WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => harlem-dallas
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 478
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harlem-dallas
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 478
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => harlem-dallas
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 478
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => harlem-dallas
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 478
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 478
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 478
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => harlem-dallas
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 478
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (478) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (478) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (478)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7924
                    [post_author] => 10
                    [post_date] => 2020-01-01 15:13:50
                    [post_date_gmt] => 2020-01-01 14:13:50
                    [post_content] => 

Harlem, vous la connaissez peut-être déjà. On a vécu ses premières minutes sur scène, bien avant son passage du côté du Québec pour fouler la salle de ses rêves, le Bordel Comédie Club. Revenue à Paris depuis, elle a assisté au tournage de Génération Paname.

Le projet était assez confidentiel, et il régnait une certaine incertitude sur la diffusion effective de ce plateau d’humour sur le service public. Avant la diffusion ce soir de la première à 23h35 sur France 2 (ou sur le net jusqu’au 9 janvier), vivez cette soirée de l’intérieur, en immersion. Merci à Harlem pour son témoignage !

Des plateaux télé aux plateaux stand-up, l’aller... 

Comme pas mal d’humoristes de ma génération, avant de triper sur Louis C. K., Bill Burr ou d’autres grands noms du stand-up américain, on a tous une chose en commun. On a tous grandi avec le Jamel Comedy Club et on est tous passé par le Paname Art Café un jour. Aller/retour entre plateaux télé et plateaux d’humour, l’éternel amour... 

Avant de devenir le temple du stand-up parisien que l’on connait aujourd’hui, le Jamel Comedy Club a d’abord été une émission télé produite par Jamel Debbouze et Kader Aoun pour Canal+ en 2006. Enregistrée au Réservoir, elle a donné naissance à la 1re génération de stand-uppers français et a changé, à jamais, le visage de l’humour en France et pour beaucoup, nos vies.

Les premières idoles d’une génération

Mes préférés étaient déjà Yacine Belhousse et Blanche Gardin. Voir les 2 ensemble, c’était juste magique ! Ils m’ont tellement marquée que j’ai fini par pousser la porte du Jamel Comedy Club pour voir du stand-up en vrai.

C’est là que j’ai entendu parler du Paname pour la première fois. C’était via Shirley Souagnon et Tony Saint Laurent, croisés là bas, avec qui on a parlé écriture et jeu. 

J’étais journaliste à la télé à l’époque. J’invitais souvent des humoristes sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). Or je rêvais déjà secrètement de quitter les plateaux télé pour faire du stand-up, moi aussi. Shirley et Tony m’ont appris que Le Paname était un peu le camp d’entraînement des humoristes de la troupe. Là où tu fais tes armes, le lieu où tu testes tes vannes sur le public. En somme, la salle est un labo, un incubateur et un révélateur de talents. Là-bas, tu t’essaies à l’art du stand-up. Ouvert par Kader Aoun, Karim Kachour et Abdé, il y a 10 ans, le lieu — j’allais l’apprendre plus tard — est le rite de passage de tout humoriste.

Génération Paname : franchir le pas

Ça m’a pris encore quelques années avant de passer enfin la porte du Paname. Ce temps de maturation est souvent nécessaire pour assumer son envie d’écrire et de faire rire. Je ne savais pas comment m’y prendre. Écrire, je l’avais toujours fait, mais jamais pour parler de moi ! Je ne savais pas quoi dire, je bloquais.

Donc, j’ai décidé d’aller voir du stand-up tous les soirs, en commençant par la salle historique du Paname, un soir de février 2018. Et la magie a opéré ! Je tombe par hasard sur Adib Alkhalidey, dont je suis fan absolue. Il arrivait de Montréal pour jouer un mois à Paris et tester ce qui allait être la base, un an plus tard, de son 30 minutes sur Netflix, consacré aux Humoristes du monde.

Rencontres inoubliables

Ce soir là, discuter avec Adib, le voir jouer… Découvrir Rédouane Bougheraba, Fadily Camara et toute la nouvelle génération de stand-uppers… Tout cela m’a libérée. J’ai ri, la base pour écrire ! Je l’avais juste oublié, en fait. Je suis rentrée chez moi, inspirée et j’ai écrit mon premier 5 minutes. J’ai pu le tester au Paname, peu de temps après et il m’a conduit à Montréal, 6 mois plus tard au Bordel Comédie Club, sur la trace de mon idole québécoise, où je retourne jouer chaque fois que je le peux. Là bas le rire est une industrie, super pro et le niveau est très haut, c’est hyper stimulant. 

Je suis, depuis, une fidèle du Paname. J’y viens autant pour voir le meilleur du stand-up, qu’y faire mes classes d’humoriste, moi aussi. J’y teste régulièrement mes textes. Je fais un peu moi aussi partie de cette Génération Paname. Il m’est arrivé de partager le Labo du rire, l’open mic du Paname avec Fary, venu tester son nouveau stock. Avant qu’il n’ouvre son lieu, en novembre dernier, Madame Sarfati comme Shirley, un mois avant lui avec son Barbès Comedy Club

Des plateaux stand-up aux plateaux télé, le retour... 

Aujourd’hui les clubs se multiplient en France et plus seulement à Paris, les Québécois viennent jouer à Paris. Le stand-up est partout, jusqu’à la télé sur France 2.

Ce soir, mercredi 1er janvier, à 23h35 on pourra voir la première émission de Génération Paname. Consacrée aux talents confirmés du lieu, elle met en lumière les grands de l’humour d’aujourd’hui et demain. J’étais là, le 6 novembre dernier, le soir de l’enregistrement des 2 premiers volets de la série, comme 70 fidèles. Et on nous a gâtés. 

Le Paname a fait peau neuve : exit la cave, la scène du Paname telle qu’on l’a toujours connue. « Le repaire de Batman » comme l’appelle Kader Aoun, qui a pris le temps de répondre à mes questions. On a eu droit à une toute nouvelle scénographie et à un dispositif exceptionnel pour la captation. Lumières tamisées, fresque murale de toute beauté est signée Stéphane Malka. Il revisite les codes du stand-up US classique avec son mur de briques tout en l’éclatant et l’éclairant de néons. « La nouvelle scène fait partie intégrante du Paname aujourd’hui, on l’utilise régulièrement ». La cave reste également : « Pas de Paname sans la cave »

Génération Paname, c’est quoi ?

« C’est une émission de stand-up classique, avec Mathieu Madénian en MC » pour animer un show de plus d’une heure. « 70 minutes, exactement », précise Kader. Sur scène, on retrouve les figures emblématiques et les plus prometteuses de la salle. Au total, 10 humoristes se succèdent par émission. Parmi eux figurent Norman, Djimo, Ahmed Sparrow, Marie Réno, Pierre Thevenoux, AZ, Redouane Bougheraba et Lenny M’Bunga, entre autres. 

« J’ai l’impression que ça s’est presque déroulé comme une soirée habituelle au Paname. La plupart des artistes sont tellement rodés à l’exercice que ça s’est fait très naturellement et dans une ambiance très détendue », confie Kader. C’est vrai, on a oublié que la télé était là. Pas de caméras dérangeantes, pas de problème technique. Tout a été fait dans les conditions du direct, avec de rares re-takes. 

Des générations du rire qui se croisent sans cesse

C’est marrant la vie, avant j’étais journaliste à France Télévisions. Mathieu Madénian assurait la voix-off d’Un gars, une fille, il y a 15 ans. Aujourd’hui, le voilà présentateur pour France 2 et moi, jeune humoriste. J’ai fait ma première scène sous les yeux de Yacine Belhousse que j’adorais ! Le plus drôle ? Sans le savoir, ce soir-là, j’allais côtoyer les personnes avec qui j’ai travaillé à la télé des années auparavant... 

L’émission, produite par Kader Aoun Productions est née « à l’origine, quand Michel Field (actuellement, directeur de la culture et des spectacles vivants de France Télévision) est venu un soir au Paname, accompagné de ses 2 collaboratrices Solène Saint-Gilles (responsable des émissions culturelles) et Sonia Djalali (coordinatrice éditoriale) », m’apprend Kader. « Ils ont été conquis par le ton des spectacles et par l’esprit du lieu et m’ont proposé d’en faire une émission de télé ».

Le monde est petit !

Solène Saint-Gilles était ma conseillère de programme sur Ce soir (ou jamais !). Elle avait tenu à me rencontrer quand Frédéric Taddeï m’a choisi comme nouvelle journaliste de l’émission. Nous avons travaillé ensemble avec plaisir, elle est jeune, brillante et curieuse et c’est tant mieux pour France 2. La réalisation soignée de l’émission est aussi signée par un vieil ami de la télévision, Thierry Gautier, à la tête de Gautier & Leduc avec Sylvain Leduc, également chef monteur de l’émission.

« Le générique est concocté par Ilan Cohen. Nous avons tourné 2 émissions pour l’instant, nous serions ravis d’en produire de nouvelles ». On ne sait donc pas pas encore s’il est question d’une suite « Inch’Allah », confie Kader. En scène comme à la télé, c’est donc au public de décider du succès de Génération Paname. Pour ce faire, rendez-vous ce soir à 23h35 sur France 2 ou dès maintenant sur le site de France TV.

— Dalila Abdi, Harlem sur scène

[post_title] => Témoignage - Harlem était à Génération Paname [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => generation-paname-temoignage-harlem [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7314 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-10 11:53:51 [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51 [post_content] =>

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 5153 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-09-16 16:19:21 [post_date_gmt] => 2018-09-16 14:19:21 [post_content] => François Bellefeuille a joué à Paris en ce début septembre. Un test grandeur nature pour la star de l'humour québécoise, qu'il a réussi haut la main. Retour sur une semaine effrénée.

François Bellefeuille à Paris : jeudi, One More Joke

Rentrée du One More Joke. Tania Dutel remplace Louis Dubourg à la présentation. La tension est très forte : Certe Mathurin n'est pas là. Il vient de jouer en Espagne et, au moment du retour, il subit un retard en raison des intempéries. Pour sa première officielle, Tania doit assurer la chauffe. La programmation est de haut niveau : elle comprend notamment Blanche Gardin, Jason Brokerss... et François Bellefeuille. Je le vois arriver, téléphone portable à la main, visiblement un peu perdu. Personne ne réagit ; j'imagine qu'au Québec, la scène serait surréaliste. Même si je programme encore le One More Joke, je n'ose pas trop le guider à l'intérieur. C'est un peu mon premier jour aussi, je ne voudrais pas faire de gaffe. En coulisses, carnet à la main, François Bellefeuille se fond dans la masse. Il peut compter sur la présence de Jason Brokerss, récemment passé au Canada pour la captation Netflix. Les deux humoristes ne se quitteront pas tout au long du périple.

François Bellefeuille sur scène

J'écoute le podcast de Mike Ward depuis peu. D'habitude, je privilégie les épisodes avec des humoristes français ou suisses. Traduction : ceux qui n'ont pas l'accent québécois. Même si du vocabulaire m'échappe, je comprends ce qui se dit. À titre de comparaison, écouter un podcast avec des québécois est à peu près identique qu'en anglais. Je comprends tout, mais j'ai besoin de beaucoup plus de concentration. Aussi, j'aime bien voir du stand-up en live plutôt que sur YouTube. En effet, la connexion et la compréhension fonctionnent mieux par le regard. Ce ne sera pas le cas ce soir-là. En fait, je n'ai pas regardé le passage. J'étais trop concentrée à l'enregistrer. Je le faisais pour Dalila, que je n'arrête pas de suivre décidément ! C'est elle qui m'informe sur l'humour québécois. Elle est incollable, et je la consulte car je suis complètement dépassée. Heureusement, le public ne partage pas ma difficulté. La salle rit de bon cœur et mesure l'importance d'avoir un humoriste de cette trempe ce soir-là.

François Bellefeuille à Paris : dimanche, Le Point Virgule

François Bellefeuille est venu jouer à Paris de manière soutenue. Il ne se contente pas des plateaux : le Point Virgule lui offre deux showcases dimanche et lundi à 19 heures. Après Philippe-Audrey Larrue-St-Jacques, la plus petite des grandes salles ne manque donc pas le coche. Le public répond nombreux, et comme pour Philippe-Audrey, je manque le coche.
Cette fois-ci, je ne suis pas bloquée en province lors de la grève SNCF. J'ai un autre programme : l'anniversaire de Maoulé, qui nous offre de nombreuses photos de stand-up sur le spot du rire. Je me retrouve donc à prendre la ligne 8 de bout en bout pour aller à la Javelle. Le QG actuel du Why so serious comedy club se transforme en goûter géant à 16 heures. J'offre le livre de Blanche Gardin à l'humoriste-star de la soirée. Ses collègues du Why so serious et du Laugh steady crew jouent quelques minutes. Un événement intime, loin de la frénésie du Point Virgule. Après le gâteau, je fonce au Point Virgule pour retrouver mon envoyée spéciale. Elle ne le sait pas encore, mais elle m'aidera beaucoup dans l'écriture de cet article ! Elle sort du spectacle très satisfaite de la prestation de son humoriste phare. En somme, elle l'attend pour lui expliquer tout : sa passion pour l'humour québécois, son envie d'aller au Bordel Comédie Club à Montréal, Mike Ward, Simon Gouache, etc. François Bellefeuille, touché, lui propose de l'aider à obtenir des tickets quand elle viendra.

François Bellefeuille à Paris : mercredi, Café Oscar

Jamais 2 sans 3 : je vois passer la programmation du Café Oscar. Pierre Thevenoux l'a partagée. Je ne sais pas si j'informe Dalila : elle travaille normalement le soir, je ne voudrais pas la frustrer de ne pas y aller après le One More. En fait, elle est disponible. Nous nous retrouvons donc au Café Oscar ; la salle est presque remplie. La scène est similaire au One More Joke : François Bellefeuille arrive, se met en retrait, téléphone à la main. Dalila, après la discussion du Point Virgule, tient à le remercier de son geste pour le Bordel Comédie Club. Elle ne sait pas si elle doit aller lui donner maintenant, moi non plus. Par peur qu'il s'en aille pour un autre plateau, elle ose. Ce qui est sûr, c'est que François Bellefeuille n'est pas prêt de l'oublier ! Ça tombe bien : il partira pendant le show, prenant son acolyte Jason Brokerss sous le bras. La soirée est bizarre : Jason démarre en trombe. La salle rit aux éclats. Les blagues sont percutantes, le passage est long mais jamais ennuyeux. Une grosse soirée en perspective ! François Bellefeuille continue. Cette fois, j'écoute attentivement le passage. Je ris et je comprends enfin. Ce n'est peut-être pas mon style, mais cela fonctionne très bien. Je soupçonne Monika Oscar, la patronne du lieu, de surjouer son rire. J'hésite entre le bruit d'un animal à l'agonie ou un orgasme. C'est très dérangeant tant elle rit. Avec les tableaux troublants du Café Oscar, l'atmosphère est définitivement spéciale.

Un seul être vous manque, et tout est dépeuplé...

François Bellefeuille sort de scène après avoir précisé qu'il prenait l'avion demain. Tout le monde se regroupe dans les coulisses. Jason et François vont s'éclipser. Christophe Ntaka est seul, l'ambiance change du tout au tout. Tout devient difficile, les humoristes bident les uns après les autres. La magie est retombée. Pierre Thevenoux s'en sort quand même. Nick Mukoko, qui clôture la soirée, va vivre un sacré bide. Pour ne rien arranger, il m'engueule car je ris. Camille Lavabre m'avait fait le même coup à la Nouvelle Seine pour son spectacle. Je riais alors qu'il discutait avec un groupe précis, et il fustigeait mon attitude bizarre. Quelle erreur, mec, tu m'as braquée. Je t'ai détesté sur le moment. Peut-être que cela a eu une incidence sur les autres. Je ne sais pas à quel point François Bellefeuille est drôle. Je veux dire, scientifiquement. Tout ce que je sais, c'est qu'on avait affaire à un phénomène paranormal. Ses successeurs n'avaient plus la niaque pour nous faire rire. Comme si son charisme les avait foudroyés. C'est sûrement ça, la marque des très grands.

Crédits photo

© Louis Dubourg [post_title] => François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => francois-bellefeuille-paris [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:12:14 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:12:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5153 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 4356 [post_author] => 1 [post_date] => 2018-05-27 13:35:03 [post_date_gmt] => 2018-05-27 11:35:03 [post_content] => Cette semaine, Le spot du rire était en mode stand-up underground ! J'en ai profité pour revenir aux sources avec les meilleurs comedy clubs de la capitale... et mon petit écran.

Lundi : Paname Comedy Club et retour sur scène

Si vous êtes habitués du stand-up, vous connaissez bien les plateaux Paname Comedy Club. Au Paname Art Café, ils réunissent le meilleur du stand-up sélectionné par le lieu. Pour rappel si vous nous avez lu cette semaine, nous y avons retrouvé un rire emblématique du public parisien. Lundi, j'ai aussi reçu un message de Betty Durieux. Notre résidente humour tient deux plateaux, dont Le jardin s'enjaille. Pour resituer, les artistes se passent le mot pour jouer là-bas. Certains estiment que c'est la meilleure scène de Paris. Le spot du rire l'a hissée parmi les scènes incontournables dès sa première, c'est dire. La recette du succès ? Une scène hyper qualitative pour les humoristes et le public. Des lumières qui mettent en valeur pendant le passage et produisent de belles photos. On est super bien accueillis et assis. Dans le milieu, c'est un coup de maître. Dans ce contexte, j'ai le privilège de vous annoncer mon retour sur scène. Betty m'a demandé, je n'ai même pas réfléchi. J'avais envie de dire oui sur le moment, et depuis je le vis bien. Ça sent le bide, mais visiblement cela n'a pas l'air de me faire peur. Pour ceux qui m'ont vue au 33 Comedy, je vais adapter un peu le passage avec une autre fin et deux-trois changements. Ce sera donc le 18 juin à 20 heures et vous pouvez pré-réserver ! Un gros merci à Betty pour l'invitation, j'ai beaucoup de chance par rapport à d'autres qui débutent et qui doivent faire leur trou dans la douleur.

Mardi : 2 ans du 33 Comedy

Cette soirée, je l'attendais. Je vous avais parlé du gâteau, et diable qu'il était bon. Au niveau de la soirée, les humoristes présents ont assuré le show. C'était l'occasion pour moi de mieux découvrir Pierre Thevenoux. Je veux dire, je connais bien ses passages mais cette semaine, il était un peu partout. Celui qu'on appelle le poto d'Alban Ivanov, tel qu'esquissé dans Sympa la vie, est vraiment un mec cool. Ça fait toujours plaisir de découvrir humainement les humoristes. On peut s'en faire une idée en voyant un passage, mais je trouve que discuter avec eux permet de trier parmi les mecs bien des... moins bien. J'ai aussi revu Harlem Dallas, une fille qui est montée à l'improviste au 33 Comedy. Elle portait un T-shirt Bordel Comédie Club (le plateau québécois). Au fil des interactions, elle révèle être comédienne et Antek lui propose de monter sur scène.
Ni une, ni deux, elle s'exécute. Elle venait d'écrire le texte mais ne l'avait pas appris. Elle a réalisé une belle prouesse. Je peux vous dire que j'ai passé deux semaines intensives à apprendre mon texte et que j'ai raté des trucs. Bravo à elle ! D'ailleurs, elle a réalisé sa première scène plus conventionnelle au Sept comedy, un plateau dans un bar à chicha. Il faut savoir que les chichas, c'est compliqué. Il faut que je lui demande comment ça s'est passé ce jeudi... Mais cette fille a déjà un enthousiasme débordant, je ne me fais aucun souci pour elle.

Mercredi : Parlez-vous stand-up ?

Autre ambiance, le mercredi : rendez-vous au Théâtre du Rond-Point. L'endroit est tellement décalé par rapport aux scènes stand-up underground. Déjà, le théâtre jouxte le Grand Palais et de nombreux autres monuments parisiens. On n'est pas loin des bateaux mouches et du Private Joke, le plateau avec vue sur la Tour Eiffel. J'ai mis je ne sais combien de temps à trouver un lieu où boire un verre avant le spectacle sans avoir l'impression d'être une pièce rapportée du tiers-monde. Bon, j'exagère un peu, mais j'étais un peu mal à l'aise dans le 8e arrondissement de Paris. Après, je me suis rendue compte que j'aurais pu boire ce verre dans le théâtre. Or, tant qu'on n'entre pas dans un lieu, on n'est pas encore à l'aise. Avant de juger, sachez que je n'étais pas toute seule. Dans le public, il y avait un couple qui était arrivé tôt comme moi. La fille a imprimé les billets chez elle depuis le site du théâtre, et son copain s'inquiétait : fallait-il échanger la contremarque ? Telle Superman au féminin, je suis arrivée avec ma cape et je leur ai dit de ne pas s'en faire. Avec un code-barre, c'est bon. Sans code-barre et avec Billetréduc, il aurait fallu faire ça. Toujours avant le spectacle, un sosie de Jean Rochefort lit le flyer sur le spectacle : jamais il n'aurait mis les pieds dans un plateau.

Une ambiance stand-up millimétrée

Une fois dans la salle, je me réjouis. La visibilité est excellente. En plus, comme j'ai une invitation, je ne sais pas trop où l'on m'a placée. Je ne sais pas si c'est lié à mon arrivée anticipée, mais je suis au quatrième rang, pile au milieu et en face du micro. Les lumières sont braquées sur le tabouret et le micro. Ambiance stand-up à l'américaine.
Chaque prestation des humoristes était de qualité. Ils ont tous été bons et professionnels dans leur passage. J'ai redécouvert Fadily Camara, qui progresse toujours plus. Les thèmes qu'elle aborde ne sont pas toujours ma tasse de thé, mais elle le fait avec beaucoup de talent. Sa présence scénique fait la différence. Encore une fois, c'est une affaire de goût puisqu'elle fait preuve d'une belle originalité et d'une énergie indéniable. Elle m'a impressionnée sur des sujets comme l'esclavage. Il est facile de tomber dans du pathos ou du militantisme artistique pour public parisien. Non : Fadily Camara joue la carte de l'étonnement et de la candeur pour amener les sujets avec beaucoup d'intelligence. Vous pouvez vous aussi en profiter : elle joue toujours au Point Virgule du jeudi au samedi à 21h15... Allez, je balance quand même ma vanne mauvais esprit. Le nom du festival, Parlez-vous stand-up, est un copier-coller du nom d'une des soirées du Festival d'Humour de Paris. La ressemblance s'arrête là puisque les 4 soirées de Kader Aoun sont plus underground que celles de Jean-Marc Dumontet. On aurait pu regretter de voir les mêmes têtes... mais sur quatre jours, le grand public en aura fait, des découvertes. Je laisse cette critique à la soirée stand-up à l'Européen début juin. Ça va être très bien, mais ce sera sans moi. J'ai déjà vu tout le monde, sauf Gad Elmaleh mais je le loupe à chaque fois, c'est la vie.

Jeudi et vendredi : soirées off, mais pas de déconnexion !

Pour jongler entre un sommeil de qualité, une semaine de travail chargée et des plateaux vécus à 100%, il faut savoir dire stop. Oui, Gad Elmaleh était de sortie et je l'ai encore loupé... tant pis. Oui, le Comedy Street Bastille avait un line-up qui me faisait vraiment envie... Voir Fred Cham sur scène me manque beaucoup. Voilà, c'est dit. Rassurez-vous : j'en ai profité pour rattraper mon retard. Lundi soir, France 4 diffusait le Gala Fary Wiesel au Montreux Comedy Festival. J'avais été déçue de l'édition précédente... mais ils se sont vraiment rattrapés. J'ai même découvert des gens ! Thomas Wiesel m'impressionnant de plus en plus... cela n'est pas étonnant. L'un des moments marquants, c'était lorsque Thomas Wiesel et Fary se sont déguisés en l'autre. On voit qu'on a affaire à des cadors de l'humour et de très bons comédiens et maîtres de cérémonie. Bravo, encore une fois !

Get up stand up : de la scène au documentaire

Mercredi soir, il y avait un reportage sur le monde du stand-up. Canal+ diffusait ainsi Get up stand up, un documentaire centré autour de l'émergence du stand-up du Jamel Comedy Club. J'ai trouvé le début sur le parallèle entre les banlieues qui s'embrasent les nouvelles voix de l'humour ennuyeux. Disons que j'en avais déjà eu marre quand France Inter avait lié les sujets. La thématique n'est pas inintéressante, mais qu'on nous la resserve à toutes les sauces. Déjà qu'on a une ligne éditoriale marquée dès qu'on regarde une émission Canal comme Clique... Encore une fois, j'aime beaucoup l'émission, mais c'est parfois agaçant de voir toujours le même angle journalistique trituré. D'ailleurs, le documentaire fustige le traitement médiatique, qui a exacerbé un phénomène qui dépassait l'idée initiale : faire rire et s'exprimer. Dans l'ensemble, c'est vraiment un document de qualité. On retrouve les conseils de Gad Elmaleh, déjà prodigués dans Un café au lot7. Les commentaires de Roman Frayssinet et les autres m'ont intéressée... Bon, je vous avoue aussi que le plébiscite masturbatoire du stand-up m'a un peu agacée, à la longue. Oui, cet art est sympa, mais cela reste un genre humoristique. On verra s'il est abordé de la même manière dans quelques années.

Samedi : Underground Comedy Club dans un nouveau lieu

Samedi soir, 21h30 : rendez-vous au Théâtre de Dix Heures. Je suis déjà allée à l'Underground Comedy Club au Sentier des halles. Le décor du Théâtre de Dix Heures fait moins plateau d'humour, mais tant d'humoristes ont débuté là-bas, cela fait sens. La salle n'est pas comble. En ce moment, le temps donne envie aux parisiens de déserter les théâtres. Le plateau rencontre toutefois un vrai succès car les gens commencent à arriver par groupes. La formule est identique au théâtre précédent. J'ai trouvé la soirée mieux gérée au niveau du timing et la programmation de qualité. Les interactions étaient moins systématiques que dans mon souvenir, le signe que les deux animateurs de la soirée avaient de nombreuses blagues à tester. Le test s'est d'ailleurs révélé tantôt concluant, tantôt moins concluant. Le tout dans une ambiance très chaleureuse. Bravo à l'Underground Comedy Club, vous avez fait le job. Et comme d'habitude, les photos de Christine Coquilleau immortalisent la soirée avec brio.

Dimanche : séance d'écriture

Nous voilà aujourd'hui, dimanche. Je regarde vite fait la programmation du Paname Art Café. De toute façon, je ne pourrai pas m'y rendre. Aujourd'hui, c'est rideau : vous pensez vraiment que je peux bouger lors du week-end le plus important de l'année en matière de sports mécaniques ? Bon, je divague. En tout cas, je vais en profiter pour vous concocter le plus de contenus possibles. Cette semaine, j'ai eu du mal à vous alimenter en partages sur les réseaux sociaux. On fait de son mieux quand on jongle avec sa vie professionnelle... Je retiens que cette semaine a été extrêmement agréable en matière de stand-up en plateau et dans les médias. Une semaine parfaite, en somme ! Allez, rideau.

Crédits photo

© Underground Comedy Club / Christine Coquilleau [post_title] => L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => actu-comedy-club [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:13:55 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:13:55 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=4356 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 4 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7924 [post_author] => 10 [post_date] => 2020-01-01 15:13:50 [post_date_gmt] => 2020-01-01 14:13:50 [post_content] =>

Harlem, vous la connaissez peut-être déjà. On a vécu ses premières minutes sur scène, bien avant son passage du côté du Québec pour fouler la salle de ses rêves, le Bordel Comédie Club. Revenue à Paris depuis, elle a assisté au tournage de Génération Paname.

Le projet était assez confidentiel, et il régnait une certaine incertitude sur la diffusion effective de ce plateau d’humour sur le service public. Avant la diffusion ce soir de la première à 23h35 sur France 2 (ou sur le net jusqu’au 9 janvier), vivez cette soirée de l’intérieur, en immersion. Merci à Harlem pour son témoignage !

Des plateaux télé aux plateaux stand-up, l’aller... 

Comme pas mal d’humoristes de ma génération, avant de triper sur Louis C. K., Bill Burr ou d’autres grands noms du stand-up américain, on a tous une chose en commun. On a tous grandi avec le Jamel Comedy Club et on est tous passé par le Paname Art Café un jour. Aller/retour entre plateaux télé et plateaux d’humour, l’éternel amour... 

Avant de devenir le temple du stand-up parisien que l’on connait aujourd’hui, le Jamel Comedy Club a d’abord été une émission télé produite par Jamel Debbouze et Kader Aoun pour Canal+ en 2006. Enregistrée au Réservoir, elle a donné naissance à la 1re génération de stand-uppers français et a changé, à jamais, le visage de l’humour en France et pour beaucoup, nos vies.

Les premières idoles d’une génération

Mes préférés étaient déjà Yacine Belhousse et Blanche Gardin. Voir les 2 ensemble, c’était juste magique ! Ils m’ont tellement marquée que j’ai fini par pousser la porte du Jamel Comedy Club pour voir du stand-up en vrai.

C’est là que j’ai entendu parler du Paname pour la première fois. C’était via Shirley Souagnon et Tony Saint Laurent, croisés là bas, avec qui on a parlé écriture et jeu. 

J’étais journaliste à la télé à l’époque. J’invitais souvent des humoristes sur le plateau de Ce soir (ou jamais !). Or je rêvais déjà secrètement de quitter les plateaux télé pour faire du stand-up, moi aussi. Shirley et Tony m’ont appris que Le Paname était un peu le camp d’entraînement des humoristes de la troupe. Là où tu fais tes armes, le lieu où tu testes tes vannes sur le public. En somme, la salle est un labo, un incubateur et un révélateur de talents. Là-bas, tu t’essaies à l’art du stand-up. Ouvert par Kader Aoun, Karim Kachour et Abdé, il y a 10 ans, le lieu — j’allais l’apprendre plus tard — est le rite de passage de tout humoriste.

Génération Paname : franchir le pas

Ça m’a pris encore quelques années avant de passer enfin la porte du Paname. Ce temps de maturation est souvent nécessaire pour assumer son envie d’écrire et de faire rire. Je ne savais pas comment m’y prendre. Écrire, je l’avais toujours fait, mais jamais pour parler de moi ! Je ne savais pas quoi dire, je bloquais.

Donc, j’ai décidé d’aller voir du stand-up tous les soirs, en commençant par la salle historique du Paname, un soir de février 2018. Et la magie a opéré ! Je tombe par hasard sur Adib Alkhalidey, dont je suis fan absolue. Il arrivait de Montréal pour jouer un mois à Paris et tester ce qui allait être la base, un an plus tard, de son 30 minutes sur Netflix, consacré aux Humoristes du monde.

Rencontres inoubliables

Ce soir là, discuter avec Adib, le voir jouer… Découvrir Rédouane Bougheraba, Fadily Camara et toute la nouvelle génération de stand-uppers… Tout cela m’a libérée. J’ai ri, la base pour écrire ! Je l’avais juste oublié, en fait. Je suis rentrée chez moi, inspirée et j’ai écrit mon premier 5 minutes. J’ai pu le tester au Paname, peu de temps après et il m’a conduit à Montréal, 6 mois plus tard au Bordel Comédie Club, sur la trace de mon idole québécoise, où je retourne jouer chaque fois que je le peux. Là bas le rire est une industrie, super pro et le niveau est très haut, c’est hyper stimulant. 

Je suis, depuis, une fidèle du Paname. J’y viens autant pour voir le meilleur du stand-up, qu’y faire mes classes d’humoriste, moi aussi. J’y teste régulièrement mes textes. Je fais un peu moi aussi partie de cette Génération Paname. Il m’est arrivé de partager le Labo du rire, l’open mic du Paname avec Fary, venu tester son nouveau stock. Avant qu’il n’ouvre son lieu, en novembre dernier, Madame Sarfati comme Shirley, un mois avant lui avec son Barbès Comedy Club

Des plateaux stand-up aux plateaux télé, le retour... 

Aujourd’hui les clubs se multiplient en France et plus seulement à Paris, les Québécois viennent jouer à Paris. Le stand-up est partout, jusqu’à la télé sur France 2.

Ce soir, mercredi 1er janvier, à 23h35 on pourra voir la première émission de Génération Paname. Consacrée aux talents confirmés du lieu, elle met en lumière les grands de l’humour d’aujourd’hui et demain. J’étais là, le 6 novembre dernier, le soir de l’enregistrement des 2 premiers volets de la série, comme 70 fidèles. Et on nous a gâtés. 

Le Paname a fait peau neuve : exit la cave, la scène du Paname telle qu’on l’a toujours connue. « Le repaire de Batman » comme l’appelle Kader Aoun, qui a pris le temps de répondre à mes questions. On a eu droit à une toute nouvelle scénographie et à un dispositif exceptionnel pour la captation. Lumières tamisées, fresque murale de toute beauté est signée Stéphane Malka. Il revisite les codes du stand-up US classique avec son mur de briques tout en l’éclatant et l’éclairant de néons. « La nouvelle scène fait partie intégrante du Paname aujourd’hui, on l’utilise régulièrement ». La cave reste également : « Pas de Paname sans la cave »

Génération Paname, c’est quoi ?

« C’est une émission de stand-up classique, avec Mathieu Madénian en MC » pour animer un show de plus d’une heure. « 70 minutes, exactement », précise Kader. Sur scène, on retrouve les figures emblématiques et les plus prometteuses de la salle. Au total, 10 humoristes se succèdent par émission. Parmi eux figurent Norman, Djimo, Ahmed Sparrow, Marie Réno, Pierre Thevenoux, AZ, Redouane Bougheraba et Lenny M’Bunga, entre autres. 

« J’ai l’impression que ça s’est presque déroulé comme une soirée habituelle au Paname. La plupart des artistes sont tellement rodés à l’exercice que ça s’est fait très naturellement et dans une ambiance très détendue », confie Kader. C’est vrai, on a oublié que la télé était là. Pas de caméras dérangeantes, pas de problème technique. Tout a été fait dans les conditions du direct, avec de rares re-takes. 

Des générations du rire qui se croisent sans cesse

C’est marrant la vie, avant j’étais journaliste à France Télévisions. Mathieu Madénian assurait la voix-off d’Un gars, une fille, il y a 15 ans. Aujourd’hui, le voilà présentateur pour France 2 et moi, jeune humoriste. J’ai fait ma première scène sous les yeux de Yacine Belhousse que j’adorais ! Le plus drôle ? Sans le savoir, ce soir-là, j’allais côtoyer les personnes avec qui j’ai travaillé à la télé des années auparavant... 

L’émission, produite par Kader Aoun Productions est née « à l’origine, quand Michel Field (actuellement, directeur de la culture et des spectacles vivants de France Télévision) est venu un soir au Paname, accompagné de ses 2 collaboratrices Solène Saint-Gilles (responsable des émissions culturelles) et Sonia Djalali (coordinatrice éditoriale) », m’apprend Kader. « Ils ont été conquis par le ton des spectacles et par l’esprit du lieu et m’ont proposé d’en faire une émission de télé ».

Le monde est petit !

Solène Saint-Gilles était ma conseillère de programme sur Ce soir (ou jamais !). Elle avait tenu à me rencontrer quand Frédéric Taddeï m’a choisi comme nouvelle journaliste de l’émission. Nous avons travaillé ensemble avec plaisir, elle est jeune, brillante et curieuse et c’est tant mieux pour France 2. La réalisation soignée de l’émission est aussi signée par un vieil ami de la télévision, Thierry Gautier, à la tête de Gautier & Leduc avec Sylvain Leduc, également chef monteur de l’émission.

« Le générique est concocté par Ilan Cohen. Nous avons tourné 2 émissions pour l’instant, nous serions ravis d’en produire de nouvelles ». On ne sait donc pas pas encore s’il est question d’une suite « Inch’Allah », confie Kader. En scène comme à la télé, c’est donc au public de décider du succès de Génération Paname. Pour ce faire, rendez-vous ce soir à 23h35 sur France 2 ou dès maintenant sur le site de France TV.

— Dalila Abdi, Harlem sur scène

[post_title] => Témoignage - Harlem était à Génération Paname [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => generation-paname-temoignage-harlem [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:20 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:20 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7924 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 4 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 135cefc21104114d4deb902735bf70ce [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Harlem Dallas

Génération Paname : le plateau d’humour animé par Mathieu Madénian et diffusé sur France 2

Témoignage - Harlem était à Génération Paname

Retour à Paris : des pigeons partout

L’art du retour à Paris - Humour instantané

François Bellefeuille invité de Louis Dubourg dans Un café au lot7

François Bellefeuille à Paris : une semaine pour convaincre

Underground Comedy Club : l'actu des plateaux humour

L'actu de la semaine : plateaux d'humour et retour sur scène