Publications liées au mot-clé : Seb Mellia

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => seb-mellia
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 196
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => seb-mellia
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 196
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => seb-mellia
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 196
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => seb-mellia
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 196
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 196
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 196
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => seb-mellia
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 196
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (196) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (196) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (196)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7587
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-12-09 12:27:57
                    [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57
                    [post_content] => 

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7314 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-10 11:53:51 [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51 [post_content] =>

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 7141 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-14 17:00:51 [post_date_gmt] => 2019-10-14 15:00:51 [post_content] =>

L’humour à Paris continue d’être bouillonnant. Voici nos conseils de sorties humour incontournables pour profiter au maximum de votre mois d’octobre, en plateau d’humour ou en spectacle !

Parmi les sorties humour incontournables, voici les late shows et podcasts en public

Vous voulez voir des humoristes se marrer entre eux, et jouer à des jeux moins bizarres que Vendredi tout est permis ? Pour cela, suivez les actualités de Seb Mellia et Tania Dutel.

Seb Mellia…

Seb Mellia organise le podcast 4 comiques dans le vent, mais à contresens au République. Vous n’avez pas de place pour le prochain rendez-vous du 20 octobre ? Attendez quelques jours ou semaines de plus, vous le retrouvez sur YouTube !

Pour l’avoir vu en live, c’est tout de même un événement à faire en vrai. À 5 euros l’entrée, ça vaut vraiment le coup. On ne conseille pas forcément de le faire à chaque fois, parce qu’il faut être sûr d’être disponible tant les places partent vite et vous ne savez pas forcément la programmation quand vous réservez… Si vous suivez assidument Seb Mellia, on vous conseille l’alerte BilletRéduc — vous serez averti dès l’ouverture de la billetterie…

…ou Tania Dutel ?

Tania Dutel invite quant à elle Noman Hosni et Yacine Belhousse au Jardin Sauvage. La réservation est gratuite, et vous mettez ce que vous voulez au chapeau. Il reste encore des places à l’heure où on publie ces lignes… Ce n’est pas un podcast, donc vous devez venir pour vivre la soirée. La soirée est plus variée qu’une conversation : les jeux sont assez marrants, comme on a pu le constater lors de la première au One More en live.

Parmi les sorties humour incontournables, les plateaux de tests : le Laugh Steady Crew fait des émules

Vous vous souvenez de l’anniversaire du 33 Comedy ? C’était tout simplement trop bien. Vous auriez aimé le vivre, mais vous aviez manqué la soirée ?

30 octobre - Laugh Steady Crew édition anniversaire

On a la solution : le Laugh Steady Crew organise son anniversaire le 30 octobre ! L’ambiance devrait être similaire au Bar à Bulles, à côté du Moulin Rouge. On avait décrit ça avec le mot suavemente les copains, mais ça va être plus fort encore.

Pourquoi ? Parce qu’ils invitent, entre autres, Alexandre Kominek. Souvenez-vous du rencard avec un bâtard sensible ou du podcast de Rosa Bursztein… Avec tout ça, cette soirée risque d’être inoubliable.

Dernier truc génial : le jeu-concours pour vivre une expérience encore plus agréable au Sacré Frenchy !

https://www.instagram.com/p/B3d_R1EAg7k/

Tous les mercredis - After Work Comédie

Offrez-vous un before une semaine avant à l’After Work Comédie ! Cette ancienne scène ouverte du Jardin Sauvage évolue ! Shirley Souagnon chapeaute les créations des artistes sur scène et la sélection devient plus relevée. Qui est responsable de ce changement ? Probablement les gens comme Manu Bibard qui commentaient sur le groupe secret et qui ne jouaient finalement pas. On cite Manu pour le vanner, mais au final, la dérive atteignait de nombreux humoristes ! Lucie Carbone reste aux commandes de ce plateau, qui propose aux humoristes de parler de sujets d’actualité en trois minutes inédites.

Tous les mercredis - L’Entre-potes Comedy Club

Le mercredi, c’est définitivement le jour du test. On y sera cette semaine pour une soirée roasts. Les roasts, ce sont des clashs et apparemment, ces roasts seront thématiques ?

C’est confus dans votre tête ? Nous aussi ! C’est pour ça que l’Entre-potes Comedy nous intrigue… D’autant plus que les premières éditions au Soleil de la Butte ont satisfait les nombreux humoristes.

Les plateaux d’humour sont souvent des lieux où les humoristes jouent en solo… Alors l’Entre-potes essaie d’amener l’ambiance de troupe qui rend l’improvisation conviviale ! Il y a même des capitaines d’équipe qui contribuent encore plus à l’émulation de base.

J’ai croisé Clovis, l’organisateur. Le mec a présenté son concept aux comiques avec des PowerPoint. Il est au taquet, si bien qu’on en a déjà parlé. On a hâte de vous raconter ça après l’avoir vu, mais on sait déjà que ça va être cool !

Le mercredi, c’est verrouillé…

Du coup, ça fait beaucoup de plateaux à voir le mercredi. Le pire, c’est qu’il y a aussi La grosse marrade ! Ça a l’air dingue, ce plateau géré par Hugo Muzelle où Thibaud Agoston a ses habitudes… Hâte de voir ça en vrai, mais à ce rythme, on va avoir du mal à se détripler.

Parmi les sorties humour incontournables, deux spectacles pour crâner : Tahnee et Paul Mirabel

On devait les voir depuis longtemps, on va rattraper un retard de plusieurs mois ! Tahnee commence à émerger comme une voix du stand-up qui compte. On a hâte de voir sa bonne humeur intégrée à un spectacle qui nous fera sans doute réfléchir, mais surtout rire !

Quant à Paul Mirabel, son aura sur scène nous intrigue. Souvent, on l’a vu brièvement et dans de très grandes salles. Alors imaginez notre bonheur de le voir très bientôt dans l’écrin intimiste de la Petite Loge ! Pour avoir vu le spectacle de Ghislain Blique juste après (il est super), on a pu voir les spectateurs sortir du spectacle de Paul. Ils avaient l’air conquis. Un bon signe, que vous ajoutez aux avis positifs de la presse et aux passages convaincants de Paul en plateau… Ça devrait être génial aussi, comme tous les spectacles qu’on recommande, d’ailleurs !

En résumé

Voilà un aperçu des belles soirées qui nous attendent dans cette dernière quinzaine d’octobre… Et vous, quelles seront vos sorties humour incontournables ?

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sorties-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-14 17:16:18 [post_modified_gmt] => 2019-10-14 15:16:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7141 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 4859 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-08-13 09:38:02 [post_date_gmt] => 2018-08-13 07:38:02 [post_content] => L'été, Seb Mellia joue traditionnellement son spectacle Seb Mellia ne perd jamais au Point Virgule. Le spot du rire est allé revoir ce spectacle deux ans après l'avoir découvert au Théâtre BO St Martin.

Seb Mellia, taulier du stand-up

Seb Mellia figure parmi les tauliers du stand-up. Depuis douze ans, il travaille son stand-up dans les scènes ouvertes de Paris. S'il n'est pas le seul à rester puriste, il est annoncé sur les line-ups. Plutôt que de jouer le rôle confortable de surprise qui vient tester, il joue au même jeu que ses acolytes. Il est un peu dans la même dimension qu'Adrien Arnoux, sauf qu'il a un spectacle d'une heure. Désolée Adrien pour ce moment de troll, c'était trop tentant ! La formule marche : Seb vient ainsi de fêter ses 50000 abonnés sur Facebook. En nombre d'abonnés, il est passé au-dessus... du Paname Art Café ! Il a atteint cette taille critique qui lui permet de remplir des théâtres comme le Point Virgule ou le BO St Martin. Fidèle à ses théâtres, il peut aussi compter sur une communauté présente. En sortant du spectacle, je n'ai jamais vu autant de selfies et de discussions autour de ses podcasts.

Seb Mellia ne perd jamais : une masterclass de storytelling et de stand-up

Aller voir un spectacle de Seb Mellia, c'est passer un bon moment. Comme Rémi Boyes, il instaure un climat propice au rire complice. C'est comme aller voir un pote qui nous confie ses dernières aventures. Quand je l'ai découvert, il maniait déjà le storytelling... Or, aujourd'hui, il est passé à la vitesse supérieure. La frontière entre improvisation et passage préparé est quasi-infime pour le spectateur. Seb arrive à adapter les mêmes improvisations en fonction des soirées, il peut ainsi rebondir sur des situations rocambolesques avec beaucoup de naturel. Le public est conquis, Seb fait le job.
Je suis sortie surprise, également. C'est peut-être très personnel, mais il faut que je vous en parle ! A chaque fois que je vois Seb Mellia en spectacle, j'ai le besoin immédiat de progresser dans la vie. J'ai découvert que ce spectacle me permettait d'arrêter de me morfondre... Le pire, c'est que je n'ai aucune idée de pourquoi. Il n'y a pas de connexion particulière, juste un état de fait. En écoutant ses podcasts, j'ai l'impression qu'il a un côté coach de vie qui s'ignore. Seb a cette faculté d'avoir des idées très arrêtées. Il partage ses opinions avec beaucoup de force, comme un mec sur TEDx, en soi. Je ne m'attendais pas à ce qu'un spectacle taillé pour le rire et assez bon public me fasse réagir de la sorte. Bon, après, l'effet retombe un peu après 48 heures, mais ça a le mérite d'amorcer du progrès. Peut-être qu'après avoir vu Seb Mellia ne perd jamais, on a envie de reprendre le contrôle des choses. Qui sait... ;)

Crédits photo

Seb Mellia au One More Joke n°58 © Betty Durieux [post_title] => Seb Mellia ne perd jamais : critique spectacle [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => seb-mellia-ne-perd-jamais-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-08-13 09:46:38 [post_modified_gmt] => 2018-08-13 07:46:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4859 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4480 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-14 11:46:09 [post_date_gmt] => 2018-07-14 09:46:09 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Paiements inexistants, montages vidéo arrangeants, rampes de lancement truquées ou encore entourages d'artistes peu bienveillants... L'humour est un milieu fascinant, mais qui va parfois dans le mur.

Non-rémunération des artistes : des blagues à deux vitesses

On sait que les humoristes qui débutent vont souvent jouer sans être rémunérés. Ce que l'on sait moins, c'est que cette situation perdure des années après avoir commencé. Quelques plateaux d'humour ne sont pas du tout rémunérés (Le Trempoint, antichambre du Point Virgule) ou à moitié (Le Jardin S'enjaille, qui rémunère uniquement ses têtes d'affiche). Dans les deux cas, on fait une faveur à de jeunes artistes à l'essai en échange d'un lieu normalement inaccessible. Pour moi, cela ne pose pas de problème si la situation est connue d'avance et n'est pas récurrente. Or, Le Trempoint fait cela de manière récurrente. Ils devraient faire comme les plateaux qui ont lieu dans les théâtres : proposer un chapeau qui rémunère les artistes et expliquer que le billet d'entrée sert à la location du théâtre. Mais il y a pire. Récemment, Seb Mellia a diffusé un message où on lui proposait de jouer sans un kopeck. Il indique d'ailleurs que la situation n'est pas rare. La mairie de Paris est décidément une mauvaise élève : épinglée par la Cour des comptes pour trop dépenser en son sein, elle n'aurait aucun scrupule à utiliser des artistes pour faire rire la plèbe. Ce serait bête que l'ensemble finisse en grève, comme dans I'm dying up here...[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=obcSkkxbZwc"][vc_column_text]

Marrakech du rire 2018 : vraiment drôle ?

Cette année, les audiences du Marrakech du rire sont en baisse. Des internautes s'interrogent : et si c'était la même chose dans le public ? En post-production, on fait des miracles, alors pourquoi pas remplir une salle en dédoublant les spectateurs ? La raison invoquée, c'est qu'il y avait beaucoup de mouvement dans le public (pauses pipi, on imagine). Pour éviter de distraire l’œil du spectateur, ils ont eu l'idée de ces petits arrangements. Honnêtement, je n'ai même pas envie de commenter cela. Tout ce que je sais, c'est qu'en entendant le nom de quelques artistes, j'ai été déçue une fois de plus. Apparemment, Malik Bentalha a retourné la salle. J'ai écouté son extrait du frigo, et je n'ai pas compris où c'était drôle. De la harissa dans le frigo, vraiment, je me tords de rire. Sauf que la salle était vraiment hilare. Soit les ingénieurs du son étaient phénoménaux, soit on nous sert toujours le même ramassis de pseudo-artistes pour ne pas faire de l'ombre aux anciens, et le public ne sait pas déceler la qualité. S'ils plagient, c'est encore mieux. Je vous laisse méditer là-dessus et sur la présence de cet artiste (sic !) à l'Olympia.

Entourage d'artistes : de héros à zéro

Depuis que j'ai créé le spot du rire, j'ai entendu mille histoires sur les professionnels du spectacle vivant. Bien sûr, ils sont nombreux à faire leur travail correctement et à traiter les artistes avec respect et bienveillance. Mais il y a les autres, aussi. Il y a les gens qui se prennent pour des coachs de vie et qui censurent les jeunes artistes (coucou Kandidator). On trouve aussi des managers qui adulent leur poulain et, dès qu'un nuage vient assombrir le tableau, ne veulent plus leur parler. Il est grand temps de parler d'appartenance. Quand quelqu'un détecte un jeune talent, je m'attends à ce qu'il l'aide à s'émanciper. Il peut exprimer un avis artistique, mais il faut vraiment être sacrément bon pour le censurer. Or, la relation entre un détecteur de talents et un artiste prend souvent un tournant émotionnel. Le détecteur ressent une sorte de coup de cœur ou de coup de foudre pour son poulain. La période lune de miel est formidable : il va l'encenser pendant quelques mois. Si vous avez fait latin, vous savez peut-être que dans l'étymologie du mot passion, on trouve l'idée de la souffrance. La souffrance vient donc après, avec l'embrouille et la rancœur. L'artiste s'éloigne, le détecteur de talents bougonne sans raison.

En résumé

Je ne peux pas m'exprimer pleinement sur le sujet car je ne suis pas manager d'artistes. Je connais juste la manière dont mon relationnel avec les différents artistes du spot du rire a fluctué. J'ai vu mon ego se formaliser sur des détails aberrants. Untel ne me parle pas assez, hop, je vais avoir envie de l'aimer moins, de ne plus le voir de la même façon. C'est complètement stupide, et le problème ne vient pas de l'artiste. J'ai même failli me brouiller avec Nadim pour plusieurs raisons. Toutes stupides, car elles attaquaient des choses que je ne voulais pas affronter. Comme c'était stupide, j'ai laissé couler et je suis sortie plus lucide. Un artiste est un talent qui arrive à exprimer ce que nous autres ne savons pas faire. Il va savoir mettre en lumière des choses qui vont vous débloquer. Cela peut aller du simple rire à une véritable thérapie. Forcément, cela crée des liens forts et plus on baigne dans le spectacle vivant, plus il sera difficile de prendre du recul sur ce type de lien bizarre. Si des managers, producteurs ou gérants de théâtre me lisent, j'espère qu'ils pourront réfléchir à leur rapport aux artistes et qu'ils les laisseront s'exprimer. Ils doivent uniquement être des facilitateurs. A aucun moment ils ne doivent préférer un artiste parce qu'il a picolé après le spectacle avec lui. Parce que le public, lui, n'a pas picolé avec l'artiste et se base simplement sur son art, pas les amis qu'il a ou des aspects plus politiques ou commerciaux.

Entre idéalisme et espoir

Aucun milieu n'est parfait, mais j'ai parfois le sentiment qu'on passe à côté de certains artistes parce qu'ils ne jouent pas le jeu de suce-boules des bonnes personnes. On adore parler d'irrévérence, mais sait-on au moins apprivoiser l'indépendance des gens qui montent sur scène ? S'ils voient le monde différemment, autant leur offrir une ascension différenciante. Ceux qui voudront faire des Vendredi, tout est permis pourront continuer, d'autres useront de modes d'expression plus en accord avec leur sensibilité. Monsieur Fraize est de ceux-là, et je suis contente d'avoir pu aider le journaliste qui a rédigé cet article. Je le remercie d'ailleurs d'avoir eu l'humilité de dire qu'il avait besoin de plus d'informations que ses premières recherches. On aurait pu avoir un papier insipide, issu de reformulations de l'AFP et d'autres sources. Par conséquent, il y a encore une conscience professionnelle dans les médias culturels au service des talents. C'est tout ce qu'on leur demande.

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => respect-artistes-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:50:15 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:50:15 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4480 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4416 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 11:07:42 [post_date_gmt] => 2018-06-10 09:07:42 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Ce n'est pas la première fois qu'on vous parle de 4 comiques dans le vent, mais à contresens. Seb Mellia propose un podcast accessible et fun sur le monde de l'humour. On a assisté au quatrième épisode au Théâtre BO St Martin, on vous raconte.

4 comiques dans le vent, mais à contresens : Seb Mellia et les conversations d'humoristes

Les nouveaux humoristes s'extasient souvent sur un point : l'ambiance dans les loges des plateaux d'humour. Comme dirait Seb Mellia, taper des barres avec les autres comiques apporte sans nul doute une bonne dose de bonheur. Il a donc décidé d'adapter ces conversations au média podcast. On vous en a déjà parlé lors des passages de nos résidents Marion Mezadorian et Louis Dubourg. Il fallait donc voir ça en live...

Du rire gratuit au BO St Martin !

L'avantage des podcasts, c'est qu'on peut y assister gratuitement. C'est un peu comme dans les émissions de télé : on a besoin du public pour l'ambiance, alors on le convie. La contrepartie, c'est que ces podcasts prennent du temps et de l'énergie à réaliser, alors il est difficile de les voir perdurer. Seb Mellia aimerait bien le transformer en rendez-vous régulier, pourquoi pas avec le soutien d'une radio. Il faut dire que l'humoriste est stakhanoviste des nouveaux formats : entre ses live YouTube, ses vlogs et son autre podcast avec Magali Bertin... On le voit et l'entend partout si on y est attentif. Je ne vous parle même pas de son spectacle, qui reprend au Point Virgule cet été !

Assister au podcast de Seb Mellia : l'ambiance

Pour le quatrième épisode, Seb Mellia a invité du beau monde. Adrien Arnoux, l'homme le plus prolifique du stand-up, était de la partie. J'ai découvert Mathieu Madénian, que j'ai trouvé plus drôle qu'en spectacle (où il est déjà drôle, rassurez-vous). Fadily Camara, qui m'a impressionnée au festival Parlez-vous stand-up de Kader Aoun, n'a pas décommandé. Elle a en effet dû annuler plusieurs dates de son spectacle suite à un incident... que vous découvrirez en écoutant le podcast ! Enfin, John Sulo, qui m'a bluffée avec son périple en stop à Liverpool, complétait la programmation. La blague du podcast, c'était de vérifier avec le public qu'il ne s'attendait pas à un plateau d'humour. Visiblement, personne n'est tombé de sa chaise... Je pensais apprécier le podcast autant qu'à la maison, ce qui était beaucoup... Mais en vrai, c'était encore mieux. En plus, le public présent connaît bien la back-story des humoristes. Quand on écoute un podcast, on suit davantage leur actualité que le grand public, qui d'ailleurs ne les connaît pas encore. Ce n'est pas bien, le grand public, il va falloir vous y mettre ! ;)[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=y1S59PcUKb4&list=PLFYOVxscq1uYhiZIoxshVwU0H2tFdgIoe" title="4/5 comiques dans le vent mais à contresens - Tous les épisodes du podcast de Seb Mellia"][/vc_column][/vc_row] [post_title] => 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c'est comment, un podcast de Seb Mellia ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => podcast-seb-mellia-5comiques [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-30 09:46:51 [post_modified_gmt] => 2019-10-30 08:46:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4416 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4108 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-03 20:40:43 [post_date_gmt] => 2018-05-03 18:40:43 [post_content] => Le 22 mai prochain, le 33 Comedy Club fête un bel anniversaire : 2 ans déjà ! Avant d'en savoir plus sur l'événement de folie en prévision, petit rappel sur le plateau d'Antek, Ghislain Blique et Jean-Patrick. Pour moi, le mois de mai est synonyme de nombreux divertissements atypiques. Les 500 miles d'Indianapolis, le Grand Prix de Monaco, l'Eurovision... mais aussi l'anniversaire du 33 Comedy !

Anniversaire 33 Comedy : pourquoi ce plateau est le meilleur de Paris

Sous ce titre un peu provocant pour le One More Joke se cache un bonheur renouvelé de visite en visite. Parfois, je me dis que ça fait longtemps que je ne suis pas allée au 33 Comedy. Généralement, mon expérience des plateaux répond à ce même schéma : plusieurs questions s'enchaînent alors.
  • Qui joue ?
  • Ai-je suffisamment de temps de sommeil pour enchaîner sur mon vrai travail journalier sans dégrader ma productivité ?
  • Y a-t-il du jus de banane ?
  • Les gens me mettent-ils mal à l'aise ?
Au 33 Comedy, on se sent à la maison. Comme nulle part ailleurs. Jean-Patrick travaille au bar la Grange, et habitait pendant un temps non loin de ce lieu prisé du quartier de Bourse. Mon nouveau statut d'Inspecteur Follin* n'a rien à voir dans cette découverte : il en a parlé dans son podcast L'humour vous va si bien. Cette ambiance familiale digne des bons restaurants italiens (?) me donne l'impression d'avoir une famille ici. C'est très bête et cucu écrit comme ça, mais voilà, il m'est impossible de le décrire autrement. Ghislain, c'est un peu comme si j'avais eu un frère original qui voue un culte à la mayonnaise et aux chaussettes. Antek, c'est le gars rigolo à qui j'ai envie de parler à chaque fois que je le vois. Il est à fond, avec sa playlist éclectique des tubes qui ont marqué plusieurs générations. Et que dire de Jean-Patrick... Tout passe dans le regard avec lui : il te met mal à l'aise et super bien dans la même seconde. Tu sens qu'il est sympa, mais tu ne peux t'empêcher d'être sur tes gardes.

33 Comedy : des vidéos promotionnelles hilarantes

Mais alors, qu'est-ce que le 33 Comedy spirit ? Je vous laisse d'abord le déterminer. Je vous défie d'ailleurs de ne pas rire pendant le visionnage. Même au boulot, je craque à chaque fois.
Comment font-ils pour rendre un teaser autoproclamé pourri aussi fort que le génie de Lilian Thuram à la coupe du monde 1998 ? Je suis dépassée, lessivée par le rire, en bien-être total. Non, ce n'est pas une secte. Autre exemple : le teaser de l'anniversaire de l'an dernier.
J'y étais : il y avait effectivement un gâteau. Jean-Patrick a bravé tous les dangers pour descendre les escaliers avec ce délice gustatif à la main. On a passé une pure soirée, avec les mêmes gars que l'année d'avant. Cette année, que nous réservent-ils ? Nous le saurons bientôt et vous tiendrons évidemment informés. Pour l'heure, vous pouvez réserver vos places sur Eventbrite !

Inspecteur Follin, c'est quoi ça ?

Il faut qu'on en parle. Depuis ma visite au All in Comedy Club, j'ai un alias. Seb Mellia m'a vu descendre les escaliers et m'a appelé Inspecteur Follin. Parfois, dans la vie, j'ai l'impression de résoudre des enquêtes ou d'avoir le sens de l'observation. Or, depuis que Seb Mellia m'appelle ainsi, j'ai perdu tout talent dans cette entreprise. Je suis donc comme le Détective Froussin, l'humour désopilant en moins. En tout cas, merci Seb pour ce vrai moment de rire. Ce mec est très fort en impro et en répartie, on ne le répète pas assez ! [post_title] => Save the date - Le 22 mai, le 33 Comedy fête ses 2 ans ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => evenement-33-comedy-anniversaire [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:42:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:42:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3607 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-11 10:54:08 [post_date_gmt] => 2018-03-11 09:54:08 [post_content] => La semaine dernière, l'humour avait sa place plus que jamais dans les salles de spectacle. Les scènes de Jean-Marc Dumontet ont mis les femmes à l'honneur. Les plateaux et spectacles se sont succédés. Et j'ai parlé avec certains acteurs de l'humour. Cette semaine m'a fait réfléchir sur les têtes d'affiche.

Journée de la femme : une soirée en enfer

Pour la journée de la femme, j'ai répondu à l'invitation d'un humoriste en sachant que j'allais passer une mauvaise soirée. Je n'avais pas envie de célébrer la femme dans un milieu artistique. Par conséquent, je me suis dit qu'aucun autre spectacle aurait pu me plaire ce soir là. Je pouvais sacrifier la soirée pour une personne qui avait envie de me voir le soutenir. Quelle erreur. J'avais prévu cette sortie un mois en avance. J'ai ensuite vu que Marion Mezadorian jouerait avec des filles telles qu'Agnès Hurstel au Point Virgule. Je regrettais ma posture initiale, mais j'avais promis de venir. J'avais déjà annulé une fois, en plus, pour une coupure d'eau chaude de 3 jours. Oui, ça a l'air aussi faux que l'excuse du chien qui a mangé tes devoirs, mais c'était vrai. Dans un autre registre, la soirée du One More Joke me faisait de l’œil. Je n'avais pas mis les pieds là-bas depuis octobre : c'est toujours complet, je ne me sens pas utile pour les soutenir. J'ignorais pourquoi, ce jour-là, j'avais envie de changer mon trajet de métro pour me rendre rue de la Folie-Méricourt. Quelle grave erreur. Alors que je passais l'une des pires soirées de ma vie, j'ai imploré le Dieu Ghislain au bout de 20 minutes de spectacle : faites que ça s'arrête. Qu'il dise c'est terminé. Ghislain m'a entendue. L'artiste sur scène, qui jouait pour 4 personnes qu'il avait sans doute toutes invitées, n'a pas pris la peine de terminer son show. Je tairai son nom parce qu'il faut toujours respecter un artiste et qu'il a forcément un public. Disons que les spectacles pseudo-élitistes un peu stéréotypés, ce n'est pas ma came. Mais même face à des petites salles, il faut tenir parce que la mauvaise critique n'est jamais bien loin.

Parier sur les têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke, une ambiance de folie

En rentrant chez moi, je découvre sur les réseaux que le One More Joke s'est enflammé. Déjà, j'aperçois Seb Mellia, Roman Frayssinet et Kyan Khojandi s'inviter à la fête. Je me dis que ce plateau est vraiment dans une autre dimension. Et puis, petit à petit, je découvre que Gad Elmaleh était aussi de la partie ! Ce n'est pas la première fois que Gad Elmaleh s'invite incognito dans les salles parisiennes. Quelques mois plus tôt, Seb Mellia venait de terminer son spectacle au Point Virgule. Adrien Arnoux lui dit de se dépêcher de sortir : Gad Elmaleh est là ! Seb croit à une blague, puis hallucine. La star de l'humour français est accompagnée d'Elie Semoun. La soirée au Point Virgule continuait avec un plateau devant peu de public. Ces gens-là, restés tard sur les banquettes rouges, se préparaient à vivre un grand moment : Gad sur scène, rien que pour eux. Comme je n'étais pas au One More, je vais laisser Seb Mellia en parler (à partir de 20:10) : [audio src="http://media.blubrry.com/1heureavantlarupture/www.sebmellia.fr/1heureavantlarupture/Podcast1HALR/1HeureALR%20-%20Ep%202.mp3" /] Et Sympa la vie en a aussi longuement parlé au début de leur dernier podcast : Gad Elmaleh en tête d'affiche, ce n'est pas rien. Ce n'est pas subjectif de l'appeler de la sorte. Point pour les têtes d'affiche.

Têtes d'affiche : quand les programmateurs de plateau sont juges et partis

En fin de semaine, le regret d'avoir manqué le plateau de Louis Dubourg et Certe Mathurin est derrière moi. Je décide de revoir le spectacle 100% foot de Charles Nouveau et de le faire découvrir à quelqu'un qui a plein de points communs avec lui. Beaucoup d'esprit, une finesse d'écriture, une passion pour le foot et un fétichisme plus ou moins prononcé sur le curling. Nous sommes au Paname, le samedi à 19 heures. Le plateau n'est pas complet mais assez rempli : le football n'est pas trop un sujet qui passionne les amateurs d'humour. Mais Charles sait parler à tout le monde de ce sport. Une heure plus tard, le Paname Comedy Club de 20 heures est complet avant même l'annonce de la programmation. Le line-up comprend des personnalités éminemment influentes en vidéo ou sur Instagram, d'autres qui passent à la télé : Marina Cars, Camille Lellouche, Franjo, etc. Il y aussi Jean-Philippe de Tinguy. Cette information est importante : à titre personnel, je me déplace voir un plateau pour le plaisir à deux conditions. S'il y a 2 humoristes que j'aime bien dans le line-up, ou un Jean-Philippe de Tinguy. Maintenant, j'ai un peu élargi cette condition : elle s'applique aussi à Marion Mezadorian et Ghislain. On referme la parenthèse subjectivité. Bref, je décide de ne pas y aller parce que malgré l'audience de ces personnes, je ne ressens pas le besoin de les voir. Les chiffres et la popularité me parlent peu, je préfère apprécier par rapport à ma sensibilité personnelle. Et puis, je suis en mode détente. L'analyse du niveau des humoristes n'est pas pour aujourd'hui.

Par pitié, sachez expliquer pourquoi vous appréciez un humoriste !

A la sortie du spectacle de Charles Nouveau en rodage, je discute un peu pour obtenir les impressions de mon invité. Test positif. Je croise alors un humoriste et programmateur d'un plateau. Pour préserver l'anonymat de tout le monde, la suite de cette histoire sera truffée d'énigmes. Il me demande si je viens à son plateau la semaine prochaine. Réponse positive. Après, il me dit qu'il est super content d'avoir Nana Mouskouri* en tête d'affiche (le nom a été changé pour tous ceux cités avec un astérisque). Il s'excite sur l'idée que sa tête d'affiche va terminer la soirée. Je lui dis que pour moi, son plateau est homogène et ils ont tous un niveau similaire. Je lui dis que Stéphane de Groodt* finit souvent les plateaux et que ça se passe bien. Il me répond qu'il est bien sympa, mais que Nana Mouskouri* a vraiment quelque chose en plus, un personnage. C'est bête, Nana*, je ne l'ai jamais vue. Pourtant, j'en ai bu des verres pour rentrer dans les plateaux d'humour. Je lui fais remarquer qu'il y a aussi Chuck Norris* en tête d'affiche. Il nie complètement. Une vérification sur les réseaux me montre que Chuck* a 2000 abonnés de plus que Nana*, et un célèbre site web humoristique où il évolue comme un poisson dans l'eau. Je promets de rester ouverte, car je ne connais pas Nana*, mais il me l'a sacrément mal vendue ! Moralité : s'il vous plaît, si vous parlez de têtes d'affiche, sachez expliquer pourquoi elles sont douées. Vous créerez ainsi moins d'attente auprès de vos interlocuteurs et faciliterez son travail. Sur-vendre un artiste avant son passage est un appel au suicide artistique. [post_title] => Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humoristes-standup-tetes-affiche [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:40 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3607 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3470 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-02-21 14:46:42 [post_date_gmt] => 2018-02-21 13:46:42 [post_content] => Ça y est, je suis montée sur scène ! Le 33 Comedy m'accueillait aux côtés de pointures du stand-up. Une voie royale pour réussir ce passage. Voilà comment cette première scène s'est passée. Vous pouvez aussi relire les épisodes précédents : l'annonce et la préparation.

L'avant-show : don't stress

18h45, je pars de chez moi pour aller au 33 Comedy. Il y a 45 minutes de trajet, qui s'allongent pour une raison indéterminée. Mais j'ai décidé que le métro ne me perturberait pas. J'arrive enfin à bon port une heure plus tard, l'une de mes amies est arrivée. Téléphone en main, elle me filme d'entrée de jeu, me demande un autographe sur son billet du 33 Comedy. Elle est encore plus perchée que moi, alors je lui livre un autographe à ma sauce. C'est graveleux. Antek et Jean-Patrick sont là aussi : ils surgissent du sous-sol. Les deux me demandent comment je vais. Pour le moment, bien. Ils déterminent ensuite l'ordre de passage et j'apprends que Kyan Khojandi sera là. Il remplace Jason Brokerss, visiblement coincé chez lui. La poche de glace collée à son visage sur ses story Instagram confirme l'hypothèse. Satanés dentistes ! J'apprends l'ordre de passage : je passe troisième entre Antek et Jean-Patrick. Kyan ouvre la soirée, j'ai un spot confortable entre les résidents. Ça tombe bien, je remplace Ghislain. Et je porte les chaussettes que j'ai gagnées en évaluant le podcast Sympa la vie. La seule superstition que je me suis autorisée.

Bienvenue au 33 Comedy Club

Le 33 Comedy Club, c'est un peu devenu mon QG. La raison de cette première scène ici, c'est parce que j'ai passé beaucoup de temps dans le public. J'ai soutenu tous les projets personnels des trois résidents Antek, Jean-Patrick et Ghislain : spectacles, podcasts, émissions de radio... Il n'existe pas de plateau où je me sens le plus à la maison. Aucun autre ne m'a donné cette impression, et c'est sûrement ça qui a conditionné la suite de la soirée. D'habitude, les loges du 33 Comedy sont blindées d'humoristes, mais lorsque Antek fait entrer le public, j'ai tout l'espace pour moi. Les autres n'arriveront qu'un peu après 20h30 après avoir visiblement discuté en haut. Kyan se présente et moi aussi, mais on se connaît un peu. Je l'ai mentionné sur une publication Facebook, donc il connaît le spot du rire. Et moi, je suis comme tout le monde : Kyan Khojandi est une pointure. Si bien que depuis plusieurs mois, je n'ai aucun souci à écrire son nom sans faute. Et que je sais qu'il est bien plus que le mec de Bref.

Transmission

Ce soir, il y a donc des pointures : Lenny, Seb Mellia et Kyan Khojandi. J'ai l'impression qu'ils font du stand-up comme ils mettent un pied devant l'autre : la maîtrise. Voir mon nom au milieu de tous ceux-là plus Antek et Jean-Patrick, c'est un truc de dingue. Le stress ne s'installe pas trop encore. Comme je l'ai dit, depuis que mon texte est su, il s'est évaporé. Mais il va revenir. Kyan monte sur scène ; son passage est dingue. Lorsque je l'ai vu en spectacle à Choisy-le-Roi en décembre dernier, son co-auteur Navo faisait la première partie. Ce jour-là, il s'amusait à jouer avec nos nerfs sur le rythme de son stand-up. Va-t-on savoir la suite ? Au 33 Comedy, Kyan a repris un procédé similaire en faisant semblant de quitter la scène au beau milieu de son histoire. Deux fois de suite ! Un mécanisme qui donne évidemment envie de connaître la suite. C'est comme poser un paquet de bonbons devant soi. Ou le compte-à-rebours Netflix que Rémi Boyes adore mentionner dans son stand-up. En terminant son passage, il dit aux autres qu'il suffit de parler au public : il est très bienveillant ce soir. Ça tombe bien pour moi. Antek enchaîne. C'est le dernier rempart avant mon passage. Là, le stress est là.

Plongeon

Pour rester calme, j'écoute ce que les autres font et je ris comme si j'étais spectatrice. Mais cela ne suffit pas. Heureusement, le small talk de Seb Mellia va arranger ça. Je ne sais plus comment Jean-Philippe de Tinguy est arrivé dans la conversation... il faut dire que cela arrive souvent. Mais là, Seb me demande de confirmer qu'au début, j'allais le voir un peu partout. Je ne comprends pas la question, je crois qu'il me demande si je parle de Jean-Philippe dans le sketch. Donc, je réponds non. Alors que clairement, la réponse était affirmative. Du coup, je corrige, on blague sur le fait que je savais son adresse avant son déménagement et que c'est sûrement pour ça qu'il a eu lieu... Toute la conversation a le mérite de détourner mon attention. Antek continue ses blagues avec quelques nouveautés, et je sens qu'il termine son passage. Les applaudissements confirment mon intuition. Comme il me l'avait dit avant la soirée, Antek me concocte une introduction aux petits oignons. Je vais dans les scènes ouvertes en permanence, j'ai décidé de faire ma première scène au 33 Comedy, c'est un moment d'émotion. Tout le pathos est réuni pour me faire éviter le bide. Et ça a marché !

Instantanés de scène au 33 Comedy avec Jean-Patrick et Kyan Khojandi

Ma première scène au 33 Comedy

Lors de cette première scène, je demande aux gens s'ils vont bien. Je leur réponds ensuite que moi, c'est moyen Parkinson. En fait, je partage l'information suivante : oui, je tremble, je sais, et je m'en fiche. Donc on peut se concentrer sur les blagues. Mon sketch, je l'ai pratiquement appris à la virgule près, mais j'ai fait de nombreuses modifications. Les différentes versions se mélangent un peu, mais grâce à la concision du passage, l'ensemble conserve de la cohérence. Je remarque un phénomène auquel je ne m'attendais pas. Là où j'ai parié sur des rires, je les ai obtenus. J'avais l'impression d'avoir à appuyer sur un bouton qui déclencherait des rires enregistrés. Sur scène, on entend une masse de rire comme des rires enregistrés. J'enchaîne mon texte, je trébuche sur quelques mots mais j'essaie de me tenir à ce que ce soit clair. J'ai réduit considérablement mon débit de parole par rapport aux répétitions, mais ceux qui n'avaient rien vu estiment que c'est encore trop rapide. Un défaut récurrent chez les nouveaux venus, qui ont envie de s'échapper de la situation plutôt que de la vivre.

Plutôt que les pneus hiver, la séquence émotion

La toute fin de mon sketch n'a pas été apprise. J'avais un jeu de mots sur les niches (passions de niche vs. la niche du chien), le chien Beethoven et le fait d'être aux abois... Et je ne savais pas comment finir. J'avais initialement beaucoup plus de texte et je voulais faire l'analogie entre la communication avec les autres êtres humains et le fait d'être doté de pneus hiver. J'avais tout un fil rouge sur les garages qui n'en sont pas, ça partait dans tous les sens. Bref, ça a été jeté. C'est grâce au livre de Christine Berrou que je n'ai pas eu de quartier pour ces tentatives-là. A la place, j'ai dit que ma niche, c'était le stand-up, que les lieux comme le 33 avaient changé ma vie. Je m'étais dit qu'avec ça, je pouvais me mettre le public dans la poche assez facilement. Or, faire vivre un moment d'émotion n'est pas facile car on dévoile beaucoup de soi. On se rend compte qu'on dit à des inconnus quelque chose qui fait ce qu'on est. On touche un peu à l'intime, mine de rien. Ma voix s'est tordue, j'ai pensé : « Je ne vais pas pleurer, là, quand même ? ». C'était tendu, mais c'est passé. Ça devait être vrai. Prends ça, Marc Levy !

L'après-première scène : feedback et mal au dos

Quand je termine mon passage, je vois Antek dans les loges avec son sourire et ses lunettes rouges de mec heureux. J'attends que les applaudissements cessent pour annoncer Jean-Patrick, tandis qu'Antek gère la régie. Je fais une petite blague sur le fait que même les végétariens peuvent l'aimer, car c'est un lapin. Et je sors de cette première scène. Seb Mellia me dit que j'ai bien géré cette première : je n'ai pas fait trop long. Lenny me dira ensuite qu'il a bien aimé le moment d'émotion. Et Antek a apprécié l'une de mes punchlines. Mission accomplie, dans une ambiance très bienveillante et propice à la chance du débutant. Je m'assois ensuite, histoire de décompresser. Mais ça ne se passe pas ainsi : un mal de dos de dingue s'installe, j'ai l'impression d'être une mamie et qu'un rouleau compresseur est venu me broyer. J'ai aussi mal dormi avant de monter sur scène qu'après. C'est très physique, mine de rien. Il paraît que c'est l'adrénaline. J'en saurais probablement plus si je remonte sur scène, mais...

Envie de remonter sur scène ?

Je ne sais pas ce qui pousse les gens à me voir réitérer cette première scène. J'ai passé un bon moment, bien apprécié que les gens rient. C'était sympa pour la confiance en soi, mais je ne me suis pas dit que c'était magique. Ce que je préfère, c'est voir les autres sur scène. Si j'ai fait cette expérience, c'était pour mieux les comprendre. Leur montrer une marque de respect en me jetant dans l'arène. Mais il semblerait que les gens ont envie que je revienne. Affaire à suivre. Pour l'heure, un grand merci à tous les humoristes qui m'ont soutenue avant, pendant et après cette épreuve émotionnelle. C'était un vrai défi, et je suis contente de l'avoir relevé ! Maintenant, rendez-moi mon sommeil, merci.

Crédits photo

© Seb Mellia / Antek [post_title] => Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-scene-33-comedy [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:49 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 3262 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-23 16:12:34 [post_date_gmt] => 2018-01-23 15:12:34 [post_content] =>

C’est fou, ce qu’on apprend des autres. Depuis que j’ai commencé Le spot du rire, j’ai aimé compulsivement les humoristes. Enfin, leurs pages et publications. C’est évidemment de cela dont on parle.

Fournisseurs de contenus 2.0

Tout ce qu’ils partagent me tombe sous les yeux. C’est très pratique : ils sont nombreux à être obsédés par la culture stand-up américaine. Heureusement, pas comme Tomer Sisley… qui va continuer à prendre cher en scène ouverte pendant un sacré moment !

J’en parlais récemment, à la sortie d’un plateau : je n’y connais pas grand-chose. Je n’ai pas Netflix, et jusqu’à récemment, je pensais que Dave Chappelle avait le physique de Bill Gates. Ce qu’un cerveau peut vous tromper… Mes références anglophones sont Bobby Mair et Damien Power, vus à Londres et Édimbourg. Le temps d'en rencontrer d'autres ?

Canal+ me sauve, j’ai pu voir la série I’m dying up here. On peut discuter… Enfin, pas tant que ça : beaucoup n’ont pas Canal et n’ont pas vu la série. Je me disais : « c’est quoi, leur foutue pop-culture ? » Tant que tu ne montes pas sur scène, tu as l’impression d’être de l’autre côté. Et puis, si moi, j’ai Canal, c’est pour le sport plus que pour la culture.

Bon, cette histoire de culture sur des plaques tectoniques distinctes, ce n’est rien de grave. Je peux toujours relayer, et a priori, on parle la même langue. Mes yeux sont souvent exposés au fil des stories Instagram de Louis DubourgSeb Mellia ou Roman Frayssinet. Et il arrive aussi que je tombe sur des choses telles que cet article. Rien de surprenant : Sarah Silverman apparaît souvent sur les réseaux.

Sarah Silverman relayée par Els

Il faut que je vous dise d’où ça vient, quand même. Enfin, de qui, surtout. C’est l’humoriste barrée et loufoque Els - Lost in France, que j’adore, qui vient régulièrement m’abreuver de cette culture-là. Et cet article, je l’ai trouvé beau.

En substance, Sarah Silverman a accompli un acte humain tout aussi vertueux que désintéressé. L’un de ces événements qui rend, à un petit niveau, le monde un peu plus respirable. Et le terrain de jeu sur lequel ça s’est joué est encore plus dingue : Twitter. Castagne-land pour les intimes. L’émission Les grandes gueules, à côté, c’est Oui-oui.

Un troll publie le tweet expéditif « C*nt ». Vous cliquerez pour la signification, si elle vous échappe. Et elle répond à ce gars qu’elle croit en lui, qu’elle voit la rage qu’il traîne. Qu’il peut s’en sortir, se faire aider. En prime, elle lui trouve les bons interlocuteurs pour l’aider. Comme le dit Kyan Khojandi, la dernière chose qu’un mec en détresse a envie d’entendre, c’est de se bouger le cul. La paralysie semble imparable. J'aimerais vous communiquer la source exacte, mais j'ai écouté beaucoup trop de podcasts avec Kyan Khojandi pendant les fêtes pour la retracer. Ecoutez-les tous, ça peut aider.

Et l'Oscar des vrais super-héros est décerné à...

Je vais vous dire mon intuition profonde. Les humoristes sont des super-héros. Mais des vrais, pas Superman qui troque ses lunettes de journaleux contre un slip rouge. Ils ont cet autre regard sur le monde, et ils arrivent à te l’apporter et t’élever, te faire aller mieux.

Et le meilleur, c’est qu’ils peuvent le faire en te parlant de coloscopie. De Brahm's Ouloulou à Chris Esquerre. Non, le vrai meilleur, c’est qu’ils t’apportent tous un petit truc. Même ceux qui, la première fois que tu les vois, ne te font pas rire. Ils sont juste sur le chemin. Si l’on assemble toutes les pièces du puzzle, ça peut potentiellement remettre sur pied tout un chacun. C'est égoïste d'être le public.

Cette histoire a l’air un peu grisante. En tant que public, que peut-on bien leur apporter ? Est-ce que leur adresser 3 éclats de rire, c’est leur offrir 12 cacahuètes ? J’en suis à ce stade de la réflexion. S’il y a des lanternes parmi vous qui peuvent m’éclairer, ça pourrait me servir !

[post_title] => Sarah Silverman et l'humour désintéressé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sarah-silverman-contenus-standup-us [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:35:18 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:35:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3262 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 2823 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-07 20:04:43 [post_date_gmt] => 2017-10-07 18:04:43 [post_content] => Il y a peu, on a vérifié s'il y avait trop d'humoristes. On a aussi enquêté sur les mauvaises critiques humour et la réception parfois hasardeuse des spectacles comiques. Aujourd'hui, a-t-on trop de lieux où écouter, consommer de l'humour ? Une nouvelle enquête du spot du rire sur les nouveautés humour. Les amateurs de l'adage c'était mieux avant n'ont qu'à bien se tenir. Il se passe quelque chose... apparemment. Jugez plutôt :

Ne rien manquer des nouveautés humour, possible ?

Fred Cham a lancé avec Nathan Bensoussan le Court-Circuit Comedy Club, un plateau d'humour dans le 20e arrondissement. Il a livré ses impressions sur l'écosystème actuel de l'humour vis-à-vis du spot du rire :
Tout le monde est en train de créer, dans son coin, quelque chose sur l'humour. Tu connais Avek Brio, par exemple ? Ce qui serait bien, c'est que tu puisses relayer sur ton site l'ensemble des initiatives pour les rendre plus fortes, et rendre ton site plus fort aussi.
Je suis tellement fan de leur travail, notamment le Farce Club : les vidéos sont bien montées, les interviews sont intéressantes. Et puis, il y a aussi l'émission de radio Antek on R qu'on adore et qu'on relaie à foison. Dans les résidents du spot du rire, Nadim y est passé, Charles Nouveau aussi... Evidemment, l'humour ne se cantonne pas qu'à la poignée de résidents du spot du rire. Les soirées découverte sont toujours aussi prisées, comme en témoigne le festival d'humour de l'espace Gerson ou les plateaux tels que le Trempoint, qui a changé sa formule.

On reçoit des trucs sans arrêt, c'est viral

J'ai un ami qui m'a envoyé les vidéos de Monsieur Flap. Inconnu au bataillon pour moi qui traîne dans les scènes ouvertes... Sa dernière vidéo m'a fait penser à la parodie de télévision de Chris Esquerre, Télé Oléron. Or, la chaîne Studio 4 qui diffuse ces vidéos a plus de 100000 abonnés sur YouTube. Il s'étonnait que je ne connaisse pas, s'étouffant presque devant son assiette à ce moment-là. Le dialogue se passait dans un restaurant, car il aime manger. Chacun ses trucs. Quand cet ami me parle de Paul Taylor, il ne me parle pas du spectacle #Franglais. Il n'est pas allé au Sentier des Halles comme moi, ou dans d'autres salles comme l'Européen par exemple. Par contre, il est tellement fan de WTF France qu'il a eu du mal à se faire à l'idée du changement avec What's up France. C'est seulement sur la quatrième vidéo qu'il a retrouvé ce qu'il aimait dans la version passée. Il m'a dit qu'il a commenté pour dire à Paul Taylor et à toutes les petites mains de la série qu'ils devaient continuer comme ça. J'ai souri intérieurement : le public est décidément roi et challenge en continu toutes ces créations humoristiques.

Que va faire le spot du rire, dans toutes ces nouveautés ?

Continuer les découvertes humoristiques, des plus jeunes pousses jusqu'aux confirmations encore méconnues. Ecouter les humoristes qui nous disent que Yacine Belhousse est à découvrir de toute urgence, parce que bon nombre d'entre eux estiment que c'est le meilleur stand-upper francophone. Essayer d'aller chercher le rire plus loin, comme au festival Fringe à Edimbourg l'été dernier par exemple. Relayer ce qui se fait de bien, soit ici, soit sur nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram. Et si vous avez une idée, un contenu à relayer comme a pu le faire Louis Dubourg, vous pouvez rejoindre le mouvement ou nous proposer un petit quelque chose. Crédit photo : Seb Mellia - Capture d'écran YouTube [post_title] => Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveautes-podcasts-humour-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:29:33 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:29:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 2331 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-31 09:32:58 [post_date_gmt] => 2017-07-31 07:32:58 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Marion Mezadorian, Seb Mellia, Sebastian Marx, Bun Hay Mean, Eric Judor et Marc-Antoine Le Bret vont vous faire rire aux éclats ! [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=zjeHCvUb600" title="Marion Mezadorian - Les rencontres et Blablacar"][vc_column_text]Notre résidente Marion Mezadorian vient de pondre sa première chronique pour Europe 1 ! La comédienne, habituée aux personnages, s'en est tirée avec les honneurs. Au final, on retrouve sa patte d'humoriste inchangée. Ce naturel fait du bien vis-à-vis du format des chroniques où il faut aligner du texte dans un laps de temps très court.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=_9VlxSOwcu0" title="Sebastian Marx - Le coach de Macron"][vc_column_text]Sebastian Marx, c'est le New-Yorkais qui fait rire Paris depuis un petit temps. A l'instar de Robert Hoehn qui a évoqué la venue de Donald Trump à Paris, l'humoriste anglophone joue sur le terrain du politique. Il briefe ainsi Emmanuel Macron, interprété par la nuque d'Adrien Arnoux. En cette fin juillet, c'est l'heure du bilan.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=OIiyYPgPl1k" title="Marc-Antoine Le Bret - l'imitation, ce n'est pas que la voix !"][vc_column_text]Marc-Antoine Le Bret est connu pour ses imitations bluffantes de personnalités en tous genres. Ce mois-ci, l'humoriste-imitateur s'est attaqué à des mastodontes de YouTube. Une faculté d'imitation du youtubeur tout simplement réussie.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=uu9gaP39Hns" title="Seb Mellia - Les chauves font leur come-back"][vc_column_text]Seb Mellia a encore frappé : après l'apparition de son double des années 1970, il revient dans sa forme actuelle pour parler de Bruce Willis et Frank Leboeuf ! Et si Frank Leboeuf se reconvertissait en chirurgien, après le théâtre ? Seb Mellia a imaginé la scène, et c'est assez drôle.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=BqsbyhFBVco" title="Bun Hay Mean et Eric Judor : la rencontre artistique hilarante"][vc_column_text]On se replonge au mois de mai. Le spot du rire n'était même pas né, mais le film Problemos jouissait d'une belle tournée médiatique. Vous avez sûrement vu l'interview de Bun Hay Mean, aka Chinois Marrant, et Eric Judor dans le Gros Journal. Mais vous avez peut-être loupé ces presque 20 minutes de promotion dans la GuestRoom de Virgin Radio. Un moment de fou rire, d'improvisation et de franche camaraderie qu'on aime voir lors de ses pauses au travail, ou ailleurs ! [/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J'espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection de la semaine - Blablacar, come-backs et imitations ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-selection-semaine-4 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-18 14:06:36 [post_modified_gmt] => 2019-09-18 12:06:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2331 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 1776 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-25 16:00:00 [post_date_gmt] => 2017-06-25 14:00:00 [post_content] => L'été, c'est le moment où Paris se vide. Pour ceux qui restent, voici un guide de survie à base de salles climatisées et de spectacles humoristiques pour chasser la solitude du bureau et autres tracas du quotidien.

Seb Mellia au Point Virgule

Ceux qui sont passés par des plateaux d'humoristes connaissent Seb Mellia. Il se déplace de café-théâtre en café-théâtre, et puis son spectacle se joue depuis un certain temps à Paris. Pour cet été, l'humoriste nous accueille au Point Virgule les vendredis et samedis, à partir du 7 juillet, à 22h30. Un positionnement qui fleure bon les late night shows américains. Ce n'est pas un hasard : Seb Mellia revendique s'inspirer du stand-up à l'américaine... avec un peu d'Ice Tea. Allez-y, vous verrez. Et s'il abandonne l'Ice Tea, mea culpa ;-)

Joseph Roussin et Rémi Boyes au Sentier des Halles

Le duo qui a enfanté le Détective Froussin poursuit son idylle dans un 30-30 au Sentier des Halles, tous les vendredis à 21h30. En clair, ils proposeront 30 minutes chacun, l'un après l'autre. Joseph Roussin, son truc, c'est le one-line : cette manière d'enchaîner les blagues, sans transition. Il le décrirait probablement ainsi : c'est comme les blagues Carambar, sauf que c'est drôle. Joseph est aussi très fort pour raconter des histoires et créer des atmosphères. Quant à Rémi Boyes, c'est lui aussi une plume acérée. C'est l'un des seuls humoristes qui, quand je l'écoute en podcast dans le métro, m'amuse à tel point que je pars en fou rire au milieu des passagers qui ne comprennent pas mon malaise. J'ai un faible pour son imitation de Batman, mais il en racontera beaucoup plus dans son passage de 30 minutes !

Nadim au Théâtre la Cible

Notre résident Nadim a remporté haut la main le concours Jeunes Talents Cible lors de la finale du 23 juin 2017. Son spectacle Premier contact se tiendra dès juillet, les samedis à 21h30. Il le jouera pendant plusieurs mois dans le Théâtre la Cible, situé à Pigalle. La salle est franchement étonnante, avec des sièges tellement confortables par rapport à d'autres lieux et une scène circulaire toute menue pour offrir des spectacles intimistes... comme celui de Nadim !

Nadim fait l'unanimité au JTC

Pour la première fois de l'histoire du JTC, un artiste a fait l'unanimité entre le public et le jury. J'y étais, et sa prestation était la seule sans fausse note. Les autres artistes finalistes ont d'ailleurs eu des éclairs de génie, mais quelques temps morts ont fait la différence. L'univers de Nadim, entre absurde et psychose touchante, a enflammé la salle en l'espace de quelques minutes. Il commence à se faire remarquer par ses pairs et par le public, et on lui souhaite que cela perdure !

Certe Mathurin : concert spécial le 12 juillet au One More

L'humoriste-slammeur Certe Mathurin nous emmène dans un tout autre univers dans Punch & Lines. Ce spectacle en libre participation se passe dans un lieu qu'il connaît bien, le One More qui accueille le plateau One More Joke. La poésie, Certe la fait vivre dans son écriture et sa joie de vivre perpétuelle. Cet humoriste est un concentré de bonne humeur, d'analyse fine de la société... mais il s'abstient de rentrer dans le genre éditorialiste. Si vous l'avez découvert dans Storyteller, vous assisterez à un show beaucoup plus musical.

Roman Doduik aux Blancs Manteaux

Cela fait un certain temps que l'on croise Roman Doduik. On se dit que ce jeune mec de 18 ans a une présence sympa sur scène, une audace dans les sujets abordés... En fait, on le voit littéralement incarner La revanche des crevettes - le nom de son spectacle - et on finit par se dire qu'il n'a rien à envier à un catcheur mexicain ou Robert de Niro en matière de courage et de bagout.
Roman Doduik jouera son spectacle les samedis à 17h30 et les lundis à 19h30 tout l'été au Théâtre des Blancs Manteaux.

Walter au Point Virgule

Walter, c'est l'un des humoristes belges qui marche très, très bien. A l'aise sur petit écran comme sur scène, il est à retrouver au Point Virgule dans un tout nouveau spectacle : Walter rode dans le coin. C'est un retour aux sources : il a déjà foulé les planches du théâtre aux bancs rouges emblématiques en 2010 dans Walter, Belge et Méchant. Pour ne pas manquer ce rendez-vous, il faudra passer au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15.

LI NK dans Le contraire de l'absurde

Cela fait quelques temps que LI NK, ou Link (on trouve les deux orthographes), propose son spectacle. Pour le coup, celui-là est pleinement revendiqué absurde. Je ne peux pas encore vous le vendre parce que je ne l'ai pas vu, mais je sais déjà que cela va être bien au vu du descriptif du Contraire de l'inverse. Je parie même que cela ressemblera à Bonsoir d'être venus d'Axel Cormont, que j'avais adoré. Et qui revient en juillet, à la Comédie des 3 Bornes tous les vendredis et samedis à 21h30. Ouverture de la billetterie imminente ! J'attends du pur absurde et j'espère que tous ceux qui lisent ces lignes en profiteront aussi ;-).

Melha Bedia dans Fat and Furious

Vous avez bien lu, le spectacle Fat and Furious devrait a priori ne pas comprendre de passage sur Vin Diesel. Enfin, on ne sait jamais. J'ai déjà croisé Melha Bedia sur un plateau, dans un passage qui est complètement parti en freestyle. La jeune humoriste a mis au défi, à Dimanche Marrant, un garçon de la porter... et c'est alors qu'un autre gentleman répondant au nom de Johnson s'est manifesté. Ni une, ni deux, ce type a sorti son marcel, ses pectoraux, et l'a passée en position perpendiculaire pendant un temps qui m'a semblé être une éternité. Et sans trembler. Je suis contente d'être née pour avoir vécu ce moment. Et c'est pour cette raison qu'il est vivement recommandé d'aller voir Melha Bedia ! Cela se passe au théâtre le Lieu, tous les mercredis de juillet à 20h.

Festival d'Avignon : une offre humoristique pléthorique

Je n'oublie pas le festival d'Avignon, qui ressemble à un mille-feuille administratif pour une novice comme moi. Le mieux, si vous êtes du côté d'Avignon, c'est de cliquer ici pour découvrir tous les spectacles à l'affiche en juillet.

Actualités spectacles d'humour des artistes du spot du rire ?

Vous connaissez déjà le destin de Nadim : Théâtre la Cible, les samedis à 21h30. Cet été, Jean-Philippe de Tinguy jouera une journée de plus par semaine : il sera désormais au Point Virgule du vendredi au dimanche à 19 heures. Quant à Charles Nouveau, il quitte sa Petite loge pour le Sentier des Halles. Marion Mezadorian peaufine son spectacle pendant l'été. Elle travaillera donc dur à l'écriture pour revenir encore plus forte à la rentrée. Si vous cherchez Louis Dubourg, il sera probablement fourré au One More Joke. Il vous chatouillera aussi les oreilles dans l'émission Antek On R', avec d'autres habitués tels que le Détective Froussin (décidément, il est partout !). [post_title] => Top spot #1 - Sélection des spectacles humour de l'été [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => top-spot-1-selection-des-spectacles-humour-de-lete [to_ping] => [pinged] => https://radio-r.fr/blog/2017/06/19/antek-on-r-8-juin-2017/ [post_modified] => 2018-01-09 10:54:09 [post_modified_gmt] => 2018-01-09 09:54:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1776 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 1766 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-19 09:25:00 [post_date_gmt] => 2017-06-19 07:25:00 [post_content] => Cette sélection vidéo des meilleures créations humoristiques de la semaine passée est un peu particulière : c'est la première du spot du rire. Autant en profiter pour balayer les choses les plus amusantes et pertinentes de 2017 !

Tania Dutel - revue de presse féminine

Tania Dutel vient de commencer un nouveau rituel : l'humoriste décortique la presse féminine. Le tout dépote sérieusement sans tomber dans le cliché. Une bonne raison de venir la voir au Grand Point Virgule pour une date exceptionnelle le 24 juin !

Seb Mellia - Stand up des années 1970

Seb Mellia a plongé dans ses archives généalogiques pour retrouver celui qui lui a donné envie de monter sur scène. Son jumeau scénique prenait déjà la température de son époque ! Une expérimentation qui vous donne envie d'aller le voir, et ça tombe bien, il passera l'été au Point Virgule !

Franjo - chanson de post-élection d'Emmanuel Macron

Si vous ne connaissez pas Franjo, sachez qu'il chante et fait des blagues en simultané, sans passer par RFM ou d'autres radios. Pour l'élection d'Emmanuel Macron, il a réalisé un joli petit buzz. Retrouvez cette vidéo sous-titrée pour chanter avec lui (et penser à l'handiaccessibilité aussi).

Charles Nouveau vs. Jean-Philippe de Tinguy - Promotion improvisée Fifty Fifty

Parmi les vidéos qui tournent sur le web, il y a parfois des ovnis. Voici l'une de ces vidéos promotionnelles prises à la volée entre 2 humoristes au sommet de leur propre humour (si tant est que cela signifie quoi que ce soit...). Un rencard scénique qui a engendré de nombreux rires transfrontaliers. On remercie notre résident maison Charles Nouveau pour cela. D'ailleurs, c'est un peu comme s'il prenait Jean-Philippe de Tinguy pour l'un de ses neveux, comparez par vous-même !

Joseph Roussin + Rémi Boyes + Thomas VDB : de l'art de la promotion de spectacle

Un 30-30, c'est profiter de deux humoristes pour le prix d'un en spectacle. Et promouvoir un 30-30, c'est tout un art. C'est pour ça que dans cette vidéo de promotion du spectacle de Rémi Boyes et Joseph Roussin, il y a non pas un, ni deux, ni trois... mais quatre promoteurs ! Alors allez-y vite.

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J'espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ! [post_title] => La sélection de la semaine - Presse féminine, mélomanie vintage et absurde [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-semaine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:20:16 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:20:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1766 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 16 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7587 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-12-09 12:27:57 [post_date_gmt] => 2019-12-09 11:27:57 [post_content] =>

Quels contenus avez-vous le plus lu en 2019 sur le spot du rire ? Sans surprise, ceux qui faisaient l’actualité sortent en tête… mais pas seulement ! Prêt à redécouvrir les articles que vous avez plébiscités ?

Contenus 2019 : que le top 10 commence !

On va ménager le suspense avec ces contenus plébiscités en 2019 en commençant par le n°10. Pas le Zinedine Zidane ou le Pierre Gasly (je tente un truc de popularité en clin d’œil aux Commentaires Connards du GP du Brésil). Ok, ça ne prend pas (encore), ce n’est pas grave !

10. J’ai coécrit une vanne pour la première fois. Ça a marché. C’était étrange.

Dans cet article, j’expliquais comment j’avais aidé Jean-Philippe de Tinguy en lui transmettant une idée de blague. Clairement, cette aide n’était pas sollicitée et je me soupçonne d’avoir voulu attirer son attention.

Toujours est-il qu’à l’époque, Jean-Philippe en avait tiré quelque chose en le modifiant. C’était intéressant pour moi de voir comment un humoriste part d’une matière pas dingue et utilise son extracteur de LOL pour faire rire. Oui, cette blague inclut un extracteur à jus.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Les gens cherchent des conseils pour écrivent des blagues. Les moteurs de recherche les emmènent ici. Pourtant, c’est plutôt le guide « monter sur scène » qui fait foi ! Dites-nous si ça vous aide…

9. La découverte du mois – Avril

Chaque mois, les articles des découvertes humour fonctionnent plus ou moins bien. L’atout qui fait la différence, c’est la réactivité de la communauté de chaque artiste. Avril a un réseau de dingue et il sait le solliciter à bon escient.

Alors j’en profite pour chaque personne venue le soutenir de croire en lui, déjà. C’est plutôt un bon cheval sur qui parier. Et puis d’être venue lire cet article qui a été le début de nombreux autres contenus en 2019. Parce qu’il faut dépasser la première impression pour voir ce que réserve chaque artiste. Et ainsi le découvrir en interview, ou en spectacle !

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Clairement pas pour le nom de l’artiste. Si vous cherchez « Avril » sur internet, vous allez trouver tout un tas de trucs qui n’ont rien à voir. Des produits cosmétiques bio, un service chez Pôle Emploi… Mais grâce à sa communauté fidèle, Avril remplit la Petite Loge sans difficulté depuis ses débuts dans le théâtre. Il trouvera bien une parade en 2020 et après, parce que vous allez entendre parler de lui !

8. 4 comiques dans le vent, mais à contresens : c’est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Le podcast de Seb Mellia continue de plaire au public en 2019. Cela n’a rien étonnant tant les discussions sont intéressantes et les fous rires nombreux !

Seb Mellia, c’est aussi un artiste qui a une communauté mobilisée. Les millions de vues, il connaît désormais leur saveur. Le soutien du public reste présent : il s’est construit avec le temps et il continue à être ultra-efficace sur scène.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que le public plébiscite les podcasts et connaît Seb Mellia ! Ajoutez à cela des humoristes intéressants dans la liste des invités et vous obtenez une recette réussie !

7. Musique d’avant-spectacle : les meilleures ambiances

Je suis très flattée que cet article soit aussi plébiscité, mais je pense que les gens repartent déçus. Ils cherchent des musiques pour mettre de l’ambiance dans les spectacles. Nous, on explique juste ce qu’on aime le plus sans apporter de solution.

Heureusement, on évoque Paul Taylor qui donne quelques astuces à sa communauté dans ses vlogs. Une phrase qui ne voulait rien dire il y a dix ans, et que vous comprenez tous aujourd’hui. Si vous êtes jeune ou geek et que vous fréquentez YouTube…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Comme pour les blagues filées à de Tinguy, les gens cherchent à mettre de la musique dans les spectacles. Et certains plateaux feraient bien de s’en inspirer ! Une entrée en silence, ce n’est pas l’idéal (même si au début, on comprend que ce ne soit pas simple).

6. La découverte du mois – Ambroise et Xavier

Ambroise et Xavier étaient les invités de l’émission Quotidien cette année. Je me souviens des mots de leur attachée de presse à l’époque : « elle a doublé tout le monde pour parler d’eux ». Comprenez Télérama ou Le Parisien et du coup TMC et Yann Barthès.

Bon, il n’y a pas de mérite à ça. Je n’ai rien fait de différent de d’habitude, ce sont plutôt les facteurs extérieurs qui expliquent cet engouement. La raison pour laquelle ces deux-là ont vite émergé, c’est leur présence dans l’écosystème Canal+ et Comédie+. Ils apparaissent aussi dans des films, du coup, ils sont plus visibles pour la presse. Ce qui ne veut pas dire qu’ils déméritent, loin de là.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Cette émission-là a permis à de nombreuses personnes de chercher Ambroise et Xavier sur internet. C’est top, ça prouve l’intérêt des jeunes pour découvrir de nouveaux talents. Quand les relais de communication fonctionnent, l’effet est immédiat. Alors la presse, continuez de fouiller, vous allez dénicher des pépites (si vous creusez bien).

5. Soixante artistes – Kyan Khojandi joue la montre

Le spectacle Soixante était très attendu. Il est donc normal qu’il émerge dans les contenus de 2019 ! Kyan Khojandi a proposé un format innovant. Bien sûr, avec une minute par artiste, on est parfois resté sur notre faim. On aurait aussi voulu en zapper quelques uns.

Mais ce frisson de la curiosité était vif : qui allait pouvoir prendre le micro ? Qui était dans l’angle mort de la clique Navo-Khojandi ? Grâce à Soixante, vous détenez les réponses à ces questions…

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Soixante, c’est un programme diffusé sur une chaîne cryptée. Aujourd’hui, vous ne pouvez probablement pas le voir sans un abonnement (ou des codes). Alors obtenir une information gratuite très vite après la diffusion, cela a permis à certains de savoir ce qu’il s’est passé. Ne me remerciez pas, remerciez la Formule 1 sans qui je n’aurais pas d’abonnement…

4. Panayotis en rodage : courez voir le phénomène !

Comme Ambroise et Xavier, Panayotis suscite à la fois de l’intérêt chez les médias généralistes et chez nous. Au final, le jeune humoriste a un profil atypique : il a réussi à se programmer lui-même pour ce succès précoce. Il a su s’entourer et se faire remarquer des plus grands.

Aujourd’hui, il a un peu cette étiquette de rock star de l’humour… Mais ça ne nous dérange pas, parce qu’il est drôle. On a pu le vérifier grâce aux Étoiles espoir humour du Parisien où il était probablement le meilleur de la soirée. Ce mélange de naturel et de maîtrise nous scotche encore, alors bravo.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Panayotis a un peu ce côté irrésistible des figures connues. Du coup, il fait vendre et il n’est qu’au début de sa carrière. C’est les Beatles version comique. J’en fais trop ? Oui, mais je suis persuadée que certains le pensent…

3. J’ai rien entendu, mais j’ai tout compris : Tatiana Djordjevic, belle surprise

Tatiana Djordjevic continue de jouer son spectacle au Théâtre du Marais. Un spectacle qui parle de mathématiques (comme celui d’Avril, aussi dans ce top 10…) et duquel on ressortirait plus intelligent…

Avec comme coauteur François Rollin, Tatiana bénéficie d’un coup de projecteur certain… Mais elle porte à merveille son œuvre. Peut-être qu’un jour, on parlera de ce spectacle pour l’artiste sur scène davantage que pour la légende de l’ombre. Oui, on voit la patte Rollin, mais cela reste le spectacle de Tatiana. Sinon, ça n’aurait aucun intérêt.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? La réponse est ci-dessus. Il y a aussi des gens qui cherchent des infos sur la vie privée de ces deux-là… Peine perdue, il n’y a rien sur le net à part des articles putaclic dans lesquels ils ajoutent une mise au point : « rumeur infondée ». Le manque de scrupule de certains sur la vie privée, ça a le don de m’agacer. Alors allez voir le spectacle pour ce qu’il est !

2. Haroun et ses spectacles express : taille patron

Haroun serait-il le comique le plus viral sur le web ? Il a concentré sa stratégie sur ça, et ça fonctionne plutôt bien. C’est lui qui innove avec Pasquinade, le mot français qui devrait remplacer « stand-up » selon lui.

Comme Vérino, il fait fi de Netflix pour proposer sa plateforme d’humour sur le web. Quand on sait à quel point les géants du web pompent nos données personnelles sans qu’on y puisse grand-chose, ça fait plaisir. En attendant une plateforme stand-up pour consommer local sans se faire piller ses secrets (ça devrait arriver), on apprécie les initiatives individuelles.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Parce que c’est bien plus commode de consommer de l’humour depuis son canapé. Au moins, avec les spectacles d’Haroun diffusés sur le web, on a accès à de la qualité. Ce qui nous fait bifurquer sur la suite, beaucoup moins réjouissante…

1. CopyComic et plagiat chez les humoristes : débrief de l’enquête d’Envoyé Spécial

Cette année encore, les internautes suivent assidument CopyComic, ce dénonciateur anonyme des plagiats humoristiques. La tension reste élevée dans le milieu, parce que certains confondent encore inspiration, emprunt et pillage artistique.

En 2019, on a beaucoup ri (et pleuré) quand on atteignait le point G, comprenez ici Godwin. Toujours est-il que c’est bien de regarder de travers ceux qui trichent. Surtout quand ça éclipse ceux qui se démènent pour faire émerger leur originalité et leur sincérité. On vous laisse redécouvrir le texte de l’année, selon nous. Signé Kheiron, accusé à tort d’être CopyComic avec Baptiste Lecaplain, il avait été parfait dans sa réponse.

Pourquoi ce contenu sort-il du lot ? Ce best-seller du clic a encore gagné. Merci à Gad Elmaleh pour sa défense ultime (il aurait recruté les meilleurs en communication de crise selon nos sources). Merci à Thomas N’Gijol pour sa défense express (il se serait débrouillé par lui-même #copycaca). Carton rouge à la clique de cet artiste, dont les soutiens en emoji sur Instagram avaient tout l’air d’une démonstration de force pour étouffer l’affaire. Ce qui est en soi inutile, parce que les conséquences de ces plagiats ne dépassent pas l’effet Streisand

Contenus 2019 : le bilan

En 2019, les contenus les plus lus reflètent l’envie de voir émerger les nouveaux talents. Il reste encore du travail pour les valoriser et les rendre connus. Il n’y a pas que les paillettes dans la vie, tel a encore été notre credo cette année.

Et si nous n’étions pas les plus en vue cette année, on a beaucoup ri et on a passé l’une des années les plus formatrices de notre vie. On espère que 2020 sera aussi exaltant (ça le sera, promis) !

[post_title] => Les 10 contenus les plus lus de 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 10-contenus-2019-populaires [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/vod/ [post_modified] => 2019-12-09 12:28:03 [post_modified_gmt] => 2019-12-09 11:28:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7587 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 16 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 5304813e7b06caa571a5deb37e3b6161 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Seb Mellia

Contenus 2019 : les visages des artistes mis en lumière par le spot du rire

Les 10 contenus les plus lus de 2019

Retour à Paris : des pigeons partout

L’art du retour à Paris - Humour instantané

Sorties humour incontournables : Lucie Carbone sur scène

J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Seb Mellia ne perd jamais - critique spectacle

Seb Mellia ne perd jamais : critique spectacle

Un artiste stand-up sur une scène à Paris

Il n'y a plus de respect ? Comment mieux faire l'humour

Podcast de Seb Mellia : 5 comiques dans le vent, mais à contresens

4 comiques dans le vent, mais à contresens : c'est comment, un podcast de Seb Mellia ?

Monter sur scène : Jean-Patrick au 33 Comedy

Save the date - Le 22 mai, le 33 Comedy fête ses 2 ans !

Têtes d'affiche : Gad Elmaleh au One More Joke

Têtes d'affiche en stand-up : subjectif ou grandiose ?

Juliette du spot du rire : première scène au 33 Comedy

Monter sur scène pour la première fois : mon expérience au 33 Comedy

Sarah Silverman

Sarah Silverman et l'humour désintéressé

Le podcast humour de Seb Mellia, l'une des nouveautés de la rentrée 2017

Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ?

Image d'illustration : vidéo humour

La sélection de la semaine - Blablacar, come-backs et imitations !

Spectacles humour de l'été à Paris : photo d'ambiance

Top spot #1 - Sélection des spectacles humour de l'été

La sélection vidéo humour de la semaine

La sélection de la semaine - Presse féminine, mélomanie vintage et absurde