Publications liées au mot-clé : médias

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => medias
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 254
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => medias
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 254
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => medias
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 254
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => medias
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 254
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 254
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 254
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => medias
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 254
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (254) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (254) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (254)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009633
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-11-18 12:19:31
                    [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31
                    [post_content] => 

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 18:29:39 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 16:29:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008869 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-23 08:45:00 [post_date_gmt] => 2020-09-23 06:45:00 [post_content] =>

Bonhomme, c’est le spectacle de Laurent Sciamma qui fait exulter la presse et son public conquis. Juste après avoir affronté la salle exigeante qu’est la Comédie des 3 bornes, Laurent évolue désormais au Café de la gare. Un QG idéal pour son art. Le spot du rire a voulu juger la qualité comique de ce spectacle à la réputation si belle.

La reprise de Bonhomme : les 2 heures de monologue d’un « allié »

Je ne connaissais pas le Café de la gare. Dix minutes avant la représentation, je découvre un théâtre niché dans une cour intérieure au plein cœur du Marais. À l’entrée, je vois une affiche de Laurent Sciamma avec un descriptif autour de la théorie du genre. Je résiste à l’envie de m’enfuir au courant, parce que j’ai promis à des humoristes engagées de donner une chance au produit.

Car Laurent Sciamma est un pur produit du féminisme. Il s’efface en tant qu’individu pour partager son témoignage d’allié. Les alliés, ce sont ces hommes qui se veulent à l’écoute des femmes, ceux qui dénoncent le patriarcat. Une noble cause, certes, mais qui accepte mal la contradiction.

Des longueurs qui diluent la puissance du message

Le début du spectacle se perd dans quelques longueurs. On se dit que c’est la reprise, et que Laurent veut partager sa joie de retrouver son public. C’est évidemment légitime après six mois de pause. Alors on patiente, on écoute ces premières digressions.

Au bout d’un quart d’heure (estimation, je ne regardais pas l’heure), le bonhomme sur scène entre dans le vif du sujet. La structure est assez simple : il prend un élément cher à la cause féministe (le harcèlement de rue, les injonctions, #MeToo…) pour en faire des blagues.

C’est là où la presse exulte : Bonhomme n’est pas une conférence TED sur le féminisme. Ouf, c’est effectivement vrai. Laurent Sciamma enchaîne avec des mimes, tourne en dérision les situations du quotidien comme la peur de faire peur aux femmes le soir, quitte à changer de trottoir.

Le problème, c’est que quand on connaît le discours féministe, on n’est pas étonné des chutes. Tout est téléphoné, convenu et manque d’originalité. Et comme la structure se répète (malgré de nombreux running gags), l’ennui guette celui qui aime la surprise, celle qui déclenche un rire authentique.

Autre problème : Laurent Sciamma utilise du storytelling pour incarner chaque message. Mais il emploie beaucoup trop de mots. Par exemple, pour l’anecdote en voiture à la fin de spectacle, il répète six fois que l’action a lieu à 2 heures du matin. Au lieu d’utiliser chaque mot de manière chirurgicale pour renforcer la puissance de son message, il la dilue dans des histoires interminables qui ne tiennent plus en haleine lorsque, enfin, elles arrivent à leur terme.

Pour en arriver à deux heures de spectacle, Laurent Sciamma joue sur la multiplication des anecdotes. C’est un exposé des arguments les plus classiques du féminisme, agrémenté de ces histoires et ces blagues.

Bonhomme est en guerre, ou comment se prétendre inclusif en excluant celui qui pense différemment

La salle rit, mais moi non. Laurent Sciamma utilise tellement de termes techniques et de références qui parlent aux militants que j’ai du mal à me sentir concernée. Dans ces rires, on retrouve le soulagement de ceux qui se battent dans les associations comme sur les réseaux sociaux. Ceux qui ne sont pas écoutés, ou compris, dénigrés pour leur discours jugé parfois trop « extrémiste » (sic !).

Quelqu’un m’a dit récemment : « Il n’y a pas qu’une manière d’être féministe ». Je trouve cela très juste. Quand j’entends Laurent Sciamma dire « seuls les vrais savent », je vois le gouffre entre son monde et le mien. J’ai ainsi le sentiment de vivre dans un monde parallèle.

À certains moments, je ressens un vrai malaise. À l’heure où la “cancel culture” connaît un pic de popularité, Laurent Sciamma dépose des noms de « masculinistes toxiques » les uns à la suite des autres. Quand il parle d’Alain Soral, je me dis qu’Eric Zemmour ne va pas tarder. Gagné. À chaque fois, c’est un nom posé dans le texte. À aucun moment, on ne vient leur répondre sur le terrain des idées.

Pourquoi le faire, quand votre salle est acquise à votre cause ? Après tout, vous avez soigné le marketing de votre spectacle pour faire fuir les gens qui écoutent ces Soral, Zemmour, Finkielkraut et consorts…

En soi, rien d’étonnant. Mais quand vint le tour pour Nicolas Bedos de prendre sa douille, mon impatience se transforme en nausée. Le public applaudit, et cette manifestation exprime une haine envers cet homme. Comme s’il était réduit à des petites phrases sur des plateaux télé, à une vision tronquée de son histoire. Un procès d’intention sans contextualisation.

C’est drôle, car la dernière fois que j’ai entendu parler de Nicolas Bedos, c’était en réponse à un billet de blog du Crif autour de la question « Peut-on rire de tout ? » par le prisme de l’antisémitisme. Et sa réponse, publiée le lendemain, était remplie d’empathie, de réflexion et d’écoute pour cette personne qui s’est sentie offensée. Un dialogue étayé, posé, bien loin de ce moment caricatural vécu au Café de la gare.

Uniformiser les hommes et leur rapport à la sensibilité

Nicolas Bedos capable d’empathie, voilà qui invaliderait presque le discours de Laurent Sciamma sur la sensibilité des hommes. Il part du constat qu’on apprend aux hommes à enfouir leurs émotions… Tandis que les femmes sont (toutes ?) encouragées à les exprimer dans des journaux intimes « avec des cœurs à la place du point sur les i ».

Je m’attendais à autre chose sur la question du genre. Au final, c’est une succession de lieux communs qui ne résout rien. Certes, on trouve une ou deux tentatives intéressantes pour évoquer le manque de confiance en soi des femmes (là encore, on les met toutes dans le même panier). Mais le reste est bien faible et attendu. Je ne nie pas les problèmes, mais je fustige leur simplification à outrance. Surtout devant une salle déjà convaincue !

De cette introduction à cette branche du féminisme, je suis restée sur ma faim. J’étais attristée de voir une absence de nuance et de recul pour au final ne faire émerger aucune véritable solution. Proposer d’écouter une musique de 1996 pour relier enfin les hommes à leurs émotions, c’est un peu faiblard.

Bonhomme : le spectacle de Laurent Sciamma vaut-il le déplacement ?

Le problème de Bonhomme, c’est que ce spectacle n’est pas abouti. Par ses longueurs et son storytelling imprécis, ce spectacle manque de force.

Par son idéologie et sa tendance à recourir aux généralités, Laurent Sciamma est finalement plus un porte-parole qu’un humoriste[1]. Certaines blagues m’ont fait sourire, mais l’ensemble m’a plutôt laissé de marbre.

Au Café de la gare, Laurent Sciamma a le luxe d’avoir le temps de parfaire Bonhomme face à un public acquis à sa cause. C’est un cadeau empoisonné : sorti de la Comédie des 3 bornes, l’artiste a encore besoin de consolider le tout. La presse, quant à elle, a passé sous silence les imperfections techniques du spectacle.

Et quand elle se réjouit qu’enfin, un homme se positionne sur le féminisme, elle occulte tant d’œuvres qui l’abordent autrement. Réduire les stand-uppers à des gens qui parlent de leur pénis, c’est la preuve que bien trop peu de journalistes se déplacent dans les salles de spectacle.

Laurent Sciamma n’a pas le monopole du féminisme, heureusement ! On ne l’a pas attendu pour questionner le monde, avec beaucoup de subtilité parfois. Marina Rollman aimerait bien attirer des gens qui ne pensent pas comme elle dans ses salles pour élever le débat. Laurent Sciamma ne semble pas courir après ce même objectif. Au fond, Bonhomme ne parle qu’à la France des tote-bags et échoue à marquer l’histoire.

[1] Pour que ce soit bien clair, Laurent Sciamma reste un humoriste. Simplement, son absence de recul l’empêche d’endosser pleinement cette casquette.

Crédits photo/affiche

© LouizArt Lou

[post_title] => Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bonhomme-laurent-sciamma-critique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-23 10:03:50 [post_modified_gmt] => 2020-09-23 08:03:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008869 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 9206 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-05 19:01:57 [post_date_gmt] => 2020-03-05 18:01:57 [post_content] =>

Laurent Sciamma fait partie de la nouvelle génération d’humoristes. Il bénéficie d’une généreuse couverture médiatique. Un humoriste féministe à l’ère #MeToo : la presse progressiste exulte face à cette masculinité 2.0 et publie inlassablement. Or, sommes-nous en train de manquer le coche ?

Laurent Sciamma : la peur d’être opportuniste

À chaque fois que je lis un article sur le spectacle Bonhomme, une pointe d’exaspération émerge chez moi. Cela faisait longtemps que je voulais en parler, mais je peinais à trouver les mots justes.

Ai-je raison de m’insurger ? Mon instinct me répond par l’affirmative, mais n’a pas beaucoup d’arguments à avancer. Au fil de mes lectures, je tombe sur un article de Libération qui m’apaise un peu : Laurent Sciamma a peur de passer pour un opportuniste.

Donc Laurent Sciamma, premier concerné, se pose aussi des questions. Et ça confirme une autre de mes impressions : Laurent Sciamma fait passer un bon moment lors de son passage. Ces articles ne sortent donc pas de nulle part.

Je ne l’ai pas vu depuis longtemps, donc il a sans doute progressé depuis sa résidence au Beach Comedy Club. À l’époque, en tout cas, il faisait rire. Pas aux éclats, mais ça fonctionnait. Et comme il jouait à la Comédie des 3 Bornes, il avait largement le niveau pour cette salle.

Ancienne masculinité toxique vs. nouvelle masculinité unique ?

À l’heure où j’écris ces lignes, je découvre un nouvel article au titre quelque peu remuant. Publié sur le site de Marie Claire, voici ce qu’il nous balance à la figure :

Laurent Sciamma : « Ma honte d'être un homme a toujours été là »

Par Morgane Giuliani sur marieclaire.fr, le 4 mars 2020

Face aux valeurs de sensibilité prônées dans l’article, l’entrée en matière est plutôt violente. Putaclic, diraient certains. Mais je ne vais pas tomber dans les pièges habituels des Internets et je vais poursuivre la lecture.

Il s’agit donc d’une phrase issue du spectacle, que la journaliste a sélectionné pour interviewer le jeune humoriste. La formulation l’a tellement marquée qu’elle va jusqu’à qualifier Laurent Sciamma de « bonhomme bien sous tous rapports » car il n’a pas peur de « dire face à son public : “J’ai honte d’être un homme.” »

Je vais m’autoriser un syllogisme avant que Clément Viktorovitch, expert en rhétorique médiatique, ne vienne contrer mon article et détruire mon argumentation. Imaginons qu’avouer sa honte d’être un homme signifie qu’on est un homme bien. Je vous le dis tout net : je ne veux pas d’un monde basé sur ces postures manichéennes.

Le spectacle de Laurent Sciamma est nécessaire, mais ce n’est pas une fin en soi

Le problème n’est pas le spectacle de Laurent Sciamma, ou ses opinions, d’ailleurs. Au contraire : il répond à un besoin du public et il fait vivre des idées qui résonnent avec son époque. C’est très cool.

Non, le problème, c’est d’ériger le spectacle avec autant de vigueur parce que c’est de bon ton dans les rédactions. La majorité des articles traite de la qualité des messages plus que des blagues. Bien sûr, ce refrain revient souvent : « c’est drôle aussi ». Mais le rire vient en second plan, et je n’ai pas souvenir d’avoir trouvé d’argument me donnant envie de voir le spectacle pour des motifs comiques. Finalement, la ligne éditoriale discrédite artistiquement, sous couvert de célébration du féminisme.

J’ai donc une suggestion pour les rédactions culturelles. Maintenant que vous avez trouvé et sublimé Laurent Sciamma, essayez d’éditorialiser aussi bien d’autres paroles d’humoristes. Si ces paroles sont intéressantes, mais ne vont pas exactement dans le sens du discours ambiant, faites cet effort intellectuel supplémentaire. Analysez avec autant de passion les opinions qui ne sont pas les vôtres. Faites des double-pages sur Rosa Bursztein, par exemple. Ça ferait un super éclairage, non ?

En échange, j’irai voir le spectacle de Laurent Sciamma et juger de son potentiel comique comme pour les autres artistes. Je vaincrai ma peur de tomber dans un spectacle bien-pensant, alors même que je connais les qualités artistiques de Laurent Sciamma.

Parce qu’une pensée qui va dans le sens de l’histoire doit être étayée, voire mise à l’épreuve. Le progrès ne passe pas par un courant uniforme, n’en déplaise à des programmes comme celui ci-dessous. Je suis contente que ce podcast existe, mais je n’adhérerai jamais à l’ensemble des prises de positions énoncées

Alors, la presse progressiste, avons-nous un accord ?

[post_title] => Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => laurent-sciamma-bonhomme-presse-feminisme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-05 19:18:14 [post_modified_gmt] => 2020-03-05 18:18:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9206 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-08 11:30:09 [post_date_gmt] => 2020-01-08 10:30:09 [post_content] =>

Comme vous le savez, Thomas Wiesel joue au Point Virgule en janvier en dépit des grèves. L’humoriste suisse est aussi disponible pour les médias qui souhaitent le rencontrer. Assez motivée sur le principe, j’ai finalement décidé de laisser passer l’opportunité : voici pourquoi.

Internet sait déjà beaucoup sur Thomas Wiesel, une interview en plus ne vous apprendrait rien

Vous voulez tout connaître de Thomas Wiesel ? Oui, il vous suffit juste de cliquer sur la phrase : la Radio Télévision Suisse lui a posé des questions d’année en année. Cuisiné de toutes parts, il est donc passé « sur le grill » le 11 août 2013, par exemple.

C’est aussi en 2013 qu’il improvisait un stand-up devant Michel Boujenah. Je dois vous confesser que cette interview et ce passage stand-up, je les ai déjà regardés plusieurs fois.

Sept ans plus tard, voici ce qui sort des ondes côté français.

J’ai épluché internet en long et en large, même si YouTube m’a encore trouvé une interview complètement inutile du lausannois avant un match de foot, dans des tribunes. Même ça, je l’ai vu. Et le pire, c’est que je regardais des vidéos archives de Blaise Bersinger, qui est une autre personne. Je vous jure, j’ai rencontré les deux… Tout ça pour dire que YouTube avait encore de la ressource.

Une liste de questions hypothétique

Tout de même, Thomas Wiesel me rend curieuse, suffisamment pour trouver 12 questions. Alors, creusons-nous la tête. À un moment donné, j’aurais probablement voulu savoir…

QuestionRéponse dans…
Pourquoi avoir créé le spectacle « Ça va. » ?Les gens qui doutent, Fanny Ruwet
Anticipe-t-il de passer un meilleur moment à Paris en janvier ?L’invité de la matinale, RTS
Ce qu’il peut dire de son « mentor », Nathanaël Rochat, et vice versa ?Les bras cassés, Couleur3
Comment gère-t-il l’après-scène avec les fans ? Pourquoi cela engendre-t-il du malaise ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Dans la tête d’un timide, RTS, et probablement d’autres
Les raisons de sa pause après avoir présenté Mauvaise Langue ?L’invité du 12h30, RTS
Comment cohabite-t-il avec ses émotions ?Le spectacle (aperçu en rodage à Lyon) et Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
Quel est son processus d’écriture de blagues, en général et pour un spectacle en particulier ?L’invité de la matinale, RTS (pas le même jour que le précédent)
Pourquoi sait-on autant de choses sur lui, même sur des sujets moins drôles ?L’invité de la matinale, RTS (là, c’est le même entretien que le précédent), Entre nous soit dit
Pourquoi le cadre codifié d’un spectacle humour le rassure-t-il pour s’adresser au public ?L’invité de la matinale, RTS (toujours le même entretien que le précédent)
Comment est-il devenu humoriste, l’a-t-il vu venir ?Sur les pas de Thomas Wiesel, RTS
D’où provient son intérêt pour les causes et associations, et pourquoi son engagement va plus loin qu’un simple discours ?L’invité du 12h30 et Cœur à cœur
[La question fun-légère qui justifie ma demande d’interview et mon travail préalable de fourmi.] Peut-il commenter l’expression « casanier branleur », qui a déjà servi à le définir ?Thomas Wiesel rencontre l’écrivain-cycliste Claude Marthaler (vous saurez aussi si Michel Boujenah pleure pendant l’amour)

CQFD : toutes les réponses existent déjà.

Interview de Thomas Wiesel : profite de ton temps, on sait que tu es bon

Au final, la motivation de solliciter une interview devient purement égoïste. Bloquer un comique bankable pendant une heure juste pour soi, c’est quelque chose que je peux totalement faire pour mon propre plaisir. Par contre, il faut prétendre avoir encore des questions à poser. Je ne sais pas jouer cette carte juste pour faire genre, donc je vais le laisser profiter de Paris et vous informer peut-être mieux encore sans cette entrevue. En plus, si ça déclenche nos deux timidités en simultané

Avec tout cela, vous pouvez vous forger une opinion sur Thomas Wiesel. Ça vous prendra 3 heures devant votre écran. Vous pouvez aussi vous fier à moi, qui ai déjà tout vu et mouliné. Je valide que ça donne envie d’en savoir encore plus de la personne avec ses propres mots. Le mieux, c’est de le voir en spectacle (encore une fois, on vous encourage) !

Crédits photo

© Laurent Bleuze / RTS

[post_title] => Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => non-interview-thomas-wiesel [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-14 17:12:19 [post_modified_gmt] => 2020-12-14 16:12:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 7948 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 12:17:48 [post_date_gmt] => 2020-01-03 11:17:48 [post_content] =>

En 2020, les humoristes émergents vont prendre le pouvoir. Découvrez comment les artistes et stand-uppers seront enfin découverts par les médias et le public.

2020 : Topito tend la main à la nouvelle génération humour

Combien de fois ai-je lu des sélections d’humoristes identiques, de mois en mois ou d’années en années ? Tout le temps. Les signaux étaient d’ailleurs plutôt négatifs. D’abord, les compilations de nouveaux humoristes par GQ se révèlent répétitives. On peut aussi citer les piètres défenses de Gad Elmaleh ou Thomas Ngijol, pris en flag’ par CopyComic.

Et pourtant, le 1er janvier 2020, un miracle se produit : Topito dévoile un top qui sort de l’ordinaire… Le Top 12 des humoristes qu’il faudra suivre de près, sur scène, en 2020, on t’aura prévenu !

Des noms qui détonnent dans le paysage des algorithmes, des visages qui changent… Un équilibre entre ceux qu’on attendait à pareille fête et ceux qui n’avaient pas voix au chapitre.

C’est Fabien, mon rédacteur, qui m’envoie l’article. Et Ô surprise, l’auteur cite le spot du rire pour justifier la présence d’Ambroise et Xavier. Je me sens populaire tout d’un coup, grâce à ce mystérieux Benco. Mais est-il si mystérieux ? On ne saura peut-être jamais quand la grève va se terminer ou comment Carlos Ghosn a pu s’évader d’un pays qui le tenait fermement, mais on va résoudre ce mystère.

Comme dirait Nadim, on est tous des phénix

Un coup d’œil aux autres articles de l’auteur me suffit à comprendre : Benco est nouveau chez Topito. Il parle humour et stand-up, c’est bon signe. Je regarde de plus près la photo de ce fameux Benco. Malgré sa taille miniature, je la reconnais tout de suite. Nous sommes amis sur Facebook, c’est « monsieur Campus Comedy Tour » !

Ce concours qui révélait chaque année l’étudiant le plus drôle de France (Paul Mirabel, c’est eux qui l’ont découvert) a malheureusement disparu. Une nouvelle triste qui tranche avec la présence de notre trublion dans la rédac’ d’un média qui influence de nombreux internautes.

Pas de bonne résolution, mais un vœu pour 2020

Ce vœu est très simple : il faut plus de Benjamin Couprie pour dénicher des talents. La demande est très forte : les internautes vomissent l’absence de diversité dans les commentaires de vidéos. Dans les médias, dans le public, la prise de conscience s’organise donc.

Petit à petit, les choses évoluent. On a décidé de reprendre l’expression « nouvelle génération humour » de Kyan Khojandi pour une raison simple : on aime des choses différentes. Certains vont se planter, mais d’autres vont exploser (dans le bon sens du terme). On est là pour parier, avoir le goût du risque pour décerner des coups de cœur. En somme, on représente le maillon de la chaîne qui influence sans trop de vagues ceux qui peuvent vraiment promouvoir des gens. On l’a vérifié aux Étoiles espoir humour du Parisien, et on le fera sûrement aux Best de l’Humour ce mois-ci…

La profession nous lit de moins en moins timidement, de plus en plus sérieusement. Cette année, on va donc essayer de se rappeler que notre avis compte et pousse de jeunes artistes à donner le meilleur d’eux-mêmes. Parce que l’année 2020 est celle des espoirs humour.

Top 12 des humoristes à suivre selon Topito

ArtisteC’est qui pour nous ?
Paul MirabelOn en a parlé plein de fois
Fanny RuwetCritique dispo semaine prochaine
Jérémy NadeauOn l’a vu dans sa carrière V1 et on est curieux de le revoir
Valentin ReinehrOn l’a vu à la TV comme plein de monde
Ambroise et XavierDécouverts fin 2018, quand même
Maxime StocknerDécouvert grâce à Arezki Chougar et le meilleur podcast
Bertrand UsclatOn a compris qu’il passait dans Clique mais on n’a jamais regardé
Nicolas FabiéDécouvert et défendu corps et âme en janvier 2018
Laura FelpinRecommandée par Yacine Belhousse dans son interview
MazineOn n’a jamais mis les pieds au 123 Sébastopol, mea culpa
UrbainOn l’a trouvé bon au Bunker Comedy Club comme quand il utilisait encore son nom complet
Le Cas PucineOn l’a vue à la TV comme plein de monde
[post_title] => 2020, année des espoirs humour et stand-up [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2020-artistes-emergents-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:02 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7948 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7559 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-05 14:51:20 [post_date_gmt] => 2019-12-05 13:51:20 [post_content] =>

Aujourd’hui, je devais vous parler d’un (mauvais) spectacle pour lequel j’ai reçu une invitation presse. Au final, je vais vous parler du doute et épargner ce comédien qui est étrangement produit… Oui, si j’avais les rênes, je mettrai mon argent ailleurs, mais ce n’est pas le sujet !

Doute sur les ondes et dans les salles

Ce spectacle, je ne l’ai pas trouvé à mon goût. J’avais perdu mon temps, mais je m’en doutais. Je me disais : « comment aurais-je pu occuper mon temps à meilleur escient ? », ce qui revient à répondre à la question qui nous taraude tous en ce moment.

Yacine Nemra, l’une de nos dernières découvertes humour, signait la même semaine un magnifique papier sur le doute (ou le fait de le cacher) sur Couleur3. Vous pouvez le réécouter ici :

La même semaine, j’entendais de nombreux humoristes autour de moi douter. Comment s’améliorer, saisir les bonnes opportunités et trouver ma place dans ce milieu de fous ? Quand on pense à ces questions, il est si simple de baisser les bras. Choisir l’artistique, c’est subir les interrogations constantes, voir tant d’autres avoir l’air de vivre leur meilleure vie… Et ne pas comprendre comment on en arrive là !

Et on s’oublie même un peu, on néglige ses contacts ou son bien-être, parce qu’il faut toujours prouver sa valeur jour après jour. Aussi, on regarde des gens qu’on trouve peu ou pas talentueux prendre des raccourcis, comme dans un Mario Kart bien réel.

Accepter d’être perdu pour créer et se réinventer ? Jette donc ce pamphlet de développement personnel…

Je croisais un humoriste, cette fois pas produit ou entouré d’une équipe, mais sérieusement en proie au doute. Il avait l’air dépité, à mille lieues de ce qu’il propose sur scène avec si peu d’expérience.

Pour tout vous dire, je comprends tout à fait ce qu’il traverse. Au final, je fais comme ces jeunes artistes : je débarque encore dans ce milieu, et j’expérimente la même impatience. On a passé deux-trois bonnes premières années ensemble, en proposant des critiques et articles par instinct. Même le choix de mes spectacles se joue à l’instinct, à l’affect ou l’émotionnel.

La vérité, c’est que la quête de légitimité est un combat de tous les jours. Les professionnels établis, j’ai pu les croiser ou les observer parfois de près. Ils ont la trouille. Cette année, j’ai compris que tout le monde était fragile dans ce milieu, surtout ceux qui roulaient le plus des mécaniques.

Loin de m’en réjouir, je me demande pourquoi les choses ne sont pas plus simples. J’ai aussi trouvé un programme régional signé France 3 : Les nouveaux talents du rire. Dedans, je connaissais surtout Thibaud Agoston et certains autres noms m’étaient familiers.

La si difficile vulgarisation des talents

Vous vous rappelez de cette critique de spectacle que je ne vous ferai pas ? L’artiste en question a, selon moi, le profil parfait pour exporter son spectacle. C’est bien présenté et mis en scène : le marketing est solide, la proposition artistique extrêmement claire pour le spectateur. Vous voyez les blagues arriver bien avant, vous êtes dans une zone de confort car vous avez vu ça mille fois.

Le contraste est saisissant avec mon expérience : j’enrage quand je vois ça. Tout comme j’enrage quand je vois la manière dont France 3 présente les humoristes : par des clichés ou des ficelles faciles. On n’est pas passé loin du classique : « Peut-on rire de tout ? », alors que la question de base, c’était : « Qui sont les nouveaux talents du rire ? ».

Je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire

J’ai une idée précise et vague du visage des nouveaux talents du rire. Précise d’abord, car je comprends ce que je cherche. L’originalité, le petit truc en plus qui m’embarque, la sincérité dans la proposition artistique. Quand j’y pense, il y a aussi une certaine humilité face à l’exercice, qui laisse échapper une forte envie d’apprendre.

Vague ensuite, car l’offre est si dense que la résumer est une tâche drastique. C’est pourtant la mission du spot du rire, parce que j’aime me compliquer la vie, sans doute ?

Finalement, choisir les nouveaux talents du rire revient-il à faire confiance à une poignée de professionnels ? Ceux qui vont voir les spectacles et consacrent leur temps à une poignée de personnes ? Et on les découvrirait cinq par cinq, dans les méandres des plateformes de vidéo à la demande, les rediffusions télévisées ou radio, YouTube ? On n’a à peine le temps de se poser la question qu’une vidéo virale de discours politique ou féministe dévie notre cheminement de pensée.

Bref, je doute qu’on localise les nouveaux talents du rire, car on se heurte toujours au même problème. L’humour est subjectif. Et ça ne va pas aller en s’arrangeant. Les algorithmes nous éloignent déjà des artistes, alors qu’on cherche encore plus à ajouter de la personnalisation ou de l’intelligence artificielle dans la recette.

Vous reprendrez bien un peu de hasard ? Tout est une question de confiance

Parfois, je suis nostalgique de cette époque où je ne connaissais personne. Cet œil neuf était prêt à se perdre dans n’importe quelle salle de spectacle ! Axel Cormont, le Théâtre le Bout… Personne ne me l’a suggéré : j’ai tout lu sur un site de billetterie bien connu. Comprenez toutes les descriptions de spectacles, les fiches et même les avis spectateurs.

J’ai donné du temps aux artistes pour les découvrir, et ils me l’ont rendu au centuple derrière le micro et sous les projecteurs. Aujourd’hui, je vendrais ma confiance les yeux fermés à certains lieux ou artistes. D’autres n’auront pas ma clémence… Pour garder l’œil ouvert sur certains talents, il me reste tout de même une arme secrète : le bouche-à-oreille.

Le bouche-à-oreille est magique : là où vous ne saviez pas si un spectacle vous plairait, vous pouvez vous tourner vers une connaissance. Comme cette personne vous connaît, et si elle a vu le spectacle que vous voulez voir, vous allez y aller en levant vos freins habituels.

En résumé, le bouche-à-oreille continue de marcher, parce qu’on lui fait bien plus confiance qu’à un marketing bien ficelé. Vous pouvez pondre tous les mots que vous voulez, vous ne parlerez jamais aux plus hermétiques des publics…

La recette du succès artistique n’existe pas

Depuis plusieurs mois, Inès Reg ferait donc sensation grâce à « une vidéo » ? Comme d’habitude, c’est la partie émergée de l’iceberg que vous connaissez. Vous n’avez pas vu les multiples scènes ouvertes du Jamel Comedy Club, ou les premières scènes, ou les premiers doutes !

Je crois qu’il faut simplement accepter de laisser la place au doute et au hasard. Faire de son mieux tous les jours, se ménager quand on sature ou qu’on ne le sent pas… Et profiter de ces moments où on n’est pas là où on veut être (95 % du temps, sans doute) pour souffler et repartir avec l’insouciance du désespoir. Désolée si ça sonne « développement personnel », on commence tous à être intoxiqués par cette folie d’optimisation humaine.

[post_title] => Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doute-milieu-artistique [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:01 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7559 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6299 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-27 21:15:08 [post_date_gmt] => 2019-06-27 19:15:08 [post_content] =>

Soixante, c'est le programme d’humour diffusé le 26 juin sur Canal+ en prime-time. Le concept : Kyan Khojandi invite 60 artistes pour une heure de blagues. Retour sur un événement de type « démonstration de force » où chacun avait 1 minute pour s’exprimer, montre en main.

🔎 Vous cherchez la critique de Soixante 2 ? Elle est ici !

Soixante : une sélection forcément frustrante…

Pendant cette heure de spectacle télévisé, je me suis transformée en supporter beauf. Je hurlais de bonheur à quelques (rares) reprises, avant de me lamenter. Oh non, pas lui/elle ! (Au passage, la parité semblait au rendez-vous — je n’ai pas compté précisément mais ça avait l’air…)

Je m’attendais à un événement davantage axé sur les découvertes humour. Précision : j’écoute l’émission de niche Les bras cassés sur Couleur 3 en écrivant ces lignes. Autant vous dire que si je me penche sur le sujet, alors je vais être critique.

Soixante, c’est beaucoup moins que le nombre d’humoristes en activité. Pas de Ghislain Blique ou de Pierre Thevenoux, mais on a eu le droit à Paul Mirabel, Solène Rossignol, Marie Desroles et Rémi Boyes.

L’art de la nonchalance

Le problème, ce n’est pas le casting. On reviendra sur quelques perles totalement étonnantes et surprenantes, qui obligent à des félicitations. Non, c’est la nonchalance de certains humoristes présents.

Je pense notamment à Fary et son personnage de scène ultra-arrogant. Avec ton talent, copain, tu peux faire une minute de blagues. Après, c’était aussi nul que malin, donc ça passe encore. Là où je suis plus dubitative, c’est sur le passage de Melha Bedia. Elle a mangé un poulet à main nues, en y versant une tonne de mayonnaise dans son temps imparti.

Issa Doumbia s’est quant à lui contenté de scander le nom des deux humoristes avant et après lui : Yacine Belhousse et Solène Rossignol.

Les amis, la nonchalance, cela se crée avec un peu plus de subtilité que ça. Prenez Monsieur Fraize. Sa prestation ? Pas un mot, puis une référence au fait qu’il n’a pas de texte. Dernières secondes consacrées à regarder le chronomètre derrière lui. Et pourtant… ça marche ! C’est le meilleur teaser possible de son spectacle, car il est fidèle à lui-même et le spectateur ne se dit pas qu’il se fout de la gueule du monde.

S’il se le dit, c’est qu’il n’est pas réceptif du tout à ce type d’humour. Quoi qu’il en soit, le spectateur sait immédiatement si ça vaut le coup de se déplacer. Beau tour de force !

Soixante : de jolis coups de maître

Qui s’attendait à voir Monsieur Fraize dans un format plateau d’humour ? S’il joue à L'Européen, où se tenait la soirée, la scène avait de quoi surprendre. Mais ma plus belle surprise, c’était la venue de Kad et Olivier.

Le bonheur était palpable : ces deux-là ont marqué des générations et continuent d’écrire leur histoire au présent. À mille lieues de la performance d’Élie Semoun. Mais soyons honnêtes : critiquer Élie Semoun, c’est un peu tirer sur l’ambulance. Invoquer le point Nadine Morano ou Éric Zemmour. Et d’ailleurs, 100 % des gens qui m’ont parlé de Soixante décrivaient en des termes peu élogieux sa prestation. Pas besoin d’en dire plus.

Alors, c’était bien ou pas ?

Je vais être fidèle à mes origines normandes : les deux ! On ne peut rien reprocher à cette soirée, mis à part quelques détails. Ceux qui aiment l’humour à haute dose peuvent déplorer la venue de Bigflo et Oli ou Orelsan et tous les intermèdes musicaux. Mais d’autres peuvent au contraire trouver ces respirations bénéfiques.

Autre élément clivant : la direction artistique. Le format télévisuel demande une certaine rigueur, que Navo a apporté avec un talent incroyable. Chronométrer chaque passage pour qu’il dure soixante secondes, c’est une chose. Maintenir ce cadre, je ne m’attendais pas à le voir de mon vivant. Certains ont dépassé de… 3 secondes, excusez du peu !

Parfait, donc ? Le souci, dans ces soirées extrêmement construites, c’est de perdre un petit grain de folie. J’ai pris un plaisir plutôt modéré, parce que j’aime quand l’imprévu arrive. Problème de format…

Ce format reste un excellent coup marketing, comme Le Point Virgule fait l’Olympia sait aussi le faire — mais en mieux. La soirée a suscité plus de presse que Derrière un micro, une soirée stand-up plus classique avec… Kyan Khojandi déjà. En tant que public habitué du stand-up, c’est là qu’il faut s’orienter en priorité.

Crédits photo

© Canal+ / Jaad Productions

[post_title] => Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 21:24:30 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 20:24:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6299 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 6271 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-02 17:58:12 [post_date_gmt] => 2019-06-02 15:58:12 [post_content] =>

Le 31 mars dernier, à la nuit tombée, Charles Leclerc devenait une légende des circuits. Ce pilote de course a vu sa popularité grimper en flèche et les médias s’élancer dans de belles envolées lyriques. Les chevaux étaient lâchés, ironie du sort quand on connait la dramaturgie de cette soirée.

Depuis longtemps, je voulais commettre cette entorse au règlement et mêler mes deux passions. Avant, j’écrivais sur des pilotes en devenir. Le mécanisme est à peu près identique pour un humoriste émergent. Des observateurs repèrent d’abord le talent. Ensuite, un mélange de chance, de talent et d’autres paramètres le propulsent en haut de l’affiche.

Mais au fait, comment on atteint le haut de l’affiche ? Si vous cherchez à imiter le début de parcours de Paul Mirabel, cet article est pour vous ! #RoadToOlympia

Nouvelle génération

Voici ce qu’il se passe généralement : les années passent, après un grand succès (Michael Schumacher ou Jean-Marie Bigard), puis le public retient les noms du passé avant de passer à autre chose. Pour en arriver là, il faut quelqu’un de spécial.

En course automobile, Charles Leclerc incarne cela pour plein de raisons. Déjà, il bouscule l’ordre établi : il était inconcevable de voir un jeune pilote intégrer l’équipe la plus mythique du monde il y a quelques années de cela. C’est un peu ce qu’il s’est produit avec la génération du Jamel Comedy Club. Premier gros séisme qui allait proposer autre chose que Muriel Robin ou Pierre Palmade (ou Desproges) comme référence au grand public.

Ensuite, c’est un destin hors du commun, une force de caractère rare. C’est le genre de type que tout le monde aime. Les médias anglo-saxons ont même vu un type, Matthew Gallagher, l’ériger en héros total. Durant le confinement, avec ce même YouTubeur, il a prouvé ses talents de joueur d’e-sport d’élite, charismatique et surtout… drôle !

En parlant de médias, je me suis remise à acheter de la presse papier à chaque fois qu’il obtenait un bon résultat. J’ai même versé une larme quand il a failli gagner et que le destin en a décidé autrement. Une seule, mais diable qu’elle était douloureuse.

Et en humour ?

Le point commun de tous les humoristes que j’aime dans la durée, c’est leur personnalité. Elle est toujours singulière, généreuse, incroyablement attachante. Elle peut se matérialiser différemment, pas besoin d’être extrêmement introverti ou extraverti. Tout ce qu’il faut, c’est venir avec sa vulnérabilité et une histoire particulière pour prendre le micro.

Des personnalités. Qui donnent envie d’écrire noir sur blanc qu’on tient là « la nouvelle sensation de l’humour ». Les attachés de presse et photographes faisant bien leur travail, on lit cela parfois un peu trop. Mais c’est aussi cela, rencontrer un talent et s’enflammer un peu. On ne sait pas de quoi demain sera fait, mais aujourd’hui, celui-ci a vraiment fait la différence, et il était de bon ton d’en parler.

Qui pour incarner le Charles Leclerc de l’humour ?

Blanche Gardin ou Monsieur Fraize rentrent sans nul doute dans cette catégorie de mastodontes. Ils touchent juste et la presse l’a bien compris. Je les vois un peu plus que des Fary ou Kyan Khojandi. Ceux-là, ce sont davantage des gourous, des sortes de bons clients qu’on aime entendre en podcast… mais qu’on a peut-être un peu trop entendu.

Ne vous y méprenez pas : j’aime bien. Mais au bout du quinzième podcast où Kyan Khojandi nous livre des conseils de vie, dans une période où le développement personnel est en plein boom, cela s’essouffle. Et d’ailleurs, Kyan n’est pas dupe : il le dit lui-même dans le podcast Les gens qui doutent.

[audio src="http://www.podtrac.com/pts/redirect.mp3/www.jaimebienquandtuparles.com/podcast-download/2784/1-kyan-khojandi-on-a-besoin-dintelligence.mp3" /]

Pour Fary, c’est encore plus manifeste. Derrière l’humour, l’idéologie n’est pas bien loin et on aime ou on n’aime pas. Preuve par l’exemple : ce que dit France Culture sur son spectacle Hexagone.

En réalité, il y a l’embarras du choix : Haroun, Roman Frayssinet, Shirley Souagnon, Gaspard Proust, Baptiste Lecaplain, etc. Il faut dire que les chiffres ne sont pas les mêmes : une vingtaine d’hommes du côté du sport, plus d’une centaine de prétendants chez les saltimbanques.

Il n’y aura jamais un humoriste qui fait l’unanimité, et tant mieux. Je laisse le mot de la fin à Thomas Wiesel (voir la fin de la vidéo ci-dessous !).

Crédits photo

© Ferrari

[post_title] => Il nous faut un Charles Leclerc en humour ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => charles-leclerc-star-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-19 18:43:23 [post_modified_gmt] => 2020-05-19 16:43:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6271 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 5725 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-06 17:32:54 [post_date_gmt] => 2019-03-06 16:32:54 [post_content] =>

Mêler censure et humour, c'est avoir le goût du risque, surtout si on ajoute France 2 et le CSA. Le spot du rire relève le défi en vous invitant à y réfléchir !

Je vais vous épargner la question « Peut-on rire de tout ? », car plus personne n'a envie d'y répondre. Je veux simplement vous rappeler certains événements, et vous inviter à y réfléchir et forger votre propre opinion.

Censure et humour : quand France 2 passe l'humour au scalpel

Généralement, les affaires qui font parler les médias pendant 48 heures passent par la télévision. Les médias vont ensuite se précipiter sur un sujet facile à évoquer, car ils ont des images prêtes à montrer.

Haroun coupé au montage

En 2017, Haroun diffusait une vidéo pour expliquer que France 2 a coupé une partie de son passage sur scène dans l'émission Le grand show de l'humour.

Forcément, la France est un pays où les défenseurs de la liberté d'expression rappliquent immédiatement. Bande de censeurs ! J'avoue adorer cela, et on va en reparler ensuite... mais cette vidéo est surtout intéressante parce que le format télévisuel travestit l'humour.

C'est un peu comme les débats politiques en télévision : au meilleur moment, on coupe, parce qu'il y a la pub. Pendant ce temps-là, personne n'a rien dit pour faire avancer la chose.

Laura Laune zappée d'antenne

En février dernier, Laura Laune devait apparaître dans l'émission Le grand oral sur France 2. On lui a demandé d'interpréter une chanson en hommage à la France à sa sauce. Vous le devinez, les téléspectateurs n'en ont pas vu la couleur. Par contre, Laurent Ruquier, remarquable dans son stand-up chez ONPC (sic !), animait bien la soirée.

Encore une fois, c'est grâce à un extrait sur scène et diffusé sur internet que vous pouvez savourer cette création artistique. Vous ne m'en voudrez pas si je pense que la question à se poser n'est plus la même. Maintenant, demandons-nous que (ou qui) peut-on encore entendre ?

Censure et humour : effets d'aubaine

Connaissez-vous l'expression « le gendarme de l'audiovisuel » ? C'est la définition que les médias aiment attribuer au CSA. Chacun peut saisir l'institution pour signaler un dérapage à l'antenne. C'est après cela que France 2 a trouvé un moyen habile de se séparer de Tex. Une vieille blague sur les violences conjugales, c'est sûr que ça ne fait pas très XXIe siècle.

Récemment, dans l'émission de Cyril Hanouna, Jean-Marie Bigard a ressorti l'un de ses classiques. Une blague de mauvais goût sur le viol, ça allait certainement se terminer en censure, non ? On peut le voir comme ça, mais je vous propose un autre prisme.

Je ne savais pas que Jean-Marie Bigard était sur Twitter. Le jour de mon anniversaire, il a enregistré une vidéo en selfie pour s'indigner. Privé de tournée estivale, il a rétorqué qu'il viendrait quand même jouer pour 5 euros la place. Il nique le système, Bigard. Mais au moins, si vous l'aimez, il vous coûtera moins cher #buzzman.

J'ai un côté polémiste qui commence à se chauffer. Moi qui aime autant entendre Charles Consigny, Gilles-William Goldnadel et Yassine Belattar (ça fait mon quatre heures, leurs joutes verbales), je suis ravie. Je me remets sur RMC, je regarde leur analyse où chacun dit ce qu'il pense, et la vie continue.

L'humour inclusif : une recette pour ne plus offenser personne ?

Pour éviter ces problèmes de dérapages ou de signalements, certains lieux font attention lorsqu'ils sélectionnent les humoristes. Dans la nouvelle génération, une conscience commence à monter : faire attention à ne blesser personne quand on essaie de faire rire.

Vous les lisez sur les médias modernes, et effectivement, cela semble séduisant sur le papier. La seule réserve, c'est que quand on commence à intellectualiser l'humour et tenter de le limiter, on peut l'appauvrir.

Revenons à Laura Laune. Comme le souligne le blogueur H16, cette histoire fait suite à un reportage où France 2 avait intégré une blague de Laura Laune qui avait fait polémique. On vous en avait déjà parlé puisque France 2 avançait tranquillement que les humoristes femmes étaient trash.

J'en profite pour reproduire une partie de cet article, avant que l'UE ne nous interdise de faire ça au nom d'un article 13 qui risque de foutre un bordel monstre sur YouTube et les médias internet... Je pense que l'auteur s'en fout, il est libéral, alors ça ira.

En pratique, la façon dont l’humour est maintenant « géré » par les médias officiels (à commencer par le service public) reflète surtout le décalage entre l’intelligentsia franco-parisienne et le reste de la population qui s’est, elle, habituée à piocher ses informations, ses interactions et ses humoristes sur Internet et ses réseaux sociaux, au grand dam des jacassants qui n’ont pas de réels moyens pratiques ni de la faire revenir sur les canaux qu’ils contrôlent, ni d’exercer vraiment une emprise durable sur le réseau mondial.

Hashtable, 22/02/2019 - Source

Censure et humour : un malaise sociétal

Je vous l'avoue, je suis mal à l'aise et en même temps très contente. Ces histoires qui s'enchaînent montrent surtout l'écart abyssal entre ce que certains pensent bon pour le plus grand nombre et les attentes d'un public loin d'être homogène. N'oublions pas que l'enfer est pavé de bonnes intentions...

Et si on essayait de laisser le choix au public ? Si c'était à lui de décider s'il veut voir (ou non) un type parce qu'il est blanc et qu'il porte des dreadlocks, et non pas à un plateau de le bannir pour lui ? Le militantisme, ça va cinq minutes.

Qu'on le veuille ou non, le grand public se moque du plagiat, des débats sur l'humour et autres discussions stériles. Il veut rire, et si possible gratuitement sans sortir de son canap'. Au passage, niveau plagiat, je vous invite à voir cette vidéo toute fraîche. C'est fin et brillant, et c'est encore signé Mauvaise langue (à partir de 10:47) !

Crédits photo

© Laura Laune, prise par Laura Gilli

[post_title] => Censure et humour : à qui profite le crime ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => censure-humour-csa-france2 [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-10-09 16:10:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5725 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 5610 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-21 21:28:15 [post_date_gmt] => 2019-01-21 20:28:15 [post_content] =>

La semaine dernière, j'ai publié un article suite aux sélections des Best de l'Humour 2 à Paris. Violente, pas toujours précise : cette publication de jury humour a remué les artistes, présents ou non, et toute l'équipe du spot du rire pour l'occasion. Je voulais revenir avec un peu plus de recul sur l'expérience.

Devenir jury humour rend-il inhumain ?

Je viens d'achever une semaine éreintante. Lundi dernier, en rentrant chez moi, l'adrénaline me maintenait en éveil. J'ai sous-estimé la violence émotionnelle de tels concours. Jusqu'ici, je les avais vécus avec plus de distance, mais me retrouver forcée à juger des artistes aussi variés était plus violent que je le pensais.

Avez-vous idée de la personne que j'étais, deux ans plus tôt ? Impressionnée par des types qui jouaient devant vingt personnes, je promettais de ne jamais critiquer personne. Sinon, je vous avais dit que vous pouviez m'engueuler. La belle affaire : ne pas se mouiller, c'est facile.

Je savais que je devais écrire sur l'expérience de jury humour, et que j'allais être dure. Pendant la semaine, encore fatiguée physiquement et émotionnellement, j'ai changé d'attitude.

Pour l'humour, c'est un peu pareil. Je suis passée de tout le monde il est beau à quel niveau déplorable sans ménagement. Et vous savez quoi ? Je ne suis plus sûre de l'endroit où je me situe.

L'erreur est humaine

Cela fait plusieurs mois que je doute. Si j'ai sorti mon texte au forceps, histoire de mettre cette histoire de jury derrière moi au plus vite, j'en ai écrit quelques autres dans un cahier. Vous ne les lirez jamais : ma plume est devenue anormalement hésitante.

Il y a quelques mois, j'ai appris que Merwane B avait été touché négativement par ma critique de son 30-30. Je n'ai pas vraiment les détails, puisqu'on m'a rapporté les faits. Je n'ai pas aimé la sensation. C'était mieux lorsque j'étais complètement gaga, même si ça faisait ricaner tout un chacun. Après, la critique n'était pas virulente et, si je l'écrivais, c'était parce que je commençais à attendre quelque chose de Merwane. Si je n'espérais rien de lui, je n'aurais rien écrit du tout.

La critique suivante est un peu plus douloureuse. Je ne l'ai pas formulée immédiatement, et je n'aurais pas dû le faire. Rosa Bursztein a proposé que j'assiste à son spectacle à la Petite Loge. Or, elle a bidé et j'ai décidé de la juger sur cette heure-là. Aujourd'hui, j'ai reçu plusieurs témoignages d'humoristes, qui consomment suffisamment de stand-up pour formuler des critiques constructives. Ces artistes me disent que Rosa Bursztein joue son spectacle de manière magistrale, et que c'est même mieux que celui de Morgane Cadignan.

Moralité : ne prenez pas pour vérité générale les critiques humour. Si nous sommes critiques, c'est que nous ne pouvons pas faire le boulot. Oui, même le boulot de ces artistes qui nous déplaisent lors de festivals : on ne peut pas le faire, on n'oserait même pas une seconde.

Jury humour : la part de soi dans le jugement de l'autre

Avec cela, le timing n'était pas bon. J'ignore à quel point cela a eu un impact, mais j'ai traversé des difficultés dans ma vie hors humour ces dernières semaines. J'ai même perdu de vue un type que je trouvais incroyable 24 heures après la fin de mon expérience de jury, mais que je savais ne pas pouvoir côtoyer plus de six mois.

Je ne vous raconte pas ça pour que vous me plaigniez ou que vous ayez une idée précise de ma vie. Simplement, parfois, lorsqu'on fait preuve d'agressivité sur un sujet donné, cela couve quelque chose. C'est important que vous le sachiez pour remettre en contexte mes récents écrits plus pessimistes sur les tous jeunes talents. Il y avait 20% de mauvaise foi et 20% de frustration liée au format de festival. Sentir le stress des humoristes, communicatif, m'atteignait sans que je ne m'en rende compte. A l'inverse, il y avait 60% de tripes... C'est aussi pour ça que la raison m'échappait lors de l'écriture, brute et brutale. Je me battais, mais je ne savais plus trop pourquoi.

Le chemin difficile pour trouver sa voix

J'espère retrouver mon envie de me réjouir de l'humour et un peu de légèreté. Je vais aussi essayer d'oublier l'histoire avec Kader Aoun, qui a fait grand bruit apparemment. Plus j'y pense, plus je crois que c'était une rencontre ratée qui m'a définitivement détournée du Paname Art Café. Ce mec, j'ai semble-t-il touché quelque chose en choisissant d'écrire sur lui à l'époque. Or, début février, il tiendra une conférence avec des stand-uppers au Théâtre du Rond Point. Il y parlera visiblement du combat de sa vie : apporter un ascenseur social aux gens de banlieue, et plus largement toute la jeunesse humoristique, par l'humour et le rite initiatique vers le succès et l'élite, en quelque sorte. C'est à peu près tout ce qu'il veut évoquer publiquement, comme un combat d'une vie.

C'est drôle, parce que je comprends son combat (je le comprenais déjà avant). On se rejoint dans cette volonté de faire sauter les barrières et tutoyer tout le monde. La méthode est différente, mais le constat est là : ce milieu est violent, impitoyable et injuste. Le tout est de trouver sa voix et raconter les belles histoires lorsqu'elles émergent.

Plus que jamais, j'ai besoin de vous pour ça. Merci de votre fidélité et des retours très nombreux que j'ai reçus, cela m'aide à trouver l'énergie pour continuer et essayer de le faire avec la sincérité du stand-up. Même quand la mauvaise foi se pointe, parfois.

Légèreté : c'est bête, ça me fait encore rire

[post_title] => Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => jury-humour-opinion [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:13 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5610 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 5323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-31 14:08:58 [post_date_gmt] => 2018-10-31 13:08:58 [post_content] => Depuis la semaine dernière, le monde du stand-up est en émoi… pour des photos a priori volées. Deux personnalités de premier plan ont eu le malheur de croiser un photographe prêt à mettre leur vie privée dans les mains du public. La machine médiatique a pu redémarrer de plus belle, à coups de conditionnels et de points d’interrogation. Voir aussi : Sincérité en stand-up : peut-on l'atteindre ? Je n’avais pas l’intention d’en parler. D’abord, il s’agit d’une affaire privée, et ensuite, à part voir deux personnes main dans la main, il n’y a pas grand-chose à en dire. Mais Seb Mellia m’a confié qu’il était surpris que je n’en parle pas. Il pensait que c’était mon travail de journaliste que de relayer un événement de cette ampleur sur le stand-up. Sa réflexion est intéressante, et il m’offre un vrai cadeau pour aborder ce sujet à ma façon.

Photos volées et déontologie

Contrairement à de nombreux journalistes, je n’ai pas une direction pour me forcer à écrire un article racoleur à la va-vite. Je n’ai pas à faire du chiffre et apparaître en premier sur Google par tous les moyens. C’est un luxe qui me permet une indépendance certaine. Relayer une affaire privée pour attiser le voyeurisme des gens et leur faire perdre cinq minutes de leur temps n’est pas ma tasse de thé. Pour autant, je peux m’exprimer sur un aspect de l’affaire. Dans les titres des articles, on retrouve souvent le terme « idole ». La présentation de l’information n’est pas anodine : cela induit que la personne a une chance inouïe de vivre cette histoire. C’est comme si une hiérarchie tacite existait entre ces deux-là, alors qu’on n’en sait pas grand chose. On peut bien sûr interpréter, mais il y a une différence fondamentale entre le faire dans une discussion « bar PMU » et sur un grand média.

Pour la grande famille du stand-up

Je n’ai qu’un vœu suite à la sortie de ces clichés. J’aimerais que les humoristes qui qualifient l’intéressée comme « une grande dame du stand-up », s’ils la connaissent personnellement, lui demandent comment elle gère cette médiatisation. Le stand-up est une grande famille, mais j’aimerais que ses membres se soucient davantage du bien-être de leurs confrères plutôt que de se perdre en commérages. De mon expérience, quand on vit une relation idole-fan, on a l’impression de se faire voler une part d’intime alors qu’on a plutôt besoin de gérer ça soi-même. Ne pas avoir de fardeau de réputation quand on veut juste aller de l’avant et apporter une pierre à l’édifice du monde du stand-up : tel est l’idéal poursuivi. Mais dans cette affaire, j’ignore comment les personnes concernées se sentent, donc je ne peux pas considérer ces quelques lignes comme une vérité générale. Peut-être que ça va. Ce n’est pas à moi de vérifier, mais à ses proches. [post_title] => New York, deux comiques et des photos [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => new-york-comiques-photos [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:52:08 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:52:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 4589 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-04 16:55:12 [post_date_gmt] => 2018-08-04 14:55:12 [post_content] => Le spot du rire, c'est un média web humour qui vous révèle la nouvelle génération de talents. Depuis juin dernier, je travaille sur ce projet avec le soutien de la communauté humour. Or, de temps en temps, il est important de réfléchir au futur de son site, surtout en cas de changements. Je me permets donc de vous parler de tout ça au lieu des contenus habituels. Vous les retrouvez partout ailleurs, pas d'inquiétude ;) Vous aimez le spot du rire ? Donnez votre avis pour contribuer à son avenir !

Le spot du rire continue !

Tout d'abord, je m'excuse auprès de mes amis Facebook pour l'éventuelle frayeur occasionnée. J'ai commencé une publication avec le titre Arrêter le spot du rire ?. Autant vous dire qu'il y a peut-être eu une ou deux personnes en PLS. Désolée. En vérité, je vais bientôt intégrer une nouvelle entreprise, ou tribu. Il paraît qu'on appelle ça comme ça s'il s'agit d'une start-up. Après une demi-décennie à faire un peu la même chose, je vais donc rejoindre Koober. Sans vous pitcher toute la société, ces personnes résument des livres de non-fiction pour aider les personnes en reconversion ou évolution professionnelle. Comme ça, les gens perdent moins de temps à lire, apprennent plus... et ont encore de l'énergie pour venir sur mon site, par exemple ! Avouez que c'est plutôt utile.

Futur du spot du rire : quelques changements, de grands projets

Concrètement, le futur verra moins de contenus sur Le spot du rire. L'idée est de conserver la qualité des publications. On va juste alléger le calendrier éditorial. Pour autant, voici les projets qui verront peut-être le jour.

Un podcast ? J'ai l'idée, si ça vous chauffe, on y va !

Rémi Boyes m'a gentiment suggéré de lancer un podcast. J'ai réfléchi, et j'ai trouvé cette idée. J'invite un ou une humoriste pour lui parler d'une thématique. Pour rendre cela original, la thématique est une névrose ou une limitation que j'ai et que j'aimerais soigner. Je me suis aperçue que je parle beaucoup de ce genre de choses. Pour être honnête, c'est sûrement les sujets où j'ai le plus de créativité en moi. Voici un échantillon non contractuel, j'ai une liste bien plus conséquente en stock. Cela s'appellerait sûrement Faut-il s'inquiéter ? et l'humoriste viendrait trouver des choses rigolotes là-dedans. A chaque fois, je choisis un humoriste lié de près ou de loin au sujet.
Sujet Artiste
J'ai peur de l'eau Ghislain Blique, ancien pêcheur au large de l'Australie.
Je suis hypocondriaque, j'ai la peur du dentiste Seb Mellia, refuse actuellement qu'on lui arrache une dent.
J'ai peur des enfants en bas-âge Alexandra Pizzagali, humoriste leader sur le discours autour des femmes enceintes.
J'ai la phobie des bouilloires et je n'ai jamais mangé d'huîtres (liste non exhaustive autour des fruits de mer et de l'électrocution) Jean-Philippe de Tinguy, qui a déclaré avoir la phobie des arêtes une fois malgré une passion pour les huîtres.

Un festival d'humour international ? A vous de choisir !

Depuis le début du site, je suis allée voir des festivals d'humour. Je ne suis pas partie bien loin, hormis en Ecosse pour le Fringe. Là encore, voici une liste de festivals. En fonction du lieu, cela pourra peut-être prendre plus de temps. Le budget n'est pas le même pour l'Australie que pour l'Angleterre, on est d'accord.
  1. Décembre : Montreux, Suisse
  2. Février : Leicester, Angleterre - juste avant le Brexit, ça pourrait être la bonne idée
  3. Mars : Melbourne, Australie - j'en profiterai pour aller au Grand Prix de Formule 1, histoire d'amortir la chute du compte en banque avec des frais en plus
  4. Mai : Kilkenny, Irlande
  5. Juillet : Montréal, Canada
Si vous avez des suggestions, vous pouvez les préciser en commentaire. J'ai vu quelque chose à Brooklyn en septembre, mais c'est trop court pour cette année. Après tout, j'irai là-bas pour que vous fassiez les meilleurs choix de périples humoristiques ! [post_title] => Le futur du spot du rire [Message personnel] [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => futur-blog-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:59 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:59 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4589 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 4503 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-21 16:44:48 [post_date_gmt] => 2018-07-21 14:44:48 [post_content] => Dans le catalogue Netflix, un spectacle stand-up détonne : Nanette d’Hannah Gadsby. Ce special révolutionnerait le stand-up autour d’un événement : arrêter la comédie, trop dépendante à l’autodérision et propice à l’autodestruction. Heureusement, le spectacle est moins pompeux que les commentateurs l'ont suggéré ces dernières semaines.

Nanette : un spectacle pour le public France Inter ?

Autant le dire tout net : je ne pouvais plus entendre parler de ce spectacle. Comme tout le monde en parle, je trouve ça louche. Je me disais : « Encore un spectacle progressiste autour des droits des LGBT+, va-t-on se farcir une énième conférence-leçon de vie ? ». L'absence de légèreté ne m’emballait pas plus que ça. Je me disais que c’était réservé à l’humour France Inter ou à des féministes informées. En commençant le spectacle, je sentais que cette opinion prenait de la force. Je ne ris pas les dix premières minutes, puis j’esquisse un sourire. Puis deux. Puis j’écoute vraiment. Le passage dont tout le monde parle sur l’arrêt de la comédie arrive au bout de dix-huit minutes. Je me demande donc ce qu’elle va bien pouvoir nous dire par la suite. L’intensité dramatique grimpe un peu.

Hannah Gadsby : taille patron

Hannah Gadsby est une excellente oratrice, sa prestation est millimétrée. Je décroche un peu sur la partie autour de Vincent van Gogh et l’histoire de l’art. Je m’étonne de la voir s’exclure du monde intellectuel de ce milieu, parce qu’elle semble intégrer la frange culturelle de la comédie. En réalité, elle met en lumière le caractère cancre de la comédie vis-à-vis d'autres formes artistiques. On ne sait pas vraiment si elle adhère à cela ou si elle le déplore. Les commentateurs disent souvent qu’il y a une première partie consacrée aux blagues et une seconde partie sans aucune blague. En réalité, les blagues reviennent toujours au bon moment, quand l’intensité dramatique atteint un niveau peu supportable. Hannah Gadsby nous tient en haleine avant de nous prendre aux tripes sur son final.

Rire de la douleur

Autre idée forte de ce spectacle : la comédie se concentre trop sur l’autodérision, ce qui est destructeur. Je vois honnêtement l’autodérision comme une thérapie, une marque d’humilité pour s’éloigner de choses moins supportables. En réalité, Gadsby le voit comme une « humiliation » et refuse de s’infliger davantage d’autodérision. La cause : des souffrances ancrées depuis le plus jeune âge et qui nourrissent sa résilience. La résilience, c’est un mot un peu obscur. En somme, il s’agit de trouver la force de surpasser les traumatismes passés pour se reconstruire. Je grossis le trait, les psychologues et magazines lifestyle ont sans doute une explication plus poussée. Sans trop en dévoiler, je me suis sentie aussi mal qu’au terme du spectacle de Blanche Gardin, enregistré à l’Européen et diffusé sur Canal+. Ce spectacle stand-up n’a pas vocation à révolutionner la comédie. Il n’y aura pas un avant et un après Nanette. La hype autour du spectacle n’a à mon sens pas lieu d’être avec les termes avancés par les médias. La vraie force de Nanette, c’est surtout la puissance dégagée par les mots de l’artiste. Cela vous scotche littéralement, vous prend aux tripes et ne vous laisse pas indemne.

Un spectacle à voir, à digérer

En réalité, ce spectacle est un cri du cœur, une manière extrêmement honnête de faire du stand-up qui sied parfaitement à l’artiste. Ce n’est pas un spectacle que je pourrais voir dans une salle, comme celui de Blanche Gardin, d’ailleurs. Quand l’artiste sur scène aborde des sujets si durs et si sensibles, cela vous met face à votre propre histoire. Dans mon cas, vu mon vécu, cela a un côté bad trip. C’est au-dessus de mes forces, mais c’est important de voir ces spectacles. Disons qu’il faut encaisser le choc une bonne dizaine de minutes. Toujours est-il que je suis contente d’avoir passé outre mon a priori initial. C’est un peu comme une pièce incontournable ou un film dont tout le monde parle. Sauf que pour une fois, cela vaut vraiment le coup de se faire une idée.

Crédits photo

© Netflix - Capture d'écran du spectacle [post_title] => Nanette : j’ai vu le spectacle d’Hannah Gadsby [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nanette-spectacle-hannah-gadsby [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:49:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:49:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4503 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 4490 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-20 14:42:42 [post_date_gmt] => 2018-07-20 12:42:42 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]La France a un incroyable talent prépare actuellement le casting de sa prochaine saison. Le mois dernier, au Sonart, des stand-uppers pouvaient intégrer la compétition lors d’une soirée de sélection. Or, on se dirige peut-être vers une déception.

Les artistes stand-up puristes n’iront pas à Incroyable talent, mais le doivent-ils ?

Ce qui réunit les gens qui font du stand-up, c’est souvent d’être en phase avec soi-même. La pureté du genre stand-up vient de la liberté et de l’indépendance qu’il offre. Par conséquent, un télé crochet correspond à l’antithèse du stand-up underground. Si Incroyable talent était diffusé sur une radio pirate, il deviendrait attrayant. Or, si l’on considère que le stand-up le plus pur est la meilleure forme de comédie, la télévision pourrait-elle le révéler ? Pourquoi devons-nous subir un stand-up à deux vitesses, avec des personnes connues qui ne sont pas drôles ou plagient pour exister ? Pourquoi faut-il réserver le talent aux comedy clubs ? Surtout, ce programme a-t-il un intérêt ? Les artistes y trouvent une nouvelle audience. Sans trop d’effort médiatique, l’artiste se laisse découvrir des curieux dans son milieu naturel/habituel. Bien sûr, la méfiance est de mise. On imagine que les directeurs des programmes influencés par Patrick Le Lay (TF1, temps de cerveau disponible…) pensent à la crédulité des spectateurs-consommateurs plus qu’à l’intérêt général. Pour mieux comprendre, revenons sur deux cas : Laura Laune et Monsieur Fraize.

Laura Laune : les dés sont-ils pipés ?

Vous le savez peut-être, l’humoriste Laura Laune a remporté la compétition. Ce tremplin l’amène aujourd’hui à cartonner sur scène. Or, il y a eu des suspicions : sa victoire est-elle légitime ? Être proche de certains décideurs (Éric Antoine, membre du jury…) l’aurait ainsi aidé. Des compatriotes belges balancent carrément sur des radios libres que la compétition était pipée. Laura Laune a subi des critiques et polémiques hors contexte. France 2 a ainsi choisi un extrait de son spectacle avec une blague sur les juifs et 39-45… Tout sauf neutre ! Et pourtant, elle a toujours tracé son chemin, ignoré les commentaires non-éclairés de Gilles-William Goldnadel sur RMC à raison. Au final, le public a su faire la différence. Et d’ailleurs, j’ai déjà rencontré cet avocat qui s’amuse à créer des débats, c’est son fond de commerce médiatique. Dans l’humour, il faut savoir que Yassine Belattar a même porté plainte suite à ses propos. Ambiance.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/LXPkMNO6GvQ?t=26m51s"][vc_column_text]

Monsieur Fraize : mise en scène du lynchage artistique ?

Tout est écrit à l’avance, donc ? Si l’on revient en arrière, souvenons-nous d’ONDAR. L’émission de Laurent Ruquier donnait du temps à de jeunes comiques. Ce tremplin a révélé des talents, a soulevé des arnaques et malmené des marginaux. Monsieur Fraize a ainsi subi une mise en scène ridicule. Dès le début, on savait comment Monsieur Fraize fait rire. Par des silences. Il a donc contourné les thèmes imposés. La chaîne l’a adoré, puis elle a décidé que c’était un « je-m’en-foutiste » car il ne suivait pas les règles du jeu. Or, il suivait vraiment les règles, les siennes. Son absence de compromis sublimait son génie artistique, trop souvent incompris. Aujourd’hui, les bonnes personnes lui déroulent le tapis rouge et il cartonne au cinéma. Pour la télévision, il y aurait donc deux manières de percer : connaître les bonnes personnes ou répondre aux codes des études marketing, ceux qui dopent l’audimat malmené par les nouveaux médias. Traduction : être formaté. Qui dit formatage dit manque de variété, puis désintérêt à long-terme. Autrement dit, la télé navigue à vue, selon un rythme effréné qui lui fait manquer l’essentiel.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=QX_PCWr4wBc"][vc_column_text]

Moralité

Dans les deux cas, les deux artistes sont talentueux. La télévision les a exposés pour le meilleur et pour le pire. Ce n’est donc qu’un média à optimiser, à mépriser quand il faut, à adopter quand ça sert au public. L’exercice est périlleux, difficile mais il peut rapporter gros. Quoi qu’il advienne, on espère que le public fera la différence entre des gens qui font des chansons sur des barbecues et les autres.

Crédits photo

Laura Laune - La France a un incroyable talent © FremantleMedia / M6 - Capture d'écran vidéo Facebook[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Incroyable talent + stand-up : mariage parfait ou désamour franc ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-incroyable-talent-artistes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:01 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4490 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4480 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-14 11:46:09 [post_date_gmt] => 2018-07-14 09:46:09 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Paiements inexistants, montages vidéo arrangeants, rampes de lancement truquées ou encore entourages d'artistes peu bienveillants... L'humour est un milieu fascinant, mais qui va parfois dans le mur.

Non-rémunération des artistes : des blagues à deux vitesses

On sait que les humoristes qui débutent vont souvent jouer sans être rémunérés. Ce que l'on sait moins, c'est que cette situation perdure des années après avoir commencé. Quelques plateaux d'humour ne sont pas du tout rémunérés (Le Trempoint, antichambre du Point Virgule) ou à moitié (Le Jardin S'enjaille, qui rémunère uniquement ses têtes d'affiche). Dans les deux cas, on fait une faveur à de jeunes artistes à l'essai en échange d'un lieu normalement inaccessible. Pour moi, cela ne pose pas de problème si la situation est connue d'avance et n'est pas récurrente. Or, Le Trempoint fait cela de manière récurrente. Ils devraient faire comme les plateaux qui ont lieu dans les théâtres : proposer un chapeau qui rémunère les artistes et expliquer que le billet d'entrée sert à la location du théâtre. Mais il y a pire. Récemment, Seb Mellia a diffusé un message où on lui proposait de jouer sans un kopeck. Il indique d'ailleurs que la situation n'est pas rare. La mairie de Paris est décidément une mauvaise élève : épinglée par la Cour des comptes pour trop dépenser en son sein, elle n'aurait aucun scrupule à utiliser des artistes pour faire rire la plèbe. Ce serait bête que l'ensemble finisse en grève, comme dans I'm dying up here...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=obcSkkxbZwc"][vc_column_text]

Marrakech du rire 2018 : vraiment drôle ?

Cette année, les audiences du Marrakech du rire sont en baisse. Des internautes s'interrogent : et si c'était la même chose dans le public ? En post-production, on fait des miracles, alors pourquoi pas remplir une salle en dédoublant les spectateurs ? La raison invoquée, c'est qu'il y avait beaucoup de mouvement dans le public (pauses pipi, on imagine). Pour éviter de distraire l’œil du spectateur, ils ont eu l'idée de ces petits arrangements. Honnêtement, je n'ai même pas envie de commenter cela. Tout ce que je sais, c'est qu'en entendant le nom de quelques artistes, j'ai été déçue une fois de plus. Apparemment, Malik Bentalha a retourné la salle. J'ai écouté son extrait du frigo, et je n'ai pas compris où c'était drôle. De la harissa dans le frigo, vraiment, je me tords de rire. Sauf que la salle était vraiment hilare. Soit les ingénieurs du son étaient phénoménaux, soit on nous sert toujours le même ramassis de pseudo-artistes pour ne pas faire de l'ombre aux anciens, et le public ne sait pas déceler la qualité. S'ils plagient, c'est encore mieux. Je vous laisse méditer là-dessus et sur la présence de cet artiste (sic !) à l'Olympia.

Entourage d'artistes : de héros à zéro

Depuis que j'ai créé le spot du rire, j'ai entendu mille histoires sur les professionnels du spectacle vivant. Bien sûr, ils sont nombreux à faire leur travail correctement et à traiter les artistes avec respect et bienveillance. Mais il y a les autres, aussi. Il y a les gens qui se prennent pour des coachs de vie et qui censurent les jeunes artistes (coucou Kandidator). On trouve aussi des managers qui adulent leur poulain et, dès qu'un nuage vient assombrir le tableau, ne veulent plus leur parler. Il est grand temps de parler d'appartenance. Quand quelqu'un détecte un jeune talent, je m'attends à ce qu'il l'aide à s'émanciper. Il peut exprimer un avis artistique, mais il faut vraiment être sacrément bon pour le censurer. Or, la relation entre un détecteur de talents et un artiste prend souvent un tournant émotionnel. Le détecteur ressent une sorte de coup de cœur ou de coup de foudre pour son poulain. La période lune de miel est formidable : il va l'encenser pendant quelques mois. Si vous avez fait latin, vous savez peut-être que dans l'étymologie du mot passion, on trouve l'idée de la souffrance. La souffrance vient donc après, avec l'embrouille et la rancœur. L'artiste s'éloigne, le détecteur de talents bougonne sans raison.

En résumé

Je ne peux pas m'exprimer pleinement sur le sujet car je ne suis pas manager d'artistes. Je connais juste la manière dont mon relationnel avec les différents artistes du spot du rire a fluctué. J'ai vu mon ego se formaliser sur des détails aberrants. Untel ne me parle pas assez, hop, je vais avoir envie de l'aimer moins, de ne plus le voir de la même façon. C'est complètement stupide, et le problème ne vient pas de l'artiste. J'ai même failli me brouiller avec Nadim pour plusieurs raisons. Toutes stupides, car elles attaquaient des choses que je ne voulais pas affronter. Comme c'était stupide, j'ai laissé couler et je suis sortie plus lucide. Un artiste est un talent qui arrive à exprimer ce que nous autres ne savons pas faire. Il va savoir mettre en lumière des choses qui vont vous débloquer. Cela peut aller du simple rire à une véritable thérapie. Forcément, cela crée des liens forts et plus on baigne dans le spectacle vivant, plus il sera difficile de prendre du recul sur ce type de lien bizarre. Si des managers, producteurs ou gérants de théâtre me lisent, j'espère qu'ils pourront réfléchir à leur rapport aux artistes et qu'ils les laisseront s'exprimer. Ils doivent uniquement être des facilitateurs. A aucun moment ils ne doivent préférer un artiste parce qu'il a picolé après le spectacle avec lui. Parce que le public, lui, n'a pas picolé avec l'artiste et se base simplement sur son art, pas les amis qu'il a ou des aspects plus politiques ou commerciaux.

Entre idéalisme et espoir

Aucun milieu n'est parfait, mais j'ai parfois le sentiment qu'on passe à côté de certains artistes parce qu'ils ne jouent pas le jeu de suce-boules des bonnes personnes. On adore parler d'irrévérence, mais sait-on au moins apprivoiser l'indépendance des gens qui montent sur scène ? S'ils voient le monde différemment, autant leur offrir une ascension différenciante. Ceux qui voudront faire des Vendredi, tout est permis pourront continuer, d'autres useront de modes d'expression plus en accord avec leur sensibilité. Monsieur Fraize est de ceux-là, et je suis contente d'avoir pu aider le journaliste qui a rédigé cet article. Je le remercie d'ailleurs d'avoir eu l'humilité de dire qu'il avait besoin de plus d'informations que ses premières recherches. On aurait pu avoir un papier insipide, issu de reformulations de l'AFP et d'autres sources. Par conséquent, il y a encore une conscience professionnelle dans les médias culturels au service des talents. C'est tout ce qu'on leur demande.

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => respect-artistes-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4480 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 4390 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-09 11:58:53 [post_date_gmt] => 2018-06-09 09:58:53 [post_content] =>

L'actualité de l'humour est riche : entre les plagiats de Malik Bentalha, le discours d'Elie Semoun et diverses discussions avec les acteurs du secteur, parlons des choses qui fâchent. C'est dur pour moi, je n'aime pas le conflit, mais il faut parfois rentrer dans le lard.

Elie Semoun dans Un café au lot7 : droit de réponse

Ce matin, j'ai découvert avec un peu de déception le nom de l'invité d'Un café au lot7. Je n'ai rien contre Elie Semoun : comme tout le monde, j'ai ri aux petites annonces, c'est la trace d'une époque. Je ne suis pas son public actuel, mais il a le mérite de continuer à l'entretenir. Malgré cette déception, j'ai accueilli ce podcast avec beaucoup de curiosité.

Elie Semoun et le stand-up : copains comme cochons

Elie Semoun, c'est une voix qui compte dans l'humour. Un rapide sondage parmi mes connaissances hors humour me confirme que beaucoup le trouvent ringard. Même si l’on peut partager ce constat, je trouve qu'il ne lui rend pas justice. On n'est simplement pas le public cible et puis on se focalise sur certains pans plus médiatisés. Elie Semoun, c'est celui qui s'est écouté pour tenter un album musical. Arthur, qui aime bien se foutre de la gueule de ses amis-invités, avait raillé l’initiative. Il est vraiment dommage que le divertissement tombe aussi bas… Et je suis persuadée qu'il trouvait ça pas si mal, en vérité.

Mais Elie Semoun s'est aussi distingué en critiquant le stand-up récemment. Dans le podcast, l'animateur Louis Dubourg a eu le courage de revenir dessus. En adaptant son discours, il parvient habilement à mettre en confiance son invité et les langues se délient. Dans l’épisode, on a un excellent exemple : Louis démonte son propre argumentaire sur son amour du stand-up. Il dit en effet trouver agaçant qu'on adoube le stand-up comme un art avec un humoriste et un micro et c'est tout, alors qu'il vantait cet art avec ces mêmes mots 10 épisodes plus tôt environ ! C'est fin, ça prouve qu'il s'interroge, qu'il évolue et qu'il amène l'autre à le faire.

Stand-up : erreur de diagnostic

Il y a quelques mois, Elie Semoun a en effet exprimé sa fatigue autour du stand-up (à partir d'une minute trente) sur la chaîne Non stop people. Dans le podcast, il dit regretter ses propos... avant de les réitérer dix minutes plus tard avec Ikéa. Or, Elie Semoun parle du stand-up comme on dénigrerait le poulet. Le poulet, c'est bon, mais le poulet de batterie, moins cool. Lui fait l'amalgame entre le bon grain et l'ivraie.

En matière de récidive, Elie Semoun n'en est pas à son coup d'essai. Au Figaro, en 2012, il disait exactement la même chose sur le stand-up. C'est en réalité un positionnement marketing, qui me fait également rire quand je me souviens d'une anecdote de Seb Mellia. Un soir, au Point Virgule, Gad Elmaleh et Elie Semoun sont venus lui faire une surprise. Lors d'un plateau d'humour en dernière partie de soirée, devant une dizaine de personnes, Gad Elmaleh commençait sa nouvelle croisade dans les plateaux d'humour. Et Elie Semoun, dans les coulisses, n'avait pas osé le faire. C'était dans l'émission Antek on R', et je vous ai retrouvé l'extrait !

Gad Elmaleh et Elie Semoun incognito au Point Virgule : le récit de Seb Mellia

Alors, j'accueillerai avec plaisir cette volonté qu'il semble afficher aujourd'hui de se jeter dans l'arène du One More Joke. Ils écoutent les podcasts, ils connaîtront les anecdotes. Je suis partagée parce que j'admire la manière dont Elie Semoun assume ses opinions. Une opinion reste une opinion, il n'y a pas mort d'homme. Au contraire : ça me fait avancer dans ma réflexion et je le remercie d'assumer, de s'interroger. En effet, son discours n'est pas limpide parce que son opinion n'est pas stabilisée, il peine à formuler sa pensée... mais je vais l'aider. J'ai compris un truc, vous allez voir. J'espère ne pas me tromper d'interprétation, je vous laisse juge.

Mieux sélectionner les stand-uppers à mettre en avant pour faire oublier les critiques d’Elie Semoun

Plus on livre son opinion, plus on s'expose. Je le vois quand j'écris : parfois, je me relis, et je me désolidarise. Par exemple, je vous avoue être de mauvaise foi sur le sujet des têtes d'affiches. Ma ligne éditoriale est de parler des découvertes. J'ai parfois peu de mots pour des humoristes que j'aime bien mais qui n'ont à mon sens pas besoin de promotion. Syndrome de David contre Goliath, sans doute.

Elie Semoun vs. les autres observateurs : visions complémentaires

Donc, la vision d'Elie Semoun et celle des gens comme moi peuvent être complémentaires. Le problème, c'est la sélection. Là où j'ai été déçue, c'est lorsque Louis Dubourg demande qui Elie Semoun aime dans la nouvelle scène. Il a sorti des noms tellement conventionnels : Blanche Gardin, Kyan Khojandi... En gros, le gars semble avoir jugé la scène stand-up à la va-vite. Il ne saurait peut-être pas nommer plus de dix stand-uppers. Cela remet en perspective son analyse et cela prouve qu'on peut l'enrichir en dialoguant. Ça va même jusqu'à dire, en riant, que Kheiron est un connard. On a vu plus respectueux, même si l'on se doute qu'il disait ça sur le ton de la blague. Je suis partagée, c'est une relation entre Kheiron et Elie Semoun, ça ne nous regarde pas. Qu'ils règlent ça entre eux s'il y a problème.

Alors, Elie Semoun, viens vraiment voir les scènes ouvertes ou demande un peu l'avis de ceux qui le font. Cela t'évitera de généraliser sur un genre d'humour et tu sauras ce qu'il se passe vraiment ! Même si, comme tout effet de mode, on sait qu'on ne peut empêcher les détracteurs qui s'en servent aussi de s'exprimer dessus...

Malik Bentalha épinglé par CopyComic : les réactions tardent ?

CopyComic vient de sortir une nouvelle vidéo assez édifiante. Ce matin, j'ai pris le métro et j'ai vu la tête de Malik Bentalha à l'affiche d'un film avec Kad Merad, il me semble. En sortant, il y a toujours l'affiche de Taxi 5, film dans lequel j'avais d'ailleurs dit qu'il m'avait émue. Bref, il est partout et ne semble pas inquiété. Ma réaction immédiate était de me dire qu'on avait affaire à un comédien hors-pair. Il avait sûrement utilisé la scène comme tremplin pour le cinéma. Une réaction atrophiée, parce qu'au fond, je m'en fiche de ce gars, il ne me fait pas spécifiquement rire et s'il s'arrêtait de monter sur scène ou sa carrière dans la comédie, cela ne me ferait rien.

Je ne vais pas ajouter à la polémique, mais je vais juste évoquer une anecdote qui m'a saisie. Après la sortie de la vidéo, le Point Virgule a partagé l'extrait de 50 Minutes Inside où l'on voyait Antoinette Colin et Malik Bentalha se retrouver.

Le reportage vantait les mérites du Point Virgule à détecter les talents, et c'est vrai pour la plupart. Mais là, les gars, le timing était mauvais ! En plus, Malik Bentalha a pris beaucoup de texte du répertoire de Mustapha El Atrassi, qui a également les faveurs du théâtre. Est-on dans une schizophrénie mal assumée ? J'ai trouvé cela très bizarre, j'imagine que cela doit être assez gênant, à tel point que tout continue comme si de rien n'était.

Changer les choses

Je trouve, cela dit, que la chronologie des événements est très intéressante et nous prouve que les gens qui choisissent les talents font parfois n'importe quoi. À ce stade, je commençais à nourrir l’envie d’une reconversion professionnelle. JJe me suis dit : faisons comme Zinédine Zidane. Oui, carrément. Zidane m'avait marquée (ça fera plaisir à Louis Dubourg) lorsqu'il a abordé sa reconversion en entraîneur. Il a dit, en substance, qu'il ne ferait pas comme Didier Deschamps ou Laurent Blanc : il ne se sentait pas légitime sans formation. Et on a vu le résultat positif. Bref, j'ai postulé à une formation pour me frotter à la promotion et au conseil artistique.

Pour la faire courte, j'ai fait la bonne élève. Mais cette semaine (la chronologie, décidément), j'ai reçu un mail automatique avec le verdict suivant :

Votre candidature a été refusée pour le motif : cursus antérieur inadapté et projet professionnel ou recherche inadapté.

Ça tombe bien, je n'avais pas encore mûri mon projet et oser franchir le pas.

Rebondir

Merci, au revoir, pas gros bisous. Il serait aisé de se dire qu'on ne veut pas d'un renouveau, d'une vision extérieure. Ce serait tellement simple de se lamenter et de chier sur une institution comme la Sorbonne, pédante au possible et incrédule face aux changements de la société. Mais il faut aussi accepter d'essuyer des refus. L'idée de bifurquer d'un milieu à un autre ne donne sans doute pas vraiment confiance à une institution poussiéreuse. Un autodidacte s'ennuie vite et aura à cœur de critiquer l'ordre établi — déso comme disent les jeunes. Après, l'échec me donne envie de continuer à bouger la fourmilière, si tant est qu'on parle comme cela au siècle de Jul.

Le mot de la fin

À ce stade, je dois vous confesser que j'ai une liste des sujets dont j'ai envie de parler, à savoir :

  1. Humour féminin : quelques mythes, de la discrimination ressentie et de vrais talents
  2. L'entre-soi entre humoristes : petit guide pour sortir des deux-trois bandes majoritaires et éviter les gens qui dénigrent les camarades parce qu'ils sont instables psychologiquement
  3. Ça va cinq minutes : pourquoi un spectateur qui traîne au 33 Comedy et au One More Joke par intérêt me dit que je dois avoir couché avec Paul Dechavanne pour être capable de sortir une anecdote sur lui (sic !)

Sujets à venir

Bon, pour la troisième, cela ne fera pas l'objet d'un article. Je voulais juste poser ça là, parce que ça m'a à la fois choquée de voir un inconnu me parler avec un tel sens du respect, et à la fois fait beaucoup rire.

Les deux autres sujets me passionnent parce que le but est de rendre perfectible le monde du stand-up. Il est déjà très agréable et c'est un plaisir de passer autant de temps à le valoriser. Je trouve intéressant d'exprimer la progression de mon point de vue sur l'humour féminin, parce que certaines femmes humoristes m'ont littéralement conquise, tandis que d'autres (une minorité !) jouent sur la moralisation du public et confondent militantisme acharné et humour. J'insiste sur le terme acharné, parce que l'humour engagé est très intéressant, et celles qui y parviennent le font avec brio.

Concernant l'entre-soi, j'ai envie de vous en parler en bien comme en mal, en expliquant que c'est juste une dynamique de groupe sociaux. Il suffit de regarder le film Problemos pour voir qu'on reproduit certains schémas pervers avec de bonnes intentions… Et aussi parler de l'ego de ceux qui se sentent rejetés, alors que pas du tout… Affaire à suivre !

[post_title] => Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => elie-semoun-malik-bentalha-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4390 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 4356 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 13:35:03 [post_date_gmt] => 2018-05-27 11:35:03 [post_content] => Cette semaine, Le spot du rire était en mode stand-up underground ! J'en ai profité pour revenir aux sources avec les meilleurs comedy clubs de la capitale... et mon petit écran.

Lundi : Paname Comedy Club et retour sur scène

Si vous êtes habitués du stand-up, vous connaissez bien les plateaux Paname Comedy Club. Au Paname Art Café, ils réunissent le meilleur du stand-up sélectionné par le lieu. Pour rappel si vous nous avez lu cette semaine, nous y avons retrouvé un rire emblématique du public parisien. Lundi, j'ai aussi reçu un message de Betty Durieux. Notre résidente humour tient deux plateaux, dont Le jardin s'enjaille. Pour resituer, les artistes se passent le mot pour jouer là-bas. Certains estiment que c'est la meilleure scène de Paris. Le spot du rire l'a hissée parmi les scènes incontournables dès sa première, c'est dire. La recette du succès ? Une scène hyper qualitative pour les humoristes et le public. Des lumières qui mettent en valeur pendant le passage et produisent de belles photos. On est super bien accueillis et assis. Dans le milieu, c'est un coup de maître. Dans ce contexte, j'ai le privilège de vous annoncer mon retour sur scène. Betty m'a demandé, je n'ai même pas réfléchi. J'avais envie de dire oui sur le moment, et depuis je le vis bien. Ça sent le bide, mais visiblement cela n'a pas l'air de me faire peur. Pour ceux qui m'ont vue au 33 Comedy, je vais adapter un peu le passage avec une autre fin et deux-trois changements. Ce sera donc le 18 juin à 20 heures et vous pouvez pré-réserver ! Un gros merci à Betty pour l'invitation, j'ai beaucoup de chance par rapport à d'autres qui débutent et qui doivent faire leur trou dans la douleur.

Mardi : 2 ans du 33 Comedy

Cette soirée, je l'attendais. Je vous avais parlé du gâteau, et diable qu'il était bon. Au niveau de la soirée, les humoristes présents ont assuré le show. C'était l'occasion pour moi de mieux découvrir Pierre Thevenoux. Je veux dire, je connais bien ses passages mais cette semaine, il était un peu partout. Celui qu'on appelle le poto d'Alban Ivanov, tel qu'esquissé dans Sympa la vie, est vraiment un mec cool. Ça fait toujours plaisir de découvrir humainement les humoristes. On peut s'en faire une idée en voyant un passage, mais je trouve que discuter avec eux permet de trier parmi les mecs bien des... moins bien. J'ai aussi revu Harlem Dallas, une fille qui est montée à l'improviste au 33 Comedy. Elle portait un T-shirt Bordel Comédie Club (le plateau québécois). Au fil des interactions, elle révèle être comédienne et Antek lui propose de monter sur scène.
Ni une, ni deux, elle s'exécute. Elle venait d'écrire le texte mais ne l'avait pas appris. Elle a réalisé une belle prouesse. Je peux vous dire que j'ai passé deux semaines intensives à apprendre mon texte et que j'ai raté des trucs. Bravo à elle ! D'ailleurs, elle a réalisé sa première scène plus conventionnelle au Sept comedy, un plateau dans un bar à chicha. Il faut savoir que les chichas, c'est compliqué. Il faut que je lui demande comment ça s'est passé ce jeudi... Mais cette fille a déjà un enthousiasme débordant, je ne me fais aucun souci pour elle.

Mercredi : Parlez-vous stand-up ?

Autre ambiance, le mercredi : rendez-vous au Théâtre du Rond-Point. L'endroit est tellement décalé par rapport aux scènes stand-up underground. Déjà, le théâtre jouxte le Grand Palais et de nombreux autres monuments parisiens. On n'est pas loin des bateaux mouches et du Private Joke, le plateau avec vue sur la Tour Eiffel. J'ai mis je ne sais combien de temps à trouver un lieu où boire un verre avant le spectacle sans avoir l'impression d'être une pièce rapportée du tiers-monde. Bon, j'exagère un peu, mais j'étais un peu mal à l'aise dans le 8e arrondissement de Paris. Après, je me suis rendue compte que j'aurais pu boire ce verre dans le théâtre. Or, tant qu'on n'entre pas dans un lieu, on n'est pas encore à l'aise. Avant de juger, sachez que je n'étais pas toute seule. Dans le public, il y avait un couple qui était arrivé tôt comme moi. La fille a imprimé les billets chez elle depuis le site du théâtre, et son copain s'inquiétait : fallait-il échanger la contremarque ? Telle Superman au féminin, je suis arrivée avec ma cape et je leur ai dit de ne pas s'en faire. Avec un code-barre, c'est bon. Sans code-barre et avec Billetréduc, il aurait fallu faire ça. Toujours avant le spectacle, un sosie de Jean Rochefort lit le flyer sur le spectacle : jamais il n'aurait mis les pieds dans un plateau.

Une ambiance stand-up millimétrée

Une fois dans la salle, je me réjouis. La visibilité est excellente. En plus, comme j'ai une invitation, je ne sais pas trop où l'on m'a placée. Je ne sais pas si c'est lié à mon arrivée anticipée, mais je suis au quatrième rang, pile au milieu et en face du micro. Les lumières sont braquées sur le tabouret et le micro. Ambiance stand-up à l'américaine.
Chaque prestation des humoristes était de qualité. Ils ont tous été bons et professionnels dans leur passage. J'ai redécouvert Fadily Camara, qui progresse toujours plus. Les thèmes qu'elle aborde ne sont pas toujours ma tasse de thé, mais elle le fait avec beaucoup de talent. Sa présence scénique fait la différence. Encore une fois, c'est une affaire de goût puisqu'elle fait preuve d'une belle originalité et d'une énergie indéniable. Elle m'a impressionnée sur des sujets comme l'esclavage. Il est facile de tomber dans du pathos ou du militantisme artistique pour public parisien. Non : Fadily Camara joue la carte de l'étonnement et de la candeur pour amener les sujets avec beaucoup d'intelligence. Vous pouvez vous aussi en profiter : elle joue toujours au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15... Allez, je balance quand même ma vanne mauvais esprit. Le nom du festival, Parlez-vous stand-up, est un copier-coller du nom d'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La ressemblance s'arrête là puisque les 4 soirées de Kader Aoun sont plus underground que celles de Jean-Marc Dumontet. On aurait pu regretter de voir les mêmes têtes... mais sur quatre jours, le grand public en aura fait, des découvertes. Je laisse cette critique à la soirée stand-up à l'Européen début juin. Ça va être très bien, mais ce sera sans moi. J'ai déjà vu tout le monde, sauf Gad Elmaleh mais je le loupe à chaque fois, c'est la vie.

Jeudi et vendredi : soirées off, mais pas de déconnexion !

Pour jongler entre un sommeil de qualité, une semaine de travail chargée et des plateaux vécus à 100%, il faut savoir dire stop. Oui, Gad Elmaleh était de sortie et je l'ai encore loupé... tant pis. Oui, le Comedy Street Bastille avait un line-up qui me faisait vraiment envie... Voir Fred Cham sur scène me manque beaucoup. Voilà, c'est dit. Rassurez-vous : j'en ai profité pour rattraper mon retard. Lundi soir, France 4 diffusait le Gala Fary Wiesel au Montreux Comedy Festival. J'avais été déçue de l'édition précédente... mais ils se sont vraiment rattrapés. J'ai même découvert des gens ! Thomas Wiesel m'impressionnant de plus en plus... cela n'est pas étonnant. L'un des moments marquants, c'était lorsque Thomas Wiesel et Fary se sont déguisés en l'autre. On voit qu'on a affaire à des cadors de l'humour et de très bons comédiens et maîtres de cérémonie. Bravo, encore une fois !

Get up stand up : de la scène au documentaire

Mercredi soir, il y avait un reportage sur le monde du stand-up. Canal+ diffusait ainsi Get up stand up, un documentaire centré autour de l'émergence du stand-up du Jamel Comedy Club. J'ai trouvé le début sur le parallèle entre les banlieues qui s'embrasent les nouvelles voix de l'humour ennuyeux. Disons que j'en avais déjà eu marre quand France Inter avait lié les sujets. La thématique n'est pas inintéressante, mais qu'on nous la resserve à toutes les sauces. Déjà qu'on a une ligne éditoriale marquée dès qu'on regarde une émission Canal comme Clique... Encore une fois, j'aime beaucoup l'émission, mais c'est parfois agaçant de voir toujours le même angle journalistique trituré. D'ailleurs, le documentaire fustige le traitement médiatique, qui a exacerbé un phénomène qui dépassait l'idée initiale : faire rire et s'exprimer. Dans l'ensemble, c'est vraiment un document de qualité. On retrouve les conseils de Gad Elmaleh, déjà prodigués dans Un café au lot7. Les commentaires de Roman Frayssinet et les autres m'ont intéressée... Bon, je vous avoue aussi que le plébiscite masturbatoire du stand-up m'a un peu agacée, à la longue. Oui, cet art est sympa, mais cela reste un genre humoristique. On verra s'il est abordé de la même manière dans quelques années.

Samedi : Underground Comedy Club dans un nouveau lieu

Samedi soir, 21h30 : rendez-vous au Théâtre de Dix Heures. Je suis déjà allée à l'Underground Comedy Club au Sentier des halles. Le décor du Théâtre de Dix Heures fait moins plateau d'humour, mais tant d'humoristes ont débuté là-bas, cela fait sens. La salle n'est pas comble. En ce moment, le temps donne envie aux parisiens de déserter les théâtres. Le plateau rencontre toutefois un vrai succès car les gens commencent à arriver par groupes. La formule est identique au théâtre précédent. J'ai trouvé la soirée mieux gérée au niveau du timing et la programmation de qualité. Les interactions étaient moins systématiques que dans mon souvenir, le signe que les deux animateurs de la soirée avaient de nombreuses blagues à tester. Le test s'est d'ailleurs révélé tantôt concluant, tantôt moins concluant. Le tout dans une ambiance très chaleureuse. Bravo à l'Underground Comedy Club, vous avez fait le job. Et comme d'habitude, les photos de Christine Coquilleau immortalisent la soirée avec brio.

Dimanche : séance d'écriture

Nous voilà aujourd'hui, dimanche. Je regarde vite fait la programmation du Paname Art Café. De toute façon, je ne pourrai pas m'y rendre. Aujourd'hui, c'est rideau : vous pensez vraiment que je peux bouger lors du week-end le plus important de l'année en matière de sports mécaniques ? Bon, je divague. En tout cas, je vais en profiter pour vous concocter le plus de contenus possibles. Cette semaine, j'ai eu du mal à vous alimenter en partages sur les réseaux sociaux. On fait de son mieux quand on jongle avec sa vie professionnelle... Je retiens que cette semaine a été extrêmement agréable en matière de stand-up en plateau et dans les médias. Une semaine parfaite, en somme ! Allez, rideau.

Crédits photo

© Underground Comedy Club / Christine Coquilleau [post_title] => L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => actu-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4356 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 18:29:39 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 16:29:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 28 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => f8b4d0032371e86288422a2a1fc09cfe [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

médias

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Bonhomme : affiche du spectacle de Laurent Sciamma

Bonhomme - Au Café de la gare, Laurent Sciamma peine à rassembler

Laurent Sciamma, affiche du spectacle Bonhomme

Laurent Sciamma : itinéraire d’une couverture médiatique

Interview de Thomas Wiesel

Pourquoi vous ne lirez pas d’interview de Thomas Wiesel

2020 : une nouvelle année d’espoir pour les artistes humour et stand-up

2020, année des espoirs humour et stand-up

Doute de l’artiste : un dessinateur travaille à reproduire un visage inachevé

Le doute de l’artiste : chronique à toutes fins utiles

Kyan Khojandi invite soixante artistes à l’Européen

Soixante artistes - Kyan Khojandi joue la montre

Charles Leclerc, star de la F1 : et en humour ?

Il nous faut un Charles Leclerc en humour !

Censure et humour : Laura Laune passée sous silence par France 2

Censure et humour : à qui profite le crime ?

Jury humour : devenir Frankenstein ?

Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Photos volées à New York : photo d'illustration

New York, deux comiques et des photos

Voyage : couverture de festival d'humour sur le blog dans le futur

Le futur du spot du rire [Message personnel]

Hannah Gadsby dans Nanette : un stand-up sur Netflix

Nanette : j’ai vu le spectacle d’Hannah Gadsby

Laura Laune - La France a un incroyable talent

Incroyable talent + stand-up : mariage parfait ou désamour franc ?

Un artiste stand-up sur une scène à Paris

Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour

Elie Semoun et Louis Dubourg parlent de stand-up

Elie Semoun, Malik Bentalha et l'écosystème de l'humour : comment faire mieux ?

Underground Comedy Club : l'actu des plateaux humour

L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène