WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => boriss-chelin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 623
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => boriss-chelin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 623
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => boriss-chelin
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 623
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => boriss-chelin
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 623
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 623
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 623
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => boriss-chelin
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 623
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (623) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (623) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (623)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7314
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-11-10 11:53:51
                    [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51
                    [post_content] => 

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 6074 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-03-24 11:06:11 [post_date_gmt] => 2019-03-24 10:06:11 [post_content] =>

J'adore le mois de mars. Chaque année, il n'y a pas que pour les publicitaires que ça repart. Ce mois-ci, je n'ai pas vraiment eu envie d'écrire mille critiques de spectacles. A l'inverse, j'ai vécu des expériences assez dingues en plateau, dans les comedy clubs et café-théâtres.

Je me rends compte que j'ai beaucoup de choses à partager, et qu'il y a sans doute des anecdotes qui vont manquer. J'ai eu aussi la chance (ou la malchance, question de perspective) de perdre mon job et d'en chercher un autre avant de me consacrer corps et âme à la comédie. Le midi, le soir, la journée, bref j'ai vu des gens tout le temps. Trêve de blabla, voici quelques instantanés du rire pris à la volée en plateau et ailleurs !

Marion Mezadorian dans une autre dimension

Si vous ne le savez pas encore, Marion Mezadorian assure sa propre production depuis le début. Même si j'ai annoncé que j'arrêtais le concept de résidents, je n'ai cessé de la suivre sur scène et en dehors. Après des mois à zoner au 33 Comedy, j'ai à nouveau pris place au Théâtre du Marais pour voir son spectacle nouvelle version.

Car cette œuvre artistique a du kilométrage dans les pattes. Marion a eu l'intelligence de s'entourer de plusieurs âmes pour la mise en scène. Francis Magnin l'a encouragée à ajouter du stand-up au début. Ce n'est pas un hasard, quand on connaît la genèse de Pépites. Elle l'écrivait au Paname Art Café - le personnel pensait qu'elle écrivait un livre ! Ensuite, elle a testé dans ce même lieu et joué ce spectacle. Pendant longtemps, je la retrouvais à la Comédie des 3 Bornes. L'émotion était vive la première fois. C'est sa personnalité qui porte le tout. Cette acharnée de travail ne lâche rien, ne s'économise pas et se donne comme peu d'artistes.

Ensuite, il y a eu Alexis, puis dernièrement Alexandra Roth. Petit à petit, elle s'affirme avec son ADN : celui de comédienne. Le fil rouge du spectacle s'étoffe, gagne en fluidité. Les applaudissements de fin étaient d'une intensité rare. L'année de Marion ne fait que commencer : elle jouera à Avignon, au Marrakech du Rire et vous la verrez même au cinéma en fin d'année... La fusée Mezadorian continue son ascension, et ce n'est que le début. Le plus fort, c'est que dans tout ça, elle garde du temps pour les gens. A titre personnel, elle m'a tellement apporté ces dernières années ; j'en profite donc pour la remercier pour son temps malgré tout le travail qu'elle abat depuis des mois. Elle revient en plateau ces derniers temps, profitez-en ! D'autant plus que mardi, c'est sa dernière au Théâtre du Marais ! Elle devrait y revenir à la rentrée.

Laura Lozano et le plateau Trempoint 2.0

Pour une institution comme Le Point Virgule, les temps qui courent sont une menace. Je vous parlais du Théâtre du Marais, qui continue de monter et d'attirer des talents d'exception. Sans réaction, le Point Virgule peut vraiment devenir ringard.

Mais ce n'est pas dans l'ADN du Point Virgule de ne pas réagir. Les Trempoint, c'est un plateau qui permet à l'équipe de ce théâtre de décider qui jouera là-bas, ou dans les salles de Jean-Marc Dumontet. Et cela ne donnait pas envie : le public ne venait pas beaucoup, surtout parce que vous ne saviez jamais qui allait jouer. Il y avait une pauvre publication sur les réseaux sociaux, sans visuel ou autre, avec parfois la programmation.

Aujourd'hui, le Trempoint se remplit sans trop de difficultés, alors qu'il est parfois annoncé à la dernière minute. Il n'a plus vraiment d'horaire fixe, et paradoxalement ça marche. La programmation est systématiquement présentée : c'est devenu un plaisir d'y jouer comme d'y participer.

Je ne sais pas si l'arrivée de Laura Lozano dans l'équipe a joué dans cela, mais cette femme-là sait tendre la main aux jeunes artistes. Je l'ai rencontrée aux sélections des Best de l'Humour, elle m'a nourri en chocolats pour tenir les 4 heures de show de la deuxième soirée parisienne.

Même si je ne suis pas corruptible par le sucre, c'est grâce à elle que j'ai survécu à cette soirée. J'étais complètement décalquée toute la semaine (c'était un lundi soir). Depuis, je l'ai revue à la soirée des humoristes de demain, lors de différents Trempoint et aussi au spectacle de Marion Mezadorian. Je ne sais pas si je lui ai dit que sa présence pour les sélections allait changer la donne, mais j'y crois dur comme fer. Le prochain défi, c'est aussi d'intégrer le Sentier des Halles à l'écosystème de Jean-Marc Dumontet. Cette salle est super chouette, mais difficile à remplir. C'est là que vous allez découvrir des artistes émergents. Laura, et Antoinette Colin bien entendu, y veillent au grain. Moi aussi, et je ne manquerai pas de mettre l'énergie là où il faut pour faire émerger des talents et passer des plats, comme on dit vulgairement.

Culture : un livre et deux séries

Qui dit chômage, dit temps libre. En plus d'aller voir le plus de monde possible, j'ai repris un mois gratuit sur Netflix. A la base, c'était pour la série sur la Formule 1 sortie le 8 mars dernier. Mais j'en ai profité pour revoir du Jimmy Carr et du Jack Whitehall. Ah, les comiques britanniques...

Catastrophe : en couple/cloque malgré vous

C'est pourtant sur myCANAL que j'ai pris le plus de plaisir. J'ai suivi la recommandation d'Els - Lost in France. On a vu Premières Vacances ensemble en français sous-titré anglais, avec plein d'expatriés. J'adore les événements où les anglophones pullulent, mais on y vient. Chaque chose en son temps ! Bref, elle m'a fait voir Catastrophe. C'est l'histoire d'un couple qui se crée malgré lui.

Si vous aimez Platane, les comédies romantiques et aussi les (gros) tracas du quotidien, vous aimerez Catastrophe. Je ne suis pas une adepte du binge-watching, mais j'ai consommé les quatre saisons en 2/3 semaines. Si vous souhaitez le pitch de la série, Télérama l'a rédigé mieux que je ne pourrais le faire.

Please Like Me : ça me parle

Sur Netflix, j'ai vu Please Like Me. Pareil, quatre saisons. Je n'ai pas encore terminé. A la base, j'ai commencé à regarder parce que c'étaient des mecs qui couchaient ensemble. Ça m'a rappelé l'adolescence, quand j'ai découvert Queer as Folk. Mais ça, c'est un délire personnel.

C'est une série australienne, dont vous pouvez retrouver le pitch sur Konbini. Comme pour Catastrophe, les comiques jouent devant la caméra. Il y a même Hannah Gadsby, je ne l'ai pas reconnue d'ailleurs. Encore trop occupée à regarder Josh se taper des beaux gosses, c'est malin...

Ce que j'aime, c'est l'instantané d'une génération un peu perdue, qui appréhende ses émotions. J'adore le personnage de Claire, allez savoir pourquoi.

Le Graal des humoristes : histoire du Point Virgule

Gilbert Jouin, un intervieweur qui connaît bien les paillettes, vient de consacrer un livre sur le Point Virgule. J'ai lu les 3/4 du livre, et je me suis ruée sur les dernières interviews de Fary et Panayotis Pascot. C'est un recueil d'interviews des bâtisseurs (ceux qui ont construit et maintenu le théâtre dans les coulisses) et des artistes.

Il y a beaucoup d'émotion dans la première partie, sur les bâtisseurs du lieu. On se rend compte que ce lieu est une affaire de passionnés et de générosité. Aussi, ça fait du bien de vanter les qualités humaines d'un Jean-Marie Bigard. Les médias actuels mettent plus en avant les blagues foireuses et oublient la substance des gens derrière, et c'est dommage.

J'ai été frappée par l'investissement émotionnel de certaines personnes. Je connais très peu Antoinette Colin. Quand je la vois, je n'ose pas trop lui parler. Il y a ce profond respect pour ce qu'elle fait, notamment programmer Jean-Philippe de Tinguy (et tant d'autres !) sur un coup de cœur, jusqu'à trois soirs par semaine. Je ne sais pas s'il était prêt à ça, mais je sais qu'il a atteint ses objectifs artistiques là-bas.

C'est l'occasion de découvrir une femme qui semble discrète, mais dont le fort caractère lui a permis de tenir tête à Jean-Marc Dumontet pour conserver l'identité du lieu. Pour les détails, je vous recommande la lecture de cet ouvrage. Certains entretiens, comme celui de Laurent Ruquier, n'ont aucun intérêt (mais sans doute n'a-t-il pas voulu y consacrer du temps ?) tant ils sont courts. J'aurais voulu avoir plus de détails sur la nouvelle génération, mais aujourd'hui, le Point Virgule n'a pas le monopole de la détection de talents. C'est un héritage, une marque à entretenir et à moderniser en même temps. Vaste défi pour ce lieu qui accueille un plateau historique.

Plateau d'humour : changement de cap

Hugo Gertner en plateau d'humour - avatar

Dimanche Marrant a longtemps été mon rendez-vous phare de la fin de semaine. C'est de l'histoire ancienne, maintenant. Le Motel est arrivé, et j'y ai découvert Hugo Gertner. Je l'ai aussi retrouvé avec plaisir - et deux fois - à la Great British American Comedy Night. Ca se passe au Jardin Sauvage, et c'est en anglais. J'ai adoré y voir Ghislain Blique et Charles Nouveau, les voir jouer en anglais, c'est classe.

Hugo Gertner en plateau, stand-up wingman

Hugo aime le stand-up. Il a plein d'anecdotes à raconter. Pour le remercier de toutes ces histoires, je lui ai personnalisé un avatar (l'annuaire des artistes n'existe plus, ils étaient trop nombreux à arriver…). Si vous en voulez un, et que je vous aime bien, demandez, ça me prend très peu de temps... Et ça fait tellement plaisir, apparemment, alors si je peux aider !

Hugo, c'est un peu comme Marion, ou Pierre Thevenoux (dont la dernière interview du We Love Comedy Magazine est géniale) et Ghislain en un sens. Ils savent trop de choses, à ce stade, sur le plan personnel et sur les ragots de l'humour. J'ai aussi passé un temps fou avec Louis Chappey. J'étais pas mal fourrée au Laugh Steady Crew, notamment pour évaluer la découverte humour de ce mois. Le Bar à Bulles est un lieu incroyable pour le stand-up. Revenons à Louis Chappey : découvert à Nanterre, il est aussi barré qu'attachant. On a beaucoup ri, et j'espère qu'il va continuer à s'amuser en plateau malgré les aléas de l'existence.

J'ai aussi vu Gabriel Francès, l'un des hommes derrière Le meilleur podcast. Attention : il y en a deux, des podcasts comme ça. Ne confondez pas : celui-là, c'est celui qui invite les jeunes humoristes. On y retrouve Cyril Hives, Fabien Guilbaud et bien sûr les hôtes toulousains. On a Gabriel, et aussi Emma de Foucaud et Arezki Chougar à l'animation.

Bref, j'ai retrouvé cette ambiance de copains ce mois-ci. Je pense aussi à Nadim, qui s'est lancé dans des vidéos pour faire le buzz. Sa folie l'emporte dans une autre dimension, j'ai adoré le revoir à la Petite Loge ! Ce qui nous amène à la suite...

Il s'en passe des choses, à Vanves...

Depuis plusieurs semaines, je vais voir du stand-up pour les à-côtés. Je sens un amour du seul-en-scène plus théâtral monter (coucou Sophie Imbeaux), tandis que les codes du stand-up essoufflent mon intérêt. Le public devient rude, aussi. J'étais au Petit Palais des Glaces : cette salle est maudite. On ne compte plus les soirs où les gens quittent la salle avant la fin. Je n'ai jamais vu ça.

Par contraste, je ne m'attendais pas à voir un bon plateau à Vanves. Mais le chômage, c'est fait pour prendre le temps et juger sur pièces. Autant vous dire que mes préjugés ont volé en éclat. Après avoir côtoyé des publics difficiles et été la seule à rire à des vannes de qualité, ça m'a fait du bien d'être avec des gens qui voulaient rire plus que juger.

Tous les ingrédients d'un bon plateau

Un nouveau plateau, ça peut donc être un vent de fraîcheur. Plusieurs raisons expliquent ce succès. J'y suis allée parce qu'ils alignaient Aude Alisque et Alexis le Rossignol. Aude n'a pas pu venir, finalement, mais grâce à la réactivité des MC, Avril et Pierre DuDza, on n'y a vu que du feu. La sélection était équilibrée, et ils ont même attiré Nassim Mellah. Si ce n'est pas mon délire, cet humoriste a de l'expérience. Je l'ai découvert aux Ecuries, lorsque Radio Nova avait un plateau en public. Son set a vieilli, mais il y travaille.

Autre élément : l'investissement du lieu. C'est une salle qui accueille des spectacles d'improvisation mensuels. Il y a une régisseuse très réactive, des éclairages et un micro qui fonctionnent sans impair. Les gens qui bossent à l'Espace Gazier veulent bien faire, et cela passe par tous les détails.

Le public n'est pas celui que vous voyez dans les bars. Urbain disait récemment dans Un café au lot7 qu'il détestait jouer devant des adolescents. Encore un puriste du stand-up qui a manqué son rendez-vous à Vanves...

Il y avait des jeunes, des moins jeunes, des familles venues s'amuser sans prétention. Vanves avait l'air de désirer du spectacle vivant dans sa ville. C'était palpable. Peu importe l'expérience des humoristes à l'affiche, tout le monde a livré ses prestations avec beaucoup de professionnalisme et de générosité. Côté spectacle vivant, c'était probablement ma meilleure expérience stand-up de l'année. J'ai même découvert Jérémy Ippet et revu Boriss Chelin avec grand plaisir. Jérémy vient de recevoir le prix du jury au concours Artishow Nanterre... Il n'y a aucun hasard à cela !...

Le prochain rendez-vous aura bien lieu, comme cette première a eu du succès. Pour réserver quand ce sera annoncé, vous pourrez passer par Eventbrite. L'entrée est à 6 euros et il n'y a pas de chapeau. Vous pouvez prendre une conso sur place. Pour les artistes, le staff vous met bien avec plus de bouffe que vous n'imaginez. Et c'est près du métro. Plus d'excuse pour rire en banlieue ! ;)

Crédits photo

© Guillaume Dollé

[post_title] => Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => plateau-humour-actu-mars [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:26:57 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:26:57 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6074 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 2 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7314 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-10 11:53:51 [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51 [post_content] =>

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 2 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 4f17f0c143580b59203e82ccb4a12465 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Boriss Chelin

Retour à Paris : des pigeons partout

L’art du retour à Paris - Humour instantané

En plateau d'humour, Jérémy Ippet accumule les succès

Carnet d'humour : la vie, les plateaux et les copains