Publications liées au mot-clé : culture

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => culture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 469
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => culture
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 469
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => culture
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 469
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => culture
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 469
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 469
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 469
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => culture
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 469
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (469) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (469) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (469)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011013
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-07-07 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00
                    [post_content] => 

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010878 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-16 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00 [post_content] =>

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010050 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-18 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-18 07:00:00 [post_content] =>

Créer et mobiliser son talent artistique est essentiel : voilà l’enseignement que je tire de l’année écoulée. Aujourd’hui, sans avoir d’idée précise sur ce que je vais vous raconter, je souhaite reprendre en douceur avec ce thème qui trotte dans toutes les têtes.

Nb. Cet article n’est finalement pas le premier de l’année. Je voulais être réactive sur la sortie du livre d’Alexis Le Rossignol le 14 janvier. Mais cet article a été rédigé antérieurement, il reste techniquement le premier de l’année ;-)

La création artistique déménage sur le web… mais pas que

Jusqu’ici, l’humour de 2021 se résume globalement à la création de contenus numériques. Les artistes se réapproprient l’espace public comme ils peuvent. Après Josquin Chapatte et ses visites guidées humoristiques de Montmartre, Matthieu Penchinat en a fait de même à Antibes pendant les fêtes… Peut-on parler de fêtes, d’ailleurs ? Ceux qui ont vu leurs proches ont parfois déchanté en apprenant qu’ils devenaient complotistes. Même si, comme vous le savez sans doute, le complotisme peut être très, très drôle si on décide de ne plus le prendre au sérieux.

Repos forcé

Pour ma part, j’ai passé plus de deux mois seule avec un kit de survie : mes souvenirs comiques. Le dernier spectacle que j’ai vu, c’était Haroun en rodage le 21 octobre 2020. Le dernier jeune humoriste que j’ai vu, c’est Humourman. Un taulier et un superhéros, puis une course effrénée pour respecter le couvre-feu. À 20h58 ce soir-là, j’ignorais à quel point l’attente allait être longue et incertaine. Pendant ces « fêtes », j’ai donc essayé de couper au maximum, ce qui signifiait d’arrêter d’écrire. Il fallait souffler après une année à produire malgré les mesures gouvernementales en réaction à la pandémie.

Mais comment souffler dans les circonstances actuelles ? Le destin m’a livré une réponse désagréable : mon corps a décidé de tomber malade. Pour oublier, j’ai surtout consommé des podcasts. Ils prennent plus de temps à écouter et sont plus agréables qu’une brève vidéo. Plus c’est long, plus c’est bon (enfin, dans ce cas de figure surtout…).

Un podcast bien-être pour aborder 2021

Réda Seddiki est un sage. Et pour tous les artistes qui intègrent des personnages dans leurs sketches, allez voir sa recommandation, StoryTANK.

Une nuit d’insomnie, donc, je me raccroche à ce qui me semble le plus vital : entendre ou voir des comiques. Arezki Chougar a enfin lancé son Patreon : je reçois une notification dès sa publication et je m’abonne sur-le-champ. Il n’y avait rien en ligne, encore, et je me disais qu’au pire, si je meurs, d’ici à ce que ma banque ferme les vannes, Arezki Chougar et ses invités pourraient prospérer.

Créer, continuer à écrire…

Autre élément vital, que cette interruption de travail me révèle : arrêter de stimuler sa créativité ou de faire ce que l’on aime est délétère. À l’inverse, c’est fou de sentir à quel point une passion peut animer, occuper l’âme et mener à une progression. J’aillais très bien quand j’écrivais, que je consommais et compilais des informations en masse.

Même sans lieu de représentation, la culture subsiste

Sans vie sociale ou lieu d’accueil des artistes, il demeure encore possible de créer. J’ajoute une précision importante : créer et produire sont deux choses différentes. Ainsi, j’imagine que profiter de cette période pour créer à son rythme, sans se mettre de pression pour publier régulièrement ou s’offrir en représentation à tout prix, sera bénéfique.

Pour cette reprise plus incertaine que jamais, je vais ainsi préférer la qualité à la régularité. Sans théâtres ouverts, l’inspiration reste limitée, mais elle est bien là. Je ne pourrais sans doute plus préparer mes contenus à l’avance bien longtemps… Pas grave, je gagnerais en spontanéité. Dans la même veine, les artistes ont démontré leur capacité d’adaptation l’an passé. Je sais qu’ils trouveront de nombreuses solutions pour continuer à s’exprimer.

Nous allons contourner les obstacles de Bachelot & co. J’y crois vraiment car il me reste le plus essentiel : mon besoin irrépressible de parler des artistes. C’est ce qui me meut, c’est mon antidote à l’anxiété et à mon rapport au vide. S’il existait un Questions pour un champion spécial humour, je candidaterais d’emblée. Ça tombe bien, le Barbès Comedy Club trouve aussi ce concept génial et propose un nouveau jeu dès ce mois de janvier ! Je pense aussi à HebdomadaireTV, la chaîne Twitch d’Alexandra Pizzagali et de Clément K…

Moralité : continuez à créer des contenus fun en 2021 !

Lorsqu’on lève le pied, on n’a qu’une envie : repartir. Je suis heureuse de vous retrouver par écrans interposés. J’ai hâte de découvrir de nouvelles péripéties, de nouvelles histoires à vous raconter. Plutôt que de vous lancer un « bonne année » sans conviction, voici ce que je préfère vous dire : bonne création artistique à tous !

Crédits photo

Capture d’écran du podcast Chougar Free (épisode 21 avec Louis Chappey et Morgane Cadignan)

[post_title] => Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => creer-artiste-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-18 13:05:31 [post_modified_gmt] => 2021-01-18 12:05:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010050 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010104 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-14 17:45:31 [post_date_gmt] => 2021-01-14 16:45:31 [post_content] =>

Les voies parallèles est le premier roman d’Alexis Le Rossignol. L’humoriste et chroniqueur chez France Inter s’est laissé convaincre pour se lancer dans l’écriture, et bien lui en a pris ! En janvier 2021, Plon lui offre une place au sein de sa rentrée littéraire. Que vaut ce premier roman ?

Les voies parallèles, un roman oscillant entre drames et légèretés

Tout d’abord, on découvre un récit simple, plein de retenue, qui décrit au plus près le destin d’un adolescent aux rêves de grandeur (pas si grands que ça). L’une des forces des Voies parallèles est de relater les événements sans trop de commentaire de l’auteur. Ne cherchez pas l’hilarité, vous aurez à la place la justesse et une douce mélancolie.

Le personnage central du récit, parlons-en. Antonin est un antihéros plus ordinaire que pathétique, qui trimballe son envie de vivre à bout de bras, ceux qui dirigent sa mobylette. Premiers émois à l’écart des groupes les plus populaires, quête de liberté entravée par les contraintes familiales… Il est facile de s’identifier à lui.

Retour dans les années 2000

Ce roman est aussi un voyage temporel dans la décennie 2000, dont la vacuité musicale fait écho à l’insignifiance du quotidien des personnages. En fil rouge de ce récit, on retrouve donc ces drames de l’ordinaire… mais aussi la légèreté de la jeunesse et des destins qui semblent gravés dans le marbre. Sans oublier une véritable course-poursuite pour se conformer à un idéal de masculinité. Je me suis fait la réflexion, à la lecture, que grandir en tant que mec n’était pas un long fleuve tranquille.

Il est aussi question d’une frontière pas si lointaine entre deux classes sociales. Cette frontière tient finalement plus à l’absence d’authenticité dans les relations qu’à une véritable scission, une impossibilité d’interagir. D’où vient-elle ? Le livre ouvre cette réflexion. Par ailleurs, les destins des personnages sont-ils si déliés que cela ? Le lecteur pourra ainsi imaginer les scénarios qui auraient pu se dérouler si chacun avait osé ici ou là.

Un roman plus profond qu’il n’y paraît, miroir d’une jeunesse universelle

Sans prétention, cette histoire est donc plus profonde qu’il n’y paraît. Alexis Le Rossignol parvient à ne pas tomber dans le pathos dans ce roman social. Qu’un chroniqueur de France Inter choisisse ce genre n’a rien d’étonnant ; malgré tout, la lecture vaut la peine qu’on s’y attarde. 

En lisant cette histoire, j’ai repensé à l’errance d’un Holden Caulfield. À d’autres moments, c’est plus proche d’une histoire d’ados plus ou moins aisés à la 15/A (si vous avez la référence, cœur sur vous). J’ai donc surtout repensé à des histoires qui m’ont marquée tout au long de mon parcours de vie. Cela risque de vous arriver aussi…

Les voies parallèles reste un premier roman, bien sûr. Mais vous avez là un vrai roman, d’une personne qui n’a pas volé sa place dans le monde des rentrées littéraires… Une chose semble certaine : la plume d’Alexis s’affûtera avec le temps pour proposer d’autres histoires, d’autres univers… et gagner en originalité. Il l’a fait en humour depuis son prix SACD en 2017, il pourra le faire en littérature si ça le chante !

Crédits photo

  • Photo de couverture : © Simon Lefebvre
  • Illustration : © Fabrice Holbé
[post_title] => Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => voies-paralleles-alexis-le-rossignol [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-14 17:48:43 [post_modified_gmt] => 2021-01-14 16:48:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010104 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 8582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-03 18:48:03 [post_date_gmt] => 2020-02-03 17:48:03 [post_content] =>

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show, c’est l’ouvrage d’Étienne de Balasy qui aide les jeunes humoristes à construire leur carrière ! Avant sa sortie le 20 février, nous avons pu vérifier qu’il était bien utile pour la nouvelle génération du rire.

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : derrière ce long titre, de la qualité ?

Oui, nous étions sceptiques. Les professionnels ne sont en effet pas tous connus par leur générosité ou leur altruisme. Beaucoup se font mousser, et le parcours de l’auteur, Étienne de Balasy, avait de quoi donner le tournis. En plus, il avait un cours de stand-up à promouvoir…

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show aurait pu être une coquille vide purement marketing. Et les trois points d’exclamation à la fin du titre à rallonge finissaient de nous inquiéter.

Rassurez-vous ! Au final, il faut voir cet ouvrage comme un recueil de conseils très utiles prodigués par un sage du rire. Il en a vu, des talents. Certains se sont plantés, d’autres ont su déjouer les pièges pour construire leur carrière.

Un guide truffé de conseils et de témoignages…

Ma première impression, c’était que l’auteur se sentait contraint de broder de belles phrases pour commencer. Comme on poserait un sujet dans une dissertation à l’école. La langue française exige une forme de respect, de réflexion fleuve, que voulez-vous…

Heureusement, en relisant une deuxième fois, j’ai vu l’attachement de l’auteur aux rires, les vrais, dans toute leur diversité. Étienne de Balasy a une conscience assez fine des problématiques des artistes. Il propose d’ailleurs des portraits de personnalités clés tout au long du livre. Ceux de Roman Frayssinet et Christine Berrou sont très percutants.

Cet ouvrage est une pépite. En effet, chaque humoriste trouvera un conseil qui lui redonnera la hargne pour se battre. Il accompagne et prend en compte les doutes, tout en livrant quelques informations de base. Ces informations de base, cependant, personne ne les avait collectées au même endroit !

On a montré quelques passages à plusieurs humoristes de la nouvelle génération. Ils les ont dévorés avec enthousiasme, pressés de lire la suite !

Anecdotes et concepts-clés : attention, ça vaut de l’or !

La force de ce livre, c’est d’abord d’inclure un questionnaire personnel de motivation. Pour avoir travaillé dans la formation, je peux vous dire qu’il est très efficace. Cela peut paraître fastidieux, de répondre à quelques questions… Quand on apprend, on a cette envie d’aller tout de suite au but, mais ce temps d’introspection fait avancer à pas de géant.

Vous êtes humoriste et vous vous sentez perdu ? Vous avez l’impression de stagner ou de ne pas savoir comment progresser ? Le truc, dans ce métier, c’est qu’on peut se retrouver enseveli sous une tonne de conseils. Je renvoie tous les lecteurs au passage sur le concept d’indivisualisation (chapitre 5, page 97).

L’avis de nos collègues chez Stand Up France

Pourquoi un guide (presque) complet ?

Le format du livre est contraignant. Étienne de Balasy, ou son éditeur, a eu l’idée de communiquer sur « les plateaux d’humour près de chez vous ». Au début, je me suis dit que ça allait être compliqué. On les recense inlassablement, apportant ou prévoyant plusieurs modifications chaque semaine.

Et pourtant, oui, en lisant ce livre, vous saurez comment connaître les plateaux d’humour près de chez vous ! Spoiler alert: ils renvoient sur notre site #StreetCred. Ils font bien, parce que la liste des plateaux en annexe est très courte, et déjà obsolète. Le One More Joke n’est plus au 44 rue de la Folie-Méricourt

La partie sur l’écriture de sketch ou de la création d’un personnage est peut-être le point faible du livre. Il y a des choses intéressantes, mais la littérature sur le sujet est meilleure ailleurs. Le livre de Christine Berrou, Écrire un one man show et monter sur scène, est plus pratique encore. Quoi de plus normal : Christine Berrou l’a fait, Étienne de Balasy est davantage un metteur en scène. Les deux livres sont, de fait, très complémentaires — et l’auteur le souligne, d’ailleurs.

Dernier point où le livre atteint ses limites : le côté pratique du guide. Même si l’auteur fait l’effort de se déplacer sur le terrain, les humoristes pourront rester bloqués sur certains problèmes. Ça tombe bien, c’est là que le spot du rire va entrer en jeu cette année.

Un guide exhaustif avec Étienne de Balasy, Christine Berrou et Le spot du rire ?

Depuis plusieurs mois, le spot du rire travaille en coulisses sur un guide orienté « terrain », avec de nombreuses ressources complémentaires. La sortie de ce guide aurait pu tuer dans l’os notre projet.

Mais finalement, il réorientera simplement nos efforts. Déjà, on prévoit une FAQ évolutive, où vous pourrez poser vos questions. Monter sur scène, préparer son premier spectacle, jouer un peu plus loin, se promouvoir sur internet avec des outils et tutoriels concrets… Il existe 1000 sujets à aborder, et on pourra le faire pleinement si les efforts sont partagés !

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : complétons-le !

Au début, en voyant la couverture et les nombreuses interrogations qui me venaient, je voulais vous déconseiller d’acheter ce livre. Pourtant, après une lecture plus approfondie, je révise mon jugement.

Dans le pire des cas, mettez en commun un chapeau ou deux, et passez ce livre de main en main ! 17 euros, à 2 ou 3, ça devient plus raisonnable quand on débute.

Étienne de Balasy vous offre un cadre pour vous développer en tant qu’artiste. Christine Berrou vous aide à monter votre premier spectacle, des premières blagues au produit fini. Et le spot du rire connaît de plus en plus les pièges du milieu. Avec ces trois entités, on vous garantit que vous allez accélérer votre carrière ! Les planètes s’alignent donc grâce à tous ces mots, anecdotes et conseils croisés…

Ainsi, pour ce dernier volet, on construira la meilleure expérience en apprenant ensemble. Restez donc connecté, ça va arriver très vite, même si ça nous ajoute encore du travail. C’est le nerf de la guerre, mais le résultat sera bien meilleur grâce à la sortie de ce guide au format papier…

[post_title] => Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-complet-standup-onemanshow-livre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-03 12:10:10 [post_modified_gmt] => 2020-03-03 11:10:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 8252 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-19 10:50:20 [post_date_gmt] => 2020-01-19 09:50:20 [post_content] =>

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce moderne qui vient rapprocher deux mondes pas si éloignés que cela : le rap et la poésie. Ludique et ultra-drôle, avec son titre prometteur, la pièce était à la hauteur de mes attentes. Ce spectacle a lieu tous les samedis à la Comédie des 3 Bornes jusqu’au 11 avril.

De La Fontaine à Booba : deux comédiens inspirés

Cela faisait longtemps que j’avais envie de voir De La Fontaine à Booba. Je trouvais le concept marrant. J’imaginais une heure où l’on rirait bien de l’affrontement de deux mondes. Chaque comédien aurait défendu son parti pris : le classique vs. le moderne, tournant en ridicule les défauts de l’autre.

Il s’est produit à peu près cela. Malgré tout, découvrir l’animateur du podcast Commentaires Connards avec son déguisement (et cette perruque !…) était une surprise. Au vu de l’affiche, j’aurais dû m’en douter, mais je ne m’y attendais pas, que voulez-vous. Ça a ajouté un rire de plus au moment, puisque Michaël Delacour a une bouille qui prête à l’autodérision. C’est sa force, et cette manière de ne pas se prendre au sérieux renforce les rires.

Face à lui, il y a l’ambassadeur du rap, Guillaume Loublier. Il joue son rôle avec beaucoup de lyrisme et attire la sympathie du public comme un héros de film. Vulgarisateur hors pair, il offre au public une plaidoirie amusante et convaincante.

Le régisseur est dans la pièce !

Au bout de quelques minutes, une voix émerge du fond de la salle : le régisseur rappelle les comédiens à l’ordre. Sortis du texte, ils sont sommés de reprendre leur tour d’horizon des fables de La Fontaine.

On passe donc des fables à d’autres chefs d’œuvres littéraires, en faisant escale sur des moments plus ou moins glorieux du rap. Et le rap, c’est probablement le genre de musique le plus clivant qui soit. De l’extérieur, on passe très facilement à côté. Heureusement, dans cette pièce, on arrive bien à suivre.

De La Fontaine à Booba : une ode à la création artistique

C’est finalement une ode à la création artistique sous toutes ses formes. Petite, j’ai parfois eu à « monter à Paris » pour assister à du théâtre insipide et probablement trop élitiste pour mes yeux d’élève. Si j’avais pu voir cette pièce, j’aurais compris ce à quoi j’ai eu accès des années plus tard. Pour moi, c’est ça, la vraie culture.

Ainsi, pour comprendre les codes du théâtre, commencez par cette pièce. C’est ludique, vraiment fun et cela confronte deux points de vue qui divisent. Respecter le texte à la lettre ou l’adapter au monde moderne ? Mélanger les deux aspects ? Pour le savoir, allez à la Comédie des 3 Bornes ou attendez Avignon, car ils y seront. Bravo également à l’auteur de cette pièce, Valentin Martinie.

Verdict

De La Fontaine à Booba, c’est une pièce sans prétention et qui touche vraiment le public. Peut-être encore perfectible, elle offre quoi qu’il advienne un très bon moment. Ne venez pas pour souligner les imperfections, profitez. Ces jeunes comédiens ont en effet envie de créer, de défendre leur pièce avec beaucoup d’enthousiasme ! Moi, je ne demande rien de plus…

[post_title] => De La Fontaine à Booba : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => la-fontaine-booba-spectacle-comedie-3-bornes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-19 10:50:29 [post_modified_gmt] => 2020-01-19 09:50:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8252 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7948 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 12:17:48 [post_date_gmt] => 2020-01-03 11:17:48 [post_content] =>

En 2020, les humoristes émergents vont prendre le pouvoir. Découvrez comment les artistes et stand-uppers seront enfin découverts par les médias et le public.

2020 : Topito tend la main à la nouvelle génération humour

Combien de fois ai-je lu des sélections d’humoristes identiques, de mois en mois ou d’années en années ? Tout le temps. Les signaux étaient d’ailleurs plutôt négatifs. D’abord, les compilations de nouveaux humoristes par GQ se révèlent répétitives. On peut aussi citer les piètres défenses de Gad Elmaleh ou Thomas Ngijol, pris en flag’ par CopyComic.

Et pourtant, le 1er janvier 2020, un miracle se produit : Topito dévoile un top qui sort de l’ordinaire… Le Top 12 des humoristes qu’il faudra suivre de près, sur scène, en 2020, on t’aura prévenu !

Des noms qui détonnent dans le paysage des algorithmes, des visages qui changent… Un équilibre entre ceux qu’on attendait à pareille fête et ceux qui n’avaient pas voix au chapitre.

C’est Fabien, mon rédacteur, qui m’envoie l’article. Et Ô surprise, l’auteur cite le spot du rire pour justifier la présence d’Ambroise et Xavier. Je me sens populaire tout d’un coup, grâce à ce mystérieux Benco. Mais est-il si mystérieux ? On ne saura peut-être jamais quand la grève va se terminer ou comment Carlos Ghosn a pu s’évader d’un pays qui le tenait fermement, mais on va résoudre ce mystère.

Comme dirait Nadim, on est tous des phénix

Un coup d’œil aux autres articles de l’auteur me suffit à comprendre : Benco est nouveau chez Topito. Il parle humour et stand-up, c’est bon signe. Je regarde de plus près la photo de ce fameux Benco. Malgré sa taille miniature, je la reconnais tout de suite. Nous sommes amis sur Facebook, c’est « monsieur Campus Comedy Tour » !

Ce concours qui révélait chaque année l’étudiant le plus drôle de France (Paul Mirabel, c’est eux qui l’ont découvert) a malheureusement disparu. Une nouvelle triste qui tranche avec la présence de notre trublion dans la rédac’ d’un média qui influence de nombreux internautes.

Pas de bonne résolution, mais un vœu pour 2020

Ce vœu est très simple : il faut plus de Benjamin Couprie pour dénicher des talents. La demande est très forte : les internautes vomissent l’absence de diversité dans les commentaires de vidéos. Dans les médias, dans le public, la prise de conscience s’organise donc.

Petit à petit, les choses évoluent. On a décidé de reprendre l’expression « nouvelle génération humour » de Kyan Khojandi pour une raison simple : on aime des choses différentes. Certains vont se planter, mais d’autres vont exploser (dans le bon sens du terme). On est là pour parier, avoir le goût du risque pour décerner des coups de cœur. En somme, on représente le maillon de la chaîne qui influence sans trop de vagues ceux qui peuvent vraiment promouvoir des gens. On l’a vérifié aux Étoiles espoir humour du Parisien, et on le fera sûrement aux Best de l’Humour ce mois-ci…

La profession nous lit de moins en moins timidement, de plus en plus sérieusement. Cette année, on va donc essayer de se rappeler que notre avis compte et pousse de jeunes artistes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Parce que l’année 2020 est celle des espoirs humour.

Top 12 des humoristes à suivre selon Topito

ArtisteC’est qui pour nous ?
Paul MirabelOn en a parlé plein de fois
Fanny RuwetCritique dispo semaine prochaine
Jérémy NadeauOn l’a vu dans sa carrière V1 et on est curieux de le revoir
Valentin ReinehrOn l’a vu à la TV comme plein de monde
Ambroise et XavierDécouverts fin 2018, quand même
Maxime StocknerDécouvert grâce à Arezki Chougar et le meilleur podcast
Bertrand UsclatOn a compris qu’il passait dans Clique mais on n’a jamais regardé
Nicolas FabiéDécouvert et défendu corps et âme en janvier 2018
Laura FelpinRecommandée par Yacine Belhousse dans son interview
MazineOn n’a jamais mis les pieds au 123 Sébastopol, mea culpa
UrbainOn l’a trouvé bon au Bunker Comedy Club comme quand il utilisait encore son nom complet
Le Cas PucineOn l’a vue à la TV comme plein de monde
[post_title] => 2020, année des espoirs humour et stand-up [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2020-artistes-emergents-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:02 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7948 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7559 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-05 14:51:20 [post_date_gmt] => 2019-12-05 13:51:20 [post_content] =>

Aujourd’hui, je devais vous parler d’un (mauvais) spectacle pour lequel j’ai reçu une invitation presse. Au final, je vais vous parler du doute et épargner ce comédien qui est étrangement produit… Oui, si j’avais les rênes, je mettrai mon argent ailleurs, mais ce n’est pas le sujet !

Doute sur les ondes et dans les salles

Ce spectacle, je ne l’ai pas trouvé à mon goût. J’avais perdu mon temps, mais je m’en doutais. Je me disais : « comment aurais-je pu occuper mon temps à meilleur escient ? », ce qui revient à répondre à la question qui nous taraude tous en ce moment.

Yacine Nemra, l’une de nos dernières découvertes humour, signait la même semaine un magnifique papier sur le doute (ou le fait de le cacher) sur Couleur3. Vous pouvez le réécouter ici :

La même semaine, j’entendais de nombreux humoristes autour de moi douter. Comment s’améliorer, saisir les bonnes opportunités et trouver ma place dans ce milieu de fous ? Quand on pense à ces questions, il est si simple de baisser les bras. Choisir l’artistique, c’est subir les interrogations constantes, voir tant d’autres avoir l’air de vivre leur meilleure vie… Et ne pas comprendre comment on en arrive là !

Et on s’oublie même un peu, on néglige ses contacts ou son bien-être, parce qu’il faut toujours prouver sa valeur jour après jour. Aussi, on regarde des gens qu’on trouve peu ou pas talentueux prendre des raccourcis, comme dans un Mario Kart bien réel.

Accepter d’être perdu pour créer et se réinventer ? Jette donc ce pamphlet de développement personnel…

Je croisais un humoriste, cette fois pas produit ou entouré d’une équipe, mais sérieusement en proie au doute. Il avait l’air dépité, à mille lieues de ce qu’il propose sur scène avec si peu d’expérience.

Pour tout vous dire, je comprends tout à fait ce qu’il traverse. Au final, je fais comme ces jeunes artistes : je débarque encore dans ce milieu, et j’expérimente la même impatience. On a passé deux-trois bonnes premières années ensemble, en proposant des critiques et articles par instinct. Même le choix de mes spectacles se joue à l’instinct, à l’affect ou l’émotionnel.

La vérité, c’est que la quête de légitimité est un combat de tous les jours. Les professionnels établis, j’ai pu les croiser ou les observer parfois de près. Ils ont la trouille. Cette année, j’ai compris que tout le monde était fragile dans ce milieu, surtout ceux qui roulaient le plus des mécaniques.

Loin de m’en réjouir, je me demande pourquoi les choses ne sont pas plus simples. J’ai aussi trouvé un programme régional signé France 3 : Les nouveaux talents du rire. Dedans, je connaissais surtout Thibaud Agoston et certains autres noms m’étaient familiers.

La si difficile vulgarisation des talents

Vous vous rappelez de cette critique de spectacle que je ne vous ferai pas ? L’artiste en question a, selon moi, le profil parfait pour exporter son spectacle. C’est bien présenté et mis en scène : le marketing est solide, la proposition artistique extrêmement claire pour le spectateur. Vous voyez les blagues arriver bien avant, vous êtes dans une zone de confort car vous avez vu ça mille fois.

Le contraste est saisissant avec mon expérience : j’enrage quand je vois ça. Tout comme j’enrage quand je vois la manière dont France 3 présente les humoristes : par des clichés ou des ficelles faciles. On n’est pas passé loin du classique : « Peut-on rire de tout ? », alors que la question de base, c’était : « Qui sont les nouveaux talents du rire ? ».

Je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire

J’ai une idée précise et vague du visage des nouveaux talents du rire. Précise d’abord, car je comprends ce que je cherche. L’originalité, le petit truc en plus qui m’embarque, la sincérité dans la proposition artistique. Quand j’y pense, il y a aussi une certaine humilité face à l’exercice, qui laisse échapper une forte envie d’apprendre.

Vague ensuite, car l’offre est si dense que la résumer est une tâche drastique. C’est pourtant la mission du spot du rire, parce que j’aime me compliquer la vie, sans doute ?

Finalement, choisir les nouveaux talents du rire revient-il à faire confiance à une poignée de professionnels ? Ceux qui vont voir les spectacles et consacrent leur temps à une poignée de personnes ? Et on les découvrirait cinq par cinq, dans les méandres des plateformes de vidéo à la demande, les rediffusions télévisées ou radio, YouTube ? On n’a à peine le temps de se poser la question qu’une vidéo virale de discours politique ou féministe dévie notre cheminement de pensée.

Bref, je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire, car on se heurte toujours au même problème. L’humour est subjectif. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les algorithmes nous éloignent déjà des artistes, alors qu’on cherche encore plus à ajouter de la personnalisation ou de l’intelligence artificielle dans la recette.

Vous reprendrez bien un peu de hasard ? Tout est une question de confiance

Parfois, je suis nostalgique de cette époque où je ne connaissais personne. Cet œil neuf était prêt à se perdre dans n’importe quelle salle de spectacle ! Axel Cormont, le Théâtre le Bout… Personne ne me l’a suggéré : j’ai tout lu sur un site de billetterie bien connu. Comprenez toutes les descriptions de spectacles, les fiches et même les avis spectateurs.

J’ai donné du temps aux artistes pour les découvrir, et ils me l’ont rendu au centuple derrière le micro et sous les projecteurs. Aujourd’hui, je vendrais ma confiance les yeux fermés à certains lieux ou artistes. D’autres n’auront pas ma clémence… Pour garder l’œil ouvert sur certains talents, il me reste tout de même une arme secrète : le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille est magique : là où vous ne saviez pas si un spectacle vous plairait, vous pouvez vous tourner vers une connaissance. Comme cette personne vous connaît, et si elle a vu le spectacle que vous voulez voir, vous allez y aller en levant vos freins habituels.

En résumé, le bouche-à-oreille continue de marcher, parce qu’on lui fait bien plus confiance qu’à un marketing bien ficelé. Vous pouvez pondre tous les mots que vous voulez, vous ne parlerez jamais aux plus hermétiques des publics…

La recette du succès artistique n’existe pas

Depuis plusieurs mois, Inès Reg ferait donc sensation grâce à « une vidéo » ? Comme d’habitude, c’est la partie émergée de l’iceberg que vous connaissez. Vous n’avez pas vu les multiples scènes ouvertes du Jamel Comedy Club, ou les premières scènes, ou les premiers doutes !

Je crois qu’il faut simplement accepter de laisser la place au doute et au hasard. Faire de son mieux tous les jours, se ménager quand on sature ou qu’on ne le sent pas… Et profiter de ces moments où on n’est pas là où on veut être (95 % du temps, sans doute) pour souffler et repartir avec l’insouciance du désespoir. Désolée si ça sonne « développement personnel », on commence tous à être intoxiqués par cette folie d’optimisation humaine.

[post_title] => Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doute-milieu-artistique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 7017 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-04 09:15:50 [post_date_gmt] => 2019-10-04 07:15:50 [post_content] =>

Crashing, Insecure… Ces deux séries, disponibles sur OCS, traitent avec beaucoup d’humour l’histoire de deux personnages attachants. Les amateurs de stand-up connaissent peut-être déjà Crashing et ont peut-être manqué la pépite Insecure. On a eu un coup de cœur pour ces programmes, à tel point qu’on a envie de vous les recommander !

Crashing et Insecure : Pete Holmes et Issa Rae mêlent comédie et émotion

Aujourd’hui, c’est vendredi — la journée la plus calme en matière de plateaux d’humour. Il y en a traditionnellement moins, car les gens partent en week-end. Si vous n’avez pas prévu de sorties ce soir, vous aurez sans doute envie de vous plonger dans une série.

En la matière, on n’est pas du genre à suivre toutes les tendances. Les gens sont actuellement en train de suivre Years and Years avec beaucoup d’entrain. C’est peut-être bien, et même si Els me l’a recommandé avec une liste longue comme le bras, je prends mon temps. Jusqu’au moment où je craque.

Insecure : les aventures mouvementées d’Issa Rae

Mieux vaut tard que jamais : cet été, j’ai profité de mes vacances pour faire fructifier mon mois gratuit chez OCS. J’avais déjà vu le début d’Insecure il y a longtemps, mais Canal+ ne diffusait pas tout. Quand j’avais encore des collègues, l’une d’entre elles m’a conseillé cette série qui mêle du sexe tranquille, des histoires de cœur complètement pétées et plein d’autres choses hilarantes. Regardez Insecure sur OCS, c’est un ordre !

J’ai eu envie de regarder au boulot, mais on est clairement sur du not safe for work. Dans un open space, il vaut mieux pouvoir cacher ta fenêtre rapidement et veiller que ton casque soit bien branché.

Issa Rae, parmi les meilleurs comiques du XXIe siècle selon le Guardian, porte vraiment le programme. Le malaise est aussi prononcé que dans la série Platane d’Éric Judor. Ma première réaction, c’était de trouver que le mec d’Issa dans le premier épisode avait les mêmes traits du visage que Louis Dubourg. Vous le voyez, ou c’est juste moi ? Les yeux, au moins ? Je suis difficilement capable de déceler les sosies, à part pour Humourman et Charles Nouveau peut-être ? En tout cas ça m’a fait marrer de me demander si ces deux-là avaient la même vie. Je suis une vilaine personne à l’intérieur.

J’aime beaucoup comment les personnages voient leur humeur faire les montagnes russes. Molly, particulièrement, est parfois tellement bas et remonte tellement haut deux jours plus tard. C’est assez addictif, sans prise de tête et bien ficelé.

Crashing : bien plus sympa que I’m dying up here

Toujours pour des raisons d’accès aux bouquets TV, je découvrais Crashing bien trop tard. Pourtant, Rémi Boyes m’avait dit 24 fois que c’était génial. Sauf qu’il existe deux séries qui s’appellent Crashing. Si, comme moi, vous tombez sur la série dans un hôpital désaffecté, ce n’est pas la bonne. Cherchez Pete Holmes le comique cocu, c’est celle-là. J’ai perdu tellement de temps…

I’m dying up here, ce sont des comiques parfois dans la merde. Ça part dans des névroses, mais ça en devient lourd. Oui, Nick Beverly et son passé sombre le rendent irrésistible. Mais en réalité, tu cherches un Pete Holmes. C’est un peu un Ted Mosby, mais version stand-up.

Un mec bienheureux, un peu trop couvé par sa mère effrayante et son père devenu muet. Un fervent catholique qui n’ose faire aucun pas de côté, et qui va se révéler à lui-même dans l’adversité. Surtout, un mec qui fait des blagues avec pas mal de talent. Il rencontre Sarah Silverman, Bill Burr… D’ailleurs, j’ai découvert Bill Burr via ce show !

Crashing a vraiment été un coup de cœur. Le genre de séries que tu regardes dans ton plumard et qui te détend. Je suis un peu comme Antek, je déteste les films d’horreur. Je veux de la déconne, du léger et du personnage à aimer. Crashing me donne tout ça. Et ça montre assez bien les rapports humains entre les gens de la comédie.

C’est sûrement ça qui m’a fait tenir pendant un mois sans voir de plateaux d’humour, parce que je savais que j’allais retrouver tout le monde avec le regard de Pete Holmes en plus dans ma besace. Merci Judd Apatow, qui rend décidément mieux hommage à l’humour quand il le met en lumière que derrière un micro.

Crédits photo

© HBO

[post_title] => Crashing, Insecure : avez-vous vu ces séries hilarantes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => crashing-insecure-series-humour-ocs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:07:26 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:07:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7017 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5315 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-11-10 12:01:34 [post_date_gmt] => 2018-11-10 11:01:34 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Certains humoristes se démarquent par leur singularité. Parmi ceux qui ne ressemblent pas aux autres, Max Bird a pris son envol. Entre sketches, anecdotes, chanson et storytelling, les styles se mélangent dans L’encyclo-spectacle pour offrir un show complet. On rit en apprenant, ou plutôt on apprend en riant, ou un truc comme ça... mais en tout cas ça vaut le coup !

Max Bird, artiste atypique et vidéaste vulgarisateur sur scène

Je connaissais assez peu Max Bird. Comme beaucoup, j’étais déjà tombé sur ses vidéos sur YouTube. Notamment, un format intéressant où il dénonce les idées reçues sur des faits scientifiques ou historiques. Toujours très instructives, elles permettent d’apprendre en souriant. Je ne saurais que vous conseillez d’aller regarder par vous-même. Dans le même genre, on retrouve les vidéastes Dr Nozman, e-penser, DirtyBiology ou Nota Bene. Les premiers expliquent les sciences, le dernier parle d'histoire. L’exercice de la scène est bien différent de celui de vidéaste. Combiner les deux ne semble ainsi pas aisé pour tout le monde. Exit la magie du montage qui permet de jeter les ratés et d'imposer son rythme. Au contraire, la scène, c'est du one-shot. Pourtant, Max Bird le fait avec une aisance remarquable. Ses mimiques et sa gestuelle déjantée vont au-delà des limites du format vidéo. Sur scène, son énergie communicative nous plonge immédiatement dans son univers. Un monde si atypique, fidèle à sa propre description :
Max Bird sur scène, c’est un peu comme si Jim Carrey présentait « C’est Pas Sorcier » !
En sortant, on se dit tous qu’on aurait aimé avoir un prof comme lui ! Si ça peut donner des idées à certains en collège/lycée...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=9FmfyRZ-ZjU&list=UU-4WUubuVGowG_R7gdgesPA"][vc_column_text]

Un one-man-show pas comme les autres

Loin du stand-up, le spectacle se rapproche plus du one-man show sans pour autant s’y identifier. L’artiste jongle entre sketch et storytelling en immisçant des anecdotes instructives. Un peu dans le style « le saviez-vous », sauf que là c’est vrai, et on ne le savait pas déjà à l’avance ! Il se libère de la dictature du rire toutes les 10 secondes pour nous raconter ses histoires. Et, à l’instar de tout passionné un peu éloquent, il captive. L’encyclo-spectacle porte bien son nom car il n’y a pas de thème spécifique. Max Bird nous fait rire aussi bien avec la littérature et le mythe d’Œdipe qu’avec la science et l’évolution animale. Son art est de rendre attractive l’histoire, et parfois faire ressortir l’absurdité du monde contemporain. On s’étonnera ainsi d'apprendre que tout est vrai. Enfin, il nous offre aussi un moment d’émotion lorsqu’il évoque son parcours personnel. Il est assez surprenant de voir à quel point il sait captiver l’audience. Il suspend le rire un instant pour y glisser de l’émotion, avant de relâcher la tension. Et sincèrement, ça fait du bien. Cela nous rappelle que la scène est avant tout un espace de libre expression. Il nous permet alors de redécouvrir une autre forme de show dans la vague de stand-up qui déferle en ce moment.

Une expérience tout public

Des jeunes, des plus âgés, des moyens âgés… C’était assez plaisant de voir un public assez hétérogène. En effet, quel que soit l’âge ou le niveau de culture, le spectacle est accessible à tous. Je pense qu’il faut juste y aller en connaissance de style. Ce show n'est pas comme les autres, ce qui le rend aussi appréciable. Mais il faut savoir qu’on ne va pas voir du stand-up, par exemple. Il n’y a encore que peu de spectacles de ce genre. C'est instructif, drôle, et le rire permet la transmission de la connaissance. Cela ressemble à l’Exo-conférence d’Alexandre Astier. Le style est toutefois bien différent, car l’encyclo-spectacle nous transporte dans l’univers déjanté de Max Bird. Dans un paysage télévisuel où les émissions comme C'est pas sorcier ont quasiment disparu, et où la télé-réalité a la monopole du public adolescent, on apprécie voir l’étendard de la vulgarisation porté haut et avec succès, aussi bien sur le web que sur scène. Toujours pas convaincu ? Si vous avez besoin d'une ultime raison pour aller le voir sur scène, la voici ! Sachez que vous saurez enfin faire la différence entre un pingouin et un manchot. Et c'est toujours ça de gagné !

Crédits photo

© Georges Biard, licence Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0 non transposé (CC BY-SA 3.0) [/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Max Bird sur scène : une vulgarisation qui détonne ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-max-bird [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5072 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 11:40:51 [post_date_gmt] => 2018-08-31 09:40:51 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire continue de surveiller le paysage audiovisuel et son rapport à l'humour. J'ai donc assisté à la première de la nouvelle saison d'On n'est pas couché. Je me suis rendue compte qu'il avait une notion bien particulière du stand-up, et j'ai appris un truc sur les cafés-théâtres.

On n'est pas couché : Laurent Ruquier transforme-t-il son entrée en stand-up ?

Avant de commencer, le chauffeur de salle explique le déroulé de l'émission. Il parle alors de la nouvelle rubrique du début de l'émission, le stand-up. Je fronce les sourcils, sentant l'embrouille arriver en trombe.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=35VLQ6fLOX0"][vc_column_text]Imaginez la scène : Laurent Ruquier arrive sur le plateau et parle de sa b***. Non, le stand-up ne se résume pas à ça, voyons ! Il peut aussi parler de ses vacances, de son impatience de la rentrée médiatique... J'avoue ne pas vivre la vie de Laurent Ruquier, j'ignore donc totalement où ça peut aller. Et c'est là que ça peut être intéressant ! Le gars peut littéralement nous surprendre et bousculer le PAF. Ce n'est donc pas arrivé. Cela ressemble plus à un monologue des talks-shows américains, un peu low-cost. En fait, c'est la même chose que précédemment, il n'y a plus la rubrique avec les miniatures photos que les invités commentent. Tout se réduit à une revue de presse très radiophonique, mais avec images et vidéos en appui. Le chauffeur de salle force les applaudissements et les jeux de mots faciles sont nombreux. Au spot du rire, on n'est pas du tout contre les jeux de mots. Or, là, on est sur un niveau bien inférieur aux plateaux d'humour. Et tant mieux ! Ceux qui les connaissent savent que c'est logique : c'est un travail différent, quotidien, plus concurrentiel. Personne ne force une applause. Le grand public peut se rassurer, il n'y aura pas d'ouverture en Je ne sais pas si vous avez remarqué. Cela dit, un point de réjouissance : on ne présente plus le stand-up ! La démocratisation est en marche, comme en témoignent les nombreux plateaux d'humour ajoutés sur le site cet été.

Le saviez-vous : qu'est-ce qu'un café-théâtre ?

Durant les trois heures d'émission, Laurent Ruquier présente le parcours d'un invité, William Lebghil. Quand j'ai vu son nom, je me suis demandée qui pouvait bien être ce type. Son visage vous est bien plus familier si vous zappez sur W9 le week-end. Il interprète en effet Slimane dans Soda, un personnage hilarant à l'intelligence... limitée. Pour autant, William Lebghil est là pour présenter le film Première année, où il joue un étudiant en médecine avec des facilités.
Laurent Ruquier parle des apparitions de William dans de nombreux cafés-théâtres, dont le Point Virgule. Mon cerveau passait alors en mode alerte. N'est-on pas censé pouvoir boire dans un café-théâtre ? Le BO St Martin ou le Théâtre de Dix Heures, je veux bien... mais au Point Virgule, on s'assoit juste sur les banquettes. J'ai passé la nuit avec cette anecdote qui me travaillait... jusqu'à craquer et regarder sur Wikipédia ce matin. Wikipédia se saisit de mon embarras (carrément) :
Le café-théâtre est, comme son nom l'indique, un petit théâtre dans lequel il est possible de boire, mais ce n'est pas nécessairement le cas.
C'est beaucoup plus clair, n'est-ce pas ? Laurent Ruquier a donc raison, et j'ai appris un truc. Même si cela n'a rien de logique de prime abord. En réalité, la création des cafés-théâtres marquait une rupture avec les pièces traditionnelles. C'est amusant de comprendre l'émergence de nouveaux lieux et la démocratisation du stand-up aujourd'hui, en réaction à des censures. On comprend pourquoi le théâtre a parfois ce côté pompeux et ne parle pas au plus grand nombre (festival d'Avignon in et off...).

Crédits photo

© France 2 / Tout sur l'écran / RUQ Productions / capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Rentrée d'On n'est pas couché : stand-up et café-théâtre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-onpc-standup-theatre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:54:51 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 4532 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-04 09:15:40 [post_date_gmt] => 2018-08-04 07:15:40 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Aude Alisque est l'une des humoristes qui montent ! Intégrée à la troupe du Laugh Steady Crew, elle s'améliore de manière spectaculaire. Il était temps de la mettre en lumière, car elle commence à fréquenter de beaux plateaux d'humour. 👉 Lire l’interview d’Aude Alisque : « Le clown est libérateur, il vous mène plus loin sur scène »

Aude Alisque : l'érotisme d'une plume, la précision des punchlines

Il fut un temps où je n'aimais pas trop les femmes humoristes. Quand j'ai découvert Aude, j'étais encore dans cette phase. Elle avait une chronique dans l'émission de radio Antek on R et je la regardais avec méfiance. J'étais mal intentionnée. Apparemment, la rivalité entre filles nous nuit, c'est un peu ce qui s'est produit. Or, j'ai eu le réflexe de ne pas en rester là. Aude Alisque, c'est l'humoriste qui ne se fait jamais prier pour participer aux podcasts des copains. Je l'ai découverte comme ça. J'ai découvert sa double casquette. Elle est en effet l'auteur de livres tels que La vie sexuelle des geeks. Je vous avoue que là, j'ai complètement changé d'avis sur elle. Genre : elle s'y connaît vraiment, elle ne parle pas de cul pour parler de cul. D'ailleurs, elle ne se limite pas à ce sujet. Je m'apaise.

Aude Alisque, invitée régulière incontournable

Anecdotes fournies, brin de folie sur scène... Aude Alisque est diablement originale. Même ses stories vacances sur Instagram m'accrochent ! Elle dessine avec beaucoup d'ingéniosité, de couleurs et d'absurde. Ça me parle, décidément. Je ne peux plus le garder pour moi : on a sans doute une future grande ! Je m'en suis vraiment rendue compte lors de la dernière de la saison du Laugh Steady Crew. Ce soir-là, je la voyais enfin avec son style, pleinement à l'aise et décalée. Vous voulez la découvrir ? Ça tombe bien : cet été, vous pourrez la retrouver sur scène le 22 août prochain. Elle jouera 30 minutes de son spectacle aux côtés d'une autre humoriste, Lucie Carbone.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=ycHCBaOJfQI" title="Aude Alisque sur scène : Laugh Steady Crew"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La découverte du mois - Août 2018 - Aude Alisque [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-aude-alisque [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-10 16:01:14 [post_modified_gmt] => 2019-09-10 14:01:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4532 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4539 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-29 14:11:17 [post_date_gmt] => 2018-07-29 12:11:17 [post_content] => L'humoriste Guilhem Malissen a une passion : la cuisine. Il en parle avec tant de simplicité et de pédagogie qu'on a voulu se plonger dans Saisons. Découvrez ce livre de recettes de cuisine pas comme les autres.

Saisons : le livre de cuisine... pas dans le rayon cuisine !

Direction la Fnac et ses allées colorées pour trouver le précieux sésame. À l'aide de mon smartphone, je vois que le livre est classé dans la catégorie Vins. Je ne bois pas d'alcool, je commence donc à ne plus avoir trop envie. Après avoir fait quatre fois le tour du rayon sans succès, je me résigne à solliciter un vendeur. Il me dirige vers le rayon Santé/bien-être. Ça me dissuade encore plus. Je trouve enfin le livre : pas difficile de le localiser vu la pile d'exemplaires. Je suis rassurée : Guilhem mérite bien de prendre toute cette place.

La Guilhem Malissen touch

Je dois vous l'avouer : ce livre de recettes est mon premier. La cuisine et moi, nous ne sommes pas copains. Le problème n'est pourtant pas la cuisine. En réalité, la cuisine est tellement ancrée dans notre culture qu'elle suscite beaucoup de jugement. Quand tu confesses ne pas savoir faire un truc simplissime pour les autres, les gens ne comprennent pas. Ils t'offrent un livre de recettes obscur car ils ont pitié, et tu ne l'ouvres pas avant de le laisser chez un proche. La garde partagée est exclue, tu l'abandonnes. Mon entourage a abdiqué face à mon incompréhension de l'économe. J'ai vu le même désarroi dans leurs yeux que ceux de tous mes professeurs d'EPS. Je n'ai pas de mixeur, pas de planche à découper, les bouilloires m'angoissent. L'électricité et l'eau, ce n'est pas censé faire une Claude François ? En dépit de tout cela, je suis navrée : j'ai le droit de bien manger ! On s'en fiche, au fond, si ma purée a l'air de légumes coupés grossièrement. Qu'importe si je revisite les œufs brouillés en œufs de l'embrouille. Je m'emballe... mais Guilhem accompagne le lecteur. Il reprend quelques bases pour déculpabiliser, exactement ce dont j'ai besoin. C'est un peu le BonneGueule de la mode : on ne stigmatise pas le débutant et on produit du contenu éclairé. Certes, je ne reproduirai qu'une ou deux recettes de son livre. Mais manger mieux me semble plus accessible, je l'utiliserai en inspiration. En plus, c'est bien écrit et drôle !

Infos pratiques

Saisons - Cuisine responsable et gourmande, Guilhem Malissen (2018), 14,95 €, 144 pages agrémentées de jolies photos et illustrations. Extrait de la description de l'éditeur
Guilhem est un vrai passionné de cuisine ! Sur sa chaîne YouTube « Hangover cuisine » (près de 30 000 abonnés), il propose des recettes anti-gueule de bois, mais fait également découvrir des adresses gourmandes, des produits oubliés, des personnalités… Depuis décembre dernier, Guilhem a également lancé un podcast consacré à la gastronomie, intitulé « Bouffons ! »
Crédits photo : © First Éditions [post_title] => Saisons, le livre de recettes de cuisine de Guilhem Malissen [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => saisons-recettes-guilhem-malissen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:49:03 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:49:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4539 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 4480 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-14 11:46:09 [post_date_gmt] => 2018-07-14 09:46:09 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Paiements inexistants, montages vidéo arrangeants, rampes de lancement truquées ou encore entourages d'artistes peu bienveillants... L'humour est un milieu fascinant, mais qui va parfois dans le mur.

Non-rémunération des artistes : des blagues à deux vitesses

On sait que les humoristes qui débutent vont souvent jouer sans être rémunérés. Ce que l'on sait moins, c'est que cette situation perdure des années après avoir commencé. Quelques plateaux d'humour ne sont pas du tout rémunérés (Le Trempoint, antichambre du Point Virgule) ou à moitié (Le Jardin S'enjaille, qui rémunère uniquement ses têtes d'affiche). Dans les deux cas, on fait une faveur à de jeunes artistes à l'essai en échange d'un lieu normalement inaccessible. Pour moi, cela ne pose pas de problème si la situation est connue d'avance et n'est pas récurrente. Or, Le Trempoint fait cela de manière récurrente. Ils devraient faire comme les plateaux qui ont lieu dans les théâtres : proposer un chapeau qui rémunère les artistes et expliquer que le billet d'entrée sert à la location du théâtre. Mais il y a pire. Récemment, Seb Mellia a diffusé un message où on lui proposait de jouer sans un kopeck. Il indique d'ailleurs que la situation n'est pas rare. La mairie de Paris est décidément une mauvaise élève : épinglée par la Cour des comptes pour trop dépenser en son sein, elle n'aurait aucun scrupule à utiliser des artistes pour faire rire la plèbe. Ce serait bête que l'ensemble finisse en grève, comme dans I'm dying up here...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=obcSkkxbZwc"][vc_column_text]

Marrakech du rire 2018 : vraiment drôle ?

Cette année, les audiences du Marrakech du rire sont en baisse. Des internautes s'interrogent : et si c'était la même chose dans le public ? En post-production, on fait des miracles, alors pourquoi pas remplir une salle en dédoublant les spectateurs ? La raison invoquée, c'est qu'il y avait beaucoup de mouvement dans le public (pauses pipi, on imagine). Pour éviter de distraire l’œil du spectateur, ils ont eu l'idée de ces petits arrangements. Honnêtement, je n'ai même pas envie de commenter cela. Tout ce que je sais, c'est qu'en entendant le nom de quelques artistes, j'ai été déçue une fois de plus. Apparemment, Malik Bentalha a retourné la salle. J'ai écouté son extrait du frigo, et je n'ai pas compris où c'était drôle. De la harissa dans le frigo, vraiment, je me tords de rire. Sauf que la salle était vraiment hilare. Soit les ingénieurs du son étaient phénoménaux, soit on nous sert toujours le même ramassis de pseudo-artistes pour ne pas faire de l'ombre aux anciens, et le public ne sait pas déceler la qualité. S'ils plagient, c'est encore mieux. Je vous laisse méditer là-dessus et sur la présence de cet artiste (sic !) à l'Olympia.

Entourage d'artistes : de héros à zéro

Depuis que j'ai créé le spot du rire, j'ai entendu mille histoires sur les professionnels du spectacle vivant. Bien sûr, ils sont nombreux à faire leur travail correctement et à traiter les artistes avec respect et bienveillance. Mais il y a les autres, aussi. Il y a les gens qui se prennent pour des coachs de vie et qui censurent les jeunes artistes (coucou Kandidator). On trouve aussi des managers qui adulent leur poulain et, dès qu'un nuage vient assombrir le tableau, ne veulent plus leur parler. Il est grand temps de parler d'appartenance. Quand quelqu'un détecte un jeune talent, je m'attends à ce qu'il l'aide à s'émanciper. Il peut exprimer un avis artistique, mais il faut vraiment être sacrément bon pour le censurer. Or, la relation entre un détecteur de talents et un artiste prend souvent un tournant émotionnel. Le détecteur ressent une sorte de coup de cœur ou de coup de foudre pour son poulain. La période lune de miel est formidable : il va l'encenser pendant quelques mois. Si vous avez fait latin, vous savez peut-être que dans l'étymologie du mot passion, on trouve l'idée de la souffrance. La souffrance vient donc après, avec l'embrouille et la rancœur. L'artiste s'éloigne, le détecteur de talents bougonne sans raison.

En résumé

Je ne peux pas m'exprimer pleinement sur le sujet car je ne suis pas manager d'artistes. Je connais juste la manière dont mon relationnel avec les différents artistes du spot du rire a fluctué. J'ai vu mon ego se formaliser sur des détails aberrants. Untel ne me parle pas assez, hop, je vais avoir envie de l'aimer moins, de ne plus le voir de la même façon. C'est complètement stupide, et le problème ne vient pas de l'artiste. J'ai même failli me brouiller avec Nadim pour plusieurs raisons. Toutes stupides, car elles attaquaient des choses que je ne voulais pas affronter. Comme c'était stupide, j'ai laissé couler et je suis sortie plus lucide. Un artiste est un talent qui arrive à exprimer ce que nous autres ne savons pas faire. Il va savoir mettre en lumière des choses qui vont vous débloquer. Cela peut aller du simple rire à une véritable thérapie. Forcément, cela crée des liens forts et plus on baigne dans le spectacle vivant, plus il sera difficile de prendre du recul sur ce type de lien bizarre. Si des managers, producteurs ou gérants de théâtre me lisent, j'espère qu'ils pourront réfléchir à leur rapport aux artistes et qu'ils les laisseront s'exprimer. Ils doivent uniquement être des facilitateurs. A aucun moment ils ne doivent préférer un artiste parce qu'il a picolé après le spectacle avec lui. Parce que le public, lui, n'a pas picolé avec l'artiste et se base simplement sur son art, pas les amis qu'il a ou des aspects plus politiques ou commerciaux.

Entre idéalisme et espoir

Aucun milieu n'est parfait, mais j'ai parfois le sentiment qu'on passe à côté de certains artistes parce qu'ils ne jouent pas le jeu de suce-boules des bonnes personnes. On adore parler d'irrévérence, mais sait-on au moins apprivoiser l'indépendance des gens qui montent sur scène ? S'ils voient le monde différemment, autant leur offrir une ascension différenciante. Ceux qui voudront faire des Vendredi, tout est permis pourront continuer, d'autres useront de modes d'expression plus en accord avec leur sensibilité. Monsieur Fraize est de ceux-là, et je suis contente d'avoir pu aider le journaliste qui a rédigé cet article. Je le remercie d'ailleurs d'avoir eu l'humilité de dire qu'il avait besoin de plus d'informations que ses premières recherches. On aurait pu avoir un papier insipide, issu de reformulations de l'AFP et d'autres sources. Par conséquent, il y a encore une conscience professionnelle dans les médias culturels au service des talents. C'est tout ce qu'on leur demande.

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => respect-artistes-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4480 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011013 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-07 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-07 06:00:00 [post_content] =>

Mourad Winter, auteur et humoriste, n’est pas de ceux qui parlent des années durant de sortir un livre. Il se lance dans l’aventure sans se poser de questions et se retrouve avec un roman de 274 pages, L’amour, c’est surcoté. Insolence ?

L’amour, c’est surcoté : le livre de Mourad Winter plébiscité à raison

Tout commençait avec une réception très chaleureuse de ses pairs. Paru comme un cheveu sur la soupe, ce premier roman semblait être une merveille. Il me restait quelques ouvrages récemment achetés à finir, donc je n’ai pas couru l’acheter. La pression populaire aidant, je voyais de plus en plus de monde se ruer dessus.

J’ai alors demandé à l’un de ces acheteurs de me le prêter quand il l’aurait fini, et finalement je n’ai pas pu attendre… Pas envie de louper un phénomène.

L’idylle au XXIe siècle, le prisme d’un auteur de stand-up

Les humoristes investissent donc le sujet de l’amour en mode réaliste et contemporain. Paul Dechavanne quand il évoque ses dates dans Sympa la vie, Guillermo Guiz dans son nouveau spectacle… Mourad, lui, opte pour le broché.

En l’espace de quelques heures, j’ai dévoré la moitié du livre. J’ai choisi de m’arrêter à ce stade pour écrire cette première partie de critique. En effet, je ne veux pas être influencée en commençant la fin. Je veux conserver ce suspense haletant : Wourad va-t-il ken Imène ? Car c’est ce dont il s’agit : un mec qui oscille entre sexe et amour. Tout cela au sein de moult références télé-poubelle et France Culture.

Le texte est dense, le récit se lit d’une traite. Il y a l’oralité d’un Salinger dans son livre L’attrape-cœurs. Pourquoi cette idée ? Peut-être vient-elle de l’influence de Fanny Ruwet, qui a signalé son vif intérêt pour les deux œuvres sur les réseaux sociaux. Elle est surprise de mon verdict, mais le comprend.

Alors j’assume l’idée. Je pense même à Natacha Polony qui grimace sur un Beigbeder qui écrit comme Salinger, quitte à oublier la singularité de sa plume. J’espère tellement la voir un jour réagir à ce livre de Mourad Winter, comprendre le lien avec Salinger sans la volonté de le copier, souligner la qualité du livre et mettre en PLS des cadres de la droite. Fin du délire médiatique.

Verdict

J’aurais regretté d’attendre davantage pour découvrir ce livre. Quand un bon auteur et comique d’observation s’empare de sujets comme l’amour, ça fait du bien. Exit les clichés des podcasts sans queue ni tête, bienvenue dans le concret d’une fiction qui dépasse la réalité.

Sa plus grande force ? Elles sont multiples, en réalité. D’abord, les références culturelles, politiques et sociétales sont d’une richesse rare. Ensuite, le rythme de l’intrigue, entre péripéties et introspection, offre une vraie variété dans l’écriture. Enfin, le plaisir de lecture atteint son paroxysme tant les personnages et leur psychologie sont travaillés. Maintenant que je vous livre ce verdict, en connaissant le dénouement, je peux vous assurer que vous resterez happé jusqu’au bout…

Les montagnes russes des débuts d’une intrigue amoureuse vous angoissent ? Lisez ce livre. Vous ne trouverez pas forcément de solution immédiate, mais vous vous sentirez moins seul. Assez utile pour un profil de célibataire, surtout pendant l’été de la chlamydia qui s’annonce (c’est l’ARS qui le dit). Sortez couverts, achetez L’amour c’est surcoté et tout ira bien.

[post_title] => Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mourad-winter-livre-amour-surcote [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-07 09:46:39 [post_modified_gmt] => 2021-07-07 07:46:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011013 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 24 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 4a1885a15df2b8c70d0d1fed6884df20 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

culture

Mourad Winter : couverture du livre L’amour, c’est surcoté

Avec L’amour, c’est surcoté, Mourad Winter transforme l’essai

Peut-on rire de tout ? Les invités de l’épisode d’Une bonne fois pour toutes

Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast !

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Créer des podcasts : capture d'écran du podcast Chougar Free (Arezki Chougar)

Créer est essentiel : inventons l’humour de 2021

Les voies parallèles : couverture du premier roman d’Alexis Le Rossignol (Plon)

Les voies parallèles : on a lu le roman d’Alexis Le Rossignol

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

Le guide presque complet du presque parfait stand-up et one man show : couverture du livre d'Étienne de Balasy

Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show

De La Fontaine à Booba : affiche du spectacle à la Comédie des 3 Bornes

De La Fontaine à Booba : critique spectacle

2020 : une nouvelle année d’espoir pour les artistes humour et stand-up

2020, année des espoirs humour et stand-up

Doute de l’artiste : un dessinateur travaille à reproduire un visage inachevé

Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles

Crashing : la série stand-up sur OCS qui met en avant Pete Holmes

Crashing, Insecure : avez-vous vu ces séries hilarantes ?

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains

Max Bird à Cabourg en 2016

Max Bird sur scène : une vulgarisation qui détonne !

On n'est pas couché : Laurent Ruquier fait-il du stand-up ?

Rentrée d'On n'est pas couché : stand-up et café-théâtre

Aude Alisque à la Petite Loge, découverte humourAude Alisque, découverte humour

La découverte du mois - Août 2018 - Aude Alisque

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Guilhem Malissen sort Saisons, un livre de recettes de cuisine pour toute l'année

Saisons, le livre de recettes de cuisine de Guilhem Malissen

Un artiste stand-up sur une scène à Paris

Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour