Publications liées au mot-clé : La Petite Loge

WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => la-petite-loge
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 288
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => la-petite-loge
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 288
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => la-petite-loge
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 288
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => la-petite-loge
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 288
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 288
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 288
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => la-petite-loge
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 288
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (288) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (288) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (288)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 1010847
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2021-06-05 18:54:41
                    [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41
                    [post_content] => 

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:35:48 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:35:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 1010798 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-05-04 20:36:34 [post_date_gmt] => 2021-05-04 18:36:34 [post_content] =>

La réouverture des théâtres devrait intervenir le 19 mai prochain. Les chiffres de la pandémie sont en baisse, il fait beau, les artistes ont les crocs… Mais par où commencer ? J’ai fait le tour d’un célèbre site de réservation pour dresser des questions et enjeux sur les spectacles accessibles à la réservation.

Réouverture des théâtres : l’évolution d’anciennes connaissances

À chaque nouveau grand événement footballistique, devinez qui est sur le pont ? Charles Nouveau, bien évidemment. Pour l’occasion, l’humoriste aux 3 nationalités (Suisse, France et Espagne) investit l’Européen… parce qu’il n’y a pas de hasard ! La grande question : Hors jeu 4 ans après son premier rodage : le spectacle de Charles Nouveau a-t-il autant évolué que son sujet, le football ? Réponse les 6 et 7 juin à 20 heures.

Félix Radu a-t-il bien négocié son virage vers le seul-en-scène ? Après son passage à la Petite Loge, l’humoriste belge a continué de mûrir son spectacle Les mots s’improsent et son image de marque pour affirmer sa singularité. La grande question : appréciera-t-on plus cette version plus mature, ou préférions-nous la candeur des débuts ? Réponse les vendredis et samedis de juin à décembre, 19 heures pétantes.

Les nouveaux visages du rire : marqueront-ils l’histoire de la comédie ?

Il y aurait de nombreux talents à mentionner ici. J’ai volontairement choisi des personnes que je n’ai jamais vues. Exit donc la rentrée à la Petite Loge (pour cet article, du moins), bonjour les salles plus expérimentales encore. Je vous suggère ces trois tests :

  • Quel spectacle se cache derrière le conformisme rigoureux du pitch d’Audrey David ? J’ai déjà lu maintes et maintes fois ce genre de description, signe que l’artiste comprend ce qu’on attend d’elle… Mais impossible de deviner si cela sera original ou intéressant.
  • Quelqu’un m’a conseillé Marc Rougé… oui, mais qui ? Peu importe, il faut tester !
  • Jarnal, on m’a parlé de lui, il me semble… Que vois-je ? Il est mis en scène par François fucking Rollin ! J’achète face à cette preuve sociale qui défie toute concurrence !

Les gens connus : des valeurs sûres pour la réouverture des théâtres ?

D’habitude, j’évite de me ruer sur les spectacles des gens connus. Ils ont suffisamment de presse comme ça. Mais comme pour un film que tout le monde aurait vu, il faut se tenir au courant de ce qui se fait. C’est bien beau d’aimer les originaux, les expérimentaux, les nouveaux venus… Mais pour comprendre les goûts du public, il faut aussi se mettre à leur place lorsqu’ils vont voir des personnes recommandées par les médias, les attachés de presse, etc.

Voici donc une liste de spectacles à aller voir (non exhaustive et basée sur ce qui est actuellement en vente). Je finirai bien par me laisser tenter !

Réouverture des théâtres : qui irez-vous voir ?

À l’heure actuelle, les réouvertures semblent encore lointaines, inaccessibles. Et si tout cela nous passait sous le nez ? C’est comme si nous ne savions plus vraiment comment ça marche. Organiser une sortie sans penser au couvre-feu, choisir un théâtre ou un artiste, inviter des amis… On aura envie de faire le bon choix, de voir ces premières sorties comme un rituel sacré.

Je vais être honnête : je ne pense pas réserver tout de suite. J’ai encore besoin de voir l’offre théâtrale complète et je dois revenir à la Petite Loge en priorité. C’est là que tout a commencé, c’est là que tout reprendra vraiment. En écrivant ces lignes, je n’ai fait que flâner. L’heure des décisions, des réservations, se fera encore attendre un peu. Comme pour conserver ce champ des possibles ouvert à toutes les opportunités. Et vous, qu’allez-vous voir à la réouverture des théâtres ?

[post_title] => Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => reouverture-theatres-billetterie-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-04 20:36:38 [post_modified_gmt] => 2021-05-04 18:36:38 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010798 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 1010128 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-02-03 08:00:00 [post_date_gmt] => 2021-02-03 07:00:00 [post_content] =>

Les théâtres demeurant fermés, l’humour en live streaming a le vent en poupe ! Verino et Kev Adams ont en effet proposé fin janvier deux soirées stand-up accessibles depuis chez soi, moyennant paiement. Mais cet humour par écrans interposés ne fait pas l’unanimité. On fait le point !

Humour en live streaming : comme en vrai, il y a de tout !

Commençons par un scénario de science-fiction : il me reste un seul spectacle à visionner, après c’est terminé. Et ce plateau, c’est celui organisé par Kev Adams avec son pote Gad Elmaleh (et d’autres noms). Si j’avais pu y assister sur place au Fridge, alors je me serais sans doute déplacée. En revanche, en live streaming, je passe mon chemin.

Pourquoi ? Parce que l’intérêt d’un plateau d’humour, c’est se laisser prendre au jeu. Sur place, on accepte plus les propositions artistiques qui nous parlent moins. Alors que derrière un écran, on éteint la machine, on coupe le son ou pire, on appuie sur avance rapide pour voir quelqu’un qui nous intéresse vraiment.

Une offre qui explose

Ces derniers mois, on a eu un florilège de soirées stand-up. Génération Paname, Autour de et le Ring Comédie Club (France TV), le Gala du Jamel Comedy Club (Canal+), la soirée Étoiles espoir humour du Parisien (Comédie+)… On a aussi eu le droit à des initiatives plus indépendantes : Pasquinade (Haroun), LeMardi.tv (association suisse romande) et plus récemment Verino, malgré ses réticences confiées à Télérama.

J’en oublie sûrement, et je vous avoue avoir passé mon chemin à quelques reprises. Le problème que je vois dans ces soirées où les extraits s’enchaînent, c’est qu’un passage ne résume pas l’univers d’un artiste. Un spectacle y parvient mieux ; d’ailleurs, on peut revenir plusieurs fois pour continuer à explorer. D’autre part, quand on est filmé, on fait attention à ne pas bider, donc on laisse moins de place au hasard. C’est une forme d’humour impeccable, hygiéniste et aseptisée qui n’a tout simplement plus la même âme. Il faut aller chercher dans de l’improvisation pour retrouver un semblant de frisson. Pour connaître quelqu’un, regardez-vous sa carte de visite ou allez-vous entrer en discussion avec lui ? Vous saisissez le problème, maintenant ?

La coupe au montage : pire qu’un coiffeur en état d’ivresse ?

Attention, sujet épineux ! Les coupures au montage sont davantage l’œuvre de chaînes de télévision. Plus il y a de chemins de validation, de craintes de perdre un contrat ou un boulot, plus l’humour risque de subir quelques coupes disgracieuses.

barney stinson vs. marshall's pants
make action GIFs like this at MakeaGif

Il y a aussi un impératif de temps : chaque programme a une durée précise. Il faut être efficace ou périr. Pour autant, le tableau n’est pas si noir qu’il n’y paraît. Ce qui change la donne, c’est l’arrivée de Twitch dans le paysage audiovisuel et surtout sa prise en compte par les médias traditionnels. Ces mondes, semble-t-il structurés de manière diamétralement opposée, fusionnent actuellement… Pour le meilleur et pour le pire ? Il ne faudrait pas perdre la spontanéité des chaînes indépendantes sous prétexte que les pros découvrent de nouveaux terrains à explorer. Au passage, si le sujet vous intéresse, je vous conseille la chaîne de Ludovic B qui compare YouTube à la télévision.

La coupe au montage pour des raisons de censure peut toutefois être contreproductive. L’absence d’Edgar-Yves dans la captation de la soirée du Parisien a eu pour conséquence… Que l’AFP a prévenu toutes les rédactions et informé tout le monde du contenu du sketch en question ! On n’aura jamais autant entendu parler d’une blague « compromettante » (sic !). Si elle avait simplement été diffusée sur une chaîne que personne ne reçoit ou presque, Edgar-Yves n’aurait pas eu un tel coup de pub.

Cette affaire est intéressante car deux versions contradictoires cohabitent. D’une part, les pressions pour supprimer une partie du sketch et la coupe pure et simple d’un humoriste. D’autre part, la demande de l’humoriste que l’on coupe son passage car il ne serait pas efficace. Cela ne semble pas être le genre de la maison, mais admettons.

Pour avoir vu cette soirée, sachez que l’efficacité a surtout été compromise par l’absence significative de public ! En plein confinement, elle a en effet été maintenue avec un « public » restreint et créé artificiellement. En revanche, point d’ajouts de rires. Le silence est parfois assourdissant là où les artistes attendent traditionnellement des rires. En bref, on a perdu Edgar-Yves et on a conservé Jérémy Demay alors qu’il n’était même pas présent (juste une vidéo en mode selfie…). Dommage, même si des artistes comme Fanny Ruwet excellent lors de leurs captations.

Quelques pistes pour une meilleure expérience

Tout d’abord, adapter le format aux écrans. Si Génération Paname était la seule émission d’humour à la télévision, elle serait agréable à regarder dans son format actuel. Or aujourd’hui, un passage de stand-up simple ne suffit plus à accrocher un spectateur qui a tant de choix pour se divertir.

Ensuite, inclure des moments de découverte des artistes et de performances scéniques. Certains ont loué les mérites de l’émission Vendredi, tout est permis spéciale Fridge pour cela.

Dans la mesure du possible, laisser les artistes s’exprimer en toute liberté. Ne pas trop écouter la majorité bruyante de Twitter et son offense facile. Museler les cadres des chaînes de télévision qui pensent tout connaître des late shows américains, aussi. Cela vaut autant pour les contenus des sketches que pour leurs idées de formats.

En cas de problème technique, proposer une solution de repli. Par exemple, les personnes qui n’ont pas pu se connecter sur la plateforme LeMardi.tv lors du live avaient 48 heures pour regarder le spectacle en VOD. Pour ma part, je n’ai pas rencontré de problème et j’ai trouvé l’expérience très agréable : c’était le premier spectacle post-confinement ! Oui, la Suisse avait déconfiné plus tôt.

Enfin, alterner les artistes dans ces émissions. On voit les mêmes passages d’une chaîne à l’autre, parfois ! C’est ridiculement inutile sur le plan de la découverte… Si l’on multiplie les programmes, il faut aussi multiplier les tickets d’entrée.

Sacraliser le lien avec le spectateur

Laura Calu est l’une des humoristes qui prend le plus position contre la tenue de spectacles en streaming. Pour elle, le spectacle doit être vivant, sinon il perd de son charme. Elle dénonce chaque jour les incohérences entre les ouvertures et fermetures de lieux publics (magasins vs. théâtres).

Voir un spectacle « en vrai » n’a en réalité rien à voir avec la consommation d’une soirée humour en prime-time à la télévision. Contrairement au sport où il est parfois plus simple de suivre une compétition sur son canapé que sur place, le rapport avec les artistes est sublimé au théâtre. C’est ce qui procure des émotions authentiques, un moment hors du temps où tout peut arriver. Le seul équivalent, et encore, c’est la diffusion en direct, sans filet.

Et dans le même temps, avec YouTube, les podcasts et les communautés, le lien existe bel et bien entre créateur et spectateur. Il est simplement différent. Les codes des YouTubeurs et autres streamers est très différent. Même s’ils proposent des contenus parfois de grande qualité, ils développent les mêmes tics de langage, les mêmes manières de monter leurs vidéos… Tout est formaté, facilement consommable et, il faut le reconnaître, fait passer le temps alors que nos libertés sont confinées.

Bref, cette question du lien est essentielle et doit nourrir les projets d’humour en live streaming. Surtout lorsque nos liens sociaux et familiaux sont mis à rude épreuve. Les artistes nous semblent aujourd’hui loin. Parfois, on les voit errer, perdus sans leur outil de travail : la scène. Ils écrivent dans le vide car il n’y a plus le receveur qui les porte : le spectateur.

Humour en live streaming : un complément alimentaire, pas de la véritable nourriture

Je ne vois que cette analogie : l’humour en streaming ne rassemble pas les mêmes qualités nutritionnelles pour l’âme que celui en salle. Mais pour ceux qui habitent loin des grandes villes, c’est une aubaine : d’habitude exclus, ils peuvent aujourd’hui prendre part à la fête. Découvrir de nouveaux artistes, même dans des conditions compliquées ou tronquées.

Il y a à la fois des avantages et des inconvénients. En ces temps de crise, cela peut passer quelques temps… Mais les justifications brouillonnes de la ministre de la culture pour justifier la fermeture des lieux culturels ont, à raison, suscité la colère de tout un secteur. Il aura fallu qu’elle explique que les artistes se contaminent parfois entre eux (coucou loges exiguës et autres plateaux d’humour peu regardants) pour que je me dise « oui, ça se tient ». Mais au pire, dites aux troupes de former des bulles Covid, comme pour les sportifs ou Miss France, et laissons les stand-uppers esseulés jouer devant 16 personnes à la Petite Loge (si vous voulez de leurs nouvelles, c’est par ici) !

Tout le reste me paraissait irrecevable, surtout avec l’existence de purificateurs d’air… Et la suite des événements semble étrange. Pendant un temps, on a eu cette hypothèse de devoir présenter un test Covid négatif pour accéder à un théâtre. Je me voyais mal faire des tests Covid tous les 4 jours, comme le personnel soignant, alors qu’il faut des masques pour accéder aux théâtres… C’est sûr qu’avec l’humour en live streaming, point de test PCR… Après coup, Roselyne a fait le même calcul et a finalement choisi de brandir le « principe de précaution » pour justifier la fermeture des salles de spectacles pour une durée indéterminée… Je n’ai plus de mots, et apparemment elle non plus.

Sur ce, je vous laisse, je vais écouter une émission de radio avec des comiques. Ça, ça continue à nourrir un peu l’âme, en attendant mieux !

Crédits photo

© QoQa / LeMardi.tv

[post_title] => Humour en live streaming : pourquoi il fait débat [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => humour-live-streaming-debat [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-02 21:36:36 [post_modified_gmt] => 2021-02-02 20:36:36 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010128 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 1009380 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-30 08:13:01 [post_date_gmt] => 2020-10-30 07:13:01 [post_content] =>

Depuis maintenant un an, C’était mieux maintenant est à l’affiche du plus petit théâtre de la capitale. À l’origine de ce titre nuancé, l’humoriste Avril aborde chaque représentation avec l’envie d’évoluer. Comment Avril parvient-il à construire son style d’humour ? Pourquoi, malgré les multiples changements, réussit-il à conserver de solides fondations comiques ?

Même si Avril n’a pas joué une année complète en raison du confinement, je vous propose un premier bilan. Pour ce faire, j’ai épluché les critiques sur un célèbre site de réservation de spectacles. Quatre grands volets émergent : originalité, ambiance, écriture et maîtrise.

Originalité : C’était mieux maintenant n’est pas un spectacle comme les autres

« Différent », « rafraîchissant », Avril emporte le public dans ses « folles réflexions ». Sa force se situe entre un « humour décalé » et une « personnalité intrigante ». La quête d’originalité d’Avril est d’abord un combat. Très compétitif envers lui-même, il a cette envie de développer une originalité et ne pas faire comme tout le monde.

Cela se traduit notamment par son besoin de développer une pensée critique distanciée de tous lieux communs. C’est le propre des curieux : ils ne prennent rien pour acquis, ne se satisfont pas des poncifs et questionnent tout. Il aurait pu être chercheur, mais il se serait doute ennuyé ferme dans cette vie-là.

Sa polyvalence l’amène donc à pouvoir évoquer de nombreux sujets. Cette envie de tout comprendre et de sortir des sujets habituels est forte chez lui. Mais contrairement à d’autres, il a compris qu’il n’est pas nécessaire d’avoir l’air intéressant pour le devenir… À mon sens, les humoristes qui veulent délivrer des messages au détriment du rire se sont trompés de vocation. Ils devraient plutôt s’engager en politique et laisser la scène aux orfèvres de la vanne.

Expérience et ambiance : vous allez vous en souvenir !

Parce qu’avant toute chose, Avril aime provoquer les rires. Il veut avoir l’air agréable et amuser la galerie. Comment cela se traduit-il ? Selon les spectateurs, « on le suit comme une évidence » grâce à « son aisance déconcertante ». Pour cela, il « crée une atmosphère unique ». Nombreux sont ceux qui décrivent « un très bon moment » passé à la Petite Loge.

C’est peut-être le volet le moins connu d’Avril. Il parvient souvent à surprendre et se surprendre lui-même. Il nous amène ainsi à croire qu’il n’est pas perçu comme sympathique, prenant l’exemple d’un retour spectateur après une scène.

Au final, son heure est l’occasion de dégommer cette critique (dont vous ne trouverez aucune trace !) : les interactions créent un moment assez fort, surtout pour ceux qui interagissent. Outre les échanges, Avril mise sur une autodérision saine. Son désamour pour la victimisation fait qu’il s’amuse de lui-même et diffuse un rire communicatif dans toute la salle.

Chaque prestation devient unique, ce qui amène parfois Avril à lutter pour conserver son fil conducteur.

Finesse et qualité d’écriture : entre précision et bouillonnement

Heureusement, il mobilise une « écriture ciselée et intelligente ». Il propose ainsi « un texte réfléchi et personnel ». La perception des spectateurs prouve que ça fonctionne : Avril est « fin, drôle et subtil à souhait ».

Sur ce point, Avril a évolué. Il a certes toujours su et aimé écrire avec intelligence. Cependant, il avait du mal à se canaliser. C’est le propre de ceux qui ont longtemps contenu leur verbe et entendu des benêts mobiliser la parole. De fait, sa première prestation bouillonnait littéralement. Je la décrivais alors comme « un festival, un feu d'artifice et un gros bordel ultra-organisé ».

Contradictoire, n’est-ce pas ? Pas chez Avril, justement grâce à sa finesse et à la force de son écriture. Cette faculté à créer de la surprise dans le texte comme dans le jeu est rare. Il la propose de plus en plus, de mieux en mieux. Oscillant (hésitant ?) entre le seul-en-scène et le stand-up, Avril n’a peut-être pas encore saisi qu’il a trouvé le bon compromis entre l’efficacité et l’originalité comiques.

Car savoir écrire, c’est aussi créer un spectacle digeste pour le public. En un an, les progrès sont réels, même s’il reste quelques détails à fignoler. Cet automne, l’heure est beaucoup plus fluide, ponctuée de respirations rendant le tout agréable de bout en bout. Mais le 10 octobre dernier, il avait encore le désir d’en proposer toujours plus tout en respectant son temps de scène. Plutôt que de sacrifier un pan de son show, il a accéléré le rythme pour en sacrifier le moins possible. Avec plus d’expérience et une confiance accrue, il deviendra redoutable.

Maîtrise : C’était mieux maintenant, c’est toujours mieux à l’instant T !

Redoutable, c’est sûrement le bon adjectif pour rendre compte de la détermination d’Avril et de son envie de mettre tout le monde d’accord. Je parlais plus haut de l’efficacité comique. Très bon en storytelling, Avril est encore plus percutant sur une ou deux phrases. Mention spéciale à sa blague sur le risotto, l’un des nombreux exemples de ses trouvailles tout au long du spectacle. Pour les spectateurs, cela ne fait aucun doute : il propose de « très bonnes punchlines ».

En 2018-2019, Avril se reposait sur sa décontraction et son bagout sur scène. Il savait déjà occuper l’espace et créer une ambiance particulière. Mais il devait encore muscler son propos et son jeu. Le résultat est là : un « mélange d’univers et de procédés comiques différents » lui permettent de jouer sur de nombreux tableaux. Thierno Thioune doit prendre pas mal de plaisir à mettre en scène ce spectacle, et les deux forment un binôme très complémentaire.

Verdict : que vaut le spectacle C’était mieux maintenant d’Avril ?

Les spectateurs ne s’y trompent pas : ils ont affaire à « un talent de qualité promis à un bel avenir ». Ce type de critique n’est pas rare, bien sûr, sur les sites de réservation. En revanche, les conditions sont effectivement réunies pour que la prophétie devienne réalité.

Pour qu’un artiste émerge, il faut un savant mélange entre le talent et le travail. La force de travail d’Avril est indéniable : il le prouve chaque semaine au Laugh Steady Crew et il ne se repose jamais sur ses acquis. Question talent, en festival comme face aux observateurs, plus que de se frayer un chemin, il s’impose avec force.

Je l’ai toujours dit : à sa première scène, il m’a fallu quelques secondes pour percevoir qu’il allait marcher. Six mois plus tard, quand je l’ai revu, il avait à peine commencé à exprimer son potentiel et marquait déjà les esprits. La marge de progression, tous les artistes en bénéficient. Cependant, elle est plus ou moins vaste et prometteuse.

Vous l’avez compris : avec Avril, l’avantage, c’est que c’est toujours mieux maintenant. Chaque nouvelle représentation est un cran au-dessus de la précédente. Un artiste comme lui est en cela très intéressant à suivre. C’était mieux maintenant est donc un spectacle à voir et à revoir !

[post_title] => C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => cetait-mieux-maintenant-avril [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-11-16 10:26:01 [post_modified_gmt] => 2020-11-16 09:26:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009380 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 1009250 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-15 11:09:56 [post_date_gmt] => 2020-10-15 09:09:56 [post_content] =>

Emma de Foucaud a joué son spectacle Trop tard pour annuler ce mercredi à la Petite Loge. Malgré la prise de parole d’Emmanuel Macron « en première partie » et un test Covid (revenu négatif), Emma était bien là pour nous faire rire.

Trop tard pour annuler : derrière ce titre, une préparation de tous les instants

Emma de Foucaud jouait pour la première fois dans cette salle parisienne, mais son spectacle n’est pas inédit. Sa première version, rodée à Toulouse avant son arrivée dans les plateaux parisiens, a donc déjà évolué.

Résultat : le spectacle d’Emma de Foucaud est précis, jamais hasardeux et très efficace. Dans la forme, c’est d’ailleurs plus que du stand-up pur. Emma adore le stand-up, on le sait, mais dans Trop tard pour annuler, la trentenaire joue aussi sur la forme. Outre un clown et un jeu bien ficelés, Emma de Foucaud propose aussi deux temps forts lors de son spectacle.

D’abord, son rap contre un membre du jury d’un festival humour est jouissif. Ensuite, son rappel autour de la langue des signes offre une fin en apothéose.

Question contenu et écriture, Trop tard pour annuler se construit autour d’une introspection bien fouillée. La plume d’Emma de Foucaud est très personnelle et apporte une belle touche d’originalité. On apprécie d’ailleurs sa connaissance de la discipline stand-up qui donne un cachet supplémentaire. Elle ne tombe pas dans la private joke et humanise le milieu avec beaucoup de justesse.

Emma de Foucaud remonte le moral du public (et pas seulement !)

On le disait en introduction : Emma de Foucaud a joué son spectacle à 21h30, soit juste après les annonces d’Emmanuel Macron sur le couvre-feu. Nous avons tous savouré notre chance de voir cette première, qui aurait pu être une dernière.

Cet instant suspendu a donné du baume au cœur au public qui venait d’apprendre cette décision couperet. Et c’est toujours dans ces moments-là qu’on profite des plus belles œuvres.

Avant le spectacle, Emma me confiait avoir été cas contact et avoir reçu in extremis son résultat négatif qui lui permettait de jouer. Dans des conditions difficiles, elle aurait pu sombrer. L’inverse s’est produit. J’étais au dernier rang, et je me délectais d’entendre la salle rire, mais pas seulement.

À la régie, Mélissa (qui a l’habitude de voir des spectacles…) enchaînait les éclats de rire. Je ne lui ai pas demandé si elle avait trouvé son nouveau coup de cœur après Rosa Bursztein. L’approbation sonore parlait d’elle-même.

Trop tard pour annuler : quand revoir ce spectacle ?

La Petite Loge s’engage à honorer tous ses spectacles malgré le couvre-feu, plus tôt en semaine et davantage en week-end. L’ensemble des artistes se réorganisait déjà avant les annonces…

Bonne nouvelle : à partir du 20 octobre, Emma de Foucaud jouera son spectacle les mardis à 19 heures jusqu’au terme du couvre-feu.

[post_title] => Trop tard pour annuler : Emma de Foucaud bien au rendez-vous ! [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => trop-tard-pour-annuler-spectacle-emma-defoucaud [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-15 15:48:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-15 13:48:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009250 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [5] => WP_Post Object ( [ID] => 1009089 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-10-06 12:54:00 [post_date_gmt] => 2020-10-06 10:54:00 [post_content] =>

Guillaume Guisset a pris ses quartiers à la Petite Loge, le théâtre qui accumule les découvertes artistiques depuis plus de 10 ans. De l’avis de certains, cette pépinière aurait découvert à nouveau un humoriste à la sauce Gaspard Proust.

Sans aller jusqu’à cette comparaison qui vaut presque obligation de résultat, je vous confirme que la Petite Loge vient de flairer un talent rare.

Guillaume Guisset : ni agitateur, ni provocateur, mais…

Le spectacle de Guillaume Guisset, Cordialement, a pour affiche un portrait de l’artiste en pleine étreinte avec une batte de baseball. Et ce n’est pas tout : en bas à droite, un chaton « photobombe » le tout.

En si peu de détails, presque tout est dit. Cependant, on ne peut pas anticiper ce qu’il va se passer dans la salle. Par respect pour votre expérience future de spectateur, j’essaierai d’en divulgâcher le moins.

Une mise en scène audacieuse, un personnage jubilatoire

À chaque fois que je rentre dans la Petite Loge, l’artiste se cache derrière le rideau. Guillaume Guisset n’a pas envie de suivre cette tendance. Ce premier contact immédiat dérouterait presque et fixe notre attention dès les premières secondes.

Perrine et Mélissa, qui dirigent le lieu, me confiaient que même dans un petit espace, on peut proposer des mises en scène audacieuses. Guillaume Guisset n’a rien à voir avec Marie Kondo, mais il sait utiliser l’espace avec beaucoup d’intelligence.

Celui qui veut se libérer de la tendance stand-up s’en donne ainsi les moyens. Et ce n’est pas un hasard : contrairement à d’autres débutants, il a l’humilité de s’entourer et d’apprendre sans se voir déjà en haut de l’affiche. Sur scène, cette humilité se transforme en don de soi et en grande générosité pour le spectateur.

Autre détail important pour l’artiste, donc : l’art de tenir le spectateur en haleine. Il le confiait dans son interview, suite à sa victoire au concours Kandidator. Un concours qui, malgré ses étrangetés, révèle parfois des pépites phénoménales. C’était le cas d’Alexandra Pizzagali, dont le talent de comédienne et d’humoriste n’est plus à prouver.

Quid de son personnage ? Guillaume Guisset le décrit comme un misanthrope émouvant, assez cynique. Un être qui manie l’humour noir, qui a des avis arrêtés sur le monde, mais des fêlures. Car Guillaume Guisset ne veut pas tomber dans la facilité et faire de l’humour noir gratuitement.

Si on le compare volontiers à Gaspard Proust, ce comédien formé au Cours Florent précise qu’il s’inspire également d’un Rodrigo García. On devine déjà son ambition et son envie de marquer l’histoire…

Guillaume Guisset : technique irréprochable, originalité véritable

Ne pas céder à la facilité, c’est sans doute ce qui le distingue des autres. Même si, bien sûr, ceux qui manient l’humour noir le font souvent avec intelligence. Parfois, on se demande quel est la part du personnage ou de l’homme qui se tient devant nous. Un plaisir coupable du spectateur avec lequel Guillaume Guisset joue de la première à la dernière seconde.

Son clown est parfaitement maîtrisé. Rien qu’en modifiant ses mimiques, il fait naître des atmosphères diamétralement différentes en quelques secondes. C’est très fort, très fin, et l’ensemble ne laisse aucun répit au spectateur. J’ai pris tellement de plaisir que j’ai ressenti le besoin d’être pudique et de convulser au lieu d’exulter. Je retenais mes rires, car ça devenait presque indécent. J’avais presque envie de lui demander d’arrêter, sur la fin, histoire de reprendre mes esprits (et mon souffle).

Ça, c’est l’effet Guillaume Guisset. Et c’est à découvrir absolument !

Crédits photo

© Alex Delamadeleine

[post_title] => La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => decouverte-humour-guillaume-guisset [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-05-08 13:01:01 [post_modified_gmt] => 2021-05-08 11:01:01 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1009089 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [6] => WP_Post Object ( [ID] => 1008915 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-25 08:25:00 [post_date_gmt] => 2020-09-25 06:25:00 [post_content] =>

Une histoire d’argent, c’est le nouveau spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge. Mis en scène par Réda Seddiki, que vaut ce nouvel opus ?

Une histoire d’argent : nouveau terrain fertile pour les blagues

Après avoir raconté des histoires et parlé d’amour, Certe Mathurin s’attaque au sujet de l’argent. Un spectacle thématique comme celui-ci peut par ailleurs rapidement devenir redondant s’il n’est pas bien ficelé.

Certe Mathurin, grâce à ses spectacles précédents et son expérience scénique désormais large, propose déjà une heure solide. Fidèle à la devise du One More Joke, il crée une expérience, un souvenir pour les spectateurs.

Dans Une histoire d’argent, le storytelling façon Certe Mathurin perdure !

Une histoire d’argent, c’est donc une série de blagues, d’informations et d’histoires sur l’argent. Comme on pourrait le voir dans une émission de divertissement, on rentre juste assez dans le vif du sujet sans tomber dans un cours d’économie.

Au lieu de proposer de nombreuses histoires, le spectacle se concentre sur une ou deux anecdotes assez originales et prenantes. Certe Mathurin propose donc un spectacle fun à regarder, qui passe à une vitesse folle et qui fait regretter d’en arriver à son terme. Un peu à l’image de son podcast Culture Joke, mais sans l’appui de ses invités…

En sortant de la salle, vous aurez d’abord appris deux ou trois informations pour faire briller les yeux des gens qui n’y connaissent rien. Mais pas seulement… Car la morale du spectacle n’est en rien moralisatrice, très juste. On la connaît déjà, mais on l’oublie trop souvent dans son quotidien. D’où un effet de surprise conservé pour le plaisir de tous !

Verdict : faut-il aller voir le spectacle de Certe Mathurin ?

J’imaginais ce spectacle solide, car Certe Mathurin a une fibre entrepreneuriale qui l’amène à tout donner pour satisfaire son public. Je suis sortie ravie de voir que le bon dosage d’humour et d’émotion m’offraient une heure de légèreté.

Cette parenthèse poétique sans prétention est l’un des meilleurs remèdes aux temps qui courent. En effet, elle permet de relativiser, prendre du recul sur ses problèmes.

Comme je l’avais prédit, l’association entre Certe Mathurin et Réda Seddiki fait des merveilles. Là encore, la Petite Loge prouve sa capacité à bien sélectionner les artistes pour ravir ses spectateurs…

[post_title] => Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => histoire-argent-spectacle-certe-mathurin [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-25 08:24:24 [post_modified_gmt] => 2020-09-25 06:24:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008915 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [7] => WP_Post Object ( [ID] => 1008830 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-09-17 18:38:00 [post_date_gmt] => 2020-09-17 16:38:00 [post_content] =>

C’est fait : Mélodie Fontaine vient de débuter son nouveau spectacle à la Petite Loge. Intitulé De manière plus générale, il laissait planer le doute sur son contenu. D’où un bel effet de surprise et un démarrage en trombe !

De manière plus générale : Mélodie Fontaine passe du général au particulier

Au début du spectacle, j’ai eu peur que Mélodie Fontaine se cantonne à un spectacle scolaire. Pour commencer son heure, elle aborde en effet des lieux communs : dans le Nord, les gens n’ont pas le courant à tous les étages… Entamer son spectacle par une vanne de pet, c’est aussi un ressort assez facile.

Heureusement, tout ceci n’est qu’une ruse pour nous désorienter. Prêcher l’attendu pour offrir un univers bien plus singulier. Sur la forme, je me suis donc fait avoir comme un bleu. Ainsi, Mélodie désamorce les critiques de tous ceux qui pourraient dire : « c’est une bonne comédienne, mais elle n’a rien à dire ». Traduction : les gens comme moi. Bien joué.

Mélodie Fontaine incarne une palette de personnages bruts

J’aurais pu classer les personnages de Mélodie dans la catégorie « trash », mais j’ai peur que ce qualificatif bien trop répandu soit réducteur. Avec sa voix grave, Mélodie alterne explications et incarnations immersives de personnages.

C’est un peu du Zola version spectacle vivant : une absence de raffinement totale, un traitement brut de décoffrage… La vraie vie des vrais gens qu’on ne regarde plus, en somme. Le fil conducteur, c’est la vie de Mélodie : son entourage, puis ses aventures de comédienne et de mère.

Un spectateur happé, pleinement imprégné par les histoires qui s’enchaînent

Mélodie Fontaine avait prévenu : dans son stand-up, il y aura des histoires qu’on ne raconte pas. Alors quand est venu le moment de parler de son accouchement, je commençais à suffoquer.

C’est un ressenti très personnel : je suis pédophobe, si vous me mettez devant Baby boom ne serait-ce que 5 secondes, je vais faire des cauchemars pendant 6 mois. Amateurs de sensations fortes, vous ne serez pas déçus par ce passage. Personnellement, au lieu de me faire souffrir, Mélodie me tenait en haleine. Je me disais : « Bon sang, cette heure va-t-elle aboutir à un final plus apaisé ? ».

Car Mélodie dépeint la noirceur du monde — le sien, comme celui des autres — avec beaucoup de maîtrise. C’est un témoignage de résilience, plutôt dans l’air du temps, qui vient dédramatiser l’ordinaire. Car si les anecdotes sont à couper le souffle, elles s’ancrent à chaque fois dans le quotidien. Rien d’extraordinaire dans tout ça, il s’agit simplement de souvenirs, d’étapes de vie qui, une fois surmontées, vous font dire : « ça y est, je suis un adulte ».

De manière plus générale : notre verdict (et une recommandation)

Cette atmosphère particulière ne m’a pas gâché le spectacle, bien au contraire ! La conclusion du spectacle vient sublimer l’ensemble. C’est une heure marquante, bien construite et déjà solide pour une première. Je suis curieuse de savoir comment elle évoluera.

Je me permettrai de formuler un conseil pour votre samedi soir à la Petite Loge. Enchaînez les spectacles de Mélodie Fontaine et d’Avril. Ce n’est pas mon amour de ce lieu qui parle, promis. En réalité, Avril et ses questionnements permanents vous offriront un sas de décompression, un retour à un état plus candide et innocent.

Vous passerez d’un traitement réaliste du quotidien au vécu d’un type qui fait parfois une montagne d’un rien. Son absence manifeste de problèmes vous fera dire qu’il y a encore de la place pour l’insouciance dans ce monde. Une expérience rendue possible grâce à deux artistes de talent, qui partagent la même scène exiguë le samedi soir.

[post_title] => Mélodie Fontaine : début spectaculaire à la Petite Loge [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => melodie-fontaine-critique-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-09-14 12:29:47 [post_modified_gmt] => 2020-09-14 10:29:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008830 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [8] => WP_Post Object ( [ID] => 1008703 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-08-24 13:13:35 [post_date_gmt] => 2020-08-24 11:13:35 [post_content] =>

Comme chaque année, de nombreux spectacles à la Petite Loge vont reprendre à la rentrée. En 2020, on a envie d’assister à chacun d’entre eux. Cela dit, pour bien connaître le parcours des artistes à l’affiche, on peut déjà vous inciter à aller voir certains d’entre eux, preuves à l’appui. Tour d’horizon.

Spectacles à la Petite Loge : au moins 8 talents à découvrir

Certains poursuivent leur parcours dans le plus petit théâtre de la capitale, d’autres rejoignent l’aventure. Je note une particularité pour cet automne : les nouveaux visages ne sont plus des débutants. Soit leur spectacle a déjà une belle durée de vie, soit leur parcours humoristique est bien amorcé.

La Petite Loge a su proposer une programmation pleine de fraîcheur sans lorgner sur la qualité des spectacles, un tour de force dans des conditions sanitaires particulières.

Emma de Foucaud : enfin une programmation à Paris !

On l’attendait de pied ferme. Après avoir convaincu en plateaux d’humour, l’artiste toulousaine Emma de Foucaud exporte son spectacle Trop tard pour annuler dans la capitale.

On vous a déjà parlé de cette découverte humour, qu’on est impatient de découvrir sur une heure. Si vous lisez le pitch du spectacle, la promesse envoie du lourd : « une heure de stand-up élégant, surprenant et très efficace ».

Efficace, c’est en effet l’un des adjectifs qui caractérise généralement son stand-up. Élégant ? Disons que sa réflexion est fine, et qu’elle veut sans doute éviter qu’on la cantonne à la catégorie préférée des médias mainstream. Surprenant ? L’humour naît généralement de la surprise, donc on part sur des rires francs.

Peu importe les qualificatifs, l’envie est déjà là. Spectateur, vous pourrez vérifier tout cela et vous délecter de ce bon spectacle les mercredis à 21h30 dès le 14 octobre.

Certe Mathurin : humour, storytelling poétique et vrai pas en avant

Certe Mathurin est un forgeron du rire. Il a forgé plusieurs spectacles avant de dévoiler Une histoire d’argent. Des idées, une conviction et des idéaux artistiques : Certe avait déjà tout ça. Cependant, il lui manquait parfois un petit quelque chose pour mettre tout bout à bout.

Parce que quand vous maniez l’émotion, vous pouvez tomber dans le piège des lieux communs. Guidé par sa candeur et son enthousiasme débordant, il se perdait parfois. Mais sa détermination sans faille le maintenait à flot, lui donnant l’énergie de poursuivre ses projets et d’apprendre. En soi, c’est déjà une belle histoire.

J’ai pu voir un extrait de ce nouveau spectacle, où Certe collabore avec Réda Seddiki. L’association de ces deux rêveurs et amoureux du verbe : elle était là, l’étincelle. Estomaquée, je profitais enfin de ce que j’attendais depuis ma rencontre avec Certe.

Il ne fallait plus qu’un lieu pour contempler cette étincelle. Un lieu comme la Petite Loge, où les spectacles sont de véritables explosions artistiques : ne cherchez plus, tous les voyants sont au vert. Ça se passera les mercredis et jeudis à 20 heures dès le 2 septembre. Réservez vos places pour la suite du rodage, les samedis et dimanches à 17h30 au Café Oscar !

📦 Programmation terminée, mais le rodage continue au Café Oscar.

Pierre Metzger (ex-DuDza) ou l’art de remettre un spectacle sur des rails

Avant, le spectacle de Pierre Metzger (c’est son vrai nom, avant il avait un pseudo) s’appelait Post-it. Il misait toute sa communication sur des trous de mémoire. Or, les trous de mémoire, c’est un problème médical. Cela ne raconte rien sur l’homme que vous venez rencontrer. De quoi Pierre avait-il envie de parler ? La question méritait de s’y pencher.

Ses premières représentations dévoilaient un personnage au bord de la crise de nerfs malgré un calme olympien. De ce paradoxe naissait en réalité un artiste incroyablement attachant, dont le sourire taquin suffisait à neutraliser tous vos soucis.

Oui, vous ne pouvez pas juger Pierre Metzger au premier regard. Son spectacle n’a plus de nom, l’artiste se dévoile (enfin ?) en son nom propre. Sans fioriture, pleinement authentique, il parlera de son parcours de vie alambiqué. Vendue comme un spectacle sur un père célibataire, cette nouvelle mouture ira bien au-delà et vous surprendra. Parce que c’est ce que Pierre fait le mieux. Il jouera les mercredis à 21h30 dès septembre avant qu’Emma de Foucaud ne le relaie…

🛑 Programmation terminée

Ghislain Blique n’en a plus rien à branler ? Je ne crois pas…

A-t-on encore besoin de présenter Ghislain Blique ? Ce n’est pas un humoriste, c’est un comique. Récemment, j’ai retrouvé des écrits épistolaires de juillet 2019. Des choses que je n’envoie pas, parce que le XIXe siècle n’est plus d’actualité. Dedans, j’écrivais tout de même que j’écoutais Calme toi Bernard en rêvant d’assister à la naissance de cette heure de spectacle.

Maintenant, on l’a ! Et franchement, ça se fête toujours aujourd’hui. J’ai pu revoir ce spectacle cet été. Ghislain n’avait pas changé : il semblait au bord du gouffre. Mais en même temps, il était plus vivant que jamais. Il préparait la sortie de son podcast en solo, « Comique ! ». L’air de rien, c’est la preuve qu’il se trouve, qu’il amène des codes qui lui sont propres et qui révolutionnent le rapport entre le public et l’artiste en France.

Les vendredis à 20 heures, vous allez donc découvrir LE comique. Quelqu’un qui prétend crier Plus rien à branler, mais qui vous dit de vous bouger les fesses pour défendre vos meilleures années. On n’ira pas jusqu’à dire que c’est une ode à la vie. Cependant, vous aurez devant vous un phénomène qui s’ignore. Et qui détestera sans doute que j’écrive de la sorte. Mais que voulez-vous, avec Ghislain, c’est comme ça que ça se passe.

Florence Mendez dans Délicate : à fleur de peau

Le spectacle de Florence Mendez m’a amenée à produire une critique élogieuse. Le découvrir était un événement touchant, assez magique, qui ne se produit pas systématiquement.

C’était un concentré d’émotion, une artiste qui se donnait dans toute sa vulnérabilité sur scène. Cependant, j’ai découvert cette humoriste belge sans nourrir d’attente. Ce serait donc vous trahir que de vous la livrer avec autant de superlatifs.

C’est un spectacle qui s’apprécie sans trop l’anticiper, le visualiser ou le fantasmer. Alors contentez-vous de réserver l’un de vos dimanches d’automne à 19 heures (vous pouvez lire son pitch, quand même).

C’était mieux maintenant : Avril continue à la Petite Loge !

Triturer le temps : Avril n’a eu de cesse de le faire à la Petite Loge. Je me disais que ça faisait longtemps qu’il jouait C’était mieux maintenant. Sur le plan du calendrier, cela s’avère juste. Mais toutes ces annulations et l’absence du festival d’Avignon rendaient ce temps scénique tout relatif.

Avant, il fallait prendre son mal en patience pour voir Avril. Les représentations complètes se succédaient. Plus de 150 critiques BilletRéduc plus tard, la validation des spectateurs se dessinait nettement. Si vous cherchez la pépite qui se tord le cerveau pour se démarquer de la masse, c’est lui.

Quelques minutes avant l’ouverture du rideau, vous vous demanderez alors si vous avez bien fait de vous laisser tenter. Cette appréhension fait partie du jeu, qui va vous amuser de plus en plus au fil des minutes… jusqu’aux applaudissements finaux, qui ne seront qu’un au revoir. Car vous reviendrez : ce sera toujours « mieux maintenant » que dans votre souvenir…

En effet, ce spectacle évolue régulièrement. Cependant, il conserve son caractère comme son horaire, les samedis à 21h30. La reprise, c’est le 12 septembre !

Mélodie Fontaine passe à l’introspection

Mélodie Fontaine revient sur le devant de la scène. Et c’est une métamorphose ! Avant, la comédienne incarnait la parole animale dans son spectacle On n’est pas des bêtes. Sauf qu’à la Comédie des 3 bornes, une salle à la programmation plus volontariste que sa promotion, les tentatives artistiques sont rarement couronnées de succès.

On avait envie de découvrir Mélodie Fontaine, mais on ne voulait peut-être pas l’applaudir dans ce cadre ou sur ce sujet. Elle l’a bien compris et a décidé de revenir à des choix plus introspectifs. Plutôt que de faire parler d’autres êtres vivants, elle s’incarnera elle-même dans le meilleur espace de développement artistique.

Ce spectacle a été annoncé très tôt. On sent que le travail a été dense pour produire une telle nouveauté, qu’on a l’impatience de découvrir. Si on avait attendu la fois précédente et manqué notre chance, on sera là dès la première de D’une manière plus générale, le samedi 12 septembre à 20 heures.

Tristan Lucas dans Entier : on parie sur lui

Humainement comme artistiquement, on a validé Tristan Lucas depuis longtemps. On l’a vu en spectacle, en plateau… Aller le voir est aujourd’hui une évidence.

Au fond, c’est peut-être un attachement envers le spectacle qui rendrait cette heure irrésistible. Son personnage, ses anecdotes : tout colle et forme un bon spectacle (vu au Théâtre du Marais). Mais à l’instar d’un Certe Mathurin, la finition va faire toute la différence et le tirer vers le haut.

Sur ce coup-là, on sent qu’il fallait une rencontre entre Tristan Lucas et la Petite Loge. Le destin nous l’offre : il ne tient qu’à vous d’en profiter ! Ça se passe les jeudis à 20 heures dès le 15 octobre.

Spectacles à la Petite Loge : découvrez-les tous !

On vous présente les spectacles sur lesquels on peut déjà se prononcer. Les autres sont des découvertes totales. Et découvrir un artiste de A à Z pendant une heure de spectacle reste un plaisir unique.

Vous pouvez donc tester n’importe quel spectacle de ce lieu, à n’importe quel moment. Tout au long de cet article, vous pouvez réserver via BilletRéduc les spectacles à prix réduit, mais avec des frais de gestion.

Sachez que vous pouvez également réserver directement sur le site du théâtre. Il n’y a pas de frais de gestion, et vous pouvez bénéficier de tarifs réduits (les moins chers du marché) sous conditions.

Si vous avez envie de soutenir les artistes, vous pouvez aussi payer la place de spectacle sans réduction ou revenir plusieurs fois. Je préfère payer pour un spectacle et le voir, plutôt que de ne pas demander de remboursement suite à l’annulation d’un spectacle par « solidarité ».

En 2020, comme expliqué ci-dessous, la Petite Loge a préféré continuer à proposer des spectacles plutôt que de recourir à une cagnotte. Pensez-y lorsque vous aurez à choisir entre deux spectacles de découvertes humour

[post_title] => 8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => spectacles-petite-loge-automne [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-30 12:05:03 [post_modified_gmt] => 2020-10-30 11:05:03 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008703 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [9] => WP_Post Object ( [ID] => 1008529 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-07-23 15:00:11 [post_date_gmt] => 2020-07-23 13:00:11 [post_content] =>

La semaine dernière, malgré le retour indéniable du monde comique, je vous confiais mes doutes concernant mon retour dans les salles. Bonne nouvelle : cette semaine, les choses avancent dans le bon sens !

Maintenant, on commence à cerner la mentalité des spectateurs qui reviennent au théâtre. Ma mésaventure au sein de l’un de ceux-ci n’est plus que de l’histoire ancienne. Les gens semblent avoir compris que pour une reprise des spectacles, il fallait respecter l’hypocondrie de son prochain. Ou bien sa volonté de coller sa joue à celle d’une autre personne (tant que ce n’est pas moi).

La clé n’est pas de savoir si les gens ont peur ou non d’un virus, c’est de comprendre leur besoin de clarté. Sur ce coup-là, les théâtres sont les premiers à hésiter. Cette vidéo explique très simplement la situation.

Mieux consommer le spectacle vivant

J’ai réalisé qu’il y avait parfois du « gâchis » de temps quand j’allais voir des humoristes.

Deux problèmes existent.

D’abord, les plateaux d’humour sont conçus pour vous faire découvrir des humoristes aux univers variés. Pour plaire à tout le monde, il faut déplaire aux uns et aux autres. Votre voisin adorera quelqu’un qui vous ennuiera. C’est le jeu, et on l’accepte car l’humoriste suivant peut être une perle.

Ensuite, les spectacles-loterie exigent une part de risque de la part du spectateur. Dans ces représentations, soit vous ne connaissez pas l’humoriste, soit vous ignorez s’il est bon sur une heure ou s’il attise suffisamment votre curiosité pour cacher son inexpérience. Soit autre chose. En tout cas, l’offre est supérieure à la demande et la qualité est inégale. Il faut ainsi faire des paris. Accepter de se tromper aujourd’hui, c’est se priver d’une soirée tranquille chez soi à pouvoir zapper.

Avant, c’était le charme de la comédie. Aujourd’hui, les arbitrages du public sont plus resserrés que jamais. Je vous confiais qu’il me fallait 2 humoristes que j’aime bien pour me déplacer en plateau d’humour, ou un super-humoriste. Comprenez : un humoriste qui pourrait me faire traverser le périph’ de bout en bout en métro, même pour deux minutes de blagues.

Aujourd’hui, je crains qu’il faille multiplier ces chiffres par deux. Mon exigence prend des proportions très importantes. Que faire, alors ?

Comique, séduis-moi si tu peux ?

Comme le dirait un certain Johnny H. s’il était là, qu’on me donne l’envie d’avoir envie ! Oui, j’ose écrire ça. Mais pensez-y : les blagues, je les connais à 70 %. Je comprends que les nouveautés sont complexes à pondre pour un comique. En effet, on traverse tous le même moment désagréable. Si les nouveautés ne sont pas la panacée, alors il faut penser aux petites attentions. À ce qui vous fera oublier votre quotidien, comme si tout allait bien.

Ça peut être un spectacle qui commence à l’heure et qui dure le temps prévu. Une description précise de ce qui attend le public. En cela, le 30-30 de Joseph Roussin et Fred Cham était génial (même s’il commençait en retard, paradoxalement). C’était mal parti : entrée libre, aucune possibilité de réserver. Mais le jour J, le bar a tout fait pour faciliter la vie des gens motivés. Réservation obligatoire en message privé, réactivité sans faille, respect des consignes et ambiance plus que conviviale. La soirée reste à ce jour mon meilleur retour à la comédie.

Et pourtant, Dieu sait que j’ai décidé de me faire plaisir. Du Laugh Steady Crew par-ci, du Nadim et Adrien Montowski au Point Virgule par-là, et en dessert, un bon spectacle de Ghislain Blique à la Petite Loge.

La reprise comique en résumé

Le public sera compréhensif et bienveillant lors de son retour au théâtre. Cependant, comme il fera cet effort de soutien, il aura besoin de quelque chose de spécial en retour de la part des comiques. À vous de définir ce qu’il est en mesure d’attendre. Car plus que jamais, le public est roi.

[post_title] => Humour instantané - Retour comique et volte-face [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-comique-roussin-cham [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-08-05 20:21:14 [post_modified_gmt] => 2020-08-05 18:21:14 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1008529 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [10] => WP_Post Object ( [ID] => 9258 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-03-09 16:08:23 [post_date_gmt] => 2020-03-09 15:08:23 [post_content] =>

Pierre DuDza a investi La Petite Loge où il joue son spectacle depuis le début de l’année. L’humoriste, résident au Laugh Steady Crew, a connu l’enfer dans le plus petit théâtre de la capitale. Nous pensions rédiger une critique… La vie en a décidé autrement : nous vous livrons donc un reportage glaçant au plus près des agitateurs de la blague les plus radicaux.

Nb. Depuis le 15 mars, les spectacles n’ont plus lieu à La Petite Loge ou ailleurs. Consultez les dernières recommandations et informations pour savoir quand les rassemblements vont reprendre.

En immersion dans le spectacle de Pierre DuDza, nous nous heurtons à Kévin et ses potes éméchés

La soirée est inhabituelle. Mélissa Rojo, qui assure généralement la régie, fête son anniversaire et a fait venir un remplaçant. Il ne se doutait pas du bizutage qui l’attendait…

La salle se remplit assez rapidement par le fond. Un petit groupe se rapproche dangereusement du fond de la salle, au plus près de moi et Jean-Marc, l’ami fidèle de Pierre. Pourquoi une telle proximité ? Un besoin d’attention, sans doute. Mais aujourd’hui, c’est moi qui ai peur face à ce colosse qui prend place à côté de moi.

Lui, ce n’est pas Kévin. Kévin, surnommé l’homme au chapeau depuis l’affaire, réagit très bruyamment aux premières phrases de Pierre. Rapidement, la salle comprend que le perturbateur ne se calmera pas.

Pierre DuDza à bout de nerfs, mais imperturbable

Et ça ne manque pas : le fil conducteur s’est perdu dès les premières interruptions du flux de blagues. Contre toute attente, Pierre DuDza tiendra bon. Le comique jusqu’au-boutiste essaie tant bien que mal de garder l’attention du public resté silencieux. Or quand Kévin ne réagit plus, ses trois potes prennent le relais. Ils discutent entre eux et débattent comme s’ils regardaient du stand-up sur Netflix. Sur quoi débattent-ils ? Sur le fait qu’ils ignorent l’existence de la carapace bleue dans Mario Kart !

Si le spectacle de Pierre DuDza était intégré à Mario Kart, ce soir-là, il aurait été l’accumulation de tous les pièges imaginés par les concepteurs du jeu. Fait impressionnant : le spectacle traite des trous de mémoire, et Pierre n’en a eu aucun. À aucun moment il n’a eu du mal à reprendre ses blagues en cours de route ou agencer le spectacle pour conserver les rires. Le public traversait le moment avec lui, et répondait par des moments d’hilarité.

Pour autant, les interruptions de Kévin n’étaient pas les seuls pièges à signaler. Pour des gens alcoolisés, ils suivaient très bien le spectacle. Volant la vedette à l’artiste sur scène, parlant plus fort que lui, ils anticipaient les blagues… quitte à les dévoiler sans élégance dans leurs interventions. Dans le jargon, comme ailleurs, on appelle ça mettre les pieds dans le plat. Résultat : ça tombe à plat.

Face à une telle fatalité, certains se seraient noyés dans des larmes de stand-upper fragile. Pierre DuDza est resté digne, droit comme un I. C’est vrai, il s’est allongé sur scène de désarroi. Mais c’était une seule fois ! Vous rendez-vous compte ? À sa place, j’aurais fait un malaise après trois minutes.

Crash-test scénique

Au-delà de la situation cocasse, ce type d’expérience est très formateur. Rageant d’un côté, car quand on rôde, on ne peut rien tirer d’une heure perturbée de la sorte. Mais niveau mental, on est sur une épreuve de Ninja Warrior.

Il est grand temps de vous dévoiler le secret le mieux gardé de l’humour. Tous les stand-uppers rêvent d’obtenir une récompense officieuse. Cette récompense, la profession ne l’accorde pas dans les festivals et autres tremplins. Trop dangereux. Mais dans une carrière, face à des publics indomptables, certains survivent. À ceux-là, je souhaite leur offrir aujourd’hui le Prix Denis Brogniart du rire.

Épilogue : faut-il voir le spectacle de Pierre DuDza ?

Par chance, nous avions déjà vu le spectacle Post-it lors de sa troisième représentation. À l’époque, on avait trouvé Pierre DuDza assez fort dans sa manière de frôler la crise de nerfs lorsqu’il raconte ses histoires.

Entre une bataille âpre avec sa fille, ses trous de mémoire intempestifs et ses dilemmes entre capitalisme et communisme, Pierre livre un spectacle passionnant et divertissant. C’est parfois très écrit, mais heureusement, les blagues sur le chat de Schrödinger viennent alléger le tout. Si, si.

Moralité : avec des post-its, tout est possible. Même dans les soirs les plus sombres. Allez découvrir le spectacle de Pierre DuDza pour avoir le fin de mot de l’histoire !

[post_title] => Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => pierre-dudza-spectacle-imperturbable [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-03-15 09:34:54 [post_modified_gmt] => 2020-03-15 08:34:54 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=9258 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [11] => WP_Post Object ( [ID] => 8897 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-02-18 11:03:27 [post_date_gmt] => 2020-02-18 10:03:27 [post_content] =>

Samedi dernier, Kevin Robin jouait son spectacle Aventurier à la Petite Loge. Vous vous en doutez, on n’allait pas manquer ça ! La moitié du binôme 2 tocards font du stand-up a tenu ses promesses dans le plus petit théâtre de Paris, complet pour l’occasion.

Kevin Robin dans Aventurier : un spectacle frais et optimiste

La première fois qu’on avait vu Kevin Robin, c’était après la fête de la musique 2019 au Comédie Paradiso. Et on était loin de se douter qu’il venait de vivre ce qui allait lui inspirer la dernière partie de ce spectacle.

C’est l’histoire d’un gars qui apprend à se connaître et à se poser des questions, mais toujours en riant de lui-même et en ne se privant pas de vivre. Le spectacle Aventurier ressemble un peu à un diamant brut. Il requiert encore du travail, mais la base est déjà ultra-intéressante.

On voyage dans son introspection, et le périple est empli de légèreté. En effet, Kevin s’observe plus qu’il ne s’analyse. Résultat : son témoignage est honnête et hilarant (les deux « h » de « haha », sans doute…).

L’air de rien, Kevin Robin vous incite même à vivre votre propre aventure. Il ne vous dit pas comment la vivre, mais son récit bouscule plus qu’il n’y paraît.

L’art de la sincérité sur scène

Parfois, les humoristes ajoutent les mots « c’est une vraie histoire » dans leur passage. Kevin n’a pas besoin d’un tel artifice (surtout que souvent, c’est un mensonge). Ses anecdotes ne peuvent être inventées, à la manière d’un Alexandre Kominek, également passé dans cette salle.

Comme il le dit si bien en début de spectacle, Kevin se livre — vraiment. Le public a ainsi profité d’un beau florilège d’humour sincère comme on aime le voir, avec les rires inclus dans la formule. Et livrés en grande quantité, eux aussi !

Bref, si vous cherchez un spectacle brut, honnête et dépaysant, allez voir Kevin Robin et son heure, Aventurier ! La Petite Loge, on compte sur vous pour lui filer un créneau…

Crédits photo

© Nathan Bir

[post_title] => Kevin Robin, aventurier des temps modernes [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => kevin-robin-aventurier-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-18 11:07:11 [post_modified_gmt] => 2020-02-18 10:07:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8897 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [12] => WP_Post Object ( [ID] => 8522 [post_author] => 1 [post_date] => 2020-01-31 19:10:13 [post_date_gmt] => 2020-01-31 18:10:13 [post_content] =>

La programmation humour des salles de spectacles passe par différents canaux. Outre le bouche-à-oreille, les théâtres draguent les comiques sur le web et les réseaux sociaux. On vous présente deux nouveaux acteurs avant de reprendre les bases sur le processus de sélection.

L’Antre Acte Théâtre : une programmation humour dans un lieu de magie

L’Antre Acte Théâtre : photo de la salle

L’Antre Acte Théâtre, théâtre associé à l’Antre Magique, nous a écrit pour relayer leur volonté de diversifier leur programmation. Si on vous en parle, c’est parce que les autres théâtres ne font pas cet effort de prospection directement en passant par nous.

Pour quels spectacles ?

Mélodie Gambin, qui s’occupe de la programmation, ne précise pas de genre spécifique. One-man/woman show, pièces de théâtre avec peu de décors, seul en scène (chansons, poésies...), stand-up — la liste est plutôt exhaustive !

Si cela vous intéresse, écrivez au théâtre ! Joignez une description du projet et un lien vers une bande démo vidéo si vous souhaitez être programmé.

L’Antre Acte Théâtre - Infos pratiques

L’Antre Acte Théâtre se situe au 50 rue Saint-Georges (M12 - Saint-Georges).

Salle climatisée de 49 places en gradins. Caractéristiques :

  • Un plateau de 3,50 x 2,50 m
  • Régie son et lumière
  • Rétroprojecteur et écran
  • Possibilités de captation vidéo de votre show par des caméras 4K
  • Loge avec douche et WC séparés

Communiquer par les réseaux sociaux pour sa programmation humour, le choix du Théâtre Pixel

Le Théâtre Pixel n’a pas été jusqu’à nous écrire… Mais cette salle de 40 places a utilisé Facebook pour rechercher des spectacles. À titre d’exemple, Brahms y a joué en janvier. Actuellement, la programmation est variée, assez éclectique et destinée à tous types de publics.

Et avant, c’était un magasin de motos Harley Davidson. On verra si le théâtre incite autant au voyage et à la liberté que le lieu précédent…

Programmation humour : l’identité des théâtres en ligne de mire

Avant de vous laisser, sachez que les théâtres sont nombreux à Paris. La location de salle, c’est rentable… Pour mettre toutes les chances de votre côté, renseignez-vous sur le théâtre et son exigence de programmation.

Le quartier de l’Antre Acte théâtre vous dit sûrement quelque chose. En effet, il se trouve à proximité de la Petite Loge, une institution pour les nouveaux spectacles d’humour… Si ce théâtre est aussi réputé, c’est parce que son identité et son positionnement sont clairs. Aucune ambiguïté : on rode des premiers spectacles, et on passe des auditions face à des comédiennes exigeantes.

[post_title] => Programmation humour : opération séduction des théâtres [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => programmation-humour-theatre-spectacles [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-02-03 17:36:27 [post_modified_gmt] => 2020-02-03 16:36:27 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=8522 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [13] => WP_Post Object ( [ID] => 7314 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-10 11:53:51 [post_date_gmt] => 2019-11-10 10:53:51 [post_content] =>

Un retour à Paris, c’est toujours brutal. Mais ce samedi, la capitale est devenue rouleau-compresseur, ou montagnes russes. Récit d’un retour à la réalité du rire parisien.

Mise à jour 11/11/2019 : suite à cet article, Syphax s’engage à faire le point avec les humoristes concernés pour améliorer l’organisation de certains plateaux qui ne respectaient pas le système de réservation (ceux du vendredi et samedi soir à 21h30). On est ravi que cet article ait accéléré la chose, puisqu’ils avaient déjà reçu des retours négatifs et prévoyaient de les prendre en compte.

Syphax, pour rappel, c’est celui qui a eu la lourde tâche de remplir des créneaux à la Taverne de l’Olympia, de trouver des organisateurs sur plusieurs soirs par semaine et de gérer deux des plateaux du lieu. C’est aussi le seul qui a été constructif dans ses retours.

Retour à Paris : Antek, le meilleur pour un atterrisage en douceur

Antek était de retour au 33 Comedy, donc j’ai mobilisé le restant de mon énergie pour le soutenir. En plus, les nouveaux horaires du 33, deux sessions à 17h45 et 19h, me permettaient de m’éclipser pour une soirée tranquille.

Tout commençait donc très bien, malgré une ligne 4 pleine à craquer et la frénésie habituelle de Château Rouge. Cela restait dans la norme, donc pas de scandale. Le plateau se passait très bien, avec Morgane Cadignan qui assurait un bon passage, et Seb Mellia qui tuait la salle. Guano tentait des choses qui ne me parlaient pas forcément, mais qui le faisait très bien. Samy Bel était lui aussi bon, et Antek réussissait un très beau passage lui aussi.

Rien à signaler, donc, jusqu’ici. Mais le Barbès Comedy Club, c’est là où tu croises du monde. À Paris, tu as vite fait de ne pas pouvoir rentrer chez toi quand tu tombes sur une vieille connaissance. Dont acte, avec Harlem Dallas. J’aurais tellement dû en rester là…

Second service au 33 Comedy

J’ai donc fait le tour du Barbès Comedy Club pour reprendre une consommation, avec une vessie qui ne tiendrait plus longtemps la distance. Pas le temps de passer au contrôle technique, il fallait déjà rentrer dans la salle. Techniquement, ça n’arrive pas qu’un membre du public se farcisse deux sessions à la suite. Face aux seuls toilettes du Barbès Comedy Club, les incivilités régnaient : les filles se plaignaient de la lenteur de celle qui était dedans, et mon niveau de stress augmentait encore plus. Tant de haine pour pas grand-chose…

Heureusement, dans la salle, c’était le 33 Comedy. Le line-up évoluait un peu : Boriss Chelin remplaçait Samy Bel. Les passages de chacun étaient très différents. Ainsi, Guano me séduisait, Antek trébuchait là où il avait triomphé une heure plus tôt. Son cerveau a sans doute anticipé le moment où il allait être percutant, ce qui l’a déstabilisé et l’a fait bafouiller. Ce simple détail détruisait son effet, et cassait toute la dynamique du passage. Rageant, mais tellement nécessaire pour comprendre le niveau de détail qu’il faut pour plier une salle.

Morgane Cadignan, qui avait testé une vanne lors du premier plateau sans succès, changeait toute la physionomie de son passage. Plus de sûr, et de nouveaux thèmes abordés. Ça fonctionnait encore, mais pas pour les mêmes raisons.

Seb Mellia modifiait lui aussi légèrement certains éléments de son set, mais restait percutant. Pendant la première session, il avait lancé à Antek un truc du genre : « Mets moi plutôt au milieu, ce sera mieux que tu passes après mon passage de dépressif ». Je n’étais donc pas surprise de le voir débarquer avant Antek, et en profiter pour essayer de gratter du temps. Ainsi, il dépassait les deux fois, arguant qu’il avait sans doute le droit à un peu plus de temps après 13 ans de stand-up. Il ajoutait d’ailleurs que le public passait un bon moment, le prenant à parti pour forcer la main du MC. Il n’en abusait pas, alors on a fermé les yeux et trouvé ça amusant.

Finalement, les choses se passaient bien. Il me restait une étape : Harlem me disait qu’on retrouverait Renaud Sanviti. Comme vous le savez, c’est toujours agréable de discuter avec ce puriste. J’ai cru qu’on allait boire un verre, mais en fait, on allait se rendre à un plateau. Et comme pour l’alcool, il y a toujours le plateau de trop.

Le plateau de trop, Umbrella Comedy : retour à Paris dans la douleur

À une centaine de mètres de l’Olympia, la rue Caumartin regorge de bars et restaurants piégeux. Sans charme pour certains, ils n’inspirent pas vraiment confiance. La Taverne de l’Olympia accueille plusieurs plateaux au graphisme plus que douteux.

La communication Facebook de ces plateaux me donnait envie de ne jamais y mettre les pieds. Mais Renaud avait besoin de deux personnes pour jouer : un pré-requis demandé par les organisateurs, si on peut les appeler ainsi. Car il s’agissait cette fois de l’Umbrella Comedy, et après enquête, il s’avère que les incidents soient liés à un individu isolé. Nous n’aurions donc pas eu de chance. Plusieurs témoignages viennent confirmer cette thèse : les programmations de l’Umbrella Comedy allaient en s’améliorant, tandis que certains plateaux ont une meilleure réputation à la Taverne. Ça ne reste pas foufou, mais rien à voir avec ce que nous allons vous raconter.

Après avoir passé une semaine géniale à Nantes où les patrons de bar et les comiques étaient adorables, le choc fut brutal. J’avais littéralement peur des gens du bar, qui nous plaçaient à une table livrée sans chaise, près de la porte. Les gens s’agglutinaient de plus en plus dans ce petit espace, et je commençais à perdre la raison.

Harlem alpaguait les serveurs de manière autoritaire et je ne savais plus où me mettre. Je me disais qu’à tous les coups, ils allaient se venger en mettant quelque chose dans mon plat. Alors comme une victime, je disais un peu trop « s’il vous plaît » et « merci ». Au final, le plat était bon et les frites chaudes. Rendons à César ce qui lui appartient.

Le piège continuait toutefois de se refermer, tandis que nous étions 28000 âmes au mètre carré. Une demi-heure après l’horaire annoncé, les gens commençaient à faire la queue. Comme il y en avait beaucoup, on commençait à leur dire d’aller dehors. La porte s’ouvrait, se refermait, les gens étaient à 30 cm de mon assiette, c’était un cauchemar.

Ensuite, on a commencé à crier le nom de Renaud, qui devait ramener ses invités en début de queue. De fait, on a doublé tout le monde et on a entendu les gens nous insulter. En gros, on faisait partie des gens qui avaient réservé, donc on allait accéder à la salle. Tout de suite ? Non ! L’escalier était blindé, et on s’y est repris à 3 fois pour passer. On nous a calé pile dans le passage, et une fois assis sur une chaise en plein milieu, 58 personnes nous ont dit « excusez-moi » pour passer. Je n’en pouvais plus, je commençais à agresser un type derrière moi et je voulais crier à tous ceux qui me passaient dessus de me laisser tranquille. Un viol comique.

Je voyais en même temps la qualité du line-up se détériorer, avec des humoristes sacrément pétés. Le MC du soir, Othman, remplaçant, était une catastrophe : il se croyait à la kermesse, sautillant en mode karaoké sur One More Time. On me dit dans l’oreillette qu’à cet instant, les Daft Punk ont songé à arrêter leur carrière.

Il lançait Pedro, alias Alexandre, après une chauffe ultra-malaisante. Je le regardais en l’implorant par le regard d’arrêter la scène. Même chose pour Pedro-Alexandre, qui allait signer le set le plus raciste de la décennie. Franchement, dire que les Chinois prennent des photos parce qu’ils ont les yeux bridés et que sans ça, ils ne voient rien… J’en ai vu du racisme, mais celui-là, il est de compétition ! Pour un retour à Paris, on était vraiment dans une expérience violente. Là, j’ai compris la vidéo du nouveau comedy club de Fary…

Renaud arrivait sur scène, tandis qu’on voyait le gérant du bar nous menacer : il mimait globalement qu’on n’avait pas payé. Et c’était vrai, je me disais qu’on le ferait après le plateau, parce qu’il y avait 30000 personnes devant le comptoir et que ce n’était pas pratique. De fait, j’ai profité de la fin du passage de Renaud pour remonter et enjamber la dizaine de membres du public dans l’escalier et régler. Et là, le gars commençait à m’embrouiller, en me disant : « Si ça se trouve, vous aviez oublié, moi je suis honnête, je paie mes impôts ». Je n’ai pas dit le contraire, ce qui rendait sa réplique suspicieuse. Je payais donc pour moi et Harlem, histoire de calmer le jeu, et comme je voyais qu’il continuait d’insinuer qu’on était malhonnêtes, j’ai embrayé.

J’ai demandé depuis combien de temps ils organisaient ces soirées, il me répondait six mois. Arguant que c’était le samedi, que quand deux personnes devaient venir, il y en avait finalement douze. Je lui parlais d’Eventbrite, il me disait qu’ils passaient par-là mais que ces sur-réservations à l’improviste rendaient cela difficile. C’est juste le samedi, les autres jours, il n’y a personne.

Les organisateurs de l’Umbrella Comedy, franchement, faites quelque chose. L’accueil du public ce soir-là était inadmissible. Combien, parmi eux, ne reviendront jamais voir du stand-up ? Si vous n’êtes pas bons sur scène, essayez au moins de recevoir les gens décemment. J’étais tellement choquée que j’ai pris une minute, après avoir regagné la rue, pour respirer. Et après, j’ai filé à la Petite Loge en PLS pour espérer voir des têtes amies. Aude Alisque, à qui j’ai tenté de donner des flyers pour justifier ma présence, m’apaisait immédiatement. Perrine, la gérante du lieu, n’en croyait pas ses oreilles lorsque je lui expliquais cette soirée condensée en deux phrases. Au moins, le public de la Petite Loge avait passé une bonne soirée, et tout allait revenir à la normale.

Clarifications et conseils à l’Umbrella Comedy et aux autres plateaux

Suite à la publication de l’article, de nombreux humoristes ont pris le temps de m’écrire ou de m’envoyer des messages vocaux. Un objectif : souligner le caractère anormal de la soirée. Il faut dire qu’effectivement, cela faisait très louche de voir autant de monde si les organisateurs proposaient des soirées comme celle-ci à chaque fois.

Pour faire mieux et se distinguer de cette expérience-là, voici nos conseils :

  1. Rester fidèle aux réservations, et définir un nombre maximum de personnes qui peuvent rentrer.
  2. Disposer la salle avant de faire rentrer les gens (ce qui est plus simple quand vous connaissez le nombre de réservations…).
  3. Commencer à l’heure, avec 15 minutes de tolérance (allez, 20 tout au plus).
  4. Faire un contrôle qualité minimal sur les gens que vous programmez : il y a bien assez d’humoristes pour éviter les naufrages.
  5. Améliorer le graphisme, simplement pour vous distinguer des autres. Si la présentation est soignée, peut-être qu’on sera bien reçu et qu’il y aura de la qualité.

On espère que l’Umbrella Comedy ne vivra plus jamais de soirées comme celle-là. Et concernant le personnel du bar, peut-être qu’eux aussi étaient à bout face à l’organisation précaire de cette soirée-là.

Parlez-vous l’humoriste : anatomie des plateaux pétés

Un « plateau pété » (sic !), est-ce mal ? L’expression revient souvent. En réalité, un plateau pété, cela peut désigner deux choses.

Tout d’abord, il y a le plateau de niveau débutant. Les organisateurs apprennent et font leurs premiers pas, ils programment parfois maladroitement et les conditions ne sont pas idéales. Ces plateaux-là, on les aime bien. Un exemple vu récemment, c’est celui du Mamak Comedy Club.

En gros, la soirée est assez bonne, les humoristes n’ont pas encore le niveau nécessaire pour jouer ailleurs et ils travaillent en faisant plaisir à un public bienveillant. Tout le monde y gagne, et les cobayes ne sont pas surpris. Pas d’entourloupe.

Deuxième cas de figure : celui décrit dans cet article. Ici, nous avons un cas extrême avec la soirée de l’Umbrella Comedy du 9 novembre. Mais globalement, dans ces soirées-là, ça ne va pas. Ça peut venir du bar, des interactions agressives avec le public ou d’un vol de vannes. Là-dessus, les comiques sur le devant de la scène sont assez créatifs. Et ça, c’est ce qu’on ne pardonne pas. Une fois, ça passe, mais si ça devient une habitude, le plateau va fermer.

Retour à Paris : les montagnes russes, c’est ici

Paris a cela d’unique que vous pouvez passer huit soirées en une. Oubliez les bars conviviaux, bonjour l’opportunité de créer des souvenirs à qualité variable. Voilà comment se passe un mauvais samedi soir ordinaire dans la capitale, et pourquoi Nantes a vraiment quelque chose de spécial que certains plateaux à Paris ne sauront jamais reproduire… Le retour à Paris était difficile, éreintant et c’est malheureusement cela qui rend cette ville si spéciale.

[post_title] => L’art du retour à Paris - Humour instantané [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => retour-paris-plateaux-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-04-25 19:24:43 [post_modified_gmt] => 2020-04-25 17:24:43 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7314 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [14] => WP_Post Object ( [ID] => 7269 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-31 16:16:22 [post_date_gmt] => 2019-10-31 15:16:22 [post_content] =>

Rosa Bursztein a prolongé à la rentrée à la Petite Loge. Son spectacle ne s’appelle plus Ma première fois, mais Tenir debout. Un beau clin d’œil au stand-up, discipline dont elle est tombée amoureuse. Et en amour, Rosa semble passionnée ; elle risque donc de s’accrocher et devenir une figure incontournable de la scène stand-up française.

Sur la route d’un spectacle de qualité

Imaginez : vous êtes une comédienne aguerrie. Établie, qui connaît les codes de son métier. Et puis vous découvrez le stand-up sur le tard. De fil en aiguille, l’admiratrice-spectatrice que vous êtes veut trouver sa propre voix.

Pour cela, vous gagnez l’open mic du Laugh Steady Crew et revenez une seconde fois. Ensuite, vous vous frayez un chemin dans les meilleurs plateaux d’humour de Paris, et vous décrochez une créneau à la Petite Loge. Votre première affiche et votre premier titre de spectacle sont des impulsions : il faut agir vite pour monter son heure dans les temps.

En effet, la chance (celle que seuls les meilleurs saisissent) vous amène à une programmation au festival d’Avignon en 2018. Comme il faut faire vite, quelque part, ça n’est pas encore ça. Mais la Petite Loge vous accueille, vous fait confiance et vous aide à grandir. Mieux : Mélissa Rojo, qui co-dirige le théâtre, vous adoube. Humainement, vous faites la paire. On va se démener pour vous.

Tenir debout : Rosa Bursztein réagence tout !

À la rentrée suivante, vous changez tout : l’affiche, le titre, le costume, le jeu et le texte. Vous vous retrouvez sur scène avec une certaine décontraction, en pyjama, même ! Voilà le parcours scénique de Rosa. Mouvementé, il lui a appris à se connaître. Au revoir les clichés sur la parisienne intello. Bonjour Rosa la vraie, l’authentique, la sans-filtre.

C’est assez rare de proposer un spectacle fin et drôle dans le même temps. Souvent, les rires ne sont pas intenses mais la performance est belle, ou inversement. Dans le cas de Tenir debout, les deux extrêmes « gros rires » et « performance théâtrale » s’assemblent.

Comme le dit Cyril Hives en off, oui, Rosa et moi nous nous ressemblons. La galère des applis, la manière si harassante de rester figée sur le même gars. On pourrait tomber dans le cliché de la harceleuse, mais on dissocie l’exigence de la folie. Rosa nous offre ainsi une fin lucide et assez poétique, qui incite à être soi-même et conserver son intensité quand on en a. Après tout, aller contre soi-même empire souvent les choses. Rosa, on aime qu’elle soit ainsi, car qui d’autre pourrait nous raconter tout cela avec autant de justesse ?

Rosa Bursztein en podcast : les mecs que je veux ken

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => Tenir debout : le spectacle de Rosa Bursztein [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => rosa-bursztein-tenir-debout-spectacle [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-11-11 16:00:28 [post_modified_gmt] => 2019-11-11 15:00:28 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7269 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [15] => WP_Post Object ( [ID] => 7036 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-07 08:40:03 [post_date_gmt] => 2019-10-07 06:40:03 [post_content] =>

5 octobre 2019 : Shirley Souagnon assurait l’ouverture de son comedy club, le Barbès Comedy Club. Tout le gratin du stand-up y était, mais l’actualité chargée nous menait ailleurs.

Ouverture du Barbès Comedy Club vs. rentrée La Petite Loge : la part belle aux talents de l’humour

Cette semaine marquait en effet la première de nombreux spectacles à la Petite Loge. Nous avons vu ceux de Ghislain Blique, Avril et Mahaut, qui figurent tous dans « 1 jour, 1 reco ».

Pas de panique pour le Barbès Comedy Club : si on a manqué l’ouverture, on prévoit de s’y rendre le lundi et le samedi de la semaine suivante, histoire de s’imprégner de l’ambiance authentique après la tempête médiatique. En prime, le retour du 33 Comedy Club, ça ne se manque pour rien au monde.

👉 Tout savoir sur le Barbès Comedy Club

Ghislain Blique en avait quelque chose à branler

L’heure de Ghislain, on vous l’avait dit : on la fantasmait. C’est casse-gueule, vraiment. Alors que tout le monde entretient des attentes élevées, on espère que l’artiste va garder son sang-froid.

Ghislain, je l’ai vu esquiver la rue la Bruyère, où se trouve le théâtre de la Petite Loge. Car oui, j’avais bien 40 minutes d’avance de peur d’avoir un problème de transport. Moquez-vous, mais vous verrez que cette prudence m’a porté chance trois jours plus tard…

Il avait sa capuche vissée sur son crâne, l’air assez stressé. C’était furtif, mais quand on connaît Ghislain, on peut le deviner. Ce puriste a ensuite gagné la scène, a bu beaucoup d’eau et a délivré ses blagues. Il était à la fois sûr de ces blagues, testées depuis des mois voire des années, et incertain.

Incertain car il fallait tenir une heure : un défi, une prouesse quand c’est la première fois. Sa vulnérabilité sur scène a joué en sa faveur, puisqu’il a conquis le public avec plus de force. On avait envie de le voir franchir cette étape avec succès. On l’encourageait comme un athlète de marathon. C’était un beau moment de spectacle vivant. Chacun rentrait ensuite chez soi, pour une fin de soirée sans histoire.

Mission accomplie pour Ghislain, qui part avec une base solide et qui risque de progresser encore par la suite. Son fil conducteur, c’est lui-même. Son personnage scénique très abouti l’aide beaucoup à compiler ses meilleures blagues et former un tout homogène.

Avril : c’était déjà mieux maintenant, ça sera encore plus fort demain

Changement radical d’ambiance avec Avril, le samedi soir. La prise de risque était énorme : plus de la moitié du spectacle constituait du test. Même pour une recrue du Laugh Steady Crew, c’est une prouesse.

Son acolyte des Ouais Ouais Ouais, Pierre DuDza, stressait pour lui. Et en même temps, il avait tellement envie de voir le résultat. Il y avait aussi Alexis Tramoni, l’agitateur du Ça dit quoi ? Comedy Club et accessoirement gros, gros rire. Votre allié, votre gars sûr quand vous vous lancez sur une heure.

Et il y avait moi. Moi qui, malgré les 40 minutes d’avance, a affronté une adversité souterraine féroce. Après trois métros et un tram qui jouait avec mes nerfs, je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. Mais même un accident grave de voyageur n’allait pas me gâcher la fête. J’étais en train de relativiser, du genre : « C’est quand même vachement bien d’être en vie, on va y arriver. Pourquoi la rame stationne à Châtelet ? Et pourquoi à Madeleine, on n’a pas d’infos sur les prochains trains ? ». Gros pétage de câble, mais on était là à 21h15. Donc encore du stress pour rien.

Et de fait, on ne stressait pas du tout pour Avril. Connaissant sa préparation, ça allait forcément être intéressant, une fête, un truc bien. Enfin, on croyait ne pas stresser. La vérité, c’est que dans notre attente, il y avait une vraie charge mentale. Il s’est pris pour un pilote de dragster de la vanne.

On ne s’attendait pas à ça !

Le Barbès Comedy Club, comme la Petite Loge, ce sont des endroits pour travailler. Prendre des risques. C’est le meilleur en spectacle vivant, c’est pour ça que ça bat constamment Netflix. Et là… Il y avait tant d’idées exploitables, tant de chemins vers une heure solide. C’était un festival, un feu d’artifice et un gros bordel ultra-organisé.

J’étais incapable de formuler une critique à la sortie du spectacle. Sonnée, je voyais tous les proches d’Avril le congratuler. Encore une fois à la manière d’un athlète qui venait de remporter une compétition. Ça m’a donné un peu le tournis. Avril me demandait constamment si ça allait, je devais être dans une de ces torpeurs. Il était impatient d’avoir mon ressenti, mais ça n’allait pas être possible.

Mon cerveau était simplement en train de trier toutes ces nouvelles informations. Je ne comprenais pas la décontraction avec laquelle tout le monde avait déjà un avis sur ce qu’on venait de voir. Habituellement, comme je connais plus ou moins le contenu ou l’univers de la personne, c’est plus simple. Impossible de mettre ce que j’avais vu dans une case. J’ai ri, j’ai froncé les sourcils, je me suis fait balader d’idée en idée…

Potentiel et marge de progression : ce spectacle sera une bombe à rires dans 1 an

Mais pour Avril, c’est toujours la même rengaine : il peut faire beaucoup de choses, si bien qu’on ne sait pas où il peut aller. Alors je lui ai formulé une critique sur-mesure, par rapport à mes envies à moi. J’avais l’impression d’avoir aimé, et en même temps de voir 1 000 manières de sortir le potentiel de cette heure-là. J’avais peur de la modeler à mon envie, et quelque part de brider un talent par pur égoïsme ou envie de trouver des repères.

C’était vertigineux. Ma seule satisfaction, c’est le titre de ma critique BilletRéduc. Vous n’avez que ça à lire pour comprendre :

C’est perché, mais de là-haut, la vue est magnifique !

Pour vous donner le sous-texte, ça veut dire qu’il fallait s’accrocher pour suivre Avril dans tout ce qu’il nous a proposé. Parler des nombres premiers à 22h30 et nous garder avec lui, c’était assez fort. Je vois tellement de potentiel dans cette heure, dont la première version risque d’évoluer énormément, de semaine en semaine.

Mahaut : future reine du stand-up ?

Après ça, on peut mourir tranquille ? Pas du tout ! Mahaut méritait bien le semblant d’énergie qui me restait. Je n’étais pas épuisée, mais j’avais accumulé tant de bonheur scénique en si peu de temps… Tout cela en ratant l’ouverture du Barbès Comedy Club ! Merci le rire, longue vie au rire.

Je n’avais aucune attente concernant Mahaut. C’était surtout de la curiosité. En quelque sorte, elle pouvait respirer davantage quant à ma venue. Mais une première reste un moment important, et je me devais de la juger avec autant de bienveillance et d’analyse que ses deux comparses.

En réalité, je n’ai eu besoin ni de bienveillance, ni d’analyse. Après un spectacle aussi cérébral que celui d’Avril, Mahaut m’offrait un sas de décompression.

Déjà, le show était minuté : ça ne dépasse pas le temps. Mahaut était précise sur toutes ses vannes et elle captait notre attention. Si bien que je n’ai pas vu le temps passer.

Bouquet final du rire

Mahaut peut vous parler de bermudas, de télé-réalité comme de lignes éditoriales des journaux de tous bords. À chaque fois, elle passe des sujets les plus superflus aux plus fouillés.

Les rires viennent naturellement, et ils sont même loin d’être timides ou hésitants. Mahaut vous fait passer une heure de rire et de détente, faisant de son spectacle le programme idéal de votre dimanche soir.

Comme au Laugh Steady Crew, elle a cette maîtrise scénique qui vous fait oublier qu’elle n’a pas l’expérience d’une Marina Rollman. Comme je n’avais pas d’attente particulière, j’ai pu rire beaucoup plus facilement. C’était libérateur : j’ai oublié que je venais la critiquer. Ensuite, j’ai été dithyrambique sur les réseaux sociaux et je ne veux pas que ça la desserve.

Donc, comme pour tous les nouveaux spectacles à la Petite Loge : allez-y sans idée préconçue. Ce n’est pas le spectacle de l’année — ça a juste été un excellent moment pour moi, le meilleur des trois spectacles de cet article selon moi.

À vous de vous faire votre propre idée ! La seule chose, c’est que si vous ne la voyez pas, vous manquez une belle expérience. Si vous ne vous sentez pas l’âme d’aller aux plateaux en langue étrangère du dimanche au Barbès Comedy Club, prenez le temps d’aller à la Petite Loge pour Mahaut !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => barbes-comedy-club-petite-loge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:23:29 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:23:29 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7036 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [16] => WP_Post Object ( [ID] => 6977 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-30 10:09:34 [post_date_gmt] => 2019-09-30 08:09:34 [post_content] =>

Dimanche dernier, Le Parisien organisait une journée consacrée à l’humour lors du festival Paris Paradis. Comme souvent dans ces événements huppés, on n’a pas pris autant de plaisir. Pourquoi ? Tout simplement parce que les humoristes ont, à de rares exceptions, livré le meilleur de leurs blagues au public. Aujourd’hui, on vous explique pourquoi on préfère voir les humoristes tester des blagues !

Tester des blagues : une innovation et une prise de risque

Certaines personnes disent que les plateaux d’humour, c’est une salle de gym. Comme les sportifs, les humoristes s’entraînent pour de vraies soirées, comme celle du festival Paris Paradis. Des soirées où le public paie pour rentrer, et où le chapeau est absent.

Pire encore : les spectateurs de ces plateaux d’humour sont appelés des « cobayes ». Vraiment ? Pour promouvoir l’art du stand-up, on s’y prend à l’envers, non ?

La naissance d’une blague

Le public qui écoute des humoristes tester des blagues va assister à la naissance des blagues. Elles viennent d’être écrites ou pensées, et tout peut arriver pour elles. Il y a un côté « loterie » qui, certes, donne l’impression de se retrouver dans un traquenard.

Mais réfléchissons-y un peu plus. Dans le public, vous avez plus d’impact que le jury de The Voice. Votre rire va avoir une incidence directe sur le cycle de vie de la blague. Vous allez définir son destin : soit vous avortez (et parfois, c’est la meilleure chose à faire), soit vous lui offrez un ascenseur social ou une immunité. Vous pouvez lui offrir une voie royale vers l’élite du rire. Et si vous êtes chanceux, vous allez conditionner la signature de l’humoriste.

La signature d’un humoriste : une punchline mémorable

Quand je pense à chaque humoriste, une blague me vient tout de suite. C’est pour ça que les humoristes parlent de « la blague de Ghislain », par exemple. Tous les humoristes peuvent développer ce truc et proposer une blague iconique, qui vous rappelle à qui vous avez affaire.

Tous ? Presque, si nous excluons ce génie de Gad Elmaleh. On n’analysera pas ses derniers commentaires, mais ils valent le détour. Le gars s’est offert un petit buffet sympatoche dans les locaux du Parisien. Il n’a guère été titillé dans son mea culpa et il nous même offre un medley des meilleures techniques de communication de crise. Contrairement au test, rien n’est laissé au hasard ici… Et pourtant, ça foire !

Bon, ça, c’est fait. Maintenant, revenons aux humoristes qui se démènent pour vous faire rire. Parce qu’on a besoin d’une bonne cure de sincérité après cette chienlit.

« Le test, c’est pour les nouveaux. Les vrais humoristes font du sûr. » (sic !)

Cette citation n’a aucun sens. Globalement, tout le monde doit tester des blagues pour les muscler et les transformer en hits de légende. Parfois, ça prend des formes inédites, comme pour le Comte de Bouderbala cet été. Les témoignages convergeaient : il demandait au public ce qu’il pensait de différents sujets, sans trop tester. Une sorte de sondage à grande échelle, où tu payais 6 euros pour discuter avec le gars. Je voudrais bien vous en parler, mais il a annulé sciemment les dates où je devais venir…

Sans vrai test, donc, le sûr n’existe pas. Après, vous avez le choix : soit vous attendez que le spectacle coûte cher ou qu’il passe à la télé ou sur internet. Mais vous ne connaîtrez jamais le frisson des premières punchlines. Vous ne serez jamais dans la confidence des débuts.

Pour tous les grands événements, comme le One More Joke au Grand Rex ou cette belle soirée du Parisien, on s’ennuie un peu. C’est comme si l’on mangeait le même repas sans arrêt. Je suis capable de prendre du plaisir à manger quatre risottos à la suite, mais je commence à montrer des signes de faiblesse.

C’est comme si vous aviez toujours les mêmes conversations. Voilà, c’est un repas de famille que de se passer en boucle le meilleur de machin. C’est comme les émissions de musique sur W9 qui reviennent sur l’année 2002. Ce n’est décidément pas la vraie vie.

Tester des blagues : où voir du rodage ?

Si vous êtes fidèle lecteur du spot du rire, déjà merci, ça fait plaisir. Vous avez dû lire nos interviews de la Petite Loge. Il y a tout dedans : d’abord, le plaisir d’offrir une expérience intimiste où les talents se découvrent et se dévoilent. Ensuite, la sélection de ces pépites et la garantie de trouver un « supplément d’âme » chez eux. C’est pour ça, par exemple, qu’on a pris la peine de voir le spectacle de Thomas Wiesel en rodage à Lyon. On aurait pu attendre 2020 et guetter son apparition à Paris, mais on ne pouvait pas attendre.

Tester quelque chose, dans ce lieu ou ailleurs, ce n’est pas proposer un passage non préparé. Sinon, personne n’irait voir les soirées Premières fois de Yacine Belhousse. Quand un artiste teste, il livre une pièce supplémentaire du puzzle. Si vous les assemblez toutes, vous obtenez une vision assez fidèle de celui qui vous fait rire. Ça pourrait faire fermer tous les torchons de la presse people si tout le monde connaissait cette astuce.

Pour en voir plus, vous pouvez aussi aller voir les plateaux d’humour. Vous tombez très bien : on vient de les mettre à jour ! On a aussi beaucoup suivi le Laugh Steady Crew à la rentrée. Ces humoristes-là font du 100 % test avec les thèmes du public ! Et Thierno Thioune, leur metteur en scène, vous transforme ces pépites humoristiques en tueurs de salles.

Avant de vous laisser, on se devait de vous présenter ce nouveau concept extrêmement prometteur. L’entre-potes comedy club, c’est la réunion de 40 humoristes qui testent, se clashent et profitent d’une émulation quasi-unique en son genre. C’est une sorte d’After Work Comédie en encore mieux. Merci à Clovis pour cette initiative !

Crédits photo

© Christine Coquilleau

[post_title] => Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => tester-blagues-standup [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-02-19 15:58:39 [post_modified_gmt] => 2021-02-19 14:58:39 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6977 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [17] => WP_Post Object ( [ID] => 6896 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-25 10:00:22 [post_date_gmt] => 2019-09-25 08:00:22 [post_content] =>

Paul Mirabel continue sa progression à la Petite Loge avec son spectacle Bientôt. L’étudiant le plus drôle de France est rapidement devenu une pépite humoristique à suivre. Les festivals rêvent de primer sa présence si frappante sur scène. Zoom sur un talent reconnu unanimement.

Paul Mirabel à la Petite Loge : le meilleur développement possible

Paul Mirabel, c’est donc le nom que tout le monde murmure parmi les découvreurs de talent. Tout le monde se l’arrache, et il vient même de trouver une boîte de production.

Le gagnant du tremplin humour du Festival d’Humour de Paris assure ainsi le rodage de son spectacle à la Petite Loge. Dans ce lieu qui couve les futurs grands du rire, il y évolue donc dans un cadre intimiste. Un peu comme Fary, lorsqu’il était repassé par le Théâtre la Cible ? Si j’étais journaliste au Parisien, j’écrirais sans doute ça.

Mais je ne le suis pas. Pour moi, Paul Mirabel, c’est d’abord une présence. Elle semble innée, digne d’une aura. Paul Mirabel, c’est aussi un subtil mélange entre une force qui plie les salles en deux et la fragilité de l’artiste brut. On souhaite le meilleur à cet artisan du rire, et on se fait aussi de moins en moins de souci pour lui !

Infos pratiques

Quand ?Les mercredis et jeudis à 20 heures jusqu’au 19/12
Horaire exceptionnel le 21/11 à 19 heures
Où ?Théâtre le Grand Point Virgule (Paris)
Retrouvez toutes les dates de tournée !
TarifÀ partir de 12 € (différents tarifs réduits sur Fnac Spectacles)

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Christine Coquilleau / Portfolio Underground Comedy

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Paul Mirabel, bientôt au sommet du rire ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => paul-mirabel-spectacle-bientot-petiteloge [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-17 15:31:24 [post_modified_gmt] => 2019-09-17 13:31:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6896 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 18 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 1010847 [post_author] => 1 [post_date] => 2021-06-05 18:54:41 [post_date_gmt] => 2021-06-05 16:54:41 [post_content] =>

En matière de formation d’humoriste, Montréal a longtemps brillé, bien devant Paris. L’École Nationale de l’Humour a même fait des émules sur la scène stand-up actuelle. Roman Frayssinet est l’exemple le plus connu, tandis que Cyril Hives a débarqué au Québec en pleine pandémie.

Aujourd’hui, le mouvement de professionnalisation de l’humour rend les artistes plus exigeants. D’une part, ils accèdent à des contenus humoristiques en VO qui les tirent vers le haut. Même si Franck Dubosc est un artiste intéressant à suivre, on a quand même bien de la chance de voir des contenus de Bill Burr, Bo Burnham, Chelsea Peretti, Jimmy Carr ou encore Michelle Wolf en 2021.

D’autre part, ils sont plus nombreux à aller sur le terrain. Avant, l’humoriste Alex Nguyen jouait les éclaireurs pour la nouvelle génération. De nombreux humoristes préféraient passer par son intermédiaire que par les écoles existantes, jugées trop chères et peu axées stand-up. Maintenant, les nouveaux venus se jettent à l’eau sans intermédiaire. Presque littéralement sur des péniches parfois, pour réaliser leurs premières scènes ouvertes. Et ensuite, il y a les plateaux réguliers, les 30-30, les spectacles et autres festivals. Percer sur YouTube, être visible sur les réseaux, espérer des retombées presse sur des médias de plus en plus fragmentés… Les défis sont nombreux.

Écoles, masterclass, ateliers… Quelle formule choisir pour devenir humoriste ?

Pour apprendre le métier, on a aussi vu fleurir récemment des masterclass au Fridge et au Café Oscar. Elles ont le mérite d’exister, mais ce format court limite les possibilités d’apprentissage, notamment sur le temps de jeu.

Cours Florent, Montreux : les institutions artistiques se mobilisent

L’atelier one-man-show et stand-up du Cours Florent fait partie des nouveautés plébiscitées. Étienne de Balasy, chargé d’évangéliser les deux formes d’humour, a profité de son lancement pour sortir un guide à destination des humoristes en herbe. Le livre a été bien accueilli, tandis que l’atelier a rapidement été victime de son succès ! Preuve que la demande est forte… Dans un autre style, l’écosystème de Montreux veut également se positionner et créer une sorte de « Star Ac » du rire à l’échelle mondiale.

Des formations spécialisées et axées terrain : 3 mois au Campus On Time Comedy

Plusieurs initiatives mêlant théorie et pratique contemporaine/terrain font de plus en plus parler d’elles. On retrouve d’abord le Campus On Time Comedy du Barbès Comedy Club. Attaché au comedy club de Shirley Souagnon, le campus a rapidement convaincu de nombreux humoristes. Bénéficier d’un réseau et d’enseignements diversifiés, progresser dans un écosystème où l’écriture et l’humour de qualité sont valorisés… La proposition est solide.

Au programme de cette formation pour devenir humoriste : sessions d’écriture, jeu, sport, anthropologie, journalisme… Des enseignements pluridisciplinaires qui s’accompagnent de masterclass, d’intervenants professionnels (SACEM, CNC, Topito, productions, humoristes…) et d’une programmation sur un plateau spécial du Barbès Comedy Club. Chaque apprenti comique bénéficie en outre d’un accompagnement personnalisé.

Shirley Souagnon souhaite offrir un endroit où le test est non seulement permis, mais surtout recommandé ! Une approche à contre-courant de l’impératif d’efficacité. Oui, l’efficacité est importante, mais Shirley sait qu’elle s’acquiert par le travail, les tâtonnements et l’exploration de son personnage scénique.

Les premières recrues du campus se révèlent d’ailleurs en guest stars de programmes courts YouTube. Preuve que les stand-uppers se mettent véritablement à jouer et évoluent à vitesse grand V ! Dans quelques années, l’acting sera un élément véritablement différenciant chez les artistes.

Une formation pour devenir humoriste spécialisée et axée terrain : 1 an à l’Académie d’humour

L’Académie d’humour confirme ce mouvement de professionnalisation en proposant une formule sur un an dès la rentrée 2021 avec 12 places à saisir. Aux manettes, on retrouve Aude Galliou, Perrine Blondel et Mélissa Rojo.

D’abord dans l’ombre d’un certain Verino, Aude Galliou s’impose petit à petit comme une accompagnatrice de talents hors pair. L’épisode de Sur un plateau avec Tristan Lucas où Aude et Verino évoquent leur collaboration est saisissant : on comprend tout de suite qu’on a affaire à une personne hautement qualifiée. Aujourd’hui, elle collabore notamment avec des Tristan Lucas (encore lui !), Urbain ou Adrien Montowski. Ces artistes, à eux seuls, sont aussi enthousiasmants qu’exigeants.

Valoriser les artistes en développant leur singularité : un travail de l’ombre essentiel

Comment valoriser un Verino, que l’on peut juger consensuel ou moins en vue que d’autres comme il le confiait dans son podcast ? Mais aussi comment développer l’ADN artistique d’un Urbain, dont le statut chez Topito le propulse en haut de l’affiche, quitte à masquer sa singularité ? Comment trouver le juste milieu entre développer la folie et construire le personnage scénique d’un Adrien Montowski ? Et enfin comment révéler les multiples talents du fédérateur Tristan Lucas sur scène ? Aude Galliou ne s’arrête pas à ces interrogations : sur le terrain, elle trouve des solutions qui marchent et font grandir tous ces artistes.

Perrine Blondel et Mélissa Rojo, à la tête de la Petite Loge, ne sont pas en reste. Faire naître des Gaspard Proust, Charles Nouveau, Marina Rollman, Alexandra Pizzagali ou encore Rosa Bursztein… Liste non exhaustive, bien entendu ! Bien souvent premières à les accueillir, elles ont devant elles des talents bruts, des premières idées de spectacles et tout à construire.  Outre le repérage, Perrine et Mélissa assurent également l’accompagnement des talents : amélioration des spectacles, conseil artistique, présentation à des festivals…

Dans cette formation pour devenir humoriste, chacune d’elles chapeaute sa spécialité : jeu pour Mélissa, mise en scène pour Perrine et écriture pour Aude. Ces cours sont proposés tout au long de l’année, tandis que le coaching individuel intervient dès le deuxième trimestre pour amener les apprentis-artistes à progresser. Autre force : les partenariats pensés comme un écosystème qui comprend également les questions administratives et d’intermittence.  La Petite Loge, Olympia Production, la Nouvelle Seine et Wiz’Artistes sont déjà dans l’aventure, d’autres suivront bientôt… Les cours et masterclasses auront lieu à la Petite Loge, à la Nouvelle Seine ou dans d’autres institutions du rire pour aborder toutes les facettes du métier : scène, radio/TV, digital…

Formation pour devenir humoriste : quelle valeur ajoutée ?

Les artistes sont souvent autodidactes : ils abordent leur métier comme des artisans, s’interrogent souvent et perdent du temps à aller chercher l’information. Puisqu’ils traversent tous cette phase à un moment où à un autre, une formation leur permettrait de gagner plus de temps ensemble pour se consacrer à l’essentiel.

Le développement d’un humoriste est une affaire de pluridisciplinarité et d’entourage. La formation pour devenir humoriste offre un cadre pour rencontrer les bons interlocuteurs, suivre les bons enseignements au bon moment et passer de l’errance à la décision éclairée.

Le prix de ces formations d’humoriste sera sans doute un frein pour certains, mais il faut le voir comme un investissement. À quel point un artiste croit-il en son projet ? Quels efforts va-t-il mettre en place pour se donner les moyens de réussir ? C’est sans doute un bon début pour évaluer si une formation est pertinente.

Pour connaître le monde de la formation, je conseillerai aux artistes de sélectionner une formation de qualité qui offre un bon réseau et une réelle mise en pratique. Ces trois éléments vont de pair pour véritablement avancer.

Crédits photo

Tania Dutel et Paul Mirabel © Barbès Comedy Club

[post_title] => Devenir humoriste : quelle formation choisir ? [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => formation-humoriste-standup-guide [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2021-06-19 10:35:48 [post_modified_gmt] => 2021-06-19 08:35:48 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=1010847 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 27 [max_num_pages] => 2 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => 7d6c962b8cf3641e7c947e026543c4a6 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

La Petite Loge

Devenir humoriste avec une formation : trouver la bonne structure

Devenir humoriste : quelle formation choisir ?

Réouverture des théâtres : idées de spectacles à voir en 2021

Réouverture des théâtres : les intrigues post-19 mai

Humour en live streaming : affiche de la plateforme LeMardi.TV

Humour en live streaming : pourquoi il fait débat

C’était mieux maintenant : affiche du spectacle d’Avril à la Petite Loge

C’était mieux maintenant : comment Avril se construit à la Petite Loge

Emma de Foucaud : affiche du spectacle Trop tard pour annuler à la Petite Loge

Trop tard pour annuler : Emma de Foucaud bien au rendez-vous !

Guillaume Guisset, découverte humour du spot du rire en spectacle à la Petite Loge

La découverte du mois – Octobre 2020 – Guillaume Guisset

Une histoire d’argent : affiche du spectacle de Certe Mathurin à la Petite Loge

Une histoire d’argent : le spectacle fun de Certe Mathurin

Mélodie Fontaine à la Petite Loge : affiche du spectacle De manière plus générale

Mélodie Fontaine : début spectaculaire à la Petite Loge

Spectacles à la Petite Loge : notre sélection d’automne 2020

8 spectacles à voir à la Petite Loge en automne

Reprise comique : Joseph Roussin et Fred Cham, affiche de leur premier 30-30 après la Covid-19

Humour instantané - Retour comique et volte-face

Pierre DuDza en spectacle : il assure même si ça tourne mal !

Spectacle - Pierre DuDza, l’imperturbable

Kevin Robin en spectacle : Aventurier à la Petite Loge !

Kevin Robin, aventurier des temps modernes

Programmation humour : les salles de spectacles accueillent les humoristes

Programmation humour : opération séduction des théâtres

Retour à Paris : des pigeons partout

L’art du retour à Paris - Humour instantané

Rosa Bursztein sur scène s’entraîne pour son spectacle Tenir debout

Tenir debout : le spectacle de Rosa Bursztein

Ghislain Blique sur scène au Barbès Comedy Club

Pourquoi j’ai manqué l’ouverture du Barbès Comedy Club

Tester des blagues : quelques humoristes sur scène

Tester des blagues ou faire du sûr ? Voici ce qu’on préfère

Paul Mirabel, humoriste stand-up, en spectacle à la Petite Loge

1 jour, 1 reco : Paul Mirabel, bientôt au sommet du rire ?