Publications liées au mot-clé : dossier plateaux

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => dossier-plateaux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 797
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => dossier-plateaux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 797
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => dossier-plateaux
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 797
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => dossier-plateaux
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 797
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 797
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 797
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => dossier-plateaux
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 797
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (797) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (797) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (797)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010864
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-15 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00
                    [post_content] => 

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008793 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-10 18:29:00 [post_date_gmt] => 2020-09-10 16:29:00 [post_content] =>

Lausanne est une ville où la culture, la vraie, prospère. Malheureusement, cela pourrait devenir compliqué de s’y rendre. De fait, la ville rivalise d’ingéniosité pour nous attirer en son sein. Devrons-nous y renoncer, alors que l’envie de revenir nous transcende ? Dans l’attente d’une réponse, je voulais lui adresser une lettre pleine d’espoir pour l’avenir.


Chère ville de Lausanne,

À toi qui me fais de l’œil via tes artistes talentueux et tes œuvres artistiques d’exception, je voulais t’écrire aujourd’hui. Je t’ai visitée si furtivement le printemps dernier. Je te connaissais à peine, tout est allé trop vite. Maintenant, alors que j’ai envie de revenir, les frontières semblent se refermer petit à petit.

Bien sûr, Paris rayonne et grouille de comédiens. Si je n’y étais pas, je serais certainement très frustrée. Mais toi, tu offres peut-être le meilleur endroit pour oublier cette absence d’opulence.

Nouveau Comedy Club à Lausanne, programmation prometteuse au Théâtre Boulimie

À toi qui as transformé ta scène ouverte en comedy club (le Comedy Club 13), je voulais te remercier pour tout ce que tu offres. Ta revue a mis à l’amende Genève, apparemment. Blaise Bersinger, encore lui, est venu redistribuer les cartes. Quelques jeunes humoristes d’ici ont appris à connaître son travail par mon biais, mais j’aurais tant voulu t’en donner plus.

Car j’aimerais me donner toute entière à ton éclectisme et ta force de proposition artistique. Les pièces que tu inventes d’année en année me font de l’œil. Alors en mars 2021, j’aurai 30 ans et je rêve déjà du Théâtre Boulimie. Je rêve de voir la pièce Les gens meurent et son 5 de légende. Tu réunis pour le public Julien Doquin de Saint Preux, Yann Marguet, Blaise Bersinger, Valérie Paccaud et Yacine Nemra. À la vue de ce casting, je suis prise d’un vertige.

Je te l’ai dit, je suis passée en coup de vent la dernière fois, embarrassée de ne pas pouvoir me livrer pleinement à toi. Je n’étais pas prête, je me suis précipitée. On est nombreux à commettre une telle erreur. On ne se renseigne pas assez, on ne prend pas le temps.

« À bientôt de te revoir », Lausanne ?

Alors Lausanne, j’espère te revoir bientôt. Cette fois-ci, je m’y prendrai plus tôt pour ne pas louper le coche au Théâtre Boulimie. J’irai découvrir ce nouveau comedy club, essayant de m’y rendre plutôt deux fois qu’une. Si la sécurité de la RTS ne m’inflige pas une injonction d’éloignement face à mon enthousiasme débordant pour Les bras cassés, peut-être que je ferai un saut.

Or tu sais comment c’est : on n’ose pas trop s’approcher, alors on fait comme si ça ne comptait pas (alors que c’est ce qu’on désire le plus ardemment). Résultat : on a failli louper le tournage de Mauvaise langue… Mais l’un des techniciens de la RTS nous a sauvé la mise, et même de loin, on a apprécié le spectacle. Même si Blaise Bersinger a dû traverser la France entière pour revenir ce soir-là.

Le destin nous a réunis en 2019 malgré les obstacles nombreux qui s’étaient dressés face à nous. J’espère qu’en 2021, on pourra se retrouver. D’ici là, je te souhaite de continuer à remplir le Théâtre Boulimie, d’habituer le public lausannois au plaisir des plateaux d’humour hebdomadaires et de continuer à diffuser du bonheur sur les ondes.

Merci pour tout et à très vite,

Juliette du Spot du rire

Lieux et pièces cités


Théâtre Boulimie - Les gens meurent

La mort, c’est rigolo sauf quand ça nous concerne nous, ou un proche, ou quelqu’un qu’on aime bien, ou une célébrité qu’on admire, ou quand ça touche un proche d’un ami, ou un parent, ou un animal de compagnie, ou un enfant, ou un agneau dans son assiette, ou quand ça survient dans un film, ou quand c’est dans les livres d’histoire, ou quand c’est un accident vachement glauque, ou quand ça concerne un collègue de travail, une personne avec qui on a rendez-vous, un petit hérisson sur la route … mais à part ça, c’est rigolo non ?

Et même si vous n’êtes pas d’accord, vous allez mourir après ce spectacle, peut être même avant. Mais s’il vous plaît pas pendant.

Collaboration artistique : Thiphanie Bovay-Klameth

Quand ? Du 20 juillet au 8 août 2021 (reporté car prévu initialement en mars 2021), les mardis, mercredis et jeudis à 19h, les vendredis et samedis à 20h. Réservez dès maintenant, on est sur un théâtre réputé qui va vite se remplir…


Comedy Club 13

 Le Comedy Club 13 a pour mission de fournir aux humoristes une plateforme de travail et de développement, indépendamment de leur niveau et expérience. D’autre part, nous visons à développer l’humour en Suisse romande et en francophonie de manière plus large.

Trois rendez-vous stand-up

Des soirées rodage les jeudis à 20h, les scènes ouvertes les vendredis à 19h30 et 21h… et les spectacles en showcase les samedis à 20h ! Retrouvez la programmation complète sur le site du Comedy Club 13.

[post_title] => Lettre à Lausanne et à son humour de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lausanne-culture-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-16 16:50:18 [post_modified_gmt] => 2021-02-16 15:50:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008793 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7293 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-05 15:35:14 [post_date_gmt] => 2019-11-05 14:35:14 [post_content] =>

Cette semaine, Le spot du rire vit en immersion dans le stand-up à Nantes pour comprendre ce qui fait le charme des plateaux d’humour là-bas. Est-ce une consommation d’alcool excessive ou la présence d’humoristes ultra-talentueux ? Nous menons l’enquête et vous livrons nos premiers retours dès que possible… Revenez autant que vous le voulez, on a plein de choses qui vont s’ajouter !

Lundi de merde : tout pour le test !

Dimanche Marrant, Bunker Comedy Club, vous connaissez ? À Nantes, il y a un événement comme ça, auquel on ajoute les tests des Premières fois de Yacine Belhousse ou du Laugh Steady Crew. Pour saupoudrer le tout, on ajoute un ingrédient secret que Paris n’a jamais réussi à importer…

Lundi de merde, c’est quoi ? En gros, prenez un petit bar, des habitués bienveillants et une bande de comiques ultra-soudée. Chaque semaine, le public vient suivre les aventures de Kevin Robin et son frein (je suis dégoûtée de rentrer juste pour ça). Maxime Stockner fait une chauffe ultra-conviviale. Les gens l’aiment lui. Genre, pour ce qu’il est.

Il y a aussi Yohan Bertetto, Jihef (je me suis présentée comme J. F. pour me le mettre dans la poche, alors que c’est à lui de me convaincre, allez comprendre). William n’a pas joué mais son côté « humoriste de légende » le précède. Idem pour Antoine Peyron, que nous allons bientôt rencontrer…

Pendant les passages, les autres humoristes interviennent parfois. Le public interrompt aussi, mais reste courtois. Un public discipliné, qui respecte les réservations écrites sur des post-ils en forme de cœur. Oui, c’est vraiment bienveillant jusqu’au bout.

Fashion stand-up

Il y a la tenue de léopard de Maxime Stockner aussi, une humoriste qui m’intrigue déjà beaucoup trop, K-ryne Gomis… Elle arrive avant le show avec une confiance en elle qui détonne. Ça me met en alerte complet. Déstabilisée par un passage en dents de scie, elle dévoile tout d’un coup une fragilité qui me rend complètement marteau de joie de la découvrir.

Parce que oui, une prestation qui n’a pas l’air géniale recèle d’informations clés sur le talent de quelqu’un. Jihef, ça vaut pour toi aussi. Tu es très bon délire, mec. Et on a aussi assisté à la première scène de Clément, un gars qui cache bien son stress et qui a évité le bide, de loin même. Très belle première, continue mec.

Sinon, l’incroyable Antoine Sentenac vient de faire vacciner son chat et raconte ça le soir-même. C’est vraiment une soirée où on est ensemble avec les humoristes. J’ai rarement vu ça, voire jamais. Peut-être que c’est l’effet lune de miel qui parle, mais pour le moment, c’est amusant, Nantes. En plus, les consommations ne sont pas trop chères et l’ambiance des bars est bien plus conviviale qu’à Paris (difficile de faire pire).

Mardi : le football gagne la partie

Ce mardi, deux scènes devaient occuper ma soirée. D’abord, La p’tite scène à l’Atomic’s Café qui donne la part belle aux nouveaux talents. En effet, à Nantes, il y a suffisamment d’humoristes pour distinguer des niveaux.

Le lieu est incroyable, avec beaucoup de cachet. Le MC, Malo, a l’air aussi alternatif qu’un Nadim, un Bobbin ou un Humourman. Ensuite, Jihef devait organiser sa première soirée avec ses invités dans un lieu tout aussi sympa, Ô Temps des Copains.

Or hier, il y avait Benfica-Lyon. À Paris, les jours de match riment souvent avec annulation. Nantes traverse le même genre de désagrément… Par conséquent, on a pu retourner à la base plus tôt et faire comme tout le monde : suivre le match.

On remercie par ailleurs Antoine Peyron pour la balade en voiture. Il a l’air sacrément au taquet, celui-là aussi. Mais on ne l’a pas encore vu jouer, ce qui serait tarder !

On s’en moquait complètement, de ce match… Sauf qu’il y avait un live Twitch des Commentaires Connards ! Si vous avez manqué le stream (dommage !), voici le best-of… D’ailleurs, vous verrez, on y participe en quelque sorte…

Une journée pour rien ? Pas du tout ! Suivre Maxime Stockner arpenter Nantes, c’est le voir saluer des gérants de bar partout, parrainer les futurs talents du rire et prendre un rôle de leader ! Franchement, les Tocards savent faire vachement de trucs. Le mieux, c’est quand il raconte la genèse de la scène nantaise, très riche en histoire. Il nous a asséné plusieurs dizaines de noms à la suite, ça vaudrait peut-être le coup d’en faire un musée !

Mercredi au West Side Comedy Club

Le West Side Comedy Club, c’est de l’humour dans un cadre presque cinématographique. Le lieu ressemble à Pirates des Caraïbes ou un truc du genre (là, c’est le moment où Arezki Chougar aurait bien mieux expliqué !). Les humoristes jouent à fond cette carte avec des jingles de qualité pour annoncer la soirée, comme ça peut se faire au Comedy Store ou… au cinéma !

Le public est habituellement exigeant, mais ce mercredi soir, on me confie très rapidement que les rires sont plus faciles à obtenir que d’habitude. Jérémy Ippet, alias le mec importé de Paris cette semaine, est de nouveau présent et cartonne.

C’est aussi le soir où je découvre William Pilet, dont la notoriété locale se vérifie immédiatement. Antoine Sentenac le remplace au pied levé car il doit assurer la première partie de Nilson au Théâtre 100 Noms, à deux pas du West Side. Sa chauffe est réussie, malgré un vrai stress dû à cette première. Antoine Peyron apporte une assistance en tant que sniper, un Laurent Baffie des plateaux d’humour. Ses interventions sont percutantes, il semble adorer l’exercice. William Pilet reviendra en cours de soirée pour co-animer et assurer son passage.

L’instant Cyril Lignac : ingrédients d’un raté, mais recette réussie

La soirée aurait pu mal tourner : grève des transports inopinée, Tocards à Paris pour un casting, catering improvisé, ardoise du line-up qui se brise sur scène… Au passage, je n’avais jamais entendu le mot « catering » à Paris dans des plateaux, mais peut-être que je ne traîne pas dans les plus chics ? On le saura quand l’organisation du comedy club de Fary acceptera ma demande d’invitation pour la première (ça n’a pas l’air gagné #ghosting).

Ici, on ne se la raconte pas, on fait des vannes. On ne théorise pas sur ce que doit faire le voisin, on fait des vannes. L’ambiance est saine et tout le monde se charrie avec bienveillance.

De fait, au terme de la soirée, le roast est de qualité. Vous savez quelle est mon exigence à ce sujet après la semaine dernière au Laugh Steady Crew, d’ailleurs ! Petite instru qui claque, Maxime Stockner en PLS face à son sens du rythme, bafouillages intempestifs vite remplacés par une vraie envie de produire un show de qualité.

Team chemise à carreaux : un membre du stand-up à Nantes postule

En bref, une belle soirée dans un beau lieu avec des gens drôles. Que demander de plus ? Peut-être parler d’Antoine Peyron. Oui, mec, je sais que tu as peur de moi — comme tous les humoristes émergents, quoi.

Ta chemise à carreaux, qui rappelle Rémi Boyes ou Omar DBB, t’immunisait sans doute. Ton rythme lent et désabusé rappelait lui aussi quelqu’un d’éminent à la capitale, l’ambassadeur Ghislain Blique. Tu étais à l’image de la soirée : agréable à écouter, avec des blagues qui emportaient l’adhésion et d’autres qui mourraient sur le champ de bataille.

Parce que si le public était bienveillant, il savait faire la différence entre les bonnes blagues et celles qui étaient un peu plus faciles. Tout le monde a donc pu travailler en bonne intelligence, de Jihef à Peyron. Basile a réalisé l’une des plus belles prestations de la soirée (on m’en avait dit le plus grand bien) et tout le monde a été bon. Allez, on enchaîne !

Jeudi à Nantes : shooting photo, Mario Kart et Stand-up Factory au Théâtre du Sphinx

Jeudi marquait la première journée intensive de la semaine. Dès 13 heures, je débarque chez Kévin et Maxime, l’antre des Tocards. Ils engloutissent des patates en un temps record, tandis que Clément met en place le décor de la séance photo. Aujourd’hui, une grande partie de la scène nantaise se donne rendez-vous au QG du rire pour refaire l’affiche du West Side Comedy Club.

Malgré un retard inévitable d’une heure et demie d’un des talents prometteurs du rire ici, l’ambiance est au beau fixe. Maxime continue de mener la bande avec bienveillance et fermeté, alternant entre moments de LOL et direction artistique. Comme d’habitude, William Pilet, Basile ou encore Antoine Peyron sont dans la déconne permanente. Deux passages face à l’objectif sont nécessaires pour quelques uns, et Maxime entame un défilé de mode avec ses chemises improbables. William Pilet est impressionné : tout va à Maxime, alors que lui ne se sent pas l’âme d’essayer… C’est aussi ça, le stand-up à Nantes.

Combler les blancs d’emploi du temps… et du public

Ensuite, certains s’en vont, d’autres restent en s’affrontant à Mario Kart ou en commentant les podcasts de l’After Foot sur RMC. L’après-midi, c’est un moment d’attente pour l’humoriste : soit il travaille, soit il décompresse.

Car la soirée approche : le jeudi à Nantes, c’est du stand-up dans un théâtre ! Le lieu, assez ancien, a du cachet. Le catering est parfait, et la bande est de retour. La discussion n’est pourtant pas légère : ça parle argent et répartition équitable des recettes. Ici, l’échange est courtois : la bande cherche à ce que tout le monde s’y retrouve et à créer un système homogène entre les plateaux. Gérer une série de plateaux, ça ne s’improvise pas : la bande nantaise n’a décidément rien à voir avec la tocardise…

Je profite de la soirée en commençant à jauger cette nouvelle scène. Toute la semaine, j’étais impressionnée car ils montent sur scène depuis plusieurs années. Parmi eux, il y a des humoristes très jeunes, toujours étudiants pour certains. Ce décalage entre jeunesse et expérience stand-up produit un cocktail intéressant : ça travaille dur, ça a envie de voir sa progression… Comme une impatience à voir les fruits de leurs efforts. Leur ambition est là, mais elle n’écrase jamais le voisin.

L’exigence est élevée : si je passe un bon moment stand-up à Nantes, ils ont l’impression de patiner. Les réactions du public ne sont pas à la hauteur de leurs attentes, comme si quelque chose ne passait pas. Est-ce la culture stand-up ? Je ne crois pas.

Les forces en présence

D’autant plus que les talents sont très variés. Antoine Sentenac, fort de trois ans de scène à seulement 23 ans, fonctionne très bien. Il lui manque encore une chose, qu’il applique parfois mais pas en permanence : moins expliquer les vannes. Le genre de truc qui pourrait l’aider à raccourcir son set d’une minute. Pour le reste, c’est parfait : les variations de rythme, le ton, la présence sur scène. On comprend pourquoi on y croyait.

Kévin Robin est fidèle à lui-même : ce qu’il raconte est à la fois original et drôle. Un angle qui fait du bien, amené avec candeur et espièglerie. On adore. Maxime Stockner nous offre le meilleur storytelling qu’on a entendu de lui. À Paris, on l’avait entendu parler de parapente (je ne sais plus, mais le truc en l’air) et là, c’était plus authentique et intéressant.

Jérémy Ippet termine son périple nantais avec un nouveau bon passage. Son imitation de Thomas Ngijol fait mouche : bien exécutée, elle conclut son passage stand-up soigné.

Antoine Peyron confirme que son personnage nonchalant désabusé aime le trash. J’adore le voir réussir tout de même à transmettre une certaine sensibilité ou fragilité qui le rend attachant. Au moment où les artistes saluent, il fait un gag pour moi avec ses chaussures à 20 balles (il nous l’a dit 22 fois, mais je me suis éclipsée pour m’envoyer un morceau en plus de quiche).

Et que dire de la chauffe de Yohan Bertetto, dont la voix cassée rend son intervention encore plus drôle : on a mal pour lui. Il est sur le fil du rasoir, il s’accroche et malgré tout au rendez-vous après une absence mercredi. Mardi, il jouait à Saint-Nazaire, et sa voix était encore plus mal en point. Ça a tenu le coup, mais c’était difficile. Chapeau l’artiste !

Stand-up à Nantes : bilan d’étape

La soirée est la plus agréable de la semaine pour moi, car j’ai le temps de me poser et de regarder. Au lundi de merde, l’ambiance de test ne permet pas de jauger le niveau. Mardi, l’annulation a douché mes espoirs. Mercredi, le West Side Comedy Club était davantage une soirée d’ambiance où j’écoutais à la fois les ragots en coulisses et les sketches, donc le message ne passait pas si bien.

J’ai dû m’éclipser rapidement, d’épuisement face à ce rythme effréné du stand-up à Nantes. Je me demande comment ils font pour tenir la distance, car je suis de plus en plus épuisée. Pour me faire pardonner, j’offre Off the Mic aux nantais pour les remercier de leur hospitalité. Heureusement, j’ai le droit à un nouveau tour en voiture avec Jérémy Ippet. Il écoute les sets de Bill Burr et d’autres en roulant : pas de doute, c’est un humoriste ! Moi, quand je joue des pédales, j’écoute Sympa la vie, donc je comprends.

Vendredi à Nantes : public intraitable au Week-end Comédie

Le vendredi, je me réjouissais de retrouver un plateau qui ressemble beaucoup à un rendez-vous parisien. Une salle exigeante, un décor tamisé et des humoristes prêts à aller au casse-pipe.

On ne va pas se mentir, c’était un champ de bataille. Maxime Stockner venait de faire la première partie de Yohan Bertetto et annonçait la couleur : il sortait tout juste d’un bide. Pour chauffer une salle gelée, il a ramé… comme ses collègues.

Chacun s’est battu comme il pouvait face à un public multiculturel : États-Unis, Vendée, Nord-Pas-de-Calais… Certains interrompaient les comiques sans aucune gêne. Face à cet engouement absent, les humoristes vivaient un moment difficile.

Ce qui est frappant dans tout ça, c’est le lien hyper-fort entre eux. Ils se marraient lorsque la salle restait de marbre, il y avait un vrai esprit de camaraderie. Au fil de la semaine, je commençais à me dire que c’était vain de comparer Nantes et Paris, mais c’est beaucoup plus fraternel ici car il y a un seul clan d’humoristes stand-up à Nantes.

Je repars à Paris après avoir été merveilleusement accueillie ici. Et j’ai hâte que l’épisode inédit des Tocards où je les interviewe sorte… On vous livrera aussi une interview écrite de Kévin Robin et Maxime Stockner comme d’habitude !

Stand-up à Nantes : le bilan

Cette semaine était intense, voire inoubliable. J’ai hâte que ces humoristes puissent plus facilement faire la navette entre Paris et Nantes, et que les humoristes habitués des plateaux parisiens découvrent cette ambiance si spéciale.

On ne voit qu’une infime partie dans les 2 tocards font du stand-up. La réalité est plus professionnelle et mature que cela, d’autant plus que la bande est très jeune. L’héritage laissé par un Edgar-Yves ou un Alexis le Rossignol, qui ont débuté ici, est entre de bonnes mains. On leur souhaite de progresser encore, et vu leur attitude, on n’a aucun conseil à leur formuler. Longue vie au stand-up nantais !

[post_title] => Stand-up à Nantes - Journal de bord live [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-nantes-reportage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7293 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 7017 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-04 09:15:50 [post_date_gmt] => 2019-10-04 07:15:50 [post_content] =>

Crashing, Insecure… Ces deux séries, disponibles sur OCS, traitent avec beaucoup d’humour l’histoire de deux personnages attachants. Les amateurs de stand-up connaissent peut-être déjà Crashing et ont peut-être manqué la pépite Insecure. On a eu un coup de cœur pour ces programmes, à tel point qu’on a envie de vous les recommander !

Crashing et Insecure : Pete Holmes et Issa Rae mêlent comédie et émotion

Aujourd’hui, c’est vendredi — la journée la plus calme en matière de plateaux d’humour. Il y en a traditionnellement moins, car les gens partent en week-end. Si vous n’avez pas prévu de sorties ce soir, vous aurez sans doute envie de vous plonger dans une série.

En la matière, on n’est pas du genre à suivre toutes les tendances. Les gens sont actuellement en train de suivre Years and Years avec beaucoup d’entrain. C’est peut-être bien, et même si Els me l’a recommandé avec une liste longue comme le bras, je prends mon temps. Jusqu’au moment où je craque.

Insecure : les aventures mouvementées d’Issa Rae

Mieux vaut tard que jamais : cet été, j’ai profité de mes vacances pour faire fructifier mon mois gratuit chez OCS. J’avais déjà vu le début d’Insecure il y a longtemps, mais Canal+ ne diffusait pas tout. Quand j’avais encore des collègues, l’une d’entre elles m’a conseillé cette série qui mêle du sexe tranquille, des histoires de cœur complètement pétées et plein d’autres choses hilarantes. Regardez Insecure sur OCS, c’est un ordre !

J’ai eu envie de regarder au boulot, mais on est clairement sur du not safe for work. Dans un open space, il vaut mieux pouvoir cacher ta fenêtre rapidement et veiller que ton casque soit bien branché.

Issa Rae, parmi les meilleurs comiques du XXIe siècle selon le Guardian, porte vraiment le programme. Le malaise est aussi prononcé que dans la série Platane d’Éric Judor. Ma première réaction, c’était de trouver que le mec d’Issa dans le premier épisode avait les mêmes traits du visage que Louis Dubourg. Vous le voyez, ou c’est juste moi ? Les yeux, au moins ? Je suis difficilement capable de déceler les sosies, à part pour Humourman et Charles Nouveau peut-être ? En tout cas ça m’a fait marrer de me demander si ces deux-là avaient la même vie. Je suis une vilaine personne à l’intérieur.

J’aime beaucoup comment les personnages voient leur humeur faire les montagnes russes. Molly, particulièrement, est parfois tellement bas et remonte tellement haut deux jours plus tard. C’est assez addictif, sans prise de tête et bien ficelé.

Crashing : bien plus sympa que I’m dying up here

Toujours pour des raisons d’accès aux bouquets TV, je découvrais Crashing bien trop tard. Pourtant, Rémi Boyes m’avait dit 24 fois que c’était génial. Sauf qu’il existe deux séries qui s’appellent Crashing. Si, comme moi, vous tombez sur la série dans un hôpital désaffecté, ce n’est pas la bonne. Cherchez Pete Holmes le comique cocu, c’est celle-là. J’ai perdu tellement de temps…

I’m dying up here, ce sont des comiques parfois dans la merde. Ça part dans des névroses, mais ça en devient lourd. Oui, Nick Beverly et son passé sombre le rendent irrésistible. Mais en réalité, tu cherches un Pete Holmes. C’est un peu un Ted Mosby, mais version stand-up.

Un mec bienheureux, un peu trop couvé par sa mère effrayante et son père devenu muet. Un fervent catholique qui n’ose faire aucun pas de côté, et qui va se révéler à lui-même dans l’adversité. Surtout, un mec qui fait des blagues avec pas mal de talent. Il rencontre Sarah Silverman, Bill Burr… D’ailleurs, j’ai découvert Bill Burr via ce show !

Crashing a vraiment été un coup de cœur. Le genre de séries que tu regardes dans ton plumard et qui te détend. Je suis un peu comme Antek, je déteste les films d’horreur. Je veux de la déconne, du léger et du personnage à aimer. Crashing me donne tout ça. Et ça montre assez bien les rapports humains entre les gens de la comédie.

C’est sûrement ça qui m’a fait tenir pendant un mois sans voir de plateaux d’humour, parce que je savais que j’allais retrouver tout le monde avec le regard de Pete Holmes en plus dans ma besace. Merci Judd Apatow, qui rend décidément mieux hommage à l’humour quand il le met en lumière que derrière un micro.

Crédits photo

© HBO

[post_title] => Crashing, Insecure : avez-vous vu ces séries hilarantes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => crashing-insecure-series-humour-ocs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:07:26 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:07:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7017 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 6283 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-16 14:28:19 [post_date_gmt] => 2019-06-16 12:28:19 [post_content] =>

Le 14 juin dernier, c’était la dernière soirée de l’année du Laugh Steady Crew. Pour l’occasion, un open mic ouvrait la soirée best of de la troupe. 3 nouvelles recrues potentielles émergeaient : Anissa Omri, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro.

Un open mic pas comme les autres

Pensez-vous que les scènes ouvertes, c’est la foire ? Si oui, détrompez-vous ! Ce soir-là, le niveau était en effet plus que relevé. Renaud Sanviti débutait la soirée avec du stand-up bien calibré. Surprenant dans ses axes, il avait besoin d’encore un peu de bouteille… Dans un open mic classique, il aurait marqué les esprits.

Le problème, c’est qu’Anissa enchaînait juste après. Je ne l’avais jamais vue mais on m’avait dit que son talent est indéniable. Après vérification, je confirme qu’il disait vrai. C’était fin, malin, inattendu — là encore, le talent me saute aux yeux pour quelqu’un qui arrive tout juste dans le jeu.

Bien entendu, certaines personnes n’étaient pas d’une originalité folle. Pourtant, ces garçons-là assuraient l’ambiance et ne bidaient pas. Je vous avoue que mon esprit attendait la suite : le gang des bonnets swag. On en reparle un peu plus bas.

Avant, je voulais vous présenter Max Lemire. À mon sens, il a tenté un numéro d’équilibriste. Pas de magie ou de jongles au programme, mais une imitation des magazines d’enquête à la télévision. Sujet casse-gueule. Mauvaise Langue le singe depuis le début, cela devient presque un running-gag. Regardez cette séquence pour vous en convaincre. Et pourtant, le jeu était impeccable. Il a tiré avantage de ce lieu commun pour créer une connivence avec le public. C'était gagné pour lui.

Alexandre Di Mambro et Audrey Jésus, ou le gang des bonnets swag

La fin du plateau approchant, Audrey Jésus arrive sur scène. Comme d’habitude, son univers bien à elle porte son passage. Le public est convaincu, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi ! Le premier membre du gang des bonnets swag repart le couvre-chef haut.

Le dernier de la soirée, Alexandre Di Mambro, termine en apothéose. Il produit un effet similaire à celui de Paul Mirabel l’an dernier. On sait qu’on a affaire à un artiste autant qu’un humoriste. Sa présence est indéniable et son parcours ne fait que commencer.

Le plateau s'achevait avec une sélection à l’applaudimètre. Le résultat n’était pas étonnant, comme si c’était écrit et qu’une sélection artistique se jouait en coulisses. Je vous avoue que j’étais sûre qu’Anissa, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro allaient remporter la timbale. J’ai donc vu juste. À la fin, Renaud Sanviti recevait des félicitations : j’ai encore vu juste. Ou alors je suis coordonnée à la ligne éditoriale du Laugh Steady Crew 2019. Qui sait…

Un an avant, une heure après

Pour rappel, ces trois-là succèdent à Avril et Pierre DuDza. Voilà qui prouve qu’avec des styles diamétralement opposés, on peut faire la différence. Parce que pour le coup, les crus 2018 et 2019 n’ont rien à voir. Aucun des deux n’a cette aura qui chamboule le monde des critiques. Et pourtant, Pierre DuDza fait partie des ovnis. De son côté, le truc d’Avril, c’est l’écriture et un brin de folie.

Sur scène au best of, tous les deux ont réalisé une très bonne prestation. Je n’ai jamais vu Pierre autant dans son élément : depuis le temps qu’on me l’annonçait, cela faisait vraiment du bien. Je vous avoue que j’étais perdue en voyant Avril. La performance commençait comme d’habitude, mais j’observais quelque chose de très différent.

J’ai une théorie pour l’expliquer, c’est qu’il a deux Avril. Le premier, c’est celui que j’ai rencontré au O’Friendly. Un peu en retrait, dans la retenue, calme et pondéré. Le geek qui te parle des nombres premiers. L’autre Avril n’a rien à voir — le jour et la nuit, donc, celui du lâcher prise. Vendredi dernier, c’est celui-là qui voulait éclore. Ma prédiction de mars dernier, c’était qu’il fallait attendre ce moment. Ça s’approche de plus en plus, en un an, c’est plutôt bien.

J’ignore si les trois sélectionnés de l’open mic vivront de telles révélations/évolutions la saison prochaine. Tout ce que je peux vous conseiller, c’est d’aller au Laugh Steady Crew l’année prochaine pour voir comment cela évolue !

Crédits photo

Affiche de la dernière soirée du Laugh Steady Crew Open Mic © Laugh Steady Crew

[post_title] => Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anissa-omri-audrey-jesus-alexandre-di-mambro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:44 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6283 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 5153 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-16 16:19:21 [post_date_gmt] => 2018-09-16 14:19:21 [post_content] => François Bellefeuille a joué à Paris en ce début septembre. Un test grandeur nature pour la star de l'humour québécoise, qu'il a réussi haut la main. Retour sur une semaine effrénée.

François Bellefeuille à Paris : jeudi, One More Joke

Rentrée du One More Joke. Tania Dutel remplace Louis Dubourg à la présentation. La tension est très forte : Certe Mathurin n'est pas là. Il vient de jouer en Espagne et, au moment du retour, il subit un retard en raison des intempéries. Pour sa première officielle, Tania doit assurer la chauffe. La programmation est de haut niveau : elle comprend notamment Blanche Gardin, Jason Brokerss... et François Bellefeuille. Je le vois arriver, téléphone portable à la main, visiblement un peu perdu. Personne ne réagit ; j'imagine qu'au Québec, la scène serait surréaliste. Même si je programme encore le One More Joke, je n'ose pas trop le guider à l'intérieur. C'est un peu mon premier jour aussi, je ne voudrais pas faire de gaffe. En coulisses, carnet à la main, François Bellefeuille se fond dans la masse. Il peut compter sur la présence de Jason Brokerss, récemment passé au Canada pour la captation Netflix. Les deux humoristes ne se quitteront pas tout au long du périple.

François Bellefeuille sur scène

J'écoute le podcast de Mike Ward depuis peu. D'habitude, je privilégie les épisodes avec des humoristes français ou suisses. Traduction : ceux qui n'ont pas l'accent québécois. Même si du vocabulaire m'échappe, je comprends ce qui se dit. À titre de comparaison, écouter un podcast avec des québécois est à peu près identique qu'en anglais. Je comprends tout, mais j'ai besoin de beaucoup plus de concentration. Aussi, j'aime bien voir du stand-up en live plutôt que sur YouTube. En effet, la connexion et la compréhension fonctionnent mieux par le regard. Ce ne sera pas le cas ce soir-là. En fait, je n'ai pas regardé le passage. J'étais trop concentrée à l'enregistrer. Je le faisais pour Dalila, que je n'arrête pas de suivre décidément ! C'est elle qui m'informe sur l'humour québécois. Elle est incollable, et je la consulte car je suis complètement dépassée. Heureusement, le public ne partage pas ma difficulté. La salle rit de bon cœur et mesure l'importance d'avoir un humoriste de cette trempe ce soir-là.

François Bellefeuille à Paris : dimanche, Le Point Virgule

François Bellefeuille est venu jouer à Paris de manière soutenue. Il ne se contente pas des plateaux : le Point Virgule lui offre deux showcases dimanche et lundi à 19 heures. Après Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, la plus petite des grandes salles ne manque donc pas le coche. Le public répond nombreux, et comme pour Philippe-Audrey, je manque le coche.
Cette fois-ci, je ne suis pas bloquée en province lors de la grève SNCF. J'ai un autre programme : l'anniversaire de Maoulé, qui nous offre de nombreuses photos de stand-up sur le spot du rire. Je me retrouve donc à prendre la ligne 8 de bout en bout pour aller à la Javelle. Le QG actuel du Why so serious comedy club se transforme en goûter géant à 16 heures. J'offre le livre de Blanche Gardin à l'humoriste-star de la soirée. Ses collègues du Why so serious et du Laugh steady crew jouent quelques minutes. Un événement intime, loin de la frénésie du Point Virgule. Après le gâteau, je fonce au Point Virgule pour retrouver mon envoyée spéciale. Elle ne le sait pas encore, mais elle m'aidera beaucoup dans l'écriture de cet article ! Elle sort du spectacle très satisfaite de la prestation de son humoriste phare. En somme, elle l'attend pour lui expliquer tout : sa passion pour l'humour québécois, son envie d'aller au Bordel Comédie Club à Montréal, Mike Ward, Simon Gouache, etc. François Bellefeuille, touché, lui propose de l'aider à obtenir des tickets quand elle viendra.

François Bellefeuille à Paris : mercredi, Café Oscar

Jamais 2 sans 3 : je vois passer la programmation du Café Oscar. Pierre Thevenoux l'a partagée. Je ne sais pas si j'informe Dalila : elle travaille normalement le soir, je ne voudrais pas la frustrer de ne pas y aller après le One More. En fait, elle est disponible. Nous nous retrouvons donc au Café Oscar ; la salle est presque remplie. La scène est similaire au One More Joke : François Bellefeuille arrive, se met en retrait, téléphone à la main. Dalila, après la discussion du Point Virgule, tient à le remercier de son geste pour le Bordel Comédie Club. Elle ne sait pas si elle doit aller lui donner maintenant, moi non plus. Par peur qu'il s'en aille pour un autre plateau, elle ose. Ce qui est sûr, c'est que François Bellefeuille n'est pas prêt de l'oublier ! Ça tombe bien : il partira pendant le show, prenant son acolyte Jason Brokerss sous le bras. La soirée est bizarre : Jason démarre en trombe. La salle rit aux éclats. Les blagues sont percutantes, le passage est long mais jamais ennuyeux. Une grosse soirée en perspective ! François Bellefeuille continue. Cette fois, j'écoute attentivement le passage. Je ris et je comprends enfin. Ce n'est peut-être pas mon style, mais cela fonctionne très bien. Je soupçonne Monika Oscar, la patronne du lieu, de surjouer son rire. J'hésite entre le bruit d'un animal à l'agonie ou un orgasme. C'est très dérangeant tant elle rit. Avec les tableaux troublants du Café Oscar, l'atmosphère est définitivement spéciale.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé...

François Bellefeuille sort de scène après avoir précisé qu'il prenait l'avion demain. Tout le monde se regroupe dans les coulisses. Jason et François vont s'éclipser. Christophe Ntaka est seul, l'ambiance change du tout au tout. Tout devient difficile, les humoristes bident les uns après les autres. La magie est retombée. Pierre Thevenoux s'en sort quand même. Nick Mukoko, qui clôture la soirée, va vivre un sacré bide. Pour ne rien arranger, il m'engueule car je ris. Camille Lavabre m'avait fait le même coup à la Nouvelle Seine pour son spectacle. Je riais alors qu'il discutait avec un groupe précis, et il fustigeait mon attitude bizarre. Quelle erreur, mec, tu m'as braquée. Je t'ai détesté sur le moment. Peut-être que cela a eu une incidence sur les autres. Je ne sais pas à quel point François Bellefeuille est drôle. Je veux dire, scientifiquement. Tout ce que je sais, c'est qu'on avait affaire à un phénomène paranormal. Ses successeurs n'avaient plus la niaque pour nous faire rire. Comme si son charisme les avait foudroyés. C'est sûrement ça, la marque des très grands.

Crédits photo

© Louis Dubourg [post_title] => François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => francois-bellefeuille-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:14 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5153 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 5136 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-11 19:10:50 [post_date_gmt] => 2018-09-11 17:10:50 [post_content] =>

Après être montée sur scène, j'ai eu à programmer un comedy club pendant quelques semaines... avant de me résigner. Vous programmez un plateau d'humour ? Voici quelques astuces pour y parvenir sans encombre. Vous voulez connaître les coulisses de la programmation de comedy clubs ? Vous êtes au bon endroit !

Comment j'ai commencé à programmer un comedy club

Cet été, je croise Certe Mathurin par hasard. De but en blanc, il me propose de programmer le One More Joke avec lui. Qui dit grosse responsabilité dit panique, et parfois même échec. Là, ce fut le cas.

Plutôt que de cracher dans la soupe, je veux vous livrer mes conseils. Voici tout ce que j’aurais voulu savoir avant de m’y mettre !

Programmer un comedy club : le guide pour ne pas foirer

1. Aimer son plateau d’humour

C’est la base. Si vous aimez votre plateau, vous partagez cette affection avec le public. Ainsi, vous pouvez le satisfaire au mieux : vous êtes en phase avec leurs aspirations. Par exemple, je ne traînais pas vraiment au One More Joke, ce qui ne facilitait pas la tâche !

2. Se sentir valorisé

Programmer peut être un pur bonheur comme une tâche ingrate. Pour réussir, il faut donc se sentir en confiance avec le reste de l’équipe. Garder une communication ouverte avec les animateurs et organisateurs me semble essentiel. C’est pour cela que les gens qui ont des plateaux sont amis ou assez proches.

3. Avoir du temps, la tchatche et un carnet d’adresses

Il faut savoir contacter les bonnes personnes au bon moment. Un humoriste peut vous conduire à six autres. Cette statistique n’est pas scientifique mais elle a le mérite de parler à tout le monde. Ne faites pas la même erreur que moi : parlez aux artistes et non aux boîtes de production. Cela me semblait plus facile comme je n'avais pas de contacts, mais cela pose d'autres problèmes. Vous aurez des refus ou on vous demandera de l'argent.

Pour programmer un comedy club, il faut donc être présent sur les plateaux concurrents au quotidien. Gare à vos autres engagements, car programmer prend du temps. Et si vous êtes un peu introverti comme moi, vous allez vous confronter à quelques angoisses. Forcez-vous un peu, même si c'est dur (ça l'est).

4. Être reconnu ou rémunéré à sa juste valeur

C’est évident : vous ne toucherez pas de gros chèque. Plutôt qu’une rémunération, cherchez plutôt à obtenir un avantage : rencontrer les personnes qui comptent, avoir à boire et à manger gratuitement, toucher un pourcentage du chapeau, jouer de temps en temps… Pas de secret : plus les avantages vous sembleront justes, plus vous vous investirez.

5. Connaître son périmètre

Sachez quand et comment prendre des initiatives. Vous devez recevoir des directives claires. Pour avoir l’esprit tranquille, vos choix ne doivent pas être remis en cause. Si vous travaillez à plusieurs sur la programmation, sachez en permanence où l’autre va. Sinon, vous risquez de vous retrouver avec trop d’humoristes sur les bras sur une même soirée. C’est assez lourd, comme vous pouvez l’imaginer.

6. Commencer petit

Vous programmez pour la première fois ? Faites-vous la main sur un petit plateau. Bon, si vous recevez l’opportunité du siècle, soyez transparent sur vos difficultés. Exigez une passation ou une formation dans les règles de l’art. Votre interlocuteur n'a pas forcément l'habitude non plus de faire une passation. Soyez tolérant et patient :)

7. Être organisé

C’est du bon sens : vous allez gérer une sorte de planning démoniaque. Vous avez trop de noms à caser et vous devez penser aux indisponibilités (spectacle, tournée, plateau concurrent...). Tout cela en temps limité et en créant des plateaux homogènes : niveaux, styles d’humour... À plusieurs, tout le monde doit partager la même organisation.

Épilogue : les conseils que je ne vous donnerai pas

Sur le copinage

Je ne vous conseille rien sur les amitiés que vous entretenez avec les autres comiques. On m’a dit de ne privilégier personne, or certaines personnes sont privilégiées par amitié sur le One More Joke. Le public n’est pas contrarié pour autant, comme le phénomène est très marginal.

Pour moi, c’est humain : la programmation du One More Joke reste assez juste. Je n’ai rien vu de bien choquant. Tout le monde le fait plus ou moins, sinon on aurait affaire à des comedy clubs stériles. Laissons donc les sensibilités s'exprimer ! Si j'avais réussi mon coup, j'aurais eu la possibilité de faire jouer les copains, aussi.

Sur les aspirations personnelles

Personnellement, j’ai trouvé frustrant de m’occuper des têtes d’affiche. Ma spécialité, ce sont les découvertes et les humoristes qui jouent depuis 2014. Pour eux, j’aurais volontiers sacrifié mon temps libre. Mais pour des gros qui ont les moyens de jouer, d’être en vedette dans le métro, etc., je ne vois pas ma valeur ajoutée. C’est dans mon ADN, et je suis trop indépendante pour me plier à des consignes comme celles-ci.

C'est donc le moment de se remettre en question : pour toute nouvelle fonction, il faut s'adapter et faire des compromis. Je précise que je n'ai pas d'animosité envers Certe. Il m'a fait confiance et a tenté de m'amener dans le game, c'était un risque à prendre. J'aurais préféré un peu plus de guidage, mais il faut être réaliste : le One More Joke était trop gros pour moi. Je suis persuadée qu'il se portera mieux sans moi. Bon courage à Certe pour programmer sans Louis Dubourg cette saison ! Je lui fais confiance : ce plateau tourne à plein régime avec de nombreuses têtes d'affiche et un public conquis !

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Programmer un comedy club pour les nuls [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => programmer-comedy-club-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5136 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 4583 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-02 22:05:10 [post_date_gmt] => 2018-08-02 20:05:10 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Les spectacles d'humour sont faits pour rire... mais pas seulement ! Une foule de détails peut transformer un bon moment en une expérience magique. Parmi eux, la musique d'avant-spectacle est un incontournable. On a analysé certaines d'entre elles pendant un an... Panorama musical.

Musique d'avant-spectacle : la patte de l'artiste

Je me demande toujours si l'artiste choisit la playlist d'avant-spectacle. Voir un humoriste sur scène, c'est d'abord s'installer et attendre. Ces préliminaires s'apparentent un peu à entrer chez quelqu'un pour la première fois. On n'y prête pas attention tout de suite. Or, si l'on entend de nouveau la même chanson, on se souviendra de la soirée. Publicité gratuite. Il m'arrive d'aller voir souvent les mêmes artistes. Je constate ainsi tout changement de playlist. Je me souviens par exemple de la soirée où Marion Mezadorian a emprunté celle de Jeremy James. L'ambiance disco, punchy, énergique et optimiste a porté la salle. Ces titres n'étaient pas ces premiers choix, mais correspondaient bien à la bonne humeur qu'elle s'apprêtait à communiquer.

Musique et identité du lieu

D'une culture à une autre, les influences musicales varient. Ainsi, sur les plateaux anglophones, j'ai régulièrement entendu un style bien délimité. La musique pop des années 1990 et 2000 a la faveur de certains comedy clubs à Londres. C'est le cas du Top Secret Comedy Club, où l'ambiance est chalereuse d'entrée. On retrouve cette influence dans les plateaux anglophones parisiens. Je pense au New York Comedy Night de Sebastian Marx, mais aussi au Comedy Square au Paname Art Café. Wannabe des Spice Girls, il fallait oser. Le Paname Art Café, véritable institution du rire, vous embarque habituellement dans une toute autre ambiance. Vous souvenez-vous de Get up stand up ? Pas la chanson, le documentaire sur l'émergence du Jamel Comedy Club. On y retrouve l'idée que le hip-hop a fortement influencé le stand-up. Le rythme des blagues, le ton des artistes... et la playlist d'avant-spectacle. Comme dirait Adrien Arnoux, ça fait street. C'est d'ailleurs pour ça que lui, ou d'autres comme Charles Nouveau, ironisent sur leur décalage culturel quand ils débarquent sur scène. Même sans le slogan Are you ready... everybody du JCC, le Paname sait imposer son style.

Des entames de spectacle cultes

Au 33 Comedy, l'ambiance est également différente. La playlist du plateau mise sur de grands classiques. L'ambiance se veut cosy, inclusive et un peu underground, aussi. Pour signifier que le spectacle va commencer, une grosse voix indique que le spectacle va commencer et énumère les consignes habituelles. Il va falloir faire monter la chaleur, puis la voix enchaîne sur un décompte. L'apothéose finale : la musique de Full House (La fête à la maison, en VF).
Au One More Joke, comme ailleurs, le spectacle ne commence pas vraiment à l'heure. Pour marquer le début, la musique s'intensifie. Compatible avec l'action de taper dans les mains, elle lance les artistes et les spectateurs avec beaucoup d'efficacité. Le Fieald va encore plus loin. Certaines soirées à thème m'ont fait flipper au début, avec une musique apocalyptique et des artistes déguisés en faucheuse avant le spectacle. Heureusement, les lunettes rouges d'Antek apaisent l'ensemble !

Making of : la musique d'avant-spectacle de Paul Taylor

Pendant plusieurs semaines, Paul Taylor vous a accompagné chaque jour dans son parcours d'humoriste stand-up. On y découvre naturellement le détail de ses playlists de spectacle ! Ceci est une pépite pour tous les nerds de stand-up, c'est cadeau ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=MChNaHCD1kU"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => musique-avant-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:48 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4583 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 4349 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-22 14:36:27 [post_date_gmt] => 2018-05-22 12:36:27 [post_content] => Les habitués des scènes ouvertes connaissent ce son. Un rire reconnaissable entre mille, avec une dizaine de variations. Plus on en rit, plus il devient collector.

Contagion : du One More Joke aux autres plateaux d'humour

La première fois, c’était au One More Joke. La salle bondée était complètement à la merci de ce rire venu d’ailleurs. Je l’ai entendu plusieurs soirs dicter les moments d’hilarité… Quelques mois plus tard, je découvre l’une des vidéos promotionnelles du plateau de Tristan Lucas, Le Mokiri.
Un moment incroyable, donc : Tristan Lucas en perdait son latin. J’imagine à peine le quotidien de ce mec, qui se dit qu’il va venir dans une salle. Son rire fera mouche à chaque fois. Et à chaque fois, c’est un kiff pour le public. Lundi soir, au Paname Art Café, je suis arrivée en avance. En passant dans le bar, j’ai entendu ce rire à nouveau. Je n’ai pas eu le réflexe de prévenir les humoristes juste avant le plateau. De toute façon, il suffit que celui qui assure la chauffe se rende sur scène pour que l’information circule. Un line-up de compétition en a profité pour nous offrir une très bonne soirée : Roman Frayssinet, Tania Dutel, Tareek… Michel Boujenah m'a toujours marqué pour son rire extrêmement communicatif. Visiblement, les humoristes n'ont pas le monopole du stimuli du rire...

Crédits photo

© Tristan Lucas - Capture d'écran vidéo [post_title] => Spotted : le rire le plus connu du stand-up ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-rire-original [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-27 12:06:11 [post_modified_gmt] => 2020-05-27 10:06:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4349 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 3706 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-04-01 14:15:27 [post_date_gmt] => 2018-04-01 12:15:27 [post_content] => Imaginez : vous êtes en plateau d'humour, l'humoriste sort une très bonne blague. La salle est en délire. Mais vous, vous n'avez pas compris. Parce que vous dormiez ou que n'aviez pas la référence... Le spot du rire vous vient en aide : voici comment réagir quand vous êtes le seul à ne pas comprendre une blague.

1. Rire quand même ? Oui, mais pas n'importe comment.

C'est le réflexe sûr. De nombreuses blagues sont accompagnées d'une musicalité : concentrez-vous sur le flux du son (si cela se dit ?) et repérez les chutes. Il est important de rire dans le même tempo. Idéalement, adopter la même intensité de rire que vos voisins dans le public. Vous pouvez rire moins fort, mais pas plus. Ce serait suspect. C'est comme simuler, ça ne fait jamais plaisir et on se fait griller...

2. Demander au voisin ? Non.

Vous êtes en mode survie : il ne faut donc pas prendre la confiance ! Restez dans la connivence avec l'artiste et prenez votre mal en patience. Sinon, vous risquez d'être pris à parti par l'artiste qui vous demandera peut-être si la blague précédente vous concerne. A moins d'avoir la répartie d'un stand-upper, on vous recommande de faire profil bas quelques temps. Il paraît, d'ailleurs, que la patience a des vertus. Alors, peut-être que vous l'apprécierez plus une heure plus tard, lorsque vous demanderez des explications à votre voisin. Ou alors, vous vous serez détaché émotionnellement du désir de comprendre, et vous laisserez couler plus sereinement. Vous êtes un sage, et c'est très bien comme ça.

3. Rester dans l'ignorance ? Libre à vous.

Vous avez suivi l'étape 1 et avez ri de bon cœur. Vous avez, semble-t-il, pris le même plaisir que les autres. Parfois, il vaut mieux ne pas savoir. Cela peut paraître étrange, mais vous pouvez rire pour d'autres raisons. Vous pouvez comprendre les blagues (et le monde) selon votre propre prisme ! Vous êtes éclectique, et c'est génial. Bon, je dis ça parce que j'aime me lancer des fleurs - je suis souvent dans cette catégorie d'incompréhension...

4. Complexer face à la blague ? Pas nécessaire.

Un jour, on s'est violemment moqué de moi car je ne savais pas qui était Jean-Baptiste Poquelin. Apparemment, toutes les écoles de France expliquent aux élèves qu'il s'agit de Molière. Eh bien, il se trouve qu'avec un bac + 5 de lettres en poche et un bac de la même couleur politique, je n'avais jamais entendu ce nom. Toujours est-il qu'on n'a pas la même culture. On se souvient avec émotion de la phrase de Jean-Pascal Lacoste : « un baryton, je pensais que c'était un poisson ». Remarquez, si je me souviens de cette citation, ça explique peut-être le pourquoi de mon ignorance littéraire. Je ne sais pas si c'est un truc franco-français, mais les gens aiment se vanner entre eux, ça a l'air de les divertir. Mais pour les blagues, vous ne pourrez pas tout comprendre. Avec cinq à sept humoristes par plateau, vous avez accès à autant de visions du monde ! Profitez-en pour récupérer un peu de culture générale...

Anecdotes de plateaux : 2 blagues que j'ai comprises après au moins un an

Vous culpabilisez encore ? Rassurez-vous : même avec des heures et des heures de présence dans le public, je passe encore à côté de blagues...

Lenny M'Bunga et la tectonique des plaques

Si vous allez au Paname Art Café, vous avez sûrement vu Lenny M'Bunga jouer quelques minutes. Quand il parle du rapprochement de l'Afrique de l'Europe de quelques centimètres par an, il évoque une référence que je n'avais pas. Pendant des mois, je me suis dit que j'allais demander à quelqu'un. Et je laissais faire, je riais et je trouvais la musicalité de la blague suffisamment drôle. Puis, j'ai craqué. Au travail, j'ai demandé à mes collègues s'ils connaissaient Coller la petite. C'était aussi évident pour eux que pour mes voisins au Paname Art Café. Il y en a même une qui s'est mis à chanter cette chanson. Quelques minutes plus tard, j'ai découvert la référence. Mon Dieu, ça m'a fait un vrai décalage par rapport à mon rire initial... Parce que même si je sais que cette chanson est très connue, elle ne correspond pas à ma réalité. C'est comme si tu parlais de Julie Lescaut à un Argentin : tu as beau expliquer le concept, difficile de l'apprécier de la même manière... Pourtant, elle est tellement intelligente cette blague étant donné la controverse autour de la chanson (censure au Cameroun).

Jean-Philippe de Tinguy, Bioman et le déverrouillage

J'ai beau avoir vu le spectacle Le dernier Jean-Philippe plus de 30 fois au moins (selon TNS Sofres, nous n'avons que les estimations...), je suis longtemps passée à côté de deux blagues. La première, c'est autour de Bioman, des fermiers respectueux de l'environnement. Bon, il se trouve que je n'ai jamais vu Bioman. J'ai deux secondes du générique en tête... Donc, pendant plus d'un an, j'ai vraiment cru que l'intrigue se passait dans une ferme. Le jour où j'ai découvert que le Père Noël... enfin, que Bioman ne parlait pas de ça, c'était quand j'ai voulu comprendre la blague. Je suis donc allée sur la page Wikipédia du programme... et j'ai enfin compris. La deuxième, c'est la métaphore entre draguer une fille et déverrouiller son téléphone. Il développe toute une explication autour du code pin. Systématiquement, je riais. Oui, c'est brillant, c'est bien écrit code pin sur mon téléphone. Je trouvais la blague pertinente par rapport à ma connaissance de mon Nokia et je riais en même temps que les autres... sauf qu'ils ne comprenaient pas la même chose que moi. Après avoir vu le spectacle au moins 20 fois, j'entends la blague et je comprends enfin le double sens entre pin et pine. Peut-être que c'est parce que ce soir-là, il y avait Chris Esquerre dans la salle... Mais promis, je ne lui ai rien demandé ! Figurez-vous que j'ai testé cette blague sur mes collègues d'open-space. Les mêmes qui m'ont dévoilé la blague Coller la petite. Elles ne connaissaient pas le mot pine, en fait. Le plus grave, dans cette histoire, c'est que je connais le mot mais que j'ai mis environ 9 mois avant que ça accouche dans mon cerveau. Vous le voyez, tout n'est pas perdu : les éclairs de génie peuvent vous frapper. [post_title] => Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => blague-incomprise-public-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:07:47 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:07:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 3687 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-31 13:03:14 [post_date_gmt] => 2018-03-31 11:03:14 [post_content] =>

Depuis que je suis montée sur scène, je raconte constamment que je n'ai pas envie d'y retourner. Pour le moment. Je n'aime pas la performance, le fait de jouer, simplement l'écriture. Et j'ai tenté une autre méthode : proposer une suite au sketch d'un humoriste.

Je viens de passer une semaine nulle. A base de remise en question de qualités habituellement reconnues. Je travaillais sur un projet de conception, j'écrivais un story-board. Ce n'est pas comme les story-boards de BD ou de cinéma, c'est à des fins de formation numérique. Dans le même temps, sur le spot du rire, j'ai constamment des compliments sur mon écriture. Ce mois-ci, malgré une audience encore restreinte, vous êtes nombreux à avoir lu au moins un article sur le site. Merci à vous pour ça, c'est encourageant pour la suite !

Comedy Club thérapie

Dans ce contexte de remise en cause ma personne et mon savoir-faire, je suis allée au Paname Art Café pour soigner mes maux. J'ai de la chance : depuis que Jean-Philippe de Tinguy remonte sur scène, j'ai accès au médecin le plus efficace. Même si ce sont des blagues et que ça n'a pas l'air thérapeutique. Je vous raconterai peut-être un jour pourquoi ça l'est. Si vous me croisez et que vous me demandez les détails, sachez juste que ça peut durer 90 minutes. Il y a tout une histoire de timing, d'effet papillon, je crois que personne n'a toute l'histoire. Bref.

Quelques jours ou semaines plus tôt, j'étais dans le métro. En ce moment, il y a le concours de poésie de la RATP, et voir cette affiche m'inspire. Ça m'a fait penser à ceux qui jouent avec les mots et aux nouvelles blagues de Jean-Philippe. Il arrive à nous faire rire sur l'alphabet, et j'ai trouvé une suite potentielle. Je l'ai écrite jusqu'à arriver à ma station. Alors que je marchais du métro à chez moi, j'avais encore des idées qui venaient et je riais toute seule sur le chemin. J'ai dû ressortir mon téléphone deux ou trois fois pour ne rien perdre de tout ça. Et j'ai laissé ce moment d'écriture de côté, j'attendais le bon moment pour lui proposer. En sachant aussi qu'il n'y aurait peut-être pas de bon moment.

Les 3 phases d'un plateau

Quand je vais à un plateau, il y a 3 temps :

  1. j'arrive dans le plateau et je cherche les têtes familières ;
  2. j'assiste au spectacle ;
  3. je parle quelques minutes avec les artistes que je connais.

Ce mardi-là n'était pas comme les autres. J'étais en retard. La faute à plusieurs facteurs : le métro avait un problème, j'ai découvert Ammoniacal... via Jean-Philippe et le plateau était assez tôt : 20 heures. Je suis plus habituée au 33 Comedy à 20h30, c'était un peu plus serré. Par conséquent, la première phase était plus courte. Je remercie quand même les serveurs du Paname qui connaissent par cœur ma commande : un jus de banane. En fait, j'ai une superstition : j'ingurgite une banane (ou du jus de banane, mais ça marche moins bien) chaque jour où Jean-Philippe joue quelque part. Vous imaginiez si je n'aimais pas ça ?... Un jour, j'ai fait un combo aubergine, banane et yaourt à la fraise de Plougastel. Les connaisseurs savent qu'il manquait le Kinder Bueno, mais ça fait beaucoup de sucre.

Avant l’écriture, le brouillon : une mauvaise blague m'envoie dans le décor

Le spectacle se passe bien, je n'ai pas trop l'habitude de parler aux autres humoristes mais j'apprécie leur humour. Pour tout vous dire, j'ai oublié qui jouait, il y avait peut-être Nick Mukoko à la présentation... Je prépare ma contribution au chapeau, et Jean-Philippe est dos à la cuisine du Paname, face aux gens qui sortent un par un de la cave du Paname. Et là, il me demande :

Ça roule ?

A ce moment précis, mon instinct prend le contrôle. Je m'apprête à dire la pire réponse que l'on puisse imaginer : en fait, j'ai pas de pneus, alors... En le disant, je me suis dit que c'était un terrain glissant. J'étais vraiment mortifiée de ma réponse, indigne du spectacle que je venais de voir. Il constate que l'écriture du spectacle va bon train, et je lui dis que je n'ai pas écrit une ligne en bougonnant.

Help yourself: un podcast pour cerner l'écriture de sketches

[audio src="http://media.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/s/content.blubrry.com/y_a_plus_de_papier/YAPDP_26.mp3" /]

Voir sur le web - Podcast | Hadrien et Mathieu

Faire oublier la blague, vite

C'est à la fois une réponse non engageante et un pur mensonge. Je pars du Paname assez penaude, en me disant qu'il faut rectifier le tir. Je lui envoie un message bizarre, comme j'en ai l'habitude, dans lequel je confesse le mensonge et j'essaie d'analyser pourquoi j'ai menti. Un psy aurait adoré voir le côté tortueux. Mais ce qui est important, c'est que je me suis créé l'opportunité de parler de ce que j'ai écrit pour son sketch à lui.

Et comme je le connais un peu, je sais qu'il faut deux choses :

  • conserver du mystère autour du contenu plutôt que le dévoiler ;
  • ajouter la notion d'amusement et faire comme si j'avais pris cet exercice d'écriture à la légère, que c'est trois fois rien.

Bref, un savant mélange entre vulnérabilité, malice et génie. Dans le même temps, j'ai publié sur Facebook la blague avec les pneus. Le lendemain, je me réveille et je découvre la réaction de tous les comiques. On ne vit pas sur le même fuseau horaire, je suis une mamie qui se couche souvent à 22 heures. Pour une fois que j'évite le 0 like, je jubile un peu. Et Certe Mathurin me complimente sur mon écriture sur un autre contenu.

Adapter l'idée, l'écriture de l'autre à sa propre interprétation

Pendant ce temps, Jean-Philippe a mordu à l'hameçon et je lui balance le texte. J'y crois un peu, tout de même, mais j'entre dans une phase angoissante où j'espère ne pas avoir pondu de la semoule. C'est quand même difficile dans le monde dans lequel on vit. Je veux dire, ça n'a pas l'air très naturel comme méthode de ponte. Je m'enfonce ? Allez, on enchaîne !

Le mercredi soir, quelques heures après avoir pris connaissance du texte, il a tenté quelque chose. Je ne pouvais pas être là parce que j'étais au spectacle de Florent Mathey, une expérience particulière. Mais Jean-Philippe m'a dit qu'il me dirait comment ça s'est passé. Evidemment, c'est moi qui l'ai relancé en milieu de matinée le jeudi matin. Je ne pouvais pas rester dans un tel suspense, comprenez-moi !

Quand la magie opère…

Il m'envoie l'extrait audio, et là, j'ai compris un peu mieux encore le talent des humoristes. Ils savent vraiment adapter les idées à leur univers. Il reste l'idée de base, mais il a réécrit tous les exemples et a étiré mon idée de fin. J'avais écrit ce que je pensais être une chute ou une transition, en disant que ce que je venais d'écrire, ce n'était pas facile. Il l'a changé en un passage sur le travail et a développé d'autres idées avec du jus (suite à un passage sur une banane... Je jubilais). Tout cela sur une phrase qui me paraissait complètement anodine. Chapeau l'artiste. J'espère que le public du mercredi soir a été généreux en chapeau, d'ailleurs.

Un spectateur inspecte l'acteur*

Vendredi soir, Jean-Philippe est programmé à 19 heures. Je ne rate pas l'occasion de voir le résultat. Horaire plus compliqué, la salle n'affiche pas complet. Or, ça marche encore, et ça lui a donné envie de creuser d'autres trucs. Je lui dis que j'ai justement une idée. Quelques minutes plus tard, je le recroise, il ne comprend pas. Il pensait que je lui renverrai un texte, alors que là, je n'avais juste qu'une interprétation basique du rêve dont il parle sur scène.

C'est plus difficile pour moi de développer une idée qui parle de lui : ça me semble encore étrange de parler pour quelqu'un d'autre. Les vannes que j'ai initiées n'étaient pas dans l'introspection. J'ai l'impression que les auteurs commencent toujours par une discussion, prennent le temps. Donc, il faudrait prendre le temps de le faire...

Quand j'aurai l'occasion, j'aimerais bien tenter le coup, voir ce que je peux apporter. Il y a des volontaires parmi les comiques ?

*Ceci est le titre d'un des sketches du spectacle Eric Ké Ramzy. Je vous le conseille : Ramzy, membre du public, essaie de prendre le micro d'Eric qui joue un stand-upper raciste. Une parodie brillante qui est malheureusement méconnue.

Crédit photo : © Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange. [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coauteur-vanne-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:26:31 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:26:31 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3687 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 3588 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-05 10:23:41 [post_date_gmt] => 2018-03-05 09:23:41 [post_content] => Imaginez : vous êtes dans le public d'un plateau d'humour au Paname Art Café. L'ambiance est bonne, les humoristes commencent à vanner et à parler au public. Comment gérer l'absence de quatrième mur en toute sérénité ? Après des heures et des heures sur les bancs publics de l'humour, je vous livre quelques astuces pour passer cette épreuve draconienne. Si vous avez lu mon guide pour assister à un spectacle humoristique, vous savez que je suis peu embêtée dans les salles de stand-up. Les humoristes s'adressent aux personnes juste à côté de moi. Malgré mon placement au premier rang, je passe entre les gouttes. Or, ça, c'était avant.

Au Paname Art Café, le quatrième mur passerait pour un gros mot

En plus, je commence à être connue des humoristes, donc on partage une sorte de pacte de non-agression. Je sais ce qui va être dit, ils savent qu'ils auront mieux à explorer ailleurs. Mais ce dimanche dernier, je suis allée au Paname Art Café avec la confiance, peut-être un peu trop. Comprenez-moi : les serveurs me connaissent tellement qu'ils m'apportent un verre de jus de banane sans prendre ma commande. J'ai l'impression d'être un félin qui a marqué son territoire sur les murs, en y déposant peaux de bananes et autres éclats de rires. A l'entrée, Betty Durieux est là et je savais que j'allais la trouver. Ghislain Blique, qui jouait à 17 heures (je le savais encore) surgit comme si j'avais écrit le scénario. Et Jean-Philippe de Tinguy, qui est revenu au Paname deux jours plus tôt, ne tarde pas à arriver. Les choses s'enchaînent bien, mais je sais qu'il y a un risque de voir ce plan sans accroc capoter.

Tareek, trublion du stand-up

Parmi les humoristes sur scène à 18 heures, il y a Tareek. Ne vous y méprenez pas : je l'aime bien. Je sais qu'il vanne beaucoup, et qu'on n'a pas trop eu l'occasion de se croiser. Je l'ai vu au premier plateau auquel j'ai assisté, Lève-toi et vanne aux Ecuries... un plateau de Radio Nova qui a intérêt à revenir parce que c'était bien. Oui, je pose ça là. Bref, quand j'ai vu Tareek, je n'avais pas encore bâti cet empire qu'est Le spot du rire. Il avait vanné le mec juste à côté de moi, le taxant de violeur de la Nièvre. Hors contexte, ça a l'air horrible, mais c'est très bienveillant. Je savais que ça pouvait partir en sucette. Arrivé au sous-sol, Tareek assure la chauffe. Ça veut dire qu'il passe deux fois : au début, et à la fin. A côté de moi, un groupe de réunionnais : je me dis qu'ils vont y passer. Pas immédiatement, mais il y travaille sûrement déjà dans ses pensées, en bon improvisateur. Au premier rang sur le côté droit, une fille visiblement timide se fait allumer. Il la vanne, lui demande si on peut parvenir à faire passer le teint de son visage du rouge au bleu. Après un long moment, il assène d'autres coups ci et là, et je passe outre, ça tape à côté de moi. Lorsqu'il fait la chauffe pour accueillir Julien Jaro, il s'interrompt sur moi. J'étais semble-t-il tellement immobile que j'avais l'air morte. Clairement, là, tu sers tous tes sphincters et tu es encore en train de prier, même athée. Ça rigole, mais ça n’appelle pas de réponse. Je me dis que ce n'est que le premier round.

Deuxième round : la démolition

Julien Jaro passe, ça rigole doucement mais plus salement sur les sujets de cul. Le public est un peu mou sauf quand on le titille. Jean-Philippe passe ensuite, il parvient à attirer une partie de la salle dans son délire. Puis Waly Dia entre en scène, taxe Jean-Philippe de mec chelou. Même s'il enfonce une porte ouverte, il en tire les bénéfices : les rires sont de plus en plus francs. Noman Hosni et Ayoub font aussi leurs passages, avec une mention spéciale à Noman qui repart sur l'impro et fait partir le public en fou rire sur les pets en couple. Ça ne manque jamais. Et Tareek revient sur scène et privilégie un passage d'improvisation. Il s'arrête sur moi, me demande comment je m'appelle, ce que je fais dans la vie, la routine. Je m'attends à quelques vannes bien senties. Mais il me demande si j'ai passé un bon moment et parmi les humoristes, lequel je trouve le plus beau gosse. Maintenant, il faut savoir que c'est la question à ne pas me poser. Mais il ne me connaît pas. Il ne sait pas que je sors de 20 ans à être bassinée sur cette question pour tout. J'ai appris à ne pas parler de ça en sports mécaniques, parce que quand tu es une nana dans ce monde-là, à un moment ou à un autre, tu vas vouloir de la teub. C'est ce que pensent les gens dans ce monde masculin-là. Bref, lourd. Mais je ne peux pas raconter ça. En plus, ça embête vraiment tout le monde dans ma vie : je n'aborde pas ce sujet. Mon ex n'était même pas sûr de savoir ce que j'en pensais. Donc, je lui ai répondu :
Non mais, je ne m'exprime pas sur le sujet.
Evidemment, il n'allait pas me lâcher. Je me suis dit : « ça va être sale ». Là, il a compris qu'il avait affaire à un être humain borderline, il m'a dit que je ressemblais à la fille dans The ring. Et il a cartonné, c'était cool et la dignité de tout le monde est restée intacte. Voici une partie des punchlines de Tareek, sans tout ce que je vous ai raconté. Une sorte de bonus.

Mon conseil pour bien gérer l'absence de quatrième mur

L'absence de quatrième mur est très intimidante pour le public, mais c'est aussi ce qui permet à un passage de décoller. Parfois, les humoristes vont vous faire vivre des choses débiles. Je me souviens du jour où Paco Perez nous a demandé de mettre notre pouce sur notre front pour faire un truc totalement insensé. Clairement, je n'ai pas fait ce truc, et il m'a forcée. Le relou. Mais tu te dois de jouer le jeu, même 3 secondes. Tu as le droit de soupirer un peu, mais pas trop. L'important, c'est de montrer modérément ta gêne. Elle est normale, elle va faire marrer tout le monde. Je conseillerais de ne pas fondre en larmes, ce qui pourrait générer un climat de malaise. Plus sérieusement, n'ayez pas peur, c'est juste pour rire.

Crédits photo

Tareek au Sentier des barres © Betty Durieux [post_title] => Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-quatrieme-mur-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:15:17 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:15:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3588 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 16 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010864 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-15 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-15 06:00:00 [post_content] =>

Le week-end du 13 juin, le sujet des humoristes femmes invisibles a animé les discussions et les réseaux sociaux du monde artistique. Si par le passé, les plateaux d’humour 100% masculins étaient monnaie courante, aujourd’hui, ça passe beaucoup moins. Et quand on pousse le bouchon un peu trop loin, même quand on ne s’appelle pas Maurice, ça ne passe pas inaperçu !

Mise à jour 16 juin 2021 : suite à notre article, le Trempoint propose ce mercredi soir un plateau paritaire avec Lucie Carbone, Myriam Baroukh, Adrien Montowski, Camille Lavabre, Louis Chappey et Nordine Ganso ! Bravo à eux pour la réactivité, réservez vos places 🥰

Le meilleur onze du Trempoint vs. humoristes femmes invisibles

C’est donc une programmation presque banale, mais de moins en moins acceptée. Le 6 juin, le tremplin découvertes du Point Virgule, le Trempoint, arborait 9 noms d’humoristes. Tous des hommes. À l’époque, j’ai failli réagir, mais je me ravisais car ce n’était pas vraiment un lieu qui ignorait les femmes.

Certes, la programmation du Point Virgule 2021 est peu mixte, mais cette salle n’était pas la plus en vue sur ces questions. Sauf que la semaine suivante, le Trempoint récidive avec 11 humoristes, toujours des hommes. 8 des 9 hommes conviés le 6 juin revenaient, ce qui privait le public d’un roulement. Comment voulez-vous revenir chaque semaine au Trempoint, scène de découvertes humour, si vous découvrez toujours les mêmes ?

Les spectateurs peuvent encore accepter cela lorsque les 9 ou 11 personnes conviées sont complémentaires et vraiment solides. Sauf que dans les faits, la proposition artistique de certains n’apporte rien d’innovant. Tandis que d’autres, vraiment prometteurs, arrivent comme un cheveu sur la soupe pour sauver les meubles.

Humoristes femmes invisibles, score final 0-11 : il n’y a pas match

Tout cela a mis le feu aux poudres et a questionné la sélection des artistes sur cette scène historique. De nombreux humoristes, hommes et femmes, ont condamné cette programmation. Ce 11-0 encaissé par les femmes humoristes, invisibles car même pas conviées au match, ne passe plus en 2021. Caroline Vigneaux, Olivia Moore relayaient ainsi l’alerte lancée par une Emma de Foucaud qui aurait largement sa place pour un Trempoint. Et pourquoi pas le FUP ? Et pourquoi pas une programmation régulière au Point Virgule à moyen terme ?

Où est le temps où Solène Rossignol profitait de showcases au Point Virgule ? Il n’y a pas si longtemps, Tania Dutel foulait les planches de ce théâtre au côté de nombreuses autres. À l’heure actuelle, nous nous retrouvons avec des théâtres qui rééquilibrent la balance en proposant des programmations engagées. La Nouvelle Seine réussit à combiner qualité artistique et majorité de femmes.

La Comédie des 3 Bornes suit le mouvement en proposant une programmation volontariste. Elle se discute sur la qualité, mais cela concerne les hommes comme les femmes. Cela fait en effet longtemps que cette salle a perdu de sa superbe. Certains parlent même d’un gouffre financier pour les jeunes artistes. Alors autant miser sur une identité plus militante. Autant cibler un public plus enclin à découvrir plusieurs spectacles de la même trempe !

Comment sortir d’une telle impasse ?

On ignore ce qui a motivé de tels choix. La reprise des spectacles après une fermeture aussi longue doit poser des problèmes d’organisation et les programmateurs sont sans doute sous l’eau. Si rien n’excuse ce préjudice à la fois contre la qualité humoristique et l’intégration des femmes dans le milieu, il faut comprendre le problème pour l’adresser. Une situation comme celle-ci n’aurait fait l’objet d’aucune critique il y a quelques années. Les femmes s’organisent aujourd’hui pour prouver aux programmateurs qu’elles existent. S’ils ne les connaissent pas, elles font le travail de détection pour eux.

Chaque acteur de la comédie doit prendre sa part et faire de son mieux. Sortir de sa zone de confort, décrypter le phénomène de sororité pour faire le tri dans les talents. De quoi s’agit-il ? Mises de côté depuis tant d’années, certaines femmes humoristes estiment que la solidarité entre elles doit être inconditionnelle. Elles se soutiennent à 100% et répondent à la cooptation par la cooptation. Pour elles, il n’est pas acceptable de critiquer une femme humoriste sur des critères artistiques objectifs. Motif invoqué : pour pallier le manque de confiance en soi et la difficulté d’intégrer le milieu, elles font bloc, se construisent dans l’ombre et se protègent de toute agression extérieure. Une pratique radicale qui ne passe pas chez tout le monde. Or elle n’aurait jamais existé sans le rejet d’un secteur…

La riposte est en marche

Autrement dit, les hommes comme les femmes humoristes montent sur scène en sachant que pendant leurs débuts, ils devront se développer avant d’être au top. Ils disent : « nous sommes là, fais avec, un jour tu retourneras ta veste ». Pour de nombreuses raisons, cette pratique passe beaucoup mieux chez les hommes que chez les femmes. Il faut en avoir conscience pour regarder chaque humoriste en tant qu’individu et non comme membre d’une communauté. Tous les hommes humoristes ne se valent pas, comme toutes les femmes humoristes ne se valent pas.

La solution : diversifier les programmations, mélanger les talents en ne sacrifiant pas l’artistique sur l’autel de quotas. Ces quotas sont parfois nécessaires pendant un temps pour contrebalancer des discriminations. En revanche, ils ne doivent pas être une fin en soi.

Faisons l’effort de regarder les talents pour ce qu’ils proposent et non pour leur genre ou tout autre critère non pertinent. Soyons conscients de nos biais pour mieux progresser ensemble. Ne condamnons pas cette erreur du Trempoint, prouvons-leur que les talents sont multiples et divers.

Femmes humoristes invisibles : un dernier mot

Notre milieu artistique comporte des gens passionnés qui, parfois, commettent une erreur qui se voit plus ou moins. Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, se démène depuis des années pour dénicher les talents.

L’erreur est humaine et nous savons tous qu’elle a à cœur de proposer les meilleurs choix artistiques. Elle a sa patte, le milieu de l’humour la respecte parce qu’elle a tant donné pour lui. Je suis persuadée que cet incident sera le dernier de cet acabit. Dans le cas contraire, le Point Virgule pourrait en pâtir avec des programmations déconnectées de la réalité des plateaux d’humour…

Nous faisons tous des erreurs. Au spot du rire, nous pourrions mieux faire également. Nous œuvrons au maximum pour promouvoir les femmes sur des critères de talent. Nous voulons faire oublier leur genre pour aborder l’artistique. Or nous ne promouvons pas la diversité autant que souhaité. En effet, notre rapport au monde ne nous permet pas de nous identifier à toutes les propositions artistiques avec la même justesse.

Cet écueil, nous l’adressons le mieux possible en sachant qu’il reste beaucoup de chemin à parcourir. Ce sera, pour tous les acteurs du rire, le combat de la décennie. Nous ferons le bilan en 2030 des défis à venir !

Nb. Vous trouvez qu’il y a beaucoup d’humoristes femmes sur notre image à la une ? Il en manque énormément. On en a sans doute oublié plein, et puis il n’y avait pas la place pour toutes les ajouter ! L’inverse de ce problème de programmation, en somme…

[post_title] => Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-femmes-invisibles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:28:52 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:28:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010864 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 16 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7080ffb2c2882728223073034120e4a3 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

dossier plateaux

Portraits d’humoristes femmes invisibles à programmer

Humoristes femmes invisibles : comment évoluer ?

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Lettre à Lausanne et à son humour de qualité

Stand-up à Nantes : Maxime Stockner sur scène au Stand-up Factory

Stand-up à Nantes - Journal de bord live

Crashing : la série stand-up sur OCS qui met en avant Pete Holmes

Crashing, Insecure : avez-vous vu ces séries hilarantes ?

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Alexandre Di Mambro, Audrey Jésus et Anissa Omri sélectionnés à l'Open Mic du Laugh Steady Crew

Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ?

François Bellefeuille invité de Louis Dubourg dans Un café au lot7

François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre

Programmer un comedy club : One More Joke à la Nouvelle Seine - Photo par Betty Durieux

Programmer un comedy club pour les nuls

Musique d'avant-spectacle : image d'illustration

Musique d'avant-spectacle : les meilleures ambiances

Rire original dans le monde du stand-up

Spotted : le rire le plus connu du stand-up !

Blague incomprise : image d'illustration

Blague à part : comment réagir quand on est le seul à ne pas la comprendre

Écriture : Jean Philippe de Tinguy au One More Joke

J'ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C'était étrange.

Tareek et le quatrième mur

Absence de quatrième mur : kit de survie à usage du public

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion