Publications liées au mot-clé : Certe Mathurin

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => certe-mathurin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 264
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => certe-mathurin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 264
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => certe-mathurin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 264
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => certe-mathurin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 264
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 264
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 264
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => certe-mathurin
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 264
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (264) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (264) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (264)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1008915
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2020-09-25 08:25:00
                    [post_date_gmt] => 2020-09-25 06:25:00
                    [post_content] => 

Une histoire d’argent, c’est le nouveau spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge. Mis en scène par Réda Seddiki, que vaut ce nouvel opus ?

Une histoire d’argent : nouveau terrain fertile pour les blagues

Après avoir raconté des histoires et parlé d’amour, Certe Mathurin s’attaque au sujet de l’argent. Un spectacle thématique comme celui-ci peut par ailleurs rapidement devenir redondant s’il n’est pas bien ficelé.

Certe Mathurin, grâce à ses spectacles précédents et son expérience scénique désormais large, propose déjà une heure solide. Fidèle à la devise du One More Joke, il crée une expérience, un souvenir pour les spectateurs.

Dans Une histoire d’argent, le storytelling façon Certe Mathurin perdure !

Une histoire d’argent, c’est donc une série de blagues, d’informations et d’histoires sur l’argent. Comme on pourrait le voir dans une émission de divertissement, on rentre juste assez dans le vif du sujet sans tomber dans un cours d’économie.

Au lieu de proposer de nombreuses histoires, le spectacle se concentre sur une ou deux anecdotes assez originales et prenantes. Certe Mathurin propose donc un spectacle fun à regarder, qui passe à une vitesse folle et qui fait regretter d’en arriver à son terme. Un peu à l’image de son podcast Culture Joke, mais sans l’appui de ses invités…

En sortant de la salle, vous aurez d’abord appris deux ou trois informations pour faire briller les yeux des gens qui n’y connaissent rien. Mais pas seulement… Car la morale du spectacle n’est en rien moralisatrice, très juste. On la connaît déjà, mais on l’oublie trop souvent dans son quotidien. D’où un effet de surprise conservé pour le plaisir de tous !

Verdict : faut-il aller voir le spectacle de Certe Mathurin ?

J’imaginais ce spectacle solide, car Certe Mathurin a une fibre entrepreneuriale qui l’amène à tout donner pour satisfaire son public. Je suis sortie ravie de voir que le bon dosage d’humour et d’émotion m’offraient une heure de légèreté.

Cette parenthèse poétique sans prétention est l’un des meilleurs remèdes aux temps qui courent. En effet, elle permet de relativiser, prendre du recul sur ses problèmes.

Comme je l’avais prédit, l’association entre Certe Mathurin et Réda Seddiki fait des merveilles. Là encore, la Petite Loge prouve sa capacité à bien sélectionner les artistes pour ravir ses spectateurs…

[post_title] => Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => histoire-argent-spectacle-certe-mathurin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-25 08:24:24 [post_modified_gmt] => 2020-09-25 06:24:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008915 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1008703 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-24 13:13:35 [post_date_gmt] => 2020-08-24 11:13:35 [post_content] =>

Comme chaque année, de nombreux spectacles à la Petite Loge vont reprendre à la rentrée. En 2020, on a envie d’assister à chacun d’entre eux. Cela dit, pour bien connaître le parcours des artistes à l’affiche, on peut déjà vous inciter à aller voir certains d’entre eux, preuves à l’appui. Tour d’horizon.

Spectacles à la Petite Loge : au moins 8 talents à découvrir

Certains poursuivent leur parcours dans le plus petit théâtre de la capitale, d’autres rejoignent l’aventure. Je note une particularité pour cet automne : les nouveaux visages ne sont plus des débutants. Soit leur spectacle a déjà une belle durée de vie, soit leur parcours humoristique est bien amorcé.

La Petite Loge a su proposer une programmation pleine de fraîcheur sans lorgner sur la qualité des spectacles, un tour de force dans des conditions sanitaires particulières.

Emma de Foucaud : enfin une programmation à Paris !

On l’attendait de pied ferme. Après avoir convaincu en plateaux d’humour, l’artiste toulousaine Emma de Foucaud exporte son spectacle Trop tard pour annuler dans la capitale.

On vous a déjà parlé de cette découverte humour, qu’on est impatient de découvrir sur une heure. Si vous lisez le pitch du spectacle, la promesse envoie du lourd : « une heure de stand-up élégant, surprenant et très efficace ».

Efficace, c’est en effet l’un des adjectifs qui caractérise généralement son stand-up. Élégant ? Disons que sa réflexion est fine, et qu’elle veut sans doute éviter qu’on la cantonne à la catégorie préférée des médias mainstream. Surprenant ? L’humour naît généralement de la surprise, donc on part sur des rires francs.

Peu importe les qualificatifs, l’envie est déjà là. Spectateur, vous pourrez vérifier tout cela et vous délecter de ce bon spectacle les mercredis à 21h30 dès le 14 octobre.

Certe Mathurin : humour, storytelling poétique et vrai pas en avant

Certe Mathurin est un forgeron du rire. Il a forgé plusieurs spectacles avant de dévoiler Une histoire d’argent. Des idées, une conviction et des idéaux artistiques : Certe avait déjà tout ça. Cependant, il lui manquait parfois un petit quelque chose pour mettre tout bout à bout.

Parce que quand vous maniez l’émotion, vous pouvez tomber dans le piège des lieux communs. Guidé par sa candeur et son enthousiasme débordant, il se perdait parfois. Mais sa détermination sans faille le maintenait à flot, lui donnant l’énergie de poursuivre ses projets et d’apprendre. En soi, c’est déjà une belle histoire.

J’ai pu voir un extrait de ce nouveau spectacle, où Certe collabore avec Réda Seddiki. L’association de ces deux rêveurs et amoureux du verbe : elle était là, l’étincelle. Estomaquée, je profitais enfin de ce que j’attendais depuis ma rencontre avec Certe.

Il ne fallait plus qu’un lieu pour contempler cette étincelle. Un lieu comme la Petite Loge, où les spectacles sont de véritables explosions artistiques : ne cherchez plus, tous les voyants sont au vert. Ça se passera les mercredis et jeudis à 20 heures dès le 2 septembre. Réservez vos places pour la suite du rodage, les samedis et dimanches à 17h30 au Café Oscar !

📦 Programmation terminée, mais le rodage continue au Café Oscar.

Pierre Metzger (ex-DuDza) ou l’art de remettre un spectacle sur des rails

Avant, le spectacle de Pierre Metzger (c’est son vrai nom, avant il avait un pseudo) s’appelait Post-it. Il misait toute sa communication sur des trous de mémoire. Or, les trous de mémoire, c’est un problème médical. Cela ne raconte rien sur l’homme que vous venez rencontrer. De quoi Pierre avait-il envie de parler ? La question méritait de s’y pencher.

Ses premières représentations dévoilaient un personnage au bord de la crise de nerfs malgré un calme olympien. De ce paradoxe naissait en réalité un artiste incroyablement attachant, dont le sourire taquin suffisait à neutraliser tous vos soucis.

Oui, vous ne pouvez pas juger Pierre Metzger au premier regard. Son spectacle n’a plus de nom, l’artiste se dévoile (enfin ?) en son nom propre. Sans fioriture, pleinement authentique, il parlera de son parcours de vie alambiqué. Vendue comme un spectacle sur un père célibataire, cette nouvelle mouture ira bien au-delà et vous surprendra. Parce que c’est ce que Pierre fait le mieux. Il jouera les mercredis à 21h30 dès septembre avant qu’Emma de Foucaud ne le relaie…

🛑 Programmation terminée

Ghislain Blique n’en a plus rien à branler ? Je ne crois pas…

A-t-on encore besoin de présenter Ghislain Blique ? Ce n’est pas un humoriste, c’est un comique. Récemment, j’ai retrouvé des écrits épistolaires de juillet 2019. Des choses que je n’envoie pas, parce que le XIXe siècle n’est plus d’actualité. Dedans, j’écrivais tout de même que j’écoutais Calme toi Bernard en rêvant d’assister à la naissance de cette heure de spectacle.

Maintenant, on l’a ! Et franchement, ça se fête toujours aujourd’hui. J’ai pu revoir ce spectacle cet été. Ghislain n’avait pas changé : il semblait au bord du gouffre. Mais en même temps, il était plus vivant que jamais. Il préparait la sortie de son podcast en solo, « Comique ! ». L’air de rien, c’est la preuve qu’il se trouve, qu’il amène des codes qui lui sont propres et qui révolutionnent le rapport entre le public et l’artiste en France.

Les vendredis à 20 heures, vous allez donc découvrir LE comique. Quelqu’un qui prétend crier Plus rien à branler, mais qui vous dit de vous bouger les fesses pour défendre vos meilleures années. On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une ode à la vie. Cependant, vous aurez devant vous un phénomène qui s’ignore. Et qui détestera sans doute que j’écrive de la sorte. Mais que voulez-vous, avec Ghislain, c’est comme ça que ça se passe.

Florence Mendez dans Délicate : à fleur de peau

Le spectacle de Florence Mendez m’a amenée à produire une critique élogieuse. Le découvrir était un événement touchant, assez magique, qui ne se produit pas systématiquement.

C’était un concentré d’émotion, une artiste qui se donnait dans toute sa vulnérabilité sur scène. Cependant, j’ai découvert cette humoriste belge sans nourrir d’attente. Ce serait donc vous trahir que de vous la livrer avec autant de superlatifs.

C’est un spectacle qui s’apprécie sans trop l’anticiper, le visualiser ou le fantasmer. Alors contentez-vous de réserver l’un de vos dimanches d’automne à 19 heures (vous pouvez lire son pitch, quand même).

C’était mieux maintenant : Avril continue à la Petite Loge !

Triturer le temps : Avril n’a eu de cesse de le faire à la Petite Loge. Je me disais que ça faisait longtemps qu’il jouait C’était mieux maintenant. Sur le plan du calendrier, cela s’avère juste. Mais toutes ces annulations et l’absence du festival d’Avignon rendaient ce temps scénique tout relatif.

Avant, il fallait prendre son mal en patience pour voir Avril. Les représentations complètes se succédaient. Plus de 150 critiques BilletRéduc plus tard, la validation des spectateurs se dessinait nettement. Si vous cherchez la pépite qui se tord le cerveau pour se démarquer de la masse, c’est lui.

Quelques minutes avant l’ouverture du rideau, vous vous demanderez alors si vous avez bien fait de vous laisser tenter. Cette appréhension fait partie du jeu, qui va vous amuser de plus en plus au fil des minutes… jusqu’aux applaudissements finaux, qui ne seront qu’un au revoir. Car vous reviendrez : ce sera toujours « mieux maintenant » que dans votre souvenir…

En effet, ce spectacle évolue régulièrement. Cependant, il conserve son caractère comme son horaire, les samedis à 21h30. La reprise, c’est le 12 septembre !

Mélodie Fontaine passe à l’introspection

Mélodie Fontaine revient sur le devant de la scène. Et c’est une métamorphose ! Avant, la comédienne incarnait la parole animale dans son spectacle On n’est pas des bêtes. Sauf qu’à la Comédie des 3 bornes, une salle à la programmation plus volontariste que sa promotion, les tentatives artistiques sont rarement couronnées de succès.

On avait envie de découvrir Mélodie Fontaine, mais on ne voulait peut-être pas l’applaudir dans ce cadre ou sur ce sujet. Elle l’a bien compris et a décidé de revenir à des choix plus introspectifs. Plutôt que de faire parler d’autres êtres vivants, elle s’incarnera elle-même dans le meilleur espace de développement artistique.

Ce spectacle a été annoncé très tôt. On sent que le travail a été dense pour produire une telle nouveauté, qu’on a l’impatience de découvrir. Si on avait attendu la fois précédente et manqué notre chance, on sera là dès la première de D’une manière plus générale, le samedi 12 septembre à 20 heures.

Tristan Lucas dans Entier : on parie sur lui

Humainement comme artistiquement, on a validé Tristan Lucas depuis longtemps. On l’a vu en spectacle, en plateau… Aller le voir est aujourd’hui une évidence.

Au fond, c’est peut-être un attachement envers le spectacle qui rendrait cette heure irrésistible. Son personnage, ses anecdotes : tout colle et forme un bon spectacle (vu au Théâtre du Marais). Mais à l’instar d’un Certe Mathurin, la finition va faire toute la différence et le tirer vers le haut.

Sur ce coup-là, on sent qu’il fallait une rencontre entre Tristan Lucas et la Petite Loge. Le destin nous l’offre : il ne tient qu’à vous d’en profiter ! Ça se passe les jeudis à 20 heures dès le 15 octobre.

Spectacles à la Petite Loge : découvrez-les tous !

On vous présente les spectacles sur lesquels on peut déjà se prononcer. Les autres sont des découvertes totales. Et découvrir un artiste de A à Z pendant une heure de spectacle reste un plaisir unique.

Vous pouvez donc tester n’importe quel spectacle de ce lieu, à n’importe quel moment. Tout au long de cet article, vous pouvez réserver via BilletRéduc les spectacles à prix réduit, mais avec des frais de gestion.

Sachez que vous pouvez également réserver directement sur le site du théâtre. Il n’y a pas de frais de gestion, et vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (les moins chers du marché) sous conditions.

Si vous avez envie de soutenir les artistes, vous pouvez aussi payer la place de spectacle sans réduction ou revenir plusieurs fois. Je préfère payer pour un spectacle et le voir, plutôt que de ne pas demander de remboursement suite à l’annulation d’un spectacle par « solidarité ».

En 2020, comme expliqué ci-dessous, la Petite Loge a préféré continuer à proposer des spectacles plutôt que de recourir à une cagnotte. Pensez-y lorsque vous aurez à choisir entre deux spectacles de découvertes humour

[post_title] => 8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-petite-loge-automne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-30 12:05:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-30 11:05:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008703 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6962 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-09-27 17:30:08 [post_date_gmt] => 2019-09-27 15:30:08 [post_content] =>

Lundi dernier, le One More Joke reprenait du service au Jardin Sauvage, la péniche du quai d’Austerlitz. Pour l’occasion, les fondateurs nous ont réservé quelques surprises. — Par Louis Bolla

Les organisateurs du One More Joke sont ainsi revenus le 23 septembre dernier au Jardin Sauvage. Ils lançaient alors leur saison de blagues. Car ce plateau va continuer de changer de lieux pour vous faire rire ! Géré par Certe Mathurin, ce plateau a connu une courte pause depuis janvier. Les habitués se contentaient alors de quelques dates occasionnelles. Pour son retour, la soirée affichait complet. C’est le fruit du travail des frères Antoine et Hugo Rapin, coproducteurs, et de Camille de Langlais, qui chapeaute la communication et la logistique.

Pour ma part, j’assistais à cet événement pour la première fois. Arrivé à 19 heures, je comprends que le début du show est dans une heure et que ma marche rapide a été aussi utile qu’une doudoune en plein été. Quelques personnes sont déjà présentes et je les soupçonne d’être des habitués. Ou alors, ils avaient prévu le coup. Tout le monde se regroupe à l’entrée de la péniche pour écouter le musicien qui se produit jusqu’au début du spectacle.

La particularité du One More au Jardin Sauvage

Le son Morning in Japan du français Fakear marque le début des hostilités. Les gens tapent dans leurs mains automatiquement, ils comprennent ce qui se joue : « Messieurs-dames, préparez-vous à rigoler ! ».

L’animateur, toujours Certe Mathurin, entre en scène pour présenter le déroulement de la soirée. Dès le départ, il annonce une surprise : ses potes humoristes Sam Blaxter, Gabriel Francès et Romain Barreda ont écrit une chanson. Sans prétention, et avec la banane, ils débarquent sur scène sous les applaudissements du public. Ils amorcent ainsi le début de saison avec un rap conscient et dénonciateur — rassurez-vous, c’est une blague.

La programmation défile ensuite : Doully, Louis Dubourg, Rémi Boyes, Shirley Souagnon, Panayotis et Certe Mathurin. Au moment d'annoncer le dernier invité, une deuxième surprise nous prend tous de court. Gabriel Francès montera finalement sur scène à la place de Djimo. Ce dernier, trop lent pour certains et indisponible pour d’autres, n’a pas pu venir.

Enfin, le One More Joke est une expérience qui ne se limite pas qu’au plateau d’humour. L’accueil musical annonçait la couleur de la suite de la soirée. Pour clôturer la soirée, les frères Rapin entraient en jeu pour l’habituel blind test du One More. À les entendre, seuls les courageux restent à cette étape de l’évènement. Un peu timide pour révéler si oui ou non c’était ma première participation, je suis donc resté discret et me suis niché au fond de la cale du bateau.

One More ?

Cette année, ce célèbre plateau de la capitale change de fréquence. Le rendez-vous n’est donc plus hebdomadaire mais mensuel. Cette nouvelle formule ne signifie toutefois pas une charge de travail moins dense. Les concepts changent également entre deux dates et le plateau s’exporte.

La prochaine date, prévue en octobre, est un stand-up caché. Concrètement, le lieu et le line-up ne seront révélés qu’au dernier moment aux spectateurs. Autre événement : en novembre et janvier prochain, le One More se déplacera respectivement à Bordeaux et Bruxelles.

Signalons enfin une autre nouveauté assez innovante : le partenariat entre la marque et la société de livres audio et de podcasts Audible. Vous pourrez retrouver chaque édition du One More Joke en podcast avec des bonus et des chroniques en supplément ! Toutes les infos seront sans doute communiquées sur le tout nouveau site internet du One More Joke.

Le One More signe donc sa rentrée avec succès en imposant son concept et sa vision de l’humour français.

Crédits photo

© Bazil

[post_title] => One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-jardin-sauvage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-02 16:56:10 [post_modified_gmt] => 2019-10-02 14:56:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6962 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5706 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-02-28 11:58:28 [post_date_gmt] => 2019-02-28 10:58:28 [post_content] =>

Comme chaque année, le Festival d'Humour de Paris (FUP) s'achève sur une soirée réservée aux nouveaux humoristes. Retour sur la clôture du FUP 2019 et la performance des 9 finalistes et des 2 vainqueurs à Bobino, Paul Mirabel et Morgane Cadignan !

FUP 2019 : Bobino, entre sauna et passages enflammés

Cette année, Le spot du rire a eu le privilège d'être invité en Carré or. Merci Laura Lozano, rencontrée dans le jury des Best de l'Humour et qui dynamise les Trempoint ! On en a profité pour choisir un +1 hors du circuit, mais qui connaît Alexis le Rossignol. Ça tombe bien, deux ans plus tôt, l'artiste recevait le prix SACD...

En arrivant à Bobino, c'était l'occasion pour moi de me vanter auprès de cet invité et de lui montrer que je connaissais plein de gens inconnus du grand public. Dans cinq ans, il réalisera l'ampleur du truc, mais vous, vous savez déjà #LesVrais.

Je ne sais pas si c'était le réchauffement climatique ou quoi, mais le chauffage tournait en plein régime. J'ai même cru me sentir mal à la fin du spectacle. Organiser le festival un mois plus tard, c'est bien, mais changez le thermostat les gars.

La présentation de Nicole Ferroni tranchait avec la chaleur ambiante. Je l'ai trouvée vraiment inégale, et même molle au début. Malgré deux ou trois coups d'éclat, elle a été en-dessous du niveau de Vérino l'an dernier. Après, je ne fais pas partie des fans de cet artiste, cela peut aussi jouer !

Après, l'essentiel du FUP 2019 était de mettre en lumière les jeunes artistes. Revenons sur chaque prestation !

Pierre Thevenoux

Autant vous le dire tout net, j'étais dégoûtée de voir Pierre Thevenoux en premier. Sans surprise, il faisait partie de mes favoris pour la soirée et la chauffe de Nicole Ferroni ne l'aidait pas à lancer la soirée.

Son passage était bon, mis à part peut-être une blague qui n'a pas fonctionné comme d'habitude. Pas d'applaudissements, mais les rires tombaient là où il fallait.

Maryvonne Beaune

J'ai découvert cette humoriste la semaine précédente, lors du Trempoint. Elle faisait partie de la brochette d'humoristes qui joue au Sentier des Halles, lors d'une exceptionnelle. Cette salle, c'est la dernière acquisition de Jean-Marc Dumontet, le big boss du Festival (et de la majorité de l'humour parisien...).

Je ne m'attendais pas à ce qu'elle m'impressionne autant. J'avais lu la description de son spectacle de l'époque, et je n'avais pas été convaincue par le pitch. Et pourtant, lors du Trempoint, elle a assuré. J'ai même cru, comme Félix d'ailleurs, qu'elle pouvait cartonner.

Malheureusement, la prestation n'était pas aussi forte que prévu. Je ne l'ai pas trouvée mauvaise en soi : la folie fonctionnait, mais cela ne portait simplement pas. Si vous étiez à Bobino, ne la jugez pas simplement sur ces quelques minutes : elle peut vraiment mieux faire !

Certe Mathurin

Certe Mathurin est rodé. Comme au Trempoint samedi, il a demandé qui a été voir son premier spectacle. Il le jouait à La Nouvelle Seine, ce qui n'est pas rien... Et pourtant, au Point Virgule comme à Bobino, j'étais la seule à avoir fait le déplacement et à applaudir...

Habitué des plateaux et de la scène, Certe a réalisé une prestation correcte. Il a mis de côté les soucis de diction de son début de carrière. Ses idées sont sympathiques, son passage fonctionne mais cela plafonne toujours un peu. Il manque le petit plus pour éclore véritablement, mais sa détermination le lui offrira sûrement...

Félix

À l'applaudimètre, Félix a cartonné. C'est lui qui a sorti le public de sa torpeur. Les premiers applaudissements, les rires incontrôlés de celle qui a un rire bizarre et qui est toujours dans les salles de spectacle. Je me suis dit qu'il allait le gagner, ce foutu concours.

Félix, c'est quelqu'un que je vois jouer depuis longtemps. Et contrairement à Certe, il a débloqué quelque chose. C'est un performer qui a su, petit à petit, attirer la sympathie. Ses thèmes se sont aussi modernisés. Au lieu de chercher à se placer sur le bon filon marketing, il aborde les sujets qui le tiennent à coeur et dénonce avec beaucoup plus de finesse que les années précédentes. Je ne m'attendais pas à ce qu'il m'impressionne, et il l'a fait.

De l'aveu de tous les humoristes présents, c'est lui qui a été le plus efficace. Ce qui lui a manqué, c'est de devoir se confronter au mec le plus bankable du moment...

Paul Mirabel : Grand Prix du FUP 2019

Certains humoristes m'ont dit qu'ils ne voulaient pas s'aligner au FUP 2019. La raison : Paul Mirabel. Vainqueur du Campus Comedy Tour en 2018, puis des Best de l'Humour le mois dernier, Paul plie les festivals.

Comment s'y prend-il ? Il y a quelque chose de spécial dans l'air quand il monte sur scène. Une présence immédiate vient cueillir les spectateurs. Il semble qu'il n'ait qu'à dire bonsoir pour faire rire. C'est vraiment très fort. Dès cette première seconde, j'ai compris que le prix était pour lui.

On rit pour l'homme plus que pour le texte, même s'il est déclamé avec beaucoup de talent. C'est une sorte de bulldozer de l'humour qui reprend les codes de l'autodérision pour mieux la disrupter. Si ses camarades ont choisi cet angle depuis des lustres, il l'incarne comme personne.

La seule chose qui me faisait douter, c'est qu'il a moins de bouteille que les autres. Un peu comme Djimo l'an dernier : on doutait de sa capacité à jouer une heure... et il a réalisé ce défi sans broncher ! Mais les grandes salles deviennent son terrain de jeu (La Cigale...). Ne vous y méprenez pas : il doit gérer le trac, mais il a une manière de se mettre dans sa bulle et de faire abstraction de l'extérieur. S'il continue ainsi, il s'offrira une belle ascension humoristique ! On espère qu'il sera bien entouré et qu'il ne se brûlera pas les ailes.

Ambroise et Xavier

Si vous êtes fidèle au spot du rire, vous connaissez Ambroise et Xavier. Au Sonart, ils enchantaient et bluffaient les foules. Je me suis pris une claque à cette occasion, et je m'excuse pour tous ceux qui ont développé des attentes trop élevées sur ce duo.

Le problème, c'est qu'en plateau, ils ne sont pas aussi efficaces. Avez-vous déjà voulu manger dans un étoilé pour manger le pain et des cacahuètes ? Non, certainement pas.

Je ne sais pas si c'est le choix de l'extrait ou simplement si leur univers demande un peu d'immersion, mais ça ne fonctionne pas autant. C'est d'autant plus cruel que ce talent, je l'ai vu, je vous le certifie. Là, c'est drôle, mais pas transcendant. Et comme ça s'est vérifié au Point Virgule et à Bobino, il y a des correctifs à faire.

Dommage, parce que le duo a fait des efforts pour adapter sa prestation à Bobino. Xavier est toujours aussi efficace, mais le public n'a simplement pas le temps de s'attacher à Ambroise. Je pense qu'ils vont rapidement rectifier le tir, parce que je suis intimement convaincue de leur talent. Ils écrivent et jouent comme personne dans un bon cadre : à eux de le trouver !

Morgane Cadignan : prix SACD au FUP 2019

Quel bonheur de voir Morgane Cadignan récompensée. Un peu comme Paul Mirabel, elle a un truc bien à elle. Sa plume, certes, mais aussi une personnalité. On l'aperçoit timidement derrière un texte en béton armé, mais cette fille a l'air vraiment dingue.

C'est un peu le genre de rebelle qui n'explose pas tout de suite, qui sait s'indigner quand il faut. Elle observe le monde comme peu de gens et livre un portrait poétique de la société. Et elle n'est pas du genre à vouloir se faire emmerder. Quand Nicole Ferroni lui a posé une question complètement à côté de la plaque, je l'ai vue fidèle à elle-même. Elle m'a rappelé tous ces gens qui montrent à l'interviewer qu'il est à côté de la plaque, et je vous avoue que c'est son pêché mignon. N'y voyez pas là de l'arrogance, mais une réaction humaine et sincère, sans fioriture.

Par contre, je dois mettre un carton rouge à tous ceux qui ont dit qu'elle a eu le prix SACD parce que c'était une fille. Quelle connerie. Franchement, j'en ai vu des quotas louches. Mais là, ce prix est logique. Comme Charles Nouveau, vainqueur de ce prix en 2018, Morgane Cadignan a évolué dans le monde de la pub. Oui, ce lieu plein de créatifs qui deviennent humoristes ou écrivains (coucou Beigbeder).

Si vous ne parvenez pas à voir son talent, vous avez un sérieux problème. Après, on aime ou on n'aime pas, mais quand même, on peut reconnaître objectivement les belles performances.

Lisa Raduszynski

C'est la prestation en-dessous de la soirée. Si cela passait au Point Virgule, Bobino l'a accueillie très froidement. Pourquoi cela n'a pas marché ?

Déjà, je la trouve plus drôle lorsqu'elle joue en anglais. Elle joue moins avec les clichés et les blagues à l'ancienne. Les juifs, le fait d'évaluer son physique... On attend plus original en 2019.

Après, cela peut tout à fait marcher. Mis à part devant un public très averti, une personne comme Lisa peut fonctionner dans un festival. À mon sens, on l'a envoyée au casse-pipe en la choisissant pour Bobino. L'année prochaine, avec plus de préparation et un jeu en français dans de nombreux lieux, cela aurait pu marcher.

Je l'ai croisée ensuite et je l'ai réconfortée, parce que je pense qu'elle a sa place. Pour certains humoristes, j'estime qu'ils n'ont aucun avenir. Ce n'est pas le cas de Lisa. Il faut simplement travailler et trouver son truc, ce qui la différencie. Ensuite, le reste suivra logiquement ! Au Sentier des Halles, devenu un laboratoire pour Jean-Marc Dumontet et ses équipes, c'est l'endroit idéal...

Didou

Didou a réalisé une prestation dans la lignée de Félix, sauf qu'il avait le défaut de Lisa. L'originalité que j'ai pu voir dans certains plateaux, il ne l'avait pas. L'humour était un peu à l'ancienne.

Pour autant, si ça marche, c'est une question de présence. Didou a de l'énergie et mise sur le côté bon copain. Il y a encore de la place sur le créneau parce que les gens veulent continuer à rire sans se prendre la tête.

Je vous avoue que j'aime beaucoup trop l'originalité pour apprécier pleinement son humour. Au moment où il parlait du doigt d'entrée dans le Marais, j'ai arrêté d'écouter. (Nous avons corrigé la formulation suite à une demande de son manager, qui rappelle que Didou n'est pas un humoriste vulgaire. On est d'accord avec ça, mais c'est important que vous sachiez les coulisses derrière la rédaction d'articles, NDLR). Déjà, j'étais fatiguée de la soirée (il passait en dernier) et la chaleur me faisait littéralement me sentir mal.

J'attendais un peu mieux de Didou, mais je savais que son angle vu et revu ne suffirait pas pour se distinguer.

FUP 2019 : verdict

La soirée des humoristes de demain (ils ont changé le titre, c'est beaucoup plus clair) a réussi son pari. Cette année, je trouvais cela difficile de choisir un vainqueur : les univers étaient très différents, et les observateurs ont noté deux groupes de niveau.

L'un des membres du jury nous a confié que Paul Mirabel se détachait nettement pour eux. Il serait intéressant de voir la réception du public : au-delà des applaudissements et des rires, cela donnerait un indicateur pour la suite de sa carrière. Je ne me fais pas de souci particulier ; en revanche, je suis extrêmement curieuse des prochains mois.

On verra plus que ses passages ultra-rodés - même si j'ai découvert de nouveaux textes. Il me confie sans cesse qu'il a envie de me montrer autre chose, et effectivement, c'était très appréciable.

Le casting du FUP 2019 aurait pu être plus fort, mais on était loin du niveau très, très hétérogène des Best de l'Humour. Chaque festival répond à des codes très précis, mais rien ne remplace le fait d'être dans le public des plateaux pour se faire une véritable idée des forces en présence. Avec autant d'humoristes, personne ne peut prétendre pouvoir offrir un condensé d'une dizaine de personnes...

Crédits photo

© Festival d'Humour de Paris / JMD Production

[post_title] => FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fup-2019-paul-mirabel-morgane-cadignan [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:55:24 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:55:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5706 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5292 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-10-14 10:21:13 [post_date_gmt] => 2018-10-14 08:21:13 [post_content] =>

Les humoristes adorent parler de sincérité en stand-up. Mais peut-on vraiment attendre une sincérité absolue d’un artiste sur scène ?

Sincérité et jardin secret

On entend parfois qu’un humoriste ose tout. D’autres disent qu’il va très loin, jusqu’au trash. Évidemment, vous n’avez pas les mêmes anecdotes dans un open-space et dans une cave de stand-up.

En stand-up, l’artiste est honnête lorsqu’il aborde un sujet sans cacher son opinion. Il se plie donc à une exigence d’honnêteté avec lui-même. En réalité, les limites qu’il va se fixer pour préserver son intimité vont inconsciemment le censurer.

Marion Mezadorian m’a livré un conseil extrêmement utile. Pour elle, il faut arriver à identifier ce que tu peux partager en confiance. Il faut aussi, à l’inverse, savoir conserver un jardin secret. Le public n’a pas besoin de savoir tout de toi, l’exercice n’est pas tant d’étaler ses problèmes. Le rire reste la finalité, n’en déplaise à Hannah Gadsby.

👉 Lire l’interview de Marion Mezadorian : « Je suis admirative de ceux qui arrivent à être vrais »

Se mentir à soi-même et en rire

Quand je suis montée sur scène, j’avais envie de livrer une facette de moi et rire des moments où l'honnêteté était difficile. J’avais l’intuition que parler de solitude et d’amorces de relations ratées était honnête. Le problème, c’est que je n’étais pas prête à tout assumer parce que je me mentais à moi-même. Je le savais, et je cherchais la vérité. Mon texte était une manière de me rapprocher inconsciemment de ma vérité, celle qui me hantait.

Encore faut-il transmettre toutes ces subtilités en 5 minutes. Tout cela en évitant, bien sûr, de prendre le public pour son psy gratuit.

La prouesse de l’honnêteté

Je comprends mieux pourquoi il faut s’explorer pendant des années pour être percutant sur scène. Shirley Souagnon a vécu cela en Haïti. Elle explique la violence du moment et comment cela lui a permis de tout casser dans son passage sur Netflix.

Ainsi, l’honnêteté est une prouesse. Un jour, on m'a confessé que Certe Mathurin avait pleuré sur scène en parlant de son sujet : l'amour. Je n'étais pas là, malheureusement. Mais j'imagine la puissance émotionnelle du moment, je vois ça davantage comme du courage que quelque chose qui prête à sourire. En plus, il semble généralement si assuré que là, le moment devait être très sincère.

Tout cela me rappelle pourquoi j’aime tant l’univers de Nadim. Un jour, il m’a parlé des masques sociaux qui nous contraignent. Je pense qu’ils nous censurent et je vois à quel point il me manque de l’audace. Je vois aussi à quel point, parfois dans l’écriture, je ne me rends même pas compte de mon indépendance de ton. Peut-être qu’écouter les Grandes Gueules sur RMC m’aide.

Le progrès par l’expression artistique : mieux se connaître pour plus de sincérité

Dans tout ça, l’objectif de l’artiste stand-up est donc de progresser sur scène et humainement. C’est pour cela que le stand-up fonctionne très bien. L’époque est au travail de l’image : entre la marque employeur, la réputation des enseignes et le personal branding, on essaie de tout contrôler. Tout est sujet à question : pourquoi ce trou dans un CV, pourquoi passé 35 ans tu n’es toujours pas casé ou en cloque, etc.

Le stand-up est un pont entre tout ça. Les artistes se dévoilent subtilement et libèrent leur parole tout en veillant à être compris, à sortir de leur bulle. Ils essaient sans relâche de toucher au plus juste et tuer des salles. Pendant ce temps, des photographes de talents essaient de capturer l'instant parfait.

Le stand-up est-il sincère ?

Dans leur démarche, les humoristes ont l’intention d’être sincère. Surtout, ils sont au plus près de leur vécu au jour le jour. Ils sont sincères dans leur doute et livrent leurs analyses en blagues. Ils se livrent avec leurs propres limites. La sincérité, en quelque sorte, est une vraie prise de risque. Un saut dans le vide, en somme.

Bien sûr, en fonction des artistes, certains vont se cacher derrière des sujets faciles. Dans son interview, Rémi Boyes explique cela de manière très juste. Il ne se sentait pas encore assez fort pour aborder sincèrement des choses qu’il voulait partager. Il tendait à ça, mais il ne s’agissait pas de la « sincérité à outrance » d’Hannah Gadsby.

Je mets l’expression entre guillemets car c’est l’expression de Seb Mellia dans son podcast de couple. J’écris ces lignes en l’écoutant, comme quoi, ce sujet est actuel… et sincère !

1 heure avant la rupture : épisode n°29

Dites-moi ce que vous en pensez… Je vous ai livré mon opinion en toute sincérité, ce n'est pas la vérité absolue ! ;)

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => sincerite-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:00 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:00 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5292 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 5136 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-11 19:10:50 [post_date_gmt] => 2018-09-11 17:10:50 [post_content] =>

Après être montée sur scène, j'ai eu à programmer un comedy club pendant quelques semaines... avant de me résigner. Vous programmez un plateau d'humour ? Voici quelques astuces pour y parvenir sans encombre. Vous voulez connaître les coulisses de la programmation de comedy clubs ? Vous êtes au bon endroit !

Comment j'ai commencé à programmer un comedy club

Cet été, je croise Certe Mathurin par hasard. De but en blanc, il me propose de programmer le One More Joke avec lui. Qui dit grosse responsabilité dit panique, et parfois même échec. Là, ce fut le cas.

Plutôt que de cracher dans la soupe, je veux vous livrer mes conseils. Voici tout ce que j’aurais voulu savoir avant de m’y mettre !

Programmer un comedy club : le guide pour ne pas foirer

1. Aimer son plateau d’humour

C’est la base. Si vous aimez votre plateau, vous partagez cette affection avec le public. Ainsi, vous pouvez le satisfaire au mieux : vous êtes en phase avec leurs aspirations. Par exemple, je ne traînais pas vraiment au One More Joke, ce qui ne facilitait pas la tâche !

2. Se sentir valorisé

Programmer peut être un pur bonheur comme une tâche ingrate. Pour réussir, il faut donc se sentir en confiance avec le reste de l’équipe. Garder une communication ouverte avec les animateurs et organisateurs me semble essentiel. C’est pour cela que les gens qui ont des plateaux sont amis ou assez proches.

3. Avoir du temps, la tchatche et un carnet d’adresses

Il faut savoir contacter les bonnes personnes au bon moment. Un humoriste peut vous conduire à six autres. Cette statistique n’est pas scientifique mais elle a le mérite de parler à tout le monde. Ne faites pas la même erreur que moi : parlez aux artistes et non aux boîtes de production. Cela me semblait plus facile comme je n'avais pas de contacts, mais cela pose d'autres problèmes. Vous aurez des refus ou on vous demandera de l'argent.

Pour programmer un comedy club, il faut donc être présent sur les plateaux concurrents au quotidien. Gare à vos autres engagements, car programmer prend du temps. Et si vous êtes un peu introverti comme moi, vous allez vous confronter à quelques angoisses. Forcez-vous un peu, même si c'est dur (ça l'est).

4. Être reconnu ou rémunéré à sa juste valeur

C’est évident : vous ne toucherez pas de gros chèque. Plutôt qu’une rémunération, cherchez plutôt à obtenir un avantage : rencontrer les personnes qui comptent, avoir à boire et à manger gratuitement, toucher un pourcentage du chapeau, jouer de temps en temps… Pas de secret : plus les avantages vous sembleront justes, plus vous vous investirez.

5. Connaître son périmètre

Sachez quand et comment prendre des initiatives. Vous devez recevoir des directives claires. Pour avoir l’esprit tranquille, vos choix ne doivent pas être remis en cause. Si vous travaillez à plusieurs sur la programmation, sachez en permanence où l’autre va. Sinon, vous risquez de vous retrouver avec trop d’humoristes sur les bras sur une même soirée. C’est assez lourd, comme vous pouvez l’imaginer.

6. Commencer petit

Vous programmez pour la première fois ? Faites-vous la main sur un petit plateau. Bon, si vous recevez l’opportunité du siècle, soyez transparent sur vos difficultés. Exigez une passation ou une formation dans les règles de l’art. Votre interlocuteur n'a pas forcément l'habitude non plus de faire une passation. Soyez tolérant et patient :)

7. Être organisé

C’est du bon sens : vous allez gérer une sorte de planning démoniaque. Vous avez trop de noms à caser et vous devez penser aux indisponibilités (spectacle, tournée, plateau concurrent...). Tout cela en temps limité et en créant des plateaux homogènes : niveaux, styles d’humour... À plusieurs, tout le monde doit partager la même organisation.

Épilogue : les conseils que je ne vous donnerai pas

Sur le copinage

Je ne vous conseille rien sur les amitiés que vous entretenez avec les autres comiques. On m’a dit de ne privilégier personne, or certaines personnes sont privilégiées par amitié sur le One More Joke. Le public n’est pas contrarié pour autant, comme le phénomène est très marginal.

Pour moi, c’est humain : la programmation du One More Joke reste assez juste. Je n’ai rien vu de bien choquant. Tout le monde le fait plus ou moins, sinon on aurait affaire à des comedy clubs stériles. Laissons donc les sensibilités s'exprimer ! Si j'avais réussi mon coup, j'aurais eu la possibilité de faire jouer les copains, aussi.

Sur les aspirations personnelles

Personnellement, j’ai trouvé frustrant de m’occuper des têtes d’affiche. Ma spécialité, ce sont les découvertes et les humoristes qui jouent depuis 2014. Pour eux, j’aurais volontiers sacrifié mon temps libre. Mais pour des gros qui ont les moyens de jouer, d’être en vedette dans le métro, etc., je ne vois pas ma valeur ajoutée. C’est dans mon ADN, et je suis trop indépendante pour me plier à des consignes comme celles-ci.

C'est donc le moment de se remettre en question : pour toute nouvelle fonction, il faut s'adapter et faire des compromis. Je précise que je n'ai pas d'animosité envers Certe. Il m'a fait confiance et a tenté de m'amener dans le game, c'était un risque à prendre. J'aurais préféré un peu plus de guidage, mais il faut être réaliste : le One More Joke était trop gros pour moi. Je suis persuadée qu'il se portera mieux sans moi. Bon courage à Certe pour programmer sans Louis Dubourg cette saison ! Je lui fais confiance : ce plateau tourne à plein régime avec de nombreuses têtes d'affiche et un public conquis !

Crédits photo

© Betty Durieux

[post_title] => Programmer un comedy club pour les nuls [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => programmer-comedy-club-tuto [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:26:10 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:26:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5136 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 2856 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-24 09:57:33 [post_date_gmt] => 2017-10-24 07:57:33 [post_content] => Certe, il veut plaire. Vous plaire, vous emporter dans son univers. Dans son spectacle, Certe Mathurin dans Story Teller, Certe raconte des histoires, son histoire. Il mêle slam et stand-up, des arts très proches. Le grand public se souvient avec une précision sans équivoque de la fin du tube de Grand Corps Malade : « la prochaine fois, tu prendras le bus ». Drôle et dramatique. Un peu comme le spectacle de Certe.

Storyteller : entre mélancolie, poésie et espoir

Parmi tous les spectacles, difficile de trouver sa patte, son style. Ses choix artistiques l’aident bien, mais se reposer sur un genre n’est pas suffisant. Alors, comment ce troubadour des temps modernes fait-il pour conquérir le public ? D’abord, Certe ne se ménage pas. Quand on le rencontre, il essaie d’emblée de nous mettre à l’aise et de partager sa bonne humeur. On sent qu’il compte sur nous pour être présent. Il ressemble en cela beaucoup à Louis Dubourg. Ce n’est pas un hasard si leur marketing puissant attire les foules au One More Joke, le comedy club où ils officient. Tous deux ont envie d’être techniquement là, de coller aux genres qu’ils affectionnent.

Un spectacle qui se bonifiera avec le temps

Certe, c’est donc l’un de ces artistes qui se bonifie avec le temps. Des artistes qui partent avec toutes les bonnes intentions du monde pour se trouver. Le jour où la technique sera plus innée chez lui, alors il parviendra à gagner en authenticité. Pour l’heure, et avec l’expérience de quelques représentations, il assure tout de même un bon show et partage sa passion de l’écriture et des gens. L’intention est là, le public la ressent et ressort prêt à revenir à moyen-terme pour voir l’avancée des travaux ! Mise à jour : promesse tenue avec son nouveau spectacle Amour(s), rodé dans plusieurs lieux (Café Oscar...) et aujourd'hui au Sentier des Halles ! C'est émouvant de voir tout le chemin parcouru de Certe...

Infos pratiques : Certe Mathurin dans Story Teller

  • Tous les mardis et mercredis à 19h
  • Lieu : le 13e Art, 30 avenue d'Italie, Paris (métro Place d'Italie)
  • Programmé jusqu'au 27 décembre 2017
  • Prix : entre 13 et 20 € sur BilletReduc + frais de réservation

Crédits photo

Betty Durieux : reportage à la Nouvelle Seine [post_title] => Spotted - Certe Mathurin, storyteller des temps modernes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacle-certe-mathurin-storyteller [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:30:30 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:30:30 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2856 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 2339 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-08-02 19:31:40 [post_date_gmt] => 2017-08-02 17:31:40 [post_content] => Cet été, 2 plateaux ont fait un pari. Les comedy clubs perdent mathématiquement leur public parti en vacances. Pour attirer un public conséquent, ils sortent donc l'artillerie lourde de l'humour parisien. Amener 20 humoristes et plus dans la même soirée, les faire jouer 3 minutes chrono. Le public vient plus nombreux, l'ambiance monte et les risques d'annulation de plateau... s'annulent. Le spot du rire y était pour savoir ce que vaut un tel format !

En immersion dans l'humour parisien

On m’a déjà dit que je pourrais être détective privée. Figurez-vous qu’il existe des gens qui prennent des trains pour lire au-dessus des épaules de Business Executive et écouter des conversations privées. Parce que les gens signent des clauses de confidentialité, mais ils restent humains et finissent parfois par dévoiler des détails qui n’auraient pas dû fuiter. Mais je ne suis pas détective privée. Par contre, je me suis infiltrée dans 2 plateaux d’humoristes un peu spéciaux en cet été 2017. 20 humoristes au One More Joke, 33 humoristes au 33 Comedy (enfin 34, mais ça a été vendu avec 33 protagonistes initialement)… j’étais donc parée pour une vraie aventure. En voici les détails… pas très confidentiels.

Plateaux géants : une kermesse du rire

Ambiance mariage, métro japonais... cela ne fait aucun doute : dans les deux cas, nous sommes dans une salle bondée. L'idée initiale vient de Louis Dubourg, il la lâche en off lors de l'enregistrement de l'émission d'Antek, Antek on R'. Plutôt que de faire venir 3 humoristes pour leur laisser 20 minutes de parole, inversons les chiffres : 20 humoristes plutôt que 3 garantit de brasser une fanbase plus dense ! Premier rendez-vous pris le jeudi 27 juillet, avec des humoristes sur le point de partir en vacances. Chacun dispose de 3 minutes, et Louis veille au grain. Le videur du One More peut être réquisitionné à tout moment pour déloger l'humoriste de scène. Mais s'ils aiment pousser l'humour et le comique pour obtenir des rires, ils sont beaux joueurs et aucun ne fera de sitting ou de grève de la faim pour terminer sa blague. Dans le public, on grince des dents. L'angoisse du temps qui défile se vit avec l'humoriste. Si on lui coupe la parole, c'est la catastrophe ! On a tous envie qu'il réussisse. L'événement permet, plus que jamais, d'aller dans le même sens, pour la beauté du geste technique. Voilà un échantillon du stand-up à l'état brut, il n'y a plus du tout de quatrième mur.

Faire rire en 3 minutes : plusieurs écoles se côtoient

Antek au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Il y a ceux qui ont préparé une prestation spéciale, comme Antek qui réserve un hommage convaincant au chanteur Chester Bennington. La thématique : s'il avait été bobo, mangé du quinoa, il serait peut-être encore de ce monde. D'autres commencent tranquillement leur passage habituel. Cela fonctionne également : comme le stand-up peut se passer de transition, on peut l'arrêter à tout moment. David Azencot et Guilhem Malissen, par exemple, ont un univers bien à eux. L'ambiance s'en retrouve toujours altérée, et les rires fusent. Il en va de même pour les one-liners. Joseph Roussin, qui a mis de côté son personnage de détective pour l'occasion, retourne à ses premières amours et lance plusieurs répliques pour rebondir sur l'affaire du petit Grégory. Joseph Roussin et Rémi Boyes au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Certains tentent de mélanger leurs passages habituels avec de légères nouveautés. Par exemple, Rémi Boyes en a profité pour introduire sa nouvelle punchline sur Pompéi. Si vous l'avez manquée, elle a fonctionné comme jamais ce soir-là. Déjà testée au 33 Comedy dans un plateau plus classique, elle faisait déjà rire. Là, le One More était vraiment retourné, comme aiment le dire Certe Mathurin et Louis Dubourg.

Comment le public accueille-t-il ce format ?

Le One More Joke propose traditionnellement un entracte. 20 humoristes, cela se divise hyper bien par 2. Mes études littéraires me permettent d'être autonome sur cette opération. Ainsi, pas de fatigue à déplorer. En revanche, le 33 Comedy a davantage patiné : les 33 humoristes s'enchaînaient sans interruption. Et pour inaugurer le mois d'août, il fallait attirer des humoristes présents et disponibles. Quand on atteint le chiffre 33, cela devient difficile de proposer une qualité homogène. Le ventre mou n'a pas été simple à affronter, malgré un glissement sporadique d'humoristes confirmés çà et là. Marina Cars a fait partie de celles qui ont ranimé la flamme et fait oublier la fatigue de la journée.

Débutants, confirmés, nouveaux départs : une chance de briller pour tous !

On pourrait croire que le 33 Comedy a manqué le coche. Il n'en est rien : pour la première fois, j'ai assisté à un vrai panorama de stand-up. Tous les styles et niveaux se côtoyaient. Il y avait ceux qui avaient besoin de reprendre confiance après un ou deux bides. Le public n'est pas toujours tendre/bienveillant, et il n'est pas simple de rebondir, parfois. Difficile d'établir un classement entre les bons et les moins bons. Je note juste que Mathias Fudala et Paul de Saint-Sernin m'ont agréablement surprise lors de leurs passages respectifs. Mathias prend le risque des jeux de mots. Il pourrait tomber dans les blagues Carambar, mais il tient un univers qui lui est propre. Il tourne en dérision son image de mec timide et peu sûr de lui en disant qu'il incarne un personnage. En fait, sa personnalité tourne plutôt autour d'un grand black ultra baraqué. La salle explose de rire, s'attache. On ne perçoit aucun jugement de valeur sur sa personne, juste un élan d'humanité face à cette sincérité dans le jeu. Quant à Paul, il joue dans un registre similaire à Charles Nouveau en revisitant les commentaires sportifs. Comme je connais ce milieu, je suis complètement happée dans le sketch et pleinement convaincue de la prestation. Jean-Philippe de Tinguy au One More Joke © Fabrice Mawule Houessou Bien entendu, on n'oublie pas la présence des artistes du spot du rire, représentés ce soir-là par Jean-Philippe et Nadim. Leur univers parallèle a encore fait mouche. Les deux cohabitent dans ce même espace-temps sans jamais empiéter sur le jeu de scène de l'autre. Ils se croisent de plus en plus sur les mêmes plateaux, riant allègrement de la prestation de leur quasi-double. Les fans du genre aimeraient fortement les voir partager 30 minutes de scène chacun. Je pose cet argument ici, advienne que pourra.

Les bars comme lieux d'accueil de l'humour parisien

Il s'appelle Jérôme, et c'est le big boss de la Grange, le bar qui accueille le 33 Comedy depuis un peu plus d'un an. Les gens comme Jérôme, ce sont eux qui donnent leur première chance aux artistes de s'exprimer. Ils offrent un espace de liberté, et cela bénéficie à tout le monde : public, artistes. C'est grâce à des gens comme Jérôme qu'on assiste à une émulation qui stimule la créativité des figures du stand-up, de plus en plus nombreuses et affûtées. Pour ces lieux, aménager un espace pour le stand-up est un bon moyen d'attirer du monde, d'apporter de la convivialité dans une société sclérosée par les apparences, bref de permettre aux gens de péter un coup face au destin qui l'attend. En vérité, pour accueillir le 33 Comedy et ses 33 humoristes, il a fallu faire preuve d'ingéniosité. Le spectacle est passé du sous-sol au rez-de-chaussée. Les artistes n'étaient pas aussi isolés que d'habitude. Situés juste derrière le public, ils se tenaient fin prêts à passer chacun leur tour. Le bar a gracieusement prêté du matériel son pour cette organisation inédite, qui s'est déroulée en un temps record : annonce le dimanche sur les réseaux sociaux, événement le mardi. Et le public était au rendez-vous. La Grange, c'est aussi le lieu de prédilection de l'enregistrement de l'émission d'Antek, donc en matière de QG pour ses 3 résidents (Jean-Patrick et Ghislain, accompagnés d'Antek), on est plutôt dans du lourd. Si vous voulez en savoir plus sur ce lieu, on lui a consacré une petite fiche explicative avec le plan et le plateau dédié.

En résumé

Honnêtement, j'étais sceptique sur la réussite d'un passage de nombreux humoristes en 3 minutes. Je comprenais le modèle économique de l'idée sans difficulté, mais j'avais du mal à me projeter en tant que public. Au final, la découverte est facilitée par ce type de format. La curiosité est attisée : on a encore faim. Seul bémol : difficile pour un artiste de faire son actualité sur ces événements, mais on peut se dire que le public sera au rendez-vous au prochain plateau pour les revoir ! Enfin, il est temps de vous livrer une anecdote. J'ai aussi croisé quelqu'un du public qui venait seul et découvrait les plateaux français pour la première fois. Le Français est sa langue maternelle mais il a découvert les comedy clubs à travers Erasmus et ses voyages à l'étranger. Son premier contact avec les scènes parisiennes, c'est l'un des plateaux anglophones de la capitale : la stand-up comedy night au Tennessee, un bar parisien de Saint-Germain des Prés. Je ne sais pas s'il a passé une bonne soirée, mais il s'est resservi en bière 3 fois. Une enquête rondement menée par le spot du rire, comme vous pouvez le voir !

Crédits photo

Dans les humoristes présents à ces petites kermesses du rire, on trouve Fabrice Mawule Houessou. Pour ceux qui ne le connaissent pas, c'est le photographe de l'Underground Comedy Club. Si vous voulez jeter un œil à son art, une page dédiée répertorie toutes les photos prises lors de ce plateau d'humoristes. Autant vous dire qu'elles sont extrêmement bien prises et que c'est un régal pour les yeux ! Merci à lui pour l'aimable autorisation de reproduction de ces clichés ! [post_title] => One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-33-comedy-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => https://radio-r.fr/blog/2017/05/02/decouvrez-antek/ [post_modified] => 2020-10-09 15:27:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:27:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2339 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 2 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 1776 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-06-25 16:00:00 [post_date_gmt] => 2017-06-25 14:00:00 [post_content] => L'été, c'est le moment où Paris se vide. Pour ceux qui restent, voici un guide de survie à base de salles climatisées et de spectacles humoristiques pour chasser la solitude du bureau et autres tracas du quotidien.

Seb Mellia au Point Virgule

Ceux qui sont passés par des plateaux d'humoristes connaissent Seb Mellia. Il se déplace de café-théâtre en café-théâtre, et puis son spectacle se joue depuis un certain temps à Paris. Pour cet été, l'humoriste nous accueille au Point Virgule les vendredis et samedis, à partir du 7 juillet, à 22h30. Un positionnement qui fleure bon les late night shows américains. Ce n'est pas un hasard : Seb Mellia revendique s'inspirer du stand-up à l'américaine... avec un peu d'Ice Tea. Allez-y, vous verrez. Et s'il abandonne l'Ice Tea, mea culpa ;-)

Joseph Roussin et Rémi Boyes au Sentier des Halles

Le duo qui a enfanté le Détective Froussin poursuit son idylle dans un 30-30 au Sentier des Halles, tous les vendredis à 21h30. En clair, ils proposeront 30 minutes chacun, l'un après l'autre. Joseph Roussin, son truc, c'est le one-line : cette manière d'enchaîner les blagues, sans transition. Il le décrirait probablement ainsi : c'est comme les blagues Carambar, sauf que c'est drôle. Joseph est aussi très fort pour raconter des histoires et créer des atmosphères. Quant à Rémi Boyes, c'est lui aussi une plume acérée. C'est l'un des seuls humoristes qui, quand je l'écoute en podcast dans le métro, m'amuse à tel point que je pars en fou rire au milieu des passagers qui ne comprennent pas mon malaise. J'ai un faible pour son imitation de Batman, mais il en racontera beaucoup plus dans son passage de 30 minutes !

Nadim au Théâtre la Cible

Notre résident Nadim a remporté haut la main le concours Jeunes Talents Cible lors de la finale du 23 juin 2017. Son spectacle Premier contact se tiendra dès juillet, les samedis à 21h30. Il le jouera pendant plusieurs mois dans le Théâtre la Cible, situé à Pigalle. La salle est franchement étonnante, avec des sièges tellement confortables par rapport à d'autres lieux et une scène circulaire toute menue pour offrir des spectacles intimistes... comme celui de Nadim !

Nadim fait l'unanimité au JTC

Pour la première fois de l'histoire du JTC, un artiste a fait l'unanimité entre le public et le jury. J'y étais, et sa prestation était la seule sans fausse note. Les autres artistes finalistes ont d'ailleurs eu des éclairs de génie, mais quelques temps morts ont fait la différence. L'univers de Nadim, entre absurde et psychose touchante, a enflammé la salle en l'espace de quelques minutes. Il commence à se faire remarquer par ses pairs et par le public, et on lui souhaite que cela perdure !

Certe Mathurin : concert spécial le 12 juillet au One More

L'humoriste-slammeur Certe Mathurin nous emmène dans un tout autre univers dans Punch & Lines. Ce spectacle en libre participation se passe dans un lieu qu'il connaît bien, le One More qui accueille le plateau One More Joke. La poésie, Certe la fait vivre dans son écriture et sa joie de vivre perpétuelle. Cet humoriste est un concentré de bonne humeur, d'analyse fine de la société... mais il s'abstient de rentrer dans le genre éditorialiste. Si vous l'avez découvert dans Storyteller, vous assisterez à un show beaucoup plus musical.

Roman Doduik aux Blancs Manteaux

Cela fait un certain temps que l'on croise Roman Doduik. On se dit que ce jeune mec de 18 ans a une présence sympa sur scène, une audace dans les sujets abordés... En fait, on le voit littéralement incarner La revanche des crevettes - le nom de son spectacle - et on finit par se dire qu'il n'a rien à envier à un catcheur mexicain ou Robert de Niro en matière de courage et de bagout.
Roman Doduik jouera son spectacle les samedis à 17h30 et les lundis à 19h30 tout l'été au Théâtre des Blancs Manteaux.

Walter au Point Virgule

Walter, c'est l'un des humoristes belges qui marche très, très bien. A l'aise sur petit écran comme sur scène, il est à retrouver au Point Virgule dans un tout nouveau spectacle : Walter rode dans le coin. C'est un retour aux sources : il a déjà foulé les planches du théâtre aux bancs rouges emblématiques en 2010 dans Walter, Belge et Méchant. Pour ne pas manquer ce rendez-vous, il faudra passer au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15.

LI NK dans Le contraire de l'absurde

Cela fait quelques temps que LI NK, ou Link (on trouve les deux orthographes), propose son spectacle. Pour le coup, celui-là est pleinement revendiqué absurde. Je ne peux pas encore vous le vendre parce que je ne l'ai pas vu, mais je sais déjà que cela va être bien au vu du descriptif du Contraire de l'inverse. Je parie même que cela ressemblera à Bonsoir d'être venus d'Axel Cormont, que j'avais adoré. Et qui revient en juillet, à la Comédie des 3 Bornes tous les vendredis et samedis à 21h30. Ouverture de la billetterie imminente ! J'attends du pur absurde et j'espère que tous ceux qui lisent ces lignes en profiteront aussi ;-).

Melha Bedia dans Fat and Furious

Vous avez bien lu, le spectacle Fat and Furious devrait a priori ne pas comprendre de passage sur Vin Diesel. Enfin, on ne sait jamais. J'ai déjà croisé Melha Bedia sur un plateau, dans un passage qui est complètement parti en freestyle. La jeune humoriste a mis au défi, à Dimanche Marrant, un garçon de la porter... et c'est alors qu'un autre gentleman répondant au nom de Johnson s'est manifesté. Ni une, ni deux, ce type a sorti son marcel, ses pectoraux, et l'a passée en position perpendiculaire pendant un temps qui m'a semblé être une éternité. Et sans trembler. Je suis contente d'être née pour avoir vécu ce moment. Et c'est pour cette raison qu'il est vivement recommandé d'aller voir Melha Bedia ! Cela se passe au théâtre le Lieu, tous les mercredis de juillet à 20h.

Festival d'Avignon : une offre humoristique pléthorique

Je n'oublie pas le festival d'Avignon, qui ressemble à un mille-feuille administratif pour une novice comme moi. Le mieux, si vous êtes du côté d'Avignon, c'est de cliquer ici pour découvrir tous les spectacles à l'affiche en juillet.

Actualités spectacles d'humour des artistes du spot du rire ?

Vous connaissez déjà le destin de Nadim : Théâtre la Cible, les samedis à 21h30. Cet été, Jean-Philippe de Tinguy jouera une journée de plus par semaine : il sera désormais au Point Virgule du vendredi au dimanche à 19 heures. Quant à Charles Nouveau, il quitte sa Petite loge pour le Sentier des Halles. Marion Mezadorian peaufine son spectacle pendant l'été. Elle travaillera donc dur à l'écriture pour revenir encore plus forte à la rentrée. Si vous cherchez Louis Dubourg, il sera probablement fourré au One More Joke. Il vous chatouillera aussi les oreilles dans l'émission Antek On R', avec d'autres habitués tels que le Détective Froussin (décidément, il est partout !). [post_title] => Top spot #1 - Sélection des spectacles humour de l'été [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => top-spot-1-selection-des-spectacles-humour-de-lete [to_ping] => [pinged] => https://radio-r.fr/blog/2017/06/19/antek-on-r-8-juin-2017/ [post_modified] => 2018-01-09 10:54:09 [post_modified_gmt] => 2018-01-09 09:54:09 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=1776 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 1 [filter] => raw ) ) [post_count] => 11 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1008915 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 08:25:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 06:25:00 [post_content] =>

Une histoire d’argent, c’est le nouveau spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge. Mis en scène par Réda Seddiki, que vaut ce nouvel opus ?

Une histoire d’argent : nouveau terrain fertile pour les blagues

Après avoir raconté des histoires et parlé d’amour, Certe Mathurin s’attaque au sujet de l’argent. Un spectacle thématique comme celui-ci peut par ailleurs rapidement devenir redondant s’il n’est pas bien ficelé.

Certe Mathurin, grâce à ses spectacles précédents et son expérience scénique désormais large, propose déjà une heure solide. Fidèle à la devise du One More Joke, il crée une expérience, un souvenir pour les spectateurs.

Dans Une histoire d’argent, le storytelling façon Certe Mathurin perdure !

Une histoire d’argent, c’est donc une série de blagues, d’informations et d’histoires sur l’argent. Comme on pourrait le voir dans une émission de divertissement, on rentre juste assez dans le vif du sujet sans tomber dans un cours d’économie.

Au lieu de proposer de nombreuses histoires, le spectacle se concentre sur une ou deux anecdotes assez originales et prenantes. Certe Mathurin propose donc un spectacle fun à regarder, qui passe à une vitesse folle et qui fait regretter d’en arriver à son terme. Un peu à l’image de son podcast Culture Joke, mais sans l’appui de ses invités…

En sortant de la salle, vous aurez d’abord appris deux ou trois informations pour faire briller les yeux des gens qui n’y connaissent rien. Mais pas seulement… Car la morale du spectacle n’est en rien moralisatrice, très juste. On la connaît déjà, mais on l’oublie trop souvent dans son quotidien. D’où un effet de surprise conservé pour le plaisir de tous !

Verdict : faut-il aller voir le spectacle de Certe Mathurin ?

J’imaginais ce spectacle solide, car Certe Mathurin a une fibre entrepreneuriale qui l’amène à tout donner pour satisfaire son public. Je suis sortie ravie de voir que le bon dosage d’humour et d’émotion m’offraient une heure de légèreté.

Cette parenthèse poétique sans prétention est l’un des meilleurs remèdes aux temps qui courent. En effet, elle permet de relativiser, prendre du recul sur ses problèmes.

Comme je l’avais prédit, l’association entre Certe Mathurin et Réda Seddiki fait des merveilles. Là encore, la Petite Loge prouve sa capacité à bien sélectionner les artistes pour ravir ses spectateurs…

[post_title] => Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => histoire-argent-spectacle-certe-mathurin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-25 08:24:24 [post_modified_gmt] => 2020-09-25 06:24:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008915 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 11 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 84e8490558baa81d7db0260aa1344032 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Certe Mathurin

Une histoire d’argent : affiche du spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge

Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin

Spectacles à la Petite Loge : notre sélection d’automne 2020

8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne

One More Joke au Jardin Sauvage : la rentrée du plateau parisien

One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

FUP 2019 : retour sur la soirée de clôture

FUP 2019 : Paul Mirabel et Morgane Cadignan vainqueurs

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Panayotis en plein moment de sincérité sur scène

Sincérité en stand-up : peut-on l’atteindre ?

Programmer un comedy club : One More Joke à la Nouvelle Seine - Photo par Betty Durieux

Programmer un comedy club pour les nuls

Certe Mathurin

Spotted - Certe Mathurin, storyteller des temps modernes

Humour parisien : 20 artistes humour au One More Joke

One More Joke et 33 Comedy : ils ont osé inviter tous les humoristes !

Spectacles humour de l'été à Paris : photo d'ambiance

Top spot #1 - Sélection des spectacles humour de l'été