Publications liées au mot-clé : Avril

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => avril
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 609
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => avril
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 609
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => avril
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 609
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => avril
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 609
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 609
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 609
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => avril
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 609
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (609) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (609) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (609)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011107
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-09-13 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-09-13 06:00:00
                    [post_content] => 

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Continuons avec des artistes prêts à passer dans une autre dimension. Acclamés par la critique depuis peu ou en passe de l’être, ces artistes aux promesses alléchantes risquent de vous étonner ! De nouveau, vous découvrez les révélations de cette rentrée humour par ordre alphabétique… 

Avril, C’était mieux maintenant - Théâtre le Métropole

Après des débuts remarqués au Laugh Steady Crew et à la Petite Loge, Avril se prépare à transformer l’essai. Une étape toujours charnière dans une carrière artistique, qu’il a méticuleusement préparée. À force d’un travail acharné pour transformer son spectacle à la Petite Loge, il affirmera plus encore ses choix artistiques. Dans une salle plus vaste, sa nouvelle liberté de mouvement lui permettra de déployer son potentiel comme jamais… Un potentiel qu’il mobilise à l’envi : il vient d’achever la rédaction de son premier roman, déjà en précommande !

Emma de Foucaud, Trop tard pour annuler - La Petite Loge

Croire en un artiste est une démarche gratifiante. Emma de Foucaud, comme son ancien acolyte à la Petite Loge, est une acharnée de travail. À partir du moment où elle a décidé de faire de la scène, elle en a compris ses rouages comme peu d’autres à ce stade. En résulte une proposition artistique à la fois audacieuse et personnelle pour un premier spectacle. Après un rodage remarqué, elle consolidera l’ensemble pour continuer à marquer les esprits. Et elle aussi, elle sort son premier roman en précommande avec dédicace. Décidément !

Fanny Ruwet, Bon anniversaire Jean - La Scala

On parle souvent de Paul Mirabel comme une entrée fulgurante dans la comédie. Fanny Ruwet devrait sans doute embrayer le pas. Très vite remarquée, Fanny Ruwet saisit des opportunités folles, relève les défis et se retrouve rapidement avec un premier spectacle, sur les ondes de France Inter. Ne vous méprenez pas : cette ascension à toute vitesse s’accompagne d’un pilotage maîtrisé. Du stand-up sans fioriture, d’une précision chirurgicale et bien barré : cette recette du succès va continuer de faire des émules. Pas de premier roman mais deux podcasts qui dissèquent tour à tour les doutes et les titres de livres… On reste dans le thème !

Morgane Cadignan - Théâtre le Métropole

Le Métropole devient en quelque sorte la rampe de lancement des nouveaux talents reliés à Thierno Thioune. Morgane Cadignan, à l’instar d’une Alexandra Pizzagali, a semblé débarquer de nulle part. Pour autant, les deux artistes proposent des spectacles diamétralement différents. En narrant les péripéties de trentenaires parisiennes, Morgane Cadignan aurait pu tomber dans des clichés vus et revus. Son intelligence la met hors de danger et lui permet de poser sa patte, son ton, sur un sujet qui attire toujours autant.

Philippine Delaire, Télédrama - BO Saint Martin

Elle pourrait être notre découverte de la rentrée. C’est lorsque les Fous rires de Bordeaux la programme que je comprends l’attrait de la comédienne. Elle propose un spectacle sur la télévision qui a l’air très frais et prometteur. Pas mal pour un média qualifié de vieillissant… Hâte de la découvrir, puisqu’effectivement nous ne l’avons encore jamais vue.

Patrick Chanfray, D’accordiste* - Théâtre du Marais

Autre artiste qui a bonne presse parmi les professionnels et les initiés, Patrick Chanfray sera régulièrement au Théâtre du Marais. Depuis le temps que Perrine Blondel de la Petite Loge m’en parle… Je ne tiens plus : il va falloir juger sur pièces ! Le pitch du spectacle : que se passerait-il si vous disiez oui à tout ? Clairement, ça donne envie et on imagine déjà du rocambolesque en barres ! Suffisant pour faire partie des révélations de la rentrée humour ? On a envie de répondre… d’accord !

*Le titre vient de changer, avant c’était Pour moi, c’est un grand oui.

Paul Mirabel, Zèbre - Théâtre des Mathurins

Parler de Paul Mirabel est casse-gueule. L’aura qu’il a sur les professionnels a toujours été impressionnant. Autre tour de force : Paul Mirabel est à la fois un humoriste émergent et un humoriste connu. Ce record du monde de vitesse catégorie notoriété impose de proposer un spectacle de qualité. Une pression énorme que le jeune homme semble relever avec brio ! Si avec ça, vous n’avez pas envie de découvrir Zèbre, vous êtes officiellement un anticonformiste ermite. Je respecte, mais tentez le coup, juste pour voir.

Rémi Boyes, 50 minutes avec Rémi Boyes - Barbès Comedy Club

Il n’y a que le Barbès Comedy Club pour mener les humoristes « arnouïstes » vers leur spectacle. Rémi Boyes est l’une des valeurs sûres du stand-up depuis près d’une décennie déjà (si, si). Cet artiste efficace est l’un de ceux qui amènent le plus de convivialité dans une salle. Qu’il parle des souris, des conditions de travail des livreurs, de la weed… Rémi Boyes offre un moment de pur plaisir au public. Un investissement sans risque, même s’il se lance pour la première fois dans cet exercice après tant d’attente ! Rendez-vous les vendredis d’octobre à 21h15 pour en profiter…

Nouvelles révélations de la rentrée humour : le récapitulatif

ArtisteSpectacleSalleMaMeJVS
AvrilC’était mieux maintenantLe Métropole20h    
Emma de FoucaudTrop tard pour annulerLa Petite Loge  21h30  
Fanny RuwetBon anniversaire JeanLa Scala19h3019h30   
Morgane CadignanMorgane CadignanLe Métropole  20h1020h1020h10
Philippine DelaireTélédramaBO Saint Martin21h    
Patrick ChanfrayD’accordisteThéâtre du Marais20h    
Paul MirabelZèbreThéâtre des Mathurins 19h19h19h19h
Rémi Boyes50 minutes avec Rémi BoyesBarbès Comedy Club21h15

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : les futures révélations [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-revelations [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 12:42:11 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 10:42:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011107 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011282 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-31 15:41:10 [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10 [post_content] =>

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1011275 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-29 17:49:01 [post_date_gmt] => 2021-08-29 15:49:01 [post_content] =>

Le spot du rire assistait pour la première fois à une institution du rire : le Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Un rendez-vous pris de longue date, qui a suscité beaucoup d’attentes… et de pression puisque nous figurions dans le jury.

Avant de vous livrer les coulisses dans un papier qui reviendra sur chaque prestation et les à-côtés du festival, faisons le point sur les primés.

William Pilet et Harold Barbé, artistes aguerris et trop longtemps ignorés, séduisent le jury du Festival National des Humoristes

L’humoriste William Pilet a remporté les faveurs du jury du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Cet humoriste absurde a déployé son comique d’accessoires pour surprendre tout en finesse un public en liesse.

Interview de William Pilet par la presse locale (source : le Dauphiné Libéré)

Harold Barbé a quant à lui remporté le second prix du jury grâce à un passage qui montait en puissance. Entre stand-up caustique et act-outs savoureux, l’artiste Caennais a confirmé son statut de vieux routard du rire.

Troisième artiste et meilleur des autres, Avril a été le dernier artiste largement cité par le panel de professionnels autour de la table. Le jury a récompensé ses choix scéniques originaux et son travail soigné de mise en scène. Prometteur, mais pas suffisant pour recevoir un Bouffon au contraire de William et Harold !

Envie de voir ces artistes à Paris ? William Pilet jouera à la Petite Loge les vendredis 17 et 24 septembre à 20h. Harold Barbé n’a actuellement pas de programmation parisienne, mais si vous êtes chauds, il sera à Lagny-sur-Marne (77) le samedi 6 novembre à 21h. Avril reprend son spectacle au Métropole tous les mardis à 20h à partir du 14 septembre.

Au Festival National des Humoristes, les Apollons restent les chouchous du public 

Entre le public des festivals et les Apollons, l’histoire d’amour continue. Ne vous fiez pas au nom de ce duo comique. Il donne l’impression de voir des artistes jouer la carte d’un humour 100% vieillot… Leur prestation techniquement très soignée séduira un public familial venu s’amuser sans prise de tête.

William Pilet terminait légèrement derrière ce duo, ce qui n’a rien d’étonnant. Lors de la première soirée de découvertes, il a largement creusé l’écart en matière de volume de rires.

Dans les coulisses d’un des festivals d’humour les plus cotés : zoom sur la programmation et le jury

Avec plus de 30 ans d’existence, le festival de Tournon est l’un des plus en vue. C’est l’un des rendez-vous phares pour découvrir de nouveaux talents. La recette : des talents triés sur le volet, jugés sur un passage de 30 minutes. Les ordres de passage et les mélanges d’univers sont savamment orchestrés.

Pour le comparer aux Best de l’Humour dans lequel j’étais également jury, l’approche est beaucoup plus professionnelle. Vous connaissez forcément le président du jury, Alexandre Pesle. Pas forcément de nom, mais si vous êtes déjà tombé sur Caméra Café, vous avez forcément aimé Sylvain de la compta. Alexandre Pesle est également un auteur aguerri, qui a notamment contribué à l’écriture de la série H

Un panel varié, aux sensibilités artistiques différentes mais animé de la même passion

J’ai croisé à de nombreuses reprises Amandine Guillot lorsqu’elle travaillait à l’Alhambra. Aujourd’hui, elle œuvre pour le festival Performance d’Acteur à Cannes et a récemment rejoint l’équipe du Montreux Comedy. Sa présence aussi soutenue était forcément un gage de qualité. Marion Monin-Iacono écrit pour le magazine We Love Comedy, rattaché au Paname Art Café. Depuis son arrivée, étrangement, les contenus de ce site web sont meilleurs. Elle a rejoint l’un des comedy clubs historiques de la capitale dans le cadre de son master en alternance en journalisme culturel. Sa curiosité et son regard artistique déjà bien affûté lui ont permis d’être tout de suite à l’aise dans l’exercice, bien loin d’être impressionnée par le cadre du festival.

Je vais également citer Nina Lamparski, la touche internationale du jury. Si elle travaille à l’AFP sur des questions internationales, elle a l’expérience de plusieurs festivals internationaux réputés en Écosse (oui, c’est le Fringe) et en Australie. Arrivée légèrement plus tard car supposée cas contact, l’humoriste Cécile Giroud apportait une vision d’artiste à ce jury, complétant ainsi celle du président Alexandre Pesle.

Il y avait aussi des amateurs d’humour plus populaire comme Thierry Roudil, à la tête d’une salle atypique et réputée, l’Appart Café. Capable d’apprécier un Harold Barbé à l’humour très soigné, il se défend aussi d’apprécier Julien Bing (nous y reviendrons). Vincent Pillet, responsable des programmes à l’antenne locale de France Bleu, avait lui aussi un regard plus rustique.

Des programmations à la pelle, la promesse de carrières qui décollent

Outre les prix, chaque artiste a bénéficié de la présence de professionnels francophones du spectacle vivant. Venus des quatre coins de la France mais aussi de la Belgique et la Suisse, ils venaient faire leur marché.

Plusieurs artistes ont reçu des propositions de programmation, tremplins humour et même des masterclass. Tout est bon dans l’accompagnement. Plus sérieusement, la réputation du festival apporte toujours un boost appréciable aux artistes qui marquent sur scène.

Cette année, la programmation était comme souvent très bonne. De l’aveu des organisateurs, elle était meilleure que précédemment car tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Pas un seul bide n’a été observé… Peut-être était-ce la présence d’une première partie quotidienne et malaisante qui explique à elle seule le désamour des jeux de mots. Vincent Roca arrivait chaque jour sur scène avec un PowerPoint d’images qu’il commentait avec des jeux de mots. Résultat des courses : le soulagement de voir un artiste faire autre chose, sous réserve qu’il ait bien travaillé, allait aider le public à se détendre.

Du génie festivalier ou une erreur de casting ? Je n’ai pas osé demander : après tout, ils prenaient en charge tous les frais sur place. Règle d’or de l’invité : on fait profil bas sur la critique sur place. Après, c’est autre chose…

Des jeux de mots, quand c’est bien fait, pourquoi pas. Sur un ton professoral et sans votre consentement, vous rigolez moins.

Il allait en chercher quelques-uns très loin, mais davantage pour montrer qu’il connaît le dictionnaire que pour apporter quelque chose de plus à la comédie. Il les annonçait avec un ton nonchalant, presque celui d’un professeur sans histoire qui jouit de voir son audience devoir écouter sans pouvoir s’échapper. Le fond et la forme rendaient ce moment généralement raté. Les petits rires, disparates et pas toujours homogènes, contenaient malgré tout cela de vrais mordus de son univers. Nous sommes en festival, tout est normal.

Tournon en bref : dans le prochain épisode

La retenue, c’est bientôt fini. Ce festival a été une expérience très intense. Je vous ai raconté mon expérience à Tournon-sur-Rhône de la manière la plus neutre possible… Sauf pour Vincent Roca, car c’est important de garder des bases « spotiennes ». Objectif : réduire l’influence de ces expériences qui contribuent au nivellement par le bas de la comédie.

Dans le prochain épisode, on passe à ce qu’on a vraiment pensé de tous les protagonistes. Nous avons traqué tout départ de feu menant à des injustices comiques, surveillé tout dérapage non contrôlé d’artistes ou de professionnels. Mais aussi chassé les anecdotes inédites au plus près des artistes (même s’ils ont tenté de nous séparer, ces petits malins de bénévoles). C’était épique, il y avait des larmes (je n’ai pas dormi) mais pas de sang, donc ça va. Impatients ? Moi aussi, car à l’heure où j’écris ces lignes, la suite n’est pas encore écrite et le mystère demeure sur la forme que cela va prendre…

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => 32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-national-humoristes-williampilet [to_ping] => [pinged] => http://www.welovecomedy.fr/actualites/quelle-est-la-situation-pour-les-petits-theatres-en-ce-debut-dannee?fbclid=IwAR2J5zCPYzREJDOIBCbKGliOcho04PW-0i7fdBUeuA-hPusmYV2rSZaYUhU [post_modified] => 2021-08-31 16:08:05 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:08:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011275 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1011092 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-07-23 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-07-23 06:00:00 [post_content] =>

Je savais que le stand-up à Melun était épique. J’ignorais qu’il serait mémorable. Tout a commencé à l’annonce de la programmation du 21 juillet. Lucas Drapier (remplacé par Alfred), Maoulé, Malika Bianco et Avril. Sans oublier, bien entendu, l’organisateur Adrien La Brocante.

Son nom vous dit sans doute quelque chose : il co-organise les 7 blagues de cristal. Vous savez, ce plateau pop-culture rocambolesque. Le vainqueur par KO des awards 2020 catégorie plateaux d’humour… Rien à voir avec le Jacques-a-Rit, le plateau du bar Papa Jacques qui comporte un jeu de mots et une faute de grammaire.

Stand-up à Melun : l’opération séduction d’Adrien La Brocante pour les artistes et le public

Comme on peut s’y attendre, c’est un plateau de stand-up à Melun organisé aux petits oignons. Grosse promotion locale, catering pour les artistes, lieu très enthousiaste pour accueillir de l’humour… Tous les ingrédients du succès sont réunis. La programmation est plus modeste qu’ailleurs, mais la volonté des artistes sur scène fait la différence. On pardonne les erreurs de jeunesse quand leurs auteurs sont honnêtes dans leur démarche.

Ce nouveau plateau aurait pu s’en tenir à une bonne soirée devant un public chaud-bouillant. Mais à Melun, rien ne se passe comme ailleurs. Malgré sa réputation compliquée, la ville est finalement hyper mignonne quand on lui greffe des pavés. La place Jacques Amyot, c’est plus beau que le chic de Vincennes. Vous ne l’aviez pas vu venir… Nous non plus.

Officiellement, je revenais à Melun après une longue absence pour me « recréer des souvenirs ». Ce genre de chose futile qu’on se met à faire à 30 ans, comme si l’on était en quête d’un nouveau départ. Un retour aux sources, un pèlerinage melunais. Et le faire à Melun, c’est une blague assez puissante pour agiter le monde de l’humour et pondre un papier, non ?

Ambiance « mi-cité, mi-campagne » : dépaysement garanti ?

En matière de souvenirs, c’était un festival. Prenez une ville loin de Paris, accessible uniquement via des trains SNCF ou des voitures. Ajoutez un accident grave de voyageur entre les deux villes. Saupoudrez le tout d’humoristes rémunérés au chapeau qui découvrent le concept de taxis clandestins. Mélangez et obtenez une soirée inoubliable…

Rassurez-vous : tout le monde va bien. Cette affirmation aurait sincèrement pu ne pas exister. Pour vous dire la vérité, on a flippé. Mais avant de vous livrer ces instants dignes d’une émission sur RMC Story, petit retour en arrière.

Une autre ambiance qu’à la Cartonnerie (seuls les vrais savent)

Le public de stand-up à Melun est incroyable. En tout cas, ce soir-là, ils étaient à fond. Pour une fois qu’ils n’ont pas à venir à Paris pour voir quelque chose de drôle. Certes, ils peuvent aller à la Cartonnerie de Dammarie-lès-Lys pour voir des spectacles quand il y en a. Mais une expérience de stand-up, sans l’appui du régional de l’étape Adrien La Brocante, ça n’existe pas vraiment… Cette ambiance « mi-cité, mi-campagne » offre donc un cocktail propice à de belles soirées stand-up. Le lieu est hyper sympa : un bar de quartier avec des poutres apparentes… Stéphane Plaza aimerait sûrement en être.

Et la SNCF de pimenter la soirée stand-up à Melun (malgré elle, certes)…

Pour venir à Melun, il suffit d’aller à la Gare de Lyon et de prendre un train de moins de 30 minutes. En prime, c’est souvent climatisé et le paysage est vraiment sympa. Pour rentrer de Melun, c’est un peu différent. Je savais que le quartier de la gare n’était pas très attractif la nuit. Des regards et commentaires appuyés confirmaient mes souvenirs. Donc quand le conducteur nous a conseillé de « reporter notre trajet », la SNCF abandonnant le projet de nous ramener à la Ville Lumière… L’extinction des feux a été brutale.

Première piste : le covoiturage en van. Certaines applications proposaient des trajets à 3 passagers, d’autres 4. Toutes dépassaient allègrement les 50 euros pour une course. Le van, c’était 6 personnes. Il fallait donc recruter 2 personnes : une mission hyper simple à Melun, un soir de semaine, quand personne ne veut raquer pour y dormir. Seul Alfred décide de rester dans le train, nous le quittons ici.

You’ll never walk alone

Nous étions donc 6, avec un musicien de Liverpool, bien dans la merde. Ce musicien, par ailleurs, je le croisais pour la deuxième fois. Humourman l’avait convié en interlude musical au Namek Comedy Club. Le monde est petit.

Pour l’intensité dramatique de la suite, passons au présent. Parce qu’on n’a jamais autant senti le moment présent qu’à ces instants. Comme Melun, ce n’est pas l’Australie, il n’y avait pas de van à 22h30. Notre petit groupe se dirige donc vers la sortie de la gare. Nos compagnons de route sont déjà là, mais nous ne le savons pas encore. Ils nous demandent intensément si nous allons à la gare de Lyon. Clairement, ils le savent. Ils sont là pour ça.

La décision est prise : nous allons faire confiance à des « taxis » locaux. Je déclare en aparté avoir peur d’être découpée en morceaux, car l’aventure ne fait pas partie de mon ADN. Mais les autres ont l’air de rester calmes et d’avoir plus peur de louper le dernier métro que de mourir. Ma vessie étant en phase avec ce projet, je me plie à la suite du programme.

Nos destins joués à pierre-feuille-ciseau

La suite du programme, c’est un dérivé du pierre-feuille-ciseau macabre pour définir la répartition des groupes. 3 personnes partiront dans une voiture, 3 dans l’autre. À part Maoulé qui serre le poing, tout le monde déplie sa main. Or la notion de « paume apparente » était dans la règle du jeu et tout le monde tombe d’accord. Je n’ai toujours pas compris ce moment, mais comme il m’a épargnée du cauchemar qui suivait, j’accepte ce cadeau du destin.

Le saviez-vous ? Les taxis clandestins, en plus du travail au noir, regorgent de conducteurs sans permis. Dans mon équipe, il y a Pete, le musicien de Liverpool, Maoulé et moi. Avril, Malika Bianco et une autre passagère du train suivent. On monte en voiture et on reste à l’arrêt.

Pourquoi reste-t-on à l’arrêt ? On comprend que dans l’autre voiture, il n’y a pas de GPS. C’est donc Avril et son téléphone qui se chargent de cette tâche. Mais notre conducteur ne le sait pas : il attend son collègue avant de rouler. Nos routes se séparent, la musique détend l’atmosphère et les règles du code de la route sont respectées. Même le clignotant.

L’espoir est de courte durée lorsque nous recevons les messages d’Avril et de Malika, qui évoquent un conducteur sans permis, pas très clean. Il zigzague, roule à 65 km/h sur autoroute et demande à Avril de prendre le volant. Qui a déjà connu pareille embrouille après un plateau d’humour ? Déjà que tous les chapeaux partent en fumée avec cette opération (sans oublier les 8,20 € du Melun-Paris pour ceux sans pass Navigo), alors… Tout cela éclipse vite ce moment où l’humoriste qui manque de sucre se rue sur un Kinder Bueno en gare de Melun. 2 € avalés plus tard, il ne lui reste rien.

Stand-up à Melun - Épilogue

Peu avant minuit, fort heureusement, tout le monde sort sain et sauf de l’aventure. Mieux (?) : la voiture d’Avril et de Malika est la première à arriver. Dans quel univers parallèle une personne qui roule 50 km/h moins vite que la vitesse limite autorisée arrive-t-elle avant l’autre ? C’est ce genre de nuit qui prouve que dans l’univers, tout ne s’explique pas. Qu’est devenu Alfred dans tout ça ? Il arrivait à Gare de Lyon une demi-heure plus tard, manquait le dernier métro et terminait son périple à pied. Moins spectaculaire, plus prévisible, en retard.

À Melun comme ailleurs, la vie est pleine de surprises (Melun n’a rien à voir avec ça, la SNCF est la seule coupable #prisedepositionpolitique). La prochaine fois que vous verrez Alfred, Avril, Maoulé et Malika Bianco lors d’une soirée humour, profitez de la chance que nous avons de les avoir encore avec nous.

Moralité : public de stand-up de Melun, soyez généreux au chapeau. Les humoristes en ont besoin.

[post_title] => Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => stand-up-melun [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-07-22 21:11:05 [post_modified_gmt] => 2021-07-22 19:11:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011092 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1010197 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-17 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-17 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 41 à 50

L’ambiance basculera dans une folle comédie lorsque la quarante-et-unième humoriste foulera la scène de l’Européen. L’identité de cette artiste ? Mélodie Fontaine (41). Avec son humour cru et son talent de comédienne, elle emmènera le public dans une sorte de Germinal tragicomique moderne dont elle a le secret.

Le secret de l’humoriste suivant, Nadim (42), est sans doute bien gardé. D’où lui viennent ses idées loufoques et son envie de faire autrement ? Nul ne le sait, mais tout le monde le verra avant de plonger dans une hilarité animale. L’humoriste et YouTubeuse Swann Périssé (43) ravira son public et continuera de combler les amateurs d’originalité.

L’art de prévoir une doublure sans rogner sur la qualité ou la cohérence artistique

Cap vers la Suisse désormais avec comme premier choix Nathanaël Rochat (44). Méconnu en France, il est le taulier du rire en Suisse romande. Discret, peu enclin à se montrer, il refuserait probablement l’invitation. Comme un mastodonte du rire peut en cacher un autre, Yann Marguet (44bis) pourra assurer l’intérim sans que la soirée ne perde en qualité.

La voix étonnante de Laura Elko (45) et son doux sens de l’humour continueront de bercer les spectateurs. Sans les endormir, bien entendu, parce que cette voix porte — ce sera alors une ambiance opéra qui changera du stand-up, genre plus habituel dans cette salle qui fait rêver nombre d’humoristes.

Sans transition, l’Européen passera de la douceur aux mathématiques. Vous trouvez cela étrange ? Réfléchissez-y : une fois les méninges du public détendues, ils seront fin prêts à découvrir les univers respectifs d’Avril (46) et de Tatiana Djordjevic (47). Ces deux têtes bien faites, amateurs de François Rollin (le premier l’adore, la seconde travaille avec lui) rendront nostalgiques tous ceux qui ont eu la chance de voir le dernier spectacle du professeur à l’Européen !

Pour revenir à une atmosphère « détente », l’Européen convoquera ensuite deux humoristes très complices : Omar DBB et Manu Bibard (48). Vous avez découvert le premier sur France tv slash, le second devient un influenceur de qualité sur les réseaux sociaux grâce à son micro magique et ses horoscopes violents. Cela risque de faire des étincelles !

De l’étincelle à l’explosion, il n’y a qu’un pas : un badaboum plus tard, Lucie Carbone (49) gagnera la scène avec une poésie et un monde déjanté invitant à une folle rêverie… Tout aussi poétique et imagé, Karim Duval (50) apportera son expérience pour cueillir l’époque actuelle comme peu y parviennent.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 19 février pour la suite et fin de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-5 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:48:42 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:48:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010197 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1009380 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-30 08:13:01 [post_date_gmt] => 2020-10-30 07:13:01 [post_content] =>

Depuis maintenant un an, C’était mieux maintenant est à l’affiche du plus petit théâtre de la capitale. À l’origine de ce titre nuancé, l’humoriste Avril aborde chaque représentation avec l’envie d’évoluer. Comment Avril parvient-il à construire son style d’humour ? Pourquoi, malgré les multiples changements, réussit-il à conserver de solides fondations comiques ?

Même si Avril n’a pas joué une année complète en raison du confinement, je vous propose un premier bilan. Pour ce faire, j’ai épluché les critiques sur un célèbre site de réservation de spectacles. Quatre grands volets émergent : originalité, ambiance, écriture et maîtrise.

Originalité : C’était mieux maintenant n’est pas un spectacle comme les autres

« Différent », « rafraîchissant », Avril emporte le public dans ses « folles réflexions ». Sa force se situe entre un « humour décalé » et une « personnalité intrigante ». La quête d’originalité d’Avril est d’abord un combat. Très compétitif envers lui-même, il a cette envie de développer une originalité et ne pas faire comme tout le monde.

Cela se traduit notamment par son besoin de développer une pensée critique distanciée de tous lieux communs. C’est le propre des curieux : ils ne prennent rien pour acquis, ne se satisfont pas des poncifs et questionnent tout. Il aurait pu être chercheur, mais il se serait doute ennuyé ferme dans cette vie-là.

Sa polyvalence l’amène donc à pouvoir évoquer de nombreux sujets. Cette envie de tout comprendre et de sortir des sujets habituels est forte chez lui. Mais contrairement à d’autres, il a compris qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air intéressant pour le devenir… À mon sens, les humoristes qui veulent délivrer des messages au détriment du rire se sont trompés de vocation. Ils devraient plutôt s’engager en politique et laisser la scène aux orfèvres de la vanne.

Expérience et ambiance : vous allez vous en souvenir !

Parce qu’avant toute chose, Avril aime provoquer les rires. Il veut avoir l’air agréable et amuser la galerie. Comment cela se traduit-il ? Selon les spectateurs, « on le suit comme une évidence » grâce à « son aisance déconcertante ». Pour cela, il « crée une atmosphère unique ». Nombreux sont ceux qui décrivent « un très bon moment » passé à la Petite Loge.

C’est peut-être le volet le moins connu d’Avril. Il parvient souvent à surprendre et se surprendre lui-même. Il nous amène ainsi à croire qu’il n’est pas perçu comme sympathique, prenant l’exemple d’un retour spectateur après une scène.

Au final, son heure est l’occasion de dégommer cette critique (dont vous ne trouverez aucune trace !) : les interactions créent un moment assez fort, surtout pour ceux qui interagissent. Outre les échanges, Avril mise sur une autodérision saine. Son désamour pour la victimisation fait qu’il s’amuse de lui-même et diffuse un rire communicatif dans toute la salle.

Chaque prestation devient unique, ce qui amène parfois Avril à lutter pour conserver son fil conducteur.

Finesse et qualité d’écriture : entre précision et bouillonnement

Heureusement, il mobilise une « écriture ciselée et intelligente ». Il propose ainsi « un texte réfléchi et personnel ». La perception des spectateurs prouve que ça fonctionne : Avril est « fin, drôle et subtil à souhait ».

Sur ce point, Avril a évolué. Il a certes toujours su et aimé écrire avec intelligence. Cependant, il avait du mal à se canaliser. C’est le propre de ceux qui ont longtemps contenu leur verbe et entendu des benêts mobiliser la parole. De fait, sa première prestation bouillonnait littéralement. Je la décrivais alors comme « un festival, un feu d'artifice et un gros bordel ultra-organisé ».

Contradictoire, n’est-ce pas ? Pas chez Avril, justement grâce à sa finesse et à la force de son écriture. Cette faculté à créer de la surprise dans le texte comme dans le jeu est rare. Il la propose de plus en plus, de mieux en mieux. Oscillant (hésitant ?) entre le seul-en-scène et le stand-up, Avril n’a peut-être pas encore saisi qu’il a trouvé le bon compromis entre l’efficacité et l’originalité comiques.

Car savoir écrire, c’est aussi créer un spectacle digeste pour le public. En un an, les progrès sont réels, même s’il reste quelques détails à fignoler. Cet automne, l’heure est beaucoup plus fluide, ponctuée de respirations rendant le tout agréable de bout en bout. Mais le 10 octobre dernier, il avait encore le désir d’en proposer toujours plus tout en respectant son temps de scène. Plutôt que de sacrifier un pan de son show, il a accéléré le rythme pour en sacrifier le moins possible. Avec plus d’expérience et une confiance accrue, il deviendra redoutable.

Maîtrise : C’était mieux maintenant, c’est toujours mieux à l’instant T !

Redoutable, c’est sûrement le bon adjectif pour rendre compte de la détermination d’Avril et de son envie de mettre tout le monde d’accord. Je parlais plus haut de l’efficacité comique. Très bon en storytelling, Avril est encore plus percutant sur une ou deux phrases. Mention spéciale à sa blague sur le risotto, l’un des nombreux exemples de ses trouvailles tout au long du spectacle. Pour les spectateurs, cela ne fait aucun doute : il propose de « très bonnes punchlines ».

En 2018-2019, Avril se reposait sur sa décontraction et son bagout sur scène. Il savait déjà occuper l’espace et créer une ambiance particulière. Mais il devait encore muscler son propos et son jeu. Le résultat est là : un « mélange d’univers et de procédés comiques différents » lui permettent de jouer sur de nombreux tableaux. Thierno Thioune doit prendre pas mal de plaisir à mettre en scène ce spectacle, et les deux forment un binôme très complémentaire.

Verdict : que vaut le spectacle C’était mieux maintenant d’Avril ?

Les spectateurs ne s’y trompent pas : ils ont affaire à « un talent de qualité promis à un bel avenir ». Ce type de critique n’est pas rare, bien sûr, sur les sites de réservation. En revanche, les conditions sont effectivement réunies pour que la prophétie devienne réalité.

Pour qu’un artiste émerge, il faut un savant mélange entre le talent et le travail. La force de travail d’Avril est indéniable : il le prouve chaque semaine au Laugh Steady Crew et il ne se repose jamais sur ses acquis. Question talent, en festival comme face aux observateurs, plus que de se frayer un chemin, il s’impose avec force.

Je l’ai toujours dit : à sa première scène, il m’a fallu quelques secondes pour percevoir qu’il allait marcher. Six mois plus tard, quand je l’ai revu, il avait à peine commencé à exprimer son potentiel et marquait déjà les esprits. La marge de progression, tous les artistes en bénéficient. Cependant, elle est plus ou moins vaste et prometteuse.

Vous l’avez compris : avec Avril, l’avantage, c’est que c’est toujours mieux maintenant. Chaque nouvelle représentation est un cran au-dessus de la précédente. Un artiste comme lui est en cela très intéressant à suivre. C’était mieux maintenant est donc un spectacle à voir et à revoir !

[post_title] => C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cetait-mieux-maintenant-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-16 10:26:01 [post_modified_gmt] => 2020-11-16 09:26:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1009108 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-13 08:48:40 [post_date_gmt] => 2020-10-13 06:48:40 [post_content] =>

Chaque année, le spot du rire se déplace hors de la capitale pour voir l’humour sur le terrain. Tournon-sur-Rhône sera notre prochaine destination, dans le cadre de leur 32e Festival National des Humoristes.

Mise à jour - En raison des confinements successifs, les organisateurs ont pris la décision de reporter le festival à plusieurs reprises. Nous nous rendrons donc à Tournon pour les soirées découvertes, du 26 au 28 août 2021 !

Festival de Tournon-sur-Rhône : entre tradition et modernité ?

L’avantage de ce festival : les 8 artistes des soirées découvertes ont 30 minutes pour se vendre. Pour cette édition 2021, initialement prévue en août, sauvée in extremis en novembre et finalement remportée, la programmation est prometteuse. Vous pouvez d’ailleurs réserver vos places sur ce site !

Je ne connais pas tous les humoristes qui seront en lice : les Apollons, Léa Crevon et Serine Ayari (qui remplace finalement Julie Geller !) seront des découvertes totales. J’ai déjà entendu parler des Apollons et vu des extraits : ils feront sans aucun doute partie du volet « tradition » de l’humour. Pour Léa, je conserverai donc la surprise… Sérine s’impose de plus en plus sur la scène francophone, hâte de la découvrir !

J’ai aussi hâte de revoir Inno JP. Comme vous l’avez sans doute lu lors des Best de l’Humour, l’originalité de sa prestation ne m’avait pas pleinement convaincue. Pour autant, sa technique et son aisance sur scène jouaient grandement en sa faveur (il avait remporté le tremplin, d’ailleurs). Ces éléments font de lui un client très sérieux pour plaire au public et au jury…

Et cela lui donne une autre chance de me séduire et me faire retourner ma veste ! Je lui souhaite, en tout cas. Tout comme Julien Bing, dont l’humour daté et déjà vu m’avait laissée, pour le coup, de marbre. Tant que ça fait rire et que ça marche, cela dit, où est le mal ?

William Pilet, Harold Barbé et Avril seront ceux que j’observerai le plus attentivement. Convaincants en spectacle comme en plateau d’humour, ils amènent tous les trois des prestations singulières et des univers marqués. William Pilet est un dandy du rire ultra-original qui ne se prend pas au sérieux. Harold Barbé, avec sa double-triple casquette professionnelle et son histoire, est aussi hilarant qu’attachant. Enfin, la polyvalence d’Avril et sa capacité à se réinventer pourraient aussi créer la surprise.

Tournon-sur-Rhône : le palmarès 2019

L’an dernier, les soirées découverte accueillaient du beau monde. 100% des primés 2019 ont su me convaincre :

  • Grand Prix du Jury, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : Thibaud Agoston
  • Prix du Jury Appellation Saint-Joseph / Christian Varini : Morgane Cadignan et Tristan Lucas
  • Prix du Public Villes de Tournon sur Rhône – Tain l’Hermitage : Tristan Lucas

Un mot sur ce festival

Pour la première fois, je serai invitée à un festival hors de Paris (au-delà des places de spectacle). Pour les précédents, je n’avais pas cherché à me faciliter la vie et mon expérience était plus restreinte.

Ce sera l’occasion pour moi de voir comment se passent ces événements au plus près de leur organisation. Rencontrer les décideurs qui traînent dans ces endroits particuliers, connaître leur point de vue sur la nouvelle génération, etc.

Je l’ai choisi pour sa renommée, son envie manifeste de brasser les styles d’humour et pour cette possibilité d’entrer dans les coulisses. Ça me tenait à cœur, malgré les difficultés liées à la situation sanitaire actuelle, de continuer à me déplacer.

J’ai hâte de vous raconter cette expérience, parce qu’on l’a attendue depuis longtemps !

[post_title] => Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-sur-rhone-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-21 09:56:01 [post_modified_gmt] => 2021-06-21 07:56:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1008772 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-07 15:32:01 [post_date_gmt] => 2020-09-07 13:32:01 [post_content] =>

Ironie de l’histoire, c’est le nouveau spectacle de Réda Seddiki. Le spot du rire a profité de l’ouverture estivale du Théâtre du Marais pour y assister à deux reprises. Avec à chaque fois le même verdict : ce spectacle et cet artiste sont inclassables !

Ironie de l’histoire : la nouvelle création de Réda Seddiki

Après Deux mètres et davantage de liberté, Réda Seddiki continue son chemin dans la salle des outsiders, le Théâtre du Marais. Dans ce lieu, les artistes oscillent entre stand-up et seul-en-scène. Ils manient généralement l’émotion, l’écriture et les traits d’esprit inspirés.

Réda Seddiki est un de ceux-là, cela ne fait aucun doute. Avant de voir son spectacle Ironie de l’histoire, j’imaginais découvrir un univers très poétique, où les blagues légères ou potaches seraient absentes. Un truc à la Félix Radu, qui mise tout sur le verbe et le prestige.

Mais Réda est plus inattendu et surprenant que cela. En regardant son affiche, on s’attend à voir un spectacle assez noble, à message, quitte à verser dans la philosophie. Réda joue pourtant sur le pas de côté : il alterne de véritables prises de position, un univers poétique et des one-liners plus terre-à-terre.

Les sujets qu’il aborde sont variés, parfois même des lieux communs : les relations, l’identité… Réda fuit pourtant la facilité grâce à des métaphores bien senties et une manière très originale d’étayer son propos. Par contraste, des artistes comme Fary, malgré leur aura et leur prestige, sont déjà tombés dans les écueils de spectacles vus et revus autour de la religion.

L’œuvre d’un esprit libre

Car les artistes qui pensent par eux-mêmes, mûrissent leur réflexion et la livrent simplement sont encore trop rares. Réda est un homme libre, qui se désolidarise de tous les qualificatifs qu’on pourrait lui attribuer. Il est de ceux qui peuvent rire d’un rien. L’un de ceux qui, aussi, ont gardé un brin de naïveté et de légèreté. Ceux qui se détachent brillamment de l’accumulation d’actualités montées en épingle pour plus de dramaturgie.

S’engager sans se perdre dans du cynisme et sans céder au pessimisme… Voilà ce qui pourrait (un peu) résumer ce grand gaillard de l’humour, même si ce serait cantonner cet esprit libre à une description trop réductrice.

Des anecdotes qui s’enchaînent

Ironie de l’histoire, c’est finalement une série d’histoires qui se savoure à une vitesse folle. Lorsque j’ai vu le spectacle pour la première fois, je n’ai pas vu le temps passer. L’heure m’a paru 30 minutes.

C’est tellement rare, j’ai eu du mal à y croire. Il n’y avait pas de première partie la première fois, Avril l’assurait la seconde fois. L’association des deux artistes, nouveaux coups de cœur du dénicheur de talents Gérard Sibelle, fonctionne très bien.

Quel bilan tirer de ces deux soirées ? En très peu de temps, Réda a déjà consolidé ce rodage. Grâce à ce quasi-record de vitesse, il est donc fin prêt pour jouer à la Nouvelle Seine dès le mois d’octobre. Pour l’heure, il achève les deux premiers mois de vie du spectacle avec brio au Théâtre du Marais. Une chose est sûre : on reviendra, et on continuera à être surpris.

Crédits photo (affiche)

© Bazil des îles

[post_title] => Ironie de l’histoire : l’œuvre de l’inclassable Réda Seddiki [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => ironie-histoire-spectacle-reda-seddiki [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-07 15:33:35 [post_modified_gmt] => 2020-09-07 13:33:35 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008772 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1008703 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-24 13:13:35 [post_date_gmt] => 2020-08-24 11:13:35 [post_content] =>

Comme chaque année, de nombreux spectacles à la Petite Loge vont reprendre à la rentrée. En 2020, on a envie d’assister à chacun d’entre eux. Cela dit, pour bien connaître le parcours des artistes à l’affiche, on peut déjà vous inciter à aller voir certains d’entre eux, preuves à l’appui. Tour d’horizon.

Spectacles à la Petite Loge : au moins 8 talents à découvrir

Certains poursuivent leur parcours dans le plus petit théâtre de la capitale, d’autres rejoignent l’aventure. Je note une particularité pour cet automne : les nouveaux visages ne sont plus des débutants. Soit leur spectacle a déjà une belle durée de vie, soit leur parcours humoristique est bien amorcé.

La Petite Loge a su proposer une programmation pleine de fraîcheur sans lorgner sur la qualité des spectacles, un tour de force dans des conditions sanitaires particulières.

Emma de Foucaud : enfin une programmation à Paris !

On l’attendait de pied ferme. Après avoir convaincu en plateaux d’humour, l’artiste toulousaine Emma de Foucaud exporte son spectacle Trop tard pour annuler dans la capitale.

On vous a déjà parlé de cette découverte humour, qu’on est impatient de découvrir sur une heure. Si vous lisez le pitch du spectacle, la promesse envoie du lourd : « une heure de stand-up élégant, surprenant et très efficace ».

Efficace, c’est en effet l’un des adjectifs qui caractérise généralement son stand-up. Élégant ? Disons que sa réflexion est fine, et qu’elle veut sans doute éviter qu’on la cantonne à la catégorie préférée des médias mainstream. Surprenant ? L’humour naît généralement de la surprise, donc on part sur des rires francs.

Peu importe les qualificatifs, l’envie est déjà là. Spectateur, vous pourrez vérifier tout cela et vous délecter de ce bon spectacle les mercredis à 21h30 dès le 14 octobre.

Certe Mathurin : humour, storytelling poétique et vrai pas en avant

Certe Mathurin est un forgeron du rire. Il a forgé plusieurs spectacles avant de dévoiler Une histoire d’argent. Des idées, une conviction et des idéaux artistiques : Certe avait déjà tout ça. Cependant, il lui manquait parfois un petit quelque chose pour mettre tout bout à bout.

Parce que quand vous maniez l’émotion, vous pouvez tomber dans le piège des lieux communs. Guidé par sa candeur et son enthousiasme débordant, il se perdait parfois. Mais sa détermination sans faille le maintenait à flot, lui donnant l’énergie de poursuivre ses projets et d’apprendre. En soi, c’est déjà une belle histoire.

J’ai pu voir un extrait de ce nouveau spectacle, où Certe collabore avec Réda Seddiki. L’association de ces deux rêveurs et amoureux du verbe : elle était là, l’étincelle. Estomaquée, je profitais enfin de ce que j’attendais depuis ma rencontre avec Certe.

Il ne fallait plus qu’un lieu pour contempler cette étincelle. Un lieu comme la Petite Loge, où les spectacles sont de véritables explosions artistiques : ne cherchez plus, tous les voyants sont au vert. Ça se passera les mercredis et jeudis à 20 heures dès le 2 septembre. Réservez vos places pour la suite du rodage, les samedis et dimanches à 17h30 au Café Oscar !

📦 Programmation terminée, mais le rodage continue au Café Oscar.

Pierre Metzger (ex-DuDza) ou l’art de remettre un spectacle sur des rails

Avant, le spectacle de Pierre Metzger (c’est son vrai nom, avant il avait un pseudo) s’appelait Post-it. Il misait toute sa communication sur des trous de mémoire. Or, les trous de mémoire, c’est un problème médical. Cela ne raconte rien sur l’homme que vous venez rencontrer. De quoi Pierre avait-il envie de parler ? La question méritait de s’y pencher.

Ses premières représentations dévoilaient un personnage au bord de la crise de nerfs malgré un calme olympien. De ce paradoxe naissait en réalité un artiste incroyablement attachant, dont le sourire taquin suffisait à neutraliser tous vos soucis.

Oui, vous ne pouvez pas juger Pierre Metzger au premier regard. Son spectacle n’a plus de nom, l’artiste se dévoile (enfin ?) en son nom propre. Sans fioriture, pleinement authentique, il parlera de son parcours de vie alambiqué. Vendue comme un spectacle sur un père célibataire, cette nouvelle mouture ira bien au-delà et vous surprendra. Parce que c’est ce que Pierre fait le mieux. Il jouera les mercredis à 21h30 dès septembre avant qu’Emma de Foucaud ne le relaie…

🛑 Programmation terminée

Ghislain Blique n’en a plus rien à branler ? Je ne crois pas…

A-t-on encore besoin de présenter Ghislain Blique ? Ce n’est pas un humoriste, c’est un comique. Récemment, j’ai retrouvé des écrits épistolaires de juillet 2019. Des choses que je n’envoie pas, parce que le XIXe siècle n’est plus d’actualité. Dedans, j’écrivais tout de même que j’écoutais Calme toi Bernard en rêvant d’assister à la naissance de cette heure de spectacle.

Maintenant, on l’a ! Et franchement, ça se fête toujours aujourd’hui. J’ai pu revoir ce spectacle cet été. Ghislain n’avait pas changé : il semblait au bord du gouffre. Mais en même temps, il était plus vivant que jamais. Il préparait la sortie de son podcast en solo, « Comique ! ». L’air de rien, c’est la preuve qu’il se trouve, qu’il amène des codes qui lui sont propres et qui révolutionnent le rapport entre le public et l’artiste en France.

Les vendredis à 20 heures, vous allez donc découvrir LE comique. Quelqu’un qui prétend crier Plus rien à branler, mais qui vous dit de vous bouger les fesses pour défendre vos meilleures années. On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une ode à la vie. Cependant, vous aurez devant vous un phénomène qui s’ignore. Et qui détestera sans doute que j’écrive de la sorte. Mais que voulez-vous, avec Ghislain, c’est comme ça que ça se passe.

Florence Mendez dans Délicate : à fleur de peau

Le spectacle de Florence Mendez m’a amenée à produire une critique élogieuse. Le découvrir était un événement touchant, assez magique, qui ne se produit pas systématiquement.

C’était un concentré d’émotion, une artiste qui se donnait dans toute sa vulnérabilité sur scène. Cependant, j’ai découvert cette humoriste belge sans nourrir d’attente. Ce serait donc vous trahir que de vous la livrer avec autant de superlatifs.

C’est un spectacle qui s’apprécie sans trop l’anticiper, le visualiser ou le fantasmer. Alors contentez-vous de réserver l’un de vos dimanches d’automne à 19 heures (vous pouvez lire son pitch, quand même).

C’était mieux maintenant : Avril continue à la Petite Loge !

Triturer le temps : Avril n’a eu de cesse de le faire à la Petite Loge. Je me disais que ça faisait longtemps qu’il jouait C’était mieux maintenant. Sur le plan du calendrier, cela s’avère juste. Mais toutes ces annulations et l’absence du festival d’Avignon rendaient ce temps scénique tout relatif.

Avant, il fallait prendre son mal en patience pour voir Avril. Les représentations complètes se succédaient. Plus de 150 critiques BilletRéduc plus tard, la validation des spectateurs se dessinait nettement. Si vous cherchez la pépite qui se tord le cerveau pour se démarquer de la masse, c’est lui.

Quelques minutes avant l’ouverture du rideau, vous vous demanderez alors si vous avez bien fait de vous laisser tenter. Cette appréhension fait partie du jeu, qui va vous amuser de plus en plus au fil des minutes… jusqu’aux applaudissements finaux, qui ne seront qu’un au revoir. Car vous reviendrez : ce sera toujours « mieux maintenant » que dans votre souvenir…

En effet, ce spectacle évolue régulièrement. Cependant, il conserve son caractère comme son horaire, les samedis à 21h30. La reprise, c’est le 12 septembre !

Mélodie Fontaine passe à l’introspection

Mélodie Fontaine revient sur le devant de la scène. Et c’est une métamorphose ! Avant, la comédienne incarnait la parole animale dans son spectacle On n’est pas des bêtes. Sauf qu’à la Comédie des 3 bornes, une salle à la programmation plus volontariste que sa promotion, les tentatives artistiques sont rarement couronnées de succès.

On avait envie de découvrir Mélodie Fontaine, mais on ne voulait peut-être pas l’applaudir dans ce cadre ou sur ce sujet. Elle l’a bien compris et a décidé de revenir à des choix plus introspectifs. Plutôt que de faire parler d’autres êtres vivants, elle s’incarnera elle-même dans le meilleur espace de développement artistique.

Ce spectacle a été annoncé très tôt. On sent que le travail a été dense pour produire une telle nouveauté, qu’on a l’impatience de découvrir. Si on avait attendu la fois précédente et manqué notre chance, on sera là dès la première de D’une manière plus générale, le samedi 12 septembre à 20 heures.

Tristan Lucas dans Entier : on parie sur lui

Humainement comme artistiquement, on a validé Tristan Lucas depuis longtemps. On l’a vu en spectacle, en plateau… Aller le voir est aujourd’hui une évidence.

Au fond, c’est peut-être un attachement envers le spectacle qui rendrait cette heure irrésistible. Son personnage, ses anecdotes : tout colle et forme un bon spectacle (vu au Théâtre du Marais). Mais à l’instar d’un Certe Mathurin, la finition va faire toute la différence et le tirer vers le haut.

Sur ce coup-là, on sent qu’il fallait une rencontre entre Tristan Lucas et la Petite Loge. Le destin nous l’offre : il ne tient qu’à vous d’en profiter ! Ça se passe les jeudis à 20 heures dès le 15 octobre.

Spectacles à la Petite Loge : découvrez-les tous !

On vous présente les spectacles sur lesquels on peut déjà se prononcer. Les autres sont des découvertes totales. Et découvrir un artiste de A à Z pendant une heure de spectacle reste un plaisir unique.

Vous pouvez donc tester n’importe quel spectacle de ce lieu, à n’importe quel moment. Tout au long de cet article, vous pouvez réserver via BilletRéduc les spectacles à prix réduit, mais avec des frais de gestion.

Sachez que vous pouvez également réserver directement sur le site du théâtre. Il n’y a pas de frais de gestion, et vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (les moins chers du marché) sous conditions.

Si vous avez envie de soutenir les artistes, vous pouvez aussi payer la place de spectacle sans réduction ou revenir plusieurs fois. Je préfère payer pour un spectacle et le voir, plutôt que de ne pas demander de remboursement suite à l’annulation d’un spectacle par « solidarité ».

En 2020, comme expliqué ci-dessous, la Petite Loge a préféré continuer à proposer des spectacles plutôt que de recourir à une cagnotte. Pensez-y lorsque vous aurez à choisir entre deux spectacles de découvertes humour

[post_title] => 8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-petite-loge-automne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-30 12:05:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-30 11:05:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008703 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 8457 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-29 11:16:39 [post_date_gmt] => 2020-01-29 10:16:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Dans l’ouest de la France, à Vannes plus exactement, Cyril Hanouna a décidé de lancer un festival de la vanne. Une bonne vanne… Sauf que ce festival… existe déjà : Juste pour la Vannes. En avril, ils organisent même la deuxième édition au Palais des Arts…[/vc_column_text][vc_message message_box_color="warning" icon_fontawesome="fas fa-hand-holding-heart"]Nouveau : soutenez l’organisation du festival et gagnez (entre autres) des accès VIP ![/vc_message][vc_column_text]

Juste pour la Vannes : du rire authentique, sans prime time et avec de vrais talents

En 2019, Cyril Hanouna faisait gagner des billets d’avion qui n’existaient pas. Simultanément, de jeunes humoristes construisaient la programmation du deuxième festival Juste pour la Vannes. Juste pour la Vannes est un festival d’humour particulier. À la place des professionnels qui promeuvent toujours les mêmes, les organisateurs sont… des humoristes ! Les chasseurs de talents sont peu nombreux à voir les talents de demain dans les plateaux. Exit les « professionnels » éloignés de la réalité de l’humour en 2020… Une expérience aussi immersive en festival, ça n’existe pas.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=4B83Na1Wcu4"][vc_column_text]

Un tremplin de jeunes talents et un gala de comiques confirmés

L’an dernier, Antoine Sentenac a sélectionné les participants du deuxième tremplin de jeunes talents. En résulte un line-up où aucun humoriste ne me donne envie de me jeter par la fenêtre. Vous ne vous rendez pas compte comme c’est rare ! Rien que ce mois-ci, avec les Best de l’Humour ou le Hold-Up Comedy, c’était particulier… Cette fois-ci, je ne serai pas dans le jury. Mais je vais y aller, parce qu’aucun autre festival me donne envie de bouger. Je le pensais avant de voir la programmation, et pour cause. Mon passage à Nantes en novembre dernier me prouvait que ces gars savent y faire pour choisir et organiser le rire dans l'ouest. Avril est l’une de nos découvertes humour. Basile et Cyril Hives étaient au rendez-vous aux Best de l’Humour. Cab Cab est probablement ma future pépite. Jihef est un chien fou du rire. Hugo Le Van est encore inconnu pour moi — il faut bien une première découverte. Et enfin, Thomas Defouch était encore trop tendre quand je l’ai vu la première fois. Alors je serai patiente, j’attendrai les 3 et 4 avril et je verrai l’évolution !

Le gala des professionnels

Je vous avoue que je viens surtout pour les découvertes, mais je suis sûre que les humoristes présents sauront être à la hauteur. Il y a là quelques performers. Certains ont fait le Jamel Comedy Club (Félix Djhan), d’autres sont habitués des captations de spectacles en télévision (Aymeric Lompret). Pas de femme, bon, ça arrive (coucou les Best). Mais pour la petite histoire, certaines ont refusé ou demandaient trop de cachet. Voilà, c’est aussi ça, l’humour.[/vc_column_text][vc_column_text]

Cyril Hanouna, viens à Juste pour la Vannes. Avec un peu de chance, ils te donneront une accréditation presse !

Peu de festivals humour traitent aussi bien la presse spécialisée. Juste pour la Vannes le faisait déjà. Cela dit, peut-être que ce sera encore mieux maintenant que Cyril Hanouna a voulu amener le buzz à Vannes. Sérieusement, quand les bonnes initiatives existent, parlez-en. Ne cherchez pas à créer de festivals le temps d’une phrase à la télévision, pour lesquelles la mairie se désolidarise. Pire : un spectateur a créé une pétition pour empêcher le projet de festival d’Hanouna, rejetant en bloc sa conception de l’humour. Tout cela pour un buzz tué dans l’os et une dizaine d’articles de journalistes qui courent derrière douze clics. Ce monde est étrange… « La télé, c’est que de la télé » : dès qu’ils en sortent, ils ne savent plus ce qui les entoure. C’est bête, des bonnes vannes, ils vont les louper au même endroit où ils les cherchaient. Il n’est pas trop tard pour les réveiller. Et si Hanouna ne vient pas, vous, public, serez là, et ce sera encore mieux.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => juste-pour-la-vannes-hanouna-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-29 13:05:23 [post_modified_gmt] => 2020-02-29 12:05:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8457 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 7961 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 16:14:00 [post_date_gmt] => 2020-01-03 15:14:00 [post_content] =>

Les Best de l’Humour 2020 reviennent pour une troisième édition. Ce concours, chapeauté par Mo Hadji en partenariat avec le Printemps du Rire, suscite généralement de vives réactions chez moi.

Cette année encore, Mo Hadji m’a proposé de rempiler en tant que membre du jury des sélections parisiennes (ouvertes au public), et (nouveauté pour moi !) de la finale du 14 janvier à l’Alhambra.

Ils se départageront pour 2 enjeux majeurs (source) :

Les 6 gagnants participeront à notre Soirée de Gala le 6 mars à Diagora Labège et à notre Tournée des Jeunes Talents en Haute-Garonne, soutenue par le Conseil Départemental 31. Le grand gagnant sera programmé en plus à La Nuit du Printemps le 27 mars au Zénith de Toulouse.

Le Printemps du Rire

Best de l’Humour 2020 : qui succèdera à Farah et Paul Mirabel ?

Des sélections ont actuellement lieu dans toute la France, à Bruxelles et Genève. Le calendrier est très serré, puisque certains candidats se qualifieront seulement quelques jours avant la finale ! Dans chaque salle, tous se disent : « Enfin un festival où Paul Mirabel ne peut plus gagner, n’est-ce pas ? ».

C’est vrai qu’il a été redoutable, du Campus Comedy Tour au Festival d’Humour de Paris. Cette année, je ne sais pas tellement à quoi m’attendre. Le tremplin gagne en notoriété, et les candidatures pleuvent.

Je m’attends tout de même, comme pour les éditions précédentes, à des niveaux et des styles très variés. Le panel ne représentera pas le « meilleur » des talents (aucun concours ne peut le prétendre !) mais leur diversité. Je vais juger ces gens avec une certaine curiosité, et plus de bienveillance.

Petite inquiétude : avant les sélections parisiennes, aucune femme n’est qualifiée. Habituellement dans ce concours, il y a certes plus d’hommes que de femmes, mais je n’ai pas le souvenir d’une répartition aussi déséquilibrée. Affaire à suivre avec les deux derniers finalistes ?

Finalement, aucune femme ne participera au concours… Il y en avait parmi les présélectionnés pourtant.

La finale des Best de l’Humour : résumé

Les qualifiés pour la finale à l’Alhambra

Avant les sélections marseillaises, je connais Inno JP et Basile. Inno JP a participé au gala de Kyan Khojandi, Derrière un micro Paris-Bruxelles. Basile est l’un des protagonistes des Tocards, et comme je suis allée à Nantes, je l’ai vu…

À Lille, la future recrue du Laugh Steady Crew, Noah, a dû s’incliner face à Julien Bing. Noah m’a confié avoir vécu une belle expérience, c’est l’essentiel pour lui.

En tout cas, je connais bien trop peu les gens de la liste (et encore moins ceux qui ont tenté leur chance) pour juger… Il faudra se rendre au théâtre pour connaître les forces en présence !

Qualifiés aux Best de l’Humour 2020Ville
Yassir BouchnafaToulouse
Doug le friséMetz
Inno JPBruxelles
Funky FabBruxelles
Romain JacquesGenève
BasileNantes
Julien BingLille
BedouMarseille
Yanisse KebbabLyon
Lucas VolpiNice
Yazid AssoumaniParis
Cyril HivesParis

Épilogue : mon top 6 des sélections parisiennes

On n’allait pas vous laisser sans revenir sur les sélections parisiennes ! Il y avait 25 candidats pour 2 tickets gagnants. Plus deux chauffes (Ike et Karim) qui ont été bons, mais pas assez pédagogues pour emmener le public dans une ambiance bienveillante. Le jury a bénéficié de l’aide du destin, car deux humoristes ont distancé le reste du groupe : Yazid Assoumani (35 points) et Cyril Hives (20 points). De fait, nous étions très partagés pour le peloton des outsiders… Voici les artistes ont su me parler et pourquoi.

6e : Aude Alisque

Il lui a suffi d’un mot, le premier qu’elle a prononcé. Avant le concours, j’avais envie de choisir Aude Alisque plus qu’une autre pour sauver l’honneur et inviter au moins une femme à l’Alhambra.

Ce n’était pas une histoire de quotas, mais davantage de conviction artistique. Je crois plus en la proposition artistique d’Aude en général, il lui fallait pourtant vraiment se distinguer ce soir-là. Et malgré son entrée en scène, elle n’a pas su le faire (mauvais choix de passage ?). La proposition était intéressante mais trop juste ce soir-là.

5e : Tahnee

Tahnee a été l’une des rares humoristes à ne pas faire de faux pas. Tout fonctionnait plutôt bien, et en plateau d’humour, ce serait passé comme une lettre à la poste.

Mais pour ce festival, on attendait peut-être plus de Tahnee. La fraîcheur de son stand-up était insuffisante pour qu’elle marque les esprits comme elle a pu le faire ailleurs. À sa décharge, elle passait dans le second groupe qui a eu un mal fou à connecter avec le public… Si cette connexion avait opéré et que Tahnee avait été un cran au-dessus, elle aurait pu faire quelque chose de fort. La prochaine fois, elle prendra sa revanche.

4e : Nicolas Fabié

C’était le meilleur de la deuxième session. Son storytelling fonctionnait, mais manquait de folie. S’il avait pu mettre tous les moyens de régie de son côté, il aurait retourné la salle. Au lieu de ça, Nicolas Fabié a obtenu un consensus au niveau du jury : tout le monde l’a bien aimé, mais ils devaient l’attendre au tournant. De fait, il a été un outsider plus qu’un vainqueur en ce 12 janvier.

Pour ma part, je sais qu’il aurait pu faire mieux, mais qu’il a fait tout ce qu’il a pu dans les circonstances à sa disposition. Peut-être plus d’interactions auraient changé la donne ? On ne peut pas refaire l’histoire…

3e : Avril

Avril a participé à la première session, à l’inverse de Nicolas et Tahnee. Si le public était moins nombreux, il était plus réceptif. Au niveau des conditions, ça allait donc plutôt bien…

Mais au moment où il montait sur scène, Yazid Assoumani a pris la décision de quitter la salle. Il voulait être le plus discret possible et revenir en loge, mais l’accès était condamné. Distrait, le public n’a pas été aussi perturbé que l’artiste. Avec plus d’expérience, Avril aurait saisi l’opportunité pour marquer les esprits. Or sur le vif, il a été pris de court.

À ce stade, il avait encore des chances de bien faire. Plus il était sur scène, plus il rattrapait son retard dans un passage qui montait en puissance. Le hic : il a choisi de tester quelque chose d’assez neuf plutôt que de proposer un passage sûr qui le définisse.

Avril se cherche encore, et en envoyant ce message au jury, il ne pouvait pas parler à mes confrères. Moi, j’ai voulu saluer la prise de risque et la prestation. Au final, il y avait l’ADN d’Avril, ces questionnements interminables. Moi, je le connais, mais les autres le découvraient et n’avaient pas sûrement idée de ce qu’il se passait. Donc, quand il trouvera le passage qui livrera son univers sur un plateau, il séduira tous les jurys du monde. Là, il les a laissés de marbre.

2e : Yazid Assoumani

Yazid Assoumani a livré une prestation impeccable. Son passage, rodé en plateau des mois durant, était parfait. Il donnait à voir tout son talent et son univers. Il a donc fait l’unanimité.

Je ne l’ai pas mis en tête de mon classement, car je cherche la petite étincelle qui montre qu’un artiste peut surprendre. Faire un pas de côté et nous rattraper dans la seconde qui suit. Yazid n’aurait vraiment pas pu faire mieux ce soir-là, et il a fait le bon choix. Sa qualification unanime est logique…

1er : Cyril Hives

…Mais celui qui est vraiment sorti du lot, c’est lui. Cyril Hives, le stand-upper qui a toujours un coup d’avance sur la tendance du LOL. Son passage partait fort, trop fort. Un choix audacieux, parce que cela oblige à avoir un impact fort durant six minutes.

Il a été bon tout le long. Or comme son passage perdait un peu en intensité, tout ce qu’il pouvait faire après ce début tonitruant paraissait fade. C’était meilleur que bien des propositions ce soir-là, mais le contraste le desservait.

Qu’à cela ne tienne, le niveau assez moyen des prestations globales ne menaçait pas Cyril Hives. Il a pris des risques tout en sachant montrer son univers. Pour moi, il l’a emporté haut la main, en sortant de sa zone de confort. C’est aussi le fruit de mois de travail pour se renouveler, et je n’ai pas l’ombre d’un doute sur mon choix.

Performances globales

Il y avait plusieurs écoles : les comédiens au jeu impeccable, qui devraient vraiment collaborer avec un auteur. Très charismatiques, ils devenaient des coquilles vides en raison de leur texte soit peu original, soit sans intérêt.

De l’autre côté, il y avait ces propositions artistiques au stade d’embryon. Prometteuses, elles montraient qu’il y avait encore beaucoup de travail. Je suis de ceux qui pensent que tout s’apprend, sauf le fait de proposer quelque chose d’original. Et l’originalité était bien cachée sous des prestations inégales.

Globalement, on pouvait donc émettre un constat fort : le niveau parisien n’était pas folichon. Dans un entre-soi artistique qui leur fait courir les plateaux, ils peinent à progresser de manière significative.

Les raisons diffèrent vraiment d’un artiste à l’autre, mais cette stagnation pourrait disparaître. Si on choisissait 10 personnes sur les 25 présentes ce dimanche, et qu’on les mettait dans une troupe genre Star Academy du LOL, ils pourraient se nourrir d’univers bien différents.

Si une école de la sorte, avec une dizaine de professionnels de qualité et un vrai suivi artistique pour ne pas mettre des gens dans des cases existait… Les humoristes français deviendraient invincibles. Appelez-moi quand un tel projet voit le jour, je signe !

[post_title] => Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2020-qualifies [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-15 10:10:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-15 09:10:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7961 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 7587 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 12:27:57 [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57 [post_content] =>

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 7521 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-28 13:45:43 [post_date_gmt] => 2019-11-28 12:45:43 [post_content] =>

Mahaut et Humourman sont deux humoristes en devenir. Le Laugh Steady Crew les accueillait pour un 30-30 inédit. Retour sur une expérience unique !

Mahaut ne jouait pas « à domicile »

Quasiment toute la salle était venue pour Humourman, ce qui rendait le début du 30-30 difficile pour Mahaut. Contrairement à la Petite Loge, l’humoriste devait conquérir le public. Et c’est là que tout se joue ! Quand on a un univers très fort, il ne faut pas défaillir face à une audience qui n’est pas la nôtre.

Mahaut a bel et bien tenu bon, avec toute la ténacité qui la caractérise. Si sa prestation ne prenait pas autant qu’elle l’espérait, elle n’a rien lâché et en tirera de nombreuses leçons. Car ce n’est pas cette soirée qui résume son talent… Les mêmes blagues emportaient en effet le plus petit théâtre de la capitale à la première : le travail paiera et la fera gagner en efficacité.

Humourman livre ses premières promesses

Je vous ai déjà dit que Jean-Philippe de Tinguy manquait à la scène humoristique ? Au moins 84 fois, je crois ! La bonne nouvelle, c’est que ce style d’humour vit à travers de nombreux humoristes.

Leur singularité s’exprime toujours malgré les similitudes. Andy Kaufman a inspiré Monsieur Fraize et Jean-Philippe de Tinguy. Monsieur Fraize a inspiré Humourman et Jean-Philippe de Tinguy. Nadim a toujours aimé le délire de Jean-Philippe de Tinguy. Et si vous pouviez mettre les quatre dans la même pièce, vous vivriez sûrement la meilleure soirée de votre vie !

Ceci étant dit, on n’embête pas les 80 % de stand-uppers qui s’inspirent des codes du stand-up cool à la ricaine (qui sont nuls au possible). Il m’arrive fréquemment qu’on vienne m’embêter sur le fait que chacun copierait Monsieur Fraize. Vous copiez tous Louis C. K. et vous parlez tous d’écologie ou de pénis, est-ce qu’on vient vous embêter avec ça ? Non, alors ça suffit. Je suis courroucée les amis. Fin du courroux, il ne vaut pas la peine.

Mahaut et Humourman en 30-30 : retour à la critique

Humourman est le seul, à ma connaissance, à proposer un super-héros qui porte une cape et un collier de nouilles. Je l’imagine à peine confectionner son costume pour la première fois. Guilhem, de son véritable prénom, a aussi une particule comme « de » Tinguy. Il n’est pas vicomte, mais il partage la même candeur qui m’a emportée deux ans plus tôt.

Le type ose tout : interpréter de l’eurodance a cappella, reprendre les codes du stand-up pour les casser un à un, s’encourager… « Humourman, allez, Humourman ! »

Passé par le stage de clown du Laugh Steady Crew comme Aude Alisque, Guilhem a aussi un bagage de comédien à son actif. Ultra-créatif, ultra-dans les codes des internets, il livre un humour très personnel et presque sans limite. Dès son arrivée sur scène avec Sandstorm, Humourman a encore beaucoup à apprendre mais déjà tant à donner. On y croit dur comme fer et on ne le lâchera pas, parce qu’il va vraiment nous faire rire et nous émouvoir. On est prêt à parier très cher, et vous allez perdre beaucoup d’argent si vous nous contredisez.

Parce qu’on oublierait vite qu’il reste un débutant, qui va progresser avec son plateau d’humour alternatif ! La prochaine se passera le 4 décembre, venez nombreux, ce sera bien.

Mahaut et Humourman : verdict

Quand on a promu cet événement, on a décrété que Mahaut et Humourman représentaient le futur de l’humour. Complémentaires, ils ont proposé une belle heure de stand-up, sous les yeux de Queen Camille, Avril et Nadim qui jouaient un 20-20-20 l’heure suivante. Tous les trois ont réalisé une belle performance (surtout Nadim qui a retourné la salle et a consolidé son art).

Si vous aimez les 20-20-20, le Laugh Steady Crew en prépare un… Comme le Cercle du Rire qui accueillera deux recrues du LSC, Anissa Omri et Avril, ainsi que Rodrigue le jeudi 12 décembre… Mais ça, ce sera seulement si vous venez ! Sans public, pas de 20-20-20… Réfléchissez (ou pas) et venez (surtout).

[post_title] => Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mahaut-humourman-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-29 11:09:30 [post_modified_gmt] => 2019-11-29 10:09:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7521 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 6652 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-20 07:30:59 [post_date_gmt] => 2019-09-20 05:30:59 [post_content] =>

Passer le cap de la première heure, cela prend parfois du temps ou bien cela n’arrive jamais. Avril a franchi l’étape assez vite. Du coup, il s’est dit que C’était mieux maintenant, et sa première à la Petite Loge approche à grands pas !

C’est toujours la même rengaine : procrastiner son premier spectacle, c’est juste décaler le moment où l’on saute dans le vide… Histoire de le remplir de blagues plus ou moins tordantes ou originales, aussi.

À lire aussi : l’interview d’Avril →

Pendant la fermeture des théâtres, le spectacle renaît en version remasterisée

C’était mieux maintenant : quid de la prestation d’Avril ?

À part son metteur en scène Thierno Thioune ou son frère d’armes du LSC Pierre DuDza, on doit être les plus informés sur le spectacle.

Le parcours d’Avril peut se résumer simplement. D’abord, je veux monter sur scène, alors je prends des cours de théâtre. Ensuite, je veux parler en mon nom propre, donc je me renseigne sur le stand-up. Je tente une scène ouverte l’air de rien, elle me fait intégrer le Laugh Steady Crew. Je prends confiance, j’accumule du matériel et j’y vais.

C’est un peu ça, son credo. En somme, c’est le même que Guillaume Gibault : « J’y vais, mais j’ai peur », mais j’y vais quand même et parfois, ça tue. Actuellement, on est sur un mélange. Il oscille entre ce qu’il a envie de défendre sur scène, et il hésite parfois et passe à un fil du lâcher-prise. C’est exactement pour cela qu’il faut aller le découvrir.

En effet, il va tenter d’aborder des sujets assez originaux, parce qu’il aime se mettre en danger. D’ailleurs, il aura sans doute un sursaut d’orgueil dès qu’il pensera pouvoir mieux faire… Ou qu’un micro-truc n’a pas marché dans C’était mieux maintenant. Résultat : je le vois régulièrement élever son niveau de jeu, pour aboutir à une progression assez intéressante et un public agréablement surpris. Franchement, offrez-vous un samedi soir avec lui, ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir un talent émerger.

Infos pratiques

Quand ?Les samedis à 21h30 (octobre-décembre)
Où ?La Petite Loge (Saint-Georges)
TarifÀ partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Maoulé (photo) / Alexia Mendez (affiche)

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Avril dans C’était mieux maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => avril-cetait-mieux-maintenant-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-19 19:54:15 [post_modified_gmt] => 2020-11-19 18:54:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6652 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 6835 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-12 12:06:22 [post_date_gmt] => 2019-09-12 10:06:22 [post_content] =>

Proposer un thème au Laugh Steady Crew ? Si vous vous demandez de quoi on parle, vous n’avez pas encore découvert la troupe de Thierno Thioune. Le concept de ce plateau : les humoristes doivent créer un sketch autour de 4 thèmes définis lors de la soirée précédente.

Ils ont une semaine pour se débrouiller avec des thèmes comme « les cheveux » ou « arracheurs de dents », ou encore « posologie ». Bon courage, donc ? Traditionnellement, je laisse le public choisir les thèmes. Mais pour la rentrée 2019, j’ai tenté l’expérience.

Mon thème au Laugh Steady Crew : Charles Leclerc

Pour ne rien vous cacher, j’avais trop peur d’énoncer mon thème, et en même temps trop envie. Parce que c’est toujours pareil : il y en a toujours un qui braille ce qu’il veut, et moi je me tais parce que je ne m’impose pas dans un groupe. Il me faut attendre un silence d’au moins quatre secondes. Et après qu’un mec passablement bourré a proposé : « sirop d’érable », j’ai pu profiter de ces quatre secondes.

Et ensuite, j’en ai pris quatre autres pour savourer l’instant et sortir mon thème à moi. Un thème qui semblait étranger à tout le monde.

— Charles Leclerc !

— Quoi ?

Il n’y a pas que les jeunes humoristes qui sont inconnus du grand public. Charles Leclerc l’est aussi. Même vous, lecteurs du spot du rire, vous avez peut-être manqué cet article où j’ai subrepticement glissé son blaz.

Après une brève explication de texte (merci Avril), c’est Loïc Fontaine qui a commencé à protester. Je l’aurais fusillé sur place, et je ne sais pas si mon agacement s’est senti. Toi, tu veux m’enlever mon thème à moi ? Tu sais pas quelle vie je mène, etc., etc. Laisse-moi cette victoire ou je te sors de la troupe (j’ai des contacts hauts placés).

Heureusement, le MC acceptait de faire figurer ce thème au Laugh Steady Crew, sans qu’aucun incident diplomatique n’intervienne. Ironie de l’histoire, Loïc Fontaine a choisi ce thème. Il faut dire que les deux derniers thèmes, « pissenlit » et « Pierre Metzger » (comprenez Pierre DuDza), étaient tout aussi complexes à traiter.

Contre toute attente, le thème fait un tabac

Quand tu proposes un thème au Laugh Steady Crew, tu as tellement envie d’être là la semaine suivante. Tu es dans un état d’esprit assez dictatorial car tu contrôles la créativité d’une partie d’une troupe artistique. Ils bossent pour ton petit plaisir égoïste. Et c’est légal.

Mais ce choix de thème n’était pas anodin. Il avait l’air complexe, parce que si vous n’avez pas les références hautement techniques d’un sport de niche, certaines références ne passent pas. Mais en réalité, pour bien connaître ce thème, le parallèle avec leurs destins respectifs existait. Au Laugh Steady Crew, on assiste à l’éclosion de talents — ce que Charles Leclerc est en train de vivre dans son monde de niche. Au final, quatre membres de la troupe ont choisi Charles Leclerc. J’avais déjà gagné.

Triomphe au Laugh Steady Crew

En pole position, Jean-Paul SP bosse son sujet

Jean-Paul SP, gagnant de l’open mic la semaine précédente, ouvrait la soirée. Il pouvait faire du sur, mais il tenait à se prêter au jeu du test. Pour l’avoir vu rôder ce passage au Buttes Chaumont Comedy Club, il avait vraiment envie d’en découdre.

Il avait vraiment bossé le sujet. Ça a permis au magazine AutoHebdo de vendre un exemplaire de plus, au podcast officiel de la Formule 1 de gagner un auditeur… et même à Netflix de faire connaître un peu mieux la série « Pilotes de leur destin ».

Le résultat était très satisfaisant. Déjà, c’était le seul à proposer des faits 100 % véridiques, et puis son angle sur la passion fonctionnait bien. Son capital sympathie aussi. Le seul regret, c’est de l’avoir vu débuter la soirée. Le MC l’a envoyé au casse-pipe. En éclaireur face à un public qui se rôdait encore, il a tenu bon et les applaudissements étaient généreux.

Je lui accorde donc le prix « Alain Prost » pour cette prestation. Bravo Jean-Paul !

Sur la première ligne, Mahaut prend un départ canon

Vous n’avez pas idée à quel point je m’amuse avec mes métaphores. La deuxième à passer sur le grill, c’est Mahaut. Forte d’un premier bon passage pour ses débuts dans la troupe, elle montrait encore qu’elle savait jouer aux avant-postes. Cette rookie enthousiasmante a failli tomber dans le cliché de dire que la Formule 1 ne consiste qu’à tourner en rond.

Heureusement, elle a évité la sortie de piste avec un angle très drôle et malin sur les héros du quotidien. En prime, elle a réussi à mettre sa patte et sa personnalité dans le sketch. Et que dire de son imitation du bruit des Formule 1 ! Pour m’y connaître grave sur le sujet, elle a été meilleure que les vrais protagonistes. Mahaut, tu peux le vérifier ici.

Je lui accorde donc le prix « Lando Norris » (un nouveau venu super drôle et populaire, roi des meme sur le web) pour cette prestation. Bravo Mahaut !

L’outsider Loïc Fontaine fait parler son expérience

Troisième à se prêter au jeu, Loïc Fontaine a clairement manqué son départ. Comme la semaine précédente, ses jeux de mots n’impressionnaient pas le public.

Mais Loïc Fontaine est un vétéran du rire par rapport à ses petits camarades. Techniquement, il sait mettre au point un sketch. La partie sur le père de Charles Leclerc était maladroite de mon point de vue, car je me disais que Loïc ne savait peut-être pas que Charles a perdu son père en 2017. Ou que son destin est très particulier.

Mais nous y reviendrons, et puis à part moi, personne ne savait qui il était. Loïc l’a vérifié grâce à un « Par applaudissements, qui connaît Charles Leclerc ». Il n’y avait que moi — ça me rappelle des souvenirs sur des humoristes qui posent la même question sur eux-mêmes. Certe Mathurin, je continuerai d’applaudir dans l’espoir de ne plus être seule. Passons !

C’est avec des panneaux de signalisation que Loïc Fontaine a débloqué son compteur de rires pour de bon. Une valeur sûre pour tous les gens qui connaissent les Ratz. Oh, non, encore une référence obscure qui mêle bagnole et blagues. Déso pas déso.

C’était un soulagement, le signe que Loïc venait de lancer sa saison. Comme quoi, il était pas si mal, ce thème !

Je lui accorde donc le prix « Sebastian Vettel » (un mec ultra-primé qui, malgré quelques passages à vide, sait toujours rebondir) pour cette prestation. Bravo Loïc !

Le favori de l’épreuve, Avril, glane un nouveau succès

Quand tu arrives en position de favori, tous les paramètres peuvent te faire chuter de ton piédestal. Bien sûr, tu arrives sur le ring avec la confiance de ton dernier succès.

Mais tu as tout à perdre dans cette position de numéro 1. On t’attend vraiment au tournant, l’intérêt médiatique grandit, etc. Vous l’avez sans doute lu plus haut, Avril était le seul à connaître Charles Leclerc. Aujourd’hui, je vous le dévoile en exclusivité : c’était un test.

Parce que c’est bien gentil, d’être découverte humour. Il faut savoir passer à l’étape supérieure et devenir une confirmation. Je lui avais dit que je n’avais aucune exigence. En réalité, j’attendais énormément. Il avait l’avantage de la connaissance du sujet, il ne devait pas se planter.

En sports mécaniques, une expression revient souvent : taille patron. Rien à voir avec le fait de tailler une pipe à son patron (ça, je l’écris simplement pour faire rire Pierre DuDza). Cela signifie donc que tu domines ton sujet de bout en bout.

On l’a dit plus haut, le destin de Charles Leclerc est compliqué. Il a perdu de nombreux proches tout au long de sa vie, et c’est cet angle-là qu’a choisi Avril. La dernière fois, c’était fin août. Le nombre de micro-références était dingue. Déjà, Avril commençait en demandant à une personne du public d’enlever sa casquette. Mais franchement, c’est exactement ce que les pilotes doivent faire dans les moments solennels et de recueillement. Purée, ce que ça commençait bien.

Mêler le comique et le tragique, c’est entrer dans la cour des grands du rire

Et commencer par évoquer la mort de Jules Bianchi, mêler le comique et le tragique… J’étais émue, moi qui ai suivi tous ces événements, parfois en direct. Je lui ai dit ensuite que c’était un bel hommage et une sacrée prise de risque.

Le public n’avait pas cet historique, mais il n’en a pas eu besoin. Les gens autour de moi éclataient de rire, tandis que l’intensité du passage allait en grandissant. Ensuite, c’était globalement du Avril dans le texte et dans le jeu. Une liste de personnes pour lesquelles Avril trouvait un lien avec Charles Leclerc. Un finish tranquille et efficace sur Pierre DuDza, son acolyte — comme un rappel du reste. Juste la bonne durée, et il s’en est allé.

Le meilleur moment intervenait finalement après le passage. Avril n’était pas pleinement satisfait. Et dans ce monde, qui, malgré les louanges de la foule et les compliments de ses pairs, continue d’être insatisfait ? Charles Leclerc. Mis à part quelques détails, je vous laisse comparer :

Il n’a pas le trac dans les moments importants même si au fond de lui ce n’est évidemment pas toujours simple. (…) C’est aussi un gros travailleur, très dur envers lui-même. Il a énormément confiance en lui et sait qu’il est très bon mais il met aussi la barre très haut. (…) La vitesse à laquelle il apprend m’impressionne.

Nicolas Todt parle de son poulain

Je lui accorde donc le prix « Charles Leclerc » pour cette prestation, synonyme de victoire. Bravo Avril !

Proposer un thème au Laugh Steady Crew : faites-le, c’est trop bien !

Peu de spectacles proposent au public une expérience aussi interactive que le Laugh Steady Crew. Je n’avais vraiment pas idée d’à quel point on a envie de voir le fruit du travail effectué. Moi, je venais simplement pour soutenir des talents en devenir. C’était la routine, comme d’habitude.

Là, ça m’a apporté une expérience nouvelle. Si vous avez une passion particulière comme moi, ou quelque chose que vous avez envie de voir développé sans embêter vos potes avec ça, c’est une aubaine. La chance de voir de nouvelles perspectives sur ce que vous connaissez le mieux. Je ne le referai pas pour ne pas traumatiser les humoristes, mais si j’étais une spectatrice classique, j’aurais rempilé avec un nouveau thème. Et vous, quelle sera votre proposition de thème ? Réservez pour le découvrir !

[post_title] => J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => theme-laugh-steady-crew-troupe [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-16 13:29:53 [post_modified_gmt] => 2020-10-16 11:29:53 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6835 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011107 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-09-13 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-09-13 06:00:00 [post_content] =>

Chaque année, en septembre, tout recommence. Les spectacles ne dérogent pas à la règle alors que le cru 2021-2022 s’annonce exceptionnel. Nous avons sélectionné plus de 20 spectacles et vous les présentons en trois volets. Leur point commun : les artistes se livrent sur scène et offrent une expérience authentique.

Continuons avec des artistes prêts à passer dans une autre dimension. Acclamés par la critique depuis peu ou en passe de l’être, ces artistes aux promesses alléchantes risquent de vous étonner ! De nouveau, vous découvrez les révélations de cette rentrée humour par ordre alphabétique… 

Avril, C’était mieux maintenant - Théâtre le Métropole

Après des débuts remarqués au Laugh Steady Crew et à la Petite Loge, Avril se prépare à transformer l’essai. Une étape toujours charnière dans une carrière artistique, qu’il a méticuleusement préparée. À force d’un travail acharné pour transformer son spectacle à la Petite Loge, il affirmera plus encore ses choix artistiques. Dans une salle plus vaste, sa nouvelle liberté de mouvement lui permettra de déployer son potentiel comme jamais… Un potentiel qu’il mobilise à l’envi : il vient d’achever la rédaction de son premier roman, déjà en précommande !

Emma de Foucaud, Trop tard pour annuler - La Petite Loge

Croire en un artiste est une démarche gratifiante. Emma de Foucaud, comme son ancien acolyte à la Petite Loge, est une acharnée de travail. À partir du moment où elle a décidé de faire de la scène, elle en a compris ses rouages comme peu d’autres à ce stade. En résulte une proposition artistique à la fois audacieuse et personnelle pour un premier spectacle. Après un rodage remarqué, elle consolidera l’ensemble pour continuer à marquer les esprits. Et elle aussi, elle sort son premier roman en précommande avec dédicace. Décidément !

Fanny Ruwet, Bon anniversaire Jean - La Scala

On parle souvent de Paul Mirabel comme une entrée fulgurante dans la comédie. Fanny Ruwet devrait sans doute embrayer le pas. Très vite remarquée, Fanny Ruwet saisit des opportunités folles, relève les défis et se retrouve rapidement avec un premier spectacle, sur les ondes de France Inter. Ne vous méprenez pas : cette ascension à toute vitesse s’accompagne d’un pilotage maîtrisé. Du stand-up sans fioriture, d’une précision chirurgicale et bien barré : cette recette du succès va continuer de faire des émules. Pas de premier roman mais deux podcasts qui dissèquent tour à tour les doutes et les titres de livres… On reste dans le thème !

Morgane Cadignan - Théâtre le Métropole

Le Métropole devient en quelque sorte la rampe de lancement des nouveaux talents reliés à Thierno Thioune. Morgane Cadignan, à l’instar d’une Alexandra Pizzagali, a semblé débarquer de nulle part. Pour autant, les deux artistes proposent des spectacles diamétralement différents. En narrant les péripéties de trentenaires parisiennes, Morgane Cadignan aurait pu tomber dans des clichés vus et revus. Son intelligence la met hors de danger et lui permet de poser sa patte, son ton, sur un sujet qui attire toujours autant.

Philippine Delaire, Télédrama - BO Saint Martin

Elle pourrait être notre découverte de la rentrée. C’est lorsque les Fous rires de Bordeaux la programme que je comprends l’attrait de la comédienne. Elle propose un spectacle sur la télévision qui a l’air très frais et prometteur. Pas mal pour un média qualifié de vieillissant… Hâte de la découvrir, puisqu’effectivement nous ne l’avons encore jamais vue.

Patrick Chanfray, D’accordiste* - Théâtre du Marais

Autre artiste qui a bonne presse parmi les professionnels et les initiés, Patrick Chanfray sera régulièrement au Théâtre du Marais. Depuis le temps que Perrine Blondel de la Petite Loge m’en parle… Je ne tiens plus : il va falloir juger sur pièces ! Le pitch du spectacle : que se passerait-il si vous disiez oui à tout ? Clairement, ça donne envie et on imagine déjà du rocambolesque en barres ! Suffisant pour faire partie des révélations de la rentrée humour ? On a envie de répondre… d’accord !

*Le titre vient de changer, avant c’était Pour moi, c’est un grand oui.

Paul Mirabel, Zèbre - Théâtre des Mathurins

Parler de Paul Mirabel est casse-gueule. L’aura qu’il a sur les professionnels a toujours été impressionnant. Autre tour de force : Paul Mirabel est à la fois un humoriste émergent et un humoriste connu. Ce record du monde de vitesse catégorie notoriété impose de proposer un spectacle de qualité. Une pression énorme que le jeune homme semble relever avec brio ! Si avec ça, vous n’avez pas envie de découvrir Zèbre, vous êtes officiellement un anticonformiste ermite. Je respecte, mais tentez le coup, juste pour voir.

Rémi Boyes, 50 minutes avec Rémi Boyes - Barbès Comedy Club

Il n’y a que le Barbès Comedy Club pour mener les humoristes « arnouïstes » vers leur spectacle. Rémi Boyes est l’une des valeurs sûres du stand-up depuis près d’une décennie déjà (si, si). Cet artiste efficace est l’un de ceux qui amènent le plus de convivialité dans une salle. Qu’il parle des souris, des conditions de travail des livreurs, de la weed… Rémi Boyes offre un moment de pur plaisir au public. Un investissement sans risque, même s’il se lance pour la première fois dans cet exercice après tant d’attente ! Rendez-vous les vendredis d’octobre à 21h15 pour en profiter…

Nouvelles révélations de la rentrée humour : le récapitulatif

ArtisteSpectacleSalleMaMeJVS
AvrilC’était mieux maintenantLe Métropole20h    
Emma de FoucaudTrop tard pour annulerLa Petite Loge  21h30  
Fanny RuwetBon anniversaire JeanLa Scala19h3019h30   
Morgane CadignanMorgane CadignanLe Métropole  20h1020h1020h10
Philippine DelaireTélédramaBO Saint Martin21h    
Patrick ChanfrayD’accordisteThéâtre du Marais20h    
Paul MirabelZèbreThéâtre des Mathurins 19h19h19h19h
Rémi Boyes50 minutes avec Rémi BoyesBarbès Comedy Club21h15

Problème d’affichage ? Téléchargez ce tableau au format PDF.

[post_title] => Rentrée humour : les futures révélations [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-revelations [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-09-19 12:42:11 [post_modified_gmt] => 2021-09-19 10:42:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011107 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 22 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 47f19ed317bc68c895fc585d4e39ca39 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Avril

Rentrée humour : nos spectacles de révélations comiques

Rentrée humour : les futures révélations

Coulisses du Festival National des Humoristes : la remise des Bouffons

Tournon : les coulisses d’un festival humour

William Pilet, Grand Prix du Jury au Festival National des Humoristes à Tournon, et ses concurrents

32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet

Stand-up à Melun : affiche fictive de la soirée Jacques-a-Rit

Stand-up à Melun : l’incroyable plateau Jacques-a-Rit

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 5/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 5/6

C’était mieux maintenant : affiche du spectacle d’Avril à la Petite Loge

C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge

Tournon-sur-Rhône : les découvertes du Festival des humoristes 2021

Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021

Ironie de l’histoire : affiche du spectacle de Réda Seddiki

Ironie de l’histoire : l’œuvre de l’inclassable Réda Seddiki

Spectacles à la Petite Loge : notre sélection d’automne 2020

8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne

Juste pour la Vannes 2020 : un festival d’humour par les humoristes, pour les humoristes

Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna

Best de l’Humour 2020 : la tournée des sélections

Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III

Contenus 2019 : les visages des artistes mis en lumière par le spot du rire

Les 10 contenus les plus lus de 2019

Mahaut et Humourman en 30-30 au Laugh Steady Crew

Mahaut et Humourman, l’association improbable qui marche

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

C’était mieux maintenant : portrait de l'humoriste Avril

1 jour, 1 reco : Avril dans C’était mieux maintenant

Proposer un thème au Laugh Steady Crew

J’ai choisi un thème au Laugh Steady Crew, et c’était fou