Publications liées au mot-clé : Shirley Souagnon

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => shirley-souagnon
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 390
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => shirley-souagnon
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 390
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => shirley-souagnon
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 390
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => shirley-souagnon
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 390
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 390
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 390
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => shirley-souagnon
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 390
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (390) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (390) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (390)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010847
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-05 18:54:41
                    [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41
                    [post_content] => 

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010726 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-21 09:30:58 [post_date_gmt] => 2021-04-21 07:30:58 [post_content] =>

Kémil Le Comique s’est donné une semaine pour monter sur scène et faire du stand-up à Paris. Il le raconte dans un documentaire poignant.

Kémil Le Comique : du rêve de stand-up à la réalité des comedy clubs

Comme certains férus de stand-up, j’ai découvert Kémil Le Comique dans le podcast de Shirley Souagnon au Jardin Sauvage. L’humoriste a invité ce jeune et doux rêveur à raconter son périple : venir à Paris pour jouer, sans savoir où dormir. Pour moi, l’affaire s’est arrêtée là. Ça m’a fait penser à Nordine Ganso qui se pointait à Paname pour jouer à Dimanche Marrant. Le lendemain, c’était Ouibus et retour à Bordeaux.

Aujourd’hui, je découvre la fin de l’histoire qui est finalement bien plus développée ! En effet, Kémil Le Comique ne s’est pas contenté de gratter des spots en plateau, il a délivré sur scène. S’il confesse quelques bides, il a réalisé une formation accélérée dans les meilleurs plateaux. Il a trouvé une oreille attentive et bienveillante chez l’un des gourous du stand-up, monsieur Kyan Khojandi.

Faire des premières parties de grands noms, rencontrer les personnes qui comptent vraiment dans ce milieu… Il ne s’est pas défilé, il a su parler à chacune de ces personnes en lui rappelant leurs débuts. Il flirte certes dangereusement avec le pathos, mais se sauve avec de l’autodérision et une ambition proportionnelle aux efforts fournis. Et la sagesse d’un Urbain toujours aussi caustique rend la chose plutôt hilarante !

Le stand-up à n’en plus dormir : un documentaire immanquable

J’ai adoré ce documentaire. Le rendu est très pro, l’histoire est belle et on a envie de suivre cet artiste pour la suite. Une leçon de réseautage, une prouesse presque sportive et un beau message qui tranche avec l’aigreur de certains humoristes qui ont arrêté de rêver. Et enfin, comment ne pas mentionner Tanguy : personne n’a aussi bien rendu hommage à ce passionné de l’ombre, le gars sûr du Barbès Comedy Club !

[post_title] => Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kemil-le-comique-documentaire-standup-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-04-21 09:31:04 [post_modified_gmt] => 2021-04-21 07:31:04 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010726 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1009566 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-11-16 08:40:00 [post_date_gmt] => 2020-11-16 07:40:00 [post_content] =>

Le streamer Genius a un don pour raconter les histoires, incarner des personnages et rebondir sur des anecdotes avec un beau sens comique. Aujourd’hui, je voulais revenir sur sa manière de raconter les histoires, véritable masterclass de storytelling. Si cela peut vous inspirer, c’est tant mieux ! Analyse.

Pourquoi Genius, streamer et animateur, excelle en storytelling et en comédie

Au hasard d’une recommandation YouTube, j’ai découvert un colosse du monde du jeu vidéo : Genius. Bien sûr, j’avais déjà entendu parler de lui : pour moi, c’était « le gars de Game One », la chaîne qui me faisait fantasmer quand j’étais ado.

Pourquoi je vous en parle, me direz-vous ? Eh bien, Genius a des tas de qualités comiques que je ne soupçonnais pas. Je regardais tranquillement cette rediffusion de l’émission « La discorde » consacrée aux pires anecdotes. Je ne m’attendais pas à passer un si bon moment.

Tout d’abord, comme les interventions des chroniqueurs ne sont pas rédigées en amont, la spontanéité est de son côté. Ces gens-là passent des heures à jouer devant leur caméra et à divertir autour de tous les sujets. Ils développent donc quelques réflexes en matière de repartie.

Comme l’explique Jiraya dans une autre vidéo (le gars au bonnet pour ceux qui n’y connaissent rien en streaming), Genius a un côté sniper, à la Laurent Baffie. On retrouve en effet cette attitude féline à rebondir instantanément dans la discussion, pour sortir la blague ou l’anecdote qui fait mouche.

L’anecdote de la Corée : commentaire de texte (et de jeu)

En parlant d’anecdotes, les commentaires de la vidéo sont unanimes : l’anecdote de Genius en Corée (dès 1:41:15) est un petit bijou. On retrouve là un zeste de Pierre Thevenoux avec les ingrédients « alcool » et « bagarre », mais pas seulement. Pourtant, tout commençait mal. Ses collègues survendent l’anecdote, ce qu’il ne faut jamais faire comme vous le savez. Apparemment, Genius est lui aussi au courant, car il contre-attaque directement. Calmez-vous, les groupies : laissez-moi faire le job.

Après ce moment d’agitation, il pose calmement la situation. Le silence, que l’on entend (sic !) souvent de manière magique dans les salles de spectacle, s’installe et vient porter la parole de Genius. Le rythme s’étant calmé, il est temps de commencer à créer de la drôlerie. L’amorce : un moment d’autodérision autour de l’année 2009, habile car il rappelle qu’aujourd’hui, il gère son affaire comme un chef. Il ne s’apitoie pas sur son sort et conserve ainsi son aura.

Genius ou la maîtrise du rythme comique

Ensuite, il enchaîne avec une fausse interaction pour savoir si son auditoire partage sa peur de l’avion. Fausse, car il pose sa question au milieu de la phrase, et l’on comprend que ce n’est pas le moment de l’interrompre. L’audience se sent incluse et, pour autant, reste bien tranquille.

Dès qu’il apporte une nouvelle information, il assène deux-trois vannes qui démontrent à quel point l’anecdote va être marrante. L’ensemble va crescendo, tandis que le public, tenu en haleine, se réjouit d’avance de se marrer comme il se doit.

Quand il est interrompu, Genius n’hésite pas à mimer et à ajouter quelques blagues. Lorsqu’il apporte une information supplémentaire, il la répète juste assez pour qu’on la retienne sans devenir lourdingue. Il y a du mime, du clown, qui apportent un truc en plus à l’histoire racontée : le tout est parfaitement dosé, équilibré.

Des rires et un copilote

Genius peut aussi compter sur sa complicité avec Jiraya, qui rebondit sur l’anecdote tout le long. Le ping-pong entre eux s’apparente à une session d’écriture, où chacun parvient à repousser les compétences comiques de l’autre. Au bout de 3 minutes, l’animateur est en larmes. Et ce n’est que le début ! Cela signifie que Genius doit tenir en haleine sur la durée après avoir très rapidement créé une atmosphère comique destructrice pour les zygomatiques.

Autre bel atout : comme Genius raconte souvent cette anecdote, il parvient à apporter des éléments supplémentaires. De fait, des gens comme Jiraya qui la connaissent déjà rient doublement. Ils riaient déjà pour les blagues qu’ils connaissaient, et la surprise de découvrir quelque chose de nouveau est encore plus jouissive. Pour voir certains spectacles et sketches plusieurs fois, je peux vous assurer que l’effet comique est décuplé, la surprise de la nouveauté comptant davantage encore que la qualité de la blague.

Pour conserver l’intensité comique après avoir fait pleurer de rire, Genius n’a plus qu’à répéter l’opération. Il enchaîne les mimes, les nouvelles informations, les métaphores et comparaisons inspirées (Verdun…).

Genius amuse la galerie dans un environnement particulier… mais il en tire profit !

Il faut préciser que mimer une bagarre alcoolisée assis sur un plateau, c’est quand même technique (et ça crée de l’hilarité, car la manière de le faire est absurde car on ne se bat pas assis).

Il faut aussi dire que l’enchaînement des péripéties « dans la vraie vie » aide grandement à construire l’intrigue. Les circonstances vont dans le sens de Genius, mais sans une vraie faculté à faire rire, à jouer et à raconter les histoires, il ne tirerait pas grands rires de cette anecdote.

L’histoire ne dit pas si Genius peut faire rire sur scène dans des conditions réelles. Cela étant, on constate une recrudescence dans les vidéos d’anecdotes sur YouTube, qui mêlent parfois vidéastes et comiques. En juillet dernier, McFly et Carlito avaient en effet invité, entre autres, Paul Mirabel et Shirley Souagnon. Preuve que ce mélange des genres fait des émules…

Crédits photos

© LeStream Replay - captures d’écran YouTube

[post_title] => Masterclass de storytelling : Genius régale ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => genius-storytelling-masterclass-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-12 14:16:25 [post_modified_gmt] => 2020-11-12 13:16:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009566 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 10237 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-21 08:39:00 [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00 [post_content] =>

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

https://player.acast.com/calme-toi-bernard/episodes/confine-toi-bernard-jour-34-nos-conseils-seduction

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 7281 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-03 10:09:01 [post_date_gmt] => 2019-11-03 09:09:01 [post_content] =>

Samedi 2 novembre, Louis Bolla enregistrait son podcast le Journal de la Guebla, que nous relayons depuis les débuts. Avec une différence capitale : il le faisait en live au Barbès Comedy Club aux côtés d’humoristes reconnus.

Soyez au rendez-vous pour la deuxième édition de ce podcast ! On vous le recommande, les discussions était très intéressantes et Shirley Souagnon a une repartie inégalable !

Le Journal de la Guebla spécial MC

Imaginez un podcast qui débute avec la bande du 33 Comedy, et qui s’achève avec une nouvelle fracassante pour le stand-up. Je n’avais pas du tout idée que cela serait aussi fourni en invités. En cela, l’émission était semblable au podcast live de Shirley Souagnon, Vivement dimanche avec Michelle Drucké. Entre parenthèses, ce podcast revient le 21 décembre !

En attendant la sortie du podcast, je voulais ainsi saluer la performance de Louis. Quand Shirley Souagnon lui a proposé de faire son podcast, sur un live Instagram, ça s’est fait très rapidement. Il a su s’adapter à la programmation, proposer un concept inédit en interrogeant les MC, ceux qui font la chauffe et gèrent les plateaux d’humour.

Mieux encore : son stress initial s’est vite évaporé pour laisser place à des questions intéressantes. Je suis ravie de l’avoir vu se révéler à ce moment-là et tenir un show deux heures durant, avec des humoristes de tous niveaux. Interviewer Ghislain Blique, puis Redouanne Harjane et Sebastian Marx n’est pas chose aisée ; solliciter le public pour des questions était aussi couillu, donc bravo Louis.

Mention spéciale à son audace : commencer son interview des gars du 33 Comedy par le bonnet de Jean-Patrick, aka Je suis lapin. J’étais en PLS, c’est un peu comme dire Voldemort, c’est ultra-transgressif ! Je n’aurai pas osé, voilà, c’est dit. Et revenir à l’ambiance de la Grange, qui me manque beaucoup aussi, c’était nécessaire.

PS : Antek reviendra bien au 33 Comedy dès qu’il aura terminé de jouer dans cette pièce de théâtre. S’il vous manque, allez là-bas !

L’invité surprise, Joseph Roussin, surprend tout le monde

Joseph Roussin, vous le connaissez peut-être mieux comme Détective Froussin. En fin de podcast, il prenait donc le micro et la première question a failli me faire tomber de ma chaise.

Les gars, Joseph Roussin… C’est difficile, asseyez-vous. Joseph… Roussin… Oh, je ne vais jamais y arriver. Bon, allez, courage !

Joseph Roussin arrête le stand-up.

La bonne nouvelle, c’est qu’il va proposer de nouveaux projets ! Vous en saurez plus en écoutant le podcast. En attendant, vous pouvez vous rassasier avec le retour de Calme-toi Bernard (Ghislain n’y est plus, mais il explique pourquoi dans le Journal de la Guebla et ça peut évoluer). Vous avez aussi le podcast de Seb Mellia, dont le prochain épisode sort aujourd’hui !

[post_title] => Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => journal-guebla-podcast-live-louis-bolla [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-05 10:03:24 [post_modified_gmt] => 2019-11-05 09:03:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7281 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 7141 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-14 17:00:51 [post_date_gmt] => 2019-10-14 15:00:51 [post_content] =>

L’humour à Paris continue d’être bouillonnant. Voici nos conseils de sorties humour incontournables pour profiter au maximum de votre mois d’octobre, en plateau d’humour ou en spectacle !

Parmi les sorties humour incontournables, voici les late shows et podcasts en public

Vous voulez voir des humoristes se marrer entre eux, et jouer à des jeux moins bizarres que Vendredi tout est permis ? Pour cela, suivez les actualités de Seb Mellia et Tania Dutel.

Seb Mellia…

Seb Mellia organise le podcast 4 comiques dans le vent, mais à contresens au République. Vous n’avez pas de place pour le prochain rendez-vous du 20 octobre ? Attendez quelques jours ou semaines de plus, vous le retrouvez sur YouTube !

Pour l’avoir vu en live, c’est tout de même un événement à faire en vrai. À 5 euros l’entrée, ça vaut vraiment le coup. On ne conseille pas forcément de le faire à chaque fois, parce qu’il faut être sûr d’être disponible tant les places partent vite et vous ne savez pas forcément la programmation quand vous réservez… Si vous suivez assidument Seb Mellia, on vous conseille l’alerte BilletRéduc — vous serez averti dès l’ouverture de la billetterie…

…ou Tania Dutel ?

Tania Dutel invite quant à elle Noman Hosni et Yacine Belhousse au Jardin Sauvage. La réservation est gratuite, et vous mettez ce que vous voulez au chapeau. Il reste encore des places à l’heure où on publie ces lignes… Ce n’est pas un podcast, donc vous devez venir pour vivre la soirée. La soirée est plus variée qu’une conversation : les jeux sont assez marrants, comme on a pu le constater lors de la première au One More en live.

Parmi les sorties humour incontournables, les plateaux de tests : le Laugh Steady Crew fait des émules

Vous vous souvenez de l’anniversaire du 33 Comedy ? C’était tout simplement trop bien. Vous auriez aimé le vivre, mais vous aviez manqué la soirée ?

30 octobre - Laugh Steady Crew édition anniversaire

On a la solution : le Laugh Steady Crew organise son anniversaire le 30 octobre ! L’ambiance devrait être similaire au Bar à Bulles, à côté du Moulin Rouge. On avait décrit ça avec le mot suavemente les copains, mais ça va être plus fort encore.

Pourquoi ? Parce qu’ils invitent, entre autres, Alexandre Kominek. Souvenez-vous du rencard avec un bâtard sensible ou du podcast de Rosa Bursztein… Avec tout ça, cette soirée risque d’être inoubliable.

Dernier truc génial : le jeu-concours pour vivre une expérience encore plus agréable au Sacré Frenchy !

https://www.instagram.com/p/B3d_R1EAg7k/

Tous les mercredis - After Work Comédie

Offrez-vous un before une semaine avant à l’After Work Comédie ! Cette ancienne scène ouverte du Jardin Sauvage évolue ! Shirley Souagnon chapeaute les créations des artistes sur scène et la sélection devient plus relevée. Qui est responsable de ce changement ? Probablement les gens comme Manu Bibard qui commentaient sur le groupe secret et qui ne jouaient finalement pas. On cite Manu pour le vanner, mais au final, la dérive atteignait de nombreux humoristes ! Lucie Carbone reste aux commandes de ce plateau, qui propose aux humoristes de parler de sujets d’actualité en trois minutes inédites.

Tous les mercredis - L’Entre-potes Comedy Club

Le mercredi, c’est définitivement le jour du test. On y sera cette semaine pour une soirée roasts. Les roasts, ce sont des clashs et apparemment, ces roasts seront thématiques ?

C’est confus dans votre tête ? Nous aussi ! C’est pour ça que l’Entre-potes Comedy nous intrigue… D’autant plus que les premières éditions au Soleil de la Butte ont satisfait les nombreux humoristes.

Les plateaux d’humour sont souvent des lieux où les humoristes jouent en solo… Alors l’Entre-potes essaie d’amener l’ambiance de troupe qui rend l’improvisation conviviale ! Il y a même des capitaines d’équipe qui contribuent encore plus à l’émulation de base.

J’ai croisé Clovis, l’organisateur. Le mec a présenté son concept aux comiques avec des PowerPoint. Il est au taquet, si bien qu’on en a déjà parlé. On a hâte de vous raconter ça après l’avoir vu, mais on sait déjà que ça va être cool !

Le mercredi, c’est verrouillé…

Du coup, ça fait beaucoup de plateaux à voir le mercredi. Le pire, c’est qu’il y a aussi La grosse marrade ! Ça a l’air dingue, ce plateau géré par Hugo Muzelle où Thibaud Agoston a ses habitudes… Hâte de voir ça en vrai, mais à ce rythme, on va avoir du mal à se détripler.

Parmi les sorties humour incontournables, deux spectacles pour crâner : Tahnee et Paul Mirabel

On devait les voir depuis longtemps, on va rattraper un retard de plusieurs mois ! Tahnee commence à émerger comme une voix du stand-up qui compte. On a hâte de voir sa bonne humeur intégrée à un spectacle qui nous fera sans doute réfléchir, mais surtout rire !

Quant à Paul Mirabel, son aura sur scène nous intrigue. Souvent, on l’a vu brièvement et dans de très grandes salles. Alors imaginez notre bonheur de le voir très bientôt dans l’écrin intimiste de la Petite Loge ! Pour avoir vu le spectacle de Ghislain Blique juste après (il est super), on a pu voir les spectateurs sortir du spectacle de Paul. Ils avaient l’air conquis. Un bon signe, que vous ajoutez aux avis positifs de la presse et aux passages convaincants de Paul en plateau… Ça devrait être génial aussi, comme tous les spectacles qu’on recommande, d’ailleurs !

En résumé

Voilà un aperçu des belles soirées qui nous attendent dans cette dernière quinzaine d’octobre… Et vous, quelles seront vos sorties humour incontournables ?

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou

[post_title] => J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sorties-humour-incontournables [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-14 17:16:18 [post_modified_gmt] => 2019-10-14 15:16:18 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7141 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6962 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-09-27 17:30:08 [post_date_gmt] => 2019-09-27 15:30:08 [post_content] =>

Lundi dernier, le One More Joke reprenait du service au Jardin Sauvage, la péniche du quai d’Austerlitz. Pour l’occasion, les fondateurs nous ont réservé quelques surprises. — Par Louis Bolla

Les organisateurs du One More Joke sont ainsi revenus le 23 septembre dernier au Jardin Sauvage. Ils lançaient alors leur saison de blagues. Car ce plateau va continuer de changer de lieux pour vous faire rire ! Géré par Certe Mathurin, ce plateau a connu une courte pause depuis janvier. Les habitués se contentaient alors de quelques dates occasionnelles. Pour son retour, la soirée affichait complet. C’est le fruit du travail des frères Antoine et Hugo Rapin, coproducteurs, et de Camille de Langlais, qui chapeaute la communication et la logistique.

Pour ma part, j’assistais à cet événement pour la première fois. Arrivé à 19 heures, je comprends que le début du show est dans une heure et que ma marche rapide a été aussi utile qu’une doudoune en plein été. Quelques personnes sont déjà présentes et je les soupçonne d’être des habitués. Ou alors, ils avaient prévu le coup. Tout le monde se regroupe à l’entrée de la péniche pour écouter le musicien qui se produit jusqu’au début du spectacle.

La particularité du One More au Jardin Sauvage

Le son Morning in Japan du français Fakear marque le début des hostilités. Les gens tapent dans leurs mains automatiquement, ils comprennent ce qui se joue : « Messieurs-dames, préparez-vous à rigoler ! ».

L’animateur, toujours Certe Mathurin, entre en scène pour présenter le déroulement de la soirée. Dès le départ, il annonce une surprise : ses potes humoristes Sam Blaxter, Gabriel Francès et Romain Barreda ont écrit une chanson. Sans prétention, et avec la banane, ils débarquent sur scène sous les applaudissements du public. Ils amorcent ainsi le début de saison avec un rap conscient et dénonciateur — rassurez-vous, c’est une blague.

La programmation défile ensuite : Doully, Louis Dubourg, Rémi Boyes, Shirley Souagnon, Panayotis et Certe Mathurin. Au moment d'annoncer le dernier invité, une deuxième surprise nous prend tous de court. Gabriel Francès montera finalement sur scène à la place de Djimo. Ce dernier, trop lent pour certains et indisponible pour d’autres, n’a pas pu venir.

Enfin, le One More Joke est une expérience qui ne se limite pas qu’au plateau d’humour. L’accueil musical annonçait la couleur de la suite de la soirée. Pour clôturer la soirée, les frères Rapin entraient en jeu pour l’habituel blind test du One More. À les entendre, seuls les courageux restent à cette étape de l’évènement. Un peu timide pour révéler si oui ou non c’était ma première participation, je suis donc resté discret et me suis niché au fond de la cale du bateau.

One More ?

Cette année, ce célèbre plateau de la capitale change de fréquence. Le rendez-vous n’est donc plus hebdomadaire mais mensuel. Cette nouvelle formule ne signifie toutefois pas une charge de travail moins dense. Les concepts changent également entre deux dates et le plateau s’exporte.

La prochaine date, prévue en octobre, est un stand-up caché. Concrètement, le lieu et le line-up ne seront révélés qu’au dernier moment aux spectateurs. Autre événement : en novembre et janvier prochain, le One More se déplacera respectivement à Bordeaux et Bruxelles.

Signalons enfin une autre nouveauté assez innovante : le partenariat entre la marque et la société de livres audio et de podcasts Audible. Vous pourrez retrouver chaque édition du One More Joke en podcast avec des bonus et des chroniques en supplément ! Toutes les infos seront sans doute communiquées sur le tout nouveau site internet du One More Joke.

Le One More signe donc sa rentrée avec succès en imposant son concept et sa vision de l’humour français.

Crédits photo

© Bazil

[post_title] => One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-jardin-sauvage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-02 16:56:10 [post_modified_gmt] => 2019-10-02 14:56:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6962 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6699 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-01 09:00:24 [post_date_gmt] => 2019-09-01 07:00:24 [post_content] =>

La rentrée humour, c’est la seule que l’on attend avec impatience. Quand l’école est un traumatisme ou que votre travail vous donne envie de claquer la porte, la comédie est là pour vous sauver.

Raison #1 de kiffer la rentrée humour : le dynamisme des comedy clubs

Vous l’avez sans doute entendu ces derniers mois : Shirley Souagnon veut révolutionner le monde des plateaux. Pardon, comedy clubs. Car si nous ne faisons pas vraiment la distinction aujourd’hui, tout va bientôt changer.

Plateau d’humour vs. comedy club : il va falloir faire la différence !

Pour rappel, un plateau d’humour correspond à un spectacle d’humour avec plusieurs humoristes. Un comedy club, c’est un lieu dédié à l’humour. Vous y retrouvez donc plusieurs plateaux d’humour sur une même semaine, voire sur une même journée.

Le (Jamel) Comedy Club répond partiellement à cette appellation, parce que le nombre de spectacles y est faible. En revanche, le Paname Art Café a su s’ériger en comedy club avec des spectacles qui commencent en début ou fin d’après-midi et qui vont jusqu'à 1 heure du matin. Tous les jours de l’année, même les jours fériés.

À la rentrée, Shirley Souagnon va dévoiler la transformation complète du Jardin Sauvage. La péniche du quai d’Austerlitz a connu un très beau développement cette année avec des scènes ouvertes et des plateaux plus confirmés. Le tout permet à de nombreuses personnes de jouer en français et en anglais.

Dans le même temps, elle va ouvrir un comedy club à la Goutte d’Or, à mi-chemin entre la rue d’Oran et de la rue Léon. Elle explique le tout à la fin de ce podcast (cherchez le logo du spot du rire pour retrouver sa promotion ;-)).

En plus de cela, les plateaux humour qui ont cessé d’accueillir du public cet été vont reprendre de plus belle en septembre. La transition est parfaite pour vous présenter la suite…

Raison #2 : le renouvellement du Laugh Steady Crew

On aurait pu être triste de voir des figures comme Aude Alisque et Manu Bibard s’émanciper du Laugh Steady Crew. Mettons de côté notre nostalgie : la saison 2019-2020 va marquer les esprits. Réservez pour être sûr d’y assister !

Avant cela, un mot sur la photo qui illustre cet article. Elle remonte au premier soir où j’ai assisté au plateau. Ce devait être la dernière soirée de la première saison. Nadim était l’invité du LSC, et j’étais là pour lui et sa trottinette. Depuis j’ai appris à apprécier la troupe autant que les invités. Revenons à aujourd’hui.

Commençons par les gagnants de l’Open Mic de la saison dernière. D’abord, le Gang des Bonnets composé d’Audrey Jésus et de Di Mambro intègre la promotion. C’est un vrai tour de force pour la troupe d’humoristes : sur la scène actuelle, en effet, ils ont une sacrée cote.

Si on parle moins d’elle, je peux vous dire qu’on me vend Anissa Omri en coulisses comme une future pépite. J’aime beaucoup ce qu’elle fait, et j’attends de voir cette tendance confirmée. Je suis comme Saint-Thomas, je dois en avoir le cœur net. La bonne nouvelle, c’est que l’exercice du test est parfait pour progresser rapidement. Un terrain de jeu qui conviendra également à Mahaut, bientôt en spectacle à la Petite Loge et qui pourra bénéficier d’un public plus large. Un exercice auquel elle a déjà pris part en passant par Le Meilleur Podcast d’Arezki Chougar cet été !

Des découvertes et des humoristes confirmés

Le Laugh Steady Crew, c’est aussi une émulation. Pour permettre à chacun de s’élever, il faut quelques humoristes qui ont de la bouteille. Dans le domaine, Hugo Gertner et Loïc Fontaine répondront présents. Ancien auteur du côté de chez Canal+, Hugo Gertner pourra s’en donner à cœur joie sur les thèmes imposés. Loïc Fontaine joue son spectacle depuis plusieurs années. Passé par le Théâtre la Cible en 2016, il a ensuite attiré un public plus large au Sentier des Halles ou au BO Saint Martin.

Enfin, certains auront l’avantage de connaître la maison : Avril et Pierre DuDza. On attendra nécessairement plus d’eux que l’année dernière. Bonne nouvelle pour eux : leur progression de l’an dernier et leur laboratoire de blagues, les Ouais Ouais Ouais, vont les y aider. Sans compter le spectacle à venir d’Avril à la Petite Loge. On vous en parle bientôt !

Raison #3 : les nouveautés des petites salles en cette rentrée humour

Eh oui, encore une transition parfaite en cette rentrée humour. Comme chaque année en septembre et en octobre, la programmation des théâtres évolue. Pour mieux vivre ce chamboulement, Le spot du rire vous propose un dispositif d’envergure.

Raison #4 : 1 jour, 1 reco, pour y voir plus clair dans la nouvelle génération humour

C’est du jamais vu sur le site : du 2 au 27 septembre, nous vous proposons la rubrique 1 jour, 1 reco. Du lundi au vendredi, à 10 heures, vous pourrez ainsi découvrir un spectacle à voir en cette fin d’année.

On est très fier de vous proposer cette nouveauté, qui amène une nouvelle supplémentaire !

Raison #5 : Le spot du rire plus mobilisé que jamais dès cette rentrée humour

Nous vous parlions de reconversion en tout début d’article… Ce n’est pas anodin. Cela fait plus de 5 ans que je navigue dans un monde très différent de l’humour. Et justement, l’humour a eu raison de ma vocation première.

Aller voir autant de spectacles et croire que l’on va pouvoir continuer à mener deux vies professionnelles, cela ne dure qu’un temps. J’ai fait un peu comme Sophie Bergeot (cf. Le Meilleur Podcast #21), et aujourd’hui, Le spot du rire est ma seule occupation.

Je vais bénéficier d’un accompagnement pour augmenter la portée de ce média humour. Car comme Shirley souhaite le faire en professionnalisant les plateaux, je veux aussi transformer cette activité pour la rendre pérenne.

Dans l’immédiat, on va vous proposer plus de contenus et on commence avec le retour des interviews. J’ai réussi à dénicher des rédacteurs passionnés, qui ont tous au moins rendu une production de qualité. Parmi elles, la présentation du festival de Concarneau, prévu en octobre. C’est pour moi essentiel de varier les points de vue, car ce que j’aime n’est pas forcément ce que vous appréciez. Plus les avis divergeront, plus il y aura de chances que nos recommandations vous parlent.

Pour le moment, tous mes rédacteurs sont des hommes et c’est dommage car j’ai vraiment besoin de diversifier tout ça. C’est l’un des nombreux axes de travail qui nous attend.

D’ici-là, bon retour en plateau d’humour et dans les salles de spectacle !

Et vous, pourquoi attendez-vous la rentrée humour ?

Dites-nous tout ! Qu’avez-vous envie de voir ou de retrouver en priorité ? ;-)

Crédits photo

© Laugh Steady Crew

[post_title] => 5 raisons de kiffer la rentrée humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-2019 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-01 09:15:41 [post_modified_gmt] => 2019-09-01 07:15:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6699 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5166 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-20 21:20:08 [post_date_gmt] => 2018-09-20 19:20:08 [post_content] => La Topito Open Mic Night était le moment phare de mon Debout Paris Festival. Comment mieux rendre un hommage au stand-up qu’avec une scène ouverte ? Le discours d’ouverture d’Urbain était juste  : aller à ce type d’événements, c’est ce qui fait tourner la machine. Voir aussi : Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane Les scènes ouvertes sont une épreuve. Chaque humoriste va prendre le micro quelques minutes, 3 ce soir-là. Le contrat initial est identique, mais les artistes ne vont pas tous vivre la même soirée !

Topito Open Mic Night : les têtes d’affiche des découvertes

Il y a ceux qui jouent partout et qui apprennent sans relâche, comme Brahms. La prestation est alors impeccable. Autre humoriste à avoir bien travaillé ces derniers temps : Paul Mirabel. Selon Urbain, c’était le meilleur de la soirée. Il gagne donc le droit de jouer une nouvelle fois pour Topito le 26 septembre. Ce mec est drôle, mais ses thèmes pourraient être plus originaux. La différence  : il les traite avec des angles inattendus et un jeu impeccable.

Les outsiders : Anne Dupin et Cyril Hives

Dans un autre style, Anne Dupin et Cyril Hives provoquent les rires facilement. Il font sans nul doute partie de la nouvelle génération d’humoristes. Anne m’épate de plus en plus. Avec le Laugh Steady Crew, elle a fait un sacré pas en avant depuis les tremplins Jeunes Talents Cible, remportés par Nadim. Elle avait déjà ce grain de folie qui la distinguait des autres nouveaux. Depuis, elle a gagné en précision et en originalité. Cyril Hives maîtrise son stand-up. J’aime beaucoup ses prestations inattendues, même si parler de YouPorn devient assez récurrent. Je l'ai trouvé meilleur lors de la première partie d'Adrien Montowski. La raison : la limite de temps corse les jeux habituels...

Les bides (plus ou moins cruels)

Les passages manqués étaient de différentes natures. Parfois, le public ne comprenait pas où l'humoriste voulait en venir. Autre cas : l'une des humoristes tentait sa première scène. Une épreuve très difficile pour elle : elle a malheureusement perdu pied, l'émotion la submergeant. J'espère qu'elle y retournera pour comprendre que le public ne la rejetait pas en tant que personne. En réalité, il n'arrivait pas à rentrer dans son univers par manque de détail et de profondeur dans les thématiques. En plus, avec 30 humoristes sur scène, les humoristes qui passaient vers la fin vivaient des minutes très difficiles. Les derniers ont été même réduits à jouer 2 minutes. Un rien ! À chaque fois, la sentence était la même : une chanson de Patrick Sébastien. Elle me faisait sursauter à chaque fois, c'est toujours un vecteur de tension. Les enseignements de la soirée, c'est que les vannes clichés ne prennent plus. Certaines exagérations trop grandes (une femme ment sur son poids : multipliez-le par 7 pour avoir le vrai chiffre...) n'ont pas fait mouche. Les filles sur scène étaient généralement célibataires, les garçons ghostés sur les sites de rencontre. Cherchez l'erreur !

Topito Open Mic Night : le mot de la fin

Urbain a passé la soirée à nous inciter à applaudir et soutenir. Le public oublie ou ignore à quel point la scène est un saut dans le vide. Le bide, c'est ce qu'il se passe quand le parachute ne fonctionne pas comme prévu. Très formateur, cela dit : il purge ainsi les mauvaises vannes au profit d'un succès futur. Shirley Souagnon, initiatrice du festival, est venue soutenir les artistes de la scène ouverte de Topito en coulisses. Preuve que cette soirée n'était en rien anecdotique. [post_title] => Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-topito-open-mic [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5166 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5163 [post_author] => 11 [post_date] => 2018-09-20 19:04:29 [post_date_gmt] => 2018-09-20 17:04:29 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Imaginé par la polyvalente humoriste et productrice Shirley Souagnon, le 1er festival 100% stand-up en France a vu le jour le week-end du 14 au 16 septembre. On retrouve également Jessie Varin, directrice artistique de la Nouvelle Seine, à l’organisation. Le tout pour nous permettre de passer ces 3 jours sous le signe du rire, il n’y a pas mieux en astrologie. Voir aussi : Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night 3 jours, 3 péniches (le Flow, la Nouvelle Seine, le Jardin Sauvage), plus d’une vingtaine de shows, documentaires, ateliers-rencontres et expos. Tout ça avec du beau temps de la bonne humeur… et un peu d’alcool comme dans tout festival qui se respecte, et le départ est donné.

Premiers pas à Debout Paris

Sur les quais de Seine règne une ambiance légère. Les touristes prennent des photos, se pressent près de Notre-Dame, mais j’ai le sentiment que tous rateront l’essentiel. Malgré un drapeau « Debout Paris » planté devant l’entrée de la Nouvelle Seine tout le week-end, la plupart y adresseront un regard furtif avant de retourner à leurs selfies. Je peine à y croire. C’est comme ouvrir un vieux placard, fouiller dans les vieux manteaux, sentir la fraîcheur de la neige… et le refermer sans se rendre compte qu’au bout il y a Narnia. Blague à part, aujourd’hui je tâte toujours le fond des armoires… on ne sait jamais ! Le festival débute par un atelier-rencontre sur le thème de la professionnalisation du « stand-up » en partenariat avec la SACEM. Un public jeune, amateur de stand-up et en quête d’informations s’y rend. On ne se connait pas mais on partage tous la même passion. J’ai l’impression de rencontrer une famille éloignée que je n’aurais jamais vu. La conférence, animée par des professionnels du milieu, portera sur des zones d’ombres du métier d’humoriste. Droits d’auteur et gestion de la communication sont ainsi au centre du débat. On écoute, on apprend, on sourit, on échange. Le décor est ainsi planté : discussions intéressantes, ambiance bienveillante, du partage et du rire. Le premier événement sera donc à l’image du festival : drôle, sympathique et chaleureux.

Les documentaires : du stand-up sur grand écran

Quand on aime le stand-up, on aime en voir, parfois en faire, mais on aime aussi tout le contenu qui l’entoure : podcasts, interviews, documentaires. À ce niveau-là, le Debout Paris Festival va nous combler. Samedi 15 septembre, c’est séance ciné. 5 euros le documentaire. L’occasion de payer pour du contenu gratuit que j’avais déjà vu. Stupide à première vue, mais j’avais l’impression de soutenir les artistes de cette façon. Du coup, 15 euros pour les 3 documentaires, soit le même prix que pour un nouveau Star Wars en 3D... sauf que là, il y a un scénario. Cependant, on n’a pas la 3D. Mieux : on a la 4D : les humoristes/réalisateurs sont disponibles pour des questions à la fin des projections. Ambiance conviviale et intimiste. Pas de salle comble, à croire que tout le monde préfère manger du pâté au festival de la bouffe du sud-ouest en face sur les quais. Festival où François Hollande (l'Andy Kaufman français), pourtant un des meilleurs stand-uppers actuels, a préféré passer. Personnellement le programme des documentaires me faisait plus saliver : On vous conseille naturellement d’aller regarder chaque documentaire. Chacun est bien différent des autres et aborde le stand-up sous différents angles.

Visionnez les documentaires stand-up !

Dans le premier, Shirley Souagnon explique ce qu’est le stand-up pour un public non initié et nous parle de son évolution en France lors de ses dernières années, notamment à travers ses échanges avec ses collègues humoristes. On pourra apprécier les vidéos en backstage avec le ressenti des artistes pris sur le vif.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU"][vc_column_text]Le deuxième nous fait voyager et découvrir le stand-up dans de nombreux pays (Russie, Allemagne, Angleterre, Etats-Unis, Belgique, Canada…). Yacine Belhousse parcourt le monde et à travers des entretiens avec des humoristes locaux, on découvre l’aspect universel de l’humour. On pourra apprécier la découverte des différentes cultures de l’humour, selon les pays, qui parviennent toutefois à se réunir autour du stand-up. Swann Perissé part à la recherche de l’humour engagé dans le troisième. A l’instar d’autres humoristes dont elle croise le chemin, elle cherche à mettre dans son texte ses convictions personnelles. Elle rencontrera des comédiens qui, parfois malgré les risques liés aux contraintes politiques ou religieuses, prennent position ou dénoncent, toujours avec humour. On pourra apprécier l'observation des réflexions de Swann et son évolution au fil du documentaire.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=NFrbfwqRvuQ"][vc_column_text]

Le podcast, pour entendre parler stand-up, en live

Le podcast c’est ce format que j’aime tant pour sa capacité à être écouté n’importe quand : en courant, en faisant les courses, dans les transports, en travaillant… Alors assister à un podcast en live ça peut paraître absurde, mais quand c’est pour « Donc Voilà Quoi » on n’hésite pas et on vient. « Donc Voilà Quoi », c’est le podcast de Sebastian Marx. Un humoriste américain qui reçoit à chaque épisode ses « potes comiques » pour parler notamment de leur parcours, leurs actualités et évidemment pour parler stand-up. Ce dimanche 14h, nous ne sommes que peu dans la salle, pourtant la liste des invités est élogieuse, ils sont 3 et demi pour l’occasion : Marina Rollman, Yacine Belhousse ainsi que Jason Brokerss et sa fille, qui déjà jeune, manie mieux le micro que le hochet. [audio src="http://traffic.libsyn.com/doncvoilaquoi/Podcast_Debout_Paris_Final.mp3" /] L’épisode a fini par sortir à la mi-novembre et je vous conseille fortement de l’écouter. La discussion a porté sur la manière donc chacun aborde le stand-up, l’écriture des blagues ou encore une partie sur la créativité qui était plus qu’intéressante. Parsemés de petites touches d’absurde, dont la présence de Yacine Belhousse n’a rien d’innocente, les échanges étaient vraiment instructifs. J’ai hâte de pouvoir le réécouter. De plus, la valeur ajoutée du live a permis une partie « questions du public » qui réserve quelques pépites.

La crème des plateaux d’humour

L’objectif du festival était notamment de montrer en un week-end ce qu’est le stand-up. Pour ça, le meilleur des plateaux de Paris était réuni. Je n’ai pas pu tous les faire, mais ceux auxquels j’ai assisté étaient au top. Les artistes, de haut niveau, ont fait un sans faute sur scène, et le public pas toujours constitué d’habitué fut à chaque fois conquis. Tout ça pour finir en apothéose au gala de clôture. Dans une ambiance pétillante et posée que Shirley Souagnon sait installer à la perfection, la salle comble sera la dernière vague de rire du week-end dans ce raz-de-marée de stand-up. Vagues sur lesquelles les humoristes de talent ont surfé et éclaboussé les spectateurs. Les blagues ont ricoché pour ne jamais nous retirer ce rire qui a inondé les salles à en faire couler les péniches.

Un gros merci et à l’année prochaine

Un condensé de rire, d’émotions et de partage en un week-end. On n’en attendait pas tant pour une première édition. La disponibilité et la simplicité des artistes ont créé une atmosphère chaleureuse et magique lors de ce festival. Il ne manquait plus qu’un camping pour pouvoir accueillir, à l’instar de certains festivals musicaux, des provinciaux plus facilement. Enfin, je voulais remercier Shirley Souagnon, Jessie Varin ainsi que tout ceux qui ont participé à l’organisation et à la bonne tenue de ce festival. J’avais prévu de faire un tour au festival de l’huma pendant le week-end… je n’ai pas pu. L’ambiance de Debout Paris m’a poussé à rester. Merci également à la Nouvelle Seine, que j’ai squattée tout le week-end, et toute son équipe pour leur accueil bienveillant. Je vous conseille par ailleurs d’y faire un tour, les spectacles sont souvent de qualité et la scène est magnifique. De plus, l’expérience « péniche » qui tangue et vous berce durant les shows offre des sensations atypiques. J’ai peut-être l’écriture optimiste sur cet article mais c'est tel que je suis. Et il n’y a objectivement pas grand-chose à redire sur ce festival. C’est mieux que Narnia en fait. Du coup, la seule pensée qui me vient en partant c’est : vivement l’année prochaine !

Crédits photo

© Christine Coquilleau / La croisière s'amuse au Jardin sauvage[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-festival-succes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:52 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:52 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5163 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 4420 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-15 21:25:56 [post_date_gmt] => 2018-06-15 19:25:56 [post_content] => Le mercredi 20 juin prochain, on vous propose de choisir entre deux spectacles avec deux humoristes chacun. D'un côté, vous pouvez découvrir Clément K et Audrey au Sonart. De l'autre, le Jardin sauvage continue ses 30-30 avec Shirley Souagnon et Joseph Roussin. Décidément... Il n'y a pas assez de temps pour voir tout le monde. Le 20 juin prochain, le public parisien de stand-up a deux choix de 30-30 (au moins !). C'est-à-dire qu'en plus des plateaux d'humour déjà très nombreux, on ajoute des événements pour me faire douter de mon calendrier ?

Clément K et Audrey Baldassare : le Sonart, pépinière incontournable

Quand Mo Hadji m'a présenté Clément K, il ne pouvait plus s'arrêter. Les éloges pleuvaient. Il était complètement fou de sa nouvelle recrue. Ce manager d'artistes, qui est derrière le Cactus Comedy, a toujours eu un faible pour les irrévérencieux. Je ne suis pas partisane de tout le monde dans sa pépinière à lui... mais c'est aussi parce qu'il sait aligner plein de gens différents. Son équipe est éclectique, et on n'est parfois pas d'accord. Par exemple, moi, je défends corps et âme Salomé Partouche. Il n'avait pas l'air convaincu. C'est pourtant au Sonart que j'ai vu Salomé jouer 30 minutes... avant de la voir à plusieurs reprises à la Comédie des 3 bornes. C'était déjà un 30-30 avec Christo Ntaka, et j'avais adoré. Le Sonart, c'est aussi là que j'ai adoré Antek... Quand j'y pense, c'est drôle. Cette semaine, j'ai vu une humoriste qui n'était pas du tout convaincue du résident du 33 Comedy. En substance, elle préfère les névrosés et les irrévérencieux. Je comprends mieux, c'est une affaire de style. Les névrosés et les irrévérencieux, le Sonart sait aussi les mettre en avant. Je me rappelle avec toujours un peu d'émotion un 30-30 qui date un peu : Agnès Hurtsel et Jean-Philippe de Tinguy. C'était un temps où l'humour était trop loin de mes préoccupations et où je les ai manqués. Je donnerai pas mal de mon âme pour revenir en arrière et voir comment ils sont arrivés là. Je ne peux plus le faire pour eux, mais pour Clément K et Audrey Baldassare, je peux. Banco, c'est là-bas que j'irai.

Shirley Souagnon et Joseph Roussin : la qualité dans un lieu qui monte

Autre point d'entrée : le Jardin sauvage. Les mercredis, le lieu propose un 30-30* avec la bande d'humoristes hype. Joseph Roussin et Louis Dubourg ont inauguré ces soirées... Le 20 juin, Joseph rempile et Shirley Souagnon remplace Louis Dubourg. Il faut dire qu'avec la coupe du monde, notre résident humour aura envie d'être partout et nulle part en même temps ! Ce soir, il était déjà calé devant l'écran géant du Paname Art Café. Je suis de mauvaise foi. En fait, Joseph Roussin sera là toutes les semaines. C'est mieux que ses one-shot à la Petite Loge où il disait qu'il s'agissait toujours de la seule date. Là, on sait que ce sera récurrent. J'ai envie de vous dire enfin, tant on a envie de le voir plus régulièrement... Même s'il ne faut jamais forcer les choses. Ce n'est pas Adrien Arnoux qui vous dira le contraire ! J'ai déjà vu le spectacle de Joseph Roussin. Je l'ai aussi vu en 30-30 avec Rémi Boyes. Quant à Shirley, je l'ai vue en spectacle à la Nouvelle Seine. J'ai vraiment vu ces gens une centaine de fois en plateau. Si vous ne les connaissez pas, profitez des derniers moments où vous pourrez les voir pour pas trop cher. *Ce n'est pas exactement un 30-30, en fait. Cela s'appelle une doublade, et bien que ce mot n'existe pas, le concept est bien réel. Cela ressemble un peu à ce que font Charles Nouveau et Alexandre Kominek dans certains Fifty-Fifty. En gros, ils sont sur scène en même temps et rebondissent l'un l'autre sur leurs anecdotes. C'est plus convivial qu'un 30-30 et moins construit. Donc, le fait d'avoir de la bouteille en stand-up aide.

30-30 : vous avez fait votre choix ?

Vous avez l'embarras du choix ! Mon positionnement, c'est de découvrir les nouveaux humoristes. Cela m'aide à choisir. Pas la peine de brainstormer mille ans avec vos connaissances : allez où vous voulez, vous rirez dans les deux cas. Profitez-bien de la chance que l'on a de rire aussi fort à Paris !

Crédits photo

Joseph Roussin au One More Joke © Betty Durieux [post_title] => Dilemme : choisir entre deux 30-30 le 20 juin, comment faire ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => 30-30-souagnon-roussin-clementk-audrey [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:28:00 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:28:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4420 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 3578 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-03-03 10:10:24 [post_date_gmt] => 2018-03-03 09:10:24 [post_content] => C'est bientôt la journée de la femme, et le monde du spectacle l'a compris ! Voici quelques soirées et initiatives en faveur des femmes à ne pas manquer en ce mois de mars.

Festival Drôles de Dames au Point Virgule : demandez le programme !

Du 8 au 11 mars, les salles de Jean-Marc Dumontet s'animent en faveur des femmes, avec des humoristes hommes et femmes !

Journée de la femme : 2 plateaux le 8 mars

Le coup d'envoi du festival se tiendra le 8 mars au Grand Point Virgule à 19h30. Vous pourrez retrouver Kallagan, Djimo, Guillermo Guiz, Noman Hosni ou encore François Martinez dans la soirée Parce qu'elles méritent plus qu'une journée. Si vous préférez une soirée 100% féminine, rendez-vous deux heures plus tard au Point Virgule : Les pépites de l'humour vous y attendent pour une soirée découverte. La programmation de cette soirée nous donne vraiment envie d'y aller. Outre la présence de Marion Mezadorian dont on ne se lasse pas de vous parler, on retrouve d'autres talents à suivre. On a adoré découvrir Marie Desroles en spectacle au Point Virgule, elle sera là ! Solène Rossignol, qui a participé au FUP cette année, sera également de la partie. Actuellement à la Petite Loge, l'hilarante Charlotte Creyx sera également présente. Agnès Hurstel, qui cartonne au Sentier des Halles, est bien entendu présente. Pour compléter ce line-up de compétition, on retrouvera également Ombeline de Tarragon.

Du 9 au 11 mars : entre spectacles et plateaux d'humour

Pour aller voir des humoristes qui cartonnent sur YouTube, on vous conseille la soirée Du web à la scène. Le 9 mars, les inséparables Laura Calu et Marina Cars se partageront la scène aux côtés de Nino Arial ou encore Lola Dubini. Autre grande soirée à réserver dès maintenant : la Fadily Party. Fadily Camara, qui joue son spectacle du jeudi au samedi au Point Virgule, sera au Grand Point Virgule le 10 mars. Elle sera accompagnée d'artistes déjà bien implantés sur la scène parisienne : Tania Dutel, Christine Berrou ou encore Melha Bedia et Lenny M'Bunga. Quoi ? Nous n'avons pas encore cité Shirley Souagnon, Laura Domenge ou encore Marine Baousson ? Pas d'inquiétude : elles seront, parmi d'autres, à la soirée Yes she can! au Grand Point Virgule le 11 mars. Voilà pour notre sélection ; vous pouvez retrouver toute la programmation et réserver sur la billetterie officielle.

Plateau alternatif : les Ladies Commandements invitent !

Si vous voulez donner de la chance à des artistes moins en lumière mais tout aussi intéressants, nous avons un autre plan pour vous. Les Ladies Commandements, c'est un plateau très créatif. A l'image du Laugh Steady Crew, cette troupe d'humoristes écrit chaque semaine des sketches inédits. Aux côtés des habituées Lucie Carbone et Els - Lost in France, on retrouvera notre artiste maison Betty Durieux, Anne Dupin et plein d'autres figures du stand-up. Ce plateau se tient au Sonart, un vivier de jeunes talents qui a fait débuter nombre d'entre eux.

Entre le rire et l'action : ces humoristes s'engagent pour la Fondation des Femmes

Pour terminer, le monde du stand-up ne déroge pas à la libération de la parole. Concrètement, de nombreux humoristes se sont engagés pour soutenir la Fondation des Femmes. Un appel aux dons est en cours. Parmi les personnalités engagées, on retrouve Shirley Souagnon, Agnès Hurstel ou encore Muriel Robin et Mouloud Achour. Allez voir la liste pour vous faire une idée et renseignez-vous sur les actions de l'association si vous souhaitez faire un don. [post_title] => Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-droles-dames-journee-femme [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:38:00 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:38:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3578 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-25 16:37:29 [post_modified_gmt] => 2021-06-25 14:37:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 19 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => d779451446408c6d519dd22cdc5175f4 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Shirley Souagnon

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Kémil Le Comique : documentaire sur 1 semaine stand-up à Paris

Kémil Le Comique à l’assaut du stand-up parisien

Le streamer Genius raconte son anecdote hilarante de la Corée : captures d’écran

Masterclass de storytelling : Genius régale !

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Interviews du spot du rire : une sélection des meilleures anecdotes

Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes

Le Journal de la Guebla spécial MC : Louis Bolla invite le 33 Comedy

Le Journal de la Guebla au Barbès Comedy Club : retour sur la 1re

Sorties humour incontournables : Lucie Carbone sur scène

J’ai envie de voir… Nos sorties humour incontournables d’octobre

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

One More Joke au Jardin Sauvage : la rentrée du plateau parisien

One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

Rentrée humour : le Laugh Steady Crew bien avant la saison 2019-2020

5 raisons de kiffer la rentrée humour

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Topito Open Mic Night : la scène ouverte du Debout Paris Festival

Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night

Debout Paris Festival : résumé de la première édition au Jardin Sauvage et ailleurs

Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane

Joseph Roussin, humoriste stand-up en 30-30

Dilemme : choisir entre deux 30-30 le 20 juin, comment faire ?

Festival Drôles de Dames - Le Point Virgule

Festival Drôles de Dames, etc. : les femmes à l'honneur en mars !

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion