sa marge de progression va en étonner plus d'un. Je me réjouis d'avance de voir le regard que portent certains sur lui, peut-être, évoluer dans le bon sens. Sérieusement, il va vous étonner.

Les artistes humour du spot du rire : ça veut dire quoi en 2019 ?

Même si j'ai reçu très peu de réponses, la tendance qui ressort de mon enquête sur le spot du rire, c'est votre intérêt moindre pour les artistes humour du site. Vous savez, Marion Mezadorian, Jean-Philippe de Tinguy, Louis Dubourg et les autres.

Je ne m'y méprends pas : ce n'est pas que vous ne les aimez pas. Bien sûr, une personne m'a trouvée trop clémente avec certains artistes, mais elle n'a pas précisé s'il s'agissait d'eux. En réalité, vous ne plébiscitez pas leurs contenus.

Vos contenus préférés sur le spot du rire : vous préférez les coulisses aux contenus des artistes

L'avantage, c'est que ce genre de contenus originaux est le plus dur à produire. Le problème, c'est que faire le deuil d'une idée aussi originelle que ça, c'est me rappeler que Jean-Philippe ne joue plus alors que quand il revient pour son pote Guilhem, c'est comme si sa dernière scène était la veille. Insolente réussite du gars qui touche un micro comme si c'était inné, et seulement quand il le veut. Ça me met en rogne, je dois le confesser.

Lâcher prise

C'est aussi voir Charles Nouveau devenir un artiste reconnu, et avoir l'impression de ne pas être là pour les premiers pas de Marion Mezadorian au cinéma (en fin d'année, avec Kad Merad !).

Heureusement, c'est davantage un problème de forme. Dans le fond, rien n'a changé. Une chronique de Marion sur Jérémy Ferrari m'a complètement frappée (au visage, pour paraphraser un célèbre détective).

Rien qu'avec ça, j'ai compris pourquoi ça a tout de suite connecté entre Marion et moi. Je peux vous assurer qu'il faut du courage pour tenir une chronique à l'antenne et avancer de tels mots. Bordel, que je l'ai admirée à ce moment-là. Alors quoi qu'il advienne à cette rubrique à l'avenir, je ne mettrai jamais ces gens-là dans une boîte à souvenirs enfermée dans un placard.

Sur ces belles paroles, et comme vous avez tout lu, je vous souhaite encore une excellente année et j'espère vous croiser nombreux dans les plateaux ! Il vous reste de nombreux artistes humour à découvrir...

Crédits photo

© L’Étage Marrant - capture d'écran vidéo Facebook (résumé Dimanche Marrant #51)

[post_title] => Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveaux-artistes-humour-convictions [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5463 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 4469 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-28 21:53:31 [post_date_gmt] => 2018-06-28 19:53:31 [post_content] => Charles Nouveau est sur tous les fronts : commentaires de la coupe du monde en Suisse, écriture de chroniques pour Radio Nova... et jeu de deux spectacles d'humour à Paris et en Suisse. Après quelques mois de rodage, Charles Nouveau est fin prêt pour les grands soirs. Il jouera le spectacle Charles Nouveau parle de foot chaque mercredi au Point Virgule, tout l'été. Attention : les horaires peuvent varier.

Charles Nouveau parle de foot : histoire d'un passionné

Je dois l'avouer, je rêve secrètement de la trajectoire de Charles Nouveau. Pour ses débuts scéniques, il a tourné en dérision les commentateurs sportifs suisses. Le destin a fait qu'un d'entre eux était dans la salle. Ni une ni deux, il se retrouve propulsé dans la cabines de commentaires radio en Suisse. C'est que petite, j'avais cette envie de commenter le sport à la télévision. Pas le même, mais on s'est compris. Première connexion avec Charles.
La deuxième connexion, c'était son passage au Jamel Comedy Club. Il parlait du salon de l'auto, un lieu que j'ai également arpenté en tant que professionnelle. Bon, je n'étais pas hôtesse sur un stand, mais journaliste. Ça compte quand même. Sans le comprendre, j'ai vite compris que Charles Nouveau était un passionné de sport loin de l'image du beauf qu'on nous caricature à tire-larigot. Quelle plume, quelle culture : il m'a conquise quelque part par-là.

Un spectacle d'humour pour tous

Comme pour Joie de vivre, son spectacle éprouvé depuis plusieurs mois à la Petite Loge, Charles Nouveau reprend les mêmes recettes. Humour caustique, pince-sans-rire : il va chercher la vanne où on l'attend le moins. Il a une manière assez unique de les poser : yeux écarquillés, volume sonore qui grimpe brutalement lors de la punchline. La mécanique est huilée. On boit ses paroles, il nous étonne, nous surprend. Charles Nouveau a joué ce spectacle 100% foot pour la première fois lors d'un 30-30 avec Louis Dubourg. Depuis, il l'a rodé au Paname Art Café. La première fois, ce n'était pas prévu. Certains étaient déçus du côté hold-up de la formule, mais Charles bénéficiait d'une première tribune critique à la hauteur de son besoin de test. Même pas peur : Charles déclenchait alors un, puis deux, puis de nombreux rires. Enfin, c'est en Suisse que Charles Nouveau a terminé son rodage. On n'oublie pas l'exceptionnelle au Théâtre de Dix Heures, que nous avions promue sans difficulté.

Le Point Virgule s'ensoleille cet été

La programmation du Point Virgule ces derniers temps était tantôt exceptionnelle, tantôt plus timide. Un BenH ou une Manon Lepomme peu engageants, un Walter épinglé par CopyComic... D'un autre côté, cette salle a réalisé de jolis coups. Permettre à Panayotis Pascot de se heurter à sa première heure, inviter Thomas Wiesel ou Philippe-Audrey Larrue St-Jacques... et aujourd'hui Charles Nouveau. Je pense aussi à Seb Mellia qui revient cet été et risque d'attirer du monde ! Que dire, enfin, de Djimo : ils étaient si peu à oser parier sur lui et ses premières prestations longues brouillonnes. Aujourd'hui, Djimo perce dans la pop-culture, LesInrocks écrivent sur lui. Personne ne l'avait vraiment vu venir, encore moins l'intéressé lui-même ! C'est aussi ça, donner une chance : on mise sur plusieurs chevaux, et seuls les meilleurs perdurent. Au Festival d'Humour de Paris, les primés étaient Djimo et Charles Nouveau, justement ! Cette semaine, intégrés au Point Virgule fait l'Olympia, ils ont sans doute pris une autre dimension. Certains professionnels arguent parfois que le Théâtre du Marais est plus intéressant. Toujours est-il que le Point Virgule ose. On est certain que ce pari footballistique va leur rapporter gros. Pour honorer notre mise, on vous conseille de réserver et de vous délecter des blagues de Charles Nouveau ! [post_title] => Charles Nouveau parle de foot : le spectacle débarque au Point Virgule ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-nouveau-spectacle-point-virgule [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-06-30 16:13:21 [post_modified_gmt] => 2018-06-30 14:13:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4469 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 4448 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-25 11:32:29 [post_date_gmt] => 2018-06-25 09:32:29 [post_content] => Repéré à Nice par Mo Hadji, Clément K construit son ascension dans les soirées stand-up parisiennes depuis plusieurs mois. Intégré à la troupe du Cactus Comedy, il anime ce plateau et accumule de l’expérience.

Clément K : ce n’est que le début !

Quelques jours avant de recevoir le prix Elie Kakou au M Rire Festival, Clément K jouait son 30-30 au Sonart. Plume acérée, punchlines inattendues : l’ancien journaliste et chroniqueur radio maîtrise déjà. S’il paraît encore un peu hésitant, il est déjà bien plus efficace sur scène qu’il ne le pense. La marque de ceux qui se remettent en cause dans le bon sens et qui ne transmettent pas leur stress pour autant. L’humour noir ou irrévérencieux est très prisé par les observateurs et jurys. Les humoristes s’engouffrent de plus en plus dans cette brèche. Or, elle ne marche pas pour tout le monde. J’ai remarqué un dénominateur commun qui distingue les meilleurs d’entre eux. Une sympathie ou une légèreté dans la vie, une volonté de ne jamais blesser. Et même un véritable brin de générosité. Je pense notamment à Charles Nouveau, dont les mimiques attachantes contrastent avec son propos. D'ailleurs, la SACD récompensait son talent d'écriture en début d'année. Coïncidence ? Je ne pense pas. Face à des habitués de festival comme Nordine Ganso, Nadim ou encore Pierre-Emmanuel alias PE, Clément K partait dans le pool des favoris. J’en avais discuté avec Nadim qui voyait davantage PE ou Hassan de Monaco. Je ne croyais pas trop à ce dernier. Certes, il se donne sur la scène, mais je trouve son angle scénique peu original. Pour un festival comme le M Rire, je voyais davantage l’originalité à l’honneur. Ce petit grain de folie, d’espièglerie et de talent en plus a été récompensé ; on ne peut que s’en réjouir.

Les primés du M Rire Festival

Le prix Elie Kakou est décerné par le jury du festival. Ce prix, le plus prestigieux, donne le droit de jouer au gala de clôture le 30 juin prochain. Clément va donc rester un peu plus longtemps dans le sud de la France ! D'autres prix existent, comme le prix du public et le prix des partenaires, décernés à Chrystelle Canals. Betty Lou remporte quant à elle le coup de cœur du jury.

Crédits photo

© Mo Hadji - Clément K au M Rire Festival de Marseille [post_title] => Clément K, prix Elie Kakou au M Rire Festival de Marseille [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => clement-k-mrire-festival-marseille [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4448 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 4437 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-24 09:58:57 [post_date_gmt] => 2018-06-24 07:58:57 [post_content] =>

La radio suisse Couleur3 diffuse les matches de la Suisse avec les artistes Fantin Moreno, Charles Nouveau et Blaise Bersinger. Le trio enflamme la coupe du monde des suisses... et pas que ! Zoom sur le programme qui vous fera aimer la coupe du monde.

Coupe du monde : les commentaires décalés de la Suisse

Alors qu'en France, ça bougonne autour d'une entame peu enflammée, la Suisse passe un mondial animé. Comme d'habitude, les premiers râlent alors qu'ils ont gagné leurs matches. En Suisse, humoristes et artistes s'emparent des micros des commentaires, et ça se passe beaucoup mieux.

Pour le premier match, Suisse-Brésil, je me retrouvais donc à couper le son de TF1 pour faire triompher celui de la radio Couleur3. Le contrôle du direct me permettait ainsi de caler l'image sur le son, toujours un peu décalé. Quand on a l'habitude des diffusions sportives, on connaît trop bien ces manipulations dignes d'un conseiller de vente chez Darty. Le second match étant diffusé sur Bein, je n'ai pas pu en faire de même mais j'ai vécu ça tout aussi intensément. La prochaine fois, il faudrait peut-être voir avec le Paname Art Café s'ils veulent créer les mêmes conditions de diffusion ?

Couleur3 : oser marier blagues, absurde et football

La formule est simple : 2 commentateurs, Fantin Moreno et Charles Nouveau, épaulés par l'envoyé spécial du studio Blaise Bersinger. Ce dernier parodie les interventions sur le terrain et apporte ainsi des touches absurdes. Informations décalées, interventions improbables : les éclats de rire fusent.

Le plus fort, c'est que cette recette vous fait vraiment rentrer dans le match. On a beau être à des kilomètres les uns des autres, je suis complètement happée par le match. J'ai sauté partout quand la Suisse a marqué. Bon, c'est aussi parce que je fais des pronostics contre mes collègues et que j'ai les crocs. A l'heure où j'écris ces lignes, je suis en tête depuis... mon pronostic parfait de Suisse-Serbie !

Je ne suis pas la seule à être convertie au football suisse. Paul Taylor travaille sur un documentaire sur les stéréotypes entre les nations. En ce moment, il est en Suisse et en profite pour vivre ces soirées de l'intérieur. Il célèbre ça comme moi, avec beaucoup de fougue et de bonds irrationnels.

Si des humoristes français comme Louis Dubourg, Urbain ou Hakimjemili faisaient la même chose, je peux vous garantir qu'on entrerait vraiment dans la coupe du monde. Chiche pour France-Danemark ?

Suivre la coupe du monde avec Couleur3

Couleur3 diffuse les matches de la Suisse et la finale, le 15 juillet prochain. Vous pouvez donc la suivre en direct sur la page Facebook Couleur3 (un direct par mi-temps) ou directement sur l'application Play RTS sur iOS et Android. La deuxième option vous permettra d'entendre de la musique ou de voir Charles Nouveau manger des chips avant le match. Si vous passez par Facebook, vous pouvez commenter et Blaise Bersinger se fera une joie de lire les meilleurs messages !

Crédits photo

© Capture d'écran - Live Facebook Serbie-Suisse - Couleur3/RTS

[post_title] => Coupe du monde - Charles Nouveau m'a convertie au football suisse [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coupe-monde-charles-nouveau-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:30:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:30:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4437 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 4323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 14:54:06 [post_date_gmt] => 2018-05-13 12:54:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Comédie et talk-shows font bon ménage. On idolâtre volontiers David Letterman, Jimmy Fallon ou encore Stephen Colbert et John Oliver. Au spot du rire, on a cependant une préférence pour une création suisse : Mauvaise langue ! Depuis février, ce rendez-vous est devenu un incontournable. Je peux arrêter toute autre activité pour le regarder religieusement. Voici pourquoi.

France et talk shows : travail en cours

En France, Canal+ propose quelques concepts intéressants. Kevin Razy adapte très bien le concept de Last week tonight avec John Oliver. Dans Rendez-vous avec Kévin Razy, quelque chose me gêne néanmoins. Plus récemment, un autre Thomas s'est lancé dans un programme hybride : Thomas Ngijol et Selon Thomas. Au début, j'étais un peu gênée par les thèmes que je trouvais attendus. Oui, je suis devenue difficile, mais j'ai donné une deuxième chance et elle était salvatrice : je m'étais trompée, il m'a bien fermé le clapet. Bravo. Les acteurs du monde comique le savent : Gad Elmaleh a tenté un remake du SNL américain, raillé. Le Hanounight show n'a pas rencontré le succès escompté. Depuis quelques mois, Eric Judor et Bun Hay Mean parlent d'un projet de talk show. Ce talk show tant fantasmé a refait surface dans l'actualité, avec l'implication possible de Ramzy. Mais avec la troisième saison de Platane prévue pour 2019, on peut penser que tout cela prenne un peu de temps à s'installer. En tout cas, l'ambiance retrouvailles tourne à plein régime. On pourrait aussi vous parler du retour du Burger Quiz, mais ce serait voler la vedette à ceux dont on veut vous parler depuis le début !

Mauvaise langue : une tribune à la hauteur de la nouvelle génération suisse

Alors, qu'est-ce qui fonctionne en Suisse ? Comment se fait-il que même si leur politique locale m'est méconnue, je parviens à apprécier leur création ? La réponse : un casting aussi gratiné que sur un Ocean's Eleven. Appréciez ces noms : Charles Nouveau, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Alexandre Kominek, Nathanaël Rochat, Yoann Provenzano... Nombre d'entre eux participent à Mauvaise langue et se côtoient depuis longtemps. Pour résumer : la scène stand-up suisse est hype. On se l'arrache, ils sont tous excellents. Drôles, ils ont chacun leur univers propre. Bercés au stand-up américain, ces humoristes allient bien l'ensemble de leurs expériences pour proposer des créations exquises sur scène et à l'écran.

De Carac Attack à Mauvaise langue : une leçon de comédie

Leur rampe de lancement, c'est la chaîne hilarante Carac Attack. Voici par exemple ma vidéo préférée sur les commentateurs sportifs. La précision des imitations est millimétrée. Charles Nouveau commente même pour de vrai sur la RTS, et ce grâce à cette compétence d'imitation journalistique. On en profite pour vous rappeler son spectacle 100% foot le 15 mai au Théâtre de Dix Heures. Après quelques mois de rodage au Paname, ne manquez pas ce showcase. On vous rappelle qu'il est conçu pour les fans de football et ceux qui ne le sont pas.
Dans cette vidéo, vous avez sûrement reconnu Blaise Bersinger. La bizarrerie est sa normalité, une étrangeté maîtrisée pour notre plus grand plaisir. Plutôt que vous le décrire, on préfère vous donner un exemple supplémentaire. Dans cette vidéo, Blaise incarne un ingénieur du son et tout est sublime.
Dans Mauvaise langue, Blaise est le numéro 2. Ce véritable trublion vient interrompre le flow méticuleux du maître de cérémonie, Thomas Wiesel. Ses commentaires toujours à côté de la plaque ont un effet comique implacable. Thomas Wiesel en perd parfois même le fil. Le tout apporte de véritables pépites télévisuelles toutes les semaines. En France, vous avez sûrement vu Thomas Wiesel dans Quotidien. Je trouvais que cette émission lui allait mal. Elle lui donnait une étiquette un peu lisse où l'on ne voyait pas sa singularité. Thomas Wiesel ose beaucoup de choses, quitte à se retrouver dans quelques polémiques. Mais ce gars est réglo : il s'excuse quand il va trop loin et ne cède jamais à la censure. Forcément, on aime. Entre parenthèses, cela passe parce qu'il a de l'esprit et une vraie plume.

Mauvaise langue : la recette d'un succès

Poser des têtes d'affiches sur un programme, c'est un début. Prendre un concept qui marche (le talk-show) peut aussi amorcer quelque chose. Mais la qualité véritable est ailleurs. J'ai eu l'émission Mauvaise langue sous les yeux. J'ai regardé les vidéos sans me faire prier. La magie opère, et je répète l'opération. Cela devient une habitude. L'idée que les humoristes suisses sont vraiment bons s'ancre dans ma tête. Le processus d'addiction est désormais bien installé. Bravo, chapeau les gars ! Pour voir si l'alchimie opère pour vous aussi, c'est possible : la RTS, qui diffuse le talk-show, lui dédie une playlist YouTube. Installez-vous confortablement, et lancez le processus ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=YsSlWFnvASg&list=PLkDhl_ki3WcFldbU3GmcrkeSmnqI4-cjz" title="Mauvaise langue : toutes les vidéos"][vc_column_text]

L'équipe de Mauvaise langue sur scène

Le Gala de Mauvaise langue réunira tout ce beau monde au Théâtre de Beaulieu (Lausanne) le 9 juin à 20 heures. Je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie d'une virée helvétique le mois prochain...

Crédits photo

© Radio Télévision Suisse - Mauvaise langue / Capture d'écran vidéo[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-suisse-wiesel-talkshow [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:02 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 3636 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-20 19:47:44 [post_date_gmt] => 2018-03-20 18:47:44 [post_content] => De nombreux humoristes font leur promotion sur Facebook, mais un récent changement d'algorithme favoriserait désormais les publications de vos amis. Et toujours les personnes prêtes à payer pour apparaître avant les autres. Le Guardian s'est demandé si cela sonnait la mort de la comédie sur le web.

La FOMO, le digital detox et les plateaux

Il y a quelques mois, j'étais accrochée aux programmations des plateaux d'humour. Pour certains, je programmais même des notifications, pour avoir une information immédiate à parution. L'objectif : ne manquer aucun événement parmi l'offre pléthorique de la capitale. A un moment, je ne pouvais plus déconnecter. Trop d'informations, tant à relayer : ensevelie. J'ai opté pour une solution radicale : l'extension News feed eradicator for Facebook. En gros, quand je m'y connecte au travail, je n'ai plus le fil d'actualité. Le réseau social lui-même a reconnu que consulter passivement ce flux d'informations menait à des choses sympathiques : anxiété, dépression, addiction aux réseaux, à la notification. Ces derniers mois, j'ai ralenti le rythme : moins de plateaux d'humour et moins de relais d'information. J'ai assisté à moins de spectacles (désolée pour tous ceux qui m'ont généreusement invitée). En réalité, j'ai repris la même routine qu'avant : aller voir des choses parce que j'en ai envie, à un rythme plus raisonnable. Et j'ai surtout goulûment profité de quelques plateaux au 33 Comedy, encore et toujours mon lieu préféré pour rire.

Plateaux d'humour et turn-over : les nouveaux talents arrivent par fournées

Je suis tombée sur les nouvelles programmations du Paname Art Café ces derniers jours. Il y a de plus en plus de noms qui me sont étrangers : le roulement marche. Ça confirme une chose : alterner les plateaux d'humour de deux ou trois bandes d'humoristes qui ne se côtoient pas est la meilleure façon de voir ce qui se fait. Par contre, on ne pourra pas voir tout le monde. J'étais surprise de découvrir Djamil le Shlag au Bordel Club sans jamais l'avoir vu auparavant en plus d'un an passé dans ces lieux. A l'inverse, il m'arrive parfois qu'Adrien Arnoux et Rémi Boyes me manquent. Au One More Joke la semaine dernière, ça m'a frappée. J'ai parlé avec Cyril Hives pendant une bonne partie du temps, j'ai croisé Thomas de Laporte (rencontré au Cactus Comedy) et j'ai pas mal échangé avec Sylvain Fergot. Ces humoristes là, en retrait face aux habitués, ne sont pas encore stakhanovistes des plateaux ou sortent d'un accident de surf. Et aussi, je les ai rencontrés dans la vraie vie, pas sur le web. En parlant des habitués des plateaux, il y avait justement Rémi Boyes (évidemment Joseph Roussin n'était pas loin). Charles Nouveau, Jean-Philippe de Tinguy et ces deux-là ont aussi émergé en 2014-2015. J'ai littéralement vu l'écart, leur évolution dans une autre dimension.

Facebook et réseaux sociaux : les chiffres ne veulent-ils rien dire ?

Le succès d'une vidéo ne doit rien au hasard. Je ne sais plus dans quel podcast ou dans quelle vidéo je l'ai entendu. A l'inverse, on se plaint souvent que les contenus de niche ou alternatifs ne décollent pas. Ce n'est pas moi qui vais le dire le contraire : moins de 250 fans sur Facebook pour ce site. Une nerd qui fait des trucs dans son coin, qui parle à d'autres nerds. Ce n'est pas grave, mais parfois on se demande pourquoi on fait tout ça. Et on continue comme un réflexe, parce qu'on aime juste ça. Dans un article récent, je parlais du classement des humoristes en tête d'affiche. Quelques jours plus tard, je découvre Baptiste Lecaplain pour la première fois sur scène. Il ouvrait la finale du Campus Comedy Tour, remporté par Paul Mirabel (qui succède à Nordine Ganso). La salle a ri de bon cœur, mais je n'étais pas à la fête. Je ne sais pas si lié au style d'humour universel ou si j'avais l'impression d'avoir entendu 1000 fois la même idée, mais j'ai été déçue. Bim, 71000 fans sur Facebook. Je reprendrai une fournée d'alternative comedy. Précisons toutefois qu'il m'a déjà fait rire par écran interposé et que je suis persuadée qu'il a beaucoup de talent. Je ne juge qu'une prestation de quelques minutes. Ne l'oublions jamais : cela ne vaut pas le coup de déverser gratuitement de la mauvaise critique.

Judd Apatow vs. Philippe-Audrey Larrue St-Jacques

Pendant que Facebook et son algorithme viennent chambouler la portée des publications de pages, la vie continue. J'ai eu le droit à un anniversaire en retard, comme c'est la tradition dans l'open-space où j'évolue. On m'a offert Mes héros comiques de Judd Apatow, je suis en train de le dévorer et je vous raconterai sûrement tout ça. Surtout, en commençant la lecture, j'ai eu très envie de deux choses :
  • assister à la parution d'un livre d'entretiens avec les humoristes francophones d'aujourd'hui ;
  • voir une série à la Parks and Recreation ou Brooklyn Nine-Nine voir le jour avec des comiques francophones.
Pendant que je réfléchissais à mes fantasmes audiovisuels, l'une des artistes du spot du rire m'a interpellée... via Facebook. Betty Durieux faisait de la pub pour un artiste qui vient en France en avril pour 3 petites dates au Point Virgule. Apparaissait un nom obscur sur mon écran de smartphone : Philippe-Audrey Larrue St-Jacques. Tant de questions se bousculaient dans ma tête : c'est qui, pourquoi ce nom, quel genre d'humour, est-ce un néo-notaire notable ? Pourquoi me mentionner moi, ce jour-là ? La publication parlait de découvrir un humoriste sans prendre l'avion... et c'est vrai que parfois, je pars en train ou en avion pour en découvrir... Bref, allez voir celui qui est encore un peu énigmatique pour moi du 12 au 14 avril au Point Virgule ! Parce qu'il repart juste après... Vous pourrez ensuite le recroiser sur Facebook, probablement. Pour l'heure, la comédie se porte bien. Allez en plateau la voir en vrai. [post_title] => Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-facebook-comedie-invisible [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3636 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3447 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-11 17:53:02 [post_date_gmt] => 2018-02-11 16:53:02 [post_content] => Louis Dubourg a lancé son podcast Un café au lot7 il y a quelques mois. Depuis le début, il tient son rythme de publication : une interview par semaine. Résident au spot du rire, Louis Dubourg a invité d'autres artistes du spot du rire : Charles Nouveau et tout dernièrement Jean-Philippe de Tinguy. On vous fait revivre ces moments !

Un café au lot7 avec Jean-Philippe de Tinguy : un podcast imprévisible !

Louis Dubourg fait du stand-up depuis un certain temps. Aujourd'hui, il réfléchit plus que jamais à sa manière de jouer, d'aborder la comedy life qu'il aime appeler ainsi. Cette prise de recul nous offre un épisode un peu différent des autres, selon ses dires. En effet, il n'arrivait pas à savoir où la conversation dériverait. Sans surprise, dériver nous emmène en mer. Il y a quelques arbres dans l'épopée. Pour les habitués, on vous rassure : ça parle aussi de stand-up ! Moi qui ai retourné le web pour vous concocter la fiche artiste de Jean-Philippe de Tinguy et son interview, figurez-vous que j'ai appris des trucs. Par conséquent, je vous invite très, très chaudement à (ré)écouter cet épisode. Surtout si vous faites partie des gens qui m'ont parlé de Jean-Philippe en me demandant quand il reviendrait jouer ces derniers mois. Il va y avoir d'autres dates. Surveillez notamment le Business Class Comedy Club le mois prochain... Je n'en dis pas plus !

Les références du podcast

Ce podcast est truffé d'inspirations très variées : Tout ça va vous occuper un bon moment. Pratique : vous pouvez aussi vous abonner sur iTunes pour retrouver un nouvel épisode chaque samedi !

Bonus : quand Louis Dubourg invite Charles Nouveau

Jean-Philippe de Tinguy n'est pas le premier artiste du spot du rire à passer par Un café au lot7. Dans les débuts, Charles Nouveau parlait naturellement du football et de l'actualité du moment. Deux sujets qu'il a l'habitude de manier sur ses chroniques Les beaux parleurs et sa carte blanche sur Couleur 3. [post_title] => Podcast - Quand un café au lot7 réunit les artistes du spot du rire [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louisdubourg-jeanphilippedetinguy-artistes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:36:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:36:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3447 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3411 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-04 15:58:19 [post_date_gmt] => 2018-02-04 14:58:19 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Paul Taylor s'est fait connaître avec sa vidéo sur la bise. Le buzz de la bise lui a valu de tourner What the Fuck France et What's up France plus récemment. L'humoriste britannique cartonne avec son spectacle #Franglais à la Nouvelle Eve. Aujourd'hui, il nous dévoile une nouvelle création : les coulisses de la vie de comédien de stand-up !

Paul Taylor, c'est comme Stephen Clarke, mais en stand-up

Au début, j'étais sceptique sur les anglophones qui essaient de faire rire sur leur adaptation à la vie en France, et la vie parisienne en particulier. Non pas que je n'aime pas le thème. Au contraire : j'ai dévoré les livres de Stephen Clarke. Vous savez, les A year in the merde ou Merde actually. Je croyais qu'avec tout ce papier, l'auteur de ces best-sellers sur les frogs avait tout abordé. Mais heureusement, je ne me suis pas arrêtée à ce ressenti. Je suis allée voir Paul Taylor lorsqu'il jouait son spectacle au Sentier des Halles. J'ai l'impression que cela fait une éternité, mais ce n'était qu'il y a 2 ans. La preuve que Paul Taylor ne chôme pas !

La Comedian Life chère à Louis Dubourg a un relais supplémentaire !

Notre résident Louis Dubourg encense le mode de vie des stand-uppers en permanence dans son podcast Un café au lot7. Il a aujourd'hui un relais supplémentaire des coulisses de cette vie qui suscite toutes les passions. Aujourd'hui, alors qu'on nous assène d'un documentaire par semaine sur le sujet, je pense qu'on peut l'écrire ! Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si Louis Dubourg s'y retrouve déjà dès les premiers épisodes. A noter également l'apparition de Charles Nouveau, récemment primé au Festival d'Humour de Paris. On retrouve généralement les premières parties de son show, dont Noman Hosni (sur la photo de l'article). Vous n'allez pas découvrir Paul Taylor comme vous l'avez jamais vu en regardant ces vidéos. En fait, il a toujours pris l'habitude de faire vivre à sa communauté les coulisses de son art. Il a commencé très tôt, en partageant des astuces pour devenir un comedian. Régulièrement, il est en direct sur sa page Facebook avant de monter sur scène. On le voit parler à l'équipe du théâtre, annoncer son arrivée ou les premières parties. Bref, il a déjà l'habitude de partager. Mais là, il va un peu plus loin en décrivant les actions qu'il doit entreprendre chaque jour ou chaque semaine, sans beaucoup de filtre. Fait impressionnant : c'est, pour l'heure, au jour le jour. Trêve d'explications, on vous laisse regarder tout ça !

Le Vlog Being a comedian quelques mois après : Paul Taylor tient bon !

Les premiers épisodes permettaient de suivre Paul Taylor dans de belles conditions : au pic de son spectacle #Franglais. Lorsqu'il s'est arrêté, Paul Taylor a fait un saut dans le vide. Depuis, vous le voyez écrire de nouvelles blagues et repartir quasiment de zéro. Son public partage ses doutes, ses difficultés et ses interrogations... mais aussi sa manière de toujours rebondir. C'est l'un des objets de communication les plus intéressants de l'année. Il y laisse quelques heures de sommeil, et je pense qu'on doit lui rendre hommage pour cet effort. Comme cela sort le matin, ça accompagne généralement mon petit-déjeuner. Si je n'ai pas ce moment, je me sens un peu vide, quelque chose me manque. Je ne fais pas partie de la team 7 a.m. pour quelques minutes, mais ça compte, non ? Plus sérieusement, on adore toujours autant cette immersion. Bien plus intéressante que les stories Instagram en selfie (Alexis Arabia, etc.) qui n'ont aucune valeur ajoutée.

Crédits photo

© Paul Taylor - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Bc7pKC39qxY&list=PLx27SKPG1cw3fSCoWQuSpZBYKyCVu_efv" title="Being a Comedian : tous les épisodes !"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Coulisses - Paul Taylor présente son quotidien de comédien de stand-up ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paul-taylor-standup-comedien-vlog [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-27 10:19:21 [post_modified_gmt] => 2019-07-27 08:19:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3411 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011105 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-06 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-06 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Pour commencer, revenons sur les spectacles incontournables de cette rentrée humour. Découvrez nos 8 valeurs sûres humour de l’automne 2021 (par ordre alphabétique) !

Alexandra Pizzagali, C’est dans la tête - Théâtre du Marais

Depuis sa naissance, le spectacle d’Alexandra Pizzagali est marquant. Ce seul-en-scène à l’humour noir efficace n’en finit plus d’émouvoir le public par sa profondeur. Il a tout de suite propulsé cette artiste dans de belles salles, et cela risque de durer encore longtemps. Fidèle au Théâtre du Marais, Alexandra Pizzagali continue donc sa route les mardis et mercredis à 21h30.

Ambroise et Xavier - Théâtre le Métropole

Dans un style plus absurde et survolté, Ambroise et Xavier continuent également leur chemin au Théâtre le Métropole. Cette salle à l’attraction étrange propose une programmation de plus en plus qualitative. Ambroise Carminati et Xavier Lacaille réussissent à construire un grand n’importe quoi avec beaucoup d’intelligence et d’ingéniosité. Ce show risque encore de vous surprendre…

Charles Nouveau, Joie de vivre - Théâtre du Marais

On adore toujours autant l’écriture impeccable de Charles Nouveau. Ce diamant brut, qu’on devine toujours sur la corde raide, est pourtant un modèle de stabilité au Théâtre du Marais. Toujours prêt à inventer un nouveau concept, Charles Nouveau innovera peut-être encore cette année.

Karim Duval, Y - L’Européen

Parmi ceux qui savent saisir leur époque, Karim Duval figure aux avant-postes. Aussi charmeur que brillant, l’humoriste continuera de narrer une génération Y en quête de sens dans la start-up nation. Un spectacle bonbon, qui fait du bien et rappelle l’absurdité de nos vies avec beaucoup de finesse.

Marion Mezadorian, Pépites - Petit Palais des Glaces

Marion Mezadorian a certes cumulé plusieurs expériences cinématographiques, mais elle reste fidèle à la scène ! La comédienne et humoriste continuera d’émerveiller son public trois soirs par semaine au Petit Palais des Glaces. Sa particularité : proposer une galerie de personnages plutôt rare dans l’écosystème humoristique actuel. Encore un bonbon comique à consommer sans modération !

Pierre Thevenoux, Pierre Thevenoux est marrant, normalement - Le Point Virgule

Avec beaucoup d’abnégation, Pierre Thevenoux est discrètement devenu mon humoriste préféré. Sa recette : jouer partout, tout le temps et gagner en efficacité, en propos et en authenticité. Il continue de monter en puissance au Point Virgule, où il ravit les spectateurs depuis un petit moment, déjà. Vous pouvez aussi apprécier des extraits de son spectacle Pierre Thevenoux est marrant, normalement, sur sa chaîne YouTube. Avouez que parmi les incontournables de la rentrée humour, il vaut le détour !

Réda Seddiki, Ironie de l’histoire - La Nouvelle Seine

Comme Yacine Belhousse, Réda Seddiki est l’un des humoristes fidèles à la Nouvelle Seine. Dans cette salle qui vient de fêter ses 8 ans, l’un des artistes les plus grands de France (de taille… mais pas seulement !) propose un seul-en-scène bien à lui. Comme Ambroise et Xavier, Réda Seddiki met à contribution sa tête bien faite pour créer de l’humour en toute légèreté. Les spectateurs, déjà conquis, vont très certainement se ruer en salle !

Seb Mellia, Seb Mellia ne perd jamais - Le République

Parmi les valeurs sûres, Seb Mellia est un incontournable. Petit moment coup de vieux : dans cinq ans, Seb Mellia aura 20 ans de carrière. C’est d’autant plus choquant que Seb Mellia continue d’être pertinent et ancré dans son époque. Décontracté, tchatcheur invétéré, efficace et dévoué à son métier… Seb Mellia est bien parti pour durer !

Les incontournables de la rentrée humour : le récapitulatif des artistes à revoir

ArtisteSpectacleSalleLMaMeJVSD
Alexandra PizzagaliC’est dans la têteThéâtre du Marais 21h3021h30    
Ambroise et XavierAmbroise et XavierLe Métropole20h      
Charles NouveauJoie de vivreThéâtre du Marais  20h20h   
Karim DuvalYL’Européen   19h30  19h
Marion MezadorianPépitesPalais des Glaces   19h3019h3019h30 
Pierre ThevenouxPierre Thevenoux est marrant, normalementLe Point Virgule20h20h20h
Réda SeddikiIronie de l'histoireLa Nouvelle Seine   21h   
Seb MelliaSeb Mellia ne perd jamaisLe République   21h30 19h45
21h30
19h45

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : on veut les revoir ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-30 15:54:45 [post_modified_gmt] => 2021-08-30 13:54:45 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011105 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 26 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => e12c305a2323af8fe4800c2697239c92 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Charles Nouveau

Rentrée humour : nos spectacles incontournables

Rentrée humour : on veut les revoir !

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Bruno Peki - Caustic Comedy Night

Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club

Nouveaux artistes humour : Louis Dubourg sur scène

Défendre les nouveaux artistes humour et ses convictions

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Charles Nouveau parle de foot : spectacle humour au Point Virgule

Charles Nouveau parle de foot : le spectacle débarque au Point Virgule !

Clément K primé au M Rire Festival de Marseille

Clément K, prix Elie Kakou au M Rire Festival de Marseille

Charles Nouveau et Fantin Moreno commentent la coupe du monde et les matches suisses

Coupe du monde - Charles Nouveau m'a convertie au football suisse

Mauvaise langue : le talk show de Thomas Wiesel

Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows

Facebook et le stand-up : vers moins de comédie visible ?

Stand-up vs. Facebook : vers une comédie invisible ?

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?

Un café au lot7, épisode 22 : Louis Dubourg reçoit Jean-Philippe de Tinguy, l'un des artistes du spot du rire

Podcast - Quand un café au lot7 réunit les artistes du spot du rire

Paul Taylor dans le VLOG Being a comedian, avec Noman Hosni

Coulisses - Paul Taylor présente son quotidien de comédien de stand-up !

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion