Publications liées au mot-clé : Thomas Angelvy

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => thomas-angelvy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 461
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thomas-angelvy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 461
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => thomas-angelvy
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 461
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => thomas-angelvy
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 461
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 461
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 461
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => thomas-angelvy
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 461
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (461) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (461) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (461)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 8161
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-01-13 12:39:12
                    [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12
                    [post_content] => 

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 5561 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-18 21:45:53 [post_date_gmt] => 2019-01-18 20:45:53 [post_content] =>

Les Best de l’Humour organisent des présélections pour la finale du 29 janvier dans de nombreux lieux. À Paris, j’ai assisté aux 2 soirées pour départager 38 humoristes en 2 finalistes. Retour sur cette expérience qui m’a beaucoup appris.

Lire aussi - Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélection Paris Best de l'Humour, acte I : Clément K et le reste du monde

Au début, je savais que Clément K tentait sa chance. Pour moi, connaissant le fonctionnement du concours, il allait gagner cette première soirée et ma présence ne serait pas utile. En voyant les sélectionnés, j’ai pensé que Marc Tourneboeuf avait aussi ses chances. Son expérience (entre cours Florent, théâtre, cinéma...) le plaçait dans la catégorie des pros.

Ensuite, j’ai appris qu’il se lance dans le seul-en-scène. C’est sûrement pour ça qu’il jouait la carte du mec à découvrir. Avant de le voir sur scène, j’espérais qu’il en avait plus à offrir qu’un joli minois et un positionnement marketing sur la poésie. Been there, bro.

Enfin, j'estimais que Klotilde allait se distinguer. Deuxième selon mon classement, elle termine finalement troisième derrière Marc. Le reste, mis à part Maxime qui semblait un peu original, on aurait pu s’en passer. Je dis cela comme un professeur avait dit à Roman Frayssinet :

Tu m'as fait perdre mon temps.

Evidemment, aujourd'hui, Roman est une rock-star de l'humour. Je souhaite que les personnes qui participaient aux sélections s'en souviennent et ne prennent pas pour vérité générale ce que j'avance. Je peux me tromper, je livre simplement mon opinion. J'aspire à ce qu'ils me prouvent le contraire et me fassent fermer mon clapet. Continuons.

Bien sûr, il y avait Thomas Angelvy. Mais c’est le genre de talents qui apparaît dans de nombreux tremplins sans qu’on ait envie de l’aider. Il est très bon niveau jeu et interactions… mais ses sujets sont vus et revus. Les rapports homme-femme avec supplément clichés, sérieusement ? Au moins, il a eu la jugeote d’enlever la partie sur le Philippin.

Sans surprise, Clément K a remporté cette manche haut-la-main devant quelques adversaires et figurants. Je les juge surtout sur l'originalité, certains n'apportaient rien de nouveau ou n'avaient pas le niveau. Le lendemain, j’étais à l’anniversaire d’Alexandra Pizzagali et Mo Hadji, qui gère les Best de l'Humour, m’a invité à proposer des gens pour la soirée suivante. Il m’expliquait alors que le Théâtre du Marais n’avait que ce show-là le lundi suivant. Il pourrait donc prendre son temps et proposer de nombreux artistes.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte II : infiltrer Pierre Thevenoux comme un ninja

Au départ, je n’ai pas trop réfléchi à qui je pouvais suggérer. J’avais dit que je ferais un retour le samedi, mais j’étais trop occupée à migrer les adresses des plateaux sur Mapstr. Le dimanche matin, je me réveillais enfin : j’avais deux idées. J’hésitais entre Pierre Thevenoux et Morgane Cadignan. J’ai opté pour le premier choix, parce que je pense qu’il peut plaire au-delà de Paris. Le spectacle de Morgane est trop axé sur la génération Y parisienne.

Je lui ai donc proposé en lui vendant l’expérience au mieux. Voici un extrait :

Je pense que tu me permettrais de passer une meilleure soirée en tant que jury et que ça te permettrait de gratter des dates pépouze en province.

J’ai le sens de la formule, que voulez-vous.

Pierre accepte, je soumets donc l’idée à Mo. Et là, patatras ! Mo estime que cela serait injuste pour les personnes qui ont passé le processus de sélection. Je lui explique que je ne savais pas qui l’avait fait. En somme, j’avais vraiment envie de relever le niveau du concours. Mo a beau faire beaucoup de communication, les candidatures sont souvent bien en-deçà du niveau minimum requis à mes yeux.

Le circuit du Paname contre le reste du monde ?

Déjà, vis-à-vis de la scène stand-up actuelle, la proportion de participants est très faible. Vous ne verrez jamais des Fadily Camara, Paul Dechavanne ou même Louis Dubourg dans ce type de concours. Et Mo semble même s’en désoler. Quand je lui explique que Pierre n’a peut-être pas eu connaissance de l’événement, il me rétorque qu’il fait partie de ceux qui ne jurent que par le Paname Art Café.

Pierre, je t’ai défendu. Je lui ai répondu que tu étais prêt à faire des scènes pétées en banlieue. Bon, dans l’exemple que j’avais en tête, je parlais d’une soirée à Saint-Maur des Fossés où tu étais programmé. En réalité, c’est Ghislain Blique qui t’a remplacé, car tu étais malade ce soir-là. Pour de vrai, tu n’as pas fait semblant.

Tout ça pour dire que Pierre est un stakhanoviste des plateaux et qu’il aurait pu jouer les premiers rôles dans une sorte de hold-up. Là encore, je ne savais pas qui était présent au deuxième round.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte III : 26 comiques, 4 heures de show, les nerfs à vif

Contrairement au premier soir, j’ai décidé de me rendre au théâtre un peu plus tôt. Mo est déjà là, avec deux humoristes que je n’ai jamais rencontré et Thibaud Agoston. Je me dis qu’il est suisse et ne comprends pas trop ce qu’il fait là. Il ne pouvait pas jouer à la sélection suisse, alors il passe ce soir. Désolé Pierre, comme quoi, il y avait peut-être de la place…

Bon, je suis cynique. Surtout que Thibaud Agoston, s’il fait honneur à la réputation des humoristes suisses, va sûrement offrir un très beau passage au public. Je ne l’ai jamais vu, je sais juste qu’il joue son spectacle à La Petite Loge, un bon signe. Un branquignole de moins : c’est exactement le flot de mes pensées à cet instant.

On accède finalement au théâtre par l’entrée des artistes. A cet instant, Marion Mezadorian répète la nouvelle version de son spectacle Pépites qu’elle reprendra le lendemain. Les humoristes vont donc tous se retrouver les uns après les autres dans cet espace confiné. L’un d’entre eux me confie que ça va être dur, parce que Paul Mirabel est là. Ma réaction, pour les autres, est immédiate : « Ah, merde... ».

Paul Mirabel, en ce moment, dézingue absolument tout. L’étudiant le plus drôle de France en titre ferait même oublier qu’il a succédé à Nordine Ganso… J’ai de la peine pour mon interlocuteur, car je sais que c’est probablement plié.

Pourtant, Paul n'est pas serein. Il se démène pour mettre en place le kakemono France Bleu sur la scène, et personne ne lui vient en aide. Certains ricanent même dans une ambiance de colonie de vacances. Ensuite, je l'aperçois en prise à un véritable stress. Quand tout le monde vous attend et que vous n'êtes pas dans le circuit depuis longtemps, délivrer à chaque fois n'est pas simple. Je sais que c'est une posture et qu'au fond, il sait qu'il est capable de gagner ce truc, mais il ne le montrera jamais.

Sans langue de bois : levons les suspicions de conflit d'intérêts

Un autre me dit qu’Agoston aura les faveurs du jury, car Mo le soutiendrait. Je ne peux rien en dire, comme je ne le connais pas. Encore une fois, Mo n’officie pas dans le jury.

Après tout, on en revient encore à ce déficit de candidatures. Les humoristes peuvent se dire qu’ils n’ont aucune chance car ils suspectent un conflit d’intérêts. Or, si en festival, les dés sont parfois pipés (coucou Top In Humour, un peu), il existe un précédent qui prouve le contraire. Mauves de Rire 2017 : la troupe de Mo Hadji est presque au complet, accompagnée notamment de Marion Mezadorian. A l’époque, elle était étonnée de gagner, parce qu’elle pensait (comme beaucoup, sans doute), que Félix Radu était vainqueur d’office. Or, Marion a remporté ce festival émergent.

Selon un autre humoriste qui travaille avec Mo, ce dernier se révèle intransigeant avec ses poulains lorsqu’ils ne font pas le job. Mon interprétation : Mo gère avec passion un certain pool d’artistes et un festival d’envergure internationale (le Liban est dans la place, les gars…). Il peut avoir un biais pour ses artistes, c’est humain, mais il ne les favorisera jamais d’office. Je n’ai pas vu la moindre trace d’influence pour untel ou untel lors des deux soirées.

Le niveau est anormalement bas

Par contre, pour l’année prochaine, j’ai une requête. Je comprends l’envie de donner sa chance à de nombreux artistes. Il avait déjà établi une présélection, mais parmi les 26 présents ce soir-là, j’en aurai retenu 3 ou 4 max. Au global, il aurait pu se contenter d’une soirée d’une heure avec 6 ou 7 humoristes.

Bon, je dis ça, mais j’ai vu quelque chose d’incroyable. Pierrick Vidal, un humoriste qui a quelques scènes dans les pattes, a terminé deuxième du concours entre Paul Mirabel et Thibaud Agoston. Son passage évoquait son rôle d’éducateur d’élèves en SEGPA. Les blagues sur ce type de population étaient lourdes et peu originales à mon goût, mais le reste du jury semblait bluffé. Il a habilement joué le moment d’émotion à la fin, pour rendre son passage humain. Cela pourrait n’être qu’une affaire de goût, mais lors de la première soirée, Maxime Garcia a plu grâce à son originalité mais le jury ne l’a pas vraiment bien placé, faute d’expérience. Cela manque de consistance, mais ce n’est pas évident.

D’autant plus que ces derniers jours, le festival des Fous Rires de Bordeaux a dévoilé la programmation de ses tremplins. L’impression que le niveau a baissé en 2018 se confirme. Il y a en effet un creux, même si de nombreux talents émergents sont malheureusement aux abonnés absents. Remettons aussi cela en contexte : en 2018, certains humoristes étaient décevants dans ces tremplins. Et je n'ai toujours pas compris la victoire de François Guédon. Les goûts et les couleurs...

Jury : gare à l'influence du groupe

La soirée a duré quatre heures. Elle était si longue que je n’ai pas vu le jury délibérer jusqu’au bout (merci le dernier métro). J’ai laissé mon papier avec mon tiercé gagnant : Paul Mirabel, Thibaud Agoston et Brahms. En réalité, je pense que j’ai préféré Thibaud, mais j’ai appris là une chose essentielle sur le rôle de jury. Quand vous hésitez, vous vous ralliez naturellement au groupe. C’est un biais cognitif du cerveau.

Le cerveau aimant la répétition, entendre sans cesse des louanges sur Paul et le voir passer en dernier alors que tout le monde était épuisé a augmenté mon appréciation. Dans le jury, il y avait une spectatrice qui a un rire… reconnaissable. Elle n’en pouvait plus de s’esclaffer, et a confessé par la suite qu’elle ne riait pas vraiment pour la prestation, mais pour l’ambiance d’alors.

Entendons-nous. Paul Mirabel a été très bon. Ce moment a sublimé sa prestation, qui allait de toute façon être correcte. Ajoutez à un bon tirage le fait de passer après une dizaine de mecs pas au niveau et vous obtenez un triomphe. Je les aurais objectivement mis ex-aequo, Paul et Thibaud.

Même si j’ai trouvé sa voix différente sur scène et dans la vie, j’ai adoré le passage de Thibaud. Il y avait le talent du comédien, une fougue dans le jeu et un texte ciselé au plus près de la justesse. La fin, c’était juste un moment de grâce. Marc Tourneboeuf, qui a une fin similaire, pourrait en prendre de la graine car c’était encore un cran au-dessus !

Sélection Paris Best de l'Humour, acte IV : apprentissages

J’ai appris beaucoup dans ces soirées. La compétition entre humoristes a révélé que dans le milieu, les stand-uppers du circuit classique sous-estiment Clément K. La raison principale, c’est qu’il joue un peu moins qu’eux. Après, connaissant le garçon, je sais qu’il a de quoi plaire au public – à la Petite Loge, c’est déjà le cas. Mo le décrit en off comme le futur Guillermo Guiz, une analyse évidemment prématurée qui le dessert.

D’ailleurs, Clément a tout du type modeste. Je vois dans les commentaires de ses adversaires la peur d’être mis de côté pour des raisons partisanes. Certains humoristes présents dans ces soirées-là travaillent d’arrache-pied. Ils en veulent, ils ne trichent pas et ils n’ont souvent personne pour gérer leur carrière. Comme Clément, ils travaillent à côté car ils ne vivent pas encore de leur art. Je peux comprendre leur réaction, même si elle n’est pas recevable. En tout cas, j’aimerais vraiment que pour 2019, le niveau s’élève. Je veux que la décision soit difficile, et les talents plus nombreux.

Je formule donc ce conseil aux humoristes : dépassez vos préjugés et postulez pour l’année prochaine. Parce que si je suis encore jury, je ne tolérerai plus de blagues d’humoristes de foire avec des faux poils pubiens apparents. Je sortirai de la salle si je suis témoin d’un ajustement de sous-vêtements qui dure plus de trois minutes. A l'inverse, j'ai eu de la peine pour Tatiana Djordjevic, qui était au mauvais endroit pour prouver son talent. Pour finir, je vous avouerai que contre toute attente, le jury a fait preuve de justesse sur Paris. Qu’il en soit ainsi lors de la finale ! Je n ’y serai pas, et ça va durer longtemps, alors allez-y avec un thermos et des pantoufles.

Mise à jour : Paul Mirabel a, sans surprise, remporté la finale. Dauphin, Clément K démontre que les sélections parisiennes ont révélé les meilleurs talents dans le cadre de ce festival.

Crédits photo

© Laura Gilli, photo prise lors du Campus Comedy Tour

[post_title] => Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-paris-best-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5561 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 4458 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-25 15:59:59 [post_date_gmt] => 2018-06-25 13:59:59 [post_content] => Chaque année en juillet au Festival d'Avignon, des humoristes s'endettent pour vous faire rire. Ils affrontent le cagnard de la cuvette d'Avignon et tentent leur chance. Voici notre sélection des spectacles humour pour cette édition 2018 du festival off !

Festival d'Avignon 2018 : les incontournables

Dans cette liste, vous trouverez des humoristes originaux à voir au Festival d'Avignon. Des plus confirmés aux moins connus, on est ainsi quasiment sûr que vous allez passer un bon moment avec eux !

Laura Laune : entre grâce et humour noir

La gagnante de la France a un incroyable talent cartonne partout où elle passe. Son humour acéré ne laisse personne indifférent. Soit on aime, soit on déteste. Laura Laune a donc le mérite d'aller au bout des choses. Si vous aimez les têtes d'affiche, vous vous ruerez là-bas !

David Desclos : prisonnier repenti

David Desclos propose un spectacle original. Ecroué de rire retrace le destin d'un homme pas banal. Passé par la case prison, il se livre avec émotion. Le public le découvre donc souvent par hasard et sort régulièrement conquis. Tentez l'expérience !

Marina Cars : pointure du rire en rodage

Marina Cars prépare un nouveau spectacle qu'elle rodera en Avignon. Très expérimentée, l'habituée des comedy clubs travaille d'arrache-pied depuis plusieurs mois pour être prête. Elle risque de vous faire rire.

Noir : une expérience intimiste avec 4 humoristes

Noir est un plateau d'humour pas comme les autres. Et pour cause : la salle est plongée dans le noir ! Après une longue journée sous le soleil estival, cela risque donc d'être dépaysant. Il y aura Baptiste Lecaplain, Pierre-Emmanuel Barré (également en spectacle), Navo (coauteur de Kyan Khojandi...) et Yacine Belhousse. Ce spectacle est proposé du 11 au 14 juillet.

Didou : bonne humeur de rigueur !

Didou est un humoriste généreux et survolté. Je l'ai déjà vu plusieurs fois au Trempoint, où sa bonne humeur contaminait le public. Embarquée dans son univers, je ne peux donc que vous le conseiller pour cet été !

Roman Doduik prend sa revanche

Avec son spectacle La revanche des crevettes, Roman Doduik propose un spectacle bourré d'autodérision et très original. Il l'a d'ailleurs longuement joué à Paris, puis Lyon... le périple continue donc en Avignon pour ce jeune humoriste !

Best Off : le plateau d'humour de la nouvelle scène

Chaque année, Avignon accueille un plateau d'humour. On y retrouve certains acteurs du Cactus Comedy, mais pas seulement. Certains humoristes non programmés en spectacle peuvent ainsi faire leur première expérience dans ce lieu emblématique. Vous pourrez dire que vous les avez découverts avant tout le monde !

Laura Elko : virtuose du rire

Une voix étonnante, une artiste touchante. Laura Elko propose quelque chose de vraiment originale. Je l'avais découverte au Festival d'Humour de Paris 2017. Trop atypique pour être récompensée, elle avait toute sa place. Laissez-vous tenter !

Chris Esquerre : l'absurde a ses lettres de noblesse

Les 8 et 9 juillet, Chris Esquerre jouera son spectacle en Avignon. L'humoriste est habitué à se greffer aux festivals. Il l'avait déjà fait aux Fous Rires de Bordeaux avec un réel succès. Ne manquez pas cette nouvelle occasion de rire en décalé !

Alexandra Pizzagali : l'étoile montante de l'humour

Il y a un an, elle dévoilait timidement ses premières créations. L'humoriste est aussi une comédienne hors-pair dotée d'une plume admirable. Laissez-vous envoûter par ce spectacle qui séduit le public et les professionnels de l'humour ! Une seule date est prévue le 23 juillet à 22 heures ; ne manquez pas cette occasion !

Félix Radu : mieux que le nouveau Devos

Entre le charme des mots d'antan et la modernité de son jeune âge, Félix Radu sera au festival d'Avignon cette année. Le jeune humoriste namurois conquiert ainsi les salles depuis quelques années. Très précoce, il a commencé à écrire son spectacle dès 15 ans et l'a parfait en même temps qu'il prenait de l'expérience dans la vie. Qu'il parle du temps, de la mort ou de l'amour, il fouille dans les thématiques pour en tirer un beau moment de poésie. S'il n'y en a qu'un à découvrir au Festival d'Avignon, c'est bien lui !

Tatiana Djordjevic : entre cours d'histoire, absurde et questionnements

C'est l'une de mes découvertes de l'année. Tatiana Djordjevic travaille avec François Rollin pour proposer un spectacle... différent ! On vous en avait déjà parlé, d'ailleurs lors de ses dates au Théâtre du Marais. Il s'agit donc d'un spectacle ni complètement intellectuel, ni complètement déjanté, ni complètement pédagogique. Le mieux, c'est de s'y rendre !

Festival d'Avignon 2018 : à tenter

La liste qui suit comprend des spectacles que je n'ai pas tous vus. Je ne peux donc pas m'exprimer sur leur potentiel, mais je sais qu'ils ont tous connu un certain succès dans leurs milieux respectifs. Le mieux, c'est de voir au cas par cas, en fonction des descriptions de spectacle. Il n'y a rien de mieux que de se laisser surprendre. Voici la liste de ces artistes : [post_title] => Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-off-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:37 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:37 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4458 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 3642 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-24 18:37:15 [post_date_gmt] => 2018-03-24 17:37:15 [post_content] => Le festival des Fous Rires de Bordeaux arrive à son terme. La deuxième édition s'est terminée par les tremplins découvertes. Le spot du rire était sur place lors des deux demi-finales. On vous raconte le parcours qui a mené François Guédon à la victoire !

Tremplins découvertes : un niveau hétérogène

Jeudi soir, le Café Théâtre des Chartrons est rempli. Et pour cause : le festival a concocté une programmation de grande qualité. Sur les cinq potentiels finalistes, quatre étaient à mon sens dans un mouchoir de poche.

Encouragements pour Marion et Barbara Laurent

C'est un duo qui ouvre le bal : Marion et Barbara Laurent. Deux personnalités antagonistes qui vont créer un rapport d'opposition, deux visions de la féminité. Barbara opte pour la fougue et la candeur, Marion est plus pragmatique et charrie sa consœur. La dynamique entre les deux femmes est quelque peu téléphonée, la thématique des ex déjà bien utilisée. Un instrument vient essayer de noyer le poisson, mais ça ne prend pas. Les deux humoristes obtiennent toutefois de nombreux rires : l'humour est quelque peu potache, passe assez bien. Pour l'innovation, on repassera. Elles ont ainsi ouvert la soirée en proposant toutefois un passage travaillé et correct, juste assez déjà vu pour que le public averti reparte bredouille.

David Voinson enflamme Bordeaux

Autre style, autre énergie : David Voinson arrive sur scène survolté. Il évolue presque à domicile et parle du bassin d'Arcachon et des personnes âgées qui le peuplent... et lui donnent envie de jouer à saute-mouton. Impeccable sur le rythme, il a bien compris comment on fait de la scène. J'ai apprécié la technique, le débit de parole, les idées parfois épatantes et les interactions malignes. La soirée a véritablement commencé à ce moment-là, le niveau est monté d'un gros cran.

Jean-Philippe de Tinguy ne joue plus

Jeudi, c'était jour de grève SNCF... Or, à l'inverse des cheminots aux abonnés absents, Jean-Philippe de Tinguy a fait une apparition dans la ville où il a grandi. Il n'en a pas parlé du tout, et n'a pas tenté d'amadouer le public pour les inciter à voter pour lui. Si vous avez écouté l'épisode d'Un café au lot7 avec Louis Dubourg, vous n'êtes sûrement pas surpris de l'apprendre. Sinon, on vous encourage à mieux cerner le personnage. En toute décontraction, il s'est donc amusé sur scène, sans fioriture et avec un medley des créations de ces dernières années. De la nouveauté en début de passage, et un mélange du reste, bien articulé. De quoi ravir ses parents, qui profitaient de son passage pour le voir jouer !

Entracte : un mot sur la présentation

Avant d'aborder les deux derniers humoristes, parlons de la présentation. Deux professionnels du spectacle vivant se sont prêté au jeu. L'an dernier, Aymeric Lompret et Jo Brami avaient réalisé le job. Et cela s'était mal passé. L'annonce d'un humoriste homme, annoncé comme « la troisième femme de la soirée », était plus que gênante. C'est donc un choix éditorial différent qui a conduit deux présentateurs pas vraiment à l'aise dans l'exercice à se donner en spectacle. Ils ont joué le jeu, mais c'était difficile pour eux. Une connaissance des artistes insuffisante les a embourbés dans l'erreur lors de la première soirée. Ils ont vanté la présence d'humoristes belges l'an passé, alors que le lendemain, ils en avaient 3,5 sur 5 d'origine belge ! Le pire était le lancement des humoristes. Quelques spoils du passage ruinaient les effets. Celle qui en a le plus pâti, c'est Tania Dutel. Celui qui s'en est le mieux sorti, c'est Jean-Philippe de Tinguy : une promotion lue mot pour mot, dictée par l'humoriste et jamais déviée car minimaliste.

Tania Dutel à la peine

Quand on a affaire à un talent du rire, on oublie parfois qu'il peut trébucher. Tania Dutel n'a donc pas été servie par sa promotion et semblait mal à l'aise. Elle m'a confié ne pas être une humoriste taillée pour les festivals, en dépit d'un véritable succès sur une heure. Je comprends tout à fait : c'est le genre d'humoriste qui se distingue sur une entrevue plus longue, on a besoin de la connaître vraiment pour l'apprécier pleinement. Au demeurant, Tania est très efficace en scène ouverte. Le samedi précédent, elle était à la finale du Campus Comedy Tour. En la voyant, je me suis dit qu'elle était redoutable, de plus en plus forte. Son style et son angle scénique la hissent régulièrement en tête de l'applaudimètre. Le texte est intelligent, le passage sait s'apprécier. Mais peut-être est-ce un peu trop moderne pour les festivals ? À méditer.

François Guédon, l'efficacité scénique

Le passage de François Guédon était millimétré. Avec un angle intéressant : insuffler de la littérature dans la télé-réalité. La fin du sketch, une équation sur la consanguinité, m'a moins plu. En fin de soirée, une telle complexité peut mettre KO le public, surtout s'il est de passage à Bordeaux et exténué par sa journée de marche. J'ai regardé avec curiosité le passage de François Guédon au Fieald. Le début, une séduction par une posture d'orateur, m'avait plu la première fois. Or, le revoir m'a semblé faux. Ce n'est pas un problème pour un concours axé sur les découvertes : l'effet de surprise marche à plein régime. Le problème, c'est connaître la chute, vulgaire et décalée par rapport à la beauté du moment précédent. Cela déclenche des rires, soit, mais on n'en garde pas un souvenir stupéfiant. La partie sur la télé-réalité était la plus convaincante. La musique dynamise le tout, l'interprétation et le texte sont au rendez-vous. C'était suffisant pour battre les 4 autres humoristes. L'organisation m'a confié que pour cette soirée, la victoire s'est jouée dans un mouchoir de poche. On veut bien la croire : quel niveau !

Catherine Demaiffe : aïe

Le lendemain, retour aux Chartrons. La salle est toujours aussi bondée. Les présentateurs sont beaucoup plus à l'aise que la veille. Aucun faux pas de leur côté, beaucoup moins d'hésitations. Il faut souligner la réactivité du festival d'apprendre de ses menus défauts. Il faut dire qu'ils ont été intelligents sur l'ordre de passage. J'ignore si c'était un hasard, mais chaque soirée s'est ouverte sur la prestation la moins aboutie. La veille, c'était difficile pour Marion et Barbara Laurent de tenir la comparaison, mais elles ont réussi à insuffler de vrais rires. Vendredi soir, Catherine Demaiffe n'y était pas. Maman cynique, Catherine Demaiffe débutait un passage sans élégance, assez vulgaire. Le bruitage de pet, vraiment ? Je regrette de voir cette humoriste proposer un angle qui ne lui sied pas. On peut faire de l'humour noir sans forcer le trait, avec de l'esprit. Là, les blagues étaient collées les unes aux autres, les rires quasiment inaudibles. Je n'ai pas compris la finalité de cet humour, qui manquait de justesse. La sauce n'a pas pris, mais son actualité était surtout liée à des courts et longs métrages... Peut-être qu'elle n'a pas trouvé la bonne discipline où évoluer.

Félix Radu change de registre

Favori de cette soirée, Félix Radu réalisait une prouesse. La victoire de cette demi-finale n'était pas garantie pour le Namurois. François Guédon utilise lui aussi la littérature pour sa prestation scénique. Je n'y croyais plus autant. Or, au fil de la soirée, j'ai constaté que le plateau était moins relevé que la veille, et assez homogène dans la vanne un peu grasse. Bref, Félix Radu avait carte blanche pour proposer une bouffée d'air frais. La prestation de haut vol lui a permis d'emporter le public avec lui. Tournant son jeune âge et sa vulnérabilité sur scène en avantage, il parvenait à conquérir la foule. Celui qui veut faire oublier sa comparaison avec Raymond Devos impose de plus en plus son clown. Il dit vouloir jouer avec les silences et emmener le public dans son monde poétique... Ça m'a alors frappé : il n'était plus aussi proche de la philosophie de François Guédon, mais de celle de Jean-Philippe de Tinguy ! Une bonne chose que la grève SNCF (probablement ?) l'ait dévié sur la deuxième journée...

Thomas Angelvy : du rythme et des clichés

Troisième humoriste à passer, Thomas Angelvy commence par des interactions avec le public. Un peu vaches, elles embarquent la salle dans de nombreux rires. Un humour efficace, mais que j'ai toujours trouvé frustrant. Opposer les hommes et les femmes sur des clichés (le nombre de gels douches multiplié par 30 quand une fille entre dans ta vie, les pieds froids)... C'est du réchauffé, mais ça a le mérite de fonctionner encore. Je le respecte en dépit de cette opinion assez personnelle et biaisée par tout le stand-up malin que j'ingurgite à longueur d'année. Thomas Angelvy a travaillé à la radio, chez Voltage. Ce bagage lui permet de connaître les travers des hommes et des femmes et de les vanner avec quelques clichés, certes, mais un vrai bagout. S'il s'essaye à un autre registre à l'avenir, je parie qu'il saura se réinventer pour le meilleur. Mais c'est lui le maître à bord, je lui donne carte blanche pour séduire le public !

Pierre-Emmanuel alias PE : une once de déception

J'ai découvert PE au Cactus Comedy, arène autoproclamée de l'humour piquant. Emballée par sa prestation, je regardais avec attention le passage. J'ai trouvé qu'il y avait quelques répétitions, sur son rappel de l'âge et l'anecdote de la poule. D'autres facilités liées à l'usage d'une trompette. En revanche, j'ai retrouvé les décalages audacieux qui font sa force. L'humour est un peu lourd, mais il arrive à ne pas tomber dans la vulgarité par un charisme et une bonne humeur indéniables. Ce n'était pas son meilleur passage, mais il y avait tout de même des moments bien pensés.

Biscotte et sa guitare

Présenté comme gagnant de plusieurs festivals par le présentateur, Biscotte se tirait une balle dans le pied. Avant de continuer, avertissement au lecteur : j'ai une opinion tranchée sur l'usage d'un instrument. Je trouve que c'est se cacher derrière un contenu pauvre et en tirer un avantage. La musique, c'est agréable. Sans elle, les mots pèsent plus lourd. Biscotte chante extrêmement bien, sa voix est faite pour la prise de parole. Bon orateur, il maîtrise la technique. La guitare est parfaite, mais le texte ne suit pas. J'ai apprécié la dernière partie avec les mots en allemand, j'ai ri malgré moi. Mais j'ai trouvé ça facile. Je reconnais que Biscotte a une décontraction et un charme sur scène qui l'aident à plaire à l'auditoire. Dommage d'être trop juste sur les paroles à mon goût.

Une affaire de goût : aparté sur les festivals

Les festivals d'humour sont un exercice difficile. Souvent injuste, mais agréable pour le gagnant. Peu représentatif, mais valorisant aussi. Le problème insoluble, c'est que l'humour est subjectif. Peu importe le gagnant, que l'on connaîtra dans quelques heures : rien ne remplace une découverte d'artistes personnelle. (MàJ : François Guédon a remporté les tremplins, bravo à lui !) Dans l'humour, il y a des injustices. Comment décerner des prix financiers ou symboliques ? Alors qu'on finit par trancher parmi des personnalités, sur des critères opaques car l'humour, c'est un rapport d'émotion. J'ai découvert plus récemment cette essence de l'humour qui rend ce milieu aussi attachant. Rire, ce n'est pas simplement faire travailler quelques organes et émettre des sons amusants. C'est l'acte de bouleverser l'autre avec ses tripes, sa vision du monde et ce petit truc qui rend chacun de nous unique. Ce n'est pas donné à tout le monde. Et il y a deux entités qui doivent s'engager dans ce dialogue : l'artiste et le spectateur. Alors, si vous n'avez pas vu l'artiste qui vous plaisait triompher, vous pouvez le soutenir en le suivant sur scène et les réseaux ! Comme ça, le public reprend le pouvoir et ce ne sont pas uniquement les producteurs qui décident de qui vous fera rire.

Crédits photo

© Aurélien Cadret & Loïc Cousin [post_title] => Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : on y était ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tremplins-fous-rires-bordeaux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:14:46 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:14:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3642 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 3491 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-25 13:45:57 [post_date_gmt] => 2018-02-25 12:45:57 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]La 2e édition des Fous Rires de Bordeaux approche à grands pas ! Du 17 au 24 mars prochain, des artistes confirmés et découvertes humour vont se côtoyer dans la ville de Bordeaux. Comme l'an passé, la programmation est extrêmement bien pensée.

Demandez le programme : Haroun, Paul Taylor, Sugar Sammy, Chris Esquerre...

Lancé en 2017, le festival les Fous Rires de Bordeaux veut jouer dans la cour des grands. On retrouve le même principe que pour le festival d'Avignon : une programmation in, et une off (rebaptisée ouf). L'idée : apporter le rire au-delà des salles de spectacles. La programmation est à la fois intelligente et équilibrée : de nombreuses formes de spectacle vivant vont se côtoyer. Si vous avez envie de passer du stand-up au cabaret, en saupoudrant le tout de cirque, c'est possible ! Des concepts tels que les soirées où l'on peut rire dans le noir ont aussi leur place à Bordeaux. Le plus simple, c'est de composer votre programme parmi les nombreux spectacles proposés chaque jour. Et pour réserver, c'est par ici.

Tremplins découvertes : 2 soirées pour des artistes en devenir

Ce qui nous intéresse le plus, au spot du rire, ce sont les tremplins découvertes. Ça nous intéresse tellement qu'on va se déplacer pour les couvrir. Comme la programmation est de haut niveau, cela se répercute aussi sur les soirées tremplin. Vous connaissez le concept du groupe de la mort au football ? Eh bien là, c'est pareil. Dès la première soirée, le niveau va être très élevé. J'ai moins vu les protagonistes de la deuxième journée sur scène, mais j'en ai entendu de bons échos.* Et quand je suis allée à Lyon, c'est Biscotte qui a remporté le tremplin jeunes talents de l'Espace Gerson fait son festival... Voici le détail de chaque soirée jeunes talents :
Jeudi 22 mars Vendredi 23 mars
Tania Dutel Félix Radu
Jean-Philippe de Tinguy Catherine Demaiffe
François Guédon Thomas Angelvy
Marion et Barbara Laurent Pierre-Emmanuel alias PE
David Voinson Biscotte
*La programmation a quelque peu évolué depuis l'écriture de ces lignes, le tableau montre les derniers changements. Là encore, tous les styles d'humour vont être mis à l'honneur : rire musical, stand-up engagé, humour absurde, universel, noir ou poétique... Il y en aura pour tous les goûts. Autant vous dire qu'il sera très difficile de trancher et de départager tous ces talents singuliers ! Et pour la deuxième année consécutive, l'un des artistes sélectionnés par le spot du rire sera de la partie : Marion Mezadorian l'an passé, Jean-Philippe de Tinguy cette année. Les finalistes de ces soirées tremplin vont se départager le lendemain, lors du cabaret extraordinaire. Venez assister à ce bouquet final haletant, c'est tout ce que l'on peut vous conseiller.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=nayP2YbhYe8" title="Le programme IN et OUF des Fous Rires de Bordeaux"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fous-rires-bordeaux-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:37:28 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:37:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3491 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 8161 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-13 12:39:12 [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12 [post_content] =>

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 0ebddc3dc214ba70532ec952a04e4ba2 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Thomas Angelvy

Hold-up Comedy : affiche du casse du siècle à l’Européen

Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques

Sélections Paris Best de l'Humour : Paul Mirabel, l'un des finalistes à Paris

Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury !

Festival d'Avignon 2018 : du 6 au 29 juillet

Festival d'Avignon 2018 : notre sélection de spectacles

Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : journée 1

Tremplins des Fous Rires de Bordeaux : on y était !

Festival Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition

Les Fous Rires de Bordeaux 2e édition : rendez-vous en mars !