Publications liées au mot-clé : Anissa Omri

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => anissa-omri
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 647
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => anissa-omri
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 647
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => anissa-omri
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 647
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => anissa-omri
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 647
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 647
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 647
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => anissa-omri
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 647
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (647) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (647) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (647)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010878
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-16 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00
                    [post_content] => 

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010189 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-12 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-12 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 20 à 29

Cinq chansons plus tard, pour conserver une ambiance musicale, Fabien Guilbaud (20) mêlera pour un ultime moment humour et chanson… Prouvant que dans ce genre d’humour, les propositions divergent effectivement les unes des autres !

Une tête connue, pour enchaîner ? Appelons donc Camille Lorente (21), alias Queen Camille. Sa connaissance du tempo d’une vidéo YouTube l’aidera forcément à condenser sa proposition artistique…

Faire l’éloge de la lenteur dans une soirée où le temps file est une nécessité. Pour cela, appelons ensuite Jean-Patrick (22). Une respiration intrigante qui viendra bousculer l’attention du public… Avant de lui offrir une parenthèse de légèreté avec l’humour frais et pétillant d’Elsa Bernard (23). Son humour, pas sa personne. Nul besoin de vous préciser que nous nous concentrons sur la proposition artistique avant tout !

Le public mélomane se lamentait peut-être déjà de ne plus être stimulé… Mais même sans guitare, KINO (24) viendrait balancer l’un de ses jingles dont il a le secret pour proposer une expérience à la fois sonore et comique. Originalité garantie ! La soirée continuera ensuite avec Klotilde (25), habituée de nombreux festivals et forte d’une expérience de plus en plus fournie…

Bobbin (26), talent plus masqué parmi la horde de nouveaux comiques, plongera le public dans une expérience inoubliable, teintée d’absurde via son personnage inquiétant mais attachant. L’expérimentation continuera avec Anissa Omri (27) et le ton si singulier de ses blagues : posées, mais étonnantes de surprises et de chemins tortueux.

Le besoin de revenir sur terre et de continuer de rêver se ferait sentir. Pour cela, rien de tel qu’Antek (28), sa bonne humeur et ses lunettes rouges… Et pourquoi pas sa guitare ? Sait-on jamais… La rêverie continuerait avec le huitième degré d’une Aude Alisque (29), dont la folie n’a d’égal que la force des rires qu’elle provoque.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous lundi 15 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi-3 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:50:11 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:50:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010189 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009072 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-27 08:56:00 [post_date_gmt] => 2020-10-27 07:56:00 [post_content] =>

À Paris, les amateurs d’humour peuvent aujourd’hui profiter de nombreux comedy clubs. Plus nombreux, ces établissements mettent le paquet sur la communication et l’accueil du public. En revanche, sur le plan artistique, il reste encore beaucoup de travail. Explications.

Nb. La rédaction de cet article est antérieure à la fermeture des bars et au couvre-feu. Les critiques concernant la carte de chaque lieu concernent donc leur fonctionnement habituel.

Madame Sarfati, le Fridge : vers des comedy clubs blockbusters ?

Les deux derniers lieux à avoir fait beaucoup de bruit sont Madame Sarfati et le Fridge Comedy Club. Ouverts par des mastodontes de l’humour, Fary et Kev Adams, ils ont rapidement trouvé leur public.

J’ai donc voulu savoir comment ça se passait en vrai. Comme il y a quelques années, où je découvrais le Jamel Comedy Club, j’ai ressenti une pointe de déception. Il y a plusieurs raisons à cela, et je vais essayer d’être la plus claire possible pour que vous compreniez que oui, vous devez continuer à aller voir du stand-up là-bas.

Lieu vs. expérience : donnez envie de revenir !

Je l’ai peut-être déjà écrit, mais cette pensée revient souvent, alors autant radoter. Le One More Joke a construit son succès sur l’idée qu’une soirée stand-up était une expérience, l’occasion de créer un souvenir. Un soupçon de magie qui vous transforme en habitués.

Le Fridge et Madame Sarfati se concentrent sur des détails, comme la « finger food » ou les cocktails au nom d’humoristes américains. S’il vous plaît, laissez-moi boire un cocktail « Yacine Belhousse ». Parce que c’est lui que je viens voir, pas Jerry Seinfeld. Remarquez, y a bien Gad Elmaleh (désolée pour le troll, c’est trop tentant).

Pour rappel, je viens voir du stand-up, pas manger un hot-dog avec les doigts parce que c’est hype. Je n’ai pas faim, sauf de blagues. Comme je ne suis pas sensible à ces attentions culinaires ou superficielles, mon expérience se révèle impersonnelle, sans grande saveur. Même avec une salle originale (ça me rappelle Shrek, étrangement). Alors venons-en à ce qui nous intéresse vraiment.

Décréter que Madame Sarfati est une expérience, c’est bien… mais prouvez-le sur scène !

Des usines à humoristes

Là, je vais plus me concentrer sur Madame Sarfati. Comme vous le savez, la programmation reste secrète. En effet, le lieu considère qu’il amène une programmation de qualité, peu importe qui vous verrez.

Or, il s’avère impossible de tenir cette promesse. Pourquoi ? Parce que ma vision du stand-up de qualité ne correspond pas à ce que j’y ai vu. J’étais certes à la première session de la semaine (mercredi 19h45), mais ce n’est pas une excuse.

C’était globalement insipide. Une cooptation d’artistes qui jouent souvent sur les mêmes plateaux. Des humoristes qui proposent du stand-up vu et revu. Franchement, des blagues sur le fait que les femmes cherchent dans leur sac en désordre pour éviter de payer lors des dates ?

Vous n’avez vraiment rien d’autre à proposer ? L’humoriste numéro 2 de la soirée (Az) aurait très bien pu échanger son texte avec celui du numéro 3 (Akim Omiri), on n’y aurait vu que du feu. Alors qu’on aimerait qu’ils disent : « Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre ! ». Heureusement que Louis Dubourg sauve le tout avec une animation très efficace.

Comme le dit très bien Stand Up France, il faudrait marquer davantage la différence avec le Paname pour confirmer le côté « premium » de Madame Sarfati.

La musicalité sans les idées ?

Ça me fait penser à la bouffe industrielle. Un bon packaging, des produits faciles à consommer et imaginés pour plaire au plus grand nombre.

Mais au fond, ce n’est pas de la qualité. On s’ennuie ferme. Bien sûr, on entend la musicalité du stand-up chère à Fary, mais le rire passe en mode automatique. Par conséquent, on rit sans s’en rendre compte, avant de se dire « il a dit quoi, en fait ? ». Comme si le stand-up était une franchise, parfois calquée sur un modèle américain qui n’est peut-être pas le meilleur pour nous…

Il est encore trop tôt pour savoir si le Fridge se dirige vers le même écueil que Madame Sarfati. Parce que les choses y sont faites avec plus d’humilité et beaucoup plus d’envie d’ouvrir des portes. À peine ouvert, le lieu de Kev Adams montre à la fois des promesses, mais aussi cette volonté de porter l’héritage du stand-up américain sur ses murs et dans vos verres. On restera attentif à son évolution, donc.

Le stand-up français, qu’est-ce que c’est ? Les comedy clubs le dévoilent-ils sous son grand jour ?

Au fond, c’est peut-être Shirley Souagnon qui a vu juste. Dans son documentaire, elle voulait donner naissance au stand-up français. Se sortir du carcan du stand-up à l’américaine. Porter une nouvelle génération. Avec le Barbès Comedy Club, l’humoriste est en train de réussir son pari.

Cependant, il existe un écueil dans ces nouveaux lieux plus « bienveillants ». Certains humoristes confient ne pas toujours se sentir libres de jouer ce qu’ils veulent. Je crois qu’on leur dit surtout que certaines choses peuvent offenser ou être énoncées avec plus d’intelligence… Tandis que dans des lieux où l’on fait moins attention au contenu de certains, d’autres se sentent mal à l’aise… Qui dit vrai, alors ?

Bien connaître la politique d’un lieu est primordial. Le Barbès Comedy Club, puisqu’on parle de lui, joue la carte de la transparence. Dans son guide de l’humoriste, les règles sont claires :

Aucun propos discriminatoire, aucun discours haineux et aucune personne en état d’ébriété ou susceptible de comportements violents ne seront acceptés dans l’enceinte de l’établissement. (…) Sur scène ne sont pas tolérées, les propos à caractère discriminatoire, visant à porter un discours haineux.

Les artistes, dans leur propos sur scène comme dans leur comportement dans le lieu, doivent donc respecter certaines règles, étayées plus loin.

L’accès pourra être refusé au public et artistes dans les cas suivants :

- À toute personne coupable d’une altercation lors d’une précédente soirée.

- À toute personne dont l’attitude ou le comportement, paraît menaçant, douteux ou vulgaire et laisse ainsi raisonnablement prévoir un risque de trouble à l’intérieur de l’établissement. (…)

Dans l’enceinte de l’établissement il est formellement interdit : (…)

- De faire preuve d’irrespect et/ou d’impolitesse et/ou agressivité envers les clients, les employés ou les artistes.

Liberté d’expression encadrée ?

Si les humoristes connaissent les règles du jeu, on peut s’interroger sur la manière de juger les passages des humoristes. Le Barbès Comedy Club assure que « la Nouvelle Maison du Stand-Up est un endroit safe pour le test ».

Le club précise ainsi que « seul le public est juge, la direction artistique du lieu se charge uniquement de vous conseiller et de programmer les passages qui cartonnent sur des shows payants ». Dans la même veine, voici un autre extrait du guide de l’humoriste : « n’oubliez pas que personne n’est jugé à la Maison, vous êtes aux Micros Ouverts pour tester des blagues et vous amuser ».

Ces règles ne sortent pas de nulle part. Pendant des années, certains plateaux d’humour avaient la réputation d’être des lieux loin d’être bienveillants. L’agressivité, les propos irrespectueux envers les femmes dans les loges d’artistes étaient parfois monnaie courante. De fait, quand Shirley Souagnon a imaginé son lieu, elle a voulu offrir un espace de liberté en fixant des règles pour contrecarrer l’agressivité d’antan. On vit là ce que les anglo-saxons ont traversé lors de la naissance de l’alternative comedy.

Fatalement, comme il s’agissait du premier comedy club qui proposait des créneaux chaque jour, cela évoque le Paname Art Café. Ce lieu a reçu énormément de critiques, tantôt justifiées, tantôt virulentes. Cependant, il reste une institution pour débuter et rapidement jouer sur des horaires plus en vue.

La politique du lieu est moins transparente, mais les artistes apprécient de pouvoir jouer ce qu’ils veulent. Tout est une question de sensibilité : certains seront plus à l’aise avec un encadrement strict, d’autres apprécieront qu’on leur fiche la paix.

On aurait tort de penser que cela concerne des lieux en particuliers. En réalité, les humoristes se programment entre eux et certains évaluent en permanence chaque prestation au lieu de faire preuve de clémence quand les choses tournent mal. Le phénomène est donc plus individuel que collectif : les justiciers autoproclamés de la vanne peuvent amener certains à l’autocensure…

Ressenti ou censure réelle ? Même s’il s’agit simplement d’humour, on pourrait faire un parallèle avec la loi Avia et ses multiples tentatives de réglementation. En effet, parfois, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Les réactions émotionnelles, qui font partie des thèmes du dernier spectacle de l’humoriste Haroun, ne sont pas le meilleur guide… Chacun devra y réfléchir et prendre les responsabilités de ses choix envers les autres artistes…

Lutter contre la cooptation : l’enjeu majeur du stand-up actuel

Au-delà des lieux, il y a donc un véritable défi de programmation à Paris. Il est documenté dans la presse comme dans les discussions des nouveaux humoristes. Soit on a des programmations volontaristes et thématiques, soit on a des cooptations qui aboutissent à des formatages. On a une telle richesse de talents, mais chaque bande évolue avec des œillères. Sans porter celle d’à côté, parfois même en réponse au rejet de l’autre bande…

Cela rend plus complexe la détection de talents. Il faut aller partout, sinon vous verrez un mince échantillon à peine représentatif… Par exemple, j’ai lu récemment sur un réseau social que John Sulo était la nouvelle étoile montante du stand-up français. Sur quelle base puis-je vérifier une telle affirmation ? Je l’ai vu au Paname Art Café il y a un an ou deux. Il est drôle et le Point Virgule le convie à jouer lors d’exceptionnelles. Mais de là à l’ériger en une étoile montante (la seule qui plus est, à en croire leur community manager)… Les communicants de ce monde ont complètement craqué.

Faire émerger l’originalité humoristique : l’idéal à poursuivre inlassablement

On m’objectera que j’aime les originaux, ceux qui privilégient la qualité à la quantité de rires et nécessitent une promotion accrue. Mais pensez-vous franchement que les artistes qui jouent à Madame Sarfati peuvent tous remplir des salles sans un coup de pouce promotionnel ou une cooptation ? Clairement, leur seul talent artistique ne suffit pas, car il est encore à construire. Certains ne cherchent même pas à construire un spectacle (pour suivre les traces de leurs idoles américaines…). Et même les meilleurs ont besoin de promotion, alors…

Il est urgent de diversifier les talents, de donner la chance à d’autres personnes. On objecte souvent, pour les femmes humoristes par exemple, qu’elles ne sont pas assez drôles pour bénéficier de telles cooptations. Mais pensez-vous vraiment que les hommes humoristes qui réalisent leurs premières grosses scènes sont prêts à faire rire le public ? Ou alors est-ce l’accumulation d’opportunités qui leur permet d’exister plus vite ? On peut aussi opposer le stand-up des comedy clubs à celui des plateaux d’humour alternatifs… Ça marche aussi.

Il faudra bien sûr faire attention dans ce manège qui fait osciller les talents entre méritocratie et piston. Pour le moment, chaque gérant de comedy club a sa politique et il devient plus facile de trouver son chemin en tant qu’artiste. Les choses avancent. Bientôt peut-être, on n’entendra plus les mots « c’est mon gars sûr » prononcés par un type qui annonce l’artiste suivant alors qu’il ne le connaît pas. Rêvons un peu…

Comedy clubs, médias, public : la quête des nouveaux talents doit être personnelle

On n’obtiendra jamais l’égalité des chances et probablement pas la parité. Cependant, l’espoir naît dans la concurrence et l’innovation des plateaux indépendants.

C’est à chacun de bosser en son âme et conscience, avec la passion de l’humour comme moteur, pour amener les talents au public. Pasquinade, dont nous vous avons parlé il y a quelques temps, répond exactement à cette problématique. Autre exemple : les organisatrices du plateau le Cercle du rire, Anissa Omri et Elsa Bernard, accompagnent les femmes qui se lancent (répétitions…) et s’entraident pour les faire jouer dans de bonnes conditions.

Autre enjeu crucial : les médias ont la responsabilité d’expliquer pourquoi ils assurent la promotion de certains au détriment d’autres avec le plus de transparence possible. Il faudra laisser une part au parti-pris et à la sensibilité individuelle, mais toujours l’expliquer et se préparer à rendre des comptes.

Il faudra aussi que le public accepte de ne pas prendre les critiques et recommandations comme des vérités incontestables. Surtout que les critiques ajoutent parfois une dimension politique à leur prisme de sélection artistique. Cela fait partie du jeu, mais cela peut pénaliser certains artistes si tout le monde est du même avis. Ou si les critiques sont peu nombreux.

Soyons intelligents dans nos choix artistiques, qu’on soit programmateur, spectateur, humoriste ou journaliste. C’est la seule manière de reprendre le contrôle sur l’amas d’humoristes qu’on nous impose ou dissimule à longueur de journée dans les comedy clubs comme ailleurs. C’est à chacun d’aller puiser dans la richesse humoristique des comedy clubs, des théâtres et des plateaux d’humour.

[post_title] => Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => comedy-clubs-formatage-standup [to_ping] => [pinged] => https://www.neonmag.fr/interviews-ces-humoristes-nouvelle-generation-qui-pronent-un-humour-inclusif-501332.html [post_modified] => 2020-11-03 13:48:21 [post_modified_gmt] => 2020-11-03 12:48:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009072 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1008547 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-01 08:27:00 [post_date_gmt] => 2020-09-01 06:27:00 [post_content] =>

Anissa Omri évolue dans le milieu de l’humour depuis déjà deux ans. Cette information m’étonne presque, tant j’ai mis du temps à la découvrir, finalement… Pour autant, son parcours en stand-up est déjà assez riche. Sa progression, quant à elle, ne fait que commencer !

Anissa Omri : une approche méticuleuse de l’humour

Si vous êtes fidèle lecteur, vous connaissez déjà son histoire. Elle a débarqué dans le stand-up en même temps qu’Elsa Bernard. Les deux amies, qui se préparaient depuis un an déjà, ont commencé par lancer un plateau d’humour. Le cercle du rire a tout de suite rencontré du succès pour devenir une adresse de référence. Vous savez, ce genre de lieu parisien « secret » qui n’a plus de secret pour ses habitués et les humoristes de terrain.

Mais cet article n’est pas là pour célébrer un lieu, ou un début de parcours. J’étais à la scène ouverte du Laugh Steady Crew qui définirait leur troupe 2019-2020 et je croisais les doigts pour qu’elle l’intègre. À cet instant, j’étais impatiente de la voir tester inlassablement. Je savais qu’elle pourrait imposer un stand-up « tranquille ». Sa discrétion et son côté espiègle se mariaient bien ensemble, il lui fallait simplement un peu de temps pour se trouver.

Anissa a ensuite trouvé sa place au Paname Art Café, où elle a décroché quelques PCC — un Graal pour tout nouveau venu qui se respecte. Au Cercle du rire, elle a continué de faire ses gammes rigoureusement. Cet été, j’ai eu l’occasion de la revoir assurer la chauffe et son passage. Parfois, ce type de configuration plus contraignant bride un humoriste. Plus de choses à penser, l’organisation du plateau…

L’enfant-prof du stand-up (sans être ni l’un, ni l’autre)

Je ne l’avais pas encore vue à pareille fête. Là où je peinais parfois à décrire ses forces, les mots me venaient naturellement en l’écoutant. Derrière l’humour d’Anissa Omri se cache un mélange d’enfant candide et de professeur à l’autorité particulière. Cette autorité, c’est un mélange entre un calme olympien et la capacité à museler toute tentative de rébellion.

Ça peut vous sembler abstrait, alors je vais vous traduire cela. Sans coup férir, elle balancera des punchlines assez étonnantes et originales. Tout cela de manière mesurée, alors qu’une sorte de fureur sommeille en elle. Ok, vous êtes encore intrigué à ce stade. Je comprends : c’est assez rare de voir un style et une plume comme ceux-là…

Vous voulez plus de concret ? Inspirée par des humoristes comme James Acaster, elle prend de nombreux sujets à bras le corps, dans une détermination légère. Résultat : au lieu d’avoir un seul passage iconique et réducteur retravaillé à l’extrême, Anissa Omri a désormais assez de matériel pour dégager quelques hits… Ces derniers déboucheront peut-être sur un spectacle, mais avant ça, elle risque de vous étonner sur de plus en plus de plateaux !

Crédits photo

© Charlotte Mallo

[post_title] => La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anissa-omri [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-30 17:17:34 [post_modified_gmt] => 2020-11-30 16:17:34 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008547 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1006038 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-28 08:21:00 [post_date_gmt] => 2020-05-28 06:21:00 [post_content] =>

« Un énorme dindon » : cette expression vous fait-elle rire ? Elle sort de nulle part, et pourtant, certaines personnes (comme moi) peuvent y être sensibles. Elle me donne l’occasion de décrypter quelques ficelles de la comédie… À ma façon !

Que se passe-t-il quand on provoque le rire ?

Ces dernières semaines, vous avez sans doute vu passer la vidéo de Scinéma sur la logique de l’humour. Évidemment, Télérama a pondu un papier sur le sujet. Pour ceux qui s’intéressent à la théorie de l’humour et qui veulent des vraies réponses, je vous invite à vous arrêter là.

Pour les autres, bienvenue dans la logique de mon humour ! On est déjà sur un problème : il n’y a pas trop de logique. Plus précisément, on entre dans ma logique. Mon vécu, mes références, tout le bordel qui fait que je ne suis pas comme le monsieur de Scinéma.

Un énorme dindon : quand le rire se matérialise en gallinacé

Parfois, de simples mots me font rire. J’avais déjà identifié trois éléments : les fourchettes, les saucisses et tout ce qui se rapportait à l’automobile. Un humoriste sur scène peut parler de pneus ou d’Austin Mini, et je vais sombrer dans l’hilarité. Jean-Luc Lemoine m’en a voulu, une fois, parce que j’ai ri trop fort à son jeu de mots, qu’il savait un peu faible.

Seulement voilà, le rire est un miracle. Sur Instagram, Anissa Omri a proposé à sa communauté un texte à trous à plusieurs entrées. Ses abonnés envoyaient ensuite leurs propositions, et elle compilait ses débuts de phrases aux chutes qu’elle recevait de manière aléatoire. Sans citer les auteurs, évidemment. On est dans un jeu à la Quiplash (que vous pouvez aussi retrouver les dimanches en VO avec Sebastian Marx), et ça ajoute un mystère digne d’auditions à l’aveugle. En haut de l’article, ce que vous lisez, c’est ce qui m’a fait le plus rire, avec au sommet de la chaîne zygomatique un énorme dindon.

Une histoire de connexions neuronales, d’association d’idées et de retour à un état primitif

D’habitude, quand je vois un humoriste sur scène, je sais de qui il s’agit. Je formule des attentes, qui sont plus ou moins couronnées de succès selon les scènes. Généralement, mon a priori positif ou négatif se confirme, comme si j’avais déjà jugé la prestation par anticipation.

Or avec ce jeu Instagram, je n’avais aucune idée de la provenance de la blague. L’humour, sans fioriture ou idée préconçue, m’a saisie et même embarquée dans une expérience unique. Je vous parie que vous n’avez pas pensé la même chose que moi. Heureusement, j’ai écrit cette pensée et je peux donc la retranscrire en un message :

Ça crée une ambiance sonore… « Dindon » : ce mot est horrible et il donne faim en même temps !

Suis-je atteinte de synesthésie ?

Là, mon interlocuteur perplexe m’a demandé si j’étais synesthète. Ciné-quoi ? Je n’ai pas tout compris, même en lisant Wikipédia. En somme, c’est un mélange entre deux sens ou éléments, généralement des lettres et des couleurs. De fait, je lierais le mot qui désigne un animal à l’envie de manger. En plus, comme il est énorme, ce dindon, je m’attends à me régaler !

Comme la synesthésie n’est pas pathologique (ouf !), je vais mettre de côté ce diagnostic. Je me concentrerai plutôt sur les associations d’idées propres à mon vécu. Ça, je pense que ça peut parler à tout le monde.

Toujours est-il que pour ce dindon, ça va encore plus loin. J’associe le dindon au mot « dindonneau », que j’entendais beaucoup pendant l’enfance. Et il se trouve que les adultes qui m’en parlaient confondaient l’animal « dindonneau » au cordon bleu (de ce bon vieux père Dodu). La lettre D est très importante dans cette histoire, quand on y pense…

Ai-je ri de manière si primitive car un comique m’a fait rire avec la sonorité de la lettre D (que j’ai entendue dans ma tête), et plus largement mes moments de plaisir d’enfance ? Certainement. Pour autant, il n’aurait jamais pu le prévoir.

Moralité : que faire d’un énorme dindon ?

La théorie des blagues, la grammaire comique, le rythme et ces ressorts qui favorisent le rire sont utiles. Mais personne ne peut mobiliser la magie du rire avec précision. Elle intervient tel un délicieux miracle, parfois sous la forme d’un énorme dindon.

Alors que la comédie s’inquiète pour son futur, je voulais rappeler avec cette histoire que le rire, c’est un réflexe qui continuera d’accompagner l’espèce humaine contre vents et marées. Indépendamment de qui occupe la scène ou le public, ou de ce que vous mettez dans votre assiette.

Crédits photo

Adaptation de la story d’Anissa Omri. Merci à tous les comiques qui contribuent à continuer de nous faire rire hors des scènes 🧡

Nb. : on a ajouté le terme « de » à la citation car cela sonnait trop bizarre, mais il n’apparaît pas dans l’original.

[post_title] => Un énorme dindon pour sauver la comédie [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => enorme-dindon-logique-blagues [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-27 15:50:17 [post_modified_gmt] => 2020-05-27 13:50:17 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006038 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 10237 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-05-21 08:39:00 [post_date_gmt] => 2020-05-21 06:39:00 [post_content] =>

J’ai profité de ce mois de pause pour me replonger dans les interviews du spot du rire et les améliorer ! Ça m’a aussi permis d’en sélectionner quelques uns des meilleurs extraits. Comme les interviews sont un long format, ces instants de grâce vous ont peut-être échappé.

Les interviews du spot du rire : le best-of

Dans ces 10 moments cultes des interviews du spot du rire, vous retrouverez Nadim, Shirley Souagnon, Pierre Thevenoux, Rosa Bursztein et bien d’autres encore !


1. Nadim explique qu’en cas d’attaque extraterrestre, toutes les nations du monde vont finir par s’entraider


Ton humour comporte plusieurs facettes, assez folles et touchantes si l’on juge l’affiche de ton spectacle Premier contact, et son slogan : un one-man touchant. Est-ce une manière d’oser des choses qui ne se font pas socialement, de transgresser des limites dans la relation avec les gens ?

Je n’ai pas compris la question, mais tu es sympa.

On est d’accord que, dans la vie, tu ne peux pas aborder quelqu’un dans la rue et lui crier « Séverine ! ». Seuls tes spectateurs peuvent comprendre…

Dans l’absolu, tu peux le faire ! Mais la personne se dit « tiens, il ne va pas bien, celui-là ». Dans la vie, je cherche à provoquer quelque chose chez l’autre pour aller le remuer, le faire sortir des sentiers battus. Et que cette personne soit plus dans la vérité par la suite.

Je trouve que c’est bien d’aller plus loin, et partir du postulat que les gens sont tous fous… Mais en vrai, c’est la société qui est complètement barge et qui rend les gens déglingués. Sur scène, j’ai envie de provoquer les gens de façon à ce qu’ils soient tous soudés les uns aux autres, dans le même bateau, en communion. Qu’ils se disent qu’ils ont affaire à un type étrange… Comme quand il y a une attaque extraterrestre contre la Terre : toutes les nations finissent par se tenir la main et s’entraider. Dans mon spectacle, j’essaie de faire en sorte que les gens rient ensemble, en se « moquant » de moi positivement et dans une ambiance bienveillante.


2. Les membres de 2 Tocards font du stand-up esquivent un piège d’intervieweuse malicieuse


La scène nantaise est peut-être la plus dynamique/désirable hors Paris.

Kévin : Ce n’est pas peut-être, c’est la plus dynamique !

Maxime : Je pense que ce n’est pas nécessaire de nous mettre après Paris…

[Kévin se marre encore longuement.]

Peut-on dire que Paris, c’est la quantité, et Nantes, la qualité ?

Kévin : Non, tu ne peux pas dire ça, Juliette ! Tu ne nous laisses pas parler…

Maxime : Tu es vraiment forte parce que certaines de tes questions engendrent un compliment sous-entendu ou une manière de souligner du mérite.

Kévin : Certaines de mes questions ?

Maxime : Certaines des questions de Juliette. Et toi, Kévin, tu es très bon pour les esquiver et ne pas passer pour un fils de… Moi, je tombe dans le panneau, à dire « oui, évidemment ! ». C’est super gênant.


3. Shirley Souagnon a dû répondre à LA question à ne jamais poser : j’ai honte, mais je vous dois la vérité

Il n’y a pas que des moments de fierté à partager parmi les interviews du spot du rire ! En toute transparence, je vous montre une erreur de jeunesse (pas si grave, en réalité !).


Avec toutes ces expériences, couplées à ta masterclass stand-up, es-tu sollicitée par les autres humoristes pour des conseils ?

La masterclass faisait partie de mes activités précédentes, mais cela va s’arrêter : ça prend beaucoup d’énergie. C’est quand même génial, très enrichissant : en enseignant, on apprend encore plus à écrire mieux par exemple. Pour les conseils, c’est plutôt moi qui en donne à tout-va, parce que je suis passionnée de mon travail. Je vais aussi arrêter de le faire, mais c’est vrai que quand je voyais un truc, j’avais envie de dire : « Tiens, tu aurais dû faire ça, ou aborder ce sujet différemment… » j’ai tendance à mettre en garde sur des trucs racistes, misogynes ou homophobes par exemple.

On ne peut pas rire de tout, alors ?…

Si, mais avec finesse. Tu sens tout de suite quand quelqu’un connaît le sujet, et a contrario, quand quelqu’un balance un truc cliché pour juste le balancer. Ou alors, c’est sa pensée première, sa manière de voir les choses qui peut être touchy. Je considère qu’en tant qu’artiste, on doit élever le débat, sa propre mentalité. Pour moi, le stand-up, c’est la philosophie des temps modernes. Je m’applique ces conseils aussi, car parfois je me dis que je pourrais faire mieux !


4. Quand Rémi Boyes parle de Joseph Roussin, et que je démontre avoir raté ma vocation de détective privé


On ne peut pas y couper… parlons de Joseph [Roussin] !

C’est mon moment préféré !

Tu partages des 30-30 et autres visionnages de Star Trek avec Joseph, vous vous êtes connus au labo du rire, c’est ça ? Comment cette complicité est née et évolue avec le temps ?

Tu veux toute l’histoire ?

Clairement, oui.

A mes débuts, au labo du rire, c’était l’un des rares qui m’a fait rire. Au labo, ça débute sévère. Joseph faisait ça depuis un an, et pour moi, c’était cool de voir quelqu’un de drôle dans ces petits plateaux ! On a discuté un peu, et ensuite, je l’ai stalké sur Facebook. Je lui ai envoyé un message pour boire un café avec lui : j’avais envie de parler de comédie, de créer des trucs, écrire des vidéos avec des gens. En fait, c’est mon voisin !

Oui, l’un habite au 39, l’autre au 45…

C’est chelou que tu saches ça !

Tu l’as dit sur Antek on R. Je ne t’ai pas suivi chez toi, rassure-toi…

(Rires) « J’ai des photos… »


5. Rosa Bursztein explique comment elle a passé un cap


Je me souviens du moment où tu as trouvé ton « personnage de stand-up ». Ça t’a fait complètement remanier ton spectacle et tes passages en plateau. Tu ne négligeais aucun détail, en te demandant même si tu devais garder ta frange ! Avec cette nouvelle identité scénique, trouves-tu que cela est plus facile de te présenter au public ?

Absolument ! À un moment, j’ai pris confiance en moi. Dans mon premier spectacle, je pense que j’ai proposé un pot-pourri de plein d’idées différentes. Je voulais faire de l’humour noir, m’inspirer du ton des chroniques politiques, parler d’oppression aussi…

En réalité, je crois que je n’arrivais pas à assumer ce que je voulais vraiment aborder. Je voulais parler d’amour, des relations entre les hommes et les femmes et bien sûr de moi à travers ça. J’ai eu peur d’être à la fois plus forte et plus vulnérable : d’avoir plus confiance en moi, et dans le même temps, montrer mes failles. Il fallait donc que j’assume une part de sensibilité.

Pour progresser, je travaille sur les aspects suivants : ne pas mentir, me dévoiler et aussi gagner en confiance. Au fur et à mesure, j’ai cherché à identifier ce que j’avais vraiment envie de dire. Ça devenait limpide : le stand-up était plus vaste que l’image que je m’en faisais. Dans le même temps, j’ai assumé l’idée que oui, j’étais marrante.


6. Anissa Omri explique le génie de Squeezie (on ne regardait pas, on est désormais accro…)


Comme tu le sais, Le spot du rire fait fi des échelles de popularité ou de notoriété. Je voulais te rassurer sur un point : je connais plus ton univers que celui de Squeezie. J’utilise cette manière détournée pour te laisser parler de Squeezie, car il paraît que tu l’aimes bien. Donc, on parle de Squeezie ?

J’adore Squeezie ! Je l’aime trop, je ne sais pas pourquoi. Je ne l’ai jamais rencontré, mais je ne sais pas, je le trouve hyper sympa. J’ai l’impression que c’est comme un pote. J’imagine que c’est tout le marketing autour de lui qui veut ça. J’ai tendance à vite tomber dans ces trucs-là !

Squeezie, j’ai l’impression qu’on a le même âge et qu’on pense les mêmes choses. Si j’étais lui, si j’avais une chaîne leader sur YouTube, je ferais pareil que lui. J’aurais une vidéo pour dire que je me moque des placements de produit ou des partenariats. Je vais faire ce que j’ai envie de faire, si je veux faire de la couture ou de la poterie, je le fais et je m’en fous. Je le trouve hyper honnête et transparent, même dans sa façon de parler d’argent ou du fait qu’il est blindé de thune.

Il n’est pas nécessairement hyper drôle, je ne le verrais pas passer de YouTube à la scène comme un Norman. Je le trouve jovial, lumineux, ça me fait du bien de le regarder. Il a un truc vachement apaisant à regarder, c’est comme si on avait des private jokes, lui et moi — alors qu’il y a 14 millions de personnes qui les partagent.


7. Les confessions de Pierre Thevenoux : comment il a « ramené des dames à la base » grâce au JCC

Pierre Thevenoux se dit parfois qu’il abuse. Dans l’extrait suivant, témoignage de vérité parmi les interviews du spot du rire, on découvre un comique qui dévoile une stratégie vieille comme le monde. Alors que je suis sûre qu’il a juste à prononcer les mots « dame » et « la base » pour parler des femmes et de son chez lui pour en faire tomber deux-trois. Mais bon, un aveu reste un aveu, et nous vous le partageons dans son plus simple appareil…


Aujourd’hui, as-tu des groupies ?

Non… Il y a des dames qui m’écrivent de temps en temps. Je me suis déjà servi du stand-up pour euh… Comment on dit ? Pour ramener des dames à la base ! (rires)

Il y a certains humoristes, comme Guillermo Guiz, qui sont plus dans un truc de séducteur. Moi, pas trop !

https://player.acast.com/calme-toi-bernard/episodes/confine-toi-bernard-jour-34-nos-conseils-seduction

L’amour des vannes, et c’est tout ?

On aurait tort de… Ceux qui disent qui ne se sont jamais servi de ce métier pour choper… Bien sûr que oui, quand je n’avais pas de meuf, je m’en servais ! J’ai déjà fait des trucs scandaleux, du genre choper en disant que j’avais fait le Jamel Comedy Club. (rires)

Mais, tu l’avais fait, je me trompe ?

Oui, mais c’est scandaleux d’utiliser ça pour ça ! Ta phrase d’accroche, ce n’est pas : « tiens, je suis un mec intéressant », mais « j’ai fait ça ». Et ça a marché.


8. Les conseils bien-être de Yazid Assoumani à destination des comiques


Un conseil pour être serein avant un plateau et arriver à déconner et décompresser ?

Dormir, c’est cool ! Je me dis qu’à la base, j’étais étudiant à la fac. Rien ne me destinait à faire du stand-up : je voulais être psychologue. Je ne suis pas censé être là, c’est déjà trop cool ! Il n’y a donc pas de stress à avoir.

Si on m’appelle ou on me propose une première partie, c’est que j’ai déjà été marrant. Il faut juste se dire qu’on est chanceux d’être là et d’avoir ces opportunités. Il y a tant de stand-uppers débutants, ça rappelle qu’on n’est pas sûr d’y arriver. Gravir les échelons petit à petit, c’est un truc de dingue. Il faut donc profiter de ces opportunités : yolo ! (rires)


9. Coup de foudre en plateau d’humour : comment conquérir Adrien Montowski sur scène

Les interviews du spot du rire permettent de réaliser que si certains veulent mourir sur scène, d’autres y préfèrent une expérience basée sur le plaisir. Parce que nous ressentons la même chose qu’Adrien Montowski, on espère vous donner envie de vous faire séduire par un comique.


Faisons plus simple : quand tu vois quelqu’un sur scène, qu’aimes-tu retrouver chez cet artiste ? Tu parlais des failles, par exemple.

J’ai dit tout à l’heure que j’avais du mal avec la punchline. Avec le temps, je commence à l’apprécier, parfois. Je fais surtout attention aux premiers instants, avant de prendre la parole. Comment la personne arrive, quelle tête elle a…

Je suis attentif au flow, à la manière de balancer ses vannes, peut-être plus que le texte en lui-même. Je cherche à savoir qui va me parler, plus que le contenu en lui-même. Ce côté : « Comment tu vas me prendre ? Prends-moi ! »

[Il l’a dit avec beaucoup de fougue, pour la petite histoire. Ndlr.]

En résumé, tu aimes te laisser séduire par la personne sur scène.

Ouais ! Et qu’elle me surprenne : si je pense que tu vas à droite, et que tu m’emmènes dans une autre direction. Là, tu m’as — et pour la vie ! (rires)


10. Échanger des rires et du chocolat : quand les spectateurs nourrissent Jean-Philippe de Tinguy

Ok, c’est mon moment préféré à moi. Oui, dans cette sélection d’interviews du spot du rire, je tire la couverture sur un souvenir personnel. Est-ce que je regrette ? Non. Est-ce que je referai pareil avec le recul ? Évidemment. Cette dernière anecdote va vous donner faim ! Merci d’avoir tout lu, en tout cas ;-)


Avant que tu me dises ton meilleur souvenir sur scène, petit aparté : je vais prendre un mouchoir si jamais je ne suis pas dedans… il se peut que je ne le prenne pas super bien !

[Rires]. C’est quand on m’a offert un Kinder Bueno !

Tu sais, quelqu’un d’autre l’a fait !

Non ?! Qui ?

Ce n’était pas comme toi, pendant le spectacle : après le spectacle, quelqu’un est allé à l’épicerie à côté du Point Virgule pour m’en acheter un…

C’est cool quand même, je valide.

Le meilleur souvenir sur scène, je le dois à une amie de Nova, Isadora. Elle est venue en décembre 2016 à mon deuxième showcase au Point Virgule. On a l’habitude de rire ensemble, presque aux larmes, et comme elle était là, j’ai ri avec elle. Ça a porté le spectacle et ça m’a porté.

Encore aujourd’hui, ça me file des frissons. C’était un très bon souvenir de partage : on rit ensemble, avec toute la salle, mais quand on connaît quelqu’un, ça va encore plus loin parce que tu sais pourquoi elle rit. C’est un très bon souvenir, très profond. A tel point que j’y repense parfois quand je suis un peu triste, ou que je ne suis pas d’humeur à jouer. Et ce souvenir de rire ensemble si fort me redonne le sourire !

Crédits photo

© Thomas O’Brien

[post_title] => Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => interviews-spot-rire-best-of [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-05-21 10:25:13 [post_modified_gmt] => 2020-05-21 08:25:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=10237 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 8476 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-01 11:30:00 [post_date_gmt] => 2020-02-01 10:30:00 [post_content] =>

Arezki Chougar est plus qu’un humoriste. Cet homme veut construire un empire de podcasts humour et il s’en donne les moyens. Comment peut-on être aussi brillant et rester aussi proche de ses semblables ? Ce mois-ci, nous vous présentons une découverte humour en mode full-béatitude/admiration.

Arezki Chougar : le maître du rire dans tes oreilles… mais pas que

Avant tout, Arezki Chougar est un homme libre. Libéré par ses convictions de dentiste à mi-temps : on ne se tue pas à la tâche et on réintègre un certain art de vivre. On réinvente la conversation sur des canapés, on redonne ses lettres de noblesse au terme « anecdotes » et on se marre !

Sur scène, c’est pareil. J’étais avec un humoriste d’une certaine réputation, qui parlait d’un autre humoriste qui ne se prenait pas pour de la merde. On bitchait parce que ce dernier étalait sa culture comme un porc, jouant l’homme intelligent qu’il ne serait jamais.

Arezki Chougar n’est pas comme ça. Arezki, c’est d’abord un type qui aime la vanne, la vraie. Un puriste qui veut avant tout faire rire. Son propos vient ensuite, on n’est pas là pour disserter sans glousser.

Oui, Arezki est au-dessus de ces jeux d’intelligence. Si bien que dès que je le croise, confessant un complexe d’infériorité, je rase un peu les murs. Sire, vous êtes d’une brillance impeccable, lui dis-je avec les yeux, histoire de lui cirer les pompes sans que ça ne se voie trop (coucou Aquilino Morelle). Lui porte des yeux bienveillants sur mes agissements, tout en continuant de respecter mon travail et ma personne.

D’où vient ce phénomène troublant ? Commençons l’enquête…

Humoriste, producteur et créateur de podcast… et futur influenceur de l’humour ?

Maintenant que nous avons défini « l’effet Arezki Chougar », il est temps que cet artiste tienne ses promesses. Parce qu’il est aussi charismatique sur scène qu’en-dehors, ce décryptage s’avère indispensable. Sinon, nous allons le sur-vendre et vous ne pourrez pas en profiter !

Arezki Chougar est un bon comédien de stand-up car il aime parler et qu’il en connaît la technique. Il a trouvé le subtil mélange entre être un leader d’opinion et ne pas étaler sa culture comme un assoiffé de reconnaissance (la bise aux 52 stand-uppers qui le font !). Il peut aussi le faire en anglais, si cela vous intéresse…

Il a aussi ce sens de l’observation et du jeu (voir ci-dessous avec Emma de Foucaud). Cette cerise sur le gâteau complète la recette de base pour bien se développer en stand-up.

Arezki Chougar est un bon client des podcasts, qu’il soit créateur, producteur ou intervenant. Il sait écouter sans s’imposer, livrer la bonne anecdote au bon moment et rire à gorge déployée — le trick pour rester simple. Pour finir, son imagination prend le relais en live pour terminer l’anecdote et la rendre encore plus forte (voir ci-dessous avec Léopold et Anissa Omri).

Enfin, Arezki Chougar est bon pour se vendre. Nous le disions en début d’article, il a ce côté « créateur d’empire démoniaque » indispensable à la création d’une communauté fidèle, en ligne comme hors ligne. Les autres humoristes adorent échanger avec lui après les scènes, tandis qu’il se tient dignement devant eux. Ses spectateurs sauront bientôt relayer tous ses contenus en masse.

Charge à lui de percer et de se faire reconnaître au-delà de son cercle habituel ! Arezki, on t’attend au tournant et on sait que tu seras là.

Interlude - Arezki Chougar dans Bla Bla Clap

[post_title] => La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-arezki-chougar [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-26 11:13:26 [post_modified_gmt] => 2020-04-26 09:13:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8476 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7260 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 11:24:02 [post_date_gmt] => 2019-10-31 10:24:02 [post_content] =>

Chaque soir de stand-up est différent. Ce mardi, je découvrais le Batignolles Comedy, un nouveau plateau non loin de l’Européen. Une première rencontre inattendue, car je devais me ménager pour la soirée de la semaine, voire du mois : l’anniversaire du Laugh Steady Crew.

Mais vous savez ce que c’est, quand vous attendez quelque chose avec impatience. C’est souvent décevant. L’était-ce ? En grande partie, et c’est douloureux quand la rentrée du plateau a été si bonne. Mais il faut des soirs en demi-teinte pour vivre des moments inoubliables, alors j’ai hâte de revenir au Sacré Frenchy !

Batignolles Comedy : Vega & Vega et Renaud Sanviti assurent

Le Batignolles Comedy est une petite salle, qui rappelle la configuration du 33 Comedy à la Grange en plus intimiste encore. Je me suis tout de suite sentie chez moi. Les MC sont Vega & Vega, un Franco-Espagnol rigolo, et Renaud Sanviti, le puriste du stand-up comme on aime l’appeler.

Renaud assurait sa première chauffe et s’en sortait avec les honneurs. De plus, son passage sur les motocrottes me rappelait le jour où j’ai entendu ce terme pour la première fois : avec Éric et Ramzy. J’étais tellement saisie par ce moment que j’ai écrit un article, l’un des premiers du site…

Dans le line-up, on était ravi de retrouver Omar DBB, que les autres humoristes adoraient en coulisses. Il y avait aussi Pierre DuDza, dont l’énergie nonchalante fonctionnait particulièrement bien. Je l’ai trouvé aussi épuisé de vivre qu’attachant, et c’était un moment vraiment exceptionnel.

Bref, on riait sur scène et hors scène, c’était convivial et j’ai repoussé l’heure du dîner plus que de raison juste car je ne voulais pas quitter cette ambiance. Un cocon, le seul endroit où j’aurais voulu être à ce moment-là. Je vous conseille vivement cette expérience stand-up.

Anniversaire du Laugh Steady Crew au Sacré Frenchy : une soirée en dents de scie

Je ne sais pas si c’était le contraste avec les Batignolles, mais le Laugh Steady Crew a joué avec mes nerfs 24 heures plus tard. Il s’agissait d’une édition anniversaire, donc j’ai imaginé une ambiance similaire au Bar à Bulles.

En réalité, la soirée était assez banale. Pourtant, elle commençait très bien avec l’Open Mic. Pour l’occasion, les meilleures recrues de la scène ouverte bénéficiaient d’un passage au Sacré Frenchy. Le lieu est mieux que le Maximilien, mais c’était difficile de faire pire. La salle du Maximilien est bien, mais le cadre du bar ne m’a jamais fait vibrer. Là encore, c’est la salle qui porte le lieu, car la partie bar minuscule a suffi de dégoûter l’agoraphobe que je suis.

Mais le cadre, on s’en fout un peu. Ce qui compte, ce sont les artistes sur scène. Comme tout le monde l’avait pronostiqué, Noah et Jean-Paul se démarquaient des autres lors de l’open mic. C’est tout ? Non, parce qu’il y avait un homme au-dessus de tous les autres. Un super-héros du rire : Humourman.

Alors Humourman, c’est un clown. Un clown, depuis le départ d’Aude Alisque du Laugh Steady Crew, ça manque cruellement à la troupe. Son passage était peut-être encore perfectible, mais sa présence était enthousiasmante. J’ai particulièrement apprécié les longueurs et silences, et puis ensuite son jeu à la toute fin de la soirée. Il jouait comme un enfant en flirtant avec le jeu de l’humoriste et celui d’un type qui se retrouve dans cette situation, comme Jean-Philippe de Tinguy pouvait le faire. L’année prochaine, Thierno, intègre ce futur génie dans la troupe ! C’est un ordre.

En ce qui concerne les autres humoristes de l’open mic, le niveau était correct par rapport aux attentes. Ayrton était celui qui empruntait le plus les codes du stand-up au détriment d’une proposition personnelle, mais s’il s’applique, il pourra progresser. Au stade de l’open mic, ça va.

Quand les meilleurs outsiders de l’open mic tutoient l’équipe régulière du LSC

Avait-on encore de l’énergie pour la suite de la soirée ? Un peu moins, mais l’enthousiasme nous maintenait en haleine. Il aura été de courte durée. Déjà, l’un des deux guests était absent : Alexandre Kominek joue son spectacle au même moment, difficile pour lui d’arriver avec plus de 30 minutes de retard… sur la fin de la soirée. Dommage.

Ensuite, le set de Haroun était certes très bien, mais je le voyais pour la troisième ou la quatrième fois en deux semaines. Une circonstance atténuante qui me faisait attendre la suite. Mahaut, qui venait d’apprendre une nouvelle perso difficile, assurait tout de même sa prestation comme une battante. Avec les circonstances, cela rendait le tout impressionnant, mais sans cette explication de texte, ce n’était pas sa meilleure prestation. Forcément, et on ne lui en tiendra pas rigueur du tout.

Cela restait mou avec la suite de la troupe : les prestations n’étaient ni bonnes, ni mauvaises à mes yeux. Mais, comme pour la fois où j’ai vu Marina Rollman un soir triste, la magie n’opérait pas. Di Mambro et Audrey Jésus s’en sortaient mieux que les autres, mais cela ne m’aidait toujours pas à profiter à 100 %. Et puis il y a eu le set d’Avril. Et là, c’était le drame.

Coupes fatales

Avril, c’est un maître dans la prise de risque, mais c’est aussi un humoriste qui a besoin d’expérience pour déployer tout son potentiel. Alors quand il a commencé un set en jouant un personnage macho et odieux, le clivage commençait.

C’était brutal. Comme le coup de tête de Zidane à la coupe du monde 2006. Je me disais, cherchant une once d’humanité chez le comédien pour me rassurer : « C’est normal, ne panique pas. Il va venir nous récupérer en contrebalançant quelque part… ».

L’idée de base, c’était de jouer le rôle d’un défenseur du patriarcat qui donnait un atelier pour conserver ses privilèges. L’intention, c’était de produire un truc féministe tellement le personnage était grotesque, pour tourner en ridicule ce type de propos. Mais comme le moment salvateur n’arrivait pas, on s’est tous plus ou moins dit : « Mais, d’où il prend le micro ce mec ? Il se prend un mur, et il accélère en plus ! ».

Du coup, après une nuit de sommeil agitée où je me disais : « oh non pas ça, pas après tout ce que tu as fait… », j’ai été à la pêche aux infos. Il fallait faire 2 minutes plus court, et qu’est-ce qui a sauté ? Les parties de désamorçage. Ben voilà. Bonne lecture du jeu, n’est-ce pas ?

Le passage m’avait tellement désarçonnée que j’écoutais d’une oreille celui de Pierre DuDza. Arrivé par la porte comme une superstar, il avait l’air d’être bon, mais je restais en PLS des cinq minutes précédentes. Morgane Cadignan, dans le public, me demandait si j’aimais bien Pierre car je ne réagissais pas. C’est vous dire. Je crois que Pierre a été le meilleur de la soirée, mais je suis incapable de vous l’affirmer.

Culture du roast

Les roasts n’étaient pas assez bien structurés. À la base, Jimmy, le MC, devait départager des duels. Au final, Mahaut a décidé de lancer ses missives à chacun. C’est dommage, car il n’y en a pas eu pour tout le monde.

Les roasts, je connais mal leur mécanisme. Mais j’ai trouvé que ça allait trop souvent en-dessous de la ceinture gratuitement. Heureusement, Anissa Omri était la plus percutante et la meilleure dans cet exercice. Pierre DuDza était moins bon qu’à l’habitude, surtout qu’il nous a resservi une punchline déjà faite.

À part une ou deux autres répliques bien senties, l’ensemble de la troupe était en-deçà de mes attentes. Dommage pour cette occasion manquée, même si c’était bien meilleur que l’aperçu des roasts de l’Entrepotes Comedy avec Guillaume Dollé, Julien Sabas et Adel.

Un conseil, donc, pour tous ceux qui veulent faire des roasts : regardez Crashing ou d’autres trucs. Pour une fois, je veux bien qu’on s’inspire des Américains. Ou qu’on crée des joutes verbales à la française, de la poésie sanguinaire ou l’art de complimenter par des arguments inversés. Je dis peut-être ça pour mon texte adressé au Cercle du rire, même si franchement, je serais incapable de roaster quiconque sur scène et que je respecte la prestation du LSC.

Assister au débrief : Thierno Thioune, capitaine d’équipe fédérateur

La soirée terminée, j’ai eu la curiosité d’écouter le débrief du metteur en scène, Thierno Thioune. Je voulais savoir si j’étais la seule à avoir passé une soirée en demi-teinte. Il y avait du travail, semble-t-il, mais Thierno voulait surtout créer une émulation, un esprit de troupe. Globalement, la soirée était meilleure que mon ressenti. C’est vrai que je ne passais pas la soirée de ma vie, et que quand le public n’est pas dedans, certaines choses paraissent pires qu’elles ne le sont vraiment.

En tout cas, c’était très instructif d’entendre Thierno prodiguer des conseils très justes et mesurés. Et ce côté capitaine d’équipe fédérateur… J’étais bluffée, bluffée aussi par l’écoute qui régnait à cet instant solennel. Ça bosse dur au Laugh Steady Crew, c’était juste un anniversaire sans folie. Comme si ça tournait tellement bien que le travail prenait le dessus sur la célébration. C’est peut-être ça, le secret : travailler chaque jour de la même manière, en ignorant les circonstances exceptionnelles.

Après le débrief, j’ai erré de personne en personne, incapable de rester ou de partir, jusqu’au moment où j’ai accepté qu’il fallait se casser. Une nouvelle scène m’attend ce jeudi soir, et après un accident de parcours, il faut remonter en selle tout de suite. Je vais faire ça, donc.

Crédits photo

Anissa Omri © Maayane Bouillon

[post_title] => Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => batignolles-comedy-laugh-steady-crew [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:16 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:16 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7260 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 6699 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-01 09:00:24 [post_date_gmt] => 2019-09-01 07:00:24 [post_content] =>

La rentrée humour, c’est la seule que l’on attend avec impatience. Quand l’école est un traumatisme ou que votre travail vous donne envie de claquer la porte, la comédie est là pour vous sauver.

Raison #1 de kiffer la rentrée humour : le dynamisme des comedy clubs

Vous l’avez sans doute entendu ces derniers mois : Shirley Souagnon veut révolutionner le monde des plateaux. Pardon, comedy clubs. Car si nous ne faisons pas vraiment la distinction aujourd’hui, tout va bientôt changer.

Plateau d’humour vs. comedy club : il va falloir faire la différence !

Pour rappel, un plateau d’humour correspond à un spectacle d’humour avec plusieurs humoristes. Un comedy club, c’est un lieu dédié à l’humour. Vous y retrouvez donc plusieurs plateaux d’humour sur une même semaine, voire sur une même journée.

Le (Jamel) Comedy Club répond partiellement à cette appellation, parce que le nombre de spectacles y est faible. En revanche, le Paname Art Café a su s’ériger en comedy club avec des spectacles qui commencent en début ou fin d’après-midi et qui vont jusqu'à 1 heure du matin. Tous les jours de l’année, même les jours fériés.

À la rentrée, Shirley Souagnon va dévoiler la transformation complète du Jardin Sauvage. La péniche du quai d’Austerlitz a connu un très beau développement cette année avec des scènes ouvertes et des plateaux plus confirmés. Le tout permet à de nombreuses personnes de jouer en français et en anglais.

Dans le même temps, elle va ouvrir un comedy club à la Goutte d’Or, à mi-chemin entre la rue d’Oran et de la rue Léon. Elle explique le tout à la fin de ce podcast (cherchez le logo du spot du rire pour retrouver sa promotion ;-)).

En plus de cela, les plateaux humour qui ont cessé d’accueillir du public cet été vont reprendre de plus belle en septembre. La transition est parfaite pour vous présenter la suite…

Raison #2 : le renouvellement du Laugh Steady Crew

On aurait pu être triste de voir des figures comme Aude Alisque et Manu Bibard s’émanciper du Laugh Steady Crew. Mettons de côté notre nostalgie : la saison 2019-2020 va marquer les esprits. Réservez pour être sûr d’y assister !

Avant cela, un mot sur la photo qui illustre cet article. Elle remonte au premier soir où j’ai assisté au plateau. Ce devait être la dernière soirée de la première saison. Nadim était l’invité du LSC, et j’étais là pour lui et sa trottinette. Depuis j’ai appris à apprécier la troupe autant que les invités. Revenons à aujourd’hui.

Commençons par les gagnants de l’Open Mic de la saison dernière. D’abord, le Gang des Bonnets composé d’Audrey Jésus et de Di Mambro intègre la promotion. C’est un vrai tour de force pour la troupe d’humoristes : sur la scène actuelle, en effet, ils ont une sacrée cote.

Si on parle moins d’elle, je peux vous dire qu’on me vend Anissa Omri en coulisses comme une future pépite. J’aime beaucoup ce qu’elle fait, et j’attends de voir cette tendance confirmée. Je suis comme Saint-Thomas, je dois en avoir le cœur net. La bonne nouvelle, c’est que l’exercice du test est parfait pour progresser rapidement. Un terrain de jeu qui conviendra également à Mahaut, bientôt en spectacle à la Petite Loge et qui pourra bénéficier d’un public plus large. Un exercice auquel elle a déjà pris part en passant par Le Meilleur Podcast d’Arezki Chougar cet été !

Des découvertes et des humoristes confirmés

Le Laugh Steady Crew, c’est aussi une émulation. Pour permettre à chacun de s’élever, il faut quelques humoristes qui ont de la bouteille. Dans le domaine, Hugo Gertner et Loïc Fontaine répondront présents. Ancien auteur du côté de chez Canal+, Hugo Gertner pourra s’en donner à cœur joie sur les thèmes imposés. Loïc Fontaine joue son spectacle depuis plusieurs années. Passé par le Théâtre la Cible en 2016, il a ensuite attiré un public plus large au Sentier des Halles ou au BO Saint Martin.

Enfin, certains auront l’avantage de connaître la maison : Avril et Pierre DuDza. On attendra nécessairement plus d’eux que l’année dernière. Bonne nouvelle pour eux : leur progression de l’an dernier et leur laboratoire de blagues, les Ouais Ouais Ouais, vont les y aider. Sans compter le spectacle à venir d’Avril à la Petite Loge. On vous en parle bientôt !

Raison #3 : les nouveautés des petites salles en cette rentrée humour

Eh oui, encore une transition parfaite en cette rentrée humour. Comme chaque année en septembre et en octobre, la programmation des théâtres évolue. Pour mieux vivre ce chamboulement, Le spot du rire vous propose un dispositif d’envergure.

Raison #4 : 1 jour, 1 reco, pour y voir plus clair dans la nouvelle génération humour

C’est du jamais vu sur le site : du 2 au 27 septembre, nous vous proposons la rubrique 1 jour, 1 reco. Du lundi au vendredi, à 10 heures, vous pourrez ainsi découvrir un spectacle à voir en cette fin d’année.

On est très fier de vous proposer cette nouveauté, qui amène une nouvelle supplémentaire !

Raison #5 : Le spot du rire plus mobilisé que jamais dès cette rentrée humour

Nous vous parlions de reconversion en tout début d’article… Ce n’est pas anodin. Cela fait plus de 5 ans que je navigue dans un monde très différent de l’humour. Et justement, l’humour a eu raison de ma vocation première.

Aller voir autant de spectacles et croire que l’on va pouvoir continuer à mener deux vies professionnelles, cela ne dure qu’un temps. J’ai fait un peu comme Sophie Bergeot (cf. Le Meilleur Podcast #21), et aujourd’hui, Le spot du rire est ma seule occupation.

Je vais bénéficier d’un accompagnement pour augmenter la portée de ce média humour. Car comme Shirley souhaite le faire en professionnalisant les plateaux, je veux aussi transformer cette activité pour la rendre pérenne.

Dans l’immédiat, on va vous proposer plus de contenus et on commence avec le retour des interviews. J’ai réussi à dénicher des rédacteurs passionnés, qui ont tous au moins rendu une production de qualité. Parmi elles, la présentation du festival de Concarneau, prévu en octobre. C’est pour moi essentiel de varier les points de vue, car ce que j’aime n’est pas forcément ce que vous appréciez. Plus les avis divergeront, plus il y aura de chances que nos recommandations vous parlent.

Pour le moment, tous mes rédacteurs sont des hommes et c’est dommage car j’ai vraiment besoin de diversifier tout ça. C’est l’un des nombreux axes de travail qui nous attend.

D’ici-là, bon retour en plateau d’humour et dans les salles de spectacle !

Et vous, pourquoi attendez-vous la rentrée humour ?

Dites-nous tout ! Qu’avez-vous envie de voir ou de retrouver en priorité ? ;-)

Crédits photo

© Laugh Steady Crew

[post_title] => 5 raisons de kiffer la rentrée humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rentree-humour-2019 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-01 09:15:41 [post_modified_gmt] => 2019-09-01 07:15:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6699 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6290 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-22 10:43:16 [post_date_gmt] => 2019-06-22 08:43:16 [post_content] =>

La fin de saison des plateaux humour approche. Pour autant, les organismes ne sont pas éreintés. Vous avez toujours la pêche pour rire ? Ils sont fidèles au poste, et je les ai vus se démener pour vous faire rire !

After Work Comédie

Lucie Carbone monte en puissance : showcase à la Petite loge d’un côté, création d’une scène ouverte un peu spéciale. En résumé, c’est le Laugh Steady Crew des artistes par les artistes.

Comment ça marche ? Chaque semaine, Lucie propose une série de thèmes sur l’actualité dans un groupe d’humoristes qui ont les crocs. Au début, c’était premier arrivé, premier servi. Alors évidemment, les abus allaient bon train. Si je parlais comme Tania Dutel, ça donnerait ça :

V’là ti pas qu’ils postent un commentaire pour être premiers de la liste, et ils le modifient pour avoir le thème de leur choix…

Depuis, les humoristes doivent proposer une punchline et Lucie sélectionne les meilleures pour décider qui joue. C’est grosse logistique pour offrir un spectacle de qualité par la toute nouvelle génération du rire en plateaux humour. Le format est très convivial et oscille entre talk-show et sketches inédits.

Qui participe ?

Hugo Gertner, Audrey Baldassarre, Julie-Albertine Lona Jackson, Mahaut, Mathias Fudala, Thibaud Agoston… ou encore Arezki Chougar et Rémi Lufuta ! Plein de monde s’alterne ainsi chaque mardi à 19h45 au Jardin Sauvage.

Ça dit quoi ? Comedy Club

La Boîte à rire continue de se faire une réputation. Ce théâtre ouvre ses portes à de jeunes humoristes. Oui, il faut faire le tri — mais c’est à ça qu’on sert au spot du rire ! On y avait déjà apprécié Adrien Montowski et Fabien Guilbaud, et aussi les plateaux Laughing Box Comedy et Cap ou pas cap comedy.

Depuis plusieurs semaines, le Ça dit quoi ? Comedy Club investit la salle. Aux commandes, Mathieu Polo et Alexis Tramoni. Le mode est très petit, parce que j’ai travaillé avec le frère de Mathieu Polo pendant un certain temps. Vu comment il citait sans aucune difficulté le répertoire entier de Kad et Olivier sur Comédie, je me disais que ça allait être assez beau de voir un autre membre de la famille amuser la galerie.

Zoom sur les maîtres de cérémonie, Mathieu Polo et Alexis Tramoni

Mathieu Polo a un style très tranquille. Pas tranquille comme Djimo, mais mesuré et posé. Il monte sur scène depuis moins de six mois, et sa formation au conservatoire l’aide à avoir une certaine prestance.

Au début, je croyais qu’il tombait dans des lieux communs, mais il nous a vraiment surpris avec des retournements de situation très appréciables. Il commence tout juste à montrer sa bouille sur les programmations de plateau, et j’ai hâte de voir son évolution !

Alexis Tramoni, c’est autre chose. Il est complètement dingue, presque dans un état second. Au début, j’ai vraiment cru que c’était un ringard fini. Il hurlait dans le micro et se foutait de lui-même avec une désinvolture inédite.

En réalité, le rire vient de là. Il nous arrive aussi violemment qu’avec un Florent Mathey ou un Monsieur Fraize. Ou mieux encore, un Timothé Poissonnet : ils jouent sur la même corde. Comment fait-il pour nous proposer un tel truc ? On finit par craquer et pleurer de rire. Un peu comme pour Yacine Belhousse, ne résistez pas à l’univers de ces artistes, ou vous allez saigner du nez. C’est la règle n°1 des plateaux d’humour, ça va de soi.

Qui participe ?

Parmi les premiers invités, vous pouvez découvrir plusieurs noms sympathiques. Alexandre Di Mambro, par exemple, mais aussi Timothé Poissonnet (l’association avec Tramoni est cocasse). J’étais là quand ils ont essayé de récupérer Pierre Thevenoux. Ça commence à être lourd.

Le Cercle du Rire

Mon histoire avec le Cercle du Rire a mal commencé. Le premier organisateur a accompli un travail formidable pour hisser son plateau vers la notoriété. Mais avec le spot du rire, ça s’est mal passé. Harcèlement pour parler du plateau, puis pour venir. On ne va pas se mentir, il y a eu clash.

Heureusement, aujourd’hui ce sont deux filles extrêmement drôles qui mènent la danse : Elsa Bernard et Anissa Omri. La dynamique a complètement changé, le lieu aussi : Alf, dans le 11e arrondissement.

C’est au Cercle que j’ai rencontré Alexis Tramoni. Et je l’ai revu en juin, quelques jours après le Ça dit quoi ? Comedy club. Il ne hurlait plus dans le micro, et restait drôle. J’étais étonnée de cette palette.

Karim chauffait la salle et Anissa gérait le tout tandis qu’Elsa se prélassait probablement en Corse. Ce plateau d’humour est cosy, tranquille. Tu es aussi bien installé qu’à Dimanche Marrant à la Brasserie Barbès, sans la sensation d’être dans la ligne 13 !

Qui participe ?

Encore du beau monde, décidément ! Là, on avait carrément Yacine Belhousse. Mais aussi Pierre Thevenoux (Il est partout, ou alors je le suis ? Je vous laisse juge.), Adrien Montowski… et le revenant Julien Chapel. Ça faisait longtemps, depuis la fin de son spectacle à la Cible ! Si vous l’aimez, sachez qu’il revient en plateau…

Les Ouais Ouais Ouais

Un point super rapide sur ce nouveau podcast. Les deux recrues du Laugh Steady Crew ont joué à Nantes. Qui dit Nantes dit Tocards (on y vient).

Et du coup, ils enregistrent un podcast commun ce dimanche. Et bientôt, je vais sûrement m’incruster. Voilà comment on se sent quand on sait ça :

Fin du mois en apothéose

Le mois de juin est déjà bien rempli ? Je ne vous parle pas trop du Point Virgule fait l’Olympia : c’était une soirée assez classique avec des blagues déjà entendues ici et là. Le genre de soirées essentielle pour le grand public, mais qui n’a pas grand intérêt si vous savez déjà trouver vos soirées stand-up en toute autonomie.

La programmation était de meilleure qualité que quand j’y suis allée il y a deux ans. Or, j’ai quand même entendu des gens du public dire qu’il y avait deux-trois personnes à chier. Si c’est eux qui le disent, je ne suis pas responsable. En réalité, les soirées du groupe JMD sont un panorama pour plaire au plus grand nombre. Chacun prend l’humoriste qui lui convient et il y a peu d’entre-soi comme en plateaux humour.

Et là, comme c’était Antoinette Colin et le Point Virgule aux commandes, c’était mieux que d’habitude. Arnaud Tsamère était meilleur dans l’exercice du maître de cérémonie que Nicole Ferroni au FUP. Fin de la parenthèse, je pensais déjà à la fin de mon mois. Je vous la présente, histoire que vous puissiez la vivre aussi !

Antoine Sentenac et les 2 tocards

La distance entre Paris et Nantes se réduit de minute en minute. On connaît bien les 2 tocards font du stand-up. On connaît moins Antoine Sentenac, mais ça va changer ! En effet, Antoine Sentenac fera sa première date parisienne à la fin du mois.

Ce sera encore une fois au Théâtre la Cible. Si vous n’avez qu’un spectacle à aller voir, c’est peut-être celui-là. Antoine Sentenac, c’est le Blaise Bersinger nantais. Comprenez : ses collègues humoristiques l’érigent souvent en exemple, ou du moins en name dropping. On en entend parler, le bouche-à-oreille artistique fonctionne bien.

Parce que des images valent mieux qu’une description fleuve, je vous invite à aller voir son profil Instagram. Cela devrait suffire à vous convaincre de prendre votre place pour cette date unique du 29 juin à 19 heures.

Ensuite, vous pourrez continuer avec les 2 tocards, Kévin Robin et Maxime Stockner. Pas d’excuse, ils jouent au même endroit à 21 heures !

Léopold

Léopold est aussi un fou. Je vous ai sûrement déjà parlé de sa chaîne Twitch à demi-mot : il propose des talks avec d’autres humoristes (coucou le Meilleur Podcast) et de nombreuses autres choses.

En juin et juillet, il joue ses dernières dates à la Comédie des 3 bornes. Le vendredi ou le samedi, vous avez le choix, mais soyez là à 20 heures. Je sens que ça va être un bon moment, alors je vous recommande déjà de tenter l’expérience. Si vous l’avez vu dans des plateaux humour, vous connaissez déjà son univers et vous savez que vous rirez.

Ce n’est pas toujours le cas pour tout le monde, mais j’y vais en toute confiance pour lui.

Bonus : la fin d’une ère

Ce matin, avant d’écrire ces lignes, je regardais le dernière épisode de Mauvaise Langue. J’espère que ça continuera, mais je voulais saluer la prouesse de 22 épisodes pour cette saison 2 !

Autre fin à prévoir : le 33 Comedy ne se tiendra plus à la Grange après ce mois de juillet. Il vous reste, à l’heure où j’écris, six chances de (re)vivre une belle soirée de stand-up à la Grange. Je vous copie le message des organisateurs :

Ça y est ! Elle était plus ou moins annoncée par les bookmakers du monde entier, c'est la fin. La fin du 33 Comedy à La Grange.

Loin de nous l'idée de vous dire que parce que c'est les dernières, il faut absolument venir. Mais c'est les dernières donc il faut absolument venir.
Pour les 6 derniers épisodes de la série 33 Comedy, on a décidé d'inviter 1 humoriste chaque mardi qui a marqué notre petite histoire.

Le premier de cette série, c'est Haroun. Il a été le tout premier à poser ses pieds sur la scène du 33. Il avait à peine 8 ans et il faisait des blagues sur le fait qu'il avait pas une tête d'humoriste.

Aujourd'hui, il fait partie des figures du stand up en France.

Dépêche-toi de réserver !

Tu peux aussi déjà réserver tous tes mardis de juillet. On va te dire au revoir proprement.

Bisous,
Antek, Ghislain Blique, Jean-Patrick / Je Suis Lapin

33 Comedy Winterfell

Mon 33 Comedy

Le 33 et moi, c’est une putain d’histoire d’amour. J’y ai rencontré tellement d’humoristes. J’ai joué là-bas, les gars. Ça ne s’oublie pas dans l’écosystème des plateaux humour. J’ai raconté trop d’anecdotes personnelles dans ces loges. J’ai même amené un rendez-vous Once une fois (c’est comme Tinder, mais dans le déni de Tinder). C’est n’importe quoi.

J’ai vu Nadim et Jean-Philippe de Tinguy dans la même soirée, cette même soirée où j’ai rencontré Florent Mathey. J’ai rencontré Antonin, qui écrit pour moi aujourd’hui sur de l’improvisation. Il était avec Els - Lost in France, quoi !

C’est là où j’ai gagné les chaussettes que Ghislain offrait dans Sympa la vie. Effectivement, vu qu’elles étaient à ma taille, je sens qu’il s’est bien fait arnaquer par Lidl. Réécoutez tous les épisodes pour comprendre !

J’ai amené des gaufres. J’ai vu Odah et Dako deux fois et ils ne doivent plus se souvenir de moi. Putain, c’est la famille, quoi. Mieux que France 98. Aussi bien qu’un Fifa chez Manu Bibard où je perds lamentablement en ayant dit que j’étais trop douée.

J’ai vu Louis Dubourg parler de son coloc en tailleur. J’étais là quand ils faisaient Antek on R. Je ne sais pas quoi vous dire, allez-y pour vous recueillir. Le Lourdes du stand-up. Je suis en plein craquage, mais c’est trop grave ! Je m’enflamme. Pardon. Allez-y, c’est tout.

Merci les gars. Merci les plateaux humour.

[post_title] => 5 expériences marquantes de juin 2019 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateaux-humour-juin-19 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-06-22 12:30:49 [post_modified_gmt] => 2019-06-22 10:30:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6290 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6283 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-06-16 14:28:19 [post_date_gmt] => 2019-06-16 12:28:19 [post_content] =>

Le 14 juin dernier, c’était la dernière soirée de l’année du Laugh Steady Crew. Pour l’occasion, un open mic ouvrait la soirée best of de la troupe. 3 nouvelles recrues potentielles émergeaient : Anissa Omri, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro.

Un open mic pas comme les autres

Pensez-vous que les scènes ouvertes, c’est la foire ? Si oui, détrompez-vous ! Ce soir-là, le niveau était en effet plus que relevé. Renaud Sanviti débutait la soirée avec du stand-up bien calibré. Surprenant dans ses axes, il avait besoin d’encore un peu de bouteille… Dans un open mic classique, il aurait marqué les esprits.

Le problème, c’est qu’Anissa enchaînait juste après. Je ne l’avais jamais vue mais on m’avait dit que son talent est indéniable. Après vérification, je confirme qu’il disait vrai. C’était fin, malin, inattendu — là encore, le talent me saute aux yeux pour quelqu’un qui arrive tout juste dans le jeu.

Bien entendu, certaines personnes n’étaient pas d’une originalité folle. Pourtant, ces garçons-là assuraient l’ambiance et ne bidaient pas. Je vous avoue que mon esprit attendait la suite : le gang des bonnets swag. On en reparle un peu plus bas.

Avant, je voulais vous présenter Max Lemire. À mon sens, il a tenté un numéro d’équilibriste. Pas de magie ou de jongles au programme, mais une imitation des magazines d’enquête à la télévision. Sujet casse-gueule. Mauvaise Langue le singe depuis le début, cela devient presque un running-gag. Regardez cette séquence pour vous en convaincre. Et pourtant, le jeu était impeccable. Il a tiré avantage de ce lieu commun pour créer une connivence avec le public. C'était gagné pour lui.

Alexandre Di Mambro et Audrey Jésus, ou le gang des bonnets swag

La fin du plateau approchant, Audrey Jésus arrive sur scène. Comme d’habitude, son univers bien à elle porte son passage. Le public est convaincu, ce qui n’a rien d’étonnant pour moi ! Le premier membre du gang des bonnets swag repart le couvre-chef haut.

Le dernier de la soirée, Alexandre Di Mambro, termine en apothéose. Il produit un effet similaire à celui de Paul Mirabel l’an dernier. On sait qu’on a affaire à un artiste autant qu’un humoriste. Sa présence est indéniable et son parcours ne fait que commencer.

Le plateau s'achevait avec une sélection à l’applaudimètre. Le résultat n’était pas étonnant, comme si c’était écrit et qu’une sélection artistique se jouait en coulisses. Je vous avoue que j’étais sûre qu’Anissa, Audrey Jésus et Alexandre Di Mambro allaient remporter la timbale. J’ai donc vu juste. À la fin, Renaud Sanviti recevait des félicitations : j’ai encore vu juste. Ou alors je suis coordonnée à la ligne éditoriale du Laugh Steady Crew 2019. Qui sait…

Un an avant, une heure après

Pour rappel, ces trois-là succèdent à Avril et Pierre DuDza. Voilà qui prouve qu’avec des styles diamétralement opposés, on peut faire la différence. Parce que pour le coup, les crus 2018 et 2019 n’ont rien à voir. Aucun des deux n’a cette aura qui chamboule le monde des critiques. Et pourtant, Pierre DuDza fait partie des ovnis. De son côté, le truc d’Avril, c’est l’écriture et un brin de folie.

Sur scène au best of, tous les deux ont réalisé une très bonne prestation. Je n’ai jamais vu Pierre autant dans son élément : depuis le temps qu’on me l’annonçait, cela faisait vraiment du bien. Je vous avoue que j’étais perdue en voyant Avril. La performance commençait comme d’habitude, mais j’observais quelque chose de très différent.

J’ai une théorie pour l’expliquer, c’est qu’il a deux Avril. Le premier, c’est celui que j’ai rencontré au O’Friendly. Un peu en retrait, dans la retenue, calme et pondéré. Le geek qui te parle des nombres premiers. L’autre Avril n’a rien à voir — le jour et la nuit, donc, celui du lâcher prise. Vendredi dernier, c’est celui-là qui voulait éclore. Ma prédiction de mars dernier, c’était qu’il fallait attendre ce moment. Ça s’approche de plus en plus, en un an, c’est plutôt bien.

J’ignore si les trois sélectionnés de l’open mic vivront de telles révélations/évolutions la saison prochaine. Tout ce que je peux vous conseiller, c’est d’aller au Laugh Steady Crew l’année prochaine pour voir comment cela évolue !

Crédits photo

Affiche de la dernière soirée du Laugh Steady Crew Open Mic © Laugh Steady Crew

[post_title] => Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anissa-omri-audrey-jesus-alexandre-di-mambro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:44 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:44 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6283 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 12 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010878 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-16 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-06-16 06:00:00 [post_content] =>

Peut-on rire de tout ? Rassurez-vous, nous n’allons pas vous soumettre une thèse pour raviver le débat. Aujourd’hui, nous vous partageons une heure et demie de pur plaisir pour répondre à cette question !

Peut-on rire de tout ? Une bonne fois pour toutes et Ambroise Carminati vous répondent !

Depuis son lancement, le podcast Une bonne fois pour toutes aborde les questions qui ne trouvent jamais de réponse. Elsa Bernard, Anissa Omri et Lisa-Margaux Omri invitent leurs collègues humoristes pour échanger autour de chroniques bien senties et d’anecdotes croustillantes.

L’épisode que nous vous partageons aujourd’hui sort du lot. D’une part, l’invité du jour est le plus connu jusqu’ici. Un petit génie de la comédie qui sait tout faire, comme en atteste sa page Wikipédia. Loin des méga-stars qui remplissent des Zénith, Ambroise Carminati mise sur la qualité et jouit d’une véritable reconnaissance dans son milieu. D’ailleurs, c’est lui, Ambroise du duo Ambroise et Xavier.

Bref, c’était sans conteste l’homme de la situation pour une question aussi débattue dans notre milieu ! Quand j’ai commencé à écouter cet épisode, je partais sur de belles attentes… Je n’ai pas été déçue, loin de là !

Dès la chronique d’Anissa, vous serez dans l’ambiance

Lire des commentaires sur un article putaclic avec le bon ton, ça ne s’improvise pas. Profitez de toute une palette de personnages (pour le coup réels) en quelques minutes seulement. Prenez des notes, Anissa Omri s’en sort à merveille. Et s’il vous reste du temps et que son nom ne vous dit peu de choses, allez relire notre interview avec Anissa !

Ensuite, l’épisode embraye sur la discussion et les protagonistes abordent plusieurs perspectives. C’est vraiment instructif, réfléchi et ça va bien plus loin que les discours habituels. Pour le reste, nous vous laissons la primeur de la découverte, profitez, c’est un bonbon parmi les podcasts humour !

Crédits photo

  • Ambroise Carminati © Laura Gilli
  • Anissa Omri et Elsa Bernard © Charlotte Mallo
  • Lisa Margaux Omri © Une bonne fois pour toutes
[post_title] => Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rire-de-tout-debat-podcast [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-14 12:28:56 [post_modified_gmt] => 2021-06-14 10:28:56 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010878 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 12 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 90c35185deac878f8bdd375c132015d3 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Anissa Omri

Peut-on rire de tout ? Les invités de l’épisode d’Une bonne fois pour toutes

Peut-on rire de tout ? La réponse en podcast !

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 3/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 3/6

Comedy Clubs à Paris : comment faire émerger les nouveaux talents ?

Les comedy clubs, usines à formater les humoristes ?

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Anissa Omri, découverte humour et stand-up du spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2020 - Anissa Omri

Un énorme dindon : citation intégrale créée par la communauté d’Anissa Omri

Un énorme dindon pour sauver la comédie

Interviews du spot du rire : une sélection des meilleures anecdotes

Interviews du spot du rire : revivez 10 moments cultes

Arezki Chougar, découverte humour et podcasteur sur le spot du rire

La découverte du mois – Février 2020 – Arezki Chougar

Après les Batignolles, on a vu Anissa Omri et Humourman cartonner au Laugh Steady Crew

Des Batignolles au Sacré Frenchy : deux salles, deux ambiances

Rentrée humour : le Laugh Steady Crew bien avant la saison 2019-2020

5 raisons de kiffer la rentrée humour

Plateaux humour : la fin du 33 comedy à la Grange !

5 expériences marquantes de juin 2019

Alexandre Di Mambro, Audrey Jésus et Anissa Omri sélectionnés à l'Open Mic du Laugh Steady Crew

Anissa Omri, Audrey Jésus et Alex Di Mambro : l’avenir de l’humour ?