Publications liées au mot-clé : Fred Cham

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => fred-cham
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 360
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fred-cham
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 360
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => fred-cham
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 360
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => fred-cham
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 360
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 360
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 360
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => fred-cham
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 360
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (360) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (360) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (360)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010397
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-04-26 08:00:00
                    [post_date_gmt] => 2021-04-26 06:00:00
                    [post_content] => 

Faut-il se risquer à juger une personne sur quelques passages seulement ? Tout dépend de la tendance qui se dégage : ses pairs la soutiennent-elle, reçoit-elle de belles opportunités ? Dans le cas d’Anne Cahen, les réponses sont affirmatives. Assurer la première partie du retour du stand-up avec Joseph Roussin et Fred Cham aux côtés de Julie-Albertine (vous l’avez tous adorée dans Soixante 2…) n’était pas une mince affaire.

Si le grand public ne connaît pas encore Julie-Albertine, l’humoriste évolue dans le milieu du stand-up depuis plusieurs années. Elle a su plaire à des pointures de la scène underground parisienne, des Ghislain Blique, Adrien Montowski… dont le talent commence tout juste à être reconnu.

Alors il devait y avoir de la pression ce soir-là pour Anne Cahen, dans le bar Charlie et sa bière à 2 balles. C’était pourtant l’un de mes meilleurs souvenirs de plateaux, surtout quand on sait que nous devions composer avec les masques. L’esprit stand-up était là, il veillait sur les talents de la soirée…

Anne Cahen ou comment réussir ses débuts en stand-up

Comme de nombreux autres humoristes, Anne Cahen débute sur scène avec des sujets déjà abordés par ses pairs. C’est une entrée en matière classique, mais casse-gueule quand on a vu tant d’autres blagues sur les mêmes sujets.

Or Anne Cahen se distingue car elle sait reprendre des concepts hyper simples (comme les prénoms ou les mecs relous sur Instagram). Avec eux, elle trouve des angles originaux et parvient même à créer quelques effets de surprise. À un stade aussi précoce d’expérience scénique, les indicateurs sont donc au vert.

Sa recette du succès réside sans doute dans sa capacité à étirer un sujet. Comme je l’ai dit, elle part de choses extrêmement basiques, qui parlent à tout le monde, et elle génère de nombreuses idées qui l’aident à structurer ses blagues. On se dit : « c’est bien construit, c’est bien écrit, ça fait plaisir ! ». Que demande le peuple ?

Autre force : il se dégage une sensation hyper agréable quand on la voit prendre place sur scène. Sans pouvoir me l’expliquer, je sens que j’ai envie de rire. Je ne suis pas en train de me méfier ou de douter de la pertinence de l’humoriste sur scène. Comme si elle avait évacué tout syndrome de l’imposteur, et qu’elle occupait la scène avec un mélange d’assurance et de vulnérabilité qui suscite la curiosité. On voit bien entendu qu’il reste des réflexes techniques à peaufiner, mais l’ensemble me donne envie de connaître la suite et de l’accueillir avec beaucoup d’enthousiasme.

Une évolution artistique à suivre de près

J’ai presque envie de l’inciter à intégrer des machines à générer des blagues comme le Laugh Steady Crew parce que je sais que peu importe le sujet, elle finira par trouver des angles qui vont faire mouche. En résumé, la base artistique est là, le potentiel ne demande qu’à être creusé… et je vais suivre ça de très près, promis !

[post_title] => La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anne-cahen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-03-09 20:05:49 [post_modified_gmt] => 2021-03-09 19:05:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010397 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010181 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-08 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-08 07:00:00 [post_content] =>

Et si l’on imaginait, à la manière de l’Eurovision, un Soixante Junior ? Histoire de guider Kyan Khojandi et JAAD Productions dans leurs choix futurs, voici une soixantaine d’artistes sélectionnés sur des critères artistiques, de parité et de potentiel de notoriété. Sauf erreur de notre part, nous avons écarté les participants des deux soirées précédentes : Soixante et Soixante 2.

Dans cette série d’articles, nous vous proposons une programmation spéciale jeunes talents, une dizaine d’artistes à la fois ! Si cette fiction pouvait devenir réalité pour le plus grand nombre, cela nous ravirait !

Soixante Junior : les artistes de 1 à 10

À la présentation, on retrouvera Florence Foresti (1). L’humoriste, à ses débuts, avait changé la donne. Elle sera la personne idéale pour transmettre le flambeau. Pour ouvrir les hostilités côté nouveaux talents, on fera confiance à Yazid Assoumani (2), un artiste émergent adoubé par Panayotis (notamment).

On enchaînera ensuite avec l’une des révélations des plateaux d’humour parisiens : Emma de Foucaud (3). Autres tauliers des petits bars, Fred Cham et Joseph Roussin (4) formeront un duo largement suivi par une communauté de fans de podcasts et de BD. Parce qu’il faut des artistes d’expérience qui se font plus rares sur ces événements stand-up, on invitera Marion Mezadorian (5) qui vous démontrera que les personnages ont la cote… du moins quand ils sont bien interprétés.

En sixième position, Ghislain Blique (6) obtiendra enfin la reconnaissance de la profession et des caméras (malgré sa pige à Génération Paname). Déjà passée par le Jamel Comedy Club, même si cela se passait bien avant notre monde pandémique, Salomé Partouche (7) verra sa première partie de parcours soulignée. Urbain (8) s’émancipera ensuite de sa casquette de « Monsieur Topito », car il existait déjà dans le centre de la France avant sa mainmise sur la plateforme star du web comique.

Un peu de folie lancera pleinement cette soirée. Parmi le casting d’OVNIs, on trouvera notamment Cab Cab (9), un phénomène qui ne se décrit pas. Autre protagoniste de poids, le très charismatique Edgar-Yves (10) viendra faire raisonner sa voix et ses éclats de rire, pré-validation artistique qui emportera la foule.

Nos artistes pour les prochaines soirées Soixante : demandez le programme !

Rendez-vous mercredi 10 février pour la suite de notre casting Soixante Junior !

[post_title] => Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6 [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => soixante-junior-notre-casting-khojandi [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 11:51:26 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 10:51:26 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010181 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1008780 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-16 08:26:11 [post_date_gmt] => 2020-09-16 06:26:11 [post_content] =>

Jouer en première partie dans une belle salle est un premier palier souvent impressionnant pour les nouveaux artistes. Ils en rêvent pendant des mois, s’y préparent entre des murs bien plus étroits. Jusqu’au jour où ils se jettent à l’eau.

Première partie : le premier grand saut ?

Dans ces salles-là, tout est à refaire. La confiance acquise dans les premiers lieux d’apprentissage artistique se dissipe face aux nombreux sièges à affronter. Ce nouvel ordre de grandeur intimide, et pourtant, ce n’est qu’une étape parmi tant d’autres. Dès qu’un palier est franchi, un autre se présente déjà.

La première partie retrouve l’artiste officiel et programmé. Ils s’isolent en loge tandis que les spectateurs retirent leur place. Pour chacun des protagonistes, l’attente commence et l’impatience se fait sentir. Une fois les spectateurs installés, les discussions s’enchaînent jusqu’à ce que les lumières du théâtre s’estompent. Elles reviennent quelques secondes plus tard, avec ou sans musique.

La première partie se dirige alors vers le micro. Parfois, personne n’annonce le début du spectacle ou ne délivre de consignes. Plus le théâtre est grand, moins le public en a besoin. Discipliné, il applaudit pour accompagner ces premiers pas qui n’ont l’air de rien, mais qui masquent parfois un sacré désordre intérieur.

S’il est intimidé, le comédien ne laisse rien transparaître, apportant avec lui une décontraction et une bonne humeur de surface. Le public n’y voit que du feu, s’amuse des premières phrases d’usage. Car la première partie, c’est cette personne que vous n’êtes pas venu voir. Un petit extra soit appréciable, soit qui subtilise quelques minutes de votre vie. Alors la première partie s’amuse de ce concours de circonstances. Ensuite, lorsqu’elle sent que le public a accepté la situation, elle livre enfin le fruit de son travail.

La première partie, ce soldat envoyé en éclaireur

La première partie, c’est ce soldat envoyé en éclaireur. Sans défense ni invitation, elle impose une autre proposition que celle de l’artiste programmé. C’est souvent le moment où elle se professionnalise. On n’est plus en plateau d’humour. Ce n’est pas le moment de tester, mais de se vendre.

Et quand la mission est réussie, la première partie devient l’artiste, car ce qualificatif ne coule pas de source. La légitimité, comme le décrit Panayotis (qui paraphrasait Fary), se mesure par les opportunités qui se présentent à vous. Assurer une première partie constitue donc un bon indicateur.

Panayotis est l’un de ceux qui ont assuré des premières parties de mastodontes de l’humour très tôt. J’ai eu la chance de le voir précéder Vérino au Grand Point Virgule le 30 août 2017.

S’il semblait étonné d’être propulsé là aussi vite, les rires fusaient déjà. Le jeune humoriste a à son tour transmis le flambeau à des gens comme Yazid Assoumani ou Merwane Benlazar. Très souvent, la prestation débouche sur des programmations et une reconnaissance grandissante de la profession.

Merwane est un excellent exemple : souvent en première partie, il a appris son métier avec une abnégation et une résilience remarquables. C’est typiquement le genre d’artistes qui ne payait pas de mine lors de ses premières prestations, puis qui étonne et décroche de belles opportunités. Car ses pairs ont vu quelque chose en lui et l’ont porté vers la place qu’il mérite d’occuper.

C’est aussi comme cela que j’ai découvert Noman Hosni en avril 2015, première partie de Norman à Bobino. Et si Norman était déjà bon comme un touche-à-tout peut l’être, Noman Hosni m’a montré pour la première fois de ma vie ce qu’était le stand-up pur. Je m’en souviens encore, de ce flyer avec les fléchettes comme de ses vannes sur la barre du métro.

Lancement de carrière

Parfois, donc, tous les voyants sont au vert : une nouvelle carrière commence sous les yeux du public. L’artiste est parfois le dernier à s’en rendre compte, tandis que les observateurs savourent le privilège d’avoir la primeur de la découverte.

Lorsque son temps est écoulé, il s’éclipse comme si de rien n’était. Il attendra ensuite derrière la porte du théâtre, espionnant maladroitement les rires pendant une heure. Restera ensuite le moment où il affrontera les spectateurs un par un, leur tendant un tract pour son spectacle.

Il retrouvera ensuite ses connaissances qui livreront tour à tour leur avis sur la prestation. Et lui aussi se prêtera à cette analyse, des rêves parfois plein la tête. Dans certains cas, il se lamentera d’une prestation en demi-teinte. Dans d’autres, il se verra peut-être trop vite en haut de l’affiche. C’est dans de tels moments que la scission entre les experts des coups d’éclats et les marathoniens du rire s’opère.

Les artistes qui durent sont ceux qui se remettent en question en permanence. Qui ont compris qu’avancer efficacement, c’est ne jamais se reposer sur ses acquis. Les moins bons artistes font comme s’ils étaient des champions, alors que personne n’est vraiment là pour les soutenir au jour le jour. On note parfois une distorsion entre le ressenti de l’artiste et celui des observateurs. Parier sur le bon cheval se révèle être un exercice d’équilibriste. Les producteurs ont fort à faire face à tous ces gens qui débordent d’ambition.

En écrivant cet article, je me rends compte que je ne retrouve presque aucun souvenir marquant d’une femme en première partie. Hormis le 30-30 de Joseph Roussin et de Fred Cham qui m’a permis d’adouber Julie Albertine et de découvrir Anne Cahen…

Peut-être qu’elles n’ont pas toujours les mêmes opportunités ? Je sais qu’Anissa Omri a déjà assuré la première partie de Ghislain Blique (c’est le premier exemple qui me vient en tête), mais j’ai vu son spectacle un autre soir…

L’expérience de la première partie du côté du spectateur

Et le public, dans tout ça ? Généralement, il prend quand même pas mal de plaisir. Que trouve-t-on dans le plaisir de découvrir un futur grand ? Ça dépend des gens. Pour ma part, c’est un mélange de fierté, de divertissement et de bonheur.

Fierté, car croire à un potentiel avant tout le monde est une expérience grisante. On se démène pour que les autres voient ce qui vous apparaît comme une évidence. Et petit à petit, les gens vous imitent. Ils ont l’impression de faire une découverte. Désolée de vous décevoir, mais vous avez un train de retard. Certes, vous êtes en avance sur le grand public, mais vous avez manqué les premiers chapitres d’une belle histoire artistique.

Divertissement bien sûr, car aller au théâtre, c’est un moment amusant. On en a particulièrement besoin quand, hors de la salle de spectacle, un bordel monstre vient dicter sa loi.

Bonheur également, car retrouver un artiste qu’on connaît dans un endroit plus vaste que d’habitude est une victoire en soi. Mince, il est en train de le faire — pincez-moi, je rêve. Pourtant, ça arrive bien : on retrouve des textes qu’on connaît déjà, mais pas seulement. On commence à voir le développement d’un style qui s’impose au public. On savoure le chemin parcouru. Et si l’artiste laisse échapper son anxiété et sa vulnérabilité, me direz-vous ? Au lieu d’anéantir la performance, elles viennent lui apporter un cachet.

L’art de préférer l’authenticité à la perfection

Vous ne me croyez pas ? Il suffit de regarder (la suite va vous étonner) le jury de Dancing with the stars aux États-Unis. OK, ils jugent un peu la technique, mais quand vous les écoutez, vous vous rendez compte que l’essentiel se joue ailleurs. Ils parlent d’alchimie, de performance, de charisme, d’expérience…

Oui, bien sûr, il fallait que ça concerne un pilote de course. Mais vous verrez, c’est cool.

Quant au public, il ne décompose pas les centaines de mouvements répétés et prémâchés avant la prestation finale. Les gens qui participent à ces émissions sont des célébrités qui se distinguent dans un domaine qui n’est pas leur spécialité. En quelque sorte, ils se développent sous nos yeux — comme les premières parties. Je vous l’avais dit, c’est pareil. Sans ces moments de flottement et ces imperfections, le spectacle vivant serait l’œuvre de robots et personne ne viendrait remplir les salles.

Si je fais un parallèle avec cette émission, c’est parce qu’elle accueille souvent des athlètes. Des gens qui sont bien plus au fait de la préparation physique et mentale que les artistes. Des gens pour qui les performances font l’objet de débriefings. Les consultants vous expliquent par A+B les contre-performances, et tout le monde comprend que le niveau de l’athlète n’est pas en cause. Pourquoi ne porte-t-on pas le même regard sur les artistes ?

D’ici à ce que je puisse répondre à la question, je vous souhaite de découvrir des premières parties à couper le souffle lors de vos prochaines sorties théâtrales. Qu’elles aient lieu dans de grandes ou de petites salles remplies de pépites.

Crédits photo

© Louis Dubourg

[post_title] => Première partie : entre opportunité et pression [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => premiere-partie-spectacle-humour [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 15:25:08 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 13:25:08 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008780 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 6128 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-04-13 11:41:51 [post_date_gmt] => 2019-04-13 09:41:51 [post_content] =>

Le 4 avril dernier, le One More Joke investissait un Grand Rex complet pour « créer un souvenir ». Retour sur une soirée stand-up particulière.

One More Joke au Grand Rex : une soirée pas comme les autres

Pour juger ce type de soirée, il faut changer de perspective. L'expérience stand-up comme on l'aime ne passe pas les portes du Grand Rex. J'ai vu Fary là-bas, je n'ai pas trouvé ça dingue. Selon ses dires, le spectacle que j'ai vu était moins bien qu'Hexagone. Si on l'écoute encore, on se rappelle que les grandes salles ne sont pas faites pour le stand-up. C'est indéniable.

Alors faisons abstraction de la capacité de la salle. La soirée, c'est surtout une démonstration de remplissage. Autant vous dire que le public se retrouve un peu comme dans une cage à lapins dans une cité. On est ensemble, mais pour vivre quoi ?

Le gratin des humoristes... dans le public

Je dois vous l'avouer, je ne voulais pas en être. Je me sentais contrainte par l'enjeu : ce plateau, c'est un pan de l'histoire du stand-up. Il y a ce côté « il faut en être ». Un peu comme la coupe du monde 98. La programmation ne me plaisait pas : trop tête d'affiche, pour peu de plaisir et de personnalités attachantes. Je retiens surtout les performances de Haroun, Verino, Marina Rollman, Guillermo Guiz, Romain Barreda et Roman Frayssinet. Apparemment, Baptiste Lecaplain était très bon, mais j'ai un vrai souci à rentrer dans son univers. Au bout du compte, c'est une expérience de plateau classique !

Mais j'ai trouvé une source de motivation : amener du monde. On s'en est donné à cœur joie pour commenter dans les entractes et les passages musicaux avec la nouvelle génération dans le public. Vu que ça ne m'intéresse pas, c'était une perte de temps, mais c'est le problème des événements de ce type. Les puristes s'en fichent de la création de fresques ou d'intermèdes musicaux. Mais c'est surtout moi qui suis rabat-joie.

Une soirée comme un matin de Noël... pour Certe

Au final, ceux qui étaient les plus heureux, c'était l'équipe du One More Joke. Leur plaisir à vivre cette soirée était communicatif. Certe Mathurin était aussi enthousiasmé que quand il arrive à aligner des têtes d'affiche dans son plateau.

J'ai trouvé son texte sur la passion très juste et émouvant. Pour le coup, là, il a réussi à créer un souvenir communicatif. C'est pour moi le temps fort de la soirée. Elle était globalement réussie, mais il m'a manqué un truc en plus. Je n'ai pas retrouvé l'essence du plateau. Il y avait évidemment des poids lourds et un peu de gens de Nova (on aurait pu s'en passer), mais il manquait Louis Dubourg. Détective Froussin, Fred Cham ou Rémi Boyes auraient pu faire le pont avec l'ADN véritable du plateau. Je suis restée sur ma faim, mais je ne peux pas vous dire que c'était un raté.

S'il n'y avait pas le One More Joke, il n'y aurait pas cette vulgarisation du stand-up actuel. D'ailleurs, la preuve ultime, c'est que le nouveau plateau du 44 rue de la Folie Méricourt (Punk up !) ne fonctionne pas vraiment. Ce n'est pas un lieu qui fait tout, mais l'esprit d'une soirée. Et aussi la qualité de la programmation, qui donne envie de se bouger. Quel que soit l'avenir du plateau, espérons qu'il garde son identité !

[post_title] => One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-grand-rex [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:10:36 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:10:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 5139 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-15 09:54:37 [post_date_gmt] => 2018-09-15 07:54:37 [post_content] => Fred Cham, c'est le talent brut qui s'écoute. Il aurait pu s'appeler Eric Eau, jouer davantage et s'offrir une réputation solide dans le milieu du stand-up. C'est surtout un type d'une générosité sans borne. Son plus grand loisir : convaincre son interlocuteur de monter sur scène.

Fred Cham : un geek de comédie

Au lancement du spot du rire, j'ai proposé à Louis Dubourg d'être la caution culturelle stand-up du site. Fred Cham pouvait aussi jouer ce rôle. De Nanette à Louis C.K., il est incollable. L'amoureux de comédie à l'état brut. Découvrez-le en doublade avec Nathan Bensoussan, quand il avait son comedy club l'année dernière.
Son humour va probablement évoluer suite au special d'Hannah Gadsby. Il me confiait en effet avoir ressenti la même gêne qu'elle. L'auto-dérision permanente le dérange donc, même s'il n'avait jamais mis les mots sur ce malaise. Pourtant, l'autodérision est une force dans son stand-up. Elle le porte vers les bons passages, ceux des publics conquis. J'imagine, cela dit, qu'il faut composer avec son ego, sa confiance en soi et ne pas se faire violence en permanence au service du rire du public.

Sur le plaisir de voir Fred Cham sur scène

Quand Fred Cham ne joue pas, il manque à la scène. Rémi Boyes me confiait que s'il jouait davantage, il surpasserait tous les autres. Or, Fred Cham s'investit surtout dans une multitude de projets créatifs. Il y met à profit son talent d'écriture et son sens de l'humour acéré. Sans oublier son amour de la BD, qu'il partage avec Joseph Roussin. Pour en savoir plus, redécouvrez l'épisode d'Un café au lot7 avec Fred Cham ! Bon improvisateur, il joue régulièrement à La croisière s'amuse. On a tout de même la chance de l'y voir là-bas (si le plateau survit, et il le faut !). L'avenir pourrait aussi le mener à reprendre un plateau. Une chose est sûre : on continuera à prendre du plaisir à voir Fred Cham sur scène. Qu'il fasse des pompes ou non (c'est arrivé, et c'était fou !).

Crédits photo

© Fabrice Mawule Houessou [post_title] => La découverte du mois - Septembre 2018 - Fred Cham [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-fred-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-14 13:20:23 [post_modified_gmt] => 2019-11-14 12:20:23 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5139 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 4522 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-07-29 11:02:58 [post_date_gmt] => 2018-07-29 09:02:58 [post_content] => Après quelques éditions de La croisière s'amuse, j'ai pris le temps de découvrir ce nouveau format de stand-up au Jardin sauvage. Le principe : Joseph Roussin invite un autre artiste stand-up pour une doublade.

La croisière s'amuse : qu'est-ce qu'une doublade ?

J'ai déjà évoqué la doublade dans un article précédent. J'avais justement décidé de faire l'impasse parce que je connaissais déjà bien les humoristes sur scène. Je n'étais pas totalement convaincue, par peur de voir les humoristes faire de l'entre-soi. Je ne voulais pas boycotter l'événement pour autant. En réalité, j'attendais d'avoir vraiment envie de voir les deux artistes sur scène. Finalement, quand Joseph Roussin a invité Rémi Boyes, je n'ai pas hésité une seconde. Là, j'ai compris pourquoi je faisais fausse route sur l'entre-soi : la complicité entre les artistes est la clé du succès. Une doublade, c'est une soirée stand-up comme d'habitude... sauf que tous les humoristes sont sur scène en même temps ! Le format se rode un peu : il y a une première partie classique qui tombe comme un cheveu sur la soupe. Sur scène, on retrouve Joseph Roussin, l'initiateur de la soirée. Il n'est jamais seul. Au début, Fred Cham l'accompagne pour chauffer la salle et introduire le concept. Toute nouveauté vient avec un peu de pédagogie. Après la chauffe et la première partie, l'humoriste invité arrive enfin. Chacun parle à tour de rôle et teste des blagues. On a plus affaire à du storytelling et des anecdotes inédites. L'idée, c'est que l'autre humoriste sur scène rebondit sur les anecdotes et extrait le truc drôle. On m'avait dit qu'il s'agit d'une séance de travail un peu conviviale, c'est un peu ça... mais en plus rodé.

Joseph Roussin et Rémi Boyes : la complicité dans toute sa splendeur

Joseph Roussin et Rémi Boyes partagent beaucoup : le même quartier, parfois le même gel douche... Au Sentier des Halles, j'avais adoré leur 30-30. Leur podcast commun Froussin : Détective privé est l'un des objets les plus originaux de la comédie française. En fait, il suffit de les inviter ensemble, et la magie opère.

Joseph Roussin et Rémi Boyes dans Un café au lot7

L'enregistrement du podcast de Louis se déroule quelques heures avant La croisière s'amuse. Si vous n'avez pas pu venir, vous pourrez l'écouter et avoir un aperçu des blagues de la soirée. Quelques anecdotes figurent ainsi dans le podcast. D'ailleurs, j'en profite pour applaudir Louis Dubourg qui sort des épisodes underground ces derniers temps. Très appréciable !

Fred Cham en embuscade

Je vous l'ai déjà dit sur le blog : Fred Cham me manque par intermittence. Pour moi, il est un puriste indispensable pour le stand-up. Il a poussé tant d'humoristes à monter sur scène (moi y compris !). Il a l'esprit de camaraderie chevillé au corps, il est toujours là pour parler stand-up et amuser la galerie. Lors de La croisière s'amuse, il a même fait des pompes ! Si ça, ce n'est pas le signe d'une soirée réussie, j'ignore à quoi elle pourrait ressembler... On verra si la semaine prochaine, quand Pierre Thevenoux épaulera Joseph, Fred Cham fera encore de l'exercice. J'ai mené l'enquête : il devrait avoir un rôle un peu moins discret lors des prochaines soirées... Affaire à suivre !

Crédits photo

Montage de 2 photos de Joseph Roussin et Rémi Boyes © Betty Durieux [post_title] => La croisière s'amuse : Joseph Roussin et ses amis innovent en stand-up [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => croisiere-amuse-joseph-roussin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:49:12 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:49:12 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 4315 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-06-10 09:58:30 [post_date_gmt] => 2018-06-10 07:58:30 [post_content] => Depuis juin dernier, Le spot du rire vous offre une immersion dans les plateaux stand-up de Paris. Un an à œuvrer pour l’humour qui monte, qui crée et qui nous fait bien marrer. Retour sur les moments marquants de cette première année !

Détecter les nouveaux talents de l’humour

Le spot du rire, c’est d’abord référencer les plateaux humour. Au bout d’un an, on vous propose une trentaine de lieux à Paris, plus ou moins animés. Il en reste encore beaucoup à référencer. Il nous arrive de partager les événements de plateaux non référencés sur le site ; le mieux, c’est de suivre l’actualité de la page Facebook en plus de vérifier la liste des plateaux. Aller dans les comedy clubs, c’est bien ; déceler qui vous fera rire demain, c’est mieux. Plutôt que de tester tous les spectacles d’humour à Paris, on a décidé de se concentrer sur l’évolution de certains. Pour cela, nous vous proposons chaque mois une nouvelle découverte de l'humour. Autre concept auquel on tient beaucoup : mettre en avant des artistes et expliquer pourquoi ils sont intéressants à suivre.

Se mettre dans la peau d’un humoriste

Autre moment phare de l’année : une séquence Vis ma vie d’humoriste. Quand on passe du temps en plateau d’humour, l’envie d’écrire et de faire rire monte crescendo. On ne peut donc pas éviter le phénomène. On est vivement sollicité : Fred Cham ou Ghislain Blique ont fait beaucoup pour que cela arrive. C’était intéressant d’écrire sur la difficulté à monter sur scène alors qu’on a déjà beaucoup de matériel (comprenez : de texte). Cette période de déni, de préparation à se jeter dans le vide. Bien sûr, raconter comment cela se passe pendant et après. S’interroger : faut-il remonter sur scène ? La bonne nouvelle pour vous, c'est que c'est prévu le 18 juin au Jardin s'enjaille !

Comprendre le mécanisme des festivals d’humour

Depuis le lancement du spot du rire, on n’a pas chômé. Entre Édimbourg, Lyon ou encore Bordeaux et bien sûr Paris, on a assisté à de nombreux festivals d’humour. Et donc de concours d’humoristes. Vivre ces moments de l’intérieur avec les impressions des humoristes était très enrichissant. Les voir poussés dans leurs derniers retranchements, englués dans des systèmes parfois injustes et difficilement objectifs nous a donné envie de leur rendre justice, parfois, et de relativiser sur les résultats. Après, on ne va pas se mentir… Quand on était d’accord avec le verdict, on a fanfaronné comme tout le monde !

Vous immerger dans le monde du stand-up

La différence entre le spot du rire et les autres sites d’humour, c’est l’envie de vous faire partager le monde de l’humour de manière intimiste. Cela passe donc par beaucoup d’expérimentation dans les sujets, des articles que vous ne verrez nulle part ailleurs. Dans ce domaine, on retrouve un moment anecdotique : croiser un humoriste dans le métro, le trublion Lenny M’Bunga. On trouve que ce qualificatif lui sied à ravir. Passer d’une seconde banale à la présentation d’un humoriste qui compte de manière originale. Il y a aussi des prises de risque, comme vivre un moment « gênant » avec Tareek. L’improvisateur hors-pair aime sortir le public de sa zone de confort, et il le fait avec brio, sachant toucher juste en une fraction de seconde.

Le spot du rire demain

L’année qui s’ouvre sera l’occasion de promouvoir les nouveaux plateaux. Je vais travailler à dénicher de nouveaux talents. Or, j’ai encore du mal à trouver quelqu’un qui se détache dans la toute nouvelle génération. On n’est pas bon immédiatement en stand-up, moi la première, donc je suis persuadée que cela va venir ! [post_title] => Le spot du rire a 1 an - Rétrospective [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => anniversaire-media-humour-retrospective [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:44:25 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:44:25 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4315 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 2823 [post_author] => 1 [post_date] => 2017-10-07 20:04:43 [post_date_gmt] => 2017-10-07 18:04:43 [post_content] => Il y a peu, on a vérifié s'il y avait trop d'humoristes. On a aussi enquêté sur les mauvaises critiques humour et la réception parfois hasardeuse des spectacles comiques. Aujourd'hui, a-t-on trop de lieux où écouter, consommer de l'humour ? Une nouvelle enquête du spot du rire sur les nouveautés humour. Les amateurs de l'adage c'était mieux avant n'ont qu'à bien se tenir. Il se passe quelque chose... apparemment. Jugez plutôt :

Ne rien manquer des nouveautés humour, possible ?

Fred Cham a lancé avec Nathan Bensoussan le Court-Circuit Comedy Club, un plateau d'humour dans le 20e arrondissement. Il a livré ses impressions sur l'écosystème actuel de l'humour vis-à-vis du spot du rire :
Tout le monde est en train de créer, dans son coin, quelque chose sur l'humour. Tu connais Avek Brio, par exemple ? Ce qui serait bien, c'est que tu puisses relayer sur ton site l'ensemble des initiatives pour les rendre plus fortes, et rendre ton site plus fort aussi.
Je suis tellement fan de leur travail, notamment le Farce Club : les vidéos sont bien montées, les interviews sont intéressantes. Et puis, il y a aussi l'émission de radio Antek on R qu'on adore et qu'on relaie à foison. Dans les résidents du spot du rire, Nadim y est passé, Charles Nouveau aussi... Evidemment, l'humour ne se cantonne pas qu'à la poignée de résidents du spot du rire. Les soirées découverte sont toujours aussi prisées, comme en témoigne le festival d'humour de l'espace Gerson ou les plateaux tels que le Trempoint, qui a changé sa formule.

On reçoit des trucs sans arrêt, c'est viral

J'ai un ami qui m'a envoyé les vidéos de Monsieur Flap. Inconnu au bataillon pour moi qui traîne dans les scènes ouvertes... Sa dernière vidéo m'a fait penser à la parodie de télévision de Chris Esquerre, Télé Oléron. Or, la chaîne Studio 4 qui diffuse ces vidéos a plus de 100000 abonnés sur YouTube. Il s'étonnait que je ne connaisse pas, s'étouffant presque devant son assiette à ce moment-là. Le dialogue se passait dans un restaurant, car il aime manger. Chacun ses trucs. Quand cet ami me parle de Paul Taylor, il ne me parle pas du spectacle #Franglais. Il n'est pas allé au Sentier des Halles comme moi, ou dans d'autres salles comme l'Européen par exemple. Par contre, il est tellement fan de WTF France qu'il a eu du mal à se faire à l'idée du changement avec What's up France. C'est seulement sur la quatrième vidéo qu'il a retrouvé ce qu'il aimait dans la version passée. Il m'a dit qu'il a commenté pour dire à Paul Taylor et à toutes les petites mains de la série qu'ils devaient continuer comme ça. J'ai souri intérieurement : le public est décidément roi et challenge en continu toutes ces créations humoristiques.

Que va faire le spot du rire, dans toutes ces nouveautés ?

Continuer les découvertes humoristiques, des plus jeunes pousses jusqu'aux confirmations encore méconnues. Ecouter les humoristes qui nous disent que Yacine Belhousse est à découvrir de toute urgence, parce que bon nombre d'entre eux estiment que c'est le meilleur stand-upper francophone. Essayer d'aller chercher le rire plus loin, comme au festival Fringe à Edimbourg l'été dernier par exemple. Relayer ce qui se fait de bien, soit ici, soit sur nos réseaux sociaux : Facebook, Twitter et Instagram. Et si vous avez une idée, un contenu à relayer comme a pu le faire Louis Dubourg, vous pouvez rejoindre le mouvement ou nous proposer un petit quelque chose. Crédit photo : Seb Mellia - Capture d'écran YouTube [post_title] => Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => nouveautes-podcasts-humour-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-03-08 10:29:33 [post_modified_gmt] => 2019-03-08 09:29:33 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => http://www.lespotdurire.fr/?p=2823 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 10 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010397 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-04-26 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-04-26 06:00:00 [post_content] =>

Faut-il se risquer à juger une personne sur quelques passages seulement ? Tout dépend de la tendance qui se dégage : ses pairs la soutiennent-elle, reçoit-elle de belles opportunités ? Dans le cas d’Anne Cahen, les réponses sont affirmatives. Assurer la première partie du retour du stand-up avec Joseph Roussin et Fred Cham aux côtés de Julie-Albertine (vous l’avez tous adorée dans Soixante 2…) n’était pas une mince affaire.

Si le grand public ne connaît pas encore Julie-Albertine, l’humoriste évolue dans le milieu du stand-up depuis plusieurs années. Elle a su plaire à des pointures de la scène underground parisienne, des Ghislain Blique, Adrien Montowski… dont le talent commence tout juste à être reconnu.

Alors il devait y avoir de la pression ce soir-là pour Anne Cahen, dans le bar Charlie et sa bière à 2 balles. C’était pourtant l’un de mes meilleurs souvenirs de plateaux, surtout quand on sait que nous devions composer avec les masques. L’esprit stand-up était là, il veillait sur les talents de la soirée…

Anne Cahen ou comment réussir ses débuts en stand-up

Comme de nombreux autres humoristes, Anne Cahen débute sur scène avec des sujets déjà abordés par ses pairs. C’est une entrée en matière classique, mais casse-gueule quand on a vu tant d’autres blagues sur les mêmes sujets.

Or Anne Cahen se distingue car elle sait reprendre des concepts hyper simples (comme les prénoms ou les mecs relous sur Instagram). Avec eux, elle trouve des angles originaux et parvient même à créer quelques effets de surprise. À un stade aussi précoce d’expérience scénique, les indicateurs sont donc au vert.

Sa recette du succès réside sans doute dans sa capacité à étirer un sujet. Comme je l’ai dit, elle part de choses extrêmement basiques, qui parlent à tout le monde, et elle génère de nombreuses idées qui l’aident à structurer ses blagues. On se dit : « c’est bien construit, c’est bien écrit, ça fait plaisir ! ». Que demande le peuple ?

Autre force : il se dégage une sensation hyper agréable quand on la voit prendre place sur scène. Sans pouvoir me l’expliquer, je sens que j’ai envie de rire. Je ne suis pas en train de me méfier ou de douter de la pertinence de l’humoriste sur scène. Comme si elle avait évacué tout syndrome de l’imposteur, et qu’elle occupait la scène avec un mélange d’assurance et de vulnérabilité qui suscite la curiosité. On voit bien entendu qu’il reste des réflexes techniques à peaufiner, mais l’ensemble me donne envie de connaître la suite et de l’accueillir avec beaucoup d’enthousiasme.

Une évolution artistique à suivre de près

J’ai presque envie de l’inciter à intégrer des machines à générer des blagues comme le Laugh Steady Crew parce que je sais que peu importe le sujet, elle finira par trouver des angles qui vont faire mouche. En résumé, la base artistique est là, le potentiel ne demande qu’à être creusé… et je vais suivre ça de très près, promis !

[post_title] => La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-anne-cahen [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-03-09 20:05:49 [post_modified_gmt] => 2021-03-09 19:05:49 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010397 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 10 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 2577cb9e05c9a6ca61aafaf0b5d5c8f9 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Fred Cham

Anne Cahen, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Avril 2021 - Anne Cahen

Soixante Junior : notre sélection d’artistes 1/6

Soixante Junior : notre proposition de casting humour 1/6

Merwane Benlazar en première partie à l’Européen

Première partie : entre opportunité et pression

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

One Mor e Joke au Grand Rex : programmation

One More Joke au Grand Rex : entre performance et pointe d’émotion

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne

Fred Cham, découverte humour et stand-up sur le spot du rire

La découverte du mois - Septembre 2018 - Fred Cham

Joseph Roussin et Rémi Boyes à La croisière s'amuse

La croisière s'amuse : Joseph Roussin et ses amis innovent en stand-up

Le spot du rire - Rétrospective - 33 Comedy

Le spot du rire a 1 an - Rétrospective

Le podcast humour de Seb Mellia, l'une des nouveautés de la rentrée 2017

Nouveaux podcasts humour, nouvelles scènes ouvertes : n'a-t-on jamais autant ri ?