Publications liées au mot-clé : Découvertes

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => decouvertes
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 377
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => decouvertes
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 377
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => decouvertes
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 377
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => decouvertes
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 377
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 377
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 377
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => decouvertes
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 377
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (377) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (377) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (377)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011371
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-29 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00
                    [post_content] => 

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011097 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-30 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-08-30 06:00:00 [post_content] =>

Ce mois-ci, permettez-moi de vous présenter une découverte spéciale. Une découverte qui n’en est pas vraiment une… sauf que si. Connaissez-vous Laurence Bibot ? Pour les Français qui vivent dans une bulle comique locale, vous la connaissez peut-être via Guillermo Guiz. Elle interprète en effet sa mère dans la série Roi de la vanne. C’est en tout cas là que je l’ai découverte.

Laurence Bibot : une carrière fructueuse en Belgique… et au-delà !

Or lorsque vous découvrez un personnage récurrent de série, vous ne notez pas forcément son identité. Vous ignorez que derrière l’actrice se cache une humoriste, qui monte sur scène pour de vrai.

Vous l’aurez compris : j’étais à des années-lumière d’imaginer sa longue carrière en comédie et ses différents spectacles. Pourtant, en 2002 déjà, elle répondait à un Laurent Boyer estomaqué qu’on ne la connaisse pas en France. Près de vingt ans plus tard, les choses ne bougent guère, semble-t-il.

Mais ce n’est pas avec une micro-vidéo tamponnée par un logo M6 en filigrane que vous en saurez plus. Cet été, j’ai découvert son portrait dans le documentaire Drôles de Belges sur Comédie+. Face aux nombreuses polémiques sur le manque de représentation féminine en humour, je me suis dit que cette proposition-là avait de la saveur…

Évidemment, en découvrant sa biographie, j’ai compris que j’étais sacrément à la bourre. Par conséquent, si moi, j’étais à la bourre… Vous avez sans doute accumulé plus de retard que la SNCF avec ses trains cet été…

Du stand-up de qualité, acclamé par la critique

Parce qu’un extrait vaut mieux que mille descriptions, je vous invite à découvrir son style en moins de deux minutes. Aisance, drôlerie, fantaisie et bien d’autres qualificatifs pourraient la définir…

Je ne sais pas vous, mais moi, j’ai littéralement envie de la voir sur scène dans ma vie. Parce qu’à 50 ans, si tu n’as pas de Rolex, tu peux considérer avoir réussi… mais en est-il de même pour ceux qui n’ont pas vu Laurence Bibot sur scène ? La question mérite d’être posée… Allez, on vous en remet une couche de 20 minutes, c’est cadeau.

Crédits photo

© Laura Gilli

[post_title] => La découverte du mois - Août 2021 - Laurence Bibot [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-lanrence-bibot [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-26 18:52:58 [post_modified_gmt] => 2021-07-26 16:52:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011097 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011036 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-26 06:00:00 [post_content] =>

Elsa Bernard est l’une des fondatrices du Cercle du rire et du podcast Une bonne fois pour toutes. Cette communicante, engagée sans en avoir l’air, construit son parcours dans une relative discrétion. Raison de plus pour la découvrir en avant-première…

Elsa Bernard : une plume, un capital sympathie et le sens de la surprise

Comme de nombreux autres artistes, Elsa Bernard a fait ses armes dans le monde publicitaire. Elle marche donc dans les pas des Alexandre Kominek, Charles Nouveau, Marina Rollman ou encore Morgane Cadignan.

On s’attend donc à des textes bien ciselés, qu’elle muscle actuellement en plateaux. À chaque fois, elle dégage un véritable capital sympathie. Si vous y prêtez attention, vous constaterez en effet qu’Elsa Bernard a un ton bien à elle.

Dans notre époque morose, le pessimisme ambiant nourrit les humoristes de la dark vibe du stand-up. Elsa Bernard ne fait pas partie de cette bande. C’est un peu la bonne copine par excellence… mais ne vous y trompez pas : ses sets sont loin d’être mielleux. Ce positionnement l’aide à surprendre son auditoire et à délivrer ses punchlines avec vigueur.

Récemment, je l’ai vu se mettre en position délicate. Elle a assuré la chauffe de son plateau, un exercice loin d’être évident. Loin de sa zone de confort, elle n’a certes pas été aussi efficace que les pros de la chauffe. En revanche, elle a su apporter sa patte et a réussi à embarquer le public avec elle. Il n’y a pas besoin de réaliser des démonstrations de force, juste de mettre le public de son côté. À ce petit jeu-là, elle s’en sort avec les honneurs…

Une évolution prometteuse

Elsa Bernard cumule sa vie professionnelle de chef de projet dans une agence parisienne renommée et celle de stand-uppeuse. Un parcours prenant, qui interroge sur sa volonté de monter un spectacle ou de faire carrière par la suite.

À mon sens, il n’y a là rien d’étonnant. Entre les voyages, l’engagement politique et une vie prenante, Elsa a toujours nourri sa curiosité. On devine sa capacité de travail et d’investissement dans chacun de ses projets.

Plutôt que de voir cela comme un frein, je pense que ce double parcours est complémentaire. En stand-up, il lui permettra d’aborder de nombreux sujets de manière poussée et, petit à petit, trouver son personnage scénique. Nul doute qu’elle suivra la trajectoire de sa collègue Anissa Omri, qui démontre une progression spectaculaire ces derniers temps.

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-bernard [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-11 21:03:27 [post_modified_gmt] => 2021-07-11 19:03:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1010810 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-28 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-28 06:00:00 [post_content] =>

Vega est l’un des nouveaux visages du stand-up qui commence tout juste à faire parler de lui. Ce mois-ci, on juge qu’il est temps pour vous de le rencontrer. Voici pourquoi !

Vega : de gérant de plateau sympa à comédien voyou

Vega est l’un des résidents du Batignolles Comedy. Dans le milieu, il se taille une réputation de « mec sympa qui cogère un plateau d’humour cosy ». Mais un humoriste peut-il se satisfaire de cette validation-là ?

Pour Vega, la réponse est évidente : non. Suite à ses débuts en stand-up en 2019, il décide de passer à la vitesse supérieure. Son plan : rejoindre le campus du Barbès Comedy Club et investir dans sa réussite scénique.

Bien lui en a pris car il apparaît dans la série Barbès Comedy Off, une sorte de The Office version stand-up.

Un personnage qui lui va comme un gant… bientôt vu sur scène ?

Dans le coin de la pièce, Vega attend son heure. Son regard est mystérieux. L’homme insaisissable. Je me demande ce qu’il nous réserve.

La suite m’a surpris. Je connaissais son stand-up classique, parfois un peu timide, qui offrait quelques moments sympathiques. Mais cela restait poli, caractéristique d’un nouveau venu qui veut bien faire. On devinait qu’un potentiel pouvait apparaître. Mais savoir comment il se révèlerait… Tout cela était difficile à décrypter avant le premier confinement.

Autant vous dire qu’il sort complètement du cadre du père de famille qui adopte le charme poivre-et-sel d’un George Clooney du quotidien. Menaçant, maléfique et au bord de craquer, il révèle des talents d’acteur insoupçonnés. La sympathie d’antan fait place à une présence déroutante, presque envoûtante.

En somme, on adore et on se prend à fantasmer de voir cela intégré à ses passages de stand-up. Parce que des petits bijoux comme cette vidéo sont autant de promesses de progression, je vous encourage à suivre Vega.

Vega invité de Passions avec les résidents du Batignolles Comedy

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois – Juin 2021 – Vega [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-vega [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-16 11:50:42 [post_modified_gmt] => 2021-05-16 09:50:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010810 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010400 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-05-10 06:00:00 [post_content] =>

Contrairement au mois dernier, notre découverte humour du mois, Pierre Metzger, a demandé plus de temps pour dévoiler son potentiel. Une attente qui touche finalement de nombreux artistes qui peinent à se trouver en un coup de maître.

Pour autant, est-ce moins vertueux ? Je ne le crois pas. Quand la réussite sur scène ou en chronique finit par intervenir, on s’exclame soudain : « Enfin ! ». Ça peut prendre du temps, mais ça vaut le coup d’attendre.

Pierre Metzger a justement suivi ce cheminement. Est-ce parce que son intérêt pour la comédie a émergé plus tard que pour la plupart de ses collègues dans la vingtaine ? Ces humoristes en herbe qui croient tout savoir sans jamais n’avoir rien vécu ou presque ? Ceux qui tuent le doute dans l’os sans savoir l’apprivoiser et mûrir à la bonne vitesse ?

On ne cartonne pas une audition à la Petite Loge par hasard

J’aurais aimé être une petite souris le jour où Pierre Metzger a convaincu Perrine et Mélissa, gérantes de la Petite Loge, de le programmer. Apparemment, c’était très réussi.

Et réussir une audition à la Petite Loge, c’est très difficile. Sûrement car c’est intimidant. Avec Pierre Metzger, c’est tout ou rien. Les coups d’éclats étaient là depuis le début, ne manquaient plus que la régularité et le saint Graal : trouver son style.

C’est au Laugh Steady Crew que Pierre (qu’on appelait alors DuDza) a fait ses gammes et construit son projet de spectacle. D’abord, il l’a articulé autour des trous de mémoire. Ça s’appelait Post-it, et parfois c’était fou. Au fil des mois, tout a changé : la paternité s’est retrouvée au devant de la scène (il parle davantage de sa fille que de ses oublis intempestifs, il faut dire…).

Pierre Metzger, le roi de la chronique

Paradoxalement, il a continué de s’émanciper ailleurs. Loin des plateaux télé de Clique ou On est en direct, Pierre Metzger propose des chroniques sur Twitch dans l’émission IRMDR. Puis il les publie sur ses réseaux sociaux et les partages commencent à fleurir sur les profils de ses pairs.

La raison du succès ? Une écriture qui vise toujours juste. Si la France était une patrie du roast, Pierre Metzger serait l’un de ses prétendants les plus assidus. Et ça, ça ne date pas d’hier. Simplement, ça commence à se voir.

Et c’est justement là que tout va se jouer : trouver ses forces, les montrer sur scène comme dans l’écriture… Si Pierre Metzger relève ces défis, il faudra compter avec lui à l’avenir.

Crédits photo

© Seralf Flares

[post_title] => La découverte du mois – Mai 2021 – Pierre Metzger [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-pierre-metzger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-25 18:38:40 [post_modified_gmt] => 2021-02-25 17:38:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010400 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1010397 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-04-26 06:00:00 [post_content] =>

Faut-il se risquer à juger une personne sur quelques passages seulement ? Tout dépend de la tendance qui se dégage : ses pairs la soutiennent-elle, reçoit-elle de belles opportunités ? Dans le cas d’Anne Cahen, les réponses sont affirmatives. Assurer la première partie du retour du stand-up avec Joseph Roussin et Fred Cham aux côtés de Julie-Albertine (vous l’avez tous adorée dans Soixante 2…) n’était pas une mince affaire.

Si le grand public ne connaît pas encore Julie-Albertine, l’humoriste évolue dans le milieu du stand-up depuis plusieurs années. Elle a su plaire à des pointures de la scène underground parisienne, des Ghislain Blique, Adrien Montowski… dont le talent commence tout juste à être reconnu.

Alors il devait y avoir de la pression ce soir-là pour Anne Cahen, dans le bar Charlie et sa bière à 2 balles. C’était pourtant l’un de mes meilleurs souvenirs de plateaux, surtout quand on sait que nous devions composer avec les masques. L’esprit stand-up était là, il veillait sur les talents de la soirée…

Anne Cahen ou comment réussir ses débuts en stand-up

Comme de nombreux autres humoristes, Anne Cahen débute sur scène avec des sujets déjà abordés par ses pairs. C’est une entrée en matière classique, mais casse-gueule quand on a vu tant d’autres blagues sur les mêmes sujets.

Or Anne Cahen se distingue car elle sait reprendre des concepts hyper simples (comme les prénoms ou les mecs relous sur Instagram). Avec eux, elle trouve des angles originaux et parvient même à créer quelques effets de surprise. À un stade aussi précoce d’expérience scénique, les indicateurs sont donc au vert.

Sa recette du succès réside sans doute dans sa capacité à étirer un sujet. Comme je l’ai dit, elle part de choses extrêmement basiques, qui parlent à tout le monde, et elle génère de nombreuses idées qui l’aident à structurer ses blagues. On se dit : « c’est bien construit, c’est bien écrit, ça fait plaisir ! ». Que demande le peuple ?

Autre force : il se dégage une sensation hyper agréable quand on la voit prendre place sur scène. Sans pouvoir me l’expliquer, je sens que j’ai envie de rire. Je ne suis pas en train de me méfier ou de douter de la pertinence de l’humoriste sur scène. Comme si elle avait évacué tout syndrome de l’imposteur, et qu’elle occupait la scène avec un mélange d’assurance et de vulnérabilité qui suscite la curiosité. On voit bien entendu qu’il reste des réflexes techniques à peaufiner, mais l’ensemble me donne envie de connaître la suite et de l’accueillir avec beaucoup d’enthousiasme.

Une évolution artistique à suivre de près

J’ai presque envie de l’inciter à intégrer des machines à générer des blagues comme le Laugh Steady Crew parce que je sais que peu importe le sujet, elle finira par trouver des angles qui vont faire mouche. En résumé, la base artistique est là, le potentiel ne demande qu’à être creusé… et je vais suivre ça de très près, promis !

[post_title] => La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anne-cahen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-03-09 20:05:49 [post_modified_gmt] => 2021-03-09 19:05:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010397 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1010172 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-03-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-03-10 07:00:00 [post_content] =>

Urbain est l’une des personnes les plus connues du microcosme du stand-up. C’est aussi « le gars de Topito », 50% du podcast Plutôt caustique et bien d’autres choses encore. On fait le point sur ce talent que vous connaissez déjà probablement, mais qui fait rarement l’objet de portraits…

Urbain ou celui qui a l’air de faire du mainstream

Quand il jouait sur scène sous son nom complet, Urbain représentait le stand-upper pur et dur. Physique passe-partout, caractère prononcé, blagues sur le fait de devenir parisien qui va dans un bar pour prendre une bière… C’était sympa, bien construit mais cela ne sortait pas du lot. Juste agréable. Mais nous étions alors en 2015 et tout paraissait un peu plus original que maintenant.

Si vous êtes un habitué des vidéos de Topito, vous l’avez forcément vu sans le savoir. Aussi habile pour produire de la qualité que de la quantité, Urbain semble ni plus ni moins vouer sa vie à l’humour. Avec comme particularité de capter les aspirations de sa génération avec beaucoup de justesse.

…mais qui se révèle plus fin qu’il n’y paraît !

Au delà de répondre aux attentes de son public, Urbain est aussi capable d’être radical, caustique… tout en conservant ce grain qui parle à une génération habituée aux codes (de) Netflix.

Avec sa nouvelle affiche qui rappelle visuellement les séries TV et le stand-up à l’américaine, le décor est planté. Ça rode comme aux States, et en prime, ça se passe au BO Saint-Martin. Là-bas, il côtoie les Alexandre Kominek et autres Clément K. Avant eux, il y avait Seb Mellia (qui troquait la bière contre l’Ice Tea) ou encore Jonathan O’Donnell.

Bref, des mecs efficaces, qui font rire un public varié et qui, pour certains, n’hésitent pas à s’engager sans trop en faire. Parce que c’est l’humour qui prime, ces artistes sont des amuseurs qui ne se prennent pas au sérieux… Mais, s’il faut le faire, ils le peuvent.

C’est notamment un passage sur Internet qui m’a fait aimer davantage Urbain. Je l’ai vu aux Écuries (encore un lieu génial pour le stand-up) à une soirée de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos. Quelques temps plus tard, il le jouait à son premier Montreux.

Que voit-on ? Un stand-upper expérimenté, qui comme Rémi Boyes, a appris à monter sur scène comme s’il parlait simplement au public. En d’autres termes : amuser avec le plus de naturel possible, sur tous les sujets possibles et imaginables.

Bonus : avec Plutôt caustique, Urbain change d’univers et offre une expérience loufoque

Avec son acolyte Clément, Urbain partage ses péripéties très régulièrement. Les deux compères se vouvoient avec beaucoup de complicité, parlent aussi intensément de François Cluzet et de périples à risque en Suède… Un podcast de copains sans queue ni tête hyper-référencé, dans lequel vous rentrez pour ne plus jamais en sortir.

Au premier abord, cela ressemble un peu à Sympa la vie — et quelque part, je ne pouvais pas écouter les deux en même temps. Sympa la vie a dû s’éclipser pour me laisser voguer vers Plutôt caustique. Comme Plutôt caustique, j’ai parfois du mal à décrire Urbain. Parce que cet humoriste scrute tout, analyse tout comme un ordinateur. Comme un Thomas Wiesel, il roaste et ironise plus vite que son ombre. Quelque part, cela peut amener le public à le craindre, à faire un pas de côté avant de le découvrir. Et tout à coup, car il est partout, on finit par écouter Urbain.

Au fil de ses apparitions en vidéo ou en podcast, il convainc méthodiquement le public, spectateur par spectateur. Là où d’autres sont plus clivants et provoquent soit l’adhésion ou l’aversion immédiate, Urbain peut plaire au plus grand nombre sans être lisse. Et si c’était ça, le secret pour être un humoriste reconnu ?

Crédits photo

Urbain à la Cigale © Thomas O’Brien / Paname Art Café

[post_title] => La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-urbain-topito [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-23 15:32:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-23 14:32:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010172 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1010167 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-24 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-24 07:00:00 [post_content] =>

Elsa Barrère, autrice établie en radio (OUI FM) et télévision (Canal+), monte sur scène depuis plusieurs années. Cela fait plusieurs années que je la croise sur les plateaux d’humour. À votre avis, pourquoi je vous en parle seulement maintenant ? La réponse va vous étonner…

Elsa Barrère ou comment retourner mon jugement pas à pas

La découverte humour que je vous présente aujourd’hui a en effet une particularité. Il s’agissait d’une humoriste que j’étais loin d’apprécier. Par ses prises de position sur les réseaux sociaux, elle ne me donnait pas envie de découvrir son univers.

Les mois ont passé, j’ai pu l’entendre dans un podcast parler de son histoire personnelle. J’ai écouté attentivement, car chez moi, la porte n’est jamais fermée. Une mauvaise impression ne perdure pas, surtout lorsque je découvre de nouveaux éléments qui me font changer d’avis.

Elsa Barrère est surtout connue pour sa plume. Or depuis deux ans, les voix sont de plus en plus nombreuses à s’élever pour souligner son talent sur scène. Plus récemment, elle a intégré le Laugh Steady Crew. Là, j’ai su que j’allais devoir la revoir, et possiblement revoir ma copie.

Car intégrer le Laugh Steady Crew, c’est faire preuve d’humilité. Surtout lorsqu’on est déjà un peu établi. Sur scène au Jardin Sauvage, je craignais un peu les moments où elle me regardait fixement, comme si je ressentais la lourdeur de mes jugements passés. Alors qu’en réalité, puisque nous étions dans l’obscurité en tant que public, elle ne me voyait pas. Mais ça fait son petit effet.

Elsa Barrère joue avec les polémiques, apporter des idées fortes et crée une expérience unique

Au niveau du contenu, j’ai découvert des idées très bien amenées, quelques maladresses dues aux difficultés dans lesquelles elle se met. En effet, elle n’hésite pas à aborder tous les sujets, les polémiques l’inspirent plus que quiconque. Les idées bien amenées étaient plus denses que les maladresses, ce qui m’a donné envie de réviser mon jugement.

Ça tombe bien, puisqu’Elsa a participé aux soirées Pasquinade. Vous pouvez d’ailleurs voir son passage sur la plateforme. Haroun, dont le talent n’est plus à prouver, a misé sur elle : une pression importante qui, au lieu de la faire sombrer, l’a révélée comme jamais auparavant. J’ai eu la chance d’être dans le public ce soir-là et tout est devenu limpide. Par ailleurs, on le ressent encore plus fortement en vrai qu’à travers un écran.

Passer de la maladresse à la maîtrise

Elsa Barrère, celle en qui je ne croyais pas, est devenue en quelques minutes seulement une découverte humour que j’avais envie de promouvoir sans équivoque. Point de maladresses cette fois-ci, mais une présence qui s’impose. Le rythme, l’expression de la colère et la sensibilité palpable… Tout rendait Elsa artiste à ce moment précis. Il y a aussi cette compréhension de l’image qu’elle renvoie, et qu’elle exploite avec beaucoup de justesse pour emmener le spectateur où elle veut. Ça, ça s’appelle de la maîtrise — plus du tout de la maladresse.

Crédits photo

Capture d’écran © Pasquinade

[post_title] => La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-elsa-barrere [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-24 16:22:14 [post_modified_gmt] => 2021-01-24 15:22:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010167 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1010090 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-01-27 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-01-27 07:00:00 [post_content] =>

Connaissez-vous William Pilet ? Cet humoriste inclassable puise dans l’absurde et une ribambelle d’accessoires pour divertir son auditoire. Loufoque, décalée et inoubliable : voilà l’expérience qu’il offre au spectateur !

William Pilet, à contrecourant de l’humoriste normal

Avez-vous déjà lu un descriptif de spectacle aussi alléchant ?

Autodidacte inventif, perturbant et perturbé, William Pilet est à la jonction entre l'humour british à l'anglaise et l'humour noir comme un café sans lait. En scène, ses armes sont : piano, harmonica, briquet, fourchette... Son pari : faire rire avec si peu ! Avec la retenue d'un Dr. Jekyll et surtout la fausse pudeur d'un Mr. Hyde, William vous démontrera que la logique c'est surfait et qu'être « normal », ça n'existe pas.

William Pilet fait partie de ces artistes dont le résumé ne suffit pas à dépeindre tout le potentiel. Car quand on pense à l’absurde, on peut imaginer une volonté de fuir le réel et le terre-à-terre. Des gags à la chaîne qui repoussent les limites du réel.

Son nouveau spectacle, Normal n’existe pas, semble réunir tout cela… mais pas seulement !

Un as de l’écriture, une voix bientôt iconique

Or William propose également des contenus plus classiques, très soignés. Très écrits, aussi. Des odes verbales qui rappelleraient presque (pardonnez-moi cette comparaison audacieuse) la prose d’un Édouard Baer. Il faut dire que sa voix est un atout qu’il partage avec nous pour notre plus grand plaisir !

William Pilet, taulier de la scène humoristique nantaise

William Pilet n’est pas exactement un nouveau venu dans le milieu de l’humour. Le public nantais le connaît depuis plusieurs années : en 2014, il jouait notamment son premier spectacle À vue de nez à la Compagnie du Café-Théâtre. L’objectif : « redonner une nouvelle jeunesse au comique d’accessoires ».

Sur la fiche du spectacle, on apprend même que ses débuts remontent à 2009 ! Vous l’aurez compris : on a affaire à une pépite, sans doute passée sous les écrans radars de nombreux observateurs et qui mérite qu’on y prête attention après tout ce temps…

Besoin d’un dernier argument pour être convaincu ? Le voici : William Pilet se décrit tel un touche-à-tout, et on le croit sur parole ! Son livre Mon lit a notamment vu le jour grâce à une campagne de financement participatif… L’interview ci-dessous vous en apprendra un peu plus sur ce personnage haut en couleur !

En résumé

On se réjouit de commencer 2021 avec une recommandation artistique aussi poétique, inventive et polyvalente que celle de William Pilet. Avouez-le… On vous propose un beau coup d’envoi pour l’humour de qualité, pas vrai ?

[post_title] => La découverte du mois – Janvier 2021 – William Pilet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-william-pilet [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-21 16:14:44 [post_modified_gmt] => 2021-01-21 15:14:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010090 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1009582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-01 08:02:26 [post_date_gmt] => 2020-12-01 07:02:26 [post_content] =>

Camille Lorente, plus connue sous le pseudonyme Queen Camille lorsqu’elle était journaliste chez madmoiZelle, est désormais stand-uppeuse. Après plusieurs mois d’exercice et une intégration au Laugh Steady Crew, Camille Lorente devient donc la dernière découverte humour de l’année 2020 !

Quand Queen Camille devient Camille Lorente : passer de YouTube au stand-up

Avant d’exercer le stand-up à plein temps, Camille Lorente a conservé un pied dans sa vie professionnelle précédente. Or contrairement à certains de ses camarades, la jeune femme était déjà sous les feux des projecteurs… Sauf que cela se passait sur YouTube !

Journaliste sexo sur madmoiZelle.com, Camille avait donc une belle audience et réalisait un travail efficace et reconnu. Une belle situation qui ne l’a pas empêchée de faire ce saut dans le vide. Après avoir tenté le stand-up pendant plusieurs mois, elle a pris la décision de se lancer pleinement dans le monde de la comédie.

Libérer son stand-up

Et bien lui en a pris ! Quelque part, cette décision a libéré son stand-up. En effet, avoir plus de temps pour sortir de sa zone de confort et passer à une autre discipline est souvent salvateur. Elle se présentait avant tout comme une journaliste auparavant, comme si elle n’assumait pas pleinement ses textes. Alors qu’elle avait déjà la capacité à se mettre en scène avec des humoristes qui vous sont familiers, si vous êtes lecteurs fidèles de notre site. Les personnages, eux aussi, ne lui font pas peur !

Au Cercle du rire, en juillet dernier, Queen Camille est devenue Camille Lorente (à mes yeux, en tout cas !). Elle rodait là un passage sur le pédiluve, l’un des thèmes du Laugh Steady Crew. Intégrée à la troupe de Thierno Thioune, Camille a accepté de se mettre en danger… et ce soir-là, ça a marché ! Elle a littéralement retourné la salle quelques jours avant de jouer ce même passage dans la troupe.

La recette de son succès jusqu’à présent ? Une dose de charisme, une appétence pour raconter des anecdotes et une véritable détermination. On sent, comme Rosa Bursztein nous le confiait dans une interview, que Camille a une vision claire de là où elle souhaite aller, telle une businesswoman du rire.

Avec tous ces atouts, Camille Lorente risque donc de faire parler d’elle assez vite ! Pour l’heure, elle a rodé à plusieurs reprises une demi-heure à la Petite Loge et continue de travailler au Laugh Steady Crew. Le reste n’est donc qu’une question de temps !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-camille-lorente [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 15:06:14 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 14:06:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1009502 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-10 08:16:38 [post_date_gmt] => 2020-11-10 07:16:38 [post_content] =>

Bobbin est l’un des représentants les plus originaux de la comédie alternative. Sa folie et son sens de la surprise suscitent l’étonnement et l’hilarité. Un talent à part, difficile à repérer sur un radar, mais diablement efficace. Zoom sur une découverte humour pas banale.

Bobbin, l’humoriste inclassable ?

On vous a déjà parlé de Bobbin l’année dernière lors de son 30-30 avec Jack Line. Endroit improbable, duo improbable, soirée improbable… Les amateurs d’humour formaté n’étaient clairement pas de la partie.

Et c’est bien dommage : Bobbin, c’est ce stand-upper de l’ombre à l’originalité indéniable. Quand il arrive sur scène, on n’a aucune idée de ce qu’il va se passer. La forme est souvent la même : une série d’histoires courtes qui aboutissent à une chute plus qu’inattendue.

Sur scène, Bobbin joue au psychopathe. Il enchaîne les situations saugrenues, incarnant un personnage touchant tant il est décalé de la réalité. Un peu comme ce que vous pouvez lire sur ses publications Instagram.

Un personnage radical, une démence de façade

Si Bobbin incarne un personnage aux idées radicales, il ne tombe pas dans une démonstration de force qui le rendrait agaçant ou provocateur.

À ce sujet, justement, l’un de ses collègues le compare à Anthony Jeselnik. Cet humoriste, adepte d’une forme de stand-up qui mêle un rythme singulier, des provocations et séries de blagues inattendues, lui ressemble à certains égards…

Mais pas tous ! Bobbin ajoute un zeste de folie à la balance. Il est en outre moins irrévérencieux et bien plus lunaire. Sans tomber dans l’humour expérimental, il dépayse le public en montant crescendo dans l’absurdité. Il faut être attentif aux messages sous-jacents, très élégamment nichés derrière une démence de façade.

Sur le web, vous trouverez uniquement quelques très courts extraits de Bobbin sur scène. Sa discrétion est sans doute une manière de conserver l’effet de surprise de la découverte. Bonne nouvelle, cela dit : il joue en français et en anglais, ce qui vous donne deux fois plus de chances de le voir (quand tout reprendra…) !

[post_title] => La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-bobbin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-11 18:58:23 [post_modified_gmt] => 2020-11-11 17:58:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009502 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 1009089 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-06 12:54:00 [post_date_gmt] => 2020-10-06 10:54:00 [post_content] =>

Guillaume Guisset a pris ses quartiers à la Petite Loge, le théâtre qui accumule les découvertes artistiques depuis plus de 10 ans. De l’avis de certains, cette pépinière aurait découvert à nouveau un humoriste à la sauce Gaspard Proust.

Sans aller jusqu’à cette comparaison qui vaut presque obligation de résultat, je vous confirme que la Petite Loge vient de flairer un talent rare.

Guillaume Guisset : ni agitateur, ni provocateur, mais…

Le spectacle de Guillaume Guisset, Cordialement, a pour affiche un portrait de l’artiste en pleine étreinte avec une batte de baseball. Et ce n’est pas tout : en bas à droite, un chaton « photobombe » le tout.

En si peu de détails, presque tout est dit. Cependant, on ne peut pas anticiper ce qu’il va se passer dans la salle. Par respect pour votre expérience future de spectateur, j’essaierai d’en divulgâcher le moins.

Une mise en scène audacieuse, un personnage jubilatoire

À chaque fois que je rentre dans la Petite Loge, l’artiste se cache derrière le rideau. Guillaume Guisset n’a pas envie de suivre cette tendance. Ce premier contact immédiat dérouterait presque et fixe notre attention dès les premières secondes.

Perrine et Mélissa, qui dirigent le lieu, me confiaient que même dans un petit espace, on peut proposer des mises en scène audacieuses. Guillaume Guisset n’a rien à voir avec Marie Kondo, mais il sait utiliser l’espace avec beaucoup d’intelligence.

Celui qui veut se libérer de la tendance stand-up s’en donne ainsi les moyens. Et ce n’est pas un hasard : contrairement à d’autres débutants, il a l’humilité de s’entourer et d’apprendre sans se voir déjà en haut de l’affiche. Sur scène, cette humilité se transforme en don de soi et en grande générosité pour le spectateur.

Autre détail important pour l’artiste, donc : l’art de tenir le spectateur en haleine. Il le confiait dans son interview, suite à sa victoire au concours Kandidator. Un concours qui, malgré ses étrangetés, révèle parfois des pépites phénoménales. C’était le cas d’Alexandra Pizzagali, dont le talent de comédienne et d’humoriste n’est plus à prouver.

Quid de son personnage ? Guillaume Guisset le décrit comme un misanthrope émouvant, assez cynique. Un être qui manie l’humour noir, qui a des avis arrêtés sur le monde, mais des fêlures. Car Guillaume Guisset ne veut pas tomber dans la facilité et faire de l’humour noir gratuitement.

Si on le compare volontiers à Gaspard Proust, ce comédien formé au Cours Florent précise qu’il s’inspire également d’un Rodrigo García. On devine déjà son ambition et son envie de marquer l’histoire…

Guillaume Guisset : technique irréprochable, originalité véritable

Ne pas céder à la facilité, c’est sans doute ce qui le distingue des autres. Même si, bien sûr, ceux qui manient l’humour noir le font souvent avec intelligence. Parfois, on se demande quel est la part du personnage ou de l’homme qui se tient devant nous. Un plaisir coupable du spectateur avec lequel Guillaume Guisset joue de la première à la dernière seconde.

Son clown est parfaitement maîtrisé. Rien qu’en modifiant ses mimiques, il fait naître des atmosphères diamétralement différentes en quelques secondes. C’est très fort, très fin, et l’ensemble ne laisse aucun répit au spectateur. J’ai pris tellement de plaisir que j’ai ressenti le besoin d’être pudique et de convulser au lieu d’exulter. Je retenais mes rires, car ça devenait presque indécent. J’avais presque envie de lui demander d’arrêter, sur la fin, histoire de reprendre mes esprits (et mon souffle).

Ça, c’est l’effet Guillaume Guisset. Et c’est à découvrir absolument !

Crédits photo

© Alex Delamadeleine

[post_title] => La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-guillaume-guisset [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-08 13:01:01 [post_modified_gmt] => 2021-05-08 11:01:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009089 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1008547 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-01 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-09-01 06:27:00 [post_content] =>

Anissa Omri évolue dans le milieu de l’humour depuis déjà deux ans. Cette information m’étonne presque, tant j’ai mis du temps à la découvrir, finalement… Pour autant, son parcours en stand-up est déjà assez riche. Sa progression, quant à elle, ne fait que commencer !

Anissa Omri : une approche méticuleuse de l’humour

Si vous êtes fidèle lecteur, vous connaissez déjà son histoire. Elle a débarqué dans le stand-up en même temps qu’Elsa Bernard. Les deux amies, qui se préparaient depuis un an déjà, ont commencé par lancer un plateau d’humour. Le cercle du rire a tout de suite rencontré du succès pour devenir une adresse de référence. Vous savez, ce genre de lieu parisien « secret » qui n’a plus de secret pour ses habitués et les humoristes de terrain.

Mais cet article n’est pas là pour célébrer un lieu, ou un début de parcours. J’étais à la scène ouverte du Laugh Steady Crew qui définirait leur troupe 2019-2020 et je croisais les doigts pour qu’elle l’intègre. À cet instant, j’étais impatiente de la voir tester inlassablement. Je savais qu’elle pourrait imposer un stand-up « tranquille ». Sa discrétion et son côté espiègle se mariaient bien ensemble, il lui fallait simplement un peu de temps pour se trouver.

Anissa a ensuite trouvé sa place au Paname Art Café, où elle a décroché quelques PCC — un Graal pour tout nouveau venu qui se respecte. Au Cercle du rire, elle a continué de faire ses gammes rigoureusement. Cet été, j’ai eu l’occasion de la revoir assurer la chauffe et son passage. Parfois, ce type de configuration plus contraignant bride un humoriste. Plus de choses à penser, l’organisation du plateau…

L’enfant-prof du stand-up (sans être ni l’un, ni l’autre)

Je ne l’avais pas encore vue à pareille fête. Là où je peinais parfois à décrire ses forces, les mots me venaient naturellement en l’écoutant. Derrière l’humour d’Anissa Omri se cache un mélange d’enfant candide et de professeur à l’autorité particulière. Cette autorité, c’est un mélange entre un calme olympien et la capacité à museler toute tentative de rébellion.

Ça peut vous sembler abstrait, alors je vais vous traduire cela. Sans coup férir, elle balancera des punchlines assez étonnantes et originales. Tout cela de manière mesurée, alors qu’une sorte de fureur sommeille en elle. Ok, vous êtes encore intrigué à ce stade. Je comprends : c’est assez rare de voir un style et une plume comme ceux-là…

Vous voulez plus de concret ? Inspirée par des humoristes comme James Acaster, elle prend de nombreux sujets à bras le corps, dans une détermination légère. Résultat : au lieu d’avoir un seul passage iconique et réducteur retravaillé à l’extrême, Anissa Omri a désormais assez de matériel pour dégager quelques hits… Ces derniers déboucheront peut-être sur un spectacle, mais avant ça, elle risque de vous étonner sur de plus en plus de plateaux !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anissa-omri [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:17:34 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:17:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008547 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 1008594 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-07 07:44:00 [post_date_gmt] => 2020-08-07 05:44:00 [post_content] =>

Adrien Montowski a entamé une opération séduction du public en 2020. S’il a toujours été bon sur scène, il développe de nouvelles cordes à son arc pour asseoir sa posture d’humoriste efficace. Ainsi, Adrien Montowski est une découverte humour qui a attendu longtemps cette place, mais qui la mérite amplement.

Adrien Montowski, une découverte au style recherché

Adrien Montowski était déjà un original lorsqu’il jouait son spectacle à la Boîte à rires. Capable de faire rire avec des roulades et un jeu frôlant l’absurde, il pouvait encore faire mieux.

Quand d’autres stagnent dans leurs meilleures partitions, d’autres repoussent leurs limites. Adrien, qui commençait peut-être à sentir que les nouveaux venus progressaient très vite, a ainsi haussé son niveau de jeu.

Tel le footballeur professionnel qu’il aurait pu être, ce compétiteur né a ainsi pris son courage à deux mains. Toquer à la porte d’Antoinette Colin, jouer le jeu des messages pour être davantage présent en plateau d’humour, et bientôt revenir jouer son heure, peut-être ?

Un demi-spectacle au Point Virgule pour dynamiser sa carrière

Quelle que soit sa trajectoire scénique, elle passe cet été par un lieu mythique : le Point Virgule. Depuis le début du mois de juillet, Adrien Montowski partage une affiche atypique avec Nadim, un humoriste qui n’a pas peur d’être original.

Exister face à cette bête de scène pourrait en rebuter plus d’un. Mais pas Adrien Montowski. Sa force : pousser son personnage comique dans ses derniers retranchements, puis étirer les gags jusqu’à la limite ultime. Le spectateur, tenu en haleine, répond forcément par des éclats de rire.

Cyril Hives explique dans son interview qu’Adrien excelle dans les act out, ces moments où plusieurs personnages ou points de vue cohabitent. Au Point Virgule, la scène hilarante de la bagarre au cinéma en est un très bon exemple. Pour la voir, vous avez jusqu’à la fin de l’été ! Si Nadim s’absentera début août, Adrien sera toujours là et retrouvera son acolyte Sylvain Fergot.

Adrien Montowski, c’est aussi des vidéos incroyables

Justement, en parlant de Sylvain Fergot, impossible de passer outre les formats courts qui les réunissent ! Celui qui a rencontré le plus gros succès est sans aucun doute le « Championnat du monde du mime derrière le canapé ». Les images parlent d’elles-mêmes.

Avant cela, il y a eu « EPAF ». Là encore, on est sur du beau jeu corporel (petit clin d’œil footballistique !).

Quand les deux hommes se retrouvent avec d’autres humoristes, cela donne « Les casses-couilles anonymes ». Encore une fois, le scénariste Sylvain Fergot mobilise toute sa créativité pour notre plus grand plaisir.

Seul, Adrien nous amène même aux tréfonds de son imagination. Avec son public, il est exigeant comme Yacine Belhousse. Et comme Yacine Belhousse, il veille toujours à le guider dans la plus grande humilité. Ce qui laisse présager un bel avenir pour ce footballeur devenu comédien puis comique.

Adrien Montowski découverte humour - En résumé

Adrien Montowski avait peut-être déjà trouvé son style bien avant l’été 2020. Ce qui a changé ? Sa proposition artistique plus solide l’amène aujourd’hui à plaire à un public en quête de nouvelles expériences comiques. La mission est donc accomplie sur le plan artistique. Maintenant, il ne reste plus pour vous qu’à le découvrir ! Si ce n’est pas déjà fait, bien entendu…

Crédits photo

© Marcela Barrios Hernández

[post_title] => La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-adrien-montowski [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-04 18:17:25 [post_modified_gmt] => 2020-08-04 16:17:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008594 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1008450 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-14 07:29:00 [post_date_gmt] => 2020-07-14 05:29:00 [post_content] =>

Julie Albertine pratique le stand-up depuis plusieurs années, et multiplie aujourd’hui sa présence en plateaux d’humour. L’occasion est donc parfaite pour vous faire découvrir cette puriste de la comédie !

Julie Albertine ou le stand-up dans le monde réel

Vous en saurez beaucoup plus sur Julie Albertine en la voyant jouer que sur le web. Elle ne perd pas son temps à créer des vidéos pour nourrir les algorithmes. Je ne désavoue pas une telle pratique, mais je crois que ceux qui s’affichent moins sur vos écrans gardent le mystère pour les véritables instants de stand-up.

En cela, Julie Albertine excelle : on la croise généralement sur les scènes underground de grande qualité, ou les podcasts du même genre. Elle est toujours là pour vous faire rire avec sa voix d’un calme olympien et son écriture habile. Rien d’étonnant quand on sait que son parcours ne se réduit pas au stand-up.

Un peu à la manière d’une Emma de Foucaud, elle pourra revisiter des sujets vus et revus en apportant sa patte. À ce sujet, j’aimerais faire un aparté. Certains essaient d’ériger un modèle de stand-up féminin. Julie Albertine et ses consœurs nous montrent au contraire qu’elles prennent le pouvoir sur scène en leur nom propre, sans exister via des comparaisons antérieures. Résultat : ces stand-uppeuses ne doivent plus forcément rentrer dans une case ou aborder des sujets attendus pour être entendues. Seule la réalité du terrain compte…

Le rire version puriste

Julie Albertine, je la considère donc comme une puriste. À chaque fois que son nom apparaît, je trouve cela rafraîchissant et enrichissant pour le milieu. J’ai rarement eu l’occasion de poser des mots sur son talent, préférant vivre l’expérience, en profiter, et me réjouir de sa prochaine apparition. Je vous encourage donc à en faire de même dès cet été !

[post_title] => La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julie-albertine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-07-13 13:56:18 [post_modified_gmt] => 2020-07-13 11:56:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008450 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1006285 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-03 09:04:00 [post_date_gmt] => 2020-06-03 07:04:00 [post_content] =>

Classer Clément K en découverte humour, c’est quasiment un dû. Quand certaines de nos découvertes n’en sont qu’à un stade embryonnaire, Clément K figure parmi les nouveaux talents avérés du rire.

Clément K : découvrez l’itinéraire d’un outsider

Pourquoi maintenant, alors ? Tout d’abord, Clément K perdure parmi les artistes à suivre. Dès ses débuts, il réussit à convaincre le public et les professionnels. Ce journaliste de formation, habitué aux chroniques locales, s’essaye rapidement au stand-up avec un certain succès dans les plateaux, les festivals et autres concours.

Sans surprise, le théâtre de la Petite Loge lui offre un créneau pour son premier spectacle, Clément K ne croit en rien. Le succès est au rendez-vous, et Clément embraye logiquement sur le théâtre du Marais. Il se heurte à une difficulté supplémentaire : le remplissage.

Et c’est là qu’on intervient. Qu’est-ce qui distingue Clément K du reste des humoristes ? On est en droit de se poser la question, tant l’offre est pléthorique. Dans la catégorie des humoristes un brin provocateurs et irrévérencieux, Clément K a trouvé sa place. Cela dit, il serait dommageable de le considérer comme l’humoriste belge Pierre-Emmanuel alias PE. On n’est pas sur le même « trash ». Vérifiez-le avec ses interviews anonymes et autres chroniques sur Twitch, ses dernières prouesses comiques de qualité.

Douce finesse vs. humour piquant

Donc, Clément K propose autre chose. Avec une écriture très ciselée et une véritable finesse dans sa comédie, cet humoriste livre à demi-mot sa sensibilité et une fibre sociale… qui le rendent inévitablement attachant. Son propos est toujours très juste, sans tomber dans l’écueil de la conférence humoristique.

Clément K, c’est aussi l’art de vous emmener là où vous ne vous attendiez pas. Le spectateur que vous êtes feint alors l’indignation avant de libérer un rire franc. Il est davantage de l’héritage d’un Gaspard Proust que d’un Lamine Lezghad, très puissant au demeurant, mais pour qui nous ne développons un tel coup de cœur.

Pourquoi toutes ces comparaisons ? Parce que Clément K, comme nombre d’autres talents, passe juste à côté des écrans radars de certains critiques (malgré des exceptions). Comme un Harold Barbé, il lui faudrait juste un coup de pouce pour vous entraîner dans sa salle, et vous offrir une délicieuse surprise. Vous ne vous attendiez pas à le voir, vous serez enchanté de le découvrir.

Et à la sortie de la salle, vous vous demanderez avec plus ou moins de passion : « Mais pourquoi diable les médias ne parlent-ils pas de ma dernière découverte, Clément K ? ». Avis aux attachés de presse et producteurs de France et de Navarre : vous cherchez un talent enthousiasmant ? Nous vous le livrons sur un plateau. Faites vite avant que quelqu’un d’autre s’en rende compte…

[post_title] => La découverte du mois - juin 2020 - Clément K [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-clement-k [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-31 10:02:08 [post_modified_gmt] => 2020-05-31 08:02:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006285 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 10226 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-11 08:53:00 [post_date_gmt] => 2020-05-11 06:53:00 [post_content] =>

Pour vous faire découvrir Isabelle Chataignier-Haroche, j’ai envie de vous parler de mon rapport à la voix. C’est fou comme cet instrument peut avoir du pouvoir. Il y a tout dedans : les émotions, les intentions… Avec elle, certains sont mieux lotis que d’autres, même si on peut apprendre à apprivoiser cette bête sauvage qui sort de la gorge.

La voix : Isabelle Chataignier-Haroche en a fait un compagnon de route tout au long de son parcours. L’art oratoire, c’est sa vie. Ancienne avocate, elle accompagne ceux qui veulent s’exprimer avec éloquence. Il est donc tout sauf étonnant de la voir arriver dans le monde du stand-up ! C’est même assez rafraîchissant de voir quelqu’un qui brille par la parole se frotter à une discipline aux codes si complexes à appréhender. C’est une véritable prise de risque quand tout un CV démontre une solide réputation dans son milieu.

Isabelle Chataignier-Haroche ou parier sur un talent

C’est drôle : quand je vois Isabelle jouer, je sais que le public va vivre un moment important. Immédiatement, mon cerveau se met en alerte. Il faut écouter, car il risque d’y avoir du propos. Comme si savoir jouer d’un instrument permettait d’être virtuose.

Dans les faits, c’est un peu plus complexe que cela. Isabelle Chataignier-Haroche sait parler, écrire, se débrouiller pour être au bon endroit au bon moment (c’est en tout cas l’image qu’elle m’inspire). Ce charisme-là, couplé à la puissance et à la justesse d’une voix étonnamment fluette, va faire mouche. Un peu à la manière de Marina Rollman, si vous voulez. Et puis, vous le savez, un humoriste efficace peut se passer de démonstration de force.

Le propos est encore un peu timide, car elle débarque dans le milieu. Pour autant, on devine déjà son potentiel. Le potentiel qui m’est si cher, celui qui me fait entrevoir du génie là où il n’est pas encore né. Comme toujours, l’avenir nous dira s’il se révèle. Ce que je sais, c’est que quand quelqu’un travaille, sait captiver, se créer des opportunités et comprend les mécanismes de l’humour… le reste suit. Alors attendons !

Mise à jour novembre 2020 : on a attendu, et Isabelle a répondu présente ! Avec ses capsules vidéo sur l’actualité, elle rappelle que les sujets à la John Oliver ne sont pas l’apanage des anglo-saxons !

[post_title] => La découverte du mois - mai 2020 - Isabelle Chataignier-Haroche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-isabelle-chataignier [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:16:19 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:16:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10226 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011371 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-29 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-29 06:00:00 [post_content] =>

Julien Doquin de Saint Preux est l’un des visages de l’humour suisse romand. Cet ancien parisien s’est installé en Suisse. Là-bas, les auditeurs et amateurs de théâtre peuvent aller à sa rencontre. En plein focus suisse, vous n’êtes sans doute pas étonné de voir cet artiste choisi comme découverte. Pour autant, je vous garantis que cet humoriste va vous ravir…

Julien Doquin de Saint Preux : auteur, comédien, animateur, scénariste…

Comme ses acolytes Blaise Bersinger ou Yacine Nemra, notre découverte du mois est à l’aise sur de nombreux tableaux. Rien d’étonnant pour un couteau suisse, me direz-vous (promis, ce sera le seul jeu de mot de l’article). Je l’ai d’abord découvert comme chroniqueur dans les Bras Cassés.

Cependant, je l’ai pleinement rencontré bien plus tard, cet été. C’était la dernière de la pièce Les gens meurent et son jeu impeccable m’a impressionnée. Quand un auteur émérite est aussi touchant qu’une comédienne comme Marion Mezadorian dans Pépites, cela vous transporte instantanément.

Formé pendant 2 ans à l’Atelier de l’acteur à Paris, Julien Doquin de Saint Preux a donc fait bon usage de ces bases et de sa longue expérience en télévision, radio, etc. Une expérience qui lui a permis d’asseoir sa légitimité et d’accumuler une expérience colossale en comédie.

Un artiste et chroniqueur adoubé par ses pairs

De l’aveu de ceux qui travaillent avec lui, cet artiste n’est en effet pas à négliger. Lors de notre rencontre cet été, l’animatrice des Bras Cassés Valérie Paccaud s’est répandue en éloges.

Julien, c’est vraiment mon binôme : on s’est vraiment trouvé dans l’écriture. On a animé pendant 3 ans, 5 jours par semaine, l’émission One-Two. On enchaînait les sketches 3 heures durant. Ça forge une amitié et un respect mutuel professionnel. On a aussi écrit des webséries ensemble : Plectre, Pantoufles et la dernière en date, Bon ben voilà. Il est constant : quoi qu’il fasse, ce sera carré. Ce que j’aime chez lui, c’est il n’y a jamais d’à peu près. C’est un perfectionniste, qui se remet toujours en question.

— Valérie Paccaud
Au hasard 1 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Entre ces deux-là, en effet, toutes les occasions sont bonnes pour produire de la comédie. Qu’elle soit minimaliste ou sophistiquée, elle les réunit dans tous les registres et ça marche. Vous vous demandez ce que j’entends par minimaliste ? Jugez plutôt avec la séquence ci-dessous sur la météo, extraite de la websérie Coulisses de la 3.

Au hasard 2 : l’un des innombrables instants de comédie avec Julien Doquin de Saint Preux et Valérie Paccaud

Comique prolifique, Julien Doquin de Saint Preux gagne donc à être connu. Il a toute sa place dans la grande famille des découvertes humour, même s’il n’en est plus à son galop d’essai. Encore faut-il savoir où trouver tous ses faits d’armes… Je vous donne la saucisse, à vous de jouer au chien sur les internets !

Crédits photo

© Théâtre Boulimie

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-julien-doquin-saint-preux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-11 15:44:05 [post_modified_gmt] => 2021-09-11 13:44:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011371 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 52 [max_num_pages] => 3 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 67fe4d88c2a43451d2c6f1abb4755473 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Découvertes

Julien Doquin de Saint Preux, découverte humour sur Le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2021 - Julien Doquin de Saint Preux

Laurence Bibot, découverte humour et stand-up, à Montreux

La découverte du mois - Août 2021 - Laurence Bibot

Elsa Bernard, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juillet 2021 – Elsa Bernard

Vega, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Juin 2021 – Vega

Pierre Metzger, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois – Mai 2021 – Pierre Metzger

Anne Cahen, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen

Urbain Courty (Topito), découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Mars 2021 - Urbain

Elsa Barrère, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Février 2021 - Elsa Barrère

William Pilet, découverte humour absurde sur le spot du rire

La découverte du mois – Janvier 2021 – William Pilet

Camille Lorente, découverte humour et stand-up sur Le spot du rire

La découverte du mois - Décembre 2020 - Camille Lorente

Bobbin, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois – Novembre 2020 – Bobbin

Guillaume Guisset, découverte humour du spot du rire en spectacle à la Petite Loge

La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset

Anissa Omri, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri

Adrien Montowski, découverte humour, stand-up et mime sur le spot du rire

La découverte du mois - Août 2020 - Adrien Montowski

Julie Albertine, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Juillet 2020 - Julie Albertine

Clément K, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - juin 2020 - Clément K

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Isabelle Chataignier-Haroche, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - mai 2020 - Isabelle Chataignier-Haroche