Publications liées au mot-clé : Verino

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => verino
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 348
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => verino
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 348
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => verino
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 348
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => verino
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 348
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 348
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 348
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => verino
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 348
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (348) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (348) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (348)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010798
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-05-04 20:36:34
                    [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34
                    [post_content] => 

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008924 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-05 08:36:00 [post_date_gmt] => 2020-10-05 06:36:00 [post_content] =>

Pasquinade, comme on vous l’expliquait dans cet article sur les spectacles d’Haroun, est l’adaptation française de l’expression « stand-up ». L’humoriste a d’abord publié sur le site web pasquinade.fr de nombreuses vidéos issues de ses spectacles.

Aujourd’hui, Pasquinade s’ouvre à d’autres humoristes. Le principe est simple : vous pouvez visionner les contenus d’artistes triés sur le volet et les rémunérer via un chapeau virtuel. Pour mieux comprendre l’attrait de la plateforme, voici 5 raisons pour lesquelles vous devez absolument en profiter.

1. Pasquinade, c’est l’indépendance

Avec le projet Pasquinade, Haroun a l’intention de renforcer la relation artiste/spectateur sans passer par les GAFA. Le public a accès à des contenus humoristiques qu’il peut encourager grâce à un chapeau numérique et recevoir en retour encore plus de pasquinades.

Haroun explique le principe de Pasquinade sur son site officiel

Netflix, OCS, Prime Video, francetv slash… Toutes ces plateformes ouvrent les portes au stand-up. En fonction de leur force de frappe, de leur processus de détection de talents et de leur ligne éditoriale, les contenus qui vont émerger ne seront pas forcément les meilleurs.

En plus, cette histoire d’algorithmes vous orientera sur ce que la machine pense bon pour vous. Je vous passe les détails sur tout ce qui tourne autour des données personnelles ou encore de la publicité en ligne… Cela peut rendre cynique, mais on va être plus fort que ça dans cet article ! Surtout que le site est hébergé en France et conforme au RGPD.

2. Un projet collectif

Pasquinade n’est pas le premier projet de VOD de stand-up, mais c’est certainement le plus prometteur. VerinoOnDemand, par exemple, regroupe les contenus de l’humoriste sans y inclure ses collègues. En Suisse romande, le site LeMardi.TV a proposé un spectacle en direct lors du déconfinement et devrait poursuivre la promotion de la culture locale.

Avec Pasquinade, Haroun passe à la vitesse supérieure. Parmi les humoristes déjà sur la plateforme, on retrouve Thomas Wiesel, Charles Nouveau, Wary Nichen, le collectif DAVA, etc. Grâce aux futurs événements prévus, le catalogue va s’enrichir et se diversifier. Si l’offre est encore assez restreinte, c’est parce que le projet est très récent (juillet 2020 pour cette nouvelle formule).

3. La liberté d’expression préservée

La liberté d’expression en humour est un sujet très commenté. Officiellement, tout le monde est pour, mais comme pour toute liberté, les menaces sont nombreuses. Autocensure, tribunal populaire, peur de la « blague qui dérape » dans des plateaux d’humour (lieux de travail !)…

Prenons l’exemple de Gaspard Proust. L’humoriste, que certains aiment bien comparer à Haroun, prend position pour ne pas filmer son Nouveau spectacle. Ainsi, il préserve ce rendez-vous privilégié des regards du public de la zappette…

Pasquinade veut également sanctuariser le rapport avec le public, mais en virtuel. On parlait plus haut des lignes éditoriales qui favorisent certaines idées au détriment d’autres. Si vous voulez de l’humour formaté ou prémaché, vous avez de quoi faire sur les plateformes de SVOD.

Or l’humour, ça ne se cloisonne pas, ça ne se simplifie pas dans des catégories et autres sélections internes ou obscures. La liberté ne passe pas par des conditions générales d’utilisation qui fleurent bon le puritanisme et autres réjouissances cauchemardesques. Et ça, Pasquinade l’a bien compris.

4. Pasquinade, ce n’est pas simplement virtuel

Pour produire des vidéos, il faut bien mobiliser un public dans le monde réel. Pasquinade organise donc des sessions en octobre à Poinçon Paris. L’entrée est payante, les prix variant entre 20 et 30 euros. La programmation réunit plusieurs niveaux : puristes de stand-up, jeunes pousses prometteurs et habitués des grandes salles.

Poinçon Paris accueillera de nouveau du stand-up, donc. À ma connaissance, seul le Laugh Steady Crew a organisé une ou deux soirées spéciales là-bas. Ce lieu se prête bien à l’humour : la salle est belle, vaste et atypique (si ça vous intéresse, l’histoire du lieu est joliment contée ici).

5. Bouton « Bonne vanne » et chapeau virtuel : récompensez la qualité des contenus !

Quand vous regardez une vidéo sur Pasquinade, vous pouvez soutenir ou participer au chapeau. À chaque rire, vous pouvez aussi cliquer sur le bouton « Bonne vanne » pour que l’artiste sache si son matos est drôle.

Certaines vidéos ont un prix très bas (par exemple la vidéo de DAVA à 2 euros pour près d’une heure de contenus). Cependant, si vous faites partie des fans hardcore de Sacha Béhar et Augustin Shackelpopoulos, vous pouvez payer un peu plus.

Ça peut sembler étrange, mais imaginez cette situation. Vous vous rendez dans un plateau d’humour classique. Vous devez écouter tout le monde (même ceux que vous n’aimez pas, et il y en a).

Au chapeau, vous allez rémunérer chaque artiste de manière égalitaire (la plupart du temps). Là, vous pouvez choisir. Ce qui fait qu’Haroun se doit de vous offrir une sélection de qualité : vous ne récompenserez que les meilleurs du rire. Et jamais ceux que vous n’aimez pas. Pas mal, hein ? Surtout que pour tester ses blagues dans les caves les plus obscures de Paris, Haroun a croisé tout le monde.

Pasquinade : qu’en pensez-vous ?

Je sais ce que vous pensez (ou pas, car vous êtes libre). Netflix, c’est tellement indolore de payer pour profiter de leur large catalogue. Les documentaires et productions originales sont béton.

Forcément, quand on se finance en creusant sa dette, ça régale ; regardez Balkany. Mais il viendra toujours un moment où on se dira : « mince, machin est vachement bon, c’est trop nul qu’il soit invisible ». Il suffit de regarder les commentaires YouTube pour s’apercevoir que les gens ne trouvent pas leur bonheur. Ils regardent ce que l’algorithme leur propose parce que c’est ultra-intuitif. Plus ils l’utilisent, plus ils se livrent. Et plus ça les rend accro.

Je ne sais pas ce que donnera Pasquinade. Le réflexe de financer chaque artiste vidéo par vidéo va s’installer, comme on peut le faire pour un streamer sur Twitch. Or Twitch, c’est Amazon, donc commission pour Jeff Bezos et 30% supplémentaires si vous payez sur mobile. Ça, vous ne le savez pas, vous êtes trop pressé de soutenir votre champion du streaming.

J’ai envie de soutenir Pasquinade, et j’espère que vous aussi. Je n’ai pas encore développé le réflexe de le faire régulièrement, mais ça viendra.

[post_title] => Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pasquinade-plateforme-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-12-23 09:23:14 [post_modified_gmt] => 2020-12-23 08:23:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6876 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-23 10:00:16 [post_date_gmt] => 2019-09-23 08:00:16 [post_content] =>

Verino est un humoriste régulier et fidèle. Il reviendra au Théâtre le Grand Point Virgule pour une cinquième saison. Hors de Paris, vous pourrez le voir jusqu’en avril 2020 !

Verino au Grand Point Virgule : itinéraire d’un homme fidèle

Pour certains humoristes, le théâtre est une seconde maison. Verino doit sans doute rentrer dans cette catégorie. D’autant plus que sur scène, il est à l’aise. Son spectacle, je l’ai donc vu en août 2017. Verino le débutait en utilisant Twitter. L’interactivité sortait, d’un coup, de la salle de spectacle pour coloniser le web.

En quelque sorte, Verino est un peu comme Haroun. Il a sans doute l’air moins corrosif, mais il peut balancer un taquet au milieu de nulle part et provoquer le rire. Ce malin plaisir avec lequel il emporte le public et lui montre une autre facette de sa personnalité… L’humour, c’est aussi montrer son côté sombre ou lever le voile sur une image policée.

Quand vous allez voir un humoriste, vous cherchez sans doute à savoir s’il est sympa. Comme dirait Nadim, c’est histoire de se dire : « chouette, je pourrais être son ami » le temps d’un spectacle, ou quelque chose du genre. Verino est exactement dans ce registre : on a alors envie de boire des coups avec lui et de tout savoir sur son parcours. C’est aussi pour ça que c’est un bon client de podcast, soit dit en passant…

Pour moi, Verino est un incontournable. C’est un peu comme pour les Beatles ou Louis de Funès ; il fait partie du patrimoine humoristique. Ainsi, il faut au moins le voir une fois dans sa vie pour être digne de s’autoproclamer amateur d’humour. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire : réserver ! D’autant plus que même si l’affiche garde le même aspect que précédemment, la nouveauté sera au rendez-vous…

Infos pratiques

Quand ?Du jeudi au vendredi à 19h45, le samedi à 18 h et 19h45, du 19/09 au 02/11
En tournée jusqu’en avril 2020
Où ?Théâtre le Grand Point Virgule (Paris)
Retrouvez toutes les dates de tournée !
TarifÀ partir de 25 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Julien Weber

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Verino, taulier du Grand Point Virgule [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => verino-spectacle-grand-point-virgule-tournee [to_ping] => [pinged] => https://www.verino.fr/tournee/ [post_modified] => 2019-09-17 10:52:51 [post_modified_gmt] => 2019-09-17 08:52:51 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6876 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 6831 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-13 12:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-13 10:00:22 [post_content] =>

Le 29 septembre prochain, le festival Paris Paradis accueillera de nombreux artistes de talent dans la capitale. Découvrez la programmation humoristique prévue lors de ces 3 plateaux d’exception ! Réservez dès maintenant vos places pour les spectacles.

Festival Paris Paradis : il y en aura pour tous les goûts

« Ravir » : ce verbe a deux sens. D’un côté, Paris Paradis est une sorte de hold-up au milieu des amusements habituels. On est loin du stand-up underground, mais on dispose d’un bel écrin pour cet art.

De l’autre, il y a la satisfaction que les spectateurs devraient ressentir le 29 septembre. Paris Paradis y proposera en effet un marathon de l’humour assez varié et équilibré. Prêt pour une visite guidée ?

15 heures : de la magie avec François Martinez

Le marathon humour commencera à 15 heures avec un spectacle de magie signé François Martinez. Cet artiste, habitué des festivals, parlera forcément à un public large. D’ailleurs, c’est moitié prix pour les moins de 12 ans.

On l’avait vu au Live up comedy et dans un autre festival et on avait trouvé que cet interruption magique aux blagues tombait un peu comme un cheveu sur la soupe. C’est pour cela que les organisateurs ont fait preuve d’intelligence en lui confiant une case dédiée. L’artiste pourra ainsi s’exprimer comme il le souhaite, devant un public plus captif. Bien joué, Paris Paradis !

Paris Paradis, 17 heures : « Paris vu par »

L’atmosphère deviendra de plus en plus hilarante deux heures plus tard. 17 heures, c’est l’heure du thé outre-manche… mais à Paris, c’est l’heure de célébrer la ville ! Pour ce faire, Le Parisien a concocté un casting 5 étoiles.

Dans la programmation, je suis allée voir trois des sept artistes programmés plus d’une fois en spectacle. Originaire de Saint-Émilion, Maxime Gasteuil mettra à profit son regard extérieur pour présenter la soirée. J’avais vu son spectacle Plaisir de vivre en mai et novembre 2016. Je m’étais promis de le suivre longtemps, tant j’avais été conquise par sa prestation. Depuis, Maxime a fait du chemin et a affirmé sa passion pour la capitale.

Passer de contrées ensoleillées à la frénésie parisienne, c’est aussi le destin de Marion Mezadorian. L’humoriste a grandi à Saint-Cannat et déclare également sa flamme à la vie parisienne dans Pépites.

Pierre Thevenoux parle peut-être un peu moins de Paris dans ses blagues, mais sa manière de dégainer les punchlines risque de dynamiter le plateau. Très habitué des scènes parisiennes, le Poitevin capitalisera sur cette expérience pour conquérir, peut-être, de nouveaux fans festivaliers.

Autre figure de ce plateau, Jérémy Demay retrouvera sa ville natale. Il s’est en effet éclipsé de la ville lumière pour tenter sa chance à Montréal. Il lui est aussi arrivé, comme un certain Seb Mellia, de faire les premières parties de Gad Elmaleh au Québec.

Karim Duval, que nous avons adoubé au festival d’Avignon, sera aussi de la partie. Tom Villa, qui avait brillamment animé le Campus Comedy Tour — il a fait bien d’autres choses, mais nous étions là pour le voir — proposera également quelques minutes de blagues.

Enfin, nous vous présentons Anne-Sophie Girard en dernier car nous n’avons jamais eu l’occasion de la voir sur scène. Pourtant, c’est probablement l’une des personnalités les plus connues ! Ce sera intéressant de voir ce qu’elle proposera.

Paris Paradis, 19 heures : carte blanche au stand-up

On se disait que Tom Villa aurait pu présenter le premier plateau… Et que Le Parisien a fait un autre choix. En réalité, il allait occuper cette place de maître de cérémonie deux heures plus tard. Bien joué, vous avez fait monter la sauce et attisé notre curiosité !

Aucune prise de risque pour ce plateau avec des figures iconiques du stand-up. Tous méritent des superlatifs pour l’ensemble de leur œuvre. Même le plus « inexpérimenté » (sic !), Paul Mirabel, a déjà la carrure d’un taulier du rire. Adoubé de la presse et des festivals, il vient de signer avec Olympia Production et construit sa carrière artistique à la Petite Loge.

Verino et son milliard de représentations au Grand Point Virgule, Roman Frayssinet et ses salles blindées bien trop en avance pour faire de la figuration… Doit-on continuer ? C’en est presque indécent.

Bon, on en fait un peu trop. Mais la vérité, c’est qu’il est difficile de présenter ceux pour qui la presse déverse beaucoup d’encre depuis si longtemps ! Que dire de plus, sinon que le talent est au rendez-vous ?

Continuons à nous enivrer de talent. Marina Rollman est une révélation de l’humour qui a été très drôle bien avant France Inter. Vous retrouverez aussi Tania Dutel et Shirley Souagnon, sélectionnées par Netflix pour représenter l’humour français — presque plus fort que Bilal Hassani à l’Eurovision. Enfin, il y aura la sensation Djimo, vainqueur du Grand Prix du Festival d’Humour de Paris un an avant… Paul Mirabel. La boucle est bouclée !

Paris Paradis - Infos pratiques

Où ça se passe ? Les spectacles auront lieu à Jockey Disque. Comme on a vraiment eu du mal à trouver une information fiable sur le lieu, on vous propose d’aller sur le site internet de Jockey Disque qui explique mieux que quiconque comment trouver l’endroit.

Combien ça coûte ? Il faudra débourser 12 € pour le plateau de 17 heures et 15 € pour le plateau de 19 heures. Le spectacle de magie est à 12 €, et 6 € pour les moins de 12 ans. Un prix correct quand on pense qu’il n’y a pas de chapeau pour les artistes, même si on n’a pas l’habitude d’avancer l’argent. Le festival propose d’autres animations gratuites du vendredi au dimanche, mais l’inscription est indispensable.

[post_title] => Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paris-paradis-festival-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:29:54 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:29:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6831 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5302 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 16:10:23 [post_date_gmt] => 2018-10-14 14:10:23 [post_content] => Début octobre, Tania Dutel réunissait Jason Brokerss et Panayotis Pascot au One More pour un nouveau projet. Le Tania Dutel late show, un mélange de Vendredi tout est permis sans dégrader l'image des humoristes invités et des late shows américains. Pari gagnant, donc ! Mise à jour 24/11/2018 : vous pouvez assister à la deuxième mercredi 28 novembre. Tania invitera Hakimjemili et Fadily Camara, ce qui risque d'être mémorable ! En raison de nombreuses personnes absentes à la première, l'entrée est payante pour cette soirée (5 euros).

Tania Dutel late show : elle persiste et signe !

Tania Dutel tenait beaucoup à ce projet. Après une tentative au Sentier des Halles, elle voulait mettre les petits plats dans les grands. Il faut dire que le Sentier des Halles, avec tout l'affection que je lui porte, n'a pas la même saveur que le One More. En matière de stand-up, la Mecque est plutôt dans le deuxième lieu. Elle voulait aussi porter un projet de qualité, porté par Verino (qui la produit). Le résultat : la présence du groupe Free for the ladies, une succession de passages stand-up, d'interviews et de jeux divers. Pour la petite histoire, Shirley Souagnon a utilisé des musiques du même groupe pour son documentaire Le stand-up français. Lors de la première, Jason Brokerss et Panayotis Pascot formaient un duo drôle et équilibré.

Le format du Tania Dutel late show : quelques surprises

Au début, j'ai eu peur parce que Panayotis était seul sur scène avec Tania. Je m'attendais à la présence des deux invités dès le début, et j'ai cru qu'ils n'allaient jamais se réunir. En réalité, chaque humoriste jouait quelques minutes de son spectacle puis se pliait à un jeu et une interview. Comme on est au One More, il y a cette entracte que je déteste parce que... je bosse le lendemain, j'habite en banlieue, je ne bois pas d'alcool, je ne fume pas... Bref, des soucis de mamie qui vient seule aux comedy clubs. Les autres spectateurs avaient l'air ravis. Malgré ce bémol bien personnel, j'ai beaucoup ri et j'ai découvert des infos qui ne seraient jamais sorties sans ce concept. La soirée était réussie, bien rythmée. Si j'avais pesté sur la présence d'un groupe (rapport à ce truc de mamie), j'ai finalement bien apprécié leur énergie. C'était dur pour eux de jouer devant une audience venue pour rire. Vous savez, les parisiens à qui l'on demande de participer musicalement... Ce sont un peu les mêmes qui lèvent la main quand l'humoriste dit par applaudissements... Je suis donc la seule à applaudir et la gêne est sur moi. Fin de la parenthèse. Si mon intuition est bonne, il y avait quelque chose de vraiment fort dans la dernière partie. Enfin, Jason et Panayotis arrivaient sur scène ensemble. Ils devaient jouer une pièce de théâtre écrite par un enfant de 7 ans, Victor. Je crois, si j'ai bien écouté les podcasts avec Verino, qu'il s'agit de son fils. N'hésitez pas à m'engueuler si je raconte n'importe quoi. Ce qui est sûr, c'est que Jason et Panayotis découvraient ce texte pour la première fois et le jouaient dans l'hilarité générale !

Le public absent un peu égoïste

Tania Dutel a réussi à remplir la salle très rapidement. L'événement était complet, mais j'avais conseillé à une amie de venir même si elle n'avait pas sa place. Comme l'événement était organisé en amont, les gens ont réservé leur place gratuitement sur Eventbrite et je sentais qu'ils n'allaient pas tous venir. Pourquoi ? Parce que Guilhem Malissen organisait un dîner, complet rapidement via Eventbrite, le même soir. Il a fini par s'arracher les cheveux (ou la dent, seul le public de Dimanche Marrant peut comprendre) en contactant des participants devenus amnésiques. Car oui, le public gratuit est parfois ingrat. La salle du One More n'était donc pas remplie pour cette première, et je suis persuadée que ç'aurait été le cas sans système de réservation. Parfois, je peste contre l'absence de réservation à Dimanche Marrant, mais pour une fois j'ai compris pourquoi entasser les gens limite la frustration. Rassurez-vous : plus l'événement sera récurrent, moins ce problème se présentera. Peut-être qu'une communication plus appuyée (avant, pendant et après) pourrait faire l'affaire. J'avoue ne pas avoir vérifié mes mails de confirmation et ne pas avoir remarqué qu'on pouvait annuler. Néanmoins, pour une première, Tania et Verino peuvent vraiment se satisfaire du remplissage de ce premier Tania Dutel late show. On a hâte de revivre une soirée de ce type !

Crédits photo

© Alt & Rego / Inglorious Prod & Verino [post_title] => On était au premier late show de Tania Dutel au One More ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tania-dutel-late-show [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:52:21 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:52:21 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5302 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 3376 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-01-28 17:52:06 [post_date_gmt] => 2018-01-28 16:52:06 [post_content] => [vc_row][vc_column][vc_column_text]Shirley Souagnon n'a plus d'iPhone depuis un certain temps. Avant cela, elle a filmé les coulisses du monde du stand-up francophone pendant un an. Le stand-up français nous plonge dans les coulisses d'un art qui se construit sous nos yeux.

Le stand-up français : doutes, rires, prise de recul, observation du monde

Le stand-up est aujourd'hui un buzzword. Il sort de toutes les lèvres, esquissant un âge d'or du stand-up en France. Plus il y a d'humoristes, plus il y a de concurrence, plus il faut se démarquer. Le public en sort gagnant. On y ressent l'envie de voir le stand-up s'imposer à court-terme. Qu'il soit compris du public d'un côté, qu'on coupe le cordon avec les États-Unis de l'autre. Shirley essaie de montrer le côté universel du stand-up. Elle parcourt plusieurs continents pour trouver la même essence. En somme, l'introspection au service de la punchline. Et fait oublier l'image parfois véhiculée au grand public. A savoir, un humour issu des cités, sorti du même moule : le Jamel Comedy Club. Ou un humour parisien, éloigné de la réalité d'autres publics. Le documentaire inclut aussi ceux qu'on appelle, avec une forme de dénigrement parfois, le public de province. Comme le commerce électronique dans les années 2000, il était peut-être encore tôt pour exporter les scènes ouvertes à des patrons de bar peu familiarisés. Mais la relation va gagner en maturité et perdurer.

Le stand-up français : travailler sa technique, s'exposer au bide, soutenir ses pairs

Nawell Madani a pointé la rivalité entre les humoristes en plateau dans C'est tout pour moi. Shirley Souagnon opte pour une image plus bienveillante. Comme il s'agit d'un documentaire, l'information est plus brute et l'ego s'efface au profit du stress avant-scène. En voyant l'affiche avec les têtes habituelles (Kyan Khojandi, Blanche Gardin, etc.), je m'attendais à un documentaire centré sur une même bande de potes. Alors que le documentaire sort juste après le Festival d'Humour de Paris, on retrouve les deux primés Djimo et Charles Nouveau parmi de nombreux autres humoristes. J'ai été rassurée par ce panel assez large. Le documentaire ne se focalise pas sur l'entre-soi. L'image de la bande de potes est donc incontournable : c'est un portrait fidèle de la réalité. Ça rigole beaucoup, souvent, ça se confronte en jeux de plateau. Le mode de vie du stand-up fascine de plus en plus. Une vie en décalé, faite de décalages humoristiques et d'une solitude presque mélancolique une fois les plateaux achevés. Le documentaire s'achève alors sur plusieurs masterclass : Adrien Arnoux et Roman Frayssinet transmettent leur savoir-faire à la Réunion et en Afrique. Le premier a une expérience considérable des plateaux, le second a appris le métier à l'École nationale de l'humour à Montréal. Aujourd'hui, beaucoup parient sur le succès du jeune humoriste. Au final, le stand-up c'est aussi ça : se serrer les coudes et soutenir les autres dans les bides comme les succès.[/vc_column_text][vc_custom_heading text="Le moment le plus frappant du documentaire, ce sont les remerciements de Roman Frayssinet à Baptiste Lecaplain. Âgé de seulement 16 ans, Roman ne perdait pas une miette des coulisses du festival où il travaillait. Il avait déjà l'objectif de monter sur scène, et il estime qu'une conversation avec Baptiste lui a mis le pied à l'étrier. Le stand-up, c'est aussi ne pas oublier qui t'a donné l'envie, qui t'a aidé à franchir le pas, construire ton art ou modifier ta façon de voir le monde." font_container="tag:p|font_size:1.4em|text_align:left|line_height:1.6em" google_fonts="font_family:Montserrat%3Aregular%2C700|font_style:700%20bold%20regular%3A700%3Anormal"][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=Z_SSY_nhzbU" title="Voir le documentaire de Shirley Souagnon"][vc_column_text]

Un documentaire sur le stand-up qui en appelle d'autres

Dans le cadre du programme #CreatorsforChange, l'humoriste stand-up Swann Périssé vient de sortir un documentaire stand-up. Il aborde l'humour engagé à travers le monde : ses défis, barrières et opportunités. Le 8 février prochain, Yacine Belhousse et Comédie+ vont offrir au public un autre documentaire. Là encore, le voyage est au rendez-vous : 8 pays et 38 comédiens seront mis en lumière. Le documentaire, Voulez-vous rire avec moi ce soir ?, ne se concentrera pas sur le stand-up francophone. Tous ces éléments vont certainement offrir d'autres angles pour présenter cette forme humour qui n'a pas fini de faire parler. Mais pour une véritable immersion, allez voir du stand-up en vrai ! Il n'y a rien de plus efficace.

Crédits photo

© Shirley Souagnon / On Time Productions - capture d'écran YouTube[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => documentaire-standup-shirley-souagnon [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=3376 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 2657 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-09-17 18:59:10 [post_date_gmt] => 2017-09-17 16:59:10 [post_content] => [vc_row el_id="section-84"][vc_column][vc_column_text]Le spot du rire vous propose une nouvelle sélection de vidéos humoristiques. A l'aide de 25 images par seconde, Verino, Froussin : Détective Privé, le duo Mathieu Madénian et Thomas VDB, le plateau Dimanche Marrant et une petite surprise vont vous faire rire aux éclats ! L'occasion de faire oublier la reprise des activités normales au travail, sur les bancs de l'école ou ailleurs... [/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=P747cFg9y6Q" title="Vérino revisite l'actualité : Ouragan Irma, Tinder raté, etc."][vc_column_text]Verino a l'art d'utiliser les nouvelles technologies pour augmenter l'expérience des spectateurs. Sur cette vidéo, filmée pendant son spectacle, il propose un deal alléchant pour une date événement et reprend les bonnes habitudes de décorticage de l'actualité ![/vc_column_text][vc_column_text]

Froussin : Détective Privé en live du One More

Le détective le plus célèbre du stand-up s'est lancé sur Facebook live la semaine dernière. Comme ça, ceux qui ne pouvaient pas se rendre au One More Joke découvraient son compte-rendu comme s'ils y étaient. C'était l'occasion pour le web de rencontrer le célèbre spectateur au rire incroyable de ce plateau. Un habité qu'on n'oublie pas... comme notre cher détective ![/vc_column_text][vc_column_text]

Le bêtisier de Mathieu Madénian et Thomas VDB

On ne présente plus Mathieu Madénian et Thomas VDB, déjà aperçus dans une sélection précédente. Les deux compères se produisent en vidéo, et parfois, cela se transforme en rigolade communicative. Découvrez leur dernier best of ![/vc_column_text][vc_column_text]

Les coulisses de la rentrée du plateau Dimanche Marrant

Le plateau d'humour de Guilhem Malissen a encore frappé avec un super line-up pour sa rentrée. Cette vidéo mi-best of, mi-rétrospective, est tellement géniale qu'on se devait de la remettre ici. Même si elle a déjà été partagée sur la page Facebook du spot du rire. Quand une vidéo est formidable, il faut savoir dire bravo ! Et quand on y retrouve Charles Nouveau et Jean-Philippe de Tinguy, plus d'excuse pour partager sans modération.[/vc_column_text][vc_column_text]

Le spot de rire fait sa promo sur Antek on R !

[video width="1280" height="608" mp4="http://www.lespotdurire.fr/wp-content/uploads/2017/09/passage_spotrire_antek.mp4"][/video] Antek on R, c'est l'émission de webradio avec toute l'indépendance des radios pirate. Réalisée à La Grange, le lieu de villégiature du 33 Comedy Club, elle accueille de nombreux humoristes stand-up. Au spot du rire, on est très content qu'elle existe car elle a déjà reçu Charles Nouveau et Nadim. Louis Dubourg y a aussi réalisé ses chroniques Passements de jambes sur sa thématique de cœur : le football. Le spot du rire assiste régulièrement à l'émission en direct, ce qui nous offre ce moment promotionnel qui fait toujours plaisir ! PS : Respect éternel pour Muriel Robin, le propos était juste de dire que le stand-up, c'est le futur. L'humour plus connu de type one-(wo)man-show avec personnages, ça reste bien aussi ![/vc_column_text][vc_column_text]

C'est la fin de notre sélection vidéo...

J’espère que cette sélection vous a plu, on se retrouve très vite pour de nouvelles créations en images ![/vc_column_text][/vc_column][/vc_row] [post_title] => La sélection vidéo humour de la rentrée - Des comedy clubs aux salles de spectacle ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => selection-video-humour-rentree [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:28:22 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:28:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2657 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 10 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 10 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 5713735805e9d67c134db5a3d4ef2862 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Verino

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

Pasquinade : la plateforme d’humour libre signée Haroun

Pasquinade : 5 raisons d’aimer la plateforme d’Haroun

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Verino en spectacle au Grand Point Virgule sur 1 jour 1 reco !

1 jour, 1 reco : Verino, taulier du Grand Point Virgule

Festival Paris Paradis : l’humour s’invite à l’hippodrome d’Auteuil

Paris Paradis : quand l’humour ravit la capitale

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Tania Dutel late show : la première

On était au premier late show de Tania Dutel au One More !

Le stand-up français - Documentaire de Shirley Souagnon

Le stand-up français : Shirley Souagnon sort un documentaire en immersion

Charles Nouveau à Dimanche Marrant

La sélection vidéo humour de la rentrée - Des comedy clubs aux salles de spectacle !