Catégorie : Festivals humour

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [category_name] => festivals-humour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 607
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 607
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [category_name] => festivals-humour
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [tag] => 
            [cat] => 607
            [tag_id] => 
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [field] => ID
                            [terms] => 607
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 607
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => festivals-humour
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => category
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 607
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [category] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 607
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (607) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (607) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (607)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1011282
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-08-31 15:41:10
                    [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10
                    [post_content] => 

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1011275 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-29 17:49:01 [post_date_gmt] => 2021-08-29 15:49:01 [post_content] =>

Le spot du rire assistait pour la première fois à une institution du rire : le Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Un rendez-vous pris de longue date, qui a suscité beaucoup d’attentes… et de pression puisque nous figurions dans le jury.

Avant de vous livrer les coulisses dans un papier qui reviendra sur chaque prestation et les à-côtés du festival, faisons le point sur les primés.

William Pilet et Harold Barbé, artistes aguerris et trop longtemps ignorés, séduisent le jury du Festival National des Humoristes

L’humoriste William Pilet a remporté les faveurs du jury du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Cet humoriste absurde a déployé son comique d’accessoires pour surprendre tout en finesse un public en liesse.

Interview de William Pilet par la presse locale (source : le Dauphiné Libéré)

Harold Barbé a quant à lui remporté le second prix du jury grâce à un passage qui montait en puissance. Entre stand-up caustique et act-outs savoureux, l’artiste Caennais a confirmé son statut de vieux routard du rire.

Troisième artiste et meilleur des autres, Avril a été le dernier artiste largement cité par le panel de professionnels autour de la table. Le jury a récompensé ses choix scéniques originaux et son travail soigné de mise en scène. Prometteur, mais pas suffisant pour recevoir un Bouffon au contraire de William et Harold !

Envie de voir ces artistes à Paris ? William Pilet jouera à la Petite Loge les vendredis 17 et 24 septembre à 20h. Harold Barbé n’a actuellement pas de programmation parisienne, mais si vous êtes chauds, il sera à Lagny-sur-Marne (77) le samedi 6 novembre à 21h. Avril reprend son spectacle au Métropole tous les mardis à 20h à partir du 14 septembre.

Au Festival National des Humoristes, les Apollons restent les chouchous du public 

Entre le public des festivals et les Apollons, l’histoire d’amour continue. Ne vous fiez pas au nom de ce duo comique. Il donne l’impression de voir des artistes jouer la carte d’un humour 100% vieillot… Leur prestation techniquement très soignée séduira un public familial venu s’amuser sans prise de tête.

William Pilet terminait légèrement derrière ce duo, ce qui n’a rien d’étonnant. Lors de la première soirée de découvertes, il a largement creusé l’écart en matière de volume de rires.

Dans les coulisses d’un des festivals d’humour les plus cotés : zoom sur la programmation et le jury

Avec plus de 30 ans d’existence, le festival de Tournon est l’un des plus en vue. C’est l’un des rendez-vous phares pour découvrir de nouveaux talents. La recette : des talents triés sur le volet, jugés sur un passage de 30 minutes. Les ordres de passage et les mélanges d’univers sont savamment orchestrés.

Pour le comparer aux Best de l’Humour dans lequel j’étais également jury, l’approche est beaucoup plus professionnelle. Vous connaissez forcément le président du jury, Alexandre Pesle. Pas forcément de nom, mais si vous êtes déjà tombé sur Caméra Café, vous avez forcément aimé Sylvain de la compta. Alexandre Pesle est également un auteur aguerri, qui a notamment contribué à l’écriture de la série H

Un panel varié, aux sensibilités artistiques différentes mais animé de la même passion

J’ai croisé à de nombreuses reprises Amandine Guillot lorsqu’elle travaillait à l’Alhambra. Aujourd’hui, elle œuvre pour le festival Performance d’Acteur à Cannes et a récemment rejoint l’équipe du Montreux Comedy. Sa présence aussi soutenue était forcément un gage de qualité. Marion Monin-Iacono écrit pour le magazine We Love Comedy, rattaché au Paname Art Café. Depuis son arrivée, étrangement, les contenus de ce site web sont meilleurs. Elle a rejoint l’un des comedy clubs historiques de la capitale dans le cadre de son master en alternance en journalisme culturel. Sa curiosité et son regard artistique déjà bien affûté lui ont permis d’être tout de suite à l’aise dans l’exercice, bien loin d’être impressionnée par le cadre du festival.

Je vais également citer Nina Lamparski, la touche internationale du jury. Si elle travaille à l’AFP sur des questions internationales, elle a l’expérience de plusieurs festivals internationaux réputés en Écosse (oui, c’est le Fringe) et en Australie. Arrivée légèrement plus tard car supposée cas contact, l’humoriste Cécile Giroud apportait une vision d’artiste à ce jury, complétant ainsi celle du président Alexandre Pesle.

Il y avait aussi des amateurs d’humour plus populaire comme Thierry Roudil, à la tête d’une salle atypique et réputée, l’Appart Café. Capable d’apprécier un Harold Barbé à l’humour très soigné, il se défend aussi d’apprécier Julien Bing (nous y reviendrons). Vincent Pillet, responsable des programmes à l’antenne locale de France Bleu, avait lui aussi un regard plus rustique.

Des programmations à la pelle, la promesse de carrières qui décollent

Outre les prix, chaque artiste a bénéficié de la présence de professionnels francophones du spectacle vivant. Venus des quatre coins de la France mais aussi de la Belgique et la Suisse, ils venaient faire leur marché.

Plusieurs artistes ont reçu des propositions de programmation, tremplins humour et même des masterclass. Tout est bon dans l’accompagnement. Plus sérieusement, la réputation du festival apporte toujours un boost appréciable aux artistes qui marquent sur scène.

Cette année, la programmation était comme souvent très bonne. De l’aveu des organisateurs, elle était meilleure que précédemment car tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Pas un seul bide n’a été observé… Peut-être était-ce la présence d’une première partie quotidienne et malaisante qui explique à elle seule le désamour des jeux de mots. Vincent Roca arrivait chaque jour sur scène avec un PowerPoint d’images qu’il commentait avec des jeux de mots. Résultat des courses : le soulagement de voir un artiste faire autre chose, sous réserve qu’il ait bien travaillé, allait aider le public à se détendre.

Du génie festivalier ou une erreur de casting ? Je n’ai pas osé demander : après tout, ils prenaient en charge tous les frais sur place. Règle d’or de l’invité : on fait profil bas sur la critique sur place. Après, c’est autre chose…

Des jeux de mots, quand c’est bien fait, pourquoi pas. Sur un ton professoral et sans votre consentement, vous rigolez moins.

Il allait en chercher quelques-uns très loin, mais davantage pour montrer qu’il connaît le dictionnaire que pour apporter quelque chose de plus à la comédie. Il les annonçait avec un ton nonchalant, presque celui d’un professeur sans histoire qui jouit de voir son audience devoir écouter sans pouvoir s’échapper. Le fond et la forme rendaient ce moment généralement raté. Les petits rires, disparates et pas toujours homogènes, contenaient malgré tout cela de vrais mordus de son univers. Nous sommes en festival, tout est normal.

Tournon en bref : dans le prochain épisode

La retenue, c’est bientôt fini. Ce festival a été une expérience très intense. Je vous ai raconté mon expérience à Tournon-sur-Rhône de la manière la plus neutre possible… Sauf pour Vincent Roca, car c’est important de garder des bases « spotiennes ». Objectif : réduire l’influence de ces expériences qui contribuent au nivellement par le bas de la comédie.

Dans le prochain épisode, on passe à ce qu’on a vraiment pensé de tous les protagonistes. Nous avons traqué tout départ de feu menant à des injustices comiques, surveillé tout dérapage non contrôlé d’artistes ou de professionnels. Mais aussi chassé les anecdotes inédites au plus près des artistes (même s’ils ont tenté de nous séparer, ces petits malins de bénévoles). C’était épique, il y avait des larmes (je n’ai pas dormi) mais pas de sang, donc ça va. Impatients ? Moi aussi, car à l’heure où j’écris ces lignes, la suite n’est pas encore écrite et le mystère demeure sur la forme que cela va prendre…

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => 32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-national-humoristes-williampilet [to_ping] => [pinged] => http://www.welovecomedy.fr/actualites/quelle-est-la-situation-pour-les-petits-theatres-en-ce-debut-dannee?fbclid=IwAR2J5zCPYzREJDOIBCbKGliOcho04PW-0i7fdBUeuA-hPusmYV2rSZaYUhU [post_modified] => 2021-08-31 16:08:05 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:08:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011275 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1009108 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-13 08:48:40 [post_date_gmt] => 2020-10-13 06:48:40 [post_content] =>

Chaque année, le spot du rire se déplace hors de la capitale pour voir l’humour sur le terrain. Tournon-sur-Rhône sera notre prochaine destination, dans le cadre de leur 32e Festival National des Humoristes.

Mise à jour - En raison des confinements successifs, les organisateurs ont pris la décision de reporter le festival à plusieurs reprises. Nous nous rendrons donc à Tournon pour les soirées découvertes, du 26 au 28 août 2021 !

Festival de Tournon-sur-Rhône : entre tradition et modernité ?

L’avantage de ce festival : les 8 artistes des soirées découvertes ont 30 minutes pour se vendre. Pour cette édition 2021, initialement prévue en août, sauvée in extremis en novembre et finalement remportée, la programmation est prometteuse. Vous pouvez d’ailleurs réserver vos places sur ce site !

Je ne connais pas tous les humoristes qui seront en lice : les Apollons, Léa Crevon et Serine Ayari (qui remplace finalement Julie Geller !) seront des découvertes totales. J’ai déjà entendu parler des Apollons et vu des extraits : ils feront sans aucun doute partie du volet « tradition » de l’humour. Pour Léa, je conserverai donc la surprise… Sérine s’impose de plus en plus sur la scène francophone, hâte de la découvrir !

J’ai aussi hâte de revoir Inno JP. Comme vous l’avez sans doute lu lors des Best de l’Humour, l’originalité de sa prestation ne m’avait pas pleinement convaincue. Pour autant, sa technique et son aisance sur scène jouaient grandement en sa faveur (il avait remporté le tremplin, d’ailleurs). Ces éléments font de lui un client très sérieux pour plaire au public et au jury…

Et cela lui donne une autre chance de me séduire et me faire retourner ma veste ! Je lui souhaite, en tout cas. Tout comme Julien Bing, dont l’humour daté et déjà vu m’avait laissée, pour le coup, de marbre. Tant que ça fait rire et que ça marche, cela dit, où est le mal ?

William Pilet, Harold Barbé et Avril seront ceux que j’observerai le plus attentivement. Convaincants en spectacle comme en plateau d’humour, ils amènent tous les trois des prestations singulières et des univers marqués. William Pilet est un dandy du rire ultra-original qui ne se prend pas au sérieux. Harold Barbé, avec sa double-triple casquette professionnelle et son histoire, est aussi hilarant qu’attachant. Enfin, la polyvalence d’Avril et sa capacité à se réinventer pourraient aussi créer la surprise.

Tournon-sur-Rhône : le palmarès 2019

L’an dernier, les soirées découverte accueillaient du beau monde. 100% des primés 2019 ont su me convaincre :

  • Grand Prix du Jury, Crédit Agricole Sud Rhône Alpes : Thibaud Agoston
  • Prix du Jury Appellation Saint-Joseph / Christian Varini : Morgane Cadignan et Tristan Lucas
  • Prix du Public Villes de Tournon sur Rhône – Tain l’Hermitage : Tristan Lucas

Un mot sur ce festival

Pour la première fois, je serai invitée à un festival hors de Paris (au-delà des places de spectacle). Pour les précédents, je n’avais pas cherché à me faciliter la vie et mon expérience était plus restreinte.

Ce sera l’occasion pour moi de voir comment se passent ces événements au plus près de leur organisation. Rencontrer les décideurs qui traînent dans ces endroits particuliers, connaître leur point de vue sur la nouvelle génération, etc.

Je l’ai choisi pour sa renommée, son envie manifeste de brasser les styles d’humour et pour cette possibilité d’entrer dans les coulisses. Ça me tenait à cœur, malgré les difficultés liées à la situation sanitaire actuelle, de continuer à me déplacer.

J’ai hâte de vous raconter cette expérience, parce qu’on l’a attendue depuis longtemps !

[post_title] => Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-sur-rhone-festival [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-21 09:56:01 [post_modified_gmt] => 2021-06-21 07:56:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009108 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1006076 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-06-26 10:14:00 [post_date_gmt] => 2020-06-26 08:14:00 [post_content] =>

Le Festival d’Humour de Paris, ou FUP 2020, devait se tenir en mars dernier. Au Grand Rex, les soirées annulées ont pu trouver de nouvelles dates. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, l’annulation tardive des soirées restantes ne leur a pas offert le même sort.

Pendant le confinement, Antoinette Colin, directrice artistique du Point Virgule, parlait d’une annulation de la soirée jeunes talents lors d’un live du Trempoint. Elle s’empressait d’ajouter qu’elle ne voulait pas laisser les artistes comme cela, et qu’elle trouverait un moyen d’organiser quelque chose.

FUP 2020 : il y a plein d’humoristes pour demain !

On a envie de la soutenir. Chaque année, Bobino ouvre ses portes à des jeunes talents. Alexis le Rossignol vous ferait-il rire sur France Inter sans cette soirée, qui l’a sacré prix SACD pour ses talents d’écriture et son originalité ? Djimo aurait-il fait rire le public de Clique ou attiré l’attention des Inrocks ou de France 5 sans le FUP ?

Permettez-moi d’en douter, ou bien de me dire que ça leur aurait pris un peu plus de temps. Le problème, maintes et maintes fois scandé par les jeunes artistes, c’est que sans attaché de presse, il est bien plus difficile d’attirer l’attention.

D’ailleurs, entretemps, Rosa Bursztein a trouvé une attachée de presse plutôt bien implantée dans le milieu (excusez du peu !), Léo Domboy. Elle va jouer au Point Virgule à la rentrée. Les planètes s’alignent pour elle, et c’est tant mieux. Mais quid des autres ?

Grâce au Point Virgule, au Trempoint et au FUP à Bobino, les artistes bénéficient d’une rampe de lancement qui a très souvent fait ses preuves. Ce modèle de détection est vertueux. D’autant plus que même si certains sont plus ou moins favoris sur le papier, ce qui fait la différence, c’est en grande partie la prestation le jour J. Les artistes jouent dans des conditions idéales, devant une salle très garnie. Le public, qui sait qu’il découvre de nouveaux talents, les accueille avec plus de bienveillance que d’habitude.

La soirée des humoristes de demain, pour nous, c’est l’événement de l’année !

Pour le spot du rire, la soirée des humoristes de demain, c’est l’événement de l’année. J’éprouve un stress absolument épouvantable à l’annonce des résultats, et j’adore ça. En prime, cette année, j’avais bien de la peine à mettre le doigt sur un vainqueur potentiel. Bien sûr, j’avais quelques favoris. Lors de mon dernier plateau d’humour au Batignolles Comedy, le sujet de conversation, c’était le FUP. Les humoristes présents savent donc quel était mon pronostic…

Je le garderai pour moi, parce que je ne suis pas devin. En plus, quand le pronostic ne se transforme pas en réalité, je suis dégoûtée. Je reconnais ensuite, à tête reposée, que les vainqueurs méritent leur place. Mais sur le moment, vous pourriez découvrir à quel point cette foutue comédie peut jouer avec les nerfs. Je ne me priverai de cette torture pour rien au monde. Même pas une pandémie mondiale. Alors, on fait quoi, Antoinette ?

[post_title] => FUP 2020 - Il faut sauver les découvertes ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fup-2020-decouvertes-humoristes [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-06-26 12:36:58 [post_modified_gmt] => 2020-06-26 10:36:58 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1006076 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 8457 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-29 11:16:39 [post_date_gmt] => 2020-01-29 10:16:39 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Dans l’ouest de la France, à Vannes plus exactement, Cyril Hanouna a décidé de lancer un festival de la vanne. Une bonne vanne… Sauf que ce festival… existe déjà : Juste pour la Vannes. En avril, ils organisent même la deuxième édition au Palais des Arts…[/vc_column_text][vc_message message_box_color="warning" icon_fontawesome="fas fa-hand-holding-heart"]Nouveau : soutenez l’organisation du festival et gagnez (entre autres) des accès VIP ![/vc_message][vc_column_text]

Juste pour la Vannes : du rire authentique, sans prime time et avec de vrais talents

En 2019, Cyril Hanouna faisait gagner des billets d’avion qui n’existaient pas. Simultanément, de jeunes humoristes construisaient la programmation du deuxième festival Juste pour la Vannes. Juste pour la Vannes est un festival d’humour particulier. À la place des professionnels qui promeuvent toujours les mêmes, les organisateurs sont… des humoristes ! Les chasseurs de talents sont peu nombreux à voir les talents de demain dans les plateaux. Exit les « professionnels » éloignés de la réalité de l’humour en 2020… Une expérience aussi immersive en festival, ça n’existe pas.[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=4B83Na1Wcu4"][vc_column_text]

Un tremplin de jeunes talents et un gala de comiques confirmés

L’an dernier, Antoine Sentenac a sélectionné les participants du deuxième tremplin de jeunes talents. En résulte un line-up où aucun humoriste ne me donne envie de me jeter par la fenêtre. Vous ne vous rendez pas compte comme c’est rare ! Rien que ce mois-ci, avec les Best de l’Humour ou le Hold-Up Comedy, c’était particulier… Cette fois-ci, je ne serai pas dans le jury. Mais je vais y aller, parce qu’aucun autre festival me donne envie de bouger. Je le pensais avant de voir la programmation, et pour cause. Mon passage à Nantes en novembre dernier me prouvait que ces gars savent y faire pour choisir et organiser le rire dans l'ouest. Avril est l’une de nos découvertes humour. Basile et Cyril Hives étaient au rendez-vous aux Best de l’Humour. Cab Cab est probablement ma future pépite. Jihef est un chien fou du rire. Hugo Le Van est encore inconnu pour moi — il faut bien une première découverte. Et enfin, Thomas Defouch était encore trop tendre quand je l’ai vu la première fois. Alors je serai patiente, j’attendrai les 3 et 4 avril et je verrai l’évolution !

Le gala des professionnels

Je vous avoue que je viens surtout pour les découvertes, mais je suis sûre que les humoristes présents sauront être à la hauteur. Il y a là quelques performers. Certains ont fait le Jamel Comedy Club (Félix Djhan), d’autres sont habitués des captations de spectacles en télévision (Aymeric Lompret). Pas de femme, bon, ça arrive (coucou les Best). Mais pour la petite histoire, certaines ont refusé ou demandaient trop de cachet. Voilà, c’est aussi ça, l’humour.[/vc_column_text][vc_column_text]

Cyril Hanouna, viens à Juste pour la Vannes. Avec un peu de chance, ils te donneront une accréditation presse !

Peu de festivals humour traitent aussi bien la presse spécialisée. Juste pour la Vannes le faisait déjà. Cela dit, peut-être que ce sera encore mieux maintenant que Cyril Hanouna a voulu amener le buzz à Vannes. Sérieusement, quand les bonnes initiatives existent, parlez-en. Ne cherchez pas à créer de festivals le temps d’une phrase à la télévision, pour lesquelles la mairie se désolidarise. Pire : un spectateur a créé une pétition pour empêcher le projet de festival d’Hanouna, rejetant en bloc sa conception de l’humour. Tout cela pour un buzz tué dans l’os et une dizaine d’articles de journalistes qui courent derrière douze clics. Ce monde est étrange… « La télé, c’est que de la télé » : dès qu’ils en sortent, ils ne savent plus ce qui les entoure. C’est bête, des bonnes vannes, ils vont les louper au même endroit où ils les cherchaient. Il n’est pas trop tard pour les réveiller. Et si Hanouna ne vient pas, vous, public, serez là, et ce sera encore mieux.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => juste-pour-la-vannes-hanouna-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-29 13:05:23 [post_modified_gmt] => 2020-02-29 12:05:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8457 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 8343 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-21 14:56:41 [post_date_gmt] => 2020-01-21 13:56:41 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]Aymeric Carrez a remporté les prix du public et du jury du Hold-up Comedy à l’Européen. Sa prestation était impeccable ce soir-là, sa victoire a donc été nette.

Aymeric Carrez répond présent

Aymeric Carrez trimballe ses blagues de plateau en plateau, de tremplin en tremplin, depuis plusieurs années. L’humoriste ne lâche rien, est toujours dans le coin et finit par convaincre.

Ce n’est pas forcément un talent brut, mais s’il met tout bout à bout, il devient redoutable. Ses textes sont bien tournés, même s’il aborde des sujets classiques. Sa vraie force, c’est sa capacité à jouer différemment. Dans son monde, loin du réel, il parvient pourtant à emporter le public avec lui.

Comme je l’avais souligné dans la présentation du concours, je l’attendais au tournant. Il a répondu présent à l’Européen, lorsque cela comptait. Maintenant, j’attends plus de régularité de sa part. Ce n’est pas une exigence pour emmerder le monde, mais c’est sa chance pour se faire un nom.

Performer dans la durée : le plus gros défi des humoristes

L’humour, c’est un marathon. Les comiques s’entraînent chaque jour pour proposer le meilleur au public. À l’Européen, il y avait donc Aymeric Carrez le marathonien, quelques sprinters au talent brut… et d’autres artistes qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir.

Il y a ceux qui soignent leur communication, mais qui doivent encore se trouver sur scène. Youri Garfinkiel donne l’impression d’être bon sur le papier, mais son passage était symptomatique d’un humour d’un autre temps. Étrangement, juste après qu’il vide une bouteille d’eau sur scène à l’aide de ses pieds (pas compris), le mot “Comedy” s’est effondré de la scène. Les fantômes de la comédie l’ont intimé de changer les choses, semble-t-il…

Il y a aussi ceux qui se remettent en question… à peu près tous les autres. Kevin Ozgoz est peut-être un peu trop jeune pour cela, mais sinon… Nicolas Fabié, Maxime Stockner et Brahms traversent une période charnière de leur parcours artistique.

Pour rappel, les artistes sont faillibles

Nicolas Fabié a ouvert la soirée, et on le sait, c’est difficile. Selon nos indiscrétions, le choix de son début de passage (le même qu’aux Best de l’humour) vient de ce que le Jamel Comedy Club lui demande de développer.

Quand j’ai su ça, j’ai compris. L’histoire se base sur les relations hommes/femmes. Simple, accessible, elle n’est pas forcément ce que je préfère voir chez lui. Heureusement, il a pu faire son doublage génial, qui m’avait énormément plu à la Plage du rire et dans son spectacle. À la manière d’Ambroise et Xavier, il doit trouver le truc qui emportera l’adhésion dans les tremplins de ce style… Et là, il les gagnera haut la main.

Maxime Stockner ne proposait pas son meilleur set. Les anecdotes étaient bien là, mais il craignait le bide avant de monter sur scène et finissait insatisfait de sa performance. Cela restait correct, mais pas assez fort. Rien d’inquiétant, c’est le métier qui rentre.

Brahms a été moins bon qu’à son habitude, lui aussi. Son passage sur la grossophobie ne fonctionnait pas, comme une bonne intention qui passe mal. Quelques blagues sur le métro (récurrentes dans les passages, cela reviendrait-il à la mode ?) finissaient de le classer dans le ventre mou des prestations. Remonté contre lui-même, il jurait de se rattraper à la prochaine occasion.

Quant à Kevin Ozgoz, il avait la fraîcheur de l’inexpérience avec lui… Mais cette inexpérience le reléguait également loin du vainqueur. Il avait toutefois envie d’en découdre et il deviendra meilleur avec plus d’expérience.

Verdict : Aymeric Carrez et les autres

En résumé, Aymeric Carrez a été le seul à proposer une prestation solide de bout en bout. Pour tout le monde, la soirée a été riche en enseignements. Le Hold-up Comedy est un concours qui aide les artistes à grandir. Parfois, cela passe par des prestations qui montrent le chemin à parcourir. Parce que quand tout semble simple, la chute arrive violemment.

Là, au contraire, chaque artiste part avec une liste de choses à améliorer. Cela leur permettra de ne plus jamais trembler face à des soirées à enjeu. J’ai hâte de voir les réactions scéniques des uns et des autres : elles conditionneront leur réussite future… pour les amener à être aussi fort que leur parrain d’un soir, Baptiste Lecaplain ? C’est tout le mal qu’on leur souhaite !

Crédits photo

Aymeric Carrez au Fieald © Kobayashi Photography[/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=ihKdNTuySzc" title="Reportage au Hold Up Comedy - VL."][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-aymeric-carrez [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8343 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 8184 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-15 09:50:13 [post_date_gmt] => 2020-01-15 08:50:13 [post_content] =>

Inno JP a remporté la troisième édition des Best de l’Humour 2020. Le candidat belge a devancé les deux vainqueurs de la sélection parisienne, Cyril Hives et Yazid Assoumani. Ensuite, les choix du jury ont hissé Yassir, Bedou et Julien Bing dans le top 6 des finalistes.

Inno JP : une victoire logique…

Face à un panel d’une vingtaine de professionnels, la prestation d’Inno JP a convaincu tout le monde. Précise, rodée : elle laissait peu de place au hasard et offrait à la profession de rester dans sa zone de confort.

Pourquoi je n’exulte pas, me direz-vous ? J’ai effectivement trouvé Inno JP efficace et un poil original pour retenir mon attention, mais l’ensemble m’a laissé de marbre. Au final, comment juger les deux candidats belges, qui ont tous les deux eu accès à des galas TV, face aux autres ? Je craignais que le déséquilibre rende l’équité discutable, et j’ai eu raison.

Je félicite néanmoins Inno JP, qui a livré une assez belle prestation. Si vous l’avez manquée, elle est à peu près identique à celle du gala Derrière un micro Paris-Bruxelles.

Premier temps fort de la soirée : Basile démarre en trombe

À l’Alhambra, l’humoriste nantais Basile débutait la soirée. Une place ingrate, qui pousse souvent à livrer une prestation moyenne. Or Basile a pris le micro pour offrir une prestation parfaite au public.

Une prestation qui, à mon sens, le qualifiait d’office dans le groupe des six humoristes retenus pour la tournée. Il fallait être aveugle pour passer à côté, mais le reste du jury a semble-t-il vécu un syndrome foudroyant d’Alzheimer…

Ok, je suis en colère et dure, j’en conviens. Je comprends que le choix d’un passage sur le métro n’était pas le plus heureux, mais on peut évoquer des lieux communs et rester drôle et original ! Comme il y a deux ans avec Nicolas Fabié, un nantais passe donc hors des écrans radars des professionnels. À titre personnel, j’appelle cela un scandale, mais ce sont sans doute les circonstances qui ont eu raison de Basile.

Cyril Hives vainqueur moral ?

Je reviendrai sur les deux prestations suivantes dans mon classement final, mais passons à Cyril Hives. Avec Inno JP, quelque chose de classique s’est passé à l’Alhambra… Mais avec Cyril, c’était un moment magique.

Fort d’une prestation déjà solide deux jours plus tôt, Cyril apprenait de ses erreurs et modifiait son set pour offrir son meilleur. Je ne l’ai jamais vu aussi fort. Il aurait pu s’effondrer face à 600 personnes, devenir insignifiant comme d’autres. Mais non : il a su être touchant, différent, original — marcher sur l’eau, quoi.

Ce soir-là, Cyril Hives symbolisait le renouveau. Et son passage me donnait l’espoir que les choses changent dans la tête des professionnels. Alors oui, ils ont compris qu’il s’était passé quelque chose, mais ils n’ont pas été au bout du raisonnement. Moi, dans les applaudissements finaux, j’entendais une seule chose : le public le désignait vainqueur.

On comprenait qu’il avait tout donné, vaincu les démons qui auraient pu le faire trébucher. À partir de là, j’ai commencé à rêver d’une révolution dans le microcosme des détecteurs de talents. Et en écrivant ces lignes, j’enrage de mon impuissance : je ne pouvais rien, je n’avais pas l’influence pour ouvrir les yeux des professionnels et leur intimer de changer de disque. Il reste du travail pour propulser les talents du rire plus vite… Alors on va continuer, que voulez-vous que je vous dise !

Le vrai classement et mon classement

Il est temps de vous livrer deux classements : l’officiel, la synthèse des professionnels, et le nôtre.

Classement juryClassement Le spot du rire
1Inno JPCyril Hives
2Cyril HivesBasile
3Yazid AssoumaniYazid Assoumani
4YassirInno JP
5BedouYanisse Kebbab
6Julien BingDoug

Puisque je viens de vous en parler, je ne vais pas revenir sur Cyril Hives, même si je suis ravie de le voir deuxième au classement final. En-dessous, ç’aurait été abusé. Ni sur Basile, passé bien trop tôt.

Yazid Assoumani a (un peu) manqué son rendez-vous

Yazid Assoumani a beaucoup de talent, et on a envie de le voir cartonner. Malheureusement, Yazid n’a pas été à la hauteur de l’enjeu. Le début poussif de son passage m’a fait comprendre que ce n’était pas son jour.

Malgré tout, son talent reprenait le contrôle au fil du passage. Sa sympathie naturelle et son texte loué par de nombreux professionnels lui ont permis de convaincre. Il lui manquait juste l’étincelle de magie pour remporter une adhésion plus nette.

Ce qui est sûr, c’est qu’il faudra compter sur lui pour la suite ! Manquer un rendez-vous, ça ne ralentit pas un vrai talent. Vous entendrez parler de Yazid.

Inno JP : très bien, mais pas exceptionnel

Ma première impression lors du passage d’Inno JP, c’était de me dire que ça passait bien. Il trouvait un bon équilibre entre de l’humour déjà vu et une pointe d’originalité. Son expérience transparaissait.

En revanche, j’ai trouvé qu’Inno JP manquait d’innovation. Il ne renouvelait pas le genre. Alors que je formulais cette analyse, Inno JP a utilisé le gimmick de Bref dans son texte. C’était éliminatoire pour le faire gagner selon moi : on ne gagne pas un concours en recyclant la marque de fabrique de Kyan Khojandi. J’attends beaucoup mieux.

Yanisse Kebbab et Doug : une fin de top 6 peu inspirée

À part mes quatre premiers, le reste des candidats évoluait dans deux catégories pour moi : « pourquoi pas », ou « c’est mort ».

J’ai décidé d’inclure Yanisse Kebbab et Doug parce qu’ils jouaient juste assez avec l’émotion. Ils ne m’ont pas vraiment fait rire, mais ils ont su me toucher derrière un potentiel plutôt caché. Yanisse Kebbab tombait dans les clichés et les sujets faciles, mais il le faisait avec un certain naturel. Je trouvais ça limité et jeune, mais suffisamment intéressant pour retenir mon attention.

Quant à Doug, j’ai regretté que les blagues ne soient pas assez fortes. Effectivement, il a essayé d’émouvoir le public, mais encore une fois, il l’a fait avec une certaine innocence. D’autres ont bien plus forcé le trait et l’ont dépassé. Bref, pour Yanisse et Doug, je voulais donner une chance de progresser et de comprendre les deux-trois trucs qui leur manquent.

Carton rouge : Funky Fab et les accents

On croyait que l’humour à la sauce Michel Leeb était mort. Faux : il reste des humoristes qui imitent des accents chinois et se plantent dans leurs intentions. En première lecture, on s’étonne que ces gars puissent jouer à Montreux.

Je ne sais pas comment on en arrive encore là en 2020, alors je formule simplement le vœu que tous ces gens regardent la série En rire de l’humoriste Haroun. Cette pastille explique pourquoi il ne faut plus faire d’accents. Surtout en quantité industrielle comme Funky Fab l’a fait à l’Alhambra. Croyez-le ou non, j’ai entendu un membre du jury le mettre dans son top 6…

Mise à jour du 15 mai 2020 : la réponse de Funky Fab

Suite à cette critique virulente de ma part, Funky Fab a réagi dans un podcast pour se justifier et livrer son point de vue.

Très sincèrement, ça m’a fait réfléchir. Déjà, ça ne m’a absolument pas blessé : l’insulte ne m’atteint pas. J’y étais allé vraiment fort. J’ai légèrement modifié mes propos ci-dessus pour livrer une analyse un peu plus distanciée. En effet, j’avais qualifié sa prestation de « consternante » alors que je la réduisais aux accents.

En revanche, l’opinion de Funky Fab sur la censure en humour est intéressante. Et je suis d’accord avec lui sur le danger que représente la censure. Il y a un décalage entre ce que le microcosme progressiste ne veut plus tolérer et ce qui fait rire certaines personnes. Clairement, l’intention de Funky Fab n’était pas raciste, et on le comprend encore mieux avec son complément d’information. Maintenant, l’exécution était maladroite et mon choc concernait plus le fait de ne pas sanctionner une pratique désuète dans le cadre d’un festival tourné vers l’avenir et les découvertes humour.

Pour autant, je fais partie de ceux qui préfèrent une liberté d’expression totale, quitte à offenser, se tromper et dépasser des limites. Censurer, c’est nier l’existence de certains courants de pensée. C’est vouloir construire le monde autour d’un idéal qui ne colle pas à la réalité et à l’opinion des uns et des autres. Tout le monde devrait s’interroger sur ces changements de mentalité, et faire preuve de clémence face à ceux qui rient encore de certaines choses. Plutôt que de condamner toute pensée qui dérange aujourd’hui au nom de la pensée dite « acceptable », il faudrait comprendre ce qu’il se passe vraiment et ne pas fustiger l’autre.

Concernant Funky Fab, je n’aurais peut-être pas dû être aussi virulente et je m’excuse de ne pas lui en avoir parlé directement. C’est ni plus ni moins de la lâcheté, et si l’événement peut nous faire progresser lui comme moi, nous en sortirons meilleurs.

Best de l’Humour 2020 : une belle édition malgré les fantômes du passé

Globalement, j’ai passé une bonne soirée. Elle n’a pas duré quatre heures et le niveau restait globalement bon.

Je continuerai d’avoir des désaccords avec les conclusions des festivals, l’injustice de comparer des talents et propositions artistiques très différentes.

Cela dit, tant qu’on comprendra le pourquoi du comment, on saura mieux se repérer dans les talents qu’on propose. On aurait tort de penser que ces choix sont anodins : ils conditionnent l’accès aux médias des talents. En tant que jury, on a une responsabilité, et la mienne est de juger des découvertes. Une découverte apprendra, progressera… Si elle change la donne, elle aura mon soutien. Et ce sera ma ligne de conduite à chaque concours.

C’est aussi pour ça qu’il me faut très peu de temps pour trancher : je connais ma ligne de conduite, et je vais vraiment dénicher les artistes. Si seulement tout le monde pouvait le faire plutôt que de se reposer sur ce qu’ils connaissent… Le combat continue.

[post_title] => Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => inno-jp-best-humour-2020 [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:20 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8184 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 8161 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-13 12:39:12 [post_date_gmt] => 2020-01-13 11:39:12 [post_content] =>

Lundi 20 janvier, l’Européen accueillera la finale du Hold-Up Comedy. Le parrain du tremplin, Baptiste Lecaplain, sera là pour soutenir les futurs noms du rire dans ce casse du siècle. À la présentation, vous retrouverez Thomas Angelvy. Avant de se rendre à la soirée, faisons le point sur les forces en présence.

Hold-Up Comedy : la nouvelle génération prépare le casse du siècle à l’Européen

Quelques jours après les Best de l’humour, le Hold-Up Comedy va lui aussi offrir une grande salle aux jeunes talents. Après une tournée de présélections dans toute la France, 6 humoristes s’affronteront lors de cette finale.

Les forces en présence

Vous pourrez voir Brahms, qui joue son spectacle en janvier au Théâtre Pixel. L’humoriste travaille dur en plateau depuis plusieurs années, notamment dans son fief, le Cocasse Comedy.

Il y aura également Nicolas Fabié. Son showcase à la Comédie des Boulevards nous a convaincus, et depuis son arrivée à Paris, il semble franchir chaque étape avec rapidité et dextérité.

Que dire de Maxime Stockner, dernier lauréat du Campus Comedy Tour ? Sa spécialité : son storytelling nourri d’autodérision, qui amènera le public à le découvrir et bien se marrer.

Aymeric Carrez, c’est l’humoriste qui navigue de concours en concours. Il travaille, ça, c’est sûr. Au spot du rire, il a souvent peiné à nous convaincre à 100 %. Pour autant, il bénéficie d’une belle réputation dans le monde des humoristes, qui louent régulièrement son talent. On continue de lui laisser une chance, car il n’est pas rare de passer à côté d’une proposition artistique. En prime, c’est quelqu’un de très sympathique — ça compte aussi.

Kévin Ozgoz, on a pu le voir sur une antenne régionale de France 3. Sa prestation semblait très correcte, et nous donne envie de voir ce que ça donne en vrai !

Enfin, Youri Garfinkiel est un humoriste belge qui se frotte de plus en plus aux scènes parisiennes. Sa communication nous promet un univers atypique entre humour, comédie, danse et absurde. La tentation est grande de balayer du revers de la main ce talent à cause de son marketing (son spectacle s’appelle You Rit et l’affiche peut effrayer le puriste de stand-up). Or tant qu’on n’a pas vu, on ne peut pas juger ! Et puis c’est du one-man assumé, on est prévenu… Pas de lutte des genres chez nous : l’important, c’est la qualité (le stand-up pourri, ça existe).

[post_title] => Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => holdup-comedy-casse-siecle-preview [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:06:33 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:06:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8161 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 7961 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-03 16:14:00 [post_date_gmt] => 2020-01-03 15:14:00 [post_content] =>

Les Best de l’Humour 2020 reviennent pour une troisième édition. Ce concours, chapeauté par Mo Hadji en partenariat avec le Printemps du Rire, suscite généralement de vives réactions chez moi.

Cette année encore, Mo Hadji m’a proposé de rempiler en tant que membre du jury des sélections parisiennes (ouvertes au public), et (nouveauté pour moi !) de la finale du 14 janvier à l’Alhambra.

Ils se départageront pour 2 enjeux majeurs (source) :

Les 6 gagnants participeront à notre Soirée de Gala le 6 mars à Diagora Labège et à notre Tournée des Jeunes Talents en Haute-Garonne, soutenue par le Conseil Départemental 31. Le grand gagnant sera programmé en plus à La Nuit du Printemps le 27 mars au Zénith de Toulouse.

Le Printemps du Rire

Best de l’Humour 2020 : qui succèdera à Farah et Paul Mirabel ?

Des sélections ont actuellement lieu dans toute la France, à Bruxelles et Genève. Le calendrier est très serré, puisque certains candidats se qualifieront seulement quelques jours avant la finale ! Dans chaque salle, tous se disent : « Enfin un festival où Paul Mirabel ne peut plus gagner, n’est-ce pas ? ».

C’est vrai qu’il a été redoutable, du Campus Comedy Tour au Festival d’Humour de Paris. Cette année, je ne sais pas tellement à quoi m’attendre. Le tremplin gagne en notoriété, et les candidatures pleuvent.

Je m’attends tout de même, comme pour les éditions précédentes, à des niveaux et des styles très variés. Le panel ne représentera pas le « meilleur » des talents (aucun concours ne peut le prétendre !) mais leur diversité. Je vais juger ces gens avec une certaine curiosité, et plus de bienveillance.

Petite inquiétude : avant les sélections parisiennes, aucune femme n’est qualifiée. Habituellement dans ce concours, il y a certes plus d’hommes que de femmes, mais je n’ai pas le souvenir d’une répartition aussi déséquilibrée. Affaire à suivre avec les deux derniers finalistes ?

Finalement, aucune femme ne participera au concours… Il y en avait parmi les présélectionnés pourtant.

La finale des Best de l’Humour : résumé

Les qualifiés pour la finale à l’Alhambra

Avant les sélections marseillaises, je connais Inno JP et Basile. Inno JP a participé au gala de Kyan Khojandi, Derrière un micro Paris-Bruxelles. Basile est l’un des protagonistes des Tocards, et comme je suis allée à Nantes, je l’ai vu…

À Lille, la future recrue du Laugh Steady Crew, Noah, a dû s’incliner face à Julien Bing. Noah m’a confié avoir vécu une belle expérience, c’est l’essentiel pour lui.

En tout cas, je connais bien trop peu les gens de la liste (et encore moins ceux qui ont tenté leur chance) pour juger… Il faudra se rendre au théâtre pour connaître les forces en présence !

Qualifiés aux Best de l’Humour 2020Ville
Yassir BouchnafaToulouse
Doug le friséMetz
Inno JPBruxelles
Funky FabBruxelles
Romain JacquesGenève
BasileNantes
Julien BingLille
BedouMarseille
Yanisse KebbabLyon
Lucas VolpiNice
Yazid AssoumaniParis
Cyril HivesParis

Épilogue : mon top 6 des sélections parisiennes

On n’allait pas vous laisser sans revenir sur les sélections parisiennes ! Il y avait 25 candidats pour 2 tickets gagnants. Plus deux chauffes (Ike et Karim) qui ont été bons, mais pas assez pédagogues pour emmener le public dans une ambiance bienveillante. Le jury a bénéficié de l’aide du destin, car deux humoristes ont distancé le reste du groupe : Yazid Assoumani (35 points) et Cyril Hives (20 points). De fait, nous étions très partagés pour le peloton des outsiders… Voici les artistes ont su me parler et pourquoi.

6e : Aude Alisque

Il lui a suffi d’un mot, le premier qu’elle a prononcé. Avant le concours, j’avais envie de choisir Aude Alisque plus qu’une autre pour sauver l’honneur et inviter au moins une femme à l’Alhambra.

Ce n’était pas une histoire de quotas, mais davantage de conviction artistique. Je crois plus en la proposition artistique d’Aude en général, il lui fallait pourtant vraiment se distinguer ce soir-là. Et malgré son entrée en scène, elle n’a pas su le faire (mauvais choix de passage ?). La proposition était intéressante mais trop juste ce soir-là.

5e : Tahnee

Tahnee a été l’une des rares humoristes à ne pas faire de faux pas. Tout fonctionnait plutôt bien, et en plateau d’humour, ce serait passé comme une lettre à la poste.

Mais pour ce festival, on attendait peut-être plus de Tahnee. La fraîcheur de son stand-up était insuffisante pour qu’elle marque les esprits comme elle a pu le faire ailleurs. À sa décharge, elle passait dans le second groupe qui a eu un mal fou à connecter avec le public… Si cette connexion avait opéré et que Tahnee avait été un cran au-dessus, elle aurait pu faire quelque chose de fort. La prochaine fois, elle prendra sa revanche.

4e : Nicolas Fabié

C’était le meilleur de la deuxième session. Son storytelling fonctionnait, mais manquait de folie. S’il avait pu mettre tous les moyens de régie de son côté, il aurait retourné la salle. Au lieu de ça, Nicolas Fabié a obtenu un consensus au niveau du jury : tout le monde l’a bien aimé, mais ils devaient l’attendre au tournant. De fait, il a été un outsider plus qu’un vainqueur en ce 12 janvier.

Pour ma part, je sais qu’il aurait pu faire mieux, mais qu’il a fait tout ce qu’il a pu dans les circonstances à sa disposition. Peut-être plus d’interactions auraient changé la donne ? On ne peut pas refaire l’histoire…

3e : Avril

Avril a participé à la première session, à l’inverse de Nicolas et Tahnee. Si le public était moins nombreux, il était plus réceptif. Au niveau des conditions, ça allait donc plutôt bien…

Mais au moment où il montait sur scène, Yazid Assoumani a pris la décision de quitter la salle. Il voulait être le plus discret possible et revenir en loge, mais l’accès était condamné. Distrait, le public n’a pas été aussi perturbé que l’artiste. Avec plus d’expérience, Avril aurait saisi l’opportunité pour marquer les esprits. Or sur le vif, il a été pris de court.

À ce stade, il avait encore des chances de bien faire. Plus il était sur scène, plus il rattrapait son retard dans un passage qui montait en puissance. Le hic : il a choisi de tester quelque chose d’assez neuf plutôt que de proposer un passage sûr qui le définisse.

Avril se cherche encore, et en envoyant ce message au jury, il ne pouvait pas parler à mes confrères. Moi, j’ai voulu saluer la prise de risque et la prestation. Au final, il y avait l’ADN d’Avril, ces questionnements interminables. Moi, je le connais, mais les autres le découvraient et n’avaient pas sûrement idée de ce qu’il se passait. Donc, quand il trouvera le passage qui livrera son univers sur un plateau, il séduira tous les jurys du monde. Là, il les a laissés de marbre.

2e : Yazid Assoumani

Yazid Assoumani a livré une prestation impeccable. Son passage, rodé en plateau des mois durant, était parfait. Il donnait à voir tout son talent et son univers. Il a donc fait l’unanimité.

Je ne l’ai pas mis en tête de mon classement, car je cherche la petite étincelle qui montre qu’un artiste peut surprendre. Faire un pas de côté et nous rattraper dans la seconde qui suit. Yazid n’aurait vraiment pas pu faire mieux ce soir-là, et il a fait le bon choix. Sa qualification unanime est logique…

1er : Cyril Hives

…Mais celui qui est vraiment sorti du lot, c’est lui. Cyril Hives, le stand-upper qui a toujours un coup d’avance sur la tendance du LOL. Son passage partait fort, trop fort. Un choix audacieux, parce que cela oblige à avoir un impact fort durant six minutes.

Il a été bon tout le long. Or comme son passage perdait un peu en intensité, tout ce qu’il pouvait faire après ce début tonitruant paraissait fade. C’était meilleur que bien des propositions ce soir-là, mais le contraste le desservait.

Qu’à cela ne tienne, le niveau assez moyen des prestations globales ne menaçait pas Cyril Hives. Il a pris des risques tout en sachant montrer son univers. Pour moi, il l’a emporté haut la main, en sortant de sa zone de confort. C’est aussi le fruit de mois de travail pour se renouveler, et je n’ai pas l’ombre d’un doute sur mon choix.

Performances globales

Il y avait plusieurs écoles : les comédiens au jeu impeccable, qui devraient vraiment collaborer avec un auteur. Très charismatiques, ils devenaient des coquilles vides en raison de leur texte soit peu original, soit sans intérêt.

De l’autre côté, il y avait ces propositions artistiques au stade d’embryon. Prometteuses, elles montraient qu’il y avait encore beaucoup de travail. Je suis de ceux qui pensent que tout s’apprend, sauf le fait de proposer quelque chose d’original. Et l’originalité était bien cachée sous des prestations inégales.

Globalement, on pouvait donc émettre un constat fort : le niveau parisien n’était pas folichon. Dans un entre-soi artistique qui leur fait courir les plateaux, ils peinent à progresser de manière significative.

Les raisons diffèrent vraiment d’un artiste à l’autre, mais cette stagnation pourrait disparaître. Si on choisissait 10 personnes sur les 25 présentes ce dimanche, et qu’on les mettait dans une troupe genre Star Academy du LOL, ils pourraient se nourrir d’univers bien différents.

Si une école de la sorte, avec une dizaine de professionnels de qualité et un vrai suivi artistique pour ne pas mettre des gens dans des cases existait… Les humoristes français deviendraient invincibles. Appelez-moi quand un tel projet voit le jour, je signe !

[post_title] => Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2020-qualifies [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-01-15 10:10:05 [post_modified_gmt] => 2020-01-15 09:10:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7961 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 7614 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-12-17 10:13:49 [post_date_gmt] => 2019-12-17 09:13:49 [post_content] =>

Le spot du rire continue son tour de France avec la soirée du Grand kiff de l’humour. Nous posons une nouvelle fois nos valises en terre girondine pour assister à la première scénique de nouveaux talents bordelais ! — Par Antoine Richard, envoyé spécial à Bordeaux

Bordeaux est un très bel endroit pour faire une belle histoire

— Mary Higgins Clark

Poursuivons cette citation : « …pour y manger des cannelés, boire du vin et dénicher de nouveaux talents de l’humour ». Après Baptiste Lecaplain, Jean-Philippe de Tinguy ou Nordine Ganso, la belle endormie compte bien prouver qu’elle regorge de futurs humoristes. La compagnie Leitmotiv, qui fête ses 10 ans, a relevé le défi le 14 décembre dernier, lors de la soirée du Grand kiff de l’humour !

L’objectif du Grand kiff de l’humour ?

Le principe de cette scène ouverte est donc simple : des amateurs présentent tour à tour au public leur création ou une reprise de sketch. Le tout doit durer entre 5 et 7 minutes. « C’est la seule limite qu’on leur a imposée. Sinon, ils ont carte blanche », affirme Maxence Geley, président de la compagnie Leitmotiv.

La soirée était placée sous le signe du kiff et du like. Le public devait être muni de boîtiers pour dire s’il a aimé ou non le sketch. Mais les organisateurs n’avaient pas prévu que la soirée afficherait complet. « Finalement, il n’y aura pas de boîtiers car on n’en a pas commandé assez. Nous sommes 80 dans la salle alors qu’on avait prévu 50 boîtiers », nous confie Maxence Geley. Pas de likes donc, mais un vote à l’applaudimètre et aux rires dans la salle.

Des coachs à la disposition des artistes

Pour accompagner les humoristes, exit Catherine Barma et Jean Benguigui. Quatre coachs sont présents au total : Maxence Geley, Laurène Delion (vice-présidente de la compagnie Leitmotiv), Nora Fred (comédienne) et Jean-Baptiste Bouyé (comédien). Entre eux, pas de compétition, mais la possibilité de passer deux heures avec ceux qui les ont choisis pour les préparer.

Rassurez-vous : les coachs ne dénaturent pas le travail de leurs poulains ! Au contraire, ils les aiguillent comme nous le confie Francis, l’un des humoristes qui se produit ce soir. « Le but est de conserver une liberté sans nous priver. Ils ont un autre regard sur notre travail et nous disent : “ne t’éloigne pas trop quand on a tendance à s’égarer”. »

Un grand kiff de l’humour ?

En poussant la porte du café-théâtre Drôle de Scène, on ne savait pas trop à quoi s’attendre… Si ce n’est à une grande diversité voulue par les gérants de la compagnie Leitmotiv.

Pour nous, l’ouverture est une valeur fondamentale. Ce soir, on a des gens de tous les âges, de 18 à 60 ans. Ce sont des amateurs qui jouent, mais ils donnent toutes leurs tripes.

Et sur scène, cela se ressent. Tout n’est pas parfait, loin de là, mais il y a de bonnes découvertes. En prime, certains essais méritent une suite, qu’il s’agisse de seuls-en-scène ou de duos. Car, pour la plupart des protagonistes de la soirée, c’est leur première fois. « Ce soir, c’est mon dépucelage », ironise William.

Les forces en présence

Ce soir-là, certains se sont fait remarquer. C’est le cas de Francis, psychologue dans la vraie vie, qui propose un sketch sur la fibroscopie. Inspiré de faits réels, il a su prendre le public avec lui grâce à une écriture bien ficelée et la véracité de son histoire qui parle à d’autres. « Faire des spectacles d’humour, ça me permet aussi d’exprimer des facettes que je ne peux pas [exprimer] au quotidien », nous confie Francis avant de monter sur scène. Alors, quand il apparaît avec une blouse de patient qui lui arrive aux genoux et une charlotte comme seul accoutrement, on imagine qu’il est bien loin de son quotidien.

La soirée se poursuit avec Thierry et Laurent, le duo à l’écriture très travaillée. Leur sketch mêle la Révolution Française et le contexte politique actuel : il a fait mouche dans la salle. En résulte une véritable plongée au plus proche d’un pouvoir en difficulté avec son peuple.

Et il y en a d’autres, des bonnes trouvailles ! Je pense notamment à Émilie et son stand-up sur le thème de l’EHPAD… Même son de cloche pour Calvin, le plus jeune de la soirée, qui s’est mis dans la peau d’un Antillais trouvant que tout va trop vite en France. Un sketch conclu par une morale sur le temps et la vie qui aura au moins le mérite d’avoir convaincu ses parents, assis au premier rang. Non, ce n’était pas l’École des fans

Cette soirée sera suivie de deux nouvelles éditions le 22 février et le 24 avril 2020. Il subsiste une question : les humoristes de ce soir deviendront-ils des pensionnaires ?

Crédits photo

Les humoristes de la soirée réunis sur scène avec le président de la Compagnie Leitmotiv, Maxence Geley © Antoine Richard

[post_title] => Le Grand kiff de l’humour : le ONDAR à la bordelaise ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => grand-kiff-humour-bordeaux [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-12-17 10:23:43 [post_modified_gmt] => 2019-12-17 09:23:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7614 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 6440 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-19 09:09:21 [post_date_gmt] => 2019-07-19 07:09:21 [post_content] =>

Avignon, je venais vers toi à reculons. On m’a parlé de toi comme un four, un rouleau-compresseur d’artiste. Alors je suis venue en coup de vent en Avignon, sans conviction. Du 16 au 18 juillet, j’ai suivi Marion Mezadorian dans sa quête de spectateurs, de rires et d’émotions.

Arriver dans la cité des Papes était étrangement agréable. La ville semblait belle et calme. Au loin, je voyais bien les lignées d’affiches, mais je restais épargnée par le karcher de Denise et la pluie de flyers au loin.

Marcher dans les rues, au milieu de tous ces saltimbanques qui ne rêvent pas de stand-up, a d’abord été un problème. Le mal du pays me gagnait déjà. Je partais à la recherche d’une zone de confort, de visages habituels. Faire revivre Paris là-bas devenait une priorité urgente.

J’étais tellement perdue que je calquais tous mes choix de boisson sur ceux de mon hôte. Réflexe de survie ? Peur de choisir sans voir de carte ? Aucune idée, mais la transition, c’était le sirop d’orgeat. Ce truc de dingue me faisait signer un traité de paix avec le cagnard du sud de la France.

Rencontre avec un serial photographe en Avignon

Après un premier repas entouré d’abeilles, direction le Théâtre le Paris pour un cocktail VIP... qu’on a vécu en 30 secondes chrono. Entre les Chevaliers du Fiel et l’un des spectateurs, Cyril, on a choisi la deuxième option.

Qui est Cyril ? Fan d’Elie Kakou et Mado la Niçoise, il arpente les sorties de théâtres et de plateaux télé pour faire des photos avec les célébrités. 20 ans qu’il traque les stars pour des photos. Et là, il choisissait Marion avant de passer à un name-dropping impressionnant.

Ensuite, il m’a demandé pourquoi je ne faisais pas ça, ça suffisait pour faire la promotion de spectacles, non ? En vérité, j’ai choisi l’autre camp depuis bien longtemps. Faire des photos, ça dévalue l’expérience à mon sens. Après, pour lui, ça devient une compétition, un défi, une prouesse sportive en quelque sorte !

Une bonne dose d’humilité

Paris et Avignon, ça n’a rien à voir. Tout est à refaire. Les canaux médiatiques sont différents, l’écosystème n’a rien à voir. Ils ne sont pas restés 20 ans de retard, mais ils connaissent la nouvelle génération par la télévision. Quand je demandais à Cyril qui il appréciait dans la nouvelle génération, le silence s’imposait. Puis un long soupir, et enfin un nom lâché : Tom Villa.

Je lui parle ensuite de Pierre Thevenoux : inconnu au bataillon. J’hésite à parler de Ghislain Blique... La fracture culturelle est béante. Il reste beaucoup de travail, même pour moi. Je dois présenter plus que jamais mon travail face à une audience qui fait sa vie sans moi, sans les saltimbanques des caves parisiennes.

En Avignon, vivez des récits d’artistes

J’ai décidé de voir deux spectacles le mercredi. J’ai tout décidé sur le web une semaine plus tôt. J’aurais pu en voir un de plus, mais je n’en ai pas eu envie. Malgré la carte de presse qui m’ouvrait gracieusement les portes des théâtres.

Je voulais une expérience 100 % qualitative et sur-mesure. J’ai choisi de passer une heure (de plus !) avec Marion et une autre avec Karim Duval et son spectacle Y.

Ces deux artistes ont des parcours bien distincts. Pourtant, ils jouent à quelques pas l’un de l’autre. Ils partagent même l’art de dresser un récit palpitant. Marion émerveille avec ses Pépites.

L’heure du coup de gueule

Pourquoi les professionnels regardent ces spectacles et créations poétiques de haut ? Avant de venir en Avignon par le train, j’ai décidé de télécharger des épisodes de Moot-Moot. Je découvre le nom du réalisateur, François Reczulski, et son œuvre : les Ratz, Platane, Oggy et les Cafards... et Hibou. Le bonheur de mes quinze dernières années résumé en une bio.

Après une recherche rapide sur le web, je tombe sur une critique du film Hibou. Là, je lis que ça manque de, ce n’est pas assez... mais pourquoi ? Pourquoi ce genre a-t-il si mauvaise presse, est-il jugé si durement ?

Pour Marion, j’ai déjà lu des critiques allant dans le même sens. Il manque quelque chose. Probablement du trash, si à la mode en ce moment ? Quoi qu’il en soit, ce que j’ai vu, c’est Laura Calu dans la salle, à la fin du spectacle. Elle était debout et applaudissait avec la ferveur d’une convaincue. Émue par l’histoire et l’univers de Marion, elle lui montrait toute sa reconnaissance. Toute la reconnaissance que la profession ne sait pas encore lui délivrer — à tort !

Je vois ce spectacle depuis une dizaine de fois. Si l’émotion ne m’emporte plus comme la première fois, l’émerveillement persiste. Son parcours est captivant. Vous pourriez me trouver des circonstances atténuantes. Moi aussi, je valorise les gens que je croise avec des mots, des portraits où je verse tout le trop-plein d’émotion. Le lien qui existe entre Marion et moi (et son public !) n’émane pas du hasard. Il est juste, sincère, authentique. Un appel d’air dans la chaleur ou la tension ambiante. Si cela ne parvient pas à émouvoir les professionnels du festival, c’est qu’ils sont un peu morts à l’intérieur !

De retour à Paris, en toute nostalgie

Malgré la chaleur, Avignon a tout de même été une expérience très positive. Je me faisais une joie de revenir à Paris pour des 30-30 au Jardin Sauvage, mais la soirée ne s’est pas passée comme prévu. L’ambiance était différente, étrangement plus compétitive et franchement désagréable. J’étais épuisée, certes, mais le contraste était tel que j’avais juste une envie : y retourner ! Si on m’avait dit cela avant de partir, j’aurais ri au nez de mon interlocuteur… Bravo Avignon !

Crédits illustration

© SRGIO

[post_title] => Première fois en Avignon : des artistes et des histoires [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-fois-en-avignon-mezadorian [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:09:19 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:09:19 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6440 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 6408 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-07-12 15:20:52 [post_date_gmt] => 2019-07-12 13:20:52 [post_content] =>

En juillet, le festival d’Avignon 2019 accueille plus de 1 500 spectacles dans le OFF. Face à cette immensité, il y a forcément une prise de risque. Pour l’édition en cours, voici une sélection en fonction de vos objectifs !

Festival d’Avignon 2019 OFF : qui allez-vous découvrir ?

L’humour, c’est subjectif. La meilleure façon de passer un bon moment, c’est de savoir ce que vous voulez. Ensuite, demandez-vous jusqu’où vous pouvez sortir de votre zone de confort.

Là, vous êtes prêt ! Faites votre choix parmi les horaires et les lieux présentés. Parfois, il peut arriver que l’horaire change ou qu’il y ait une relâche. Vérifiez sur le lien que nous vous fournissons pour chaque spectacle (et guettez le mot-clé « Climatisation » !).

Je veux voir l’avenir de la comédie au festival d’Avignon 2019

Alexis le Rossignol - Théâtre le Paris - 5-14 juillet, 19h30

Alexis le Rossignol est un humoriste assez atypique. Une fois rentré dans son univers, vous ne pourrez plus vous en passer ! Prix SACD du Festival d’Humour de Paris 2017, il officie également sur France Inter.

Alors, Alexis, c’est quoi ? Un certain sens du malaise, des anecdotes bien senties et une personne aussi attachante que fascinante. Foncez : la dernière, c’est le 14 juillet !

Marion Mezadorian - Théâtre le Paris - 5-27 juillet, 13h30

Marion Mezadorian joue son spectacle Pépites depuis plusieurs années. Aujourd’hui, son talent émerge sur scène et bientôt au cinéma. Si vous nous lisez souvent, vous savez que nous la sur-validons depuis longtemps ! Son spectacle est poétique, fidèle à sa personnalité ultra-attachante et à sa bienveillance permanente. Le meilleur remède à la morosité, c’est Marion Mezadorian ! Prenez votre place et vivez cette expérience feel good !

Morgane Cadignan - Le Clash Théâtre - 5-28 juillet, 18h

Morgane Cadignan, c’est assez émouvant de la voir au festival cette année. À son arrivée, on a vu venir son talent tout de suite. Depuis ce passage en découverte humour, elle a émerveillé la superbe salle de la Petite loge. Son écriture, également primée au Festival d’Humour de Paris, va égayer votre journée !

Réda Seddiki - Théâtre Barretta - 5-28 juillet, 17h30

Également parmi nos découvertes humour, Réda Seddiki a lui aussi un univers assez poétique. Rêveur intello, il évite certains écueils de la bien-pensance. Dans l’air flotte un peu de légèreté quand Réda Seddiki nous parle de liberté. Ça philosophe calmement, et c’est drôlement agréable ! Tentez l’expérience.

Roman Doduik - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Roman Doduik joue son nouveau spectacle, ADOrable, depuis quelques temps à Lyon. Cet angle n’est pas surprenant : ses débuts remontent à bien avant le début de votre vie professionnelle. Oui, genre avant le baccalauréat. Vous imaginez ? Si ça vous intrigue, c’est le moment de le découvrir !

J’y vais mais j’ai peur : je l’ai croisé une fois, je veux savoir si c’est bien

Jo Brami - Théâtre le Palace - 5-28 juillet, 18h10

Jo Brami, je l’ai vu en remplaçant de la superbe pièce Ben-Hur. Étonnant, puisque son truc, c’est plus la scène humoristique pure ! Son spectacle a un peu de bouteille, en plus, alors vous pouvez y aller en toute confiance !

Kenny - Théâtre l’autre Carnot - 5-28 juillet, 15h

Kenny, c’est un mec recommandé par Léopold. Vous savez, monsieur Twitch. C’est sur cette base que je vous le recommande. L’ami d’un bon ami, n’est-ce pas là la meilleure recommandation possible ?

Klotilde - Théâtre Carnot - 5-28 juillet, 19h30

Dans Élevée en plein air, Klotilde livre un univers assez singulier. Entre passion des châteaux et performance assumée, elle fait son chemin dans le milieu de l’humour. On a vu son spectacle à la Comédie des 3 Bornes quelques mois avant Avignon. Il était alors en chantier, pour offrir la meilleure expérience possible aux spectateurs sudistes. C’est le moment d’en profiter et de voir le résultat de ce dur labeur !

J’ai envie d’un spectacle survitaminé

Nous vous proposons deux spectacles ultra énergiques, et deux autres plus axés sur l’humour noir ou l’absence du politiquement correct.

Vous aimez les interactions ? Kevin et Tom vont vous ravir. Timothé Poissonet ose tout, et amène même beaucoup d’autodérision depuis quelques mois. L’an dernier, jamais je ne vous l’aurais recommandé. Mais le travail paie — c’est le moment de vous lancer.

Côté humour sans limite, vous avez le choix entre Pierre-Emmanuel alias PE ou Lamine Lezghad. On les a vus en plateau, et on les valide sur leur prestation au format court. À vous d’oser prendre un peu plus de temps pour vous plonger dans leur univers !

Je veux un dépaysement

Le Festival d’Avignon, ce n’est pas le lieu rêvé pour le stand-up. Alors quand vous pouvez découvrir plusieurs visages sur un format de plateau d’humour, il faut le faire ! Ça s’appelle Best OFF, et on vous recommande de regarder qui joue avant de vous y aventurer. En effet, les programmations sont très diversifiées et variées chaque jour.

L’affiche de Photographe en liberté attire l’attention dans la catégorie humour. C’est à la fois de l’humour et une exposition qui incite au voyage.

Vous l’avez adorée comme nous à Paris ? Sophie Imbeaux joue sa pièce Le monde merveilleux du colibri avec la magnifique mise en scène de Patrice Soufflard. Pour vous donner une idée, il travaille aussi avec les célèbres Décaféinés ! C’est assez poétique, très étonnant… Pour vous donner une idée, voici notre critique du spectacle !

Félix Radu joue son spectacle Les mots s’improsent depuis un certain temps. Passé par un nombre incalculable de salles à Paris, ce passionné du bon mot se cherche un peu, mais émerveille généralement son auditoire. Normal pour un jeune et doux rêveur, cela dit !

Olivier Stephan, c’est un choix éditorial orienté. Il a toujours soutenu Le spot du rire avec beaucoup de bienveillance. Objectivement, on n’a aucune idée de ce que ça donne, mais ça attise suffisamment notre curiosité pour vous emmener dans sa salle !

Je veux une valeur sûre, adoubée par la presse ou le public

Max Bird, ou le Jamy de l’humour, sera en Avignon pour parler d’oiseaux, et surtout vous faire rire ! Notre chroniqueur sudiste Fabien avait vu son spectacle, et vous pouvez lire sa critique avant de vous laisser convaincre !

Cécile Djunga, on a envie de la voir. Le pitch de son spectacle est moderne. Très bien vendue par la presse et sa team, elle n’a plus qu’à rayonner sur scène ! Allez vérifier les dires des pros dans sa salle ! ;)

Laura Calu fait partie de nos découvertes humour les plus célèbres. Très populaire sur les réseaux sociaux, elle a un charisme assez bluffant sur scène. Si vous aimez ce genre de personnalité déterminée et passionnée, allez la voir cet été au festival d’Avignon 2019 !

Jérémy Charbonnel, on l’avait interviewé et vu en spectacle. Notre impression, à chaque fois : excellente. Ce troll gentil, et jamais clivant, a un vrai sens de l’humour validé. C’est un professionnel de la scène avec lequel vous passerez un excellent moment !

Karim Duval, vous l’avez sans doute vu passer au Jamel Comedy Club. Cet ami éloigné de l’humour, on a envie de vous le conseiller, car c’est toujours sympa de renouer avec de vieilles connaissances. Vous vous direz : « C’est vrai qu’il était drôle ! ». Ne manquez pas ça au festival d’Avignon 2019 !

Je veux un humoriste clivant au festival d’Avignon 2019

Julien Santini, soit on aime, soit on déteste. Honnêtement, on n’est jamais rentré dans son délire. Mais si vous en parlez aux autres, vous comprendrez juste que son talent ne plaît juste pas à tout le monde. Il apparaît dans la chaîne des 2 tocards et dans de nombreuses publications de Nicolas Fabié. Ces mecs-là ne traîneraient pas avec lui s’il n’était pas drôle. Nous en sommes donc arrivés à la conclusion suivante : si vous regardez une vidéo de cet humoriste, et que vous trouvez ça drôle, vous devez le découvrir. C’est aussi simple que ça !

Vous avez tous entendu parler de la blague de Tex. Comme toutes les personnalités de ce type, il existe un public qui a envie de rire et de ne pas se prendre la tête. Si c’est votre cas, alors profitez-en !

[post_title] => Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => festival-avignon-2019-selection-off [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-07-12 15:51:02 [post_modified_gmt] => 2019-07-12 13:51:02 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6408 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 5706 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-28 11:58:28 [post_date_gmt] => 2019-02-28 10:58:28 [post_content] =>

Comme chaque année, le Festival d'Humour de Paris (FUP) s'achève sur une soirée réservée aux nouveaux humoristes. Retour sur la clôture du FUP 2019 et la performance des 9 finalistes et des 2 vainqueurs à Bobino, Paul Mirabel et Morgane Cadignan !

FUP 2019 : Bobino, entre sauna et passages enflammés

Cette année, Le spot du rire a eu le privilège d'être invité en Carré or. Merci Laura Lozano, rencontrée dans le jury des Best de l'Humour et qui dynamise les Trempoint ! On en a profité pour choisir un +1 hors du circuit, mais qui connaît Alexis le Rossignol. Ça tombe bien, deux ans plus tôt, l'artiste recevait le prix SACD...

En arrivant à Bobino, c'était l'occasion pour moi de me vanter auprès de cet invité et de lui montrer que je connaissais plein de gens inconnus du grand public. Dans cinq ans, il réalisera l'ampleur du truc, mais vous, vous savez déjà #LesVrais.

Je ne sais pas si c'était le réchauffement climatique ou quoi, mais le chauffage tournait en plein régime. J'ai même cru me sentir mal à la fin du spectacle. Organiser le festival un mois plus tard, c'est bien, mais changez le thermostat les gars.

La présentation de Nicole Ferroni tranchait avec la chaleur ambiante. Je l'ai trouvée vraiment inégale, et même molle au début. Malgré deux ou trois coups d'éclat, elle a été en-dessous du niveau de Vérino l'an dernier. Après, je ne fais pas partie des fans de cet artiste, cela peut aussi jouer !

Après, l'essentiel du FUP 2019 était de mettre en lumière les jeunes artistes. Revenons sur chaque prestation !

Pierre Thevenoux

Autant vous le dire tout net, j'étais dégoûtée de voir Pierre Thevenoux en premier. Sans surprise, il faisait partie de mes favoris pour la soirée et la chauffe de Nicole Ferroni ne l'aidait pas à lancer la soirée.

Son passage était bon, mis à part peut-être une blague qui n'a pas fonctionné comme d'habitude. Pas d'applaudissements, mais les rires tombaient là où il fallait.

Maryvonne Beaune

J'ai découvert cette humoriste la semaine précédente, lors du Trempoint. Elle faisait partie de la brochette d'humoristes qui joue au Sentier des Halles, lors d'une exceptionnelle. Cette salle, c'est la dernière acquisition de Jean-Marc Dumontet, le big boss du Festival (et de la majorité de l'humour parisien...).

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle m'impressionne autant. J'avais lu la description de son spectacle de l'époque, et je n'avais pas été convaincue par le pitch. Et pourtant, lors du Trempoint, elle a assuré. J'ai même cru, comme Félix d'ailleurs, qu'elle pouvait cartonner.

Malheureusement, la prestation n'était pas aussi forte que prévu. Je ne l'ai pas trouvée mauvaise en soi : la folie fonctionnait, mais cela ne portait simplement pas. Si vous étiez à Bobino, ne la jugez pas simplement sur ces quelques minutes : elle peut vraiment mieux faire !

Certe Mathurin

Certe Mathurin est rodé. Comme au Trempoint samedi, il a demandé qui a été voir son premier spectacle. Il le jouait à La Nouvelle Seine, ce qui n'est pas rien... Et pourtant, au Point Virgule comme à Bobino, j'étais la seule à avoir fait le déplacement et à applaudir...

Habitué des plateaux et de la scène, Certe a réalisé une prestation correcte. Il a mis de côté les soucis de diction de son début de carrière. Ses idées sont sympathiques, son passage fonctionne mais cela plafonne toujours un peu. Il manque le petit plus pour éclore véritablement, mais sa détermination le lui offrira sûrement...

Félix

À l'applaudimètre, Félix a cartonné. C'est lui qui a sorti le public de sa torpeur. Les premiers applaudissements, les rires incontrôlés de celle qui a un rire bizarre et qui est toujours dans les salles de spectacle. Je me suis dit qu'il allait le gagner, ce foutu concours.

Félix, c'est quelqu'un que je vois jouer depuis longtemps. Et contrairement à Certe, il a débloqué quelque chose. C'est un performer qui a su, petit à petit, attirer la sympathie. Ses thèmes se sont aussi modernisés. Au lieu de chercher à se placer sur le bon filon marketing, il aborde les sujets qui le tiennent à coeur et dénonce avec beaucoup plus de finesse que les années précédentes. Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'impressionne, et il l'a fait.

De l'aveu de tous les humoristes présents, c'est lui qui a été le plus efficace. Ce qui lui a manqué, c'est de devoir se confronter au mec le plus bankable du moment...

Paul Mirabel : Grand Prix du FUP 2019

Certains humoristes m'ont dit qu'ils ne voulaient pas s'aligner au FUP 2019. La raison : Paul Mirabel. Vainqueur du Campus Comedy Tour en 2018, puis des Best de l'Humour le mois dernier, Paul plie les festivals.

Comment s'y prend-il ? Il y a quelque chose de spécial dans l'air quand il monte sur scène. Une présence immédiate vient cueillir les spectateurs. Il semble qu'il n'ait qu'à dire bonsoir pour faire rire. C'est vraiment très fort. Dès cette première seconde, j'ai compris que le prix était pour lui.

On rit pour l'homme plus que pour le texte, même s'il est déclamé avec beaucoup de talent. C'est une sorte de bulldozer de l'humour qui reprend les codes de l'autodérision pour mieux la disrupter. Si ses camarades ont choisi cet angle depuis des lustres, il l'incarne comme personne.

La seule chose qui me faisait douter, c'est qu'il a moins de bouteille que les autres. Un peu comme Djimo l'an dernier : on doutait de sa capacité à jouer une heure... et il a réalisé ce défi sans broncher ! Mais les grandes salles deviennent son terrain de jeu (La Cigale...). Ne vous y méprenez pas : il doit gérer le trac, mais il a une manière de se mettre dans sa bulle et de faire abstraction de l'extérieur. S'il continue ainsi, il s'offrira une belle ascension humoristique ! On espère qu'il sera bien entouré et qu'il ne se brûlera pas les ailes.

Ambroise et Xavier

Si vous êtes fidèle au spot du rire, vous connaissez Ambroise et Xavier. Au Sonart, ils enchantaient et bluffaient les foules. Je me suis pris une claque à cette occasion, et je m'excuse pour tous ceux qui ont développé des attentes trop élevées sur ce duo.

Le problème, c'est qu'en plateau, ils ne sont pas aussi efficaces. Avez-vous déjà voulu manger dans un étoilé pour manger le pain et des cacahuètes ? Non, certainement pas.

Je ne sais pas si c'est le choix de l'extrait ou simplement si leur univers demande un peu d'immersion, mais ça ne fonctionne pas autant. C'est d'autant plus cruel que ce talent, je l'ai vu, je vous le certifie. Là, c'est drôle, mais pas transcendant. Et comme ça s'est vérifié au Point Virgule et à Bobino, il y a des correctifs à faire.

Dommage, parce que le duo a fait des efforts pour adapter sa prestation à Bobino. Xavier est toujours aussi efficace, mais le public n'a simplement pas le temps de s'attacher à Ambroise. Je pense qu'ils vont rapidement rectifier le tir, parce que je suis intimement convaincue de leur talent. Ils écrivent et jouent comme personne dans un bon cadre : à eux de le trouver !

Morgane Cadignan : prix SACD au FUP 2019

Quel bonheur de voir Morgane Cadignan récompensée. Un peu comme Paul Mirabel, elle a un truc bien à elle. Sa plume, certes, mais aussi une personnalité. On l'aperçoit timidement derrière un texte en béton armé, mais cette fille a l'air vraiment dingue.

C'est un peu le genre de rebelle qui n'explose pas tout de suite, qui sait s'indigner quand il faut. Elle observe le monde comme peu de gens et livre un portrait poétique de la société. Et elle n'est pas du genre à vouloir se faire emmerder. Quand Nicole Ferroni lui a posé une question complètement à côté de la plaque, je l'ai vue fidèle à elle-même. Elle m'a rappelé tous ces gens qui montrent à l'interviewer qu'il est à côté de la plaque, et je vous avoue que c'est son pêché mignon. N'y voyez pas là de l'arrogance, mais une réaction humaine et sincère, sans fioriture.

Par contre, je dois mettre un carton rouge à tous ceux qui ont dit qu'elle a eu le prix SACD parce que c'était une fille. Quelle connerie. Franchement, j'en ai vu des quotas louches. Mais là, ce prix est logique. Comme Charles Nouveau, vainqueur de ce prix en 2018, Morgane Cadignan a évolué dans le monde de la pub. Oui, ce lieu plein de créatifs qui deviennent humoristes ou écrivains (coucou Beigbeder).

Si vous ne parvenez pas à voir son talent, vous avez un sérieux problème. Après, on aime ou on n'aime pas, mais quand même, on peut reconnaître objectivement les belles performances.

Lisa Raduszynski

C'est la prestation en-dessous de la soirée. Si cela passait au Point Virgule, Bobino l'a accueillie très froidement. Pourquoi cela n'a pas marché ?

Déjà, je la trouve plus drôle lorsqu'elle joue en anglais. Elle joue moins avec les clichés et les blagues à l'ancienne. Les juifs, le fait d'évaluer son physique... On attend plus original en 2019.

Après, cela peut tout à fait marcher. Mis à part devant un public très averti, une personne comme Lisa peut fonctionner dans un festival. À mon sens, on l'a envoyée au casse-pipe en la choisissant pour Bobino. L'année prochaine, avec plus de préparation et un jeu en français dans de nombreux lieux, cela aurait pu marcher.

Je l'ai croisée ensuite et je l'ai réconfortée, parce que je pense qu'elle a sa place. Pour certains humoristes, j'estime qu'ils n'ont aucun avenir. Ce n'est pas le cas de Lisa. Il faut simplement travailler et trouver son truc, ce qui la différencie. Ensuite, le reste suivra logiquement ! Au Sentier des Halles, devenu un laboratoire pour Jean-Marc Dumontet et ses équipes, c'est l'endroit idéal...

Didou

Didou a réalisé une prestation dans la lignée de Félix, sauf qu'il avait le défaut de Lisa. L'originalité que j'ai pu voir dans certains plateaux, il ne l'avait pas. L'humour était un peu à l'ancienne.

Pour autant, si ça marche, c'est une question de présence. Didou a de l'énergie et mise sur le côté bon copain. Il y a encore de la place sur le créneau parce que les gens veulent continuer à rire sans se prendre la tête.

Je vous avoue que j'aime beaucoup trop l'originalité pour apprécier pleinement son humour. Au moment où il parlait du doigt d'entrée dans le Marais, j'ai arrêté d'écouter. (Nous avons corrigé la formulation suite à une demande de son manager, qui rappelle que Didou n'est pas un humoriste vulgaire. On est d'accord avec ça, mais c'est important que vous sachiez les coulisses derrière la rédaction d'articles, NDLR). Déjà, j'étais fatiguée de la soirée (il passait en dernier) et la chaleur me faisait littéralement me sentir mal.

J'attendais un peu mieux de Didou, mais je savais que son angle vu et revu ne suffirait pas pour se distinguer.

FUP 2019 : verdict

La soirée des humoristes de demain (ils ont changé le titre, c'est beaucoup plus clair) a réussi son pari. Cette année, je trouvais cela difficile de choisir un vainqueur : les univers étaient très différents, et les observateurs ont noté deux groupes de niveau.

L'un des membres du jury nous a confié que Paul Mirabel se détachait nettement pour eux. Il serait intéressant de voir la réception du public : au-delà des applaudissements et des rires, cela donnerait un indicateur pour la suite de sa carrière. Je ne me fais pas de souci particulier ; en revanche, je suis extrêmement curieuse des prochains mois.

On verra plus que ses passages ultra-rodés - même si j'ai découvert de nouveaux textes. Il me confie sans cesse qu'il a envie de me montrer autre chose, et effectivement, c'était très appréciable.

Le casting du FUP 2019 aurait pu être plus fort, mais on était loin du niveau très, très hétérogène des Best de l'Humour. Chaque festival répond à des codes très précis, mais rien ne remplace le fait d'être dans le public des plateaux pour se faire une véritable idée des forces en présence. Avec autant d'humoristes, personne ne peut prétendre pouvoir offrir un condensé d'une dizaine de personnes...

Crédits photo

© Festival d'Humour de Paris / JMD Production

[post_title] => FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fup-2019-paul-mirabel-morgane-cadignan [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:55:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:55:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 5610 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-21 21:28:15 [post_date_gmt] => 2019-01-21 20:28:15 [post_content] =>

La semaine dernière, j'ai publié un article suite aux sélections des Best de l'Humour 2 à Paris. Violente, pas toujours précise : cette publication de jury humour a remué les artistes, présents ou non, et toute l'équipe du spot du rire pour l'occasion. Je voulais revenir avec un peu plus de recul sur l'expérience.

Devenir jury humour rend-il inhumain ?

Je viens d'achever une semaine éreintante. Lundi dernier, en rentrant chez moi, l'adrénaline me maintenait en éveil. J'ai sous-estimé la violence émotionnelle de tels concours. Jusqu'ici, je les avais vécus avec plus de distance, mais me retrouver forcée à juger des artistes aussi variés était plus violent que je le pensais.

Avez-vous idée de la personne que j'étais, deux ans plus tôt ? Impressionnée par des types qui jouaient devant vingt personnes, je promettais de ne jamais critiquer personne. Sinon, je vous avais dit que vous pouviez m'engueuler. La belle affaire : ne pas se mouiller, c'est facile.

Je savais que je devais écrire sur l'expérience de jury humour, et que j'allais être dure. Pendant la semaine, encore fatiguée physiquement et émotionnellement, j'ai changé d'attitude.

Pour l'humour, c'est un peu pareil. Je suis passée de tout le monde il est beau à quel niveau déplorable sans ménagement. Et vous savez quoi ? Je ne suis plus sûre de l'endroit où je me situe.

L'erreur est humaine

Cela fait plusieurs mois que je doute. Si j'ai sorti mon texte au forceps, histoire de mettre cette histoire de jury derrière moi au plus vite, j'en ai écrit quelques autres dans un cahier. Vous ne les lirez jamais : ma plume est devenue anormalement hésitante.

Il y a quelques mois, j'ai appris que Merwane B avait été touché négativement par ma critique de son 30-30. Je n'ai pas vraiment les détails, puisqu'on m'a rapporté les faits. Je n'ai pas aimé la sensation. C'était mieux lorsque j'étais complètement gaga, même si ça faisait ricaner tout un chacun. Après, la critique n'était pas virulente et, si je l'écrivais, c'était parce que je commençais à attendre quelque chose de Merwane. Si je n'espérais rien de lui, je n'aurais rien écrit du tout.

La critique suivante est un peu plus douloureuse. Je ne l'ai pas formulée immédiatement, et je n'aurais pas dû le faire. Rosa Bursztein a proposé que j'assiste à son spectacle à la Petite Loge. Or, elle a bidé et j'ai décidé de la juger sur cette heure-là. Aujourd'hui, j'ai reçu plusieurs témoignages d'humoristes, qui consomment suffisamment de stand-up pour formuler des critiques constructives. Ces artistes me disent que Rosa Bursztein joue son spectacle de manière magistrale, et que c'est même mieux que celui de Morgane Cadignan.

Moralité : ne prenez pas pour vérité générale les critiques humour. Si nous sommes critiques, c'est que nous ne pouvons pas faire le boulot. Oui, même le boulot de ces artistes qui nous déplaisent lors de festivals : on ne peut pas le faire, on n'oserait même pas une seconde.

Jury humour : la part de soi dans le jugement de l'autre

Avec cela, le timing n'était pas bon. J'ignore à quel point cela a eu un impact, mais j'ai traversé des difficultés dans ma vie hors humour ces dernières semaines. J'ai même perdu de vue un type que je trouvais incroyable 24 heures après la fin de mon expérience de jury, mais que je savais ne pas pouvoir côtoyer plus de six mois.

Je ne vous raconte pas ça pour que vous me plaigniez ou que vous ayez une idée précise de ma vie. Simplement, parfois, lorsqu'on fait preuve d'agressivité sur un sujet donné, cela couve quelque chose. C'est important que vous le sachiez pour remettre en contexte mes récents écrits plus pessimistes sur les tous jeunes talents. Il y avait 20% de mauvaise foi et 20% de frustration liée au format de festival. Sentir le stress des humoristes, communicatif, m'atteignait sans que je ne m'en rende compte. A l'inverse, il y avait 60% de tripes... C'est aussi pour ça que la raison m'échappait lors de l'écriture, brute et brutale. Je me battais, mais je ne savais plus trop pourquoi.

Le chemin difficile pour trouver sa voix

J'espère retrouver mon envie de me réjouir de l'humour et un peu de légèreté. Je vais aussi essayer d'oublier l'histoire avec Kader Aoun, qui a fait grand bruit apparemment. Plus j'y pense, plus je crois que c'était une rencontre ratée qui m'a définitivement détournée du Paname Art Café. Ce mec, j'ai semble-t-il touché quelque chose en choisissant d'écrire sur lui à l'époque. Or, début février, il tiendra une conférence avec des stand-uppers au Théâtre du Rond Point. Il y parlera visiblement du combat de sa vie : apporter un ascenseur social aux gens de banlieue, et plus largement toute la jeunesse humoristique, par l'humour et le rite initiatique vers le succès et l'élite, en quelque sorte. C'est à peu près tout ce qu'il veut évoquer publiquement, comme un combat d'une vie.

C'est drôle, parce que je comprends son combat (je le comprenais déjà avant). On se rejoint dans cette volonté de faire sauter les barrières et tutoyer tout le monde. La méthode est différente, mais le constat est là : ce milieu est violent, impitoyable et injuste. Le tout est de trouver sa voix et raconter les belles histoires lorsqu'elles émergent.

Plus que jamais, j'ai besoin de vous pour ça. Merci de votre fidélité et des retours très nombreux que j'ai reçus, cela m'aide à trouver l'énergie pour continuer et essayer de le faire avec la sincérité du stand-up. Même quand la mauvaise foi se pointe, parfois.

Légèreté : c'est bête, ça me fait encore rire

[post_title] => Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => jury-humour-opinion [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:13 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:13 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5610 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 5561 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-18 21:45:53 [post_date_gmt] => 2019-01-18 20:45:53 [post_content] =>

Les Best de l’Humour organisent des présélections pour la finale du 29 janvier dans de nombreux lieux. À Paris, j’ai assisté aux 2 soirées pour départager 38 humoristes en 2 finalistes. Retour sur cette expérience qui m’a beaucoup appris.

Lire aussi - Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélection Paris Best de l'Humour, acte I : Clément K et le reste du monde

Au début, je savais que Clément K tentait sa chance. Pour moi, connaissant le fonctionnement du concours, il allait gagner cette première soirée et ma présence ne serait pas utile. En voyant les sélectionnés, j’ai pensé que Marc Tourneboeuf avait aussi ses chances. Son expérience (entre cours Florent, théâtre, cinéma...) le plaçait dans la catégorie des pros.

Ensuite, j’ai appris qu’il se lance dans le seul-en-scène. C’est sûrement pour ça qu’il jouait la carte du mec à découvrir. Avant de le voir sur scène, j’espérais qu’il en avait plus à offrir qu’un joli minois et un positionnement marketing sur la poésie. Been there, bro.

Enfin, j'estimais que Klotilde allait se distinguer. Deuxième selon mon classement, elle termine finalement troisième derrière Marc. Le reste, mis à part Maxime qui semblait un peu original, on aurait pu s’en passer. Je dis cela comme un professeur avait dit à Roman Frayssinet :

Tu m'as fait perdre mon temps.

Evidemment, aujourd'hui, Roman est une rock-star de l'humour. Je souhaite que les personnes qui participaient aux sélections s'en souviennent et ne prennent pas pour vérité générale ce que j'avance. Je peux me tromper, je livre simplement mon opinion. J'aspire à ce qu'ils me prouvent le contraire et me fassent fermer mon clapet. Continuons.

Bien sûr, il y avait Thomas Angelvy. Mais c’est le genre de talents qui apparaît dans de nombreux tremplins sans qu’on ait envie de l’aider. Il est très bon niveau jeu et interactions… mais ses sujets sont vus et revus. Les rapports homme-femme avec supplément clichés, sérieusement ? Au moins, il a eu la jugeote d’enlever la partie sur le Philippin.

Sans surprise, Clément K a remporté cette manche haut-la-main devant quelques adversaires et figurants. Je les juge surtout sur l'originalité, certains n'apportaient rien de nouveau ou n'avaient pas le niveau. Le lendemain, j’étais à l’anniversaire d’Alexandra Pizzagali et Mo Hadji, qui gère les Best de l'Humour, m’a invité à proposer des gens pour la soirée suivante. Il m’expliquait alors que le Théâtre du Marais n’avait que ce show-là le lundi suivant. Il pourrait donc prendre son temps et proposer de nombreux artistes.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte II : infiltrer Pierre Thevenoux comme un ninja

Au départ, je n’ai pas trop réfléchi à qui je pouvais suggérer. J’avais dit que je ferais un retour le samedi, mais j’étais trop occupée à migrer les adresses des plateaux sur Mapstr. Le dimanche matin, je me réveillais enfin : j’avais deux idées. J’hésitais entre Pierre Thevenoux et Morgane Cadignan. J’ai opté pour le premier choix, parce que je pense qu’il peut plaire au-delà de Paris. Le spectacle de Morgane est trop axé sur la génération Y parisienne.

Je lui ai donc proposé en lui vendant l’expérience au mieux. Voici un extrait :

Je pense que tu me permettrais de passer une meilleure soirée en tant que jury et que ça te permettrait de gratter des dates pépouze en province.

J’ai le sens de la formule, que voulez-vous.

Pierre accepte, je soumets donc l’idée à Mo. Et là, patatras ! Mo estime que cela serait injuste pour les personnes qui ont passé le processus de sélection. Je lui explique que je ne savais pas qui l’avait fait. En somme, j’avais vraiment envie de relever le niveau du concours. Mo a beau faire beaucoup de communication, les candidatures sont souvent bien en-deçà du niveau minimum requis à mes yeux.

Le circuit du Paname contre le reste du monde ?

Déjà, vis-à-vis de la scène stand-up actuelle, la proportion de participants est très faible. Vous ne verrez jamais des Fadily Camara, Paul Dechavanne ou même Louis Dubourg dans ce type de concours. Et Mo semble même s’en désoler. Quand je lui explique que Pierre n’a peut-être pas eu connaissance de l’événement, il me rétorque qu’il fait partie de ceux qui ne jurent que par le Paname Art Café.

Pierre, je t’ai défendu. Je lui ai répondu que tu étais prêt à faire des scènes pétées en banlieue. Bon, dans l’exemple que j’avais en tête, je parlais d’une soirée à Saint-Maur des Fossés où tu étais programmé. En réalité, c’est Ghislain Blique qui t’a remplacé, car tu étais malade ce soir-là. Pour de vrai, tu n’as pas fait semblant.

Tout ça pour dire que Pierre est un stakhanoviste des plateaux et qu’il aurait pu jouer les premiers rôles dans une sorte de hold-up. Là encore, je ne savais pas qui était présent au deuxième round.

Sélection Paris Best de l'Humour, acte III : 26 comiques, 4 heures de show, les nerfs à vif

Contrairement au premier soir, j’ai décidé de me rendre au théâtre un peu plus tôt. Mo est déjà là, avec deux humoristes que je n’ai jamais rencontré et Thibaud Agoston. Je me dis qu’il est suisse et ne comprends pas trop ce qu’il fait là. Il ne pouvait pas jouer à la sélection suisse, alors il passe ce soir. Désolé Pierre, comme quoi, il y avait peut-être de la place…

Bon, je suis cynique. Surtout que Thibaud Agoston, s’il fait honneur à la réputation des humoristes suisses, va sûrement offrir un très beau passage au public. Je ne l’ai jamais vu, je sais juste qu’il joue son spectacle à La Petite Loge, un bon signe. Un branquignole de moins : c’est exactement le flot de mes pensées à cet instant.

On accède finalement au théâtre par l’entrée des artistes. A cet instant, Marion Mezadorian répète la nouvelle version de son spectacle Pépites qu’elle reprendra le lendemain. Les humoristes vont donc tous se retrouver les uns après les autres dans cet espace confiné. L’un d’entre eux me confie que ça va être dur, parce que Paul Mirabel est là. Ma réaction, pour les autres, est immédiate : « Ah, merde... ».

Paul Mirabel, en ce moment, dézingue absolument tout. L’étudiant le plus drôle de France en titre ferait même oublier qu’il a succédé à Nordine Ganso… J’ai de la peine pour mon interlocuteur, car je sais que c’est probablement plié.

Pourtant, Paul n'est pas serein. Il se démène pour mettre en place le kakemono France Bleu sur la scène, et personne ne lui vient en aide. Certains ricanent même dans une ambiance de colonie de vacances. Ensuite, je l'aperçois en prise à un véritable stress. Quand tout le monde vous attend et que vous n'êtes pas dans le circuit depuis longtemps, délivrer à chaque fois n'est pas simple. Je sais que c'est une posture et qu'au fond, il sait qu'il est capable de gagner ce truc, mais il ne le montrera jamais.

Sans langue de bois : levons les suspicions de conflit d'intérêts

Un autre me dit qu’Agoston aura les faveurs du jury, car Mo le soutiendrait. Je ne peux rien en dire, comme je ne le connais pas. Encore une fois, Mo n’officie pas dans le jury.

Après tout, on en revient encore à ce déficit de candidatures. Les humoristes peuvent se dire qu’ils n’ont aucune chance car ils suspectent un conflit d’intérêts. Or, si en festival, les dés sont parfois pipés (coucou Top In Humour, un peu), il existe un précédent qui prouve le contraire. Mauves de Rire 2017 : la troupe de Mo Hadji est presque au complet, accompagnée notamment de Marion Mezadorian. A l’époque, elle était étonnée de gagner, parce qu’elle pensait (comme beaucoup, sans doute), que Félix Radu était vainqueur d’office. Or, Marion a remporté ce festival émergent.

Selon un autre humoriste qui travaille avec Mo, ce dernier se révèle intransigeant avec ses poulains lorsqu’ils ne font pas le job. Mon interprétation : Mo gère avec passion un certain pool d’artistes et un festival d’envergure internationale (le Liban est dans la place, les gars…). Il peut avoir un biais pour ses artistes, c’est humain, mais il ne les favorisera jamais d’office. Je n’ai pas vu la moindre trace d’influence pour untel ou untel lors des deux soirées.

Le niveau est anormalement bas

Par contre, pour l’année prochaine, j’ai une requête. Je comprends l’envie de donner sa chance à de nombreux artistes. Il avait déjà établi une présélection, mais parmi les 26 présents ce soir-là, j’en aurai retenu 3 ou 4 max. Au global, il aurait pu se contenter d’une soirée d’une heure avec 6 ou 7 humoristes.

Bon, je dis ça, mais j’ai vu quelque chose d’incroyable. Pierrick Vidal, un humoriste qui a quelques scènes dans les pattes, a terminé deuxième du concours entre Paul Mirabel et Thibaud Agoston. Son passage évoquait son rôle d’éducateur d’élèves en SEGPA. Les blagues sur ce type de population étaient lourdes et peu originales à mon goût, mais le reste du jury semblait bluffé. Il a habilement joué le moment d’émotion à la fin, pour rendre son passage humain. Cela pourrait n’être qu’une affaire de goût, mais lors de la première soirée, Maxime Garcia a plu grâce à son originalité mais le jury ne l’a pas vraiment bien placé, faute d’expérience. Cela manque de consistance, mais ce n’est pas évident.

D’autant plus que ces derniers jours, le festival des Fous Rires de Bordeaux a dévoilé la programmation de ses tremplins. L’impression que le niveau a baissé en 2018 se confirme. Il y a en effet un creux, même si de nombreux talents émergents sont malheureusement aux abonnés absents. Remettons aussi cela en contexte : en 2018, certains humoristes étaient décevants dans ces tremplins. Et je n'ai toujours pas compris la victoire de François Guédon. Les goûts et les couleurs...

Jury : gare à l'influence du groupe

La soirée a duré quatre heures. Elle était si longue que je n’ai pas vu le jury délibérer jusqu’au bout (merci le dernier métro). J’ai laissé mon papier avec mon tiercé gagnant : Paul Mirabel, Thibaud Agoston et Brahms. En réalité, je pense que j’ai préféré Thibaud, mais j’ai appris là une chose essentielle sur le rôle de jury. Quand vous hésitez, vous vous ralliez naturellement au groupe. C’est un biais cognitif du cerveau.

Le cerveau aimant la répétition, entendre sans cesse des louanges sur Paul et le voir passer en dernier alors que tout le monde était épuisé a augmenté mon appréciation. Dans le jury, il y avait une spectatrice qui a un rire… reconnaissable. Elle n’en pouvait plus de s’esclaffer, et a confessé par la suite qu’elle ne riait pas vraiment pour la prestation, mais pour l’ambiance d’alors.

Entendons-nous. Paul Mirabel a été très bon. Ce moment a sublimé sa prestation, qui allait de toute façon être correcte. Ajoutez à un bon tirage le fait de passer après une dizaine de mecs pas au niveau et vous obtenez un triomphe. Je les aurais objectivement mis ex-aequo, Paul et Thibaud.

Même si j’ai trouvé sa voix différente sur scène et dans la vie, j’ai adoré le passage de Thibaud. Il y avait le talent du comédien, une fougue dans le jeu et un texte ciselé au plus près de la justesse. La fin, c’était juste un moment de grâce. Marc Tourneboeuf, qui a une fin similaire, pourrait en prendre de la graine car c’était encore un cran au-dessus !

Sélection Paris Best de l'Humour, acte IV : apprentissages

J’ai appris beaucoup dans ces soirées. La compétition entre humoristes a révélé que dans le milieu, les stand-uppers du circuit classique sous-estiment Clément K. La raison principale, c’est qu’il joue un peu moins qu’eux. Après, connaissant le garçon, je sais qu’il a de quoi plaire au public – à la Petite Loge, c’est déjà le cas. Mo le décrit en off comme le futur Guillermo Guiz, une analyse évidemment prématurée qui le dessert.

D’ailleurs, Clément a tout du type modeste. Je vois dans les commentaires de ses adversaires la peur d’être mis de côté pour des raisons partisanes. Certains humoristes présents dans ces soirées-là travaillent d’arrache-pied. Ils en veulent, ils ne trichent pas et ils n’ont souvent personne pour gérer leur carrière. Comme Clément, ils travaillent à côté car ils ne vivent pas encore de leur art. Je peux comprendre leur réaction, même si elle n’est pas recevable. En tout cas, j’aimerais vraiment que pour 2019, le niveau s’élève. Je veux que la décision soit difficile, et les talents plus nombreux.

Je formule donc ce conseil aux humoristes : dépassez vos préjugés et postulez pour l’année prochaine. Parce que si je suis encore jury, je ne tolérerai plus de blagues d’humoristes de foire avec des faux poils pubiens apparents. Je sortirai de la salle si je suis témoin d’un ajustement de sous-vêtements qui dure plus de trois minutes. A l'inverse, j'ai eu de la peine pour Tatiana Djordjevic, qui était au mauvais endroit pour prouver son talent. Pour finir, je vous avouerai que contre toute attente, le jury a fait preuve de justesse sur Paris. Qu’il en soit ainsi lors de la finale ! Je n ’y serai pas, et ça va durer longtemps, alors allez-y avec un thermos et des pantoufles.

Mise à jour : Paul Mirabel a, sans surprise, remporté la finale. Dauphin, Clément K démontre que les sélections parisiennes ont révélé les meilleurs talents dans le cadre de ce festival.

Crédits photo

© Laura Gilli, photo prise lors du Campus Comedy Tour

[post_title] => Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-paris-best-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:57:42 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:57:42 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5561 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 5470 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-01 20:34:52 [post_date_gmt] => 2019-01-01 19:34:52 [post_content] =>

Comme l'an passé, les professionnels de l'humour se mettent en marche pour dénicher les jeunes talents du rire. Depuis novembre, ils s'activent pour mettre en lumière ces futures pépites lors des Best de l'Humour 2.

Les Best de l'Humour récidivent donc après une première un peu longue mais très enrichissante. J'avais vécu cette soirée avec beaucoup de passion. Par exemple, j'avais fortement réagi en voyant que Nicolas Fabié ne figurait pas parmi les sélectionnés, oubliant un peu l'essentiel.

Best de l'Humour 2 : une antichambre du rire qui en veut

Pour avoir vu la plupart des finalistes de l'époque, le résultat était finalement homogène et j'ai fini par être agréablement surprise par des humoristes comme Farah et Jessica Anneet. D'autres, comme Alexandra Pizzagali et Bruno Peki, ont immédiatement su me plaire.

Les sélections sont encore en cours et vous avez la possibilité d'y assister à Paris les 10 et 14 janvier au Théâtre du Marais. Quant à la grande finale, elle aura lieu à l'Alhambra le 29 janvier.

Le calendrier est plus clément pour les Best de l'Humour 2, car la soirée découvertes du Festival d'Humour de Paris a lieu cette année le 26 février. Je le précise car la puissance d'un Jean-Marc Dumontet et d'une Antoinette Colin (Le Point Virgule et leur razzia récente de théâtres montre leur influence dans le game...) aurait pu vous détourner d'une soirée avec des moyens réduits sur la même semaine.

Notre conseil : ne manquez pas ces présélections, les jeunes artistes ont besoin de votre soutien ! Sait-on jamais, certains feront peut-être l'Olympia ou l'un des gros théâtres de Jean-Marc Dumontet d'ici 5 à 10 ans... En plus, le spectacle sera un peu moins long que la grande finale ;)

Crédits photo

© Les Best de l'Humour. La photo remonte aux présélections de la première édition à Nantes, dans un lieu emblématique de l'humour. Si vous souhaitez faire un tour de France du stand-up, c'est au West Side Comedy Club que vous devez vous rendre en priorité ! Et oui, vous y reconnaissez peut-être Nicolas Fabié, que je n'ai pas oublié depuis l'an dernier...

[post_title] => Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => best-humour-2-selections-finale [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:58:05 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:58:05 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5470 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 5166 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-20 21:20:08 [post_date_gmt] => 2018-09-20 19:20:08 [post_content] => La Topito Open Mic Night était le moment phare de mon Debout Paris Festival. Comment mieux rendre un hommage au stand-up qu’avec une scène ouverte ? Le discours d’ouverture d’Urbain était juste  : aller à ce type d’événements, c’est ce qui fait tourner la machine. Voir aussi : Debout Paris Festival : une première réussie qui donne la banane Les scènes ouvertes sont une épreuve. Chaque humoriste va prendre le micro quelques minutes, 3 ce soir-là. Le contrat initial est identique, mais les artistes ne vont pas tous vivre la même soirée !

Topito Open Mic Night : les têtes d’affiche des découvertes

Il y a ceux qui jouent partout et qui apprennent sans relâche, comme Brahms. La prestation est alors impeccable. Autre humoriste à avoir bien travaillé ces derniers temps : Paul Mirabel. Selon Urbain, c’était le meilleur de la soirée. Il gagne donc le droit de jouer une nouvelle fois pour Topito le 26 septembre. Ce mec est drôle, mais ses thèmes pourraient être plus originaux. La différence  : il les traite avec des angles inattendus et un jeu impeccable.

Les outsiders : Anne Dupin et Cyril Hives

Dans un autre style, Anne Dupin et Cyril Hives provoquent les rires facilement. Il font sans nul doute partie de la nouvelle génération d’humoristes. Anne m’épate de plus en plus. Avec le Laugh Steady Crew, elle a fait un sacré pas en avant depuis les tremplins Jeunes Talents Cible, remportés par Nadim. Elle avait déjà ce grain de folie qui la distinguait des autres nouveaux. Depuis, elle a gagné en précision et en originalité. Cyril Hives maîtrise son stand-up. J’aime beaucoup ses prestations inattendues, même si parler de YouPorn devient assez récurrent. Je l'ai trouvé meilleur lors de la première partie d'Adrien Montowski. La raison : la limite de temps corse les jeux habituels...

Les bides (plus ou moins cruels)

Les passages manqués étaient de différentes natures. Parfois, le public ne comprenait pas où l'humoriste voulait en venir. Autre cas : l'une des humoristes tentait sa première scène. Une épreuve très difficile pour elle : elle a malheureusement perdu pied, l'émotion la submergeant. J'espère qu'elle y retournera pour comprendre que le public ne la rejetait pas en tant que personne. En réalité, il n'arrivait pas à rentrer dans son univers par manque de détail et de profondeur dans les thématiques. En plus, avec 30 humoristes sur scène, les humoristes qui passaient vers la fin vivaient des minutes très difficiles. Les derniers ont été même réduits à jouer 2 minutes. Un rien ! À chaque fois, la sentence était la même : une chanson de Patrick Sébastien. Elle me faisait sursauter à chaque fois, c'est toujours un vecteur de tension. Les enseignements de la soirée, c'est que les vannes clichés ne prennent plus. Certaines exagérations trop grandes (une femme ment sur son poids : multipliez-le par 7 pour avoir le vrai chiffre...) n'ont pas fait mouche. Les filles sur scène étaient généralement célibataires, les garçons ghostés sur les sites de rencontre. Cherchez l'erreur !

Topito Open Mic Night : le mot de la fin

Urbain a passé la soirée à nous inciter à applaudir et soutenir. Le public oublie ou ignore à quel point la scène est un saut dans le vide. Le bide, c'est ce qu'il se passe quand le parachute ne fonctionne pas comme prévu. Très formateur, cela dit : il purge ainsi les mauvaises vannes au profit d'un succès futur. Shirley Souagnon, initiatrice du festival, est venue soutenir les artistes de la scène ouverte de Topito en coulisses. Preuve que cette soirée n'était en rien anecdotique. [post_title] => Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => debout-paris-topito-open-mic [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:53:41 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:53:41 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5166 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1011282 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-08-31 15:41:10 [post_date_gmt] => 2021-08-31 13:41:10 [post_content] =>

Vous connaissez désormais le palmarès de la 32e édition du Festival National des Humoristes à Tournon-sur-Rhône. Aujourd’hui, laissez-moi vous raconter les coulisses du festival de Tournon. C’était mon premier festival d’envergure où je n’étais plus outsider mais insider. Cette position inhabituelle apporte forcément son lot d’anecdotes mémorables.

Mercredi : arriver plus tôt, seule face à une armée de bénévoles

Le festival d’humour de Tournon-sur-Rhône n’existerait pas sans les bénévoles. À mon arrivée sur place, ils étaient en nombre et m’accueillaient vraiment chaleureusement. Même si je n’ai jamais fait de colo, j’avais vraiment l’impression de vivre une expérience comme ça. L’hospitalité m’a aussi rappelé mes premiers pas de journaliste sportive, où j’étais tout aussi intimidée.

Des bénévoles, le président du jury, du jambon et des ravioles. Pas de doute, nous sommes en festival.

Après un premier repas où tout le monde m’explique qu’ils se chambrent toute la journée et s’autoproclament Cotorep, les artistes arrivent les uns après les autres. Les premiers que je vois, ce sont Avril et William Pilet. Vous savez comme Avril entretient une bromance à Paris avec Pierre Metzger… Je n’aurais pas aimé être Pierre Metzger, car en quelques minutes, Avril semblait déjà l’avoir oublié et chavirer pour ce ténébreux nantais.

Les artistes en compétition à Tournon-sur-Rhône en 2021
Les artistes en compétition

Plus sérieusement, j’étais ravie de recroiser William Pilet après mon périple à Nantes. Avoir un artiste à l’humour singulier en compétition, cela n’arrive pas souvent. En plus, on apprenait qu’il passait en dernier dans l’ordre de passage du jeudi. Le clou du spectacle… Les meilleures conditions possibles pour briller, pourvu que le talent suive.

Derniers moments avant la bulle artistique du jury

Ensuite, je rencontrais Alexandre Pesle, président du jury. Auteur, comédien et humoriste, il avait du métier et connaissait déjà le festival en tant que jury. Il prenait avec beaucoup d’aisance et de plaisir ce rôle de guide des jurés. Ses propos sur le choix des artistes étaient raisonnés… Encore fallait-il vérifier que les autres membres du jury avaient la même éthique et capacité de réflexion… Fort heureusement, cela a été le cas.

Le briefing des membres du jury par l’organisation du festival

Il était le seul représentant du jury avec moi et qu’on allait tous être en vase clos à partir du jeudi matin. J’ai profité de la présence des artistes le mercredi soir pour partager le nouveau spectacle de Yohann Métay. J’ai littéralement été hermétique au spectacle, passant l’une de mes pires expériences dans une salle. C’était juste deux personnes qui ne se rencontrent pas artistiquement, car le boulot abattu pour ce spectacle semblait énorme.

Hungry for jokes… mais pas seulement

Peut-être que mon envie de dormir au moins une nuit correctement pesait dans la balance. En effet, les repas du soir ne commençaient pas à 23h30, voire minuit. J’étais complètement jetlag et au fil du festival, j’ai décliné de plus en plus avant de renaître comme par magie. On n’est pas passé loin de la case zombie, tandis que les autres avaient l’air de résister depuis plusieurs jours !

Je remercie infiniment les artistes de m’avoir recueillie lors de ce premier repas, il a vraiment contribué à ma survie dans un milieu que je jugeais hostile. Non pas que l’accueil n’allait pas : au contraire, tout était pensé pour qu’on se sente accueilli. Mais en festival, si vous êtes du genre ermite qui se couche tôt, trouvez des parades. Les gens sont enthousiastes et parlent fort en permanence. Sans oublier leur sens du tactile. Le consentement social, il faudrait l’inventer aussi. Il existe une (au moins) photo de moi qui vaut de l’or où le malaise se lit dans mon regard et tout le reste. Je ne l’ai pas vue, mais je sais que c’est épique. Dès que je l’ai, je vous montre ça car elle résume tout.

Jeudi : les choses sérieuses commencent, les péripéties aussi

Avant de regagner l’hôtel, on m’a discrètement fait comprendre qu’il fallait que les jurés restent avec les jurés, les artistes avec les artistes, etc. Je l’ai très mal vécu, surtout au début. Peut-être car je m’étais inconsciemment appliqué cette règle à partir de la rencontre avec tous les jurés, peut-être car ce n’était pas le bon moment pour me donner cette information alors que je rêvais de dormir…

Quoi qu’il en soit, le jeudi matin, j’avais l’impression qu’on me privait de tout ce qui me donnait envie d’être là. Je trouve que certains professionnels de l’humour ne comprennent pas les artistes, ou qu’ils les mettent tous dans le même sac. Forts de leurs expériences, ils se permettent de leur donner des conseils basés sur leur vécu et leur perspective artistique. Or chaque artiste est différent et connaître le parcours de chacun et ses sensibilités évite tant d’erreurs de jugement.

Développer un rapport singulier avec les artistes : indispensable pour comprendre le terrain

C’est quelque chose de vital, qui me fait me sentir hyper proche spirituellement d’un Philippe Manœuvre. On veut être là, écouter comme une éponge, tout comprendre sans s’imposer. Et on voit les autres approcher les artistes comme des bêtes de foire et non plus comme des humains. À Tournon, j’ai compris plus que jamais que mon rapport avec les artistes était différent, je les voyais comme d’autres professionnels et je m’intéressais surtout à leur processus de construction, d’épanouissement, etc. J’aime juste voir ces gens se trouver, ça m’aide à me trouver et basta.

Malgré une matinée mouvementée où les préposés au ménage ont complètement ignoré l’indication « ne pas déranger » à l’hôtel, je trouvais le courage d’être positive lors de la rencontre des jurys. Il y avait une journaliste locale qui semblait complètement dépassée par les événements. Heureusement, Alexandre Pesle veillait au grain, précisait l’orthographe de chaque personne citée et expliquait les choses de la comédie à cette novice du lol. L’article ne comportait qu’une seule erreur mineure — mission accomplie.

Premier déjeuner avec les jurés : comme un repas de famille avec des trucs compliqués dans l’assiette

Les restaurants qui nous accueillaient étaient classes. Naturellement, quand on côtoie surtout des caves de stand-up, on se sent un peu en décalage. Ça parle de références modernes comme l’ORTF, il y a des lieux communs comme « les jeunes ne consomment plus la radio ou la TV »… Ce qui est sûrement vrai pour tes programmes, mais pas pour des médias qui ont complètement perdu le lien avec eux et les prennent de haut.

À ce stade, j’étais extrêmement tendue car j’avais peur que le jury ne comprenne pas l’innovation en humour. Dans certains festivals, des prestations claquées au sol rencontrent un succès énorme et on ne comprend pas d’où vient l’engouement. Une habitude, un confort de retrouver ses repères initiaux en humour. Tout ce que je voyais, tout ce que je savais sur la nouvelle génération (la vraie, pas celle qui passe sur Rire et Chansons) devait être récompensé. Surtout vu la programmation qui laissait la place à des talents longtemps ignorés pour des propositions convenues, vues et revues.

Les coulisses du festival de Tournon, c’est bien. Le décryptage des soirées découvertes, c’est encore mieux.

Finalement, je retrouvais toutes mes capacités cognitives et mon enthousiasme le jeudi soir. J’étais venue pour ça, pas pour parler de choses et d’autres. Tout le reste n’était qu’une attente sociale où il fallait faire bonne figure, être avenant, tous ces trucs où j’excelle, bien entendu (sic !).

Une fois dans mon élément, j’ai sorti mon calepin pour prendre des notes et juger avec le plus de sérieux possible les prestations.

Inno JP : entre efficacité, authenticité et besoin de reconnaissance professionnelle

Le stand-up pur ouvrait le bal avec Inno JP. Cette fois-ci, je venais informée. Je savais qu’il était en quête de légitimité et de validation, qu’il en souffrait aussi pas mal. Je connaissais mieux son parcours, entre formation d’élite à l’École Nationale de l’Humour et entre difficulté à s’organiser et arriver à l’heure, ou arriver tout court.

Malgré toutes ses difficultés, il parvient toujours à proposer quelque chose de solide. Le public n’y voit que du feu : une personne au taquet, qui enchaîne les sujets avec beaucoup d’aisance. Seul écueil : le ton est toujours le même, très iconique de ce qu’est le stand-up. Résultat : techniquement, c’est super, mais cela manque de relief.

En prime, c’est comme si Inno JP n’arrivait pas à se libérer de son besoin de plaire aux professionnels. Il gagnerait à faire les choses pour lui, pour sortir ses tripes, et à faire plier les jurés. Le jour où il renversera le rapport de force, il deviendra mille fois plus fort.

Léa Crevon : du cabaret comique déroutant, audacieux mais perfectible

Léa Crevon manie l’autodérision et pousse la chansonnette. Elle flirte avec le ridicule pour créer de la comédie. J’avais vu une prestation un peu similaire dans un autre festival, mais l’effet n’était pas le même. Dans le festival précédent, tout était ringard et malaisant. Léa Crevon arrive avec un capital sympathie, un véritable sérieux qui lui permettent de faire bonne figure.

Je ne suis pas experte pour juger une prestation comme celle-ci, aux antipodes de ce que j’aime. Cependant, j’ai eu le sentiment qu’il manquait quelque chose dans l’écriture ou la mise en scène. Comme si la base comique et artistique était là, mais que dans l’exécution, elle n’allait pas dans le bon sens. Quoi qu’il en soit, j’ai trouvé la performance rafraîchissante et j’espère que Léa Crevon trouvera son public.

Avril : l’art de vous emmener dans un univers inattendu et plein de promesses

Si vous êtes fidèle du spot du rire, vous connaissez bien la construction de carrière d’Avril. Désormais passé par la Petite Loge, il doit aujourd’hui s’affirmer dans ses choix comiques. Son travail avec Thierno Thioune lui a permis de défricher les sujets, poser les premières bases. Aujourd’hui, un Gérard Sibelle, qui travaille aussi avec Réda Seddiki, le fait vraiment pencher vers le seul-en-scène.

Ces deux influences se ressentaient bien dans le passage. Je retrouvais aussi son envie d’imposer et de défendre son univers à l’instant T. Il en résultait un passage assez complexe, très soigné au niveau de la mise en scène mais dont le fil rouge n’était pas encore solidifié. Résultat : d’excellentes promesses dans une prestation solide car portée par de la détermination. Ça a donné envie au jury de le soutenir, davantage que je ne l’avais anticipé. Mais nous y reviendrons.

William Pilet : c’est pour des moments comme ça qu’on fait ce métier

William Pilet a cette vibe très particulière qui m’évoque un Blaise Bersinger. L’humour à l’influence anglo-saxonne, celui qu’on peut voir au festival d’Édimbourg (mille fois plus intéressant qu’Avignon, si jamais), est un petit bijou de comédie. C’est à mon sens le truc le plus pointu qu’on peut voir sur scène.

Si en prime, vous ajoutez de l’absurde à ce comique d’accessoires, alors vous obtenez une tambouille irrésistible. Si les trois premières prestations étaient intéressantes, celle de William nous emmenait dans une autre galaxie. Mélangez de la musique, des tours de magie, du texte et du charisme scénique… Nichés dans une mise en scène qui fait côtoyer tous ces univers de manière homogène… Et vous obtenez quelque chose qui ne se voit pas ailleurs.

En regardant cela, j’exultais complètement. Je savais que j’aimerais son univers car j’aime les gens comme lui, Adrien Montowski ou encore Jean-Philippe de Tinguy. Si Yohann Métay était aux antipodes de mes envies, William Pilet tapait dans le mille. Je me posais parfois la question : « Voir des artistes chaque semaine, où ça me mène-t-il vraiment ? ». Quand ce doute s’installe, on retombe sur une personnalité incroyable qui nous rappelle l’objet de notre présence. Il fallait qu’il remporte ce truc. Quand j’ai vu cette prestation, j’ai compris que personne d’autre ne pouvait gagner. Malgré les quatre artistes à venir ensuite. C’était plié tant c’était bon.

Vendredi : la quête des bons arguments

Je pensais que nous délibérerions deux fois : le jeudi et le vendredi. En réalité, nous ne l’avons fait que le vendredi. Vendredi matin, toujours sujette aux insomnies, je trouvais des réponses à mes interrogations. Je n’avais pas anticipé la progression d’Inno JP et je me demandais comment bien départager les artistes.

C’est en reprenant les valeurs de mon site que j’ai réussi à trouver les réponses. William Pilet était un choix logique, implacable, et ne nécessitait pas d’y réfléchir. En revanche, entre Avril et Inno JP, l’incertitude planait. Inno JP semblait légèrement plus efficace, mais cela s’expliquait par une prise de risque moindre, une prestation plus scolaire.

Dans une optique de recherche de découvertes, d’originalité, Avril avait donc une longueur d’avance. Mais il restait quatre artistes à voir et rien n’était joué. Je guettais notamment les prestations de Serine Ayari et de Harold Barbé. Les Apollons allaient sûrement faire flamber le public, mais je ne me voyais pas soutenir leur prestation au jury. Je vous expliquerai pourquoi juste après.

Harold Barbé : cet ovni des festivals les prend finalement bien au sérieux

Harold Barbé est l’un des artistes les plus attachants et purs que vous croiserez sur scène. Quand je l’ai découvert à la Comédie des 3 Bornes, j’ai pris une claque. Ces derniers temps, il a commencé à se révéler aux yeux des professionnels, être un peu plus en avant. Un peu comme Adrien Montowski (qui cartonne aussi en festival en ce moment…).

Son début de passage recevait un bon accueil. C’était une version améliorée de son passage au Montreux Comedy Pop, qui donnait envie d’en savoir plus. Très habile, Harold a su monter en puissance et retourner la salle. À ce moment-là, inclure Harold dans ma sélection n’était plus facultatif mais obligatoire. En prime, il a inclus un segment personnalisé sur la gifle d’Emmanuel Macron, qui était intervenue à Tain-l’Hermitage, l’autre ville du festival.

Avec beaucoup d’audace et en préparant son rodage de spectacle, Harold a fait un pari qui semblait risqué aux yeux du président du jury. Moi, je savais que ça passerait, car Harold est un vieux routard du rire. S’il a l’air décontracté et détaché, il ne faut pas s’y fier. C’est un artiste qui fera tout pour bien faire, car s’il se fiche de remporter des prix, son exigence artistique personnelle l’empêchera toujours de prendre la comédie à la légère. En résulte une éthique de travail de puriste, celle des grands humoristes qui doivent compter. Il est temps que le monde le comprenne…

Les Apollons : fin prêts pour conquérir les publics de France et de Navarre

Les Apollons, c’était un peu ma bête noire. Comme je l’ai dit précédemment, leur nom de scène ne présageait rien de bon. Leurs extraits vidéo me faisaient peur, car j’avais l’impression qu’on reverrait des pirouettes comme celles des Desgars. Le cirque, c’est bien, mais comment juger la qualité comique comme pour les autres ?

Fort heureusement, les Apollons ne sont pas les Desgars. Ce sont de véritables professionnels de l’humour, des machines de communication et d’exécution artistique. De sérieux clients, à raison, qui ne sont pas juste à l’ancienne. On ne va pas se mentir, ça reste une prestation pour un public qui ne cherche pas de l’humour pointu.

Mais là où c’est très pointu, c’est dans le professionnalisme. Les changements de costume sont nombreux, le numéro est soigné… C’est une véritable performance. Le choix musical est finalement plus moderne que prévu (Jet, Are you gonna be my girl, par exemple) et à certains égards, la dynamique du duo fait penser à Ambroise et Xavier.

Ces quelques signaux faibles m’ont complètement adoucie sur leur prestation, plus familiale que ringarde. Pour moi, les Apollons n’ont pas besoin de tremplins d’humour. Leur travail leur permet aisément de prétendre à des tournées pendant plusieurs années ! C’est dommage que l’on ne ressente pas cela sans cet arrière-goût de « ça a l’air ringard quand même » dans leurs teasers, parce que ça ne leur rend pas justice.

Serine Ayari : on veut la voir au Kings of Comedy Club

Serine Ayari est une stand-uppeuse pure et dure, dans la lignée du stand-up américain. On m’avait prévenue : son truc, c’est le crowd work. Traduction pour le public âgé et amateur de vin local : l’interaction avec le public.

Cette grande salle, à mille lieues de l’ambiance intimiste nécessaire pour briller, n’a pas permis à Serine de faire valoir ses atouts. Son aisance scénique était bien là, mais elle a souffert de 30 minutes à la qualité inégale. Je ne peux que déplorer que le stand-up pur et dur ne soit pas adapté à ces festivals…

Si vous avez vu Serine à Tournon, trouvez le moyen de la voir en comedy club. Ce doit être une expérience incroyable.

Julien Bing : comment vous dire…

Julien Bing était un artiste que j’avais déjà rayé de ma liste. Déjà vu aux Best de l’humour, je ne comprenais simplement pas l’intérêt de sa présence. Pourquoi voir une prestation aussi datée, jouant sur les clichés, encore et encore ? Que découvrir dans cet humour, sinon un temps parfait pour faire le vide et réfléchir aux vainqueurs à désigner ?

Premier problème : la sincérité sur scène. Se cacher derrière des choses déjà vues, adopter des intonations de voix dignes des téléfilms les plus ringards de TF1… Certes, il y a un marché pour ces prestations-là et le public qui n’y connaît rien peut se faire berner. Mais artistiquement, pourquoi se lancer dans cela, sinon pour jouer à l’artiste ?

Je ne sais pas si Julien Bing calcule cela ou si, réellement, il pense que le meilleur humour possible est celui qu’il propose. En tout cas, je ne comprends pas pourquoi cet humoriste jouit d’une programmation régulière au Théâtre du Marais à Paris à la rentrée.

Autre problème de taille : son passage était entrecoupé de noirs complets. On se disait : « est-ce la fin ? » et la lumière revenait. Il y en avait encore, et encore, et ça restait toujours aussi fade. Des clichés sur le fait qu’il est un homme à femmes, de la misogynie qu’on voit venir à des kilomètres à la ronde… Vraiment, ça ne passe pas, j’en suis navrée. Il a l’air de savoir poser sa voix, ce genre de choses, mais il gâche la technique qu’il a développée je ne sais où pour une raison obscure.

Les délibérations

Je m’attendais à un bain de sang. Au final, le président du jury nous a simplement demandé de voter en notre âme et conscience. Donner deux noms : notre favori, son second, et un troisième au cas où. Une astuce très utile pour départager des prestations de qualité.

En gros, le trio qui revenait le plus souvent, c’était William Pilet, Harold Barbé et Avril. William Pilet était toujours en tête, large vainqueur. Harold Barbé et Avril arrivaient quant à eux à égalité. Lors de la dernière édition, face à une égalité parfaite, les gens se sont pris le chou sur des critères de style artistique. Fatigués de ne pas pouvoir les départager, ils ont primé les deux.

Grâce à ce système des 3 premiers, on pouvait départager au nombre des deuxièmes places Harold et Avril. Grâce à une prestation plus solide et sa capacité à retourner la salle, Harold Barbé était logiquement devant. Ça n’a pas été mon choix car j’estime que Harold est un excellent artiste depuis longtemps. Je souhaitais utiliser mon vote pour promouvoir une proposition artistique pointue et décalée (William Pilet) et une autre plus émergente, une vraie découverte (Avril).

Un dernier mot sur la manière de séduire un jury, un public ou n’importe qui. Je citerais l’approche de Harvey Specter dans la série Suits. [At poker], I don’t play the odds, I play the man. D’où l’importance de sortir du côté scolaire, surprendre et cultiver son propre style… Et parfois, ça ne passe pas, mais ça ne signifie pas que la proposition artistique est mauvaise…

Épilogue des coulisses du festival de Tournon

Ceci étant dit, je suis absolument ravie de ce résultat. Voir récompensé mon trio préféré à la fois artistiquement et humainement m’a permis de retrouver le sommeil. J’ai vécu ce week-end avec beaucoup de passion, d’envie de bien faire et de voir la comédie la plus pure primée. Ça a été intense et mon retour à Paris m’a permis de mesurer à quel point cette expérience était belle.

En effet, à Tournon, j’étais tendue car je voulais, comme Harold en somme, donner le meilleur de moi-même dans mes choix. Je voulais me regarder dans le miroir en sachant que je n’avais fait preuve d’aucun favoritisme. Je voulais faire le bon choix pour moi et pour le bon déroulement des carrières artistiques. Et ça s’est très bien passé, finalement, même mieux que je pensais.

Coulisses du festival de Tournon : la scène du pont à jamais gravée dans ma mémoire

Le samedi, la journée était plus détendue avec une activité touristique, une micro-fugue pour retourner voir du sport à l’hôtel chacun de son côté avec Harold Barbé (Formule 1 vs. SM Caen)… Avril en a profité pour s’éclipser lui aussi et la traversée du pont entre Tain-l’Hermitage et Tournon-sur-Rhône me fait encore rire aujourd’hui. Pour ce moment, Harold Barbé méritait encore plus son Bouffon. Les comiques qui savent faire rire dans la vie et sur scène sont rares, lui fait mentir les statistiques. C’est pour ce genre d’anecdotes, impossibles à percevoir de l’extérieur, que je suis heureuse de vous livrer les coulisses du festival de Tournon…

Quant à William Pilet, le voir gagner le Grand Prix du jury est le plus beau cadeau qui soit. Comme les appellations sont compliquées, William pensait que c’était Harold et non lui qui avait le premier prix. Son humilité était saisissante. Je devais garder le secret du vendredi soir au samedi soir… J’ai juste exulté quand j’ai enfin pu lui dire que c’était lui. Un mec à la de Tinguy, à la Bersinger, à la Montowski, sans leur ressembler plus que d’être un artiste exceptionnel. Que rêver de mieux ?

Crédits photos

© François Maquaire / Festival National des Humoristes

[post_title] => Tournon : les coulisses d’un festival humour [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tournon-coulisses-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-08-31 16:18:20 [post_modified_gmt] => 2021-08-31 14:18:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1011282 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 30 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => 1 [is_tag] => [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => befc48f70cd45078e2eca1d4886817d0 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Festivals humour

Coulisses du Festival National des Humoristes : la remise des Bouffons

Tournon : les coulisses d’un festival humour

William Pilet, Grand Prix du Jury au Festival National des Humoristes à Tournon, et ses concurrents

32e Festival National des Humoristes : William Pilet au sommet

Tournon-sur-Rhône : les découvertes du Festival des humoristes 2021

Festival : Tournon-sur-Rhône, la 32e édition reportée à l’été 2021

FUP 2020 - La soirée des humoristes de demain annulée

FUP 2020 - Il faut sauver les découvertes !

Juste pour la Vannes 2020 : un festival d’humour par les humoristes, pour les humoristes

Juste pour la Vannes : le festival d’humour qui met KO Cyril Hanouna

Aymeric Carrez au Fieald

Hold-up Comedy : Aymeric Carrez vainqueur 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Inno JP vainqueur des Best de l’Humour 2020

Hold-up Comedy : affiche du casse du siècle à l’Européen

Hold-Up Comedy : le casse du siècle des nouveaux comiques

Best de l’Humour 2020 : la tournée des sélections

Best de l’Humour 2020 : les qualifiés de l’acte III

Les humoristes de la soirée Le grand kiff de l’humour réunis sur scène avec le président de la Compagnie Leitmotiv, Maxence Geley

Le Grand kiff de l’humour : le ONDAR à la bordelaise ?

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

Carte postale en Avignon du Festival OFF - illustration d’un artiste sur scène

Première fois en Avignon : des artistes et des histoires

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles - OFF

Festival d’Avignon 2019 - Notre sélection de spectacles OFF

FUP 2019 : retour sur la soirée de clôture

FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs

Jury humour : devenir Frankenstein ?

Jury humour : Dr Jekyll, Mr Hyde ou Frankenstein à l'affiche ?

Sélections Paris Best de l'Humour : Paul Mirabel, l'un des finalistes à Paris

Sélection Paris Best de l’Humour - J’étais membre du jury !

Best de l'Humour 2 : les sélections des nouveaux talents

Best de l'Humour 2 : la sélection, c'est maintenant

Topito Open Mic Night : la scène ouverte du Debout Paris Festival

Debout Paris Festival : retour sur la soirée Topito Open Mic Night