Publications liées au mot-clé : Fanny Ruwet

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => fanny-ruwet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 757
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fanny-ruwet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 757
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => fanny-ruwet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 757
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fanny-ruwet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 757
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 757
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 757
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => fanny-ruwet
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 757
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (757) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (757) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (757)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010128
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-02-03 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00
                    [post_content] => 

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1009893 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-12-21 07:42:00 [post_date_gmt] => 2020-12-21 06:42:00 [post_content] =>

Pendant 18 jours, vous avez départagé une soixantaine d’artistes et autant de lieux d’humour. La première édition des awards du spot du rire, lancée de manière expérimentale pour pallier la fermeture des théâtres, est riche en enseignements. Voici 5 d’entre eux ! Découvrez les coulisses de ces awards inédits jusqu’ici…

1. Les outsiders prennent le pouvoir

Connaissiez-vous le vainqueur de la catégorie « plateau d’humour de l’année » ? Les amateurs de comédie underground un peu nerds, oui. Cela fait beaucoup d’anglicismes dans une phrase, j’en conviens.

Comment vous décrire les 7 blagues de cristal ?

Je ne suis pas sûre d’être la mieux placée pour cela, parce que les références me sont vraiment étrangères. C’est un plateau de niche… parmi les plateaux de niche. Ce lieu est très populaire auprès des humoristes car il propose des formats innovants et qu’il est à contrecourant de tout ce qui se fait ailleurs.

L’histoire des 3 humoristes à sa tête, Walid, Georges et Adrien, est assez classique. Il s’agit de nouveaux humoristes qui créent leur plateau parce que c’est le meilleur moyen de jouer quand on débute. Seulement, ils misent sur une détermination défiant toute concurrence. Leur plateau, ils le vendent, ils le portent à bout de bras. Il est clivant, sans concession : soit vous aimez, soit vous détestez. Toujours est-il que ce plateau affiche généralement complet. En plus des passages classiques, des intermèdes de sketches et autres phrases scandées à tue-tête rythment et dynamisent ces soirées d’un autre genre. Dépaysant, mais admirable en soi.

Pour remporter cet award, ils ont mobilisé leur réseau comme personne d’autre. Messages privés envoyés manuellement, lives Twitch (!) accompagnaient les traditionnels partages sur les réseaux sociaux. Je les ai même soupçonnés de fraude… Au lieu de se démonter, ils sont restés calmes, ont apporté les preuves de leur bonne foi. J’ai constaté l’effort colossal et je me suis inclinée. Respect.

Derrière les 7 blagues de cristal, le néant

Lors de l’annonce des résultats, les humoristes étaient nombreux à considérer cette victoire comme méritée et à les féliciter en public. Pourtant, cette catégorie est pleine d’étrangetés. Le Barbès Comedy Club a reçu 10 fois moins de votes !

Avoir laissé cette catégorie libre n’a pas livré un classement objectif. Mais cela a créé une autre dynamique, offert un coup de projecteur inédit à des projets indépendants. Par exemple, certains plateaux d’humour en province ont montré qu’ils existaient et ont remporté l’adhésion de nombreux votants. Connaissiez-vous l’Orlinz Comedy Club à Orléans ? Ou bien l’Angers Comedy Club, l’Humour d’Origine Caennaise ? Ils n’ont certes pas un show sur Fun Radio. Pour autant, ils ont rivalisé ou mis KO de célèbres institutions : le Paname Art Café, Madame Sarfati, le Fridge

2. Les plus expérimentés n’ont pas besoin de promotion… ou drainent leurs camarades

Quel est le point commun entre Pierre Thevenoux, Clément K ou encore Yacine Belhousse ? Ils n’ont pas communiqué sur les awards, et figurent pourtant à de belles positions. Je creuse un peu plus dans les coulisses de ces awards pour vous livrer l’analyse de leur parcours.

Pierre Thevenoux et Yacine Belhousse ont tous les deux reçus des votes réguliers pendant toute la durée des awards. Déjà reconnus par le public et la profession, ils n’avaient pas besoin d’en faire plus pour bien figurer.

Yacine a même récolté, à l’instar de Merwane Benlazar et de Pierre Metzger, de nombreux votes issus de fans des 7 blagues de cristal. Le cas de Clément K est assez similaire : c’est sa visibilité auprès des professionnels qui a payé. Grâce au partage d’un autre humoriste qui fréquente les mêmes circuits artistiques, il a retenu l’attention de ces observateurs à l’œil affûté.

De quel humoriste s’agissait-il ? Deux jours avant la clôture des awards, Matthieu Penchinat a transmis à son réseau le lien vers les votes. Parmi ce réseau figuraient des milliers de personnes, des professionnels, des artistes de toutes les familles comiques… C’est grâce au partage coordonné de nombreuses familles d’artistes que les votes ont gagné en homogénéité.

Parfois, certains demandent s’il y a trop d’humoristes. Les awards ont démontré que malgré un métier très solitaire, ces artistes sont plus forts quand ils collaborent, évoluent dans les mêmes cercles et sont dans le partage.

3. Les nommés sont parfois trop fair play

Autant certains artistes se sont battus pour gagner, autant d’autres se sont sabordés. Je m’explique : pour la beauté du jeu, ils ont voté pour quelqu’un d’autre qu’eux. Ils ont dit : « Non, mais en fait, même si je me bats toute l’année pour exister dans le milieu, je dois dire que cette personne mérite ce prix. » — ces fous !

J’en profite ici pour parler du système de pondération. Oui, on plonge encore plus loin dans les coulisses de ces awards ! J’ai en effet décidé de récompenser ceux qui faisaient l’effort de voter dans plusieurs catégories. Suivre la nouvelle génération humour n’est pas chose aisée. La promotion de ces propositions artistiques est assez confidentielle et souvent réservée à des initiés.

Si vous votiez deux fois, chaque vote rapportait 2 points à votre favori. Idem pour 3, 4 ou 5 votes. Ce système a permis une lutte bien plus serrée entre tous les artistes. Il dresse un portrait un peu plus fidèle que celui des votes bruts.

4. Pour exister, nul besoin d’être consensuel

Matthieu Penchinat, Blaise Bersinger, Yacine Belhousse… Voici le trio de tête du meilleur spectacle confirmé de l’année 2020 ! Admettez qu’on est loin du « je ne sais pas si vous avez remarqué… » ou « il y a des couples dans la salle ? » avec ces trois-là !

Du clown poétique, la victoire de l’absurde, des ninjas et autres gags sonores élaborés finement… C’est une preuve que le public cherche autre chose. Certains producteurs devraient y songer avant de chercher à trouver l’artiste qui rentre dans la case, le « stéréotype du moment ». Cette expression ne veut rien dire, si jamais.

5. Les hommes reçoivent les premiers prix à une exception, mais…

Les premiers jours des votes, les femmes humoristes étaient globalement en meilleure posture, mais elles ont fini par céder du terrain pour tomber « juste derrière » les premières positions. Même Fanny Ruwet, qui a reçu un nombre très conséquent de votes pour son podcast et son spectacle, a manqué d’un rien le podium dans cette dernière catégorie. Et niveau podcast, comment battre Kyan Khojandi et ses concepts toujours très populaires ?

Autre exemple : sans deux effets d’aubaine provenant de réseaux organisés (7 blagues de cristal, Harold Barbé…), Emma de Foucaud aurait terminé troisième de la catégorie « spectacle indépendant de l’année ». Idem avec la percée tardive de Clément K due à sa notoriété plus importante chez les professionnels. Comparer ces deux artistes est intéressant, car la reconnaissance de leur talent tarde. Alors que vous comme nous connaissons leur qualité. Donc, sans ces ultimes votes en faveur de Clément, Emma figurerait plus haut. Cependant, sachez que sa programmation récente à la Petite Loge commence déjà à attirer l’attention. Clément était d’ailleurs passé par cette salle avant de rejoindre le Théâtre du Marais…

Emma de Foucaud aura bientôt la chance de briller dans les meilleurs tremplins du pays. Et la suivante, ce sera Julie-Albertine. Elle a bien fait de figurer dans Soixante 2, les professionnels l’ont remarquée ! Les votes le prouvent, en tout cas… Vous le sentez, mon enthousiasme à partager les coulisses de ces awards ? Continuons : c’est loin d’être fini !

Autres éléments statistiques : dans les deux catégories de spectacles, il y avait 14 hommes contre 6 femmes nommés. Dans les spectacles confirmés, seulement 2 femmes sont dans le top 10 contre 4 pour la catégorie « spectacle indépendant ». Dans ces deux catégories, c’est à chaque fois un homme qui finit dernier… Or dans la catégorie découverte, 4 femmes sont dans les 6 premiers du classement.

Que peut-on en déduire ?

Pas grand-chose. Après tout, les sociologues en herbe tirent parfois des conclusions hâtives… Je vais donc m’abstenir ! Cependant, si jamais vous en doutiez encore, les hommes et les femmes humoristes partagent la même capacité à être drôles. Ils sont soit drôles, soit ils ne le sont pas ; et ce de manière non uniforme.

Vous êtes perdu ? Laissez-moi clarifier : certains sont drôles, d’autres non. Une femme humoriste n’est pas interchangeable avec une autre, idem pour les hommes. En revanche, il arrive que certains styles d’humour ou certaines thématiques reviennent. Et cela concerne à la fois les hommes et les femmes. Bref, niveau qualité, c’est kif-kif bourricot. Tout dépend surtout de l’angle choisi pour aborder une thématique, le charisme ou encore l’originalité, etc. Des éléments qui concernent tous les artistes, au final. Le talent est donc bien l’élément qu’on analyse au bout du compte — et c’est tant mieux ! Sur ce sujet, je vous suggère l’écoute de ce podcast. Édifiant.

Coulisses des awards : en résumé

Cette première édition des awards a permis de promouvoir des talents très variés. Certaines réactions me rendent vraiment heureuse, comme « je ne connais même pas le troisième » ! C’est pour ce genre de mise en lumière que je me démène, alors ça fait plaisir. Autant que de vous révéler les coulisses de ces awards qui ont rythmé ma fin d’année.

Maintenant, soyez gentils. La prochaine fois que vous ferez défiler vos réseaux sociaux pour lutter contre l’ennui, ayez une pensée pour moi. Arrêtez de perdre votre temps et allez découvrir tous les artistes que j’ai nommés… et les autres ! Ils sont nombreux, et ils ont tant de choses à raconter…

[post_title] => Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => coulisses-awards [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-29 11:22:39 [post_modified_gmt] => 2020-12-29 10:22:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009893 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009633 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-18 12:19:31 [post_date_gmt] => 2020-11-18 11:19:31 [post_content] =>

Dans Soixante 2, Kyan Khojandi propose de nouveau le concept d’un humoriste sur scène pendant une minute à l’Européen. Bis repetita pour ce concept emprunté à la scène québécoise ? Pas vraiment : malgré des contraintes de temps, la formule parvient à évoluer et innover, voire surprendre !

Soixante 2 : Kyan Khojandi, le chef d’orchestre rassembleur de la comédie

Comme lors de la première édition, l’événement rassemble une partie de la scène humoristique et culturelle francophone. J’ai retrouvé la même frénésie qui vous transforme en supporter plutôt que spectateur. Impossible de rester indifférent face à un artiste invité par Kyan Kohojandi dans Soixante 2. Voici quelques cas de figure :

  1. Vous n’aimez pas ce qu’il fait et devez composer avec l’attente, la patience voire la frustration.
  2. Ou alors vous avez un a priori. Le passage vous fait alors changer d’avis, ce qui crée un lien indestructible avec l’artiste.
  3. Dans le meilleur des mondes, vous adorez cette personne. Ainsi, c’est comme retrouver un pote de longue date ou crier woo! (Je ne me lasse pas des références de la série How I Met Your Mother.)

Le mot-clé pour chaque cas de figure ? « Vous ». Soixante 2 et la bande de Kyan Khojandi vous montrent plus que n’importe quel autre spectacle ce que vous aimez. L’enjeu, c’est de livrer l’instantané le plus fidèle possible de la communauté humoristique.

C’est presque cela, car on retrouve des artistes validés, capables de gérer un événement de la sorte. Les tous débutants n’ont pas leur place… De fait il y aura toujours un décalage entre la scène des habitués et celle du grand public. Simplement, l’étau se resserre de plus en plus, et cela offre un peu plus de latitude aux talents. Certains resteront dans l’angle mort pour le moment, mais ils finiront par avoir leur heure de gloire ! Si vous cherchez des noms, j’en ai bien soixante à vous proposer…

Le coup de cœur artistique

J’ai eu une pensée en regardant Soixante 2 : « Ce n’est pas grave de ne pas aimer tout le monde. C’est juste une frustration d’attendre les bonnes personnes. ». Telle est la métaphore qui résume ma quête de talents. Cette longue attente, parfois ennuyeuse à souhait… Mais qui débouche sur une délivrance.

Le moment où le temps s’arrête et où on découvre quelqu’un de nouveau. Ce putain de coup de foudre artistique. Reste à savoir si, pour un spectateur peu initié, ce coup de cœur peut intervenir en une minute… Je pense que oui, surtout que certains arrivent à changer l’atmosphère. Guy Carlier est remarquable dans sa manière d’apporter de l’émotion, par exemple. Autre belle révélation : j’ai aussi trouvé Gérémy Crédeville hypnotique, et je ne l’ai jamais autant aimé que cette minute-là.

Également, j’ai compris plus que jamais la magie des Fanny Ruwet et Paul Mirabel. Autrement dit, leur don naturel pour conquérir le public en un temps record. J’ai aimé retrouver Jean-Luc Lemoine, que je considère comme un « boss » de l’humour. Je pense à la chance que j’ai eu de le voir sur scène. Surtout que je rêve toujours d’un retour d’Éric et Ramzy sur les planches, ensemble. Mon approche de l’humour d’avant et celle d’aujourd’hui se sont entrechoquées.

Soixante 2 : les montagnes russes du rire ?

J’ai retrouvé Camille Lavabre, et je me suis dit qu’elle m’avait manqué sur scène. À l’époque, cela dit, je n’avais pas passé le meilleur des moments en la voyant à la Nouvelle Seine. Elle m’avait pris à partie, comme Nick Mukoko au Café Oscar. Pour autant, j’ai toujours aimé son originalité. Cela n’est clairement pas le cas avec Nick Mukoko que l’on commence à voir un peu partout. On en revient à ces clivages qui m’animent, entre efficacité et originalité, absurdité et banalités…

Oui, ces artistes ne laissent pas indifférent. Ils ont tous leur place, qu’on le veuille ou non. Même si un ou deux d’entre eux nous font douter : ils ne nous arrachent pas le moindre frémissement des joues. D’autres comme Donel Jack’sman se risquent à reprendre le mot « dinguerie », qu’on entend de plus en plus. Ce nouveau tic de langage, dans la bouche d’un Roman Frayssinet, est incarné. Mais dans celle de ses collègues admiratifs, sans doute, il risque de perdre tout son sens…

Mettre KO les clichés en soixante secondes : c’est possible !

Je terminerais tout de même sur une bonne note. Quand le rappeur Youssoupha a dégainé les mots « racisme anti-blanc », j’ai franchement craint le pire. Allait-on entendre le même discours de la même caste sur cette cause qui envahit les plateaux et Twitter ? Tout le contraire.

Youssoupha a apporté la preuve indéniable que l’on peut aborder des sujets qui sont rabâchés au lieu d’être étayés. Nécessaires mais vidés de leur sens par des militants désespérés de faire entendre leur cause. L’aborder avec intelligence, humour, finesse… Autrement dit, convaincre tout le monde, même ceux qui s’en foutent, a priori. Ceux qui, en somme, préfèrent l’humour pour le rire et non pas la politique. Ceux qui n’écoutent pas jusqu’au jour où on trouve le bon angle d’attaque.

Dans le reste du lot, j’ai adoré Charles Nouveau, brillant de la première à la dernière seconde. Il a fait, comme d’autres d’ailleurs, quelque chose qui a révélé son talent, son humour. Une prestation qui a provoqué une belle palette d’émotions positives. Cette minute est à l’image de ce format : peu importe comment vous l’abordez, l’essentiel est de vendre votre singularité. Et ils ont été nombreux à y parvenir !

Ceux qui ont échoué ont simplement montré ce qui leur manquait. Évidemment, il n’y avait aucune surprise à cela tant la caméra renvoie une image fidèle du chemin à parcourir… Mais peut-être ne le voient-ils pas, s’estimant déjà assez efficaces car validés, implantés dans l’écosystème ?

La 61e minute : que faire après avoir regardé Kyan et ses Soixante 2 minutes ?

Après le spectacle, le spectateur profite d’un vaste making of qui explique la démarche. Si vous êtes comme moi et que vous n’avez découvert que quelques musiciens, vous aimerez l’accès à ces coulisses. Roselyne Bachelot devrait elle aussi regarder Soixante 2. Histoire de comprendre comment un protocole sanitaire efficace peut faire vivre le spectacle vivant en temps de pandémie, si jamais…

Soixante 2 ne peut se terminer comme cela. C’est une vaste ouverture à la découverte des talents. J’espère qu’elle fera naître de nombreuses conversations. Que ces conversations, à court terme, aboutiront à la découverte d’artistes dans les salles et sur leurs réseaux sociaux. Ce spectacle fait rayonner le monde de l’humour et redonne la pêche, l’envie de faire vivre ce secteur. Non pas parce que c’est un truc de précaires, mais un truc de talents.

[post_title] => Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-2-kyan-khojandi-soiree-canal [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-18 14:06:46 [post_modified_gmt] => 2020-11-18 13:06:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009633 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008905 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 18:05:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 16:05:00 [post_content] =>

Comme chaque année, le line-up de la soirée Étoiles Espoir humour du Parisien rassemble une sélection de la nouvelle génération humour. Qui sont les heureux élus pour cette édition 2020 à l’Européen ? Portraits.

En raison du deuxième confinement, cette soirée est annulée. Elle a tout de même eu lieu à la date prévue et sera diffusée le 4 janvier sur Comédie+ et MyCanal.

Étoiles Espoir humour du Parisien : le line-up en détail

En un coup d’œil, on découvre un line-up soigné pour les Étoiles Espoir humour à l’Européen. Homogène, cette programmation réunit plusieurs familles de la nouvelle génération humour. Qui succèdera à la promotion 2019, déjà de grande qualité ?

Fanny Ruwet

L’ascension fulgurante de Fanny Ruwet la place dans une posture particulière. Elle effectuait déjà ses débuts sous les feux des projecteurs. Grandir vite ne semble pas lui faire peur, et cette nomination en est d’autant plus légitime.

À Paris, en Belgique ou ailleurs, Fanny Ruwet prouve que l’humour francophone fonctionne sur tous les terrains. Dans son spectacle Bon anniversaire Jean, la jeune belge propose un univers autour du malaise en société, l’envie de socialiser et autres réjouissances.

Alexis Le Rossignol

Révélé par le Festival d’Humour de Paris, Alexis le Rossignol côtoie aussi Fanny Ruwet sur le plateau de France Inter. Son écriture ciselée et son vécu riche d’anecdotes ravissent le public depuis plusieurs années.

Au Point Virgule comme sur les ondes, celui qui narre le monde du travail comme personne a trouvé son public. Plus qu’un espoir, il confirme en 2020 son talent déjà avéré.

Jérémy Demay

Jérémy Demay est, en quelque sorte, le résident du Parisien. Déjà présent au festival Paris Paradis, ce parisien d’origine parti conquérir le Québec profite ainsi d’un beau coup de projecteur dans sa ville natale.

Charismatique sur scène, il devra ainsi ravir le public face à des têtes plus familières pour le public amateur de découvertes humour.

Marion Mezadorian

Valeur sûre de l’humour, Marion Mezadorian a émergé parmi les nouveaux artistes grâce à son spectacle Pépites. Comme Alexandra Pizzagali l’an passé, la comédienne a construit son spectacle comme une marathonienne.

Écriture d’une traite, construction dans plusieurs salles… Marion ne lâche rien et continue son bonhomme de chemin au Point Virgule. Ce statut fait d’elle une prétendante solide pour marquer l’histoire de l’humour.

Rosa Bursztein

Comme Marion Mezadorian, Rosa Bursztein a conquis l’une des attachées de presse les plus en vue en humour, Léo Domboy. Cette comédienne devenue humoriste de stand-up a trouvé sa place dans la kyrielle de talents disponibles sur le marché du rire.

Récemment, elle a exporté son spectacle (solidement rodé à la Petite Loge) au Point Virgule. Fidèle, elle continue de travailler sous l’œil bienveillant et exigeant de sa metteuse en scène, Adrienne Ollé. Si elle continue sur cette lancée, elle deviendra une véritable révélation humoristique.

Alexandre Kominek

Depuis le temps qu’on veut le voir émerger, Alexandre Kominek décroche une belle chance de se montrer à Paris. Celui qui se décrivait comme un « bâtard sensible » est bien subtil qu’il n’y paraît.

Faussement provocateur, l’humoriste genevois est, à l’instar d’un Clément K, un sous-coté bourré de talent. Pariez sur lui, c’est le cheval comique le plus racé que vous pouvez observer !

Edgar-Yves

Une carrière est loin d’être linéaire. Edgar-Yves est l’humoriste pour qui cet adage se vérifie le plus. Il s’accroche des années durant, mais malgré sa maîtrise, les observateurs ne croient pas tout de suite en lui.

Si ses démonstrations de force sont indéniables, il est contraint de reprendre à la base : les auditions du Point Virgule. Et là, les planètes s’alignent enfin. Il est à la fois découverte et vieux briscard. Une double casquette qui en imposera certainement sur la scène de l’Européen.

Morgane Cadignan

Forte d’une ascension rapide mais maîtrisée, Morgane Cadignan est la révélation de la rentrée médiatique sur France Inter. La comédienne et humoriste s’est rapidement fait un nom dans le microcosme des artistes à suivre.

Le Laugh Steady Crew, la Petite Loge puis la Comédie des Boulevards (maintenant le Métropole), lui accordent sa confiance. Elle attire l’œil d’un Gérard Sibelle, celui que l’on connaît pour sa découverte des plus grands, Florence Foresti en tête. Passée par Avignon, elle est désormais incontournable sur scène comme en chronique radio ou télé.

Nordine Ganso

On aurait presque oublié que Nordine Ganso fait partie des lauréats du Campus Comedy Tour. À l’instar d’un Paul Mirabel, le jeune humoriste bordelais s’est construit sur les plateaux, sautant de Ouigo en bus et autres moyens de transport inconfortables.

Les débuts sont difficiles, longs mais Nordine Ganso s’accroche. Il se construit une petite notoriété mais semble alors stagner. Plus récemment, il trouve l’antidote via une programmation à la Petite Loge. C’est sûrement sa première rampe de lancement. Espérons qu’il capitalise sur cette nouvelle opportunité pour asseoir son statut de comique émergent !

Line-up Étoiles Espoir humour du Parisien : où et quand voir les artistes de 2020 ?

Cette année, vous deviez avoir deux fois plus de chances de découvrir ces humoristes sous l’œil bienveillant d’Alex Vizorek et de Djimo, têtes d’affiche de la soirée.

Mais le couvre-feu a bousculé le programme, comme vous pouvez vous en douter. À l’heure actuelle, il reste donc une représentation avancée à 18h45. Rendez-vous le mardi 17 novembre à l’Européen lors de cette séance, si tout va bien. Si vous ne pouvez pas être présent, la soirée passera peu après sur Comédie+ et probablement en 2021 sur CSTAR. Cela fait pas mal de probabilités, mais croisons les doigts pour le maintien de cette soirée !

[post_title] => Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => line-up-etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-25 13:35:42 [post_modified_gmt] => 2020-11-25 12:35:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008905 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8052 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 22:55:41 [post_date_gmt] => 2020-01-07 21:55:41 [post_content] =>

Bon anniversaire Jean, c’est le premier spectacle de l’humoriste Fanny Ruwet. La Belge joue chaque lundi à 21h30 au Barbès Comedy Club en janvier et février. Nous avons bravé la grève pour découvrir son premier spectacle.

Cet article est le deuxième d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents.

Bon anniversaire Jean : un spectacle à intrigues multiples

Certains humoristes peinent à trouver un fil conducteur dans leur spectacle. Fanny Ruwet l’utilise au contraire jusqu’à la limite. Le fil n’atteint jamais le point de rupture. Elle parvient à garder l’attention du public tout en le surprenant.

Et cette surprise n’intervient pas tout de suite ou brutalement. C’est comme rencontrer quelqu’un, le trouver sympathique pour une raison qu’on s’est fabriquée, et le découvrir sous un nouvel angle agréable, mais bien différent.

Ici, ma tentative d’explication sans rien dévoiler patine, j’en conviens. Je vous souhaite juste de découvrir ce spectacle avec aussi peu d’attentes que moi. Parce qu’un passage de Fanny Ruwet en plateau ne résume pas ce que vous allez voir, c’est bien trop court.

C’est une heure qui se dévoile à mesure que les visages des membres du public réagissent. Je crois vraiment avoir changé d’expressions du visage 28 fois, et avoir observé le même phénomène chez mes semblables du public.

De quoi ça parle ?

Le sujet principal aborde l’invitation de Fanny à l’anniversaire de son camarade de classe Jean, quand elle avait 12 ans. Et si je me fie à ma vie quand j’avais 12 ans, le malaise allait être au rendez-vous. Attente validée, mais pas divulgâchée si vous regardez les vidéos de Fanny Ruwet sur le web.

Et bien sûr, puisqu’il s’agit de stand-up nourri par les blocages sociaux, l’humour thérapeutique prend une belle place. Sans que cela plombe l’ambiance, mais les habitués de ce genre le savent désormais bien.

Fanny Ruwet évite de tomber dans une heure trop technique

Très au fait du meilleur du stand-up, Fanny Ruwet a rapidement compris les codes de l’exercice. Elle passe son temps à leur faire la cour, et parvient même à commenter nos rires pendant son spectacle. « Vous êtes un public de jeux de mots », qu’elle nous balance 0,337 millièmes après les premiers rictus. Badass. Et, paradoxalement, ce n’est pas condescendant.

Habile, elle s’adapte ainsi à chaque soubresaut. Elle aurait déjà tout compris ? Pas si vite… Le risque des comedy nerds, c’est de tomber dans le scolaire. Produire une heure purement technique, ça peut peut-être faire fantasmer Fary, mais nous, ça nous ennuie.

Il faut de la substance, du drôle, pour porter le tout. Et c’est dans le mélange écriture/anecdotes que Fanny Ruwet apporte ce supplément d’âme. Elle peut remercier son appétence à nous surprendre, qui m’a rappelé Charles Nouveau. En somme, elle me fait penser à de nombreuses personnalités talentueuses tout en proposant quelque chose de personnel.

Bon anniversaire Jean : verdict

Bon anniversaire Jean n’a pas suscité en moi une réaction immédiate. Ce type de spectacle, c’est comme entendre une bonne chanson pour la première fois. On sent que c’est bien, mais on n’a pas eu le temps de s’imprégner du sentiment agréable qui nous fait quitter la salle.

On se dit juste qu’on a passé un bon moment, en écoutant l’air intrigué ceux qui ont déjà forgé leur opinion. L’attachement à l’artiste ne viendra que plus tard… On souhaite juste à Fanny du temps, pour qu’elle puisse travailler cette heure en toute sérénité.

La base est déjà très solide, comme ce pouvait être le cas pour Panayotis, avec le même ressenti post-spectacle que pour Jean-Philippe de Tinguy la première fois… Naturellement, j’ai demandé à Fanny si elle le connaissait (non). Que voulez-vous, c’est mon ice-breaker préféré pour éviter le malaise et mieux tomber dedans !

Bonus #1 : Le Barbès Comedy Club est toujours the place to be

Après le plateau suisse, les discussions allaient bon train entre les humoristes et le public encore présent. Entretemps, il y avait le plateau de Laura Domenge (déjà testé et approuvé). Pour éviter une perte d’attention, on a préféré faire une pause. Salvatrice, elle nous a permis de discuter avec des comiques et d’apprendre à Bruno Peki et Jean Paul leurs origines semi-communes. Oui, le plateau portugais du Brésil peut arriver au Barbès Comedy Club à tout moment…

Et comme on vous l’avait dit, Clément K est un ami décidément généreux. Incapable de m’envoyer deux boissons de suite, je lui ai proposé de lui payer un verre… juste pour obtenir un jeton. Et il a fini par payer sa propre boisson qu’il n’avait pas décidé de prendre, à la base. Le jeton en poche, j’ai accédé à la salle comme une voleuse (en ayant exécuté la danse de l’addition).

De nombreux autres souvenirs de conversation se bousculent quand je repense à cette soirée. Des souvenirs qui n’ont que très peu d’importance pour le lecteur. Mais c’était un moment parfait pour valider qu’au Barbès Comedy Club, on se sent un peu chez soi.

Bonus #2 : Fanny Ruwet dans le Journal de la Guebla

Crédits photo

© Barbès Comedy Club

[post_title] => Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => bon-anniversaire-jean-fanny-ruwet-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:47:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:47:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8052 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 8042 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-07 15:25:15 [post_date_gmt] => 2020-01-07 14:25:15 [post_content] =>

Le 6 janvier, le Barbès Comedy Club a accueilli la première Caustic Comedy Night. Retour sur cette édition inaugurale de l’un des plateaux les plus célèbres de Suisse.

Cet article est le premier d’une série qui retrace la soirée du 6 janvier au Barbès Comedy Club. Dit comme ça, ça sonne fait divers, mais c’est plus une bonne sitcom avec personnages récurrents. Retrouvez le second volet ici.

Caustic Comedy Night : Charles Nouveau joue les intermédiaires

Il était temps de vivre cette soirée qu’on n’attendait pas. On n’osait pas en rêver, puisque d’habitude, la France humoristique a plus l’habitude de sucer le Québec et de singer les Belges.

Mais d’un côté, Marina Rollman a habitué les auditeurs de France Inter à l’humour suisse, bien plus léger qu’une fondue.

Arrêtons-nous un instant sur les sempiternelles comparaisons culturelles de voisinage. Revenons au deuxième événement qui nous a offert cette percée suisse à Paris : la programmation de Thomas Wiesel pendant un mois au Point Virgule !

Thomas Wiesel, en matière de popularité, c’est le n°1 ex-æquo du rire suisse-romand avec Nathanaël Rochat. Ce classement n’est pas scientifique, un peu chronologique… et tous s’accordent à dire là-bas qu’il bénéficie d’un public large. Et c’est sur cette base que le Caustic Comedy Club a pu s’exporter.

Retour au Barbès Comedy Club

Entrer au Barbès Comedy Club avait une saveur particulière ce soir-là. Déjà, je n’allais nulle part depuis bien longtemps. À cette abstinence comique depuis le 15 décembre s’ajoutait une interruption des Bras Cassés sur Couleur3. Il s’agit de l’un des programmes où les humoristes suisses romands ont voix au chapitre, et la dernière remontait au 12 décembre.

Et comme d’autres qui ont passé Noël avec des générations plus avancées, nos compagnons de fin d’année ne comprenaient rien à la diction rapide des humoristes du Jamel Comedy Club. Mais le virtuel, ça ne nous branche pas trop.

En entrant, donc, je tombe sur Clément K, venu escorter Bruno Peki, qu’il héberge par la même occasion. Ce soir-là, Clément K a joué le rôle un ami très généreux pour lui comme pour moi, d’ailleurs, mais nous y reviendrons plus tard.

À l’heure du récit, Clément discute avec des Suisses, des vrais. J’entame un marathon de citations de personnalités suisses pour dire que j’ai trop mangé d’audiovisuel suisse en 2019. Cet enthousiasme suspect me met vraiment à l’aise, paradoxalement. Euphorique, je plane déjà alors que le spectacle n’a pas commencé.

Le spectacle n’a pas encore commencé, mais l’instant est déjà décisif

Je vois au loin Fabien, l’un de mes rédacteurs, et Jean Paul, comique en formation. Je glisse au régisseur Tanguy de les placer à proximité. On se retrouve à côté de Julie, une ancienne habituée du One More Joke qui vient en repérage pour inviter ses potes au Barbès Comedy Club. Je lui vends le lieu, elle me répond qu’elle sait tout ça car elle s’est renseignée.

Je l’aime déjà.

Face au boîtier qui permet de commander, elle me dit que ce serait drôle de l’utiliser pour interagir avec le comique. Le bouton “Cancel” signifierait que la blague ne passe pas, le bouton “Call” permettrait de faciliter l’interaction et le bouton “Pay”, disons, un pourboire pour le comique en cours ? Je sais, il y aurait des effets pervers. Mais juste pour toutes les fois où ça nous a irrité de mettre de l’argent dans un chapeau, en sachant qu’il y avait un comique qu’on n’aimait pas qui aurait la même part que les autres… Ok, c’est vache. Ça restera un fantasme. Merci Julie d’avoir stimulé mon imagination et dépassé ma créativité !

Les temps forts de la Caustic Comedy Night

Passons au spectacle en lui-même. Charles Nouveau assure une chauffe avec du très sûr. Comme d’habitude, il est impeccable dans son rôle. Thibaud Agoston débute la soirée avec un passage que je qualifierais de carton. Lui aussi fait du sûr, et je retrouve tout ce que j’avais aimé chez lui, avec un an d’expérience en plus.

Suivent peut-être dans le désordre, le souvenir est déjà flou, Bruno Peki, Cinzia Cattaneo, Kévin Eyer, Nadim… Oui, comme notre Nadim, mais pas du tout dans le genre psychopathe. Si tout le monde marche, Nadim retourne la salle et lance pleinement les applaudissements spontanés.

Quand le croustillant rompt la neutralité suisse

Kévin Eyer se frotte à un public en quête de bienveillance. Une blague assez bien exécutée, mais qui évoque le poids de sa compagne, lui vaut un « fils de p*te » soufflé dans le public. Malheureusement pour cette personne, elle l’a chuchoté dans un moment de silence. Grillée, Céleste (le prénom n’a pas été changé) a instinctivement placé les mains devant sa bouche. Un geste d’excuse ultra-mignon qui rappelle pourtant que la blague et sa réaction étaient les bienvenues.

Parce qu’une fausse polémique ne vient jamais seule, Fanny Ruwet a pu s’incruster dans la programmation. L’humoriste belge faisait sa première au Barbès Comedy Club ce soir-là et elle a saisi l’occasion pour prendre le micro. Un passage toujours aussi soigné, comme à la TV, qui fait encore oublier sa jeune expérience. Mais nous y reviendrons avec la critique de son spectacle…

Marina Rollman en test : merci la vie

Quand j’ai vu Fanny monter sur scène, j’ai pris un peu peur. Où diable se trouvait Marina Rollman ? En plus, Charles Nouveau nous resservait un deuxième passage, qui me rappelait d’où venait cette chanson des diplodocus que je fredonnais seule, chez moi, pendant la grève. Le souvenir m’est enfin revenu, après des mois d’interrogation. Bienvenue dans ma vie.

Du rab de Charles Nouveau, on en prend volontiers, mais ça commençait à devenir long pour mon organisme. Alors quand Marina montait sur scène, à 50 cm de moi, et que ma vessie réclamait que tout cela cesse, la perspective de blagues de test me faisait tenir… et craindre le pire.

Pour autant, Marina m’a arraché les rires les plus naturels de la soirée. Ce lâcher-prise a soudainement calmé mon impatience… et même suscité mon intérêt jusqu’à la dernière seconde ! Merci à elle d’avoir osé faire du test alors qu’elle a vu tous ses copains délivrer leur sûr.

Caustic Comedy Night : fin de la démonstration de force

Ils sont rares, ces plateaux qui affichent complet pendant la grève. Ou pour lesquels personne ne bide ou ne performe moyennement… Et la Caustic Comedy Night du 6 janvier a réussi à rentrer dans cette rareté.

S’il n’y avait pas eu la grève, j’aurais aussi goûté à la soirée du 7 janvier. Vous imaginez ? Alexandre Kominek et Charles Nouveau en maîtres de cérémonie, avec Thomas Wiesel dans le line-up ! Ça a de la gueule… La Suisse n’est peut-être pas la nation la plus belliqueuse, mais elle nous offre des démonstrations de force qui feraient fantasmer tout syndicat.

Construire le stand-up francophone, c’est donc en cours des deux (trois, merci Fanny !) côtés de la frontière. 2020 commence décidément très bien, et ce n’est pas un hasard si cela débute au Barbès Comedy Club. Merci énormément à Shirley Souagnon, sans qui tout ça n’aurait pas été possible. La francophonie va se porter plutôt que s’affronter, et c’est dans l’ordre des choses…

Épilogue pour Bruno Peki

Évidemment, je n’ai pas pu résister face à Bruno Peki pour le féliciter pour ses chroniques dans les Bras Cassés. Je ne peux pas en dire plus, mais nous préparons quelque chose de top secret en coulisses… Bruno, tu as reçu ce 7 janvier le paquet secret contenant les informations classées secret défense. Je compte sur toi. Yacine Nemra a commencé l’année sur des chapeaux de roues, il faudra être à la hauteur… et tu le seras. Bon courage pour ta mission !

[post_title] => Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => caustic-comedy-night-barbes-humour-suisse [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-08 12:16:57 [post_modified_gmt] => 2020-01-08 11:16:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8042 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7218 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 15:52:00 [post_date_gmt] => 2019-10-24 13:52:00 [post_content] =>

Fanny Ruwet fait partie de la bande d’humoristes sur scène dans Derrière un micro. Le plateau filmé de Kyan Khojandi, passé par Montréal, revient aujourd’hui avec des talents français et belges sur Canal+. Parmi Baptiste Lecaplain, Doully ou Melha Bedia, on y retrouve la jeune humoriste belge. Vous trouvez ça bizarre ? Nous, on trouve ça logique.

Fanny Ruwet dans Derrière un micro : un record de précocité, pas une surprise

Comment ai-je découvert Fanny Ruwet ? C’était un dimanche après-midi, où je découvrais son podcast Les gens qui doutent. Son invité ? Thomas Wiesel.

Et ces deux-là se ressemblent de manière troublante. Leur personnalité et leur humour semblent se refléter. Ça m’offre une occasion en or de distinguer plagiat et appartenance au même style d’humour.

Le plagiat, ce n’est pas bien. Mais suivre le même style, ça le fait de ouf. Comme ça, des gens comme moi qui adorent ce style-là peuvent rire deux fois plus. Tant qu’on ne peut pas cloner Thomas Wiesel pour qu’il joue à Paris plus qu’en janvier 2020, je profite. Fin de la parenthèse.

Voir Fanny Ruwet dans Derrière un micro, c’est aussi un bon aperçu de ce qu’elle propose dans son spectacle Bon anniversaire Jean… On ira la découvrir à la Nouvelle Seine en décembre, et on a encore plus envie depuis l’avoir vue captiver la salle et ma télévision.

Fanny Ruwet sur scène, et l’atmosphère change

Vous le savez, il devient de plus en plus difficile de se concentrer sur quelque chose. Pourtant, quand Fanny Ruwet débarque sur mon écran, je me fige. Je suis bouleversée, pour tout vous dire.

Enfin une découverte — bon, ok, elle connaît peut-être les bonnes personnes pour saisir cette opportunité. Elle ne débarque plus vraiment, et elle rayonne en festival. Elle joue déjà en tournée, c’est dire… Sur le plan marketing, comme pour un Paul Mirabel, rien n’est laissé au hasard.

Par conséquent, dès la première seconde, on comprend immédiatement. Elle a sa place, peut-être plus que d’autres ce soir-là. On ne citera pas de noms, surtout qu’on attribue cette impression au fait d’avoir vu 500 fois le même passage de certains. C’est le jeu des galas de ce genre…

Sa manière de raconter des histoires est déjà forte. Avec peu d’énergie visible, elle frappe deux fois plus fort, juste avec ses mots et son rythme. Comme Thomas Wiesel le cerne lors de leur discussion, elle a déjà saisi les codes du stand-up et prouve qu’on peut arriver très fort, très vite. Mais tout de même, la prouesse est belle et me frappe de plein fouet.

Et maintenant ?

Tandis que j’écris ces lignes, le reste du spectacle Derrière un micro continue de défiler. La vie continue, et me rapproche de plus en plus de la découverte d’un spectacle complet d’une toute jeune artiste qui n’a pas de temps à perdre.

On lui souhaite de continuer à monter en puissance, parce que la promesse qu’elle nous fait à ses débuts est très belle. Désolée pour la pression, Fanny (on n’est visiblement pas les seuls à te l’infliger…).

On continuera d’être bienveillant et de garder des yeux d’enfant face à tes prochaines prestations ! Avant de découvrir le phénomène en vrai, au-delà du web, des podcasts et des réseaux sociaux…

[post_title] => Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fanny-ruwet-derriere-micro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:47 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7218 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 7 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 7 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 16f25d0c3f9f642e67cd0b174d09fa55 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Fanny Ruwet

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Le spot du rire Awards : le palmarès de l’édition 2020

Coulisses des awards : 5 enseignements majeurs

Soixante 2 avec Kyan Khojandi : capture d’écran de la bande annonce de Canal +

Soixante 2 : Kyan Khojandi défie les lois du temps comique

Étoiles espoir humour du Parisien : line-up et affiche de la soirée à l'Européen

Line-up Étoiles Espoir humour : la sélection du Parisien

Bon anniversaire Jean : le spectacle de Fanny Ruwet au Barbès Comedy Club

Dans Bon anniversaire Jean, Fanny Ruwet remanie le storytelling

Bruno Peki - Caustic Comedy Night

Caustic Comedy Night au Barbès Comedy Club

Fanny Ruwet dans Derrière un micro et en spectacle (Bon anniversaire Jean)

Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro