Publications liées au mot-clé : Alexandre Kominek

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => alexandre-kominek
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 341
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexandre-kominek
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 341
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => alexandre-kominek
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 341
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => alexandre-kominek
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 341
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 341
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 341
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => alexandre-kominek
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 341
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (341) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (341) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (341)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1009548
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-11-13 08:24:00
                    [post_date_gmt] => 2020-11-13 07:24:00
                    [post_content] => 

Juste avant le premier confinement, j’ai pu voir le spectacle d’Alexandre Kominek au Théâtre BO Saint Martin. Mes derniers souvenirs heureux en spectacle vivant m’accompagnent au cœur de cette nouvelle épreuve solitaire… Je vous invite donc à les partager, histoire que nous traversions cette épreuve tous ensemble, avant de renouer avec le plaisir de rire… et plus si affinités.

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : un plaisir coupable à consommer sans modération

J’ai toujours vu les heures d’Alexandre Kominek avec une dimension personnelle. Quand je l’ai découvert à la Petite Loge, j’avais proposé l’angle du rencard pour découvrir le « bâtard sensible » qui se produisait sur scène.

Au BO Saint Martin, il n’était plus question de « bâtard sensible », puisque le nom du spectacle avait disparu. En revanche, la démarche restait personnelle puisque je choisissais de voir ce spectacle le jour de mon anniversaire. On retrouvait cet angle de plaisir coupable, égoïste ou défendu, c’est selon.

Ces démarches ne sont pas anodines. Si nous voyageons dans l’histoire de la comédie, les artistes qui jouent sur l’angle de la séduction sont nombreux. Alors, comment innover quand on suit les traces d’un marronnier comique ? La seule carte à jouer, c’est celle de la sincérité. Parce que tout le monde séduit, que cela se termine avec perte et fracas ou succès et donzelles. Et cela, Alexandre Kominek l’a bien compris et le célèbre avec brio.

Kominek, la bête de scène

Certains la jouent martyrs romantiques, d’autres losers sentimentaux. Alexandre Kominek est plus une bête de scène : plus animal, plus graphique. En somme, c’est le pire cauchemar/homme providentiel de toutes les Madame de Tourvel de ce monde… En d’autres termes, celui qui réveille toutes celles qui se cachent derrière un puritanisme de façade.

Résultat : le rire est aussi animal que l’artiste sur scène. Oubliez la pudeur, Alexandre Kominek préfère la dévotion. Un jeu impeccable, des anecdotes plus folles les unes que les autres, et cette dérision teintée de sensibilité qui enrobe le tout.

Malheureusement, ce type d’œuvre culturelle laisse parfois certains critiques de marbre. Jugée pas assez sophistiquée ou recherchée, tombant dans de la vulgarité, parfois… Laissez-moi contredire ces bienpensants et autres coincés du rire. Au risque de les décevoir, il y a de la finesse dans cette débauche hilarante, du message sous-jacent derrière ces moments de vie à la gloire relative… Seuls ceux qui passent outre les préjugés peuvent en profiter, et je ne boude pas mon plaisir de faire partie de cette caste !

Je terminerai avec ce bonus : après le spectacle, Alexandre me confiait sa déception. Il venait de jouer en Suisse et sortait de plusieurs soirées très réussies. À Paris, dans la nuit de cette fin d’hiver, il semblait refroidi. Malgré une prestation que je trouvais bonne, les premiers effets de la crainte de la pandémie avaient raréfié les spectateurs dans la salle. Sa déception démontrait qu’il ne se reposait pas sur ses acquis et en voulait toujours plus. Le marqueur d’un futur grand du rire.

[post_title] => Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexandre-kominek-bo-saint-martin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 16:43:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 15:43:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009548 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008905 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 18:05:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 16:05:00 [post_content] =>

Comme chaque année, le line-up de la soirée Étoiles Espoir humour du Parisien rassemble une sélection de la nouvelle génération humour. Qui sont les heureux élus pour cette édition 2020 à l’Européen ? Portraits.

En raison du deuxième confinement, cette soirée est annulée. Elle a tout de même eu lieu à la date prévue et sera diffusée le 4 janvier sur Comédie+ et MyCanal.

Étoiles Espoir humour du Parisien : le line-up en détail

En un coup d’œil, on découvre un line-up soigné pour les Étoiles Espoir humour à l’Européen. Homogène, cette programmation réunit plusieurs familles de la nouvelle génération humour. Qui succèdera à la promotion 2019, déjà de grande qualité ?

Fanny Ruwet

L’ascension fulgurante de Fanny Ruwet la place dans une posture particulière. Elle effectuait déjà ses débuts sous les feux des projecteurs. Grandir vite ne semble pas lui faire peur, et cette nomination en est d’autant plus légitime.

À Paris, en Belgique ou ailleurs, Fanny Ruwet prouve que l’humour francophone fonctionne sur tous les terrains. Dans son spectacle Bon anniversaire Jean, la jeune belge propose un univers autour du malaise en société, l’envie de socialiser et autres réjouissances.

Alexis Le Rossignol

Révélé par le Festival d’Humour de Paris, Alexis le Rossignol côtoie aussi Fanny Ruwet sur le plateau de France Inter. Son écriture ciselée et son vécu riche d’anecdotes ravissent le public depuis plusieurs années.

Au Point Virgule comme sur les ondes, celui qui narre le monde du travail comme personne a trouvé son public. Plus qu’un espoir, il confirme en 2020 son talent déjà avéré.

Jérémy Demay

Jérémy Demay est, en quelque sorte, le résident du Parisien. Déjà présent au festival Paris Paradis, ce parisien d’origine parti conquérir le Québec profite ainsi d’un beau coup de projecteur dans sa ville natale.

Charismatique sur scène, il devra ainsi ravir le public face à des têtes plus familières pour le public amateur de découvertes humour.

Marion Mezadorian

Valeur sûre de l’humour, Marion Mezadorian a émergé parmi les nouveaux artistes grâce à son spectacle Pépites. Comme Alexandra Pizzagali l’an passé, la comédienne a construit son spectacle comme une marathonienne.

Écriture d’une traite, construction dans plusieurs salles… Marion ne lâche rien et continue son bonhomme de chemin au Point Virgule. Ce statut fait d’elle une prétendante solide pour marquer l’histoire de l’humour.

Rosa Bursztein

Comme Marion Mezadorian, Rosa Bursztein a conquis l’une des attachées de presse les plus en vue en humour, Léo Domboy. Cette comédienne devenue humoriste de stand-up a trouvé sa place dans la kyrielle de talents disponibles sur le marché du rire.

Récemment, elle a exporté son spectacle (solidement rodé à la Petite Loge) au Point Virgule. Fidèle, elle continue de travailler sous l’œil bienveillant et exigeant de sa metteuse en scène, Adrienne Ollé. Si elle continue sur cette lancée, elle deviendra une véritable révélation humoristique.

Alexandre Kominek

Depuis le temps qu’on veut le voir émerger, Alexandre Kominek décroche une belle chance de se montrer à Paris. Celui qui se décrivait comme un « bâtard sensible » est bien subtil qu’il n’y paraît.

Faussement provocateur, l’humoriste genevois est, à l’instar d’un Clément K, un sous-coté bourré de talent. Pariez sur lui, c’est le cheval comique le plus racé que vous pouvez observer !

Edgar-Yves

Une carrière est loin d’être linéaire. Edgar-Yves est l’humoriste pour qui cet adage se vérifie le plus. Il s’accroche des années durant, mais malgré sa maîtrise, les observateurs ne croient pas tout de suite en lui.

Si ses démonstrations de force sont indéniables, il est contraint de reprendre à la base : les auditions du Point Virgule. Et là, les planètes s’alignent enfin. Il est à la fois découverte et vieux briscard. Une double casquette qui en imposera certainement sur la scène de l’Européen.

Morgane Cadignan

Forte d’une ascension rapide mais maîtrisée, Morgane Cadignan est la révélation de la rentrée médiatique sur France Inter. La comédienne et humoriste s’est rapidement fait un nom dans le microcosme des artistes à suivre.

Le Laugh Steady Crew, la Petite Loge puis la Comédie des Boulevards (maintenant le Métropole), lui accordent sa confiance. Elle attire l’œil d’un Gérard Sibelle, celui que l’on connaît pour sa découverte des plus grands, Florence Foresti en tête. Passée par Avignon, elle est désormais incontournable sur scène comme en chronique radio ou télé.

Nordine Ganso

On aurait presque oublié que Nordine Ganso fait partie des lauréats du Campus Comedy Tour. À l’instar d’un Paul Mirabel, le jeune humoriste bordelais s’est construit sur les plateaux, sautant de Ouigo en bus et autres moyens de transport inconfortables.

Les débuts sont difficiles, longs mais Nordine Ganso s’accroche. Il se construit une petite notoriété mais semble alors stagner. Plus récemment, il trouve l’antidote via une programmation à la Petite Loge. C’est sûrement sa première rampe de lancement. Espérons qu’il capitalise sur cette nouvelle opportunité pour asseoir son statut de comique émergent !

Line-up Étoiles Espoir humour du Parisien : où et quand voir les artistes de 2020 ?

Cette année, vous deviez avoir deux fois plus de chances de découvrir ces humoristes sous l’œil bienveillant d’Alex Vizorek et de Djimo, têtes d’affiche de la soirée.

Mais le couvre-feu a bousculé le programme, comme vous pouvez vous en douter. À l’heure actuelle, il reste donc une représentation avancée à 18h45. Rendez-vous le mardi 17 novembre à l’Européen lors de cette séance, si tout va bien. Si vous ne pouvez pas être présent, la soirée passera peu après sur Comédie+ et probablement en 2021 sur CSTAR. Cela fait pas mal de probabilités, mais croisons les doigts pour le maintien de cette soirée !

[post_title] => Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => line-up-etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-25 13:35:42 [post_modified_gmt] => 2020-11-25 12:35:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008905 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7580 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 10:29:39 [post_date_gmt] => 2019-12-09 09:29:39 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Couleur3 vient de dévoiler la web-série Pantoufles. Produite par Imajack et co-écrite par Valérie Paccaud et Julien Doquin de Saint Preux, elle allie le rire et quelques messages bien sentis.

En ces temps de grève générale, de froid pas si froid, la tentation des pantoufles est grande. Cette année, pas besoin de culpabiliser : Pantoufles se mue en une web-série percutante avec de nouvelles têtes humoristiques suisses-romandes.

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=acJ2sEIsRgA&list=PLcJupKjrYdb92Dw3hyzjoOln4hiDO8UHa" title="Pantoufles : regardez la websérie de Couleur3 (complet)"][vc_column_text]

Pantoufles : Couleur3, Julien Doquin de Saint Preux et Alexandre Kominek nous enchantent

Vous le savez peut-être, Couleur3, c’est une institution pour moi. Vous le savez aussi, notre troisième chaîne de service public produit ce genre de choses. Les équipes de Couleur3 ne chôment pas pour nous faire rire, tandis que France 3 nous plonge dans une résignation durable. Je comprends, l’audience n’est pas la même : les Suisses de Couleur3 s’adressent aux jeunes, et ils le font sans prétention.

Cela donne donc une web-série ultra-drôle, palpitante même. Alexandre Kominek confirme ses talents de comédien, et chaque personnage grossit le trait sur ses propres défauts. Cela donne quelque chose de drôle, de très juste et de hautement divertissant. Tout cela en seulement une heure de temps. Vous pouvez jeter vos clichés sur la lenteur des Suisses une bonne fois pour toutes… Pour un programme appelé Pantoufles, il fallait le faire.

Ça parle de quoi, Pantoufles sur Couleur3 ?

Le mieux, c’est de vous laisser lire le pitch du premier épisode :

Deux bras cassés décident de voler la paire de sneakers la plus exclusive du moment. Tout ne va pas se passer comme prévu.

Philippe (Alexandre Kominek), qui vit dans son van, retrouve Tinker (Julien Doquin de Saint Preux), un fan de baskets, devant un magasin de sneakers pour lui emprunter de l'argent. Il découvre que son ami fait la file avec des dizaines d'autres passionnés de baskets dans le but d'obtenir une paire rare. Après avoir aidé Tinker à remonter la queue, ils découvrent à l'intérieur du carton une information qui fera exploser de joie Tinker : l'annonce de la sortie hyper-exclusive de la Air Slipper, une paire légendaire et extrêmement chère. Cette annonce inspire Philippe à les embarquer dans une aventure pas franchement licite.

Il y a tout dans ce résumé. Le côté paumé de deux types perdus dans leur monde, l’ambition d’en sortir avec beaucoup de maladresse et du grand n’importe quoi. La suite ? Je vous laisse la découvrir ! Commencez par ici (et découvrez une coiffure inédite d’Alexandre Kominek) :

Bonus : kit de survie pour vous marrer à l’heure suisse

C’est la fin de l’année, vous avez envie de faire une France Télévisions détox ? Vous aimeriez payer la redevance suisse et ne plus financer Samedi d’en rire ? Ne vous emballez pas, c’est plus cher, je pense. Mais ce que vous pouvez faire, c’est accéder aux programmes qui font plaisir du côté de la Suisse romande…

Féru de sport ?

Côté sport, vous avez bien entendu l’émission Footaises où Charles Nouveau s’égosille régulièrement. Tous les samedis, il y a aussi le programme 3ème mi-temps avec une chronique humour signée Yacine Nemra et des interviews d’athlètes émergents. J’aime beaucoup l’idée de donner la parole à des jeunes talents pour valoriser les jeunes talents, ça crée un cachet que vous ne voyez nulle part ailleurs.

Rire, c’est bon pour la santé

Depuis la rentrée, je consomme sans modération l’émission Les bras cassés, du lundi au jeudi de 18h à 20h. Au programme : trois humoristes suisses livrent une chronique chacun et se prêtent à des jeux sympas. À l’animation, Valérie Paccaud (également dans Pantoufles) regarde ces jeunes talents progresser d’émission en émission, avec un rire inimitable.

Si vous aimez les talk-shows un peu moins radio, vous ne serez pas en reste avec les 2 saisons de Mauvaise langue. Thomas Wiesel animait la première, Blaise Bersinger la seconde. On est toujours dans cet espace où les artistes progressent sur les meilleures ondes du pays. La Suisse ayant moins de talents en base de données, elle offre un panorama plus exhaustif des artistes à sa disposition. Et ils progressent de manière plus homogène, sans la compétition parisienne. Je pense que c’est ça, leur secret : sans prétention, ils se portent tous et ça fait plaisir à tout le monde.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pantoufles-couleur3-doquin-stpreux-kominek [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-09 10:40:50 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 09:40:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7580 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 7141 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-14 17:00:51 [post_date_gmt] => 2019-10-14 15:00:51 [post_content] =>

L’humour à Paris continue d’être bouillonnant. Voici nos conseils de sorties humour incontournables pour profiter au maximum de votre mois d’octobre, en plateau d’humour ou en spectacle !

Parmi les sorties humour incontournables, voici les late shows et podcasts en public

Vous voulez voir des humoristes se marrer entre eux, et jouer à des jeux moins bizarres que Vendredi tout est permis ? Pour cela, suivez les actualités de Seb Mellia et Tania Dutel.

Seb Mellia…

Seb Mellia organise le podcast 4 comiques dans le vent, mais à contresens au République. Vous n’avez pas de place pour le prochain rendez-vous du 20 octobre ? Attendez quelques jours ou semaines de plus, vous le retrouvez sur YouTube !

Pour l’avoir vu en live, c’est tout de même un événement à faire en vrai. À 5 euros l’entrée, ça vaut vraiment le coup. On ne conseille pas forcément de le faire à chaque fois, parce qu’il faut être sûr d’être disponible tant les places partent vite et vous ne savez pas forcément la programmation quand vous réservez… Si vous suivez assidument Seb Mellia, on vous conseille l’alerte BilletRéduc — vous serez averti dès l’ouverture de la billetterie…

…ou Tania Dutel ?

Tania Dutel invite quant à elle Noman Hosni et Yacine Belhousse au Jardin Sauvage. La réservation est gratuite, et vous mettez ce que vous voulez au chapeau. Il reste encore des places à l’heure où on publie ces lignes… Ce n’est pas un podcast, donc vous devez venir pour vivre la soirée. La soirée est plus variée qu’une conversation : les jeux sont assez marrants, comme on a pu le constater lors de la première au One More en live.

Parmi les sorties humour incontournables, les plateaux de tests : le Laugh Steady Crew fait des émules

Vous vous souvenez de l’anniversaire du 33 Comedy ? C’était tout simplement trop bien. Vous auriez aimé le vivre, mais vous aviez manqué la soirée ?

30 octobre - Laugh Steady Crew édition anniversaire

On a la solution : le Laugh Steady Crew organise son anniversaire le 30 octobre ! L’ambiance devrait être similaire au Bar à Bulles, à côté du Moulin Rouge. On avait décrit ça avec le mot suavemente les copains, mais ça va être plus fort encore.

Pourquoi ? Parce qu’ils invitent, entre autres, Alexandre Kominek. Souvenez-vous du rencard avec un bâtard sensible ou du podcast de Rosa Bursztein… Avec tout ça, cette soirée risque d’être inoubliable.

Dernier truc génial : le jeu-concours pour vivre une expérience encore plus agréable au Sacré Frenchy !

https://www.instagram.com/p/B3d_R1EAg7k/

Tous les mercredis - After Work Comédie

Offrez-vous un before une semaine avant à l’After Work Comédie ! Cette ancienne scène ouverte du Jardin Sauvage évolue ! Shirley Souagnon chapeaute les créations des artistes sur scène et la sélection devient plus relevée. Qui est responsable de ce changement ? Probablement les gens comme Manu Bibard qui commentaient sur le groupe secret et qui ne jouaient finalement pas. On cite Manu pour le vanner, mais au final, la dérive atteignait de nombreux humoristes ! Lucie Carbone reste aux commandes de ce plateau, qui propose aux humoristes de parler de sujets d’actualité en trois minutes inédites.

Tous les mercredis - L’Entre-potes Comedy Club

Le mercredi, c’est définitivement le jour du test. On y sera cette semaine pour une soirée roasts. Les roasts, ce sont des clashs et apparemment, ces roasts seront thématiques ?

C’est confus dans votre tête ? Nous aussi ! C’est pour ça que l’Entre-potes Comedy nous intrigue… D’autant plus que les premières éditions au Soleil de la Butte ont satisfait les nombreux humoristes.

Les plateaux d’humour sont souvent des lieux où les humoristes jouent en solo… Alors l’Entre-potes essaie d’amener l’ambiance de troupe qui rend l’improvisation conviviale ! Il y a même des capitaines d’équipe qui contribuent encore plus à l’émulation de base.

J’ai croisé Clovis, l’organisateur. Le mec a présenté son concept aux comiques avec des PowerPoint. Il est au taquet, si bien qu’on en a déjà parlé. On a hâte de vous raconter ça après l’avoir vu, mais on sait déjà que ça va être cool !

Le mercredi, c’est verrouillé…

Du coup, ça fait beaucoup de plateaux à voir le mercredi. Le pire, c’est qu’il y a aussi La grosse marrade ! Ça a l’air dingue, ce plateau géré par Hugo Muzelle où Thibaud Agoston a ses habitudes… Hâte de voir ça en vrai, mais à ce rythme, on va avoir du mal à se détripler.

Parmi les sorties humour incontournables, deux spectacles pour crâner : Tahnee et Paul Mirabel

On devait les voir depuis longtemps, on va rattraper un retard de plusieurs mois ! Tahnee commence à émerger comme une voix du stand-up qui compte. On a hâte de voir sa bonne humeur intégrée à un spectacle qui nous fera sans doute réfléchir, mais surtout rire !

Quant à Paul Mirabel, son aura sur scène nous intrigue. Souvent, on l’a vu brièvement et dans de très grandes salles. Alors imaginez notre bonheur de le voir très bientôt dans l’écrin intimiste de la Petite Loge ! Pour avoir vu le spectacle de Ghislain Blique juste après (il est super), on a pu voir les spectateurs sortir du spectacle de Paul. Ils avaient l’air conquis. Un bon signe, que vous ajoutez aux avis positifs de la presse et aux passages convaincants de Paul en plateau… Ça devrait être génial aussi, comme tous les spectacles qu’on recommande, d’ailleurs !

En résumé

Voilà un aperçu des belles soirées qui nous attendent dans cette dernière quinzaine d’octobre… Et vous, quelles seront vos sorties humour incontournables ?

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sorties-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-14 17:16:18 [post_modified_gmt] => 2019-10-14 15:16:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7141 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5201 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-28 09:46:28 [post_date_gmt] => 2018-09-28 07:46:28 [post_content] => Aller voir Alexandre Kominek, ce « bâtard sensible », avait tout d’une remise en selle. Comme un retour dans le game des rencontres amoureuses versions spectacle vivant. 👉 Rentrée 2019 : Alexandre Kominek débarque au BO Saint Martin ! 👉 Accès direct à la critique du spectacle : zappe le bla-bla :) Une amie humoriste me confie qu’Alexandre Kominek est vraiment sympa. Son côté Roberto d’Un, dos, tres méga assumé couplée à cette information me bouleverse les hormones. Je m’attends à une expérience sensorielle boostée par les zygomatiques probablement inoubliable.

La Petite Loge : le Tournez Manège du spectacle vivant

Quoi de mieux, d’ailleurs, que le cadre intimiste de la Petite Loge pour concrétiser cette rencontre scénique. C’est là où j’ai découvert Charles Nouveau ou Jean-Philippe de Tinguy. Des mecs qui ont eu une influence énorme sur ma manière de voir l’humour et la vie aujourd’hui. Des mecs qui font aussi ma réputation de fan amoureuse. Quand j’ai su que Perrine de la Petite Loge en a parlé avec Mo Hadji, j’étais mal de traîner encore ce boulet-là, que je devrais assumer. Passer outre le fait que ça parle de moi avec bienveillance et un soupçon de pitié. C’est dans ma tête, les gens sont surtout bienveillants. Maintenant, je décide de cacher mes appréciations et de ne plus accorder ce statut de Dieu vivant comique. Grosse révolution.

Préliminaires

Dans ce contexte, je pense à cette soirée depuis que j’ai acheté le billet. Cela fait un bon mois. Inconsciemment, j’ai encore envie de me prendre au jeu, quitte à me casser les dents ou le cœur. Le rapport de séduction artiste/public est explicite comme jamais. L’intimidation se mêle à la gêne, je ne sais pas si je vais oser le premier rang. La veille au soir, j’espère être suffisamment en forme. Je ne veux pas vivre un truc à la Ghislain Blique — pour comprendre, écoutez-le sur scène. Le matin, je sors du lit le plus tard possible pour emmagasiner pléthore d’énergie. Plus ou moins inconsciemment, je « fais péter » la robe jaune. La rouge fait plus d’effet mais un taureau ne doit pas être tant sollicité le premier soir. On associe le rouge à la marque sportive et passionnée Ferrari, mais sa couleur historique, c’est le jaune. Comme Renault. Oui, il y a une subtilité à saisir dans le rapport de séduction. Il faut toujours la jouer fine. Bien évidemment, je n’ai aucune idée du niveau de conneries atteint dans le paragraphe précédent. Cela dit, j’ai cru comprendre la chose suivante. Si tu as l’air de t’amuser, et que tu t’en fous vaguement, alors tu marques des points. Ce n'est pas de moi, mais des gentilshommes.

L’avant-spectacle

J’arrive à la Petite Loge vingt minutes avant le show. Deux femmes attendent déjà : une mère et sa fille. Nous resterons trois spectatrices dans l’expectative de longues minutes. Je panique : Alexandre Kominek mérite une assemblée plus majestueuse que ça. Heureusement, deux autres personnes arrivent à la hâte. Je ne suis pas étonnée : sur le même créneau, Charles Nouveau ne faisait pas toujours des complets. Le spectacle débute, ça aurait pu aller. C’est juste que le reste était très, très en retard. À la billetterie et régie, Mélissa voyait son calme quitter la salle. Un type arrive et se rend compte que le spectacle n’est pas à 20h30 mais une demi-heure plus tôt. Nous sommes déjà en salle et j’aperçois les baskets du comédien qui trépignent derrière le rideau. J’avais choisi le deuxième rang, finalement. Les deux femmes du début étaient derrière moi, le couple encore derrière. Mon sang ne fait qu’un tour : j’implore les deux femmes de m’accompagner sur ce rang. Je sors la rengaine de pitié habituelle : c’est un jeune artiste, vous savez... Ce serait sympa pour lui. En vrai, le comédien a souvent plus peur que le public. Ok, il y a parfois des relous sur scène qui te font regretter ton assise. Mais connaissant le niveau de la bande des humoristes suisses (Jokers / Carac Attack), il n’y a rien à craindre. Elles me rejoignent. Au final, une dizaine de minutes plus tard, chaque rangée est bien garnie. Les derniers retardataires arrivent quand même en cours de route, ce qui doit faire ruminer un artiste en coulisses. Quand ces coulisses se composent d’un local poubelles, la coupe est pleine.

Le spectacle d'Alexandre Kominek

Le miracle se produit : le spectacle commence. Alexandre n’a pas l’air aussi assuré que lorsqu’il joue un personnage. La relation qui s’installe n’a rien à voir avec un rapport de force. Je trouve ça touchant qu’il ait un rictus systématiquement coordonné à l’un de nos rires. Après, je vous rassure, il maîtrise parfaitement cette entame. On est loin du jeune humoriste en PLS qui alterne entre trémolos et tremblements. Les premiers sujets sont tranquilles. Par expérience, je sais que ça va monter crescendo. On ne met pas les couilles sur la table d’emblée, mais on est content de les voir apparaître par surprise. Dans le spectacle vivant, j’entends. N’essayez pas ça avec trop de désinvolture par les temps qui courent... Le storytelling démarre. La salle est captivée, les rires augmentent comme prévu. Globalement, les sujets peuvent être lourdingues : le cul, la drogue, les prostituées. Or, le tout est amené avec beaucoup d’intelligence. J’hésite à dire que c’est fin, mais clairement ça l’est bien plus que nombre de ses concurrents.

La patte Fifty Fifty : ça ressemble à du Charles Nouveau, mais ça n'a rien à voir

Le phrasé et le rythme m’accrochent d’emblée. On sent qu’il a régulièrement partagé la scène avec Charles Nouveau. J’ai l’impression de voir son frère spirituel. C’est hyper agréable : aucun ne prend l’ascendant sur l’autre, les deux ont un niveau similaire. Certaines histoires sont bel et bien incroyables. Certaines thématiques sont plus inattendues, comme l’expérimentation sexuelle. Parler de certaines choses avec beaucoup de tact et sans vulgarité n’est pas donné à tout le monde. Des mégères risquent de ne pas être d’accord avec moi, mais je sais ce que j’avance. Je m’explique : parfois, Alexandre Kominek s’excuse d’être trash. C’est un bouclier anti-troll indispensable pour l’époque, mais si Kominek ne fait pas du Kominek, alors on ne peut plus rien dire. Et ce serait très, trop dommageable. Comme il le dit lui-même, ne cherchez pas une morale émouvante dans ce spectacle. Vous avez en revanche une série d’anecdotes racontées avec beaucoup d’humour et de légèreté.

Verdict : Alexandre Kominek, bâtard sensible ?

Le spectacle est en rodage, mais on n’a pas l’impression d’être un cobaye. Au contraire : malgré les circonstances un peu dures, Alexandre Kominek fait le job. La mise en scène est juste et équilibrée, l’utilisation d’éléments minimalistes du décor est intelligente... Bref, si vous analysez les spectacles d’humour ou si vous cherchez à passer un bon moment, vous risquez de passer une bonne soirée. Bien loin du rencard foireux que tu peux trouver sur Tinder et autres marchands douteux de bonheur moderne. Profitez, venez, et inversement.

Crédits photo

Alexandre Kominek © Manuel Firme [post_title] => Alexandre Kominek : mon rencard avec un bâtard sensible [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexandre-kominek-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-08-20 17:15:18 [post_modified_gmt] => 2019-08-20 15:15:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5201 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5094 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-31 17:44:07 [post_date_gmt] => 2018-08-31 15:44:07 [post_content] => La rentrée de l'humour s'annonce chargée ! Entre festivals, spectacles et 30-30, vous n'aurez pas le temps de tout voir. Et nous non plus. Le mieux, c'est qu'on se partage les rôles. Ça vous va ? Plus sérieusement, voici une sélection (non exhaustive !) des spectacles à voir en septembre.

Festivals : notre sélection

Soit tout le monde s'est mis d'accord pour organiser un festival en septembre, soit les événements humour se multiplient de manière exponentielle. Comme par magie, ils se succèdent sans se superposer. Bravo. Le plus médiatisé ? Debout Paris Festival, du 14 au 16 septembre ! Les principaux plateaux d'humour de la capitale changent de lieu. Trois péniches en bord de Seine vont accueillir les humoristes le temps d'un week-end et d'une vingtaine d'événements. La programmation est tellement massive que vous trouverez forcément votre bonheur. L'entrée de chaque plateau va de la gratuité (ou préréservation d'un euro) à 20 euros pour la soirée phare, la Topito Comedy Night. Il y a même une scène ouverte... Le plus militant ? Gala d'humour hommage à mai 68, le 17 septembre ! Article X, l'association étudiante de Nanterre créatrice de l'Arti'Show, organise la soirée. Elle réunira des humoristes engagés et des politiques. Le plus local ? Paris Paradis, du 21 au 23 septembre ! Le Parisien organise ce festival à la Félicita, un lieu situé à Station F. La Nouvelle Seine les conseille pour programmer les deux scènes stand-up, les 21 et 22 à 19 heures. Le thème de la soirée du 21 est girl power, on peut s'attendre à un plateau féminin. Paris Paradis annonce la programmation début septembre. Ce festival est davantage culturel que stand-up, l'idée est de donner envie aux parisiens de voir leur ville comme un paradis. Je n'arrive pas à écrire cette phrase sans avoir l'air cynique, mais c'est vraiment leur pitch. Le plus premium ? Festival désobéissant, du 23 au 30 septembre ! Vous y retrouverez de nombreuses têtes d'affiche en plateau ou en spectacle. Retrouvez la programmation complète sur le site du Théâtre des Deux Ânes.

La Petite Loge : notre sélection

Le plus petit théâtre de la capitale sait y faire en matière de programmation. S'il y a beaucoup de changements en cette rentrée, on vous conseille l'immanquable Alexandre Kominek. Issu de la nouvelle génération des humoristes suisses, il n'est pas là pour faire de la figuration. Le titre de son spectacle, Bâtard sensible, donne le ton. On retrouve également deux artistes en devenir : Clément K et Morgane Cadignan. Leur préparation dure depuis des mois. Ils ont accumulé les plateaux et les 30-30 en se faisant remarquer, un peu comme Nadim à ses débuts sur scène.

Théâtre du Marais : notre sélection

En cette fin d'année, vous allez continuer d'aimer le Théâtre du Marais. Ce Point Virgule 2.0 poursuit sa programmation de qualité. On vous propose d'y découvrir quatre filles. D'abord, les immanquables Marina Rollman et Melha. Plébiscitées par la critiques, elles ont une singularité à ne pas manquer. Le Théâtre du Marais, c'est aussi l'antre d'Alexandra Pizzagali et Marion Mezadorian. Le grand public a découvert la première avec sa vidéo sur les femmes enceintes. Son personnage trash éveille les trolls, qui s'en donnent à cœur joie sur le web. Dommage qu'elles ne prennent pas la peine de voir le spectacle en entier, elles comprendraient ce qui se trame. Mais quand on veut déverser sa haine, on ne réfléchit pas. Marion reprend quant à elle son spectacle Pépites. Elle sort du tournage d'un film avec Kad Merad, où elle occupe un second rôle. Cet été également, elle s'est rendue au festival Comediha au Québec aux côtés d'humoristes tels que Paul Dechavanne. La machine est en marche ! Entre poésie et émotion dissimulée par du trash, ces deux artistes vous étonneront en cette rentrée de l'humour !

Point Virgule : notre sélection

Malgré ma comparaison entre le Théâtre du Marais et le Point Virgule, ce lieu garde ses lettres de noblesse. Après Philippe-Audrey Larrue St-Jacques, c'est au tour de François Bellefeuille de jouer des exceptionnelles les 9 et 10 septembre. Je connais une fan absolue de l'humour québécois qui attend ça avec impatience. Elle me bombarde littéralement de messages en cette rentrée de l'humour. Dans les spectacles réguliers, on vous conseille les immanquables Panayotis, Fadily Camara et Greg Romano. On vous encourage aussi à découvrir Didou. Passé par le Trempoint et... le Théâtre du Marais, Didou est aussi énergique sur scène que drôle. C'est un vrai plaisir de le voir jouer.

Théâtre de Dix Heures et Palais des Glaces : notre sélection

On vous propose un même humoriste dans deux salles différentes, avec deux spectacles distincts. Charles Nouveau propose son seul-en-scène habituel, Joie de vivre, et Hors-Jeu, son spectacle 100% foot. On l'a vu en rodage au Paname Art Café puis au Point Virgule. Autant vous dire que les deux spectacles sont déjà bien travaillés. Vous pouvez voir Joie de vivre au Petit Palais des Glaces, ce qui me réjouit. Avoir le DVD d'Eric et Ramzy au Palais des Glaces dans ma bibliothèque rend ce lieu culte à mes yeux. Grâce à Charles Nouveau, je vais le découvrir en vrai avec une certaine émotion. C'est peut-être un peu trop, mais pour moi ça veut dire beaucoup. En plus de Charles Nouveau, le Théâtre de Dix Heures accueille aussi Charlotte Creyx. Je vous la conseille en découverte, même si pour moi, cette fille a beaucoup plus de bouteille.

Sentier des Halles : notre sélection

Acquis par Jean-Marc Dumontet, le Sentier des Halles continue sa transformation en cette rentrée de l'humour. Cette salle accueille toujours la nouvelle coqueluche de France Inter, Agnès Hurstel. Cette titularisation, qui fait rêver Charles Nouveau sur une radio concurrente, va révéler cette humoriste à l'ascension express. Vu son talent, ses réussites sont méritées. En 2017, on l'avait classée parmi les 5 humoristes marquants de l'année aux côtés de Gaspard Proust... Excusez du peu ! Le Sentier des Halles accueille aussi une soirée 100% espagnole, le Buena Risa Social Club. Tristan Lucas, qui gère le Mokiri et fait de très bonnes blagues, présentera la soirée. Le nom de cette soirée vous dit sans doute quelque chose. C'est en effet l'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La soirée 100% espagnole du festival 2019 est déjà prévue pour février prochain au Grand Point Virgule.

Comédie des 3 Bornes : notre sélection

Pour cette rentrée de l'humour, Laurent Sciamma change le titre de son spectacle. Il jouera Bonhomme à la Comédie des 3 Bornes. Je dois vous avouer que ce changement de titre me donne vraiment envie de le voir. Je l'ai vu énormément jouer au Beach Comedy Club. Or, je ne percevais pas bien sa singularité. Une heure debout était un titre trop vague. Pourquoi irai-je voir un énième gars parler une heure debout dans un micro ? Avec Bonhomme, on comprend sa valeur ajoutée. Laurent Sciamma est très au fait des sujets comme la masculinité. Non seulement, c'est un sujet qui marche bien en ce moment, mais il maîtrise et fait beaucoup rire sur celui-ci. On vous propose un pari. Comme Salomé Partouche dans Fusée, la Comédie des 3 Bornes propose une nouvelle pièce de théâtre avec une humoriste habituée des plateaux. Sophie Imbeaux jouera Le monde merveilleux du colibri suite à quelques dates de rodage ces derniers mois. Elle fait également partie du duo Jeux de Planches avec Alexandra Desloires.

Quelques 30-30 : notre sélection

Ghislain Blique et Pierre Thevenoux reviennent pour un nouveau 30-30 au 33 Comedy ! Après une soirée réussie fin août, ils récidivent le 5 septembre. Comme dirait Cristina Cordula, ces deux-là sont très tendance en ce moment. Vous risquez de les affectionner, on parie là-dessus ! via GIPHY Faites aussi de la place pour des jeunes pousses ! Murphy et Julie-Albertine proposent également un 30-30 à la Boîte à rire, le 18 septembre. Si vous ne la connaissez pas, Julie-Albertine présente le podcast Sex is comedy. C'est comme ça que je l'ai connue et c'est grâce à ça que j'ai envie de la découvrir davantage.

Rentrée de l'humour : en résumé

Pour cette rentrée de l'humour, il faut vraiment se cloner pour voir tout cela. Prendre un congé sabbatique est aussi une idée. La bonne nouvelle, c'est que si ces spectacles sont vraiment bons, on pourra les revoir lors de plein d'autres occasions ! La rentrée de l'humour va être dense. Faites votre choix.

Crédits photo

Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival © Christine Coquilleau [post_title] => Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-paris [to_ping] => [pinged] => http://lesentierdeshalles.fr/billetterie/ [post_modified] => 2019-03-08 10:54:35 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:54:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5094 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4323 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-13 14:54:06 [post_date_gmt] => 2018-05-13 12:54:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Comédie et talk-shows font bon ménage. On idolâtre volontiers David Letterman, Jimmy Fallon ou encore Stephen Colbert et John Oliver. Au spot du rire, on a cependant une préférence pour une création suisse : Mauvaise langue ! Depuis février, ce rendez-vous est devenu un incontournable. Je peux arrêter toute autre activité pour le regarder religieusement. Voici pourquoi.

France et talk shows : travail en cours

En France, Canal+ propose quelques concepts intéressants. Kevin Razy adapte très bien le concept de Last week tonight avec John Oliver. Dans Rendez-vous avec Kévin Razy, quelque chose me gêne néanmoins. Plus récemment, un autre Thomas s'est lancé dans un programme hybride : Thomas Ngijol et Selon Thomas. Au début, j'étais un peu gênée par les thèmes que je trouvais attendus. Oui, je suis devenue difficile, mais j'ai donné une deuxième chance et elle était salvatrice : je m'étais trompée, il m'a bien fermé le clapet. Bravo. Les acteurs du monde comique le savent : Gad Elmaleh a tenté un remake du SNL américain, raillé. Le Hanounight show n'a pas rencontré le succès escompté. Depuis quelques mois, Eric Judor et Bun Hay Mean parlent d'un projet de talk show. Ce talk show tant fantasmé a refait surface dans l'actualité, avec l'implication possible de Ramzy. Mais avec la troisième saison de Platane prévue pour 2019, on peut penser que tout cela prenne un peu de temps à s'installer. En tout cas, l'ambiance retrouvailles tourne à plein régime. On pourrait aussi vous parler du retour du Burger Quiz, mais ce serait voler la vedette à ceux dont on veut vous parler depuis le début !

Mauvaise langue : une tribune à la hauteur de la nouvelle génération suisse

Alors, qu'est-ce qui fonctionne en Suisse ? Comment se fait-il que même si leur politique locale m'est méconnue, je parviens à apprécier leur création ? La réponse : un casting aussi gratiné que sur un Ocean's Eleven. Appréciez ces noms : Charles Nouveau, Thomas Wiesel, Marina Rollman, Alexandre Kominek, Nathanaël Rochat, Yoann Provenzano... Nombre d'entre eux participent à Mauvaise langue et se côtoient depuis longtemps. Pour résumer : la scène stand-up suisse est hype. On se l'arrache, ils sont tous excellents. Drôles, ils ont chacun leur univers propre. Bercés au stand-up américain, ces humoristes allient bien l'ensemble de leurs expériences pour proposer des créations exquises sur scène et à l'écran.

De Carac Attack à Mauvaise langue : une leçon de comédie

Leur rampe de lancement, c'est la chaîne hilarante Carac Attack. Voici par exemple ma vidéo préférée sur les commentateurs sportifs. La précision des imitations est millimétrée. Charles Nouveau commente même pour de vrai sur la RTS, et ce grâce à cette compétence d'imitation journalistique. On en profite pour vous rappeler son spectacle 100% foot le 15 mai au Théâtre de Dix Heures. Après quelques mois de rodage au Paname, ne manquez pas ce showcase. On vous rappelle qu'il est conçu pour les fans de football et ceux qui ne le sont pas.
Dans cette vidéo, vous avez sûrement reconnu Blaise Bersinger. La bizarrerie est sa normalité, une étrangeté maîtrisée pour notre plus grand plaisir. Plutôt que vous le décrire, on préfère vous donner un exemple supplémentaire. Dans cette vidéo, Blaise incarne un ingénieur du son et tout est sublime.
Dans Mauvaise langue, Blaise est le numéro 2. Ce véritable trublion vient interrompre le flow méticuleux du maître de cérémonie, Thomas Wiesel. Ses commentaires toujours à côté de la plaque ont un effet comique implacable. Thomas Wiesel en perd parfois même le fil. Le tout apporte de véritables pépites télévisuelles toutes les semaines. En France, vous avez sûrement vu Thomas Wiesel dans Quotidien. Je trouvais que cette émission lui allait mal. Elle lui donnait une étiquette un peu lisse où l'on ne voyait pas sa singularité. Thomas Wiesel ose beaucoup de choses, quitte à se retrouver dans quelques polémiques. Mais ce gars est réglo : il s'excuse quand il va trop loin et ne cède jamais à la censure. Forcément, on aime. Entre parenthèses, cela passe parce qu'il a de l'esprit et une vraie plume.

Mauvaise langue : la recette d'un succès

Poser des têtes d'affiches sur un programme, c'est un début. Prendre un concept qui marche (le talk-show) peut aussi amorcer quelque chose. Mais la qualité véritable est ailleurs. J'ai eu l'émission Mauvaise langue sous les yeux. J'ai regardé les vidéos sans me faire prier. La magie opère, et je répète l'opération. Cela devient une habitude. L'idée que les humoristes suisses sont vraiment bons s'ancre dans ma tête. Le processus d'addiction est désormais bien installé. Bravo, chapeau les gars ! Pour voir si l'alchimie opère pour vous aussi, c'est possible : la RTS, qui diffuse le talk-show, lui dédie une playlist YouTube. Installez-vous confortablement, et lancez le processus ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=YsSlWFnvASg&list=PLkDhl_ki3WcFldbU3GmcrkeSmnqI4-cjz" title="Mauvaise langue : toutes les vidéos"][vc_column_text]

L'équipe de Mauvaise langue sur scène

Le Gala de Mauvaise langue réunira tout ce beau monde au Théâtre de Beaulieu (Lausanne) le 9 juin à 20 heures. Je ne sais pas vous, mais j'ai bien envie d'une virée helvétique le mois prochain...

Crédits photo

© Radio Télévision Suisse - Mauvaise langue / Capture d'écran vidéo[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-suisse-wiesel-talkshow [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:47:02 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:47:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4323 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 2573 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-04 09:45:28 [post_date_gmt] => 2017-09-04 07:45:28 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Félix tout court, Jean-Patrick, Alexandre Kominek, Haroun et un type qui fait des vlogs vont vous faire rire aux éclats ! L'occasion de prolonger encore un peu les vacances... [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=bGDPreKF_qY" title="Félix tout court - Mes vacances à Paris"][vc_column_text]L'humoriste porteur de joie Félix Djhan nous rappelle que tout le monde n'a pas le privilège de partir en vacances. Mais rester à Paris peut se révéler une aventure digne d'une émission de télé-réalité dédiée à la survie en milieu sauvage.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=adNBZYt8pzU" title="Jean-Patrick / Je Suis Lapin : de Bourges au Théâtre Le Lieu"][vc_column_text]Notre découverte humoristique du mois dernier, Jean-Patrick, nous propose un teaser étrange pour son spectacle au Théâtre Le Lieu. Pour rappel, la première est prévue le lundi 11 septembre. Découvrez le phénomène ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_7TmUHOb1eI" title="Alexandre Kominek - le métier d'imprésario parodié"][vc_column_text]Alexandre Kominek et Carac Attack ont encore frappé. Les victimes du moment, ce sont les imprésarios ! Une parodie efficace et très bien montée, comme d'habitude pour cet excellent collectif humoristique suisse.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=qvVOIsd0NcU" title="Haroun - Tournée des barbeuks, édition Bretagne"][vc_column_text]Haroun a frappé fort après sa petite blague sur les barbecues lors de son spectacle élections. L'humoriste stand-up a ensuite lancé un processus participatif : le principe était de permettre au public de l'inviter à un barbecue. En contrepartie, quelques sketches étaient joués dans une ambiance intimiste. Si vous l'avez manqué, voici le passage d'Haroun en Bretagne.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=rfJ1zz4u3lM" title="Le Fringe à Edimbourg - Et le prix du vlog le moins raté revient à..."][vc_column_text]Le Fringe festival à Edimbourg est à peine terminé que les vlogs commencent à s'installer sur YouTube. Le spot du rire a visionné certains d'entre eux et vous a sélectionné le vlog le moins raté trouvé sur YouTube pour cette édition 2017 ! Parce que regarder des gens manger de la nourriture écossaise ou découvrir une chambre d'hôtel, c'est une perte de temps que l'on souhaite vous épargner. De rien. Fait intéressant : chaque visiteur du Fringe a sans doute vécu une expérience différente tant les spectacles, stand-up ou autres formes d'humour, étaient nombreux et différents.[/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J’espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-ete [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:27:58 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:27:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2573 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 9 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1009548 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-13 08:24:00 [post_date_gmt] => 2020-11-13 07:24:00 [post_content] =>

Juste avant le premier confinement, j’ai pu voir le spectacle d’Alexandre Kominek au Théâtre BO Saint Martin. Mes derniers souvenirs heureux en spectacle vivant m’accompagnent au cœur de cette nouvelle épreuve solitaire… Je vous invite donc à les partager, histoire que nous traversions cette épreuve tous ensemble, avant de renouer avec le plaisir de rire… et plus si affinités.

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : un plaisir coupable à consommer sans modération

J’ai toujours vu les heures d’Alexandre Kominek avec une dimension personnelle. Quand je l’ai découvert à la Petite Loge, j’avais proposé l’angle du rencard pour découvrir le « bâtard sensible » qui se produisait sur scène.

Au BO Saint Martin, il n’était plus question de « bâtard sensible », puisque le nom du spectacle avait disparu. En revanche, la démarche restait personnelle puisque je choisissais de voir ce spectacle le jour de mon anniversaire. On retrouvait cet angle de plaisir coupable, égoïste ou défendu, c’est selon.

Ces démarches ne sont pas anodines. Si nous voyageons dans l’histoire de la comédie, les artistes qui jouent sur l’angle de la séduction sont nombreux. Alors, comment innover quand on suit les traces d’un marronnier comique ? La seule carte à jouer, c’est celle de la sincérité. Parce que tout le monde séduit, que cela se termine avec perte et fracas ou succès et donzelles. Et cela, Alexandre Kominek l’a bien compris et le célèbre avec brio.

Kominek, la bête de scène

Certains la jouent martyrs romantiques, d’autres losers sentimentaux. Alexandre Kominek est plus une bête de scène : plus animal, plus graphique. En somme, c’est le pire cauchemar/homme providentiel de toutes les Madame de Tourvel de ce monde… En d’autres termes, celui qui réveille toutes celles qui se cachent derrière un puritanisme de façade.

Résultat : le rire est aussi animal que l’artiste sur scène. Oubliez la pudeur, Alexandre Kominek préfère la dévotion. Un jeu impeccable, des anecdotes plus folles les unes que les autres, et cette dérision teintée de sensibilité qui enrobe le tout.

Malheureusement, ce type d’œuvre culturelle laisse parfois certains critiques de marbre. Jugée pas assez sophistiquée ou recherchée, tombant dans de la vulgarité, parfois… Laissez-moi contredire ces bienpensants et autres coincés du rire. Au risque de les décevoir, il y a de la finesse dans cette débauche hilarante, du message sous-jacent derrière ces moments de vie à la gloire relative… Seuls ceux qui passent outre les préjugés peuvent en profiter, et je ne boude pas mon plaisir de faire partie de cette caste !

Je terminerai avec ce bonus : après le spectacle, Alexandre me confiait sa déception. Il venait de jouer en Suisse et sortait de plusieurs soirées très réussies. À Paris, dans la nuit de cette fin d’hiver, il semblait refroidi. Malgré une prestation que je trouvais bonne, les premiers effets de la crainte de la pandémie avaient raréfié les spectateurs dans la salle. Sa déception démontrait qu’il ne se reposait pas sur ses acquis et en voulait toujours plus. Le marqueur d’un futur grand du rire.

[post_title] => Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => alexandre-kominek-bo-saint-martin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 16:43:27 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 15:43:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009548 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 9 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 9f9cc622905983f008c517ab95c9678b [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Alexandre Kominek

Alexandre Kominek au BO Saint Martin : affiche de son spectacle

Alexandre Kominek enflamme le BO Saint Martin

Étoiles espoir humour du Parisien : line-up et affiche de la soirée à l'Européen

Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien

Pantoufles, la web-série de Couleur3

Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Sorties humour incontournables : Lucie Carbone sur scène

J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre

Rentrée de l'humour : Alexandre Kominek dans Bâtard Sensible

Alexandre Kominek : mon rencard avec un bâtard sensible

Rentrée de l'humour : Laugh Steady Crew au Debout Paris Festival

Rentrée de l'humour : sélection de spectacles à Paris

Mauvaise langue : le talk show de Thomas Wiesel

Mauvaise langue - Quand la Suisse produit les meilleurs talk-shows

La sélection vidéo humour été : photo d'illustration

La sélection vidéo humour de l'été - Vacances, j'oublie tout