WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => louis-chappey
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 616
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => louis-chappey
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 616
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => louis-chappey
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 616
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => louis-chappey
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 616
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 616
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 616
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => louis-chappey
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 616
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (616) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (616) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (616)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010834
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-05-30 10:59:11
                    [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11
                    [post_content] => 

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010200 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-19 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-19 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 51 à 60

Suite à l’esquisse de nos contemporains signée Karim Duval, Florence Mendez (51) séduira le public. Sous ses airs inoffensifs se cache une humoriste à l’univers teinté d’une noirceur éclatante !

Le suivant sera tout aussi habitué au contact des enfants. En effet, après l’ancienne professeur des écoles, Louis Chappey (52) parlera peut-être de l’un de ses premiers sujets de stand-up. De quoi s’agissait-il ? Facile : son ancien statut d’animateur de maternelle ! Le franc-parler de la flamboyante Laura Calu (53) viendra ensuite électriser l’Européen.

Une salle de nouveaux talents connus des initiés

Une salle qui sera ensuite saisie par la proposition aussi qualitative qu’expérimentale d’Adrien Montowski (54).

Ensuite, Anne Cahen (55) viendra recentrer la soirée autour d’un univers stand-up. Sa prestation sera inédite pour le plus grand nombre mais déjà connue des (très) initiés. Autre humoriste connu par une niche d’observateurs, Guillaume Guisset (56) fera bien plus que marcher sur les traces de Gaspard Proust avec son univers singulier.

Un univers tout aussi singulier attendra les spectateurs au tournant. Anne Dupin (57) a peut-être disparu des écrans-radar. Cependant, les dénicheurs de talent n’oublient pas son spectacle au Théâtre la Cible… Ou encore ses expérimentations au Laugh Steady Crew.

Le prochain humoriste, vous le connaissez pour ses premières parties de Blanche Gardin, ses chroniques matinales et autres commentaires sportifs. Harold Barbé (58) captera enfin la lumière qui lui manque tant pour briller.

Vous l’entendez de plus en plus, Rosa Bursztein (59) devra trancher entre relations et actualité pour peupler sa minute réglementaire. Quel que soit son choix, elle ne laissera pas indifférent ! Pour clore cette soirée, il fallait un grand du rire. Non pas par son nom, mais par sa taille. Celle qui lui fait voir le monde sous une autre perspective, avec plus de recul. Réda Seddiki (60) aura la lourde tâche de faire rêver une dernière fois le public. Public qui sera ébloui par la constellation du rire qu’il aura pu observer en seulement une heure de temps…

Cela sera passé vite, assurément. Certains auront envie de tous les revoir, d’autres feront leur sélection. Quoi qu’il advienne, cette soirée sera mémorable.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Retrouvez le reste des artistes que nous avons sélectionné pour vous sur les cinq autres articles publiés ce mois-ci !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-6 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-01-25 10:26:12 [post_modified_gmt] => 2021-01-25 09:26:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010200 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6162 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-21 12:08:56 [post_date_gmt] => 2019-04-21 10:08:56 [post_content] =>

Kévin Robin et Maxime Stockner, vous connaissez ? Les deux nantais, qui tiennent la chaîne YouTube 2 tocards font du stand-up, jouent parfois à Paris. En avril, ils sont venus l'un après l'autre... et c'était notre événement du mois d'avril !

2 tocards font du stand-up : les artistes les plus ponctuels du game

Nous sommes le mardi 9 avril et je me rends à La Grange en avance pour le 33 Comedy. Près de deux heures en avance. Je me dis que je vais sûrement m'ennuyer, mais non : Kévin Robin, fraîchement débarqué de Nantes, arrive quelques minutes après.

Le serveur me demande si je joue ce soir, je lui réponds non mais je lui fais signe que le gars à côté de moi, si. Là, j'ignore ce qu'il se passe dans la tête de Kévin, mais je décline mon identité rapidement.

C'est qu'avec le stand-up, tu as l'impression de déjà connaître ces gens. C'est comme s'ils étaient des amis éloignés, pour reprendre la terminologie des Sims. La première fois que je l'ai vu, c'était au Campus Comedy Tour où Paul Mirabel est devenu l'étudiant le plus drôle de France. Il jouait en invité outsider, et ça avait l'air plutôt pas mal.

Rencontrez la nouvelle-nouvelle génération stand-up

Bien entendu, ensuite, le web a pris le relais. On parle de la chaîne des tocards, bien entendu, mais pas seulement. Si je me souviens bien, c'est là où j'ai adoubé Le Meilleur Podcast. Avec Maxime Stockner et la bande du vrai meilleur podcast de France, leurs canulars téléphoniques me rendaient complètement marteau.

Pour la petite histoire, c'est grâce à Fabien Guilbaud que j'ai découvert cette pépite. J'ai ensuite eu du mal à dénicher l'épisode ci-dessus car il y a deux Meilleur Podcast. L'autre est pas si mal, mais trop en vue pour nous faire vraiment kiffer. Il y avait quand même deux épisodes intéressants pour la ligne édito du spot du rire. Ceux avec Rémi Boyes et Panayotis ont su me plaire. Fin de la parenthèse. On reviendra sur ce bijou de baladodiffusion plus tard.

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin au 33 Comedy

Revenons à l'essentiel : comment se passe la première conversation avec Kévin Robin ? Eh bien, je ne peux vraiment pas tout dévoiler, mais j'ai montré l'exemple. Les coulisses de stand-up, ce sont des anecdotes drôles sur tout le monde. J'ai décidé de lui montrer que moi aussi, j'avais des dossiers. Naturellement, on n'en parlera pas ici, mais on a bien ri avec Jean-Patrick et Ghislain, qui nous rejoignaient ensuite.

Antek ? Comme souvent, il traîne à la Debjam, la scène des découvertes du Comedy Club. A cause de Mourad Winter qui a posé un lapin aux organisateurs, la soirée se compliquait : ils devaient jouer plus longtemps pour ne pas être en déficit de comiques. Antek a à peine eu le temps de poser ses affaires qu'il débarquait sur scène, les lunettes pleines de buée. Le 33 Comedy sait gérer les situations extrêmes.

Même s'il est passé en premier, Kévin Robin a connu un passage plus que correct. Le public était très exigeant ce soir-là, mais pas prise de tête pour autant. Dans ces conditions idéales pour tester, j'ai trouvé la soirée réussie.

Merci qui pour amener les 2 tocards ? Merci Alexis le Rossignol !

Précisons ici que Kévin Robin, puis Maxime Stockner la semaine suivante, obtenaient des dates prestigieuses plus facilement que d'autres. Samedi, on s'est revu au Comédie Paradiso avant qu'il n'aille jouer à l'Underground Comedy Club. Excusez du peu !

Tout ça, c'est grâce à leur copain Alexis le Rossignol, passé par Nantes également avant d'être révélé par le FUP. Autant vous dire que c'est une très bonne chose : il nous faut ces échanges-là avec la deuxième ville stand-up de France. Je serais passée à côté de belles soirées sans ces deux compères.

2 tocards font du stand-up : Maxime Stockner enchaîne

Tandis que Kévin Robin repartait pour Nantes, il voyait plus ou moins Cyril Hives emprunter le chemin inverse. Je ne connais pas la chronologie, mais Cyril squattait quelques temps chez les Tocards (tocards ? Sont-ce des monuments nécessitant un nom propre ? L'enquête est en cours.).

Là-bas, il a même laissé son enregistreur magique, celui de son podcast Clap Clap. Il est aussi axé sur les coulisses du stand-up ; de fait, on apparaît dedans !

Maxime Stockner, je l'ai aussi vu deux soirs. A chaque fois, il jouait. A chaque fois, il y avait Cyril Hives. La première fois que je l'ai vu, il en était à sa deuxième scène parisienne de la semaine. Son baptême de la semaine, il l'a vécu au Start-up Comedy Club, un endroit que j'évite généralement, même si les programmations sont bonnes et Guillaume Dollé est une crème.

J'aurais peut-être dû opter pour ça, parce que je découvrais le Wishing Light Comedy Club... Et c'était n'importe quoi. On était comme dans un podcast des tocards. Déjà, le MC Louis Chappey était porté disparu, et finalement à l'Arti'Show après enquête. On était donc 4 : moi, Maxime Stockner, Cyril Hives et Ghislain Blique.

Toujours présent, malgré le retard

Ensuite, Julie-Albertine puis Adrien Arnoux venaient constater les dégâts. Dans la rue de Lappe, l'endroit le plus glauque-attachant de Paris, je me faisais enfumer. Le public attendait depuis une heure, avant qu'un événement de beatbox débute la soirée.

Louis Chappey n'étant toujours pas là, Cyril Hives a assuré la chauffe. Pour rappel, il était juste là parce qu'il hébergeait Maxime Stockner (et qu'il voulait gratter 5 minutes). Au final, c'est l'un des seuls à avoir réussi à dompter cette salle refroidie par mille paramètres de plateau pourri. J'étais ravie de revoir Maxime Stockner le lendemain. En attendant, on finissait la soirée au Motel avec Cyril Hives, Maxime Stockner et Avril (qui sortait d'une session de travail intensive avec Thierno Thioune).

Comédie Paradiso : le bouquet final pour 2 tocards font du stand-up

Revenons quelques jours en arrière. La semaine en cours avait très mal commencé pour moi. J'ai vécu mon pire plateau le mercredi, au 917 Comedy. Déjà, le micro était trop fort, et il y avait Jean-Baptiste Mazoyer. Deux éléments qu'il ne faut surtout pas associer, puisqu'il beugle ses imitations dans cet objet de torture. Ils ont fait un happening et on a cru qu'il allait y avoir une bagarre en plein plateau. Audrey Jésus n'était pas dans la confidence, et voulait intervenir pour éviter le pire. En plus, un groupe de professionnels ne respectait vraiment pas les codes du stand-up.

Alors après ça et le Wishing, je souhaitais juste arrêter tout. Fort heureusement, le duo Omar (DBB) et Manu (Bibard) allait sauver le game. Cela fait deux samedis de suite que je m'y rends. Et c'est déjà mon troisième Comédie Paradiso. Ou deuxième et demi, j'avais un spectacle ensuite et je n'avais vu (et filmé) que Pierre Thevenoux.

Line-up gagnant

Je ne me rappelle plus avoir assisté à un plateau sans fausse note. Le Comédie Paradiso du 20 avril rentrait dans ce club très, très sélect. Tout le monde était bon, et pourtant, il y avait des humoristes avec peu d'expérience. Comme quoi, la sélection fait tout. Une bonne chauffe, une explication ni trop courte ni trop longue et un enchaînement pro... Tout était là. En plus, Cyril Hives assurait la chauffe côté salle en encourageant très fortement chaque humoriste. Fabien Guilbaud clôturait la soirée avec sa guitare et ses blagues vraiment bien dosées. En plus, il a mis une citation du spot du rire sur son nouveau flyer de spectacle à la Petite Loge, alors j'étais sur un nuage.

Et là, Maxime Stockner, nouvel étudiant le plus drôle de France après Paul Mirabel, était bien meilleur que la veille. Il a emporté le public avec son air un peu nonchalant, ses blagues sur les bides et ce petit truc qui fait que les 2 tocards sont des bêtes de scène encore méconnues. L'ADN de la chaîne YouTube était tellement là sur scène et au-delà. Promesse tenue ! Les parisiens, soyez prêts : ils devraient revenir en mai en même temps.

Running gag sur le Meilleur Podcast

Dans le public, il y avait aussi Arezki Chougar, l'un des protagonistes du Meilleur Podcast (le vrai dans mon cœur). Il était comme je l'imaginais : ses anecdotes se déclinaient à l'infini, et il m'a promis qu'il enregistre un podcast ce lundi... avec ma dernière découverte humour. Celle de ce mois-ci était aussi sur le plateau, et je vous en parle très vite !

Voilà la recette de la pure soirée stand-up : tous les ingrédients étaient là, comme une réconciliation après deux prestations difficiles dans des endroits nuls à chier. Merci donc à Kévin Robin et Maxime Stockner de m'avoir redonné le goût des soirées humour en plateau. La tâche était ardue, mais avec les bandes du Laugh Steady Crew et du 33 Comedy (+ Cyril Hives et les podcasteurs du dimanche !), tout était réuni. La nouvelle génération que j'attendais tant est bien au rendez-vous. Allez la découvrir et continuez de nous lire, il reste tant à écrire...

[post_title] => 2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 2-tocards-font-du-stand-up [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:12 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6162 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010834 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-30 10:59:11 [post_date_gmt] => 2021-05-30 08:59:11 [post_content] =>

Louis Chappey fait partie des valeurs sûres de la nouvelle génération humour. Il est généralement au rendez-vous, mais comment faire pour qu’il sorte du lot ?

Louis Chappey : une masterclass d’efficacité comique, un personnage à valoriser ?

Depuis plusieurs années, je promets une place à Louis Chappey comme découverte humour. Sauf qu’avec le temps, je me rends compte qu’il y a souvent eu un paramètre qui me retient. Louis Chappey, c’est une valeur sûre, il fait globalement rire tout le temps, sur tous les terrains… Mais pourquoi lui plutôt qu’un autre ?

Il fait partie des stand-uppers efficaces, qui peuvent produire des vannes sur de nombreux thèmes. Il a aussi un capital sympathie très fort. Quand il délivre ses vannes avec ce sourire taquin (ceux qui l’ont vu sur scène voient de quoi je parle), ça marche.

Circulez, il n’y a rien à voir, donc ? On pourrait croire que l’originalité manque. Effectivement, on n’est pas sur un humour absurde et perché à la Adrien Montowski : c’est simple, efficace. Or toute sa force comique passe par des messages subliminaux. Quand Louis Chappey s’engage, ça se fait en douceur, on ne s’en rend même pas compte.

Je l’ai vu en première partie de Pierre Thevenoux au Point Virgule. Le pensionnaire du Laugh Steady Crew délivrait des vannes sûres, enchaînait sans difficulté, en toute décontraction. Mais l’observateur aguerri notait aussi quelques ruptures de rythme de qualité pour changer d’atmosphère et nous emmener là où il le souhaite.

La #TeamChap : une présence sur Instagram complètement dingue

Si sur scène, Louis Chappey s’affirme plus par l’efficacité que la singularité, sur le web et les réseaux sociaux, il sort réellement du lot. Chansons improbables, montages vidéo volontairement cheesy, nouvelles créations à chaque nouveau palier d’abonnés… Tout est fait pour se démarquer.

Et ça marche : l’humoriste a même lancé une cagnotte pour récupérer des dons d’un euro par personne, juste pour la blague. Sur Twitch, il a même lancé un concept où il mêle jeu vidéo de guerre et introspection. Parler de solitude, d’amour en abattant des ennemis : c’est réellement ce qui meut la jeune génération. Actuellement, il réfléchit à proposer de nouveaux formats encore plus en adéquation avec ce qu’il veut proposer artistiquement.

Dans ces propositions artistiques, on comprend finalement que Louis Chappey a la capacité de saisir son époque et provoquer des rires sur tous les supports. En réalité, on comprend qu’il est régulièrement au rendez-vous et qu’il devient facile de le prendre pour acquis, de ne pas savoir quel est le bon moment pour le promouvoir. Et donc de passer à côté de la chance d’en parler.

Cela l’empêchera-t-il de réaliser des coûts d’éclat ? Actuellement, il va dans la bonne direction. S’il continue sur ce rythme de progression, il aura toutes les cartes en main pour devenir une rock star comique. Ça tombe bien, avec plusieurs 30-30 dans les pattes, il pourra rapidement proposer un spectacle. D’autant plus qu’il lui reste bien des années devant lui pour parfaire son personnage scénique.

Crédits photo

© francetv slash / Autour de… / Capture d’écran YouTube

Bonus Track Back Story : Louis Chappey en interview sur une radio underground

[video src="https://irm.radio/episodes_diff/irmdr-S01E17_large.m4v" /]
[post_title] => Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => louis-chappey-humoriste-influenceur [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-30 11:31:14 [post_modified_gmt] => 2021-05-30 09:31:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010834 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7df932e0531077ea1122eac46d5734ed [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Louis Chappey

Louis Chappey, stand-upper dans Autour de / francetv slash

Louis Chappey, influenceur en herbe ou future rock star comique ?

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 6/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 6/6

2 tocards font du stand-up : Kévin Robin et Maxime Stockner de passage à Paris

2 tocards font du stand-up : je les ai rencontrés !

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains