WP_Query Object
(
    [query] => Array
        (
            [tag] => doully
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 588
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => doully
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 588
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [query_vars] => Array
        (
            [tag] => doully
            [error] => 
            [m] => 
            [p] => 0
            [post_parent] => 
            [subpost] => 
            [subpost_id] => 
            [attachment] => 
            [attachment_id] => 0
            [name] => 
            [pagename] => 
            [page_id] => 0
            [second] => 
            [minute] => 
            [hour] => 
            [day] => 0
            [monthnum] => 0
            [year] => 0
            [w] => 0
            [category_name] => 
            [cat] => 
            [tag_id] => 588
            [author] => 
            [author_name] => 
            [feed] => 
            [tb] => 
            [paged] => 1
            [meta_key] => 
            [meta_value] => 
            [preview] => 
            [s] => 
            [sentence] => 
            [title] => 
            [fields] => 
            [menu_order] => 
             => 
            [category__in] => Array
                (
                )

            [category__not_in] => Array
                (
                )

            [category__and] => Array
                (
                )

            [post__in] => Array
                (
                )

            [post__not_in] => Array
                (
                )

            [post_name__in] => Array
                (
                )

            [tag__in] => Array
                (
                )

            [tag__not_in] => Array
                (
                )

            [tag__and] => Array
                (
                )

            [tag_slug__in] => Array
                (
                    [0] => doully
                )

            [tag_slug__and] => Array
                (
                )

            [post_parent__in] => Array
                (
                )

            [post_parent__not_in] => Array
                (
                )

            [author__in] => Array
                (
                )

            [author__not_in] => Array
                (
                )

            [meta_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                )

            [ignore_sticky_posts] => 1
            [suppress_filters] => 
            [cache_results] => 1
            [update_post_term_cache] => 1
            [lazy_load_term_meta] => 1
            [update_post_meta_cache] => 1
            [post_type] => 
            [posts_per_page] => 18
            [nopaging] => 
            [comments_per_page] => 50
            [no_found_rows] => 
            [order] => DESC
            [offset] => 
            [orderby] => date
            [post_status] => publish
            [tax_query] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [field] => ID
                            [terms] => 588
                            [include_children] => 
                        )

                )

        )

    [tax_query] => WP_Tax_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                    [relation] => AND
                    [0] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 588
                                )

                            [field] => ID
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 
                        )

                    [1] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 588
                                )

                            [field] => term_id
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                    [2] => Array
                        (
                            [taxonomy] => post_tag
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => doully
                                )

                            [field] => slug
                            [operator] => IN
                            [include_children] => 1
                        )

                )

            [relation] => AND
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                    [0] => wp_term_relationships
                    [1] => tt1
                    [2] => tt2
                )

            [queried_terms] => Array
                (
                    [post_tag] => Array
                        (
                            [terms] => Array
                                (
                                    [0] => 588
                                )

                            [field] => ID
                        )

                )

            [primary_table] => wp_posts
            [primary_id_column] => ID
        )

    [meta_query] => WP_Meta_Query Object
        (
            [queries] => Array
                (
                )

            [relation] => AND
            [meta_table] => 
            [meta_id_column] => 
            [primary_table] => 
            [primary_id_column] => 
            [table_aliases:protected] => Array
                (
                )

            [clauses:protected] => Array
                (
                )

            [has_or_relation:protected] => 
        )

    [date_query] => 
    [request] => SELECT SQL_CALC_FOUND_ROWS  wp_posts.ID FROM wp_posts  LEFT JOIN wp_term_relationships ON (wp_posts.ID = wp_term_relationships.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt1 ON (wp_posts.ID = tt1.object_id)  LEFT JOIN wp_term_relationships AS tt2 ON (wp_posts.ID = tt2.object_id) WHERE 1=1  AND ( 
  wp_term_relationships.term_taxonomy_id IN (588) 
  AND 
  tt1.term_taxonomy_id IN (588) 
  AND 
  tt2.term_taxonomy_id IN (588)
) AND wp_posts.post_type = 'post' AND ((wp_posts.post_status = 'publish')) GROUP BY wp_posts.ID ORDER BY wp_posts.post_date DESC LIMIT 0, 18
    [posts] => Array
        (
            [0] => WP_Post Object
                (
                    [ID] => 7438
                    [post_author] => 1
                    [post_date] => 2019-11-19 11:44:45
                    [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45
                    [post_content] => 

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [1] => WP_Post Object ( [ID] => 7218 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-10-24 15:52:00 [post_date_gmt] => 2019-10-24 13:52:00 [post_content] =>

Fanny Ruwet fait partie de la bande d’humoristes sur scène dans Derrière un micro. Le plateau filmé de Kyan Khojandi, passé par Montréal, revient aujourd’hui avec des talents français et belges sur Canal+. Parmi Baptiste Lecaplain, Doully ou Melha Bedia, on y retrouve la jeune humoriste belge. Vous trouvez ça bizarre ? Nous, on trouve ça logique.

Fanny Ruwet dans Derrière un micro : un record de précocité, pas une surprise

Comment ai-je découvert Fanny Ruwet ? C’était un dimanche après-midi, où je découvrais son podcast Les gens qui doutent. Son invité ? Thomas Wiesel.

Et ces deux-là se ressemblent de manière troublante. Leur personnalité et leur humour semblent se refléter. Ça m’offre une occasion en or de distinguer plagiat et appartenance au même style d’humour.

Le plagiat, ce n’est pas bien. Mais suivre le même style, ça le fait de ouf. Comme ça, des gens comme moi qui adorent ce style-là peuvent rire deux fois plus. Tant qu’on ne peut pas cloner Thomas Wiesel pour qu’il joue à Paris plus qu’en janvier 2020, je profite. Fin de la parenthèse.

Voir Fanny Ruwet dans Derrière un micro, c’est aussi un bon aperçu de ce qu’elle propose dans son spectacle Bon anniversaire Jean… On ira la découvrir à la Nouvelle Seine en décembre, et on a encore plus envie depuis l’avoir vue captiver la salle et ma télévision.

Fanny Ruwet sur scène, et l’atmosphère change

Vous le savez, il devient de plus en plus difficile de se concentrer sur quelque chose. Pourtant, quand Fanny Ruwet débarque sur mon écran, je me fige. Je suis bouleversée, pour tout vous dire.

Enfin une découverte — bon, ok, elle connaît peut-être les bonnes personnes pour saisir cette opportunité. Elle ne débarque plus vraiment, et elle rayonne en festival. Elle joue déjà en tournée, c’est dire… Sur le plan marketing, comme pour un Paul Mirabel, rien n’est laissé au hasard.

Par conséquent, dès la première seconde, on comprend immédiatement. Elle a sa place, peut-être plus que d’autres ce soir-là. On ne citera pas de noms, surtout qu’on attribue cette impression au fait d’avoir vu 500 fois le même passage de certains. C’est le jeu des galas de ce genre…

Sa manière de raconter des histoires est déjà forte. Avec peu d’énergie visible, elle frappe deux fois plus fort, juste avec ses mots et son rythme. Comme Thomas Wiesel le cerne lors de leur discussion, elle a déjà saisi les codes du stand-up et prouve qu’on peut arriver très fort, très vite. Mais tout de même, la prouesse est belle et me frappe de plein fouet.

Et maintenant ?

Tandis que j’écris ces lignes, le reste du spectacle Derrière un micro continue de défiler. La vie continue, et me rapproche de plus en plus de la découverte d’un spectacle complet d’une toute jeune artiste qui n’a pas de temps à perdre.

On lui souhaite de continuer à monter en puissance, parce que la promesse qu’elle nous fait à ses débuts est très belle. Désolée pour la pression, Fanny (on n’est visiblement pas les seuls à te l’infliger…).

On continuera d’être bienveillant et de garder des yeux d’enfant face à tes prochaines prestations ! Avant de découvrir le phénomène en vrai, au-delà du web, des podcasts et des réseaux sociaux…

[post_title] => Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fanny-ruwet-derriere-micro [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-29 16:20:47 [post_modified_gmt] => 2020-10-29 15:20:47 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7218 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [2] => WP_Post Object ( [ID] => 6962 [post_author] => 10 [post_date] => 2019-09-27 17:30:08 [post_date_gmt] => 2019-09-27 15:30:08 [post_content] =>

Lundi dernier, le One More Joke reprenait du service au Jardin Sauvage, la péniche du quai d’Austerlitz. Pour l’occasion, les fondateurs nous ont réservé quelques surprises. — Par Louis Bolla

Les organisateurs du One More Joke sont ainsi revenus le 23 septembre dernier au Jardin Sauvage. Ils lançaient alors leur saison de blagues. Car ce plateau va continuer de changer de lieux pour vous faire rire ! Géré par Certe Mathurin, ce plateau a connu une courte pause depuis janvier. Les habitués se contentaient alors de quelques dates occasionnelles. Pour son retour, la soirée affichait complet. C’est le fruit du travail des frères Antoine et Hugo Rapin, coproducteurs, et de Camille de Langlais, qui chapeaute la communication et la logistique.

Pour ma part, j’assistais à cet événement pour la première fois. Arrivé à 19 heures, je comprends que le début du show est dans une heure et que ma marche rapide a été aussi utile qu’une doudoune en plein été. Quelques personnes sont déjà présentes et je les soupçonne d’être des habitués. Ou alors, ils avaient prévu le coup. Tout le monde se regroupe à l’entrée de la péniche pour écouter le musicien qui se produit jusqu’au début du spectacle.

La particularité du One More au Jardin Sauvage

Le son Morning in Japan du français Fakear marque le début des hostilités. Les gens tapent dans leurs mains automatiquement, ils comprennent ce qui se joue : « Messieurs-dames, préparez-vous à rigoler ! ».

L’animateur, toujours Certe Mathurin, entre en scène pour présenter le déroulement de la soirée. Dès le départ, il annonce une surprise : ses potes humoristes Sam Blaxter, Gabriel Francès et Romain Barreda ont écrit une chanson. Sans prétention, et avec la banane, ils débarquent sur scène sous les applaudissements du public. Ils amorcent ainsi le début de saison avec un rap conscient et dénonciateur — rassurez-vous, c’est une blague.

La programmation défile ensuite : Doully, Louis Dubourg, Rémi Boyes, Shirley Souagnon, Panayotis et Certe Mathurin. Au moment d'annoncer le dernier invité, une deuxième surprise nous prend tous de court. Gabriel Francès montera finalement sur scène à la place de Djimo. Ce dernier, trop lent pour certains et indisponible pour d’autres, n’a pas pu venir.

Enfin, le One More Joke est une expérience qui ne se limite pas qu’au plateau d’humour. L’accueil musical annonçait la couleur de la suite de la soirée. Pour clôturer la soirée, les frères Rapin entraient en jeu pour l’habituel blind test du One More. À les entendre, seuls les courageux restent à cette étape de l’évènement. Un peu timide pour révéler si oui ou non c’était ma première participation, je suis donc resté discret et me suis niché au fond de la cale du bateau.

One More ?

Cette année, ce célèbre plateau de la capitale change de fréquence. Le rendez-vous n’est donc plus hebdomadaire mais mensuel. Cette nouvelle formule ne signifie toutefois pas une charge de travail moins dense. Les concepts changent également entre deux dates et le plateau s’exporte.

La prochaine date, prévue en octobre, est un stand-up caché. Concrètement, le lieu et le line-up ne seront révélés qu’au dernier moment aux spectateurs. Autre événement : en novembre et janvier prochain, le One More se déplacera respectivement à Bordeaux et Bruxelles.

Signalons enfin une autre nouveauté assez innovante : le partenariat entre la marque et la société de livres audio et de podcasts Audible. Vous pourrez retrouver chaque édition du One More Joke en podcast avec des bonus et des chroniques en supplément ! Toutes les infos seront sans doute communiquées sur le tout nouveau site internet du One More Joke.

Le One More signe donc sa rentrée avec succès en imposant son concept et sa vision de l’humour français.

Crédits photo

© Bazil

[post_title] => One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => one-more-joke-jardin-sauvage [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-10-02 16:56:10 [post_modified_gmt] => 2019-10-02 14:56:10 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6962 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [3] => WP_Post Object ( [ID] => 6889 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-09-24 10:00:28 [post_date_gmt] => 2019-09-24 08:00:28 [post_content] =>

[vc_row][vc_column][vc_column_text]

Doully continue son parcours à la Nouvelle Seine en cette rentrée. Avec L’addiction, c’est pour moi, l’artiste risque de faire parler d’elle plus que jamais ! Adoubée par Blanche Gardin, elle sera plus que jamais dans le viseur de la presse. On lui souhaite donc de saisir l’opportunité pour imposer sa personnalité atypique et donc terriblement attachante.

Doully, increvable d’originalité

Doully, c’est d’abord un diamant brut. Cette humoriste a un univers si fort que cela peut vous prendre un peu de temps pour y rentrer. Ensuite, quand vous comprenez que ses milliers d’anecdotes la qualifient d’office pour être 100 % dans l’originalité, vous vous laissez porter. Comme dans ce podcast de Seb Mellia, où elle révèle des pans entiers de sa personnalité et de son parcours ![/vc_column_text][vc_video link="https://www.youtube.com/watch?v=q2tpWmI4QsA" title="Doully crève l’écran dans 4 comiques dans le vent mais à contresens"][vc_column_text]

De la même manière que dans le podcast, ses anecdotes vous saisissent et ne vous laissent jamais indifférent. Indépendamment des thèmes, elle parvient ainsi à transmettre sa bonne humeur communicative. Au final, le spectacle est donc celui d’une optimiste intarissable que vous n’oublierez pas de sitôt ! Nous aussi, nous n’avons pas fini de vous en parler…

Avant de vous assaillir d’informations, nous vous proposons de la découvrir et vous faire votre propre idée. Alors, convaincus ? Avant même de nous communiquer votre réponse, ne vous embêtez pas : nous n’avons aucun doute, elle vous fera rire !

Infos pratiques

Quand ? Les jeudis à 20 heures jusqu’au 26/12
Où ? La Nouvelle Seine (Maubert-Mutualité)
Tarif À partir de 10,95 €

Au fait, c’est quoi 1 jour, 1 reco ?

Je crains les changements de programmation. À la fin des vacances d’été, les affiches changent et les nouveaux visages du rire émergent. Pour vous aider à choisir vos sorties humour, nous vous proposons une formule inédite ! Du lundi au vendredi, nous vous proposons un spectacle à voir absolument en cette fin d’année.

Crédits photo

© Kobayashi Photography

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

[post_title] => 1 jour, 1 reco : Doully, alerte au spectacle addictif [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => doully-spectacle-addiction-nouvelle-seine [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2019-09-17 15:00:24 [post_modified_gmt] => 2019-09-17 13:00:24 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=6889 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [4] => WP_Post Object ( [ID] => 5625 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-01-27 16:18:03 [post_date_gmt] => 2019-01-27 15:18:03 [post_content] =>

Depuis quelques semaines, la nouvelle se propage : la fermeture du One More peut bouleverser le paysage des plateaux d'humour. Le dernier One More Joke dans ce lieu se tiendra le 31 janvier 2019. L'occasion d'inviter 40 humoristes qui joueront 3 minutes pour dire au revoir à la rue de la Folie Méricourt. Prochaine étape : le Grand Rex, puis la reprise du plateau quelque part... Où ? Mystère...

Mise à jour 01/09/2019 : le One More Joke revient investir la péniche du Jardin Sauvage pour une date mensuelle… au moins !

Fermeture du One More : ouverture de la boîte à souvenirs

Vous avez sûrement des souvenirs au One More si vous allez voir du stand-up à Paris. Je serai ravie de les lire dans les commentaires, si ça vous branche de contribuer ;)

Pour ma part, le temps me manque aujourd'hui. Je les ai rédigés à la va-vite sur Facebook, et au moment d'appuyer sur le bouton Publier, le statut a disparu. Heureusement, grâce à un défi nommé NaNoWriMo, j'avais commencé à écrire quelque chose de plus long en novembre, mais je n'ai pas continué.

Je voulais parler avec plus d'intimité (oui, c'est possible, étrangement) de mon expérience au contact des jeunes humoristes. Et je commençais par évoquer ma rencontre avec Thomas Wiesel au One More Joke... Autant vous le transmettre, vu que ce moment de fermeture du One More est exceptionnel !

One More Joke : j'y vais, j'y vais pas ?

C’est l’heure de partir. J’enfile lentement mon manteau, je visse mon casque sur mes oreilles. Un « bonne soirée, à demain » plus tard, je prends congé de mes collègues du jour. La nuit tombée, je m’engouffre dans la rue. Je remonte la rue du Grand Rex. C’est le moment de prendre ma décision : rentrer chez moi pour me reposer après deux soirées passées à l’extérieur ou enchaîner sur un plateau d’humour.

La perspective d’un repas cuisiné par mes soins et d’une soirée au calme m’attire fortement. Je pense aussi à l’importance de « profiter de sa jeunesse », mantra qu’on aime se rappeler quand on passe trop de temps sur Netflix, MyCanal ou autres marchands de divertissements modernes.

J’écarte pourtant ce choix raisonnable. Ce soir, l’humoriste suisse Thomas Wiesel joue au One More Joke. Ce plateau d’humour, toujours bondé, commence même à devenir tendance chez les journalistes de télévision. Encore une fois, cette perspective me refroidit un peu. Je privilégie les ambiances cosy aux lieux où il faut être. Mais pour Thomas Wiesel, vais-je me forcer un peu ?

A nos actes manqués

L’année passée, je l’ai manqué. Il jouait son spectacle au Point Virgule pendant les fêtes de Noël. Mon sens de la famille justifiait mon absence à Paris, je devais renoncer. Une dizaine de mois plus tard, le destin m’offre une deuxième chance. Je trouve enfin l’argument qui me fait chavirer. « Pour Blaise Bersinger, oserais-tu vraiment passer ton chemin ? »

Blaise Bersinger est lui aussi un humoriste suisse. Jusqu’ici, je ne l’ai jamais vu arpenter la capitale française. J’aime son humour absurde et la connivence que cela crée entre lui et moi, l’un des membres de son public. J’aime tenter de comprendre ce qui provoque l’hilarité d’un public hébété par tant d’originalité dans le non-sens. C’est décidé : je me rends donc au One More Joke.

Je n'aime pas Oberkampf, mais sans raison

Je m’engouffre dans le métro et prends une ligne qui m’est moins habituelle. Direction le quartier d’Oberkampf. Je m’y suis toujours sentie mal à l’aise. Je ne sais trop pourquoi : ces rues étroites semblent toujours mener au mauvais endroit. Ces petites boutiques champêtres donnent l’illusion aux riverains qu’ils vivent dans un village. J’imagine cette population férue de produits bio s’extasier devant des anciens collègues partis élever des chèvres en Ardèche. Un soir, j’ai croisé le type d’Osons Causer dans la rue du One More Joke, avec une baguette sous le bras.

Le malaise se renforce : avec ses yeux de biche, les mêmes que Mouloud Achour qui parle d’un sujet de société sur un plateau télé, il tente de convaincre son public que ses opinions politiques sont les meilleures. Il confond pédagogie et idéologie, et je le trouve dangereux.

Pas Mouloud Achour, bien entendu, même si la rhétorique est la même. Passons : l’idée est surtout de comprendre ce malaise qui m’anime toujours à Oberkampf. Malaise qui fait écho à celui de Thomas Wiesel, toujours un peu gêné lors de ses escales parisiennes.

Les blogueurs ont aussi une back story

J’arrive sur les lieux bien avant l’heure prévue, cherchant un endroit où manger quelque chose sans me sentir bête. La peur du regard des autres ou mon malaise auto-créé sur Oberkampf annihilent mes efforts de repas gastronomique. Je me retrouve à faire la queue au Franprix de la rue Folie-Méricourt pour acheter un bagel industriel et une barre de chocolat Lindt. J’espère qu’aucun humoriste n’aura l’idée saugrenue de débouler de ce côté-ci et me surprendre dans un moment aussi terre-à-terre.

Rien à signaler. Je termine ce repas succulent avant de me diriger vers le bar. Je commande un jus de pomme, puisque je ne bois pas d’alcool et qu’il faut « consommer » lors d’un plateau d’humour. J’attends un peu, guettant l’arrivée d’un humoriste avec empressement. Celui qui arrive en premier ne joue pas. C’est Fred Cham, l’un des garçons les plus généreux du microcosme du stand-up. Il en fait peu, jongle entre plusieurs « projets créatifs » pour gagner sa vie et aide ses amis les plus proches.

Il est ami de longue date avec Joseph Roussin. Ces deux-là partagent une passion ardente : la bande-dessinée. Ne vous fiez pas à leur air mal assuré, ils sont capables de nombreux traits d’humour. Et, au final, ils sont comme des poissons dans l’eau, bien plus aptes à évoluer dans des lieux comme celui-ci que moi.

Justement, je croise d’autres humoristes qui m’adressent la parole différemment. Certe Mathurin, qui gère le plateau depuis le début, me salue chaleureusement. Je suis toujours un peu méfiante face à des gens comme lui, qui semblent manier un charisme de l’au-delà. J’essaie de lui rendre la même énergie, alors qu’il est déjà loin. C’est bien simple : il court partout, soucieux que la soirée se passe pour le mieux.

Socialiser dans les plateaux

Un peu plus tard, je me retrouve en face de deux inséparables, Louis Dubourg et Paul Dechavanne. Louis Dubourg est un passionné de stand-up qui apporte avec lui une volonté d’être au centre du jeu. Il fait autant preuve de modestie que d’égocentrisme – pas dans le mauvais sens du terme. Son ambition est palpable : les autres humoristes adorent la singer. Avec Paul, ils se comprennent. Ils font partie d’une petite bande qui me semble inaccessible, même si je n’ai pas résolu cette énigme. Peu importe, j’essaie de les saluer cordialement. Sans surprise, Paul me regarde à peine, cela fait partie de sa personnalité énigmatique.

Cette introversion, c’est sa marque de fabrique. Parfois, cela m’attriste parce que j’aimerais bien comprendre comment il fonctionne. À l’inverse, j’ai toujours respecté cette volonté d’être fermé quand on le souhaite. C’est une forme de liberté d’être soi, de ne pas céder au chantage de bien s’entendre avec tout le monde. Pour cette raison, j’ai paradoxalement beaucoup d’estime pour Paul. L’estime de ceux qui veulent, peut-être, désespérément entrer en contact.

À force de passer mes soirées dans des plateaux d’humour, je finis par reconnaître les habitués. Parmi eux, Céline et son rire reconnaissable parmi mille. On discute longuement, parce que les plateaux ne commencent jamais à l’heure. Le One More Joke n’accuse pas un grand retard, cela dit. Ils attendent juste le premier de la soirée.

Haroun est là, forcément

Le One More Joke commence avec une tête d’affiche : Haroun. Cet humoriste a déjà été chroniqueur pour la télévision. Les médias se l’arrachent, aiment bien écrire des articles « portraits » où ils rappellent avec un trémolo dans la plume qu’il conserve ses origines secrètes. Il faut dire que dans le milieu du stand-up, les origines arrivent souvent dans les premières blagues sur scène. Haroun s’en fiche : il trace sa route avec beaucoup d’humilité et d’indépendance.

Je ne sais pas trop comment j’ai gagné le respect d’Haroun. Sa sympathie est naturelle, donc je ne sautille pas frénétiquement à cette idée. Je vous mentirais si je vous disais que cela ne me fait rien. Au contraire : c’est essentiel. Mon moteur, c’est de côtoyer des gens comme lui et d’essayer de leur parler d’égal à égal.

J’ai ce besoin viscéral d’exister à travers certains puissants, et avec les comiques, cela devient possible. Il sait ce que je fais dans la vie, il m’a confié m’avoir vu dans la rue la veille, lorsque je quittais un plateau d’humour et qu’il arrivait pour y jouer. C’est sa vie : jongler entre son spectacle régulier et tester dans les petites salles. Mon ego n’en peut plus quand Haroun me demande de garder son sac le temps de son passage. J’ai peur que le type devant moi renverse sa bière dessus, et je ne le quitte pas des yeux pendant la dizaine de minutes réglementaire.

Cible verrouillée

Celui que je ne quitterais pas des yeux ensuite, c’est Thomas Wiesel. Les humoristes de Paris l’aiment bien. Fred Cham m’a confié, en début de soirée, qu’il a joué sur les mêmes scènes que lui avant qu’il soit connu. Il ajoute : « en Suisse ». Là-bas, Thomas Wiesel animait un talk-show sur la première chaîne publique de la télévision suisse romande, la RTS pour les intimes. Maintenant, Blaise a pris le pouvoir et c’est toujours aussi bon. Ce service public-là a du goût pour les humoristes. Peut-être, aussi, que leur nombre est si faible qu’ils sortent immédiatement du lot.

Ne vous y méprenez pas : leur niveau est très bon pour de jeunes humoristes. D’ailleurs, un humoriste suisse qui monte à Paris finit plus ou moins à toujours cartonner : Gaspard Proust et Marina Rollman en sont des exemples imparables.

Pour l’heure, Thomas Wiesel ne peut pas me reconnaître. Notre seul échange était virtuel et lointain. J’ai écrit un article élogieux sur les talk-shows suisses, arguant qu’il s’agit des meilleurs au monde. Bien sûr, la subjectivité apparaît dans ce papier. Néanmoins, j’ai mis un point d’honneur à argumenter et analyser ce format télévisuel. En remerciement, Thomas Wiesel a relayé l’information avec un tweet tout aussi chaleureux que le papier, quasiment gêné des compliments énoncés.

Après l'entracte...

J’apprends qu’il jouera en deuxième partie de soirée. Le One More Joke est toujours coupé en deux. La soirée est rythmée et sa cadence soutenue permet de caser davantage d’humoristes malgré un entracte. Ce soir-là, le deuxième humoriste non annoncé n’est autre que Gad Elmaleh. Les habitués savent qu’il passe de temps en temps. Jusqu’ici, je l’avais toujours manqué. Parfois, je sentais qu’il viendrait, et je me résignais à la dernière minute. J’étais à la fois déçue et loin d’être triste – ce qui est paradoxal, j’en conviens – de le manquer. Juste une pointe d’amertume de louper certains grands moments.

Mon plaisir coupable, c’est de pointer les défauts des têtes d’affiche. Je suis câblée différemment, ou alors trop bercée par une chrétienté non assumée, de celle qui préfère Petit Poucet aux puissants de ce monde. Gad Elmaleh monte sur scène et, comme on dit dans le jargon, « fait du test ». Signification : teste des nouvelles blagues pour la première fois, sans trop les avoir travaillées et sans trop savoir si c’est drôle. Parfois, je ris. À d’autres moments, je lève les yeux au ciel. Je trouve que Gad a le même défaut que Kev Adams, à savoir aborder des thèmes consensuels. Tel est le propre de l’humour universel. Bref, je n’accroche pas et j’espère que l’entracte arrivera vite…

Une pause s'impose

Lorsqu’elle finit par arriver, je sais exactement où est Thomas Wiesel. J’attends avec impatience ce moment où je vais pouvoir me présenter. Je suis aussi terrifiée de briser la glace. J’ai beau l’avoir fait cent fois, je reste intimidée. Je décide de m’entraîner sur une autre humoriste qui ne me connaît pas encore, Doully. Le public l’adore et rit de bon cœur. Ils ne la connaissent pas forcément, mais elle a une capacité assez inouïe de captiver l’auditoire en un temps record. Je m’incline et je lui dis que je parlerai bientôt d’elle sur mon site spécialisé dans l’humour. Je m’en veux pour ce petit mensonge, mais si elle continue sur sa lancée, je vais trouver le temps de le faire pour de vrai.

Test positif : elle semble heureuse de mon initiative et m’encourage dans ma prise de parole maladroite à l’aide de hochements de tête enthousiastes. Je la libère de mon interaction sociale et j’attends la fin de l’entracte. Je pourrais bien aborder Thomas, mais la musique est trop forte. Le moment doit être parfait. Et, dans le même temps, je préfère ne pas l’embêter avant de jouer. Comme je ne le connais pas, je ne sais pas dans quel état d’esprit il se trouve. Je sais qu’il est introverti et qu’il cohabite avec un stress certain avant de se jeter dans la fosse aux lions. En plus, je connais son mode opératoire : il prend des notes avant d’y aller pour parler d’anecdotes de la soirée. Inconsciemment, donc, je cherche à éviter la lumière.

Faire mieux qu'Erasmus avec Thomas Wiesel

La soirée reprend avec des humoristes qui m’intéressent moins. Entretemps, Joseph Roussin joue son numéro de détective. Il a en effet un personnage, le détective José Froussin. Le jeu de mot avec son matricule est assez bien trouvé, et le nom « Froussin » invite déjà à la boutade, alors… Le public rit de bon cœur, encore une fois.

Quelques minutes plus tard, Thomas Wiesel réussit un excellent passage. Je suis rassurée : peut-être reviendra-t-il plus fréquemment sur les planches parisiennes ? Je suis plus que jamais déterminée à avoir un impact, aussi mince soit-il, pour qu’il se sente bien accueilli ici. Toujours un peu tétanisée, j’attends la fin du dernier passage et le mot de la fin. Ces moments arrivent, puis les gens se dirigent vers la sortie pour rémunérer les artistes « au chapeau ». Ce modèle de participation libre leur permet de mettre la somme qu’ils souhaitent. Les artistes ne toucheront rien d’autre ce soir-là, mais le One More Joke et sa centaine de spectateurs rapportent davantage que de nombreuses scènes.

Emportée par la foule

Je me dirige dans le sens inverse de la foule, cherchant Thomas Wiesel. Comme je mesure guère plus d’un mètre cinquante, je ne vois absolument rien d’autre qu’une marée humaine m’empêchant de progresser. Je finis par m’extirper de cette impasse et je me rends compte que c’est le moment idéal. Il est seul, aucun humoriste ne va s’amuser à me juger. Je lui lance un « salut » un peu déterminé, et j’essaie de résumer mon propos en un minimum de mots.

Il se penche pour me faire la bise, parce que vous croisez tant de gens dans le milieu que vous pouvez avoir oublié une rencontre ou deux… Je le rassure de suite : c’est la première fois qu’on se rencontre. Il a l’air de se souvenir de l’article, il me redemande mon nom. Il me confie que Paris n’a pas été une expérience sensationnelle pour lui. Par-dessus le marché, il a perdu son portefeuille et il s’apprête justement à retourner au « Paname ». Il s’agit du Paname Art Café, la scène la plus influente du stand-up parisien. Avec en moyenne six spectacles par jour, toute l’année, jours fériés compris (les humoristes n’en ont pas), ce lieu est devenu incontournable. On se quitte comme ça.

Partie sans dire au revoir

Avant de partir, je croise Seb Mellia. On s’embrouille légèrement, on se comprend mal sur un sujet sensible. Mais cela fera l’objet d’une autre histoire… et d’ailleurs, l’hypersensibilité du milieu du stand-up fait que quelques jours plus tard, la tension est retombée. On s’est juste mal compris, me dis-je.

Et vous, vous serez où à la fermeture du One More ? Dites au revoir à ce lieu le 31 janvier, si vous pouvez. Sinon, continuez de les suivre !

Crédits photo : © Betty Durieux

[post_title] => Fermeture du One More : une page se tourne [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => fermeture-one-more-joke-souvenirs [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:11:11 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:11:11 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=5625 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) ) [post_count] => 5 [current_post] => -1 [in_the_loop] => [post] => WP_Post Object ( [ID] => 7438 [post_author] => 1 [post_date] => 2019-11-19 11:44:45 [post_date_gmt] => 2019-11-19 10:44:45 [post_content] =>

Ce lundi, l’Européen accueillait une soirée jeunes talents : les Étoiles espoir humour du Parisien 2019 ! Cette année, pas de vainqueur désigné car les styles humoristiques rendaient la comparaison impossible. À notre sens, un vainqueur se dégageait : l’humour.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : prêt pour une leçon de vie ?

Cette soirée allait au-delà d’une simple revue de jeunes talents. D’abord, la programmation était de grande qualité. Face aux humoristes sur scène, un parterre de critiques, journalistes et invités peuplait une bonne partie de la salle. Nous étions parmi ces invités, et la proximité avec ces « pairs » me conférait un sentiment étrange.

Sam Blaxter assurait la chauffe : convenue mais très efficace. Le résident de l’Underground Comedy Club est très bon dans cet exercice, il faut dire. Cette chauffe était d’ailleurs essentielle, car les caméras captaient la soirée pour une diffusion sur Comédie+. Un détail loin d’être anodin : le public devait être présent physiquement et réagir convenablement. Une exigence de résultat qui laissait présager, de prime abord, à un bal de prestations sans accro, donc potentiellement sans saveur.

Or, Le Parisien réussissait à éviter cet écueil. Là où ils étaient tombés dans ce piège lors de leur festival Paris Paradis, ils prenaient finalement de nombreux risques payants. Tout d’abord, la présentation confiée à Monsieur Fraize : très populaire en ce moment, l’artiste est toutefois un choix atypique. Les ruptures de rythme et les silences ne sont pas le premier choix quand il faut enchaîner et maîtriser un timing dicté par la grille de programmes TV.

Dans la programmation aussi, on retrouvait ce goût du risque. Venons-y maintenant.

Critiques, préparez-vous à séparer l’homme de l’artiste (et de soi) aux Étoiles espoir humour du Parisien

Avant de passer en revue les prestations marquantes, évoquons Benjamin Tranié. Je ne l’avais jamais vu sur scène. Également, je ne l’avais jamais entendu jouer son « personnage de beauf » sur Radio Nova. Enfin, j’avais encore moins vu Télérama le recevoir en entretien.

Je n’avais donc aucune explication de texte pour recevoir ce que j’allais voir. Le seul lien que je trouvais à faire, c’était avec un documentaire sur Jean-Marie Bigard que j’ai vu sur Comédie+ la veille. J’avais passé un excellent moment à me souvenir des sketches cultes de ce monstre du rire. Monstre par son efficacité et non par son personnage scénique, pour lequel le documentaire livrait ce message. Jean-Marie, c’est le plus sensible de tous les hommes, c’est celui qui dénonce les gros beaufs et qui parle avec poésie de ce que l’humain a de plus cru.

Et Jean-Marie Bigard a souffert, selon ses dires et le message du documentaire, du mépris de la critique sur son personnage de beauf. Mais alors, pourquoi la critique se penche-t-elle avec autant de bienveillance sur Benjamin Tranié, ou Aymeric Lompret ? Pourquoi ma voisine dans la salle accepte le beauf made in Aymeric Lompret, s’extasiant de la manière la plus convenue pour une critique ? Elle avait une réaction si conforme à l’intelligentsia parisienne, comme si elle l’adoubait avec aplomb. À dix minutes d’intervalle, elle disait de Benjamin Tranié, en substance, « pour être beauf, c’est vraiment trop beauf ». Alors les critiques seraient-elles en train de faire leur mea culpa sur leur rapport au beauf ? Et moi, où je me situe ?

Le risque de juger un artiste sur un passage

Je repensais donc à ce documentaire sur Jean-Marie Bigard, me réfugiant par sécurité sur la thèse : « si l’homme est bon, alors l’artiste l’est ». Or ce soir-là, j’ai appris à nuancer cela. Attardons-nous un instant : sommes-nous toujours fidèles à notre bonne image ? Non : parfois, nous sommes des sombres merdes. C’est comme ça, sinon nous serions des robots et non pas des humains.

Pour juger Benjamin Tranié, j’avais donc plusieurs possibilités. D’abord, trouver son personnage de beauf insupportable, une pâle copie de Jean-Marie Bigard. Et me braquer. C’était mon premier réflexe, jusqu’à ce qu’il réussisse la prouesse de me faire rire en parlant de Mouloud Achour (Clique). Soudain, j’entrais dans son univers par la connivence. Il arrivait à l’imiter avec satire, sans tomber dans la caricature et il dénonçait ses défauts de manière juste, avec respect. Tout le reste du passage m’a agacé. Mais pourquoi ? Est-ce car ce n’était pas bon, ou est-ce parce que je ne voulais pas voir ça sur scène ?

J’ai continué à cogiter sans m’en rendre compte, jusqu’à ce que je discute avec Grégory Plouviez, le journaliste du Parisien qui fait vivre l’humour dans cette rédaction. Je lui demandais, pour me remettre d’une journée difficile, si mon repérage des artistes que la presse n’avait pas le temps de voir l’aidait. Il me répondait par l’affirmative, et mentionnait l’exemple d’Avril : mes analyses confortent ses ressentis, et vont même l’inciter à découvrir un artiste plus vite, comme pour Avril. Cela sauvait ma soirée, et me faisait poser immédiatement la question : « ai-je offert un cadeau empoisonné à Avril ? ».

Le bénéfice du doute aux Étoiles espoir humour du Parisien

Ni une ni deux, je dressais un parallèle entre Avril et Benjamin Tranié. Si j’avais découvert Avril à la soirée anniversaire du Laugh Steady Crew, aurais-je eu la même bienveillance avec lui ? Pour rappel, son intention n’avait pas été claire et renvoyait une image de misogyne qu’il n’est absolument pas.

En réalité, ça se serait bien passé pour lui. En effet, lors du débriefing de la soirée, je l’ai surpris en train d’aller voir spontanément Audrey Jésus pour l’encourager et la féliciter. Mon souvenir est un peu flou, mais cela donnait quelque chose du genre : « Tu vois, tu avais peur de ne pas arriver à faire un truc, et t’as été au top ». Si mon souvenir est flou, mon ressenti immédiat est plus net que tout. J’étais mal de me dire que le public n’avait pas vu ça en lui une demi-heure plus tôt, et j’espérais que personne ne le jugerait hâtivement sur cette prestation…

Je me posais donc la question suivante : est-ce que je peux me permettre de juger tout le monde comme Avril, avec tous les éléments à ma disposition ? Pour quels artistes ferais-je preuve de plus de patience, et à quel moment pourrais-je critiquer sévèrement d’autres ? Pourquoi certains artistes bénéficient de ma bienveillance ? Me renvoient-ils un effet miroir où je m’identifie ? Est-ce le bon critère pour distinguer une bonne d’une mauvaise prestation ? Chaque critique doit se poser la question, et la suite de la soirée allait me rappeler un autre moment de l’histoire du spot du rire.

L’art de recevoir la critique

Après le spectacle, les professionnels se retrouvaient autour d’un cocktail. J’apercevais à un moment l’équipe d’Absolutely Hilarious : Christophe Combarieu et Mathieu Wilhelm. Je savais que j’avais rédigé une critique mitigée sur leur plateau, et ils avaient visiblement l’air de s’en souvenir.

En réalité, elle était effectivement mitigée, mais elle était virulente sur les aspects négatifs. Un dosage approximatif qu’ils ont eu l’intelligence et la classe de pardonner. Leur intelligence a même fait qu’ils ont encaissé les coups avec dignité, et en opérant des ajustements.

Je ne vais pas vous mentir : je suis assez fière de certaines tournures, juste pour la blague ou la provoc’. Mais recevoir un missile où un blogueur te dit que ton show, c’est le Minitel des plateaux, c’est une occasion en or de développer de la rancœur. Je leur ai dit que je reviendrais, pour les juger moins durement. En effet, je reconnais toujours là où je me suis trompée. D’abord, précisons simplement que le numéro à la Patrick Sébastien, je l’ai vu au Fieald quelques semaines plus tard, et je n’ai rien dit. Ils ont pris plus cher qu’ils n’auraient dû, et ils font beaucoup d’efforts pour proposer un show alternatif.

Alors je les salue, je ne leur promets pas de venir de sitôt (par exemple quand les Chevaliers du Fiel viendront), et je vais me servir de la soirée du Parisien pour progresser.

Retour aux Étoiles espoir humour du Parisien : zoom sur Panayotis et Inès Reg

Le Parisien me permettait de revoir des humoristes que je n’avais pas vu depuis longtemps. Parmi ces vieilles connaissances figuraient Panayotis et Inès Reg. Pour ces deux-là, mon opinion a muté au fil des mois.

Panayotis reste le même

Panayotis, d’abord : je l’adorais dans son aspect juvénile et sa manière de dépeindre sa candeur. Je l’avais vu roder son spectacle au tout début, au Point Virgule. Les imperfections étaient là, mais son bagout le sauvait et le rendait déjà irrésistible aux yeux du public.

Il y a quelques semaines, j’ai vu un extrait vidéo de lui. Aujourd’hui, il travaille avec Fary et il est produit par Jean-Marc Dumontet. Un statut qui force à grandir vite, mais pour lequel Panayotis est prêt. Forcément, quand tu interviewes les plus grands pendant l’adolescence, tu développes une maturité incomparable. Ta capacité à encaisser les difficultés et à relever les défis s’en voit décuplée.

J’avais peur que Fary le dénature. Je commençais à voir du Fary dans sa gestuelle, et à vouloir murir un article sur le fait que travailler avec d’autres peut altérer un artiste. Or je n’avais aucun argument solide, et je me demandais si j’avais un problème avec ceux qui rencontrent le succès, car on ne peut plus vraiment échanger avec eux.

Grâce au Parisien, j’y vois beaucoup plus clair. Fary a l’intelligence de donner beaucoup à Panayotis sans le modeler. Il lui transmet certainement des éléments qui l’aident à être plus assuré et efficace sur scène. Panayotis en impose, comme Fary… Mais il le fait à sa façon. Panayotis conserve en effet son naturel, son grain de folie qui donne l’impression qu’il ne récite jamais. Il est fort, et cette force reste authentique. Nous n’avons donc rien à craindre, et il deviendra encore plus fort. Oui, c’est possible et ça va nous couper le souffle.

Inès Reg : originale dans le convenu

Inès Reg ne me mettait pas vraiment à l’aise. Je l’avais vue à la Debjam un mardi soir, et son agressivité sur scène me mettait très mal à l’aise. Depuis, j’ai compris que je préfère les propositions artistiques plus calmes, qui ne me brusquent pas ou qui montent en puissance avant de m’avoir rassurée.

Alors, Inès Reg peut-elle me plaire ? C’est possible, mais ardu. Elle part vraiment sur une mauvaise pente avec moi, car elle parle de sujets tellement convenus… Jugez plutôt : le rapport hommes/femmes, le fait que Beyoncé ne définisse pas la féminité, etc. Franchement, si vous voulez me faire chier sur scène, parlez de ça.

Et pourtant… Inès Reg arrive à me transmettre son talent. Comment y parvient-elle ? Car elle propose quelque chose d’extrêmement personnel et à son image, que personne ne fait comme elle. C’est elle, l’artiste, la femme, qui vient nous chercher avec son univers. Le sujet n’est que le support de sa proposition artistique ; il ne compte finalement pas. Au contraire : se distinguer dans du vu et revu, c’est une prouesse. Pour cette raison, elle va pouvoir mettre des paillettes dans sa vie pour longtemps !

Étoiles espoir humour du Parisien : un mot sur les prestations globales

Voilà pour les véritables leçons de cette soirée. Pour le reste, revenons sur les autres prestations. Elles étaient moins surprenantes pour moi, c’est pour cela que je vais les évoquer en dernier. N’y voyez pas là une hiérarchie qui se dégage…

Comment ça va, Paul Mirabel ?

Paul Mirabel était toujours aussi efficace. Je lui disais que là où il est vraiment remarquable, c’est dans les grandes salles. Je sais qu’il cherche à proposer de nouvelles choses, et j’ai eu une conversation géniale avec lui après le spectacle. Rendez-vous compte : ce garçon a tout de suite été adoubé par la presse et propulsé en haut de l’affiche.

Comme Panayotis, mais sans le côté où il connaissait ce monde artistique avant. J’admire beaucoup cela et j’ai voulu lui apporter un soutien. Je me dis que le spectacle vivant peut être une machine à broyer. Nous avons donc une responsabilité en tant que critique de ne pas propulser les gens trop vite. Je lui ai dit de ne pas oublier de vivre, et ça m’a rassuré de connaître son état d’esprit… Il va bien, Paul, et il va continuer à nous faire rire. Mais croyez-moi, il bosse comme un taré.

Ambroise et Xavier : la bonne formule en plateau

Ambroise et Xavier, on souffrait de les voir trébucher en plateau. En effet, ils ont un univers assez atypique. Celui-ci est difficilement compressible en un passage de dix minutes, voire cinq ou sept dans le pire des cas.

Dans ce cadre bien trop serré pour leur talent, Ambroise avait l’air trop hautain, Xavier ne trouvait pas sa place. Résultat : leur duo ne fonctionnait pas bien. Heureusement, leur travail a payé : ils réussissent à transmettre l’idée que Xavier n’est pas un faire-valoir rabaissé.

De fait, ses interventions ponctuent au lieu de transmettre du pathétique. Il vient en appui et n’est plus le perturbateur utile qui crée de l’instabilité. Son clown fonctionne merveilleusement bien.

Cette harmonie vient donner envie de les découvrir plus longuement, et leur donne une meilleure image. Alors qu’au final, ils ont changé si peu, et rien de leur ADN véritable. Bravo à eux !

Pierre Thevenoux réglé comme du papier à musique

Pierre Thevenoux, comme Paul Mirabel, est un stakhanoviste des plateaux d’humour. Ainsi, lors d’une soirée à enjeu, il fonctionne très bien. Il arrivait avant-dernier dans l’ordre de passage (alors que Paul Mirabel ouvrait). La salle était donc au taquet pour recevoir ses blagues.

Tout fonctionnait, les rires faisaient écho à l’efficacité du set. Rien à redire, c’était parfait.

Doully : rien de nouveau sous le soleil

Avez-vous vu Derrière un micro Paris Bruxelles sur MyCanal ? Doully offrait le même passage au public de l’Européen. La formulation « admettons… », devenue le titre du spectacle, fait autant mouche.

Un beau clin d’œil à Jean-Marie Bigard, qui l’utilisait déjà dans la chauve-souris. Au début, ça m’a posé question. Mais après enquête, on m’a dit que c’est une formule courante. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’elle est diablement efficace. La formule, comme l’artiste.

Alexandra Pizzagali : la prise de risque paie encore

Comme je l’avais pressenti, Alexandra Pizzagali vivait un casse-tête. Quel passage choisir : elle se pose toujours cette question. Son spectacle se vit en entier, un peu comme Ambroise et Xavier.

Là, elle a choisi le passage sur l’adultère. Comme d’habitude, son phrasé si précis et élégant vient sublimer la noirceur de son sketch. Elle raconte quelque chose d’extrêmement dramatique et provoque des rires francs. C’est une prouesse de comédienne qu’elle reproduit tous les soirs au fil des plateaux ou des spectacles à Paris et en tournée.

Et elle garde toujours la même fragilité face au regard du public, qui m’émeut comme à son showcase du Kibélé. Cette artiste-là est un talent brut qui sait se discipliner. Elle a toutes les cartes en main pour écrire l’histoire de l’humour, comme tant d’autres ce soir-là.

Étoiles espoir humour du Parisien 2019 : verdict

Vous l’avez vu, cette soirée a été remarquable. Elle a poussé tout le monde à réfléchir et se confronter à de nombreux styles d’humour. Je n’ai jamais autant appris en une soirée : sur mes contradictions et sur mes idées préconçues.

L’humour a encore de nombreux aspects à nous faire découvrir, cela me donne énormément d’espoir pour la suite. Pendant que certains découvraient la dernière vidéo de CopyComic, nous avons célébré le vrai rire aux Étoiles espoir humour du Parisien.

Crédits photo

© Bazil Hamard / One More Joke

[post_title] => Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur [post_excerpt] => [post_status] => publish [comment_status] => open [ping_status] => open [post_password] => [post_name] => etoiles-espoir-humour-parisien [to_ping] => [pinged] => [post_modified] => 2020-10-09 16:07:22 [post_modified_gmt] => 2020-10-09 14:07:22 [post_content_filtered] => [post_parent] => 0 [guid] => https://www.lespotdurire.fr/?p=7438 [menu_order] => 0 [post_type] => post [post_mime_type] => [comment_count] => 0 [filter] => raw ) [comment_count] => 0 [current_comment] => -1 [found_posts] => 5 [max_num_pages] => 1 [max_num_comment_pages] => 0 [is_single] => [is_preview] => [is_page] => [is_archive] => 1 [is_date] => [is_year] => [is_month] => [is_day] => [is_time] => [is_author] => [is_category] => [is_tag] => 1 [is_tax] => [is_search] => 1 [is_feed] => [is_comment_feed] => [is_trackback] => [is_home] => [is_privacy_policy] => [is_404] => [is_embed] => [is_paged] => [is_admin] => [is_attachment] => [is_singular] => [is_robots] => [is_favicon] => [is_posts_page] => [is_post_type_archive] => [query_vars_hash:WP_Query:private] => bf7783c79a5870fe9e83b2ca886cd4e2 [query_vars_changed:WP_Query:private] => [thumbnails_cached] => [stopwords:WP_Query:private] => [compat_fields:WP_Query:private] => Array ( [0] => query_vars_hash [1] => query_vars_changed ) [compat_methods:WP_Query:private] => Array ( [0] => init_query_flags [1] => parse_tax_query ) )

Doully

Panayotis Pascot sur scène : lauréat des étoiles espoir humour du Parisien 2019

Étoiles espoir humour du Parisien : le rire sort vainqueur

Fanny Ruwet dans Derrière un micro et en spectacle (Bon anniversaire Jean)

Humour instantané : Fanny Ruwet dans Derrière un micro

One More Joke au Jardin Sauvage : la rentrée du plateau parisien

One More Joke au Jardin Sauvage : retour sur la reprise

Doully en spectacle à la Nouvelle Seine

1 jour, 1 reco : Doully, alerte au spectacle addictif

Fermeture du One More : Jason Brokerss joue à la Nouvelle Seine

Fermeture du One More : une page se tourne