WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => valerie-paccaud
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 639
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => valerie-paccaud
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 639
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => valerie-paccaud
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 639
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => valerie-paccaud
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 639
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 639
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 639
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => valerie-paccaud
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 639
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (639) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (639) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (639)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010184
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-10 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00
                    [post_content] => 

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008793 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-10 18:29:00 [post_date_gmt] => 2020-09-10 16:29:00 [post_content] =>

Lausanne est une ville où la culture, la vraie, prospère. Malheureusement, cela pourrait devenir compliqué de s’y rendre. De fait, la ville rivalise d’ingéniosité pour nous attirer en son sein. Devrons-nous y renoncer, alors que l’envie de revenir nous transcende ? Dans l’attente d’une réponse, je voulais lui adresser une lettre pleine d’espoir pour l’avenir.


Chère ville de Lausanne,

À toi qui me fais de l’œil via tes artistes talentueux et tes œuvres artistiques d’exception, je voulais t’écrire aujourd’hui. Je t’ai visitée si furtivement le printemps dernier. Je te connaissais à peine, tout est allé trop vite. Maintenant, alors que j’ai envie de revenir, les frontières semblent se refermer petit à petit.

Bien sûr, Paris rayonne et grouille de comédiens. Si je n’y étais pas, je serais certainement très frustrée. Mais toi, tu offres peut-être le meilleur endroit pour oublier cette absence d’opulence.

Nouveau Comedy Club à Lausanne, programmation prometteuse au Théâtre Boulimie

À toi qui as transformé ta scène ouverte en comedy club (le Comedy Club 13), je voulais te remercier pour tout ce que tu offres. Ta revue a mis à l’amende Genève, apparemment. Blaise Bersinger, encore lui, est venu redistribuer les cartes. Quelques jeunes humoristes d’ici ont appris à connaître son travail par mon biais, mais j’aurais tant voulu t’en donner plus.

Car j’aimerais me donner toute entière à ton éclectisme et ta force de proposition artistique. Les pièces que tu inventes d’année en année me font de l’œil. Alors en mars 2021, j’aurai 30 ans et je rêve déjà du Théâtre Boulimie. Je rêve de voir la pièce Les gens meurent et son 5 de légende. Tu réunis pour le public Julien Doquin de Saint Preux, Yann Marguet, Blaise Bersinger, Valérie Paccaud et Yacine Nemra. À la vue de ce casting, je suis prise d’un vertige.

Je te l’ai dit, je suis passée en coup de vent la dernière fois, embarrassée de ne pas pouvoir me livrer pleinement à toi. Je n’étais pas prête, je me suis précipitée. On est nombreux à commettre une telle erreur. On ne se renseigne pas assez, on ne prend pas le temps.

« À bientôt de te revoir », Lausanne ?

Alors Lausanne, j’espère te revoir bientôt. Cette fois-ci, je m’y prendrai plus tôt pour ne pas louper le coche au Théâtre Boulimie. J’irai découvrir ce nouveau comedy club, essayant de m’y rendre plutôt deux fois qu’une. Si la sécurité de la RTS ne m’inflige pas une injonction d’éloignement face à mon enthousiasme débordant pour Les bras cassés, peut-être que je ferai un saut.

Or tu sais comment c’est : on n’ose pas trop s’approcher, alors on fait comme si ça ne comptait pas (alors que c’est ce qu’on désire le plus ardemment). Résultat : on a failli louper le tournage de Mauvaise langue… Mais l’un des techniciens de la RTS nous a sauvé la mise, et même de loin, on a apprécié le spectacle. Même si Blaise Bersinger a dû traverser la France entière pour revenir ce soir-là.

Le destin nous a réunis en 2019 malgré les obstacles nombreux qui s’étaient dressés face à nous. J’espère qu’en 2021, on pourra se retrouver. D’ici là, je te souhaite de continuer à remplir le Théâtre Boulimie, d’habituer le public lausannois au plaisir des plateaux d’humour hebdomadaires et de continuer à diffuser du bonheur sur les ondes.

Merci pour tout et à très vite,

Juliette du Spot du rire

Lieux et pièces cités


Théâtre Boulimie - Les gens meurent

La mort, c’est rigolo sauf quand ça nous concerne nous, ou un proche, ou quelqu’un qu’on aime bien, ou une célébrité qu’on admire, ou quand ça touche un proche d’un ami, ou un parent, ou un animal de compagnie, ou un enfant, ou un agneau dans son assiette, ou quand ça survient dans un film, ou quand c’est dans les livres d’histoire, ou quand c’est un accident vachement glauque, ou quand ça concerne un collègue de travail, une personne avec qui on a rendez-vous, un petit hérisson sur la route … mais à part ça, c’est rigolo non ?

Et même si vous n’êtes pas d’accord, vous allez mourir après ce spectacle, peut être même avant. Mais s’il vous plaît pas pendant.

Collaboration artistique : Thiphanie Bovay-Klameth

Quand ? Du 20 juillet au 8 août 2021 (reporté car prévu initialement en mars 2021), les mardis, mercredis et jeudis à 19h, les vendredis et samedis à 20h. Réservez dès maintenant, on est sur un théâtre réputé qui va vite se remplir…


Comedy Club 13

 Le Comedy Club 13 a pour mission de fournir aux humoristes une plateforme de travail et de développement, indépendamment de leur niveau et expérience. D’autre part, nous visons à développer l’humour en Suisse romande et en francophonie de manière plus large.

Trois rendez-vous stand-up

Des soirées rodage les jeudis à 20h, les scènes ouvertes les vendredis à 19h30 et 21h… et les spectacles en showcase les samedis à 20h ! Retrouvez la programmation complète sur le site du Comedy Club 13.

[post_title] => Lettre à Lausanne et à son humour de qualité [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => lausanne-culture-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-16 16:50:18 [post_modified_gmt] => 2021-02-16 15:50:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008793 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 10229 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-14 08:28:00 [post_date_gmt] => 2020-05-14 06:28:00 [post_content] =>

Je vous avais promis une découverte humour en bonus, la voici : Valérie Paccaud. Son nom ne vous dit peut-être rien, alors préparez-vous à faire la connaissance d’une pointure de l’audiovisuel suisse !

À la question : « Qui vous fait le plus rire ? », je sèche parfois. Depuis que Jean-Philippe de Tinguy a disparu des écrans radars, il me semble encore irremplaçable. Fort heureusement, je n’ai pas perdu la capacité de rire ou de développer des passions pour des artistes. Désormais, quand on me posera la question, un nom me viendra en tête : Valérie Paccaud.

La personne que je vais vous présenter n’est pas vraiment une comique, mais une figure célèbre de la radio suisse-romande. Oui, encore cette radio étrangère dont je vous parle tant. Que voulez-vous ? Tout me plaît dans cette station Couleur 3, qui figure dans mon palmarès de l’année 2019. Je ne vais pas me priver quand le talent et la passion sont réunis, tout de même !

Alors, cette Valérie Paccaud, qu’a-t-elle de si spécial ?

Un rire, déjà, sa marque de fabrique ! Elle n’a pas voulu le censurer à l’antenne, et il résonne plusieurs fois par émission dans Les bras cassés. C’est le témoignage d’un sens de l’humour qu’elle sait aussi bien recevoir que délivrer. Exemple d’un cas récent avec Samuel Vuillermoz qui a provoqué l’hilarité générale :

La polyvalence, aussi. Celle qu’on retrouve chez les gens qui apprennent leur métier avec les moyens du bord. Elle peut plancher sur des web-séries avec Julien Doquin de Saint Preux notamment, jouer face caméra, écrire des chroniques (4 par semaine !) et assurer une émission de 2 heures avec des jeux et concepts qui se renouvellent fréquemment…

Interviewer des personnalités, aussi, et surtout détecter des talents. Valérie Paccaud, c’est celle qui a fait entrer de nombreux humoristes dans le paysage audiovisuel suisse-romand. C’est un peu ce que fait France Inter, mais autour d’un format plus décontracté où les découvertes musicales remplacent les monuments de culture à connaître pour être à la page. Tiens, en parlant de monuments de culture, voici une archive d’interview avec Éric et Ramzy qui a fait mon bonheur :

En bref

Valérie Paccaud, c’est l’archétype d’un talent brillant, fort d’une longue expérience qui n’a pas atteint son envie de faire rire. Un talent, aussi, qui ne cherche pas à tirer la couverture sur soi. En effet, il est difficile de trouver des informations sur elle au-delà de ses émissions (ou du témoignage de Bruno Peki recueilli par votre serviteur).

Pour vous dire, c’est sur le site internet d’une enseigne de supermarché qu’on découvre l’un des entretiens les plus intéressants suivi d’une biographie pour mieux comprendre son parcours. Le mieux reste donc de découvrir son art au quotidien plutôt que de chercher à savoir qui se cache derrière cette voix !

Les Bras Cassés : une chanson de Yacine Nemra pour vous faire patienter avant la nouvelle saison

Crédits photo

Capture d’écran de l’émission La puce à l’oreille © RTS Un

[post_title] => La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-valerie-paccaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-25 19:13:48 [post_modified_gmt] => 2020-08-25 17:13:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10229 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 7580 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 10:29:39 [post_date_gmt] => 2019-12-09 09:29:39 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Couleur3 vient de dévoiler la web-série Pantoufles. Produite par Imajack et co-écrite par Valérie Paccaud et Julien Doquin de Saint Preux, elle allie le rire et quelques messages bien sentis.

En ces temps de grève générale, de froid pas si froid, la tentation des pantoufles est grande. Cette année, pas besoin de culpabiliser : Pantoufles se mue en une web-série percutante avec de nouvelles têtes humoristiques suisses-romandes.

[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=acJ2sEIsRgA&list=PLcJupKjrYdb92Dw3hyzjoOln4hiDO8UHa" title="Pantoufles : regardez la websérie de Couleur3 (complet)"][vc_column_text]

Pantoufles : Couleur3, Julien Doquin de Saint Preux et Alexandre Kominek nous enchantent

Vous le savez peut-être, Couleur3, c’est une institution pour moi. Vous le savez aussi, notre troisième chaîne de service public produit ce genre de choses. Les équipes de Couleur3 ne chôment pas pour nous faire rire, tandis que France 3 nous plonge dans une résignation durable. Je comprends, l’audience n’est pas la même : les Suisses de Couleur3 s’adressent aux jeunes, et ils le font sans prétention.

Cela donne donc une web-série ultra-drôle, palpitante même. Alexandre Kominek confirme ses talents de comédien, et chaque personnage grossit le trait sur ses propres défauts. Cela donne quelque chose de drôle, de très juste et de hautement divertissant. Tout cela en seulement une heure de temps. Vous pouvez jeter vos clichés sur la lenteur des Suisses une bonne fois pour toutes… Pour un programme appelé Pantoufles, il fallait le faire.

Ça parle de quoi, Pantoufles sur Couleur3 ?

Le mieux, c’est de vous laisser lire le pitch du premier épisode :

Deux bras cassés décident de voler la paire de sneakers la plus exclusive du moment. Tout ne va pas se passer comme prévu.

Philippe (Alexandre Kominek), qui vit dans son van, retrouve Tinker (Julien Doquin de Saint Preux), un fan de baskets, devant un magasin de sneakers pour lui emprunter de l'argent. Il découvre que son ami fait la file avec des dizaines d'autres passionnés de baskets dans le but d'obtenir une paire rare. Après avoir aidé Tinker à remonter la queue, ils découvrent à l'intérieur du carton une information qui fera exploser de joie Tinker : l'annonce de la sortie hyper-exclusive de la Air Slipper, une paire légendaire et extrêmement chère. Cette annonce inspire Philippe à les embarquer dans une aventure pas franchement licite.

Il y a tout dans ce résumé. Le côté paumé de deux types perdus dans leur monde, l’ambition d’en sortir avec beaucoup de maladresse et du grand n’importe quoi. La suite ? Je vous laisse la découvrir ! Commencez par ici (et découvrez une coiffure inédite d’Alexandre Kominek) :

Bonus : kit de survie pour vous marrer à l’heure suisse

C’est la fin de l’année, vous avez envie de faire une France Télévisions détox ? Vous aimeriez payer la redevance suisse et ne plus financer Samedi d’en rire ? Ne vous emballez pas, c’est plus cher, je pense. Mais ce que vous pouvez faire, c’est accéder aux programmes qui font plaisir du côté de la Suisse romande…

Féru de sport ?

Côté sport, vous avez bien entendu l’émission Footaises où Charles Nouveau s’égosille régulièrement. Tous les samedis, il y a aussi le programme 3ème mi-temps avec une chronique humour signée Yacine Nemra et des interviews d’athlètes émergents. J’aime beaucoup l’idée de donner la parole à des jeunes talents pour valoriser les jeunes talents, ça crée un cachet que vous ne voyez nulle part ailleurs.

Rire, c’est bon pour la santé

Depuis la rentrée, je consomme sans modération l’émission Les bras cassés, du lundi au jeudi de 18h à 20h. Au programme : trois humoristes suisses livrent une chronique chacun et se prêtent à des jeux sympas. À l’animation, Valérie Paccaud (également dans Pantoufles) regarde ces jeunes talents progresser d’émission en émission, avec un rire inimitable.

Si vous aimez les talk-shows un peu moins radio, vous ne serez pas en reste avec les 2 saisons de Mauvaise langue. Thomas Wiesel animait la première, Blaise Bersinger la seconde. On est toujours dans cet espace où les artistes progressent sur les meilleures ondes du pays. La Suisse ayant moins de talents en base de données, elle offre un panorama plus exhaustif des artistes à sa disposition. Et ils progressent de manière plus homogène, sans la compétition parisienne. Je pense que c’est ça, leur secret : sans prétention, ils se portent tous et ça fait plaisir à tout le monde.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pantoufles-couleur3-doquin-stpreux-kominek [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-09 10:40:50 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 09:40:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7580 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6158 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-20 16:07:26 [post_date_gmt] => 2019-04-20 14:07:26 [post_content] =>

Le dernier week-end de mars, j'ai décidé de partir à Lausanne sur un coup de tête. La raison : assister à Mauvaise Langue saison 2, enfin l'un des épisodes de cette année, et demander à Blaise Bersinger de jouer à Paris #prayforabsurde ! On vous raconte ce périple.

Mauvaise Langue saison 2 : ça aurait pu vraiment mal tourner

Il faut vraiment être passionné pour aller dans un bureau de change miteux à Gare de Lyon, se lever tôt un vendredi matin pour partir à Lausanne seule. S'inscrire sur un formulaire Google sans avoir reçu le mail de confirmation à l'heure du départ. Ne prévenir personne à la RTS de sa venue, et ne pas vraiment s'informer sur le lieu du tournage.

Vous en connaissez beaucoup, vous, des boîtes de nuit qui servent de décor de talk-show accessibles dans une bouche de métro ? On était une bonne dizaine sur la place Chauderon 18, et non dessous. Tout cela jusqu'à ce qu'un technicien RTS nous disent que ce n'est pas là bien après l'heure limite.

On arrive donc bien après les présentations, et on est bien entendu derrière les caméras, contorsionnés pour voir une oreille de Blaise Bersinger ou Alexis Junod, les deux humoristes en plateau. Heureusement, dans le décor, je reconnais Yacine Nemra. Il sourit en permanence, et sa bonne humeur me rappelle que j'y suis : la CFF, la SNCF et TGV Lyria n'ont pas réussi à me priver de cet événement. Je vois l'émission 3 heures avant les téléspectateurs suisses, et un jour avant moi-même si j'étais restée en France, à regarder cela sur une tablette le samedi matin.

L'émission passe à toute vitesse : l'épisode 12, en l'occurrence, est aussi drôle que d'habitude. Blaise Bersinger est impeccable dans son rôle d'animateur : il me fait forte impression. La jeune génération humour suisse se lâche et mène des talk-shows en toute liberté (merci aux faibles audiences qui transforment cela en produit de niche). Je jubile. Comme quand j'ai vu un Grand Prix de Formule 1 pour la première fois, dans des conditions pas forcément idéales mais avec l'impression d'être au meilleur endroit qui soit. Et dire que Blaise Bersinger ne devait même pas animer ce numéro... Lui aussi revient de France, mais il a fait le trajet en voiture depuis Brest à la dernière minute ! Quelle histoire...

Rencontrer Yacine Nemra, suivre la bande de Jokers à son QG pizza

Dans ce studio improbable, toutes ces caméras m'intimident. Je mets un peu de temps, après l'émission, pour me présenter à cette bande. J'ai l'impression de connaître cette bande-là par cœur, et qu'ils ignorent tout de moi. Je me trompe : grâce à l'article de l'année dernière, certains connaissent même mon site !

Je mise tout sur la bonne bouille de Yacine Nemra, et c'est la bonne pioche ! L'humoriste, qui va sûrement percer très rapidement, va me mener à tout le monde et me faire oublier mon arrivée en retard... Je rencontrerai ensuite tout le monde, et suivrai Nathanaël Rochat et Sébastien Corthésy là où tous les humoristes de suisse se retrouvent : une pizzeria animée de Lausanne.

En immersion dans le service public suisse

Je rencontre Sébastien Corthésy, un homme essentiel au rouage de Jokers Comedy. Cette structure révèle pour nous la jeune génération suisse : Nathanaël Rochat, Alexandre Kominek, Thomas Wiesel, Blaise Bersinger, Charles Nouveau, Marina Rollman, Thibaud Agoston et j'en passe. En face de moi, je me remets à peine de mes émotions quand je comprends que la seule, l'unique Valérie Paccaud se trouve devant moi. Je pense immédiatement à son rire inimitable sur les antennes de Couleur 3, celles qui accueillent les humoristes suisses pour des chroniques très matinales. J'hallucine complètement, je m'exclame : « Mais oui, Valérie ! »

Je vais vous faire une confession. Je pense que je deviens suisse. J'écoute même des émissions d'une heure et demie sur la radio suisse, l'équivalent des Grandes Gueules en France. Quand je mentionne Suzette Sandoz à Nathanaël Rochat, il est impressionné que je connaisse tout cela à ce point. C'est une politicienne, et je trouve ça improbable qu'elle fasse des émissions avec ces fous d'humoristes tous les dimanches.

La Suisse sait valoriser ses talents

Les humoristes sont partout en Suisse. Sur les bus, on voit Yann Marguet. Les festivals d'humour dans tout le pays font l'objet d'affiches. Le vendredi du tournage, Genève accueille notamment Thomas Wiesel et Thibaud Agoston dans leur comedy club historique. Je ne peux pas être partout.

J'ai du mal à conceptualiser cet esprit de village. Ces talents-là ont rapidement accès à un média télé/radio. Mais la suisse-romande, comme Nathanaël Rochat me le confie, c'est deux millions de personnes et une poignée d'humoristes. Ma vision est décalée, mais pour moi, ce sont des superstars. Cette distorsion me fascine, et me fait aimer encore plus l'esprit de camaraderie que je constate.

Rochat, c'est le taulier de la bande. Il n'est pas de la même génération, mais il a émergé juste avant les jeunes loups du stand-up suisse. Son style nonchalant, c'est sa signature. Je lui voue un profond respect, juste parce que Thomas Wiesel semble le considérer comme son mentor. Tous ces gens sont les successeurs de Marie-Thérèse Porchet (vous allez voir, ce n'est pas le même genre). Charles Nouveau en parlait très bien dans Antek on R... Il/elle est d'ailleurs de passage à Paris pour plusieurs mois !

Épilogue : Blaise Bersinger à Paris, est-ce possible ?

Si vous êtes encore là, merci ! Je pourrais vous parler longuement de ces talents suisses, voire vous perdre avec tant de références obscures. Je baigne trop dedans, il faut se rendre à l'évidence... Au début, l'idée était quand même de rencontrer Blaise Bersinger, cette créature humoristique fascinante.

Ce linguiste de formation, pur produit d'une impro absurde, est complètement décalé, OVNI-esque. C'est comme si Monsieur Fraize animait un talk-show. Rendez-vous compte (même si Blaise me semble bien plus malléable aux divers exercices de l'humour) ! Je ne m'en remets toujours pas. Bref, je lui ai demandé si je pouvais espérer le voir à Paris. La réponse est oui, mais... il faut qu'un théâtre comprenne son univers, ait envie de le programmer. Un peu comme Thomas Wiesel en décembre dernier, au Point Virgule. Mais Wiesel avait largement déblayé le terrain avec France Inter et Quotidien. Aller à Paris pour aller à Paris, cela n'intéresse pas du tout Blaise. Je le comprends : il faut faire cela dans de bonnes conditions, sinon cela ne vaut pas la peine.

Blaise Bersinger, je l'aime car il ne semble pas faire de concession sur qui il est. Aucune télé, aucun théâtre ne devrait le formater pour des besoins de promotion. Je ne veux pas que ça arrive, et je pense que Paris a beaucoup à apprendre de ce qu'il se passe en Suisse. Franchement, il suffit de le voir 1 minute pour comprendre qu'il n'est pas comme les autres. J'espère que vous aurez cette chance sans devoir prendre un TGV Lyria. Je ne lâcherai pas le morceau, et j'attendrai que le miracle se produise... En attendant, je suis rentrée avec plein de souvenirs dans la tête, que je suis heureuse de vous partager !

Crédits photo

© RTS - Capture d'écran YouTube

[post_title] => Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => mauvaise-langue-saison-2-bersinger [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:21 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6158 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010184 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-10 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-10 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 11 à 19

Déjà dix artistes, et pas encore de musique ? Soixante Junior n’a pas oublié les mélomanes en conviant Lisa Margaux Omri (11). Ses chansons humoristiques font le sel de toutes les découvertes artistiques obscures. On s’écrira : « mais pourquoi Diable sa voix ne résonne-t-elle pas sur les ondes ? », ou quelque chose du genre.

Nouveau duo emblématique, de la scène nantaise cette fois : les deux tocards du stand-up Kevin Robin et Maxime Stockner (12) enflammeront ensuite l’Européen. De Nantes à Bruxelles, il n’y a qu’un pas que Soixante Junior franchira avec Farah (13). Entre humour noir, forte personnalité et féminisme renseigné, la Belge recevra enfin un accueil digne de ce nom dans l’un des épicentres de la culture.

Pour continuer le voyage, on fera ensuite confiance à un amateur d’humour anglo-saxon, un dandy absurde connu sous le nom de William Pilet (14). Pour relancer l’attention de ceux pour qui les chansons de Lisa Margaux trottent dans la tête, une nouvelle chanteuse humoristique investira la scène. Sarah Normal (15) offrira un subtil contraste entre irrévérence et volupté.

Ancrer de nouveau la soirée dans une ambiance stand-up pure, cela vous dit ? Avec l’arrivée de Cyril Hives (16) sur scène, cela deviendra une réalité ! Cela ouvrira la voie à une expérience plus folle… Alors le voyage nous emmènera vers Lausanne où l’on aura extrait Valérie Paccaud et Yacine Nemra (17) du studio sombre mais créatif de Couleur3.

Afin de toujours reprendre ceux qui sont perdus dans le train de l’absurde, Hugo Gertner (18) oscillera entre roast et stand-up dans la pure tradition américaine. On enchaînera crescendo avec l’univers mi-loufoque, mi-militant d’une Elsa Barrère (19). Qui vous a persuadé de mettre les comiques dans des cases ? Je vous mets au défi d’en trouver une pour elle… À part l’anticonformisme, peut-être ?

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous vendredi 12 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:50 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 38ac55f790f8ec316e1eb91527476464 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Valérie Paccaud

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 2/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 2/6

La troupe de la pièce Les gens meurent au Théâtre Boulimie

Lettre à Lausanne et à son humour de qualité

Valérie Paccaud, découverte humour sur Le spot du rire et chroniqueuse radio

La découverte bonus du mois - mai 2020 - Valérie Paccaud

Pantoufles, la web-série de Couleur3

Pantoufles, la web-série de Couleur3 qui va égayer Noël

Mauvaise Langue Saison 2 - On a rencontré Blaise Bersigner !

Mauvaise Langue saison 2 à l'heure de Lausanne