Publications liées au mot-clé : Roman Frayssinet

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => roman-frayssinet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 277
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => roman-frayssinet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 277
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => roman-frayssinet
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 277
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => roman-frayssinet
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 277
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 277
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 277
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => roman-frayssinet
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 277
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (277) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (277) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (277)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010921
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-18 19:34:47
                    [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47
                    [post_content] => 

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 8582 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-03 18:48:03 [post_date_gmt] => 2020-02-03 17:48:03 [post_content] =>

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show, c’est l’ouvrage d’Étienne de Balasy qui aide les jeunes humoristes à construire leur carrière ! Avant sa sortie le 20 février, nous avons pu vérifier qu’il était bien utile pour la nouvelle génération du rire.

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : derrière ce long titre, de la qualité ?

Oui, nous étions sceptiques. Les professionnels ne sont en effet pas tous connus par leur générosité ou leur altruisme. Beaucoup se font mousser, et le parcours de l’auteur, Étienne de Balasy, avait de quoi donner le tournis. En plus, il avait un cours de stand-up à promouvoir…

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show aurait pu être une coquille vide purement marketing. Et les trois points d’exclamation à la fin du titre à rallonge finissaient de nous inquiéter.

Rassurez-vous ! Au final, il faut voir cet ouvrage comme un recueil de conseils très utiles prodigués par un sage du rire. Il en a vu, des talents. Certains se sont plantés, d’autres ont su déjouer les pièges pour construire leur carrière.

Un guide truffé de conseils et de témoignages…

Ma première impression, c’était que l’auteur se sentait contraint de broder de belles phrases pour commencer. Comme on poserait un sujet dans une dissertation à l’école. La langue française exige une forme de respect, de réflexion fleuve, que voulez-vous…

Heureusement, en relisant une deuxième fois, j’ai vu l’attachement de l’auteur aux rires, les vrais, dans toute leur diversité. Étienne de Balasy a une conscience assez fine des problématiques des artistes. Il propose d’ailleurs des portraits de personnalités clés tout au long du livre. Ceux de Roman Frayssinet et Christine Berrou sont très percutants.

Cet ouvrage est une pépite. En effet, chaque humoriste trouvera un conseil qui lui redonnera la hargne pour se battre. Il accompagne et prend en compte les doutes, tout en livrant quelques informations de base. Ces informations de base, cependant, personne ne les avait collectées au même endroit !

On a montré quelques passages à plusieurs humoristes de la nouvelle génération. Ils les ont dévorés avec enthousiasme, pressés de lire la suite !

Anecdotes et concepts-clés : attention, ça vaut de l’or !

La force de ce livre, c’est d’abord d’inclure un questionnaire personnel de motivation. Pour avoir travaillé dans la formation, je peux vous dire qu’il est très efficace. Cela peut paraître fastidieux, de répondre à quelques questions… Quand on apprend, on a cette envie d’aller tout de suite au but, mais ce temps d’introspection fait avancer à pas de géant.

Vous êtes humoriste et vous vous sentez perdu ? Vous avez l’impression de stagner ou de ne pas savoir comment progresser ? Le truc, dans ce métier, c’est qu’on peut se retrouver enseveli sous une tonne de conseils. Je renvoie tous les lecteurs au passage sur le concept d’indivisualisation (chapitre 5, page 97).

L’avis de nos collègues chez Stand Up France

Pourquoi un guide (presque) complet ?

Le format du livre est contraignant. Étienne de Balasy, ou son éditeur, a eu l’idée de communiquer sur « les plateaux d’humour près de chez vous ». Au début, je me suis dit que ça allait être compliqué. On les recense inlassablement, apportant ou prévoyant plusieurs modifications chaque semaine.

Et pourtant, oui, en lisant ce livre, vous saurez comment connaître les plateaux d’humour près de chez vous ! Spoiler alert: ils renvoient sur notre site #StreetCred. Ils font bien, parce que la liste des plateaux en annexe est très courte, et déjà obsolète. Le One More Joke n’est plus au 44 rue de la Folie-Méricourt

La partie sur l’écriture de sketch ou de la création d’un personnage est peut-être le point faible du livre. Il y a des choses intéressantes, mais la littérature sur le sujet est meilleure ailleurs. Le livre de Christine Berrou, Écrire un one man show et monter sur scène, est plus pratique encore. Quoi de plus normal : Christine Berrou l’a fait, Étienne de Balasy est davantage un metteur en scène. Les deux livres sont, de fait, très complémentaires — et l’auteur le souligne, d’ailleurs.

Dernier point où le livre atteint ses limites : le côté pratique du guide. Même si l’auteur fait l’effort de se déplacer sur le terrain, les humoristes pourront rester bloqués sur certains problèmes. Ça tombe bien, c’est là que le spot du rire va entrer en jeu cette année.

Un guide exhaustif avec Étienne de Balasy, Christine Berrou et Le spot du rire ?

Depuis plusieurs mois, le spot du rire travaille en coulisses sur un guide orienté « terrain », avec de nombreuses ressources complémentaires. La sortie de ce guide aurait pu tuer dans l’os notre projet.

Mais finalement, il réorientera simplement nos efforts. Déjà, on prévoit une FAQ évolutive, où vous pourrez poser vos questions. Monter sur scène, préparer son premier spectacle, jouer un peu plus loin, se promouvoir sur internet avec des outils et tutoriels concrets… Il existe 1000 sujets à aborder, et on pourra le faire pleinement si les efforts sont partagés !

Le guide (presque) complet du (presque) parfait stand-up et one man show : complétons-le !

Au début, en voyant la couverture et les nombreuses interrogations qui me venaient, je voulais vous déconseiller d’acheter ce livre. Pourtant, après une lecture plus approfondie, je révise mon jugement.

Dans le pire des cas, mettez en commun un chapeau ou deux, et passez ce livre de main en main ! 17 euros, à 2 ou 3, ça devient plus raisonnable quand on débute.

Étienne de Balasy vous offre un cadre pour vous développer en tant qu’artiste. Christine Berrou vous aide à monter votre premier spectacle, des premières blagues au produit fini. Et le spot du rire connaît de plus en plus les pièges du milieu. Avec ces trois entités, on vous garantit que vous allez accélérer votre carrière ! Les planètes s’alignent donc grâce à tous ces mots, anecdotes et conseils croisés…

Ainsi, pour ce dernier volet, on construira la meilleure expérience en apprenant ensemble. Restez donc connecté, ça va arriver très vite, même si ça nous ajoute encore du travail. C’est le nerf de la guerre, mais le résultat sera bien meilleur grâce à la sortie de ce guide au format papier…

[post_title] => Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => guide-complet-standup-onemanshow-livre [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-03 12:10:10 [post_modified_gmt] => 2020-03-03 11:10:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8582 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5406 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-12-02 16:46:43 [post_date_gmt] => 2018-12-02 15:46:43 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Je me définis souvent comme une passionnée de l'humour. Mes interlocuteurs me disent, d'ailleurs, qu'ils ne savent pas comment je fais pour assister à tant de shows. Aujourd'hui, je me le demande. Je ne pense pas devenir aigrie face à ce milieu. Au contraire, c'est l'occasion idéale de dessiner avec vous l'après de cette lune de miel. L'humour et moi, on est comme un vieux couple. Ainsi, on doit trouver des stratagèmes pour raviver la flamme. Découvrez pourquoi la passion de l'humour évolue avec le temps !

Passion de l'humour : que faire quand cela devient un sport extrême

Ces derniers mois, j'ai vu mon rapport à l'humour évoluer. Aujourd'hui, lorsque je vois une personne s'extasier à la publication d'un plateau ou d'un spectacle particulier, capable de faire des kilomètres pour y assister, je ne suis plus dans l'ambiance. Avant, je faisais des allers-retours en province pour une soirée d'humour. J'accumulais avec un plaisir total des plateaux tantôt miteux, tantôt huppés. Je pouvais voir cinquante fois le même passage, jusqu'à connaître les blagues de tout le monde. Je critiquais alors l'entre-soi. J'étais là à trouver le public ingrat de ne pas apprécier toute la grandeur qu'on lui proposait. Je voulais découvrir tout le monde, même si je savais que j'allais passer de mauvaises soirées. Au moins, j'allais savoir pourquoi tel ou tel humoriste ne valait pas le coup. J'étais prête à sacrifier du temps pour cela. En grande quantité, qui plus est.

Les effets bénéfiques de la passion de l'humour

L'humour a toujours été un guide dans ma vie. Il était là quand je n'avais personne à qui parler. Je regardais les DVD d'Eric et Ramzy, y trouvant de l'espoir pour surmonter les problèmes. L'humour thérapeutique va de soi pour moi, et ce depuis toujours. Depuis deux ans, j'ai complètement sombré dans cet univers. En m'engouffrant dans ces caves, j'étais là à oublier mes soucis et à me reconstruire. Je me souviens avec un peu de honte de la manière gauche avec laquelle j'abordais les gens de ce milieu. Si seulement j'avais eu ce conseil de Roman Frayssinet avant. Vous savez, celui où il explique qu'il ne faut jamais mettre quelqu'un sur un piédestal ou en-dessous de vous.

Se noyer dans les podcasts humour

Récemment, l'un de mes collègues m'a donné un avis intéressant : et si traîner avec tous ces humoristes, tout le temps, devenait toxique ? Je précise qu'il ne m'a pas prise à parti pour m'humilier, la discussion était très constructive. Dans le même temps, j'ai rencontré Théo Guyon. Ce tout jeune humoriste se pose déjà mille questions sur comment faire de l'humour. Il écoute tous les podcasts (il en a même un !). Également, il connaît tout l'univers du stand-up. C'est un passionné hard-core de l'humour, et dans le bon sens du terme. Comme moi, il peut citer des passages de podcasts, car comme moi, il les a tous entendus. Je les aime, ces podcasts. Dès qu'il y en a un de disponible, je l'intègre au SoundCloud du spot du rire. C'est toujours hyper cérébral, un peu névrotique. Parfois, j'aspire à un peu plus de légèreté, un désir de déconnexion.

Passion de l'humour : reconnecter avec le rire

Je vous ai déjà parlé de Koober. Depuis septembre, mes nouveaux collègues me font hurler de rire. Je pleure de rire quand j'en vois un traire une vache avec une Nintendo Switch lors de la pause déjeuner. Je prends un malin plaisir à faire le pitre pour mon voisin de bureau. C'est encore plus jouissif quand tout cela contamine l'open-space. Et puis, quand je reviens voir du stand-up, les rires sont plus rares. C'est comme si les plateaux avaient perdu cette légèreté à faire de l'humour. Heureusement, il reste des lieux où j'arrive à rire. J'étais à l'Etage Marrant - Dimanche Marrant étendu au week-end, Ndlr. Il n'y avait que des cadors. On n'avait pas forcément Fary ou des mecs 100% produits. Pour moi, c'était plutôt agréable parce que Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy étaient à nouveau réunis. Ces deux-là ont un caractère spécial pour moi, comme tout le monde sait.

Rire au bon endroit, au bon moment

Discours typique de l'entre-soi, mais je m'en fous. C'est là où cette passion de l'humour est née, c'est normal que ça me ressource. Je n'ai plus de gêne à le dire et je me moque bien de ce qu'on peut en penser. Avant, c'était différent. Le moindre commentaire me faisait vriller. Trop de passion, sans doute. Il y avait aussi Pierre Thevenoux, l'humoriste le plus connu... dans mon open-space. La chance à un ami en commun du gars qui trait des vaches avec de la technologie. Si vous êtes perdus, c'est l'époque qui veut ça. J'ai aussi vu Wary Nichen. Ce gars-là, c'est drôle, parce que je ne le trouvais vraiment pas drôle au début. C'est notamment grâce au podcast de Louis Dubourg que j'ai un peu plus découvert le personnage. La connexion désormais opérée, je comprends beaucoup mieux son statut et je ris de bon cœur. Jason Brokerss, aussi, m'a demandé du temps pour connecter. Ce soir-là, le signal était bon. C'est drôle, quelques heures plus tard, le petit écran permettait à Laurent Ruquier de le confondre avec Fary et de lui faire de la pub.[/vc_column_text][vc_video link="https://youtu.be/V4VRONLePsM?t=2927"][vc_column_text]

Mon rapport aux artistes a changé

Depuis septembre, j'ai assisté, comme tout le monde, l'explosion de nouveaux plateaux d'humour à Paris. Vous ne lirez pas une analyse sur ce changement, parce que j'ai essayé de l'écrire et mon texte a muté en une critique parfois virulente. En cause : le sentiment de harcèlement pour venir tel ou tel soir. Je le comprends : chacun veut avoir sa part du gâteau et chacun est en droit d'être référencé ici. Or, avec tant de soirées, l'offre devient illisible et on ne sait plus où donner de la tête. J'ai bien du mal à différencier les plateaux qui émergent, surtout quand ils sont tenus par de parfaits inconnus. Même pour moi.

Le #MeToo d'applaudissements

Tout ceci ne sont que des péripéties. En revanche, sur scène, j'ai découvert des humoristes absolument inutiles. Avant, je pensais qu'il fallait des c*uilles pour monter sur scène et je respectais tout le monde. Cette période est révolue. En effet, certains artistes formatés de manière scolaire au style d'humour Jamel Comedy Club (intonation, rythme, thèmes, etc.) me donnent souvent envie de quitter la salle. Ce sont ceux qui vous forcent à applaudir. La passion de l'humour, on repassera... La situation est simple :
  1. L'humoriste sort une blague qui ne fait rire personne.
  2. Il laisse un silence pour laisser aux gens le temps de rire.
  3. Le public reste silencieux.
  4. L'humoriste, devenu agressif, réclame qu'on applaudisse, arguant que c'est sa meilleure blague. Bien sûr, il répétera 3 fois l'opération en 7 minutes.
  5. Bonus spécial influenceur : s'il est programmé pour son nombre d'abonnés, l'antipathie atteint des sommets.
J'ai croisé l'un d'entre eux à l'Underground Comedy Club. Pour le coup, c'est un plateau assez historique. En sortant, je ne l'avais pas vu dans mon champ de vision, et le gars m'interpelle et me demande de sourire quand je passe devant lui. On atteint des sommets. Si vous voulez savoir de qui il s'agit, je suis navrée, je n'ai pas retenu son nom. Mais vous le reconnaîtrez, et puis d'ailleurs, il n'est pas tout seul.

Une note positive

Aujourd'hui, j'ai une vision plus objective de l'humour. Je ne prends plus forcément le parti des artistes, même si je garde un profond attachement pour les plus sincères d'entre eux. En réalité, j'aime toujours l'humour. Je l'aime quand il est sincère, qu'il ne répond pas à un patchwork de recettes qui ont marché. Parce que c'est l'art de cuisiner tous ces ingrédients qui distingue un bon humoriste d'un chef étoilé du rire.

Passion de l'humour : ce que j'aime chez les humoristes

Je préfère un jeune humoriste qui donne tout, même si cela n'a rien de parfait, à un gars qui a de l'assurance mais aucune idée. Quelqu'un m'a dit que j'étais trop complaisante avec certains humoristes (vous pouvez vous aussi donner votre avis !). En réalité, j'aime parler d'artistes comme Florent Mathey ou Salomé Partouche. Ils ont certes peu d'expérience, mais ils sont allés au bout de leur création artistique. Le premier joue sur des imitations ridicules, mais il donne tout dans son jeu. La seconde, qui n'a pas ému l'un de mes contacts manager d'artistes, a été un coup de cœur immédiat. Je me souviens encore de ce Dimanche Marrant, lorsqu'elle jouait encore du stand-up. Adhésion immédiate, identification face à sa folie... Et son spectacle ! Elle a eu le courage de dévier d'un format qui plaît pour proposer un seul-en-scène poétique. Je crois l'avoir vu plusieurs fois, elle fait partie de ces gens qui m'attirent à plusieurs reprises dans leurs salles. Je les compte sur les doigts de mes mains. A mon avis, il ne s'agit pas de complaisance, mais de la manière d'exprimer ma passion de l'humour - toujours un peu vivante. J'ai toujours du mal à me plier à l'exercice de la critique, parce qu'il suffit d'aller en plateau d'humour pour comprendre qui va vous faire rire. Au final, ce n'est pas à moi de vous dire qui n'est pas drôle, vous êtes assez lucide pour le découvrir.

Un mot sur la photo

Cette photo date du mois d'octobre. Je n'étais pas présente à la soirée, mais je suis passée en coup de vent. Je devais sûrement aller au One More. J'ai vérifié, c'était effectivement le premier late show de Tania Dutel. C'est mon nouveau mode de fonctionnement : j'alterne entre les invitations et les moments privilégiés avec la fine fleur de l'humour. Je me dis parfois que j'ai envie d'être le Philippe Manœuvre de l'humour. Ensuite, j'ai lu son livre et ses confessions. En vrai, il tisait grave avec les artistes, ça va être dur d'en faire de même #modedeviesain #commePierreThevenoux. Cette envie d'être là, d'avancer ensemble et de partager avec eux des lendemains qui chantent... Elle est bien là, par contre ! Cette photo capture merveilleusement bien les bons côtés de l'humour. Jean-Patrick la joue lubrique, Laurent Sciamma s'enfile un peu de breuvage OKLM... Antek est, plus que jamais, heureux. Rey Mendes est aussi grand qu'il en a l'air. Et il y a même une tête que je ne connais pas, Cindy Mostacci. Le signe que je dois encore découvrir de nombreuses personnes et que ma mission continue ;)[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => passion-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:51:11 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:51:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5406 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 4356 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 13:35:03 [post_date_gmt] => 2018-05-27 11:35:03 [post_content] => Cette semaine, Le spot du rire était en mode stand-up underground ! J'en ai profité pour revenir aux sources avec les meilleurs comedy clubs de la capitale... et mon petit écran.

Lundi : Paname Comedy Club et retour sur scène

Si vous êtes habitués du stand-up, vous connaissez bien les plateaux Paname Comedy Club. Au Paname Art Café, ils réunissent le meilleur du stand-up sélectionné par le lieu. Pour rappel si vous nous avez lu cette semaine, nous y avons retrouvé un rire emblématique du public parisien. Lundi, j'ai aussi reçu un message de Betty Durieux. Notre résidente humour tient deux plateaux, dont Le jardin s'enjaille. Pour resituer, les artistes se passent le mot pour jouer là-bas. Certains estiment que c'est la meilleure scène de Paris. Le spot du rire l'a hissée parmi les scènes incontournables dès sa première, c'est dire. La recette du succès ? Une scène hyper qualitative pour les humoristes et le public. Des lumières qui mettent en valeur pendant le passage et produisent de belles photos. On est super bien accueillis et assis. Dans le milieu, c'est un coup de maître. Dans ce contexte, j'ai le privilège de vous annoncer mon retour sur scène. Betty m'a demandé, je n'ai même pas réfléchi. J'avais envie de dire oui sur le moment, et depuis je le vis bien. Ça sent le bide, mais visiblement cela n'a pas l'air de me faire peur. Pour ceux qui m'ont vue au 33 Comedy, je vais adapter un peu le passage avec une autre fin et deux-trois changements. Ce sera donc le 18 juin à 20 heures et vous pouvez pré-réserver ! Un gros merci à Betty pour l'invitation, j'ai beaucoup de chance par rapport à d'autres qui débutent et qui doivent faire leur trou dans la douleur.

Mardi : 2 ans du 33 Comedy

Cette soirée, je l'attendais. Je vous avais parlé du gâteau, et diable qu'il était bon. Au niveau de la soirée, les humoristes présents ont assuré le show. C'était l'occasion pour moi de mieux découvrir Pierre Thevenoux. Je veux dire, je connais bien ses passages mais cette semaine, il était un peu partout. Celui qu'on appelle le poto d'Alban Ivanov, tel qu'esquissé dans Sympa la vie, est vraiment un mec cool. Ça fait toujours plaisir de découvrir humainement les humoristes. On peut s'en faire une idée en voyant un passage, mais je trouve que discuter avec eux permet de trier parmi les mecs bien des... moins bien. J'ai aussi revu Harlem Dallas, une fille qui est montée à l'improviste au 33 Comedy. Elle portait un T-shirt Bordel Comédie Club (le plateau québécois). Au fil des interactions, elle révèle être comédienne et Antek lui propose de monter sur scène.
Ni une, ni deux, elle s'exécute. Elle venait d'écrire le texte mais ne l'avait pas appris. Elle a réalisé une belle prouesse. Je peux vous dire que j'ai passé deux semaines intensives à apprendre mon texte et que j'ai raté des trucs. Bravo à elle ! D'ailleurs, elle a réalisé sa première scène plus conventionnelle au Sept comedy, un plateau dans un bar à chicha. Il faut savoir que les chichas, c'est compliqué. Il faut que je lui demande comment ça s'est passé ce jeudi... Mais cette fille a déjà un enthousiasme débordant, je ne me fais aucun souci pour elle.

Mercredi : Parlez-vous stand-up ?

Autre ambiance, le mercredi : rendez-vous au Théâtre du Rond-Point. L'endroit est tellement décalé par rapport aux scènes stand-up underground. Déjà, le théâtre jouxte le Grand Palais et de nombreux autres monuments parisiens. On n'est pas loin des bateaux mouches et du Private Joke, le plateau avec vue sur la Tour Eiffel. J'ai mis je ne sais combien de temps à trouver un lieu où boire un verre avant le spectacle sans avoir l'impression d'être une pièce rapportée du tiers-monde. Bon, j'exagère un peu, mais j'étais un peu mal à l'aise dans le 8e arrondissement de Paris. Après, je me suis rendue compte que j'aurais pu boire ce verre dans le théâtre. Or, tant qu'on n'entre pas dans un lieu, on n'est pas encore à l'aise. Avant de juger, sachez que je n'étais pas toute seule. Dans le public, il y avait un couple qui était arrivé tôt comme moi. La fille a imprimé les billets chez elle depuis le site du théâtre, et son copain s'inquiétait : fallait-il échanger la contremarque ? Telle Superman au féminin, je suis arrivée avec ma cape et je leur ai dit de ne pas s'en faire. Avec un code-barre, c'est bon. Sans code-barre et avec Billetréduc, il aurait fallu faire ça. Toujours avant le spectacle, un sosie de Jean Rochefort lit le flyer sur le spectacle : jamais il n'aurait mis les pieds dans un plateau.

Une ambiance stand-up millimétrée

Une fois dans la salle, je me réjouis. La visibilité est excellente. En plus, comme j'ai une invitation, je ne sais pas trop où l'on m'a placée. Je ne sais pas si c'est lié à mon arrivée anticipée, mais je suis au quatrième rang, pile au milieu et en face du micro. Les lumières sont braquées sur le tabouret et le micro. Ambiance stand-up à l'américaine.
Chaque prestation des humoristes était de qualité. Ils ont tous été bons et professionnels dans leur passage. J'ai redécouvert Fadily Camara, qui progresse toujours plus. Les thèmes qu'elle aborde ne sont pas toujours ma tasse de thé, mais elle le fait avec beaucoup de talent. Sa présence scénique fait la différence. Encore une fois, c'est une affaire de goût puisqu'elle fait preuve d'une belle originalité et d'une énergie indéniable. Elle m'a impressionnée sur des sujets comme l'esclavage. Il est facile de tomber dans du pathos ou du militantisme artistique pour public parisien. Non : Fadily Camara joue la carte de l'étonnement et de la candeur pour amener les sujets avec beaucoup d'intelligence. Vous pouvez vous aussi en profiter : elle joue toujours au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15... Allez, je balance quand même ma vanne mauvais esprit. Le nom du festival, Parlez-vous stand-up, est un copier-coller du nom d'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La ressemblance s'arrête là puisque les 4 soirées de Kader Aoun sont plus underground que celles de Jean-Marc Dumontet. On aurait pu regretter de voir les mêmes têtes... mais sur quatre jours, le grand public en aura fait, des découvertes. Je laisse cette critique à la soirée stand-up à l'Européen début juin. Ça va être très bien, mais ce sera sans moi. J'ai déjà vu tout le monde, sauf Gad Elmaleh mais je le loupe à chaque fois, c'est la vie.

Jeudi et vendredi : soirées off, mais pas de déconnexion !

Pour jongler entre un sommeil de qualité, une semaine de travail chargée et des plateaux vécus à 100%, il faut savoir dire stop. Oui, Gad Elmaleh était de sortie et je l'ai encore loupé... tant pis. Oui, le Comedy Street Bastille avait un line-up qui me faisait vraiment envie... Voir Fred Cham sur scène me manque beaucoup. Voilà, c'est dit. Rassurez-vous : j'en ai profité pour rattraper mon retard. Lundi soir, France 4 diffusait le Gala Fary Wiesel au Montreux Comedy Festival. J'avais été déçue de l'édition précédente... mais ils se sont vraiment rattrapés. J'ai même découvert des gens ! Thomas Wiesel m'impressionnant de plus en plus... cela n'est pas étonnant. L'un des moments marquants, c'était lorsque Thomas Wiesel et Fary se sont déguisés en l'autre. On voit qu'on a affaire à des cadors de l'humour et de très bons comédiens et maîtres de cérémonie. Bravo, encore une fois !

Get up stand up : de la scène au documentaire

Mercredi soir, il y avait un reportage sur le monde du stand-up. Canal+ diffusait ainsi Get up stand up, un documentaire centré autour de l'émergence du stand-up du Jamel Comedy Club. J'ai trouvé le début sur le parallèle entre les banlieues qui s'embrasent les nouvelles voix de l'humour ennuyeux. Disons que j'en avais déjà eu marre quand France Inter avait lié les sujets. La thématique n'est pas inintéressante, mais qu'on nous la resserve à toutes les sauces. Déjà qu'on a une ligne éditoriale marquée dès qu'on regarde une émission Canal comme Clique... Encore une fois, j'aime beaucoup l'émission, mais c'est parfois agaçant de voir toujours le même angle journalistique trituré. D'ailleurs, le documentaire fustige le traitement médiatique, qui a exacerbé un phénomène qui dépassait l'idée initiale : faire rire et s'exprimer. Dans l'ensemble, c'est vraiment un document de qualité. On retrouve les conseils de Gad Elmaleh, déjà prodigués dans Un café au lot7. Les commentaires de Roman Frayssinet et les autres m'ont intéressée... Bon, je vous avoue aussi que le plébiscite masturbatoire du stand-up m'a un peu agacée, à la longue. Oui, cet art est sympa, mais cela reste un genre humoristique. On verra s'il est abordé de la même manière dans quelques années.

Samedi : Underground Comedy Club dans un nouveau lieu

Samedi soir, 21h30 : rendez-vous au Théâtre de Dix Heures. Je suis déjà allée à l'Underground Comedy Club au Sentier des halles. Le décor du Théâtre de Dix Heures fait moins plateau d'humour, mais tant d'humoristes ont débuté là-bas, cela fait sens. La salle n'est pas comble. En ce moment, le temps donne envie aux parisiens de déserter les théâtres. Le plateau rencontre toutefois un vrai succès car les gens commencent à arriver par groupes. La formule est identique au théâtre précédent. J'ai trouvé la soirée mieux gérée au niveau du timing et la programmation de qualité. Les interactions étaient moins systématiques que dans mon souvenir, le signe que les deux animateurs de la soirée avaient de nombreuses blagues à tester. Le test s'est d'ailleurs révélé tantôt concluant, tantôt moins concluant. Le tout dans une ambiance très chaleureuse. Bravo à l'Underground Comedy Club, vous avez fait le job. Et comme d'habitude, les photos de Christine Coquilleau immortalisent la soirée avec brio.

Dimanche : séance d'écriture

Nous voilà aujourd'hui, dimanche. Je regarde vite fait la programmation du Paname Art Café. De toute façon, je ne pourrai pas m'y rendre. Aujourd'hui, c'est rideau : vous pensez vraiment que je peux bouger lors du week-end le plus important de l'année en matière de sports mécaniques ? Bon, je divague. En tout cas, je vais en profiter pour vous concocter le plus de contenus possibles. Cette semaine, j'ai eu du mal à vous alimenter en partages sur les réseaux sociaux. On fait de son mieux quand on jongle avec sa vie professionnelle... Je retiens que cette semaine a été extrêmement agréable en matière de stand-up en plateau et dans les médias. Une semaine parfaite, en somme ! Allez, rideau.

Crédits photo

© Underground Comedy Club / Christine Coquilleau [post_title] => L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => actu-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4356 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 4349 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-22 14:36:27 [post_date_gmt] => 2018-05-22 12:36:27 [post_content] => Les habitués des scènes ouvertes connaissent ce son. Un rire reconnaissable entre mille, avec une dizaine de variations. Plus on en rit, plus il devient collector.

Contagion : du One More Joke aux autres plateaux d'humour

La première fois, c’était au One More Joke. La salle bondée était complètement à la merci de ce rire venu d’ailleurs. Je l’ai entendu plusieurs soirs dicter les moments d’hilarité… Quelques mois plus tard, je découvre l’une des vidéos promotionnelles du plateau de Tristan Lucas, Le Mokiri.
Un moment incroyable, donc : Tristan Lucas en perdait son latin. J’imagine à peine le quotidien de ce mec, qui se dit qu’il va venir dans une salle. Son rire fera mouche à chaque fois. Et à chaque fois, c’est un kiff pour le public. Lundi soir, au Paname Art Café, je suis arrivée en avance. En passant dans le bar, j’ai entendu ce rire à nouveau. Je n’ai pas eu le réflexe de prévenir les humoristes juste avant le plateau. De toute façon, il suffit que celui qui assure la chauffe se rende sur scène pour que l’information circule. Un line-up de compétition en a profité pour nous offrir une très bonne soirée : Roman Frayssinet, Tania Dutel, Tareek… Michel Boujenah m'a toujours marqué pour son rire extrêmement communicatif. Visiblement, les humoristes n'ont pas le monopole du stimuli du rire...

Crédits photo

© Tristan Lucas - Capture d'écran vidéo [post_title] => Spotted : le rire le plus connu du stand-up ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => standup-rire-original [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-27 12:06:11 [post_modified_gmt] => 2020-05-27 10:06:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4349 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4337 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-15 16:45:20 [post_date_gmt] => 2018-05-15 14:45:20 [post_content] => La revue HAHA, c'est une newsletter d'humour qui sort le dimanche. Un concentré des meilleures références humoristiques dans le monde (carrément !) concocté par deux journalistes de talent.

HAHA : une newsletter humour pour ne rien manquer

Les rendez-vous de l'humour le dimanche sont multiples. Vous voulez assister à un plateau d'humour ? Dimanche Marrant vous accueillera à bras ouverts. Vous voulez la meilleure chronique humour de France ? Roman Frayssinet vous l'apporte dans l'émission Clique Dimanche de Mouloud Achour. Question culture comédie, on vous propose d'enrichir votre boîte mail plutôt que de l'encombrer ! A l'origine du projet, on retrouve deux journalistes passés par plusieurs rédactions : Adrien Franque et Clément Mathis. Chaque numéro regroupe une sélection pertinente des dernières tendances humour. C'est concis, intelligent, très bien sélectionné.

La revue HAHA dans le détail

On retrouve ainsi une recommandation de spectacle stand-up minutieusement décrite (il vous faudra sans doute Netflix). La revue de presse vous offre un panorama de l'actualité humour et stand-up. J'adore particulièrement leur système de rubriques par mot-clé, totalement adapté à la lecture sur écran. Ensuite, la revue HAHA enchaîne sur un sketch. L'influence américaine se fait bien sentir... mais rassurez-vous ! On retrouve aussi une catégorie que j'adore : le LOL français, qui n'oublie pas la scène francophone, tout aussi pertinente que ce qui se fait aux US. Les rubriques varient ensuite selon l'actualité culturelle : BD, ciné, etc.

Recevoir la revue HAHA

Pour accéder aux contenus de la revue, vous pouvez vous inscrire et les obtenir dès leur sortie. Vous pouvez aussi relire les anciens numéros ! [post_title] => Revue HAHA : tout l'humour et le stand-up dans une newsletter [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => revue-haha-newsletter-humour-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:46:44 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:46:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4337 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4331 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-15 10:02:26 [post_date_gmt] => 2018-05-15 08:02:26 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire innove avec une nouvelle rubrique : Un artiste, une chanson. On inaugure cette nouveauté avec un talent indéniable du stand-up : Roman Frayssinet. Rien de tel qu'un virtuose pour se lancer, non ?

Roman Frayssinet : rencontre avec un virtuose de l'humour

On ne présente plus Roman Frayssinet. L’humoriste passé par l’École Nationale de l’Humour à Montréal innove à chaque instant. Un charisme imparable, une présence scénique inédite, mais aussi et surtout un travail de tous les instants. Le tout rend donc service aux punchlines dégainées à une foule hilare et touchée par la virtuosité de l’artiste. Car Roman Frayssinet est un virtuose. Cela m’a frappé lorsque je l’ai rencontré. C’était au Beach Comedy Club, juste après l’affaire Gilbert Rozon. Un moment important pour Roman qui a cessé sa collaboration avec Juste pour rire et annulé toutes ses dates au 13e Art, le théâtre lié à la célèbre société.
À la fin du plateau, les humoristes font leur promotion. J’étais là pour soutenir Marion Mezadorian, mais je me souviens que ce soir-là, la programmation était très soignée. Quand Roman prend la parole, il oublie la date de son showcase à l’Européen. Bien sûr, je la connais. Je suis loin dans le public, ma voix ne porte donc pas toujours. Mais là, mon côté fayote/bonne élève prend le contrôle. Je veux impressionner l’étoile montante du stand-up, naturellement. Je crie alors : « 22 novembre ! » tandis qu’il continue de chercher. Oui, je me souviens encore de la date. Ce court instant m’a donné le courage d’aborder ce génie du rire à la fin du spectacle pour lui présenter mon site sur l’humour. Je me souviens d’un moment très apaisé. Si Roman hausse le ton sur scène, il sait aussi tempérer son timbre. Ça m’a frappé, j’ai trouvé cet instant beau et j’ai oublié la fatigue d’accumuler les plateaux comme par magie.

Roman Frayssinet ft. Andrew Rayel

Sur le chemin du retour, je m’engouffre dans une bouche de métro, le casque vissé sur les oreilles. Le souvenir du virtuose Roman m’apparaît alors encore plus net lorsqu’un titre d’Andrew Rayel démarre. Ça s’appelle The end at pianoland. Pour vous situer Andrew Rayel, il s'agit d'un espoir de la musique électronique déjà bien grand. Adoubé par l'un des meilleurs de son genre, Armin van Buuren, cet élève de la trance a parfois même dépassé le maître. On imagine que Roman Frayssinet, de par ses innovations comiques, lui emboîte le pas dans un tout autre registre ! Depuis cette soirée d'automne, cette chanson est à jamais associée à Roman Frayssinet pour moi. Un passage de piano exaltant. Des moments de grâce, d’empressement et de volupté qui s’enchaînent. C’est beau, insaisissable. Cela correspond aux tableaux qu’il peint sur scène, cette œuvre comique si singulière. Quels talents ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=0dcGZVaosK0" title="Roman Frayssinet en chanson : The End at Pianoland (Andrew Rayel, 2014)"][vc_column_text]

Crédits photo

© Betty Durieux[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Un artiste, une chanson - Roman Frayssinet, The End at Pianoland [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => roman-frayssinet-artiste-chanson [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:33:06 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:33:06 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4331 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 3262 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-23 16:12:34 [post_date_gmt] => 2018-01-23 15:12:34 [post_content] =>

C’est fou, ce qu’on apprend des autres. Depuis que j’ai commencé Le spot du rire, j’ai aimé compulsivement les humoristes. Enfin, leurs pages et publications. C’est évidemment de cela dont on parle.

Fournisseurs de contenus 2.0

Tout ce qu’ils partagent me tombe sous les yeux. C’est très pratique : ils sont nombreux à être obsédés par la culture stand-up américaine. Heureusement, pas comme Tomer Sisley… qui va continuer à prendre cher en scène ouverte pendant un sacré moment !

J’en parlais récemment, à la sortie d’un plateau : je n’y connais pas grand-chose. Je n’ai pas Netflix, et jusqu’à récemment, je pensais que Dave Chappelle avait le physique de Bill Gates. Ce qu’un cerveau peut vous tromper… Mes références anglophones sont Bobby Mair et Damien Power, vus à Londres et Édimbourg. Le temps d'en rencontrer d'autres ?

Canal+ me sauve, j’ai pu voir la série I’m dying up here. On peut discuter… Enfin, pas tant que ça : beaucoup n’ont pas Canal et n’ont pas vu la série. Je me disais : « c’est quoi, leur foutue pop-culture ? » Tant que tu ne montes pas sur scène, tu as l’impression d’être de l’autre côté. Et puis, si moi, j’ai Canal, c’est pour le sport plus que pour la culture.

Bon, cette histoire de culture sur des plaques tectoniques distinctes, ce n’est rien de grave. Je peux toujours relayer, et a priori, on parle la même langue. Mes yeux sont souvent exposés au fil des stories Instagram de Louis DubourgSeb Mellia ou Roman Frayssinet. Et il arrive aussi que je tombe sur des choses telles que cet article. Rien de surprenant : Sarah Silverman apparaît souvent sur les réseaux.

Sarah Silverman relayée par Els

Il faut que je vous dise d’où ça vient, quand même. Enfin, de qui, surtout. C’est l’humoriste barrée et loufoque Els - Lost in France, que j’adore, qui vient régulièrement m’abreuver de cette culture-là. Et cet article, je l’ai trouvé beau.

En substance, Sarah Silverman a accompli un acte humain tout aussi vertueux que désintéressé. L’un de ces événements qui rend, à un petit niveau, le monde un peu plus respirable. Et le terrain de jeu sur lequel ça s’est joué est encore plus dingue : Twitter. Castagne-land pour les intimes. L’émission Les grandes gueules, à côté, c’est Oui-oui.

Un troll publie le tweet expéditif « C*nt ». Vous cliquerez pour la signification, si elle vous échappe. Et elle répond à ce gars qu’elle croit en lui, qu’elle voit la rage qu’il traîne. Qu’il peut s’en sortir, se faire aider. En prime, elle lui trouve les bons interlocuteurs pour l’aider. Comme le dit Kyan Khojandi, la dernière chose qu’un mec en détresse a envie d’entendre, c’est de se bouger le cul. La paralysie semble imparable. J'aimerais vous communiquer la source exacte, mais j'ai écouté beaucoup trop de podcasts avec Kyan Khojandi pendant les fêtes pour la retracer. Ecoutez-les tous, ça peut aider.

Et l'Oscar des vrais super-héros est décerné à...

Je vais vous dire mon intuition profonde. Les humoristes sont des super-héros. Mais des vrais, pas Superman qui troque ses lunettes de journaleux contre un slip rouge. Ils ont cet autre regard sur le monde, et ils arrivent à te l’apporter et t’élever, te faire aller mieux.

Et le meilleur, c’est qu’ils peuvent le faire en te parlant de coloscopie. De Brahm's Ouloulou à Chris Esquerre. Non, le vrai meilleur, c’est qu’ils t’apportent tous un petit truc. Même ceux qui, la première fois que tu les vois, ne te font pas rire. Ils sont juste sur le chemin. Si l’on assemble toutes les pièces du puzzle, ça peut potentiellement remettre sur pied tout un chacun. C'est égoïste d'être le public.

Cette histoire a l’air un peu grisante. En tant que public, que peut-on bien leur apporter ? Est-ce que leur adresser 3 éclats de rire, c’est leur offrir 12 cacahuètes ? J’en suis à ce stade de la réflexion. S’il y a des lanternes parmi vous qui peuvent m’éclairer, ça pourrait me servir !

[post_title] => Sarah Silverman et l'humour désintéressé [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sarah-silverman-contenus-standup-us [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:35:18 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:35:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3262 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 3058 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-11-29 17:03:23 [post_date_gmt] => 2017-11-29 16:03:23 [post_content] => Le momentum, c'est le moment où l'humoriste atteint un état de grâce. Chaque punchline apporte une nouvelle élévation à la précédente. L'enchaînement est parfait, la salle pleinement réceptive. Ce moment de rayonnement est rare et fort. Le spot du rire en a vécu 4 en 2017. On vous raconte.

Le plus puissant : Lenny, passage au One More Joke

Les organisateurs du One More Joke aiment bien raconter que le public retourne le lieu. Quand on sait que ce sont des as de la communication, on peut froncer les sourcils de scepticisme. Or, j'ai vécu ce moment. Ils ne bluffaient pas. Je sortais du Start-up Comedy Club, délocalisé dans le 11e arrondissement à 2 pas de la rue de la Folie-Méricourt pour l'occasion. Rentrer chez soi ou faire un crochet par la salle bondée du One More ? J'ai opté pour la deuxième option. Le Détective Froussin livrait son compte-rendu d'enquête hebdomadaire. Et moi, j'avais l'impression de rentrer au bercail. Lenny enchaînait alors. Voix posée, attitude espiègle, envie de secouer le public de l'intérieur. Tous les voyants étaient au vert : un moment propice au momentum pour Lenny. L'un des humoristes les plus stylés de Paname a livré son texte, l'a bien interprété. Les applaudissements jaillissaient. Parce que le One More sait recevoir ses habitués, j'étais dans le carré VIP avec les autres humoristes. Leurs yeux rivés sur Lenny, ils n'en perdaient pas une miette. J'avais l'impression d'être dans une scène de la série I'm dying up here.

Le plus maîtrisé : Roman Frayssinet, passage à l'Amicale du Stand-Up

Depuis quelques mois, Roman Frayssinet semble dans une autre dimension. Lorsque j'ai imaginé vous écrire sur le momentum, je me suis demandée quelle scène je prendrais en exemple. Parce qu'en réalité, Roman Frayssinet a souvent l'air d'être en état de grâce. Son explication : un travail acharné, une formation de très grande qualité suivie au Canada. Mais le talent ne s'apprend pas, il est simplement sublimé par la technique. Roman a un univers particulier. Il faut y rentrer, et il nous inclut dans son délire avec une facilité déconcertante. On est comme happé par ce momentum, et il enchaîne avec ce ton si particulier, si efficace. Les pauses entre chaque mot, chaque rebondissement, sont calculés à la virgule près. Là encore, l'intensité augmente au fil des blagues. Il a conquis le public, qui titube un peu, l'air candide de celui qui n'a pas tout saisi.

Le momentum : l'impact de la salle

La première de l'Amicale du Stand-Up était un événement fort. Déjà, il était complet. Il montrait que le stand-up pouvait être hype. Au fond, les plateaux se divisent en 2 groupes. D'abord, les plateaux de nerds du stand-up intimistes, qui ne paient pas de mine et où l'on passe une bonne soirée. Et de l'autre côté, les plateaux où tu as l'impression d'être entouré par les beautiful people de tout Paris, des gens qui boivent des bières avec style. Tu passes aussi une bonne soirée, mais un peu plus serrée. La popularité autour du lieu, le Perchoir dans ce cas, crée une ambiance presque artificielle. Et pourtant, c'est bien : le stand-up s'ouvre aux influenceurs. Pour l'exprimer plus clairement, c'est comme quand mon ancienne collègue n'en a rien à faire des plateaux où je vais, mais qu'elle a été voir Louis C.K. comme s'il s'agissait d'un pèlerinage, the place to be. Cela avait eu lieu avant l'histoire qui l'a éloignée de la scène, rien ne dit qu'elle aurait tenu ce discours. Fin de la parenthèse.

Le plus émouvant : Alexandra Pizzagali, showcase au Kibélé

Si vous nous lisez régulièrement, vous savez qu'Alexandra Pizzagali est l'une de nos dernières découvertes. Lors de son premier showcase au Kibélé, un petit café-théâtre à Strasbourg Saint-Denis, elle était très stressée avant de monter sur scène. Les proches et contacts venus pour l'occasion avaient hâte de voir son produit fini : le spectacle C'est dans la tête. Sur scène, on a l'impression d'avoir affaire à une autre personne. La peur ne paraît plus. Mis à part un trou, elle a livré une prestation sans faute. Au terme du spectacle, tout le travail accompli et les efforts pour en arriver là sont remontés. A deux doigts de craquer, elle était en train de vivre une standing ovation du plus bel effet. Le donnant-donnant dans toute sa splendeur. Et ça, ce n'était plus dans sa tête mais bien réel. Quand on a affaire à un talent brut, on sait qu'il se passe quelque chose de spécial. On a ce sentiment que la personne en face de soi ira très loin. Sans vouloir lui mettre la pression, c'est tout ce qu'on lui souhaite.

Le plus opportun : Jean-Philippe de Tinguy, passage au Festival d'Humour de Paris

Les festivals d'humour sont nombreux. Les humoristes viennent en nombre dans l'espoir de glaner un ou plusieurs prix. Ça passe ou ça casse : certains échouent et bident de manière inexpliquée, tandis que d'autres livrent leur meilleure bataille. En janvier dernier, lorsque je parlais du Festival d'Humour de Paris à mes proches pour les inciter à s'y rendre, je leur intimais qu'il allait se passer quelque chose de fort. 11 artistes se partageaient l'affiche, et à mon sens, il y en avait 3 au-dessus du lot. Quelqu'un m'avait dit que Jean-Philippe de Tinguy avait seulement 1 chance sur 11 de gagner. Je lui ai rétorqué que je savais qu'il le ferait. En mon for intérieur, je masquais un peu une inquiétude, parce que j'avais jugé qu'il avait 73% de chances de gagner. Je ne voyais que 3 sur 11 d'entre eux capables de remporter le festival. Et ce qui est fou, c'est que l'année suivante, Charles Nouveau, résident du spot du rire, a décroché le prix SACD pour son écriture de punchlines !

Réussir un festival : mode d'emploi

Pourquoi douter ? Jean-Philippe était sur une pente ascendante : rafle des prix du Grand Tremplin de l'Humour de Sélestat quelques mois plus tôt, 2 dates complètes en showcase au Point Virgule. Alors, au moment de la prestation, il n'y avait plus qu'à faire le travail. Autant vous dire que je n'ai jamais vu autant de maîtrise dans son jeu. Je l'ai vu bien jouer plein de fois, trouver le bon mot, la bonne improvisation, la bonne intonation dans son texte. Mais ce soir-là, chaque phrase prononcée élevait le niveau de la précédente. Comme dans le Get psyched mix de Barney Stinson. Pas de temps mort. Juste une ascension vers les prix. Les enchaînements parfaits ont continué pendant tout le passage. Pendant la délibération du jury, c'était l'humoriste-magicien Maxime Tabart qui divertissait la salle. Je n'étais pas d'humeur. C'était la première fois que je voyais un festival d'humour. Et j'étais aussi stressée qu'un supporter de football devant une séance de tirs au but de finale de coupe du monde. J'étais en mode prière alors que je suis athée. Alors quand Maxime Tabart m'a incité à claquer des doigts pour être dans l'ambiance avec le reste du public, j'avais juste envie de claquer tout court. Et au final, après une attente un peu insoutenable, le prix était pour lui. Pour découvrir qui sera son successeur, rendez-vous le 22 janvier prochain à Bobino.

Crédits photo

Betty Durieux [post_title] => Momentum - L'état de grâce sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => momentum-performance-scene [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:16:42 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:16:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=3058 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 2907 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-30 20:01:12 [post_date_gmt] => 2017-10-30 19:01:12 [post_content] => Le spot du rire vous propose une sélection de 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année. Ces artistes-là, s'ils lancent ou poursuivent leur spectacle, valent le déplacement. Ne tardez pas à les découvrir !

Melha dans Fat & Furious

Melha Bedia cartonne. Au moment de l'écriture, il reste des places pour son spectacle pour décembre. Par conséquent, tout le mois de novembre est déjà complet. Il y a quelques mois, Melha jouait au Lieu et on vous l'avait déjà recommandée... Les mois n'ont eu de cesse d'entretenir le désir de la voir sur scène. Il faut dire que les médias s'y sont mis, eux aussi. Son passage à l'émission Quotidien a été très remarqué et apprécié. Bourrée d'autodérision, Melha est immédiatement attachante. Ses passages en plateau d'humour marchent très bien : il lui suffit souvent de vanner affectueusement quelques personnes dans le public pour conquérir un groupe d'aficionados de stand-up.

Où voir Melha ?

Melha joue son spectacle au Théâtre du Marais tous les mercredis à 20 heures. Elle est prolongée dès janvier tous les jeudis et vendredis à 21h30.

Roman Frayssinet dans Alors

Roman Frayssinet aime la concision. Le titre de son spectacle devait être Un, et je devais aller le voir ce 3 novembre pour ses débuts au 13e art. Quelques mot-dièse et polémiques #BalanceTonPorc plus tard, Gilbert Rozon a quitté la présidence de Juste pour rire. Roman Frayssinet n'a pas tardé à cesser sa collaboration avec le groupe. Désormais à nouveau indépendant, l'artiste qui est passé par un stage intensif à Montréal jouera dans une très belle salle, l'Européen. Pour le moment, le spectacle, rebaptisé Alors, se tiendra en une date unique : 22 novembre, 19h45. Comme Melha, Roman Frayssinet est passé par la case Quotidien, avec un passage de très bon aloi. Pourquoi aime-t-on Roman Frayssinet ? Pour le ton qu'il emploie lorsqu'il évoque les testicules, peut-être. C'est le genre d'humoriste que tu regardes en te disant qu'il deviendra grand. Emparé d'une magie scénique, il assène ses vannes et chaque coup frappe juste. Jugez-plutôt dans l'extrait ci-dessous.

Réécouter Roman Frayssinet sur Radio Nova, Lève toi et vanne (à partir de 30 minutes)

[audio src="http://www.nova.fr/sites/default/files/ressources/sons/LTEV_20160205.mp3" /] Si vous êtes déçu d'avoir manqué la date du 22 novembre, ne vous en faites pas ! La Nouvelle Seine accueillera l'humoriste à partir de fin janvier 2018, les vendredis et samedis à 20 heures.

Félix Radu dans Les mots s'improsent

Prenez un humoriste qui aime jouer avec les mots, Félix Radu. Apportez-lui 2 showcases parisiens avant la fin de l'année. Attendez que le quidam se rue sur les billets. Il ne faut pas grand-chose de plus pour ravir un public ! Le prix Raymond Devos pour l'Humour 2016 manie les mots à la perfection. Amoureux fou du verbe et des chefs d'œuvre littéraires, Félix Radu est habité par une folie permanente. Son énergie allie la fougue de la jeunesse et l'espièglerie du sage. Il plaît aussi bien aux enfants qu'aux seniors, comme il a pu le constater au festival Mauves de Rire. Les 2 publics ont été conquis.

Félix Radu lors du festival Mauves de Rire 2017

Intrigué(e) ? Réservez votre 17 novembre ou votre 21 décembre, rendez-vous au Théâtre du Marais à 21h30 et laissez-vous porter par un moment de poésie. En plus, vous rirez pour la bonne cause !

Crédits photo

© Betty Durieux [post_title] => Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-melha-romanfrayssinet-felixradu [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2018-08-13 10:28:50 [post_modified_gmt] => 2018-08-13 08:28:50 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2907 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 1771 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-07-03 09:00:00 [post_date_gmt] => 2017-07-03 07:00:00 [post_content] => Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection vidéo. Préparez-vous à rire à 25 images par seconde avec Tristan Lucas, Arnaud Demanche, Alex et sa Guitare, Haroun et... des fans médusés à la sortie d'un spectacle d'un de nos artistes maison !

Tristan Lucas - on peut rire de tout !

Tristan Lucas se livre en interview avant de descendre à Avignon. Une interview vérité qui nous est proposée par bonsoirbonsoir.

Roman Frayssinet a le pouvoir de vie ou de mort

Roman Frayssinet, c'est ce mec hilarant qui manque à la France et qui ravit le Québec de sa présence. Il vient tout juste de terminer une série de vidéos sur la mort, un petit bijou de comédie à consommer sans modération.

Alex et sa guitare ont besoin de vous pour vous faire rire en chanson !

Alex et sa guitare, c'est un mec qui fait passer des messages très actuels et très concrets. Les habitués du Café Oscar le connaissent très bien, puisqu'il vient de terminer son spectacle Moi, moche, j'ai mes chances. Pour continuer à nous faire rire en chanson, Alex et sa guitare sollicite votre bon vouloir : un crowdfunding presque terminé lui permettra de sortir un album, alors on partage.

Haroun se plie aux thèmes de ses fans dans Ta blague

Si Haroun rencontre actuellement le succès, ce n'est pas un hasard. L'humoriste se lance depuis peu le défi de proposer à ses fans des thèmes, qu'il reprend pour faire des blagues dans son spectacle. Très rapidement, le sujet se retrouve sur YouTube et c'est un carton. On dit bravo à cette prise de risque qui lui permet de sortir facilement de sa zone de confort... un exercice qu'il aime tout particulièrement puisqu'il a monté il y a peu un spectacle spécial élections en un temps record. Celui-ci était d'ailleurs retransmis en direct sur YouTube, le fait d'ajouter de nouvelles dates ne suffisant pas à contenir tout le public dans le Théâtre du Gymnase !

Comment c'est, au fait, un spectacle de Jean-Philippe de Tinguy ?

En chaque spectateur du "Dernier Jean-Philippe" bas un petit cœur qui doute et qui jubile >> bientôt la vidéo complète ! #microtrottoir

Une publication partagée par Jean-Philippe de Tinguy (@jeanphilippedetinguy) le

Quand on découvre notre artiste maison, Jean-Philippe de Tinguy, pour la première fois en spectacle, les mots manquent. Comme s'il nous transmettait sa prédilection pour faire comprendre les choses autrement. C'est en tout cas ce que révèle cette vidéo de teasing : un micro-trottoir où des volontaires ont accepté de dire ce qu'ils pensaient de son spectacle, avant de manquer de mots pour décrire le phénomène quasi-paranormal qu'ils venaient de vivre. Impressionnant. Et en prime, vous pouvez voir la vidéo complète de ce micro-trottoir !

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J'espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ! [post_title] => La sélection de la semaine - La mort, la liberté d'expression, l'humour en chanson [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-semaine-2 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:23:46 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:23:46 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1771 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 13 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010921 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-18 19:34:47 [post_date_gmt] => 2021-06-18 17:34:47 [post_content] =>

« Tu es courageuse. » Je l’entends de plus en plus, cette phrase. Parce qu’on part, parce qu’on dit stop, parce qu’un puissant nous empêche d’évoluer comme bon nous semble, en toute liberté. Est-ce ça, le courage ?

La censure intellectuelle s’installe à vitesse grand V. Quand Ambroise Carminati et l’équipe du podcast Une bonne fois pour toutes échange sur « Peut-on rire de tout ? » en toute indépendance, tout va bien. En revanche, dès que des intermédiaires s’en mêlent et ont peur du préjudice envers leur institution ou leur entreprise, la machine s’enraye.

Il est acceptable de réfléchir à la portée de son discours et d’assumer ses responsabilités dans toute prise de parole. Chacun doit pouvoir rendre des comptes sur ses propos, évidemment. En contrepartie, ces contraintes autorisent d’aborder tous les sujets, d’apostropher toutes les personnalités. Vous pouvez et vous devez vous permettre d’aller où bon vous semble. Tant pis si cela ne suit pas la tendance du moment, si cela offense certains…

Le « courage » de Christine Berrou, son refus de la censure et une radio sous surveillance

La chroniqueuse et humoriste Christine Berrou a dû, sous la contrainte, renoncer à sa liberté d’expression. Sa réaction du tac au tac inspire le courage. « Là où la liberté d’expression n’a pas sa place, je n’ai pas ma place non plus. » C’est un coup de tonnerre, les mots grondent, la décision est implacable.

On entrevoit aussi l’humanité d’un interlocuteur bien embêté qui cherche à calmer le jeu. Mais comment une antenne surveillée d’aussi près et une humoriste empêchée peuvent-ils exercer correctement ? Pourquoi, finalement, les puissants sont aussi désarmés face au poids des mots ?

Dans ce cas, effectivement, partir rime avec courage. Un sentiment vous envahit alors : la conviction profonde d’être du bon côté. Et pourtant, c’est vous qui devez partir ou vous taire. Cette injustice insoutenable, fatigante, nous la vivons tous dès que nous commençons à prendre du galon. Il y aura toujours une personne plus puissante pour regarder d’un mauvais œil votre ascension.

🗞️ Lu ailleurs : la réaction de Christine Berrou, recueillie par Télérama

Face à l’influence des puissants, sommes-nous à la croisée des chemins ?

Dans le même temps, notre époque hurle son besoin d’authenticité, de destitution des puissants. Élise Lucet est aussi rock qu’un Philippe Manœuvre sous coke. Pasquinade vient dire « Je me casse » à Netflix, aux GAFAM et consorts. Le public recherche la pépite artistique qui viendra les secouer, les malmener et les plonger dans une hilarité vivifiante.

C’est comme si notre époque était à la croisée des chemins. D’un côté, un sentier parfaitement aménagé mène vers une société aseptisée, sans vague (Eagleton)*. Chacun de nos faits et gestes y est évalué, consigné et surveillé. De l’autre, près d’un chemin encerclé de ratons-laveurs, des personnes suivent l’exemple de hackers berlinois qui redonnent leurs lettres de noblesse à la contreculture (Pawnee)*.

Mon humoriste de demain, je veux qu’il ait un peu de cette subversion berlinoise en lui. Qu’on ne lui parle pas de courage car on le pousse vers la sortie, mais pour ses choix artistiques audacieux validés par la profession. Au théâtre. Sur le web. À la télévision. À la radio. Partout où l’exercice de son métier est possible, en somme. Objectif : tuer l’intimidation, d’où qu’elle vienne.

Je sais que Christine Berrou continuera d’exercer son métier en toute liberté. Elle a bien trop de talent, elle va rebondir. Cela m’évoque une conversation que j’avais eue avec Roman Frayssinet et qui me porte aujourd’hui. Il venait de quitter Juste pour rire suite à cette affaire. À nouveau indépendant, il apparaissait serein, en phase avec sa décision malgré les conséquences à court terme sur sa carrière. On connaît la suite…

En contexte : un nouveau départ au cœur de la tourmente chez Europe 1

Cette nouvelle intervient alors que la station a débuté une grève vendredi 18 juin à 16 heures. Ça n’allait pas très fort chez cet acteur historique des ondes françaises. Audiences en chute libre, gouffre économique à prévoir, fin de l’émission d’Anne Roumanoff… Sans oublier bien sûr le redouté rapprochement avec CNews.

Europe 1 est donc dans l’œil du cyclone. Cela nous permet de regarder le départ de Christine Berrou sous une autre perspective. Après tout, cette station n’a pas (plus ?) le même capital sympathie qu’un France Inter. Au-delà des considérations public/privé et liberté de parole, le traitement de l’humour n’est pas le même.

La bande originale de Nagui fait un carton et renouvelle son audience avec des humoristes sélectionnés avec soin. Les humoristes sur Europe 1 n’ont pas la même exposition, on ne sait pas dans quelle émission ils évoluent, si c’est pour une pige ou bien pour plus longtemps. Qui savait que Christine Berrou officiait sur Europe 1 depuis 7 ans ? Son travail était pourtant solide, mais peu visible. Sa présence dans Piquantes ! sur Téva (oui…) était plus remarquée, c’est dire !

En résumé, si quelqu’un doit souffrir de ce départ, c’est finalement plus Europe 1 que l’humour…

Bonus track historique : l’époque des radios pirates

J’avais envie de terminer par un rappel d’une époque où les radios se battaient (vraiment) pour émettre en toute liberté. Alors qu’on célèbre les 100 ans de la radio, ce n’est pas du luxe.

Ce que j’aime aussi dans cette vidéo, c’est qu’elle a permis un changement majeur. Un YouTubeur utilisait les vidéos de l’INA. Mécontent que l’on génère des revenus publicitaires avec leurs vidéos, l’institution a empêché Ludovic B d’utiliser lesdits contenus. Heureusement, les deux parties ont trouvé un terrain d’entente et il est aujourd’hui plus simple d’utiliser des contenus qui rémunèrent chaque partie équitablement.

Que doit-on retenir de cette anecdote ? Face à un obstacle comme celui-ci (ou comme la censure en radio), des solutions existent et conviennent même à toutes les parties prenantes. Ne baissons pas les bras, l’exercice du métier d’humoriste doit se faire librement pour évoluer dans une société vivable…

*Vous avez sans doute reconnu la référence à Parks and Recreation… Si ce n’est pas le cas, allez découvrir cette série !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => À propos du courage : ode à la liberté des humoristes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => courage-censure-radio [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 12:11:40 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 10:11:40 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010921 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 13 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 6afc5227b654ad267160af9ef86a54c5 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Roman Frayssinet

Christine Berrou sur scène

À propos du courage : ode à la liberté des humoristes

Le guide presque complet du presque parfait stand-up et one man show : couverture du livre d'Étienne de Balasy

Sortie librairie : on passe au crible le guide du stand-up et one man show

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Passion de l'humour : le 33 comedy, un plateau parfait pour prendre son pied avec des blagues

Passion de l'humour : comment faire perdurer le plaisir

Underground Comedy Club : l'actu des plateaux humour

L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène

Rire original dans le monde du stand-up

Spotted : le rire le plus connu du stand-up !

Revue HAHA : newsletter humour

Revue HAHA : tout l'humour et le stand-up dans une newsletter

Roman Frayssinet au One More Joke

Un artiste, une chanson - Roman Frayssinet, The End at Pianoland

Sarah Silverman

Sarah Silverman et l'humour désintéressé

Momentum : l'état de grâce de l'artiste - Lenny

Momentum - L'état de grâce sur scène

Spectacles humour : Melha au One More Joke : l'une des femmes humoristes qui fait du stand-up

Top spot - 3 spectacles à voir absolument avant la fin de l'année

La sélection vidéo humour de la semaine

La sélection de la semaine - La mort, la liberté d'expression, l'humour en chanson